Vous êtes sur la page 1sur 43

LES FRACTURES MALLEOLAIRES

Dr Tebani
EHS Salim zemirli
LES FRACTURES MALLEOLAIRES
• Introduction
Définition 
Épidémiologie
• Rappel anatomique
• Anatomie pathologique
• Clinique
• imagerie
• Traitement
– orthopédique
– chirurgical

• Evolution et Complication
DÉFINITION

sont des fractures articulaires du cou de pied


 intéressant les deux malléoles et supprimant
la stabilité latérale de l’articulation , tout en
respectant la majeure partie du plafond tibial.
INTERET DE LA QUESTION 
• Épidémiologie: (la Fréquence) 3ème rang après fractures
extrémité inférieur du radius et extrémité supérieure du fémur.
• Gravite: grave car c’est une fracture articulaire, complications
(le cal vicieux et l’arthrose)  
• Diagnostic : facile clinique et RX
• Traitement:URGENCE THÉRAPEUTIQUE: restitution de
l’anatomie la plus parfaite possible
• Le pronostic : conditionné par :
-complication cutanées
-La qualité du TRT.
-type anapath (dégâts cartilagineux ) 
RAPPEL ANATOMIQUE 
RAPPEL ANATOMIQUE 
RAPPEL ANATOMIQUE 

Vue latérale vue mediale


de l’articulation tibio tarsienne
RAPPEL PHYSIOLOGIQUE 
1. ADDUCTION: mouvement qui
porte la pointe du pied en
dedans: 0-30

2. ABDUCTION: mouvement qui


porte la pointe du pied en
dehors :0-30°
3. SUPINATION : la plante du
pied regarde en dedans : 0-35
4. PRONATION : la plante du
pied regarde en dehors : 0-35°
5. FLEXION DORSALE : ou flexion
= talus : 0-30°
6. FLEXION PLANTAIRE : ou
extension = équin : 0-50°
RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

ÉVERSION associe : talus + pronation


+abduction.
INVERSION associe : équin + supination +
adduction
MÉCANISME
Choc direct

Très rare, pour voyeur des fractures ouvertes du pied et de


la cheville.

Choc indirect

le plus souvent INDIRECT par un mouvement passif forcé


associant diversement ADDUCTION OU ABDUCTION ET
ROTATION AXIALE.
.
MÉCANISME

Les fractures bimalléolaires sont les plus fréquentes.


Les fractures unimalléolaires sont habituellement
associées à une rupture du ligament controlatéral de la
cheville réalisant un équivalent de fracture
bimalléolaire.
MÉCANISME
Classification de DUPARC et ALNOT
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ADDUCTION ou sous-ligamentaires ou
sous-tuberculaires (5 à 10 %)
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ABDUCTION PURE (15 à 20 %) : sus-
ligamentaires ou sus-tuberculaires hautes.
Stade 1 Fracture horizontale de la MI
Stade 2 Rupture des ligaments fibulo tibiaux
Rupture de la MOI
:DIASTASIS VRAI ou maxi diastasis
Stade 3 Fracture de la fibula
(horizontale si abduction pure)
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ABDUCTION PURE (15 à 20 %) : sus-
ligamentaires ou sus-tuberculaires hautes: attente LLI
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ROTATION EXTERNE (70 à 80%)
a) sus-ligamentaires ou sus-tuberculaires (10 à 15 %)
Stade 1 : Fracture de la malléole interne (ou LLI)
Stade 2 : Rupture du ligament fibulo tibial ant
Stade 3 : Fracture de la fibula, oblique en bas et arrière (haute ou basse)
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ROTATION EXTERNE (70 à 80%)
a) sus-ligamentaires ou sus-tuberculaires (10 à 15 %)
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ROTATION EXTERNE (70 à 80%)
b) Inter-ligamentaires ou inter-tuberculaires (60 %)

Stade 1 : Stade 2 Stade 3


Rupture du Fracture spiroïde de Fracture de la MI
ligament FTA la ME (trait transversal) ou
ou arrachement Rupture du ligament LLI
de l’insertion FTP
Diastasis ++
Classification de DUPARC et ALNOT
• Fractures par ROTATION EXTERNE (70 à 80%)
b) Inter-ligamentaires ou inter-tuberculaires (60 %)
Formes particulières
Formes particulières
CLASSIFICATION DE DUPARC ET ALNOT
DIAGNOSTIC CLINIQUE 

• INTERROGATOIRE.
• INSPECTION .
• PALPATION  .
INSPECTION
• Au-delà d'un certain temps après le traumatisme, l'œdème et
l'hématome rendent la caractérisation des déformations plus difficile.
– L'examen recherche en outre :
– une possible douleur au col du péroné,
– des complications vasculo-nerveuses,

–des lésions cutanées+++, conditions le trt et


pc
-d'autres lésions associées par l’examen loco-régional et
général.
RADIOLOGIE

• radio de cheville de face en légère rotation


interne de 20°.
• Radio de profil centrée su l’inter ligne.
• Radio de jambe F + P (totalité du péroné).
COMPLICATIONS 

• PRÉCOCES .
• SECONDAIRES.
• TARDIVES
COMPLICATIONS
• INITIALES PRÉCOCES
– cutanée : Souffrance cutanée (phlyctène)
– Lésions vasculo nerveuses: rares Déplacement
très important
– Certaines affections générales peuvent aggraver le
pronostic
COMPLICATIONS
• SECONDAIRES
– Cutanées secondaires : Désunion cutanée
– Infection postopératoire
– Déplacement secondaire +++
– Thrombophlébite et thrombose pulmonaire
– Syndrome des loges
COMPLICATIONS
• TARDIVES
– Raideur articulaire
– Oedème persistant
– Déminéralisation diffuse
– Syndrome neuroalgodystrophyque
– Pseudarthrose ( MI )
– Cal vicieux +++
– Arthrose généralement tardive
TRAITEMENT 
• BUTS :
C’est une urgence thérapeutique en raison du
risque de détérioration rapide de l’état cutané
- réduction anatomique.
- contention solide.
- Récupération fonctionnelle normale de
l’articulation.
.
TRAITEMENT 
• TRAITEMENT ORTHOPÉDIQUE :
RÉDUCTION :
• généralement sous anesthésie générale, ou loco régionale
avec scopie
• par manœuvre d’arrache botte si sub luxation associée
• associant le mouvement inverse du mécanisme
• radio de F et P
TRAITEMENT 
CRITERES DE RÉDUCTION :
• Péroné de morphologie normale (axe,
rotation, longueur)
• Interligne tibio-péroneo-astragalien uniforme
sur toute sa largeur (constante) de F et P
• Centrage de l’astragale apprécie par le test de
SKINER sur la radio :l’axe du tibia doit passer
par le centre de l’astragale.
CONTENTION : TRAITEMENT 
• Plâtre cruropedieux avec genou à 20° de flexion,
cheville à 90° pendant 45 jours.
• Libération du genou au 45eme jour en botte plâtrée
pour un mois de plus sans appui, puis 15 jours avec
appui.
• Ablation du plâtre au 3eme mois et rééducation
entamée le jour qui suit.
• NB/ Surveillance radiographique régulière à la
recherche de tout déplacement secondaire (J+2, J+8,
J+15, puis toutes les 2 à 4 semaines).
Traction trans calcanéenne
TRAITEMENT 
TRAITEMENT CHIRURGICAL 
• abord électif des deux malléoles
• réduction de visu
• contention par un matériel d’ostéosynthèse le
moins volumineux 
TRAITEMENT 
ostéosynthèse du péroné :
péroné
• doit être réparer le 1er,
réduction anatomique
• fixation par plaque vissée,
haubanage armé,vis
perpendiculaires au foyer
de fracture ou un
embrochage simple
TRAITEMENT
ostéosynthèses de la malléole interne :
• réduction anatomique
• contention le plus souvent par deux vis
perpendiculaires au foyer de fracture ou rarement un
haubanage
réparation ligamentaire :systématique mais reste
très difficile
TRAITEMENT
INDICATION
Traitement orthopédique :
• fracture peu déplacée
• ostéoporose chez les sujets âgés
• fracture haute et complexe du péroné
• fracture vue tardivement (état cutané )
INDICATION
Traitement chirurgical :
• fracture ouverte type 1 ou 2 vue tardivement
• fracture de la marge post dépassant 1/3 la surface
articulaire
• échec au trt orthopédique
• Il peut être préfère si sujet jeune et sportif, les
fractures simple
CONCLUSION
Les fractures bi malléolaires sont :
- Très fréquentes, articulaires
- Diagnostic radiologique.
- Leurs traitement orthopédique ou chirurgical est fonction du
type de fracture.
- Leurs pronostic dépend de la qualité du traitement et d’une
rééducation régulièrement suivie.
- Des complications peuvent survenir.
à type de troubles trophiques, pseudarthrose ou cals vicieux et
arthrose, néfaste pour le bon fonctionnement de la cheville

Vous aimerez peut-être aussi