Vous êtes sur la page 1sur 54

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAÏD- Tlemcen

Faculté de Technologie
Département de Génie Civil

Résistance des Matériaux


Niveau L2 GC
CHAPITRE II

Traction et Compression
dans les Limites Elastiques

Année Universitaire: 2021/2022


Introduction
La traction ou compression correspondent à des forces
s'exerçant perpendiculairement aux sections des pièces; elle
sont dites uni-axiales car les côtés de la pièce ne sont pas
contraints, toutes les forces sont sur un même axe.
Définitions
Soit une barre rectiligne sollicitée par deux forces égales et
directement opposées agissant suivant sa fibre moyenne est
soumise à un effort normal, Cet effort est dit:
• un effort de traction simple si les
forces tendent à allonger la barre,
« allongement »
• un effort de compression simple
si les forces tendent à raccourcir la barre « rétrécissement »

2
3
Contrainte normale
On considère une barre rectiligne, de section S liée à un massif
fixe à son extrémité supérieure. A l'autre extrémité, elle est
soumise à l'action d'une force N suivant son axe.
D'après le principe de l'action et de la

réaction, le massif exerce une force de


réaction égale et opposée à N.
La barre est alors soumise à un effort

normal. Sa base -ab- se déplace alors


parallèlement à elle-même pour venir
en -a'b'-.
 Pour maintenir le tronçon inférieur en

équilibre, il faut avoir:


∑ forces intérieures égale et opposée à N.

4
L’hypothèse de Navier-Bernoulli: hypothèse des petites
déformations:
« Les sections normales à la ligne moyenne restent planes et
normales à la ligne moyenne pendant la déformation de la poutre
»; permet d’écrire:

σ est appelé contrainte normale. Elle représente l’intensité de


l'effort normal par unité de surface. σ se mesure en (N/m²) ou
Pascal (Pa).

5
Exemple .1
Soit la barre schématisée par la figure ci-dessous.
Calculer les contraintes au niveau des sections:
1-1, 2-2 et 3-3.

2m 4m 2m

6
Solution
Section 1-1: 0 ≤ x ≤ 2m

Section 2-2: 2 ≤ x ≤ 6m

Section 3-3: 6 ≤ x ≤ 8m

7
Diagramme de l’effort normal (DEN)
 Le digramme de l’effort normal (DEN) donne la valeur de
l’effort normal dans toutes les sections perpendiculaires à la
membrure à l’étude.
 L’effort normal dans une section est la résultante des
charges axiales s’exerçant sur la section.
 Le DEN est obtenu par la méthode des sections en
effectuant une coupe suivant l’entrée de chaque force
concentrée et, au début et à la fin ainsi qu’au minimum et au
maximum (s’il y a lieu) de chaque charge répartie.
Exemple avec des forces concentrées
La figure ci-dessous schématise le DEF tout au long d'une
barre dans le cas où les efforts axiaux sont concentrés.

8
9
Courbe contrainte - Déformation
La courbe contrainte déformation est une courbe caractérisant le
matériau. Elle est obtenue empiriquement d'une expérience de
traction effectuée sur une barre de section constante.
Essai de traction
Principe :
L’essai de traction est
mécanique le plus classique.
Il consiste à exercer sur une
éprouvette normalisée deux
efforts directement opposés
croissants qui vont la déformer
progressivement puis la rompre
En vue de déterminer quelques
caractéristiques du matériau de
l’éprouvette.
10
Diagramme effort- déformation:
La déformation se passe en deux phases:

Phase OA : phase élastique ou la


déformation est réversible et
l’allongement est proportionnel à
la charge. On dit que l’éprouvette
Est dans le domaine élastique.
Phase ABC : phase plastique ou

La déformation est permanente.


L’allongement n’est plus
proportionnel à la charge. On dit
que l’éprouvette est dans le
domaine plastique.

11
Sous l'effet de la force F, l'éprouvette s'allonge et on mesure
Δl = l – l0, par rapport à la référence initiale l0 avant traction.
La pente E de la droite (OA) est appelée module d'élasticité
linéaire ou module de Young (Mpa).
Il représente le rapport entre la

contrainte et la déformation ε
dans la zone élastique.
Ce module dépend du matériau

Considéré (Tableau joint).


La relation entre la contrainte et

la déformation dans la zone


élastique est donnée par
la loi de Hooke:

12
Ordres de grandeur du module de Young (E)

Une valeur de E élevée indique une rigidité élevée du matériau.


En revanche le plomb ou l'étain sont des matériaux de rigidité
faible. Pour les aciers, on atteint des modules de Young de 2.105
MPa ou N/mm2, soit 200 GPa.
Les fontes en revanche présentent des modules d'Young de
8.104 N/mm2, et sont moins élastiquement déformables.
Limite d'élasticité
La longueur OA du domaine élastique dépend également du
matériau. La valeur Re maximum du domaine élastique s'appelle
limite élastique, au-delà de laquelle le matériau se déformera
plastiquement de façon irréversible.

13
La partie (ABC) est la partie plastique. La limite élastique
est dépassée.
Si l'expérience est interrompue (point C), la barre ne reprend
pas sa forme initiale.

K définit la rigidité en traction de la poutre exprimée en [N/mm].


Module d'élasticité transverse
Dans le domaine OA on observe également une diminution du
diamètre e de l'éprouvette, ou striction.
Cette diminution est caractérisée par une relation

de proportionnalité:
Le coefficient de proportionnalité ν est appelé

coefficient de Poisson.
 Le signe moins dans cette équation rend compte de la
diminution de diamètre lorsque la contrainte augmente.
14
Le coefficient de Poisson caractérise le rapport entre la
déformation latérale et la déformation axiale.

Matériaux Coef de poisson


Acier de construction 0,27- 0,30
Argile humide 0,40- 0,50
béton 0,20
sable 0,20- 0;45 15
Limite élastique
Pour tous les matériaux homogènes et isotropes la limite
élastique en traction σet etest égale à la limite élastique en

compression σec.

On les désigne alors simplement σe (limite élastique). C'est le


cas des aciers.

Concentration de contraintes
 Lorsque les poutres étudiées présentent de brusques
variations de sections (trous, gorges, épaulements…), la relation
σ= N/S n’est plus applicable.
En effet, au voisinage du changement de section, la répartition
des contraintes n’est plus uniforme et présente des extremums.
16
Loi de déformation élastique
On considère une barre de longueur initiale L soumise à un
effort normal N. Une portion de longueur dx de la barre subit une
variation de longueur du=Δ(dx).

On appelle déformation longitudinale dans la section


d'abscisse x la quantité:

D’où, Δ(dx)= ε d(x) D’autre part


17
Ainsi,

et la déformation totale de la barre est donc:

Cas particulier: Pour une barre homogène de section constante,


si N est constant, l’allongement absolu s’écrit:

et aussi,

exprime la déformation (ou l’allongement) relative.


ΔL est la déformation absolue.

18
Compression simple
Définition – Hypothèses
Une poutre est soumise à un régime de compression simple si
on applique à ses extrémités 2 forces directement opposées qui
tendent à la rétrécir.

19
TD
________________________

EXERCICES

20
Exercice 1. Tracer les Diagrammes des efforts normaux:
Cas 1:
On commence du bas vers le haut
Section 1.1: 0 ≤ x < 2m N(x)
1m 40kN
1 1
N(x)= 10 kN
1 1
2m

10kN
10kN

21
Section 2.2: 2 ≤ x < 3m
N(x)

N(x)= 10 + 40 = 50 kN
2 2
1m 2 40kN 2
40kN

2m

10kN
10kN

22
Diagramme de N:
x (m)

3m
+ 1m 40kN
2m

+
2m

10kN 50kN N(kN)

10kN

23
Cas 3:

On commence du bas vers le haut


Section 1.1: 0 ≤ x < 2m
4m q=20kN/m
N (x)
N(x)= 40+ 20 x
N(0)= 40+ 20.0 1 1 40kN

= 40 kN 2m 1 1

N(2)= 40+ 20.2


= 80 kN
40kN 40kN

24
Section 2.2: 2 ≤ x < 6m
N (x)
N(x)= 40+40+ 20 x
N(2)= 80+ 20.2 2 2
4m q=20kN/m
= 120 kN
40kN 2 2
40kN
N(6)= 80+ 20.6
= 200 kN 2m

40kN 40kN

25
Diagramme de N:
x (m)

6m
4m q=20kN/m

+ 40kN
2m 2m

40 80 120 200 N (kN)

40kN

26
Cas 4:

On commence du bas vers le haut


Section 1.1: 0 ≤ x < 1m q=3kN/m
2m
q(x)= a x +b
N (x)
Pour x=0
q= a. 0+b= 0 b =0 1 1 2kN

Pour x=3 1m 1 1
a.3=3 a= 1 q (x)
q=0
Donc q(x)= x
N(x)= ʃq(x) dx= ʃx dx= x2/2
N(0) = 0
N(1) = 1/2 = 0,5 kN

27
Section 2.2: 1 ≤ x < 3m
N(x)= ʃq(x) dx +2 = ʃx dx+2 = x2/2+2
N (x)
2 2
N(1) = 5/2 = 2,5 kN q=3kN/m
2m
N(3) = 9/2 + 2
2 2
= 13/2 = 6,5 kN
2kN

1m
q (x)
q=0

28
Diagramme de N:
x (m)

3m
1m

+
2kN
1m 1m

0,5 2,5 6,5 N (kN)

29
Exercice 2
Tracer les diagrammes de N(x), σ(x) et Δ(x)
Cas 2: a
3S
On commence du bas vers le haut P
Section 1.1: 0 ≤ x< 2,5a
1,5a 2S
N(x)= P N(x) 3P

1 1 1 1
σ(x) = N(x)/S = P/S 2,5a S

P
P

30
Section 2.2: 2,5a ≤ x< 4a

N(x)= P- 3P= -2P a


3S
N(x) P
σ(x) = N(x)/S = -2P/2S = -P/S 2
2
2 1,5a 2S
2
3P
3P

2,5a S

P
P

31
Section 3.3: 4a ≤ x< 5a N(x)

N(x)= P- 3P –P = -3P 3 3 3 3
a
P P 3S
σ(x) = N(x)/S = -3P/3S = -P/S
1,5a 2S
3P
3P

2,5a S

P
P

32
Calcul des déplacements
On commence du haut vers le bas: 0 ≤ x ≤ a
Car Δℓ à l’encastrement =0
Δℓ1(x)= ʃ(σ3(x)/ E)dx
Δℓ1(x)= ʃ-P/S dx = -P. x /S
Δℓ1(0)= 0 Δℓ1(a)= - Pa/S

a ≤ x ≤ 2,5a
Δℓ2(x)= ʃ(σ2(x)/ E)dx + Δℓ1(a)
Δℓ2(x)= ʃ-P/S dx + Δℓ1(a) = -P. (x-a) /S –Pa/S
Δℓ2(a)= –Pa/S Δℓ2(a)= - 1,5Pa/S –Pa/S

Δℓ2(2,5a)= - 2,5Pa/S

33
Calcul des déplacements

2,5a ≤ x ≤ 5a

Δℓ3(x)= ʃ(σ1(x)/ E)dx + Δℓ2(2,5a)


Δℓ3(x)= ʃP/S dx + Δℓ2(2,5a) = P. (x-2,5a) /S – 2,5Pa/S
Δℓ3(2,5a)= – 2,5Pa/S Δℓ3(5a)= 0

34
Tracé des diagrammes de N(x)
x(m)

3S
5a a
P

-
4a
1,5a 2S
3P
-
2,5a
2,5a S
+

-3P -2P P N(x)

35
Tracé des diagrammes de σ(x)
x(m)

3S
5a a
P
-
4a
1,5a 2S
3P
-
2,5a
2,5a S
+

-P/S P/S σ(x)

36
Tracé des diagrammes de Δℓ(x)
-5Pa/S -2,5Pa/S -Pa/S Δℓ(x)
3S
a
P
a

1,5a 2S
- 3P
2,5a
2,5a S

5a

x(m)
P

37
Exercice 3
Déterminez N(x), σ(x) et Δ(x)
E= 2. 104 kN/cm2 2m 3cm2

On commence du bas vers le haut 20kN/m


Section 1.1: 0 ≤ x< 2 m 2m
2cm2
N(x)
N(x)= 15 kN 1 1 1
1
2m 1cm2
σ(x) = N(x)/S = 15/1
= 15 kN/cm2

15kN
15 kN

38
Section 2.2: 2 ≤ x< 4m
N(x)
N(x)= 15 + 20 (x -2) 2m 3cm2
N(2)= 15 Kn 2 2
N(4)= 55 kN 20kN/m
2 2
σ(x) = N(x)/S 2m
2cm2
σ(x) = 15 + 20 (x -2) /2
σ(2) = 15/2= 7,5 kN/cm2
σ(4) = 55/2= 22,5 kN/cm2 2m 1cm2

15kN
15 kN

39
Section 3.3: 4 ≤ x< 6m N(x)

4
N(x)= 15 + ʃq(x) dx 3 3
2m 3 3 4cm2
2

N(x)= 15+ 20.2 20kN/m


N(x)= 55 kN 2m
2cm2
σ(x) = N(x)/S
σ(x) = 55/4
σ(x) = 13,25 kN/cm2 2m 1cm2

15kN
15 kN

40
Calcul des déplacements
On commence du haut vers le bas: 0 ≤ x ≤ 200cm
Car Δℓ à l’encastrement =0
Δℓ1(x)= ʃ(σ3(x)/ E) dx
Δℓ1(x)= 13,25 . x / 2. 104
Δℓ1(0)= 0 Δℓ1(200)= 0,14 cm

200 ≤ x ≤ 400cm
Δℓ2(x)= ʃ(σ2(x)/ E)dx + Δℓ1(200)
x
Δℓ2(x)= ʃ15+ 20 (x-200)/ 2.2. 104 dx +Δℓ1(200)
200
= 1/ 4. 104 [ 15(x-200)+ 20/2 (x2 -2002) +Δℓ1(200)
Δℓ2(200 )= 0,14 cm Δℓ2(400)= 30cm

41
Calcul des déplacements

400 ≤ x ≤ 600cm

Δℓ3(x)= ʃ(σ1(x)/ E) dx +Δℓ2(400)


Δℓ1(x)= 15 . (x-400) / 2.104 +Δℓ2(400)
Δℓ3(400)= 30cm Δℓ3(600)= 37 cm

200

42
Exercice 1.
Déterminer l'allongement total d’une barre métallique, sollicitée
comme le montre la figure ci-dessous, sachant que le module
de Young E = 2,1.106 kg/cm2. La section de la barre est
constante et vaut 5 cm2.

43
Solution de l'exercice 2.
Le DEN est montré sur la figure ci-dessous:

44
45
Exercice 2.
Un câble en acier de diamètre 6mm et de longueur 10m
est soumis à 2 forces de 200daN qui tendent à l'allonger.
Pour l'acier E = 200 000 N/mm2,

a. Quel est le type de contrainte supporté par le câble ?


Contrainte de traction
b. Quelle est la valeur de cette contrainte ?
σ = N/S , σ = 2000 / ( π x 3² ) = 70,73 N/mm²
c. Quelle est la valeur de l'allongement de ce câble ?
ΔL = NL/E.S = σL/E
ΔL = ( 70,73 x 10 000 ) / 200 000 = 3,53mm

46
Exercice 3.
Deux tronçons (1) et (2) en matière plastique sont collés comme
l’indique la figure. La résistance à la rupture en traction de la
colle est de 235 daN.cm-2.

Déterminer l’effort de traction admissible par le joint collé.


Solution:
σ = N/S , d’où: N= σ . S 47
48
49
50
51
52
53
54

Vous aimerez peut-être aussi