Vous êtes sur la page 1sur 39

ROYAUME DU MAROC

MINISTERE DE L’EQUIPEMENT
ET DE TRANSPORT ET DE LA
LOGISTIQUE
DIRECTION REGIONAL DE
L’EQUIPEMENT
TENSIFT AL HAOUZ
I.S.T.P. MARRAKECH

SOUTENANCE DU STAGE DU MOIS


AOUT EFFECTUÉE AU LABORATOIRE

Réalisé par : Encadré par:

Fatima Jaafari
Zakaria Errabib Mr .Farid
Ahmed El Ouaamar
Remerciement

Introduction

Plan Présentation De LCBTP

Essais Réaliser au laboratoire

Conclusion

2
Remerciement
Nous tenons vivement à remercier tout d’abord votre
honorable jurer.
Premièrement parce qu’il nous ont enseignés ; et plus
que ca ils ont partager avec nous Leur expérience
professionnel durant notre formation; et aussi parce que ils
ont fait un grand effort pour nous soutenir ce jour là.
Et nous tient a remercier Mr: Med Tassin; Sans oublier;
les personnel du laboratoire et spécialement les
operateurs pour leur sympathie patience compréhension et
leur précieux conseil durant l’agréable période du notre
stage.
3
Introduction
A elle seule; la formation théorique reste incapable de faire des vrais techniciens
au terrain.
Par ailleurs la formation pratique joue un roule très important dans la
préparation du futur cadres qui peuvent faire face contrecarrée à tous les obstacles
qui surviendront lors de la réalisation des essais.
le thème de notre stage est la maitrise d’ensembles des essais concernant la
qualité des matériaux utilisé dans le domaine de génie civil.

Ce stage a pour objectif de :


 compléter la formation reçu en établissement.
 participer en différents essais programmés à faire.
 connaitre les méthodes du travaux et les façons de réaliser les activité.

4
Présentation De LC.BTP

LC.BTP (Laboratoire Central des


Bâtiments et Travaux Publics
Marrakech ) est un laboratoire qui a été
créé en 2006 et qui œuvre dans le secteur
du B.T.P.
LC.BTP est doté d’un potentiel humain et
matériel qui lui permet de contribuer au
développement de la qualité et du service
dans le domaine du génie civil ; ce qui lui
a valu d’être classé parmi l’élite des
laboratoires nationaux. 5
Essais Réalisés au LC.BTP

Essais de reconnaissance

 Préparation d’un échantillons


 Analyse Granulométrique
 Limites d’Atterberg
 VBS
 Equivalent de sable
 Densitomètre a membrane

6
Préparation d’un échantillon
L’échantillon doit être représentatif le plus
possible pour ce qu’on a dans la réalité sur le terrain.
Ainsi la préparation de l’échantillon soumis à l’essai
doit être réalisé d’une manière correcte afin de vérifier
la condition précédente.

La préparation peut s’effectuer de deux maniérés


différentes :

par quartage ou fractionnement manuel d’une


quantité de matériau est à utiliser lorsqu’on a des
quantités de matériau importantes.
7
8
 Au moyen de diviseurs « échantillonneurs » appareils
séparant en parties égales une quantité de matériaux.

9
Analyse granulométrique par tamisage

•Définition
L’essai consiste à séparer les grains
agglomérés d’une masse connue de
matériau. L'analyse granulométrique d'un
sol est caractéristique particulière qui
permet une classification des sols afin
d'obtenir la courbe granulométrique.
•But de l’essai :
Connaître la répartition en poids des
grains du sol suivant leurs dimensions. Le
tamisage se fait pour les particules de sol
de dimension supérieur a 80µm

10
Expression des
Ouverture des Poids du refus Résultats
Poids du refus %RC refus %P passant
tamis (en mm) partiel (cumulé)PRC cumulé

A l’aide de la première colonne et de la dernière on


trace une courbe granulométrique, cette dernière est
une courbe qui permet de voir la répartition des grains
de sol étudier ,dans une repère semi logarithmique:
11
12
13
Interprétation du
Résultats Pour les sables :
Si Cu≤ 6 on dira que la courbe est serrée
Si Cu> 6 on dira que la courbe est étalée
Pour les graviers :
Si Cc≤4 on dira que la courbe est serrée
Si Cu >4 on dira que la courbe est étalée
 Courbe serrée : c .à .d que le matériau lui
manque des classes granulaires donc il faut
corriger ce matériau ou le faire changer
catégoriquement. 
 Courbe étalée : c.à.d. que le matériau possède
toutes les classes granulaires

14
Détermination des limites D’ATTERBERG
Définition
Les limites d’ATTERBERG permet de prévoir le comportement des sols
sous la variations de la teneur en eau.
On a:
p : c'est la limite de plasticité ,elle représente le passage de l’état
solide à état plastique.
l : c'est la limite de liquidité qui représente le passage de l’état
plastique à l’état liquide.
IP : Indice de plasticité : IP= l -p(la plage du teneur en eau dans lequel la
matériau est plastique)

15
siphonner prudemment l’eau Ce matériau passe à l'étuve
claire sans perdre le matériau pour être bien sèche

Malaxer sur la
plaque de marbre
la totalité du masse
pour obtenir une
pâte homogène.

16
Détermination de la limite de liquidité
Placer la galette de 1 cm d’épaisseur dans la coupelle,
Fixer la coupelle à une hauteur de chute de 1 cm,
Faire une rainure avec un couteau de forme V,
Donner à la coupelle un certain nombre de coups
jusqu’à ce que les 2 morceaux arrivent à se rejoindre,
Prélever un échantillon d’environ 30 g pour déterminer
sa (w),

wl : la teneur en eau
correspondante au nombre de
coups égale à 25 coups, donc
elle se détermine
graphiquement
17
Détermination de la limite de
plasticité:
•On prend la même pate et on forme des
boudins.
• WP : C’est la teneur en eau
conventionnelle d’un rouleau de sol qui se
fissure au moment ou son diamètre atteint
3 mm et sa longueur 10 cm

18
L’indice de plasticité
IP = Wl - WP
On distingue généralement les seuils
suivants:

IP < 5 matériau non plastique

5 < IP < 15 matériau peu plastique

15 < IP < 40 matériau plastique

IP > 40 matériau très plastique


  Equivalent de Sable
Principe :

L’essai d’équivalent de sable consiste à mesurer la propreté d’un


sable. Il est effectué sur la fraction d’un granulat passant au tamis à maille
carrée de 5 mm.
Mode de l'opératoire :
Peser deux l'échantillon : M1 et M2 comprise chacune entre 100 et 200g.
Sécher les deux l'échantillon M1 et M2 à l'étuve.
Peser M1s et M2s.
Calculer la Teneur en Eau (w).
W1 = ((M1-M1s)/M1s) x 100
W2 = ((M2-M2s)/M2s) x 100
W = ((W1 + W2) / 2) x 100
Calculer la prise d'essai : mh = 120 ((100+W) / 100)
Remplir l'éprouvette cylindrique jusqu'à trait repère inférieur avec la
solution lavant. 20
 Verser la prise de l'essai.

 Frapper fortement à plusieurs reprises la


base de l'éprouvette.

 Laisser reposer pendant 10 minutes .

 Agiter l'éprouvette à 90 cycles en 30


secondes à l'aide de l'agitateur électrique.

 Rincer les parois de l’éprouvette et


enfoncer le tube jusqu’au fond de
l’éprouvette pour faire remonter les
éléments argileux jusqu’au trait supérieur .

 laisser reposé pendant 20min .


Mesurage :
 Mesurer a l'aide du réglet la hauteur h1
du niveau supérieur du floculat par
rapport au fond de l'éprouvette.
 Mesurer également la hauteur h2 du
niveau supérieur de la partie sédimentée
par rapport au fond de l’éprouvette.
 Il est aussi possible de prendre cette
mesure à l’aide d’un piston normalisé.
Expression des résultats
ES = 100 x (h1/h2)
ES < 65 Sable argileuse - mal qualité

65 < ES < 75 Sable légèrement argileuse

75 < ES < 85 Sable propre

ES > 85 Sable très propre

Domaines d’utilisation 
Si 0%≤ES≤30% : argile médiocre pour la
construction.
Si 30%≤ES≤70%  : construction routière.
Si 70%≤ES≤100%  : construction en béton ou
BA.
Essai au Bleu de Méthylène

But:
Le but de l'essai est d'évaluer la richesse d'un sol en argile. Le résultat de
l'essai dépend directement de la nature des argiles et de leur quantité dans
le sol .

Principe et exécution de l’essai :


L’essai consiste à déterminer la quantité de la solution du bleu de
méthylène absorbée en injectant successivement des doses élémentaires en
durées définies jusqu’au l’apparition d’une auréole bleu clair, autour d’un
dépôt central, et qui persiste pendant cinq minutes.
L’essai est effectuer sur un matériau de fraction 0/5mm de masse :
 30g à 60g dans le cas des sols très argileux et argileux
 60g à 120g dans le cas des sols moyennement à peu argileux.

24
(B/M0) x100 Si d max < 5mm
VBS = 
(B/M0) xCx100 Si d max  5 mm

Avec :
•B= Vutiliséx0.01 : Est la masse de la solution
de bleu de méthylène utilisé.
•M0= mh/ (1+w) : est la masse sèche de la
prise d’essai, mh sa masse humide et w sa
teneur en eau.
•Dmax : est la dimension maximale des plus
gros éléments contenus dans le matériau.
•C : est la proportion de la fraction 0/5 mm
contenue dans la fraction 0/50 mm du
matériau sec

25
Interprétation des résultats

26
Tableau Synoptique de classification des
matériaux selon les essais AG/IP/VBS: GTR 92

27
Sol Fins A1. A2. A3. A4

Sols Sableux et graveleux avec fins B1. B2. B3. B4 B5

C1 A1 –C1A2
C2A1 - C2A2
Sols comportant des fines et des gros éléments C1B2-C1B4
C2B2-C2B4
C2B5-C2B6

Sols comportant des fines( non argileuse) et des gros C1B1-C1B3


éléments C2B1-C2B3

Sols insensibles a l’eau D1 - D2 - D3

28
  : Essai MICRO-DEVAL

But de l'essai :
L’essai Micro Deval permet de mesurer la résistance à l’usure des
roches. Pour certaine roches, cette résistance n’est pas la même à
sec qu’en présence d’eau.

Mode de

l'opératoire :
Peser une masse correspond aux classes granulaires
• Ajouter la charge abrasive correspond aux classes granulaires
• Verser le volume d'eau correspond aux classes granulaires
• Mettre les cylindres en rotation à une vitesse de 100 tr/min pendant
2h ou 12 000 tours.
• Après essai, recueillir le granulat et la charge abrasive dans un bac
en ayant soin d’éviter les pertes de granulats
• Laver au tamis 1,6mm et sécher à l'étuve à 105°C
• Peser les refus au tamis 1,6mm
Appareil MDE Tambour avec billes en
acier
MDE = Masse des éléments inférieurs à 1.6mm produits au cours de l’essai x 100

Masse du matériau soumis à l’essai


Classe Charge Quantité
Durée de rotation
granulaire abrasive d’eau
(tours ou h)
(mm) (g) (l)

4 – 6.3 2000 ± 5 2.5 12 000tr ou 2h

6.3 - 10 4000 ± 5 2.5 12 000tr ou 2h

10 – 14 5000 ± 5 2.5 12 000tr ou 2h

14 000tr ou 2h
25 - 50 0 2
20mn
  : Essai LOS ANGELES
But de l'essai :
L’essai permet de mesurer la dureté de la roche et la résistance
combinée à la fragmentation par choc des éléments inférieur à
1,6mm d’un échantillon de granulats.
 :
Mode de
l'opératoire :

1) Après lavage et 2) Pesée des 3) Mise en place 4) Ajout des


étuvage: boulets du granulat boulets
Prise d’essai 5 Kg

État du granulat après 5) Lavage sur


500 tr à le tamis 1,6
30 ≤ V ≤ 33 tr/min mm
Mesure de la résistance à la fragmentation par chocs des
éléments d’un échantillon de granulats grâce à une charge de
boulets.

Classes granulaires (mm) Nombre de boulets Nombre de rotations

4 - 6,3 7 500

6,3 - 10 9 500

10 - 14 11 500

10 - 25 11 500

16 - 31,5 12 500

25 - 50 12 1000
Machine Los Angeles Etat du granulat après essai

Cœfficient Appréciation

15 Très bon à bon

15 à 20 Bon à moyen

20 à 30 Moyen à faible

LA>30
ISTP Marrakech
Médiocre
Densitomètre a membrane
But 
Déterminer ponctuellement la masse volumique d’un matériau en place. (sols
naturels, couches de fondations et couche de bases)
C’est un essai insitu qui nous renseigne sur le contrôle de la compacité sur
chantier

35
 L’essai consiste à creuser une cavité

 Recueillir et peser la totalité du matériau extrait

 Mesurer le volume de la cavité à l’aide du


densitomètre

Réalisation de l’essai:
 mesurer le volume V0 en préparant
par arasement une surface plane

 creusement de la cavité et
détermination de la masse humide

 détermination du volume totale Vf

36
37
Conclusion
 
En conclusion, le stage est complémentaire à la formation
et un élément très essentiel pour un technicien pour s’intégrer
facilement au domaine de travail; ou nous nous somme lancées
avec un bagage solide de connaissance; de compétence théorique
et pratique.

Cette expérience nous a aidés à s’adapter au sien d’une


équipe qui nous a donné l’ opportunité de mieux comprendre la
notion de responsabilité.

38
Merci
pour votre attention

Vous aimerez peut-être aussi