Vous êtes sur la page 1sur 96

REGLES

D’EVALUATI
ON DES
OPERATIONS
DE
L’ entreprise
Evaluation des immobilisations et
appréciation de stock
Plan
Les principes généraux:
• Définition d’un actif
• La distinction entre immobilisations, charges et stocks
• Les principes d’évaluation des actifs

Les immobilisations corporelles:


• Les principes d’évaluation des immobilisations corporelles à l’entrée
• Les principes d’évaluation des immobilisations corporelles produites
• L’amortissement des immobilisations corporelles

Les immobilisations incorporelles:


• Les redevances annuelles
• BREVET ET MARQUE
• FONDS COMMERCIAL
Les sorties de immobilisations:
• La cession des immobilisations
• Sortie des immobilisations sinistrées
Plan

Evaluation des stocks


• Comptabilisation des stocks
• Évaluation des stocks à l’entrée à l’actif du bilan
• Évaluation des stocks à la sortie
• Évaluation des stocks à la date d’inventaire
01.
principes
generaux
La définition de l’actif
Un actif est un élément identifiable du patrimoine de
l’entreprise générant une ressource que l’entité
contrôle du fait d’événements passés et dont elle
attend des avantages économiques futurs.
La distinction entre
immobilisations, charges et
stocks

Les
immobilisations Les charges Les stocks
sont des actifs destinés correspondent aux éléments qui sont des biens destinés à
à servir de façon durable ne répondent pas à la définition être vendus dans le cours
à l’activité de l’entreprise et aux critères de normal de l’activité ou en
comptabilisation d’un actif ainsi cours de production pour
qu’à ceux qui répondent à ces une telle vente ou destinés
critères mais qui ne sont pas à être consommés dans le
destinés à être utilisés au-delà processus de production ou
de l’exercice en cours, à savoir de prestations de services
une durée supérieure à douze sous forme de matières
mois. premières ou de fournitures.
Les principes d’évaluation des actifs

Les immobilisations acquises à titre onéreux sont comptabilisées au coût


01 d’acquisition alors que les immobilisations acquises à titre gratuit sont
comptabilisées à leur valeur vénale.

Les immobilisations acquises par voie d’échange sont comptabilisées à leur


02 valeur vénale à condition que cet échange ait une substance commerciale et
que la valeur vénale soit évaluée avec fiabilité.

Les immobilisations produites par l’entreprise sont comptabilisées à leur coût


03 de production.
02.
Les
immobilisations
corporelles
0
1 03
Les principes d’évaluation L’amortissement des
des immobilisations immobilisations corporelles
corporelles à l’entrée

02
Les principes
d’évaluation des
immobilisations
corporelles produites
Les principes d’évaluation des immobilisations
corporelles à l’entrée

LA VALEUR D’ENTRER

La valeur d’entrée d’une immobilisation comprend obligatoirement :


• un prix d’achat net des remises, rabais et escomptes de règlement ;
• des droits de douane et des taxes non récupérables ;
• des coûts directement attribuables pour mettre l’actif en place et en état de
fonctionner (frais de transport, frais de montage et d’installation, frais d’essais de
bon fonctionnement), honoraires de certains professionnels (architectes, géomètres,
évaluateurs, etc.) ;
• une estimation initiale des coûts de démantèlement, d’enlèvement et de restauration
du site sur lequel l’immobilisation est située.
Certains frais d’acquisition peuvent, sur option, être activés. L’option
est globale et irrévocable. Les frais d’acquisition concernés sont :
− les honoraires notaires, les frais d’actes, les droits de mutation
et les droits d’enregistrement ;
− les coûts d’emprunts si les conditions d’activation sont réunies.
Les frais, qui ne sont pas activés, sont comptabilisés en charges.

REMARQUE
Exercice d’application
En 2017, E/se ABC acquis une machine industrielle auprès du
fournisseur ALPHA, le 10/09/2017 elle a reçu la facture suivante :
 Machine ……………… 530 000 DH
 Remises de 5% ………. 26 500 DH
 Net …............................. 503 500 DH
 TVA (20%) ………… 100 700 DH
 Total TTC …………… 604 200 DH
Les frais de transports et de montage ont été pris en compte par le
fournisseur, par contre des travaux évalués à 30 000 ont été effectués par
les personnels de l’entreprise ABC pour permettre l’installation de cette
machine, en fin des honoraires qui s’élèvent à 15 000 HT ont été réglé à un
bureau d’étude au titre de cette opération.

TRAVAIL À FAIRE : Enregistrer les opérations dans les livres d’entreprise


ABC.
Corriger
Les conditions d’activation des coûts d’emprunts

Les coûts des emprunts peuvent être inclus dans le coût de


l’immobilisation sous certaines conditions. Ils doivent concerner la période de
production de l’actif, jusqu’à la date d’acquisition ou de réception définitive
et se rapporter à un actif éligible, c’est-à-dire qui exige une longue période de
préparation ou de construction avant de pouvoir être utilisé ou vendu

ATTENTION L’activation des coûts d’emprunts concerne l’ensemble des immobilisations


incorporelles et corporelles éligibles de l’entreprise.
APPLICATION CORRIGÉE

La société a contracté trois emprunts remboursables in fine dans 3 ans pour la construction d’une
machine qu’elle fabrique :
– Emprunt 1 : 200 000  à 3 % le 1er février N ;
– Emprunt 2 : 120 000  à 2 % le 1er avril N ;
– Emprunt 3 : 600 000  à 1 % le 1er juillet N.
La construction de la machine débute le 1er mai N et s’achève le 1er décembre N. Le prix de revient
de la machine est de 1 000 000 .

Correction:

Les intérêts doivent être calculés à partir de la période de la construction de la machine (1er mai) :
Emprunts
200 000 × 3 % × 7 / 12 = 3 500 (du 1er mai au 1er décembre)
120 000 × 2 % × 7 / 12 = 1 400 (du 1er mai au 1er décembre)
600 000 × 1 % × 5 / 12 = 2 500 (du 1er juillet au 1er décembre)
total = 7 400
Cas particuliers de valeur d’entrée:

Immobilisatio
ns acquises Immobilisatio Immobilisatio
par voie ns acquises à ns acquises à
d'échange titre gratuit titre d'apport

Elles sont comptabilisées La VE = la VA, c-à-d La VE = valeur indiquée


à la valeur actuelle des valeur estimée à la date dans l’acte d'apport.
biens cédés en d’entrée en fonction du Evaluation contenue dans
contrepartie. La VA est marché et de l’utilité les statuts + Rapport du
estimée en fonction du économique du bien pour commissaire aux apports.
marché et de l’utilité l’entreprise bénéficiaire.
économique pour
l’entreprise.
Les principes d’évaluation des
immobilisations corporelles produites

Evaluation des immobilisations produites

Le coût de production des immobilisations est formé de la somme :

• du coût d'acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production de l’élément ;


• des charges directes de production tels les charges de personnel, les services extérieurs, les
amortissement
• des charges indirectes de production dans la mesure où elles peuvent être raisonnablement
rattachées à la production de l’immobilisation .
Les immobilisations produites sur un seul
exercice

Lorsque l’immobilisation est achevée et mise en service, les frais engagés


comptabilisés au préalable en charges au fur et à mesure de l’avancement des
travaux sont neutralisés par le biais du compte d’immobilisation produite par
l’entreprise pour elle-même

 23     Immobilisations corporelles  X  


   
immobilisation produite par l’entreprise
 714   X
pour elle-même
7397 Transferts de charges financières X
(coûts d’emprunt activés)
Coût de production de l’immobilisation achevée
APPLICATION

Une entreprise a construit pour son propre usage une machine-outil. Les travaux ont débuté
le 01/03/N et se sont achevés le 31/12/N. Les dépenses engagées sont les suivantes :
− matières premières : 200 000 DH ;
− main-d’œuvre : 220 000 DH (dont 40 000 DH de charges fixes) ;
− frais de fabrication : 50 000DH (dont 20 000 DH de charges fixes) ;
− coûts d’emprunts activés : 2 000 DH.
L’activité a représenté 80 % de l’activité normale.
Calculer le coût de production de la machine et comptabiliser l’écriture au 31/12/N.
CORRECTION

Calcule du coût de production de la machine:


Coût de production = 200 000 + (220 000 − 40 000) + (50 000 − 20 000) + [(40 000 + 20 000)
× 80 %] + 2 000 = 460 000

 233     Installations techniques, matériels et outillage industriels  460000  


   
 714   458000
immobilisation produite par l’entreprise pour elle-même
7397 2000
Transferts de charges financières
Les immobilisations produites sur plusieurs
exercices
Ecriture comptable en N-1:
 239     Immobilisations corporelles en cours  X  
  (montant du coût de p° à la clôture de
 
N-1)
Lorsqu’à la clôture de l’exercice N−1,  714   X
Immobilisation produite par
l’immobilisation n’est pas terminée: 7397
l’entreprise pour elle-même
X
Il convient de procéder à l’évaluation Transferts de charges financières
partielle de son coût de production N−1. À (coûts d’emprunt activés N−1 )

l’achèvement de l’immobilisation en N, on
procède à l’évaluation du coût de Ecriture comptable en N:
 23    Immobilisations corporelles (coût de p°  X  
production total.   N-1 et N)
 
239
Immobilisations corporelles en  X
 714  cours
X
7397 Immobilisation produite par
l’entreprise pour elle-même
X
Transferts de charges financières
(coûts d’emprunt activés N )
APPLICATION
Une entreprise a construit pour son propre usage une machine-outil. Les travaux ont
débuté le 01/03/N−1 et se sont achevés le 31/12/N.
Les dépenses engagées en N−1 sont les suivantes :
 Les dépenses engagées en N−1 sont les suivantes :
Frais de MP MO Frais de Frais
recherche et fabrication administratif  L’entreprise a contracté
d’études
s généraux un emprunt le 01/03/N
préalables
pour 120 000 DH au
taux annuel de 3 %.
10000 60000 100000 40000 2000  L’activité a représenté
80 % de l’activité
 Les dépenses engagées en N sont les suivantes : normale
MP MO Frais de F° SOUS-TAITANCE
Calculer le coût de
120000 200000 dont 140000 dont 30000 production de la machine
50000 CF 50000 CF et comptabiliser l’écriture
au 31/12/N.
CORRECTION

Coût de production N−1 = 60 000 + 100 000 + 40 000 = 200 000

Coût de production N = 120 000 + (200 000 − 50 000) + (140 000 − 50 000) + 30 000 + [(50
000 + 50 000) × 80 %] + (120 000 × 3 % × 10 / 12) = 473 000

Coût de production total = 200 000 + 473 000 = 673 000

 233     673000   
  Installations techniques, matériels et  
outillage industriels

239  200000
Immobilisations corporelles en cours
 714  470000
Immobilisation produite par l’entreprise pour
7397 elle-même 3000

Transferts de charges financières (coûts


d’emprunt activés N )
• L’amortissement L’amortissement des immobilisations corporelles
:

Est la constatation comptable de la dépréciation de la valeur des


éléments d’actif immobilise avec le temps (usure),l’usage(facteurs
physique) ou le progrès technologique (obsolescence ). La
dépréciation est calculée sur la base de la valeur d’entree
d’immobilisation amortissable en appliquant un taux
d’amortissement.
Donc l’amortissement est une technique de renouvellement des
immobilisations .elle permet de repartir le cout d’un élément d’actif
immobilise sur sa durée probable de vie
Pratiques d’amortissement

Dans la pratique, l’amortissement se présente comme une modalité fiscale


pour récupérer l’investissement effectué.
Les différents pratiques d’amortissement :
-L’amortissement constant: l’amortissement linéaire ou constant est une
méthode de détermination de la dotation de l’exercice
-l’amortissement dégressif, appelé aussi amortissement fiscale ,cette
méthode permet a l’entreprise de bénéficier d’un avantage fiscal pendant
les premières années d’amortissement puisque la dépréciation est plus
importante durant ces années ,l'amortissement dégressif ne peut
s’appliquer que sur certaines immobilisations neuves ,bien définies par les
textes.
-amortissement dérogatoire (accéléré): l’amortissement dérogatoire est
la constations d’un écart entre l’amortissement linéaire et
l’amortissement fiscale autorise .il s’agit d’un amortissement supérieur a
la dépréciation normal des immobilisations (amortissement
économique ), autorise parfois par l’administration fiscale dans le cadre
du code d’’investissement .
Dans ce cas , l’exedent de l’amortissement accélère sur l’amortissement
économique constitue un amortissement dérogatoire cet amortissement
est regroupe avec les provisions règlementés au passif du bilan.
-l’amortissement exceptionnel peuvent résulter d’un usage plus intensif
que prévu initialement ou pour toute autre cause imprévisible dont les
effets sont juges irréversibles.
La pratique d ’amortissement au choix de
l’entreprise

Amortissement constant

• Immobilisation non valeur sans respect de la règle du prorata temporis. Les autres
immobilisations démarrage des amortissements à partir de la date d’entrée ou d’usage

Amortissement dégressif

• Immobilisations en non valeur: exclues du droit à amortissement dégressif


• taux dégressif: taux constant x taux fiscal.
• Coefficients
• 3ans à 4 ans 1.5
• 5ans à 6 ans 2
• + 6 ans 3
Ecriture comptable des
amortissements

• Amortissement constant: La dotation est jugée normale

• Amortissement dégressif : l ’amortissement dégressif a un aspect fiscal:

- Les premières dotations sont fortes: elles comprennent une fraction égale
à la dotation constante jugée en général, comme charge d ’exploitation et
un supplément considéré comme un avantage fiscal pour diminuer l ’impôt
et non pour déprécier l’immobilisation c’est donc un amortissement jugé
dérogatoire.
LE PLAN
D’AMORTISSEMENT

Un plan d’amortissement est un tableau financier visant à


présenter la dépréciation qui affectera une immobilisation du fait
de l’usure et du temps.
Afin de mesurer dans la durée l’amortissement, un plan est établi
dès que le bien est porté à l’actif du bilan comptable d’une
entreprise et ce dernier peut faire l’objet d’une révision.
Exemple :
Une entreprise a acquis le 01/04/N un outillage au prix hors taxe de: 400 000 dh qu’elle
souhaite amortir sur 8 ans et 4 mois.

Travail à faire :

1- Présenter le plan d’amortissement en cas d’option à l ’amortissement dégressif.


2- Comparer les dotations linéaires et dégressives
Correction: 1. Plan d’amortissement dégressif

Année Bases d’amortissement Dotation d’amortissement Cumul d’amortissement

N (9 mois) 400 000 108 000 108 000


N+1 292 000 105 120 213 120
N+2 186 880 67 276,8 280 396,8
N+3 119 603,2 43 057,15 323 453,95
N+4 76 546,05 27 556,58 351 010,53
N+5 48 989,47 17 636,21 368 646,73
N+6 31 353,27 12 136,75 380 783,48
N+7 12 136,75 392 920,23
N+8 (7 mois) 7 079,77 400 000,00
Amortissements dérogatoires :La différence entre un amortissement autorisé fiscalement et l’amortissement réel
d’une immobilisation se qualifie d’amortissement dérogatoire.
Année Dotation Dotation constante Différence
dégressive Jugée traduisant la dépréciation de l’immobilisation
N (9mois) 108 000 36 000 + 72 000
N+1 105 120 48 000 + 57 120
N+2 67 276,8 48 000 + 19 276,80
N+3 43 057,15 48 000 (-) 4 942,85
N+4 27 556,58 48 000 (-) 20 443,42
N+5 17 636,21 48 000 (-) 30 363,79
N+6 12 136,75 48 000 (-) 35 863,25
N+7 12 136,75 48 000 (-) 35 863,25
N+8 ( 7mois) 7 079,76 28 000 (-) 20 920,24

• De N à N+2, l’amortissement dégressif procure à l’entreprise un avantage fiscal sous forme


d’amortissement dérogatoire (DNC aux Provisions d’amts dérogatoires).

• A partir de N+3, la dotation constante redevient supérieure à la datation dégressive, l’amortissement


dérogatoire constitué les trois premiers exercices commence à s’annuler. ( Reprises/ Amts
dérogatoires)
Ecritures comptables pour la constatation
des amortissements dégressifs

 En principe, la pratique de l’amortissement dégressif, répond à une préoccupation fiscale,


l’amortissement dégressif ne traduit pas la dépréciation de l’immobilisation, il ne doit pas venir
en moins de la valeur brute de l’immobilisation concernée.

 L’amortissement de trop par rapport à la dépréciation doit donc être imputé dans un compte
de capitaux propres assimilés, quand la dotation dégressive devient inférieure à la dotation
jugée normale pour déprécier l’immobilisation, une reprise Sur les amortissements
dérogatoires doit être constatée.
LES DERNIERES DOTATIONS
SONT FAIBLES

Elles s ’enregistrent comme suit:


- L ’entreprise continue à enregistrer la dotation constante en tant qu’amortissement normal
de l ’immobilisation.
- Pour éviter le dépassement en déduction fiscale de la valeur amortissable, l ’entreprise
annule en fraction l ’amortissement dérogatoire cumulé , en constatant une reprise sur
provisions réglementées.

619* Dotation d’exploitation aux amortissements des immo X


28 *** Amortissements de ……………………….. X
Dotation traduisant la dépréciation (en général la dotation constante)
1351 Amortissements dérogatoires X
7594 Reprises sur amortissements dérogatoires X
Immobilisations par composants

• Certaines immobilisations sont complexes et comprennent des éléments de durées de


vie différentes. Il convient de décomposer l’immobilisation pour pouvoir évaluer son
amortissement d’une manière fiable.

• Lorsque l’évaluation d’un composant n’est pas possible, les entreprises calcule
l’amortissement sur la valeur globale et provisionne la réparation prévue.

Exemple:
Une entreprise a acquis le 01/01/N un matériel industriel pour une valeur globale (HT) de 1 200 000 dh.
Si on considère que le matériel comprend:

- Une structure de base de 750 000 dh (HT): Durée de vie 10 ans.


- Un tour d’une valeur (HT) de: 240 000 dh : durée de vie: 5 ans
- D’un moteur d’une valeur (HT) de : 210 000 dh d’une durée de vie de 5 ans.

Travail à faire : Calculer l’amortissement à constater si l’entreprise décompose son immobilisation.


corriger

Amortissement de l’année N est :


• Amortissement de structure de base :
750.000*10% = 75 000 DH
• Amortissement du tour :
240.000*20% = 48 000 DH
• Amortissement du moteur :
210.000*20% = 42 000 DH
TOTAL D’AMORTISSEMENT:
75 000 + 48 000 + 42 000 = 165 000 DH
Les amortissements des immobilisations
en non valeur.

• L’amortissement des immobilisations en non valeur ne répond pas à la notion d’un réel
amortissement. C’est un étalement d’une charge sur une période fiscale.

Selon l ’immobilisation en non valeur


concernée

Amt constant obligatoire 213: primes de


remboursement
Pour les comptes des postes:
des obligations
211 et 212 Amt suivant le nombre
taux de 20% d’obligations amorties
EXEMPLE 1 :

L’entreprise SAM compte parmi ses immobilisations en non valeurs les dépenses
suivantes:
- Frais d’augmentation du capital, engagés le 05/01/N-2. Montant: 324 600 dh.
- Frais d’acquisition des immobilisations engagés le 06/01/N-1, montant: 122 240 dh.
L’entreprise amortit toutes ses immobilisations en non valeur sur une durée de 5 ans.
Travail à faire: Calculer les amortissements de l’exercice N et passer les écritures
correspondantes au journal.
Exemple 2:
- le 01/04/N: Un emprunt obligatoire à été émis aux conditions suivantes:
Nombre d ’obligations: 10 000
Valeur minimale: 100
Taux d intérêt : 5%
Prix d ’émission: 98 dh
Prix de remboursement: 100 dh
Frais d ’émission retenus par la banque: 8 000 dh
Mode de remboursement: 4 unités sensiblement constantes
Calculer et enregistre les dotations aux amortissements de l’exercice N.
Régularisation des amortissements
Lors d’une révision comptable on peut détecter des erreurs sur les amortissements
constatés: On doit donc procéder à leur correction.

Amortissements en moins:

• L’entreprise rattrape ses amortissements non constatés en débitant le comptes:


• Dotations aux amortissements des exercices antérieurs.(6198) Cette dotation n’est pas déductible immédiatement, on doit attendre le
1er exercice qui suit la durée de vie pour la déduire en extra-comptable

Amortissements en trop:

• L’entreprise doit réduire ses amortissements par la constatation d’une reprise sur amortissements des exercices antérieurs.(7198).
• Cette reprise corrige les amortissements mais un redressement des impôts sur
• résultat des exercices passés doit être opéré.
Les provisions pour dépréciation des
immobilisations

Les provisions traduisent des dépréciations conjoncturelles, simplement probables et


qui peuvent être réversibles.

Les provisions concernent essentiellement les immobilisations non amortissables, elles


peuvent cependant être constatées même pour les immobilisations régulièrement amorties,
en vue d’augmenter leur dépréciation jugée incertaine mais pour plus de sincérité,
l’entreprise rajoute à ses amortissements une provision de plus:
Ainsi donc, une immobilisation peut faire l’objet simultanément à un amortissement et à une
provision.
Les immobilisations les plus souvent dépréciées par les provisions sont:
- Le fonds commercial.
- Les terrains (Terrains de gisement et carrières sont amortissables).
- Les titres de participation.
Les provisions concernent les autres éléments d’actif autres que les immobilisations
( Stocks, Créances, Titres et valeurs de placement).
Les amortissements ne concernent que les immobilisations.
03.
Les immobilisations
Incorporelles
Définition
Ce sont des immobilisations qui ont une valeur mais sans substance physique. Cette notion
recouvre en partie celle d’investissement immatériel. Une immobilisation incorporelle est
« identifiable » lorsque:
• Elle est séparable des autres activités de l’entité: elle est susceptible d’être vendue,
transférée, louée ou échangée de manière isolé ou avec un contrat, un autre actif ou
passif;
• ou bien elle résulte d’un droit légal ou contractuel, même si ce dernier n’est pas
transférable ou séparable.
Le critère économique (séparabilité) et le critère juridique (droit résultant de la loi ou d’un
contrat sont retenus alternativement : il suffit que l’un des deux soit respecté pour que l’on
reconnaisse à un élément incorporel le caractère d’immobilisation.
Une difficulté particulière concerne les immobilisations incorporelles :leur efficacité est
souvent conditionnée par des effets de synergie et il n’est pas toujours aisé d’isoler les
avantages économiques futurs propres à chacune(cas du fonds de commerce crée par,
exemple). Dans ce cas , les dépenses engagées pour acquérir ou produire ce type d’élément
ne pourront pas avoir le caractères d’un actif
Les redevances annuelles

Les immobilisations incorporelles peuvent être acquises moyennant le règlement


de tout ou partie du prix au moyen de redevances périodiques calculées en fonction du
chiffre d’affaires généré par l’actif.

Les immobilisations incorporelles sont immobilisées pour la valeur vénale du bien


au moment de la signature de l’acte, égale à la part fixe prévue au contrat, majorée de la
valeur actualisée des redevances probables qui seront versées au cours de la période
retenue. La TVA n’est déductible que sur la partie fixe.

Valeur d’entrée = Partie fixe + (Redevance annuelle × [1 − (1 + i)−n] / i)

i = taux d’actualisation ; n = durée du contrat ; redevance annuelle = % CA HT


1. Réception de la facture
Les redevances annuelles : traitement comptable
22.. IMMOBILISATION incorporelle X
5141 Banque(partie fixe) X
1486 Fournisseurs d’immobilisation X
2. Échéance des redevances Le montant des redevances est porté au débit du compte 1486 par le
crédit d’un compte de trésorerie
1486 Fournisseurs d’immobilisation
5141 Banque
Versement des redevances

3. Échéance du contrat Deux cas de figure se présentent :


− soit les redevances versées sont supérieures au montant de la dette due ; la différence est
comptabilisée au débit dans un compte de charges exceptionnelles ;
1486 Fournisseurs d’immobilisation
613/4 Autres charges externes
5141 Banque
Pour solde du compte fournisseur d’immobilisation

− soit les redevances versées sont inférieures au montant de la dette due ; la différence est
comptabilisée au crédit dans un compte de produits exceptionnels.
APPLICATION CORRIGÉE

Une entreprise a signé le 01/01/N un contrat de licence l’autorisant à fabriquer et à


commercialiser un appareil. Le contrat comporte le versement d’une redevance fixe à la
signature de 10 000 DH HT et celui d’une redevance variable payable le 31/12 de
chaque année, égale à 10 DH HT par appareil. La durée du contrat est de 3 ans. La
société envisage de commercialiser 25 000 appareils par an. Le taux d’actualisation est
de 5 %. L’entreprise a vendu 30 000 appareils en N. La TVA sera négligée.

Calculer la valeur d’entrée du brevet et comptabiliser les écritures en 01/01/N et 31/12/N.


Correction

Valeur d’entrée du brevet Valeur d’entrée = 10 000 + (25 000 × 10) × [1 − (1,05)ˉ³] / 0,05 = 690 812

01/01/N
228. Autre Immobilisation incorporelle 690812
5141 Banque 10000
1486 Fournisseur d’immobilisation 680812
Facture n°…
31/12/N
1486 Fournisseur d’immobilisation 300.000
5141 Banque 300.000
Règlement de la redevance
Les opérations de recherche et
développement
La comptabilisation d’une immobilisation incorporelle nécessite que les deux conditions
suivantes soient réunies :
− l’entreprise doit bénéficier des avantages économiques générés par l’immobilisation ;
− l’entreprise doit pouvoir évaluer son coût avec une fiabilité suffisante.

• Les dépenses de recherche concernent la recherche fondamentale et la recherche appliquée.


Elles se situent trop en amont de la production ou de la commercialisation et ne satisfont pas aux
critères de définition d’un actif (probabilité d’obtention d’avantages économiques futurs) ; elles
doivent être comptabilisées en charges lorsqu’elles sont encourues, et ne peuvent pas être
incorporées dans le coût de l’immobilisation incorporelle à une date ultérieure.

• Les dépenses de développement concernent la mise en application des travaux de recherche


en vue de l’obtention d’éléments nouveaux, avant le début de leur production commerciale ou de
leur utilisation. Elles sont soit comptabilisées en charges, soit activables sous conditions.
L’activation des dépenses de développement est une méthode de référence. La méthode
retenue doit être appliquée à l’intégralité des actifs concernés et non pas projet par projet. C’est
l’application du principe de permanence des méthodes.
TRAITEMENT COMPTABLE

1. Le traitement comptable des dépenses de développement activées Les coûts


engagés doivent être régularisés à la clôture de l’exercice. L’écriture comptable est la
suivante:

2210 Immobilisation en recherche et développement X


6141 Etudes, recherches et documentation X
Pour régularisation

2. Le traitement des dépenses réalisées pour des tiers Les dépenses engagées pour le
compte de tiers constituent un encours de production dès lors que le projet n’est pas
terminé à la clôture de l’exercice.

3131 Etudes en cours X


7134 Variation des stocks d’études en cours X
En-cours de production
APPLICATION

Un projet est engagé en interne en N pour une commande client :


− les frais de recherche fondamentale s’élèvent à 1 0000dh  ;
− les frais de développement s’élèvent à 3 0000dh du 01/08/N au 31/12/N.
Le projet n’est pas terminé. Comptabiliser les écritures au 31/12/N, sachant que les
dépenses ont été comptabilisées en charges.

Correction:

• Les frais de recherche sont des charges.


• Les frais de développement ne peuvent pas être activés car ils sont engagés
pour le compte d’un tiers. Le projet n’est pas terminé à la clôture. Les dépenses
engagées constituent un encours de production.
31/12/N
3131 Etudes en cours 30000
7134 Variation des stocks d’études en cours 30000
En-cours de production
Les brevets et les marques

Les brevets et marques constituent des immobilisations incorporelles s’ils sont destinés à
servir de façon durable à l’entreprise. L’écriture comptable est la suivante :

2220 Brevets, marque, et droits assimilés X


34551 Etat TVA récupérable sur immobilisation X
Fournisseur d’immobilisation X
Facture n°…..

Les brevets créés en interne La comptabilisation est conforme à celle des


immobilisations produites par l’entreprise. Les charges engagées en N sont soldées par
un compte de production immobilisée.

2220 Brevets, marque, et droits assimilés X


34551 Etat TVA récupérable sur immobilisation X
7141 Immobilisation produites par l’entreprise par elle-même X
4455 Etat TVA facturé
Facture n°…..
Lorsque le projet de création du brevet s’étale sur plusieurs exercices, il convient de procéder à
l’évaluation partielle de son coût de production N−1. À l’achèvement de l’immobilisation en N,
on procède à l’évaluation du coût de production total.

L’écriture comptable est la suivante :

2220 Brevets, marque, et droits assimilés(CP total) X


2285 Immobilisations incorporelles en cours(CPn-1) X
7141 Immobilisation produites par l’entreprise par elle-même(CPN) X
Pour la réalisation à la clôture
Fonds commercial
Le compte «fonds commercial» enregistre l’acquisition des éléments incorporels du
fonds de commerce acquis, qui ne font pas l’objet d’une évaluation et d’une
comptabilisation séparées au bilan et qui concourent au maintien ou au
développement du potentiel d’activité de l’entité.

L’écriture comptable est la suivante :


2230 Fonds commercial X
34551 Etat TVA récupérable sur charge X
1486 Fournisseur d’immobilisation X
Acquisition d’un fonds de commerce
Fonds commercial

Attention: Il ne faut pas confondre fonds de commerce et fonds commercial.


Le fonds de commerce englobe le fonds commercial. Il est constitué
d’éléments corporels et d’éléments incorporels appartenant à un commerçant
lui permettant de développer sa clientèle.
Le fonds commercial est une partie résiduelle mais il constitue la partie
centrale du fonds de commerce. Il est composé principalement de la
clientèle, de l’achalandage, de l’enseigne, du nom commercial et, plus
largement, des parts de marché
Application :
Une entreprise acquiert le 01/01/N un fonds de commerce pour 150 000 DHs. Il
comprend un matériel de 50 000 DHs, des stocks de marchandises
pour 30 000 DHs et un droit au bail de 10 000 DHs. Le règlement est immédiat par
chèque bancaire.
Comptabiliser l’écriture d’acquisition du fonds de commerce.
Correction
Valeur du fonds = 150 000 − 50 000 − 30 000 − 10 000 = 60 000 Dhs

2230 Fonds commercial 60.000


228. Autres immobilisations incorporelles(droit au bail) 10.000
2332 Matérielle et outillage 50.000
3111 Stock de marchandise 30.000
5141 Banque 150.000
Facture n°….
Fonds commercial

Évaluation à la clôture

Le fond commercial est présumé avoir une durée d’utilisation non limitée et ne sera pas
amortissable, mais cette présomption peut être réfutée.
Une simplification est offerte aux petites entreprises au sens comptable. Celles-ci peuvent amortir
tous les fonds commerciaux inscrits à leur bilan sur 10ans.
Le fonds commercial peut avoir une durée limitée dans certains cas. Par exemple, si ce dernier
est adossé à un contrat ou à une autorisation légale ayant une durée d’utilisation limitée comme
par exemple un contrat de concession ou une autorisation d’extraction d’une mine. Ou encore
lorsqu’une décision d’arrêter l’activité à laquelle le fonds commercial est rattaché est prise par
l’entité.
SECTION 2 :

Les sorties
d’immobilisations
Le traitement est identique qu’il s’agisse
d’immobilisations corporelles ou
incorporelles.
A- Les cessions Sachant que la sortie d’une
d’immobilisations immobilisation n’est pas une opération
courante, la comptabilité
enregistre cette sortie en utilisant des
comptes de charges et de produits
exceptionnels.
La démarche

Constatation de Constatation du prix Sortie de


l ’annuité de cession l’immobilisation
d’amortissement du patrimoine (sa
complémentaire valeur brute)
pour une
immobilisation
amortissable
La démarche

Valeur comptable des


éléments d’actifs Produit de cession des
cédés éléments d’actifs

VNA est un compte de PCEA est un compte de


charge exceptionnelle qui produit exceptionnel qui
enregistre la valeur nette enregistre le produit net de
comptable de l’immobilisation cession de l’immobilisation
à la date de sortie

VNA= Valeur brute –


Amortissements cumulés.
La démarche

  Exemple :

Un immeuble acquis le 01/04/ N pour un montant de 500000 DH HT est


revendu le 01/11/N+8 pour 600000 DH. Il est amorti sur 20ans en
linéaire, les amortissements cumulés s’élèvent à 200000 DH à la date
de cession. L’amortissement complémentaire, du 01/01/N+8 au
30/09/N+8, est compris dans ce montant. La TVA déduite au moment
de l’acquisition est de 100000DH. La TVA à reverser dépend du
nombre d’années acquis sachant que chaque
fraction d’année compte pour une unité soit 9 années de N à N+8.
La démarche
1. TVA à reverser= 100000 – (100000 × 9/20)= 55000
2. Les enregistrements sont les suivants:

Constructions 55000
Etat TVA récupérable 55000
Reversement de la TVA

Créances sur cessions d'immobilisation 600000

Produit de cession des immobilisations corporelles 600000


Enregistrement du produit de la vente
200000
Amortissements des constructions
VNA des immo corp cédées 355000

555000
Constructions
Enregistrement de la sortie de la construction
Résultat de cession

On obtient un résultat de cession en confrontant


les deux comptes:
*Si PCEA >VCEAC→ plus-value
*Si PCEA <VCEAC→ moins-value
Dans le cas d’immobilisations sinistrées,
deux cas se présentent:
B- Les sorties *si elles sont réparables, le sinistre est
comptabilisé comme une charge et
d’immobilisations l’indemnité d’assurance est enregistrée
sinistrées dans un compte transfert de charge;
* si elles ne sont pas réparables, elles
vont sortir de l’actif.
L’indemnité d’assurance est alors
enregistrée comme le prix de cession de
l’immobilisation.
Les sorties d’immobilisations sinistrées
Le 30 septembre N, un incendie a eu lieu dans un atelier. Il a eu des conséquences sur les
biens de l’entreprise. Il a notamment détruit un module de cuisson (mod123). Il s’agissait
d’un module mobile de qualité, en inox, avec éclairage et système d’aspiration intégré. Il
n’est pas réparable. L’incendie a aussi endommagé l’atelier. Celui-ci est remis en état par un
artisan en octobre. Sa facture, datée du 14octobre N, s’élève à 3000DH HT. Elle est réglée
le jour même.
Le 22décembre N, l’entreprise a perçu une indemnité d’assurance d’un montant total de
19000DH se décomposant en 16000DH pour le module de cuisson et 3000DH pour l’atelier.
Les caractéristiques des immobilisations endommagées:
Immobilisations Mod 123 Aménagement
d’atelier
Date d’achat 02/01/N-2 15/07/N-4

Valeur d’origine 32 000 DH HT 8 000 DH HT

Mode d’amortissement Linéaire Linéaire

Durée d’utilisation 4 ans 10 ans


Les sorties d’immobilisations sinistrées

La comptabilisation des conséquences du sinistre se fait de la manière suivante:


– Pour l’aménagement de l’atelier
Il est réparable, il n’est donc pas sorti de l’actif.
La réparation consiste en une remise en état: elle est comptabilisée en charges.
14/10/N

Entretien 3000
600
TVA déductible
Banque 3600

Enregistrement de la facture de réparation


Les sorties d’immobilisations sinistrées
Pour le module de cuisson
Il n’est pas réparable. Il va donc sortir de l’actif.
Calculs préalables
*Amortissement pratiqué en N–2: 32000 × 1/4= 8000
*Amortissement pratiqué en N–1: 8000
*Amortissement pratiqué en N (jusqu’à la date du sinistre): 8000 × 9/12= 6000
La valeur nette comptable de la table de cuisson s’élève à: 32000 – (8000+8000
+6000)= 10000
*L’indemnité d’assurance est considérée comme constituant le prix de cession de
l’immobilisation irréparable pour l’immobilisation qui sort de l’actif (module de
cuisson) et enregistrée dans un compte «Transfert de charges» pour
l’immobilisation réparable qui reste à l’actif du bilan (l’aménagement de l’atelier)
Les sorties d’immobilisations sinistrées

22/12/N

Autres comptes débiteurs ou créditeurs 19 000

PCEA produit de cession des immob corp 16 000

Transfert de charges d'exploitation 3 000

Enregistrement de l’indemnité d’assurance à recevoir


Les sorties d’immobilisations sinistrées
Concernant le module de cuisson, les enregistrements sont les suivants :
30/9/N
Dotations aux amortissements 6 000
Amortissements du matériel industriel 6 000
Enregistrement de l’amortissement complémentaire

Dotations aux amortissements exceptionnels des 10 000


immobilisations
10 000
Amortissement du matériel industriel
Enregistrement de l’amortissement exceptionnel pour annuler la VNC

32 000
Amortissement des constructions
32 000
Matériel industriel
Enregistrement de la sortie de l’immobilisation
Parmi les immobilisations corporelles et incorporelles,
certaines respectent des règles de comptabilisation
spécifiques notamment lorsqu’elles font l’objet d’un
contrat de location financement.
Dans les comptes sociaux, l’apparence prime sur la
réalité économique au contraire des comptes
consolidés ou sous normes IFRS.
• Les immobilisations corporelles et financières peuvent

En somme
être réévaluées pour satisfaire à l’objectif
d’image fidèle, le coût historique s’avérant parfois
totalement déconnecté de la juste valeur de ces
actifs.
• Dans le cas d’immobilisations incorporelles, les
marques exceptées, les frais de développement
peuvent être activés sous certaines conditions. L’actif
formé par ces frais de recherche sera ensuite
amorti sur sa durée d’utilisation. Cette disposition étant
une option, toutes les entreprises ne seront
pas obligées de s’y conformer, entraînant sur ce point
des différences dans la présentation des états
financiers (actif pour les unes, charge pour les autres
Evaluation
des stocks
Selon la méthode de l’inventaire intermittent, les
comptes d’achat (de matières premières,
marchandises…) enregistrent tous les mouvements
de l’année, même si tous ces achats ne sont pas
intégralement consommés. Un inventaire physique
est réalisé à la clôture de l’exercice, ainsi qu’une
évaluation des stocks. Lorsque les stocks sont
comptabilisés
Comptabilisation des selon la méthode de l’inventaire permanent, il est
possible d’effectuer des inventaires physiques
stocks tournants au lieu de l’inventaire physique annuel à la
date de clôture.
Après inventaire physique et valorisation, les stocks
sont alors ajustés au bilan en contrepartie
des comptes Variation de stocks.
Pour les produits finis et encours, l’ajustement des
stocks à la clôture de l’exercice est réalisé en
contrepartie des comptes Production stockée.
De même que les immobilisations, un stock
est comptabilisé à l’actif si:
– il est probable que l’entité bénéficiera des
avantages économiques futurs et
Évaluation – son coût ou sa valeur peut être
des stocks à déterminé de façon fiable.
l’entrée à
Le coût des stocks doit comprendre tous
l’actif du les coûts d’acquisition, de transformation et
bilan autres coûts encourus pour amener les
stocks à l’endroit et dans l’état où ils se
trouvent, les pertes et gaspillages étant
exclus des coûts,
Type de stocks Coût d’entrée à l’actif du bilan

Matières premières et fournitures, autres Coût d’acquisition


approvisionnements, marchandises

Produits finis, en-cours de production Coût de production


Coût d’acquisition d’un stock

Le coût d’acquisition comprend :


– le prix d’achat HT si la TVA est récupérable et après déduction des rabais,
remises et escomptes;
– les droits de douane et autres taxes non récupérables;
– les frais de transport et de manutention;
– les autres coûts directement imputables à l’acquisition.
Les coûts administratifs sont exclus du coût d’acquisition, à l’exclusion de
ceux relatifs à des structures dédiées.
Coût de production d’un stock

Coûts directs et indirects Frais exclus du coût


Les coûts inclus dans le
de production d’entrée d’un stock
coût des stocks sur option
Les frais suivants ne doivent pas être
Le coût de production d’un stock Il s’agit des coûts d’emprunt, des incorporés au coût d’entrée d’un stock et
de produits finis ou d’en- commissions et frais d’actes. doivent donc être comptabilisés en
cours comprend les coûts Les commissions et frais d’actes charges:
directs et les frais généraux relatifs à la production sont intégrés – les frais administratifs généraux qui ne
indirects de production (s’ils au coût de production des contribuent pas à mettre les stocks dans
entrent dans le processus de stocks sur option selon les mêmes l’état et à l’endroit où ils se trouvent;
production). modalités que pour les – les frais de commercialisation et de
Les coûts directs sont ceux immobilisations corporelles et distribution;
directement attribuables aux incorporelles. – les frais de stockage, sauf ceux concernant
unités produites: matières Les règles d’incorporation de ces un stockage nécessaire entre deux phases
premières, main-d’œuvre charges sont précisées dans le de production;
directe… chapitre «Les immobilisations – les montants anormaux de déchets de
Les frais généraux indirects de Corporelles et incorporelles: règles fabrication, de main-d’œuvre ou d’autres
production peuvent être générales». coûts de production
variables ou fixes.
Exemple Coût de production d’un stock
Au cours du dernier trimestre N, la société PRODI a produit 3100 produits P3.
Au 31/12/N, aucun produit P3 n’a encore été vendu et il n’existait aucun stock au 1/10/N. Les
dépenses relatives à cette production sont les suivantes, selon les données de la comptabilité
analytique:
– prix d’achat des matières premières utilisées: 200000 DH,
– droits de douane sur matières premières: 17000DH,
– frais de transport sur matières premières: 8000DH,
– frais de recherche de nouveaux fournisseurs de matières premières: 3000DH,
– frais directs variables de production: 160000DH,
– frais indirects de production: 100000DH (il s’agit de charges fixes et l’activité réelle sur
La période de fabrication a été de 80% de l’activité normale),
– quote-part de frais de recherche fondamentale: 20000DH,
– quote-part de frais généraux: 25000DH.
Coût de production d’un stock

Coût d’entrée du stock de produit P3 au 31/12/N=


Prix d’achat des matières premières: 200000
+ Droits de douane sur matières premières: 17000
+ frais de transport sur matières premières: 8000
+ frais directs variables de production: 160000
+ frais indirects de production: (80 % × 100000) = 80000
Total: 465000DH
Les frais de recherche de fournisseurs de matières premières ne peuvent pas être
considérés comme attribuables à cette production, de même pour la quote-part de frais
de recherche fondamentale et la quote-part de frais généraux
Biens acquis ou produits conjointement

Dans ce cas les règles générales applicables aux actifs s’appliquent :


Lorsque les actifs sont acquis conjointement, ou sont produits de façon
conjointe et indissociable, pour un coût global d’acquisition, ou de
production, le coût d’entrée de chacun des actifs est ventilé à proportion de
la valeur attribuable à chacun d’eux. Si cela n’est pas possible, chacun des
biens est évalué par référence à une valeur de marché ou forfaitairement,
les autres biens étant évalués par différence.
Biens acquis ou produits conjointement
Exemple
 Une entreprise a produit 6000 articles P2 et 2 000 kg de déchets. Le coût
de production correspondant est de 251000DH. Les produits résiduels
(déchets) sont réutilisables et vendus 4DH par kg. Cependant, les charges de
transport pour la récupération de ces déchets industriels représentent 20% de
leur prix de vente.
Marge nette réalisée sur la vente des déchets:
2000 × 4DH= 8000DH– 20% × 8000 = 6400DH
Coût du stock de produit P2 = 251000 – 6400 = 244600DH
Évaluation des stocks en devises étrangères

La valeur des stocks détenus à l’étranger et évalués en devises

doit être convertie en Dh à la clôture en utilisant, pour chaque

type de stocks, la moyenne pondérée des cours pratiqués à la date

d’achat ou d’entrée en magasin .Une dépréciation est constatée si

la valeur d’inventaire ainsi obtenue est inférieure au coût

d’entrée.
Les sorties de stocks
Biens non interchangeables et biens fongibles

Type de biens Définition Méthodes d’évaluation des


sorties de stocks
Biens non Biens individualisés,
Coût d’acquisition ou de production
unitaire réel
interchangeables identifiables (par exemple, un bien immobilier en
stock au bilan
unitairement d’un promoteur immobilier

Biens fongibles Biens ne pouvant


– PEPS (Premier Entré Premier Sorti
ou FIFO)
pas être identifiés – CUMP (Coût Unitaire Moyen
Pondéré) après chaque entrée
unitairement – CUMP sur une période n’excédant
pas la durée de stockage
– Méthodes alternatives utilisables
pour raisons de : méthode du coût
standard, méthode du prix de détail
Application

Alpha est une entreprise qui fabrique deux modèles de chaises destinées aux
collectivités : Un modèle courant (C) et un modèle avec accoudoirs (L). Au cours du
mois de janvier l’entreprise a enregistré les mouvements suivants concernant l’achat
de la matière première (A) : Date Libellée Quantité (en kg) Prix unitaire (en DH)
02/01 Stock initial 500 à 40 dh 04/01 Entrée (BE N° 01) 1 500 à 44dh 06/01 Sortie
(BS N° 10) 600 - 10/01 Entrée (BE N° 09) 400 à 52dh 14/01 Sortie (BS N° 20) 700 -
24/01 Sortie (BS N° 30) 900 - 29/01 Stock final 200
T.A.F : Etablir la fiche de stock de matière première selon :
1- La méthode du CMUP en fin de période
2- La méthode du CMUP après chaque entrée.
3- La méthode du FIFO
4- La méthode du LIFO
Solutions

Pour évaluer les stocks, il est nécessaire de valoriser : les entrées et les sorties.

Achats Production Distribution

Stocks Stocks

Entrée en stock Sortie de stock pour Entrée en stock Sortie de


des la production de la stock pour
approvisionne production la vente
ments
Solution

la méthode du CMUP en fin de période


Solution

1-Fiche de stock selon la méthode du CMUP en fin de période

    Entrées Sorties Stock


Date Libellée Qté PU Montant Qté PU Montant Qté PU Montant

02/01 SI 500 40 20 000       500 40 20 000

04/01 BE N° 01 1500 44 66 000       2000 44.5 89 000

06/01 BS N° 10       600 44.5 26 700 1400 44.5 62 300

10/01 BE N° 09 400 52 20 800       1800 44.5 80 100

14/01 BS N° 20       700 44.5 31 150 1100 44.5 48 950

24/01 BS N° 30       900 44.5 40 050 200 44.5 8 900

29/01 SF       200 44.5 8 900 200 44.5 8 900

Total 2400 44.5 106 800 2400 44.5 106 800      


Solution
La méthode du CMUP après chaque entrée.
Solution

La méthode du CMUP après chaque entrée.


    Entrées Sorties Stock

Date Libellée Qté PU Montant Qté PU Montant Qté PU Montant

02/01 SI 500 40 20 000       500 40 20 000

04/01 BE N° 01 1500 44 66 000       2000 43 86 000

06/01 BS N° 10       600 43 25 800 1400 43 60 200

10/01 BE N° 09 400 52 20 800       1800 45 81 000

14/01 BS N° 20       700 45 31500 1100 45 49 500

24/01 BS N° 30       900 45 40 500 200 45 9 000

29/01 SF       200 45 9 000 200 45 9 000

Total 2400   106 800 2400   106 800      


Solution
•La méthode du FIFO : Cette méthode consiste à évaluer les sorties au coût des entrées les plus
anciennes jusqu'à leur épuisement total. Le stock final sera évalué au coût des entrées les plus
récentes.
    Entrées Sorties Stock
Date Libellée Qté PU Montant Qté PU Montant Qté PU Montant
02/01 SI 500 40 20 000       500 40 20 000
04/01 BE N° 01 1500 44 66 000       500 40 20 000
1 500 44 66 000
06/01 BS N° 10       500 40 20 000 1400 44 61600
100 44 4 400
10/01 BE N° 09 400 52 20 800       1400 44 61 600
400 52 20 800
14/01 BS N° 20       700 44 30 800 700 44 30 800
400 52 20 800
24/01 BS N° 30       700 44 30 800 - - -
200 52 10 400 200 52 10 400
29/01 SF       200 52 10 400 200 52 10 400
Total 2400   106 800 2400   106 800      
Solution

-La méthode du LIFO : Cette méthode consiste à évaluer les sorties au coût des éléments les plus récentes jusqu'à leur
épuisement total. Le stock final sera évalué au coût des entrées les plus anciennes.
    Entrées Sorties Stock
Date Libellée Qté PU Montant Qté PU Montant Qté PU Montant
                     
02/01 SI 500 40 20 000       500 40 20 000
04/01 BE N° 01 1500 44 66 000       500 40 20 000
1 500 44 66 000
06/01 BS N° 10       600 44 26 400 500 40 20 000
900 44 39 600
10/01 BE N° 09 400 52 20 800       500 40 20 000
900 44 39 600
400 52 20 800

14/01 BS N° 20       400 52 20 800 500 40 20 000


300 44 13 200 600 44 26 400
24/01 BS N° 30       600 44 30 800 - - -
300 40 12 000 200 40 8 000
29/01 SF       200 40 8 000 200 40 8 000
Total 2400   106 800 2400   106 800      
Méthodes alternatives d’évaluation des sorties de
stocks
Pour des raisons de simplification, les entreprises peuvent préférer utiliser des méthodes de
détermination du coût de stocks qui ne retiennent pas les coûts réellement engagés mais une
approximation de ces coûts
La méthode du prix de détail
La méthode des coûts standards
Cette méthode peut être utilisée par les entreprises de
distribution qui commercialisent une multitude de
Les coûts standards retiennent les niveaux références rendant difficile le suivi individualisé des
normaux d’utilisation de matières premières et différentes références. En pratique cela peut
de concerner les enseignes de grande distribution et les
fournitures, de main-d’œuvre, d’efficience et stocks de petites pièces de faible valeur pour
de capacité. Ils sont régulièrement réexaminés lesquelles la détermination du coût réel est
et, impossible (boulons, écrous…). Le coût des stocks
est déterminé en déduisant de la valeur de vente des
le cas échéant, révisés à la lumière des
stocks le pourcentage approprié de marge brute et de
conditions actuelles frais de commercialisation. Un pourcentage moyen
pour chaque rayon peut être utilisé.
Méthodes alternatives d’évaluation des sorties de stocks
Exemple
 À la fin du mois de janvier N, vous disposez des informations suivantes concernant le
rayon parfumerie d’un grand magasin:
– Stock au 1 janvier N: 360000DH (en prix de vente TTC). Taux de marge: 55%.
– Achats de janvier N: 120000 DH en prix de vente TTC et 40000DH HT en coût d’achat.
– Ventes réalisées en janvier N: 180000 DH TTC.
réponse
Le stock évalué en prix de vente au 31 janvier N s’élève à : 300000 +100000 – 150000=
250000 (les montants doivent être pris en compte HT).
En coût d’achat le stock s’élève à 45 % × 250000= 112500DH, c’est la valeur qui figurerait à
l’actif du bilan au 31janvier N.
Évaluation des stocks à la date d’inventaire

Les stocks doivent être évalués selon les règles d’évaluation générales des actifs . À la clôture
de l’exercice, les stocks sont évalués au plus faible de leur valeur comptable et de leur valeur
actuelle. La valeur actuelle est en principe la valeur la plus élevée de la valeur vénale ou de la
valeur d’usage. Cependant, comme il n’est pas possible de déterminer la valeur d’usage d’un
stock, la valeur actuelle correspond à la valeur vénale. Lorsque la valeur vénale est inférieure au
coût d’entrée du stock, une dépréciation des stocks doit être constatée.
La valeur vénale d’un stock est le montant qui pourrait obtenu de sa vente dans des conditions
normales de marché, déduction faites des coûts estimés nécessaires pour réaliser la vente.
Cependant, lorsqu’un contrat de vente ferme fixe le prix de vente de ce stock, la valeur vénale
est déterminée par référence à ce prix de vente ferme.
Évaluation des stocks à la date d’inventaire

Exemple
Un stock de pièces P4 dont le coût de production est de 60000DH et dont les
frais prévisionnels de vente sont de 4000DH est estimé à 47000DH (valeur de
marché). Cependant, un contrat de vente ferme à l’exportation permet de céder
ces pièces pour un prix de 53 000DH.
Réponse
La valeur actuelle du stock s’élève à 53000 – 4000 = 49000DH. Une
dépréciation de 11000 DH (60000 – 49000) doit donc être comptabilisée .
Évaluation des stocks à la date d’inventaire

31/12/N

Provision pour dépréciation des stocks de produits finis 11000

Reprise sur provision dépréciation des stocks 11000


et encours
* Les stocks et encours sont des actifs :
–détenus pour être vendus dans le cours normal de
l’activité : produits finis et marchandises ;
–des encours de production ;
–des matières premières ou fournitures destinées à être
consommées dans le processus de
production.
* Le coût d’entrée à l’actif d’un stock correspond au

En somme coût d’achat ou au coût de production.


Pour les biens non identifiables, les sorties de stocks sont
évaluées selon les méthodes FIFO ou
CMP, sauf cas particuliers.
* À la clôture, les stocks sont évalués au plus faible de leur
coût d’entrée et de leur valeur vénale,
définie comme le montant qui pourrait être obtenu de sa
vente dans des conditions normales de
marché, déduction faite des coûts estimés nécessaires pour
réaliser cette vente
MERCI

Vous aimerez peut-être aussi