Vous êtes sur la page 1sur 59

CCNA EXPLORATION : TECHNOLOGIE WAN

FRAME RELAY
 Frame Relay est un protocole de réseau
étendu qui intervient dans les couches
physique et liaison de données du modèle de
référence OSI.
 Inventé par Eric Scace, ingénieur chez Sprint
International, ce protocole était destiné aux
interfaces RNIS, en tant que version
simplifiée du protocole X.25.
 De nos jours, bien d’autres interfaces réseau
l’utilisent également.
 Dans la première mise en œuvre du
protocole Frame Relay dans son réseau
public, Sprint utilisa des commutateurs
StrataCom.
 La reprise de StrataCom par Cisco en 1996
marqua leur entrée sur le marché des
opérateurs.
 Actuellement, les fournisseurs d’accès aux réseaux
utilisent généralement le protocole Frame Relay
comme technique d’encapsulation de signaux vocaux
et numériques, dans les transmissions entre réseaux
locaux par le biais d’un réseau étendu.

 Chaque utilisateur final obtient une ligne privée (ou


louée) connectée à un nœud du réseau Frame Relay.

 Frame Relay est devenu l’un des protocoles de réseau


étendu les plus répandus, principalement grâce à son
faible coût par rapport aux lignes dédiées.
 De plus, la configuration de l’équipement des
utilisateurs dans un réseau Frame Relay est très
simple.
 Les connexions Frame Relay sont établies en
configurant les routeurs de l’équipement
d’abonné ou d’autres équipements pour
qu’ils communiquent avec le commutateur
Frame Relay d’un fournisseur de services.
 Le fournisseur de services configure le
commutateur Frame Relay de manière à
limiter au maximum les tâches de
configuration au niveau de l’utilisateur final.
 Le présent chapitre décrit le protocole
Frame Relay et explique la configuration de
ce protocole sur un routeur Cisco.
FRAME RELAY : UNE TECHNOLOGIE DE
RÉSEAU ÉTENDU EFFICACE ET FLEXIBLE
 Frame Relay est devenu le protocole de
réseau étendu le plus utilisé au monde.
 Son succès dans les grandes entreprises, les
gouvernements, les FAI et les petites
entreprises est essentiellement dû à son prix
abordable et à sa flexibilité.
 Au fur et à mesure de leur croissance, les
organisations sont de plus en plus tributaires
d’un transport de données fiable, tandis que
les solutions reposant sur des lignes louées
deviennent inabordables.
 Frame Relay permet de réduire le coût des
réseaux par un niveau de complexité moins
élevé, par des exigences en équipement plus
faibles et par une mise en œuvre plus
simple.

 En outre, sa bande passante, sa fiabilité et


sa résilience sont bien meilleures que celles
des lignes privées ou louées.
EXEMPLE DES LIGNES DEDIEES
EXEMPLE DE FRAME RELAY
RÉSEAU ÉTENDU FRAME RELAY
 À la fin des années 1970 et au début des
années 1990, la technologie des réseaux
étendus reliant deux sites utilisait
généralement le protocole X.25.
 Bien que considéré actuellement comme un
protocole d’ancienne génération, le X.25 a été
une technologie de commutation de paquets
très répandue car elle permettait d’obtenir
une connexion très fiable sur des
infrastructures câblées non fiables.
 Nous ne citons le protocole X.25 qu’à des fins
historiques.
 Lorsque vous construisez un réseau étendu, quel
que soit le mode de transport choisi, deux sites
sont toujours reliés par un minimum de trois
composants ou groupes de composants de base.
 Chaque site doit avoir son propre équipement
(ETTD) pour accéder au central téléphonique
local (DCE).
 Le troisième composant se trouve entre les
deux, reliant les deux points d’accès.

 Le protocole Frame Relay demande moins de


temps de traitement que le X.25, du fait qu’il
comporte moins de fonctionnalités.
 Le protocole Frame Relay intervient entre un
périphérique d’utilisateur final, tel qu’un
pont ou un routeur de réseau local, et un
réseau.
 Le réseau proprement dit peut utiliser
n’importe quelle méthode de transmission
compatible avec la vitesse et l’efficacité
requises par les applications Frame Relay.
 Certains réseaux fonctionnent avec le
protocole Frame Relay lui-même, d’autres
utilisent la commutation de circuits
numériques ou des systèmes à commutation
de cellules ATM.
FONCTIONNEMENT DU
PROTOCOLE FRAME RELAY
 Lorsque des opérateurs se servent de Frame
Relay pour interconnecter des réseaux locaux,
l’ETTD sur chacun de ces réseaux est un routeur.
Une connexion série, telle qu’une ligne louée
T1/E1, connecte le routeur à un commutateur
Frame Relay au niveau du point de présence
(POP) le plus proche de l’opérateur.
 Le commutateur Frame Relay est un équipement
DCE. Les commutateurs font passer les trames
d’un ETTD dans le réseau et les fournissent aux
autres ETTD par le biais d’équipements DCE.
 L’équipement informatique qui n’est pas connecté à
un réseau local peut également envoyer des données
dans un réseau Frame Relay.
 Cet équipement utilise alors un équipement d’accès
Frame Relay (FRAD) en tant qu’ETTD. Le FRAD est
parfois appelé assembleur / désassembleur Frame
Relay.
 Il s’agit d’un équipement dédié ou d’un routeur
configuré pour la prise en charge du protocole Frame
Relay.
 Il se trouve dans les locaux du client et se connecte
au port d’un commutateur sur le réseau du fournisseur
de services.
 De son côté, le fournisseur de services interconnecte
les commutateurs Frame Relay.
CIRCUITS VIRTUELS
 Le terme circuit virtuel désigne la connexion entre
deux ETTD par un réseau Frame Relay.
 De tels circuits sont virtuels du fait qu’il n’existe
aucune liaison électrique directe entre leurs
extrémités.
 La connexion est dite logique et les données
circulent d’une extrémité à l’autre sans circuit
électrique les reliant directement.
 Grâce aux circuits virtuels, Frame Relay partage la
bande passante entre plusieurs utilisateurs. Un site
quelconque peut donc communiquer avec
n’importe quel autre site sans utiliser plusieurs
lignes physiques dédiées.
 Les circuits virtuels peuvent s’établir de
deux manières :

 les circuits virtuels commutés (SVC) sont


établis de façon dynamique par l’envoi de
messages de signalisation au réseau,
 les circuits virtuels permanents (PVC) sont
préconfigurés par l’opérateur.
 Notez que dans certaines publications, les
circuits virtuels permanents sont appelés
circuits virtuels privés.
 Ce processus de mappage des ports se
poursuit dans le réseau jusqu’à ce que la
trame arrive à destination à l’adresse
DLCI 201.

 Le DLCI est stocké dans le champ d’adresse


de chaque trame transmise.
CIRCUITS VIRTUELS MULTIPLES
 Le réseau Frame Relay est statistiquement
multiplexé. En d’autres termes, il ne
transmet qu’une trame à la fois, mais un
grand nombre de connexions logiques
peuvent co-exister sur une même ligne
physique. L’équipement d’accès Frame Relay
(FRAD) ou le routeur connecté au réseau
Frame Relay peut être connecté à plusieurs
périphériques finaux par différents circuits
virtuels.
 Les différents circuits virtuels d’une même
ligne physique sont distincts du fait qu’ils
sont identifiés par leur propre DLCI.

 Souvenez-vous que le DLCI n’a qu’une


signification locale et peut différer à chaque
extrémité d’un circuit virtuel.
AVANTAGES ÉCONOMIQUES DE
PLUSIEURS CIRCUITS VIRTUELS
 Souvenez-vous de l’exemple précédent où
Span Engineering a évolué d’un réseau de
lignes dédiées à un réseau Frame Relay.
 En particulier, examinez le tableau de
comparaison d’une simple connexion Frame
Relay à une connexion RNIS de
caractéristiques similaires.

 Remarquez qu’avec Frame Relay, les clients


ne paient que la bande passante qu’ils
utilisent.
 Ils ne paient effectivement qu’un port Frame
Relay. Lorsqu’ils augmentent leur nombre de
ports, ils paient pour une plus grande bande
passante, comme expliqué précédemment.
 Mais doivent-ils payer pour plus
d’équipements ? La réponse est « non », car
les ports sont virtuels.
 Il n’y a donc pas de changement de
l’infrastructure physique. Comparez cela à
l’acquisition d’une plus grande bande
passante dans le cas de lignes dédiées.
PROCESSUS D’ENCAPSULATION
DE FRAME RELAY
 Frame Relay prélève des paquets de données d’un protocole de couche
réseau, tel que IP ou IPX, les encapsule en tant que données d’une trame
Frame Relay, puis passe cette trame à la couche physique pour la
transmettre au câble.
 Pour comprendre ce fonctionnement, il est bon de comprendre comment il
se rattache aux couches inférieures du modèle OSI.

 Frame Relay reçoit tout d’abord un paquet d’un protocole de couche


réseau tel que le protocole IP. Frame Relay l’enveloppe avec un champ
d’adresse qui contient l’identificateur DLCI et une somme de contrôle.
 Des champs d’indicateur sont ajoutés pour indiquer le début et la fin de la
trame.
 Ces champs marquent le début et la fin de la trame et sont toujours les
mêmes.
 Les indicateurs sont représentés soit sous forme hexadécimale 7E, soit
sous forme binaire 01111110. Une fois le paquet encapsulé, Frame Relay
passe la trame à la couche physique pour le transport.
 Pour qu’un routeur Cisco puisse transmettre
des données par le protocole Frame Relay, la
correspondance entre le DLCI local et
l’adresse de couche 3 de destination doit
être connue.
 Les routeurs Cisco prennent en charge tous
les protocoles de la couche réseau passant
par Frame Relay, comme les protocoles IP,
IPX et AppleTalk.
 Ce mappage entre adresse et DLCI peut être
réalisé de manière statique ou dynamique.
ARP INVERSE
 Le protocole de résolution d’adresse inverse (Inverse
Address Resolution Protocol, ARP) obtient les adresses de
couche 3 d’autres stations à partir des adresses de
couche 2, comme le DLCI dans les réseaux Frame Relay.
 Ce protocole est principalement utilisé dans les réseaux
Frame Relay et ATM, où les adresses de couche 2 des
circuits virtuels sont parfois obtenues par la signalisation
de couche 2.
 Les adresses correspondantes de couche 3 doivent être
disponibles pour pouvoir utiliser ces circuits virtuels.
 Alors que l’ARP traduit les adresses de couche 3 en
adresses de couche 2, l’ARP inverse effectue l’opération
dans l’autre sens.
MAPPAGE DYNAMIQUE
 Le mappage d’adresse dynamique s’appuie
sur l’ARP inverse pour résoudre l’adresse de
protocole réseau du saut suivant en une
valeur DLCI locale.
 Le routeur Frame Relay envoie des demandes
d’ARP inverse sur son circuit virtuel
permanent pour détecter l’adresse de
protocole du périphérique distant connecté
au réseau Frame Relay.
 Le routeur utilise les réponses obtenues pour
compléter une table de mappage d’adresse
en DLCI sur le routeur Frame Relay ou sur le
serveur d’accès.
 Le routeur établit et entretient cette table
de mappage qui contient toutes les
demandes d’ARP inverse résolues, y compris
les entrées de mappage statique et
dynamique.
CONFIGURATION DU MAPPAGE
STATIQUE

 La mise en place d’un mappage statique


dépend des besoins du réseau.
 Voici les différentes commandes de
configuration :

 Pour associer une adresse de protocole de


saut suivant à une adresse de destination
DLCI, utilisez la commande : frame-relay
map protocol adresse-protocole dlci
[broadcast] [ietf] [cisco].
INTERFACE DE SUPERVISION
LOCALE (LMI)
 Un rappel de l’histoire des réseaux permet de mieux
comprendre le rôle qu’a joué l’interface de supervision
locale ou LMI (Local Management Interface).
 Le concept de Frame Relay assure la transmission de
données à commutation de paquets avec un minimum de
retard de bout en bout.
 La conception initiale omet tout ce qui peut contribuer à ce
retard.

 Quand les fournisseurs ont mis en œuvre Frame Relay à titre


de technologie séparée et non plus de simple composant du
RNIS, ils ont décidé qu’il était nécessaire que les ETTD
puissent acquérir de façon dynamique des informations sur
l’état du réseau.
 La LMI est essentiellement un mécanisme de
test d’activité qui fournit des informations
sur les connexions Frame Relay entre le
routeur (ETTD) et le commutateur Frame
Relay (DCE).
 Environ toutes les 10 secondes, le
périphérique final interroge le réseau pour
obtenir soit une simple séquence de
réponses, soit des informations sur l’état des
canaux.
EXTENSIONS LMI
 En plus des fonctions protocolaires Frame Relay pour le
transfert de données, la spécification Frame Relay
comprend des extensions LMI optionnelles très utiles dans
un environnement de réseau Internet. Voici quelques-unes
de ces extensions :

 Messages d’état des circuits virtuels : ces messages


fournissent des informations sur l’intégrité des circuits
virtuels par le biais de la communication et de la
synchronisation entre périphériques, en signalant
périodiquement la suppression de circuits virtuels
permanents ou la présence de nouveaux. Ces messages
d’état évitent l’envoi de données à des trous noirs (circuits
virtuels qui n’existent plus).
 Multidiffusion : permet à un émetteur de
transmettre une même trame à plusieurs
destinataires. La multidiffusion prend en
charge la transmission efficace de messages
protocolaires de routage et de procédures de
résolution d’adresse qui doivent être
généralement transmis à plusieurs
destinataires à la fois.
 Adressage global : donne une signification
globale plutôt que locale aux identificateurs
DLCI, ce qui permet de les utiliser pour
désigner une interface spécifique du réseau
Frame Relay.
OPÉRATIONS DE CONFIGURATION
DE FRAME RELAY
 La configuration de Frame Relay sur un
routeur Cisco s’effectue à l’aide de
l’interface de ligne de commande (ILC) du
logiciel Cisco IOS.
 Cette section décrit les étapes à effectuer
pour activer Frame Relay sur un réseau, ainsi
que certaines étapes facultatives permettant
d’améliorer ou de personnaliser la
configuration.
 Activation de l’encapsulation Frame Relay

 Les opérations comprennent l’attribution d’une


adresse IP, la définition du type d’encapsulation et
l’allocation d’une bande passante.

 Étape 1. Définition de l’adresse IP sur l’interface

 Sur un routeur Cisco, le protocole Frame Relay est


généralement pris en charge sur des interfaces série
synchrones.
 Pour définir l’adresse IP de l’interface, utilisez la
commande ip address. Vous pouvez voir que
l’adresse 10.1.1.1/24 a été attribuée à R1 et que R2
a reçu l’adresse 10.1.1.2/24.
 Étape 2. Configuration de l’encapsulation

 La commande de configuration d’interface encapsulation


frame-relay active l’encapsulation Frame Relay et permet
le traitement du protocole Frame Relay sur l’interface
prise en charge. Vous avez le choix entre deux options
d’encapsulation qui sont décrites plus bas.

 Étape 3. Définition de la bande passante

 Pour définir la bande passante de l’interface série, utilisez


la commande bandwidth. La bande s’exprime en Kbits/s.
Cette commande indique au protocole de routage que la
bande passante est définie de manière statique sur la
liaison. Les protocoles de routage EIGRP et OSPF utilisent
la valeur de la bande passante pour calculer et déterminer
la mesure de la liaison.
 Étape 4. Définition du type de LMI (facultatif)

 Cette étape est facultative, étant donné que les


routeurs Cisco détectent le type d’interface LMI. Le
type de LMI par défaut pour les routeurs Cisco est
« cisco ».

 Options d’encapsulation

 Sur un routeur Cisco, souvenez-vous que le type


d’encapsulation par défaut d’une interface série est
la version propriétaire Cisco de la procédure
HDLC.Pour passer de l’encapsulation HDLC à Frame
Relay, utilisez la commande encapsulation frame-
relay [cisco | ietf].
 L’encapsulation Frame Relay par défaut
activée sur les interfaces prises en charge est
l’encapsulation Cisco.
 Utilisez cette option pour effectuer une
connexion à un autre routeur Cisco.
 De nombreux équipements autres que Cisco
prennent également en charge ce type
d’encapsulation.
CONFIGURATION D’UN MAPPAGE
STATIQUE FRAME RELAY
 Dans un réseau Frame Relay, les routeurs Cisco prennent en charge
tous les protocoles de la couche réseau, tels que IP, IPX et AppleTalk.
 Le mappage entre les adresses et les DLCI peut être soit dynamique,
soit statique.

 Le mappage dynamique est réalisé par la fonction d’ARP inverse.


Comme l’ARP inverse est activé par défaut, la configuration du
mappage dynamique sur une interface ne demande aucune
commande supplémentaire.

 Le mappage statique s’effectue manuellement sur un routeur. La


mise en place d’un mappage statique dépend des besoins du réseau.
Pour établir la correspondance entre l’adresse de protocole du saut
suivant et une adresse de destination DLCI, utilisez la commande
frame-relay map protocole adresse-protocole dlci [broadcast].
RESUME
FRAME RELAY

45
PRESENTATION

 Frame Relay est une norme de l’UIT-T et


de l’ANSI.
 Frame Relay est un protocole de réseau
étendu à commutation de paquets qui
intervient dans les couches physique et
liaison de données du modèle de référence
OSI.

46
 Frame Relay utilise un sous-ensemble du
protocole HDLC dénommé LAPF (Link Access
Procedure for Frame Relay).

47
TERMINOLOGIE FRAME RELAY
 Au sein du nuage Frame Relay, la connexion
entre deux sites se fait par l'intermédiaire de
circuits virtuels qui peuvent être établis en dur
par le fournisseur, dans ce cas, ils sont
permanents et on parle de Permanent Virtual
Circuit (PVC). Ils peuvent aussi être établis
uniquement sur demande et on parle de
Switched Virtual Circuit (SVC).

48
 Un circuit virtuel est crée par le stockage
d’un mappage entre le port d’entrée et le
port de sortie dans la mémoire de chaque
commutateur, afin de les lier jusqu’à ce
qu’un chemin continu d’une extrémité à
l’autre du circuit ait été identifié.

49
 Comme Frame Relay a été conçu pour
fonctionner sur des lignes numériques de
haute qualité, aucun mécanisme de
récupération après erreur n’est fourni. Si un
nœud détecte une erreur dans une trame, il
la rejette sans notification.

50
 Les PVC s'identifient au niveau des interfaces
des DTE et DCE grâce à des DLCI (Data Link
Connection Identifiers) afin de pouvoir
distinguer les flux provenant des différents
PVC. Les DLCI sont généralement des
numéros d'identification à valeur uniquement
locale (à une interface).

51
INTÉRÊT DU FRAME RELAY
Frame Relay permet de réduire le coût des
réseaux par un niveau de complexité moins
élevé, par des exigences en équipement
plus faibles et par une mise en œuvre plus
simple. En outre, sa bande passante, sa
fiabilité et sa résilience sont bien
meilleures que celles des lignes privées ou
louées.

52
 Dans la mondialisation actuelle qui entraîne
une évolution vers des topologies à plusieurs
filiales, le protocole Frame Relay permet de
réaliser des architectures réseau plus simples
avec un coût total de possession minimal.

53
EQUIPEMENTS NÉCESSAIRES AU
FRAME RELAY
 DTE : (Data terminal equipment, ETTD en
français), c'est un équipement (généralement
un routeur) de terminaison de réseau placé
chez le client du fournisseur FR.

 DCE : (Data circuit terminating equipment,


ETCD en français), c'est un équipement
fournissant des services d'horloge et de
commutation placé chez le fournisseur d'accès.

54
CONFIGURATION FRAME RELAY
 Activer l’encapsulation Frame Relay sur une interface

 Configurer le mappage d’adresse dynamique ou


statique

55
ACTIVATION DE L’ENCAPSULATION
FRAME RELAY

56
CONFIGURATION D’UN MAPPAGE
STATIQUE FRAME RELAY

Le mappage statique s’effectue


manuellement sur un routeur.
La mise en place d’un mappage statique
dépend des besoins du réseau.
Pour établir la correspondance entre
l’adresse de protocole du saut suivant et
une adresse de destination DLCI, utilisez la
commande frame-relay map protocole
adresse-protocole dlci [broadcast].

57
58
Merci

Vous aimerez peut-être aussi