Vous êtes sur la page 1sur 15

Structuration du cours de droit des

assurances
• Chapitre 1: L’opération d’assurance
• Chapitre 2: La formation du contrat des assurances
• Chapitre 3: Le risque assuré
• Chapitre 4: L'exécution du contrat d’assurance
• Chapitre 5: Le contentieux de l'assurance
Historique de L’assurance au Maroc

• l'assurance n'a pas été toujours acceptée au Maroc

• Elle a été rejetée par le système juridique islamique, car c’est un évènement
incertain ; dieu seul peux couvrir.

• L’assurance au Maroc s’est développée :

• Avec le protectorat que le Maroc a signé avec la France.

• l’arrivée des puissances étrangères au Maroc.


Rôle de l’assurance

• Rôle principal: apporter aux individus la sûreté et la sécurité nécessaires afin de se


protéger contre les risques éventuels qui peuvent les menacer dans leurs personnes et
dans leurs patrimoines et leur donner, ainsi, confiance dans l'avenir.

• De point de vue individuel: acte de prévoyance qui donne à son auteur conscience de


ses responsabilités et lui permet d'accroître son indépendance et sa liberté et même
d'accomplir parfois un devoir moral envers autrui.
• (Exemple : assurance en cas de décès au profit d'un enfant handicapé).
 
• De point de vue général: rôle important dans la vie économique et sociale, étant
donné qu’il permet l’accumulation des capitaux et par conséquent le financement de
l’économie.
Fonction réparatrice

• Indemniser les préjudices résultant de la réalisation des risques.


• Au lieu d’attendre d’être frappé par les coups du sort et de se retrouver, ensuite, plus ou
moins à la charge de la société voire de la famille, l’assuré prend ses précautions, assure
son avenir et se prémunie contre les aléas qui peuvent menacer sa personne, sa famille et
son patrimoine. 
• Parfois: l’assuré agit non pour lui-même, mais pour un tiers, de façon tout à fait
désintéressée ou tout au moins pour accomplir un devoir moral.
• But: conserver l'équilibre de son patrimoine et même de sauvegarder des intérêts
extrapatrimoniaux comme sa santé, sa capacité de travail, voire même, ses passions.
• Exemples: reconstruction immeuble incendié, réparation voiture accidentée,
indemnisation bureau volé, remboursement frais d’hospitalisation.
Fonction créatrice:

• Entreprendre dans certains domaines qui présentent des risques.


• Nombreuses sont les activités qui ne sauraient voir le jour en
l’absence de l’assurance, qu'il s'agisse de l’exercice des métiers à
caractère dangereux (soudeur), de l'utilisation des nouveaux modes
de transports (avion), de l'exploitation des nouvelles formes d'énergie
(nucléaire), ou encore de la
• pratique des sports dangereux (escalade)...
• L’assurance devient un facteur de production, encourage l'innovation,
stimule l’économie nationale et se transforme, de ce fait, en un
facteur de progrès social et de développement économique.
Garantie de Crédit
• Triple rôle:
• - Garantie de crédit,
• - Méthode d'épargne
• - Mode d'investissement..
• 1- Garantie de crédit:
• - Renforce les garanties offertes aux créanciers
Exemples: assurance de la machine achetée par crédit contre une éventuelle
perte ou détérioration, assurance de l'immeuble hypothéqué contre l'incendie,
assurance décès…
• - Facilite à l'assuré l’obtention du crédit;
• - Permet aux créanciers de se protéger contre l'insolvabilité des débiteurs;
Méthode d’épargne

• - Accumulation, conservation et placement des sommes petites


jusqu’au jour où elles doivent servir au règlement des sinistres;
• - Une part importante des emprunts publics est couverte par
les compagnies grâce à la masse de capitaux ainsi accumulés;
• Exemple: les assurances sur la vie présente un intérêt
particulier, puisqu’elles permettent la formation de sommes
importantes, alors que la prestation de l’assureur s'exécute sur
une échéance lointaine.
 
Mode d’investissement
• - La masse des capitaux constituée est placée dans le respect d’un certain
nombre de règles strictes afin de présenter la sécurité nécessaire et garantir
l'exécution des obligations des assurés et des victimes;
• - Apporter à l'Etat et aux collectivités locales des ressources considérables servant
à couvrir une part importante des emprunts publics.
Définition Assurance
• Définition générale:
• l’assurance peut être définie comme : Une réunion de personnes qui, craignent
l’arrivée d’un événement dommageable pour elles, se cotisent pour permettre à
ceux qui seront frappés par cet événement de se faire face à ces conséquences.

• Définition Juridique
D‘après Albert Chaufeton: "L'assurance est la compensation des effets du hasard
sur le patrimoine de l’homme par la mutualité organisée suivant les lois de la
statistique »
Suite Définition Juridique
• Définition de Joseph Hemard
• « l’assurance est une opération par laquelle une partie, l'assuré, se fait promettre,
moyennant une rémunération (la prime ou cotisation), pour lui ou pour un tiers
en réalisation d'un risque, une prestation par une autre partie, l'assureur, qui
prenant en charge un ensemble de risques, les compense conformément aux lois
de la statistique »
L’opération d’assurance
• L’opération d’assurance met en présence au moins deux personnes : l’assuré ou le
souscripteur et l’assureur.
• L’assureur
L’assureur est la partie au contrat d’assurance qui s’engage à garantir le risque,
objet du contrat.
Le souscripteur
• Le souscripteur est le cocontractant de l’ assureur, qui supporte l’obligation de
payer la prime d’assurance.
L’opération de l’assurance
• L’assuré
• est celui dont la personne, en assurance de personnes, ou le patrimoine, en
assurance de dommages, est menacée par l’événement aléatoire prévu au
contrat. Il est fréquent que le souscripteur et l’assuré ne fassent qu’un : c’est le
cas lorsque l’assuré souscrit un contrat pour son propre compte.
• L’assurance est une opération qui comporte quatre éléments selon la définition
de Hémard et Chaufeton : le risque, la prime, la prestation de l’assureur, et la
compensation.
• Le risque est l’événement incertain contre lequel l’assuré cherche à se prémunir :
incendie, accident, décès, ou le bien ou l’immeuble garanti.
L’opération d’assurance
• la prime
est la contribution que verse l’assurée à l’assureur en échange de la garantie qui lui
est accordée.
• la prestation de l’assureur :
L’engagement pris par l’assureur en cas de réalisation du risque consiste à verser
une prestation.
la compensation au sein de la mutualité :
Chaque souscripteur verse sa prime sans savoir si lui ou un autre qui en bénéficiera,
mais conscient du fait que grâce à ses versements et à ceux des autres que
l’assureur pour indemniser ceux qui auront été sinistrés.
la mutualité, et la loi des statistiques

• On découvre ici à travers cette définition qu’ils existent 2 mots clés la mutualité, et la loi des
statistiques.
La Mutualité
• La mutualité des assurés, il se réalise une compensation entre les risques réalisés et ceux pour
lesquels l’assureur a perçu une prime sans verser de prestation : c’est grâce aux primes payées
par l’ensemble des assurés que l’assureur peut indemniser ceux qui sont victimes d’un sinistre.
• Les risques sont mutualisés car répartis sur un grand nombre de personnes.
• Il faut que la mutualité regroupe le plus grand nombre possible d’assurés et que le nombre de
personnes victimes d’un sinistre reste très inférieur à celui de celles qui n’ont pas été victimes.
• À cet effet, le rôle de l'assureur est de mutualiser les risques : les mettre en commun, les
répartir et les compenser en s'appuyant sur des lois mathématiques appliquées sur les
statistiques collectées.

Vous aimerez peut-être aussi