Vous êtes sur la page 1sur 12

Comptabilité Financière 2

Séance 3 : Les moyens de règlement : La banque

M. Abdelhay Kitkit
Chargé de cours

e.isiam.ma
Définition

 Le chèque est un document par lequel une personne (physique ou


moral) titulaire d’un compte bancaire, donne l’ordre à sa banque de
payer soit à une tierce personne une somme bien déterminé.

 Le chèque n’est pas un instrument de crédit, il est payable dés son


émission ou sa présentation à la banque. Par ailleurs, le chèque a un
délai de validité limité. Dépassé ce délai, la banque peur refuser le
paiement du chèque ou prélever des intérêts de retard.

2
Traitement comptable chez le Client
(1/2)

 Etant payable à vue, les chèques émis par l’entreprise doivent


être constatés en comptabilité dés leur émission, sans attendre
l’avis de débit de la banque constatant leur encaissement par le
bénéficiaire.

 L’émission du chèque est constatée dans le crédit du compte


« 5141: Banques »

3
Traitement comptable chez le Client
(2/2)

6111 Achats de
5141 Banques
marchandises
D C D C
X X

4
Traitement comptable chez le fournisseur
(1/4)

 Après réception d’un chèque, à l’occasion d’une vente ou d’un


règlement d’un client, l’entreprise le garde en portefeuille en
l’attente de son encaissement auprès de sa banque,

 Le processus de comptabilité est le suivant :

5
Traitement comptable chez le fournisseur
(2/4)

 A la réception , le chèque est inscrit au débit du compte


« 51111 : Chèques en portefeuille »

5 1 1 1 1 Chè q ue s 7 1 1 1 Ve nte s d e
e n p o rte fe uille ma rcha nd ise s
D C D C

Y Y

6
Traitement comptable chez le fournisseur
(3/4)

A la présentation à l’encaissement, deux cas peuvent se présenter :

 1er cas: Encaissement direct à la banque du client :


Si la banque accepte le paiement du chèque, l’entreprise débite
directement « 5161: caisse » en contre balançant par le crédit du
compte « 51111: chèque en portefeuille »

7
Traitement comptable chez le fournisseur
(4/4)

 2ème cas : Remise du chèque à la banque du fournisseur pour


encaissement :
En doit d’abord constaté la remise à l’encaissement, en débitant le
compte «  51112: chèques à l’encaissement » et en crédite le
compte « 51111: chèques en portefeuille »

En suite à la réception de l’avis de crédit de la banque, on doit


constater l’encaissement effectif du chèque en mettant:

 Au débit :
« 5141 : Banque » , « 6147: Services bancaires » et « 34552: Etat, TVA
récupérable sur charges »
 Au crédit:
« 51112: chèques à l’encaissement »

8
Exemple
L’entreprise « X » a effectué les opérations suivantes :

 Le 05/06/2000: Ventes de marchandises réglés par chèque bancaire n° 145


d’un montant HT de 34 000 Dhs,
 Le 08/06/2000: Reçoit de son client le chèque n°78 pour règlement de sa
dette d’un montant de 25 000 Dhs,
 Le 12/06/2000: L’entreprise encaisse le chèque n° 145 au près de la banque
de son client,
 Le 16/06/2000: L’entreprise remet à sa banque pour encaissement le chèque
n°78,
 Le 19/06/2000: L’entreprise reçoit de sa banque un avis de crédit n°30
comptant 10 Dhs de commission.

Travail à faire :
Passez les écritures au journal de l’entreprise « X ».

9
Le rapprochement bancaire (1/2)

 Le rapprochement bancaire est un procédé comptable de contrôle. Il


permet à l’entreprise de vérifier les opérations saisies dans le compte
« 5141 Banque », avec celles mentionnées sur le relevé de compte
émis par votre banque.

 La vérification mensuelle permet de relever les enregistrements non


réciproques et de procéder aux corrections nécessaires, la simultanéité
des enregistrements n’étant jamais parfaite.

10
Le rapprochement bancaire (2/2)

 Le relevé bancaire retrace les mêmes opérations que le compte « 5141 Banque »
tenu par l’entreprise, mais en sens inverse car il s’agit de comptabilités réciproques.
 Dans la pratique, les soldes de ces comptes réciproques sont rarement égaux car les
opérations ne peuvent pas être enregistrées simultanément dans chaque
comptabilité pour diverses raisons :

 Les chèques émis par l’entreprise ne sont pas comptabilisés par le banquier qu’après
encaissement par le bénéficiaire ;
 Le banquier procède au paiement par virement et par prélèvement automatique sur le
compte de l’entreprise et informe celle-ci dans un deuxième temps ;
 Des erreurs sur les sommes peuvent être commises par l’entreprise ou par le banquier.

11
Méthodologie

La construction d’un état de rapprochement se fait en plusieurs étapes :

 Placer côte à côte une édition du compte « 5141 banque » tenu par l’entreprise
et l’extrait de compte ou relevé bancaire adressé par le banquier ;
 Pointer les soldes de départ. En cas de différence, rechercher et ou pointer les
sommes qui équilibre les soldes de départ ;
 Pointer les sommes identiques en procédant par croisement ;
 Construire le document « état de rapprochement » qui va récapituler les sommes
non pointées ou pointées avec réserve et rapprocher les solde de fin de période ;
 Enregistrer les régularisations nécessaires dans la comptabilité de l’entreprise.

12

Vous aimerez peut-être aussi