Vous êtes sur la page 1sur 21

Cours de Bases de Données

S3 - INFO

Chapitre 1

Mohamed Vall Mohamed ZEYAD


FST- USTM
CC+BY
Sommaire

1. A propos du cours
2. Concepts fondamentaux
3. Cycle de vie d’une BD
4. Modèles de données et Schémas
5. Architecture d’un SGBD
Le cours « Introduction aux BD et
SI »
 Un cours fondamental de Base
 4 h de cours x 11 = 44 h
 2 h de TD x 11 = 22 h
 Un devoir écrit = 2h
 Un examen final = 2h
Concepts fondamentaux

 Bases de données, SGBD :

« Une base de données (BD) représente l'ensemble


(cohérent, intégré, partagé) des informations
nécessaires au fonctionnement d'une entreprise,
ensemble dont la gestion est assurée par un
logiciel appelé système de gestion de bases de
données (SGBD). »
Concepts fondamentaux

 Banques de données :

« une banque de données est un ensemble de


données, propres à un domaine d'application, que
des "producteurs" réunissent pour ensuite en
commercialiser l'usage vers le public extérieur.»
Concepts fondamentaux

 Fichiers :

« Ensemble de données homogènes à gérer et


d’important en volume. On utilisera un système
de gestion de fichiers (SGF), moins complexe
qu'un SGBD »
Cycle de vie d'une base de
données
 Conception d'une base de données
 Phase d'analyse qui aboutit à déterminer le futur contenu de la base.
 Déterminer les informations qu'il conviendra de mettre dans la base de
données.
 Accord entre les utilisateurs actuels et futurs de cette base de données sur
la nature et les caractéristiques des informations qu'il faut garder pour
assurer la gestion de l'entreprise.
Cycle de vie d'une base de
données
 Implantation de la base de données
 Transmission du contenu au logiciel SGBD choisi par
l'entreprise.
 Exprimer ce contenu en langage symbolique spécifique au SGBD
appelé langage de description de données (LDD).
 Il s’agit de décrire la base de données dans le langage du SGBD
et construire une première version
Cycle de vie d'une base de
données
 Utilisation de la base de données

 L’usage de la BD est assuré par un langage, dit langage


de manipulation de données (LMD)

 On exprime par le LMD :


 Les requêtes d'interrogation : pour obtenir des informations
contenues dans la base
 Les requêtes de mise à jour : pour ajouter de nouvelles
informations, supprimer des informations périmées, modifier le
contenu des informations
Modèles de données et schémas

 Modèle de données :
« Ensemble des concepts qui permettent la
description de données d'une base et les règles
d'utilisation de ces concepts »
 Schéma d'une base de données :
« Expression de la description de la base de
données d'une entreprise obtenue en employant
un modèle de données »
Modèles de données et schémas
 Phase de conception
 On utilise le modèle conceptuel pour décrire la future base de
données sans faire appel à des concepts de l'informatique.
 La description ainsi obtenue s'appelle schéma conceptuel des
besoins.
 Un modèle conceptuel comporte généralement deux parties: le
modèle statique, concepts permettant de décrire la structure de
données, et le modèle dynamique, concepts permettant de décrire
les opérations sur les données.
 En supplément à la description établie, une description explicite des
règles de gestion sous contraintes, dites contraintes d'intégrité. On
utilise pour cela un langage d'expression de règles, compatible avec
le modèle conceptuel utilisé.
Modèles de données et schémas
 Phase d’implantation :
 La partie décrivant les données du schéma conceptuel est traduite dans les
concepts du modèle utilisé par le SGBD choisi.
 On appelle modèle logique (ou modèle machinable), le modèle sur lequel est
construit un SGBD actuel.
 Il existe aujourd'hui plusieurs modèles logiques (relationnel, CODASYL,
hiérarchique, ...).
 Le schéma obtenu en traduisant dans un modèle logique le schéma conceptuel des
besoins sera appelé ici le schéma logique de la base de données ou le schéma
conceptuel de la base de données.
 les administrateurs système détermineront les paramètres effectifs pour
l'implantation de la base sous forme d'un ensemble de fichiers ; ce que l'on appelle
le schéma interne de la base de données: description de comment les données de
la base sont enregistrés dans les fichiers. Cette description fait donc appel à un
nouveau modèle, appelé modèle interne, où les concepts seront ceux de fichier,
organisation, index, chemin d'accès, clé, ...
Modèles de données et schémas
 Phase d’utilisation :
 Pour répondre aux besoins spécifiques des différents groupes d'utilisateurs,
ceux-ci n'ont pas besoin de connaître l'ensemble du contenu de la base, à
savoir, toutes les informations sur chaque type d'objet. Chaque utilisateur a
des exigences limitées (il n'est intéressé que par certaines informations) et
particulières (il peut souhaiter une représentation des informations
différente de celle décrite dans le schéma conceptuel).
 A chaque utilisateur (ou groupe d'utilisateurs) est donc associé un schéma, dit
son schéma externe, qui définit le sous-ensemble de la base de données
auquel il a accès, structuré de façon à répondre à ses besoins spécifiques.
 Avantages de cette approche :
 Simplicité : chaque utilisateur n'a dans son schéma externe que ce qui
l'intéresse
 Protection : il n'est pas possible que, par erreur ou par malveillance, un
utilisateur accède aux données d'autres utilisateurs non décrites dans son
schéma externe.
Modèles de données et schémas
Dans les SGBD actuels, le modèle de données employé pour décrire les schémas
externes est le même que celui du schéma logique, mais on pourrait proposer des
modèles externes plus adaptés aux besoins spécifiques des utilisateurs.
Un SGBD gère donc trois types de schémas pour une base de données, qui sont
organisés en cascade de la façon suivante:
Modèles de données et schémas
Exemple :

 Entreprise: un institut de formation permanente.

 Schéma logique (SL)

› Etudiant : nom, prénom, date de naissance, n°étudiant

› Enseignant : nom, prénom, statut, n°compte_bancaire

› Cours : nomC, cycle, nom_enseignant

› Inscription : n°étudiant, nom_cours, note1, note2



Modèles de données et schémas
Exemple :

 Schémas externes (SE)


› Schéma externe du professeur de base de données :
 Etudiant _BD : nom, prénom, note1, note2, note_finale tel que Etudiant _BD
résulte de la combinaison de Etudiant et Inscription du SL, tels qu'il existe
une Inscription de cet étudiant pour le cours BD (n°étudiant dans Etudiant =
n°étudiant dans Inscription et nom_cours dans Inscription = BD), et tel que
note_finale = (note1 + note2)/2
› Schéma externe du service de gestion du personnel enseignant :
 Professeur : nom, prénom, n°compte_bancaire, nombre_de_cours,
liste(nom_cours) tel que Professeur résulte de la combinaison de
Enseignant et Cours du SL, tels que liste(nom_cours) est la liste de nomC
qui se trouvent dans Cours tel que nom_enseignant dans Cours = nom dans
Enseignant, et tel que nombre_de_cours = Cardinalité (liste(nom_cours))
Modèles de données et schémas
Exemple :

 Schéma interne (SI)


› Etudiant :
 fichier FEtud,
 contenu : nom, prénom, date de naissance, n°étudiant
 indexé sur n°étudiant,
 index secondaire sur nom+prénom
› Enseignant + Cours :
 fichier FEnsCours,
 contenu : nom, prénom, statut, n°compte_bancaire, liste(nomC, cycle) tel que nom_enseignant
dans Cours = nom dans Enseignant
 indexé sur nom, deux index secondaires, l'un sur nomC, l'autre sur cycle
› Inscription :
 fichier FInscrits,
 contenu : n°étudiant, nom_cours, note1, note2
 indexé sur n°étudiant,
 index secondaire sur nom_cours
Architecture d’un SGBD

Au niveau d'abstraction le plus élevé, un SGBD peut être vu comme une


boite noire, assurant la gestion de la BD conformément aux requêtes de
ses utilisateurs:
Architecture d’un SGBD
L'interface utilisateur permet aux utilisateurs d'exprimer des requêtes: soit
pour définir le contenu de la BD (avec le LDD), soit pour interroger la BD (en
extraire des informations), soit enfin pour apporter des modifications à ce qui a
été enregistré.

L'interface d'accès physique permet au SGBD d'accéder aux données sur les
supports (disques, ...).

L'articulation entre ces deux interfaces doit répondre à un objectif fondamental:


assurer l'indépendance programme/données.

un SGBD étant utilisé simultanément par plusieurs utilisateurs, il a à résoudre


plusieurs problèmes internes de coordination de ses actions, de cohérence et de
contrôle du bon déroulement de ses activités.
Architecture d’un SGBD
On distingue ici trois couches :
1. Niveau externe :
• prend en charge le problème du dialogue avec les utilisateurs, c'est-à-dire
l'analyse des demandes de l'utilisateur, le contrôle des droits d'accès de
l'utilisateur, la présentation des résultats
2. Niveau interne :
• s'occupe du stockage des données dans les supports physiques et de la
gestion des structures de mémorisation (fichiers) et d'accès (gestion des
index, des clés, ...)
3. Niveau intermédiaire (logique):
• assure les fonctions de contrôle global:
 optimisation globale des requêtes
 gestion des conflits d'accès simultanés de la part de plusieurs utilisateurs
 contrôle général de la cohérence de l'ensemble
 coordination et suivi des processus en cours
 garantie du bon déroulement des actions entreprises même en cas de panne
 ...
Architecture d’un SGBD

Vous aimerez peut-être aussi