Vous êtes sur la page 1sur 18

Université abou bakr belkaid

TLEMCEN
écologie et environnement L3
sommaire
1.Introduction
2.Cycle d e carbone
3.Cycle de l’ eau
4.Cycle de l’hydrogène
5.Cycle de l’oxygène
6.Cycle de phosphore
7.Cycle de soufre
8.Cycle des méteaux
Introduction
En écologie et plus généralement en sciences de la Terre, un cycle
biogéochimique est le processus de transport et de transformation
cyclique d'un élément ou composé chimique entre les grands réservoirs
que sont la géosphère, l'atmosphère, l'hydrosphère, dans lesquels se
retrouve la biosphère.
Un tel cycle induit souvent des passages de l'état organique à l'état
minéral au sein de la biosphère. Les divers cycles en interaction
confèrent à la biosphère une capacité de régulation, appelée
homéostasie. Celle-ci est à la base de la pérennité des écosystèmes,
grâce à la grande stabilité qu'elle assure, tout du moins en dehors des
interventions humaines et phénomènes géoclimatiques exceptionnels
Cycle de l’azote
Le cycle de l'azote est un cycle biogéochimique qui
décrit la succession des modifications subies par les
différentes formes de l'azote neutre en formes réactives
(diazote, nitrate, nitrite, ammoniaque, azote organique)
et vice-versa.
Les analyses isotopiques de l'azote faites dans
différents compartiments géologiques et de la
biosphère et notamment dans les sédiments lacustres
montrent que ce cycle a été récemment fortement
perturbé par l'Homme qui a plus que doublé la quantité
d'azote réactif (Nr) annuellement ajoutés à la biosphère,
essentiellement à partir de 1895 ± 10 ans (± 1 pour
l'écart-type) avec une forte augmentation dans les
années 1960 à 2010, principalement dans l'hémisphère
Nord1.
Cycle de carbone

²Le cycle du carbone est le cycle biogéochimique (ensem


échanges d'un élément chimique) du carbone sur une pla
Celui de la Terre est rendu plus complexe par l'existence
d'importantes masses d'eau océaniques, et surtout par le
que la vie (et donc les composés carbonés qui en sont le
substrat) y tient une place importante.
Il existe quatre réservoirs de carbone : l'hydrosphère, la
En mer, le carbone se trouve surtout sous forme de carbonate et de
biomasse planctonique.
Sur les continents, les tourbières, prairies et forêts, mais aussi certains sols
jouent un rôle plus ou moins important de stockage de carbone ou de puits
de carbone.
Les échanges de carbone s'expriment en milliards de tonnes (gigatonnes) par
an (Gt/an).
Cycle de l'eau

Le cycle de l'eau (ou cycle hydrologique) est un modèle


représentant le parcours entre les grands réservoirs
d'eau liquide, solide ou de vapeur d'eau sur Terre : les
océans, l'atmosphère, les lacs, les cours d'eau, les
nappes d'eaux souterraines et les glaciers. Le « moteur
» de ce cycle est l'énergie solaire qui, en favorisant
l'évaporation de l'eau, entraîne tous les autres
échanges.
La science qui étudie le cycle de l’eau est l’hydrologie.
Elle peut se décomposer en hydrogéologie, hydrologie
de surface, hydraulique urbaine, etc.
Cycle de l'hydrogène
L'élément hydrogène est un des composants de l'eau. Il est recyclé dans des
cycles biogéochimiques. Il participe activement au cycle du carbone, de l'azote, du soufre et
de l'oxygène.
La fermentation anaérobie des substances organiques en dioxyde de carbone et en méthane
implique différentes réactions biochimiques, processus et espèces de micro-organismes.
L'un de ces nombreux processus est appelé "transfert d'hydrogène interespèces". Ce
processus a été décrit comme une symbiose entre certaines archées méthanogènes et des
bactéries anaérobies non méthanogènes. Dans cette symbiose, les bactéries anaérobies non
méthanogènes décomposent les substances organiques et produisent, entre autres produits,
de l'hydrogène moléculaire (H2). Cet hydrogène est pris par les bactéries méthanogènes qui le
convertissent en méthane (processus de méthanisation).
Une particularité importante de ce transfert d'hydrogène interespèces est que la
concentration de H2 dans l'environnement microbien est très bas. Maintenir une
concentration d'hydrogène basse est essentiel car le processus de fermentation anaérobie
devient de plus en plus défavorable d'un point de vue thermodynamique à mesure que la
pression d'hydrogène augmente. C'est la différence majeure comparée aux autres cycles
biogéochimiques car du fait de sa faible masse moléculaire, l'hydrogène peut s'échapper de
l'atmosphère de la Terre. Il a été suggéré que c'est ce qui se serait passé à grande échelle dans
le passé et qui ferait que la Terre est très grande partie oxydée1.
Cycle de l’oxygène
Le cycle de l'oxygène est un cycle biogéochimique qui permet d'expliquer les
transformations de l'oxygène dans la biosphère terrestre.
Il est indissociable du cycle du carbone puisque celui-ci s'effectue grâce au dioxyde
de carbone utilisé lors de la photosynthèse. Cette dernière produit du dioxygène,
qui, par le biais de la respiration, brûle les composants carbonés produits par la
photosynthèse pour redonner du dioxyde de carbone.
En dernière analyse, photosynthèse et respiration sont à l'origine de la production
et de l'équilibre des gaz atmosphériques.
Les deux mécanismes - CO2 + H2O → sucres + dioxygène et vice et versa -
conditionnent la circulation du carbone et de l'oxygène.
Ce cycle permet d'expliquer le phénomène de l'apparition de l'ozone. L'utilisation
d'automobiles dégage du dioxyde d'azote (NO2). Celui-ci, par décomposition puis
recomposition avec le dioxygène ambiant (O2) forme de l'ozone (O3). Or, cet ozone
est néfaste à la santé et est même considéré comme un polluant. Cependant dans
la haute atmosphère l'ozone forme une couche qui est indispensable, en effet elle
agit comme un filtre vis-à-vis des UV émis par le soleil.
NO2 → NO + O
O+O2 → O3
Cycle de phosphore

Le cycle du phosphore est unique parmi les cycles biogéochimiques


majeurs car il ne possède pas de composante gazeuse. Par
conséquent, il n’affecte pratiquement pas l’atmosphère. En milieu
terrestre, le phosphore est, le plus souvent, sous forme de
phosphate c’est-à-dire un atome de phosphore entouré de quatre
atomes d’oxygène (PO4). Il est présent sous cette forme
notamment comme composant du squelette des êtres vivants mais
aussi des dents des vertébrés
Plus généralement, il est essentiel à la fabrication de
nombreuses molécules, comme les protéines et les acides
nucléiques : ARN et ADN
Cycle de soufre

Le cycle du soufre est le cycle biogéochimique des différentes formes du


soufre. Le soufre est un élément essentiel à la vie qui, comme le carbones, le
phosphore, l'oxygène, l'azote ou encore l'eau, possède son propre cycle de
vie.
En effet, le soufre est présent partout sur Terre, atmosphère, océans,
continents, mais aussi chez tous les êtres vivants sous forme de
molécules organiques : les acides aminés soufrés constituants de
protéines (méthionine et cystéine

Cycle de métaux
Le cycle du mercure
Le mercure est un élément trace indispensable aux cellules, mais qui, à de
fortes concentrations, peut devenir toxique. Les sources naturelles de
mercure sont constituées par le volcanisme et certaines roches ignées. On
estime à environ 25 000 t/an la quantité de mercure introduit dans
l’atmosphère par le volcanisme
De plus, l’érosion hydrique des roches superficielles entraine
dans les cours d’eau puis les océans, une fraction du mercure
contenu dans les roches superficielles.
Le cycle biogéochimique du mercure est caractérisé par un
passage alternatif de l’état inorganique à l’état organique, et
des formes oxydées à des formes réduites. Ce cycle s’effectue
entre les trois compartiments de la biosphère : atmosphère,
hydrosphère, et couche superficielle de la lithosphère.

Vous aimerez peut-être aussi