Exposé: Appareil génital féminin

Encadreur: Dr ATANGANA

MEMBRES DU GROUPE
‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ BEBEY ENGOME BELINGA KYE ESSOMBI BELLA ELVIRE BIKEK MBAH BILOUNGA JULIEN BINDI NGASSE BISSE ALBERT BOAYETEK EHETE CHIPEKAM NDJIFOUM MOSELLE CORGHAN KAH MBOFUNG

PLAN
‡ INTRODUCTION I. RAPPEL ANATOMIQUE II. PHYSIOLOGIE DE LAPPAREIL GENITAL FEMININ ET DU SEIN III. HISTOLOGIE DE LAPPAREIL GENITAL IV. HISTOLOGIE DU SEIN V. CONCLUSION

INTRODUCTION
Ayant comme fonction la reproduction de l espèce humaine; l appareil génital féminin en plus du sein peut présenter plusieurs pathologies d origines diverses. Pour mieux comprendre l histopathologie des différentes affections menaçant cet appareil, un rappel sur l anatomie, la physiologie et l histologie de cet appareil et du sein doit être réalisé.

RAPPELS ANATOMIQUE L appareil génital féminin est composé de : -Deux glandes: les ovaires. qui produisent les ovules et des hormones(oestrogènes et progestérone) -Deux trompes utérines qui conduisent les ovules jusqu à dans l utérus -l utérus. dans lequel se développe l uf fécondé -vagin et de la vulve qui constituent les organes de la copulation. .

To download and display this picture. To help protect your privacy. PowerPoint prevented this external picture from being automatically downloaded.To help protect your privacy. PowerPoint prevented this external picture from being automatically downloaded. and then click Enable external content. click Options in the Message Bar. © Larousse 2006 . and then click Enable external content. To download and display this picture. click Options in the Message Bar.

. ‡ situation anatomique:les ovaires sont situés dans la cavité pelvienne. . ce sont les gonades de la femme.de chaque coté de l utérus .1-Les ovaires ‡ Il y en a 2 .Ils se placent dans une petite brèche du péritoine : position intra-péritonéale.

se trouvent des prolongements fibreux : ‡ Ligament suspenseur de l'ovaire ( ligament lombo ovarien) : au pôle supérieur. . ‡ Ligament propre de l'ovaire ( ligament utero ovarien ou ligament large) : au pôle inférieur. tendu depuis la paroi lombaire à l'ovaire . réunit l ovaire et la partie postérieure de l'utérus.Moyens de fixité :Aux pôles supérieur et inférieur. ‡ Ligament tubo ovarien : trousseau fibreux qui relie l ovaire et la trompe.

après la ménopause. et. Ils ont 2 faces : interne et externe. L'ovaire est un peu aplati de dehors en dedans.après la ménopause. L'ovaire est de couleur jaune pâle. il blanchit et devient plus fibreux (moins souple).5 à 4 cm de longueur. un peu inclinée . et 2 bords antérieur et postérieur ‡ Dimensions :il présente 3. son diamètre diminue ‡ Poids : il varie suivant la période. 2 cm de largeur. En période génitale on a 10 à 20g .‡ Aspect: De forme ovalaire . 1 cm d'épaisseur.

Elle est entourée d'une membrane qui lui donne sa couleur : l'albuginée qui tapisse sa face périphérique.( au centre ):zone richement vascularisée par l artère ovarienne et les ramifications ovariennes de l artère utérine. . Elle correspond à la zone de stockage des ovocytes contenus dans les follicules de tailles différentes. ‡ la médullaire.‡ L'ovaire est constitué de 2 parties : ‡ la corticale (en périphérie).

vers la veine ovarienne et la veine (ou plexus) utérine. une branche tubaire et une branche ovarienne. L'artère ovarienne. Les branches tubaires et ovariennes provenant de ces deux artères sont ensuite anastomosées entre elles. La veine ovarienne se jette dans la veine cave caudale à droite et dans la veine rénale à gauche . naissant de l'aorte au niveau L2/L3. et se drainant des deux côtés.‡ Vascularisation ‡ Artères : ‡ L'artère utérine. branche de l'artère iliaque interne. accompagne le ligament suspenseur de l'ovaire pour donner ensuite une branche ovarienne et une branche tubaire à proximité de l'ovaire. naissant dans le hile. donne. ‡ Veines : ‡ Réseau anastomosé autour de l'ovaire. à la jonction utérus-trompe.

et se drainent en direction des régions lombaires et iliaques externes. .‡ Drainage lymphatique : ‡ Sont satellites des éléments veineux.

ou trompes de Fallope. sont des conduits de 10 à 14 cm. et des cils tapissent leur face interne.2. Anatomiquement ont peut les diviser en 4 parties: . s'ouvre en face d'un ovaire. les cornes utérines. en forme de pavillon et bordée de franges. elle véhicule l'ovocyte jusque dans la cavité utérine. L'autre extrémité des trompes débouche dans les coins supérieurs de l'utérus. Leur paroi contient une importante musculature lisse.Les trompes ‡ Les trompes utérines. Leur extrémité libre.

Ces franges vont. portion un peu réfléchie de 3 à 4 cm de long et 3 à 4 mm de diamètre. en s'étalant. son diamètre est de 0. qui traverse l'épaisseur du muscle utérin et s'ouvre dans la cavité utérine . la plus rétrécie.l'infundibulum(ou pavillon de la trompe).2 à 0. qui est prolongée par plusieurs franges tubaires( en forme de doigt). avoir pour rôle de capter l'ovule L ampoule tubaire. diamètre 7 à 8 mm. L'ovocyte y chemine jusqu'à l'isthme tubaire. .5 mm. la portion interstitielle.

.

A chaque grossesse.comportant un corps un col et un isthme Il permet la nidation et la gestation jusqu'à la fin de la grossesse. Il subit des modifications au cours du cycle menstruel : les modifications hormonales.mesurant 7-8cm de haut et 24cm de haut au 6ème mois de grossesse. il garde des modifications et s'atrophie à la ménopause.3) -Utérus C'est un muscle creux en forme de poire. .

il se réfléchit de chaque coté en regard du col de l'utérus.‡ Le fond de l'utérus est le fundus. ‡ La paroi est formée par du tissu musculaire épais(myomètre) qui se rétrécit au niveau de l'isthme utérin ‡ La lumière utérine est tapissée par une muqueuse. C'est un muscle épais distensable avec des possibilités contractiles pour l'expulsion en fin de grossesse. . l'endomètre (la matrice utérine). Il laisse place au niveau de l'isthme à la muqueuse du col de l'utérus ‡ le péritoine recouvre l'ensemble.

.

L'orifice. qui a été plus distendu. L'orifice du col est rond (petite ouverture du canal cervical) ‡ Primipare : Le col prend un aspect plus ovalaire. est plus élargi .‡ Le col peut prendre 3 aspects : ‡ Nullipare : Il apparaît environ cylindrique. plus ovalaire. comme l'orifice ‡ Multipare : Le col est plus volumineux.

C'est une branche de l'artère iliaque interne. La crosse donne quelques collatérales : les artères vaginales. . le rameau ovarique médian. Elle fait une crosse en regard de l'isthme utérin à environ 1.utérus : vascularisation ‡ Réseau artériel : ‡ L'artère utérine est longue (15cm. Branches terminales : l'artère tubaire. Elle descend le long de la paroi abdominale puis pelvienne. Principal rapport : au contact de l'utérus. isthmiques. la vascularisation du myomètre. ‡ Sa première collatérale : l'artère du ligament rond. 3mm ‡ de diamètre). et en plus. Elle va ensuite monter le long de la face latérale de l'utérus . il y a l'uretère : croisé en avant par l'artère utérine. elle a donc un trajet très sinueux : elle doit pouvoir subir l'énorme distension en cas de grossesse. vésicales. cervicales.5cm du col et en avant de l'uretère.

Réseau veineux : ‡ Il correspond en grande partie au réseau artériel : la veine utérine reçoit : ‡ des branches veineuses du ligament propre de l'ovaire qui viennent de la trompe (veine tubaire).‡ . La veine utérine monte s'anastomoser dans la veine iliaque interne primitive. avec l'iliaque externe. La veine utérine doit pouvoir subir les distensions en cas de grossesse. ‡ des veines isthmiques. vaginales. cervicales. très flexueux. Même aspect en crosse. . ‡ Même rapport avec l'uretère : il est en avant des vaisseaux primitifs mais en arrière des vaisseaux utérins. même type de trajet très sinueux.

. les canalicules se dirigent le long du ligament suspenseur de l'ovaire (en arrière et en haut) ± le deuxième : pédicule du ligament rond.‡ . Réseau lymphatique : ‡ Il y a 2 groupes de collecteurs lymphatiques crâniaux (drainage du corps). Les canalicules cheminent le long du ligament rond et gagnent la région inguinale et suivront les vaisseaux iliaques externes. situé plus en avant. et 3 caudaux (drainage du col) : ‡ CRANIAUX ± Le 1er : pédicule lymphatique gonadique. il se place au niveau du fundus utérin .

elle est à la face postérieure du corps par rapport au col et suit les ligaments utéro sacrés puis remonte au promontoire. il les draine tous les 2. ± le troisième : la voie dorsale. Là. ± le deuxième : voie lymphatique retro urétérique : il draine le col en arrière de l'urètre et gagne les ganglions iliaques primitifs et les ganglions au niveau du promontoire. il y a une confluence. puis elle suit l'Aorte et la VCI pour constituer le canal lymphatique.‡ CAUDAUX ± le premier : pédicule iliaque latéral : groupe à la face antérieure en regard de l'isthme et du col. .

4-)

Vulve

‡ La vulve est une fente verticale d'avant en arrière. On trouve 2 orifices, d'avant en arrière : ‡ l'ostium urétral (méat de l'urètre) ‡ l'ostium vaginal (obturé par l'hymen chez la vierge) ‡ Au niveau de la fente vulvaire, il y a un relief : les petites lèvres. C'est un repli cutané. La jonction des 2 petites lèvres s'appelle le prépuce clitoridien. La réunion en arrière du clitoris forme un petit renflement : le frein du clitoris. De part et d'autre, il y a des replis cutanés : les grandes lèvres. La peau est rose et humide, recouverte de poils de chaque coté de la vulve. L'ostium vaginal en regard des 2 lèvres fait suite au vestibule vaginal : la partie toute inférieure du vagin est entourée par la pilosité pubienne.

‡

Grandes lèvres Replis de peau et de tissu graisseux dont la face externe est recouverte de poils. Petites lèvres Replis de muqueuse. Leur taille est très variable (en moyenne 2/3 des grandes lèvres). Elles sont l équivalent du prépus de l homme. Elles se rejoignent et forment un capuchon qui recouvre le clitoris. Clitoris Organe dont seule l extrémité est visible. C est un organe érectile. Hymen Membrane très mince qui s sincère derrière les petites lèvres et dont la forme de l orifice est très variable. Parfois, il n a pas d orifice, ce qui fait que le flux menstruel reste dans le vagin, c est l hématocolpos.

Glandes de Bartholin Situées dans l épaisseur des grandes lèvres, de la taille d un petit pois. Elles atterrissent dans le sillon nympho-hyménéal. Elles ont une fonction de lubrification accessoire (ablation qui n altère pas la lubrification faite par le vagin). L infection de la glande de Bartholin (Bartholinite) est fréquente et laisse parfois une obturation du canal qui arrive à la formation d un kyste. Glandes de Skene Elles lubrifient (accessoirement). Leur infection est peu fréquente et s appelle la Skinite.

.

LE SEIN ‡ Peau ‡ Tissu mammaire ‡ Mamelon ‡ Areole .B.

B-)LE SEIN ‡ -Les seins sont des glandes mammaires. -Le sein est constitué de tissus glandulaires et est entouré de lobules graisseux. présence de l'aréole : disque cutané pigmenté. . -Elles sont plus développées chez la femme que chez l'homme pour permettre la lactation. -Ce sont des glandes sudoripares modifiées. on observe le mamelon au niveau duquel vont s'aboucher des canaux par lesquels passe le lait lors de la lactation. -A son extrémité. -Autour du mamelon.

.RAPPELS ANATOMIQUES B-) LE SEIN -Les seins sont des glandes mammaires. -Elles sont plus développées chez la femme que chez l'homme pour permettre la lactation. -A son extrémité. -Autour du mamelon. -Ce sont des glandes sudoripares modifiées. -Le sein est constitué de tissus glandulaires et est entouré de lobules graisseux. on observe le mamelon au niveau duquel vont s'aboucher des canaux par lesquels passe le lait lors de la lactation. présence de l'aréole : disque cutané pigmenté.

la glande présente un prolongement : le prolongement axillaire du sein. -La partie inférieure empiète partiellement sur le muscle dentelé antérieur. le sein s'étend de la deuxième à la sixième côte.‡ -Le sein repose sur le muscle grand pectoral. -Verticalement. . il s'étend du bord latéral du sternum jusqu'à la ligne médio-axillaire. -Transversalement. -Cette proximité avec le muscle grand pectoral explique les exérèses pratiquées autrefois (exérèse du sein + du muscle grand pectoral). Dans cette région axillaire.

.

‡ Division du sein: 4cadrans -deux cadrans supérieurs : -supéro-latéral ou externe -supéro-médial ou interne -deux cadrans inférieurs : -inféro-latéral -inféro-médial Cette segmentation est importante en oncologie pour localiser la tumeur primitive du sein. .

Vascularisation du sein : Artères : La vascularisation du sein est assurée par deux contingents de vaisseaux : -médialement : des artères mammaires médiales en provenance des rameaux perforants de l'artère thoracique interne ou mammaire interne (elle-même branche de l'artère subclavière). -latéralement : des artères mammaires externes issus des branches de l'artère thoracique latérale (elle-même branche de l'artère axillaire) -des branches perforantes provenant des artères intercostales postérieures (contingent le moins important) .

‡ Système veineux : Même trajet que les artères mais en sens inverse Le drainage veineux du sein est principalement dirigé vers la veine axillaire. . mais aussi partiellement vers les veines thoraciques internes (mammaires internes). ‡ Innervation du sein : Le sein est innervé par des branches des nerfs intercostaux de 4 à 6.

contact avec toute la circulation sanguine.‡ Lymphatique du sein : Le premier relais sont des n uds lymphatiques. ensuite la lymphe est drainée vers les n uds infra.n uds lymphatiques parasternaux en suivant les vaisseaux thoraciques internes . 1.creux axillaire ou la fosse axillaire. 2. Ensuite.et supraclaviculaires et finalement vers les n uds subclaviers (75 % de la lymphe passe par ce trajet).

Ovaire L'ovaire a une double fonction : exocrine (production des gamètes féminins ou ovules) et endocrine (production hormonale). .II-) physiologie de l appareil génital féminin ‡ A.

Il contient l'ovocyte. Celui-ci mesure un à deux millimètres et est creusé d'une cavité.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ a. Sur sa paroi interne existe un petit monticule qui fait saillie dans la cavité et s'appelle le cumulus proliger. au nombre de quarante mille environ. Quatre cents de ces follicules arriveront au stade mûr de follicule de DeGraaf. sont composés d'un ovocyte entouré de quelques cellules particulières. . Arrivé à maturation. La zone interne de la paroi folliculaire où s'implante le cumulus s'appelle la thèque interne. C'est elle qui secrète les strogènes. Le tissu du cumulus s'étend sur le pourtour. La production des gamètes ‡ Celle-ci a lieu au cours d'une maturation qui part des follicules primordiaux. Le follicule se rompt et l'ovule est projeté hors de l'ovaire (c'est l'ovulation) pour être capté par la trompe. où il s'appelle granulosa. Ceux-ci.

Mais s'il n'y a pas fécondation. La production endocrine de l'ovaire ‡ 1-Le corps jaune ‡ Après l'ovulation.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ b. . L'ensemble forme le corps jaune. Ces cellules se transforment et se chargent d'un pigment jaune. Le corps jaune se développe très fortement en cas de grossesse. il dégénère et laisse une cicatrice blanchâtre. le corpus albicans ou corps blanc. la cavité du follicule de De Graaf se combe grâce à la multiplication des cellules de la granulose.

Ils sont sécrétés par la thèque interne et par le corps jaune. Elles ont une influence sur l'endomètre.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ 2-Les strogènes ‡ Les strogènes regroupent plusieurs substances chimiquement apparentées qui ont un effet hormonal féminisant. Les progestatifs ‡ Les progestatifs sont des hormones sécrétées elles aussi au niveau du corps jaune par les cellules de la granulosa. . ‡ cc. qu'ils préparent en vue de la grossesse. qui se sont transformées après l'ovulation.

II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ B. qui a lieu au niveau de leur tiers externe. Trompes ‡ Les trompes sont le siège de la fécondation. . des cils vibratiles dont elle est pourvue et du courant liquide qu'elle provoque par sa sécrétion. L' uf fécondé sera ensuite conduit à l'utérus grâce à l'action de la péristaltique.

. la muqueuse sera expulsée lors des règles et le cycle suivant sera entamé. La muqueuse du col utérin joue un rôle dans l'ascension des spermatozoïdes grâce à ses sécrétions. Si la nidation n'a pas lieu. Si la nidation a lieu. Elle prépare ainsi la nidation. qui préside aux échanges f to-maternels.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ C. la muqueuse participe à l'élaboration du placenta. c'est la musculature utérine qui en favorisera l'expulsion grâce à ses contractions. Utérus ‡ La muqueuse utérine subit des modifications tout au long du cycle. Lorsque le f tus est arrivé à terme. sous l'influence des hormones citées plus haut.

séparées par l'ovulation. .II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ D. Il dure en moyenne vingt-huit jours et est sous contrôle hypothalamo-hypophysaire. On y distingue deux phases : la phase folliculinique et la phase oestro-progestative. Cycle menstruel ‡ C'est l'ensemble des phénomènes qui interviennent périodiquement au niveau de l'appareil génital féminin.

.

Phase folliculinique ‡ Sous l'influence de l'hormone gonadotrophine d'origine hypophysaire (FSH). Les glandes qui la composent s'allongent et deviennent sinueuses . Celles-ci entraînent une restauration de la muqueuse utérine détruite lors des menstruations précédents. un follicule ovarien entame sa maturation et secrète des quantités croissantes d'oestrogènes.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ 1.

Ovulation ‡ L'ovulation a lieu par rupture du follicule de De Graaf. On sait qu'elle a lieu le quatorzième jour avant les règles. Après l'ovulation. Le moment de l'ovulation peut être détecté (mais pas prévu) grâce à l'évolution de la courbe thermique (élévation de un demi degré de la température corporelle) ou par des dosages hormonaux (progestatifs). Il n'est pas possible de prévoir à coup sûr le moment de l'ovulation.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ 2. . On saisit la difficulté de méthodes contraceptives basées sur la continence périodique. Les taux d'oestrogènes et de progestérone croissent parallèlement. le corps jaune se forme et entame la sécrétion de progestérone. Elle est sous contrôle hypophysaire elle-aussi.

les taux des deux hormones continuent à croître jusqu'au vingt-cinquième ou vingt-sixième jour. Sous leur influence. la muqueuse utérine se prépare à la nidation. Phase oestro-progestative ‡ Sous l'effet de la stimulation hypothalamohypophysaire. .II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ 3.

Règles ‡ En l'absence de fécondation. Cela entraîne une nécrose de la muqueuse utérine avec une hémorragie. . les taux hormonaux font une chute brutale vers le vingt-sixième jour. Le corps jaune dégénère en corpus albicans et un nouveau cycle recommence. La muqueuse détruite et le sang sont éliminés : ce sont les règles.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ 4.

les spermatozoïdes sont déposés au fond du vagin (1) Ils gagnent alors rapidement la glaire cervicale (2). Au tiers externe de la trompe.fécondation: Lors d'un rapport sexuel.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ 5. un milieu dans lequel les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu'à 3 jours. les spermatozoïdes rencontrent l'ovule (5) qui a été libéré par l'ovaire (6). Les spermatozoïdes vont entamer leur progression dans l'utérus (3) puis dans les trompes de Fallope (4). ‡ .

.

de même que la proportion des différents types de cellules.LE CYCLE VAGINAL : ‡ Bien qu'elle ne soit apparemment le siège d'aucun phénomène macroscopique notable.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ E. . ‡ Ceux-ci consistent à examiner au microscope les cellules et les sécrétions vaginales recueillies au niveau du cul-de-sac vaginal à l'aide de petits tampons. ‡ L'aspect de ces cellules varie au cours des différentes phases du cycle. ‡ Ces frottis contiennent des cellules desquamées de la muqueuse vaginale. ‡ Ces modifications ont été mises en évidence par la pratique des frottis cervico-vaginaux. la muqueuse vaginale subit en fait des modifications au cours du cycle menstruel.

‡ Remplacées progressivement par des cellules éosinophiles dont le taux atteint 50 à 60% le 14ème jour du cycle.II-) physiologie de l appareil génital féminin (suite) ‡ a) Au cours de la phase folliculaire : ‡ Prédominance de cellules basophiles de volume moyen et à gros noyau. ‡ Les cellules éosinophiles. . d'abord prédominantes. ‡ b) Après l'ovulation : ‡ L'évolution inverse se produit. cèdent progressivement la place aux cellules basophiles.

À la ménopause. LH et prolactine). la production ovarienne d' strogènes s'effondre.III-) Physiologie du sein ‡ Le développement des seins est le premier signe de la puberté féminine. ce qui entraîne une diminution du volume des seins. Les seins acquièrent alors un volume variable selon les femmes. de la progestérone et des hormones hypophysaires (FSH. La glande mammaire réagit aux variations hormonales au cours du cycle menstruel et augmente de volume en période prémenstruelle sous l'effet des strogènes. Il se fait sous l'influence des strogènes. .

Pendant la grossesse.III-) Physiologie du sein (suite) ‡ La principale fonction biologique du sein est la production du lait. le colostrum. Juste après l'accouchement. ‡ Outre sa fonction alimentaire. L'érection du mamelon est la première manifestation de l'excitation sexuelle. sous l'influence de la prolactine. provoquent le développement des glandes mammaires ainsi que l'élargissement des mamelons. le sein féminin a un rôle esthétique et sexuel. suivie d'une turgescence de l'aréole puis d'un gonflement de toute la glande mammaire. Celui-ci fait place au lait maternel. . puis par le placenta. les strogènes sécrétés par l'ovaire et la progestérone sécrétée par le corps jaune. au bout de 3 jours. les seins produisent un liquide aqueux.

400 follicules seulzmznt arrivent à la maturité.les deux ovaires possèdent environ 400 000 ovocytes à la naissance.pendant la période d activité génitale.qui renferment chacun un ovocyte bloqué à la prophase de la première division méotique.et des formations sphériques.les autres follicules subissent une degenerescence.les fibroblastes.les follicules.III-HISTOLOGIE DE LAPPAREIL GENITALE FEMININ ‡ ALes ovaires ‡ La zone corticale: ‡ Cette zone contient un stroma conjonctif très riche en cellules.on distingue ainsi les follicules gamétogènes (dont l evolution aboutit à l ovulation)des follicues involutifs.visibles à l il nu. .

la médullaire n étant rien d autre que le prolongement du hile de l ovaire: -la zone parenchymateuse ou zone périphérique -la zone hilaire.‡ la zone médullaire: ‡ Cette région centrale de l ovaire.constituée par un tissu conjonctif lache. . se decompose en deux partiesqu aucune limite ne sépare.

la limite entre cette région et la zone corticale n est pas nette car le stroma ovarien envoi en profondeur. des faisceaux cellulaires irréguliers. . La partie périphérique de la médullaire correspond à une zone d épuisement du cortex: son tissu conjonctif lâche se continu avec le stroma ovarien. dans la médullaire.‡ La zone parenchymateuse ‡ Cette zone se situe immédiatement sous la corticale.

. Les vaisceaux spiralés de cette region peuvent suivre les déformations du stroma cortical.‡ C est une zone très variable.succeptible de se deformer sous l influence de la croissance des appareils folliculaires.

. des vaisceaux lymphatiques representés essentielement par des fentes lymphatiques.dont les cellules sont alignées le long des fibres nerveuses.le ganglion intra-ovrique de WINTERHALTER. des nerfs et un ganglion sympathique.sérés les un contre les autres.Zone hilaire Elle renferme de nombreux vaisceaux sangains à large lumière.

‡ Chacune de ces tuniques offre des variations en fonction du segment tubaire qu elle occupe . la suos-sereuse.‡ B.la musculeuse.LES TROMPES UTERINES ‡ La paroi tubaire resulte de l association de quatres tuniques concentrées: la sereuse( en dehors) . la muqueuse qui limite la lumière.

toujours longitudinaux sont peu dévellopés ‡ 2-la musculeuse ‡ Elle se décompose en trios couches: -une couche plexiforme externe.qui existe tout au long de la trompe .la muqueuse ‡ Constitué d épithélium prismatique simple cilié et chorion.les plis.‡ 1.alors que dans l isthme. ‡ Elle designe des plis tubaires complexes.

‡ Replis ‡ Musculeuse ‡ Séreuse ‡ Vaisseaux ‡ Ligament large .

‡ -une couche longitudinale interne.une couche anullaire moyenne (absente dans le pavillon.‡ . ‡ 3-la sous-sereuse ‡ Cette sous sereure fibro-élastique est très vascularisée( artère spiralée) et innervée.qui n existe que dans le quart interne de l isthme.épaisse dans l isthme). .mince dans l ampoule.

la sereuse ‡ Une sereuse doublée par le mésothelium péritonéal se continu avec celle du mesosalpinx et de l uterus ‡ 5-structure de l epithelium tubaire ‡ C est un épithélium prismatique simple. des cellules sécrétentes(ou glandulaires). .le nombre de cellule ciliées varient avec le cycle:nombreuse au moment de l ovulation et rare au moment des règles. qui contient des cellules cilliées .des cellules intercalaires en batonnet et des cellules basales.‡ 4.

‡ C-l uterus ‡ sa paroie comprend de dehors en dedans : -la sereuse péritoneale ‡ -le myomètre ‡ -l endomètre .

‡ Cavité endomètriale ‡ Endomètre ‡ Myomètre .

très vascularisée.‡ 1-la sereuse péritonéale ‡ Elle tapisse la face antérieure depuis l isthme qu elle remonte jusqu au fond utérin.le myomètre ‡ Couche de cellule musculaire lisse. surtout dans sa couche moyenne.elle se poursuit lateralement avec le peritoine qui recouvre le ligament large ‡ 2. puis recouvre la face postérieure.les faisceux musculaires se distribuent dans 4 couches mal définies: .épaisse de 15mm.

Faisceaux de fibres en coupes: -Transversales -Obliques -Longitudinales .

prédominent.‡ ‡ ‡ ‡ ‡ -La couche sous muqueuse -la couhe vasculaire -la couhe supra-vasculaire -la couche sous sereuse les faisceaux sont généralement disposés d une manière plexiforme.cependant.dans la couche sous muqueuse et la coushe sous sereuse . . les faisceaux longitudinaux parallèles à l axe de l utérus.

‡ La couche vasculaire recoit des ramifications de l artère utérine. .de plus elles elaborent des fibres collagènes. les cellules musculaires lisses se multiplient par division.elle s allonge: leurs longeurs passent de 60 à 500micromètres. les vaisceaux arquées.l artère myométrale. Les cellules musculaires subissent d importente modifications morphologiques pendent la gestation.d où s échappent des branches radiales.

et une zone résiduel le profonde. ‡ cette épithélium renferme des cellules ciliés généralement absente dans les glandes.un chorion dit cytogène(en raison de l abondence des cellules stromales conjonctives. Ils se divisent en zone fonctionnelle.fusiformes ou arrondies) et des glandes utérines.‡ 3.dont la structure varie en fonction du cycle mentruel. superficielle. épaisse.l endomètre ‡ Constitué par un épithélium simple.qui subsiste après les menstruations et assure la regeneration des zones fonctionnelles .

‡ Couche compacte ‡ Couche ‡ Fonctionnelle ‡ Couche spongieuse ‡ Couche basale ‡ Myomètre .

le col utérin partie inferieure de l utérus.D.cylindrique puis conique à son extrémité.on distigue dont l endocol et l exocol qui bombe dans le vagin 1.saillit dans le vagin.qui s invagine en formations dites glandulaires. elles se presentent sous la forme de fissures longitudinales ou transversales de 100micromètres à 2mm de longeur .endocol La muqueuse endocervicale est recouvert d un épithélium evdocervical prismique à cellule caliciforme et à cellule cilliées.

l exocol ‡ A l épithélium unistratifié de l endocol. succède un épithélium pavimenteux stratifié non kératinisé qui recouvre la totalité de l exocol. Sa constitution cellulaire varie au cour du cycle:par exemple le nombre de cellules supruficiel les à noyaux picnotiques augmentent au moment de l ovulation.‡ Elle elaborent la glaire cervicale.plus visqueuse et plus abondante au moment de l ovulation. . ‡ 2.

se modifie comme l épithélium cervical sous l influence des oestrogènes et de la progestérone. qui s ouvre entre les petites lèvres dans le vestibule.le vagin ‡ la paroi de conduit musculo-membraneux . Cette épithélium.une muqueuse ‡ -une musculeuse ‡ .‡ E. .en dedans par l épithélium de l exocol .une adventice ‡ l épithélium vaginal est pavimenteux stratifié non kératinisé. riche en glycogène.comporte 3 tuniques: ‡ .il se pousuit en dehors par l epithélium du vestibule.

‡ Mucus ‡ Epithélium cylindrique de surface ‡ Glandes ‡ endocervicales ‡ Leucocytes .

‡ ENDOCOL ‡ ZONE DE JONCTION ‡ EXOCOL .

‡ La musculeuse est faite de faisceaude cellules musculaires lisses qui courent longitudinalement et se poursuivent avec ceux du myomètre.‡ Le chorion le soulève en replis longitudinaux. sa lubrification est assurée par la sécrétion des glandes cervicales. ‡ Il n existe pas de glande vaginale.il contient quelques nodules lymphoides .situées dans les petites lèvres.les glandes de bartholin. .

‡ Epithélium malpighien pluristratifié ‡ Chorion ‡ Musculeuse ‡ Adventice .

IV-HISTOLOGIE DU SEIN ‡ Chaque sein est constitué d'environ 15 à 25 unités glandulaires indépendantes : les lobes mammaires. draine chaque lobe et ‡ s'ouvre à la surface du mamelon. chacun étant constitué par une glande tubuloacineuse composée. ‡ Les lobes sont disposés radialement à différentes ‡ profondeurs autour du mamelon. Un canal unique ‡ large. le canal galactophore. Les lobes sont inclus dans une masse de tissu adipeux subdivisé par des cloisons de collagène. . Des cloisons fibreuses plus robustes séparent le territoire de chaque lobe.

IV-HISTOLOGIE DU SEIN ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ ‡ épiderme ligament de Cooper lobules glandulaires lobules adipeux canaux galactophores sinus galactophores pectoral fascia mamelon .

le galactophore forme une dilatation appelée le sinus lactifère. .juste avant son extrémité mamelonnaire. Le mamelon contient des travées de muscle lisse orientées parallèlement aux canaux galactophores et circulairement près de la base.

Chaque lobe mammaire est divisé en un nombre variable de lobules . d'où ‡ naissent un grand nombre d'alvéoles ou acini glandulaires. le tissu interlobulaire. Les lobules ‡ sont constitués par un ensemble de canaux. Les lobules sont séparés ‡ par un tissu conjonctif dense. ‡ . les canaux tubuloalvéolaires.

Lobule Canaux tubulo-alvéolaires Tissu interlobulaire Tissu adipeux ‡ .

il y a une couche discontinue de cellules myoépithéliales. l'épithélium des canaux subit des changements cycliques sous l'influence des hormones ovariennes.Les canaux et les acini sont bordés par des cellules épithéliales de forme cubique ou prismatique basse. . Pendant la période d'activité génitale. Autour des cellules bordant les canaux.

GLANDE MAMMAIRE AU REPOS tissu conjonctif trabéculaire tissu adipeux en lobules lobules petits et disséminés canaux excréteurs intralobulaires (rares) acini peu nombreux tissu conjonctif très fin ‡ .

GLANDE MAMMAIRE EN ACTIVITE Tissu conjonctif en fines travées lobules hypertrophiés acini nombreux. dilatés. tassés avec cellules hyperactives .

GLANDE MAMMAIRE EN ACTIVITE ‡ canal excréteur intralobulaire ‡ cellules acineuses vacuolisées ‡ cellules myoépithéliales ‡ colostrum .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful