Vous êtes sur la page 1sur 14

La France du XVe siècle : un

pays encore sous le règne du


style gothique

Détail d’une
miniature
des Très
Riches
Heures du
Duc de
Introduction

• Contexte européen : en Italie, les foyers artistiques orientent leurs


recherches vers la perspective et l’étude des sources antiques
• La France, quant à elle semble rester fidèle au style gothique dont elle est
le berceau
• Les grands princes ont adopté le style du gothique international qu’ils
continuent d’apprécier, orientant par leur mécénat le cours de l’évolution
artistique
• Le style gothique s’exprime particulièrement à travers les arts médiévaux
précieux de l’orfèvrerie, tapisserie ou encore enluminure
• L’exposé, plus qu’une réflexion, propose un tour d’horizon de l’art
gothique français au XVe siècle
Un goût français encore très
médiéval
• Quattrocento italien réinvente l’espace et se sépare peu à peu du
style gothique pour s’engager vers la Renaissance

• La France semble lui rester attachée et les artistes travaillant pour


les riches seigneurs poursuivent dans ce style.

• C’est encore en France l’époque du gothique international qui


s’oriente vers l’art courtois

• Ce goût gothique se traduit particulièrement à travers arts précieux


car en effet, le gothique international de l’époque est épris de luxe.

• L’orfèvrerie utilise l’or et l’argent

• La tapisserie est constitué de fils précieux (la soie par exemple qui
est importée des pays orientaux)

• L’enluminure obtient ses couleurs par le broyage de matériaux


L’orfèvrerie
• Un art ancien qui remonte à l’Antiquité
• Orfèvrerie gothique relativement bien connue  grand nombre
d'œuvres religieuses conservées dans les trésors ecclésiastiques
• Dans l’art religieux, elle s’adapte particulièrement au nouveau
sentiment de dévotion privé
• Raffinement et valeur des objets d’orfèvrerie témoignent de la
richesse des grands princes de l’époque et répondent à cette fonction
« d’ostentation »
• Le maniérisme du gothique international est en partie inspiré de la
finesse de l’orfèvrerie
• Quant à la sculpture, on constate aussi son influence dans les
véritables statues en ronde bosse qui sortent des mains des orfèvres
• La production gothique reste marquée par un sens très vif de la
polychromie (mélange de matériaux et de pierres précieuses)
• Sensiblement marquée par le Moyen-Âge (durant lequel le style a peu
évolué à cause du traditionalisme des corporations)  la Renaissance
peinera à dépasser le style médiéval

Les corporations et le métier d’orfèvre


Métier particulièrement prospère et renommé.
Les corporations régissent l’orfèvrerie à travers un certain nombre de
règles
Reliquaire de l’ombilic du Christ
Importance qu’accorde la piété médiévale aux restes du Christ et de la
Vierge
Un joyau de l’orfèvrerie …

Statuette en argent dorée, 1407


…Qui témoigne d’un goût gothique délicat
La tapisserie

• Habille le mur des demeures princières et des églises


• Au départ c’est une œuvre peinte ou dessinée, elle a un modèle ou
« petit patron », ou encore « maquette » qui, agrandi aux dimensions de
la tapisserie, devient un carton ou « grand patron »
• C'est alors qu'intervient le licier pour le traduire en tapisserie
• La tapisserie devient au XIVe siècle l'apanage des grands princes
• Objet de grand luxe, la tapisserie constitue pour ses propriétaires une
importante réserve de capital, un moyen d'échange ou de cadeaux
diplomatiques
• Enrichie de fils d'or et d'argent, elle contribue également à affirmer le
rang, la puissance du seigneur
• La tapisserie est donc un art tout aussi « précieux » que l’orfèvrerie
• Art particulièrement maîtrisé par les français, les capitales de la
tapisserie sont les villes d’Arras et de Paris, puis de Tournai vers le
milieu du XVe siècle. Après quoi, elle est à son tour supplantée par la
capitale belge
La dame à la licorne
• Tapisserie oubliée puis redécouverte au XIXe
• Origine incertaine : aurait été commandée par Jean Le Viste,
puissant personnage proche du roi Charles VII
• Série de six tapisseries : les cinq premières représentent les
cinq sens à travers la mise en scène d’une jeune femme,
accompagnée de sa suivante, d’un lion et de la fameuse
licorne
• La sixième tapisserie, « A mon seul désir » est plus
énigmatique
• S’inscrit particulièrement dans le goût médiéval français de
l’époque (bestiaire avec animaux réels et mythologique,
abondance du motif végétal, souci du détail, raffinement,
etc.)

Lire absolument la présentation sur le site du musée du Moyen Age à l’hôtel de Cluny.
http://www.musee-moyenage.fr/pages/page_id18193_u1l2.htm
• Harmonie de la
gamme colorée;
nombre limité de
tons
• Île bleu sombre /
fond rouge vermeil
•Raffinement du
détail
• Éléments païens
• Mise en valeur de
l'élégance de la
jeune femme
• Splendeur du
vêtement et
préciosité des
objets
• Foisonnement de
fleurs et animaux
•«Enchantement
poétique»
• « La vue » :
signification
donnée par la
licorne qui se mire

Tapisserie de la Dame à la Licorne


– La vue
Sixième tapisserie : « A mon seul désir »


Tapisserie
énigmatiq
ue
• Après
l’expérienc
e des cinq
sens,
renonciatio
n et refus
de la
tentation ?
• Volonté
de trouver
Dieu au
delà des
sens, par
la foi
intérieur ?
Jean Fouquet (1420-1480)
• Maître peintre, enlumineur à la cour
royale de Tours et portraitiste réputé
• Un œuvre abondant même si très peu
d’œuvres nous sont parvenues
• Son travail fait la synthèse
d’expériences italiennes et flamandes
• Il est l’artiste qui a « apporté » la
Renaissance en France
• Nommé « peintre du roi » en 1475,
poste qu’il occupa jusqu’à sa mort
• Il tenait un grand atelier qui
produisait des manuscrits enluminés
• Outre la peinture et l'enluminure, il
travaillait en tant que concepteur et
dessinateur (conception de
tapisseries)
• Jean Fouquet est donc un artiste
typique du style gothique, encore au
XVe siècle, maîtrisant plusieurs arts
http://www.latribunedelart.com/Expo%20-%20Jean%20Fouquet.htm
précieux

http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/f/fouquet/index.html
Jean Fouquet : Diptyque de Melun,
1450

Lire l’excellente analyse du panneau droit sur le site du « musée critique de la Sorbonne » :
http://mucri.univ-paris1.fr/mucri10/article.php3?id_article=69
• Les divers apports : influence européenne et inspiration des arts précieux
• Une image de dévotion dans la continuité gothique
• Une nouvelle image de la religion
• Deux plans qui présentent
deux scènes de l’histoire
hébraïque

• Histoire profane devient un


sujet à part entière (artistes
de la Renaissance et
postérieurs suivront cette
voie)

• Différents plans obligent le


travail de l’artiste sur la
profondeur

• Tentative de perspective
aérienne dans l’arrière plan

• Très chevaleresque avec


hommes en armure

Bataille menée par les Hébreux contre


les Cananéens
L’enluminure
Définition : L'enluminure est une peinture ou un dessin exécuté à la main,
qui décore ou illustre un texte la plupart du temps manuscrit. Les techniques
de l’imprimerie et de la gravure feront presque disparaître l'enluminure.
Toutefois, il existe quelques livres imprimés qui en sont ornés.

• < mot latin « illuminare » = « éclairer, illuminer »


• Nombre importants de types d’enluminures, distingués à l’ère
médiéval par des critères bien précis
• Support privilégié est le parchemin )dont le plus beau est le vélin)
• Codex dans sa forme s’apparente à notre livre actuel  forme de la
Bible / « volumen »  forme de la Torah
• Lignes tracées au stylet à espaces réguliers, sur toute la page : la
trace reste visible. (liberté de l’artiste limitée)
• Les couleurs sont obtenues à partir de produits végétaux,animaux et
minéraux
• Les couleurs se mélangent très mal, et souvent ne se mélangent pas
du tout. L'artiste travaille « ton sur ton » après séchage, et joue avec
les liants pour obtenir les nuances à partir d'un même pigment.
• A l'époque romane, s'exerce dans les ateliers des monastères
(scriptorium)
• Du XIIIe au XVe siècle, l'enluminure prend une dimension nouvelle en
lien avec l'apogée de l'art gothique : images profanes
Un chef d’œuvre de
l’art gothique
français au XVe siècle
Les Très
Riches
Heures du
Duc de Berry
Par les frères
Limbourg
Voir présentation sur ce site personnel
http://www.geocities.com/Vienna/Strasse/3356/berry.htm

Miniature extraite du livre d’heures – mois


de septembre.