Vous êtes sur la page 1sur 3

Les Très Riches Heures, scène sacrée

Un style toujours très gothique

• Mer toujours très stylisée


• Détails fantaisistes
• Pose de St Jean
• Auréoles
• Aigle « posé » sur le rocher
• On devine une architecture
gothique dans la ville en fond
• Séraphins bleus qui soufflent dans
les trompettes

Mais des évolutions sont


perceptibles

• Esquisse de perspective aérienne


• Perspective par les rangs de vieux
hommes
• (Même si Dieu qui est plus loin est
plus grand)
Saint Jean sur l’île de
Patmos
Conclusion sur Les Très Riches
Continuité : Heures
• Les couleurs sont vives et seulement approximativement imitatives.
• Elles sont choisies pour leur éclat et quelques fois aussi pour leur valeur marchande 
gothique international
• Figures aux proportions allongées, caractéristiques physiques peu détaillées.
• Les couleurs brillantes et la technique méticuleuse se marient parfaitement avec les sujets.

Innovations :

• La centaine de peintures des Frères de Limbourg font apparaître une perspective encore
imparfaite, mais sont néanmoins d'un très haut niveau technique et artistique.
• Travail de la profondeur, qui même si elle n’est pas scientifique crée l’illusion
tridimensionnelle
• Forme ancienne (livre d’heures illustré) mais les illustrations sont fraîches et nouvelles et
témoignent d’un travail d’observation pour la représentation
• Impressionnante gamme de couleurs, avec des couleurs inhabituelles pour l'époque, (vert de
flambe, obtenu à partir de fleurs écrasées, et le bleu, appelé azur d'outremer, obtenu grâce à
des pierres précieuses venues du Moyen-Orient, des lapis-lazuli, broyées et pilées pour
donner ces bleus si éclatants… ce qui donne à réfléchir sur le prix d l'oeuvre, même à
l'époque !)
• Emergence d’un art profane à destination des élites laïques.
Ouverture

• Importance de l’enluminure, et des arts précieux en général, au


XVe siècle n’est pas à voir comme une stagnation ou encore une
régression dans l’évolution de l’art

• La technique qu’elle requiert, ainsi que son style pictural auront


des influences importantes dans l’Europe du Nord.

• Les maîtres florentins de l’entourage de Brunelleschi ont élaboré


toute une méthode pour rendre la nature avec une précision
quasi scientifique.

• Van Eyck, peintre flamand, a suivi une méthode opposée : il a


obtenu l’illusion de la réalité en ajoutant patiemment détail sur
détail jusqu’à ce que la somme de son tableau soit devenue
comme le “miroir du monde visible”.

• Sur le plan thématique, la scène de genre, la scène courtoise sera


très utilisée dans l’art flamand (en s’ouvrant même aux riches
bourgeois commerçants)