Vous êtes sur la page 1sur 30

Les coûts dans l ’entreprise

voir Les mémentos comptables, Foucher ed.

Pourquoi les étudier?

• Déterminer les composantes du prix de vente

• Calculer le coût des différentes fonctions: approvisionnement, fabrication,


distribution

• Déterminer quels sont les produits, les activités, les secteurs, les clients les plus
rentables, les moins rentables

• Déterminer s ’il faut continuer ou abandonner un produit, une activité

• Déterminer s ’il faut accepter ou refuser une commande, fabriquer soi-même ou


sous-traiter

• Établir le budget d’une division, d’un département de l ’entreprise

La comptabilité générale ne répond pas à ses questions, elle se contente d ’enregistrer et


de classer les charges par catégorie: achat, personnel ….
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Ce n ’est pas simple car il existe une multitude de coûts classés suivant trois paramètres

L’objet
Coût par fonction économique: approvisionnement, production, distribution

Coût par moyen d ’exploitation: usine, magasin...


Coût par responsabilité: direction générale, direction commerciale
Coût par marché, par zone géographique

Le moment
Coûts constatés ou coûts réels
Coûts prévisionnels ou préétablis

Le contenu Coûts complets: incorporant toutes les charges de la


comptabilité générale
Coûts partiels
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Plan du chapitre sur les coûts

• La méthode des coûts complets

• Les méthodes de coûts partiels


- coût variable (direct costing)
- coût direct

• La méthode du coût variable

• Les coûts préétablis

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
1. Le coût complet

Pour les charges


directes pas de problème

Charges Coûts
Charges affectation des
directes
incorporées Produits
aux coûts
Charges répartition imputation
indirectes

Quelle règle, quelle méthode


de répartition retenir, c’est
ici que se trouve toute la
difficulté.
D’où l ’idée de certains de
EGD240 2007 n’additionner que les coûts
directs...
Bruno.Oudet@imag.fr
Un exemple de répartition de charges indirectes

On fabrique des articles A, B, et C

A B C

Unités 1000 2000 3000


Matières premières (€) 7 4 1
Main d ’œuvre directe 6 9 4

- Les frais indirects à répartir entre les articles A, B et C sont de: 72 000 €

Trois méthodes: au prorata (1) des unités fabriquées: 6000 unités (1000 + 2000 +3000)
(2) des consommations matières premières: 18 000 €
(1000*7+2000*4+3000*1)
(3) des frais de main d ’œuvre directe: 36 000 €
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr (1000*6+2000*9+3000*4)
l ’exercice n ’est qu ’une affaire
de règle de trois

Exemple: le prix de A suivant la méthode 3 (pro rata main d ’œuvre) est de 7


+ 6 [charges directes] + 6*(72 000/36 000)= où
6 main d ’œuvre directe pour A
72 000 charges indirectes à répartir
Rappel méthodes
36 000 totales de main d ’œuvre directe • unités fabriquées

• consommations
Produits A B C matières
premières
Méthodes 1 2 3 1 2 3 1 2 3 • frais de main
d ’œuvre directe:
Matières premières 7 7 7 4 4 4 1 1 1 36 000 €

Main d ’œuvre directe 6 6 6 9 9 9 4 4 4

Frais indirects 12 28 12 12 16 18 12 4 8

Coût unitaire 25 41 25 25 29 31 17 9
3 EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Le prix auquel on arrive pour
chaque produit varie beaucoup
en fonction de la méthode (la Et oui, on produit le plus
clé de répartition) utilisée d ’unités (méthode 1) de C, le
prix de C calculé par la
méthode 1 est le plus important,
17, à comparer au 9 (méthode
2) et 13 (méthode 3)

On risque de vouloir vendre


plus cher le produit dont la
demande est la plus élastique
(fortement dépendante du
prix). Ce n ’est pas
EGD240 2007
recommandé!!!
Bruno.Oudet@imag.fr
Comment augmenter la précision de l’imputation des charges indirectes?

• Faire une analyse plus fine. Si une charge n’est pas directe pour un produit,
elle peut l’être pour une cellule réelle (ou conceptuelle) de l ’entreprise qui
participe à la mise sur le marché du produit. On parle de centre d’analyse.
Ces centres regroupent les charges avant leur affectation aux produits.

• On distingue deux niveaux de centres d ’analyses. Les centres auxiliaires


remplissent les fonctions communes: gestion du personnel, entretien. Les
centres principaux utilisent les services des centres auxiliaires. Ils sont
propres à des fonctions, des lieux d ’activité: approvisionnement,
fabrication, distribution.

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Exemple de tableau de répartition
(source Foucher)

Charges indirectes Centres d ’analyses

de la comptabilité Centres auxiliaires Centres principaux


Gestion du Entretien Approvi- Fabri- Distri-
générale personnel nement cation bution

Matières
consommables

Services extérieurs
Charges de
personnel

Dotation aux
amortissements
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
La démarche

• On répartit les charges indirectes entre les centres auxiliaires et


les centres principaux
• On répartit les charges indirectes des centres auxiliaires entre les
centres principaux
• On choisit une unité de mesure de chaque centre principal
représentative de l ’activité du centre. Exemple: l ’heure machine
d ’un atelier mécanisé
• On calcule le coût d’unité d ’œuvre:
coût du centre d’analayse/ nombre d ’unité d’œuvre du centre
• On répartit le coût du centre d’analyse au produit en fonction du
nombre d ’unité d’œuvre utilisé par le produit

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Avantages et inconvénients de la méthode du coût complet

• Elle permet de savoir combien a coûté ou coûtera un produit à chaque stade


du processus de production jusqu’à sa mise en vente. C ’est la technique la
plus utilisée dans les entreprises de production
Elle permet de comparer les coûts au prix de vente et déterminer le
bénéfice sur chaque produit.
+
• Elle est cependant complexe à mettre en œuvre pour la répartition des
charges indirectes.
• Les résultats varient en fonction du niveau d’activité. Une augmentation de
l ’activité implique une diminution du coût complet unitaire.

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Les méthodes de coûts partiels

Il y a deux classifications des


charges

Charges fixes indépendantes du niveau d ’activité:


loyers, dotation aux amortissements, coûts des salariaux permanents

Charges variables liées à l ’activité: achat de matières,


consommation d ’essence

Charges directes affectés sans ambiguïté à un coût ou à un objet


:
achat des matières, loyer d ’un magasin

Charges indirectes se rapportant à plusieurs produits, plusieurs


EGD240 2007
coûts: consommation d ’énergie
Bruno.Oudet@imag.fr
Les deux méthodes vues dans ce cours

Méthode du coût variable (direct costing)

Charges variables Charges fixes


Charges directes

Charges indirectes

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Méthode du coût variable (direct costing)

• Comme son nom l ’indique, elle ignore les coûts fixes. Pourquoi?

- souvent arbitraire de répartir les charges de structure entre les


différents produits

- le coût fixe unitaire (coût fixe/quantités produites) varie en


fonction du niveau d ’activité. Ceci occulte les autres causes de variation sur
lesquelles le gestionnaire peut agir

• Intérêt de la méthode des coûts variables. Elle permet de


répondre à des questions comme:

Faut-il abandonner la production d ’un produit, sous traiter telle activité?

Quelle est la contribution de chaque produit à la couverture des charges fixes?

A partir de quel volume d ’activité l ’entreprise va faire des bénéfices?

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Un exemple
tiré de Foucher

Une entreprise produit et vend:


- 800 unités du produit A à 35 €
- 650 unités du produit B à 42 €
- 380 unités du produit C à 39 €

Le coût de revient complet unitaire est de:


- 25 € pour A
- 45 € pour B
- 30 € pour C

Le coût variable unitaire est de:


- 18 € pour A
- 36 € pour B
- 22 € pour C
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Calcul du coût complet
Produits Quantité Prix de vente CA par Coût Coût par Résultat Résultat
produit revient produit unitaire par
unitaire produit
A 800 35 28 000 25 20 000 10 8 000
B 650 42 27 300 45 29 250 -3 - 1 950
C 350 39 14 820 30 11 400 9 3 420
Total 70120 60 650 9470

Si j ’arrête le produit B car non rentable


Calcul du coût variable mon résultat baissera de 3 900

A B C Total

Chiffre d ’affaires 28 000 27 300 14 820 70 120


Coût variable des produits vendus 14 400 23 400 8 360 46 160 Résultats
identiques
Marge sur coût variable 13 600 3 900 6 460 23 960
Coûts fixes (coût de revient total
- coût variable total) 14 490
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr Résultat 9 470
Autre apport de la méthode: déterminer le seuil de rentabilité

Définition: le seuil de rentabilité, aussi appelée point mort, est le montant du chiffre
d ’affaires qui dégage un résultat nul et à partir duquel l ’entreprise commence à
dégager des bénéfices

Calcul: on part du taux de marge sur coût variable.

Taux de MCV= Marge sur coût variable


chiffre d ’affaires HT

SR coûts fixes * 100 SR = coûts fixes


=
en chiffre taux de MCV en MCV unitaire
d ’affaires quantité

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Exemple de calcul de seuil de rentabilité

Une entreprise prévoit de réaliser un CA de 1 400 000 € pour l ’exercice à venir. Les
coûts variables sont évaluées à 840 000 €, les coûts fixes à 400 000€.

MCV=1 400 000 - 840 000= 560 000

Taux de MCV=(560 000/1 400 000) * 100= 40 %

Seuil de rentabilité= 400 000 *100 = 1 000 000 … de CA


Coûts 40
fixes
MCV Bénéfic e
SR
400 000
Perte

EGD240 2007 1 000 000 CA


Bruno.Oudet@imag.fr
Les coûts préétablis, souvent appelés coûts standards

Ils servent à calculer des budgets, des devis, à étudier les effets de
telle décision, à comparer la réalité avec les coûts standards… Ils
peuvent être calculés à partir de la méthode du coût complet, ou des
coûts partiels.
Un exemple (toujours tiré du mémento « les coûts dans l ’entreprise », Foucher

Entreprise qui fabrique des blousons de cuir. La production prévue


est de 1 000 blousons pour une consommation de cuir de 2 000
mètres de cuir d ’un montant de 27 000 €. La main d ’œuvre directe
est de 2 h par blouson à 9 € l ’heure.

La production réelle est de 800 blousons pour une consommation de


1800 mètres de cuir d ’un montant de 24 840€. Il a fallu 2h 30 de
main d ’œuvre par blouson à 8,5 €

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Vous allez voir le patron

Vous n ’avez pas les


pieds sur terre!
Vous avez dépensé
Promotion, vous avez dépensé
moins
24 840 € alors que votre budget mais vous avez aussi
était de 27 000 € produit moins

Votre rêve
La réalité
EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Démonstration sur l’écart consommation cuir

Normes matière: 2 mètres par blouson, 13,5 € le mètre


Normes main d ’œuvre: 2 h de MOD à 9 € l ’heure

Coût standard matière adapté à la production réelle


Production Consommation Prix standard Montant
800 blousons 1 600 m 13,5 € 21 600 €

Coût réel matière


Production Consommation Prix réel Montant
800 blousons 1800 m 13,8 € 24 840 €

Ecart sur matière: 24 840-21600= 3240

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Décomposition de l ’écart sur consommation cuir

Écart sur quantité


(Quantité réelle-quantité standard)* coût standard
( 1 800 - 1 600) * 13,5
= 2700

Ecart sur matière: 3240

Écart sur coût


(Coût unitaire réel- coût standard)* quantités
réelles
( 13,8 - 13,5 ) * 1 800
= 540

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Conclusion du patron

Dans votre dépassement


des dépenses sur le cuir
de 3240 €
2700 € sont de votre
responsabilité, et
seulement 540 sont dus à
des causes extérieures!

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Démonstration sur l’écart main d’oeuvre

Normes matière: 2 mètres par blouson, 13,5 € le mètre


Normes main d ’œuvre: 2 h de MOD à 9 € l ’heure

Coût standard MOD adaptée à la production réelle


Production MOD Prix standard Montant
800 blousons 1600 h 9€ 14 400 €

Coût réel MOD


Production MOD Prix réel Montant
800 blousons 1800 m 8,5 € 17 000 €

Ecart sur MOD: 17 000-14 400= 2 600

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Décomposition de l ’écart sur MOD

Écart sur quantité


(Quantité réelle-quantité standard)* coût standard
( 2000 - 1 600) * 9
= 3 600

Ecart sur MOD: 2 600

Écart sur coût


(Coût unitaire réel- coût standard)* quantités
réelles
( 8,5 -9 ) * 2 000
= -1 000

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Enfin: Choix d ’investissement

• Le calcul sur les coûts permet de mesurer la rentabilité d ’un


produit

• Mais comment mesure-t-on la rentabilité d ’un investissement?


Contrairement à la production d ’un produit l’effet d ’un
investissement porte sur plusieurs périodes

• Ceci implique que l ’on calcule les Δ entrées et Δ sorties de fonds


(cash flow) résultant de l ’investissement sur toute la durée de vie.

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Exemple du commerçant

Achat du camion
Dépenses

Besoins du cycle
d ’exploitation

Résultat net Cession nette


recettes

Amortissement
Récupération du BFR

Flux (240 000) 81 000 86 600 92 760 99 530 176 410


nets année 0 année 1 année 2 année 3 année 4 année 5

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Peut-on écrire que la rentabilité
d ’un investissement =
(Σ entrées - Σsorties/ Σ sorties)*100
et la comparer au taux r que me rapporte un
placement auprès de la banque?

On ne peut pas comparer ou


ajouter sans transformation
préalable des sommes
versées ou disponibles à des
périodes différentes. 1000 €
aujourd’hui ne vaut pas
1000 € dans cinq ans

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Il est nécessaire d ’actualiser de ramener toutes les sommes disponibles dans le temps à une même
période

Si r est le taux d ’intérêt auquel on peut placer des fonds:

1 000 euros disponibles aujourd’hui valent dans cinq ans


1 000(1+r )*(1+r )*(1+r )*(1+r )*(1+r) = 1 000 (1+r)5

Et inversement 1 000 € dans cinq ans valent 1 000 / (1+r)5 actuellement

La valeur actuelle net (VAN) du projet se définit alors comme la somme


des entrées et des sorties actualisées du projet:

VAN = - 240 000 + 81 000 + 86 600 + 92 760 + 99 530 + 176 410


(1+r) (1+r)2 (1+r)3 (1+r)4 (1+r)5

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr
Il y a plusieurs critères de choix d’investissement

• r est connu, le coût des fonds (le coût du capital) pour l ’entreprise.
Un investissement est rentable si VAN > 0.

• On calcule r qui donne une VAN égale à zéro. r a pour nom le taux
de rentabilité interne. Il vaut 29,4 % dans le cas de notre
exemple.

• On peut aussi calculer la période de remboursement: en combien


d ’année j ’ai récupéré mon investissement (3 dans notre exemple)

EGD240 2007
Bruno.Oudet@imag.fr