Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

N'ayons pas peur de l'Intelligence Artificielle
La santé est une richesse
Sur l'eau
Série de livres électroniques14 titres

Les Grandes Idées

Évaluation : 5 sur 5 étoiles

5/5

()

À propos de cette série

Le patrimoine culturel de l'Europe est une mosaïque riche et bigarrée qui est le reflet de ce que nous étions, de ce que nous sommes et de ce que nous aspirons à devenir. Nous sommes tous responsables de cet héritage immense, précieux et fragile.
La pandémie de coronavirus a révélé que des imprévus pouvaient changer notre mode de vie en un clin d'oeil. Dans l'avenir, d'autres menaces pourraient nuire à notre sécurité, à notre santé et à notre environnement, ainsi qu'à nos structures et nos valeurs sociales ou encore à notre capacité de faire face à la concurrence sur les marchés mondiaux.
Comment l'Europe peut-elle tenir sa promesse si nous ne réinventons et ne repensons pas la base même du projet européen et si nous ne trouvons pas, ensemble, des solutions innovantes et audacieuses pour un avenir meilleur et plus durable ?
Nous avons besoin d'un " nouveau pacte pour le patrimoine européen ", une transformation, axée sur le patrimoine, de la société, de l'économie et de l'environnement européens.
Hermann Parzinger est archéologue, historien et spécialiste du patrimoine culturel. En 2018, il a été nommé président exécutif d'Europa Nostra, la fédération paneuropéenne du patrimoine culturel qui représente les organisations de la société civile désireuses de sauvegarder le patrimoine culturel et naturel de l'Europe. Depuis 2013, l'une des principales activités d'Europa Nostra est le programme des " 7 Most Endangered ", les sept sites les plus menacés, en partenariat avec l'Institut BEI.
Il s'agit du quinzième essai de la série " Grandes Idées " créée par la Banque européenne d'investissement.
LangueFrançais
Date de sortie4 oct. 2018
N'ayons pas peur de l'Intelligence Artificielle
La santé est une richesse
Sur l'eau

Titres dans cette série (14)

  • Sur l'eau
    Sur l'eau
    Sur l'eau

    Quand il suffit d'ouvrir un robinet pour boire, il est facile d'oublier que notre approvisionnement en eau est fragile. Des centaines de millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable ou à des sanitaires décents. L'impact humain sur notre Terre, sur les océans et le climat met en péril notre avenir. Dans un monde habitué à la satisfaction instantanée et à la consommation immédiate, nous avons plus que jamais besoin de penser et d'agir à long terme pour sauvegarder nos ressources naturelles. Le photographe et environnementaliste français Yann Arthus-Bertrand nous rappelle que l'eau est précieuse et que nous avons besoin d'une nouvelle approche pour protéger notre planète. Ceci est le premier essai de la série des " Grandes Idées " créée par la Banque européenne d'investissement. La BEI a invité des leaders d'opinion internationaux à écrire sur les thèmes d'actualité les plus importants. Ces essais nous rappellent que nous avons besoin de grandes idées pour protéger l'environnement, promouvoir l'égalité et améliorer la vie des gens partout dans le monde.

  • N'ayons pas peur de l'Intelligence Artificielle
    N'ayons pas peur de l'Intelligence Artificielle
    N'ayons pas peur de l'Intelligence Artificielle

    Au cours des dix dernières années, les pays européens et les économies les plus avancées ont connu un déclin de leur productivité entraînant agitation politique et incertitude quant à l'avenir. Une nouvelle révolution de la production, engendrée en partie par l'intelligence artificielle, est aujourd'hui en marche, faisant déferler une vague de technologies innovantes. Dans le même temps, on craint que ces changements provoquent également une hausse importante du chômage alors que les machines sont appelées à remplacer massivement les êtres humains. Or, l'histoire montre que nous ne devons pas avoir peur de ces mutations industrielles. L'intelligence artificielle va faire disparaître certaines tâches mais cela ne se fera pas d'un coup et il restera encore beaucoup de travail pour l'homme. Limiter ou ralentir les nouvelles technologies ne sera d'aucun secours pour l'économie mondiale. Les pays doivent au contraire aider leur population à s'adapter à des postes techniquement plus avancés et axer l'enseignement sur les " compétences du 21e siècle ", telles que le travail d'équipe et la réflexion critique. Ce sont là les vrais défis à relever dans les années qui viennent. Il s'agit du deuxième essai de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement. La BEI invite des leaders d'opinion internationaux à écrire sur les questions les plus importantes de notre époque. Ces textes nous rappellent que nous devons adopter une nouvelle manière de penser afin de protéger l'environnement, de promouvoir l'égalité et d'améliorer la vie des populations partout dans le monde.

  • La santé est une richesse
    La santé est une richesse
    La santé est une richesse

    De nombreuses régions rurales d'Afrique affichent toujours des taux élevés de mortalité maternelle et infantile, faute de chirurgiens sur place. De nombreux enfants abandonnent l'école en raison de handicaps non traités qui les empêchent de parcourir les longs trajets qui les séparent de leur établissement scolaire. La chirurgie aide les femmes qui souffrent à la suite d'un long accouchement ou rend la vue aux personnes âgées atteintes de cataractes. La prise en charge des malformations congénitales telles que les fentes palatines aide les enfants à mieux se nourrir. Emmanuel M. Makasa, chirurgien zambien et représentant aux Nations unies, lutte depuis des années pour rendre la chirurgie accessible à tous. Il milite en particulier pour que les populations rurales des pays en développement aient accès à la chirurgie et pour aider les personnes en situation de handicap physique à mener une vie meilleure. Il s'agit du troisième texte de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement. Les précédents se sont intéressés à l'eau et à l'intelligence artificielle.

  • Smart Europe
    Smart Europe
    Smart Europe

    Une économie numérique et verte pourrait changer l'avenir du Vieux Continent. La nouvelle " Smart Europe " s'appuiera sur trois piliers : nouvelles technologies de communication, nouvelles sources d'énergie et nouveaux modes de transport. Cependant, cette transition devra passer par la transformation des infrastructures du continent. Jeremy Rifkin, conseiller auprès de l'Union européenne et principal théoricien de la " Troisième révolution industrielle ", défend depuis quelques années l'importance de cette démarche qui permet la collaboration " dans de vastes réseaux mondiaux virtuels et physiques afin de créer une qualité de vie plus équitable et durable d'un point de vue écologique ". Il s'agit du quatrième texte de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

  • La vie dans le cyberespace
    La vie dans le cyberespace
    La vie dans le cyberespace

    Internet est un lieu réel. À chaque fois que nous allumons nos ordinateurs, que nous utilisons un programme ou une application, que nous allons sur les réseaux sociaux, nous entrons dans un espace virtuel fait de mondes, de domaines, de forums et de salles. Mais nous nous comportons différemment lorsque nous interagissons avec la technologie : la technologie amplifie et accélère nos actions, elle peut nous aider à trouver des informations utiles, à bénéficier d'un large éventail de services et à rester en contact avec nos amis, mais elle peut aussi conduire à des formes d'addiction et à une manipulation subliminale en ligne. Mary Aiken, cyberpsychologue spécialiste de l'impact de la technologie sur le comportement humain, attire notre attention sur l'importance de la cybersécurité : " Nous devons adopter une approche centrée sur l'être humain qui tienne compte de l'usage réel qu'il fait des objets connectés et non des suppositions ou attentes du secteur technologique à cet égard ". Il s'agit du cinquième essai de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

  • Un brilliant avenir
    Un brilliant avenir
    Un brilliant avenir

    On peut brosser un tableau du secteur des énergies renouvelables plein d'ombre et de lumière. Ces dernières années ont vu de fantastiques avancées des énergies vertes, grâce au progrès des technologies et à la baisse des coûts de production. Mais nous n'en faisons pas assez. Fatih Birol, le directeur de l'Agence internationale de l'énergie, estime qu'en dépit des progrès accomplis, il reste encore beaucoup à entreprendre en faveur des énergies renouvelables. Il faut agir avec bien plus de vigueur pour garantir l'accès de tous à l'énergie et pour ralentir les changements climatiques, réduire la pollution et assurer la viabilité du monde. Il s'agit ici du sixième article de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

  • Le cercle vertueux
    Le cercle vertueux
    Le cercle vertueux

    Imaginez une économie dans laquelle les produits d'aujourd'hui deviennent les ressources de demain et où rien n'est jeté. Ellen MacArthur, fondatrice de la fondation éponyme, qui oeuvre à accélérer la transition vers une économie régénérative, écrit que nous devons cesser de suivre le modèle actuel qui consiste à " extraire, fabriquer, jeter ". Nous devons envisager une économie circulaire qui empêche la constitution des déchets et l'apparition de la pollution, où les produits sont réutilisés et où la régénération des systèmes naturels – tels que les terres agricoles – est assurée. Il s'agit ici du septième article de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

  • J'ai un rêve
    J'ai un rêve
    J'ai un rêve

    Le parcours de tout athlète est semé de revers. Mais se voir dépossédé de ses membres – ceux-là mêmes qui vous servent lorsque vous faites du sport –, en raison d'une maladie contractée très jeune, est une épreuve que nombre d'entre nous ne surmonteraient jamais. Bebe Vio n'a jamais abandonné son rêve de devenir escrimeuse, alors même que ses bras et jambes avaient été amputés lorsqu'elle avait onze ans, à la suite d'une grave méningite. Loin de renoncer à son désir de participer aux Jeux olympiques, elle a commencé à s'entraîner, dans son fauteuil roulant, pour les Jeux paralympiques. C'est sa détermination sans faille, sa volonté de gagner malgré les difficultés d'ordre physique, qui ont fait d'elle une championne de l'escrime. Bebe a aussi fondé sa propre association, art4sport, qui vise à encourager d'autres personnes à se concentrer sur la beauté de la vie, grâce au sport. Il s'agit ici du septième article de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

  • Le changement est dans l'assiette
    Le changement est dans l'assiette
    Le changement est dans l'assiette

    Massimo Bottura n'est pas seulement un chef étoilé, il est aussi le fondateur, avec sa femme Lara Gilmore, de Food for Soul (" La nourriture de l'âme "), une association à but non lucratif qui a pour vocation de réduire le gaspillage alimentaire grâce à l'inclusion. En 2015, à l'occasion de l'Exposition universelle qui a lieu à Milan et en collaboration avec Caritas Ambrosiana, Massimo Bottura ouvre le Refettorio Ambrosiano, un nouveau type de restaurant solidaire où des chefs venus du monde entier préparent, à partir d'excédents alimentaires provenant des pavillons de l'Exposition, des repas de qualité pour des personnes en difficulté sociale. Cette expérience, qui s'est révélée être un succès, a incité Massimo Bottura à fonder en 2016 l'association Food for Soul, dans le but de réaliser ce type de projet dans d'autres villes également. C'est ainsi que par la suite le Refettorio Gastromotiva a ouvert ses portes à Rio de Janeiro, le Refettorio Felix à Londres, les Social Tables à Modène, Bologne et Naples, et le Refettorio Paris dans la capitale française. Et d'autres ouvertures devraient suivre partout dans le monde. Cet essai est le neuvième de la série " Grandes Idées " lancée par la Banque européenne d'investissement (BEI).

  • Les espaces partagés
    Les espaces partagés
    Les espaces partagés

    D'ici 2050, les trois quarts des 9,6 milliards d'habitants de la planète vivront dans des villes. Ils s'établiront dans les cœurs historiques bouillonnants de vie, s'installeront dans de nouvelles agglomérations desservies par des moyens de transport à grande vitesse ou occuperont des zones d'habitat urbain informel. Certaines villes prospéreront tandis que d'autres auront du mal à répondre aux exigences qu'imposent la croissance de la population et l'évolution de l'environnement. Il faudra réunir l'expertise concertée de diverses disciplines sous l'égide de la bonne gouvernance pour assurer la prospérité future de nos villes. Spencer de Grey, concepteur en chef au cabinet Foster + Partners, analyse le rôle que l'architecture et l'urbanisme peuvent jouer face à cette problématique d'ampleur mondiale. Il s'agit du dixième essai de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement. La BEI a invité des leaders d'opinion internationaux à écrire sur les questions les plus importantes de notre époque. Ces textes nous rappellent que nous devons adopter une nouvelle manière de penser afin de protéger l'environnement, de promouvoir l'égalité et d'améliorer la vie des populations partout dans le monde.

  • La vision et la voie
    La vision et la voie
    La vision et la voie

    Qu'est-ce que l'Europe ? Un continent morcelé au fil des siècles par des guerres, des conflits territoriaux et la diversité culturelle. À défaut de langue ou d'histoire commune, en tant qu'Européens, nous avons des racines, des besoins et des ambitions communes. Ces similitudes nous ont conduits à donner corps, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à ce que nous aurions pu appeler une " utopie raisonnable ", l'Union européenne. L'écrivain espagnol Javier Cercas se penche sur l'Europe et les Européens, notre passé, les conflits, les idéologies et les personnes qui ont façonné l'Europe telle que nous la connaissons aujourd'hui. Même si l'on ne peut trouver de réponse définitive à toutes les questions, la conclusion semble inévitable : l'Europe sera tôt ou tard naturellement unifiée, malgré toute l'hostilité que cette idée suscite. Il s'agit ici du onzième essai de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement. La BEI a invité des leaders d'opinion internationaux à écrire sur les questions les plus importantes de notre époque. Ces textes nous rappellent que nous devons adopter une nouvelle manière de penser afin de protéger l'environnement, de promouvoir l'égalité et d'améliorer la vie des populations partout dans le monde.

  • Le génome à l'ère du numérique
    Le génome à l'ère du numérique
    Le génome à l'ère du numérique

    " Nous avons fait de grands progrès, mais nous restons vulnérables et notre engagement à lutter ensemble contre les problèmes sanitaires mondiaux n'est pas encore assez solide. Malgré nos connaissances, malgré les nouvelles technologies, à moins d'un effort ciblé et mondial, notre succès sera limité. Nous le voyons clairement aujourd'hui. " À l'aube de ce millénaire, le séquençage du génome humain a marqué le début d'une nouvelle ère pour la biomédecine. Les nanotechnologies et la robotique ont créé des outils innovants et des techniques de diagnostic puissantes. Des avancées thérapeutiques majeures nous ont permis de contrôler le VIH et de mettre en place des thérapies mieux adaptées pour traiter le cancer. Néanmoins, il reste des défis considérables à relever, non seulement dans le domaine du cancer, mais aussi dans celui des affections neurodégénératives et d'autres maladies. Dans le même temps, les voyages et la mobilité à l'échelle planétaire, ainsi que la mondialisation des échanges, ont des répercussions sur nos conditions de vie et favorisent la propagation de maladies infectieuses et de nouveaux virus, comme celui de la pandémie de COVID-19, partout dans le monde. Le médecin et scientifique croate Ivan Đikić analyse les défis de la recherche médicale contemporaine, les nouvelles menaces, comme les pandémies, et le rôle joué par les systèmes de santé. Il s'agit ici du douzième essai de la série des " Grandes idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

  • Espoir et force dans les Balkans occidentaux
    Espoir et force dans les Balkans occidentaux
    Espoir et force dans les Balkans occidentaux

    Les Balkans occidentaux sont depuis des siècles un point de passage entre l'Europe centrale et l'Orient. Dévastés par des conflits tragiques, des dérives nationalistes et des investis-sements négligés, les pays des Balkans occidentaux s'efforcent de trouver un nouvel équilibre. Leurs citoyens et leurs institutions ont affirmé à plusieurs reprises leur ambition de faire partie de l'Union européenne et ont consenti des efforts importants pour transformer ce rêve en réalité. Les accomplissements de la Banque européenne d'investissement (BEI) dans cette région se sont multipliés au cours des 20 dernières années. Elle a contribué à la construction de corridors paneuropéens de transport, appuyé des investissements étrangers directs, aidé à réaménager des zones urbaines, fourni une assistance technique et des financements supplémentaires afin d'améliorer et de développer les infrastructures sociales et économiques, et stimulé la croissance du secteur privé en vue de créer des emplois. Les perspectives qui s'ouvrent aux Balkans occidentaux laissent entrevoir un avenir plus radieux et plus vert. Matteo Rivellini est le chef de la division de la BEI chargée des opérations de prêt en Slovénie, en Croatie et dans les Balkans occidentaux.Il s'agit du treizième essai de la série des " Grandes idées " créée par la Banque. La BEI a invité des leaders d'opinion et des experts internationaux à écrire sur les questions les plus importantes de notre époque.

  • Ce qui nous lie – Un nouveau pacte pour le patrimoine européen
    Ce qui nous lie – Un nouveau pacte pour le patrimoine européen
    Ce qui nous lie – Un nouveau pacte pour le patrimoine européen

    Le patrimoine culturel de l'Europe est une mosaïque riche et bigarrée qui est le reflet de ce que nous étions, de ce que nous sommes et de ce que nous aspirons à devenir. Nous sommes tous responsables de cet héritage immense, précieux et fragile. La pandémie de coronavirus a révélé que des imprévus pouvaient changer notre mode de vie en un clin d'oeil. Dans l'avenir, d'autres menaces pourraient nuire à notre sécurité, à notre santé et à notre environnement, ainsi qu'à nos structures et nos valeurs sociales ou encore à notre capacité de faire face à la concurrence sur les marchés mondiaux. Comment l'Europe peut-elle tenir sa promesse si nous ne réinventons et ne repensons pas la base même du projet européen et si nous ne trouvons pas, ensemble, des solutions innovantes et audacieuses pour un avenir meilleur et plus durable ? Nous avons besoin d'un " nouveau pacte pour le patrimoine européen ", une transformation, axée sur le patrimoine, de la société, de l'économie et de l'environnement européens. Hermann Parzinger est archéologue, historien et spécialiste du patrimoine culturel. En 2018, il a été nommé président exécutif d'Europa Nostra, la fédération paneuropéenne du patrimoine culturel qui représente les organisations de la société civile désireuses de sauvegarder le patrimoine culturel et naturel de l'Europe. Depuis 2013, l'une des principales activités d'Europa Nostra est le programme des " 7 Most Endangered ", les sept sites les plus menacés, en partenariat avec l'Institut BEI. Il s'agit du quinzième essai de la série " Grandes Idées " créée par la Banque européenne d'investissement.

Lié à Les Grandes Idées

Livres associé

Articles associés