Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Ma vie musicale: l'autobiographie de Rimski-Korsakov
Voyage musical en Allemagne et en Italie: Volume I
Portraits et souvenirs: Saint-Saëns par lui-même (centenaire Saint-Saëns 1921-2021)
Série de livres électroniques9 titres

mémoires et écrits de compositeurs

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de cette série

Après avoir exercé sporadiquement sa plume dans Le Correspondant, L'Europe littéraire et Le Rénovateur, où il offrait aux lecteurs des professions de foi esthétiques plutôt que des critiques, Berlioz devient collaborateur officiel et donc critique «professionnel» d'abord, en 1834, à la Gazette musicale de Paris, puis, en 1835, au fort respecté Journal des Débats. Dévoilant ses enthousiasmes en langage précis et sa science en langage transparent, il se révèle plus que sceptique envers musiques et artistes estimés pour leur seule valeur marchande. Parfois il exprime son hostilité aux excès des chanteurs de façon délicieusement satirique. Dans ses Soirées de l'orchestre, recueil, publié en 1852, d'articles et de nouvelles écrits dans les années 1830-1840, mais aussi dans "Les musiciens et la Musique"; il laisse libre court à une tribune ironique sur la musique de son temps et les facéties des musiciens.
Les premiers textes journalistiques de Berlioz consistent en des polémiques dirigées contre les «dilettanti fanatiques», c'est-à-dire les amateurs au savoir musical limité qui, au temps de la révolution de Juillet, n'appréciaient guère que les broderies, roulades et vocalises du style italien.
Le «culte du virtuose» qui motive de telles polémiques est précisément ce qui amène Robert Schumann, en 1834, à fonder la Neue Zeitschrift für Musik, bien que le musicien allemand, pianiste comme le sont nombre de ses collaborateurs, s'en prenne à la virtuosité «insipide» non pas des chanteurs mais des artistes du clavier tels que Czerny, Herz, Hünten et Kalkbrenner, dont les oeuvres inondent le marché européen et suscitent, selon Schumann, un appauvrissement général du goût musical...
[cf. Bloom, Peter. « Virtuosités de Berlioz », Romantisme, vol. 128, no. 2, 2005, pp. 71-93.]
LangueFrançais
Date de sortie27 mai 2021
Ma vie musicale: l'autobiographie de Rimski-Korsakov
Voyage musical en Allemagne et en Italie: Volume I
Portraits et souvenirs: Saint-Saëns par lui-même (centenaire Saint-Saëns 1921-2021)

Titres dans cette série (9)

  • Portraits et souvenirs: Saint-Saëns par lui-même (centenaire Saint-Saëns 1921-2021)
    Portraits et souvenirs: Saint-Saëns par lui-même (centenaire Saint-Saëns 1921-2021)
    Portraits et souvenirs: Saint-Saëns par lui-même (centenaire Saint-Saëns 1921-2021)

    On dirait qu'il s'est écoulé un siècle depuis le temps où j'écrivais Harmonie et Mélodie, «Harmonie,» alors, signifiait science; «Mélodie,» inspiration. La situation s'est retournée; les amateurs qui refusaient de tenter le moindre effort pour comprendre la musique se sont pris de passion pour l'obscur et l'incompréhensible; «quand je comprends,» disent les purs, «c'est que cela est mauvais; quand je ne comprends pas, c'est que cela est bon». Ils sont irrités ou dédaigneux si les instruments de l'orchestre ne courent pas de tous côtés comme des rats empoisonnés; un accompagnement simple et naturel leur fait hausser les épaules. La Mélodie, naguère objet d'une redoutable idolâtrie, est vilipendée; un simple chant, accompagné naturellement, semble méprisable, et dans les compositions dépourvues de cet élément, on prétend que la mélodie est «partout». Quelle plaisanterie! Nous connaissions cela, à l'école, quand on nous apprenait à écrire des fugues où les diverses parties doivent être chantantes et vivre d'une vie propre, tout en concourant à l'ensemble; c'est ce qui constitue le style horizontal en opposition avec le style vertical en accords plaqués. Ce n'est pas là de la mélodie. Le gros public, heureusement, est resté naïf, et peu lui importent les systèmes, pourvu qu'on réussisse à l'intéresser. On trouvera un peu de tout dans ce volume et beaucoup moins de polémique ici que dans Harmonie et Mélodie. Des anecdotes, des souvenirs sur quelques grands musiciens que j'ai connus, un peu de critique générale. Quant à de véritables mémoires, je n'en écrirai jamais.

  • Ma vie musicale: l'autobiographie de Rimski-Korsakov
    Ma vie musicale: l'autobiographie de Rimski-Korsakov
    Ma vie musicale: l'autobiographie de Rimski-Korsakov

    "Ma vie musicale" est l'autobiographie de Nikolaï Rimski-Korsakov, l'un des plus grands compositeurs russes de la seconde moitié du XIXe siècle (1844-1908). Ses mémoires font se croiser les plus grands compositeurs de l'époque et raviront les amateurs de musique russe. Extrait : BALAKIREV a produit sur moi une forte impression dès notre première rencontre. Excellent pianiste, jouant tout par coeur, il avait des pensées hardies et neuves et un talent de compositeur que je vénérais. A notre première entrevue, on lui montra mon scherzo en «Ut min.»; il approuva après quelques remarques. On lui fit entendre mon nocturne et des fragments de symphonie. Il exigea que je me misse sans tarder à la composition de la symphonie. Je fus transporté de joie. Je rencontrai chez lui Cui et Moussorgsky dont j'avais seulement entendu parler par Canillet

  • Voyage musical en Allemagne et en Italie: Volume I
    Voyage musical en Allemagne et en Italie: Volume I
    Voyage musical en Allemagne et en Italie: Volume I

    Colorés de fortes émotions, de réflexions profondes, de conversations drolatiques, d'extases "fantastiques" et de désenchantements pathétiques, les souvenirs d'Hector Berlioz brossent un portrait des plus vifs et des plus saisissants de ce compositeur révolutionnaire, de ce voyageur extraordinaire, de cet écrivain né. Cette nouvelle publication de ses deux "voyages" musicaux en Allemagne et en Italie comble l'absence, depuis longtemps ressentie, d'une connaissance globale de l'oeuvre littéraire encore peu connue, mais composée de brillants opus, d'Hector Berlioz.

  • Mémoires de Hector Berlioz: l'autobiographie du célèbre compositeur français
    Mémoires de Hector Berlioz: l'autobiographie du célèbre compositeur français
    Mémoires de Hector Berlioz: l'autobiographie du célèbre compositeur français

    C'est depuis Londres, en mars 1848, qu'Hector Berlioz décide d'entreprendre la rédaction de ses Mémoires. Il n'a alors pas encore quarante-cinq ans. Il lui reste vingt et un ans à vivre ; mais outre qu'il l'ignore, et quand bien même sa santé vient de le tourmenter, rien ne lui permet de penser que ses jours sont comptés. Pourquoi éprouve-t-il le besoin de se retourner sur sa vie afin d'en donner un récit pour la postérité ? Intuition d'une rupture ou perte de confiance ? Nostalgie de la terre natale dans l'exil londonien, besoin de gagner sa vie ? Toutes ces raisons embrouillées contribuent à marquer une lassitude ; elles déterminent aussi un sursaut de conscience à affirmer une oeuvre et une personne face à l'imminence d'une disparition. L'échec de la création de La Damnation de Faust à l'Opéra-Comique en décembre 1846 lui a peut-être fourni le premier indice de ce risque. Moins parce que l'entreprise l'a ruiné, que parce que le public cultivé de Paris s'est, montré indifférent. La chute des Burgraves de Hugo avait mis en évidence, dès 1843, les signes d'un même déclin. La mise en oeuvre des Mémoires entérine ainsi un basculement historique qui cristallise les notions déjà anciennes de nostalgie et d'incompréhension. Le temps de la fabrication d'une image héroïque et poétique du romantisme de 1830 se matérialise dans le choix du genre littéraire.

  • La musique française: tome I
    La musique française: tome I
    La musique française: tome I

    Cette trilogie, promenade musicale et historique, nous montre avec précision l'évolution de la musique au fil des âges, soulignant pour chaque artiste la plus remarquable de ses oeuvres et l'influence qu'a pu avoir son époque et son entourage. Ce premier opus est consacré à la période qui s'étend de la Révolution à Berlioz. Outre des anecdotes sur les musiciens, plusieurs analyses d'oeuvres importantes - en particulier des opéras - nous sont proposées.

  • Le chef d'orchestre: extrait du grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes
    Le chef d'orchestre: extrait du grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes
    Le chef d'orchestre: extrait du grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes

    Hector Berlioz publie en 1843 un "Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes" dont il donne une édition augmentée de « L'art du chef d'orchestre » en 1855 : il y manifeste de façon éclatante sa créativité de musicien et d'écrivain. Ce volume tente de montrer l'originalité de sa démarche à une époque où la facture instrumentale se développe considérablement, mais où Berlioz est presque l'un des seuls à mener en France une réflexion d'ensemble sur l'orchestre. Dans ce texte surprenant, où se mêlent rêve utopique sur l'orchestre idéal et conseils très précis livrés aux instrumentistes et aux chefs, envolées lyriques et analyses d'exemples musicaux, l'orchestre apparaît comme un vaste théâtre où se joue l'avenir de l'art. Livre de chevet de plusieurs musiciens français, de Camille Saint-Saëns à Maurice Ravel, l'ouvrage comprend

  • Mémoires d'un artiste: la biographie de Charles Gounod
    Mémoires d'un artiste: la biographie de Charles Gounod
    Mémoires d'un artiste: la biographie de Charles Gounod

    Les Mémoires d'un artiste sont un récit autobiographique dans lequel Charles Gounod (1818-1893) retrace son parcours de jeunesse jusqu'à la création de Faust (1859). Gounod, 1818-1893, est passé à la postérité pour avoir écrit Faust, Roméo et Juliette, Mireille. Mais bien qu'il ait rencontré un formidable succès de son vivant et qu'il ait exercé, dans des genres très variés, une forte influence sur ses cadets - Bizet, Massenet, Saint-Saëns, voire Debussy, etc. ù, Gounod demeure encore méconnu.En publiant Mémoires d'un artiste, édité dès 1896 par Calmann-Lévy et devenu depuis introuvable, on fera découvrir la biographie du musicien, telle que lui-même l'a racontéeà jusqu'à la création de Faust. Histoire d'un enfant pauvre et doué, vocation mystique, musicale également, séjour romain à la Villa Médicis, passage à Vienne, puis en Allemagne où le jeune Gounod rend visite à Mendelssohn. Le lecteur aura la révélation d'un artiste aussi accessible que secret. Alors que le grand répertoire du xixe siècle redevient populaire, l'importance de personnalités comme Gounod prend son véritable relief.

  • Mes souvenirs: l'autobiographie du compositeur Jules Massenet
    Mes souvenirs: l'autobiographie du compositeur Jules Massenet
    Mes souvenirs: l'autobiographie du compositeur Jules Massenet

    Quelques jours apres la mort de Massenet, survenue le 13 aout 1912, l'editeur Pierre Lafitte fait paraitre les Memoires du compositeur, intitules Mes souvenirs. Massenet y retrace les grandes etapes de sa carriere artistique et les principaux evenements qui ont marque son existence: de sa formation a la creation de ses oeuvres majeures, l'auteur adule de Manon nous livre le portrait d'un artiste prolifique, couvert de gloire et temoin de profonds bouleversements artistiques. Il se montre cependant souvent complaisant et jette un voile pudique sur les echecs, cabales ou critiques qu'il dut affronter, sa musique, loin de faire l'unanimite, suscitant des passions encore plus ou moins vives aujourd'hui. Aussi Mes souvenirs furent-ils rapidement consideres comme un texte apocryphe et donc peu fiable. En se fondant sur de nouvelles sources, le present ouvrage rectifie ou precise certains points. Il apporte egalement la preuve que le compositeur a bien lui-meme ecrit son texte - ou du moins largement supervise leur publication - en adoptant un style a la fois nostalgique et mondain en phase avec celui de nombreux ouvrages similaires et publies a la meme epoque. Les articles, reponses aux enquetes et discours du compositeur, jusqu'a present disperses et souvent meconnus, completent ce volume qui permet de mieux saisir la personnalite humaine et artistique d'un acteur important de l'histoire du theatre lyrique.

  • Les musiciens et la musique: un essai de sociologie de la musique et de musicologie par Hector Berlioz
    Les musiciens et la musique: un essai de sociologie de la musique et de musicologie par Hector Berlioz
    Les musiciens et la musique: un essai de sociologie de la musique et de musicologie par Hector Berlioz

    Après avoir exercé sporadiquement sa plume dans Le Correspondant, L'Europe littéraire et Le Rénovateur, où il offrait aux lecteurs des professions de foi esthétiques plutôt que des critiques, Berlioz devient collaborateur officiel et donc critique «professionnel» d'abord, en 1834, à la Gazette musicale de Paris, puis, en 1835, au fort respecté Journal des Débats. Dévoilant ses enthousiasmes en langage précis et sa science en langage transparent, il se révèle plus que sceptique envers musiques et artistes estimés pour leur seule valeur marchande. Parfois il exprime son hostilité aux excès des chanteurs de façon délicieusement satirique. Dans ses Soirées de l'orchestre, recueil, publié en 1852, d'articles et de nouvelles écrits dans les années 1830-1840, mais aussi dans "Les musiciens et la Musique"; il laisse libre court à une tribune ironique sur la musique de son temps et les facéties des musiciens. Les premiers textes journalistiques de Berlioz consistent en des polémiques dirigées contre les «dilettanti fanatiques», c'est-à-dire les amateurs au savoir musical limité qui, au temps de la révolution de Juillet, n'appréciaient guère que les broderies, roulades et vocalises du style italien. Le «culte du virtuose» qui motive de telles polémiques est précisément ce qui amène Robert Schumann, en 1834, à fonder la Neue Zeitschrift für Musik, bien que le musicien allemand, pianiste comme le sont nombre de ses collaborateurs, s'en prenne à la virtuosité «insipide» non pas des chanteurs mais des artistes du clavier tels que Czerny, Herz, Hünten et Kalkbrenner, dont les oeuvres inondent le marché européen et suscitent, selon Schumann, un appauvrissement général du goût musical... [cf. Bloom, Peter. « Virtuosités de Berlioz », Romantisme, vol. 128, no. 2, 2005, pp. 71-93.]

Auteur

Charles Gounod

Charles Gounod est un compositeur français né le 17 juin 1818 à Paris (ancien 11e arrondissement) et mort le 18 octobre 1893 à Saint-Cloud (Seine-et-Oise).

Lié à mémoires et écrits de compositeurs

Livres électroniques liés

Articles associés