Vous êtes sur la page 1sur 15
Dey een de comonmatens: le nonscllsrtige decomanmti ide court par Pémergence du peer-to-peer; leur premitre ura éé la sauvegarde de leurs intérées en accusant ces stémes de violation des droits d'auteur. Petit 4 peti, stcomprs la nécesscé de devenir des acteurs majeurs volution (Bertelsmann) se libérant ainsi des distrib - Cependant, le relatf peu d'engouement pour les yas laisse perplee,couteis es initiatives se mult ide nouveaux acteus se dstinguent (Apple). Parallle P2P se porte bien en raisantune partimportante du crs Ces acteurs redoublentdingéniosté, autans sur ue, en accusant les majors d'wliser abusivement le ur 8 des fins anticoncurrentilles, que technologique, le meilleur service de distribucion en ligne de conte iques, ou économique en cherchant de nouveaux financement pour industri. Vidée est exploiter Vet éseaux per-to-peeren assurant une distribution Iégale sins! sommes-nous opposés route mesure visant leur expansion, comme la proposition de erfiation sr ec ne encourage pas 3 produite et & par- Feontenus notamment vie des serveurs privé, Le droit elé de vode du financement de la création culturclle, re une arme 3 double tranchant dans la guerre éeono 1a distibution de contenus numériques en ligne & sur des diffculés des industries culeurells & Phewre i. Lidée est de renouveler approche dela distribution us, en assurant la diversté des sources de création et js de a conceatration économique. Les solutio eonomique échique et politique: économique, cats juverte de nouvelles solutions de financement, notamment Hicences nom volontaires, pourea peemetre la survie des Industries ct encourager la créativté ea richesse de formes de erdaton hétérogéne; thiqu et politique, caries question de ly Prtiervaton di pattimoine de Pha, a el Chapitre 2 Peut-on responsabiliser les nouveaux modes de consommation de l'audiovisuel? Frédéric Gimello-Mesplomb Inrropucrion Le début des années 2000 a éxé caraceérisé par la montée en puissance du numérique dans les nouvelles formes de consomma- ton individuelles de Timage audiovisuele, Prmi ces demires, la [popularicé du peerto-per(P2P) comme nouveau mode de disti- bution de fichiers ne cesse Paugmencer, en méme temps que la radicalsation des slutions et des moyens proposés par les indus- ttiels de La culture pour Tutte contre ce qui est tts rapidement Appar comme un fléau de la nouvelle économie, Dans le méme temps, la généralisation de la copie privée sur des supports de snuvegarde numérique de moins en moins coteux a contsibué 2 tune banalsaion de ate. A Tapogée de son activité, en septembre 2001, le pionnice Napster! compuait 1,6 million e'uilisateurs ‘imultanés. En 2003, Vensemble de cs réseaux compra environ 1 Por D. Matlin ot 85 millions d'utilisateurs, dont 4 millions pour le seul réseau KaZaA. Le 28 mai 2003, KaZaA devenait le logiciel le plus tl chargé de histoire Internet, avec 230 millions de copies dsti- buées, tandis que le réseau eDonkey ne cessait de gagner des «parts de marché» sur le créneats encore libre du tEléchargement cn bas debi, La question posée ici nest pas de savoir si léchange de biens ‘numériques en P2P réduit les ventes de disques ou de DVD (est- il besoin de rappeler que dautres facteurs y contibuent égale- ‘ment?), mais plutbt de comprendre si, plus profondément il ta dluiracun changement de fond dans la maniére de «consommer » tune ceuvre audiovisuelle. En France, cete question passe en effet, en second plan derritre une réponse sociale au phénoméne qui, influencée semble-il parle caraceedurgence que lui a contre le discours médiatique, privilege Tévental des mesures repressive classiques ainsi qu'un mode de régulation des réseaux qui conf désormais aux foutnisseurs d'accts 4 Internet (FAD le controle dles contenu et des usages du net. Phénoméne d'ampleur, le P2P ‘Une éuude publige en mars 2004 par Felix Oberholver (Har- vard Business School) et Koleman Strumpf (Université de Caroline dui Nord a Chapel Hill) conclue que le elécharge- ‘ment de fichiers musicaux en « peer-to-peer» nejoue qu'un le sminime dans la diminution des vences de CD. Les chercheurs ‘one analysé les eeléchargements de fichiers miscaux pendant 17 semaines, au cours de lannée 2002. Hs ont ensuite mis en correspondance les données sur les transferts de fichiers avec les petformances des ventes des mémes chansons et albums. Ils ont ainsi constaré qu les échanges de fichiers, méme & un niveau élevé, se traduisent par un impact su les ventes dal bums statistiquement proche de zéro», en concluant que + bien que des tdéchargements e produtent& grande éebelle, la ‘majorité des uilsateurs sone des individus qui niauraient pas sacheté Valour, méme en Uabsence du partae de fichier eee masque souvent, dere quelques grandes affaires de pratage qui