Vous êtes sur la page 1sur 4
» Petit déjeuner du Barreau de Grasse - I'Avenir Céte d'Azur La réforme des successions Fier de poursuivre pour cette rent justiciables, le 26 septembre dernier, pour discuter de la réforme des successions race au travail accompli par qipedetavene Cte da, le publcetaitnombreu,cuieux decomateles changements ope 1 parla loi du.23 juin 206, or tant sures successions, es libé rates etl PAGS. Undomainequin‘est pasréseré aux noite, selon Mitre Sie Trastour, dleguée par Monsieur le Batonrier Miche Fra eters Uavocat joe toujours un ed conse dan le cace dela pre garation dune sucesion, mais aussi pour mettre en place des liberals est de meme essen ‘el de prendre conse pour ta biissement de fa convention du acs. “esattachés donc cede: pace que le contentiou.quenoussom- re es seul @ trates, nous pet- met effectivement appréhen der es difcutsetles chases 8 ne pas fairer affirmait Maitre Syne Tastour, charge de pré- sent les trois onsoeusintere- rantes pour expose le suet. fn effet, Cest une Equipe fei rine quigtait charge, cette foi- cide presenter ali du 23 juin Mare Marine as are Agnes Proton 2006: Maitre Agnés Proton, Maite Elisabeth Grane-Zarrab et Mate Martine Bose La présentation de esprit de a lo revenait a Maitre Agnes Proton: LAVENIR COTE D'AZUR -N® 1781 -SAWED! 14 OCTOBRE 2006 I est notoire que le legisateur francais ainitiéen ce début de 2 std une refonte du crit de la famille dass plus large accep tion, Le mouvement a été lance par [alo du3 décembre 200 rele tive aux doit du conjoint survi- vant et des enfants adultérins, dant la protection u pre mie tsuporimantadiscriming tion dont étaient victim ces der nies, la notion ayant fait bet dune suppression pure etsimple ‘cet oad, a réforme del tion entamée en 2002 (relative au nom de fail et 8 Fautorté parentale) vient d lejuilet 2005 parle vote dune Ordonnance entéeen vigueurie ‘er ult 2006, Désormas le prin cipe consacré est celui de Fege lite des filations, a distintion entre filiation et natu rele ant son tour supprimée Autre refonte denvergure, celle ai divorce, votée le 26 mal 2008 en vigueur au 1 jan vier 2005. Eni le 23 juin de. nie tat ettendue forme des ses rendez-vous mensuels, le Barreau de Grasse avait convié les 8 successions a complété cette moderisation de nos dispositions lgislatives relatives au droit des personnes et au droit patrimanial dela ile dont certaies étaient cdemeuréesinchangées depuis 18041 Sagi ildun simple toiletage ou d'une révolution 7a réponse est intermédiaie, Ceres la revision ‘ala ausse des ces duconjoint survivant opérée en 2001 avait amorcé cette modernisation, annoncée de longue date, denote droit des sucessions et des ibe ‘alts. était temps quele légs- lateurprenne en compte stans- formations families, evolution sociologique tle piorités éco- rnomiques de a France maderne, La question se posera cependant de vrfiers cette adaptation des texts n'est pas dja obsolete (2) face & la ralitésocio-Sconomi- que contemporaine. Pour Maftre Agnés Proton, en réformant es successions et les iéraltes le léilateur a pour- Suivi trols objects essentiels ‘Donner davantage de libert pour organiser sa succesion + Faiiterla gestion du patrimoine successor « Acclere et simplifies ler ment des succesions Concernant pus pariculérement les successions, Cesta ela déve- lution d'un patrimoine consécu tivement au décts, le Kgislateur s'est préoccupé je securiser option des héri de simplifir leurs démarches Aaccélerer le partage des suc- cessions df assure la continu ‘reprise de simplifies le cession vacant Compre tenu du temps dévoly lossde ce petit jeune ces points ne pouvaient faire Fabjet princpaes innovations qui Mae abet rir aa Concemant tout abord asta fsation de la déterination des heirs: désormasfgureront «en marge de ate de nasance clu défunta mention des enfants que cel urdlarés ou recon nus devant officer atc. Actuellement, seul le lvet de fale permet de vl dsinfor mations ace suet, lorsquilest a de top tion sucessorae:isagtici ter les situation de blocage face 28 un hértier taisant, heres et es ctanciers succes Soraux ont désormas la posi ité inti une eaction intero- gatoire» aux termes de laquelle Fnac de cette sera as mile & une ecceptation pure et simple, Adéfautdunetel inter rogation juiciaire, le deal de Groit commun pour opter est ramené de 30a 10 ans. Enfin, a loipermeta herr accompli les aces nécessaires 3 la corer vation et entetien du paiimoine successoal sens que cs init ves ne solent asimilées une accepttion tate La proctdure caceptation ous binéficedinventaie est simpli fide. le fait place a wl acceptas tion concurence de Facts, qul accrot a protection des créan ers en organisa une procedure de églement du pas sucesso ral inspire du droit des pro res callecives. Cependant, les céancersdewontveller dé rer lercréance dar es deux ans de Fowerture de ete accete tion conditionnel, soumise bien entendu & publi, Les réan Gers woient également eur pro tection renforcé par la bate slsation du privilege desépars tion des patrimoines (es créan Gers successorauxsontprésenés descrancers personnels he rier etrécproquement, ces der ries sont protégé contre iso ite du tung. ‘Anoter également que he ter eceptart pur et sgl pour demandes juiciirement etre déchargé dune dete sucesso tale quil avait dejustesrisons ignores, ce qui neaitpasiecas jusqu’a present. De méme, ine sera dbitour deslees de sommes efargent qu’aconcurence de rifsucessora, alors quil etait sur ses bien personnel ce jour Autre innovation marquant la "forme insite le mandatpos- thume palequelle dunt pours disigner, de son vivant, un mar. dataire ayant mission dadminis tvertout ou parte du patimoine succesral, notamment lorie lesheriersnesecient pas gtes ale fare en also de eur age, de leurhandicap,oude leur absence de competences specifiqus (t+ les que requises pour la gestion dune entreorise par exemple) Toujours dans un souci de sim: plifction et a'accleation des rRglements sucressoraut, les ges de 'ndivision ont éassouples stématique una nimi ext suoprimé pour permet ivisaires ctefectuer 3 amajorté des deux tiers tus es {actes d administration, ncuant terenouvellement des aux dhe bitation (cf nowel article 15-3, du Code civ) Ces nawvelles rgles de gestion S'appliqueront 2 toutes ls ind Visions succssoraesexistant au jour de Fentrée en vigueur dela loi (1 janvier 2007. Cesouci constant deficactéet de rapiité a conduit e legisla ‘eur favoriser le patage amia ble et a simpitir significative. ment le partagejudicaie.Ainsi le législateuratfirme le principe de Fégalté du partageen valeur et non plus en nature. sera éga lement possible de passer outre Ainerte aun co-hértieretasant> en le fasantreprésenter au par tage amiable par un profession nel quali, judciairementdési- .gné.Deméme, en présence 'un résumé absent ou d'une per- sone pratégée, il ne sera plus nécessire de recourirau partage juiciaire 1 suffi alors de reueli selon Une wwe de Passions lescs'aprobation préalable du conse de famile ou duuge des nsceshypothises, "ho gation jude de acte de parage, actuelement obligatoire est également sugarime Enfn, Maltre Agnds Proton, conclait son propos, en prisant ue le éislateurindut indie blement parmi ses prirites la nécessair continuté de entre prise. usu’ ce jour, seule ex ploitaton agricole powat faire "objet dun mainten judieiire dens Fndvision.\a el etend cette posibilt &tout type o’expo ‘ation: commerciale industriel artsanale,ibérale, sous forme individuelle ou socitaire. De ine, est dsormas permis Fat tribution pretérentel de toute entreprie,quelle que sila nature deson activité Dasapresce premier expst, ce taines questions étaient posées gare pubic i était notamment question de application dea lo: au premier janvier 2007. La loi sapliquera ausuccesions dd ouvertes mais ayant pas fit objet de par tage (Suite du texte dans le cahier ean once legates t juridiques, pages sau) LVAVENIR COTE D'AZUR - N* 1781 - SAVED! 14 OCTOBRE 2008 Petit-déjeuner Barreau de Grasse/L’Avenir Cote d’Azur La réforme des SUCCESSIONS (aie sspigs:2«19 sitre Elisabeth Granier-Zarrabi Messier ios ee des ibéralites. La préoccupation socio-économique di legislateur, se etouve également en iligrane dans les dispositions réformant le droit des liberties ‘Cette seconde parte, meta se fois de plus PPaccent sur le rie de eonseil de Avocet La volonté de mettre en eure des libéra- Tits, doit inscie dans Panalye d'une sta tion précise, partculiee et personnelie da cadre familial et patrimonial Lavocat est la pour Pappréhender. object es de garantic une plus grande zu Tité dans a traismission des biens = ~ en affirmant le principe de réducton en valeur des libéralités excessives, ~en supprimant le caractre automatique de la revocation des ibéralités pour sur ‘venance d'enfant du donateur, ~ en acroissant a capacité disposer en pe ‘meta es pastes erenoncition la eet- ~ en élargissant le domaine des donations- partages et des testaments-partages, ~ en consacrat le mécanisine de Ja béralié xésiduell, ~ et enfin, en augmentant les pouvoir de Pexécuteur testamentare u ‘des libéralités excessives : ‘Au préalable, les libéralités excédant la “quotté disponible se réduisait en nature, ce {qu tai fort crtiquable, car le danaaire non réservataire ne pouvait disposer du bien au nom de la sécurité juridique et Ta volon- 1€ du défunt n’était pas respectée. Le nouveau texte prévoit que la réduc- tion des libéralités excessves effectue dés- cormais en valeur (article 924 du Code vil). ‘Crest done le prolongement logique de 1'é- galité en valeur retenue dans le partage. 2) Dispariton de la révocation de plein droit ‘des donati Ir en: fant AYrorigine il fallait protéger la volomté du ddonateur ef préserver la réserve des des- cendants & naire : il s'agissait d'une régle ordre public. ‘Aujourd hui cette régle constiue une entra. ve bl liberté de disposer, ‘La réforme prévolt la revocation pour sur- vyenance é'enfant que dans I'hypotse ob le donateur I'aura stipulé expressément (article 960 du Code Civil) Liavenir 2) Zaménagement de la renonciation ‘des héritiers Pour que la transmission des patrimoines soit cfficace, les régles de renonciation sont agsouplies par I'instauration de certains ppacies successoraux et par la représentation dos héritiers réservataire. Maitre Graniet-Zarrabi précisait ce point —Ies pactes suecessoraux, Le texte autorise la conclusion de pactes per- ‘mettant & un héritier réservataire de renon- cer par anticipation, avec accord de celui dni i a vocation &bétiter, exerer son action cen réduction contre une libéralité portant atteinte& sa réserve (article 929 du Code Civip. ILs’agit la d’une nouvelle dérogation 8 ta ‘prohibition des pactes sur successions futu- ‘Le texte prévoit que le pacteintervienne au profit d'une personne déterminge, qu'il peut viser une atteinte portant sur tout ou partie de la part de réserve de Ihéritier signataire ou sur la réduction dune libéralité faite sur un bien déterminé (article 929 ali- néa2 du Code Civil). (Ce pace successor] Gant un acte grave, devra apeine de nullité, étre regu devant notaire, La révocation est strictement prévue (arti- cle 930-3 et 930-4 du Code Civil) Ia représentation des héritiers réserva- tires renongants usqu’alors, peuvent seuls éwre représentés, les hériters pré dé et les héritiers indi- nes, Le texte ouvre la représentation aux dese cendants d’un héritier en Tigne directe renongant (article 754 du Code Civil), (Ceci permet la transmission des patrimoi- nos vers des personnes plus jeunes en vue de leur instalation dans la vie, c’est done le corollaire logique du pacte successoral ctde la donation partage trans-génération- rctle,instaurés par la reforme. ? ‘tages et des testaments-partages : La réforme étend le bénéfice des dona- tions-partages et testaments-partage @ tous les héitirs présompnifs et permeta les dona- ‘ons-partages tans-générationnelles et ine térieur des families recomposées. La encore, Maitre Graniei-Zarrabi précisait sen propes : ‘au profit de tous Tes heritiers présomptifs Ii s'agit de ensemble des heritiers ayant ‘vocation a venir i la succession. Pour faire de fa donation partage un util genéralisé de réglement anticipé des suc- ccessions, a réforme a donc ouvert le domai- ‘Matte Martine Bas, Mate Agns Proton, ‘Maire Esabeth, GranierLarrabt ne de la donation partage, aux autres héri- tiers que les simples descendants. les donations partage trans-génération- nelles I1s’agit la de prendre en considération I vvolution démographique. ‘Lapa volo: ancpetis-efis rs da dann tionparage sen prise surlarserve du descendant direct qu interviendra i 'acte pour consent ‘la reduction do sa part résevainie (articles 1078-4 et 1078-5 du Code Civil) =donation-partage au sein dey families recomposées Lobjectf de la forme até de clarifier 1a Situation en permettant& des enfin asus d'0- nions différentes de participer & une meme donation-partage, pour y recevoir de leur seul parent des biens personnels ou des biens ‘comnmuns (article 1076 du Code Civil) 5) Les libralités résiduelies : Le legs résiduel est une disposition testa- ‘mentaire par laquelle une personne legue tout ‘ou partie de ses bien a un premier légatai- re quia obligation de remettre & son dévés, les biens & un second bénéficiaire préala- Dlement désigné. ‘Laréfoane consace la jurisprudence en éten- dant cette disposition aux donations entre vils (article 1074-1 du Code Civil). Cotte libéralité est spécifique sur deux points = d'une part, le premier bénéficiaire a'o- bligation de romettre a son décds lo bien joncemé au second gratifé mais n'a pas obligation de conserver le bien = n'oat transmis que ce qui subsiste du bien Iégué ete premier gratifié conserve le droit de vende le bien, La réserve est cependant protégée (article 1074-8 du Code Civil). — Dae pt, e second indice est rae ‘6 enic bien directement du premier dona- taire (article 1074-4 du Code Civil) done pas de double imposition ! Cette observation, laissait le public trés surpis. Maitre Granier-Zarrabi, relevait que la forme n'aurait de suceds que si la loi de finance a veuit,respecterait esprit du ‘sgisiteu, ear tout rein Fiscal, empéche- raitublisation de cette nouvelle fi Dans le eas précis de article 107444 du Code Civil, absence de double imposition est inserite dans le texte, malheureusement, ce nest pas dans tous les,cas de Vexéeuteur tes ‘mentale Cesta personne que le testateur charge de veiller la bonne exéeution de sés dernié- res volontés. Laréforme améliore le régime juridique de cet exécuteur testamentaire, en auusmen- tant es déais de sa mission et ses pouvoirs en absence dheritersréservataires. {I pourra ainsi procéder a attribution ét au partage des bens du défunt (articles 1030- 1 et 1030-2 da Code Civil) et st mission sera fais. Ine sera pas contraint de se tourmer vers le tribunal pour obtenir le respect des der- nigres volontés du defiant C éaitenfin, autour de Maitre Martine Bose, de présenter la troisitme parte de cette rencontre. Ceite demnitce, présentait avant tout lés dispositions relatives au changement de régime matrimonial : Jusqu’a présen, I oj consacrait'immuta- bili cu ime matrimonial de sorte que tout changement devait eine obligatoirement sou- mis a Papprobation du tribunal, En pratique, le notaire rédigeait un projet de contrat qui aprés publcité dans un jour- nal d’annonces légales, devait ére homo- Togue par un jugement. ‘Avec la réforme, et parti du 1/01/2007, Je changement de régime matrimonial pou 1 auf dans certains eas, interven seulement par intervention du notaire sans controle jiciare > Cequine change pas: le dai de 2 ans pendant lequel le changement de régime ‘matrimonial est interdit. > Ce qui change: Iadoption d'un nouveau ‘Régime matrimonial se fat par acte nota- rig qui contient a peine de nuit a fig dation du régime matrimonial modifié (C'est une modification opportune car ainsi Jn situation matrimoniale est clairement reéglée. En pratique, le notare doit informer pec- Sonnellement les enfants majeurs de chaque pou lesquels pouvents'opposer a la modi fication dans le déai de 3 mois. ‘Les modalités de cette opposition seront pré- cisées dans le deret application gui a’est pas ericore publig Liavenir cH Les créanciers sont informés de 1a modi- fication envisage par fa publication d'un avis dans un journal d’annonces iézales et ils peuvent également s"opposer dans les 3 mois ‘Auparavant les eréanciers pouvaient former tierce opposition contre fe jugement dho- ‘moiogation. Encas d’ opposition, I'acte notarié est sou- ‘mis homologation du tribunal Mate SysieTrasour Celle-ci est obligatoire, en présence d’en- fants mineurs Puis Maitre Martine Bose, abordit le vveau visage du Pacte Civil de Solidarté (PACs) slo’ dc 23 juin 2006 apport "importantes ‘mogifications aux régles du PACS qui sont ‘onstituées par les articles 515-1 8515-7 du Code Civil Insttué par la foi du 15/11/1999, Te statut juridique du PACS est profondément rema- Cortains auteurs estiment qu'il s agit d'une -éritible tation vers un "guasi-mariage™ -Avee cette rétorme le PACS se rapproche «du mariage, la célébration en moins. Le PACS a désormais une meidence su’ tacivil des personnes qui 'ont canchu et met i leur charge des devours xéciproques 1. Leta iv ‘Comme parle passé es partenaires doivent faire la déctaration conjointe de leur pacte au greffe du Tribunal dInstance de leur résidence commune. Le greffier avise of ficier état civil da lew de naissance de cha coun des partenaires aux fins de meation du PACS en marge de Isc Désormais, ily a donc mention de Viden- tité du partenaire comme de celle de P'é poun(se). La public du PACS est done asi xée comme celle du-mariage 2. Les devoitsréciproques entre partenai- res: ‘Le nowwel article 51544 du Code Civil dit ‘qu es partenaires s’engagent "une vi com- ‘mune, ainsi qu’a une aide matériel et une assistance rciproques" Aupaavant le fexte indquai seulement “une aide mutuelle et matériel" Ces obligations sont «ordre public. (On peut se demander si engagement de vie commune emporte une obligation de fidé- Iité entre les partenaires La loi est muette sur ce point; une seale décision de justice semble avoir été ren- due sur cette question par un juge Lillois aqui a statué par laffirmative en jugeant que "T obligation de vie commune entre Partenaires d’un PACS qui doit tre exé- cutée loyalement commande de sanc- tionner toute forme dinfidélté entre par- tenaires" (TKI Lille ordonnance du 5106/2002). n'y as pas de changement concernant rade matérelle qui “est proportionnelle & Jeurs Faculté respectives" comme la contri bution aux changes du mariage de article 214 pout les époux. ‘La rupture du PACS, comme par le passé, reste possible de fagon unilatérale ct le stroit &réparation (dommages ~intéréts) en cas de rupture fautive demeure 3. Le stlut patrimonial des partenaires: Le PACS est doté un vértable statu pat ‘monial gui s'apparente au statut patrimo- nial des époux (Régime matrimonial). Le principe ext eu dla partion des biens (4 Vinverse du mariage qui, par principe, ‘mplique la communauté). “Les biens sur lesquels aucun des partenaires ne peut justifier d'une propriété exclusive sont réputés leur apparteni indivisément & chacun pour moitié® (art 1515-3). *Chacun des partenaires peut prouver par fous es moyen.) quia la prope exchir sive d'un bien" Les partenaires ont a possiblié de se sou- ‘mettre au régime de Vindivsion ; ela résul- te d’un choix qui doit tre fait par grit Les partenaires sont tenus a obligation solidaire aux dettes contractées pour les besoins de fa vie courant, a ’exchision des “dépenses manifestement excessives”. Pour termincr il faut mentionner I’inno- vation de la loi en matiére de droit au logement puisque Varticle 515-6 al 3 dispose désormais que "lorsque le pacte de Solidarté prend fin par le décés dun des pattenaires, le survivant peul se pré- valoir des dispositions des deux I alinéas de Martcle 763 est encore un alignement sur a situation des Gpoux, savoir que e survivant (conjoint cowpartensire) bénéficie d'un droit au loge- ‘ment gratuit, aux frais de la succession, pendant l'année suivant le déots. Forte dela qualités des trois interventions, cette matinée devait se cloturer, par un ‘nouveau rendez-vous pris, pour Te 24 acto- bre prochain, A’ Aéroport de Mandetieu, ‘itil sera traité de la fisealité des entre= prises. NB: vous pouvez contacter le Barrea de Gras- se par mail: ordre@avocats-grasse.com.