Vous êtes sur la page 1sur 54

ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM.

DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT


du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

VOLET II:

ELEVAGE ANIMAL ET ALIMENTATION


HUMAINAINE

2nd. Topic :

Animal breeding and human nutrition

234
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Evaluation du potentiel du Congo (R.D.C.) en déchets agro-


industriels, leur composition biochimique et l'analyse de leur
valeur nutritive pour les animaux en élevage:

Cas de deux espèces des poissons d'eau chaude en élevage


(Tilapia spp. & Clarias spp.)

Estimating the potential agro-industrial wastes of Congo


(D.R.C.) as feedstuffs, the analysis of their biochemical
composition and the evaluation of their nutritive value to
breeding animals:

Case study: Breeding of two warmwater fishes . Tilapia spp. &


Clarias spp.

Présenté par
MUZIGWA K (1) , BACIZA M. (2), J. BLOOM (3), C. VAN
EENAEME (4), DIEMBY L.M.V. (5) HANLET M..(6) &
DESSALLE F.(7)

235
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

TABLE DES MATIERES

- ........................................................................ 238
Abstract .......

- ........................................................................ 239
Résumé .......

1. ................................................... 240
Introduction.............. ...
...

2. Matériel et................................................... 264


méthodes... ...

2.1.SPECIFICITES REGIONALES EN.................... 247


INGREDIENTS... .

2.1.1.Politique agricole et conjoncture...... 241


économique...

236
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.1.2.Limitation des régions à........... 241


vocation agricole...

2.1.3.Potentiels agricoles........................ 242


régionaux..... .

2.1.3.1.Infrastructures .............. 242


routières...........

2.1.3.2.Nécessité d'une 243


intégration des..............
moyens de..
transport................

2.1.3.3.Les axes et les circuits 245


de ..............
commercialisation...... .
............

2.1.3.4.Potentiel et support à 246


la ..............
vulgarisation............... ..
..........

237
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.1.3.5.Preuves d'expérience 247


piscicole ..............
congolaise................... ..
.........

2.2..ENQUETE SUR LES 255


DISPONIBILITES ..............
REGIONALES................................... ..
............

2.2.1..Méthodes 248
d'enregistrement des.....................
statistiques........................ ...
..........

2.2.2..Estimations de la quantité 255


d'ingrédients en.....................
R.D.C.................. ...

2.3.POTENTIELS EN 262
ORGANISMES AQUATIQUES.....................
EXPLOITABLES........... ...

238
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.3.1..Organismes exploitables 258


en .....................
aquaculture......................... ..
...........

2.3.2..Espèces des poissons 262


élevées en...................
pisciculture.......................... ...
...........

2.4..PRELEVEMENT ET 264
CONSERVATION DES.....................
ECHANTILLONS ...
..........................

2.4.1..Choix et prélèvement des 263


échantillons.............................................
........... ...

2.4.2..Conditions de................... 263


conservation................ ...

2.4.3..Techniques ................... 264


d'analyse......................... ...
239
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

3. Quelques................................................... 264
résultats....... ........

3.1..COMPOSITION EN MACRO- 265


MOLECULES (% du poids.....................
sec).............. ...

3.2..TENEUR EN ACIDES AMINES 265


(g%).............................................. .....................
......... ...

3.3..TENEUR EN VITAMINES 266


(mg/kg du poids.....................
sec)...................................................

3.4..VALEUR EN MACRO & 268


MICRO-ELEMENTS (% du.....................
poids sec)................. ...

240
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

3.5..APPROCHE 264
METHODOLOGIQUE POUR.....................
FORMULER UN...
ALIMENET......

3.5.1.Concilier les besoins de l'espèce 269


et le mélange des ingrédients.......
disponibles............................ ..

3.5.2.Tentatives de............271
formulation......................... .

3.5.2.1.Combinaison des.............. 270


méthodes ..... ..

3.5.2.2.Vérification de
l'équilibre entre les
.............. 271
besoins et la
..
composition des
iingrédients.................
....

241
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

3.5.2.3.Estimation de la 271
valeur énergétique..............
digestible ............. ..

Discussion et................................................... 273


4-
conclusions ........

Références ................................................... 275


bibliographiques ........

Adresses des auteurs ................................................... 275


........

Evaluation du potentiel du Congo (R.D.C., ex-Zaïre) en déchets


agro-industriels, leur composition biochimique et l'analyse de
leur valeur nutritive pour les animaux en élevage :

Cas de deux espèces des poissons d'eau chaude en élevage


(Tilapia spp. & Clarias spp.)

242
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Estimating the potential agro-industrial wastes of Congo


(D.R.C.) as feedstuffs, the analysis of their biochemical
composition and the evaluation of their nutritive value to
breeding animals:

Case study: Breeding of two warmwater fishes . Tilapia spp. &


Clarias spp.
Présenté par
MUZIGWA K (1) , BACIZA M. (2), J. BLOOM (3), C. VAN
EENAEME (4), DIEMBY L.M.V. (5) HANLET M..(6) &
DESSALLE F.(7)

Abstract
Regional potential agro-industrial wastes is being investigated in
this country. With a view to ensure potential investors in animal
feeds and particularly in fish feeds industry, informations on the
availability period, price of the local agro-industrial wastes are
analysed. An account of difficulties to face in feedstuffs supply
are outlined. Some examples on simple methods to formulate fish
feeds are discussed. In conclusion, this investigation emphasized

243
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
on precautions to take so that some toxins and other anti-
metabolites factors contained in raw feedstuffs could be avoided.

Key words: Agro-industrial wastes, compound feeds, farming .


Headline: Valorisation of tropical agro-industrial wastes.

Résumé
Une enquête sur l'approvisionnement et le prix des déchets agro-
industriels a été menée pour le compte du Congo (R.D.C.). Dans
ce travail une première évaluation du potentiel des régions (à
vocation agro-pastorale et piscicole) de ces ingrédients fait
l'objet d'une discussion. Quelques résultats des analyses de la
composition bromatologique des ingrédients locaux les plus
courants sont présentés. Ce travail met à la disposition d'un
vulgarisateur piscicole les exemples des méthodes, les plus
simples de formulation d'aliments composés destinés aux
poissons en élevage. En conclusion, nous soulignons quel type de
précautions à prendre pour éviter les effets nocifs qu'entraînent
les toxines et quelques facteurs anti-métaboliques contenus dans
certains ingrédients.

Mots clés: Déchets agro-industriels, aliments composés, élevage.


244
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Sous titre: Valorisation des déchets agro-industriels .

1 - Introduction
L'aliment destiné aux poissons en élevage varie du
simple ingrédient (déchets agro-industriels, tel que le sorgho, le
blé, le tourteau de coton, la drêche ...) à l'aliment composé (cas
des granulés) en passant par des algues ( cas de Spirulina sp.)
intensivement cultivées, les crustacés microscopiques
fraîchement éclos (cas de l'Artémia salina nauplii le Daphnia
sp.), et tout récemment, les microcapsules synthétiques flottantes
(contenant des concentrés nutritifs). Les principaux types
d'ingrédients qu'on rencontre au Congo (R.D.C.) peuvent être
rangés en quatre catégories, à savoir, les produits végétaux et
animaux naturels, les déchets et les résidus agro-industriels
partiellement transformés (Tableaux 02 et 03). En choisissant son
ingrédient on sait déjà quel type d'espèce à élever et
implicitement quelle en sera la qualité de chair à produire !
En effet, des nombreux travaux ont démontré que la
différence qualitative entre la chair du poisson d'élevage et celui
du milieu naturel (en acides gras polyinsaturés, AGPD) et ce en
faveur de ce dernier tient à la fois à la qualité des aliments
naturels et au choix d'aliment qu'en fait librement le poisson dans
245
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
son environnement naturel (WORTHINGTON & LOVELL,
1973; CASTELL, 1979; DUPREE et al., 1979; FARKAS et al.,
1980).
L'enquête nous a permis de localiser ces différents
types d'ingrédients et d'évaluer les difficultés
d'approvisionnement que rencontrerait tout investisseur non
averti (Figures 01, 03 et 04; Tableaux 02 et 03) (MUZIGWA,
1989). Ces difficultés sont essentiellement inhérentes à la vétusté
de l'infrastructure routière (Figure 01) (de l'intérieur du pays vers
la Capitale et d'une province à l'autre) plutôt qu'à l'irrégularité ou
à la rareté de production à l'intérieur du pays. Ce qui entraîne un
prix relativement élevé par kg d'ingrédients dans la Capitale
Kinshasa.
Certains produits d'origine végétale seraient
disponibles autant qu'on en voudrait si les difficultés de
transport pouvaient être surmontées. Cependant, la période de
disponibilité peut varier d'une région à l'autre. Alors que les
cossettes de manioc (Manihot esculenta) sont disponibles toute
l'année au Kivu, elles sont par contre périodiques dans les
régions de Bandundu et du Bas-Congo (R.D.C.) (Rapports
annuels 1986 et 1987 de la Direction de Planification agricole/
Ministère de l'Agriculture). Aussi, bien que le maïs soit

246
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
disponible dans les deux Kasaï et au Shaba, il est cependant
important de savoir que seul le Shaba peut offrir le son de maïs
(Zea mays ) en quantité suffisante, plus de 139.480
tonnes/an.(Rapport annuel, 1987, Ministère de l'Agriculture).
Quant aux autres déchets agro-industriels (le riz:
Oryza sativa; le tourteau de coton: Gossipium sp., tourteau de
soja: Glycine max; le sorgho: Sorghum bicolor: ; patates douces :
Ipomoea batatus ; la drêche de la brasserie (la levure de
distillerie): Saccharomyces cerevisiae; le tourteau des palmistes:
Elaeis guineensis et le tourteau d'arachide: Arachis hypogaea), il
faudra consentir un effort de collecte auprès des petites et
moyennes entreprises agro-industrielles locales ne produisant que
quelques tonnes par an (Tableaux 02 et 03). Ci-dessous une liste
non exhaustive des possibilités qu'offrent différentes régions du
pays (Tableau 01).

2 - Matériel et méthodes

247
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
2.1.SPECIFICITES DE LA DISPONIBILITE EN
INGREDIENTS

2.1.1. Politique agricole et conjoncture économique


L'expérience prouve que les ajustements structurels
successifs et le droit de tirage spécial (D.T.S.) (inflation et
dévaluation monétaire fréquentes ) qui s'en est suivi entre 1979 à
1991, qu'avait connu la R.D.C. (ex-Zaire) l'Agriculture paie le
plus lourd tribut d'un tel désastre économique. Un autre aspect,
non moins négligeable, est la vocation même de l'agriculture
congolaise. Elle est à plus de 70% du type vivrier (Muzigwa,,
1995a). Ce fait corrobore l'hypothèse selon laquelle un planning
de collecte des déchets agro-pastoraux et industriels est aléatoire
! Aussi, considérant que plus de 75% d'intrants agricoles sont
soutenus à travers les projets de développement conjointement
financés par l'état congolais et surtout par les organismes
internationaux, toute crise de rupture de coopération
internationale ou de la remise en question de la crédibilité
internationale du Gouvernement en exercice affecte sérieusement
tous les objectifs assignés aux projets en cours et par voie de
conséquence toutes les prévisions des rendements agricoles
(Muzigwa, 1993).

248
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.1.2. Limitation des régions à vocation agro-pastorale et


piscicole
Comme cela ressort des figures 01, 03 et 04, les
principaux axes routiers partent surtout des régions agricoles et
minières. Les pistes ne sont praticables que 4 mois sur 12. De
mi-juin au 15 octobre. Une étude comparative mérite d'être
menée pour déterminer lequel des trois moyens de transport
(chemin de fer , aérien et routier ) ou leur combinaison serait plus
rentable.

2.1.3. Potentiels aquicoles régionaux


2.1.3.1.- Infrastructures routières inter-régionales
Les routes de desserte agricole du Congo (R.D.C.)
souffrent d'un manque de moyen pour leur suivi, de leur
entretien permanent et pire encore de leur adaptation aux enjeux
régionaux eu égard, à l'implosion démographique enregistrée!
Cette situation inhibe les initiatives locales et décourage plus
d'un investisseur étranger désireux d'entreprendre dans les
conditions souvent naturelles et/ou sauvages et fertiles des sols
agricoles du Congo.

249
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

250
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
2.1.3.2. Nécessité d'une intégration des transports
L'intégration des transports au Congo (R.D.C.) est un préalable à
tout développement du Congo (R.D.C.). Nos travaux antérieurs
confirment que l'une des causes principales d'échec des projets en
milieux ruraux est incontestablement la vetusté et/ou l'absence
de moyens de communication (Muzigwa, 1987 et Muzigwa et al.,
1995). La figure montre les différentes trajectoires que
présenterait cette intégration tant souhaitée.

251
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
2.1.3.3. Les axes de commercialisation
2.1.3.3.1- Les produits vivriers : maïs , riz , manioc etc.
Avec tous les risques que cela implique, les
opérateurs économiques empruntent ces pistes pour
approvisionner les grands centres urbains. Pendant la saison des
pluies , ces routes deviennent impraticables à 8O%. Seule la voie
aérienne, du reste beaucoup plus coûteuse, reste opérationnelle
dans toutes les régions et entre celles-ci.

252
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
2.1.3.3.2-Les produits agro-industriels : c'est le cas
du thé, du café, de l'huile de palme et du cacao. Le circuit à
l'intérieur du pays est le même que pour les produits vivriers,
avec une utilisation plus accrue du chemin de fer et d u fleuve
congo. Aussi, on peut relever, la tendance à l'exportation en
passant par les pays voisins à savoir: le Soudan, la R.C.A.
(Bangui) et l'Angola. A travers ce schéma de distribution et de
commercialisation, un premier bilan de la vocation agricole
régions peut être défini.

253
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.1.3.4. Les supports à la vulgarisation des techniques de


production
Les Centres de référence ou de démonstration (fig.
) est un outil indispensable pour susciter l'intérêt des fermiers et
agriculteurs hésitant à adopter des nouvelles pratiques agricoles.
S'il veut réussir sa politique agricole , le gouvernement doit
investir dans la réhabilitation de ces Centres. Ils restent des lieux
de formation permanente et continuée.

254
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
2.1.3.5.Preuves d'expérience piscicole congolaise
La volonté coloniale belge de vulgariser les
techniques piscicoles au Congo a été remarquable. Le nombre
des Centres d'Alevinage et du nombre des fermiers à l'époque est
impressionnant! Plusieurs pays africains se sont inspirés de cettte
expérience. De nos jours encore, le relais de récupération a été
successivement assuré par les Etats -Unis d'Amérique, la
Belgique et tout récemment par les français à travers quelques
projets ou programmes.

255
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.1.3.2.- Organismes

256
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
2.2 ENQUETE SUR LES DISPONIBILITES REGIONALES
2.2.1 Méthodes d'enregistrement des statistiques
Un questionnaire de 18 questions était envoyé dans
chaque Direction régionales de l'Agriculture et du
Développement Rural. Nos équipes régionales de vulgarisateurs
piscicoles ont de ce fait obtenu le feu vert d'enquêter directement
sur le terrain et auprès des opérateurs économiques, des
coopératives (ou organisations similaires) et des agriculteurs. Les
statistiques ainsi enregistrées par région ont été par la suite
confrontées à la moyenne régionale que nous présente dans la
Capitale à Kinshasa, le Ministère de l'Agriculture et du
Développement Rural. De ce fait nous avons pu récolter des
données fiables qui échappent à la censure politico-
administrative.

2.2.2. Évaluation de la quantité d'ingrédients par région


L'évaluation de la quantité d'ingrédients a considéré que
chaque type de produit agro-industriel dont la production

annuelle (Pat ) nous donne une quantité Pat x 1/5 de déchets


agro-industriels. P: la quantité produite par région;
a: l'indice de production par année civile; t : la fréquence de
récoltes par an ;
257
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Tableau 01 : Sources d'ingrédients aux aliments composés


destinés aux poissons en élevage.(Productions régionales de
1984 x 1000T)

Production Maïs Riz Manioc T.de Drêche Légu-


palmiste mineuse
Régions
Equateur 89 44 1,481 42,11 56 P.I
Bas- 26,7 8 1443 N.D P.I 86
Congo
Shaba 139, 9,9 2,48 33,4 125 62
48 6
Bandundu 78,0 14, 2319 28,7 P.I 0,02
6
Kasaï- 126 29, 1,954 36 P.I 18,2
Oriental 2
Kivu 73 69, 2370 72 14 152
4
Kasaï- 97,8 23, 1443 1,9 P.I. 20,2
Occidental 2
Haut-Congo 78,9 85,8 1555 16,4 48 26,9
Total 708,9 284,2 9136 230,5 243 365,3

258
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Tableau 2 : Autres cultures agro-industrielles dont les déchets
sont utilisés en pisciculture semi - intensive (comme ingrédients
ou engrais).

Produits Tonnage T.
(x 103 T.) disponible
(x 103 T)
Canne à sucre 1037,3 (1) Totalité
des déchets
Cacao 6,4 Inconnue
Tourteau de 19,2 19,2
coton
Sang de 825,0 825,0
boeuf(2)*
Sang de porc 1695 1695,0
(3)*
Caoutchouc 14,2 14,2
Café 100 131,0
Hévéa 9,1 P.I.
Thé 4,7 P.I.
Tabac 3,2 P.I.
Quinquina 8,6 3,1
(écorces)

PI: Pas d'informations; ND: Non déterminé.


* Source: F.A.O., 1986 (Annuaire FA de la production, 1986,
vol. 40). (1) Source de mélasses ; (2) En raison de 5 litres de sang
par tête de bovin abattu dans les abattoirs publiques. (3) En
raison de 3 litres par tête de porc

259
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
En 1987, la situation s'est améliorée pour certaines
cultures mais pour d'autres il faut souligner une nette régression
de production. D'une manière générale cette situation peut se
résumer comme suit: (Source : Ministère de l'Agriculture et du
Développement Rural, Rapport annuel de Synthèse ,1987).

Tableau 3: Synthèse de productions agro-industrielles au


Congo (R.D.C.).

Produits Tonnage T.
(x 1000 commercialis
T.) é
(x 103 T)
Maïs 726,4 155,9
Riz 297,1 153,4
Manioc 15.493 937,3
Légumineuses 347,1 89,8
Oléagineux 430,2 (5) 75,6
Tourteau de 27,9 27,9
Palmiste
Amandes de 12,8 P.I.
palmistes
Huile de palme 208 1,9
Bananes plantain 1.795,1 525,3

(5) (dont 386.100 T. D'arachides)

260
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
En annexe 1, tableau 11, leur prix et les périodes
d’approvisionnement par région (prix au Ier Septembre 1991) ;
annexe 2, le circuit de distribution et de commercialisation de
ces ingrédients agro-industriels., annexe 3, le schéma complexe
d'intégration (Agriculture - Industries - Élevage - Pêches et
Pisciculture)
Les formules alimentaires les plus simples sont celles
formées de deux, trois ou quatre ingrédients. Ce type de
formulation ne nécessite pas de connaissances approfondies, ni
de mathématique (méthode du calcul matriciel) ni de l'utilisation
d'un logiciel assisté par ordinateur.
Dans toutes les situations, le vulgarisateur piscicole et
son fermier doivent se poser deux questions: primo, quelles sont
les exigences (ou les besoins ) alimentaires de l'espèce
d'élevage ? Secundo, de quelle quantité de matière première
dispose-t-on d'une manière permanente ?
Ce qui entraîne, ipso facto, une question corollaire, à savoir,
quelle est la composition biochimique des ingrédients
disponibles ?
En Afrique, et plus particulièrement au Congo
(R.D.C.), l'élevage des poissons ne s'intéresse en ce moment qu'à
deux espèces, à savoir, les Tilapia spp., et les Clarias
261
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
spp.(MUZIGWA & MUTAMBUE, 1993). Des nombreux
travaux ont contribué déjà à définir les besoins de ces deux
espèces (TACON & BEVERIDGE , 1981 ; JAUNCEY & BARBARA
1982 et HOGENDOORN, 1983). Un répertoire plus exhaustif a été
publié dans le document ADCP/ REP/87/26 de la F.A.O.
Les besoins alimentaires d'une espèce sont complexes
et parfois difficiles à respecter totalement surtout dans des
conditions d'élevage. Ces besoins peuvent être cependant
simplifiés en les ramenant à trois catégories : les besoins
énergétiques (les protéines, les lipides et les hydrates de
carbones), les besoins minéraux et les besoins en vitamines.
S'agissant de ces deux espèces, ci-dessous leurs besoins tel que
repris dans les documents ADCP/REP/87/26 et MUZIGWA, 1990).

Tableau 4 : Synthèse de besoins nutritifs minimum des Tilapia


spp. et de Clarias spp. (source: ADCP/REP/87/26 &
MUZIGWA, 1990).
Tilapia spp. Clarias spp.
I- Besoins énergétiques
CHO (Cal). 300 - 400 540
Protéines (% MS) 20 - 30 32
Lipides (% MS) 8 - 10 4-8
Fibre brute (% MS) 15 - 25 8 - 20
262
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Fig. 2: Besoins energétiques des Tilapia spp.(Mabundu)


comparés à ceux de Clarias spp. (Ngolo)

540
1000

350
Tilapia spp.

Clarias spp.
Besoins (% en MS)

100

32
25

20

14
9

10
6

1
CHO (Cal)

Protéines

Lipides

Fibres

Nutriments

N.B. M.S.: Matière sèche; Cal.: Calories.

263
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Tableau 08: Besoins optimum en sels minéraux indispensables (mg/kg)(*)


Espèces Tilapias Clarias
Éléments spp. spp.
Fe 50 50
Cu 3 3
Co 0,01 0,01
Mn 20 20
Zn 30 30
I 0,1 0,1
Se 0,1 0,1
Ca % de 2-3 0,5 - 1
ration
P % de 1 0,5 - 1
ration

*(Source: ADCP/REP/87/26,JAUNCEY & BARBARA, 1982 & MUZIGWA, 1990)

264
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Fig. 2: Besoins en oligo-élements chez les Tila pias spp.

Fe Mn Se

Cu Zn % Ca
Co I %P

Tableau7: Besoins en vitamines (ADCP/REP/87/26 & MUZIGWA , 1990)

Espèces Tilapias Clarias


Type des vitamines spp. spp.
Vit. A . (UI) 100.000 100.000
Vit. D3. (UI) 500.000 50.000
Vit. E.(g/kg) 20,1 (g/kg) 1000 (UI)
Vit. K. (g/kg) 2,0 (g/kg) 500 (UI)
Vit. C. (g/kg) 50,0 (g/kg) 10.000 (UI)
Vit. B1(g/kg) 2,5 (g/kg) 500 (UI)
Vit. B2 (g/kg) 2,5 (g/kg) 1000 (UI)
Acide folique 0,75 (g/kg) 250 (UI)
(g/kg)
Biotine (g/kg) 0,3 (g/kg) 50 (UI)
Choline (g/kg) 200 (g/kg) 150.000
(UI)
265
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

2.4.-PRELEVEMENT, CONSERVATION DES


ECHANTILLONS ET TECHNIQUES D'ANALYSES

Connaissant donc les besoins de ces deux espèces, les


mieux connues de la pisciculture dans ce pays, nous pouvons
examiner les possibilités que nous offre la disponibilité locale en
matières premières les plus fréquentes. La démarche qu'il
convient d'adopter en pareilles situations est de s'informer sur les
valeurs nutritives de tous ces ingrédients et les déchets agro-
industriels qui en découlent.

2.4.1.- Choix et prélèvement des échantillons


Les échantillons d'ingrédients ont été prélevés au Congo
(R.D.C.), au Kivu, au Bas-Congo (R.D.C.), à Kikwit dans le
Bandundu auprès des fermiers et agriculteurs que nous encadrons
dans le cadre de nos activités de vulgarisation piscicole du Projet
Belgo-zaïrois et de l'USAID - Peace Corps et à Kinshasa auprès
des petites et moyennes entreprises industrielles telle que
MARSAVCO, UNIBRA, AMATO FRERE, CEREVAP, DAIPN
et à l'ABATTOIR de Ndjili. Nous avons préféré des échantillons
frais à ceux stockés depuis plusieurs mois. Cinq kg ou 5l de
chacun des ingrédients suivants étaient prélevés (tableaux 2 et 3

266
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
). Il s'agit de tourteau de coton, de palmiste, d'arachide et de
soja, la farine de riz, de maïs et de sorgho le sang de boeuf.

2.4.2. Conditions de conservation


Les ingrédients, tout comme les aliments composés
nouvellement préparés doivent être stockés à des endroits
accessibles, bien aérés où les écarts de température et d'humidité
journaliers sont négligeables. Les ingrédients et les aliments
composés attirent particulièrement les insectes, quelques
rongeurs et certains animaux domestiques . Les aliments riches
en huiles et stockés entre 26 et 37 °C, sans aération suffisante
sont vite envahis par les champignons et les bactéries (
ADCP/REP/87/26).La pluie et d'autres gouttes d'eau sur les
aliments stockés entrainent des changements physico- chimiques
irréversibles et la perte de qualité en découle. De ce fait, nous
avons été particulièrement attentif à ce genre de problèmes
pendant l'enquête et les analyses des échantillons dans les
différents laboratoires.

2.4.3.- Techniques d'analyse

267
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Les techniques utilisés dans cette analyses sont celles
décrites par COCKEREL et al., 1975 dans "Trop. Products
Research Institute" de Londres.
Nous avons dosé l'azote total par la méthode de
KJEDAHL et le résultat est multiplié par le facteur 6,25 pour
obtenir le pourcentage en protéines. L'analyse des oligo-éléments
a été faite selon les recommandations de l'AOAC (1980) sur un
absorbeur atomique du type Perkin Elmer, modèle 603.
La teneur en vitamines a été dosée sur H.P.L.C.U.V. La
composition en acides aminés a été réalisée par chromatographie
en phase gazeuse par élut ion sélective.
La teneur en lipides, a été dosée en utilisant le solvant
éther (dont le point de fusion se situe entre 40 et 60°C). De
chaque échantillon nous avons utilisé seulement 3 g . A l'aide de
l'appareil Soxhlet, le tout branché sur un système de
condensation, nous avons recueilli dans un erlenmeyer 2 à 3
gouttes par seconde et ce pendant 16 heures. L'erlenmeyer a été
ensuite séché (après avoir fait volatiler tout l'éther sur un bain
d'eau bouillante) à 105 °C pendant 30 minutes suivi d'un
refroidissement dans un dessiccateur et le peser (% des lipides =
Poids des lipides /poids de l'échantillon x 100).

268
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
3- Quelques résultats
3.1. COMPOSITION EN MACROMOLECULES (% du poids sec)
Tableau 10: Valeurs nutritives de quelques ingrédients locaux
Paramètres Humidité Protéines Lipides Cellulose Sucre et
Ingrédients amidon
F. de maïs 10,3 8,7 6,2 2,1 71,7
S. de riz 9,7 16,2 19,2 8,5 28,4
T. de soja 12,1 37,6 22,3 7,1 8,4
T.de coton 9,8 39,4 2,2 13,1 9,9
T.d'arachide 8,7 30,5 6,1 7,3 14,9
F. de sang. 3,1 90,7 1,5 0,34 0,15
F.de poisson 3,9 68,2 4,3 0,04 0,1

269
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
3.2. TENEUR EN ACIDES AMINES (g%)
Tableau 11 : Profile des A. aminés (g%) contenus dans quelques
ingrédients

Légende: S.R.: Son de riz; T.S.: Tourteaux de soya; F.M.: Farine de maïs;
T.A.: Tourteau d'arachide; F.P.: Farine de poisson; T.C.: Tourteau de coton.

Ingrédients S.R T.S. F.M T.A F.P. T.C


A. aminés
Lysine 0,6 2,28 1,71 0,26 2,9 7,2
Méthionine 0,33 0,58 0,55 0,17 0,47 0,81
Mét.+Cyst. 0,7 1,16 1,26 0,43 1,41 1,74
Ac. Aspartique 1,43 4,28 5,95 0,69 6,1 9,54
Ac. Glutamique 2,34 6,49 9,98 1,53 9,61 8,55
Alanine 0,94 1,56 2,07 0,58 2,11 7,02
Arginine 1,2 2,94 5,70 0,38 3,71 3,78
Cystine 0 0,58 0,71 0,26 0,94 0,9
Glycine 8 1,59 2,92 0,27 1,97 4,68
Histidine 0 0,98 1,16 0,23 1,13 7,11
Isoleucine 0 1,81 1,86 0,27 2,2 0,54
Leucine 1,1 2,86 3,23 0,92 3,89 1,29
Phénylalanine 4,5 0 2,77 0,35 2,49 2,97
Phényl+Tyro 1,27 3,15 4,94 0,7 4,22 5,67
Proline 0,69 2,14 2,22 0,72 2,49 3,69
Sérine 0,64 1,88 2,52 0,32 2,39 5,04
Thréonine 0,52 1,41 1,36 0,26 1,83 4,32
Tryptophane 0,2 0,47 0,45 0,5 0,7 1,17
Tyrosine 0,58 1,3 2,17 0,35 1,74 2,7
Valine 0,8 1,85 2,32 0,38 2,58 8,46

270
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Figure 2: Importance d'acides aminés de différents ingrédients.
g%
20
S. de riz
T. de soya
T. d'a rachide
F. de poisson
10
T. de coton

0
Ac Aspartique

Acides aminés
Leucine

Tryptophane
Méthionine

Arginine

Phenylalanine
Phenyl+ Tyro

Thréonine

Valine
Alanine

Glycine
Isoleucine

Sérine

Tyrosine
Histidine
Lysine

Proline
Ac. glut.
Mét.+Cyst.

Cystine

Figure 09: Importance d'acides aminés dans différents ingrédients

3.3. TENEUR EN VITAMINES


Tableau 12: Teneur en vitamines (mg/kg du poids sec)(*)
S.R. T.A. T.C. F.M. S.B. D.P. T.S.
Choline 0,01 1,2 2,86 ---- ---- 3,45 2,75
Vit.E. 13,4 3,3 13,2 ---- ---- 7,60 4,90
Vit.B1 22,5 7,3 7,70 2,4 0,4 0,5 2,40
Vit.B2 2,6 5,1 5,00 1,1 1,5 5,50 3,20
Vit.B6 ----- 7,0 4,80 12,0 1,1 6,60 8,00
Vit.B12 0 0 0 0 0,01 0,17 0
P.P. 303,2 170 39,5 18,0 32 62,5 21,60
Vit.B3 22,6 30 13,8 8,8 1,1 9,20 14,50
Acide ----- ----- 2,30 0,33 0,08 ----- 3600
folique
Biotine 0,42 0,39 0,63 0,13 0,04 0,10 0,40

271
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Légende:S.B. : Sang de boeuf; D.P.: Déchets des poissons
Il convient de signaler aussi que la composition
biochimique des ingrédients peut-être différente de par l'état
dans lequel il est présenté. A cet effet, on peut noter que les
graines de soja toastées présentent des valeurs suivantes de
teneur en vitamines (mg/kg): Choline: 1500; Vit. E.: 55; Vit. B1:
11; Vit.B2: 2,6; Vit. B6: 9,6; Vit. B12: 0; PP.: 23; Vit. B3: 15,6;
A. folique: 3520; Biotine: 0,32 (MUZIGWA, 1990).

3.4. VALEUR EN MACRO ET MICRO-ELEMENTS


3.4. 1-Tableau 11 : Macro-éléments (%/kg du poids sec d'aliment)

Ingrédient S. de T. S. de T. T.
s riz de soja maïs d'arach de
Éléments ide coton
Phosphore 2,2 0,46 0,6 0,15 0,18
Calcium 0,09 0,22 0,2 0,01 0,1
Magnésiu 0,82 0,2 0,31 0,04 0,03
m
Sodium 0,01 0,002 0,03 0,002 1,24
Chlore 0,1 0,02 ------ 0,05 1,56
Potassium 1,6 1,63 1,34 0,24 0,34
Soufre 0,2 0,33 0,34 0,13 0,6
272
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Fig. 3b : Teneur en macro-élements (%/kg
de M.S)

3,001
Teneur (%/kg d'a liment sec)

S. de riz
T. de soya
2,001 S. de maïs
T. d'a rachide
T. de coton
1,001

0,001
P Ca Mg Na Cl K S
Macro-élements (mg/kg)

(*) La teneur en vitamines A, D et E est exprimée en unité


internationale (I.U.) d'activité. 1 U.I. équivaut à l'activité de
0,344 microns de tous les précurseurs des vitamines A1 acetate,
de 0,3 microns de retinol et 0,6 microns de carotène. 1 U..I.=
correspond à l'activité de 0,025 microns de vit. D
(Cholecalciférol). 1.U.I.: correspond à l'activité d'un mg de
vitamine acetate E synthétique (dl-a-tocophérol acetate) (Aoe,
Masuda et Takada, 1981)

273
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
3.4.2.Tableau 14: Micro-éléments (mg/kg du poids sec d'aliment)
Ingrédie S. T. S. T. T.
nts de de soja de d'arach de
Élément riz maïs ide coton
s
Cuivre 5 10 1,5 75 18
Fer 12 98 70 3800 156
Zinc 54 38 61 18 66
Cobalt 0,1 0,3 0,06 ---- 0,17
Iode --- 0,5 --- ----- 0,1
Molybd 0,3 2,3 --- ----- 0,8
ène

N.B. Faisons remarquer que ces valeurs peuvent être


différentes d'une région où a été cultivée la plante (ingrédient)
à une autre. Mais surtout de l'état dans lequel l'ingrédient a été
analysé. Ainsi par exemple la teneur en micro et macro-éléments
diffèrent entre le tourteau de soja et la farine de soja. Certains
auteurs tel que Istasse et al., 1991 présentent des valeurs
suivantes pour quelques macro et micro-éléments. Le cas
d'Arachide en macro-éléments(g/kg) : P: 5,98; Ca: 1,47; K:

274
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
12,05; Na: 0,22; en micro-éléments (mg/kg): Cu: 11,88; Zn:
51,33; Fe: 498,20.

3.5.APPROCHE METHODOLOGIQUE POUR FORMULER


UN ALIMENT

3.5.1. A base des informations sur le besoin de l'espèces et de la


disponibilité régionale, qu'elles sont les possibilités de formuler
un aliment composé

3.5.1.1. La région du Shaba: elle dispose d'une quantité


acceptable en son de maïs (25 tonnes/mois), de la drêche des
brasseries ( 52 tonnes/mois) , du sang de boeuf et de porc
(150.000 litres /mois) , du son de blé (18 tonnes/mois), de
tourteaux de coton (85 tonnes/mois) et de palmiste (12
tonnes/mois) pouvant ravitailler une firme qui produirait en
moyenne 240 tonnes d'aliments composés (à base de deux ou
trois ingrédients ) par an.

3.5.1.2. La région du Haut - Congo (R.D.C.): elle produit du son


de maïs (21 tonnes/mois), du son de riz (15 tonnes/mois)
(quantité qui peut être supplée par la production de Bumba
275
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
estimée à plus de 150 tonnes/mois , dans la région de l'Équateur),
de la drêche des brasseries (160 tonnes/mois), des légumineuses,
de la farine de manioc , de la mélasse ( à la sucrerie de
Kitukwila) et les poissons de moindre importance.

3.5.1.3. La région de l'Équateur: elle dispose d'une quantité


considérable de son de riz, estimé à plus de 150 tonnes/an (à
Bumba), de la drêche 10 à 18 tonnes/an, le tourteau de palmistes
( près de 20 tonnes/an) aux usines de la COMINGEM. De la
farine de manioc et de soja , de la banane plantain et les déchets
de café.

3.5.1.4. La région du Kasaï Oriental: elle produit du son de maïs


(32 tonnes/mois), du tourteau de coton (10 tonnes/mois) et de
palmiste (15 tonnes/mois) et le son de riz.

3.5.1.5. La région du Kivu: elle récolte du soja (d'où disponibilité


des tourteaux) (42 tonnes/mois), de la drêche des brasseries (25
tonnes/mois), du son de riz (énorme quantité de son de riz, dans
le Manièma, estimée à plus de 200 tonnes/mois), de la mélasse (à
la sucrerie de Kiliba) et les tourteaux de palmistes ( 54
tonnes/mois).

276
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

3.5.2. Tentatives de formulation


En prenant pour exemple la région agro-pastorale et
piscicole du Kivu nous pouvons recourir à trois méthodes les
plus simples pour équilibrer un aliment composé à base de deux
ou de trois ingrédients (le tourteau de soja, le son de maïs et la
drêche des brasseries), à savoir, la croix des mélanges
(DOMINIQUE , 1990), la méthode de carré (MUZIGWA,1990)
et le système de trois équations à trois inconnues (calcul
matriciel et la loi de déterminants) et le système de trois
triangles (ISTASSE et al, 1989).

Au départ, nous disposons de 3 ingrédients:


- le tourteau de soja (T.S): riche en protéines et en énergie; le son
de maïs (S.M) : riche en énergie mais pauvre en protéines et la
drêche de la brasserie (D.B), pauvre en tout. par exemple. Nous
ferons donc appel à la combinaison de la “méthode de carré” et
de la “croix des mélanges” .
Nous voulons un aliment équilibré en protéines (30%) et en
lipides 10%).

277
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
3.5.2.1 -Combinaison des méthodes de la "croix des mélanges"
et du carré ou ("square method") :

44,0/20,2 19,4 kg (de tourteau de soya :


T.S)
30/10
10,6/2,4 14 kg (de son de maïs : S.M)
_______
33,4 kg de mélange
Pourcentage de T.S: 19,4 x 100/33,4 = 58,1 % ( ce qui
représente 25,6% de protéines brutes et 11,7 % de lipides
d'origine T.S dans ce mélange). Pourcentage de S.M: 14 x
100/33,4 = 41,9 % (ce qui donne 4,4% de protéines et 1,0% de
lipides d'origine S.M dans ce mélange).
Cet aliment n'est donc pas équilibré en lipides (1,0% +
11,7% = 12,7% . Il nous en faut 10% dans le mélange). D'où
l'excédent de 2,7% de lipides à éliminer
x 58,1-----------------> 12,35 kg de
T.S
2,7 : 12,7
x 41,9 -----------------> 8,90 kg de
M.S

278
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Il faut donc soustraire cette quantité (12,35 du poids de tourteau
de soja (19,4 kg), ce qui donne 7,08 kg de tourteau de soja (T.S)
et la même opération est faite pour la quantité du S.M. Ceci nous
donne 5,1 kg de S.M.
Ainsi donc un mélange de 12,18 kg (7,08 + 5,1) de ces
deux ingrédients contient 30% de protéines et 10% de lipides. A
grande échelle de production le rapport de mélange (T.S : S.M)
est de 1,4 : 1).
3.5.2.2- Vérification : équilibre entre les besoins de l'animal et
les disponibilités que lui offre l'aliment ainsi formulé
L'étape suivante consisterait à vérifier dans quelle
mesure cet aliment répond aux besoins de l'animal (suivant l'âge)
en vitamines et en sels minéraux. En prenant pour exemple les
besoins de Clarias spp.en calcium (Ca), évalué en % de ration
(F.A.O. /ADCP/ REP/87/26) nous constatons que nos deux
ingrédients présentent des valeurs de 3,7 et 0,3 de T.S et de M.S
respectivement) (MUZIGWA, 1990). Au cas où il y aurait un
déficit en oligo-éléments, en sels minéraux ou en vitamines, deux
solutions sont possibles, à savoir , ajouter un concentré
synthétique au mélange ou alors au cas échéant, distribuer un
aliment supplémentaire riche en sels minéraux ou en vitamines
déficients.

279
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
3.5.2.3. Estimation de la valeur énergétique digestible
Des nombreux chercheurs considèrent qu'il est
indispensable de connaître la valeur énergétique de tout
ingrédient avant son incorporation dans la formule alimentaire
(Tacon et Beveridge, 1981, Jauncey et Barbara, 1982 et Tacon,
1985). D'autres par contre, préfèrent plutôt déterminer cette
valeur lorsque l'aliment est déjà formulé et qu'une telle opération
serait superflue et coûteuse avant le mélange des ingrédients
(Muzigwa, 1991).
Chaque aliment contient une certaine quantité d'énergie
(énergie calorifique: kcal/kg du poids sec d'aliment) dont l'animal
en élevage (cas du poisson) a besoin pour ses mouvements et sa
croissance somatique journaliers. Ainsi, à base des informations
ci-dessous, relatives à l'énergie calculée contenue dans chacun de
ces ingrédients on peut apprécier la qualité de l'aliment composé
en rapport avec les besoins énergétiques de l'espèce en élevage.

Tableau 15: Valeurs énergétiques calculées pour chacun des


ingrédients utilisés dans la formule alimentaire ci-dessus

Ingrédients S.R. T.A. T.C. F.M. S.B. T.S. D.P.


kcal./kg 2256 2987 2656 3198 3495 2895 2748

280
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
4-Discussion et conclusion
Bien que chaque région ait ses spécificités et toute
espèce de poisson les besoins alimentaires qui lui sont propres, il
est cependant possible, qu'à l'intérieur de chaque région, l'on
soit à mesure de formuler, même à partir de deux ingrédients un
aliment composé et équilibré, répondant aux besoins de l'espèce
Dans cet équilibre recherché certains préalables tel que
les toxines et les anti-métabolites que contiennent certains
ingrédients malgré leur pourcentage élevé en protéines doivent
être respectés. Nous citerons le tourteau de soja, le sang de
boeuf, la farine de poisson porteurs (à l'état brut) de certaines
toxines et des facteurs anti-métaboliques incompatibles avec les
besoins de plusieurs espèces des poissons (TACON, 1985). Ainsi
par exemple, bien que le tourteau de soja soit un aliment riche en
protéines, il contient cependant , à l'état brut, des antimétabolites
(antivitamines A, B12, D, E; des inhibiteurs protéases et pourrait
être une source d'afflotoxines dans des mauvaises conditions de
stockage (KAY, 1979 et MUZIGWA, 1991). De même, la farine
de poisson, et les déchets de riz contiennent un anti-thiamine
qu'on ne peut détruire que par la chaleur (LIENER, 1980). Aussi,
puisque tout excès peut nuire, il vaut mieux s'assurer de quelques
garde-fous que les nutritionnistes ont déjà fixé, à savoir qu'on ne
281
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
peut pas incorporer, par exemple, plus de 10% de farine de
poissons dans un aliment composé (TACON, 1985).
Bref, l'existence des toxines, d'antimétabolites fait que
certains ingrédients ont leur seuil d'incorporation dans tout
aliment composé. Un aliment composé, même riche en protéines
peut offrir des résultats négatifs (lenteur de croissance, faible
taux de croissance..) si ce genre de recommandations ne sont pas
observées. Ainsi donc même si le Congo (R.D.C.) dispose du
potentiel en équipement (des Maisons de représentation de vente
de Concasseurs, Mélangeuses, des Moulins à maïs et à manioc
sauf pour les Extruseurs, (MUZIGWA, 1991) et en ingrédients
qui devraient motiver l'installation d'une usine d'aliments pour
poissons (capacité annuelle de 450 à 500 tonnes d'aliments/an.),
toute initiative de production d'aliments nécessite des conseils
réguliers par des spécialistes en ce domaine.
Aussi, l'approvisionnement local en vitamines et autres
concentrés d'acides aminés reste un problème à résoudre. Si dans
un tout proche avenir ces possibilités peuvent être mises en
valeur, le Congo (R.D.C.) pourrait envisager une exploitation
piscicole commerciale du type semi-intensive dans les régions à
vocations agro-pastorale et piscicole.

282
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
La maîtrise de techniques de préparation d'aliments
complets et équilibrés est avant tout une question d'habitudes
qui nécessite des précautions consignées dans quelques ouvrages
que nous avons cité dans cette étude.

Références bibliographiques
AOAC (Association of the Analytical Chemists)., 1980. Official Methods
of Analysis of The Association of Official Analytical Chemists.. AOAC.,
Washington, DC, 1018 pp.

Aoe, H., Masuda, I. et Takada T. 1967. Water-soluble vitamin


requirements of carp . 3. Requirement for niacin. Bull. Jap. Soc. Sci. Fish.,
33:681-5

Castell, J.D., 1979.Review of lipid requirements of finfish. In J.E. Halver &


K. Tiews (eds.), Finfish nutrition and fishfeeds technology, vol.I, pp. 59-84.
Berlin: Heenemann Verlagsgesel.

Cockerell, T.D., Halliday and D.J. Morgan, 1975. Quality control in the
animal feedingstuffs manufacturing industry-London, Tropical Products
Institute, (TPRI), Publication n°G 97: 37p.

Deceuninck, V., 1990. ETUDES NATIONALES POUR LE


DEVELOPPEMENT DE L'AQUACULTURE EN AFRIQUE 28. Congo
(R.D.C.). FAO Circ. Pêches, ( 770 . 28 ): 194 p.

Dominique S., 1990. Alimentation des Animaux domestiques. Tome 2.


19ème Edition, 1990. Collection Sces. et Techniques Aquicoles.

Dupree, H. K., Gauglitz, E.J., Hall, A.S. & Houle, C.R. 1979. Effects of
dietary lipids on the growth and acceptability (flavour) of channel catfish
(Ictalurus punctatus). In J.H. Halver & K. Tiews (Eds.), Finfish nutrition
and fishfeed technology vol. II, pp. 87-98. Berlin: Heenemann Verlgsgesel.

283
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
FAO, 1987. Feed and feeding of fish and shrimp. A manual on the
Preparation and presentation of Compound feeds for Fish in Aquaculture .
Document ADC/REP/87/26 275p.

Farkas, T.,Csengeri, I. , Majoros, F. & Olah, J. 1980. Metabolism of fatty


acids in fish, 3: Combined effect of environmental temperature and diet on
formation and deposition of fatty acids in the carp, Cyprinus carpio
Linnaeus 1758. Aquaculture, 20 29-40.

Hogendoorn, H., J.A.J. Jansen, W.J. Koops, M.A.M. Machiels, P.H. van
Ewijk and J.P van Hees., 1983. Growth and production of African catfish,
Clarias lazera (C. & V.). II. Effects of body weight, temperature and feeding
level in intensive tank culture. Aquaculture, 34 (1983) 265-285

Istasse, L., Blourge, V., Goniaux, M., M., Gielen et Bienfait, J.M., 1990.
Méthodes de calcul de rations. Service de Nutrition. Faculté de Médecine
Véterinaire . Université de Liège. 59 p.

Jauncey K. and Barbara, R. 1982. A guide to Tilapia feeds and feeding


.Scotland, Institute of Aquaculture. University of Stirling. 111p.

Kay, D.E., 1979. Crop and product digest no 3. Food Legumes, London,
Tropical Products Institute, 435p.

Liener , I.E., 1980. Toxic constituents of plant foodstuffs: New York and
London, Academic, 502.

Muzigwa , K. 1987. Questionnaire pour l'évaluation de l'impact socio-


économique de la pisciculture en Milieu rural et sa Contribution pour le
mieux-être du fermier. Doc. FAOR/88 084-FR 41/4. pp 26.

Muzigwa K., 1989. Biologie et Eco-Ethologie comparée de deux espèces de


poissons Mboto, Distichodus sexfasciatus (Blgr., 1897) et Distichodus
antonii (Sch., 1891) du Fleuve Congo (R.D.C.). But et Intérêt du sujet,
Distribution, Physico-chimie aux sites de Kinkole, Maluku et Kinsuka et
Alimentation naturelle. Ier rapport de recherche doctorale. Service
d’Ethologie et de Psychologie Animale.Université de Liège. Octobre 1989.
68p.
284
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----

Muzigwa K., 1990. Pêche, Pisciculture et Développement. L'Expérience


zaïroise."Bilan et Perspectives . "Données de base pour l'élaboration d'un
Plan Directeur d'Aquaculture Nationale et pour la complémentarité de la
Pêche et de la Pisciculture" .Faculté des Sciences. Presses Universitaires de
Liège (P.U.L.) 113p.

Muzigwa, K. 1990a. INVENTORY REFERENCES: on Aquatic Living


Resources, Fishery, Fishculture, Systematic and Hydrobiology to Belgian -
Congo, Rwanda-Urundi and to Zaïre . P.U.L. Vol. 1. 120p.

Muzigwa K., 1991. LA NUTRITION DES POISSONS" Contribution à


l'étude visant à valoriser les déchets agro-industriels par la formulation et la
préparation d'un aliment complet et équilibré destiné aux poissons en
élevage". Cas étudié: Tentatives de valorisation des déchets agro-industriels
du Congo (R.D.C.). Presses Univ. Liège (PUL). Faculté des Sciences. 245p.

Muzigwa, K. 1993. A quand l'autosuffisance alimentaire au Zaïre ? Une


analyse comparative de l'assiètte du Zaïrois par rapport à celle de quelques
pays d'Afrique noire. Bull. Géog. de Kin - Géokin - Vol. IV n° 1, janvier -
juin 1993.93-106.

Muzigwa , K. 1994. Une analyse des causes de sous-alimentation au Zaïre


L'AFRICAIN 32è année n°4; Avril-mai 1994. n°164 pp. 15 - 24.

Muzigwa, K. 1995a. AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT EN


AFRIQUE SUB-SAHARIENNE: Une analyse des origines , des contraintes
et des conséquences d'une crise agricole qui nécessite un concours plus
consistant de l'aide internationale au développement et la volonté politique
de l'Etat zaïrois.African Study Monographs. Vol. 16 (1). pp. 19 -33. June
1995.

Muzigwa, K. et Mutambué S. 1993. QUEL AVENIR POUR LA


GESTION DES RESSOURCES AQUATIQUES ET DE
L'INFRASTRUCTURE PISCICOLE AU ZAIRE. Tribune du Chercheur,
CCZ-Liaison n° 5 : 3 - 6. Oct. 1993.

285
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
Tacon,A.G.J., 1985. Nutrition and Fish pathology. Rome, FAO,
ADCP/REP/85/22: 33p.

Tacon, A.G.J. and M. Beveridge, 1981. Analysis of NIFI Clarias Diet


No.12. Rome, FAO, THA/75/012/WP 12/WP 12: 6 p

Worthington, R.E. & Lovell, R.T. 1973. Fatty acids of channel catfish
(Ictalurus punctatus): variance component related to diet, and variability
among fish. J. fish. Res. Bd. Can., 30, 1604 - 8.

(1) Université de Liège. Service d'Ethologie et de Psychologie Animale .


Laboratoire de Démographie des Poissons et d'Aquaculture Expérimentale.
10, Ch. de la Justice, B-4500 TIHANGE.

(2) Enseignement Supérieur et Universitaire. I.S.P./Kananga. Département


de Chimie, Physique et Technologie. B.P. 282 KANANGA-Congo
(R.D.C.).

(3) Institut Provincial Malvoz. Laboratoire de Bromatologie et d'Analyses


d'Aliments. Quai de Barbou. B-4020 LIEGE.

(4) Université de Liège. Faculté de la Médecine Vétérinaire. Laboratoire de


Nutrition Animale (Prof. J. M. Bienfait). Sart Tilman. B-4000 LIEGE.

(5) Université de Liège. Systématique et écologie animales. 22, Quai E. van


Beneden. 4000 Liège.

(6) Institut Supérieur Industriel de la Communauté Française. Centre


Technique Agricole de Strée .ISI-Huy , 3, Rue St. Victor , B-4500 HUY.

(7) Eurogentec . Parc Scientifique de l'Université de Liège. 4000 Liège.

Remerciements
Nous remercions la représentation de l'UNICEF, l'USAID (par
son Service de Pisciculture du Corps de la Paix) et le Projet Pisciculture de
la Coopération belge (AGCD/ABOS) de Kinshasa (Congo (R.D.C.) ), le
Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural qui ont soutenu

286
ACTES DU COLL. SUR L'AUTOSUF. ALIM. DES PAYS EN VOIES DE DEVELOPPEMENT
du 2 au 6 mars 1995 à l'Université Paris VI

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----
financièrement et matériellement le déroulement de ces enquêtes sur le
terrain de Novembre 1987 à Mai 1988 .
Nous sommes très reconnaissant au Laboratoire des Analyses
d'Aliments du Bétail (ISI/HUY au Centre des Techniques Agronomiques de
Strée), au Laboratoire de Bromatologie de l'Institut Provincial Malvoz, au
Laboratoire de Nutrition Animale (Faculté de la Médecine Vétérinaire) de
l'Université de Liège pour leur concours dans nos analyses .

287