Vous êtes sur la page 1sur 2

78

 « Run n i n g
bo o m   »

Scène devenue courante à la fin des années 1970 : Des coureurs sautent
leur déjeuner pendant leur pause de midi pour aller s’entraîner dans les
182 rues de leur ville. Ici à Denver, Colorado, en juillet 1979.
« Les gens ont
besoin de se
rencontrer.
C’est vital pour eux. Dès 1977, le nombre de courses sur route se multiplie
considérablement en Europe et à travers le monde. Et les

C’est au moment
plus attrayantes épreuves commencent à connaître un
succès populaire de très grande envergure. C’est le cas par
exemple du Cross du Figaro en France, de la Stramilano en

où les courses
Italie ou encore de la Bay to Breakers à San Francisco, aux
États-Unis, qui dépassent toutes les 30 000 participants au
crépuscule des années 1970.

à pied se sont À New York, Fred Lebow a compris avant tout le monde
qu’il y a en toute personne le désir profond d’un challenge

multipliées personnel et que le marathon donne l’occasion de se faire


du bien tout en allant dans le sens de cette quête. Fort de la
réussite en 1976 du premier marathon de la ville dans les

les week-ends cinq quartiers, Lebow s’emploie au cours des années


suivantes à bâtir le rêve de sa vie : faire du marathon une
épreuve populaire et accessible à n’importe qui. Avec une

que les églises foi à déplacer les montagnes et un enthousiasme


communicatif, il se démultiplie pour faire financer et
promouvoir sa course. Il y invite en les payant sous la table

ont commencé les meilleurs coureurs du monde. Il invente les prestations


les plus attractives et les plus délirantes au service des
participants, comme la pasta party géante la veille de la

à se vider. » course, le tee-shirt marqué du nom des sponsors offert à


tous les participants ou encore la médaille gravée de
finisher de l’épreuve.
Noël Tamini
Au début des années 1980, New York dépasse les 10 000
participants et des marathons commencent à se créer un
peu partout sur la planète en s’inspirant des recettes à
succès de Fred Lebow. Plus largement, le rêve américain et
le nouveau style de vie incarné par Central Park, où le
Tout-New-York va désormais jogger,
contaminent petit à petit le monde
entier et donnent un incroyable coup de
pouce à la globalisation du running.

183

Centres d'intérêt liés