Vous êtes sur la page 1sur 20

En exclu, la PMA

Chasse
Ferme Usine
Théâtre
Musique...
Edito :
Lundi 09 décembre 2019, date emblé-
matique, jour où l’assemblée nationale
a pris une véritable mesure pour lutter
contre le dérèglement climatique, l’ar-
rêt définitif de l’emballage plastique à
usage unique. Une grande première
dans l’histoire de l’écologie, si cette loi
n’avait pas été votée pour … 2040 !!!
La France produit environ 3,5 millions Au sommaire
de tonnes de déchets par an. Mais
p.3 : La chasse
cette situation ne semble pas inquiéter
le gouvernement, qui prend des me- p.4 : Le maquillage
sures qui s’appliqueront trop tardive- p.5 : Violences contre
ment. les femmes
Ainsi l’écologiste David Cormand dit p.6-7 : Ferme Usine de
avec ironie sur son compte Twitter : Coussay-les-bois
« 2040. C’est effectivement un signal
p.8 : Bénévole pour noël
très « fort » et très « concret » : Vous
pouvez continuer comme avant à pro- p.9 : Marqueterie
duire et utiliser du plastique pendant p.10 : Tresses africaines
une génération. (NB : celle qu’il nous P.11 : Responsable du
reste pour sauver ce qui peut encore services achat
l’être...) ». p.12 à 14 : PMA
Malheureusement le plastique est
p.15 : Atelier d’écriture
beaucoup trop utile, pour être éliminé
ainsi de notre société. Sans parler de p.16: Compositeur !
son faible coût de production, il est p.17: 26000 couverts
aussi utilisé pour ses différentes autres p.18-19 : Fausse compa-
qualités (étanchéité, légèreté, résis- gnie
tance, flexibilité, facilité à stériliser …).
Le problème est que le gouvernement
ne veut pas supprimer l’une des plus
grosses industries mondiales, et favo-
rise l’économie contre l’écologie. Avec
cette mesure, ils permettent de pol-
luer pendant encore 20 ans, et ne
comprennent pas le mot : URGENCE
climatique. Décidément cette mesure
n’emballe personne !
Victor Maisonneuve

Journalistes : Nelsy Alef, Nelson Bi-


dault-Ferre, Daniéla Bordes, Elsa Capel-
lari, Euphémia Charlot, Candice Char-
tier, Lou-Anne David, Maëlle Des-
bordes, Émilie Dreux, Rémy Faure, Couv ©K’eskon attend Février 2020
M’mawa Fofana, Laura Gorget, Imprimé à 900 exemplaires Projet soutenu et financé
Esteban Guichard, Gabin Guillet, Félix par Jouve, 733 rue St Léo- exclusivement par la ville de
Le Saulnier, Lorick Le Saulnier, Enola nard, 53100 Mayenne Châtellerault et Grand-
Lorceau, Victor Maisonneuve, Benoit ISSN : 2107-5190 Collège René Châtellerault. Merci à eux !
Descartes, 98 bd Blossac, 86 106 Partenariat avec le « 4 »,
Michaud, Alvin Mortier, Florine Nallet,
Châtellerault. pour des ateliers vidéo avec
Karina Ovsepian, Phouthavong Alicia,
Directeurs de publication : José Bourdon et des ateliers
Ambre Plaud, Sarah Ramdane, Lilou images avec Aïssa Kandila.
Jacques Arfeuillère et Séverine
Royer, Lise Taverne, Gabrielle Vincent Merci !
Lenhard.
et Valentin Bertaud-Véger.
Pour ou contre la chasse ?
Cette saison, c'est par les accidents que le sujet est revenu sur le devant de la
scène. On a beaucoup parlé de ce qui fut autrefois le privilège des nobles, qui a
été revendiqué ensuite comme une conquête de l'égalité, mais qui aujourd’hui
est surtout en question pour des raisons d'écologie ou de souffrance animale.
Pour aborder le sujet, nous avons choisi de faire parler un amoureux de la
nature, Fabien Zunino, naturaliste, photographe et grand voyageur.

F
abien Zunnio est naturaliste
autodictate , membre de plu-
sieurs associations natura-
listes en France et à l’étran-
ger. Il passe aussi le plus clair de
son temps à photographier des
animaux. Quand on lui demande
pourquoi il aime faire ça, il répond :
« En fait, j’ai toujours été attiré par
les choses de la nature. J’aimais
également faire de la photo et c’est
naturellement que j’ai orienté mes
prises de vue vers mes sujets favo-
ris. J’ai ainsi beaucoup photogra-
phié de plantes pour leur esthé-
tisme mais souvent pour m’aider à
les reconnaître lors de la consulta-
tion de flores (livres spécialisés contre avec d’autres personnes. rapports avec eux n'ont pas tou-
dans la détermination des Mais aussi pour rencontrer l’es- jours été faciles. Ainsi, il y a
plantes).» Pour les animaux, Fabien pèce dans son environnement avec quelques années Fabien s’est mis
a débuté par les oiseaux puis les le moins de dérangement possible en danger pour prendre l’un de ses
mammifères. Maintenant il photo- et le temps passé derrière les ju- clichés. Il raconte : « Un chasseur a
graphie toutes sortes d’espèces melles à l’observer est de loin ce tiré dans ma direction. Il visait un
animales et végétales mais aussi que je préfère ! », confie le natura- lapin, j’étais derrière une haie. Je
des paysages. Alors pourquoi pho- liste. ne l’ai pas vu, lui non plus. Les
tographier les animaux ? « Peut- plombs ont sifflé pas très loin de
Des photos contre la chasse ?
être pour garder un souvenir furtif moi. » Il a également été à plu-
de celui qui m’a souvent fait Fabien fait des photos pour son sieurs reprises pris à partie par des
attendre longtemps mais aussi plaisir à lui mais aussi pour sensibi- chasseurs qui ne voulaient pas de
pour le plaisir de partager une ren- liser les personnes qui regardent sa présence sur place. Fabien dit
ses photos : « J’espère pourtant ne pas être contre la
seulement que ceux qui
En savoir plus ? pourront aimer l’un de
chasse mais contre sa pratique en
termes d’activité de divertisse-
- Le livre de Pierre Rigaux, Pas de fusils dans mes clichés soient sensi- ment, ce qui est le cas en France.
la nature aux éditions Humensciences, bilisés par la beauté de Par exemple, il est difficile d’empê-
2019.
l’animal ou par le milieu cher un Inuit de chasser le phoque,
- Le site de l’ASPAS (https://www.aspas-
naturel et qu’ils n’au- car c’est l’une des rares sources de
nature.org/), qui aborde de façon très prag-
ront pas envie de le dé- nourriture locale et c’est indispen-
matique toute ces questions. En particulier
truire. » Plutôt qu'en sable pour son économie.
les Vérités sur la chasse en France en 10
épisodes. vouloir aux chasseurs, il
(…) à suivre page suivante
Les 2 sites de Fabien : www.icoflore.com préfère essayer de les
http://www.nature-photosensible.com/ convaincre même si ses
(Suite de l’article sur la
chasse)
Trop jeunes pour se maquiller?
(…) « Dans notre pays, la C’est souvent l’objet d’un débat au collège : aujourd'hui,
chasse est un moyen de le fait de se maquiller au collège suscite beaucoup de re-
divertissement. Souvent les marques voire de regards en coin. La question est de sa-
arguments utilisés par les voir bien sûr à quel âge nous pouvons commencer à nous
fédérations de chasses et les
maquiller. Pour le savoir, le mieux c’est demander l’avis
pratiquants de la chasse
des intéressé-e-s mais aussi des adultes qui les connais-
pour justifier leurs pratiques
sont souvent faux, » explique sent le mieux, les surveillants.
-t-il. « De plus, dans une pé-

U
riode où la biodiversité est réel- n peu surprenant, beaucoup de personnes, en fait, n'ont pas
lement mise à mal comme pour vraiment d'avis sur le sujet. Il faut vraiment traquer les ré-
le climat (réchauffement clima- ponses. Celles que nous avons récoltées étaient, pour la
tique), la pollution… il ne plupart, contre les jeunes qui se maquillent au collège. Les
semble pas raisonnable de dé- surveillants, en particulier, trouvent que les collégiens sont trop
truire volontairement des es- jeunes pour cela. Certains trouvent ça tellement inacceptable
pèces sauvages qui ont déjà des qu'ils ne peuvent même pas dire ce qu'ils en pensent: "Je ne peux
difficultés. » même pas employer les mots que j'ai en tête pour dire ce que j'en
La forêt a besoin de ses grands pense".
prédateurs
Les "pour"
Fabien n’a jamais pratiqué la
chasse car il n’a jamais aimé Même si la majorité
cela et qu’il ne comprend pas des réponses que nous
cette pratique. Mais à 20 ans, il avons obtenues étaient
avait été invité pour observer "contre", nous avons
une battue au renard : « cela quand même obtenu
m’a dégoûté à jamais » dit-il. quelques réponses
D'autant plus qu'il garde une "pour". Certains vont
fascination pour les préda- même jusqu'à dire,
teurs . « Je suis très attiré par peut-être par provoca-
les grands prédateurs (ex. ours, tion, que "même à 4
loup, lynx) car ils sont pour moi ans, on peut se maquil-
une nécessité pour la nature ler". Pour eux, l'âge ne
par leur rôle de régulateur mais compte pas car le ma-
aussi un indicateur que le milieu quillage, c’est fait pour
est vraiment Sauvage. » Et c'est embellir et pour ça, il
cela que Fabien aimerait voir n’y aurait pas d’âge.
préservé, sans que l'homme
Par ailleurs, « si le ma-
s'en mêle, mais aussi pour que
quillage peut rendre une personne mieux dans sa peau alors pour-
l'homme y gagne. Fabien nous
quoi pas? »
livre une citation du naturaliste
philosophe, sculpteur et gra- Et les garçons?
veur Robert Hainard : « Une
forêt sans grands prédateurs Contrairement aux filles, nous n’avons croisé aucun "pour" pour le
n’est pas vraiment une forêt. » maquillage des garçons au collège. Si un garçon venait maquillé, ça
Puis il ajoute : « je dirais même en choquerait plus d'un. Généralement, on pense que le maquil-
que ces animaux nous sont in- lage n'est pas adapté pour les garçons: "Le maquillage c'est que
dispensables pour garder notre pour les filles". Mais après tout, il n'y a jamais eu de loi interdisant
humanité. » les garçons de se maquiller… Et si eux trouvent que c’est bien pour
Maëlle Desbordes les filles, pourquoi devraient-ils se l’interdire ?

Lise, Alicia et Laura


Stop aux violences
contre les femmes !
Chaque année en France, ce sont envi-
ron 220 000 femmes qui sont victimes
de violence physique ou sexuelle de la
part de leur conjoint ou de leur ex-
conjoint. Dire stop, s'en sortir, parler ?
Comment faire ? Ce sont autant de
questions que l’on se pose et auxquelles
nous essayons de répondre en intervie-
want une victime et une association.

d'abord. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que


son conjoint était atteint d’une maladie psy-
chiatrique non diagnostiqué à cette période,

Elle s’en est sortie seule, juste un peu aidée


par des associations peu nombreuses au dé-
but des années 2000. « J'ai mis 5 ans avant
d’avoir un sommeil confortable » confie-t-
elle. En effet, même après avoir quitté son

E
lle a une cinquantaine d’années environ et
tourmenteur, elle a continué longtemps à être per-
elle a bien voulu nous faire part de son enfer.
sécutée par lui jusqu'à ce qu'un éducateur trouve
Appelons la Sonia pour respecter son anony-
la bonne association qui a vraiment pris les choses
mat. C'est avec beaucoup d’émotion que So-
en mains.
nia raconte son histoire. Quand cette violence a
commencé, par exemple. « Cela ne faisait que 2 Victime ou témoin vous pouvez témoigner !
mois de relation, je n'ai pas réagi la première fois, »
explique-t-elle. « J'ai été surprise, je ne me doutais L’association du CIDFF (centre d’information sur les
pas que cela allait se renouveler car cela s’est pas- droits des femmes et des familles de Châtellerault )
sé lors d’une scène de jalousie. » Pourtant, avant peut être le bon interlocuteur. On y trouve le con-
que cette scène se produise, elle subissait déjà seil et l'aide nécessaire, qu'on soit femme ou plus
mainte et mainte réflexion blessante et jeune, qu'on soit conjointe ou victime de violence
« rabaissante » mais elle ne disait rien. En fait, elle familiale. En effet, même les ados peuvent être
avait peur mais en même temps, ressentait beau- victime de violence, qu'elle soit physique ou cyber
coup d’amour pour cette personne. Ce qu'elle ex- violence. L'essentiel est de prendre la parole, qu'on
plique, c'est qu'elle était dépendante. soit victime ou témoin. En direct ou par téléphone
ou par internet : stop-cybersexism.com, 3919... On
Enceinte peut alors trouve les contacts dont on a besoin :
des psychologues pour se reconstruire, des juristes
Quand elle est devenue enceinte, elle a commencé
pour obtenir justice et des personnes qui aident au
à réaliser que c'était trop. De plus, les violences
retour à l’emploi.
étaient plus rudes. Parfois, elle se défendait, mais
avec son état, le danger perpétuel, elle ne pouvait Euphemia Charlot
plus supporter la situation et pensait à son enfant
Ferme-Usine à Coussay-Les-Bois :
une lutte de longue haleine
Il y a 5 ans, à Coussay-Les-Bois, un projet de ferme-usine est présenté. Depuis,
rien n'est construit. Cela grâce à l'association ASPECT et ses partenaires qui
luttent contre ce projet. K'eskon Attend est parti à la rencontre d'un des 3 co-
présidents de cette association, Dominique Brunet.

D
ominique Brunet est un agriculteur installé (décharge où on enfouissait les déchets) est créé
sur la commune de Pleumartin depuis 33 sur la commune de St Sauveur. C'est la Lyonnaise
ans. Il dit être « un ancien » dans ce do- des eaux qui s’occupe de récolter et d'enfouir les
maine. Il fait de l'agriculture biologique et déchets de Châtellerault et alentours. Durant les
pratique la polyculture-élevage, un mode de fonc- premières années d'activités, les déchets sont en-
tionnement très répandu qui contient au moins un fouis à même le sol. Puis, suite à des décrets, les
élevage et plusieurs cultures liés entre eux. Domi- déchets seront isolés par un géotextile. Cependant,
nique Brunet est aussi co-président, avec Anny Lau- la zone d'enfouissement contient du silex, ce qui
zier et Valentin Cognard, de l'ASPECT (Association fait douter les habitants sur l'efficacité de celui-ci à
de Sauvegarde et de Protection de l'Environnement contenir les jus rejetés et donc sur la pollution
de Coussay-les-bois et de sa région Thermale), as- faible mais progressive des terres et d'une nappe
sociation créée en 2003. C'est elle qui mène la lutte phréatique.
contre le projet de la ferme-usine. Pour cela, elle
En 2002, une aire de compostage est créée à coté
travaille main dans la main avec le conseil munici-
de ce CET. Elle est dédiée à produire de l’électricité
pal et a créé un collectif d'associations. Il est com-
grâce à la méthanisation (production de gaz). Mal-
posé de 11 associations écologiques et agricoles, 1
heureusement, elle fonctionnera très mal et engen-
syndicat : la Confédération Paysanne et la com-
drera beaucoup de plaintes de la part des riverains
mune de Coussay-Les-Bois.
(problème d'odeur, etc).
Un peu d'histoire
En 2003, l'ASPECT se crée dans le but de faire fer-
L'ASPECT a déjà lutté contre deux établissements mer cette aire de compostage.
qui ont été créés sur ces lieux.
En 2004, l'aire de compostage ferme.
En 1979, un Centre d'Enfouissement Technique
En 2013, le CET ferme.
En 2014, Mr Liot rachète
l'espace de l'aire de com-
postage et de l'ancien CET
sur laquelle se situe une
grande plateforme béton-
née propice à la construc-
tion de bâtiments. Il fait la
demande de permis de
construire pour 3 hangars
de 150m par 35m qui con-
tiendront 1200 taurillons au
total et qui seront recou-
verts de panneaux photo-
voltaïques.
Pourquoi s'opposer ? pas. Et finalement, ce projet créera très peu,
Il y a 3 principaux arguments qu'utilisent les op- voire aucun emploi, et risque de fragiliser les pay-
posants. sans indépendants de la région qui n'ont, de ma-
Premièrement, le risque de pollution de la nappe nière générale, pas de facilité économique.
phréatique qui alimente en eau potable les 3
communes de Coussay-les-Bois, Lésigny et Mairé. Le dossier en dates
Le lieu de la ferme-usine se trouve dans le péri- En 2014, premier refus du maire pour les permis
mètre de protection de celle-ci. De plus, les rési- de construire et d'exploitation.
dus de la méthanisation et du compostage des En 2015, la préfecture donne ces permis.
excréments des animaux seront épandus sur les Fin 2015, l'ASPECT saisit le tribunal administratif
terres et ont de forte chance de polluer l'eau à de Poitiers et demande un recours.
cause des sols En 2016, les
humides qui permis sont
pourraient les retirés !
transporter. En 2018, Mr
Deuxième- Liot fait appel
ment, la me- au tribunal ad-
nace pour la ministratif de
biodiversité. Bordeaux.
Les travaux Dernièrement,
ont prévu de fin 2019, le tri-
s'étendre sur bunal de Bor-
une deaux approuve
ZNIEFF (Zone la décision du
Naturelle tribunal de Poi-
d’Intérêts Eco- tiers mais laisse
logiques, Fau- au porteur du
nistiques et projet 4 mois
Floristiques). supplémen-
Le projet est taires pour ap-
situé entière- porter des
ment en zone pièces supplé-
humide (zone mentaires au
protégée). Le dossier.
projet com- Ainsi, en ce mo-
porte aussi de ment, l'ASPECT
gros risques se prépare au
d'incendie qui prochain juge-
ne peuvent ment. En atten-
pas être gérés dant, il est pré-
à cause du photovoltaïque. vu qu'un registre où tout le monde peut inscrire
Troisièmement, l’élevage industriel. C'est un son avis sur le projet soit mis en place. Ce sera
mode d'élevage qui fournit de la viande de mau- une pièce importante du dossier de l'opposition.
vaise qualité, nourrie aux céréales protéinées et Le registre ne sera ouvert que 21 jours, et pourra
aux OGM. C'est aussi un mode d'élevage qui se être rempli par internet. Les dates ne sont pas
fiche du bien-être animal et qui va parfois jusqu'à encore connues. Vous pouvez vous informer plus
la maltraitance (nous ne visons aucun élevage en longuement sur le site internet de l'ASPECT :
particulier, et parlons de manière générale). Il y a http://asso-aspect.over-blog.com ou du collectif :
aussi de gros risques sanitaires, effectivement https://www.collectifcoussay.fr .
des agriculteurs ayant étudié le dossier ont soule-
vé plusieurs points que l'industriel ne connaît Félix Le Saulnier
Des jeunes bénévoles
pour Noël

Des jeunes bénévoles ont participé à


faire des paquets cadeaux pendant tout
le mois de décembre, les mercredis, sa-
medis et dimanches pour une associa-
tion qui leur tient à cœur, Les Restos du
Cœur. On peut s'engager à 14 ans !

Depuis deux ans

Gabrielle Vincent a aussi 14 ans et est aussi en


classe de 3ème. Elle, ça fait maintenant 2 ans
qu'elle fait bénévolement des paquets cadeaux
pour les Restos du Cœur. Des paquets, elle en a

C
haque année à la période de Noël, des béné-
donc fait de toutes les tailles, de toutes les formes,
voles de plusieurs associations font des col-
de toutes les longueurs…Et ce n'est pas si simple !
lectes d'argent. Et, bien souvent, pour gagner
Par exemple, elle a empaqueté une table de ping-
l'argent, ils font des paquets cadeaux dans des
pong, des skis, des raquettes de tennis, des ballons
magasins. C'est le cas de deux jeunes élèves de
… A chaque fois, un vrai défi ! Sa phrase type pour
3ème, Ilana Margelin et Gabrielle Vincent, qui ont
accrocher les « clients »: « C'est pour la bonne
trouvé cette bonne idée pour participer à l'effort
cause madame, monsieur !!! ».
des Restos du Cœur.
Elle dit aussi de son engagement : « C'est bien,
Leurs journées sont longues : dès 9h45, elles doi-
quand on fait des beaux paquets cadeaux, nous
vent être en place pour préparer tout le nécessaire.
sommes récompensées ; ça fait plaisir de voir les
Dès 10h, à l’ouverture du magasin, beaucoup de
personnes mettre de la monnaie dans la boite, les
clients arrivent et même « déboulent » dans le ma-
clients font un don pour aider d’autres personnes
gasin. Et il faut tenir jusqu'à 19H, fermeture du ma-
qui ont besoin d’aide ou qui vont grâce à ce geste,
gasin.
améliorer le quotidien de familles pour le repas de
Ilana Margelin a 14 ans et est en classe de 3ème. noël. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas
C'est la première fois qu’Ilana fait des paquets ca- et quand ils ne donnent rien, alors tant pis, nous
deaux. Elle est un peu stressée, mais très contente souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année et tou-
d’être là. Car elle a conscience que, comme elle dit : jours avec le sourire. »
« il n’y a pas beaucoup de bénévoles, surtout des
En écoutant Gabrielle, elle nous fait comprendre
jeunes ». Mais elle fait également ça : « pour que
qu’elle aime faire des paquets cadeaux, car elle
les personnes qui n’ont pas les moyens puissent
l'aime être au contact avec les clients et qu'à
aussi fêter noël avec de quoi être heureux avec l'ar-
chaque paquet, il y a toujours un challenge, et tou-
gent que nous aurons récolté ».
jours pour la bonne cause.

Gabrielle Vincent et Lou-Anne David


La marqueterie
tout un art!
Marcel Barbier, aujourd’hui
retraité, était ingénieur en
électromécanique. Loin de
sa passion, la marqueterie,
qui l'anime désormais et ce
depuis 1991. Rencontre dans
l’atelier.

M
arcel Barbier est né à Paris s'est instruit tout seul. c’est pour cela que la marqueterie
le 03 juillet 1934. Cet est un art très cher. Une semaine et
amoureux du bois est tom- Qu'est ce que la marqueterie? demie, c'est le temps que prend
bé dans la potion magique La marqueterie est un motif compo- Marcel pour faire un petit tableau
de ses trois oncles menuisiers ébé- sé de placage de bois et autres ma- en marqueterie qu’il revendra près
nistes. «Dès l'âge de dix ans, la pas- tériaux découpés principalement à de 200 euros.
sion pour le travail du bois m'est la scie de marqueteur. Les autres
venue. J'étais entouré de trois D'ou vient la marqueterie?
éléments employés peuvent être du
oncles menuisiers ébénistes en nacre, de la corne, de l'écaille de La marqueterie, c’est toute une
Franche-Comté où je passais mes tortue, de l'os, du galuchat... Cer- histoire et Marcel est intarissable.
grandes vacances scolaires. Ces tains bois de placage sont teintés Elle semble avoir pris naissance en
vacances se passaient chez ma dans la masse mais aucune peinture Asie mineure, les premières incrus-
grand-mère paternelle », raconte-t- ne constitue les couleurs. tations (en marbre) ayant été réali-
il. sées à Halicarnasse en 350 ans
Il y a plusieurs étapes avant d'arri- avant J-C. Ensuite, la marqueterie
Il avait donc un atelier de menuise- ver à obtenir un tableau en mar-
rie à sa disposition où un de ses se développe en Italie sous l'empire
queterie. En tout premier, le dessin, romain. La première technique utili-
oncles exerçait le métier d'ébéniste. bien sûr. Ensuite, il y a le choix des
« Je me servais du tour à pédale et sée s'appelle ''Tarsia Certosina'' :
bois de placage : ceci est très déli- c'est un procédé mixte qui consiste
de la scie à ruban lorsqu'il était ab- cat car la palette de couleurs est
sent de l'atelier! », confie-t-il. Il a à découper les éléments de placage
très limitée et selon l'orientation du et à les incruster dans les cavités
donc commencé ses premières fil du placage, le rendu de la teinte
armes de menuisier en ''herbe''. creusées dans la surface de pan-
ne donne pas le même aspect. La neaux massifs. Au 15ème siècle, on
Ayant vu des tableaux en marque- préparation et la découpe d'un ta-
terie sur des livres, ça lui a donné commence à teindre les bois et les
bleau se font élément par élément. artistes peuvent exécuter de véri-
l'envie de pratiquer cet art. « Au fur et à mesure de la découpe, tables tableaux. En Italie, au début
Sa formation n’a pourtant pas été on met les éléments à leur place sur du 16ème siècle, les éléments de
celle dont il rêvait puisque il voulait un dessin », détaille Marcel. Suit le placage sont ombrés au moyen du
devenir ébéniste marqueteur. collage sur le support du tableau, feu et des acides. Au cours du
« Mais mon père s'y est opposé, j'ai soit un contre-plaqué, soit le pare- 17ème siècle, on commence à im-
donc appris l'électromécanique, j'ai ment d'une porte de meuble… En- porter les bois des ''îles'' tels que
terminé ma carrière en tant fin, vient le ponçage, à l'aide d'une amarantes de Guyane, l’ébène de
qu'ingénieur. Depuis ma retraite, ponceuse orbitale avec des abrasifs Madagascar, le bois de corail des
j'ai pu assouvir ma passion,» ex- de grain plus en plus fin de manière Iles du Vent... Au cours du 19 ème
plique-t-il. Marcel est un autodi- à obtenir une surface polie. Ultime siècle, en France la marqueterie et
dacte, il n'a jamais pris de cours étape : « le bouche-porage et le le frisage ne sont plus en vogue au
pour faire de la marqueterie ; il vernis ». Puis on encadre son ta- début du siècle. (…)
bleau. Tout cela prend du temps,
Suite de l’article p.8

« «Grâce Africa Look, un salon


à un cheveu de la fermeture !
« Grâce Africa Look » a été créé en 2007. Sa gérante y fait toutes
Le blocus continental impo- sortes de coiffures : Braids, tissages, nattes collées, crochets, défri-
sé par Napoléon 1er en- sages... Une offre très variée en danger de disparaître aujourd’hui.
traine l'arrêt des importa-

L
tions des ''îles''. Après la a gérante du salon a commen- vaille seule mais elle ne trouve pas
chute du 1er empire, la mar- cée son commerce en 2007 cela « dur » car elle aime beaucoup
queterie renait par un nou- sur la place Duplex sous le ça et a toujours voulu faire ça. Un de
veau style sous la restaura- nom de « L’espoir ». Le salon ses rêves aurait été de multiplier ses
tion des bois très clairs tels est maintenant installé depuis salons. « Durant toute mon expé-
que citronnier, le platane, le 2010 sous le nom de « Grâce Africa rience en tant que coiffeuse, si je fais
frêne... Look », devant le pont Henri IV. le bilan, je n’ai pas trop eu de clients
Au 20ème siècle, on assiste Mais l’offre n’a pas changé, il s’agit compliqués », conclut-elle.
à un renouveau de la créa- de répondre à toutes les demandes Malheureusement le magasin Grâce
tion depuis quelques an- et de faire se rencontrer tous les Africa Look va fermer. Le proprié-
nées, les œuvres des jeunes publics. taire a vendu l’immeuble à quel-
artistes se multiplient. A ce qu’un d’autres alors qu’elle était
jour, certaines personnes En effet, Grâce Africa Look dit avoir première sur la liste pour acheter.
découpent des bois de pla- coiffé des personnes très variées. Tout ceci ne lui a atteint sa motiva-
cage au laser. Malgré les « J’ai coiffé depuis 2007 des noirs, tion. « C’est comme si je n’avais plus
apparences, cet art n'est pas des asiatiques, des arabes, des envie de coiffer les gens, j’ai un peu
en voie de disparition. gitans, des blancs… Dans ma clien- perdu ma confiance et mon inspira-
Les récompenses de Marcel tèle, je compte aussi des per- tion ». E cela l’a tellement chambou-
Marcel participe à de nom- sonnes atteintes de cancer qui ont lée qu’elle a même failli avoir un
breuses expositions collec- besoin de perruques le temps du accident en rentrant de son salon le
tives et individuelles et re- traitement, » explique-t-elle. C’est soir même.
çoit de nombreuses récom- pour cela qu’elle dit « c’est un mé- Enola Lorceau, M’mawa Fofana et
penses pour ses œuvres tier génial ». Certains clients lui ont Daniela Bordes
présentées. Les prix de Mar- dit : « En arrivant, j’étais déprimée,
cel sont nombreux : une en écoutant votre
médaille d'Or au Canada, le musique, ça m’a
grand prix international en apaisé ». Pour une
Belgique, la médaille d'Or du coiffure, elle peut
Mérite et Dévouement Fran- prendre 30 mi-
çais, la Grande lyre d'Or de nutes, 3 heures, 2
l'Académie ''Il Convivio''... heures voir même
Il fut président du Jury, puis 7 heures ou plus,
en 2008 le président par ça dépend des
intérim de l'Académie Inter- tresses. « Un vrai
nationale de Lutèce à Paris. artisanat ! »
Il y restera jusqu'en avril Le salon risque la
2009. Il a obtenu plus de fermeture
100 diplômes comme celui
de la Rochelle, de Paris, de Elle s’est exercée
Montréal... Une belle re- pendant 5 ans à
vanche pour celui qui a été coiffer avant de
détournée de cette disci- pouvoir ouvrir son
pline pendant toute sa car- commerce et elle
rière ! a fait un appren-
Florine Nallet tissage. Elle tra-
Enchère et en hausse…

À partir du 20 mars jusqu’au 20 avril 2020, une vente aux enchères du maté-
riel réformé de la ville de Châtellerault aura lieu sur le site internet Weben-
chère. Thierry Gendre nous dévoile les secrets de l'affaire... et de son métier.

T
hierry Gendre est le responsable du service Thierry Gendre sont : « Nous pouvons suivre en di-
des achats de la mairie de la commune de rect les ventes et mettre un prix plancher (prix mini-
Châtellerault. Il y travaille depuis 13 ans, après mum) ». Les acheteurs pourront régler par chèque
avoir obtenu un master en marché public et ou verser directement la somme à la recette munici-
avoir été juriste. Son métier consiste à gérer la tota- pale. Les ventes sont ouvertes à tout le monde
lité des achats de la municipalité (béton, produits (entreprises ou particuliers)
d’entretien, phytosanitaires ou encore du mobilier).
Le but
La mairie dépense entre 30 000 000 et 40 000 000
euros environ par an. Thierry Gendre doit se référer Les objets ne sont jamais vendus au-dessus du prix
à des procédures très strictes pour éviter les dé- d’achat car ils ont déjà été utilisés. Ils sont vendus
penses inutiles. Il est accompagné de 5 personnes parce que l’agglomération ne s’en sert plus ou en a
dans son service. Ils doivent tenter d’acheter local simplement acheté de nouveaux (ordinateurs, véhi-
sauf pour les achats de plus de 40 000 euros où ils cules…). « Un véhicule utilitaire peut être vendu à
sont obligés de comparer les prix et de réaliser un 1000 ou 2000 euros car il est ancien (au moins 10
dossier (pour acheter le moins cher possible, sans se ans) ou a déjà beaucoup servi ». Mais l’intérêt prin-
soucier de la distance). Dans un but de développe- cipal de la vente aux enchères est de contribuer au
ment durable, son service effectue, depuis déjà développement durable avant tout but lucratif.
quelques années et autant que possible, un proces- « L’intérêt est surtout de donner une deuxième vie à
sus de dématérialisation (c’est-à-dire qu’un maxi- des objets qui, sinon, auraient été détruits ou rem-
mum de documents sont informatisés et il déve- placés ». Parfois la municipalité donne même du
loppe la signature électronique…). matériel gratuitement, notamment à des associa-
tions, mais pour cela Thierry Gendre doit soumettre
La vente
une demande aux élus.
Des véhicules, des bennes, des machines à écrire,
Le lien vers le site où aura lieu la prochaine vente :
des containers, des anciens drapeaux tricolores, du
https://www.webencheres.com/
matériel informatique et du mobilier (chaises
d’école, bureaux…) seront les choses que vous pour- Nelson Bidault, Victor Maisonneuve et
rez découvrir sur Webenchère, un site public et gra- Esteban Guichard
tuit où la municipalité vendra durant un mois du
matériel réformé. Les avantages de ce site selon
PMA : Nous sommes un couple
avec trois enfants...
C'est un long feuilleton que l'histoire de l'autorisation la procréation médicalement assistée, la
PMA. Ce mois de janvier, une étape vient d'être franchie avec le vote, par le sénat de l'ouverture de
la PMA à toutes les femmes. Une restriction cependant : son remboursement serait limité aux cas
médicaux après constatation d'une infertilité. Les couples lesbiens ou les femmes seules seraient
privés d'une prise en charge. Le combat n'est pas terminé pour celles et ceux qui attendent l'égalité
dans ce domaine. K'eskon Attend, pour tenter de comprendre les enjeux a rencontré un couple de
jeunes femmes qui raconte leur long parcours pour construire leur famille « couple avec trois
enfants ». Il a fallu passer par la Belgique. Entretien avec Emilie et Sarah.

prochain RV (ces examens n’étant pris en charge par


la sécurité sociale qu’à condition qu’un gynécologue
français accepte un suivi du projet).
Pour le 2ème rendez-vous, 3 mois après, nous avons
rapporté tous les résultats d’examens (sanguins, gy-
nécologiques,…). Tout était en règle, il n’y avait au-
cune anomalie. Le médecin nous a expliqué le fonc-
tionnement du choix du donneur, et nous a demandé
à quel type de donneur nous souhaitions recourir
(anonyme, connu, semi-anonyme). Nous avons opté
pour un donneur semi-anonyme, ce qui signifie que
nos enfants pourront connaître son identité à leur
majorité, pour éventuellement le rencontrer.
En rentrant en France, nous avons parcouru les sites
qui regroupent les banques de donneurs afin de choi-
sir le nôtre. Il a ensuite fallu réserver des «paillettes»,
signer quelques documents légaux, et attendre la
réception de ces paillettes par la clinique.
Comment avez-vous pris la décision de faire une Deux mois environ après notre deuxième RV, nous
PMA ? avons pu tenter la première insémination. Ensuite, il
Nous avions un fort désir d’enfant. Étant un couple est possible de réessayer chaque mois. Il faut savoir
de femmes et souhaitant un cadre médical, la PMA que pour chaque insémination, il faut généralement
était notre seule solution (nous n’envisagions pas suivre un «traitement», qui consiste en une stimula-
une insémination artisanale). Nous avons décidé de tion hormonale (afin d’augmenter, en théorie, les
nous rendre à Liège, dans la Clinique « La Citadelle ». chances de réussite). Le traitement commence le
Les différentes étapes de notre parcours ? D'abord, lendemain des règles, et au 10ème jour après les
un premier rendez-vous de contact avec un médecin règles, il faut réaliser une prise de sang (pour mesu-
qui donne directement un avis favorable, ou oriente rer les taux d’hormones) et une échographie pel-
vers un psychologue qui se chargera d’émettre un vienne (pour mesurer la taille des follicules). On en-
avis. En ce qui nous concerne, nous avons eu un avis voie ces examens à la clinique, qui, en fonction des
favorable, après un entretien qui comportait des résultats, nous propose de venir le lendemain, ou de
questions générales sur notre situation, notre projet, poursuivre encore un peu le traitement (en général,
notre couple... Nous sommes reparties avec la liste on refait le point 48 heures après). (…)
des examens médicaux à réaliser (en France) avant le
Comment avez-vous vécu
l’attente de votre première en-
fant ? Qu'est-ce que la PMA ?
Nous étions décidées, sûres de Avant l'ouverture à toutes les femmes, la PMA ne
notre choix, ce qui nous a aidées à s'adressait qu'aux couples diagnostiqués infertiles.
surmonter l’attente et les difficultés Elle permet d'avoir un enfant en utilisant différentes
du parcours. Pour nous, cela a fonctionné très vite méthodes, comme la fécondation in vitro (FIV) ou
(en tout, il s’est écoulé 6 mois entre le premier RV et l'insémination artificielle. L'objectif étant
la tentative fructueuse, ce qui est très court comme de permettre la rencontre d'un spermatozoïde et
parcours par rapport à d’autres). Nous découvrions au d'un ovule afin de débuter une grossesse. En 2015,
fur et à mesure les différentes étapes, quelques diffi- 24839 grossesses par PMA sont arrivées à leur terme,
cultés, et cela nous semblait long quand nous y soit environ 3% des naissances.
étions, mais avec le recul, cela aura été relati-
vement rapide ! Cette attente aura toutefois
créé chez nous un fort sentiment d’injustice :
stress lié aux nombreux aller-retour, et à l’or-
ganisation par rapport à nos vies profession-
nelles (absences du jour au lendemain sans
justification de droit), stress également de
devoir trouver un médecin qui accepte de
nous suivre, somme dépensée… que nous
aurions pu éviter en allant dans une clinique
française à deux pas de chez nous si la PMA
avait été ouverte à toutes.
Est-ce dur pour la personne qui n’a pas porté
l’enfant ?
Non. Pour les 2 premières grossesses, la ma-
man qui n’a pas porté ne souhaitait pas por-
ter (elle ne se sentait pas prête), donc elle l’a
bien vécu. Pour la troisième grossesse, les
rôles ont été inversés, et tout le monde l’a
bien vécu aussi !
(échographies, prises de sang, examens gynécolo-
Est-ce que ça a marché, dès le premier essai (sinon giques, traitement hormonal…). Mais tous les frais de
pourquoi)!? la clinique (RV, frais de conservation des paillettes,
Pour notre premier enfant, cela a marché à la 2ème frais d’insémination…) ainsi que les paillettes sont à la
tentative. Pour notre deuxième enfant, cela a marché charge des patientes. Sans compter les frais annexes
à la 5ème tentative. Enfin, pour notre troisième en- de déplacement pour s’y rendre.
fant, cela a marché à la 1ère tentative. Globalement, Avez-vous beaucoup réfléchi avant de commencer ?
nous avons eu un parcours «facile» par rapport à
d’autres couples. En ce qui concerne les raisons des Une fois notre projet d’enfants bien mûri, nous nous
échecs, il est très difficile de les identifier (fatigue ?, sommes renseignées sur la PMA en général et sur les
stress ?…). différentes cliniques qui la proposaient aux couples de
femmes. Suite aux conseils d’un couple d’amies, nous
Cela a-t-il un coût financier important ? nous sommes assez rapidement orientées vers la cli-
Oui. Tous les couples ne peuvent pas se permettre ce nique de Liège.
parcours onéreux. Nous avons eu la chance de pou- Avez-vous dû subir des remarques de votre entou-
voir concrétiser notre projet grâce à notre situation rage ?
financière, mais de nombreux couples sont freinés par
toutes les dépenses impliquées. Nous avons été soutenues par la famille de l’une de
nous. Quant à l’autre famille, notre volonté de fonder
Seuls les examens prescrits par un gynécologue fran- une famille a été fortement critiquée et n’est toujours
çais (qui accepte de le faire) sont remboursés pas réellement acceptée aujourd’hui. (…)
Comment allez-
vous expliquer
à vos enfants la
PMA ?
Nous avons
déjà commencé
à expliquer à
notre aîné
(suite à ses pre-
miers question-
nements) que
nous nous ai-
mions fort, que
nous avions
envie de fonder
une famille, et
que nous avons
eu besoin de
Comment réagissez-vous quand des personnes di-
«la graine d’un monsieur» et de l’aide d’un docteur.
sent qu’elles sont contre la PMA!?
Nous utilisons beaucoup d’albums de littérature de
jeunesse sur le thème des familles homoparentales et Nous avons été très affectées lors des manifestations
de la PMA. Nous n’aborderons la possibilité de con-
contre le mariage pour tous. Nous sommes très en
naître l’identité du donneur que plus tard car il nous
colère contre les personnes virulentes qui risquent de
semble encore petit et nous craignons que l’attente faire du mal à nos enfants plus tard. Nous suivons de
lui paraisse très longue s’il souhaitait rencontrer son près l’actualité sur ce sujet, mais nous n’avons pas
donneur. Si nous avions eu le choix, nous aurions pré- envie d’utiliser notre énergie et notre temps à con-
féré que cette identité puisse être révélée avant les
vaincre des personnes qui ne cautionneraient pas
18 ans.
notre façon de vivre. Nous préférons faire abstraction
Y a-t-il un « catalogue » pour choisir le physique de leurs propos et vivre notre vie sereinement. Par
proche de celui des parents ? chance, nous avons été peu confrontées à des réac-
tions hostiles dans notre quotidien.
Des critères peuvent être sélectionnés (couleur des
yeux, des cheveux, origine ethnique, …) sur les diffé- Quel préjugé vous énerve le plus à propos de la
rentes banques de sperme. Il est d’ailleurs impossible PMA!?
de choisir un donneur qui n’aurait pas des caractéris-
tiques très proches de l’une ou l’autre des mamans. Le préjugé qui nous énerve sans doute le plus est
Pourquoi avoir choisi la PMA et non l’adoption ? l’idée selon laquelle les enfants issus de PMA ne peu-
vent pas être heureux et équilibrés sous prétexte
L’adoption est très difficile pour tous les couples, mais qu’ils n’ont pas de papa. Évidemment, nous sommes
encore davantage pour un couple homosexuel. Nous tout à fait conscientes des questions que cela peut
craignions un parcours très long et qui n’aboutisse poser et des difficultés que cela peut engendrer mais
pas, ne nous permettant pas ensuite (vu notre âge) de nous sommes persuadées que nos enfants peuvent
nous tourner vers une PMA. D’autre part, l’une de être très épanouis dans nos familles, étant justement
nous avait un fort désir de porter un enfant. Nous très à l’écoute de ces problématiques.
n’excluons pas un jour de nous tourner vers l’adop-
tion. Propos recueillis par Gabin Guillet
et Gabrielle Vincent
Phillipe Paineau, un amoureux de l’écriture
Mélangeant écriture et art, Philippe Paineau réalise un atelier
d’écriture pour tous les âges à l’artothèque de Châtellerault. Ren-
contre avec un révélateur d’écrivains.

six jeux par séance. Les séances deux visions totalement diffé-
durent environ deux heures et se rentes. « L’idée, c’est que chacun
déroulent un mercredi après-midi développe son écriture et son
une fois toutes les deux semaines. propre style, il faut du travail ».
Une séance coûte 18€. Les élèves peuvent continuer
Un révélateur investi leurs textes chez eux.

Philippe Paineau se considère Plus qu’une passion


comme un révélateur avec ses Dans l’expression « atelier d’écri-
élèves, car il les conseille et les ture », il aime l’aspect « atelier »
aide à révéler leurs talents. Il par- car il l’associe à l’artisanat, le fait
ticipe lui-même aux ateliers et, de créer soi-même : « J‘aime
lorsqu’ils finissent d’écrire, ils l’idée d’artisan de l’écriture ». De
lisent leurs textes à haute voix plus, Philippe Paineau aime créer,

P
hilippe Paineau est un pro- devant les autres participants. composer et fabriquer les textes.
fesseur des écoles qui est Mais cela n’est pas obligatoire car Les participants aiment beaucoup
passionné d’écriture et qui « parfois, certains ne sont pas l’atelier car Philippe essaie d’être
anime, depuis 2008, un inspirés donc ils n’écrivent pas, bienveillant, « Je ne dirais jamais
atelier d’écriture à lArtothèque. d’autres ont écrit un texte telle- « c’est nul » d’un texte ! ». Un de
Un atelier d’écriture est un lieu ment intime qu’ils refusent de le ses ateliers comporte deux per-
où l’on écrit grâce à la créativité lire ». Philippe a eu une formation sonnes, mais d’autres ont plus de
des participants, dans le but de de scientifique (physique et succès. Les participants sont très
progresser dans la rédaction. La maths) et est ensuite devenu pro- variés en professions et en âges :
particularité de l’atelier de Phi- fesseur des écoles. En 1994, il a de quatorze à soixante-dix-sept
lippe est que la source d’inspira- participé à un atelier d’écriture ans. Il en anime d’autres à la
tion des textes sont des œuvres qui s’est dissout par la suite. Mal- Roche Posay, à Scorbé-Clairvaux...
de l’artothèque. Il choisit une gré ça, il a continué à transmettre Philippe est aussi élève à l’école
œuvre pour chaque séance en sa passion pour l’écriture à ses d’arts plastiques de Châtellerault
fonction des émo- élèves. En depuis quatorze ans. Il a choisi
tions qu’elle lui
provoque. Il nous
Infos sur l’atelier : 2008, à la
suite d’une
d’associer l’écriture et l’art con-
temporain car il adore les deux.
Un mercredi sur deux à
dit : « Il faut que les demande de Le but de cet atelier, c’est de réa-
l ’artothèque ou à l’école
œuvres me plai- la Fausse liser un livre, une exposition et
d’arts plastiques
sent, me parlent et Compagnie, peut-être un spectacle à la fin de
Tel : 06 15 38 57 74
donnent envie 1 séance : 18€ une amie lui l’année à l’école d’arts plastiques.
d’écrire autour 10 séances : 150€ a proposé Philippe Paineau participe aussi
d’elles ». Ensuite il d’animer un au festival organisé par la Fausse
se renseigne sur atelier Compagnie « Les Folies Bas-
l’artiste et l’œuvre. Pendant l’ate- d’écriture. Il a accepté et l’anime tringues ». En conclusion, « L’art,
lier, il présente l’œuvre aux parti- toujours aujourd’hui. Certaines l’écriture et la lecture font partie
cipants, la décrit, puis propose œuvres ne l’inspirent pas. Les de ma vie, pour moi, c’est le mo-
des courts jeux d’écriture textes de ses élèves sont variés : teur de la vie ! »
(environ vingt minutes). Habituel- certains ont exactement la même M’mawa Fofana et
lement, ils peuvent faire cinq ou vision de l’œuvre (textes miroir) Victor Maisonneuve
contrairement à d’autres qui ont
Les 26000 couverts,
du théâtre pas comme les autres.
En janvier, les 26000 couverts passaient à Châtellerault
pour jouer un de leur spectacle : « À bien y réfléchir, et
puisque vous soulevez la question, il faudra quand même
trouver un titre un peu plus percutant. » ou « La sortie de
résidence ». Keskon'attend est parti à la rencontre d'une
des comédiennes du spectacle, Servane Deschamps.

de la pièce. Ils sont déjà sur naître ? C'est la question qu'on se


le plateau, en train pose quand on vient d'assister aux
d'attendre que le public deux heures de retournements de
s'installe. situation interprétées par 12 ac-
Le spectacle commence teurs mais bien plus encore de
comme s'il s'agissait d'une personnages. Servane nous ex-
sortie de résidence, les co- plique que, tout d'abord « C'est de
médiens présentent leur l'écriture collective », ce n'est pas
travail de recherche pour un auteur qui s'est réveillé un ma-
une future pièce autour de tin avec cette idée en tête... La
la mort. Jusqu'à ce que la troupe travaille souvent de la
mort arrive vraiment sur scène ! même manière pour ses créations:

S
ervane est comédienne chez Premier coup de théâtre pour le les thèmes et les envies de chacun
les 26000 depuis 19 ans ! Elle spectateur qui comprend que la sont mises en commun, puis ce
nous raconte un peu l'his- sortie de résidence fait partie de la sont les improvisations théâtrales
toire de la compagnie : « Elle pièce. Puis, deuxième choc pour le qui donnent des idées pour faire
a été créée en 1995 par Philippe spectateur : un acteur sort de son naître des scènes de la pièce. Tout
Nicolle et Pascal Rome. Cette com- rôle pour prendre celui du ce travail est dirigé par Philippe
pagnie est à l'origine une compa- metteur en scène (censé être ab- Nicolle qui est là pour « faire le
gnie de théâtre de rue qui se di- sent) qui interrompt une répéti- tri » dans ce qu'il faut développer
rige aussi vers la salle maintenant. tion. Et la pièce continue ainsi plu- ou laisser de coté, et aider les co-
Sa première création « Les petites sieurs fois de suite... Ainsi, le spec- médiens à approfondir leurs per-
commissions » est un succès aux tateur est perdu dans la chronolo- sonnages. Ce spectacle, a aussi été
deux festivals phares du théâtre gie de l'histoire : les acteurs simu- écrit en collaboration avec Gabor
de rue : « Chalon dans la rue » et lent plusieurs fins, saluent sous les Rassov, auteur et comédien. Il a
le festival d'Avignon. Plusieurs applaudissements et font mine de notamment écrit une scène, au-
créations voient le jour les années sortir de leur rôles alors que la tour d'un canapé, sous forme
suivantes. En 2000, Pascal Rome pièce reprend... Au bout de deux d'une enquête policière qui est
crée sa propre compagnie, heures, et de beaucoup de fins totalement burlesque car les ac-
« OpUS » et laisse la direction ar- factices, la pièce finit pour de bon teurs ne connaissent pas le texte,
tistique des 26000 à Philippe Ni- en se moquant bien de la mort au mélangent les répliques, ce qui
colle. Actuellement, la compagnie théâtre. change leurs sens et rend la scène
compte cinq spectacles en tour- hilarante !
née dont « À bien y réfléchir... ». » Ce qui est très flagrant dans le
spectacle, c'est l'envie de perdre N'hésitez pas à consulter le site
Première impression le spectateur dans une perpétuelle des 26000 couverts pour trouver
Quand le spectacle commence, un mise en abîme plus d'informations sur la compa-
plateau gigantesque présente un gnie et peut-être les croiser sur
L'écriture une de leur tournée.
décor débordant d'accessoires ,
qui serviront bien aux 12 acteurs Comment une telle pièce peut-elle Félix Le Saulnier
Phillipe Di Betta,
un compositeur contemporain
Mozart, Beethoven, Wagner, ces noms vous sont
sûrement familiers, lorsque l’on évoque la musique.
Un peu moins connu, mais tout aussi talentueux,
Philippe Di Betta, professeur de saxophone du con-
servatoire de Châtellerault, pratique la même activi-
té que ces trois grands noms : la composition. Ren-
contre avec un musicien plus que passionné.

P
hillipe Di Betta a commencé la musique à l’âge complètement aboutie. « Car il faut toujours modifier
de douze ans. Son frère jouait de la trompette ou rajouter quelque chose, » ajoute Phillipe Di Betta. Il
et écoutait du Jazz, et c’est cela qui lui a donné a commencé le saxophone au conservatoire de Bou-
l’envie de jouer du saxophone et lui a permis de logne-Billancourt (où il obtient un prix), il a ensuite
découvrir de nombreux styles de musiques (classique, obtenu un certificat et est devenu professeur en 1985.
pop …). Sa passion s’est transformée en métier et il Son dernier morceau est un trio pour saxophone, vio-
enseigne, aujourd’hui, au conservatoire Clément Jane- loncelle et pour clarinette.
quin de Châtellerault. Il s’est ensuite intéressé (par
Un compositeur productif
curiosité) à la création d’œuvres pédagogiques. Les
premières pièces qu’il a composées, étaient des duos Phillipe Di Betta est un compositeur très productif, car
destinés à ses élèves débutants de saxophone avec il a composé une trentaine de morceaux. Sa pièce la
leur parent, frère ou plus aboutie, selon lui,
ami... Son but en créant s’appelle : « Intime idée à
ces morceaux, est de l’encre ocre ». Elle a été
répondre aux besoins de publiée sur un CD intitulé
ses élèves (difficulté) et « Retrouvailles ». Dans
aussi de réunir des ins- cette pièce, un saxophone
truments très différents soprano est soliste, il est
(timbres improbables …). accompagné par un en-
Lorsqu’il compose, il se semble de cuivres et d’ins-
sert toujours des mêmes truments électriques. Il a
instruments, le saxo- publié deux recueils de
phone car c’est son ins- partitions pour saxophone
trument de prédilection, et piano, intitulés
et le piano pour ses diffé- « couleur sépia » et
rentes couleurs harmoniques. Un des points communs « Ébauches ». Il trouve très plaisant d’entendre ses
de la plus grande partie de ses morceaux, c'est quand créations jouées « surtout quand on voit que le musi-
même le saxophone. « Pour chacun de mes mor- cien prend du plaisir ». Mais ce qu’il préfère, c’est lors-
ceaux, je me réfère à un canevas de départ, pour la qu’il reçoit des commentaires positifs de musiciens ou
suite c’est très long ». d’auditeurs. Sa composition reste très libre, il écrit à
« l’envie » ou pour le plaisir. Finalement, la composi-
Un musicien inspiré tion reste, pour Phillipe Di Betta, un loisir pour lequel
Lorsque Phillipe Di Betta trouve un rythme intéres- il n’est donc pas rémunéré.
sant, il l’utilise dans ses morceaux. Il s’inspire aussi Phillipe Di Betta ne compose pas que des morceaux,
parfois de pièces déjà existantes. Dans ses œuvres, il
mais aussi des moments inoubliables lorsque l’on
tente de transmettre des couleurs, car il aime beau- écoute ou joue sa musique.
coup l’art pictural. Pour chacune de ses pièces péda-
gogiques, il passe environ trois mois, pour qu’elle soit Victor Maisonneuve
La Fausse compagnie,
de vrais artistes
Vous vous rappelez sûrement de la « Fausse Compagnie » (voir « K’eskon attend ?» numéro 65,
article sur les 200 ans de la Manu, VibratO). Ils sont de retour à Châtellerault et dans « K’eskon
attend ? » pour un tout nouveau spectacle nommé « Vibrations, la petite histoire de l’enregistre-
ment sonore » qui vous fait vivre à nouveau une expérience agréable et étonnante. Rencontre
avec Maïa Commère et Vincent Afchain, les deux acteurs et créateurs de la pièce.

2
acteurs, 4 entre-sorts, dis- tor, un tromboniste du conserva- appareils, mais le but principal
positifs issus des fêtes fo- toire, qui est venu voir le spec- des deux artistes est plutôt de
raines, et plus d’une tren- tacle avec sa classe de formation plonger le public dans une
taine d’appareils d’enregis- musicale. Il nous dit : « j’ai trouvé époque avec ses moyens d’enre-
trement, c’est le nouveau projet le spectacle très original et inté- gistrement et son ambiance. Cela
de la « Fausse Compagnie », me- ressant ». Maïa Commère fait leur permet de retracer l’évolu-
né à bien par Maïa Commère et partie de la « Fausse Compagnie » tion de l’enregistrement. Selon
Vincent Afchain, deux passionnés depuis un an et Vincent Afchain Maïa Commère, l’humain a voulu
d’enregistrements qui ont voulu depuis bientôt 5 ans, il y était en- laisser une trace de son passage
mélanger leurs deux passions : le tré pour la préparation et la coor- sur terre en créant la photo, le
théâtre et l’enregistrement. C’est dination du festival (voir encadré). film, l’enregistrement audio… Et
dans ce contexte insolite qu’ils Ils sont en résidence au conserva- en créant leur spectacle, ils ont
pourront nous accueillir d’ici mai toire, grâce aux 3T et s’entraînent voulu souligner ce « besoin » et
2020 car pour l’instant le spec- à enregistrer les musiciens volon- eux aussi apporter leur pierre à
tacle n’en est qu’au stade prépa- taires. Vincent Afchain et Maïa l’édifice. Comme pour VibratO, 4
ratoire. Pourtant les bases sont Commère ont déjà créé de nom- entre-sorts sont préparés et ils
déjà là avec tous les appareils breux spectacles (en comédien ou changent après chacune de leurs
d’enregistrement qui pour la plu- en producteur) et ont participé à représentations. Dans leur spec-
part fonctionnent, souligne Vin- une Web radio. tacle, ils ne font pas participer le
cent Afchain. Les textes aussi sont public, mais ils communiquent
Pas vraiment d’histoire
prêts, il ne reste plus qu’à les ap- avec lui par des regards et en
prendre. Malgré ces petits détails, Dans cette pièce de théâtre, l’his- s’installant à côté de lui. « C’est
le spectacle est déjà bien cons- toire racontée par les person- pour provoquer de l’émotion »,
truit et fait l’unanimité auprès du nages sert simplement de fil con- nous dit Vincent Afchain. (…)
pré-public, comme nous dit Vic- ducteur pour lier les différents
La Fausse Compagnie, c’est quoi ?
C’est une compagnie basée à la Roche Posay, créée
en 2007 par Thomas et Claire-Noël Le Saulnier, qui
réalise des spectacles (comme VibratO ou le chant
des pavillons) et organise un festival (le Folies Bas-
tringue Festival). Ses membres font un travail au-
tour des instruments Stroh (instruments à cordes
inventés dans les années 1900, dotés de pavillons
pour faciliter l’enregistrement, disparus très rapide-
ment) et réalisent des spectacles qui sortent de
l’ordinaire…

(…)
Avant tout une expo
D’habitude, la « Fausse Compagnie » réalise
des spectacles musicaux, mais pour la pre-
mière fois, ils choisissent de changer de
thème, en abordant l’enregistrement.
Mais cela ne sort pas de nulle part, en effet
le spectacle est issu d’une exposition que la
« Fausse Compagnie » a déjà présentée.
L’idée et l’envie du spectacle sont venues
après.
La plus grande partie des pièces utilisées
servait déjà pour l’exposition, mais ils en
ont quand même obtenu d’autres grâce à
des dons. Après parfois plus de quarante
ans passés sans utilisation, il faut souvent
réparer les objets donnés et il est difficile
de trouver des bandes magnétiques, des
cassettes et surtout des rouleaux de cires…
pour pouvoir enregistrer sur les anciens
appareils. Mais heureusement, ils ont trou-
vé un fabricant et ont pu ainsi se procurer
des rouleaux vierges. L’organisation doit
être au top puisque pour chaque représen-
tation ils devront emmener tous les appa-
reils d’enregistrement. En plus de cette
contrainte, Vincent Afchain et Maïa Com-
mère n’ont pas de techniciens pour des
raisons économiques, mais aussi parce
qu’ils souhaitaient faire un spectacle en
petit comité.
La première représentation de « Vibrations,
la petite histoire de l’enregistrement so-
nore » se déroulera à Lathus Saint-Rémy en
mai 2020 (date précise sur le site de la
« Fausse Compagnie » :
http://www.lafaussecompagnie.fr/

Victor Maisonneuve