Vous êtes sur la page 1sur 4

Société tunisienne de l'électricité et du gaz (ίΎϐϟ΍ ϭ ˯ΎΑήϬϜϠϟ ΔϴδϧϮΘϟ΍ Δϛήθϟ΍) (STEG) est une société tunisienne de droit public

à caractère non administratif. Créée en 1962, elle a pour mission la production et

la distribution de l'électricité et du gaz naturel sur le territoire tunisien.

La STEG est la deuxième plus grande entreprise tunisienne par son chiffre d'affaires en 2009.

 

c c

Vc

c

±c 

c

Ê ± Vc 
c

 ± V Vc 
 c

 ± V ±c 
c

 ± V c
c

Ê ± ±c  c

Ê ± c
 

c

Ê ± c 
c
 
 c

c  c

c c cc

>c

!
c

'c"
c#  c

istoire[modifier]

Jusqu'en août 1959, l'industrie électrique tunisienne est répartie entre huit sociétés différentes. Ayant décidé de prendre provisoirement en c harge ces sociétés, l'État tunisien place, le 15 août 1958, un

comité de gestion à la tête de l'une de ces sociétés connue sous le nom de (ompagnie tunisienne d'électricité et transports. Par le décret-loi n°62-8 du 3 avril 1962, l'État met fin à cette situation en

créant un monopole public confié à la STEG.

Peu après, une politique d'électrification est mise en place qui, en une quarantaine d'années, fait passer le taux d'électrif ication urbain de 20 % à près de 100 % et le taux d'électrification rural de 6 % à

99 %.

Activités[modifier]

Production[modifier]

La STEG dispose d'un parc de production diversifié composé de 25 unités de production d'une capacité totale de 3 300 MW ; trois nouvelles centrales sont en chantier 5.

Par rapport aux choix technologiques utilisés dans les centrales, voici le tableau de répartition 6 :

 thermique vapeur (40,1 %) ;

 cycle combiné (29,2 %) ;

 turbine à gaz (28,2 %) ;

 hydraulique (2,1 %) ;

 éolienne (2 % en 2010).

Alstom Power a été successivement chargée de la construction des centrales de la STEG, à Radès (1994), Sousse (2001) et Ghannouch (2009)7 .
  
´ li  [  ifi ]

   
P
li l  S E   l 
 i El Ali

            ! " " " "!  !"  ! !  #$  ! %&&' (   )!l *,  ili  "! l "ti! " l+ !)i li!! , i)! !
S E l it , ill ,l li Si i D tl t i t . i t

!tt $ l SE ! %&&,  l f!it " ,- t. i! "+ li!! . /0 "+!t ll !t i!tll  "! l  )i! "+ El Ali  t l t 1 K#.t , "! l )$!t " Bi2t.  3t ttl "

tt  ti! + l4$ 1 50& *illi! " "i! 6 . 7 " !$  li!, "+! it " 0& 89 #!, ti!t l "ti! ttl " l+ !)i  1 -'& 89, f i!t " l  !ii l

i!il "t f  ii! "+ lt iit "+i)i! li!!. +!t  ! $i "  " ,  $  fi! %&&,, ! +t   ! fft  1  j.

:   
S l i; [  ifi ]

    !#   *    + ! " ! " + !)     ! !    " $    


S E l ît i t li t ti l i l i i i . Ell l t i :

 S l i
< = >? @A<t<B<lt=ïCD? : E?tt? FG?>Hi? ?IiJt? ?G KDGiJi? L?@DiJ l? LFMDt L?J =GGF?J NOPQ ; l= @>?R iS>? T?Gt>=l? @A<t<B<lt=ïCD? ?G KDGiJi? ?Jt iR@l=GtF? @>SJ L? Sili=G= =B?T DG? T=@=T itF

L?UQ VT J< WQ XVA @=> =G <D> = @F> <L? YQQOZYQNQ = K [ @>FB< \ GJ = = <G L? U QQQ VT L? < J J< = >?J @A< <B< = CD?J G >? YQNN ? YQNW ?J ? <> J J?><G F ?GLDJ ?G BD? L?
k it .P l i ,l S E it l i t ll ti k t it l i t lt ï .E t t ,l ff t t t

\ GJ = = <G L? NQ QQQ VT L? < J J< = >?J]


li t ll ti k t it l i .

 S l i
< = >? tA?>R<L^G=RiCD? : _= SKE[ @><j?tt? L? >F =liJ?> DG? T?Gt>=l? tA?>R< ZJ<l=i>? L? Y` XV a l\A<>ib<G YQNW cd.

 S l i
< = >? tA?>RiCD? : _= JD>f=T? t< t=l? iGJt=llF? L? TA=Dff? Z?=D J<l=i>? =B<iJiG? l?J WWY QQQ Re ?G YQNQ. E? J?Tt?D> ?Jt f<> t?R?Gt JDMB?Gti<GGF @=> l\Ét=t, l= SKE[ j<D=Gt DG >ôl? =Ttif L=GJ l= R iJ?

JD> l? R=>TAF LD TA=Dff? Z?=D J<l=i>? ; ? ll? JFTD>iJ? t=Gt l? f<D>GiJJ?D> CD? l? M=ill?D> L? f<GLJ ?G JiR@lifi=Gt l?J f<>R=litFJ @<D> l? Tli?Gt ? t ?G lDi @?>R? tt=Gt L? @><fit?> L? @=i?R?GtJ FTA?l<GGFJ f .

P
<D> LFB?l<@@?> l?J FG?>Hi?J F<li?GG?J ?t J<l=i>?J, l= SKE[ = T>FF ?G YQNQ DG? fili=l? LFLiF? K [ FG?>H ?J >?G<DB? =M ?J
:S E i l l .

gh j n
â l i i [klmifi o]

pqrs tu vqwsx txs y w s rxs tu z wq{xy|rx }~~ x €rs txw wx x ‚ | t wx xw vƒ„r…x „ † ‡ tˆxw „yxr xs  utxs rx „ {xs „u t{x q€€xyxw tx ˆ xv r v  „u yq‰xw tx ˆ wxr… x
il i i t ,l i t Zi l A i i B Ali l S E t l t l ti « l t l l t i it l i

wuvl„irx » ; lx €rqjxt €r{qit l„ vqwstruvtiqw tˆuwx vxwtr„lx wuvl„irx tˆuwx v„€„vit tx Š~~ ‹Œ tqwt lˆxwtrx xw fqwv tiqw iwtxr{ixwtr„it  lˆƒqr iŽqw }~}~. Uwx vxllulx sur lx sujx t xist„it vx€xwt„wt  l„ S†E‡

tx€u s „ w txs „wwxs Š‘~ y„ s  „ € „vx xw sqyyx


i l fi i t it l il.

’“”•– n
T  [klmifi o]

p„ † ‡ …— rx x r„ws€qr tx qu x rsx„u w„ qw„  xv r ˜ux ˜u vqy€qr x ‘z €qs xs † ™ ™Šz qy— rxs tx …wxs † v w˜ …wxs tˆ w xrvqwwx qw „{xv ˆ …r x x txu …wxs tˆ w xrvqwwx qw „{xv
S E l t t t tl ti l l ti i t t H , kil t li H , i li i t i l Al i t li i t i

„ pi|‰x .
l

P
qur lx …„Ž w„turxl, l„ S†E‡ tis€qsx tx } ~~ kilqy—trxs šs„ws lx tr„wstuwisixw› €qur lx tr„ws€qrt iwtxr‚r…iqw„lœ.

• n
Di ib i [klmifi o]
Ÿ Ÿ ¡
L STEG žx l i   liq       138 798 kil m (2008)   li  m   b i 
E 2009 3, l  mb   li   liq    l  à 3 056 383 ;
Ÿ ¡
l  i  liq   ll  im à 14 148 GWh
P  l iib i   , l  i i   9 500 kil m q i m ' ii  i  l liq ,

576 i i ill, 468 331 m  312 hôl 3


L STEG 'x 
¢£ /¤¥ /¦¤¤£ § ¨ © ª«¢ f¬ i­

N t
® ¯ °®±¯²²¯ : ³.´´/µ
³
y
y 2

y 3

y 4

y 5

ote moyenne : V
 /5 (1 note)
—   
         


ße savoir-faire de la S E s¶e porte en Afri ue noire, un savoir -faire fruit de


plus de uarante ans d¶e périence ui lui a permis de gagner la confiance d¶un
certain nom re d¶entreprises étrangères d¶électricité et de gaz en Afri ue Su -
Sa arienne

ßa dernière, et ce, n¶est guère la moindre, la réalisation clé en main d¶un projet
pilote au Rwanda pour la liaison des milieu rurau en électricité de
V 
foyers pour un investissement de V millions de dollars
Un projet pilote ui a
été inauguré récemment par M
Ot man Ben Arfa, Président du (onseil
d¶Administration de la S E Internationale Services et P - de la S E en
présence des autes autorités rwandaise

(ette réussite de la S E ui a o tenu le satisfecit des autes autorités


rwandaises a permis la S E Internationale Services de signer un autre
accord plus important d¶un investissement de   millions de dollars pour
réaliser un projet de liaison électri ue au Rwanda pour  mille familles

 conventions de coopérations internationales


Rappelons ue la S E Internationale Services sis est une société anonyme,
d¶un capital de  mille d inars tunisiens, créée en octo re , Sis a réalisé
dès son premier e ercice  un c iffre d¶affaires de , M dont 
l¶e portation, c iffre u¶elle a uadruplé dès la fin du premier semestre 

A cet effet, et depuis uel ues années, l¶orie ntation de la S E est de valoriser
ses compétences et son savoir -faire par la réalisation de projets pour le
compte d¶entreprises ara es et africaines, et ce, grâce  agents S E
actuellement en coopération tec ni ue et aussi au  conventions de
coopération signées avec  entreprises omologues dont VV entreprises
ara es

A ce sujet nous citons:


- ßa réalisation d¶un système de tarification et de
gestion de la clientèle pour le compte de l¶entreprise
mauritanienne de l¶électricité

- ߶étude et la supervision de la réalisation d¶un réseau


moyenne tension ji outi

- ߶étude et la réalisation de plans directeurs


d¶électrification rurale au c ad et au Sénégal

- ߶électrification de  villages dans les Iles de (omores

- ߶assistance tec ni ue et le conseil pour le développement du réseau de


transport d¶électricité du Yémen

- ße contr le de l¶étude mécani ue et la supervision des travau de


construction d¶une ligne moyenne tension ji outi

- ߶étude du plan directeur d¶électrification de  vil les au c ad en association


avec un ureau d¶études suisse et un ureau d¶études tunisien

Un projet grandiose au (ameroun


Et en cours de négociation concernant un projet d¶étude pour la réalisation de
l¶électrification de plusieurs villes et villages au (ameroun
Il s¶agit d¶un projet
d¶une valeur de  M

ße savoir-faire tunisien n¶est plus un slogan, c¶est un fait ue la S E a mis en


prati ue en Afri ue malgré la concurrence des grosses entreprises mondiales

Un coup de c apeau pour la S E et on v ent pour ses compétences

La STEG entretient ses relations avec ses clients à travers 38 districts et 90 agences.

(oopération internationale [modifier]

La STEG crée, en octobre 2006, une filiale intitulée       (SIS). SIS, se basant sur l'expérience et le savoir-faire de la STEG, vise des marchés potentiels sur le plan local, mais

également et surtout en Afrique et dans les pays arabes du Moyen-Orient.

SIS réalise dès son premier exercice en 2007 un chiffre d'affaires de 3,2 millions de dinars , dont 80 % à l'exportation, chiffre qu'elle quadruple dès la fin du premier semestre 2008. Elle parvient à gagner la

confiance d'un certain nombre d'entreprises d'électricité et de gaz en Afrique subsaharienne . On peut citer parmi les pays où SIS est intervenue : ¶jibouti, Comores, Yémen, Tchad , Rwanda et, en cours de

négociation, le Cameroun pour un projet d'une valeur de 70 millions de dinars 1 1.

La Société tunisienne de l'électricité et du gaz (????? ? ???????? ???????? ?????? ) (STEG) est une société tunisienne de droit public à caractère non administratif. Créée en 1962, elle a pour mission
la production et la distribution de l'électricité et du gaz naturel sur le territoire tunisien.

Jusqu'en août 1959, l'industrie électrique tunisienne est répartie entre 8 sociétés différentes. Ayant décidé de prendre prov isoirement en charge ces sociétés, l'État tunisien place, le 15 août 1958, un
comité de gestion à la tête de l'une de ces sociétés (connue sous le nom de (ompagnie tunisienne d'électricité et transports). Par le décret du 8 avril 1962, l'État met fin à cette situation en créant un
monopole public confié à la STEG. Peu après, une politique d'électrification est mise en place qui, en une quarantaine d'anné es, fait passer le taux d'électrification urbain de 20% à près de 100% et le taux
d'électrification rural de 6% à 95%.

Le nombre des clients de la STEG au réseau électrique est évalué à 2 500 000 et le nombre de ses clients au réseau degaz naturel à 180 000 (juin 2006). Sa production électrique annuelle est estimée à
10 000 GWh.

Lors du Conseil des ministres du 3 novembre 2006, le président ·ine el -Abidine Ben Ali charge la STEG d'entamer les études relatives au ¸ développement de l'électricité au moye n de
l'énergie nucléaire. ¹ Le projet prévoit la construction d'une centrale nucléaire d'une capacité de 900 MW dont l'entrée en fonction interviendrait à l'horizon 2020. Il faut savoir qu'une cellule sur le suje t
existait à la STEG depuis la fin des années 1970 mais était en so mmeil depuis.