Vous êtes sur la page 1sur 1

Sollicitations, flexion simple

On considère une poutre simplement posée à ses deux extrémités, distantes de


la portée l, sur deux appuis simples. Cette poutre est soumise à l’action d’une
charge verticale descendante P appliquée à mi-travée.
Cette poutre est isostatique c’est-à-dire que les équations de la statique suffisent
à la détermination des réactions d’appui.

Les sollicitations internes dans une section droite Σ : effort normal N, effort
tranchant V et moment de flexion M s’obtiennent en imaginant une coupure Σ qui
sépare la poutre en deux parties. Le tronçon situé après la coupure est en
équilibre sous l’action des forces extérieures qui lui sont directement appliquées
et sous l’action du torseur N,V,M s’appliquant en Σ. Ces sollicitations internes
s’obtiennent en projetant le torseur résultant de toutes les forces situées à droite
de la coupure sur les trois axes portant N, V et M.

Dans le cas précis de notre exemple l’effort normal est nul dans la section Σ, la
section est soumise à une flexion simple caractérisée par le moment de flexion
M. Sous les actions appliquées la poutre se cambre vers le bas, la fibre inférieure
est tendue et la fibre supérieure comprimée. Il est vital en béton armé (le béton
ne résistant pas à la traction) de ne pas commettre d’erreur sur la position de la
fibre tendue, celle-ci est repérée en résistance des matériaux du Génie-civil par
des tirets.

ENPC – Module BAEP1 – Séance 1 40