Vous êtes sur la page 1sur 1

§888 - Le futur antérieur.

a) Valeur générale. Le futur antérieur exprime un fait futur considéré comme accompli, soit par rapport à un autre fait futur, soit par
rapport à un repère appartenant au futur et explicité par un complément de temps :
Je te promets de t’écrire, dès demain… dès que tu seras parti (Gide, Porte étr., ii ). — Chacun récoltera ce qu’il aura semé. — Encore un
an, et une nouvelle ruine se sera ajoutée au paysage (Vailland, Beau Masque, Épil.).
b) Emplois particuliers . Le futur antérieur peut concerner un fait passé par rapport au moment de la parole, mais qu’on envisage par
rapport au moment où il sera vérifié.
1° Pour énoncer une explication probable (comp. § 887, b, 3°) :
Pauvre enfant ! On t’a maltraitée, c’est ta femme de chambre qui t’aura trahie (Musset, Il ne faut jurer de rien, III, 4). — Je viens donc
de tomber à mon insu dans quelque action qui vous aura déplu ? (Stendhal, Rouge, II, 31.) — J’aurai laissé mes lunettes en haut. Courez vite
me les chercher ( Boylesve, Mlle Cloque, ii ). — En vérité, dit-il, je n’entends rien. Vous aurez rêvé , Madame ( Genevoix, Forêt perdue, p.
181).
2° Pour donner plus d’ampleur au fait en prenant un point de repère dans le futur :
En quelques jours, j’aurai vu mourir deux mondes ! (E.-M. de Vogüé, Les morts qui parlent, p. 442.) — Tant qu’à faire de n’être pas
heureux, j’observe de près, à travers souvenirs et mémoires, ce qui aura été notre malheur sous trois républiques ( Mauriac, dans le Figaro
litt., 16 sept. 1965). Avec vouloir, chercher au futur antérieur, la volonté est présentée comme subsistant dans le futur jusqu’au moment de la
conséquence : L’un d’eux [= de leurs enfants] était-il indisposé, le comte employait tout son esprit à rechercher la cause de cette souffrance
dans le système adopté par sa femme. […] « Si vos enfants retombent malades, vous l’aurez bien voulu . » ( Balzac, Lys dans la v., p. 186.)
— Si ces jeunes gens sont fusillés, c’est qu’on l’aura bien voulu ! (id. , Ténébr. affaire, Pl., p. 521). — On dit même, en constatant un fait : Tu
l’auras cherché !

© De Boeck Supérieur s.a., www.lebonusage.com Page 1 of 1