Vous êtes sur la page 1sur 4

VUECHENCO ANNADO, Na 284

Nàutri, li bon Prouvençau,

Au sufrage universau, Voutaren pèr l'bli

E faren l'aiôli.

F. MISTRAL.

QUE N?A I CREM,I INT TIR ES FES I'ÈR 1aUES (7, 1 7, 27)

BURÈU DE REDACIOUN

E D'ABOUNAGE

Vers

FOLCb DE BARONCELLI

au palais ddu Roure

EN AVIGNOUN

Vidoun, Vidau,

Segound la vido

Lou journau.

(Prouvèrbi di meissounié.)

PRES DE L'ABOUNAMEN

Un an

Sièis mes

Tres mes

Estrangié

Lou numeré

10 fr.

5 fr. SO

3 fr.

12 fr.

10 centime

Baile dôu jour eau

FOLCÔ DE BARONCELLI

Tis iue blu.e

Tis iue blu soun li grand clar

Ount navegon mi pensado ; Uno aureto vèn dôu cèu E caligno lis oundado ;

Es cargado de perfum,

De cansoun es trusissènto,

E mi velo à soun alen

Sèmblon d'alo fernissènto.

La niue subre li grand clar

Proun de tèms a fa l'empèri

L'aubo pounchejara lèu Emé d'inne d'aucèu lèri.

Es la fèslo de l'amour

Que davalo dis auturo. -

DÀJ

Sus li clar de tis iue blu Vau à la bello aventuro.

0 U

e'

Marius André.

t'A O U L

` G 0

- SCENO D'APRÈS NATURO --

Dire qu'avans vue jour, coucharen dies la chambro dôu

Papo ! Se n'anan crèire, que !

Ismaèl. - Belèu vo 1 Ansèume. - Sara bessai pas dins la siéuno,de chambro

dôu Papo, mai dins aquelo dôu Vicelegat, just en dessus,

o de si garçoun d'estable, amount au vuechèime, sont Il

téule ; mai ié fai rèn, saren toujour dins un palais e

trouvaren uno diferènci, tu emé toun oustalet de gra-

nihaire e iéu emé la granjo.

Ismaèl. - Belèu vo ! uno bravo diferènci

Ansèuine. - Soulamen t'avertisse, faudrié pas faire li sousprés, pas rechechina courre de niais, mai èstre se-

rious, qu'autramen se grirçarien de nautre lis ancian,

nous embouitarien.

Ismaèl. - As resoun

Oh ! veiras que quincarai pas.

Sabe ço qu'es la rouspetanço.

Ansèume. - A la bono ouro !

D'abord nous van

mena dies uno grand salo, pèr nous douna un coumplèt.

Aqui l'aura de cavau de braio, de tunico, de kèpi. Fai

bèn atencioun de chausi de braio proun longo. Vau miés

n'i'en revira mié-pan que de n'i'apoundre mié-det. E se

te venien qu'au geinoun, tant te li faudrié garda. E ris-

cariéu pas d'ana permena 'mé tu dins Avignoun emé de

braio que ti Loutèu se veirien, auriés trop l'èr béfi.

Ismaèl. - Agues pas pbu d'acù !

Li chausirai proun

longo.

la tunico, moun orne, es courto en

tduti. Just finis ounte l'emisfèri Loureau acoumenço.

Errai li godillot, fau pas que siegon estré, que Ii pèd soun

lèu en poustemo. En-avans marcho ! e te fau toujour

Ansèume. - Ah !

Pèr ço qu'arregardo lou kèpi, i'espar-

gnon jamai lou drap ni loir cuer. Te ié fouton uno ausso

que n'i'anarié tres de tèsto dedins, noun pas uno, em'

fila quand meure

un téule qu'es un envans pulèu qu'uno alo. T'avès l'èr

chouio aqui dessout

Mai sabe l'estè. Avans de Ion

bouta, se met au sbu e pan ! un cop de pèd que loti re-

founso e l'assouplis dôu cop. Après se pbu metre : avès

plus tant marrido façoun, vo.

Ismaèl. - Li sabes tdnti, tu

Ansèuine. - Ah ! te ri'aprendrai bèn d'autro. Veses, ai

a-deja estudia moun afaire,estènt que vole deveni capou-

rau ; l'ai passa,davans lou Palais, errai darrié, e Ion cou-

nèisse.

Nous baiaran tambèn tout l'atirai pèr courdura : sièis

agu'io, un estuei, un dedau, tres boubino de fiéu pas

dôu meme, em' uno leseno.

Ismaèl. - Uno leseno ! Perqué uno leseno ? Ansèume. - Si, si-fe, uno leseno. Coumprenes que, de

viage que i'a, fau courdura d'afaire tant groussié, tant

dur, de cuer, qu'emé la leseno fasès Ion trac e pièi passas

emé l'aguïo.

Au despampage. - Doua venard. - Lu fueio de

routo. - Au Palais di Ppo. - Li bravo trop

longo. - «oume faa amata lou kèpi. - eerqué

vous baion uno leseno. - La cantiniero dôu ba-

taioun. -- Lou cousinié en segound. - Grrilioun

espanta. - Un rude mèstre d'escolo. - Li tar-

nagas. - Lou porto-mounedo. - «Scriptum est. »

Van mai parti, la jouinesso, couine tôuti lis an, quand

li souco despampon e que la cisampo vous empebrouno

Ion nas ; lis un pèr soun an, es li fourtuna, li crespina,

fiéu de véuso o soustèn de famiho, e lis autre

mesquin 1 - pèr tres an de rousiga la vaco enrajado.

- oh !

Soun di venard, Ismaèl de la Jauriflado em' Ansèume

di Meichant, e alor, se fan de bon sang, li darrié jour au

pais, e vague de ribouta e de g-ileja e rigouleja couine

dons arquin de la costo pleno.

Ansèume. - Bèn, aquelo fueio de routo,l'as reçaupudo?

Ismaèl. - Vo. Just adem Itin. Lou gendarmo m'a di de

l'ana querre à la gendarmarié. lé siéu ana. M'a fa signa.

det, ddumaci me lan-

La plumo me tramblavo entre li

guissiéu de saupre ounte anave. L'a coumprés, e : « Es

Ismaèl. - Ah 1 coumprene.

Ansèume. - Acb ci courre per destingui la cantiniero

li dôu bataioun emé Ion cousinié en segound, li sabes des-

tingui, tu? Ismaèl, - Pas niéu ! Noun ! En que se destinguisson ?

Ansèume. - La cantiniero se destin,uis à la co.ilour

dôu riban qu'a au cbu. S'ei loir meure qu'aquelo de voste

poumpoun, es la vostro ; s'ei pas loir meure, l'es pas.

E Ion cousinié en segound se destinguis en ço que

aquéu moussu a toujour d'esclop. Lou saupras aro, que ?

Ismaèl. - Vo, leu sauprai.

Ansèume. -Eh! bèn, se lé rèndes pas lis ounour

en Avignoun »

m'a di. Moun orne, ai parti couine un

couine fau, es emé iéu qu'auras à faire !

Bouto, i'a

fbu, aviéu signa qu'à miejo. Dansave couine un chivau-

frus pèr carriero : tôuti li gènt m'espinchavon esbuta.

Lèu-lèu que Ion siéu vengu dire à l'oustau

E tu ?

Ansèume. -- Iéu tambèn l'ai reçaupudo. Vau en Avi-

gnoun tambèn. Saren ensèn, Au Palais

Dons lignard.

Crihoun sus la plaço dôu Palais, mai, entre me vèire ma-

d'ounte sort

noubra, sara espanta ; ié veira plus ; dira :

aquéu bougre de marrias ? car n'en sabe mai que ço que creses pèr l'eisercice. D'abord, pèr la bbusso, t'embrigue

uno pendulo sus uno chaminèio de dons mètre trento

d'aut sènso me desrenja. E tôuti il mouvemen, te sabe

acù de fiéu en courrejo

Ismaèl. - Viedauco, moun orne ! Es pas capourau alor

que passaras, es generau ! Ansèume. - Generau ! generau ! agues pas l'èr de te

garça de iéu : espèro de m'agué vist à l'obro peravans.

Siéu esta adrahina de bono ouro, veses, au mestié de

piéu-piéu. Avian un mèstre d'escolo, quand i'anave, que

nous menavo cou me uno bèsti fèro ; entre que mancavian

Ion mouvemen, pan ! un cop de pèd dies Ion quiéu que n'avian li brihaudo. N'ai reçaupu de bèus un ! Siéu en taro tana au rode.

Isrnaèl, - Me n'en diras tant que te creirai

Ansèume. - Pos t'avisa que siegue pas lèu Ion tiéu, de

capourau

Ismaèu. - Oh ! t'amariéu mai qu'un autre. Me fariés la

man.

Ansèume. - Oh ! crèi te-lou 1 Uno fes sus li rèng, l'a

plus d'ami! Mai ço que m'agradarié forço,sarié de faire

manoubra aquéli sàcri tarnagas que coumprenon rèn de

rèn. lé mesclas si man, rèston aqui estela que Il sabon

plus tria. Sariéu dins Ion cas de li leissa planta aqui au

rode couine de sause-plouraire

Ismaèl. - Sara pas iéu toujour que me lé leissaras

ansin planta !

Ansèuine.- Ah! qa saup ! Veiren acb bèn lèu. Es ton-

jour que

un pichot cop de man pèr lou vieja encù de la cantiniero

ddu bataioun. E pièi, couine l'ai toujour di à mi gènt

garnis bèn toua porto-mounedo,gne te baiarai

quand n'en parlon :

« Se ié petan, à la troupo, que lé

peten ! marco que sara ncsto ouro. Scriptum est ! »

Lou felibre de N.-D.

A T,'EITTOÜR

DE

MOULA VIEI AVIGNOUN

LOU CHAINE-VERD

Veniéu d'agué la vesito d'un cousin arribant pèr leu

proumié cop en vilo papalo ;

sabato pèr tout cuire e cantoun en dedins di bàrri, un bèu

après ragué fa tirassa si

matin l'idèio me venguè d'uno escourregudo sus li bord dôu Rose ; adonne après agué quicha 'n age dins l'aigo-

ardènt, blouquerian li guèto e fai tira, Marius

- Nous carguen pas de biasso, qu'anaren au Chaine

pèr tia Ion verme ! -

Entre parla dôu Chaine, éu me respoundeguè que ;.

n'amavo pas lis aglan !

- T'esfraies pas, galejaire, mounte i'a d'aglan li ra-

basso soun pas liuen e la fricasso de l'oustesso Gatoun

l'es bèn tant requisto que se n'en parlo en foro de l'en-

countrado. -

La permenado finido, anerian espera Ion crespèu e

li

toumo fresco dessouto un autin verdejant dôu celèbre

cabaret, mounte l'AVignoun, groumand courre un cat de

juge, vèn faire si freto i jour de festenau.

La guingueto dôu Chaine-Verd e la famiho Abriéu

que

lé viro l'àsti desempièi l'an de Diéu 1819, acb es pèr lis

Avignounen un roumavage mounte s'entaulon lis afama de bon fricot e de plat requist.

E pièi aqui ton prenès à l'aise e, s'acb vous agrado,

boutas li couide sus la taulo, lou salamalè dis hotel n'es-

tènt foro bandi, tqut ce ié passo sènso ceremèni, à la

BMVR - Alcazar - Marseille

bono apoustoulico,e sa cousino à la meinagiero vous a un

goust esquist qu'encitarié l'apetis di gènt li mai besuquet. Aqui res mastego pèr lis image, e pièi l'èr dôu Rose e

di colo vesino, perfumado di lavando e di roumanin, vous

boutarien lou ruscle, s'èro causo necite.

Siegue noço, fèsto de famiho, acampado de mestierau,

tout es uno resoun pèr landa au Chaine ; e la farandoulo

tiro de long, farandoulo de pratico avant seca li flasquet

pôussous de soun celié que sènt pas ]ou mousi.

Un nouvèu camin d'Aramoun vous ié meno ras de l'aigo,

à dons pas dôu vièi pont de bos, e d'aquelo draio la visto porto dôu Ventour is Aupiho. l'a que quàuquis an, avans

lou traça dôu camin de ferre, s'anavo au Chaine en escar-

limpant sus l'auturo, en un camin d'acourcho, draibu de

cabro à l'apèns de la Justiço,aquéu mourre en fàci d'Avi-

gnoun,d'ounte Bonaparte en 93 canounè nosto ciéuta alor

i man di Marsihés federalisto. Au-jour-d'uei es d'en bas

de la calanco que l'on s'adraio enjusquo à la Villa qu'un

rùssi, lou comte Micoulau de Semenow, ié faguè basti, i'a

proche de 40 an, e mounte acampavo li felibre sis ami,

i proumié jour de la reneissènço di letro prouvençalo. En agtiéu recàti souloumbrous, li vers enchusclant de lllirèro

e de la Vènus d'Arle se soun ausi à soun espelido, ca-

dença pèr lis oundo bressarello dôu Rose poutouna.nt li

ribo abouscassido d'aquéu taire poufti.

Es pèr n'en veni à dire que lis artisto an d'acb di

groumand, l'estè de chausi

li rode e subre-tout li bon

;

apoundren que Ion Chaine n'a jamai manca d'artisto à

l'entour de sour cremascle : Corot, Bigand, Grivolas, Sain

e foço àutri l'an pintourleja en si draio sôuvertouso.

E pièi noste Chaine-Verd es la guingueto qu'a lou mai

de renoum per alesti li lapin em' uno talo sausso que li

galavard se n'en lipon li det enjusquo i couide.

Acô me remento de vous faire eici lou raconte d'uno

riboto qu'uno chourmo de bon gouapo i'anèron

noun sai en quinte ounour, mai, codine se dis

faire,

« Qu sant que siegue, ora pro nobis 1 »

Èro esta questioun de l'ana manja 'no lèbre e, coume icoulè2o èron en noumbre, se faguè re^oumandacioun

à Mèste Abriéu d'apoundre à la taulado un lapin

chambro, pèr pas manca de pitanço.

de

Sus Ion mouloun di coutrlo,n'i'en avié fini tres o quatre

counfessant dôu founs dôu cor n'agué jamai tasta ni

èbre ni lebraut, e que trefoulissien d'avanço au pensa- men de tau regbli ; nasti farcejaire placèron li tres da-

rut au bèu bout de la taulo enié lou plat de couniéu ; enterin ié cridavon erré la hocco pleno : - « Eh! bèn,

Tbni, eh ! bèn, Pèire, eh! bèn, Gricb, es bono la lèbre ? »

- «Osco seguro ! atrouvan qu'es un manja requist. » -

Basto, loti lapin passè pèr uno lèbre, emai di bono, à-

n-aquéli tres durbè, que canton encaro la glbri d'aquelo

ripaio.

Es de crèire qu'en aquéu jour lis oulo de Mèste Abriéu

fuguèron enferigoulado mai que mai e pièi, emé l'ajudo

dôu civié coume sabon lis alisca au celèbre Chaine-Verd,

leu lapinot passè eisa pèr un dis assôuvagi dôu Mounta- gnet vesin.

Enri Bouvet.

A PAU MÂRIETON

NCELII

DÔU FELIBRIGE

Li a quauque tèms, moun car e bon counfraire,

Que me mandères deus poulits estùdi

Sus iMlistrau, sus J%imin, troubaire egrègi.

Counèisse Ion prem ié de longo toco,

Que sèmpre lou legisse e proun l'araire

agu 'ntre lei man leis obro flamo.

Mai n'ai garda la meiouo souvenènço,

De l'autre un soul t coup, au bon de l'iàgi,

Ai

10 FUIETOUN DE L9AIbLll

Lou Creserèu

3oumèdi en ires ate e en vers

sentado pèr lou prournié cop au Tiatre poupulàri

de Gravesoun,

soute la direicioun dôu felibre Grabié Perrier.

L'aguère bée chaspa,

noste ome. Peso gaire.

A parti d'aquéu jour, marchè bèn moun afaire.

D'argènt, sabes que li coumés

L'aduguère plan-plan à

M'amuse emé li sbu que

n'avèn pas trop.

durbi soun magot.

pesque dins sa bourso.

qu'aveno la sourso ?

di de noun.

Perqué me geinariéu, tant

D'autant-mai que Janet m'a jamai

I'aprene lou francés

lé croumpe si capèu, coumande si coustume

Lou mounte, Ion

; Ion mene en Avignoun ;

descènde, e l'amosse, e l'alume,

;

N'en fau tout ço que vole

; es souple coume un gant ;

Pèr iéu es uno mino aquel estravagant.

Es miéu : Ion durbirai,

ve, coume uno miôugrano

n'aura plus pa 'no grano.

Lou lacharai que quand

T'afourtisse pamens qu'auriéu pas cresegu

Grando estimo pèr l'orne e pèr Ion libre,

Bèn qu'éu noun siegue franc de vitupèri

Pér soun encié contro Ion Felibrige

E soun despié mourtau de plus noun èstre

Dei pouèto lou rèi incoumparable :

Ai ! ai ! quant n'a perdu la vano croio !

- Te perdounan, vai, pouèto-rasaire,

Sian pas jalous : requiescas in pace.

T'a proun fa toun païs ta part de glbri,

Proun te rèndon ôumagi artisto e sàvi. - A tu, moun ami Pau, tourna m'adrèisse :

Dèves avé pèr t'es vint dins l'Aiôli

De vers miéu, que leu Mèstre noun rebufo

Trop indulcènt ! car noun siéu plus ço qu'ère

La Muso m'amusavo, vuei la rimo

N'es plus pèr iéu qu'un roumpemen de tèsto Sènte qu'es tèrns d'esclapa ma flahuto.

Tu longe-mai, literatour-pouèto,

Fai-nous de libre, proso o rimejado,

Coumo lei sabes faire e nous ajradon,

E meritaras bèn dôu Felibrige,

T'acampant tout-d'un-tèms ounour e glbri.

Adiéu, tèn-te gaiard ; iéu me tirasse

Bilous, endoulouri, dôu miés que pouede

Vers la toco ounte fau qu'arriben tôutei.

Ale dise entanto toun devot counfraire E vièi ami'l'bni-Blai Crousillat

Cterùin voluntas Dei semper flat!

Seloun, lion 21 d'ôutobre 1898.

fffl Vr

'0

Souveni d'un premier amour

(Seguido.)

Souvèn-te d'aquéu jour ; Ion diable èro pèr orto Jamai n'aviéu vist un aurige de la sorte,

Lou cèu èro cou me enrabia :

Es au gros de l'ivèr qu'aquéu tèms se passavo

Lis aubre, li téulis dis oustau revessavo,

Tout èro, aquéu jour, desavia.

Un negre nivoulas que l'azur escarrasso

Eila darrié, fouita pèr uno ourriblo aurasso, Nous adus la nèu quatecant ; Aquesto d :ja toumbo en d'innoumbràbli floco

Coume de mousco blanco. Aro la terro toco Ansin qu'un eissame gigant.

E dins un vira-d'iue la terre n'es crubido

En uno mar de la la naturo endourmido

Ec cambiado bèn vitamen.

Dintre li camin bas, dins li trau, dins li baisso

Lou vènt fai de cougniero, e di draibu, di faisso,

Lèu noun se pbu plus destria rèn.

Fèbus relusira deman ; emé de palo Anaren fa 'n draibu à travès la nèu pale,

Que leu mounde posque passa.

E s'un autre nevas venié mai de la sorte

Dins un autre moumen aplana tout pèr orto, N'aurian qu'à mai recoumença.

Aquéu vèspre falié, courre tôuti li sero,

M'enana tout soubet jusqu'avau en Rouiero

Sènso agué rèn pèr me curbi ;

Mai ta maire vesènt lou dangié sènso peno,

Animado pèr sa bounta - n'en èro pleno -

Au siéu vouguè me reteni.

Me faguèron intra'm' éli dins la cousino.

Au cafre d'un bon fue, dapèd d'elo, Adelino,

D'asard m'enanère asseta ;

Aqui s'entretenian, tôuti, de la bourrasco

D'arriva jusquo au poun ounte n'en siéu vengu ;

Verai, coumtave pas que poussèsse li causo

Jusquo à me prepausa ço que vuei me prepauso.

Me sufisié, crèilou, de l'avé dins la man.

Pousqué de soun argènt dispausa 'naaro un an

Èro pèr iéu, segur, la meiour dis aubeno

E d'ana mai avans auriéu pas pres la peno.

Vbu que prengue sa chato ! Eh' sariéu bèn foutrau,

S'aproufichave pas l'ôuferto dôu pougau !

D'ôucasioun courre acb n'i'a jamai de dougeno.

La durbiriés, ta man, quand la s'entes bèn pleno ?

E vaqui, perqué vuei vène coume amourous

Sèns l'èstre.

SAFOURIAN

Lou sarés pèr pau qu'agués de goust.

ENRI

Au- mens di picaioun.

SAFOUBIAN

N'a segur, emai foço.

E NRI

Tant-miéus. Prendrai la chato e pièi farai la noço.

SAFOURIAN

Sèmbio que sial segur d'ajougne veste le !

EN RI

Autant segur qu'acb, moue ome, es meun gros det

La voulounta de Jan es talo ; aurai la fiho.

Que venié s'abriva sus nous autre, la masco, E que falié proun aceta.

Aperaqui vers li sièis e

Acb 's à dire quand venguè Ion

moumen quouro Lou repas déu sero èro lèst, Sus la ceunvidacioun de l'oustesso, sa maire, A taule preniéu plaço em' éli coumeun fraire

rniejo o sèt ouro,

Au" mié d'Adeline e d'Ernèst.

Li vidure, se'voulès,

Mai èron bèn couina. Pièi que voulès qu'eisiste De meiour, de mai sabourous

Qu'une vivèndo aducho,

De la man d'une maire à-n-uno

noun èron pas requiste,

arrenjado, couiudo

pretendudo, Pèr soun jouine e gènt amourous ?

Quand leu repas fuguè fini, taule levado,

Au taire d'un bon fib faguerian la vihado

Un parèu d'ouro toui

ensèn ;

Mentre acb manjavian de requisti castagno

Qu'arrousavian em' un

eicelènt vin d'Espagne,

Tout en parlant dôu marrit tèms.

Enfin la bono niue tôuti me souveguèron,

Diras la chambro d'ami d'aqui

Pèr ana'n pau se repausa

Lou lié que m'èro

Que de tout m'enfounsa

;

Trouba miés serié mal-eisa.

me counduguèron

ôufert èro tant dons, tant tèndre,

noun poudié se defèndre

Tre que m'ère coucha,

que dins tout l'entourage

pas leu mendre tapage,

N'ausiéu plus ges de brut,

De dins moun lié bèn amaga,

Ausiéu leu ventegas,

Deforo i paro-vènt, i

giela coume de maubre,

porto e dins lis aubre,

Davans éu fasènt tout plega.

M'a sèmpre fa plesi, me rejouïsse encaro

Quouro, bèn à l'abri, bèn

au taud, e pièi aro

Quand sian en marrido sesoun,

D'ausi sibla leu vènt i fenèstro,

Que vèn pica bèn fort i vitro, que li fueio

o la plueio

Volon en l'èr pèr virouioun.

Tambèn aquelo fes noun saupriéu

Quente plesi qu'aviéu, veritable delire

pas vous dire

1)'ausi la musico dôu vènt,

Tout en pensant qu'aqui, dins la chambro vesino,

Dourmiés pas Iluen de iéu,

tu, ma gènto Adelino,

Au mitan de ti bràvi gènt.

Noun pourriéu ni vourriéu ôublida

Que m'avias temouina dins aquelo estiganço Ni leu bon servici rendu,

Pas mai que leu plesi, pièi la

Proucurado à mi sèns pèr tant de

l'ôubliganço

franco alegresso

gentilesso,

Que n'en siéu enta counfoundu.

Dèves t'ensouveni d'aquéli memourable

Vèspre d'estiéu, que vuei pèr iéu soun introuvable, Ount li fiho emé lis enfant De sus leu grand camin, o bèn de sus l'eireto Que li gèntd. l'endré noumon « sus la couleto » Anavian ensèn en dansant.

Lou dimenche es aqui qu'après

Fiheto emai garçoun, fasian nosto

vèspro acabado,

acampado,

E pièi tout leu mounde en cantant, Après avé dansa la polka, la quadriho, De cade taire aguènt, li jouine-ome, uno fiho, Fasian pièi de brande charmant.

Cado calignairis, à cade repartido, Dôu siéu bèu calignaire èro pièi lèu chausido, E d'éu reçaupié 'n caud poutoun,

SAFOURIAN

Quauco-fes de la man l'anguielo

vous resquiho.

Lou paire es quaucarèn, mai la maire? Mioun ?

ENRI

Lou paire estènt pèr iéu, la majouro

questioun

Es reglado. E pièi, vai, la chato errai la maire Fugon pas toun soucit ; pèr iéu, me peson gaire.

SAFOURIAN

Li couneissès pas bèn.

ENRI

Soun pas leu diable, anen 1

N'ai assoupli deja qu'èron bèn autramen

Catihouso ?

SAFOU RIAN

Mai courre?

ENRI

Acb 's pas toun afaire,

Veiras : prendrai la chato e doumtarai la maire.

SAFOURIAN

Belèu. Sabès pas tout : n'i'a 'n autre d'amourcus.,, Couine lou prendra? sai, quand saupra que sias dous ?

A li poung dur, aquéu.

ENRI

Asso aven ! Mai, vos rire 7

BMVR - Alcazar - Marseille

Coume de soun constat la gentouno coumaire

Se viravo à soun tour de-vers Ion siéu coupaire

E i'ôufrissié soun gènt mourroun.

Li jue que dins l'estiéu fasian sèmpre en plen aire,

L'ivèr noun poudian pas o dôu mens gaire-gaire

E, pèr à-n-acb remedia,

pintre d'oustau d'ami te.iian la reünido

Ounte recebian sèmpre uno gènto aculido,

Pu gènto aculido noun i'a.

Aqui Ion noumbre amés estènt toujour enfrme,

Li raport entre nautre èron di mai entime :

Bèn urous quau poudié i'ana.

Sabes qu'à nàutri dons uno tanto coumuno

Fasié noste bonur souvènt. Queto fourtuno

D'èstre pèr elo un pan sousta !

Lèu ourganisavian, i carto, uno quatreto, 0 bèn fasian, segound Ion noumbre, uno sieiseto,

E zôu ! pièi, vague de juga ;

Tôuti s'amusavian tant bèn qu'à la sourniero

Meme nous adusien de-fes uno lumiero

E restavian jusqu'au soupa.

Mai se Ion pu souvènt tout acô bèn anavo,

De fes que i'a tambèn, la fiho s'acipavo

A dons o mai de pretendènt ;

Lou noumbre di galant aumentavo pèr elo

Segound qu'èro pu richo o pu gènto o pu bello 0 qu'avié l'èr mai avenènt.

Alouro se levavo uno lucho feroujo

Entre lis amourous

Souvènt uno iro roujo

Engendravo de batarié,

E meure quàuqui fes, pèr regla la querèlo

Neissudo de l'amour pèr uno damisello,

Anavon au prat-bataié.

E tu, sèns flatarié, qu

Pèr la taio, Ion biais, qu'ères enfin coumplido,

E qu'à tout acô rejougniés La richesso, qu'es pièi pertout tant pouderouso,

Que pren souvènt sa part à rèndre d'amo urouso,

' ères la pu poulido

Envejo à tôuti nous fasiés.

E s'aquélis en quau troutaves dins la tèsto

Prenien pas toujour part à la grèvo batèsto

Sôulevado pèr toue amour,

Se n'en trouvavo vun (es simplamen necite

De ié faire alusioun) que caminavo vite

Pèr me suplanta 'n toun entour.

Tant iéu coume éu, tantost batu, tantost vincèire,

Après esitacioun nous fères enfin vèire

Que la fablo noun mentis pas :

Au mié di dons larroun disputant la mounedo

N'en survenguè'n tresen que nous prenguè la predo

E nous meteguè vite en pas.

Un dimenche d'avoust, coume n'aviéu l'usage,

M'ère atarda 'n pan mai pèr rintra dôu vilage.

Just au moumen de m'enana,

Sourtiés de toun oustau, tout-d'nn-cop te veguèri

Que preniés Ion camin anant au cementèri,

Ço que me faguè retourna.

Ta visto m'avié mes tout Ion cor en derrouto,

De mis iue te seguiéu tout Ion long de ta routo,

En plaço istant palafica. Mai à-n-un di countour dôu camin que serpejo

Despareissudo, tu, me prenguè vite envejo

De dins ta courso t'arrapa.

SAFOURIAN

Noun, noun. N'en siéu segur.

ENRI

Ah! n'i'a 'n autre? Es Ion pire.

SAFOURIAN

Aurias pèu ?

ENRI

Iéu? jamal.

SAFOURIAN

Lura coume Ion sial, Vous faudra pas long-tèms pèr sourti dôu roumias.

Lou crese.

Veici Jan.

M'envitas ?

ENRI

SAFOURI' N

ENRI

Pardiéune! se t'envite.

SAFOURIAN

Chut ! d'abord

ENRI

M'as coumprés? Es necite.

L-AIÔLI

Pas pu vite à Sant-Pons toucaves la premiero

E rejougniés aqui la tiéu maire sus l'iero

Ion bla 'iné Ion van

Que, coume un cop d'asard, proche vautro arribave

lE, tirant Ion capèu, tôuti dos saludave

E vous sarrave pièt la man.

Me vèire aqui soulet emé vautro, moun amo

Noun se countenié plus, e d'uno vivo flamo

Ame d'amour ma tant bello Adelino,

Ange dôa cèu, vihant sus moun destin

péu bloundin ié floton sus l'esquino

E si bèus iue brulon d'un fié divin.

Dins li pantai de la niue lèu m'engage Jusqu'à soun cor que souspiro eiç 'bas

Se pèr asard bonur es pantaiage,

Ai ! pèr pieta, noua me revihés p s

paure cor èro en coumbour.

Tout apensamenti de vèire que tout-aro Anarian se quita, acb me fasié 'ncaro

Bèn mai soufri, moun bèl amour.

Un bèu sou'èu couchant de milo rai dauravo

Li roure espetaclous de Briasc, pièi trecoulavo

Eila sus la colo de Mouns ;

F la clarta dôu jour pan à cha pan beissavo,

De sorto

q

u'au L

oug

i

s

li

s oustau p

ièi lei

ss

a

v

o

Desparèisse eila dins Ion founs.

E Ion moumen vergu, trop vite, ai! las' pecaire,

Iéu coume vàutri dos, cadun virè soun cafre,

sènso acô la sourno niue Nous aurié lèu rejoun. Vous diguère: « Au revèireo

En vous sarrant la man. Acb, poudès Ion crèire,

Me leissè tout en dès-e-vue.

Deja Ion grand calèu dins l'Atlanti trempavo

Si milo e mile rai, e la niuech agroupavo

Tout Ion païs à moun entour;

L'ôudour d(5u pebre-d'ai emai de la genèsto

Avié prefuma l'èr coume un bèu jour de fèsto

Ounte brihon tôuti li four.

Pièi li gais auceloun, aquéu benastra sero,

Lou merle, Ion quinsoun, la bouscarlo e la cero E Ion roussignôu subre-tout,

Eilamoundaut quiha dintre Ion verd fuiage, fasié 'n despart resclanti soun ramage

quouro sounge à ma bello Prouvènço,

A mis ami di quau siéu separa,

Moun cor tresano e moun amo que gènço

Crèi aganta soun espèr esmarra.

Ai ! lis ai vist perdu sus Ion ribage,

Mi bons ami pèr me porge li bras:

Se pèr asard bonur es pantaiage,

Ai ! pèr pieta, noun me revihés pas.

Eiro aviéu l'esperit tant plen de tu, ma taro,

Qu'à peno ère endourmi, la tristesso tout-aro

Fasié plaço à-n-un grand bonur ;

pantai d'or fasien qu'emé tu sèmpre istave,

Qu'en de gai passo-tèms toujour me capitave

Èro acb Ion bèu tèms, segur.

Alouro refasian ensèn aquéu bèu viage

Que la vèio veniéu de faire eila 'u vilage

Dôu Lougis, un site charmant ;

Briasc se chalavian à-n-aquelo armounlo Prouducho pèr Ion carat de touto l'auceliho,

quet Eden qu'abitavian !

0 bèn de toun oustau, en faço la naturo,

Countemplavian ensèn la risènto verduro Que davans lis iue s'ôufrissié.

Ion gènt pantai qu'uno fes iéu faguèri Quand ié pènse, n'en ai enta Ion treboulèri.

vous Ion dire tout entié.

Que s'ausissié de tout pertout.

Quand aguère rejoun eilamoundaut Ion serre,

Sus la tepo flourido un moumen m'arrestère

Pèr un brigoun me delassa ;

Dins toun bèl oustau blanc, en noste umble vilage Ouate veniés un jour à la vido e pièi mai

Ounte s'amusavian ensèn dies Ion jouine age,

visto aquesto niue dins un bèn dons pantai.

E toun bèl oustau blanc enca 'n cop countemplave

Pièi apereiçavau tout plan-planet rintrave Pèr en toua absènci ploura.

Ion long dôu camin en davalant l'éuviero

Cantave uno cansoun en guiso de preguiero

, de ta fenèstro ères cou me d'usage

Amirant la fourèst de l3riasc au mes de Mai,
'

Mé si roure gigant,

'

mé soun risènt erbage,

veritable Eden qu'ôublidarai jamai.

Asseta près de tu, la tiéu tèsto amirave,

Au Soubeiran Mèstre de tout,

De moun bras toun bèu cors contre moun cor sarrave,

Enebria de l'amour que m'aviés ispira:

Ounte Ion remerciave, en lengo franchimando,

Dôu prefound de moun cor - n'èro pas de coumando

1 De nostre bonur subre-tout,

caro de velout 'm' afecioun poutounave,

au bon Diéu, dintre la cansouneto

Ounte metiéu Ion noum de moun \delineto,

ti labro autambèn mi labro repausave, Inefable bonur, bèn trop vite espira.

Se Ion bonur èro un pantai,

Que ncun me revihèsse. Eici van la tradurre Dins noste prouvençau, sènso que v'assegure

De v'en dire ni mens ni mai .

n quauque endré 'n autour a di : « Dedins ma vido

Ma pu bello journado es aquelo coumplido

Lou premié jour qu'ai coumunia ; Aqui ges de soucit, ges de charpin ni lagno,

pu cando innoucènci aquéu jour v'acoumpagno,

De pu bèu tèms qu'aquéu noun i'a. »

uouro Ion som vèn claure mi parpello,

Sus l'arco-lié m'endorme douçamen:

Un velet toumbo e, dintre ma cervello

La paureta s'E riva bèn vitamen.

Pièi tout-d'un-tèms se lèvo moun courage,

lèu me crese èstre soul eiçabas Se pèr asard bonur es pantaiage Ai ! pèr pieta, noun me revihés pas.

,

Iéu tambèn te dirai, ma bèn taro Adelino,

Qu'aquelo journado es mai que mai diamantino

Dins la vido de moun passa :

remèmbro, aquéu jour, de sensacioun bèn vivo;

Aquelo souvenènço es sèmpre renadivo,

Rèn de rèn noua pbu l'esfaça.

seguî.)

A. Martel.

SCENO V

SAFOURIAN, ENRI, JANET

ENRI

Bonjour, cher Monsieur Jan. Ça va bien depuis hier

JANET

Gramaci, bcn Moussu, forço bèn. Sias bèn fièr ?

ENRI

Mais, pour vous visiter, on ne peut pas trop l'être.

N'est-ce pas aujourd'hui le jour de comvaraî.'re

Devant celle qui doit fixer mon avenir ?

'

JANET

Si, si, c est bien vérai, ma feho va venir.

ENRI

Je remarque chez vous beaucoup plus d'élégance

Que chez moi, Monsieur Jan. Regardez cette gance 1

Comme c'est chatoyant! Comme ça

tome bien !

Avec quoi art exquis vos doigts de magicien

N'ont-ils pas fait ce nceud ? Et puis, quelle tournure !

Quel maintien élégant, quelle superbe allure !

Vous aurez beau courir Avignon et partout,

Vous verrez peu de gens portant beau comme vous.

'

JANET

Que, Fourian, l es pas, niais !

SAF'OURIAN

lé sourjo pas de l'èstre !

(A despart.) Lou grato ounte ié prus ; soun gounflige es [en dèstre.

ENRI

Ces terres que l'on voit tout autour, jusqu'en bas ?

JANET

Tout cela, c'est de moi.

ENRI

Vraiment c'esl beau 1 Quel mas!

JANET

Ils sont pas toutes là. Faut voir celle des Lono.

I'a pa'n brin d'erbo en-lid. Celle-là sûr, c'est bono.

Z'ai recorté des bled plus gros que des ferrat.

Safourian qu'il est là sur

,

,

vous l'afourtira

ENRI

.

Cher Monsieur Jan en tout

,

,

il faut bien vous le dire

Vous surpassez toujours les autres

.

SAFOUBIAN, à despart.

JANET

N'i'a pèr rire.

,

Vous voulu voir nies bce'i fs ? Ils sont tous gras à lard, Avecque des coutets! et, durs côumo des bcrds. Sur, ils sont pas bouffés. Mais, pour la boustifaio,

Z'en prends beaucop de soutins, ils mangent pas de paio, Venez (Sorton tôuti dons bras dessus bras dessouto

,

.

)

(A segui.)

M. Chabrand.

BMVR - Alcazar - Marseille

4

L'AIÔLI

- Dins Lou Gan : L'armado naciounalo pèr P. Devoului,

un amirable article dôu car felibre patrioto; Discours (le Moun-

sen Richaud à N.-D. de Lourdo ; Mounsen Espariat à Four-

cauquié; e en suplemen uno Pastouralo en tres ate e en vers,

erré tant, pèr M. leu canounge Milo.

- Dins leu Journal de Forcalquier. Brinde d'En L. de

Berluc-Perrissis.

- Dins La Sartan : Charrarié marsiheso pèr leu Sartanié de semano ; L'eleicien dôu Martegue pèr Jan-Louei de Mar- tello ; Lou rèire pèr Cl. llugues ; Prouvèrbi esplica pèr B. Ar-

tou ; Lou Paire Abriéu pèr Leissandre.

- Dins L'Echo de Marseille : Fouitado pèr L. Spariat,

reproudu de l'Aiôli.

Dins La Croix de Provence : Garo de dessouto !

- Dins lou Caveau Sti'phanois : La petchita bargéri pèr

P. Duplay.

- Dins Le Soleil du Midi: Lou salut à la niouerto pèr

L. Foucard.

- Dins La %'ihalo : Bepetiero e bachin pèr L. Norè; Lei castagnaire pèr Piarre loti Testard ; Lou mau e ton rernèdi pèr

Janet leu pantaiaire ;

bour-major pèr A. Allavene ; Lou pot-au-fue pèr A. Richier

Lou boui-abaisso pèr Titin ;

Lou tam-

A Loueisoun pèr J. Palèti

S'ensouvendren pèr J. Rimbaud.

-44(W-

ECU

FABLE)

cc TOUCHÉ ® D

Quand un marrit pichot goujard mau-embouca

En renant coume un porc finis pèr vous seca,

L'agantas sènso courre e, bèn ameritado,

Sus leu cuou fi garças uno bono Fouitado

E lou plantas aqui tout bèsti, tout mouquet,

Enter in qu'a li man ouate li coui, pecaire Mai uno vùuto après, landant d'un autre cafre,

De luen vous cride alor : « M'as pas fa mau, (lue, que!»

Dins la carriero de la Darso

Numerô un,

Sàbiquaucun

Qu'are se pago aquelo j arço

15 de nouvèmbre de 1898.

Leouen Spariat.

MAURISE FAURE

RETRA FELi13REN

Leissarai de constat la noto poulitico

Pèr parla soulamen dôu felibre afouga,

Dôu capo que toujour a sachu boulega

Dins li cor miejournau la le patrioutico.

Sa paraulo es ardènto e douno la replico

Ern' un envanc tant viéu que res pôu l'enrega

Barnave, soun aujùu, leu dèu pas renega !

Pamens, sa forto voues saup se faire melico

Quand, la tèsto en arrié, s'aubouro, narro au

Pèr se traire à l'assaut de noste grand couvènt,

La Ceutralisacioun, l'on se chalo que parle !

vènt,

E quouro fai clanti li bèu vers de Mistrau,

Li péu esfoulissa, l'iue fousc, fou verbe rau,

Me sèmblo, sont lis tue, d'avé lou lioun d'Aile

Luc'',au Due.

NOUVEL UN

Lr >0 a11 u. - Uno cansoun de rire, refissido à

plesi, Calinou à Palabas pèr Artur Castanier,

eici tout ion

mounde la canto. Costo 2 sùu (au burèu de La Revue du

Languedoc) e a 14 coublet.

Ilez.és. - tièn de parèisse

(à l'empremarié de

L'H(,rault, pres de 30 centime) : Lou cat dins leu bufet e

al restaurant, dos farcejado d'Antounin Maffre, ilustrado

pèr Cugnenc.

e déu franc gas-

]Pau- - L'Armanac déu bou biarnés

cou, ta l'anade de gràci c.ètsoueit-cens-nabante-nau

de naisse à l'empremarié Broise. A 30 pajo e se vènd 1

vèn

sùu. Eicelènto proupagando facho dins leu Bearn pèr

l'Escolo de Gastoun-Fèbus.

F*aria - Nous revè.n qu'en Prouvènço

l'evesque de Digno, pourtant

s'es mena

quauque brut au sujèt d'uno letro qu', au tèms déu Me-

nistèri Brisson, leu Menistre di Culte arrié mandado à

menaço de leva soun trata-

parla prou-

qu'uno tiranio

uno Poulougno e uno

e endigna li patrioto

en se-

meme pèr En

Felibrige, vès-eici l'esclargi-

men i curat que parlarien o que leissarien

vençau en cadiero. Se coumpren, es verai,

talo. que fané de la Prouvènço

guido d'infourmacioun presso au menistèri

Pau Mai iéton, cancelié dôu

men que Le Journal a publica :

Alsaço, a degu justamen esmùure

prouvençau que n'avien apu couneissènço. Mai

arriverait incessamment à

ministre des culte,,, à

rien moins

qu'à supprirnc-r le traitement des desservants du Midi fai-

Il a été annoncé que Mistral

Paris, pour intervenir auprès du

cune mesure rénérole n'a été prise

propos de certaine circulaire qui ne tendrait

sant usage, en chaire. (le la langue provençale.

Nous pouvons affirmer, de bonne

cour<e, d'abord qu'au-

sur le chapitre de la

suppressicn

qu'il ne s'est agi que de

politique, dans les

prédication en dialectes ; qu'aucun exemple de

de traitement ne s'est

produit ;

surveillance préfectorale, et en snatiire

pans homo nés, bretons et basques particulièrement.

Ensuite, iilistral ne songe

pas à quiter la Provence en ce

'moment l'assurait, ; hier. une dépéche qui nous arriva de Maillane nous

Boulegadisso Prouvençalo

L'Atenèu de Fourcauquié d'ôutobre, tengu sa sesiho

jourau Plauchud. Veici la

loti 30

annalo soute la presidènci déu ma-

emé l'Escolo dis Aup an,

part dôu prouvençau dins aquelo

capelan, Lou

Pauro Espagno pèr M.

pèr leu Dr Bernard; Lou ju-

Lei bèllei-maire, La,

; e La

galoio jouncho : Lei vièi diézi pèr P. Roman; Lei

counsèu niunicipau pèr P.

Martin ;

Ronde; Angouisso d'uno maire

biléu de Soureias pèr l'abat Richaud;

casnbo de Moussu ton Curai pèr P. Martin tourna-mai

chambriero de Misè Nanoun pèr E. Plauchud.

Li TotMBARELETO, recuei di

pouësio de L. Toumbarèu, de

à Carpentras,

elze-

Castèu-Reinard, soun à mand d'estampaduro,

encô de Seguin. Lou libre, un galant libre dôu fourmat

viren, aura dos edicioun :

l'autro ourdinàri, que se vendra 3 fr

uno de lèssi, que coustara 5 fr.,

Ambedos saran ournado

d'un poulit retra de l'autour. S'espère

bèn que lis ami e cou-

neissènt dôu gènt felibre tant lèu ravi à la Prouvènço van lèu

manda si souscripcioun à MMI. Jîrli Contencin o bèn Leoun Evmard, téuti dons avoucat, à-z-Ais.

Dins La Cheminée: Balade di

grihet pèr Brancàci.

- Dins La Chronique de Béziers :

Maffre.

1Jlartinou pèr A.

iou

bailo

Sur 811

que

sus mir uoumaudo

(Cansoun d'autre-tèms.)

Pèr lava lis afront qu'avalan, que soufrèn,

Ah ! couine aurian besoun de tu, baile Sufrèn !

Mai lon Mikadô se degaio,

E l'Anglés nous passo la paio.

Fabricant: Fèlis EYDOUX. - MARSIRO,

Se vènd dins tôuti li bons oustau.

A VÈNDRE

Lavoun blanc de Camargo

Li pavoun reiau, pountificau, qu'au tèms di papo, se

passejavon, ufanous, dins li jardin meravihous dôu Palais

d'Avignoun e se quihavon à la cimo di tourre e di merlet

pèr regarda, tout en fasènt la rode, emé si co de velout

frapa coume li vièi riban dis Arlatenco, li farandoulo de

nanet se desplegant pèr li carriero.

S'adreissa au burèu de l'Aiôli.

Castèu- Rein arden, Barbentanen, Rougnounen, Taras.

counen, Sourguen o Carpentrassen, quand anas au mar-

cat leu dimècre e lou dissate, manqués pas, manqués

pas tu-mens, d'ana tasta leu bon pèis fres, li sarcello

grasseto, li couvet de Camargo e béure boa vin blanc à

seutour d'ile-de-mar e de cabridello o lou vin di Papo

dôu castèu de Roco-Fino à l'

%nbergarléj-uteistta/urat HER%0

C.

Ak9

V iD AL I I'4

SUCESSOUR

E% AVIGNOUX

à la carriero de l'Arc-de-l'Agnèu, 8

contre la plaço dôu Reloge.

BRANDADO

Boui-abaisse

tôuti li dimècre

Couquiho de chambre e

lingoumbaud

tôuti li jour.

de

ESPECIALITA

pèr la coumando en

Service

Vilo

à la

Carto, à Pres-Fisse e

à Cachet.

Saloun reserva.

L'Aubergarié-Restaurat BERNO es renouma pèr soun

service à doumicile qu'es toujour esta uno dis especialeta li mai apreciado de l'Oustau.

Se pren de Pensiounàri. - Pres moudera.

GALANTO CHAMBRO PÈR NOVI

DEMANDAS

LA MAI AMOUROUSO DI PIPO

EN RACINO DE BRUSC

S'atrovo en Avignoun, au Magasin DESHAYES.

Lou gerènt: For.cù DE BARONCILLI.

En Avignoun, empremarié FRA.vc-hs SEGUIN.

vx

aA

iAli'

A L. C Co A D®U P

®U

La meiouro di bevèndo

de toun, pèr faire digeri,

de Quinquina e agradiéu

pèr remounta l'estouma, famous

pèr donna

pèr adouba la voues, superiour en tout au vin

en bouco coume leu vin de Castèu-Nàu.

Pèr béure, o Mar iàni,

Toun vin, bon restaura,

Que s'es assaboura

Dins li soulèu estràni,

Pèr béure risoulet

Toun vin de capitàni,

Esperaren pas, nàni,

D'avé l'estouma blet

Se vènd

fr. la boutiho, à Paris, balouard Haussmann, 41, farmacio

.

Mariani.

;ouleicioim comnplèlo de L'h1ÙLl

252 n u rn e rô (189/, 1892, 1893, 1894, 1895, 1896, 1897)

Emé la T

»Il lOIATÈ[iI soun-

7

tengudo dinsns bouleu journau pendènt aquéli

annado

.

.

.

.

.

P

70ff-

S'adreissa i burèu d'ou j ournau

VIN DE CASTEU-NÔU-DE-PAPO

CL S DRU CASTÈU DEROCO-FINO

_

Roeo-Fino,

lu,

pcço de 225 litre enviroun

ino,

id.

id.

Grand moto-f

i;astéu de Roco-Fino

id.

la caisso de 25 boutilio.

.

6

m

m

e

.

.

.

.

.

 

s

a

.

.

a

.

.6Ir.

1

/ v f/ .

O®cJ /r.

IL (D0 fr.

BMVR - Alcazar - Marseille