Vous êtes sur la page 1sur 221
as Vs ge Waco Smee ores CONCEPTION ET CALCUL DES STRUCTURES DE BATIMENT Tome 2 HENRY THONIER Chez le méme éditeur : Conception et calcul des structures de batiment (Tome 1) (1992) par H. THONIER La précontrainte (1992) par R. LACROIX, J. PERCHAT, R. CHAUSSIN, A. FUENTES -P. OLLIVIER , 2° 6d. revue et corrigée) ‘sous la direction de ¥. MALIER Le béton précontraint aux états-limites (1992, 2* éd. revue et cortigée) par H. THONIER Granulats (1990) . ‘sous la direction de G. ARQUIE et C. TOURENQ Constructions métalliques civiles et industrielles (1988) par P. BOURRIER, T. FOULT, ¥. LESCOUARC'H Projet et construction des ponts par J.-A. CALGARO et M. VIRLOGEUX = Généralités - Fondations - Appuis - Ouvrages courants (1991, 2+ éd.) ~ Analyse structurale des tabliers de ponts (1989) Le béton hydraulique (1988, 2° éd.) ‘sous la direction de J. BARON et R. SAUTEREY Granulats et bétons légers (1986) ‘sous la direction de M. ARNOULD et M. VIRLOGEUX Le béton jeune (1982) comptes rendus de colloque a dite. Une copie ou reproduction par quelque procédé ue ce soit, photographie, microfilm, bande magnétique, disque ou autre, constitue une contrefagon passible des peines prévues pat la loi du L1 mars 1957 sur la protection des droits d’auteurs. ©1993 ISBN 2-85978-200-1 WESSES Trae naa Te onts et chaussées 28, rue des Saint-Péres, 75007 Paris. Département Edition de Association Amicale des Ingénieurs Anciens Eléves de lationale Département Eo Ingénieurs Anciens Elves de I'cole Nationale des SOMMAIRE Tome 1 3 3 4 6 8 9 12 14 15 7 18 21 26 13. Calcul des moments d 32 14, Bxercices ... 37 Tableaux de calcul de béton arm: 45 2. Formutaire de calcul des poutres 0 1. Travée isostatique sur deux app 69 2. Console encastrée gauche 2B 3. Travée sur deux appuis, encastrée 83 4, Travée encastrée aux deux extrémités 87 5. Poutre continue de deux travées ie 106 3. Actions et descente de charges 1. Charges permanentes 3. Action de la nei 4, Action du vent 5. Actions sismiques ... 6. Prise en compte des actions 7. Descente de charges 8, Combinaisons d’acti 4, Fondations superficielles .. 197 199 les. Charge centrée .. 224 . Charge centrée or 4 Semellesfilantes avec flexion... 5. Semelles rectangulaires avee Nexion . 6. Semelles excentrées 7. Semelles nervurées 8, Semelles circulai 9. Poutre sur sol élastique 10, Semelles filantes sous poteaux 13. Charges concen 14, Dallage en béton de fibr 15. Pathologie 16. Résumé, Sem: 17. Choix du type de fondat Bibliographic ... Index Tome 2 5, Fondations profondes 13. Charges sur planchers en cours de travaux 7, Poutres et planchers .. 1. Caleul des planchers .. 2. Calcul des poutres continues: 3. Planchers a entrevous 4, Planchers nervurés 5. Planchers a poutres 5. FONDATIONS PROFONDES 1. DEFINITION Les fondations profondes peuvent étre réalisées au moyen de pieux ou barettes, parois, puits. Marché des pieux et parois Pieux battus 10% Pieuxforss 40 % Parois moulées 40 % Micropieux 10 % Dimensions Valeurs extrémes Valeurs courantes Pieux = diamétres 0,25 ma2,70m 0,40 ma 1,50 m - profondeurs 5masom 10ma20m Parois moulées — épaisseur 0,50ma2m 0,60 ma 1,20 m = profondeur 10ma 120m 15ma3om EXEMPLES : Pieux des pylones du Pont de Normandie : diamétre 2,10 m et profondeur 50 m, Parois moulées du barrage de Mud Mountain (Solétanche) : profondeur 12,7 m. 351 ‘Types de pieux [1] [2] Pieux fagonnés & 'avance = Pieux batlus préfabriqués en béton armé, = Pieux métalliques battus (tubes, H,...) = Pieux tubulaires précontraints es ues battus enrobés avec sabot débordant et injection de mortier extérieur = Pieux battus ou vibrofoneés injectés haute pres- sion @ 2 250 mm. Pieux @ tubes battus exécutés en place — Pieux battus pilonnés avec bouchon de béton a la base et tube récupéré lors du bétonnage =Pieux battus moulés a tube récupéré lors du bétonnage Pieux forés —Pieux forés simples sans souténement des parois, béton coulé avec colonne de bétonnage = Pieux forés tubés : soutenement des parois par tube récupéré lors du bétonnage @ la colonne = Pieux fords & la boue : souténement & la boue thixotropique et bétonnage a la colonne — Pieux forés & la tariére creuse avec axe creux ser- vant au bétonnage : type 1: sans enregistrement des paramétres de forage, type 2: avec enregistrement des paramétres de forage type 3 : type 2 équipé d'un dispositif de bétonnage rétractable —Pieux forés injectés haute pression @ > 250 mm avec armature et un ou plusieurs tubes & manchet- tes et injection sélective =Pieux vissés moulés Puits Greusés & la main, parois soutenues par blindage, bétonnage & sec avec récupération du blindage Micropleux @ = 250 mm foré tubé avec ou sans armatures : avec armature scellée sous trés faible : avec armature sceliée dans un tube & jecté avec une pression > 1 MPa de fagon globale et ~ Type IV : Type tive injection répétitive et sélec- = Parois moulées dans le sol & la boue thixotropique = Parois préfabriquées 2. ACTIONS Les pieux peuvent étre soumis a : ~ des forces verticales descendantes, voire ascendantes, des forces horizontales dues au vent, & des poussées latérales (terres, liquides). On distingue : = les actions dues au sol ® actions pondérales : 4 défaut de résultats de mesure, on pourra prendre 20 kN/m? pour les sols humides (18 pour les cas favorables) et 22 kN/m? pour les sols saturés (20 pour les cas favorables), ~actions de poussée dues a un déplacement du sol : tassement engendrant des frotte- ments négatifs (G,,), déplacement latéral engendrant des poussées latérales (G.p) ; ~ es actions transmises par le sol : actions transmises par un remblais ou un stockage par exemple ; = les actions dues a l'eau, statiques ou dynamiques. 3. COMBINAISONS Le calcul est effectué en ELU et en ELS. 3.1. Combinaisons ELU [1] 3.1.1. Combinaisons fondamentales Les solicitations sont calculées par : 1125S [1,2Gyugg + 0,9Guin + YowGw + YenGon + Yop Gap + YewFw * YergQua + 1,15' Z5¥ 2a] avec Gyax = action permanente défavorable Ghin = action permanente favorable Gy = pression statique de l’eau G,, = action éventuelle de frottement négatif G,, = action éventuelle de poussée latérale Fy = action hydrodynamique Qi, = action variable de base Qu, = valeur de combinaison de l’action variable d’accompagnement Yow = 1 ‘action G,, est favorable, 1,05 dans Je cas contraire "Yon = le plus défavorable de 1 ou 1,2 ‘Yoo = le plus. défavorable de 0,6 et 1,2 ‘Yew = le plus défavorable de 0,9 et 1,2 YeiqQQix = 1,33 en général, = 1,20 pour les charges d'exploitation étroitement bor- a 353 déformations), on trouve : q S[1,35G uaz + Gain + 15125 (YowGw + YonGsn* YopSsp * YewFw) + Qi Que + Y 13%: | fel avecYg, = 1,5 pour le cas général et 1,35 pour les charges étroitement bornées. 3.1.2, Combinaisons accidentelles FQ S [Grex * Saint Gw+ Gant Gop Put Fat Pi Que j avec F,=action accidentelle P,Q), = valeur fréquente de l’action variable Qu, ¥4,Qie = valeur quasi-permanente de l'action variable Qu. 3.2. Combinaisons ELS 3.2.1. Combinaisons rares 5[Gau*Guin+ G+ Gyr Gyy+Fy + Qu S ¥..Qu] 3.2.2. Combinaisons fréquentes 8[Gmar* Guin * Gy +Gus+ Gop Far. Q,.+ 5, Qu] 3.2.3, Combinaisons quasi permanentes 8[Omur* Gua * Gy *Gu.+ Gey Fy + D0] 4. FORCE PORTANTE DES PIEUX La force portante des piewx est limitée par : ~ la capacité du sol par sa résistance de pointe et son frottement latéral, ~ Ia résistance du matériau constitutif du fat du pieu. 5. CAPACITE DU SOL Différentes méthodes sont utilisées : =A partir des caractéristiques mécaniques du sol : angle de frottement interne et cohésion, ~ A partir d’essais pressiométriques, ~ A partir d’essais pénétrométriques statiques ou dynamiques. L'interprétation des résultats des sondages et la détermination de la capacité portante dune fondation est I'affaire de spécialistes en géotechnique. (peu précise il est vrai) de cette capacité pour dégrossir Quest la somme de deux termes : = la charge limite de pointe Q,, ~ la charge limite de frottement latéral Q, Q = @+Q, Pour la verification en ELS d’un pieu, on a besoin de connaitre la charge de fluage Q.. On peut admettre les relations suivantes d’aprés [1], annexe C2-§1 : Q, = 0,72, pour les picux refoulant le sol, Q; = 050) +0,7Q, pour les pieux ne refoulant pas le sol. 5.1. Méthode classique jimensionnement approché des i-apres. Cette méthode est peu précise et ne peut servir qu’é un pieux. Elle ne saurait remplacer les autres méthodes déc La charge limite d'un pieu de diamétre B est donnée par : xB? D? D Q, = —G | YDN, + CN, + 2577 + 455CR Effet de pointe Frottement latéral avec B= diamétre du piew C =cohésion D = profondeur (longueur) du piew No = (Ny~Deote Ny =e re 19 (9-20°77/1920+ (9 =20") 2335+ 1/78 2 sees sig = 10(0-2997/200+ (9-20"/467 08818 du sol (au-dessus de la nappe phréatique) Une fondation est considérée comme profonde et les formules ci-dessus s’appliquent que si la profondeur D est supérieure a la profondeur critique D, : D, = 0,25ByN? en degrés | Profondeur critique D,/B 70 0.57 15 0.87 20 1,37 25 2,20 30 3,70 35 66 40 12,5 45 26,6 Le DTU 13.2 [3] admet : D, = 6B pour D > 3m. EXEMPLE : Pieu de 0,60 m de diamétre, 8 m de profondeur, dans un terrain dangle de frottement interne de 25°, cohésion nulle, 18 kN/m? de poids spécifique. La profondeur critique D, / B est de 2,2 m. La méthode s'applique si D = 8 m > 2,2 m. Ce qui est vérifié. On calcule : N, = 26,2 3" 1,73 Q, = 0,2510,67 [18 x 8 x 26,2 +2 x 1,73 x 18 x 64/0,6] = 1067 +1878 = 2945 kN pointe latéral soit Q, = 2,94 MN La pression limite vaut 10,4 MPa. 5.2. Essais pressiométriques Le « pressiométre » inventé par Louis Ménard dans les années 50 est constitué d'une gaine souple verticale dans laquelle on établit une pression qui comprime le sol dans le sens horizontal Des formules permettent de déduire la contrainte de rupture q, a partir des pressions de fluage p;et pressions limites , mesurées. 5.3, Essais pénétrométriques En général, les pénétrométres permettent de déterminer l’effort global, effort de pointe et effort latéral. Mais certains pénétrométres donnent ces deux valeurs séparément, On peut citer le SPT (Standard Penetration Test) trés utilisé aux USA. 5.4, Sollicitations résistantes : Sp On doit vérifier Sy < Sp pce S, = solicitation agissante déterminée par les combinaisons ELU ou ELS vues ci- us. pa Sq est calculé a partir de : ~ la charge limite a la compression Q,, (ELU) ~ la charge limite a la traction Q,, (ELU) ~ la charge de fluage a la compression Q, (ELS) ~ la charge de fluage la traction Q,. (ELS). On devra vérifier en fonction des charges d’exploitation maximum Qnax et minimum Quin : Sas Se Fase.62 [1] Sa Combinaisons Sous Qrrax Sous Onin ELU fondamentales Q,71,40 = 11,40 accidentelles Qy 11,20 = Qy/1,30* ELS rares Q,/1,10 =Q,,/1,40* quasi-permanentes 611,40 o= ‘pour los micropieux (0 pour les micropieux +++ 7,40 pour les micropieux. DTU 13.2 [3], § 11.4 ELS :S,<0,33Q, + 0,5Q, BLU :S,<0,5Q, + 0,75Q, 5.5. Cas courants Pour les cas courants ob : ~ seules existent des charges permanentes et un type de charge d’exploitation non étroite- ment bornée, = il n’y a pas de traction dans le pieu, ni d’actions accidentelles, On trouve (Fase.62 [1]) : ELU, en combinaisons fondamentales Sq = 1,35G pax + Grint 15Qmax Sy = Q,/14 ELS, en combinaisons rares Sa = Gmax + Gin + Qmax Si Qh ELS, en combinaisons quasi permanentes Sq = Gaax + Guin + Yo Qmax Sy = Q/14 357 6. CAPACITE DU PIEU 6.1, Pieux en acier Les pieux sont calculés suivant les régles de construction métall (CM 66 ou Fasc. 66 du CCTG). On doit prendre en compte une surépaisseur de métal pour pallier les méfaits de la corro- sion. jue (avecy, = 1,25 [1] D.T.U. 13.2 - PIEUX METALLIQUES Béton ou mortier non pris en compte dans les calculs Métal Battu Batu Foré | Métal batty | enrobé | vibrofoncé | injecté | fonos Art. HP. HP. bru | 522 §24 §2.5 $46 | §62 Forme H,0,0u | H, 0, de H, 0, ou | non H quelconque | 150 a caissons ame = alle | 500 mm ou caissons enrobage | remplissage | injection extérieur | par TAM | par TAM ‘Acer 41s* 0, en CF co 160MPa] 05% os | 0,5* 9, en ELS Fo 100MPa| 0,5" ost | os g, en ELU cc 08* | 240MPa| 0,75" 0,75" | 0,75" FC 08* | 150MPa| 0,75" 2 Tolérance HB He implantation et4cm | etécm Enrobage (cm) s” pos Dosage minimum | kgim®| 500" 500 1200 | 1200 | S00" ciment Rapport eaujciment <0,5" <0,5 <0,5% Essai de contréle de pres 2(ou1) | 2(ou1) Fasc.62 [i] Diminution d’épaisseur en mm (@ 2 mm) §4.2.15 pour une durée d'exposition de : 25 ans 30 ans 75 ans 700 ans Sols ou remblais| Sei corvette 0,250 0,550 0.675 0,775 ‘Sols ou remblais SS enerion Cora 1,000 1,600 2,050 2,450 ‘Sols ou remblais ee nrroalle 2,500 4,000 5,125 6,125 Dru 13.2 (3) Diminution o'épaisseur en mm / an §2.24 pour une durée d'exposition de : 25 ans 50 ans 75 ans 700 ans Sol en place erepaenl 0,010 0,008 0,005 0,004 ‘Terrain ou remblais mayenmement agresatfs 0,040 0,024 0018 0,016 Terrain ou rembiais| mpeesiie 0,100 0,080 0,045 0,040 Terrain trés agressif, eau de mer ou saumétre : voir Varticle 2.252 du DTU La distance entre axes minimum des pieux doit étre de 1,75 fois la diagonale du rectangle enveloppant chaque pien sans descendre au-dessous de 0,75 m. Fase. 62 [1] La contrainte de I’acier ne doit pas dépassera, /3 en ELS pour tenir compte forfaitairement de la corrosion. Si la durée de I’édifice & sontenir peut étre estimée, la contrainte de l’acier est limitée a : = 0,66, en ELS ,80; en ELU cen ajoutant une surépaisseurI’épaisseur calculée comme indiqué dans le tableau ci-dessus. 358 deo (limite dlastique) rain agressif, eau de mer ou saumatre 9rosion fortitaire CC compression centrée FC = flexion composée B= diamétre ou largeur du piou ‘TAM = tube & manchettes HP = haute pression 6.2, Pieux en béton 6.2.1. En ELU La force portante d’un pieu en béton est calculée A partir d’une résistance conventionnelle du béton f, (DTU 13.2 et Fasc. 62) : fe = Min Up foam fain) 7 Ckiko) avec fing = résistance caract ff; = résistance caractéristique du béton a j jours pour j < 28 jours 359 Hors Sey = F764 DRG) POUerg $40 MPa et j < 28 jours 4,76 + 0,83) ozs Soi = TO 0,95) POMS fing $ 60 MPa et j <28 jours Les valeurs fijinsk, etky sont lues dans les tableaux suivants ; (§A.3.12 de [1] et § 1.311 de [3]) DTU] DTU] Fase.62 | Fasc.62 GROUPE A faim| Kit | fare ky - | - | feos | 1,00 Poca parois préfabriquées mis en place dans un 1,00} fyoe | 1,00 Pieux tubulaires précontraints 1,15[ 30 1,15 Pieux préfabriqués battus en béton armé 1,15] 30 115 Puits avec béton vibré 1,001 faa | 1,00 Puits avec béton non vibré feo |1,20| feos | 1,20 GROUPE B Pieux battus pilonnés ~ | 25 7,20 Pieux battus moulés fog | 1,30] 25 1,20 Pieux et barettes forés simples frog |1,80] 25 1,20 Pieux forés tubés : bétonnés a sec foza | 1,20 25 7,10 bétonnés sous eau feos | 1,30] 25 1120 Pieux forés a la taridre creuse : type 1 25 7,50 type 2 25 1,20 type 3 25 1,05 Pioux et barrettes bétonnés sous boue, parois moulées | fxag | 1.30| 25 120 * Test losible de ciminuer de 0,1 la valeur absolue de k; pour le DTU ( prudent de ne pas utliser cette clause) Valeurs de kp kp Eléments du groupe A: 1,00 Eléments du groupe B = = dont le rapport de la plus petite dimension nominale d la longueur est inférioure & 1/20 4,05 = dont Ia plus petite dimension nominale d est inférieure & 0,60 m (13-072) = réunissant les deux con (1,352) = autres cas 4,00 360 Contraintes de calcul du béton py < 0,85,/ (OY) avec © = 1 pour les combinaisons de charge de durée > 24h © = 0,85 pour les combinaisons de charge de durée < 1 h @=0,9 entre 1 het 24 p= 1,5 sauf en situation accidentelle oi y, = 1,3. Contraintes de calcul de I’acier (de béton armé) x4 = e/ Ye 5 1,15 sauf en combinaison accidentelle oi y, = 1. Remarque Un picu vertical, supportant un bitiment et entiérement comprimé sous tous les cas de charges, peut ne peut pas étre armé. Un pieu armé doit étre armé sur toute sa hauteur, Effort Tranchant Pour un pieu circulaire de diamétre B, on vérifiera : 1, = 14V,/ (Bd) <1, AVEC Tytiny Valeur du cis d=B-@ a’ = enrobage a l’axe des aciers. lJlement limite donné par le BAEL Excentricité complémentaire (Fase. 62 [1]) Pour un pieu unique ou une file de pieu isolée, on prendra une excentricité supplément égale a Max[L / 20 ; 0,05 m] avec L = la longueur de la section droite de I’élément (pie ou barrette) mesurée perpendiculairement a I’axe de la file, 6.2.2, En ELS Contraintes de calcul du béton Gomax < 0,6 f, Gienoyen < 0,3 Contraintes de calcul de Pacier (de béton armé) 6, < 2/3 f, en fissuration peu préjudiciable 6, < Min [2/3 ; 110,/nf,] en fissuration préjudiciable 6, < Min [0,5 f, ; 90,/nf,] en fissuration trés préjudiciable avec 1] = 1,6 pour les aciers 4 haute adhérence, = 1,0 dans le cas d’aciers lisses F, = 0,06f, +0,6 MPa 361 6.2.3. Dispositions constructives E est au minimum de 3 diamétres. 'U, 13.2 - PIEUX BETON Aa. | Batu | Batu | Battu | Foré | Ford | Foré ]Tariére| Vissé DTU| préfa | pilonné| moulé | simple | tubé | boue | creuse| mouié > | 621 | ga | $32 | $41 | $42 | $43 | 644 | 845 Tongitudinaux | FC ‘Aelers long) sislslsls Diametre minimum mm| 12 | 12 | 12 | 12 | 12 | 12 % mini pour A< 0,5 jn (0.8 %)| 0,50 % | 0,50 % | 0,50 % |0,60 910,50 %| pour 0,5 1m? (0.8 %)] 0,50 % | 0,50 % | 0,25 % |0,25 %|0,25 % Espacement maximum = | m 0.10 | 0,10 | 0,10 | 0,10 | 0,10 Crochets Intercit ‘Aclers transversaux FO |(0.15 %| a 0,2 %) Diamatre minimum mm | 5 ® Espacement maximum | m | 0,20 | 0,20 | 0,20 | 0,95 | 0,95 | 0.95 Panier oul | our | ou | ovi | oui [ non Attentes (nombre) EC 4|4|4]4) 4 (+1) = diametre m wz | 12 | 12 | 12 | 12 (ae) —longueur m 2,00 | 2,00 | 2,00 | 2,00 | 2,00 = débord minimum m 0,75 | 0,75 | 0,75 | 0,75 | 0,75 = espacement 058 | 058 | 058 |058| 058 Enrobage om fasou) 4 | 4 | 7 | 4] 7 4 Béton: = dosage minimum Ikgim| (g50.| 350 | 360 | 350 | 350 | 350 |350¢)| 950 400) = slump om <5 |10a16/10a16| 214 | 214 |15.a22| 214 (18) | (18) (18) =granulat maximum mm 25 | 25 | a5) | 25 [35] 15 | 25 essai a | 10 | 10 |6ou3|60u3|/6ou3| 10 | 10 =carottage mécanique, 1 essai too | 100 | Soou | S00u | S00u | 100 | 100 od 100 | 100 | 100 = transparence sonique (si pieux armés), 1 essai sur: 4 2 | 8s |e | 86 Tolérance dexcentrement fom | 6 | 6 | 6 | 12 | 6 | 12 | 12 | 9 ()50u55MPa (*) Granulat < maille/4 et < colonne/4 ((0") Dos barres en périphérie + 1 barre centrale sur toute la hauteur du pieu EC ontigrement comprimé FC = fiexion composée B= diamétre ou largeur du piow Les valaurs entre parentheses sont seulement conseilées. D.T.U. 13.2 - MICROPIEUX L 1 (Diamare < 250mm | AE | Ws! | a! | eas | eras Mode d’exécution Foré avec | Foré ou tubage langage, battage, fongage Bétonnage Tube | Gravitéou | Foré Foré plongeur | faible | injecté avec | injecté avec pression, | tubesa | tubes a tube | | manchettes | manchettes plongeur Injection Globale et | Répatitive unitaire | et sélective 21MPa | >1MPa Béton =8MPa = contrainte ELS et non pris en compte 0,48 feoa mortier coulis — dosage ciment kg/m? 500 1200 ‘Armatures Tacullatives | __obligatoires : tubes etfou barres Contrainte de calcul Eis 050 (*) ELU 0,75 (*) Essais de portance : = si pieu travaille en traction, un pieu si 50 50 = si pieu travaille en compression, un pieu sur 200 200 Sinon, pour moins de 25 pieux, charge limite minorée par : 15 15 Tolérance d'excentrement | om 4 5 () En fraction de a jastique ca FASCICULE 62 - PIEUX x Préfabriqués Exécutés en place Dispositions Art. en béton Barrettes constructives = 0.5.2 0.5.2 ‘Armatures longitudinales = nombre minimum z 6 = diamétre minimum mm 12 12 = % minimum pour B<1m : 50 % pour B> 1m 0,51 /8 % et 0,35 % —espacement minimum - 0,10m Armatures transversales: = diamatre minimum mm 5 6 mm et 0,4 x diam longi. = espacement maximum m 0,20 0,35 Enrobage = exécutés dans un tube, tubage ou chemise om < 4 autres cas cm m= 7 B= diamétre ou largeur du piew Puits [1] Sont considérés comme puits, les pieux circulaires de diamétre supérieur pieux rectangulaires de petit c6té supérieur & 0,80 m et d’aire supérieure & 1,10 m, Les puits sont exécutés et bétonnés a Ja main. Lrenrobage des aciers est au moins de 5 cm, 6.2.4, Ferraillage-type de pieu Test généralement constitué par les barres verticales de la cage d’armature du pieu, retour- nées en partie inférieure pour éviter la remontée de la cage lors du bétonnage ou du retrait du tubage (panier). 6.3. Exemple - Batiment de bureaux (suivant Fasc.62 [1]) Soit un pieu en béton, foré tubé de 0,60 m de diamétre et 8 m de profondeur supportant les charges verticales suivantes : = charges permanentes: G = 0,89 MN ~ charges d’exploitation _Q = 0,27 MN avee ¥, = 0,77 et '¥ = 0,65 ~ charges de vent V = 0,42 MN avec ¥, = 0,77 et V2 = 0 pesestr horizontaux dus au vent sont repris par des voiles en sous-sol travaillant en tée. Remarque a On admet habituellement [3] de ne pas prendre en compte le poids propre du pieu dans le calcul des charges. 6.3.1. Sollicitations de calcul Sq ELS, combinaisons rares : G+Q+¥,V=G+Q+0,77 V = 1,483 MN G+tV+¥,Q=G+V+0,77Q= 1,518 MN G-V-047>0 ELS, combinaisons quasi permanentes : G+Q= 1,16 MN ELU, combinaisons fondamentales : 1,35G + 1,5Q+1,3¥, (1,2 V) = 2,111 MN 1,35 G + 1,5 (1,2 V) + 1,3 ¥, Q = 2,228 MN G- 1,5 (1,2 V) = 0,134 >0 Remarque Tlest rappelé que I’action du vent normal déterminé a partir des Régles NV 65 est a majorer par le coefficient 1,2 en ELU seulement. 6.3.2, Vérification de la force portante du sol : Sp ite Q, et de la charge de fuage Le rapport du géotechnicien fournit la valeur de la charge Qe: Q, = 3,28 MN et Q, = 1,75 MN = ELS rares sous Qyax (compression maximum) : Sa0 pas de soulévement OK - ELS quasi permanentes S2 O pas de soulévement ok 6.3.3. Vérification de la force portante du béton du piew D'aprés les tableaux du 6.2 ci-dessus, on trouve : Sein = 25. MPa k= 1,10 pour bétonnage a sec Pour B/D = 0,6/8 = 1/13>1/20,onak,=1 dod f, = 25 / 1,1 = 22,7 MPa ELU, combinaison fondamentale : o = Sg (w B®/ 4) = 2,228 / 0,283 = 8,88 MPa < 0,85 f. / (0 ¥;) =22,7 x 0,85 / (0,85 x 1,5) = 15,13 MPa OK ELS, combinaison rare : o = 1,518 / 0,283 = 5,36 < 0,3 f, = 6,81 MPa oK 7. SEMELLES SUR PIEUX - GENERALITES Compte tenu de la charge apportée par la structure et des forces portantes des pieux dispo- nibles, il est nécessaire de disposer un ou plusieurs pieux sous I’élément porteur. Pour un seul pieu, la forme du poteau (généralement rectangulaire) et la forme du pieu (généralement circulaire), la nature différente des bétons utilisés, les méthodes différentes de réalisation, nécessitent la mise en place d’un ouvrage de transition appelé semelle sur pieu. Pour plusieurs pieux sous un méme poteau, la semelle sur pieu permet de répartir la charge sur I’ensemble des pieux. En batiment, on utilise habituellement des semelles sur un, deux, trois ou quatre pieux, rarement plus (Fig.1 et 2). Fig. 1 - Semelles sur 1 et 2 pieux Fig. 2 - Semelles sur 3 et 4 pieux Pour un bon ancrage des armatures longitudinales, il est nécessaire de disposer d’un débord de la semelle de 0,15 m environ par rapport au nu extérieur du pieu. La hauteur de la semelle est déterminée de telle fagon que la transmission de I’effort amené par le poteau se fasse médiaire d’une ou plusieurs bielles. le 62 [1], article C.2.3.4 précise qu'une semelle peut étre considérée comme infiniment rigide si sa hauteur est supérieure a 0,4 fois I’entre axes des pieux. Groupe de pieux. On considére qu’un pieu n'est pas perturbé par Ia présence dun pieuw Voisin si la distance entre axes est au moins de trois diamétres (ou 1,5 fois la somme des diameétres pour des pieux de diamétres différents). 7.1. Liaison semelle-poteau La liaison entre poteau et semelle est assurée par un des disposi 7.1.1. Poteau béton (Fig. 3) Des aciers en attente correspondant en nombres, Poteau diamétres et dispositions, aux armatures du béton poteau sont disposés pour assurer le recouvre- Attentes ‘ment avec ces armatures. Let sera de ° 0,6 Lz au dessus de la semell 'y a,pas eaves de moment apporté par le poteau. En cas de ‘moment, la longueur sera prise égale & L, et les. attentes seront descendues dans Ia semelle pour assurer la transmission des efforts de traction éventuels dans le ou les pieux. Iongueur de recouvrement des Fig. 3 Liaison semelie — poteau béton 7.1.2. Poteau métallique encastrés en pied ; ou bien pl Les structures métalliques calculées avec un encastrement en pied sont en général plus économiques que lorsqu’elles sont calculées comme articulées. Cependant, ies moments apportés par le poteau se répercutent sur la semelle et les pieux (Fig.7). L’accroissement de colt en résultant est trés souvent supérieur a '6conomie réalisée sur la charpente. En conclusion, on préférera n pied Les platines sont scellées dans le béton de la semelle au moyen de barres d’ancrages avec crochets (Fig. 4~ a-b-d-c) ou de plaques boulonnées (Fig.4 -c), plus rarement au moyen de sommiers (Fig.4-d). Les crochets sont tournés vers Yextérieur lorsque cela est possible (semel vers lintérieur en cas de semelle étroite (Fig.4-a). Pour un poteau articulé en pied, on ne disposera que d'un ancrage (ou d'une file centrée dancrages) (Fig.4-c). Fig. 4 - Ancrage des poteaux métalliques dans une semelie (2° pose large) ou bien 7.1.3. Réalisation des ancrages er un des deux dispositifs de la figure 5. ~ Par poches de réservation dans lesquelles sont descendues les barres d'ancrage préalable- ment fixées a la platine et au poteau. On procéde ensuite au coulage en deuxiéme phase d'un béton fluide et a haute résistance (Fig.5-a). ~ Par mise en place des barres dancrage avant coulage du béton de Ia semelle. La bonne Position des barres est assurée par un gabarit provisoire (Fig.5-b). a b Fig. 5 - Scellement des barres d'ancrage calage et réglage de (Gouvent base de lim: 2. Lorsque le pied de poteau est situé a une certaine hauteur au-dessus de la semelle, on dispose d'une flit ou pigtement ou masif) (Fig. 6). 3. Ces disy maniére aux liaisons poteaux-semelles superficielles. Semelle Fig. 6 - Poteau - embase - semelie. 8. PIEUX SOUMIS A UN EFFORT HORIZONTAL EN TETE Les pieux peuvent avoir a reprendre des efforts horizontaux dus au vent, aux actions sismi- ques ou a des réactions horizontales en pied de poteau (par exemple I'action des charges permanentes sur la traverse d’un portique). On considére le pieu comme une poutre sur sol élastique de largeur B (voir chapitre 4, de deux pieux alignés dans le sens perpendiculaire a Veffort ; ~ encastré en téte pour les semelles sur trois ou quatre pieux, ou encore pour les semelles sur deux pieux dont 'axe d'alignement est paralléle a effort. Les déformations en téte sont fortement réduites pour les pieux a téte encastrée, mais le ‘moment maximum est augmenté de facon importante. (Fig.7) ‘On pourra utiliser le programme « PIEUHOR », qui calcule le piett coinme une poutre sur sol élastique avec plusieurs couches de terrain. On obtient pour chaque coupure les valeurs du moment, de effort tranchant, de la rotation, de la fléche et de la contrainte exercée par Je pieu sur le sol horizontalement. Beagen Aad. — D=6 fas] Articulé en tate Encastré en téte (Mmax=83 kNm) — (Mmax=100 kNm) Fig.7- Déformations horizontales pour un effort horizontal de 0,1 MN en téte. 8.1. Exemple - Etude d’un pieu pieu articulé en téte de 0,60 m de diamétre et 6 m de longueur. Le module d’Young ‘yaut 30 000 MPa pour des actions de courte durée (vent par exemple). Le module du sol est k= 10 MPa/m. ELS (on utiliserait la méme méthode pour un calcul en ELU) appliquées sont données dans le tableau suivant : ‘SOLICITATIONS en téte des pieux Cas de Effort normal Moment Effort horizontal charge NenMN MenMNm Hen MN 1 0,91 0,018 0,032 2 0,62 0,009 0,026 3 0,18 0,024 0,038 En appliquant le programme « PIEUHOR », on trouve les résultats suivants : RESULTATS « PIEUHOR » Cas de | Effort normal | Moment maxi | Profondeur | Déformée | Contrainte maxi Charge | NenMN | enMNm enm —|entéte (mm) | du sol (kPa) 1 091 0.0404 7,50 455 455 2 0.52 0.0284 1,80 3,49 349 3 0,18 0.0477 1,50 538 53.8 On disposera, a priori, du pourcentage minimum dacier prescrit par le réglement, 0,5 %, soit 8HA16 (= 0,57 %). On vérifie ensuite le pieu a la flexion composée avec le programme « FLEXCOMP ». Les résultats sont résumés dans le tableau suivant. Casde | Effortnormal | Moment Moments résistants ; oe han prt = ant Vérification 1 0,91 0,0410 0,078 0,078 OK 2 0,52 0.0284 0,087 = 0,087 0K 3 0,18 0,047 0,070 =0,070 OK On vérifie sur le graphique de la courbe d'interaction (N, M) (v« \prés) que les 3 points représentatifs des sollicitations appliquées 4 la section sont bien a I'intérieur du domaine de sécurité. Remarque La courbe dinteraction posséde une partie verticale correspondant au cas de section entié- rement comprimée, Ceci est dau fait que la contrainte de compression au centre de gravité dun pieu en ELS ne doit pas dépasser 0,3 f, et la contrainte maximum 0,6 f. PROGRAMME « PIEUHOR » Données « PIEUHOR » 1 ‘données au clavier 3 * résultats sur Vimprimante seulement iamétre (m) et longueur (m) du piew 30000‘ module d’Young du béton du pieu 1 " pieu articulé en téte 0.032 ' effort (MN) horizontal en téte de pieu 0.018 — ‘ moment (MNm) en téte de piew 20 * 20 trongons de calcul et de tracé 1 6 10 1 couche de terrain * épaisseur (m) et module de réaction (MPa/m) de la couche Mode d'emploi de « PIEUHOR » 1° Ligne. 2° Ligne. 3° Ligne. 4° Ligne. (si Type=0) 5° Ligne. GiTyper!) 6° Ligne. GiType=2) 7° Ligne. 8° Ligne. 9° Ligne. 10° Ligne. (i Ena=1) 11° Ligne. 12° Ligne. 13° Ligne. (N, lignes) Données = 1 pour entrer les données au clavier, =2 pour entrer les données en DATA en fin de programme. Sortie = 1 pour avoir les résultats sur I'é =2 pour avoir les résultats sur I’écran et sur I = 3 pour n’avoir les résultats que sur limprimante. Type 0 = section circulaire, 1 = section rectangulaire, 2.= section queleonque. B,D B = diamétre (m) du pieu, D = longueur (m) du piew. B,h,D B = largeur (m) du pieu dans le sens perpendiculaire a "effort, h= épaisseur (m) du pieu dans le sens paralléle a I’effort, D = Jongueur (m) du pieu. B,In,D B= largeur (m) du pien dans le sens perpendiculaire a I'effort, In = moment ie (m*) de la section du pieu dans le sens de I'effort, D = longueur (m) du pieu. E = module d’ Young (MPa) du béton. Ena = I pour un pieu articulé en téte, = 2 pour un piew encastré en téte. Ht = effort horizontal (MN) en téte de pieu. M = moment (MNm) appliqué en téte, positif sil ajoute ses effets a ceux de Yeffort horizontal. N, = nombre de trongons de calcul et de tracé du dessin. Ne = nombre de couches de terrain de caractéristiques différentes. hk h= épaisseur (m) de la couche, k= module de réaction du sol (MPa/m). Données a I’écran de « PIEUHOR » Se PIEUHOR Woutez-Vous Entrer les Donnees {= auClavier, | 2= en DATA en Fin de Programme =? 1 lvowlez-Vous les Resul 1-2 3 Section du Pieu: 0 = Circull Dianetre et Longueur du P re, = Rectenguigine, 2 = Guelcongue, =? 0 5; far et ueso.e 8 000 cn Tete, 2= Encastre an Tete. 9? 1 a3 Osos hoate BED ere de Couches de Terrain =? 1 en Bo (een Epaisseur’ Ge) et Module du Sol Fa/a? =? 6 10 lUoulez-Uous les Dessins ; oui=t , non=0 =? 1 Résultats de « PIEUHOR » pa Diamétre du Plow = 0,600 m ronguour du Piet = 6.000 m Module ¢'Young ctu Beton = 30 000 MPa Effort Horizontal en Téte = 0.032 MN Moment en Téte = 0.018 MNm Atticule en Tete ‘Couche N° 1 , Epatssour = 6,000 m, Module du Sol = 10.00 MPa/m_ RESULTATS Cote Fleche Rotatt. Moment EfTr. Contr.Sol m mm 14/1000 kNm iN kPa 455 ~ 1557 18.00 32.00 45.46 4.08 = 1.521 26.41 3.63 = 1.475 3.20 = 1.420 weroanenno Graphique de « PIEUHOR » Rotation naxt Tlonent_naxt 1.587 rd/1000 40.3058 ktm Listing de « PIEUHOR » 10 ON ERROR GOTO 30' Henry THONIER - Decembre 1992 - 20 GOTO 50 20 PRINT USING'Enrour No### Lignef ####"ERRERL:STOP 40 CLS:DEFDBL A-H:DEFDBL L:DEFDBL N-Z 50 REM Programme de Calcul de Pieu avec Effort Horizontal en Tete 60 REM et Sol elastiquo en Plusieurs Couches : PIEUHOR 70 DIM UC13), UM¥C3) 80 CALL TEXTSIZE@):CALL TEXTFONT() ' Propre au Mcintosh 90 IDIM-0 100 cis 10 PI=ATNC ae 120 Gosus 3: ture des Donnees, 190 FOR I=] TO MM:FOR J=] TO MM+1:D4..)=O#-NEXT J:NEXTI * Conditions en Pied et Tete 180 IF NC=1 THEN 190 160 FOR INC=1 TO.NC-1 ' Pour Chacuue Interface de Couche 170 GOSUB 1590. Conaitions de Compattibilite entre Couches 180 _NEXTINC 190 GOSUB 1800 ' Resolution du Systeme de MM Equations a MM Inconnues 200 GOSUB 2110 ‘Ecriture Titre 210 FORIX~0 TONX 220 X2-IK'1/NK 230 GOSUB 2220 ‘culture des Resultats 240° NEXTIX 250 GOSUB 2510 'Dessins 260 IX-0:C15 270 PRINTANPUT'Voulez-Vous les Resultals pour une Autre Cote: ouls1, non=0 280 IF 11=0 THEN 340 290 GOSUB 2110 ‘ Eoriture Titre 1380 REM Lecture des Donnees 1390 PRINT’'Voulez-Vous Entrer les Donnees * 400 INPUT 1 = au Clavier, 2 = en DATA en Fin de Progiemme ="\LDA 40 IF IPE>1 THEN LPRINT USING‘Couche Not , Epoissour =##.### m, Module du Sol ~##H##.## 2 THEN READ HC(D,KCUD:GOTO 740 $:GOSUB 2810:HCA)=U(0):KCAD=U(1)PRINT D STH PNT Emr vr longue petot des Cochos Rocummancat GOTO 670 dormer tans B10 PRAT ANDO NEES PET —* 220 RECO EN PNT Uae Daroe cP #88 GOTO 880 13 enon 830 IF IFM=1 THEN PRINT USING'Largeur =##.### m et Epaisseur du Piou =##.4### m";B;H:GOTO 850 Wa a) BELA. 376 377 1600 REM Calcul des Coetficients inconnus A, B, A‘, B, A1,B1,A'1,B1,A2,B2,A2,B2 1610 REM par les Conditions de Compatibilte - Equations § ct MM 11620 REM Calcul des Coefficients de la Matrice D(-) pour les Points B, C, 1630 BE=1# 1810 REM Resolution d'un Systeme de MM Equations ct MM Inconnues par GAUSS 1820 REM Les Constantes donnees et les Resultats sont dans ia Colonne MM+1 1870 K8=I8 1880 IF A(K8,{8)<>0 THEN 1910 1990 FOR J9=MM+1 10 18 STEP -1 2000 ACM?.J9)~ACM9.J9)-A(M9.18Y°A0B.J9) 2010 NEXT J9 +2020 NEXT M9 2030 NEXT 18 2040 FOR I8=MM TO 1 STEP-1 2050 IF 18=MM THEN 2090 2060 FOR KB~18¢1 10 MM 2070 Ad8,MM+1)=A(B,MM*1)-A(1, KB’ ACK MM+1) 2080 NEXT KB 2090 NEXT 18 2120 REM Ecriture du Titre 2130 IF IPE>2 THEN 2170 2140 PRINT:PRINT’ Cote Fleche Rotat. Moment Etf-Tr. ContrSol" 2150 PRINT’ m mm rd/1000 kNm kN kPa" 2160 PRINT 2170 IF IPE<2 THEN 2210 2180 LPRINTLPRINT Cote Fleche Rotat. Moment Eff. Contr Sol” 2190 LPRINT’ m mm 14/1000 kNm kN kPa 2200 LPRINT 2210 RETURN 2220. REM, 2230 REM Ecriture des Resullats a la Cote Absolue X2, Relative XI 2240 UH=0:BE=1:MT1=0:V71=0:J2=MM+1 2250 FORIC=1 TO NC’ Recherche du No de Couche, 2260 UH>UH+HCAC) 2270 IF UH>X2 THEN IND=IC:GOTO 2290 2280. NEXTIC 2200 K1=KC(IND) 2300 X1-X2-UH+HCOND)L1=X1 *Cote Relative 2310 LA~CK1"B/4#/D)A.25# 2320 REM Calcul de y, y’, M, V, Sigma a la Cote X1 2990 U1=EXP(LA‘L]).U2=COSLA'L1):U3-SINGA'L1) iy aNRn EE tenet HOR HEED (000; w¢1)"K1"1000 deen ete ate HEED 2520 INPUT Voulez:Vous les Dessins : ou=1, non=0 ="IDE (2530 IF IDE=0 THEN 2800 2540 CLs 2850 LA~500:1B=290 ' Lorgeur et Hauteur de Icon 2560 FOR I=0 TO 3: U()=O:NEXT I 2570 FORJ=0T03 2580 FORI-O TONX 2590 IF ABS(FLGI.D)>U() THEN UG)=ABS(FLC,D) 2600 NEXTI 2610 NEXTJ 2620 PRINT’ Fleche mend Rotation maxi Moment mon Ett. Trench. maxi" 2630 PRINT USING © fitt.### mm © #4844. 1/1000 HARE. AHWO Nm | ARRELOEEE KN", UcO)"1000;U(1)"1000; U¢2)"1000-U(3)"1000 2700 ‘LINE (KA, 9"LE){KA.LB/8) 2710 FORI-0 TONX 2720 X1*XA#LA/IOFLG.D/U0) 2760 2770 2780 IF IPE>1 THEN LOOPY 2790 INPUT Ul$, 2800 RETURN Sri RE 2820 REM: Conversion Lecture Format Libre 2830 FORI-0T0 12 2840 U0 2850 NEXTI 2860 11-0 12870 IF CL$=" OR CL$~"" THEN 2970 2880 J=1 2890 IF INSTR CLS," )=J THEN JaJ+1:GOTO 2890 2900 CL$-RIGHTS(CLS,LEN(CL$)J+1)J~INSTRO.CLS,") 2910 IF [nO THEN MOT$=CL$:GOTO 2930 3030 REM H.L.EY,ENC, VT.(MD,.NX.NC 3040 REM Het L = Diametre ot Longuour du Pieu (in) 3050 REM. EY = Module ctYoung du Beton (MPa) 3060 REM ENC=1=Tete Articulee, =2=Tete Encastree 3070 REM VT = Effort Horizontal (MNjen Tete (MNm) 3080 REM MT = Moment on Tete (MINm), si ENC*1 3090 REM. NX = Nombre de Points de Caicul 3100 REM NC = Nombre de Couches de Terrain 3110 REM HCQ) et KC) = Epaisseur (m) et Module du Sol (MPa/m) 3180 DATA 0.0.6 6,30000.1,0.038,0.021,20.1,6.10 PROGRAMME « FLEXCOMP » Données « FLEXCOMP » 1 * données au clavier 3 * résultats sur Yimprimante seulement len ELS 0 jon en béton armé 6.81 "9, = 0.3 X22.7 MPa "9, = 110,/nfy = 195 (avec fy = 1,962 MPa) en fis. préjudiciable ion circulaire 06 diamétre (m) 8 * enrobage (cm) a axe des aciers 5 ‘ sortie de la courbe dinteraction 0.91 0.0401 ‘effort normal (MN) et moment (MNm) cas 1 0.52 0.0284 ‘effort normal (MN) et moment (MNm) cas 2 0.18 0.0477 ‘effort normal (MN) et moment (MNm) cas 3 0 "fin de description des sollicitations Mode d'emploi de « FLEXCOMP » ~ Programme de flexion composée de section quelconque Le programme au choix : 1 - vérifie une section donnée, pour des aciers donnés et des couples de sollicitations (M, N) donnés, 2. imprime, sous forme de tableau, tous les couples (M, N) d'une section donnée, pour des aciers donnés, dans les cas de section entiérement comprimée, partiellement tendue ou interaction pour les mémes données que ci-dessus et positionne les couples de sollicitations (M, N) éventuellement donnés, ies courbes diinteraction d'une section donnée pour plusieurs pourcentages jue les couples de solicitations (M, N) éventuels. - un cercle (pieu par exemple), - une section rectangulaire, une section quelconque composée de trapézes superposés (Te, I, H, ..). La vérification, le calcul du tableau, le dessin de la courbe diinteraction ou T'abaque d’inte- taction peuvent étre effectués en ELS ou en ELU en ‘béton armé (BAEL 91). La vérification peut étre faite en béton précontraint en. ELS ou ELU (BPEL 91). 1° Ligne. Saisie = I pour une saisie des données sur le clavier, = 2 pour une lecture des données en DATA en fin de programme. 2° Ligne. Résul = 1 pour une & = 2 pour une é = 3 pour une écriture des résultats sur Vimprimante seulement. ELU = 1 pour un calcul en ELS, 3° Ligne. 18° Ligne. = 2 pour un calcul en BLU. BAP = 0 pour un calcul en béton armé, = 1 pour un calcul en béton précontraint. Sb = contrainte admissible (MPa) du béton en flexion simple, = 0,6 fog en général. os = contrainte admissible (MPa) de lacier (suivant le type de fissuration). 4° Ligne. 5° Ligne. (si ELU=1) et (si BAP=0) 6° Ligne. (Gi ELU=1) et (i BAP=0) 7? Ligne. (si ELU=2)ou (i BAP=1) 8° Ligne. (Gi ELU=2)0u (i BAP=1) 9° Ligne (si BAP=1) 19° Ligne (si BAP=1) 20° Ligne. : (Gi Sortie= = Résistance caractérist ‘ 12003) ractéristique (MPa) du béton. te = limite élastique (MPa) de 'acier de béton armeé. Sreafore ‘peg = limite élastique garantie (MPa) de Iacier de précontrainte, Jorg = résistance garantie (MPa) de Yacier de précontrainte. KI = classe de vérification en béton précontraint en ELS = 1 , 2 ou 3. 21° Ligne. Gi Sortie=4) et 10° Ligne (Gi BAP=1)et (SiELU=1) 11° Ligne. 22° Ligne. (Gi Sortie=4) et Forme (si Forme=2 ou = 2 pour une section rectangulaire, = 3 pour une section composée de trapézes superposés. Piew = 0 si élément étudié n'est pas un pieu, = 1 pour un pieu (de section circulaire, rectangulaire ou quelconque). Diam = diamétre (m) de la section circulaire en béton. Enr = enrobage a I'axe (em) des aciers de la section circulaire. bh b= largeur (m) de la section rectangulaire, h:= hauteur (mn) de la section rectangulaire. * n, = nombre de trapézes superposés et accolés composant la section. a,b,c 3 a= largeur (m) de Ja partie supérieure du trapeze, b= largeur (m) de la partie inférieure du trapeze, c= hauteur (m) du trapéze. 23° Ligne. (Gi Forme=1) et (Gi Sortie=1, 2 ou 3) 24° Ligne. (i Forme=2 ou (Si Sortie=1,2 0 12° Ligne. (si BAP=0) 13° Ligne. (si Forme=1) 14° Ligne. (si Forme=1) 15° Ligne. (si Forme=2) Reiie 25° Ligne. (si Forme=3) 17° Ligne. (si Forme=3) (nt lignes) et (etsi BAP=1) (si Forme=2 ou 3) d, = distance (m) de I Sortie = | pour Ia vérification de la section pour un ou plusieurs couples de sollicitations Moment ~ Effort Normal (M, N), (seule possible en BP), = 2 pour Ie tableau des résultats : N, M, x, ¢o, déformations (ELS) ou contraintes (ELU) pour toute position de la fibre neutre x de - o» a + °°, = 3 pour le dessin de la courbe dinteraction (N, M), = 4 pour dessiner les abaques d'interaction pour m (usqu’é 8) pourcenta- ges dacier (dans ce cas il ne peut y avoir qu'un ou deux lits ’aciers). Mg = moment (MNm) di aux seules charges permanentes. N, M, (Comb) couples de sollicitations appliqués (FIN = 0.0 ou 0.0 0) N = effort normal (MN) autre que la précontrainte, M = moment fléchissant (MNm). = let ELU=1) ion dlexécution, = 1 pour la combinaison quasi permanente = 2 pour la combinaison fréquente = 3 pour la combinaison rare. Enr Ent = enrobage (cm) pour les abaques en s ection rectangulaire ou quel- (si Forme=2 ou 3)conque. Ne pour les aciers des sections rectangulaire ou queleonque de la sorte aba- ques 3m, = 1 pour un seul lit dacier situé a une distance de la fibre inférieure de ‘a section égale a Venrobage décrit ci-dessus, ig = 2 pour det in en haut, Vautre en bas, tous les deux avec l'enrobage ci-dessus, ces aciers sont symétriques. n, phi pour une section circulaire : n= nombre (pair) de barres, phi = diamétre (mm) des aciers. d,n, phi 3)et d= distance (m) de laxe de V'acier a la fibre supérieure du béton, 113) _m-= nombre de barres du lit, phi = diamétre (mm) des aciers du lit, Retour ligne 24 ou FIN = 000 yy thy, T, Op» Op 'axe du cable a la fibre supérieure du béton, n, = nombre de torons, (si Sortie=1,20u3) T’= type de torons = 13 pour du T13 de 93 mm’, = 14 pour du T14 de 100 mm?, = 15 pour du T15 de 139 mm?, = 16 pour du T16 de 150 mm’, Gp = contrainte (MPa) de Yacier du cable aprés pertes, @,, = diamatre (mm) de la gaine du céble. Retour ligne 25 ou FIN = 00000 Données a I’écran de « FLEXCOMP LO? SSS Woulez-Vous En 5 Donnees de Progranme Imprimante, I'Imprimante seule en ELU = 2:71 Section en Beton Precontraint: Oui=1, Non=0 7? 0 ‘du Beton (HPa) =? 6.81 de I'Acier BA (HPa) =? 195 2 = Rectangulaire, 3 = Quelconque : Quist, Non=0 =? 1 Enrobage a |'Axe des Aciers (om=? & a ELEC OM PS Type de Sortie = Verification d'une Section pour un ou des Couples (M,N) Tableau des Resultats : N, M, x, e0 Dessin de ta Courbe d’interaction <(N,M Abaques d’Interaction pour 6 Pourcentages d'Acier 1 A 3 4 1 Effort Normal ¢HN> et Moment appliques : -? 0.52 0.0284 et Moment appliques : ? 0.18 0.0477 et Moment appliques : 20 Résultats de « FLEXCOMP » Calcul en ELS ‘Contrainte Admissible du Beton = 6.81 MPa Contrainte Admissible de TAcier = 195.00 MPa section Circulaire : Diamétre = 0.600 m ‘Armee de 6 Phi 16 Enrobage & ’Axe des Aciers = 8.0 cm ‘Charges Appliquées en ELS No Eff. Normal Moment MN MNm_ 1 0.910 0.040 2 0.520 0.028 3 0.180 0.048 Aciers BA No Nbre Diamétre Distance mm m 1 ns 16.0 0.080 2 d. 16.0 0.144 3 1 16.0 0.300 4 1 16.0 0.456 5 1 16.0 0.144 6 1 16.0 0.300 ce 1 16.0 0.456 8 1 16.0 0.520 Section Beton Seul $= 0.282743 m? 1/v1 = 0.021206 m® vi ~ 0.3000 m Giration = 0.1500 m T= 0.006362 m4 1/v2 = 0.021206 m v2 = 0.3000 m Rendement= 0.2500 Section Homogéne avec n= 15 S = 0.306871 m? 1/v1= 0.023152 m? v1= 0.3000 m Giration = 0.1504 m_ T= 0.006946 m* 1/v2= 0.023152 m3 v2= 0.3000 m Rendement= 0.2515 Pourcentage d'Acier BA sur Section Totale = 0.569 %, Section Symétrique Graphique de « FLEXCOMP » Le dessin de la courbe “apparait qu’avec les sorties 3 et 4. Le tableau de résultats ci-dessus n’apparait qu’avec la sortie 1. Listing de « FLEXCOMP » 10 REM Programme de Calcul de Flexion Composee d'une Section Gueleonque 20 REM Conforme au BAEL 91 et BPEL 91 30 REM en Beton Precontiaint ~ Verification de Section avec Cables Injectes ‘40 REM ‘FLEXCOMP” ~ Henry THONIER ~ Decernbre 1992 50 ON ERROR GOTO 70 60. GOTO 80 70 PRINT USING"Ereur#¥## Ligne ####"ERR:ERL:STOP 80 CALL TEXTFONT(4):CALL TEXTSIZE(9) Taille des Lettres sur Ecran (Macintosh) *Coetcent Equivalence Acter/Beton * Module dYoung de YAcior BA en MPa. 180 £10~1900001 "Module d'Young de TAcier BP en MPa. 1g0 PRN 01 Precision sur kt Recherche de IBtort Ntmal en MIN = 0.01) 36) PRINT Voulma Vous Ener Ties Dennoos 380 PRINT 1 = sur le Clavier:PRINT 2 = en DATA en Fin de Programme" ‘450 GOSUB 2730 "Lecture cles Donnees Geometriquues ‘460 GOSUB 8500‘ Caractetistiques Mecamicques Brutes ‘470 IF BP>0 THEN SORTI=1:GOTO $50 480 IF IECR~2 THEN READ SORTI:GOTO 550 490 PRINT:PRINT Type de Sortie * 500 PRINT 1 = Verification clune Section pour un ou des Couples (MLN 1590 PRINT USING® 4 = Abagues Gntoraction pour ## Pourcentages Acie: IPCT 840 INPUT ="SORTI 550 IF SORTI=1 THEN N9~2 560 IF SORTI=1 OR SORTI~3 OR SORTI~4 THEN GOSUB 3170 ‘Lecture des Charges 570 IF SORTI=4 THEN GOSUB 3430 :GOTO 600 ' Calcul des Aciers Abaques {680 ON SORTI GOTO 690,800,850,910 690 GOSUB 5810 Ectiture Titre Tableau de Verification 700 FOR ICM=1 TO NMP 710 IF BP>O AND ELU<1.1 THEN GOSUB 1090:G0T0 790 Beton Precontcin n ELS (GOSUB 5950 * Calcul des Moments ot Bit. Normoux Resistonts Bs NEXT ICM 3 aN ervontenives Meccan avec Meme Geometric et GAutres Aciers : Ouln1, Non=0 “"UL:PRINT 387 750 IF U1~0 THEN 790 '860 GOSUB 4280 ‘Calcul de N, M, x, e0 {870 GOSUB 11520 * Dessin de la Courbe diinteraction 880 PRINT:INPUTVoulez-Vous Rocalculer avec Meme Geometie et ‘Autres Aciors : Oul=l, Non-0 = UL:PRINT £890 IF U1>0 THEN TOUR=1:IECR=1:GOTO 570 17 . {He moet mE SAT “OSATG=0:GOTO 1290 1190 IF Ki~2 THEN SAT=.1.5°FTSATG=0:GOTO 1290 1200 IF KL~3 THEN SAT=-0:SATG=-100:GOTO 1290 1210 SAD=.6°F8 1220 IF COMBQCM)>2 THEN 1260 1230 IF KL=1 THEN SAT=0:SATG=0:GOTO 1290 110 IF KL=3 THEN GOSUB 1890 * Classe I 388, 1340 REM Calcul des Moments Resistants Maxi et Mini en Classe 1 et 2 1950 X=V1BH'SX-SAD:GOSUB 1510:MSUP>MK 1960 K-V1BH-DP(NP) ENP 1970 IF X>0 THEN 1400 1430 X=V1BH-DPC1)+ENP1 1440 IF XMMIN THEN MMIN=MK 1470 K=VIBH-SX=SAT:GOSUB 1510 1480 IF MK>MMIN THEN MMIN=MK 1490 GOSUB 670 'Ectiture des Resullats 1600 RETURN Big Reg 1820 REM Pour x donne et Sigma donne en BP 1530 POR IP=1 TO NP:DEPOP)=0:NEXT IP 1640 GOSUB 1650” Somme des Pj 1850 FORIKT=1 705 1860 GOSUB 1740 ' Somme des Delta Pj FOR IP=1 TO NP SGI-PI/SECH (PEI MP) (V1BH-DPP))/INEREL P PEJPEJ+U1"(V1BH-DPOPS) NEXT IPS atacand PJD=PJ:PEJD=PEJ FOR IPJ=1 TO NP PJD-PJD+DEPOPS) PEJD=PEJD*+DEPUPJ)'(V IBH-DPCPD)) NEXT IPS Rerun M 90 HEM Zan nage oo BP 1640 ENP=1.5°PHIGNP) 1850 IF ENP>.12 THEN ENP~.12 1860 ENP1=1.5*PHIGC1) 1870 IF ENP|>.12 THEN ENP1=.12 1880 RETURN 1890 REM 389 See Aree cne ror srtnen n nenoeorenernenesen FE cme rene Sete ereerisceraansna a 3550 AIRA=PCENT'PI/4°PHIPA2/NB 3560 GOSUB 5670 3610 N6~OiF FORME] THEN 3770 392 4320 121 _' Sections Entierement Tendues Pivot 1A 4330 IF IMPR<3 AND SORTI=2 THEN PRINT:PRINT'Section Entierement Tendue Pivot 1A" 4380 IZ=2 ' Sections Partiellement Tendues Pivot 1B 4390 IF IMPR<3 AND SORTI~2 THEN PRINT: PRINTSection Partiellement Tendue Pivot 18° 44470 IF IMPR>1 AND SORTI=2 THEN LPRINT:LPRINTSection Pattiollement Tenclue Pivot 2° 4480 IF SORTI"2 THEN GOSUB 9560’ Ecriture Tablecux 4490 E1=D2 4500 ADI=D1:AD2=(1-D(N6)/HT'D2 4510 GOSUB 5030 4520 124 ' Section Entierement Comprimee Pivot 3 4530 IF IMPR<3 AND SORTI=2 THEN PRINT:PRINTSection Entiete rent Comprimee Pivot 3* ‘4840 IF IMPR>1 AND SORTI=2 THEN LPRINT:LPRINT'Section Entierement Comprimee Pivot 3° "Section Entierement Comprime Pivot 3 4610 IF IMPR<3 AND SORTI~2 THEN PRINT:PRINT'Section Entierement Comprimee Pivot 3” 4620 IF IMPR>1 AND SORTI=2 THEN LPRINT:LPRINT’Section Entierement Comprimee Pivot 3 4630 IF SORTI=2 THEN GOSUB 9560’ Ecriture Tablecrux 4680 IF IMPR>1 AND SORTI«2 THEN LPRINT:LPRINTSection Partiollement Tendue Pivot 2" ‘THEN GOSUB 9560 ' eriture Tabbleaux . -DI:AD2=D(1)/HT'D2 ‘GosuB 5270 4730 12-7 ' Section Partiellement Tendue Pivot 1B 4740 IF IMPR<3 AND SORTI=2 THEN PRINT:PRINT'Section Partiollement Tendue Pivot 1'B" 394 oF IMPR>1 AND SORTI-2 THEN LPRINT:LPRINT Section Patticlloment Tendue Pivot 15" IF SORTI=2 THEN GOSUB 9560 'Ecriture Tableau EI-DI IPIEU>0 AND AD2>D10 THEN AD2-D10 47 4900 2-8 f jei0 IF IMPR<3 AND SORTI~2 THEN PRINT:PRINTSection Entieremont Tendue Pivot VA" e20 IF IMPR>1 AND SORTI~2 THEN LPRINT:LPRINTSection Entierement Tendue Pivot 1A" 4800 IF SORTI=2 THEN GOSUB 9560 'Ecriture Tableaux 4349 ADI=DI-AD2~0E1~D1 ‘4350 GOSUB5420 4930 GOSUB 7390 * (Beton) + Acier Tendus 4940 NEXTJI 4950 RETURN 4960 REM Pivot 1B —— 4970 AD3=(AD2-ADD/NO- 4980 FOR JI NOTONS 4990 -El=JI"AD3+ADI 5000 GOSUB 7390 ‘Beton + Acier Tendus 5080. GOSUB 7390 ‘Boton + Aciors Tendus $310 IP E1>D9 THEN F2~(E1-D5)/V2K+D5 8320 GOSUB 7390 ‘Beton + Aci: Tendus 395 -LPRINT'VERIFICATIONS'LPRINT’ ———"LPRINT 4 pecans Agissantos Solicitations Resistantes Veriioation* 15500 REM Aciers et Beton Entierement Comprimes SSID IF <4 OR IS THEN 5660 5820 REM Ecriture Tableau des Verifications {5830 IF IMPR>2 THEN 5890 3’ Moment Minimum ‘5870 PRINT (MIN) (MINE) (MN) (MINm) (MN 5880 PRINT 5890 IF IMPR<2 THEN 5940, IF E1>-0 AND E2>-0 THEN UH-HT EL DPU/UH, GOSUB 8420 ‘Deformation Aciet @6 pour Contrainte Go TF ABS(DS2)>.01 THEN DS2~.01°SGNODS2) =1 THEN GOSUB 2100:GOTO 7460' Calcul de E2 en Classe 3 '=1 THEN 7440 ELSE GOTO 7460 e anER te RHE SHEEN SHO |=2 THEN GOSUB 2200:GOTO 7500 ‘Calcul de E1 en Classe 3 2 THEN 7480 ELSE GOTO 7500 wate oe HH ened HUReR HE )EQU'SL UH>D(NS) ELSE UHSHT:DCI) Pte er 80 REM Contrainte Fé Acior Ecroui BA ou BP pour Deformation E4 2390 NEXI 400 Fa-(G1+G3)/2'SGNED) e410 RETURN £420 REM Deformee Actor Q6 pour une Contrainte G6 Calcul des Sollicitations dues a lc Precontrainte 8000 F2-FI°VIBF2 ' Moment pat Rapport au edg- 8010 IF F1-0 THEN £0=999.99 ELSE EO-F2/P1 8020 IF W4>999 THEN W4=999.999 8040 TN(KN2,ICB)=F 1:TM(KN2,ICB)=F2 8050 IF SORTI~2 THEN GOSUB 9710 Ecritures 8060 RETURN 8730 HT=Vi+v2 9740 ViB-V1 8750 U2-U4/Vi 8760 U3U4/V2 8770 RETURN 8780 REM: £8790 REM Ecriture des Conacristiques Mecaniques 18800 IF TOUR>O THEN 8990 I/visteetdett m3 vie##e## m Giration #4. Hit m4 Yvan AHH m3 vom 9270 IF TOUR>1 THEN 9290 402 9280 IF IMPR>1 THEN LPRINT:LPRINT USING’ Pourcentage d'Acier BA sur Section Totale 28.648 9 UL:LPRINT (9290 IF ABS(VIBH-HT*+V1BH)<,00001 THEN SYM=1 (9300 IF SYM>0 AND IMPR<3 THEN PRINT” Section Symetique™ (9310 IF SYM>0 AND IMPR>1 THEN PRINT" Section Symetriquet 9340 REM Resultats (9350 IF TOUR>0 THEN 9400 9360 IF IMPR<3 THEN PRINTPRINT "RESULTATS" 9370 IF IMPR<3 THEN PI (9380 IF IMPR>1 THEN LPRINT:LPRINT "RESULTATS" (9390 IF IMPR>1 THEN LPRINT™"*""" (9400 RETURN 9410 REM $< (9420 REM Ecriture des Resultats en Table (9430 IF SORTI<2 OR SORTI>2 THEN 9540 (9440 IF IMPR>2 THEN 9490 9450 PRINT (9460 PRINT = Distance de ka Fibre Neutre ct la Fibre Superiourey’ 9470 PRINT‘(@0 = Excentricite de N par Reppport cu Cag du Beton Seu)" 9480 PRINT(Contraintes en MPat ot Deformations en Milliemes) (9490 IF IMPR<2 THEN 9540 (9500 LPRINT 9810 LPRINT'(x = Distance de Ia Fibre Neutre a la Fibre Superieure)’ 9520 LPRINT (eo = Excentricite de N par Rapport cu Cdg du Beton Seuly’ 9530 LPRINT (Contraiintes en MPa et Deformations en Miliennes) 9650 IF ABSA)» 990 THEN WA-099 99 403 10070 PRINT USING" Contrainte Admissible du Beton = #i#.## MPat\F9 10080 PRINT USING" Contrainte Admissible de lAcier = ###.## MPcr:F5 10100 LPRINT USING’ Contrainte Admissible du Beton = #84.6% MPct:F9 ONO LPRINT USING’ Contrainte Admissible de 'Acier = #¥,# MPCtP5 10120 GOTO 10310 10130 IF IMPR>2 THEN 10170 10140 PRINT'Cajcul en ELU* ju Beton = #4. MPCEB 10190 LPRINT USING® Resistance du Beton = #4¥.## MParF8 LPRINT USING" Limite Elastique de lAcier BA = #44.4# MPct:F7 1 10210 THEN 10260 THEN PRINT USING’ Contrainte de Calcul du Beton ~ ###.## MPat;F9 ORELU>1.1 THEN PRINT USING’ Cont. de Calcul ci 1 THEN 10390 10320 IF IMPR>2 THEN 10360 10330 PRINT USING'Section Circulate : Diametre = 10340 PRINT USING?Armee de ## Phi ##".N6SQRC 10350 IF IMPR<2 THEN 10380 10360 LPRINT USINGSection Circulatre : Diamotro. 10370 LPRINT USINGAmnee de ## Phi ##°N6SOR 10380 GOTO 10510 10390 IF IMPR>2 THEN 10420 10400 PRINT:PRINT Trapezes:PRINT——":PRINT'No @ b ht 10410 PRINT’ m m m* 404 10420 IF IMPR<2 THEN 10450 104% :-LPRINT Trapozos':LPRINT'—-—"LPRINTNo ai b ht x mmm 4c be IMPR<3 THEN PRINT USING'## #4.04# #4444 #4 #4"; AQ);BQ);CO)_ IMPR>1 THEN LPRINT USING ## ¢Ht.tHit tHE fH dH EI; ACT)-BOD)-CQ) 1Os101Fbar>a THEN 10560 toego mat 7 {OS00 F FORMESY THEN PINT USING Toubur Toate ~ 488m Pant ira [ost0 IF ENDO THEN PRINT USINGEnbage ate des Aces =H. xB 00 {oso I naPaea TN T0610 10620 IF IMPR>2 THEN 10690 10630 PRINT:PRINT Charges Appliquees'; 10640 IF ELU>] THEN PRINT" en ELU' ELSE PRINT en ELS" BP>0 AND IMPR<3 THEN PRINT:PRINT USING’Moment du aux Changes Permanentes ~ ##.### ro =e SP50 AND IMPO>1 THEN LPRIVTLPRINT USING Mornent cnx Cheages Permanente = #48 10960 REM Repetition des Donnees Aciers 405 10970 IF SORTI=4 THEN 11180 PRINT'No Nbre Torons Distance Excentricite Section Diam, Gaine Contrainte" PRINT oom om mm2 mm MPo IF IMPR>2 THEN 11270 LPRINT:LPRINT Acers BP'LPRINT-——" LPRINTNo Nbve Toros Distance Excenticto Section Diam, Gaine Contain’ mom mm? mm MPo Hae wentee ene 448 ete waned eH #020 APC 1O0DDOPHNGR IO SP) NEXTI IF IMPR>2 THEN 11480 PRINT USING Precontraiinte apres Pertes ~##.### MN":PREC PRINT USING Section Tolale cfAcier de Precontrainte =##### mm2* SECP*10000001 480 IF IMPR<2 THEN 11510, 1490 LPRINT USING’ Precontrainte apres Pertes ~##.##¥ MN"PREC 11800 LPRINT USING Section Totaile d'Acier de Precontrainte =##### mm2" ;SECP*10000001 11810 RETURN LINDY MGS) JHOMG+5) NEXTIX FORIPC=1TOIPCT ‘Trace des Courbes NEXT 12090 GOSUB 12320 * Separateurs des Zones: 100 PRINT USING'M Max. =#iii# MINm" YC: 10 IF SORTI<4 THEN GOTO 12160 2140 PRINT USING" #.## % “;PCEN()*100: 50. NEXTI 70 PRINT USINGM Min. =i##. 4 MINen’:YD 180 PRINT USING'N Men. =#i4.44## MINXB 12190 PRINT USING'N Min, —###.s4## MINKA 112200 IF SORTI=4 AND ICB1 THEN LCOPY 12225 RETURN 12290 REM 12240 REM Nombre de Barrettes sur les Axes Ox et OY 12290 X3=X1 XO-1eMG. YO-JH#MG, Y1-YOJLYTM( 8.2. Exemple - Etude d’un groupe de pieux semble dune file de trois poteaux (Fig.8) reposant sur des semelles sur pieux reliées longrines avec : ~jun plea 600 sur Fane ~ deux picux 9900 sur Faxe 2, disposés dans un plan perpendic =e pieux 2900 sur I'axe 3, disposés dans le plan de la file des poteaux. s pieux ont tous une profondeur de 10,5 m. Le module d’Young du béton est de 30 000 MPa Le module de réaction du sol vaut k= 20 MPa/m. ations de courte durée). Sel. t—F - =e T TT] Semettes sur 2 | in LL | 1 9600 2.6900 20900 Fig.8 - Ensemble de pieux avec efforts horizontaux. een 105 Nous utiliserons le programme « PIEUHOR » pour déterminer la déformée en téte pour un effort unité de 0,1 MIN. Nous en déduirons alors Yeffort en téte nécessaire pour obtenir une déformée uni Les efforts dans les longrines sont obtenus par différence entre les efforts apportés pat les poteaux et les efforts résistants des pieux pour un méme déplacement de Vensemble, Pour raccourcissement ou l'allongement élastique des longrines sous Les efforts apportés par les poteaux en téte de pieux sont donnés dans le tableau suivant : Numéro diaxe 1 2 3 TOTAL Nombre de pieux7 1 2 2 5 Diamétre (m) 06 09 09 Condition en téte articulé | arliculé | encastré Effort H, (MN) en pied de poteau 0030 | 0,180 | 0,242 | 0,452 Déplacement 8 (mm) en téte de piew pour un effort unité H = 0,1 MN 5906 | 2952 | 1,496 Programme « PIEUHOR » oO oy Effort en fete (MN) pour un déplace- ment unité de 10 mm 01963 | 0.6775 | 1,9369 | 21837 =n/8 soit en % 775% | 3102% | 61,22% | 100% eten MN: Hp 0035 | 01402 | 02767 | 0,452 Effort dans la (<0 = traction) Hus = Huy + Hpi — He AVEC Hyg = 0 0,005 = 0,348 0 (©)2 pleux anioulés en tte donnent un déplacement moité que pour un piew (**) ploux encastrés en téte Hy effort dans la longrine 7 Hoi effort en t8te du piou i Haj effort en pied de poteau / Remarque ‘On constate bien que l’effort dans la longrine 3 (imaginaire) est nul. 9. SEMELLES SUR PIEUX 9.1. Généralités Les semelles sont des éléments de transition entre poteaux et picux qui n'ont pas les mémes formes, ni les mémes dimensi Nous n’étudierons que les semelles sur un, deux, trois pieux en triangle et quatre pieux, cas les plus courants en batiment. En effet, les efforts ne sont pas si importants et les forces portantes des pieux si petites que Ion soit obligé de recourir a des semelles sur cing pieux et plus (Fig. et 2). Les semelles sur trois pieux alignés sont & éviter car la répartition des efforts est difficile & cemer avec exactitude du fait de la connaissance toute relative que l'on peut avoir des caractéristiques du sol (relation enfoncement-effort) par rapport a celle du béton (souplesse 4 la flexion de la semelle et racourcissement élastique des pieux). Choix du nombre de pieux et du type de semelle Nombre Moment en pied de poteau de pieux Charge Suivant Ox: Mg suivant Oy: My 1 Modérée 0 0 2 importante | Modéré, voire important 0 3 Elevée important Important 4 Elevée Elevé Elevé Dispositions constructives Les semelles doivent déborder de (Fig. 9) : = 0,10 m des poteaux, = 0,15 m des pieux La hauteur totale ’ peut étre déduite de la hauteur utile den ajoutant 0,05 m correspondant 4 un enrobage de 3 cm, (sauf sol ou eau agressifs avec 5 cm), un diamétre transversal de Vordre de 8 4 10 mm et un demi-diamétre de 10 a 12 mm. On pourra disposer d'un pourcentage minimum d’acier pour les : iers horizontaux inférieurs et supérieurs, de 4 cm? par m de largeur, verticaux, de 2 / cm?/m et par face, (/t = hauteur de la semelle en m), - aciers horizontaux intermédiaires, de 3 cm?/m de face verticale. Cages de ferraillage Il peut étre pratique de disposer les armatures en cages préfabriquées en forme de U pour les aciers inférieurs et de U renversés pour les aciers supérieurs, que I’on appelle couram- ment paniers, Le recouvrement des crochets des U supérieurs et inférieurs assurent une inuité le tenant lieu de cadres (Fig.10). I ne reste alors qu’ disposer des armatures de répartition horizontales sous formes de cadres horizontaux répartis sur la hauteur de la semelle. Fig.10 ~ Cages de terrallage en panier 9.2. Semelles sur un pieu Les semelles sur un picu sont calculées comme des semelles superficielles isolées en appli- quant la méthode des bielles. metre du pieu, a = c6té du poteau suivant Ox, +b = cété du poteau suivant Oy +h = hauteur totale de la semelle d= hauteur utile de la semelle Act B = dimensions en plan de la semelle C= cété équivalent du piew it carré : C = /nD?/4 P= charge apportée par le poteau ©, = contrainte de calcul des aciers en ELU ou en ELS. La méthode des bielles permet de calculer : -la hauteur utile : d2(C - 6)/4etd2(C-a)/4 - la section d’acier : A,2P(C-b)/(8do, etA,>P(C-a)/(8do,). Cependant comme les différences C - a et C - b sont faibl é alors : o a prendre ‘une hauteur conseillée égale 4 0,90 D et au kiicaelO7s D wit ~ a disposer d’un pourcentage minimum d’acier (voir en 9.1 ei-dessus), a Mebentes poteou @ poskaiten 34 moment) Te ee ae een Mtenkes piew (a peleoger si moment) Fig.11 - Semelle sur un pieu eau 0,20 x 0,60 m transmettant une charge ELU de 1,6 MN, ire D = 0,60m ii Face béton de résistance fiz, = 25 MPa et acier de 500 MPa de limite élastique. Résultats : Cétés de la semelle : A = B = D + 0,3 = 0,90m Cété du pieu carré équivalent: C = /xD2/4 = 0,53 m 42 |C- b|/4 = 0,017 met d2 (C - ay/4 = 0,0825 m; nous prendrons d = 0,9 D = 0,54 m, soit h = 0,59 m la section d'acier avec 8 do, = 8 x 0,54 x 500 / 1,15/ 104 = 0,1878 vaut : Ag2P(C- a)/ (8 do,) = 1,6 (0,53 ~ 0,2) / 0,1878 = 2,81 cm? en partie inférieure car C >a et Ay 2 PIC - 1/ (8 d.a,) = 1,6 0,53 - 0,61/ 0,1878 = 0,60 cm? en partie supérieure carC (e/2-2) A la suite de nombreux essai dacier calculé cas des poteaux non ent entre poteau et les a travers cette Pdx By Fy = dP = > (e/2+2) ® élémentaire de traction dans le tirant inférieur est donné par : Paxfe \(e yee 2) dT = dF,,cotg0, = Saal 5-2) 5+*) = cog la - in intégrant sur toute la largeur du poteau, on trouve : _=En i os : alee 3) abel T= § caala-*) = ag 3e “a2 Pe a T= qg(1-32 a2 @) Fig.14 — Semelle sur deux pieux. Méthode des bielles suivant FREMY idérons maintenant que la bielle horizontale supérieure a sa ligne moyenne & une dis- de la face supérieure de la semelle (Fig.15). Appelons z la distance entre cette bielle leet le tirant inférieur. Ona alors : z= d- 8. , méme raisonnement que pour la méthode BLEVOT améne remplacer d par z dans la le ( @ © probleme est de déterminer Ia hauteur 25 de la bielle horizontale supérieure. Une solu- Peut consister & prendre la hauteur minimum nécessaire en ELU et considérer que le de cette bielle travaille A la contrainte 6, = 0,8 fors / Ys de compression de la bielle horizontale vaut C = T = 25 b 6, d’oii la valeur de 8 : T/ 2 boy) avec b = largeur transversale du poteau O82 et h=d+0,05 m. ‘Leffort de traction dans le tirant vaut alors : 5 ort élémentaire de traction dans le tirant inférieur est donné par : Het mG) T = 0,5Pcotg@ = B(-4) a aT = dF,,cotg®, = ql 3-*)\a+4) = ead a et la section d'acier inférieur : A, = T/6,. jn intégrant sur toute la largeur du poteau, on trouve : i‘ reas .) eke ea| 1 TH) ead 4 -*) = 4a 308, sod fet T= (1-3) @ Fig.13 — Bielles suivant J, BLEVOT d’aci uulée suivant la méthode précédente (les résultats d’essais étaient compris entre La bielle horizontale d’équilibre des bielles inclinges a son plan moyen dans le plan de jonction poteau-semelle. Cette méthode présente ainsi I’inconvénient de ne pas s*appliquer au cas des poteaux non coulés en méme temps que la semelle (existence d'un plan de glissement entre potean et 1 A Joontale fupécietsa sn lige moteun altel ee semelle préjudiciable 4 une bonne transmission des efforts de bielles a travers cette | a eee peeeees in nae ne aussi le cas des poteaux métalliques sur platines. ee he ee ee proposé tne formule prenant en compte la charge du poteau, non plus e i BLEVOl:améneidteniplacen diner eratete lente & deux charges P/2 aux abscisses a 4 et - a/ 4 mais comme une charge Bent doe pour la yadthorle PR SE a Ea Fig.14 ~ Semele sur deux pieux. Méthode des bielles suivant FREMY ule (1) : 14), hharge élémentaire dP a l’abscisse x a partir du centre du poteau. @ Pdx d d Ona: ap = Pat = = eee WR Ba aa Les efforts élémentaires dans les pieux, dF, et dF, sont déterminés en fraction de dP au Prorata des rapports p/e et ji;/e respectivement : Hy Pdx My Pax de la bielle horizontale vaut C = T = 28 bo, d’ou la valeur de 3 : dF, = a = "py (e/2 ay dB, = dP> = > (e/2+2) @ ee ae eter eapeveemici patenn proposée : (Béton fag ~ 25 MPa, soit 6; = 0,8 fie / p= 13,33 MPa) -a/4)= 101m PEE compost 8 wi angle 6 °, valeur comprise entre 52° et ‘vons remplacé 1,4 de Bl -ompte du fait que la hauteur est ives zet non d. On trouve alors des hauteurs totales de semelles comparables 4 4,151 x 1,10/ 1,085 = i MN) et FREMY (. jion de a contrainte de compression de la trainte de compression, sous le poteau, dans la biel 2 qui sera prise égale 4 0,8 f.2g / Yp ,, on vérifiera, A.5.322, Fig. 15 ~ Bielle supérieure ’épaisseur 2 5 a charge apportée par le poteau n'est pas décomposée en deux charges concen- trées P/ 2 aux abscisses - a/4 et + a/ 4, mais en une charge répartie P/ b sur la longueur 4. Le segment horizontal de la bielle comprimée, de longueur a / 2, est 4 remplacer par un are de parabole de longueur a, ce qui ne change pas la valeur de z, ni de 8 pour un méme angle , propriété remarquable de la parabole. vérifier la contrainte avec cet article, on disposera alors d'un frettage Particle A.8.4.2 du BAEL. EXEMPLE : Poteau : 0,50 x 0,50 m avec une charge ELU de 3 MN, entre axe de pieux de 1,80m @) BLEVOT:: d= 1,4 (2 - a/4) = 1,085 m Le coefficient 1,4 correspond a un angle @ = Arctg (1,4) = 54,5° et I'angle 0 correspond & tg0=d/(e/2-a/4). Effort de traction du tirant inférieur T : Pe a 3x18 0,5 = (1-2) = eas (1-93) = 1,071 MN Valeur qu'il faut majorer de 15 % pour tenir compte d'une adaptation aux résultats d’essais comme indiqué supra, soit 1,232 MN. >) FREMY : Méme hauteur d = 1,085 m Effort dans | ? 3x18 5 3e) = 4x 1085 (1~ 2) = 1,212 MN Fig. 16 — Charges situées prés des appuis. Fig. 15 Blelle supérioure d’épaisseur 2 5 Remarque En réalité, la charge apportée par le poteau n’est pas décomposée en deux charges concen- rées P/ 2 aux abscisses - a/ 4 et + a/ 4, mais en une charge répartie Pb sur la longueur a. Le segment horizontal de la bielle comprimée, de longueur a / 2, est remplacer par un are de parabole de longueur a, ce qui ne change pas la valeur de z, ni de & pour un méme angle @, propriété remarquable de la parabole. EXEMPLE : Poteau : 0,50 x 0,50 m avec une charge ELU de 3 MN, entre axe de pieux de 1,80m a) BLEVOT : d= 1,4 (e/2 - a/ 4) = 1,085m Le coefficient 1,4 correspond a un angle @ = Arctg (1,4) = 54,5° et I'angle @ correspond a tg@=d/(e/2-a/4). Effort de traction du tirant férieur T : Pe, a) _ 3x18 (| 05 = Ga ~ 26) = 4x1,085 (1-36 ) = 1071 MN faut majorer de 15 % pour tenir compte d'une adaptation aux résultats d’essais comme indiqué supra, soit 1,232 MN. ) FREMY : Méme hauteur d= 1,085 m Effort dans le tirant : raf; @) _ 3x18 0,25 = ga\'~ 363) = aeao8s (1- a MN ) Méthode proposée : (Béton fag = 25 MPa, soit o = 0,8 fig / Y= 13,33 MPa) z71,3(e/2-a/4)=1,01m Le coefficient 1,3 correspond a un angle de bielle de 52,4°, valeur comprise entre 52° et 54°, Nous avons remplacé 1,4 de Blévot par 1,3 pour tenir compte du fait que la hauteur est celles obtenues par la méthode BLEVOT-FREMY. Effort de traction du tirant : Pe <) 3x1,8 (: T= gl 2e) = axtor 3, § = T/(2bo,) = 1,151/ (20,50 x 13,33) = 0,09 md’oi d = z+8 = 110m SiT’on adoptait la hauteur BLEVOT-FREMY de 1,085 m, l’effort de traction deviendrait 1,151 X 1,10 / 1,085 = 1,167 MN, valeur voisine de celles trouvées par BLEVOT (1,232 MN) et FREMY (1,212 MN, soit a moins de 4 % prés). = 1,151 MN Verification de la contrainte de compression de Ia bielle La contrainte de compression, sous le poteau, dans la bielle relative au pieu i est égale A Oye * Fi/ (ab sin? 8). Cette contrainte doit étre inférieure a la contrainte limite qui sera prise égale & 0,8 fozg / Ys conformément l'article A.5.1.315 du BAEL. De plus, on vérifiera, suivant l’article A.5.322, que: EF yi/ (ab sin? 8) < 1,3 f28/ Yor La contrainte en pied de bielle, au contact du pieu, vaut Opp = 2 P/ (WB sin? 6) < 0,8 fing /Y, (BAEL-article A.5.1.313). Sila contrainte de la bielle est dépassée, on pourra avoir recours I’article A.8.4.12 du , en prenant un rapport d’homothétie (b / B). A défaut de pouvoir vérifier la contrainte avec cet article, on disposera alors d’un frettage tion de l'article A.5.1.2 du BAEL 91, les charges situées @ une abscisse a < 1,5h du nu de l'appui peuvent : ~ étre négligées si a < 0,5 h, ~ prises que pour une fraction 2 a /3 A pour 0,5 h 1,5 (D3 + Dy) 21,5 (D, + Dg) et €2 2 1,5 (D2 + Ds) 9.5.1. Dimensionnement et efforts dans les bielles La transmission de l’effort du poteau aux quatre pieux s'effectue au moyen de quatre biel- les, partant des centres de gravité des quatre aires du poteau, proportionnelles aux charges reprises par chaque picu, Par souci de simplification et sans changer les résultats de fagon significative, on peut con- sidéret que ces points sont au milieu des quatre quadrants du poteau, aux abscisses + a / 4 et aux ordonnées + b / 4, On peut alors déterminer les longueurs horizontales des bielles qui sont toutes égales a : 2=05 Je? +03 - la +b Pour conserver a la bielle la pente zontale, on prendra un bras de levi Zonint = A iS La composante horizontale de chaque bielle incli \que bielle inclinée vaut alors : T, = Fy cotg @= Fy, A/z Les efforts supportés par les pieux sont donnés en fonction des s oteau (charge P, moments M, et M,) par : P M, ° imum de 45°, ou conseillée de 52° & 54° sur I’hori- a 4s «ty, Bae, Fa ate te, P M, M, M. M Baeqgte- p,s?-- ata | Pera a ne 9.5.2. Ferraillage ‘On pourrait se contenter de disposer des armatures suivant les médianes, c’est-i-dire & aplomb des bielles pour reprendre les efforts de traction en pied de bielles. Y Llexpérience a montré qu'il est plus judicieux de reprendre une partie ou Ia totalité des efforts de traction par des cerces passant par les pieds des quatre bielles, © On pourra adopter l'une ou l'autre des dispositions de ferrallage inférieur suivantes (Fig.29): a Fig.29 - Semelles sur 4 pieux — Types de ferraillage. © Cerces et quadrillage (Fig.29a) Lamajorité de effort est repris par les cerces (proportion yde 75 % 4 85 %). Le quadrillage reprenant effort restant, est disposé pour limiter la fissuration de la partie inféricure de la semelle. Leffort de tre ion dans la cerce au pied de chaque bielle i vaut (Fig.28) : T, = Max[sin(Qai) DIT; | Sinai + Pri) q 4 D'oi leffort de traction a prendre en compte, qui en est le maximum avec la fraction : T, = yMax(T ;T23 vale buy ‘ Les armatures de quadrillage reprendront le restant majoré de 20 % pout tenir compte de Ieur moindre efficacité, T,=24(1-YT,. : Cé type de ferraillage est conseillé de préférence au suivant. Pour une semelle carrée, on obtient T,; = 0,707 Ty. © Cerces et médianes (Fig.29b) ‘Une partie notable des efforts des bielles (fraction y comprise entre 50 % et 65 %) peut étre reprise par les cerces, le complément (1 - 7) étant a reprendre par les aciers en position médiane. Las d’acier des cerces vaut alors A, = YMax{T.1 3 Tea 3 Tes 3 Teal 55. La section des aciers en position médiane A,,3 = (I - Y) Max[T, ; Ts] / 6, et Aniag = (1 ~ 1) Max[T2 3 Ta] / 05. Cas particulier. Pour des semelles carrées, soumises & une charge Pen pied de poteau, sans moment, on trouve T, = 0,707 T et : Ae Yee ( - 4) 7c, pout les aciers de cerces et 2e, Pe “ A, = 241-1) ge (: = i) /o,, pour les aciers de quadrllage. Hauteur 5 de la bielle horizontale supérieure : 23733 Ts]/ (20, Jab) d= z+ Set hauteur totale h = d+0,05m EXEMPLE : Soit une semelle sur quatre pieux de 0,60 m de diamétre, disposés au sommet d’un carré, supportant un poteau carré de 0,70 m de cété avec une charge P= 7 MN en ELU, Dimensions. Entre axe des pieux e = 3 D = 1,80m Dimensions en plan : A= B = 4 D + 0,30 = 2,70 m vongueur A: n= [2 (e/2-a/ 4) = 1,025m Bras de levier : z = 1,3 x 1,025 = 1,333 m. Effort dans un pieu : F, = P/4 = 1,75 MN Composantes horizontales des bielles inclinées : T=T,=T,=T; =Ty=F, cotg@=F,A/z=PA/ (42) = 7 1,025 / (4 x 1,334) = 1,346 MN Armatures par cerces et quadrillage : Gar™ Vi = 45° 1 = Par + Gos = 90° T, = y 1,346 sin 45° / sin 90° = 0,761 MN avec y= 0,80 (80 %) dou A, = 0,761 x 10* x 1,15 / 500 = 17,50 cm? soit 6 HA20 Aq = 2,4 (1-9) X 17,50 = 8,4 cm? soit 8,4 / 2,7 = 3,11 cm?/m, valeur inféri ‘Pourcen- tage minimum de 4 cm?/m (Voir en 9.1 ci-dessus). ee Hauteur de la bielle horizontale supérieure : 8=T/(2a.6,) = 1,346 | (2x 0,7 / 13,33) = 0,072 m Hauteur utile d= z + 8 = 1,333 + 0,072 = 1,405 m et hauteur totale A = d + 0,05 = 1,455 m valeur arrondie a h = 1,46 m ‘Nous disposerons d'un minimum de 4 cm? par métre de largeur, soit 5 HA 10 par matre. Contrainte dans la bielle au droit du poteau : Gs. = (7/4) | (0,7 X 0,7 x sin? @) = 5,68 MPa < 13,33 MPa OK avec tg 0 =z/A=1,3 €t Oy, = 7/ (0,7 X 0,7) = 14,29 MPa < 21,66 MPa OK Contrainte dans la bielle au droit du pieu : Sip 1.75) (x05 4X sin? @) = 9,85 MPa < 13,33 MPa. OK contrainte de cisaillement de poingonnement a la distance h / 2 di i donnée par (BAEL - Art.A.5.2.42) : fi Sante el T=F,/(u,h) avec le périmétre u, = D + 0,30 m + (D +h) /8 = 1,71m Soit t= 1,75 / 1,71 / 1,46 = 0,70 MPa < 0,045 fg / Y, = 0,75 MPa Si cette condition n'était pas vérifiée, on pourrait prendre tune contra fenant compte des aciers traversant la surface ~ aciers inférieurs de qi cerce - conformément a l'article A.5.2.42 du BAEL. Remarque Tn’a pas été tenu compte du poids propre de Ia semelle dans cet exemple. limite majorée en llage et aciers de 430 9.6. Action des moments - Continuité de effort de traction En plus de action des moments exercés par les poteaux qui se traduit par des efforts de compression ou de traction supplémentaires dans les pieux, il est nécessaire d’effectuer deux vérificat ot ; = la co de la transmission de I'effort de traction éventuel en pied de poteau, ~ Ia torsion pour les semelles sur 2, 3 ou 4 pieux. 9.6.1. Semelle sur un pieu X i i it tre au pi L’effort de traction exercé en pied de poteau doit se transmett v des altentes de pieu et de poteau, soit la longueur de scellement droit augmentée de la distance entre les aciers (Fig.30) : wep 12-007 - (a/ 2 0,04) = distance maximum entre aciers de poteau et de Semelle pour un moment M, ;remplacer @ par b pour ‘Lz = longueur de scellement droit des aciers 7h hauteur totale de la semelle a par recouvrement Fig.30 - Semele sur un pieu, continulté du ferraillage en cas de traction dans le poteau Si la longueur L, est supérieure & h ~ 0,06 m, il convient alors de retourner les attentes de poteau et de pieu par des crochets en équerre. Remarque / I déconseillé de transmettre des moments en téte de semelle sur un pieu. 9.6.2. Semelle sur deux pieux elle sur un pieu. le semelle sur une ‘un moment Pour un moment M,, le probléme est ramené au cas de la sem: Pour un moment M,, I'acier de poteau est retourner en équerre en bas d Jongueur L, pour assurer une continuité avec les aciers de tirant (Fig.31 - pour M, positif) 431 Fig.31 - Semelle sur 2 pieux — Continuité du ferraillage en cas de traction dans le poteau — Sous moment My 9.6.3. Semelle sur trois pieux : figure 32c (le cas d’un moment M, négatif est symétrique), > b Be a Fig.32 — Semele sur 3 pieux — Continuité du ferrailage en cas de traction dans Ie poteau at , 5 ean eet cas sont 4 traiter de a méme maniére que pour la semelle sur deux pieux Dai ag iti Ri Le os ‘a aoe Ms Pes i ig), le nee de torsion est entigrement repris, fe paneien tea a raction néces ite un Tetournement des atten- tee polean lle pour assurer une continuité avec les aciers horizontaux S de la semelle (paralléle & Oy) reprenant Je moment de torsion (voir en 9.7 ci- és) et le transmettant aux deux pieux symétri ’ ent le rOle de cadres de torsion (voir en 9.7 itudinaux paralléles & Ox sur la méme pai de disposer des aciers 432 i tte Hr ih | C b c 9.6.4. Semele sur quatre piewx L'effort de traction doit étre repris par des attentes de poteau retournées en bas de semelle pour assurer la continuité avec les aciers de torsion de la semelle (Fig.33, pour un moment M, posit). Fig.33 - Semelle sur 4 pieux Continuité du ferraillage en cas de traction dans le poteau 9.7. Torsion dans la semelle due a des efforts de traction dans le poteau 9.7.1. Semelle sur deux pieux En supposant que les pieux puissent résister 4 un moment exercé en téte, un moment M,en pied de poteau se traduit par un moment de torsion dans le semelle T, = M,. La vérification du ci lement et le calcul des aciers de torsion de la semelle s’écrivent (BAEL, art. 5.4.22) : Ty2t Gp Sige AVEC Tig = 0,20 fine / Yp en fissuration peu préjudi et 0,15 f2g/ 4 dans le cas contraire. iable avec : 5, = Min[B ; hi] /6 Epaisseur de la paroi creuse de calcul Q=B-b,) (hb) aire du contour tracé 4 mi-épaisseur t=T,/226,) cisaillement de torsion u=2(B+h-26,) périmétre du contour d’aire Q Ads, =¥,T,/ 2QF) acier transversal de torsion par métre suivant Ox (Fig.33) ZA/u=T,%/ 22h) acier longitudinal de torsion par métre de périmatre u 9.7.2. Semelle sur trois pieux In’y a de torsion que pour un moment M,- Cette demniére est reprise par les deux pieux disposés suivant I'axe Oy. Le calcul est identique a celui de la semelle sur deux pieux ci- 433 dessus en remplagant B par la I i . Fig. 23): par la Jargeur de la semelle suivant O, au droit du poteau (voir 9.8. Programme « SEMPIEU » e Dre! pes (+03 1 (es dy) +Dady e3 2e. 3 9.8.1. Domaine d’application ‘@ Semelle sur deux pieux : les deux pienx peuvent étre de diametres différents. Le poteau * ctangulaire peut étre centré, ou bien au centre de gravité des aires des pieux, ou bien & une position quelconque imposée entre les deux piewx. pesemelles sur trois pieux : Ia semelle doit avoir un plan de symétrie comprenant un pie. Tes diamétres des pieux peuvent étre différent en respectant la symétrie. Le poteau rectan- flare peut de centré, ou bien au centre de gravté des ares des pieux, ou bien & une position quelconque imposée sur l'axe de symétrie. Pesemello sur quatre pieux : la semelle est rectangulaire. Les pieux sont au sommets d'un rectangle dont le centre est le centre du poteau rectangulaire. '> Les charges peuvent étre données en ELU et ELS, On peut entrer plusieurs cas de charges par semelle. P Pour les notations, voir les figures 11 (1 pieu), 20 (2 pieux), 22 (3 pieux), 28 (4 pieux). EXEMPLE : La semelle de l'article 9.4 ci-dessus avec un moment T, . ‘= M, = 0; Ona:D,=D,=0,60m e,=e,=180m P=5MN 2” 82 MN esee, /3/2=1,559m d,=052m h= 129m Le B du cas de la semelle sur deux picux est a remplacer par : 1,80 0,6 (1,559 - 0,52) +0,6 x 0,52 B= i ( ox +034 | = 1,293 m b, = Min[B;h]/6=0,215m d= h-0,05m=1,24m Q.=(B-b,) (h- b,) = 1,159 m? u=2(B+h-2b,) = 4,306 m t= Ty/ (2 2.6,) = 0,9 / (2X 1,159 x 0,215) = 1,806 MPa ty=2P/ (Bd) = 10/ (3 x 1,293 x 1,24) = 2,08 MPa ty + ta = 4,33 + 3,26 = 7,59 S Tins = (0,20 fing / 44)? = 11,11 OK Ads; = Ty Ye 2 Qf.) = 1,15 x 0,9 x 10* / (2 x 1,159 x 500) = 8,93 cm?/m sous forme de cadres et épingles paralléles & Oy, du pied de poteau jusqu’aux pieux situés a gauche (Fig.34), ou bien en utilisant des U supérieurs et inférieurs paralléles a Oy. LA) u=T,y6/ 2 QF) = 8,93 cm?/m ° 9.8.2. Données Ligne 1 furSe, Fiss Données générales ‘7, = limite élastique des aciers (MPa) ‘f= contrainte caractéristique du béton (MPa) iss = 0 en fissuration peu préjudiciable sous forme d’acier longitudinaux horizontaux. supéri 8 i ipérieurs et inférieurs paralléles a = Len fissuration préjudiciable (Fig.34) pour les faces horizontales : HA14, s = 0,17 m og = 2en fissuration a préjudiciable et de cadres horizontaux pour les faces verticales (Fig, 34) : ienc2 Ti 93 x (1,29 - 0,215) = 9,60 em? soit 9 HA12 eae = diay pasta Ligne3 Ny HA14, s=170 = nombre de pieux. On regroupera les semelles en fonction de leur nombre de pieux Ligne 4 Nom = nom de la semelle (4 caractéres au maximum) = F pour fin de description des semelles de méme nombre de pieux, puis aller en ligne 3, On obtient alors le métré et la répétition des données de l'ensemble des semelles ayant un méme nombre de pieux = FIN pout fin de calcul HAI4, s=170 Ligne Nj, a,b, D, A, B, H pour sem, sur I piew ‘| ‘9 cad. HAI2 b, Dy, Dy, Ey, A, B, H, dy pour sem. sur 2 pieux 2 Dy, Dy Ey Ess Hy dy pour sem. sur 3 pieux = Nu» @ b, Dy, Dz, D3, Day Ey Ez, H pour sem. sur 4 pieux N, = nombre de semelles identiques a= cété (m) du poteau suivant Ox b = cté (m) du poteau suivant Oy Dy, Dp, Ds, Dg = diametres (m) du ou des pieux, = 0 si calculés par le programme E,, E, = entre axes (m) des pieux, = O si calculé par le programme ‘A= longueur (m) de la semelle suivant Ox, = 0 si calculée par le programme B = largeur (m) de la semelle suivant Oy, = 0 si calculée par le programme H = hauteur (m) de la semelle, = 0 si calculée par le programme HAL4, $=170 Fig.34 - Semelle sur 3 pieux — Ferraillage de torsion d, = distance suivant axe Ox, entre le centre du pieu (ou des pieux) situé a gauche et le centre du poteau, = 0 si calculée par le programme en plagant le centre du poteau au centre de gravité des aires des pieux Nuy Muss Muy (Huxs Hy) Charges ELU N, = effort (MN) vertical ELU centré en pied de poteau, = 0 pour fin dELU et passage en ligne 7 M,. = moment (MNm) ELU en pied de poteau dans le sens Ox, positif s'il com- prime le pieu d'abscisse la plus grande M,, = moment (MNm) ELU en pied de poteau dans le sens Oy, positif sl com- prime le pieu d’ordonnée la plus grande H,, = effort (MN) ELU horizontal en pied de poteau, positif vers les x positifs Voir Ja remarque ci-aprés. Hy = effort (MIN) ELU horizontal en pied de poteau, positif vers les y positifs N, M,, M, (H, H,) Charges ELS N = effort (MN) ELS vertical centré en pied de poteau, = 0 pour fin d’ELS et retour en ligne 4 M, = moment (MNm) ELS en pied de poteau dans le sens Ox, positif s'il com- prime le picu d'abscisse la plus grande M, = moment (MNm) ELS en pied de poteau dans le sens Oy, positif sil com- prime le picu d’ordonnée la plus grande H, = effort (MN) ELS horizontal en pied de poteau, positif vers les x positifs Voir la remarque ci-aprés H, = effort (MN) ELS horizontal en pied de poteau, positif vers les y positifs Ligne 6 Ligne 7 Remarque Les efforts horizontaux en pied de poteau ne peuvent étre introduits que si la hauteur H est. imposée, c’est-a-dire non nulle. 9.8.3. Résultats © Dimensions de Ia semelle et sections d’acier en cm? ;Po » représente la contrainte (MPa) maximum en pied de poteau, << SigPie », la contrainte (MPa) maximum de compression des pieux, en tenant compte du propre de la semelle, «Tau»: Ligne de résultat 2 pieux ‘ty en MPa A 9+ T 37 Tq ON % ‘Set 4 pieux ten MPa fe a¥ 27 im 01% bielle, exprimée en % de la contrainte limite autorisée en ELU (= 0,8 f.2g / ¥, pour le pied de poteau, et en téte de pieu), au contact du pled du poteau pour la 1" ligne et au contact de la téte de pieu pour Ia seconde ligne, = minim inclinaison des bielles de béton en degrés, . t Seas ae ee chacun des pieux et comprenant le poids propre de la semelle. @ Ferraillage avec diamétres et nombres de barres ~ les aciers sont calculés en ELU et en ELS a - Jes aciers cété A sont ‘les au cété de longueur A ee ge ini ee “tes armatures sont déterminée sous forme de quadrillage de barresretoumées en exté- qnité pour former des U pour les aciers inférieurs et des U renversés pour pe rieurs. i i elés « croch ») verticaux des cages. cadres horizontaux maintiennent les retours (app t ; . pes ses semelles sur trois et quatre pieux, on ajoute des cerces horizontalessituées en partie inférieure de la semelle. étré béton, acier et coffrage areee , caer ae métré béton, aciers, coffrage et densité dacier par m? de béton pour chaque semelle et pour ensemble des semelles d'un méme type (c‘est-A-dire ayant un méme nom- de pieu). : pr imine ne comprend pas les aciers en attentes des poteaux et des pieux. © Quantité d’aciers classés par diamétres : © Répétition des données générales et des données propres 4 chaque semelle 9.8.4, Exemple 500 25 0 * fo fay fissuration peu préjudici Batiment A “titre 2 “ nombre de pieux par semelle 24 3 0,5 0,5 0,6 3 jamétre 0,6 m, autres valeurs nulles 0 0 “fin de description des charges ELS 5 * nom de la semelle . Fa 5 0,5 0,6 , ‘1 semelle, poteau 0,5x0,5, diamétre 0,6 m, autres valeurs nulles 304" ‘3MNet moment Mx = 0,4 MNm, autre valeurs nulles (en ELU) r « fin de description des charges ELU “fin de description des charges ELS “fin de description des semelles sur 2 pieux “fin du calcul oe Tl est conseillé de rentrer les données en DATA en fin de programme pour pouv« conserver et les modifier ultérieurement. 437 sous Forme de DATA en Fin de Progranne , Elastique des Acier , Mb =2 9 INCH) ; Machin? ; Mb =? 0 ! FERRAILLAGE NbA BH Diam Aciers Cote A. Aciers Cote B . m m m mox. mmm mm omm om mm Semele : S24 4 2.70 0.90 1.15 0.60 ASup.= 9 U HA 8 x 4.78 Croch=1095 11 U HA 8 x 2.98 Croch=1095 0.60 Anf. ~ 9 UHA20 x 3.32 Croch~ 407 1] UHA 8 x 1.12 Croch~ 165 Cadres Hor.= "4 HAIO x 7.12 (2.640 x 0.840) Densité= 45.10 kg/m3 Semelle : $25 1 2.70 0.90 1.18 0.60 ASup.=7 U HAIO x 4.82 Croch=1124 11 U HA 8 x 3.04 Croch=1125 0.60 Ant. = 7 UHA25 x 3.48 Croch= 504 11 U HA 8 x 1.12 Croch= 165 Cares Hor.= 4HAIO x 7.12 (2.640 0.840) —_Densité~ $2.41 kg/m3 SSS semrieun METRE INCHND , Mastin? , MDCHIa d=? 0 Nomdes Nbre Nbre SEMELLE (UNITE) '— Semellos Sem. Pieux BETON ACIER COFFRAGE DENSITE m3 kg m2 kg/m3 jetres des Piewx (n> 8, H , di ¢ 0 pour chaque Valeur] S24 4 2 2795 1260 8280 45.10 0.5 015 0.6 825 1 2 2867 1503 8496 52.41 aces Total 5 10 14.045 6544 41.616 46.59 crm , Hactiin> , toctria> =7.3 0.4 NCH > Mactan) | Mbcrtin> =? 0 ‘TABLEAU DES DIAMETRES > Mactin) , Mbcttiny=2 ft MEGAN tO Diometo 6 8 10 12 14 16 20 25 32 40 Longueur 0.0 398.2 176.1 0.0 00 00 1195 244 00 00 Poids 0.0 157.1 108.6 00 0.0 00 2948 939 00 00 Poids Total = 654.4 kg Hom de 1a Senet le=7 F Titre de I'Etude =? FIN 439 Nom ‘Semelles Potecux Charges (MN) Moments (MNm) _ Eff.Hor.(MIN) A B oa »b N Ma Mb Ha Hb $24 2.700 0.900 0.500 0.500 000 $25 2.700 0.900 0.500 0.500 (000 100 0.000 }00 0.000 0.000 0.000 ELU 0.000 0.000 ELU eo BS 9.8.6. Listing « SEMPIEUX » 10 REM Programme ‘SEMPIEUX’ - Caicul des Semelles sur 1 2 3 ou 4 Pioux 20 REM apes ‘SEMELLES SUR PEUX’ do J BLEVOT et RFREMY. 310 LPRINT STRINGS(96,42) 320 LPRINT TITRES:LPRINT 330 IF TITRE$="FIN" THEN 1290 “440 VOLS=0:ACTO:COFS=0 350 FOR In] TO KNN:ACIQ)=0:ATORSG,0)=0:ATORS(,1)=0 360 TAUTOM)=0:NEXTI 370. FOR I=1 TO 10:XL0)-O:NEXTI 1380 IF IECR=2 THEN READ NP:GOTO 400 1390 INPUT'Nombbte de Pioux sous Ia Semelle (1,2, 3 0u 4) =”;NP ‘400 KN-O 40 ON NP GOTO 420 620,830,1040 "Tite de Semelle sur 1 Piew {440 IF IBCR=1 THEN 490 ‘450 READ NOMS(KN) foo IF NOMSCRND~"F THEN 600 1470 IF NOMS(KN)="FIN" THEN 1290 710 IF NOMSCKN)~FIN’ THEN 1290 720 PRINT Ecrire: Nombre , Dimensions du Poteau (i), Diametres des Pieux (mn) 730 PRINTEntraxe dos Pioux ot Dimensions de la Semelie A, 8, H , dl" PRINT” (© pour chaque Valeur 820 GOTO 1264 830 KN-KN+ NCH ‘840 IF KN~] THEN GOSUB 7370 850 IF IECR=1 THEN 900 860 READ NOMSAKN) 870 IF NOMS(KN)="F THEN 1020 “Tite de Semelle sur 3 Pieux 920 IF NOMS(KN)="FIN" THEN 1290 930 PRINT'Eorire: Nombre , Dimensions du Poteau (m), Diametres des Pietx (my 940 PRINT'Bexriements des Pieux, Hatuteur de lc Semele H., Position du Poteau “PRINT? (0 pour chaque (KN)=UC1):PBCKN)=U(2):D1KKN, 1)-U(3:DUKN.2)-UC) N)=U@6) HCKN)=UCT):DICCKN)=UCB) PRINT'Eerite: Nombre , Dimensions du Poteau (m), Diametre des Pieux (m)" PRINTEcortements des Pioux, Dimensions de la Semelle A, B, H PRINT’ (0 pour chaque Valeur 1250. GOSUB 5410" Cage Armature en U 1260 GOSUB 8090:GOSUB 8260 *Mete 1270 GOSUB 8490 ' Repelition des Donnees 200 DO-DIaND. 210 IF Da= sree OD 3270 FORI=1 TO NP 3280 SIGPIEUG)=PM¢)/SP() 3200 NEXTI 3300 GOSUB 3920 Verification Souleverent 3310 GOSUB 2440 ' Cottage et Volume 3490 DELTA~TR/2/SBB ‘3500 IF ICOUR=0 THEN H-Z+DELTA+ENRA-D=H-ENRA 3510 IF ICOUR~1 THEN 2=H-DELTA-ENRA:D=H-ENRA. 3520 PPRO=AIRE'H'PSPEC IN=1000:PMS-0-PMIS-1000 THEN PMA=PABR(KN,II) ‘Charge Mend sur poteau TY-CARCN,1)/E1-WVi AND U(5)2 THEN LPRINT USING" et £2 ~#¥.¢9¥ m’}E2 ELSE LPRINT 6130 Jé=I5 6140 IF PNCA’DIO[S)42/4>AHOR THEN 6180 5580 NBARS-NBARI:PHI4-PHLILB4~ILBIRETAMIRETAXY<3:10MI“LOM {300 LPRIVT "Retour es Acer de Polec en Bas ce Semele ot los Actrs de Pou on Hat de Somat (6390 LPRINT USING'si lar Longueur de Sceliement Droit Necessatre est Superieure a #44 mm’1519"1000 IN LPRINT USING’ AJOUTER Aciers de Torsion (Moment d'Axe Parallele & \TORSAS1.0) 1 THEN LPRINT USING’ AJOUTER Aciers de Torsion (Moment d'Axe Parailele 6590 U2=Na‘DIOGP2)42/4°PI'10000 (6600 IF IP2<10 THEN 6450 6610 LPRINT USINGSection ###.## cm2/m Impossible a Sattisfcire";AC*10000 6620 LPRINT USINGiavac ## Barres de ## mim (### 44 cm2/mY'N2:DIOGP2)"1000:U2 (6630 PHI=0:NBAR1~O 6120 FORI=1 TO N10 4 ur DEUX PIEUC ero vama meme PmeReas stupa KOR MM pan SEMELIESSURDEUX PIEUYC m 673010M-U1 Se TLPRINTNom® Nb A/B H D1/D2dl/d2 Asup/Af Ainter A/s Tau SigPo SgPi Sige Angle mom om m om2 m2 cm2/m MPa MPa Mpa % mint MN" 6840 PRINT = 1= sur Bcran," 6850 PRINT 2 = sous Forme de DATA en Fin de Programme * (6860 INPUT" = "IECR 6870 IF IECR=2 THEN READ FE,FC,FISS:GOTO 6910 m om m m Quedin{Cercescm2/m MPa MPa Mpa % Bille MN" TABG@O)em/m _cm2,TARGS)"SYTAB(E)),"Mint $430 LPRINT ton de Semelle(MPa) £:28~",FC 1, Tres Pre).~2 : SFIS Eoart, Quadsup Ainter Al/s Tau SigPo SigPte SigBie Angle m Quadinf Ceres cm2/m MPa MPa Mpa % Bielle MN" TABS) "6";TAB(8 1Mint a8 (S01 pa ooo ie (6980 IF FISS=1 THEN SLS=110°U1:TAUDI=,15°FC/GB * Cisaillement (6990 IF FiSS~2 THEN SLS-90'UL:TAUDI=,15°FC/GB 7000 TAUD2=,045°FC/GB Poinconnement .EKKN))/PABRCKN,14)/PACKN) 7010 LD=FE/5.4/FT —* Longueur de Scellement Drott > ABRKKN,14)/PB(KN) 7020 RETURN 7030 REM Lecture du Tite General 7040 IF IECR~2 THEN READ TITRE$ ELSE PRINT:INPUT tie de IEtude ~"-TITRES 7050 RETURN Fear Rcumnet es Aces de Foc on Bas de Smale tes Aco de poux on Ha a LPRINT *rrereeetrece es RINT REM 7220 REM Titre de Semelia sur 1 Piew 7290 LPRINT:LPRINT'SEMELLES SUR UN PIEU" 17240 LPRINT ==~==--nmnanen====n0" 7250 LPRINTLPRINTNom Nb A BH Diam, Aciors Inf 720 LPRINT = ym om om om oma oma cm2 7300 REM Titre de Semelle sur 2 Pioux ‘7830 LPRINT USING: #4.4 452 H.448 SIGPIEUC;PCBP. Pca) 7870 IF TAUTOCKN)> 01 THEN LPRINT TAB(S6):LPRINT USING? #94 TAUTOVKN) 7880 AINFXCKN)=AINFX:AINFY(KN)=ATST'A/2 17890 ASUPX(KN)= ASUPX:ASUPY(KN)=ATST'A /2: AHORCKN)=AHOR 7900 RETURN #4827 TAUTOKN); #4.H#4" SIGPIEU(),PM(3) 4 THEN LPRINT TAB(20);LPRINT USING'##.H¥:D1(KN4):LPRINT TABG67}:LPRINT #4. SIGPIEUC4);PM4) ‘THEN LPRINT USING" CHP C1“RAHH CO=ENNHE C=HE HEE MICCLCZC3 8070 ASUPX(KN)=ASUPX: ASUPY(KN)~ASUPY: AHOR(KN)=AHOR ‘8080 RETURN 8090 REM 8160 REM 8160 REM Tableau des Aciers par Diametres 8170 LPRINT:LPRINT'TABLEAU DES DIAMETRES"LPRINT’ 8180 U2=0:LPRINTDiametre’; 8190 FORI=1 TO 10:LPRINT USING" #4444 “)DIOC)"1000;:NEXT I 8200 LPRINT:LPRINTLongueur’, 8210 FORI=1 TO 10:.PRINT USING: #4¥#.#°:XL();:NEXTI 8220 LPRINTLPRINT. Poids’; 8230 FORI-1 10 10 8340 COPS=COFSaN) 8350. IF VOLS>0 THEN DENS“ACI/VOLS. 8360 _LPRINT USING'\ \NOMSUN):LPRINT USING ## HH H#O.RH HEHE be #44 #47 NSEM;NP;VOLS:ACLCOFS; 8370 TNSEM=TNSEM+NSEM:TVOLS=TVOLS+VOLS'NSEM. 8380 TCOFS=TCOFS+COFS'NSEM 8390 TACIMTACI“ACTNSEM 454 I ay spans sssbd HEA ah PEN LTVOMACICDER TAC : BP mmanidinc-orases | $470 GOSUB 8150 Tableau des Aciers par Diametre a ieee / ar Len Reppal des Donnees LFRINT: {8520 GOSUB 7060 Donnees Generales BS aad (VIN) Moments (MNm) _ Eff. Hor.(MNy" PTE oss Riess, Ge cumin, semen foams Goa ang Mee és se WEL. THEN SLUSS~ELU ESE Lust 5D); TAB(O): Par» oe eee ee LH HE eae HH MOE HEHE 8840 IF PCEP<1O0"TOL THEN 8870 oe 8850 LPRINT USING'Contrainte dans la Bielle, Cote Pieu Depossee_:#¥. Pat Ss : 8860 LPRINT USING'En Tenant Compte do IEllet de Charge Localisee, la Contratinte Relative devient 1. THEN 8900 oy 'Contrainte > #4 MPat ;SBC;1.9°FC/¢ dons la Bielle, Cole Potecu Depassee :H#.# ‘ 'En Tenant Compte de IEllet de Charge Localisee, Ic Contrainte Relative devien! e10 ‘LPRINI SIN Ne Contea cor fit fH > fi MPotSBC1;.8°FC/GB oon (Coin dans la Bel, Cole Foc Depamne 49> 1 cf 3920 rane Dont Tenant Corp co eat Go Chatge Laces, kx Contino Relative deve ‘#4#%';PCBCL/CLO- 455 97; 9780 IKG-SOR(KG-XK2H¥G-YK)N2) 9790 UI~LFLKG'2+U1 IEKN)>.1 THEN INPUTNOAN), Mein) , MXM , VN), VN) =" CLE 1 THEN INPUT'N(MN) , Ma(MiNm) , MiMNm)-"CL$ (INCH) =U(0)CARCKN,NCH)=U(1) CBR(KN NCH)=U(2) }) WVBXKN,NCH)=U(4): WELU(KNN, NCH)=ELU 9300 PABR(KN.NCH+1)=0 9810 RETURN 9320 REM: 9330 REM Tatblecu des Longueurs de Barres 9340 REM Donnees: Longueur L9, Diametre D9, Nombre N9, NSEM semelies, 9350 FORI9=1 70 10 (2360 IF D9=DIOU9) THEN XL(I9)=XLA9)+NOLO'NSEM. 9370 _NEXTI9 REM Cotes de la Somella sur 3 Pioux 9410 D’ 10080 IF H>HICONS-01 THEN 10160 . pela VerAte xeon 10160 PRINT USING Hautou H Luc =##.##0 mkt 10110 PRINT USING'Hautour H Conseillee -#.44# m"HCONS 10120 PRINT USING Hauteur H Minimum =#6.44# my HMIN 10130 INPUT'Nouvelle Vateur pour H (sinon =0) 111 10140 IF U1>.02 THEN H=U1 10150 HeINTGH"100+.9)/100 10160 D=i£ENRA. 10180 IF A>AMIN-.O1 THEN 10230 10190 PRINT USINGLongueur A Lue =##,### mA, 10200 PRINT USING'Longueur A Minimur =#¢.¢8 mAMIN 10210 INPUT Nouvelle Valeur pour A (sinon =0) ="UI 10220 IF U1>.02 THEN A=U1 10230 IF NP=3 THEN 10290 10240 IF B>BMIN-.01 THEN 10290 10250 PRINT USING Longueur B Lue =##.### mB 10260 PRINT USING Longueur B Minimum =##.4## m:BMIN 10270 INPUTNouvelle Valeur pour B (sinon =0) ="UL 10280 IF U1>.02 THEN BU1 10870 LAPC)*SOR(K3: i 190 Acitea100" 99/100 10880 LAP(2)=LAP(I»LAP)-LAP(1):LAP()=LAP() 10300 B=INT(B"100+.9)/100 10890 RETURN 30900 REM : TC) et FO) pour 4 Pieux 10910. FOR I6~1 TO NP: 10920 Tde)=1/TANCTHG) 10930 Fd6)~106)/SAR@) 10960 REM : 1() et F@) pour 2 Pioux 10970 T{1)=1/TANCHA) FO)=101) 10980 T(2)~1/TANCTH(2) F2)=1(2) 10400 IF ANGBIE>THd1) THEN ANGBIE=THa1) 10410 THS~ 10420 U1=PMBq))/SPa1)/THS 10430 IF U1>SBP THEN SBP=U1 10440. U2=PMBq1)/PA/PB+U2 IF U2>SBC1 THEN SBC1-U2. 10490 PCBP-SBP'GB/.8/FC"100 _' Dans le Pieu 10509 PCBC-SBC'GB/.8/FC"100__* Dans le Poteau 10510 PCBC1=SBC1°GB/1.3/FC"100 ' Dans le Potecu, Somme des Eiforts de Bielles 10520 GOSUB 8790 * Ecritures -OAYL 5 11200 DATA Batiment A 60:PHI=PH 1210 DATA 4 10620 X2~-DIC:¥2=E1/2:GOSUB 10760:PH2=PHI 11220 DATA s44 10630 LAPC1)=SQRKS-XI)A2HY3-Y1)A2) 11230 DATA 2,0.7,0.7.0.6.0.0,0.0.00.0,0 10640 LAP(@)=E3-DIC-OAX2 11240 DATA 7,0,0 40660 LAPC)=LAP(D) 11250 DATA 0 10660 RETURN 11260 DATA 0 Jos70 aoe, 11270 DATA F iD et FC) pour 3 Pieux 11280 10690 PHO~PH) +PHa:PHil-PH2 10. LONGRINES Les longrines sont des poutres, en général en béton armé, qui sont coulées sur Ie sol et qui relient des fondations superficielles ou des semelles sur pieux (Fig, 8 ci-dessts). Leur rdle est de transmettre les efforts de traction ou de compression pouvant exister entre les fondations. Accessoirement, elles peuvent jouer Ie réle de poutre pour reprendre des charges verticales ou des moments. 10.1, Longrines de liaison ents horizontaux des fondations, on peut avoir intérét & par les longrines qui travaillent en tirant ou en buton. Elles sont absolument nécessaires en construction parasismique oi elles jouent le réle de chainage dans les deux directions (Fig. 35). Vue en plan Coupe verticale Fig.36 - Longrines de liaison en zone sismique. Pour les constructions en zone non-sismique, on peut se contenter de bloquer les fondations dans un seul sens pour une direction donnée (Fig. 36). Remarque En cas de traction, il ne faut pas oublier de faire recouvrir, a travers la semelle, les aciers des deux longrines. Fig.36 — Longrines de liaison en zone non-sismique existe un dallage avec un joint see autour des poteaux, il peut jouer de réle de buton et Ia nécessité de disposer des longrines que lorsque les efforts horizontaux sont impor- rarement nécessaire de disposer de longrines de liaison (en zone non-sist 10.2. Longrines de redressement Lorsque des moments sont apportés par Ie poteau sur la semelle superficielle ou en téte de picu et que ces demniéres ne peuvent les reprendre, il peut étre nécessaire de reprendre ces ‘moments ou une fraction de ces moments par une poutre au prorata de sa rigidité par rapport celle de la fondation, té de la longrine valant I / (3L) pour une longrine articulée 4 son autre extrémité (4L) si elle y est encastrée. Voir un exemple dans le chapitre 4 « Fondations superficielles » article 6. Ces longrines sont particuliérement recommandées pour les semelles sur un pieu avec ou sans moment, compte tenu de la tolérance sur l’excentricité par rapport a I'axe théorique. 10.3. Longrines porteuses Les longrines décrites précédemment sont supposées étre non-porteuses, c’est-A-dire non- flexibles. Pour cela, il peut étre nécessaire de disposer d'un espace vide entre le dallage et la longrine pour éviter d’appliquer des charges A cette demiére. Dans le cas cOntraire, les longrines sont calculées en flexion simple - ou en flexion cot sée en cas d’effort axial - sur deux appuis (les semelles), ou sur sol élastique si l’on assuré de la qualité du terrain sur lequel elles sont coulées, On n’oubliera pas de disposer d’un béton de propreté de 50 mm d’épaisseur. 11. PAROIS MOULEES Les parois moulées sont des pieux rectangulaires de longueur égale a plusieurs (1 & 6) fois é sont alors appelées barettes et ont un réle porteur. les sont de grande longueur et ont principalement un réle de souténement et un rdle porteur. ‘au moyen d’une bene ou d'une fraise, excavant la terre au moyen d'une boue en général bentonitique qui a la caractéristique de maintenir stable la paroi de la tran. chée. Elles sont soit coulées sur place, soit préfabriquées et descendues dans la tranchée mainte- nue stable par la boue. La profondeur des patois peut varier de 12 m (seuil économique) a 50 m en général - bien Fig.37 - Phases de construction .sement 1° phase, porte-a-faux de longueur H, mang a ton peener lit de tirants & la profondeur Hy, "3 la profondeur H, + Ho a Drea, exc been run 2°lit de tirants & la profondeur Hy + Ha, K en place d'un 9 Phase deren rt jusqueu fod de foulle, fa profondeur Hy He * He Seo eeee gafinitive : butonnaye de la parol par les planchers de que I’on ait réalisé des parois de plus de 100 m de profondeur, Leurs longueurs sont fonetion du périmétre de la fouille, Leurs épaisseurs varient de 0,50 m 4 1,50 m (voire plus si nécessaire), Le mode de ion par panneaux alternés de longueur limitée (2,50 m & 3 m) fait que wux appliqués sur un panneau peuvent étre répartis sur les panneaux de I’effort tranchant par clavay il enest pas de méme pour la flexion le de disposer de grandes quantités d’armatures liant un panneau avec ses ur les efforts verticaux pour E 11.1. Calcul simplifié des poussées des terres et des moments de flexion pour un seul type de terrain, un coefficient =K, 7h = 7,308 h Si on admet une poussée suivant Coulomb, on a, x = we a) = 0,406 et une poussée A la profondeur h égale 4 : p Cas a (Fig. 38) 4-dire une poutre en téte - qui intéressera les panneaux voisins et que l'on. eut calculer comme une semelle rectangulaire superficielle. La paroi peut étre circulaire et dans ce cas elle est autostable (record 105 m de diamatre pour 12 m de profondeur). En général, la paroi est plane. Elle est calculée en phase de chantier et en phase /e comme une poutre continue sur des appuis qui sont des tirants, des planchers ou un encastrement dans le sol en pied de Paroi, soumise & des poussées des terres et de l'eau éventuellement. an arabele we Re 3,30, K+: EXEMPLE : Soit 8 calculer une paroi moulée de 15 m de hauteur, 0,60 m d’épaisseur ‘ecevant en phase définitive une charge verticale permanente G = 1,26 MN/m et une charge variable Q = 0,48 MN/m. Le sol a un angle de frottement inteme @ = 25°, une cohésion un module de réaction k = 60 MPa/ ‘Les différentes phases de construction sont 12,70 ites sur la figure 37. r a ‘Moments Poussée m7 Fig.38 — Premiére phase de terrasserm: 463 462 La paroi est équivalente a un piew articulé en téte, sit is A ep a2) horizontal F, = 0,5 p H, = 0,5 x 7,308 x 3,32 = KE Be ioment oval M, =F, H,/3 = 43,77 KNmjm. ‘ oa a On utilisera le programme « PIEUHOR » avec les données suivantes : longueur : 12,70 rgeur : 1 m, épaisseur : 0,60 m. . Nous rouvons enréultat un moment maximum Myx = 58,32 kN ‘e moment est le méme que celui d'une i ée Cemomgnt este méme qu cela fa «ponte console fetve de portée L tlle que La longueur dencastrement vaut A= L, ~ Hy = 3,631 ~ 3,3 = 0,331 m. [een Foe eS [sat Fig.42 - Cas d— Poutre équivalente = OKNm/m i = = 13,9 kNm/m Mey =~ 24,8 kNm/m Mp. - 47,3kNm/m ~ 66,1 kNin/m. = 3,4 KNm/m maximum en travée A,B, Maici = 10,8 kNm/m maximum en travée B,C Marni 14s4 kNm/m maximum en travée C,Dy Moir ~ 32,6 kNm/m maximum en travée DE", Cas b (Fig. 39) La poutte verticale peut étre considérée comme simplement appuyé. é élastiquement en B. pimak nepieien A et enc 11.2. Vérification des sections les plus sollicitées Fig.39- Phase 1 Fig.40 ~ Cas a — Poutre équivalente ee En premiére approche, on peut considérer la méme lon I‘ i ; , \gueur d’encastrement que ci-dessus ; une poutre d'une travée et d'une console de porte = 2 vaneavemat a le portée 4,10 +A = 4,431 m et 330m in calcul de poutre conti: suivant! 4 Poutte continue, programme « POCO » par exemple, donne les résultats My =~ 43,8 KNm/m; Mg = - 79,3 KNmym Miao’ = 37,4 kNm/m maximum en travée, 11.2.1. En phase de construction en flexion simple Le moment maximum vaut M, = 1,35 X 111,1 = 150 kNm/m (poussées des terres = charges de longue durée et limitées). Soit un moment réduit [l= M, / (6 Gp,) = 0,15 / (1X 0,62 x 14,17) = 0,0294 Bras de levier z= 0,5 d (1 + /1—2) = 0,51 mavec d = h - 0,07 - 0,01 = 0,52 m dot la section d’acier nécessaire : A, = My (@6,) = 0,15 X 10° / (0,51 x 500/ 1,15) = 6,76 cm*/m Cas ¢ (Fig.41) Le méme raisonnement donne les résultats suivants : 11.2.2. En phase définitive en flexion composée Nowin = Ng = 1,26 MN/m Nnax = 1,35 Ny + 1,5 Ny = 2,421 MN/m ‘Moment maximum = 66,1 MNm/m Le moment par rapport aux aciers tendus vaut : M, = M+ Nygx (d- ht] 2) = 0,0661 + 2,421 (0,52 - 0,30) = 0,599 MNm/m Moment réduit = 0,117 < 0,39 OK La section d’acier nécessaire sera inférieure a la précédente car elle correspond a un moment €n flexion composée de compression inférieur. Fig. 41 — Cas b - Poutre équivalente My =~ 43,8kNm/m; Mg = - 76, , 3 Mp=-76,.2kNm/m; Me == 1111 Mian = 22,2 kNm/m maximum en travée AB . mie Mac = 53,9 kNm/m maximum en travée BC, SEMELLES SUR PIEUX SOUS CHARGE P, SANS MOMENT aet b= cétés du poteau € = entre axe des pieux d= hauteur utile Dediamétredupien = d=z+5 Béton : 0, = 0,85, a= 1 -a/(2e) w= 1~Jab/ (Qe) powseanen et” Semele sur 2 pieux | Semelle sur 3 pieux ‘Semelle sur 4 ieux symétriques en triangle équilatéral en carré @ mini e=3D e-3D e=-3D Z mini 0,5 (@- 0,5 a) 0,58 (0 -0,5 ./ab) 0,71 (@-0,5 Jab) zoonseillé| 0,65 (e-0,5a) 0,75 (@-0,5 /ab) 0,92 (¢-0,5 Jab) Efforts T Tirant : 1) Cerces + quadrillage : | 1) Corces + quadrilage de T=Pae/(4z) Te=Pa'e/ (92) barres de cote + quacks, traction (T=T.) T= P'a’e/ (Bz) dans (T=T,) les Ty" 0.27, y= 2,4(P-P)a’ 970.2 Te , a" ef(82) aciers Pentte 0.75 POSSE 2) Cerces + médianes : |2) Cerces + dlagonales ou T.= Pa! e/(9z) barres de coté + (T=T,P/P) diagonal, : ee Pao] (62) =T,P/P) Tm = (P-P)a’ e /3 1(92) | Ty=(P— Pasi I(82) avec P' compris entre | avec P’ compris entre 2P/3et 4 PIS 0,5 Pet 0,65 P d= d=z24T/(2bo) | dez+T/(2 Jab) | d=z+T/(2 Jab oy) he h=d+0,05m h=d+0,05m h=d+0,05m METHODE BLEVOT-FREMY [14] = c6té du poteau e = entre axe des pieux d=hauteurutile a= 1 - a/(2e) Semelle Eadie Semele sur 3 pioux Semelle sur 4 pieux 0.5 (e-a/2) 0,580 (e-a/ 2) 071 @-a/2) 0,7 (@-a/2) 0,825 (e -a/2) oealh : Tirant : 1) Cerces + quadrillage : | 1) Cerces + quadrillage ou de T=1,15P we/(4d) T, = Pae/(9d) barres de cote + quad: traction (Blévot) T,=Pae |(8d) dans | T= Pelt-a7(3e%)] . les 1 (4d) Tq 7 0.2T, T, = 2,4 (P - P’)c.0/(8d) aciers (Frémy) ‘ . P¥entre 0,75 P et 0,85 P 2) Cerces + médianes; |) Cerces + diagonales To=P'ae/(9a) ou barres de c6té + diagonal. : T= (P-P') ae /3 (9d) avec P’ compris entre 2 PIS et 4 PIS T, = Pae (8 Ta =P Pyace2 18 avec P’ compris entre BIBLIOGRAPHIE [1] Fascicule 62 du Cahier des Clauses Techniques Générales (CCT) ~ Régles Techniques ‘de Conception et de Calcul des Fondations des Ouvrages de Génie Civjl - Journal Officiel. [2) Fascicule 68 du CCTG ~ Exécution des Travaux de Fondations des Ouvrages de Génie Civil - Journal Officiel. [] D-TU. 13.2 - Travaux de Fondations profondes pour le Batiment - CSTB. [4] D.TU. 13.11 - Fondations superficielles - Cahier des Clauses Techniques - CSTB. [5] Techniques de I'Ingénicur ~ F. BOURGES et R. FRANK ~ Fondations Profondes » ~ 1989. [6] La Pratique des Sols et Fondations - G. FILLIAT ~ - 1416 p. [7] Pile Foundations Analysis and Design -H.G. POULOS & EH. DAVIS - John Wiley & Sons - New-York - 1980 - 397 p. [8] Fondations Profondes - Actes du Colloque ENPC - 19/21 mai 1991 - Presses de TENPC - 1991. [9] Procédés Généraux de Construction - Fondations et Ouvrages d'art - J. MATHIVAT et Y, FENOUX - Cours de I"ENPC - Eyrolles - 1983. [10] Fondations spéciales et reprises en sous-ceuvre - M. FORNI - Eyrolles - 172 p. - 1981. [11] Fondations et souténements - J. PUTATI - Eyrolles - 324 p. - 1979. [12] Fondations et ouvrages en terre - G. PHILIPPONNAT - Eyrolles - 402 p. - 1980. [13] Problémes pratiques de mécanique des sols et fondations - G. SANGLERAT et G. OLIVARI - Dunod - 272 p. ~ 1990. [14] Semelles sur pieux - Méthodes de calcul, compte-rendu dessais, dispositions cons- tructives - J, BLEVOT et R. FREMY - Annales de lITBTP - Février 1967. [15] Tables de poussée et de butée - J. KERISEL et E. ABST - Presses de I'ENPC - 1990. [16] Eléments de mécanique des sols - F. SCHLOSSER - Presses de I"ENPC - 1989. [17] Exercices de mécanique des sols - F. SCHLOSSER - Presses de I'ENPC - 1989. [18] Interactions sol-structures - Actes de colloque - Presses de I'ENPC - 1987. [19] La régiementation frangaise et étrangére en géotechnique ~ Actes de colloque - Presses de ENPC - 1987. [20] Les constructeurs et les risques du sol - J. CATZ - Ed, du Moniteur - 1985 - 298 p. [21] Le gel et son action sur les sols et fondations - M. DYSLI - Presses Romandes (Lau- sanne) ~ 1991 - 260 p. litions du Moniteur du BTP - 1980 0,5 P et 0,65 P 6. DALLES 1, LES PLANCHERS ~ On appelle planchers l'ensemble des éléments horizontaux de Ia structure dun batiment destiné a reprendre les charges d’exploitation ou autres charges permanentes (cloisons, cha- pes, revétements,...) et les transmettre sur des éléments porteurs verticaux (poteaux, voi- Jes, murs). Les planchers peuvent étre constitués d’un ou de plusieurs des éléments suivants : = dalles, = nervures ou poutrelles, Exemples de planchers ~ plancher-dalle, sans poutres, ni nervures (Fig. 1), ~ plancher A poutres dans une direction et dalles portant dans la direction perpendiculaire ~ plancher A poutres croisées perpendiculaires et dalle portant dans deux directions (Fig.3), ~ plancher poutres paralléles dans une direction, nervures (ou poutrelles) perpendi- pee aux poutres, et dalle portant dans la direction perpendiculaire aux nervures ig.4), Voir aussi chapitre 3, article 7.1. _ —_ | Fig.1 - Plancher-dalle Fig.4 - Plancher nervuré 2. LES DALLES Une dalle est un élément porteur, généralement horizontal, dont deux dimensions sont gran- continues sur plusieurs travées, il y a plus de deux appuis. Les appuis peuvent étre des Fig.2 — Plancher & poutres dans une direction ~ poutres, des murs ou des voiles, = les dalles portant sur des appuis ponctuels, tels les planchers-dalles. On appelle plancher nervuré ou dalle nervurée, l'ensemble d’une dalle de faible épaisseur et de nervures paralléles et rapprochées, de ordre de 0,50 m a2 m d’entre axes de nervures. On appelle plancher-caisson, l'ensemble dune dalle de faible épaisseur et de nervures croi- et peu espacées, de 0,50 m A 1,50 m d’entre axes de nervures. ique sont étudiées a la fin du chapitre 4. 2.1. Généralités - Deux méthodes de calcul 2.1.1. Dans le domaine élastique La relation entre la déformée w(x,y) et la charge appliquée p(x,y) a été établie par Fig.3 - Plancher & poutres croisées LAGRANGE : ee a ol A représente Fopérateurlaplacien <5 + rg atw 2d4w at P(%y) it — aa Sot 3a * aatay? * ays D EA? D = raideur de la dalle = Rav Fig.5 — Déformations de la section transversale d'une poutre v = son coefficient de Poisson, "Acct allongement transversal de la fibre supérieure correspond un raccourcissement de la A= épaissseur de Ja dalle. fibre transversale int et donc une rotation de la face latérale (ou joue) de la poutre. Dans le plan (x,y), Navier a proposé une solut (6 é “Cette rotation vaut V £ b/ h. : i particulier d'une dalle rectangulaire articulée sur ses 4 cdtés, par une doul . F ou b est grand par rapport & h, rotation transversal ~ qui De méme, pour le cas de dalle rectangulaire ayant deux bords opposés articulés une courbure transversale - est génée et la dalle reste plate dans le sens autres pouvant étre encas iculés ou libres, Maurice Lévy a proposée une atre prés des bords libres. équation le Fourier produit de sinus et d’un polynome de fonc' boliques. Enfin, pour des dalles circulaires soumises 4 un chargement de révolution, Yéquation (1) es La présence d'acier en partie i intégrable ; elle se raméne a une équation différentielle du qual e dans le béton sans allongem variable. fibre inférieure n’ ‘pas de traction générale, des fissures ‘ “Larégle habituelle qui consiste & n égale au nn d’acier longitudinal ne tire donc pas son origine d’un coefficient de propage en ligne droite jusqu’a atteindre une inters Cette méthode suppose donc que la plaque se « cas: -polygonale qui restent plans (ou quasi appuyées sur leur pourtour). La (ou fissure) ge d'un moment de la quantité d’acier traversant la fissure. ‘moments transversaux par rapport aux moments lon; (Woir tableau en 3. a 2.2, Dalles rectangulaires portant dans une seule direction (« dite dalles sur deux appuis ») Beene do cervics qu nove Vérification des contraintes en ELS. ‘angulaire est définie par son épaisscur h, sa longueur L, sa largeur b. ite « sur deux ap; Jorsque le moment de flexion dans une ae . rant par rappo utre direction. Les anglo-saxons appel 221. Dalle zourrise @ une charge untforte cansversal 5 xk sur deux appuis simples, is z Le calcul s’effectue comme pour une poutre avec un coefficient de Poisson nul pour les ice supérieure, la fibre supérieure a mi-travé moments, tion de la contrainte de com= Pour la vérification des déformations en ELS avec V = 0, on pourra utiliser le programme «DALLRECT ». pression o;. On observe un gonflement transversal égal Ave (Fig.5), v représente le coefficient de Pois ‘son que Ion peut prendre égal a 0,2 pour un béton non fissuré. 2.2.2. Dalle soumise d un chargement quelconque : 2.2.3. Application numérique (Fig.7) charges partielles, linéaires ou concentrées dalle portant dans une direction de deux travées de 5 m, de largeur b= 4 m, recevant Pace uniforme pondérée en. Py = 12 kN/m? et d’épaisseur h = 0,20 m, la rési a ite élastique des aciers de 500 MPa. Fig. 7 - Dalle de deux travées portant dans une seule direction. On calcule une le comme une poutre de 1 m de largeur. Le moment sur appui vaut M, * - p, L?/ 8 = - 12x 25/8 = - 37,5 kNm/m Le moment réduit vaut : 7 pout - - 39 Pour plus de précision, on pourra Ie programme « NAVI H=M, | (bd? 6y,) = 37,5 X 10-3 / (1 x 0,18? x 14,17) = 0,0817 < 0, suffisamment grande pour que les deux extrémités appuyées soient sans influence sut les Letras de leviers = 0,Sd(14 1-21) = 0,1723 m, ae asection d'acier nécessaire : A,=M, / (@6,,) = 0,0375 x 10 (0,1723 x 500 / 1,15) = 4,98 cm?/m soit HA10, s = 150 mm Fig.6 ~ Charge concentrée sur dalle, 16 m d’épaisseur, recevant une ‘ liquée sur un carré de 0,10 m x 0,10 m, situé au quart de -et 4,98 / 4 = 1,25 cm?/m transversalement, en respectant la « régle du quart », Ia portée, A mi-larger it HA 6, s = 220 mm La méthode simple énoncée ci-dessus donne : ou un treillis soudé TS 8-6-100-200. ~ moment total M = 20 KN x 1,00 m x 3,00 m / 4 = ~ largeur de calcul ~ moment par matre de Nn im/m. Le programme « NAVIER » donne les résultats suivants : pocnent maximum au droit de la charge = 0,00459 MNm/m = 4,59 kNm/m. " 3. DALLE RECTANGULAIRE ARTICULEE os sate ue la valeur donnée par la méthode approchée (15,73) est trés supérieure la SUR SES QUATRE COTES Remarque Le programme « NAVIER » est valable pour des dalles appuyées sur quatre e6tés articulés. Cependant, dans notre exemple, les bords libres transversaux sont une distance égale a 1,5 fois la portée ; on peut en négliger 'influence. 3.1. Solution de Navier (Fig.8) Les démonstrations des formules qui suivent figurent dans le livre de Jean Courbon, Résis- tance des Matériaux [53]. ; _ Navier propose pour résoudre 'équation (1) de définir la charge extéricure sous la forme de double série de Fourier : ne mmx nny Pay) = XDA, sins —sin mala Les coefficients A,,, sont donnés par la formule : ace __mmx — nmy Ann = ab Slow» sin—~ sin—5-dxdy @) ao y b o a x Fig.8 — Dalle rectangulaire articulée sur 4 cétés, et la déformée devient : LSS _ Amn mmx my ! OY) = ap 2, ae at Patt a @ Cd) On trouve alors pour les moments de flexion M, et Mp, le moment de torsion C, les efforts tranchants V; et V; et les réactions dappui R,, Ry et R, les formules suivantes : nm w Bat is S a | omnx mmy M=3 — sin b= ae, Di Amat pay asin sin (er8) w m rave i Pa . mnx my Mr= 5 XD Age a asin sin 5 20-y) oS . =) X Lane BP eA nn nt oF (#*#) Remarque 1. Les réactions d‘appui R, et Ra ticnnent compte des efforts tranchants V, et Vet du couple de torsion C (incidence OC/dx et OC/dy). La réaction R dans chaque angle correspond au non-soulévement des angles. 2.A partir de la solution de NAVIER, PIGEAUD a établi des abaques qui permettent, pour un rapport donné des cétés de Ia dalle et un rapport donné des dimensions de la zone rec- tangulaire chargée qui a le méme centre que la dalle, de calculer le moment mi-travée dans chacune des deux directions. Pour des charges rectangulaires partielles non centrées, la calcul est un peu plus laborieux, car sommes et différences de rectangles centrés. Pour une charge répartie uniforme, les Régles BAEL donnent en annexe E, un tableau Petmettant de calculer les moments maximum a mi-travée dans les deux directions. Pour des charges réparties sur des rectangles non concentriques - en particulier des charges Concentrées - on pourra utiliser le programme « NAVIER ». 2 & VOICE vy = 0,20 (*) Ly ne _ My WZ be oe y= ply 5 5 0,40 0.110 0,45 0.102 0,50 0,095 0.55 0,088 3 a : 0,60 0,081 0,305 (**) | @ 4 pee bd Fig.10 - Dalle rectangulalre Fig.11 — Ging points de calcul 0,75 0,062 0,509 Avec trois charges par rectangle 80 des Gost cose Résultats : moments et efforts tranchants dans les deux directions et fléche, 0,90 0,046 0.778 Bein milieu et aux quatre sommets du rectangle pour un seul rectangle chargé, (Fig.11) 0,95 0,044 0.887 = 8 nu milieu de la dalle quand il y a plusieurs rectangles chargés 00 0,037 1,000 = et en tout point au choix de coordonnées x et y. La fléche est calculée en section brute (non fissurée et sans acier), avec le module d’Young instantané. eld aus colilent de Poisson du baton ea pi al 80, gaat ds pares en ‘essunorsy como eqs Valouts dey teraures&0:25—corespondant Ly = 0857 ~ prendre rato Cee areola 8.2420 BAEL(c ge uaa)? spas BMncreen cons Pour une charge répartie uniforme p(x, y) = p, sur un rectangle (a,,b,) (Fig.9) on a: 33. Exemple (Fig.12) P(x, y) =p pour a, Sx et dont les quatre premiéres dérivées sont : FQ) =a,a shhy +0, 4 chhy+a, 0 [chky+Ay shay] +0, AlShAy+Ay chay] +a, A ‘Vxe~-0.00836 MN F'n (9) = %, V chhy +o, A? shay+a, A? [2 shay +Ay chay] ‘Vy--0.01473 MN/z & +a, 9? [2 chhy+hy shy] : Fg () =O, A? shhy+a, MP chdy +a, 23(3 chhy+y shay] "40,02 [3 shay-+ Ay chdy] FI’ (y) = &, Mt chay+a, a4 shay +o, A*[4 shhyt dy chdy] q +a, A [4 chhy+dy shay] La charge répattie p(x,y) est donnée par : max 2,4 mmx ple) = EPm() sing avec PO) = 7 [Pq (a9) sin Gd si Yon prend une charge répartie sur toute la surface de la dalle, allure trapézoidale dans Jes deux directions, on a : max p(y) = Po+Pax + Poy = LPu(y) sing 2Pq = — si mest pair et avec, (Y) = 77 Sim est pa 24 bet Pm(¥) = Pat 2Po+ 2Py55) p= Sim est impair. Les rotations s’écrivent : 0, = eT AF om dre o, = $e = -5Y sin x Les moments de flexion et de torsion valent : M, = o(Z3 +53) = LH F-v F" |sindx M, = o( Sy +v33] = LW 02 F-F" |sindx aw : C= DU-wW 55, = (=v) ZAP cosh © Les efforts tranchants V; et Vz et les réactions d'appui R, et R, sont donnés par : eM, ac V5 at = DAM =F" ] cosh am, Vv, = ee = Dr =F" Jsinkx ac aw el : syle in| topo = DAF- (2-v) F" Jcoshe R= H4+5 =D[S5+@ aay? 3 U ¢ a Pw a R= +5, = [Spt e-maze| = Dl@-wMr Fe" J sinkx soit pourx=0: Ry = LA[A,F— (2-v) F” ], fonction dey pourx =a: R, =X (-1)"A[7F- (2-v) FP") , fonetion de y pour y = by : Ry, =D [(2-v) MF (b,) —F" (b,) ] sindx , fonction de x pour y = b;: Ry= -Ll@-vy MF (b,) -F” (b,) ] sindx , fonction de x Les conditions aux extrémités se traduisent par : -Bord libreeny= bj: M, = 0 A2F-F” =0 R, = 0- (2-v) AR -F" =0 - Bord encastré en y =b,: w = 0-9F = 0 @,=0>F =0 - Bord articulé en y=: w = 0-F =0 M, = 0-v 4?F-F” = 0 soit F” = 0 Léquation de Lagrange appliquée a !'équation (5) conduit a : MF - 228" +P¥ = p, (y) 2Pq oi les valeurs des coefficients o1, = ~~ si mest pai, 2 rs 1, = 55; (Pat 2Po) si mest impair, et O, = 0 si mest pair, ary ys i 's = gp Simest impair. 4.2, Exemple numérique (Programme « DALLRECT ») Dalle appuyée sur 3 appuis et encastrée sur le 4°, sous charge hydrostatique. autres cétés, de 0,25 m dépaisseur. Charge line variant de 40 kN/m? en pied a 0 KN/m? au sommet (Fig.13). Module d’Young = 11 000 MPa, coefficient de Poisson nul. 42,2 kKNmn/m. Les tables GREKOW [49] donnent, tableau 19, schéma 2, pour L,/ Ly = 0,5: M=- 0,0653 q L,? = - 0,0653 x 40 x 16 = 41,8 kNm/m (valeurs égales a 1 % prés). 484 Dalle de 8 m par 4 m, encastrée en pied sur un des cétés de 8 m et articulée sur les trois Le ‘programme «DALLRECT » donne un moment dencastrement maximum de 40 encastré E J E a 8,0 Fig.13 ~ Dalle rectangulaire sous pression hydrostatique 4.2.1. Mode d’emploi « DALLRECT » I°Ligne a a= longueur suivant Ox 2 Ligne b b= longueur suivant Oy 3°Ligne — p, x Pp = Valeur de la charge p en O (origine des coordonnées) en N/m? 4° Ligne py Pa= valeur de la charge p en A (abscisse L,, ordonnée nulle) en kN/m? Ligne pg p= valeur de la charge p en B (abscisse nulle, ordonnée L,,) en kN/m? 6° Ligne Gg, C, = condition 4’ long de l’axe Ox, ordonnée nulle (OA) : = 1 pour un apy T° Ligne 8° Ligne k= épaisseur de la dalle (m) 9 Ligne & = module d’ Young du béton (MPa) 10° Ligne v V = coefficient de Poisson 4.2.2. Données 8 * longueur L, Jane (trapezoidale dans les deux Directions) 4 “Tongueur L, 40 40 “ charge a l’origine en x= Oct y =0 40 40 “charge enx=aety=0 | r 0 0 ‘ charge enx=Oety=b 3 “ encastré sur I’axe Ox (ordonnée nulle) 2 * articulé en téte (ordonnée b) 0.25 * épaisseur de la dalle 11000 * module d’ Young 0 * coefficient de poisson ss de Longueur a: 1) , Articule(2) ou Encastre(3) = 2 3 1), Articule(2) ou Eneastre(3) = 2 2 isseur de la Dalle (n)=? 0.25 fedute d'Voung (YPo). =? 11000 ent de Poisson =? 0 4.2.3. Données sur écran jprimante, 3 - sur I'Inprinante seulenent. Vaieur de pen A = 40.00 kN/m2 Valeur de pen B = 0.00 kN/m2 Conditions 'Appul des Cotes de Longueur at Pour y~0 (Cote OA) : Encastre Pour y=b (Cote BC) : Articule Les deux Cotes OB et AC sont obl igatoirenent articules Eparsseur de ia Dalle = 0.260 m Module a'Young = 11000.0 MPa Costicient de Poisson = 0.00 Abscisse x = 4.000 m, Ordonnee y= 4,000 m Flsche = -0.00 mm Rotation x = 0,00 14/1000 Rotation y = 1.38 14/1000 Moment x = 0.00 KNm/m. Moment y = 0,00 KNm/m Moment de Torsion = 0.00 KNm/m Etfort Tranchant x = -0.00 KN/m_ Bort Tranchant y =-16.14 KN/m. Reaction ctsppul x = 0,00 KN/m_ Reaction dappul y = -17.98 KN/m_ ‘Abscisse x = 0.000 m, Ordonnee y= 2.000 m. Fleche = 0.00 mm Rotation x = .0.88 14/1000 Rotation y ~ 0.00 rei/1000 Moment x ~ 0.00 KNm/m ‘Moment y = 0.00 KNm/m, ‘Moment de Torsion = -1.03 KNm/m Reaction dapput y = 0.00 KN/m, Abscisse x = 4,000 m, Ordonnee y= 2,000 m Fleche = -1.58 mm Rotation x = 0.00 14/1000 Rotation y = -0.24 14/1000 ‘Moment x = 1.99 KNm/m_ Moment y = 17.55 KNm/m Moment de Torsion = 0.00 KNm/m_ Etfort Tranchant x = 0.00 KN/m. ifort Tranchant y = 3.18 KN/m Abscisse x = 8,000 m, Orclonnes y= 2.000 m Fleche = 0.00 mm Rotation x = 0.88 ra/1000 Rotation y = 0.00 ra/1000 Moment x = 0.00 KNen/m_ ‘Moment y = -0,00 KNm/m ‘Moment de Torsion = 1.03 KNm/m. Etfort Tromchant x =-16.36 KN/m. Eifort Tromchant y = 0.00 KN/m Reaction clapppul x = -25.73 KN/m Reaction dappul y = 0.00 KN/m_ Abscisse x = 4,000 m, Orcionnee y= 0,000 m Fleche = 0.00 mm Rotattion x = 0.00 ra/1000 Rotation y = -0.00 rd/1000 Moment x = 0.00 KNm/m ‘Moment y 42.20 XNm/m ‘Moment de Torsion = 0.00 KNm/m Effort Tranchamnt x = -0.00 KN/m ifort Tremchant y = 67.81 KN/m. Reaction clappul x ~ 0.00 KN/m Reaction dappul y ~ 67.81 KN/m, ‘Charge Totatle = 640.00 kN M/(0,78h)A2~ 1.200 MPa Les Result Slee ats Petvent Ditferer de quelques % de la: Valeur Exacte pour des Raisons de Convergence des _ chargés et déchargés (chargements en di 4.3. Autre cas de chargement et de conditions aux limites réparties uniformes ou triangulaires, dn pourra avoir recours aux tableaux \génieur » [49] valables pour un coefficient de Poisson nul. isson non nul, on ajoutera v fois le moment de la direction perpen- 4.4. Méthode BAEL pile s’applique aux dalles rectangulaires en continuité - c’est-a-dire totalement ou partiel- Jement encastrées ~ soumises 4 un chargement quelcongue, en respectant la régle de ferme- ture des moments 4 1,25 M, dans les deux directions : M, + (My + M,)/22 1,25 M, avec M, le moment maximum en travée a prendre au choix entre 0,75 M, et 0,85 M, M,, et M, respectivement les moments sur appuis gauche et droit, au moins égaux & 04M, 'M, le moment maximum calculé en supposant la dalle simplement appuyée sur son contour. Cette régle permet de simplifier considérablement les calculs en évit pour les dalles appartenant 4 un maillage de rectangles, un calcul bi-dimensionnel fastidieux de rectangles En effet, la sécurité la rupture de la dalle est assurée par une redistribution des ‘moments entre moments sur appuis et moments en travées. La marge de 0,25 M, per- met de réduire la fissuration qui serait due & une insuffisance d'acier sur appui ou en travée par rapport a la solution obtenue par un calcul exact (programme aux éléments finis par exemple). 4.5. Méthodes A.C.I. Les régles américaines ACI-318-89 (American Concrete Institute, Committee 318, année 1989) proposent ~ la méthode forfaitaire envelope, - la méthode de calcul des dalles rectangulaires portant dans une ou deux directions en tenant compte de la raideur des poutres d’appuis (méthode’directe). Mais on utilise égalem: ~ la méthode du portique ~ la méthode des bandes. 4.5.1. Dalles portant dans une direction way slabs) - Méthode simplifiée La méthode forfaitaire évite de calculer tous les cas de chargements. Les portées de calcul correspondent aux portées entre nus d'appuis. Deux travées (Fig. 14) ‘Sur poutre de rive = -plv24 Sur poteau de rive = -pLvie Fig.14 — ‘Trois travées et plus (Fig.15) | pine ‘Sur poutro de rive VES | _ minimum de trois travées panneaux rectangulaires de rapport de c6tES Linas | Lin $2 = portées adjacentes ne différant pas plus de 1/3, soit 0,75 < L/L; $ 1,33 « charges gravitaires uniformément réparties sur tout le panneau, les charges variables n’ex- cédant pas trois fois les charges permanentes Ses raideurs des poutres d’appuis - si elles existent - doivent étre dans un rapport compris centre 0,2 et 5 «pas de redistribution des moments autorisée comme pour les poutres _ fermeture en travée égale 4 M, = p L?/ 8 pour chaque combinaison de charges avec L,= portée entre nus d’appuis 2 0,65 fois la portée entre axes, Ly = distance entre axes perpendiculairement a L,, p = charge répartie uniforme pling 1,190 ou 1,286 Régles ACI — Régles forfaitaires — Dalles de deux tra 1,252 ‘Moments négatifs et positifs (c’est-a-dire sur appuis et en travées) - travée intérieure : 0,35 M, en travée, 0,65 M, sur appuis = travée de rive : voir figure 16 YZZIZEA Sans poutre Poutres entre = plies ‘Sur poteau de rive wee . tous les poteaux Poutre de rive + Feeneture* ow te 1,227 1,227 427 f**24 poutres iatérales |-0,26M0 OF Ho | a Fig.15 — Régles AC! — Régles forfaitaires — Dalles de trols travées et, “ Remargue | Les coefficients de fermeture, rapportés a M, = p L?/ 8, sont nettement supérieurs & ste des Regles BAEL, pportés a M, = p L? / 8, sont nettement supérieurs 4 4 se Poutre de rive 030 =a7%0! ° 4.5.2. Méthode directe (« Direct Design Method ») Les panneaux sont découpés en bandes centrales et en bandes de poteaux de largeurs égales 9 ae 40,25 Min [Ly ; Ly] de chaque cété de I’axe des poteaux. Rive encastrée hi et Lz désignent les portées entre nus dans le sens de la portée de calcul et perpendiculai- 0650 -065K0 a | ment a ce sens. q Fig. 16 -ACI. Méthode directe La bande centrale est la partie restante comprise entre deux bandes de poteaux. Coefficient de moments dans les bandes de poteaux (column strips) en pourcentage du Moment global calculé ci-dessus. ~ travée de rive, cété appui de rive (moment négatif) Tableau 2 Lyk = 05 1,0 20 | ay Ley = 0 B=0 100 100 100 R225 o 7 75 ojtgly=t | R=0 yoo | 100 | 100 B25 90 7 a interpolations possibles EC avec By = sy E, = module d’élasticité du béton de 1a poutre E,, = module d’élasticité du béton de la dalle E,, = module d’élasticité du béton du poteau I, = moment d’inertie de la dalle de largeur b = B e3/ 12 I, = moment d’inertie de la section brute de la poutre 1, = moment d’inertie de la section brute du poteau xy c= (i ~ 0,63" ) > Gig.17) y xsy Bal, x &, = G7 dansladirectionL, —_—Fig. 17- Rectangle ~ travée de rive, cOté appui intérieur ou travée intérieure (moments négatifs) Tableau 3 WG= 05 10 2.0 a Ll, = 0 75 75 75 o Lally 2 1 90 75 45 ~ travée queleonque (moments positifs) Tableau 4 Wis 05 10 2,0 04 Lally =0 60 60 60 oy Lgfly 31 90 7 5 Coefficients des moments repris par la poutre axée de poteau a poteau Sioy LoL, 21 :85 % du mnt de la bande centrale est a reprendre par Ia poutre, si, L,/L, < 1 : interpoler linéairement de 85 % 40 % Moments dans les bandes intermédiaires (middle strips) Elles doivent reprendre la différence non reprise par les bandes de poteaux. La modification des moments de calcul, par redistribution, est possible de + 10 % en res- pectant I’équation de fermeture vue plus haut. Moments dans les poteaux et les voiles Un appui intéricur reprendra un moment : M = 0,07 [2 + 0,5 p,) La Ly? - p’g Lp Ly? avec : Py = charge permanente au m? P, = charge d’exploitation au m* Ly = largeur totale du panneau (entre axes des files de poteaux) LL, * portée entre nus P'p L'z etL', S'appliquent a la plus petite des deux travées ‘Méthode simplifiée pour calculer enveloppe des cas de charges (provisions for effects of pattern loadings) - Conditions : charges variables _ B, = charges permanentes <7 et que les raideurs des poteaux supérieur et inférieur soient telles que @, soit supérieur & On wes a, = > 2a, = SK eR) ome ayec : K.= By, I, / 4, = taideur des poteaux (c = column) K,= Eq, I,/ hy = raideur de la dalle (s = slab) Ky= Ecp Ip / hy = raideur des poutres (b = beam) _ Ecole oo Bude Tableau 5 Valeurs dé Onin Raideur relative o de la poutre oO 05 1 2 4 0 0 0 oO 0 06 0 oO 0 0 07 oO oO 0 oO 5 1,0 07 01 0 0 oO 1,25 08 04 O° oO oO 2,0 1,2 05 0,2 oO ) 0,5 1,3 03 0 0 0 08 1,5 05 0,2 0 oO 0,5 1,0 1,6 06 0,2 oO oO 1,25 1,9 1,0 05 O oO 2,0 49 1,6 1,8 0,3 oO 0,5 18 05 0,7 0 0 08 2,0 09 03 oO 0 0,33 1,0 2,3 09 04 0 oO 1,25 28 1,5 08 0,2 oO 2,0 13,0 26 1,2 05 0,3 Les moments positifs calculés ci-dessus sont 4 majorer par le coefficient = ern ma) thet Application numérique de la méthode directe IS SAA 75 3 > Wy Py rs Ll i 2,70 4 04 0.4 04 Fig.18 - ACI-318 — Méthode directe Données : (calcul dans la direction Ox) ~ épaisseur de la dalle = 0,16 m ~ retombée des poutres = 0,34 m - rakian du béton = f’, = 25 MPa ~ hauteur des poteaux = 3,00 m de feu dos ptenur 3002 dessus de plancher A dessous de plancher ~ module d’ Young = B, = 4730,/f”, = 23 650 MPa Conditions : = minimum 3 ravées = Lina/Lnin = 6,4 / 4,4 = 1,45 <2 = Lflr= 1,227 < 1,33 -q=5 = 12 kN/m? ~L,= 4 > 0,65 x 4,4 = 2,86 m ~ raideur des poutres d’appuis : aL 02s—4 55? Eyl, 23 650xb hx 12 = Bal, ~ 23 650 xB e?x 12 b= épaisseur de la poutre = 0,40 m h= hauteur de la poutre = 0,50 m = 4 ou 5 mavec Ly = 4,40 met 5,40 m 0,16 m = épaisseur de la pour B=4m— pour B= 5m 0, = 2,44 pour B = 6m— 0 = 2,03 Valeurs de 0, Lz?/ ot L,? comprises entre 0,2 et 5? oy LP og Li? U-54 Ln 64 a 44 0,83 0,71 OK 12-54 7,00 0,85 Situde de la travée centrale (hachurée sur la figure 18) _-jangeut de la demi-bande dappui = 0,25 Min{L ; La] = 0,25 Min{6.4 ; 5.4] = 1,35 m ~ jargeur de la bande centrale = 5,4 - 2.x 1,35 = 2,70 m ~ moment de fermeture = M, =p Lz L,?/ 8 ‘avec le poids de la poutre = 0,4 x (0,50 - 0,16) x 25 = 3,40 kN/m soit ‘valent de 3,40 / 5,4 = 0,63 kN/m? g = 0,16 X25 = 4 kN/m? etp=1,4g + 1,74 + 1,4 x 0,63 = 14,98 kN/m* M, = 14,98 x 5,4 x 5?/ 8 = 252,8 kNm pour Ja travée de rive et M’, = 355,1 kNm pour Ia travée centrale. Répartition moment sur appuis et moment en travée ‘Nous sommes dans le cas 2 de la figure 16 (Fig.19) 0,57 Mo 0,35 Mo 0,57 Mo kMo -0,16 Mo -0,65 Mo 0,65 Mo -0,16 Mo -0,7 Mo -0,7 Mo kNm = -40,5, 144,1 -230,8 124,3 -230,8 144,1 -40,5 Fig.19 - Valeurs des moments appui de rive Moments négatifs dans les bandes de poteaux : travée de rive, L/L, =5,4/5,4=1 om Ly / Ly = 2,44 4.5.5. Méthode des bandes (strip method) [51] ppolle articulée sur quatre appuis : [| 7" x c= x1 ~063%) = = 0.00529 ay : rH 0.40 W 3 ' - Fig.20 - Section avecx = 0,4 et y=0,5 Ae ’ I, =5X0,16°/ 12 = 0,00171 ~—__-—_+1 : EC a) » avec B, = 357 = 155 2 Le tableau 2 donne par interpolation pour L/L; = 1, 04 L/L) > 1 4 et B,= 1,5: 84,5 % de kM, pour les deux demi-bandes de poteaux. = = Moment négatif dans les bandes de poteaux : autres appuis | Le tableau 3 pour L,/ Ly 6,4 = 0,844 et a La/ Ly = 2,44 X 0,844 = 2,06 donne 75 el de k M,. Par exemple (Fig. 21) : - 86,6 = - 0,5 x 0,75 x 230,8 Banda y ath og ‘Moment positif dans les bandes de poteaux charge So : donne 60 % de kM, insi les moments en travée centrale dans le sens longitudinal, { 4 at yin On procéde de méme pour les deux travées de rive dans le méme sens et pour les trois My ee travées du sens transversal. (Fig.21) ne THe SE fs ss SS at * amdax 4 whe Bandex ,* —- st > rece jt mr am, el —— oo a z 4 ——— ee = en ee aaa n Fig.22 — Méthodes des bandes Fig.21 - Moments dans les bandes 4.5.4, Méthode du portique équivalent iste une autre méthode dite « equivalent frame method ». La structure est considérée comme un portique équivalent et calculée comme telle. Cette méthode est comparable 4 celle proposée pour les planchers-dalles par le BAEL. : ha " es vers les appuis, dans la direction « x » ou ~- zone 2 ou zone 1 de la figure 22-a et 22-bet les zones 1 et 2, une droite inclinée La méthode consiste & transporter les charg direction « y », en fonction de leur position ~ : Suivant que I’on choisit comme ligne séparative entre un angle @ (Fig. 22a) ou une ligne brisée (Fig. 22). » peut étre pris arbitrai- a Lignes de moments nuts doit étre voisine de 45° et non de 90°, TO} 1.0 [ P= ro paliers et non linéairement, La répartition des charges attribuées aux appuis paralléles a L, ou a L, est indiquée sur Ig Fig.22c etd. La valeur des moments est indiquée sur la figure 22-e et f. oe he) fi ee Dalle encastrée sur quatre appuis 0,809 0,9, 0,9. 0.9, R. H. WOOD [26] admet des lignes de points de moments nuls (points d’inflexion) comme indiqués par s sur la figure 23, les zones hachurées correspondent au moments ignes de moments nuls sont a mi-distance des appuis et des lignes ‘moments suivant la grande portée, et a 40 % de cette distance pour les moments suivant la petite portée (au maximum 0,2 L,). q ones de ascotoure ®Y Jos, YY uy YZ J0,3Ly Y ae [oa 2 a/2ya/2 a/2 al? le Fig.23 — Méthode des bandes pour dalle e Exemple de dalle encastrée sur quatre cétés de 6 m par 4,5 m, encastrée sur les quatre c6tés et soumise a une charge BLU ig.24). moments nuls, p: 0,90 m. Prenons des paliers de 0,90 m suivant O, et 1,00 m suivant O,. L’angle @ vaut Arctg(0,9 / 1,0) = 42° (Fig.25a) (J! Fig. 24 - Exemple de Bande 1-1 Bande 2-2: Bande 3-3: Bande 4-4; Bande 5-5 ; Bande 6-6 : Les schémas des moments récapi Les armatures s’en déduisent et les arréts de barres peuvent étre effectués en tenant compte des différentes zones, Remarque Four une dalle carrée articulée sur ses quatre appuis, de longueur a, en adoptant des lignes de discontinuité a 45°, le chargement en triangle donne un moment moyen (Fig.26) : + pas de charge Soit x; a longueur chargée de chaque cété de la grande portée de 6 m de Ig dalle, Pour le premier palier, x, vaut 1m (Fig.25a). Le moment positif M=p(0,5x,)?/2= 14x0,52/2 = 1,75 kNm/m, car la longueur chargée est de 0,50 m de chaque c6té de la travée de portée comprise entre points din. flexion, soit a réaction R vaut 14 x 0,50 m= 7 KN. ‘Le moment négatif est donné par : M=-Rx,/2~p (0,5 x)? /2=-7x0,5 - 14x 0,5?/2 = - 5,25 kNm ig.26 — Dalle moment positif M = 14 x 1,07/2= 7 Fig.26 — Dalle carrée réaction = 14x 1,0= 1 moment négatif M = - i i i . On se rappelle tre p a / 8 et p a” / 24, mais plutot proche de la pemiére valeur. Seo Ta méthode oe lignes de rupture donne un moment maximum égal a p a? / 24 et Ia inethode élastique, pour v= 0, un moment égal a p a? / 27. x 1,0 - 0,5 x 14x 1,0? = - 21 tif M = p (0,6 y,)*/ 2 = 0,5 x 14 x 0,54? = 2,04 x 0,54 = 7,56 \égatif M = - 7,56 x 0,36 - 0,5 x 14 x 0,36? = - 3,63 4,6. Méthode BSI 1108 = 816 Les rdgles de la British Standard Institution - BS 8110 ~ donnent une méthode de calcul moment positif M = at des dalles rectangulaires portant dans une ou deux directions. réaction = 14 x 1,08 moment négatif M = X 0,72 - 0,5 x 14 x 0,72? = - 14,52 4.6.1. Charges concentrées je sous charge concentrée -x/L) vaut : (Fig.27) b,= a+ 2, EXEMPLE : Charge concentrée de 20 KN au quart de la portée de 4 m. (voir en 2.2.2 ci- dessus) x=L/4donne b= a+ 0,45 L @=0,10 m, on trouve 1 b,=1,90m Moment total = 15 kNm = it ces valeurs sur les figures 25-c et 25-d. M=pa(a/6)(a/4)=pa?/24 ‘Le moment maximum vaut p a”/8 pour la bande centrale (de trés faible largeur, il est vrai). moment par unité de largeur : L Pour un choix de lignes de discontinuité en escalier, le moment maximum & M=15/1,9 = 7,89 kNm/m, #1 —+ fod valeur supérieure au 4,59 kNm/m . pera ube! jargeur effective trouvé par la méthode élastique (Navier). cet tf F L Fig. 27 - BSI - Charge concentrée sur dalle b+ ___-+} 500 4.6.2. Dalles rectangulaires fléchies dans une direction qableau 7 Arian 2e) Coefficient des moments pour des panneaux rectapgulaires appuyés sur les quatre cblés Des valeurs forfsitaires des moments dispensent de l'étude des différentes combinaisons de ‘et tenant compte de la torsion aux angles 4 charges (Table 3.13 du BS 8110, transcrit ci-aprés). i “Types de panneaux | Coefficient de la petite poriée Ba, Coeff. de Tableau 6 et grande moments considérés Porte Bay Moment ultime et effort tranchant des dalles « sur 2 appuis » Vatours do, Thy 7 pour toutes ; Premier : vals Appui eng Appui CE een intérieur iretieu Fanneai inioure Moment 0 = 0,086 FL =0063FL Momantsnegatis su" | 0.031 | 0,097 | 0.042 | 0,048 | 0,060 | 0.053 | 0.050 0063} 0.082 Ello oar : cn is TRonantpettar-sorée | 0028 | 0.028 | ogee | 0038] o.0s7 | neo | o0sa | ous | anea tranchant ‘j : - SF Pannoau de ve courte ents négatis sur Note 12 fab chapedieeuumyciaar paren 0.088 | 0,044 | 0,048 | 0,082 | 0,055 | 0,058 | 0.069 | 0,087 oar Note 2: Lest la poriée effective, entre axes ~ 2/3 de la largeur des appuis Moment posit mi-portée | 0,029 | 0,033 | 0,096 | 0,039 | 0,041 | 0,048 | 0,047 | 0,050 0.028 tres héchi f Panneau do rive Tongue 4.6.3. Dalles rectangulaires fléchies dans deux directions, ‘Moments négatifs sur 0,039 | 0,049 | 0,056 | 0,082 | 0,088 | 0,073 | 0,082 | 0,089 0,037 articulées sur leur pourtour (art.3.5.3.3) 0090 | 0.636 | o,042 | 0,047 | 0051 | 0055 | 0082 | 0087 | oa Formule forfaitaire tenant comptc d'une non-résistance a la torsion dans les angles : Parneau dangle at . o2 : Moments négatis sur | 9.047 | 0,056 | 01063 | 0,080 | 0,074 | 0.078 | 0,087 | 0.000} . 0,048 . - ti Me= Seo) PLE My= 8 +a) Py Nemont posit &-ponse | 0.098 | 0.42 | 0.047 | cos | 0055 | o0s9 | 0088 | oc70| oaae avec a= L,/Ly Panneau & deux borde courts non-contines Remarque Moments négatis sur | 9,046 | 0,080 | 0,054 | 0,087 | 0,060 | 0,082 | 0,087 | 0,070 es Pour une dalle carrée, rouve M, = M, = 0,062 p L? (= p L?/ 16) valeur pppul supérieure & celle dé a résistance des matéiaus, qui ders? 116) na Moment post & m:-ponée | 0.034 | 0,098 | 0,040 | 0,048 | 0,048 | 0,047 | 0,050 | 0053} o,oa4 PL?/27 = 0,037 pL? fparine 8 secar bore Y : longs non continue 4 Momentsnégaitssr | 2 f 2 ff 2 tt Lt | | gag 6.4. Dalles rectangulaires fléchies dans deux direction: jeppul cor sucasirdes sir leur soutien on 353403535) ere beer} 0024 | OA ats ra lor, | om | tol] ae see iii ‘Panneau & trois bords Les moments dans les deux directions valent: Pon-contns (un grand em 2 . 2 bord coin) k~BupL? et M,=B,pL,’ Moments négatis sur | 0,087 | 0,065 | 0,071 | 0,076 | 0,081 | 0,084 | 0,092 | 0,098 -2ppul continu Moment postt& mi-ponée | 0.048 | 0,048 | 0,059 | 0,057 | 0,060 | 0,083 | 0,069 | 0,074} 0,044 Conditions d’application Les charges permanentes et d ion sont du méme ordre de grandeur sur le panneatt Gtudié et sur les panneaux adjacents. Ilen est de méme pour les portées des panneaux adja cents perpendiculairement au c6té commui Les panneaux sont découpés en bandes définis ci-dessus, de largeur 0,75 L, et en deus Un renfort de ferraillage est & quarts de la section d’acier calcul une longueur 0,2 L. i Panneau a rots bords fossa, loments négatits sur ppui continu « fos | fe fee [eof bh. 0,058 Moment posi &miporée | 0,042 | 0,054 | 0,068 | 0.071 | 0,078 | 0,094 | 0,090 | 0,105 0,044 Panneau & quatre appuis Moment post! & mi-portée| 0,055 | 0,085 | 0,074 | 0,081 | 0.087 | 0,092 | 0,103 | 0,111 | 0,086 4.6.5. Planchers-dalles (flat-slabs, art.3.7) Le calcul peut étre effectué selon trois méthodes : = la méthode des portiques équivalents (dalles, poteaux), méthode identique a celle BAEL, ~ Ia méthode des éléments finis, = Ia méthode forfaitaire ci-aprés qui dispense de Chaque panneau est di (0.25 L) dans chaque direction. iler tous les cas de chargements, ‘en deux bandes centrales (0,5 L) et en deux bandes d’appuj 5. DALLE CIRCULAIRE SOUS CHARGE DE REVOLUTION 5.1. Solution mathématique (Voir « Résistance des Matériaux » de J. Courbon [53]) Liéquation de Lagrange transformée en coordonnées polaires sécrit = La portée de calcul L est la portée entre axes des poteaux diminuée des deux-tiers de I largeur d’appui : L = Lay» ~ 2.4 / 3 (a = largeur du pote: dw 2dw idw idw 1d afi fe) _ Pwo) 6 Le moment total, bande centrale + plus bandes d'appui, est donné dans le tableau 8, dé td Pde Par rdr\"dr|rdr\ dr D Tableau 8 Les moments par unité de longueur valent : Coefficients des moments et efforts tranchants des planchers-dalles selon BSI Pe wae Tppat enieriowr Pris] Premier | Mio |, Je long d'une circonférence de rayon r: My = of S375; Potesu | Volo | ia | gare | nemo ineeoue law dw 1" travée | intérieur | intérieure " = le long-d'un rayon : My = D [: at vt] Moment =0,04F L]-0,02 FL] 0,083 F L |= 0,063 FL] 0,071 FL |- 0,055 F rdr ar’ Eff.tranchant_ | 045F | 04F - osF |. - 05 F Leffort tranchant vaut : Total des y-va[i4 (#] moments des | 0,04FL 0,022 FL ‘dr L rade dr p poteaux ~——* + F représonte la charge totale ELU dela bande de dalle entre les poteaux acjacents consiérés, représente la portée ef = portée entre axes - 24/3 Note 3: Las moments ne doivent pas éte restibués. { | La répartition du moment ainsi calculé entre bande centrale et bandes de rive s'efl suivant les dispositions du tableau 9. ' Tableau 9 | Distribution des moments Les conditions d’appui sur le pourtour extérieur conduisent a : Fig.28 Proportion entre bande de poteaux et bande centrale exprimée en pourcentage des moments totaux positif et négatif bande de poteau| bande centrale 75% 25% 55% 45% ~ bord encastré pour r = a: w = 0 et dw/dr=0 = bord articulé pour r= a: w= 0 et M,=0 Pour le cas d'une charge concentrique P uniformément distribuée sur la circonférence 2np, (© sintagre et donne les résultats suivants : irconférence de rayon r : M, = P B(p, r) ~ moment le long du rayon ; Mg = P &(p, 7) - 5.1.1. Bord encastré (@ 7) (@ +p?) z [ za + (2 +p?) Log é | pourr>p (@ +7) (@ =p?) [COS 4 tap Loe @)) pourr

p B=-g at») [ae «(f b= -& pra 5-aey & ates (5 ))] pow» a= -_u+y) [1-2 +0 (f}] pomp 5.1.2. Bord articulé 1 (3+v)a2-(1-v) p? aoa aed G+va—-(1-vr 3 o= aap [« “0 onene (+p Loe( 8) Jpour

4/3, soit 2 > 4/3 = 1,33 On trouve A = 0,448 a et my = 0,897 p. Pour une charge ELU p, = 15,5 kN/m?, on obtient : ‘mg = 0,897 X 15,5 = 13,9 kNm/m, Aa) On pourra majorer forfaitairement de 4 % ce moment pour tenir compte de la déviation des lignes de rupture aux angles (Fig.43) Soit mg = 14,5 kNam/m 64.6. Exemple 6. Dalle rectangulaire appuyée sur les 4 cétés (Fig. 43bis) travail des forces extérieures T,, est calculé dans le tableau suivant : Nombre Aire i Plaque Fie dela ° Charge raw ” plaques plaque 7 2 bi2-0 Pp 372 2 a xal4 P 8/3 3 2 aal2 Pp 8/3 =p ba @b-24)16 {Le travail des forces intérieures Tp, est calculé dans le tableau suivant : Fissure | Nombre Acier Longueur Moment Angle n° ’ i 4 x al2 m EES 7 a Ay x um 25/a 2 7 Ay 0 : i 2 7 y b-2A um 48/a Ta=2md(a/a+2pbla) ‘Légalité T, = Ty donne la valeur du moment m : “i pa? 3bA-222 m= "12 a +2aub 2 3b A= ay5| [Ite Fae et a valeur du moment m : 2 2 3yb? pa’ 2a H. m= eels. 2e(1- ae] tableau 1 en 3.1 ci-dessus) : . = tapport des cétés = 5,6 / 8 = 0,70 valeurs de m, ona: _ pa® 2a* 7 ee Fig.43bis Oh Ra, 1a ak a ~ moment suivant le petit c6té = 0,068 p a? = 21,32 kNm/m ~ moment suivant le grand cété = 0,436 x 21,32 = 9,30 kNm/m ~ somme m + |t m = 30,62 (proportionnelle a la quantité totale + D'aprés la méthode des lignes de rupture exposée en 6.4.6) La recherche du cas le plus défavorable correspond a dm / dh = 0, ce qui méne a une équation du 2° degré en A: 42+ (a? / 1b) A- 3." / (4p) = 0 dont la racine vaut : 6.4.7. Exemple 7. Dalle appuyée sur 4 cétés Soit une dalle de 8 m x 5,60 m soumise une charge de 10 kN/m?, + D’aprés la méthode de Lagrange, solution de Navier, on a (Voir annexe E3 du BAEL ou ier) jessus, pour différentes