Vous êtes sur la page 1sur 402

111001011

001111111
111111111
111000011
100000001
001100110
011100011
101010101
010010010
010011011
011011111

2009
111110001
111001101
000000000
000111111
111100000
111001011
001111111
111111111

Sciences de l’Ingénieur
111000011
100000001
001100110
011100011
101010101
010010010
010011011
011011111
111110001
111001101
000000000
000111111
111100000
111001011
0 01111111
111111111
111000011
100000001
001100110
011100011
101010101
010010010
010011011
011011111
111110001
111001101
000000000
000111111
111100000
111001011
001111111
111111111
111000011
100000001
001100110
011100011
101010101
010010010
010011011
EZZ@HR@OUI
011011111
111110001 Prof de l’enseignement secondaire
111001101
21/06/2009
000000000
000111111 Mise à jour le 07/10/2011
111100000
111000011
100000001
ROYAUME DU MAROC

Sciences et Technologies Mécaniques


STM

‘’ Sciences de l’Ingénieur ‘’
SI
Année Scolaire
2010 - 2011

Génie Mécanique
2ème année de l’enseignement secondaire
Sciences et Technologies Mécaniques
STM
Manuel de Cours, Exercices, Problèmes et des Examens

L’auteur

PROFESSEUR DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE QUALIF.1ER GRADE

©Tous droits réserves au Lycée Jaber Ben Hayan-Casa ANFA-

1
Avant-propos
Ce manuel est destiné aux élèves de la 2ème année STM pour lesquels les
Sciences de l’Ingénieur ‘’ Partie Conception ’’ est une discipline indispensable pour les concours des
grandes écoles.

Ce manuel est fait pour vous apporter des connaissances


et aussi pour tester vos connaissances.
Tous les chapitres sont composés de cours, d’exercices et de problèmes, qui vous ouvrent la
porte de la compréhension des Sciences Industrielles ‘’ Conception ‘’. Plus de 15 ans
d’enseignement en domaine technique m’ont permis de recenser des exercices, des problèmes, des
astuces et ‘’pièges’’ des examens. Je vous fais profiter.

Prenons l’objectif des Sciences Industrielles, c’est pourquoi vous trouverez des démonstrations
détaillés de formules dans ce manuel. L’important est d’étudier un mécanisme pour savoir s’il est
fonctionnel et faible, afin de le concevoir, de le fabriquer et de le commercialiser. Les Sciences
Industrielles sont un maillon de la consommation.

Dans cet ouvrage vous irez droit au but. Les étudiants pourront atteindre un niveau correct et
obtenir des résultats honorables, à condition de lire, travailler, chercher, comprendre.
Cet ouvrage répond à la demande de mes étudiants, qui tous les ans, cherchent un livre
correspondant à leur niveau, à leur besoin, avec exercices et problèmes corrigés.

Je m’adresse aux étudiants qui travaillent lentement, à ceux qui continuent un sport ou la
pratique d’un instrument ou toute autre activité qui leur permet de ‘’décompresser’’, aux étudiants
faibles, qui pourtant font preuve de bonne volonté, à ceux qui souhaitent améliorer leur niveau.
J’espère répondre à leur attente.

J’ai pensé ce livre pour les élèves sans professeur, qui pour des raisons variées, souvent liées à
la maladie, travaillent seuls. C’est une raison supplémentaire pour ne pas oublier de traiter des
exercices de premier niveau.

Je tiens à remercier mes amis qui ont apporté leur contribution à cet ouvrage :
- M@dm@t, @chib@ne, B@kouch, Bougr@ine et @kl@f pour les échanges et beaucoup
de travail effectué ensemble depuis la nouvelle réforme.
- Le chef des travaux Mr El@zz@oui qui a assuré le lien avec les classes de la 2ème STM.
- L’internet.
- Ma famille pour tous ses conseils et travail parallèle.

J’ai écrit ce livre avec passion. Je vous souhaite de vivre passionnément.


Bon courage à tous.
Professeur de l’enseignement secondaire 1er Grade

2
Sommaire
Page
Curriculum 4
Rappels sur le guidage en rotation 13

Chapitre 1 : 39

Chapitre 2 : 154

Chapitre 3 : 192

Page
Chapitre 4 : 314

Chapitre 5 : 1er STM

Année Examen principale (Juin 2008) + Correction Voir pièces jointes


2007- 2008 Examen Rattrapage (Juillet 2008) + Correction Voir pièces jointes
Année Examen principale (Juin 2009) + Correction Voir pièces jointes
2008- 2009 Examen Rattrapage (Juillet 2009) + Correction Voir pièces jointes
Année Examen principale (Juin 2010) + Correction Voir pièces jointes
2009- 2010 Examen Rattrapage (Juillet 2010) + Correction Voir pièces jointes
Année Examen principale (Juin 2011) + Correction Voir pièces jointes
2010- 2011 Examen Rattrapage (Juillet 2011) + Correction Voir pièces jointes
Année Examen principale (Juin 2012)
2011- 2012 Examen Rattrapage (Juillet 2012)
Année Examen principale (Juin 2013)
2012- 2013 Examen Rattrapage (Juillet 2013)
Année Examen principale (Juin 2014)
2013- 2014 Examen Rattrapage (Juillet 2014)

3
ROYAUME DU MAROC
‫اململكة املغربية‬

‫وزارة الرتبـــــيـــــة الوطــــــنيـــة و التعلـــــــــيــم العالـــــــــــــــــــي‬


‫و تكــــــــــــــــــوين األطــــــــــــرو البـــــــحـــــــــث العــــــــــــــلمي‬
Département de l’Éducation Nationale
Direction des Curricula

BACCALAURÉAT
SCIENCES ET TECHNOLOGIES
FILIÈRE

SCIENCES ET TECHNOLOGIES MÉCANIQUES


(STM)
PROGRAMME DES : SCIENCES DE L’INGÉNIEUR (SI)
2ème ANNÉE

4
COMPÉTENCES A DÉVELOPPER
C1 : CHERCHER DES RÉPONSES OU DES SOLUTIONS A DES PROBLÈMES EN
UTILISANT LES DÉMARCHES SCIENTIFIQUES
ET TECHNOLOGIQUES
C12 : Choisir un scénario
C14 : Évaluer ses Résultats
C11 : Cerner un Problème d’investigation ou de C13 : Concrétiser sa Démarche
ou ses Solutions
conception/de Production
- Identifier les caractéristiques - Proposer divers scénarios ; - Examiner les résultats à la lumière
- Suivre les étapes de la planification ;
scientifiques ou technologiques - Tenir compte des contraintes ; de la démarche ;
- Au besoin ajuster ses manipulations,
du problème ; - Retenir un scénario adéquat ; - Formuler de nouveaux problèmes
revoir sa planification ou chercher
- Reconnaître les éléments pertinents ; - Justifier ses choix ; ou proposer des améliorations ;
une nouvelle piste de solution.
- Formuler le problème - Planifier sa démarche. - Tirer des conclusions.

C2 : EXPLOITER POSITIVEMENT SES CONNAISSANCES SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES


C21 : Prendre conscience des retombées C22 : Comprendre le fonctionnement d’objets
C23 : Comprendre des phénomènes naturels
de la science et de la technologie techniques
- Manifester de la curiosité à l’égard de certains
objets techniques ; - Se poser des questions sur son environnent ;
- S’interroger sur leur fonctionnement - S’interroger sur certains phénomènes ;
- Aborder les retombées de la science
et leur fabrication ; - Les décrire de manière quantitative ;
et de la technologie sur l’individu, la société,
- Au besoin, les démonter ; - S’en donner une représentation schématique ;
l’environnement et l’économie
- En identifier les matériaux, les pièces et les types - Expliquer les phénomènes à l’aide de lois
- Les situer dans leur contexte social et historique
de liaisons ; ou de modèles ;
et examine leurs effets sur le mode de vie
- S’en donner une représentation schématique ; - Vérifier la cohérence de l’explication donnée ;
des individus.
- Reconnaître les différents systèmes - S’approprier les concepts pertinents
et sous-systèmes ; et en reconnaître le caractère évolutif.
- Expliquer leur fonctionnement.

C3 : COMMUNIQUER A L’AIDE DES LANGAGES SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES APPROPRIES


C31 : Contribuer aux échanges d’informations C32 : Présenter des solutions et réponses C33 : Interpréter et produire des messages
- Comprendre la fonction du partage d’informations - Utiliser des informations scientifiques
- Faire preuve d’ouverture quand aux autres points - Tenir compte de ses interlocuteurs ; et technologiques provenant de diverses sources ;
de vue ; - Utiliser divers formats de présentation - Faire preuve de vigilance quand à la crédibilité
- Comprendre ses données et sa démarche avec (symbole, tableaux, dessins techniques, etc.) ; des sources ;
celles des autres ; - Choisir les moyens de communication adéquats - Respecter les règles et conventions des
- Valider son point de vue ou sa solution en (productions écrites, exposé oral, page Web, etc.) ; présentations propres à la science
les confrontant avec d’autres. et à la technologie.
5
ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES
les cinq Aspects
A1 A2 A3 A4 A5
FONCTIONNEL TECHNOLOGIQUE PHYSIQUE REPRÉSENTATION APPLICATION
Permet à l’élève d’appréhender
Permet à l’élève de se familiariser Permet à l’élève de Permet à l’élève de
le produit en terme de Permet à l’élève d’approcher le
avec la diversité des solutions représenter des solutions confronter les problèmes
fonctions répondant à un coté comportemental d’un
technologiques susceptibles de technologiques en liés à la mise en œuvre
besoin donné tout en produit en mettant en évidence
matérialiser une fonction privilégiant l’exploitation de des solutions
s’intéressant à sa dynamique grandeurs et lois physiques
technique donnée l’outil informatique constructives
interne

CHAINE D’ÉNERGIE CHAINE D’INFORMATION


Alimenter Distribuer Convertir Transmettre Acquérir Traiter Communiquer
en énergie l’énergie l’énergie l’énergie l’information l’information l’information
Liaisons mécaniques
Le traitement de
Leurs composantes
l’information
Lois de mouvements
Les Actions mécaniques
L’énergie utilisée Les Systèmes
convertisseurs Approche statique Les
préactionneurs Les capteurs programmables
Leurs commandes Approche dynamique transporteurs
Schémas leur schémas
Approche énergétique
d’éléments Leur (Rappels) Logique
Conversion Dimensionnement des pièces Leurs schémas
d’alimentation schématisation combinatoire
d’énergie Sollicitations simples
Fonction schématisation
Logique
Représentation graphique
séquentielle
Définition du produit

6
(2ème STM) FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Situation problème Savoirs construits Ressources exploitées Commentaires Aspects
- Système
Exploiter les outils de Aspect
- Produit support
l’analyse fonctionnelle fonctionnel
- Documents constructeur
Hydrostatique :
 Définitions : fluide; fluide parfait, réel,
compressible, incompressible.
 Pression en un point d'un fluide incompressible
(Théorème de Pascal, d'Archimède)
Cinématique des fluides incompressible :
 Équation de continuité, débit massique et débit
volumique.
Instrumentations des Aspect
 Écoulement permanant d'un fluide parfait : mesures
Mesures et relevées
physique
Théorème de Bernoulli, écoulement permanant.
Dynamique des fluides incompressibles :
Comment
 Pertes de charge : théorème de Bernoulli avec
est assurée
pertes de charge.
l’Alimentation du
 Écoulement permanant des fluides réels :
système en énergie ?
viscosité dynamique et viscosité cinématique,
théorème de Bernoulli appliqué à l'écoulement
d'un fluide réel.
 Interfaces de connexion : canalisation,
raccords…
Étude des constituants
 Constituants d’alimentation : régulateurs, filtres Matériel disponible et/ou
en fonction du type
Aspect
limiteurs, compresseur, pompes, câbles documents constructeurs technologique
d’énergie utilisée ;
et tuyauterie.
Groupe compresseur ; Groupe hydraulique.
Schémas et symboles Aspect
Schématisation (rappels)
normalisés représentation
Choix et justification
de l’alimentation en Aspect
Documentation variée
énergie selon la application
technologie utilisée
7
(2ème STM) FONCTION DISTRIBUER L’ÉNERGIE
Situation problème Savoirs construits Ressources exploitées Commentaires Aspects
Exploiter les outils de Aspect
l’analyse fonctionnelle fonctionnel
Aspect
physique
Étude des distributeurs, contacteurs, relais Étude des différents
Matériel disponible et/ou Aspect
et variateurs pour les solutions constructives types
documents constructeurs technologique
Comment électriques, hydrauliques et pneumatiques. des préactionneurs
Distribuer l’énergie Schémas et symboles
dans un système ?  Schémas pneumatiques et hydrauliques Rappels et Aspect
normalisés des
 Schémas électriques compléments représentation
préactionneurs
Choix et justification
des préactionneurs
Aspect
Documentation variée selon la solution
application
utilisée
(AP, TD ou Projet)

8
(2ème STM) FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Situation problème Savoirs construits Ressources exploitées Commentaires Aspects
- Système
Exploiter les outils de Aspect
- Produit support
l'analyse Fonctionnelle fonctionnel
- Documents constructeur
Approche R.D.M d’un problème :
Dimensionnement des éléments d’un
actionneur (vérins et Moteurs).
 Hypothèses de la Résistance des Matériaux.
 Contraintes, déformations,
lois de comportement, torseur de cohésion. Privilégier
 Vecteur contrainte pour une facette normale - Instrumentation
les démonstrations
à la ligne moyenne de la poutre, composante - Documentation
et expérimentations Aspect
normale et tangentielle, lois de Hooke. technique
spécifiques aux physique
- Logiciels
Sollicitations simples : sollicitations
appropriés
* Traction, * Compression, *Notions de Flambage, étudiées
* Cisaillement, * Torsion (poutres à section droite
Comment circulaire) ; * Flexion plane simple
Convertir l’énergie  Conditions de résistance (résistance pratique
dans un système ? à l’élongation et au glissement, coefficient
de sécurité, concentration de contrainte).
Les actionneurs associés incluant leurs Analyser les
commandes : caractéristiques et
Domaines d'application (gamme de vitesse, Documentation technique justifier les solutions Aspect
précision) et évolutions, pour les solutions et matériel disponible constructives selon les technologique
constructives électriques, hydrauliques paramètres de
et pneumatiques : Moteurs et vérins. fonctionnement
Aspect
Schémas et symboles normalisés Normes
technologique
Dans une situation
- Documents problème donnée,
constructeurs l’élève est amené à Aspect
- Maquettes choisir un vérin et un représentation
réelles ou virtuelles moteur adéquats
(AP, TD ou Projet)

9
(2ème STM) FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Situation problème Savoirs construits Ressources exploitées Commentaires Aspects
- Système
Exploiter les outils de Aspect
- Produit support
l'analyse Fonctionnelle fonctionnel
- Documents constructeur
Approche dynamique d’un problème :
Privilégier les
 Conditions d’utilisation et application du - Instrumentation
démonstrations et
Principe Fondamental de la Dynamique : PFD, - Documentation Aspect
expérimentations
par rapport à un repère Galiléen ; technique physique
spécifiques aux
 Méthodologie : isolement, bilan des actions - Logiciels appropriés
sollicitations étudiées
mécaniques extérieures, application du PFD.
Les composants mécaniques de transmission :
 Transmissions sans transformation de mvt :
Sans modification de la fréquence de rotation :
- accouplements d’arbres,
- embrayages,
- coupleurs et limiteurs de couple,
Analyser les
- freins.
Comment caractéristiques et
Avec modification de la vitesse angulaire :
Transmettre l’énergie Documentation technique justifier les solutions Aspect
- poulie courroie et roues de friction;
dans un système ? et matériel disponible constructives selon les technologique
- chaînes,
paramètres de
- engrenages
fonctionnement
(trains simples et épicycloïdaux, appliqués
aux réducteurs et boîtes de vitesses).
 Transmissions avec transformation de mvt :
- systèmes vis écrou
(avec glissement et avec roulement),
- cames, systèmes articulés plans.
Schématisation normalisée des différents Favoriser l’utilisation Aspect
Normes
composants des modeleurs représentation
Dans une situation
- Documents problème donnée, l’élève
est amené à analyser,
constructeurs Aspect
choisir et justifier les
- Maquettes réelles ou solutions technologiques application
virtuelles… adéquates
(AP, TD ou Projet)
10
(2ème STM) FONCTION TRAITER L’INFORMATION
Situation problème Savoirs construits Ressources exploitées Commentaires Aspects
Le traitement de l’information captée :
 Conversions CAN / CNA :
Utiliser les différents
(Conversion Analogique / Numérique)
- Système outils de l’analyse Aspect
(Conversion Numérique / Analogique)
- Produit support fonctionnelle se limiter fonctionnel
 Comparaison
- Documents constructeur aux principes de sous
Asservissement : fonctions
- Principe ;
- Type à boucle fermée ; boucle ouverte ;
Aspect
physique
Les solutions constructives relatives au
traitement d'information captée de position,
- Documents
de vitesse, d’effort, d’accélération …. Se limiter au principe
Comment constructeurs Aspect
 Structure logicielle et mise en œuvre de fonctionnement
Traiter l’information - Maquettes réelle technologique
de la chaîne de développement, pour les de ces solutions
captée ? ou virtuelles
solutions constructives : technologiques
- Matériel disponible
 systèmes à base de microcontrôleur ;
 automate programmable industriel.
Analyser les
 Représentation comportementale d’un Aspect
Schématisation caractéristiques et
système automatique : représentation
normalisée justifier les solutions
GRAFCET niveau 1 et 2
constructives
Dans une situation
problème donnée,
l’élève est amené à
Documents
choisir les éléments de Aspect
constructeurs, systèmes,
traitement de application
maquettes virtuelles, …
l’information
adéquats ;
(AP, TD ou Projet)

11
(2ème STM) FONCTION COMMUNIQUER L’INFORMATION
Situation problème Savoirs construits Ressources exploitées Commentaires Aspects
Distinguer les trois
Rappels (1er Année) modes de
communication :
 Le transport de l'information - Système
- interne au système Aspect
 Caractéristiques principales (bande passante, - Produit support
- externe au système fonctionnel
atténuation, immunité aux bruits) - Documents constructeur
(Homme /Machine)
 Interface Homme – Machines - externe au système
(Machine /Machine)
Rappels (1er Année) Se baser sur
 Caractéristiques et mesures des grandeurs - Documents constructeur l’expérimentation Aspect
physiques utilisées en communication et instrumentations pour visualiser physique
 Signaux la communication
Comment
Citer des solutions
Communiquer - Documents Aspect
l’information traitée ?  Solutions constructives optiques relatives aux constructives selon
constructeurs technologique
fibres monomode et multi-mode. le type d’information
- Matériel disponible
communiquée
- Documents Aspect
Schématisation normalisée
constructeurs représentation
Dans une situation
problème donnée,
- Documents l’élève est amené à
constructeurs choisir les éléments de Aspect
- Maquettes réelles communication de application
ou virtuelle… l’information
adéquats ;
(AP, TD ou Projet)

12
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

I- GÉNÉRALITÉS :
Le guidage en rotation consiste à réaliser une liaison pivot entre un arbre et un alésage (moyeu).
Les formes de surface de guidage en rotation doivent être en général des formes de révolution,
tel que : Cylindrique, conique, sphérique…
La liaison pivot (Fig.1) c’est l’équivalant de la liaison rotule + liaison linéaire annulaire (Fig.2).

Fig.1 Fig.2
Entre l’arbre 2 et le myeu1, il y a :

II- EXPRESSION FONCTIONNELLE DU BESOIN :


Bête à cornes Diagramme pieuvre

a- Compléter l’outil bête à cornes ?


b- Relier par une flèche chaque-fonction de service avec l’expression qui convient ?
FP1 Guider en rotation autour d’un axe le solide 2 par rapport au solide 1
Transmettre les actions mécaniques (charges) entre les deux solides
FP2 S’adapter au milieu environnant (autres pièces du mécanisme, encombrement…)
Résister au milieu ambiant
FC1 Transmettre les efforts
Résister et s’adapter au milieu environnant
FC2 Être d’un encombrement minimal
Assurer un fonctionnement silencieux
FC3 Positionner les deux pièces et autoriser une rotation entre elles autour d’un axe
Remarque :
Un guidage en rotation entre deux pièces doit assurer les fonctions de services précédentes :
Entre le solide 1 et le solide 2 en trouve :
 Guidage en rotation par contact direct entre surfaces ;
 Guidage en rotation par interposition (indirect) de bagues de frottement (coussinet);
 Guidage en rotation par interposition (indirect) d’éléments roulants (roulement).
Pour réaliser un bon guidage en rotation (liaison pivot), il faut empêcher la translation
par des obstacles.

Solution ‘’a’’ Solution ‘’b’’ Solution ‘’c’’


Les obstacles doivent être plus proches, la solution ‘’ b ‘’ est retenue.

13
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
III- PALIERS :
Un palier est un organe du guidage d’un arbre dans son mouvement en rotation.
Il existe trois types de paliers en fonction du guidage réalisé :
3.1- Palier directe :
Le guidage en rotation par contact direct peut être obtenu à partir du contact entre des surfaces
de révolutions et de deux arrêts qui suppriment le degré de liberté en translation suivant
l’axe de rotation.
Il existe deux distributions principales de la géométrie du contact : l’une dite en porte à faux
et l’autre appelée chape.
Coût peu élevé, faibles vitesses, des efforts transmissibles modérés, un échauffement important
se produirait.

Fig.3

Compléter le circuit mécanique

Fig.4
Condition générale de guidage :
Longueur du guidage : l’augmentation de la longueur ‘’ℓ’’du guidage permet d’augmenter
l’inclinaison de l’arbre par rapport à l’alésage ce qui entraine
le phénomène d’arc-boutement, on adopte habituellement ℓ = 1 à 1,5.d
Précision d’usinage :  surface polie ;
 choix judicieux des matériaux ;
 prévoir un jeu fonctionnel convenable.
3.2- Palier avec glissement (indirecte) : (palier lisse ou palier à coussinet)
Problème posé :
On isole l’arbre de la Figure 5 : la puissance absorbée = couple x vitesse de rotation

C’est-à-dire Pab = C. ω = T.r.2π.n/60 = N.tgφ. r.2π.n/60


Pab = N.𝒻. r.π.n/30
Avec : - N : charge maximale appliquée en (N) ;
- f : coefficient de frottement ;
- r : rayon de l’arbre en (m) ;
- n : fréquence de rotation de l’arbre en (tr/min) ;
- Pab : puissance absorbée en (Watt).
Fig.5
La diminution de la Pab est obtenue par :
 diminution du diamètre, mais il est limité par la condition de résistance ;
 faible valeur de coefficient de frottement par choix des matériaux en contact et du mode de
lubrification.
14
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
L’usure due au frottement doit être reportée sur une pièce dont le remplacement soit facile
et peu onéreux, ce qui conduit à choisir :
 une haute dureté superficielle pour l’arbre ;
 un coussinet d’épaisseur réduite pour l’arbre (pour les moyennes vitesses) ;
 un roulement (pour les grandes vitesses).
L’interposition de bagues de frottement (coussinets) entre les pièces qui font l’objet d’un guidage
en rotation permet d’atteindre des performances bien supérieures à celles obtenues avec
un contact direct entre surfaces :  Réduction du coefficient de frottement ;
 Faciliter le mouvement de rotation et/ou translation ;
 Augmentation de la durée de vie, fonctionnement silencieux ;
 Report de l’usure sur les bagues.
Les principaux types de bagues de frottement utilisées pour assurer un guidage en rotation
peuvent être classés en deux catégories : les coussinets et les bagues en tôle roulée.
Outre ces deux solutions, on peut placer dans la catégorie des articulations sphériques qui
s’utilisent par paire. On trouve :
Coussinet Coussinet Coussinet Bagues en tôle Elles sont constituées d’une tôle roulée
cylindrique à collerette sphérique roulée recouverte d’une couche de bronze
fritté et d’une couche de résine PTFE
imprégnée de lubrifiant solide (graphite
ou plomb, etc.). Le coefficient de
frottement entre la résine PTFE et
l’acier se situe vers 0,03 suivant les
conditions de fonctionnement.
Un coussinet est une bague, avec ou sans collerette, monté serré dans l’alésage
et glissant dans l’arbre.
Les coussinets sont réalisés à partir de différents types de matériaux : bronze, matières
plastiques (Nylon, Téflon), etc.
Ils peuvent être utilisés à sec ou lubrifiés. (Les coussinets en matière plastique ont un très faible
coefficient de frottement avec l'acier, même sans lubrification. Ils résistent à la corrosion).
Les coussinets autolubrifiants sont obtenus à partir d’un métal fritté (poudre comprimée et
chauffée en atmosphère) qui absorbent jusqu'à 30 % de leur volume en huile. Ils sont imprégnés
d’huile jusqu’à saturation, ou chargés de lubrifiant solide. Sous l’effet de la rotation de l’arbre et
de l’élévation de la température, l’huile est aspirée et assure une excellente lubrification.
À l’arrêt de l’arbre, du fait de la porosité (imperméabilité) du coussinet, le lubrifiant reprend sa place.
Avantage des coussinets autolubrifiants :
 Suppression des graisseurs et frais d'entretien;
 Graissage hydrodynamique en permanence pendant la rotation;
 Fonctionnement silencieux;
 Possibilité de choisir les coussinets en fonction de : la charge, la vitesse, la température et
le milieu ambiant;
 Le frittage permet de réaliser des coussinets avec des tolérances serrées à des prix inférieurs
à ceux obtenus en métal coulé et décolleté.

Répondre aux questions :


Type de palier (1) : . . . . . . . . . . . . . . . .
Type de coussinet (3) : . . . . . . . . . . . . .
Graphe de mouvement :
Type d’Ajustement entre 1/3 : . . . . . .
Type d’Ajustement entre 3/2 : . . . . . .
Fonction du chanfrein (A) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

15
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3.3- Palier avec roulement (indirecte) :
a- Principe de l’emploi des roulements (Fig.6) :
Pour déplacer un bloc de pierre, on peut, au lieu de faire
glisser sur le sol, le monter sur des rouleaux, on aura donc
une facilité de déplacement, de même, pour faire tourner
un arbre dans un logement fixe, on peut intercaler
des éléments rouleaux pour faire faciliter la rotation
de l’arbre dans l’alésage.
b- Lois du roulement (Fig.7) :
Soit un cylindre 2 de rayon r de poids P,
reposant sur un plan horizontal 1, pour faire
rouler 2 sur 1 il faut exercer un effort F. Fig.6
Principe Fondamental de la Statique (PFS) sur le cylindre 2 :
     
 Fext  0  P  F  R  0

Pr oj / x : F T  0  F  T

Pr oj / y : N  P  0  P  N

  
 
 
 
 M / A Fext  0   M / A P   M / A F   M / A R  0
 
Pr oj / z : P .  F .  0  F  P  P .tg   P .f Fig.7

- f : coefficient de frottement ;
- Si le coefficient de résistance au roulement δ est plus faible  les matériaux en contact
sont plus durs.
c- Constitution d’un roulement (Fig.8) :
1 : Bague extérieure: Elle se positionne dans le logement
(ou moyeu).

2 : Bague intérieure: Elle s’ajuste sur l’axe


(ou l’arbre).

3 : Éléments roulants: Billes, rouleaux (cylindrique ; conique ;


sphérique), ou aiguilles qui roulent sur les chemins des
deux bagues.

Fig.8
4 : Cage: Elle maintient les éléments roulants à intervalles réguliers.

Remarque : Les éléments de roulement sont en acier de grand dureté réalisés souvent par
matriçage puis ils subissent une rectification et un polissage ; même chose pour les
bagues, qui sont de grande dureté. Pour les cages, elles sont souvent en laiton ou
en matière plastique.

16
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
d- Les différents types de roulements (Fig.9):
Roulements à contactes ponctuels Roulements à contacts linéiques
Roulements à billes Roulements à rouleaux Roulements à aiguilles

9.a 9.b 9.c Fig.9


e- Critères de choix d’un roulement :
 La nature des charges F, Fa, Fr ; Figure 10
appliquées à la liaison (aux roulements) :
 Les perturbations : chocs, vibrations, niveau
sonore…
 Le montage et démontage : mise en place,
accessibilité réglages,…
 La rigidité exigée : déformations admissibles,
désalignement des paliers,
 L’encombrement : place disponible au sein
du mécanisme,…
 La longévité, ou durée de vie souhaitée : en heures,…
Fig.10
 Les conditions ambiantes : pollution, corrosion, température, lubrification,
 La vitesse de rotation,…
 La précision exigée : coaxialité, …
 L’importance des charges (intensité)
 Le coût et la disponibilité.
f- Quelques avantages de ces différentes solutions constructives :
Contact direct Paliers lisses Roulements
- coût - suppression de graisseurs et d’entretien. - peu encombrant axialement
- encombrement - peu encombrant radialement - lubrification facile à réaliser
- coût faible - facilement interchangeables
- peu sensible aux poussières et aux corps - supportent tous types
étrangers de charges élevées
- Fonctionnement silencieux, pas - une avarie (dégât) est
de grippage propre aux paliers lisses signalée par un bruit et
hydrodynamiques des vibrations croissantes.
- durée de vie non limitée par
le phénomène de fatigue
- supportent bien les chocs et vibrations

17
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
IV- Montage des roulements à une rangé de billes à contact radial type BC :
Problème posé : phénomène de laminage (roulage)
HYPOTHÈSE: cas d’Arbre 1 tournant et moyeu 5 fixe (Fig.11)
1 : Arbre moteur.
2 : Bague intérieure du roulement.
3 : éléments de roulement.
4 : Bague extérieure du roulement.
5 : Moyeu.
Supposons l'arbre moteur 1 monté avec jeu (J) dans l'alésage
de la bague intérieure 2 du roulement.
Fig.11
L'arbre 1, en tournant, entraine la bague 2 par adhérence (Friction) ce qui donne le rapport
N 2 D1
 or D1≠D2 ⇒N1≠ N2
N 1 D2
La bague 2 ne tourne pas à la même, vitesse que l'arbre 1. L'arbre tourne alors dans la bague 2
et, le jeu étant faible, il y a écrouissage des surfaces en contact.
La bague 2 est laminée entre l'arbre 1 et les éléments de roulement 3.
Pour éviter le phénomène de laminage :
- montée avec serrage, (c'est à dire sans jeu) la bague 2 avec l’arbre moteur 1,
(et arrêtées en translation par quatre obstacles).
- montée avec du jeu, la bague 4 avec le moyeu 5,
(et arrêtées en translation par deux obstacles).
Remarque : Un ajustement serré est généralement insuffisant en présence d’un effort axial,
il faut empêcher la translation (glissement) éventuel par des obstacles (arrêtes)
4.1- Fixation axiale de bagues intérieures :
Arrêt en translation du roulement 3 / à l’arbre 2 (Fig.12) est réalisé par :
Écrou à encoche 4 + Rondelle frein 5 + Épaulement de l’arbre 2 (Fig.13)

Fig.12 Fig.13

Arrêt en translation du roulement 3 / à l’arbre 2 (Fig.14) est réalisé par :


Vis H 4 + Rondelle plate 5 + Épaulement de l’arbre 2 (Fig.15)

Fig.16
Fig.14 Fig.15 Adhérence
18
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
4.2- Possibilités de montages :
Arbre tournant et moyeu fixe Moyeu tournant et arbre fixe

Fig.16 Fig.19

Fig.17 Fig.20

Fig.18 Fig.21

4.3- Positions des tolérances (Ajustements) :

19
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
4.4- Désignation des roulements :
La normalisation internationale des roulements, reprise par l’AFNOR, elle porte sur
les dimensions, les tolérances de fabrication, les contrôles de qualités, les conditions d’utilisation,
les méthodes de calculs et accessoires utilisés comme : écrous à encoches,
manchons coniques…, exemple de désignation : 40 BC 02 PP.
Diamètre
de l’arbre BC : Roulement à une rangée de billes à contact radial
ou BT : Roulement à une rangée de billes à contact oblique
Diamètre BS : Roulement à rotule sur deux rangées de billes
intérieur BS-K : Roulement à rotule sur deux rangées de billes à alésage conique
de la bague
intérieur
BE : Roulement à deux rangées de billes à contact oblique
RN : Roulement à rouleaux cylindriques à bague extérieure sans épaulement
Type de RU : Roulement à rouleaux cylindriques à bague intérieure sans épaulement
roulement RJ : Roulement à rouleaux cylindriques avec épaulement sur deux bagues
KB : Roulement à rouleaux coniques
SC : Roulement à rotule sur deux rangées de rouleaux
NE: Roulement à aiguilles avec bague intérieure
NEA: Roulement à aiguilles avec bague intérieure et rainure d’huile
NES: Roulement à aiguilles sans bague intérieure
NESA: Roulement à aiguilles sans bague intérieure et rainure d’huile
Série de Pour déterminer la largeur du roulement et le diamètre extérieur de
dimensions la bague extérieure (diamètre de l’alésage). Voir tableau ci-dessous.
PP : Étanche de deux côtés par flasque.
P : Étanche d’un seul côté par flasque.
Protection du
EE : Étanche de deux côtés par joint.
roulement
E : Étanche d’un seul côté par joint.
X : Protection quelconque d’un seul côté
40 BC 02 PP.
Dimensions (en mm) de quelque roulement type BC :

20
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
4.5- Ordre de montage (et démontage) : Montage d’un arbre tournant

Montage d’un alésage tournant

21
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
V- APPLICATIONS : APP 01 : APPAREIL A FRAISER LES RAINURES
On se basons sur l’éclaté de l’appareil ci-dessous :
1- Compléter les repères des pièces sur le dessin d’ensemble ?
2- De quel type de roulement s’agit-il ?
3- Est-ce un montage à arbre ou à alésage tournant ?
4- Quelles sont les bagues montées serrées ?
5- Compléter le repérage des obstacles arrêtant les bagues des roulements axialement
(sur le dessin d’ensemble) ?
6- Indiquer le type d’ajustement des portées des bagues intérieures situées sur l’arbre :
7- Indiquer le type d’ajustement des portées des bagues extérieures situées sur l’alésage :
8- Quel est le nom et la fonction des pièces suivantes : 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 11, 13, 14, 15 et 16 ?

L’éclaté de l’appareil

Dessin d’ensemble à échelle 1 : 1

22
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
APP 02 : TOURET À MEULER

Échelle 2 : 1

L’arbre porte-meule 2 est guidé en rotation par deux roulements 3 et 4.


Répondre aux questions suivantes :
1- Colorier l’ensemble des pièces en rotation.
2- De quel type de roulement s’agit-il ?
3- Est-ce un montage à arbre ou à alésage tournant ?
4- Quelles sont les bagues montées serrées (extérieures ou intérieures) ?
5- Identifier les obstacles arrêtant ces bagues axialement (A, B, C, D, E, F, G, H) :
6- La bague intérieure du roulement 4 est liée indirectement en translation
avec l’arbre 2, à gauche en G, à droite en H. Établir sur le diagramme
ci-contre, la suite des contacts entre la bague intérieure et l’arbre 2 :

7- Les bagues extérieures sont-elles montées avec jeu ou avec serrage ?


8- Identifier les obstacles arrêtant ces bagues axialement (A, B, C, D, E, F, G, H) :
9- La bague extérieure du roulement 3 est-elle liée en translation avec le bâti 1 (OUI ou NON) ?
10- Donner la tolérance des portées des bagues intérieures situées sur l’arbre :
11- Donner la tolérance des portées des bagues extérieures situées sur l’alésage :
12- Coter les portées de roulement sur l’arbre 2.
13- Coter les portées de roulement sur les alésages 1 et 8.
14- Quel est le nom et la fonction des pièces suivantes : 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 14, 16, 20,
21 et 22 ?

23
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
APP03 : APPAREIL A DÉPLUMER LES VOLAILLES
1- PRÉSENTATION :
1.1- Mise en situation :
1.2- Principe de fonctionnement :
Le déplumage des volailles (poule; dindon. .) est assuré
par les arracheurs (8) qui sont animés d'un mouvement
de rotation. Le système poulie-courroie (1,2) transmet
le mouvement de rotation de l'arbre moteur à l'arbre (3),
voir dessin d’ensemble.

2- ANALYSE TECHNIQUE :
1- Énoncer le besoin du mécanisme :

2- Compléter le tableau suivant :


Pièce Nom Fonction
1
2
9
14
16
17
18
19
20
21
3- Compléter le tableau des liaisons suivant :
Liaison Nom de la liaison Symbole de la liaison en deux vues
2/3
3/7
3/4
4- Quel est le nom et la fonction de l’élément placé entre les pièces 5 et 6 :
5- Dans ce mécanisme, les roulements 14-15 réalise le guidage arbre tournant ou alésage tournant :
6- Donner deux autres types de roulements avec les charges qu’ils supportent :
7- Compléter les schémas suivants en donnant les différentes solutions possibles pour assurer
la liaison en translation des bagues
des roulements avec l’arbre 3
et le corps 4.

8- Indiquer le type d’ajustement A entre 14-3 et B entre 15-4.


9- Hachurer la coupe de la pièce 4 s’il est en :

Acier Alliage de cuivre Alliage d’aluminium


10- La pièce 2 est en Al Cu4 Mg Si, expliquer cette désignation :
11- La pièce 3 est en X4 Cr Mo S18, expliquer cette désignation :
12- La pièce 15 est désignée par 20 BC 10 P, expliquer cette désignation :
13- La pièce 6 est désignée par Vis H M6,5 - 20, expliquer cette désignation :
14- Sur le dessin d’ensemble, établir les chaînes de cotes relatives aux cotes conditions Ja et Jb.
24
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3- TRAVAIL GRAPHIQUE :
Sur le dessin d’ensemble, compléter le montage des roulements 14 et 15 en assurant les arrêts
en translation de leurs bagues par rapport à l’arbre 3 et au corps 4.

Dessin d’ensemble : APPAREIL À DÉPLUMER LES VOLAILLES

25
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
APP04 : LE GALET TENDEUR
1- MISE EN SITUATION :
Voir figure a
2- FONCTION GLOBALE :
Le galet tendeur permet d’augmenter la tension
de la courroie.

3- ANALYSE TECHNIQUE :
1- Compléter le tableau suivant : Figure a
Pièce Nom Fonction
8
10
11
12
14
15
16
17
18
2- Compléter le tableau des liaisons suivant :
Liaison Nom de la liaison Symbole de la liaison en deux vues
5/6
7/6
1/2
3- Donner la désignation de l’élément 10 et 16 :
4- Quelle est la solution adoptée pour réaliser la liaison entre les pièces 3, 4 et 5 :
5- La pièce 8 est en Cu Sn10 Zn1, expliquer cette désignation :
6- Tracer les chaînes de cotes
relatives aux cotes conditions
Ja, Jb et Jc :

7- Donner l’expression de la cote condition Jc : JcMaxi = ? Jcmini = ?


8- Le constructeur propose de changer la solution adoptée sur le dessin d'ensemble
par la solution figure b en remplaçant :
- La liaison entre 7 et 6 par une liaison encastrement.
- La liaison entre 5 et 6 par une liaison pivot, en utilisant deux roulements à billes étanches 20
et 21, désignés par : 25 BC 02 E.
8.a - Compléter les schémas suivants en
donnant les différentes solutions
possibles pour les arrêts en
translation des bagues de ces
roulements par rapport à l'arbre 6
et au cops 5.
8.b- Donner la signification de chaque terme de la désignation suivante : 25 BC 02 E :
9- Donner la désignation de l’élément 10 :
26
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
4- TRAVAIL GRAPHIQUE :
1- Compléter le montage des roulements 20 et 21 en assurant les arrêts en translation de leurs
bagues par rapport à l'arbre 6 et au corps 5.
2- Indiquer les ajustements sur les portées des roulements.

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

27
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

B-B

Dessin d’ensemble : GALET TENDEUR


Échelle 1 :1
A-A

28
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Exercices de mise à niveau (graphique)
Ex1 : Redessiner sur la figure a, les arêtes en translation du roulement 3

Figure a Figure b
Ex2 : Redessiner sur la figure c, les arêtes en translation du roulement 4

Figure c Figure d

Flasque 3

Couvercle 1

29
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex 3- Compléter la liaison encastrement de la poulie (2) avec l’arbre (3).
(Utiliser clavette disque + rondelle plate + écrou H)

30
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex4 : Afin d’améliorer le rendement du réducteur, à engrenage ; le constructeur se propose
de remplacer les deux coussinets B1 et B2 (dessin 1) par des roulements à billes R1
et R2 (dessin 2).
a) Pour la nouvelle solution du dessin 2 compléter :
- Le guidage en rotation de l’arbre 3 par les roulements R1 et R2.
- La liaison encastrement du couvercle 6 avec le corps 5
- La liaison encastrement du pignon 2 avec l’arbre 3.

b) Indiquer les ajustements


nécessaires au montage
des coussinets et des
roulements sur
les deux dessins 1 et 2.

Solution

31
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex5 : Le constructeur se propose de modifier le guidage en rotation de l’arbre 12 par
des roulement ainsi que la liaison encastrement de la roue 9 sur l’arbre12.
1- Indiquer les repères des pièces
de la chaine de côte.

2- Montage des roulements :


2.a- Compléter le montage
des roulents 10 et 11.
2.b- Assurer l’étanchéité du roulement 11
sur le coté droit.
2.c- Indiquer les tolérance de montage
des roulements.

3- Montage de la roue : Compléter la liaison


encastrement de la roue 9 sur l’arbre 12.

Solution

32
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex6 : Afin de réduire les effets du frottement sur l’axe 8 et d’améliorer le rendement
du mécanisme, le constructeur se propose de remplacer les deux coussinets 10 et 20
par deux roulements à une rangée de billes à contact radial de type BC10, R1 et R2.
Q1- Tracer la chaine de côte relative au jeu A et jeu = 0,1
Q2- Compléter la représentation du guidage de l’axe 8 par les roulements R1 et R2
et l’arrêt en translation de la roue 6.
Q3- Assurer l’étanchéité des roulements.
Q4- Indiquer les ajustements nécessaires au montage.

33
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex7 : Le guidage en rotation de l’arbre 15 est assuré par deux roulements à une rangée de billes
à contact oblique de type BT 31 et 32. Les efforts axiaux appliqués sur l’arbre sont modérés.
On désire remplacer ces roulements, par deux roulements à une rangée de billes à contact
radial type BC 02. R1 et R2 (avec R2 étanche d’un coté).

Q1- Compléter le montage des deux


roulements.

Q2- Assurer l’étanchéité (coté R1)


par un joint à lèvre.

Q3- Indiquer les ajustements


nécessaires au montage
(pour les roulements et le joint).

34
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex8 : Le dessin ci-dessous représente à l’échelle 1:1, une partie du moto-réducteur Mt1
du malaxeur dont l’arbre 49 est guidé en rotation par deux roulements à billes type BC
par rapport au carter 51 et au couvercle 50. On demande de :
1) Compléter le montage des roulements.

2) Réaliser la liaison encastrement entre l’arbre 49


et le pignon 47. L’arrêt en rotation sera assuré
par une clavette parallèle.

3) Prévoir un joint à lèvre entre le couvercle 50


et l’arbre 49.

4) Indiquer les ajustements


nécessaires au montage
des roulements.

35
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex9 : On se propose de modifier la liaison pivot de l’arbre 10 par rapport à l’ensemble
des pièces 7, 13 et 4 en remplaçant les coussinets 11 et 14 par deux roulements
à une rangée de billes R1 et R2 (20 BC 02).

Travail demandé:
a- Compléter la liaison
pivot de l’arbre 10
par rapport à 7, 13 et 4.

b- Prévoir l’étanchéité
de la partie étudiée.

c- Indiquer les ajustements


nécessaires.

36
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex10 : On se propose de transformer la liaison pivot entre 3 et 10 en remplaçant le coussinet 17
par un roulement à une rangée de billes à contact radial.
Compléter le dessin de cette liaison en assurant l’étanchéité et en indiquant
les ajustements nécessaires.

37
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
er
1 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Ex 11 :
1- Compléter la liaison pivot du galet 20 par rapport à l’axe 19 en utilisant des roulements
étanches à billes 27.
2- Compléter la liaison encastrement de l’axe 19 sur le support 25 en assurant un déplacement
axial de l’axe 19 et son blocage en position ; ce qui permet le positionnement du galet 20 lors
du montage.

38
TRANSMETTRE DE PUISSANCE GUIDAGE EN ROTATION
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique – Aspect technologique
Cours ; Exercices ; Applications ; 2ème STM
Problèmes Doc : élève

Fluides ; Hydrostatique ; Théorème de Pascal ; Théorème


d’Archimède ; Cinématique des fluides (Nombre de Reynolds) ;
Dynamique des fluides (Équation de Bernoulli)
Pompes ; Compresseurs ; Schémas ; Limiteurs ; Régulateurs
Filtres ; Canalisations ; Raccords.
39
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

Compétences Visées
 Définir la mécanique des fluides.
 Introduire les notions de masse volumique, de densité, de viscosités cinématique
et dynamique.
 Décrire les principales familles de fluides.
 Développer les propriétés et les principaux théorèmes de la statique des fluides:
théorème de Pascal, relation entre pression et profondeur, poussée d’Archimède, forces de
pression exercées sur une paroi plane.
 Identifier les notions fondamentales sur les écoulements, l’équation de continuité et
le nombre de Reynolds.
 Donner des éléments pour la détermination des pertes de charge régulières et singulières.
 Décrire et développer la loi sur l’énergie (ou équation de Bernoulli) ainsi que le théorème de
la quantité de mouvement (ou théorème d’Euler).
 Identifier les interfaces de connexion.
 Donner le principe des constituants d’alimentation.
 Sur le système réel (virtuel) Effectuer le câblage hors énergie et Vérifier le fonctionnement
de tout ou partie d’un circuit hydraulique.
 Effectuer un schéma normalisé
I- GÉNÉRALITÉ :
La mécanique des fluides est la branche de la mécanique qui étudie le comportement des fluides
au repos ou en mouvement. Par contre l’hydraulique industrielle consiste en l’étude de la
transmission et la commande de forces et de mouvements par des liquides (essentiellement de
l’huile). Ses résultats sont indispensables à la plupart des industries comme :
(aéronautique, automobile, marine, travaux publics, machinisme agricole, chimie...).
Quelques exemples
Train d’atterrissage Engins de chantier simulateurs Élévateur hydraulique

1.1- Définition d’un fluide :


On appelle fluides tout ce qu’est liquide (y compris les poudres ou produits *pulvérulents) ou gaz.

1.2- Fluide parfait :


Un fluide est dit parfait si les forces de contact sont perpendiculaires aux éléments de surface sur
lesquels elles s’exercent ; (pas de frottement ⇔ fluide n’est pas *visqueux).

*Pulvérulent : Qui est à l'état de poudre ; réduit en poudre.


*Visqueux : De consistance pâteuse, ni liquide ni solide.
40
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

1.3- Fluide réel :


Dans un fluide réel, les forces de contact
ne sont pas forcément perpendiculaires 
aux surfaces de contact. F2 / 1 
(Il y a frottement ⇔ fluide visqueux) F2 / 1

   
C F2 / 1 
C C F2 / 1

1.4- Fluide incompressible :


Lorsque le volume occupé par une certaine masse de ce fluide est indépendant de la pression
extérieure. C’est à dire; la masse volumique est constante :  (kg / m )  cte . donc : V   x .P
3

- V : variation du volume en (m3) V
- V : volume initial en (m3)
- x : coefficient de compressibilité en (m2/N) ; (x(eau)= 5.10-10 m2/N ; x(mercure)=3.10-11 m2/N)
- P : variation de pression en (*Pa) avec (1bar = 105 Pa = 0,1N/mm2 et 1MPa = 1N/mm2)
Exemple 1: Soit à déterminer la diminution de volume de 1 litre d’eau sous 20 bars.
Réponse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Donc : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Remarque : dans la plupart des calculs, on néglige cette variation de volume et l’on considère que
l’eau est incompressible. Il en est de même pour les huiles et l’ensemble des liquides.
1.5- Fluide compressible :
Un fluide est compressible lorsque le volume occupé par une certaine masse dépend de la pression
extérieure. C'est-à-dire, la masse volumique varie en fonction de la pression.  (kg / m3 )  f ( P)
1.6- Pression en un point d’un fluide :
La pression ‘’ P ’’ en un point se calcule par la relation :
 F  dF
si F répartie *uniformément : P si F répartie non uniformément : P
S dS
avec : - P : Pression en (Pa ou N/m2).
- dF : Force élémentaire de F (N), normale à la surface,
- dS : Surface élémentaire de S (m2).

Remarque : La pression est identique dans toutes


les directions autour du point
ou volume élémentaire. C'est-à-dire : P = Px = Py = Pz

*Pa : (Blaise Pascal), physicien et écrivain français 1623-1662


*Uniforme : Qui a la même forme, et le même aspect.
41
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

II- STATIQUE DES FLUIDE : (HYDROSTATIQUE)


2.1- Équation fondamentale de l’hydrostatique :

P = .g.h ; PB – PA = .g.(hA – hB)


Avec
- P; PB – PA: différence de pression en (Pa) (1MPa = 1N/mm2) ;
-  : masse volumique du liquide en (kg/m3) ;
- g : accélération de la pesanteur en (m/s2) ;
- h; hA – hB : différence de hauteur en (m).

Exemple 2: Distribution d’eau


a- Calculer les pressions *effectives en A, B et C en bar.
Avec Peffective = Pabsolue - Pambiante
b- Calculer les pressions absolues en A, B et C en MPa.
Si la pression *ambiante égale 1 atmosphère.
Réponse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
............................... ......................

.......................... ...........................

.....................................................

............................... ......................

.......................... ...........................
2.2- Surface de niveau :

La surface libre d’un liquide au repos est toujours plane et horizontale.


La pression est constante dans tout plan horizontal situé à l’intérieur
du liquide (surface *isobare) : PA - PB = 0 ;   0 : g  0 donc : h = 0

2.3- Liquide non miscible :


Les liquides non miscibles sont des liquides qui ne se mélangent pas,
et la surface de séparation de deux liquides au repos est plane et horizontale.
Les points A et B appartient en même temps au liquide  et .
PB1 – PA1 =1gh et PB2 – PA2 = 2gh Or : PB1 = PB2 = PB et PA1 = PA2 = PA
Alors : PB – PA= 1gh et PB – PA=2gh La soustraction des deux termes :
(PB – PA)- (PB – PA)= (1-2)gh =0 Or : 1 ≠ 2 et g ≠ 0 donc : h = 0
2.4- Vases communicantes :
 même liquide (1=2)  même hauteur.
 1  2  la surface de séparation n’est pas à la même hauteur.
PB1 = PB2 = Patm= P0 et PA1 = PA2
PA1  PB1  1 gh1  h1 2
D’où  
PA2  PB 2  2 gh2  h2 1
Si P1 est une pression ambiante ‘’ Pamb ‘’ et P2 une pression
atmosphérique ‘’ Patm ‘’ Donc : Pamb - Patm =Peff
*Effectif : Qui existe réellement, qui se traduit en action
*Ambiant : Propre au milieu dans lequel on vit.
*Isobare : à pression constante
42
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

2.5- Évaluation d'une pression en hauteur de liquide :

Considérons un réservoir fermé contenant un liquide.


Celui-ci est soumis sur sa surface libre à une
pression ambiante Pamb. Relions ce réservoir à
un tube dont l'autre extrémité est à l'air libre.
La hauteur de liquide au dessus de la surface libre,
dans le tube, permet d'évaluer la pression qui règne
dans le volume libre du réservoir.
Pamb- Patm= .g.h
On pose:
Pamb- Patm= Peff : pression effective

Remarque : Retournons un tube plein de liquide sur son bac.


Le liquide descend dans le tube en créant un vide absolu
et se stabilise à la hauteur ‘’h’’.
Entre A et B, on peut écrire : PB - 0 = .g.h

Exemple 3 : Évaluation d’une pression :


Calculer z2 ; z1 et z si :
- eau = 1kg/dm3 - Veau=2 litres
-  mercure = 13600 kg/m - Vmercure=3 litres
3

- diamètre du vase : ∅80 mm


Réponse: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
............................... ...................
.......................... ........................
..................................................
.......................... ........................
............................... ...................
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
..................................................... ...................................... .
III- THÉORÈME DE PASCAL :
Dans un fluide incompressible au repos ; toute variation de pression en un point ‘’A’’ engendre la
même variation de pression en tous points ‘’B’’ du fluide.
 PA = PB (surface isobare)
F 4F F 4F F F F1 d12
PA  1  12 ; PB  2  22 d ' où 12  22  
S1  d1 S2  d 2 d1 d 2 F2 d 22
 Si le piston 1 descend de h1 ; le piston 2 monte de h2.
h1 d12 h2 d 22 h1 d 22
V  h1S1  h2 S 2 ;   
4 4 h2 d12
  Le travail moteur : Wmoteur= F1h1 ;
d22 d12
 Le travail résistant : W récepteur= F2 h2  F1 .h1  F1h1  Wm  Wr
d12 d22
Exemple 4 : Masse du piston 1 ; m1 = 500g ; d1 = 20 mm ; d2 = 80mm. Le liquide c’est l’eau.
Calculer : F1 ; F2 et la hauteur h1, si la masse du volume déplacé égale 120 g ;
Quelle doit être la masse du piston 2 pour que la différence de niveau soit égale à 0.

Réponse: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43
.............................................
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
.....................................................................................
.....................................................................................
.....................................................................................
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

IV- THÉORÈME *D’ARCHIMÈDE :


Tout corps plongé dans un liquide reçoit de ce liquide une poussée *hydrostatique de bas en haut,
  
égale au poids du volume de liquide déplacé. P  R  0  R  P  0 ; R  P
R : poussée hydrostatique = poids du volume de liquide déplacé ; P : poids du corps.
Remarque :  Si R > P  Le corps monte à la surface.
 Si R = P  Le corps flotte dans l’eau (équilibre statique).
 Si R < P  Le corps descend jusqu'à le fond.
Masse du corps de densité inconnue
densité  d 
de l 'eau pure à 4C ( pour les liquides ou solides )
Masse du même volume 
de l ' air ( pour les gaz )
La masse volumique de l’eau pure à 4°C ; eau = 1kg/dm3 = 103kg/m3
La masse volumique de l’air ; air = 1,293kg/m3
La mesure de la densité d’un liquide peut s’effectuer à l’aide d’un densimètre (ou aréomètre).
V- CINÉMATIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES :
5.1- Description d’un écoulement :
En injectant dans un fluide des produits colorés  Écoulement laminaire : Les particules
de densités voisines, on peut visualiser les suivent des trajectoires sensiblement
mouvements des particules élémentaires. parallèles aux parois de la canalisation. Le
 Trajectoire : Courbe décrite par une particule nombre de Reynolds (§ V.5.2) permet de
au cours du temps. Le vecteur vitesse est mettre cet écoulement en évidence.
tangent à cette trajectoire.  Écoulement turbulent : Les particules
 Ligne de courant : Courbe tangente aux suivent des trajectoires *erratiques par
vecteurs vitesses des particules de fluide. Elle rapport aux parois : on dit qu'il existe des
donne une image des directions des vecteurs turbulences. Reynolds le met en évidence.
vitesses à un instant donné.  Écoulement intermittent : Il cesse et
 Écoulement permanent : Les particules reprend de temps à autre.
situées sur une trajectoire particulière, continuent  Écoulement fluide : Le frottement est
de décrire cette trajectoire au cours du temps. négligeable entre - les particules,
Elles passent toutes à la même vitesse en un - particules et parois.
point particulier. Les trajectoires se confondent Dans une section droite de la canalisation,
alors avec les lignes de courant. toutes les particules ont une même vitesse
 Écoulement perturbé : Les particules (ou célérité C en m/s).
changent; de trajectoire au cours du temps.  Écoulement visqueux : Le frottement ne
La vitesse de passage en un point varie. peut être négligé entre : - les particules,
Les trajectoires se distinguent alors des lignes -particules et parois
de courant.
DIVERS TYPES D'ÉCOULEMENTS
Écoulement fluide
Dans une
(eau dans une
section droite de
canalisation lisse)
la canalisation, la
vitesse des Écoulement visqueux
particules n'est (coulée d'une Matière
plus uniforme. plastique)
*Archimède : Savant grec. Son œuvre scientifique est considérable, tant en mathématiques qu'en physique ou en mécanique.
En physique, il fut le fondateur de la statique des solides, ainsi que de l'hydrostatique, et formula le principe qui
porte son nom. Et obtint une bonne approximation de π.
*Hydrostatique : Étude des conditions d'équilibre des liquides.
*Erratique : Qui n'a aucune régularité ; instable.
44
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

5.2- Nombre de *Reynolds ’’ Re ‘’ :


Ce nombre, sans dimension, permet de caractériser la nature de l’écoulement dans une conduite.
d
Re = C. Avec :

 Re : nombre de Reynolds.
 C : célérité (vitesse) du fluide dans la conduite en (m/s)
 d : diamètre cinématique du fluide en (m)
Dans le cas des canalisations non circulaires, prendre : d = 4.A / Ci ;
avec A : aire de la section d’écoulement ; Ci : circonférence de la section.
  : (nu) viscosité cinématique du fluide en (m2/s ou *Stokes) ;
avec 1 Stokes - st - = 1 cm2/s = 10-4m2/s.
  : (mu) viscosité dynamique [N.s/m2 ou kg/m.s, ou PI (*Poiseuille) ou Pa.s] ; avec  = .
  : masse volumique du fluide (kg/m3)
Remarque :  Si Re  2300 l’écoulement laminaire
 Si Re  3000 l’écoulement turbulent
 Si 2300 < Re < 3000 L’écoulement intermédiaire (instable)
5.3- débit :
Considérons une veine fluide animée d’un écoulement
 
permanent. Soient C 1 et C 2 les vecteurs vitesses
d’écoulement à travers les sections S1 et S2 de la veine.
 dx  dx
Notons que C1 = C1  1 et C2= C2  2 (1),
dt dt
ne sont que des vitesses moyennes.
Tous les points de S1 ne sont pas nécessairement animés de la même vitesse.
À l’instant (t), on considère une certaine masse de fluide (m) comprise entre les sections
(S1) et (S2) ; soit  la masse volumique du fluide. À l’instant (t + dt), la masse (m) s’est déplacée
et se trouve comprise entre (S’1) et (S’2). Écrivons que la masse élémentaire (dm) de fluide qui
s’est écoulée à travers (S1) est la même que celle qui s’est écoulée à travers (S2).
Cela traduit la continuité de l’écoulement. dm = S1dx1 = S2dx2 (2).
5.3.1- Débit massique : (débit masse en kg/s)
dm dm
Le débit massique d’une veine fluide est la limite du rapport quand dt0 : qm  c’est la
dt dt
masse de fluide par unité de temps qui traverse une section droite quelconque de la conduite.
Exprimons le débit massique d’après la relation (1) et (2) :
dm dx dx
qm    S1 1   S2 2   S1C1   S2C2 soit qm   SC  cte (3)
dt dt dt

*Osborne Reynolds: Belfast 1842 - Watchet Somerset 1912. Ingénieur britannique. Ses recherches concernent
l'hydrodynamique (régimes d'écoulement des fluides visqueux), l'hydraulique et la mécanique
(théorie de la lubrification).
*Jean-Louis Poiseuille : Paris 1799 - Paris 1869 : Physicien français. Il a donné les lois de l'écoulement laminaire des fluides
visqueux (1844)-
*George Stokes : Skreen 1819 - Cambridge 1903. Physicien irlandais. Outre ses travaux d'hydrodynamique, il a aussi étudié
la fluorescence et les rayons X, montrant que ceux-ci sont de même nature que la lumière (1896).

45
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

5.3.2- Débit volumique : (débit volume en m3/s)


Soit dV le volume élémentaire de fluide compris entre les sections droites (S1) et (S’1) d’une part,
(S2) et (S’2) d’autre part (fig. § 5.3). On sait que ‘’ dm = .dV ‘’
dV dV
Le débit volumique d’une veine fluide est la limite du rapport quand dt0 : qv  c’est le
dt dt
volume de fluide par unité de temps qui traverse une section droite quelconque de la conduite.
D’après la relation (2) et (3) on peut écrire : qv  S1C1  S2C2 (4) Soit : qv  SC  cte (5)
Avec :  qv : débit volumique (m3/s) ;
 S1 : section de passage dans la section 1 (m2) ;
 S2 : section de passage dans la section 2 (m2) ;
 C1 : célérité (vitesse) de passage dans la section 1 (m/s) ;
 C2 : célérité (vitesse) de passage dans la section 2 (m/s).
Remarque :  Lors d’un écoulement continu, le débit est identique en toutes sections droites
de la conduite, (Équation de continuité 4).
 La vitesse augmente lorsque la section diminue.
Exemple 5 : Soit une pompe qui transport de l’eau d’un niveau bas à un niveau haut voir schéma
a- Calculer C2 en fonction de C1.
Eau S1 ; C1 S2 = 1/2 S1 ; C2
b- Calculer C2 ; qm et qv , si S1 = 0,03 m2 et C1 = 4 m/s.
Réponse :
a- Équation de continuité: S1.C1 = S2.C2 ; S1.C1 = 1/2 S1.C2 donc : C2 = 2 C1
b-  la célérité C2 = 2.C1 = 2.4 = 8 m/s
 le débit masse qm = SC = 103.0,03.4 = 120 kg/s
 le débit volume qv = qm/ = 0,12 m3/s
Exemple 6 : De l’huile ayant pour viscosité cinématique  = 4.10-4 m2/s, circule dans une canalisation
de Ød = 20 mm. Calculer le débit volumique maximal de cette huile pour que
l’écoulement reste laminaire.
Réponse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
............................... ...........................................................

............................... ................................................ ...........

VI- DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES :


6.1- Théorème *d’Euler : (ou des quantités de mouvement)
 dm   
 ext dt 2 1
F  C  C  R  
    

 Fext  qm C2  C1  S2 P  Patm   

Avec :   Fext : somme des forces extérieurs
par rapport un tronçon de fluide isolé (N)
 qm : débit massique (kg/s)
 C1 : Célérité (vitesse) du fluide (m/s) (à l’entré de la canalisation)
 C2 : Célérité (vitesse) du fluide (m/s) (à la sortie de la canalisation)
e
*Leonhard Euler : Bâle 1707 - Saint-Pétersbourg 1783. Mathématicien suisse. Il fut, au XVIII s., le principal artisan de l'essor de
l'analyse, qu'il réorganisa autour du concept fondamental de fonction. Il exerça son inventivité dans de
nombreux domaines de la physique mathématique.
46
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

6.2- Équation de *Bernoulli :


L’expérience est basée à l’étude de l’écoulement d’1kg de fluide incompressible
en régime permanent qui se déplace dans une conduite à parois lisse
(pas de frottement, donc sans pertes de charge),
à travers une machine.
L’échange de l’énergie entre machine et fluide
est donné par l’équation ci-dessous :

W1-2 = EP + EK + E’P

Énergie Variation Variation Variation


échangée d’énergie d’énergie d’énergie
entre fluide potentielle cinétique potentielle
et machine de pression d’altitude

a- Conservation de signe : pour le travail


 W 1-2 > 0 : Le fluide reçoit de l’énergie de la machine ; il s’agit donc d’une pompe.
 W 1-2 < 0 : Le fluide fournit de l’énergie à la machine ; il s’agit donc d’une *turbine.
b- Variation d’énergie potentielle dûe aux pression : ‘’ EP ‘’
Cette énergie s’exprime comme le travail des forces de pression à travers la section S pour un
déplacement L : EP = F2. L2 – F1. L1 or F = P.S
= P2.S2.L2 – P1.S1.L1 mais S2.L2 = S1.L1 = V (variation de volume)
= (P2 – P1).V et V = m/ = 1/ (volume massique pour 1kg)
P2  P1
Donc EP = pour 1 kg de fluide

c- Variation de l’énergie cinétique : ‘’ EK ‘’

Soit C le vecteur vitesse le l’écoulement à travers la section S.
Nous avons vu au 1er année que l’énergie cinétique s’exprime par :
1 1 C22  C12
EK  mC2  mC1 ici pour une masse m de 1 kg ; donc : EK 
2 2

2 2 2
d- Variation de l’énergie potentielle d’altitude : ‘’ E’P ‘’
Cette énergie s’exprime comme le travail possible des forces de pesanteur.
Soit g la valeur de l’accélération de la pesanteur du lieu considéré :
E’P = mgz2 – mgz1 donc : E’P = g(z2 - z1) ; car m =1kg de fluide
L’équation de Bernoulli (sans pertes de charges)
P  P1 C22  C12 Avec :  W1-2 (W1-2) en (J/kg)  C1 et C2 en (m/s)
W12  2   g ( z2  z1 ) 2
 2  P 1 et P 2 en (Pa ou N/m )  z2 et z1en (m)
3
  en (kg/m )  g en (m/s2)
Remarque :  Écoulement dans une conduite sans machine : W1-2 = 0
P  P1 C22  C12
C'est-à-dire : 2   g ( z2  z1 )  0
 2
 Pn = W1-2 . qm Avec  Pn : Puissance nette de la machine (W) ou (J/s) ; 1 cheval vapeur = 736 W
W1-2 : Travail échangé par 1 kg de fluide qui traverse la machine (J/kg)
 qm : Débit massique du fluide (kg/s)
*Daniel Bernoulli, Groningue 1700 - Bâle 1782, physicien suisse. Il est l'un des fondateurs de l'hydrodynamique
(théorème de Bernoulli) et mena des recherches fondamentales en mécanique.
*Turbine : Moteur composé d'une roue mobile sur laquelle est appliquée l'énergie d'un fluide moteur à (eau, vapeur, gaz,...)
47
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

6.3- Équation de Bernoulli généralisée: (ou avec perte de charge)


Dans ce cas considérons une paroi lisse (ou non) d’une conduite rectiligne (ou non),
avec (ou sans) variation de section brutale, et un fluide non parfait.
Puis qu’il y a turbulence et échauffement due au frottement donc elle est une partie
de l’énergie en chaleur, non récupérable. Soit ‘’ J ’’ cette perte de chaleur exprimée en (J/kg).
On distingue les pertes de charges régulières et singulières.
a- Pertes de charges régulières « Jr » : (ou linéaires) (ou systématiques)
Elles se produisent le long des conduites rectilignes par frottement du fluide sur des parois
plus (ou moins) rugueuses.
C2L
Elles varient selon le type d’écoulement. J r   en (J/kg)
2d
Écoulement Écoulement
laminaire turbulent
Écoulement Écoulement
Re  2300 Turbulent lisse turbulent rugueux
3000  Re 105 Re > 105
 = 64/Re
: caractérise Il existe des
1 0,316 abaques
le frottement  1
 0,25
entre la Re 
conduite
100Re  4
  0, 79
d
et le fluide
En régime turbulent :  est déterminé à partir
de l’abaque de Moody-Mourine. (par exemple)
R/d: rugosité relative
Reynolds : 2300 2400 3000 105
Écoulement : Laminaire Instable Turbulent
Turbulent lisse Turbulent rugueux

Remarque : Pertes de charges en écoulement laminaire < Pertes de charges en écoulement


turbulent.
b- Pertes de charges singulières « Js »:
Elles se situent dans certaines sections présentant des variations brutales dans la conduite du fluide.
C2
J s  . en (J/kg) (Pour déterminer le coefficient de perte  ; voir tableau ci-dessous)
2
Remarque :  Les pertes de charges singulières s’ajoutent aux pertes de charges
régulières ‘’ J1-2 = Jr + Js ‘’
 J1-2 < 0 ; car toutes les pertes de charge représentent de l’énergie perdue par
le fluide.
c- Équation de Bernoulli généralisée :
Si J1-2 représente la somme de toutes les pertes de P2  P1 C22  C12
charges (*enthalpie), singulières et linéaires, entre les W 12    g ( z2  z1 )  J12
 2
sections repérées 1 et 2 et si W1-2 représente le travail
mécanique échangé entre le fluide et les machines (éventuellement) placées entre 1 et 2, alors le
théorème de Bernoulli prend la forme générale suivante (pour 1kg de fluide) :
*enthalpie n.f : Grandeur thermodynamique égale à la somme de l'énergie interne et du produit de la pression par le volume.

48
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

NOTATION ET UNITÉ : J en (J/kg) ; C1 et C2 en (m/s) ;  en (°) ; Re : nombre de Reynolds (§ 5.2)


Élargissement
Arrivée d’une conduite Entrée d’une conduite
brusque

 S  C2 C 22
J  1 1 . 1 C2
J
 S 2  2 J 2 4
J  0,54.C 12 2 J 0
Divergent Rétrécissement Rétrécissement
Changement de direction Soupape
(diffuseur) progressif brusque
Variation linéaire
entre 10 et 70°

  d   o 2
3,5

J  0,13 1,85   . .C


  10 : 2  2r  180 1
1 
2  1  C2  
J 0 J   1 .C22 .sin ; si   90 J   1 . 2
 C   C  2
  70 : 2
J  C 12
1  
J   1 .C22 ; si   90 J
J  0, 4.C12  C 
S2
S 
3
   C 2
où C  0, 63  0,37  2  lorsque Re  J  sin 2  sin 4 . 1
 S1   2 2 2
d- Autres formes de l’équation :
 En termes de pression : (multiplier chaque terme par)
W 12 = P2  P1 +  C22  C12  +  g  z2  z1  + J12 où P
2 où P

J kg N N kg m 2 kg N kg m N N
.  Pa  .   . .m  2 Pa 
kg m 3 m 2 m2 m3 s2 m .s 2 m 2 m3 s2 m m2
 En termes de hauteur de liquide transporté : (diviser chaque terme par g)
2 2
W 12 = P2  P1 + C2  C1 + z2  z1 + J12 où z
g 2g
où z

N m3 s2 m2 s2
. . m 2 . m m m
m 2 kg m s m
J s 2 N .m s 2 kg .m m s 2
.  .  2 . . m
kg . m kg m s kg m
e- rendement : ‘’  ‘’
Le rendement global d’une machine est le rapport entre la puissance qu’elle fournit et
la puissance qu’elle utilise.
Suivant que la machine utilise ou produit de l’énergie mécanique, le rendement global s’exprime
de façon différente.
Fluide reçoit de l’énergie cas d’une pompe Fluide fournit de l’énergie cas d’une turbine
 = Pn /Pa (Pn < Pa)  = Pu /Pn (Pu < Pn)
Pn : puissance nette échangée avec le fluide Pu : puissance utile sur l’arbre de sortie
Pa : puissance absorbée sur l’arbre d’entrée Pn : puissance nette échangée avec le fluide
Phudraulique -Phydraulique = qv . Putilisation - qv : Débit volumique (m3/s)
 avec -P - Pression/utilisation= .W12 (Pa = N/m²)
P mécanique = F.V + C.ω
mécanique

49
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Cours Doc : Prof-Élève

Abaque de
Moody-Mourine

Conversions des sept formes


principales d’énergie et leurs
convertisseurs

Nom Minuscule Majuscule Nom Minuscule Majuscule Nom Minuscule Majuscule


alpha   kappa   sigma  
bêta   epsilon   tau  
LES
gamma   rhô   upsilon  
ALPHABET delta   êta   xi  
GREC lambda   thêta   omicron  
phi   nu   khi  
oméga   mu   iota  
psi   pi   dzêta  

50
MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
Exercices, Applications
et exemples de
Contrôle continu
de la
FONCTION ALIMENTER
EN ÉNERGIE
Aspect physique
‘’ Mécanique des fluides ’’

51
EX-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Exercices - Applications Doc : Prof-Élève

۞ ۞
Pour l’application numérique travailler avec :   3,14
FORCE PRESSANTE - PRESSION
Ex1- La pièce de masse 10 kg repose sur du sable fin et sec
avec : S1 = 50 cm2 ; S2 = 15 cm2 ; S3 = 10 cm2.
1- Calculer les pressions P1 ; P2 ; P3 en Pa, bar, et en daN/cm2 ?
2- Conclure.
Ex2- Sur la tige d'un vérin on place une masse de 3000 kg, l'alésage du cylindre du vérin
est de 80 mm
1- Calculer la force pressante exercée sur l’huile ?
2- Calculer la surface pressée ?
3- Calculer la pression en Pa, en bar ?
Ex3- La section du piston d'une presse étant de 300 cm2 (  20 cm) et la pression étant de 200 bars.
Calculer la force de cette presse en daN et N ?
Ex4- Une force de 10 tonnes s'exerce sur un vérin de 10 cm. Calculer la pression en bar.
Ex5- La pression de travail est de 250 bar. Quelle est la force pressante F ?
Le poids de l'équipage outil + piston + tige est de 2000 daN.
Quelle est la pression nécessaire pour maintenir cette charge F1 ?

PRESSION DANS UN LIQUIDE AU REPOS


Ex6- Un réservoir pour circuit hydraulique est rempli d'huile à une Pression = 0
hauteur de 0,50 m et g = 10 m/s2
Quelle est la pression exercée par l'huile sur le fond du réservoir
en A, départ vers la pompe (ρ = 900 kg/m3).

VITESSE - DÉBIT- ÉQUATION DE CONTINUITÉ


Ex7- De l’huile ayant pour viscosité cinématique  = 4.10-4 m2/s, circule dans une canalisation de Ød = 20 mm
Calculer le débit volumique maximal de cette huile pour que l’écoulement reste laminaire.
Ex8- Le piston d'un vérin a une surface de 40 cm2. Ce vérin reçoit un débit
de 24 ℓ/min. Quelle est :
1- La vitesse V de déplacement en sortie de tige.
2- La durée de la course si celle-ci fait 20 cm.
3- La vitesse V’ pour la rentrée de tige, avec un même débit qv ; (S2=15 cm2)

DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES

EX9- On donne S1 = 100 cm2 ; S2 = 2 cm2 et C2 = 10 m/s. Calculer F ?

PUISSANCE D'UN VÉRIN - PUISSANCE D'UNE POMPE


Ex10- Un vérin Double effet a pour section côté piston 40 cm2. II reçoit un débit qv de 36 ℓ/min.
La pression de service est de 80 bars. Calculer :
1- La puissance fournie par le vérin
2- La puissance nécessaire au récepteur sachant que le rendement global de l'installation est de 60 %.
Ex11- On doit lever une masse de 3 tonnes à la vitesse de 2 m/min., la pompe fournit une pression
de 50 bars. Calculer :
1- La puissance de la pompe
2- Le diamètre du vérin
3- Le débit de la pompe.

52
EX-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
2
ÉQUATION DE BERNOULLI
z2 = 40 m
Ex12- Dans une conduite simple de section constante on a mesuré les vitesses et les C2 = 5 m/s
pressions à l’entée et à la sortie. Évaluer les pertes de charge dans la conduite ? 5
P2 = 1,2.10 Pa
1- En hauteur d’eau z ; Z1 = 0 m
2- En unité de pression P. C1 = 5 m/s
5
P1 = 5,4.10 Pa 1
Ex13- Soit une conduite rectiligne de diamètre d = 120 mm dans laquelle circule de l’eau de viscosité
cinématique  = 10-6 m²/s, avec un débit de 20 ℓ/s. La conduite est en acier soudé

de cœfficient de perte de charge  = 0,2 mm ; g = 9,8 m/s² et la rugosité conventionnelle   0, 79
d
1- Calculer le nombre de Reynolds et indiquer la nature de l’écoulement ?
2- Calculer la perte de charge régulière par mètre de longueur de la conduite ?
3- Calculer pour 100 m de conduite la perte de charge P (bar) et z (m) ?
Ex 14- On donne le schéma d’une conduite d’aspiration d’une pompe à engrenage à un seul sens de flux.
 Le débit de cette pompe est qv = 1 ℓ/s ;
 La longueur de la conduite d’aspiration 1-2 est L = 4 m et son diamètre intérieur est dint = 27,3 mm ;
 Le filtre entraîne des pertes de charge singulières de : - 5 J/kg ;
 La différence de niveau est : z2 – z1 = 0,8 m ;
 Les caractéristiques de l’huile pompée est :  = 900 kg/m3 ;  = 0,45 St (1St = 1 Stockes = 10-4 m²/s)
 L’accélération de la pesanteur est g = 9,81 m/s².
1- Calculer la vitesse d’écoulement du fluide dans la conduite d’aspiration ?
2- Calculer le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement ?
3- Calculer le coefficient de perte de charge , sachant que  = 64/Re ?
4- Calculez les pertes de charge linéaire Jr et en déduire les pertes de charge totales J1-2 ?
5- Calculez la pression P2 à l’entrée 2 de la pompe. On donne J1-2 = - 18 J/kg

Ex15- Soit une conduite horizontale de diamètre intérieur dint = 105,6 mm et de longueur L = 4 km.
Le fluide transporté a pour caractéristiques :  = 0,8.103 kg/m3 ;  = 2 St (1 St = 1 Stockes = 10-4 m²/s)
et Qv = 1200 ℓ/s. Les pertes de charge J12 dans la conduite sont de -5,22 kJ/kg
1- Calculer la vitesse d’écoulement du fluide dans la conduite ?
2- Calculer le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement ?
3- Calculer le travail W 1-2 fourni par la pompe, sachant que P1 = P2 ?
4- Calculer la puissance Ppompe de la pompe ?

Calcul d’une pompe


App1- Une pompe à une puissance de 1kW est immergée dans un puits,
et assurer un débit de 7,2 m3/h. Supposons qu’en A (entrée de la pompe)
et en C (entrée du tube de refoulement dans le bac), l’eau est à la pression
atmosphérique P0 (P0 = Patm = 1,013.105 Pa ≈ 105 Pa).
Le tube de refoulement BC à une section constante égale à 800 mm2
1- Calculer le débit massique de la pompe.
2- Quelle est la vitesse d’écoulement de l’eau dans le tube BC.
3- Quel travail la pompe échange-t-elle avec 1kg d’eau qui la traverse.
4- Quelle est la pression de l’eau à la sortie B de la pompe (g = 10 m/s2).
5- Quelle est la différence de niveau entre les 2 extrémités B et C.

53
EX-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
ACHEMINEMENT DE L’HYDROCARBURE
App2- Une conduite de diamètre d = 150 mm permet de transférer un produit pétrolier de masse volumique
ρ = 0,9.103 kg/m3 et de viscosité dynamique μ = 0,3 Poiseuille depuis un terminal portuaire
(altitude z1 = 0 m) jusqu’à une raffinerie distante de L = 20 km et d’altitude Z2 = 30 m. Le débit doit être
Qv = 30 litre/s. Cet oléoduc est formé de tubes d’acier raccordés tous les cinq mètres. Le coefficient
de perte de charge au niveau de chaque raccord est évalué expérimentalement à ℇR = 10-3.
On rencontre le long de l’installation cinq vannes de sécurité qui, en position ouverte ont un coefficient
de perte de charge ℇV = 0,1 et trente coudes à 90° dont le rayon est r = 400 mm, ℇC est déterminé par
la relation suivante :

Le rendement hydromécanique de la pompe est η = 50,465%.


Schéma du flux énergétique le long du trajet de l’hydrocarbure.

1- Calculer la célérité du fluide dans la conduite ?


2- Déterminer le type de l’écoulement ?
3- Évaluer les pertes de charges régulières ?
4- Évaluer les pertes de charges singulières ?
5- Calculer la pression de pompage avec et sans les pertes de charges ?
6- Calculer l’énergie massique de pompage et la puissance mécanique ?
7- Comparer les deux puissances et conclure ?
App3- Une pompe est installée à la sortie d’un puits et aspire l’eau dans celui-ci, l’eau est rejetée
immédiatement à la sortie de la pompe et utilisée pour l’irrigation. La conduite d’aspiration et de
refoulement ont le même diamètre d et la hauteur d’eau entre 1 et 2 est z2 – z1 = 5 m.
Le choix de la pompe doit être fait de telle façon que le débit volumique de celle-ci soit qv = 4,5 ℓ /s.
Dans la conduite, la vitesse de l’eau doit être égale à environ 1,5 m/s valeur définie par l’usage et
la pression absolue P2 à l’entrée de la pompe ne doit pas être inférieure à 0,4 bar sous peine de
provoquer un phénomène de *cavitation, néfaste à la durée de vie de la pompe. On note J1-2 la perte
de charge régulière dans la conduite 1-2 et J2-3 = 0,15 J/kg la perte de charge singulière (estimée)
dans la pompe. On estime également à  = 0,94 le rendement de cette dernière.
Données et hypothèses :
 La pression atmosphérique est supposée constante : P3 = P1 = P0 = 1 bar.
 Pour l’eau :  = 103 kg/m3 et  = 10-6 m2/s.
 On suppose que z3 = z2 et que g = 9,81 m/s2.
Questions :
1- Calculer le diamètre d des conduites d’aspiration et de refoulement ?
2- Calculer le nombre de Reynolds, en déduire la nature de l’écoulement ?
3- Calculer la perte de charge régulière J1-2 dans la conduite d’aspiration dont la
longueur égale z2 – z1 = 5 m ?
4- Calculer la pression P2 à l’entrée de la pompe et vérifier que la condition de
non cavitation est respectée ?
5- Calculer la puissance nette de la pompe ?
6- Calculer la puissance absorbée par celle-ci ?

*Cavitation : remplies de vapeur ou de gaz.


54
EX-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
App4- Une pompe, située 2 m au-dessus d’un bassin d’alimentation,
doit élever de l’eau dans un château d’eau dont le niveau est
à 40 m. Elle doit débiter 30 ℓ /s grâce à des canalisations
de Ød = 100 mm. On estime les pertes de charges à 0,1m
par mètre de *dénivelée.
1- Calculer la vitesse du fluide dans la canalisation ; et indique
la nature de l’écoulement ?
2- Calculer la puissance minimale de la pompe ?
3- Calculer les pressions à l’entrée et à la sortie de la pompe ?
Hypothèses : - Patm = Pamb = 105 Pa
- g = 9,81 m/s²
- Les niveaux du bassin d’alimentation et du château
d’eau restent constants

App5- Une station d’alimentation d’un château d’eau utilise une pompe immergée de puissance P
à déterminer. Cette pompe refoule l’eau dans une conduite verticale de hauteur
L= z2 – z1 = 40 m et de diamètre d = 120 mm.
La vitesse d’écoulement dans la conduite est : C2 = C1 = 5 m/s. les pressions d’eau
(absolues) mesurées avec un manomètre en 0, 1, 2 sont :
P0 = 105 Pa (pression atmosphérique) ; P1 = 5,4.105 Pa ; P2 = 1,2.105 Pa.
On donne la viscosité cinématique de l’eau :  = 10-6 m²/s.
On néglige les pertes de charge singulières et on donne : g = 10 m/s².
1- Calculer, par kilogramme d’eau, la perte de charge linéaire entre les sections extrêmes 1 et 2
de la conduite ? Exprimer cette perte de charge, en hauteur d’eau z, et en variation de pression P ?
2- Calculer le nombre de Reynolds dans la conduite et en déduire la nature de l’écoulement ?
3- Calculer le coefficient  de perte de charge linéaire dans la conduite ?
4- Calculer le travail échangé entre la pompe et la masse de un kilogramme d’eau qui la traverse ?
On néglige les pertes de charge singulières dans la pompe.
5- Calculer le débit volumique et le débit massique de la pompe ?
6- Le rendement de la pompe est donné par le constructeur :  = 0,85, calculer la puissance absorbée P a ?
Calcul d’une pompe et d’un vérin
App6- En période de réglage en hauteur de l’élévateur, une pompe alimente un vérin hydraulique 2,
(dont la tige sort avec une célérité C = 0,06 m/s)
Données : - Diamètre de la conduite d = 10 mm ;
- action de 1 sur la tige F1/tige = 3500 daN ;
- Puissance fournie par la pompe : P = 2,5 kW
- Masse volumique de l’huile :  = 850 kg/m3 ;
- Pression atmosphérique : P0 = Pa = 105 Pa ;
- z2 – z1 = 0,5 m ; z2 = z3 ; C1 = 0 m/s ; g = 10 N/kg.
1- Calculer la célérité C3 dans la conduite en (m/s) ?
2- En déduire le débit volumique et le débit massique ?
3- On suppose que le déplacement du vérin se fait sans frottement, calculer la pression P3
d’alimentation du vérin en (pascal) ?
4- Calculer le travail W1-2 fourni par la pompe en (J/kg) ?
5- On suppose que les pertes de charge J2-3 dans la canalisation (2-3) sont nulles.
Déduire la pression de refoulement de la pompe P2 en (Pa) ?
6- Calculer les pertes de charge J1-2 en (J/kg) ?
7- En déduire le rendement de l’installation ?

*Dénivelée : Différence d'altitude entre deux points.


55
EX-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
Calcul d’une turbine
App7- On veut prédéterminer une installation hydraulique de 1 GW située entre deux plans d’eau.
Les altitudes diffèrent de 420 m. on peut estimer que les pertes de charge correspondent à
1/7 de l’énergie disponible sans pertes. Les trois canalisations auront un diamètre d = 3 m.
(g = 9,81 m/s²)
1- Calculer l’énergie utile sur l’installation de turbinage ?
2- Pour un écoulement laminaire, combien faudrait-il prévoir en minimum de conduites
en parallèle ?
3- En limitant à trois conduites et en considérant que les pertes de charge se produisent
essentiellement avant les turbines, calculer la pression à l’entrée des turbines ?

Calcul d’un moteur hydraulique


App8- Un moteur hydraulique (un seul sens de rotation) doit faire 80 tr/min, avec un couple utile sur
l'arbre de 201 N.m.
- Le rendement volumétrique est de 90 %.
- L e rendement en couple est de 85 %.
- La pression d'utilisation est de 110 bars. Calculer :
1- Le moment du couple théorique ?
2- Le volume par tour de ce moteur (cylindrée) ?
3- Le débit utilisé dans le moteur (débit venant de la pompe) ?
4- La puissance disponible sur l'arbre ?
5- La puissance qu'il a reçue ?
6- Son rendement global ?
7- La vitesse de l'huile dans la tuyauterie alimentant le moteur ?
(Dimensions de cette tuyauterie : Øint = 8 mm ; Øext = 13).
App9- Alimentation d'un vérin simple effet
Le dispositif d'alimentation du vérin V comprend essentiellement une pompe
et une soupape de sûreté.
 Un vérin simple effet V est caractérisé par :
- Son diamètre intérieur dv = 100 mm
- Son rendement v = 0,9, les pertes étant dues aux frottements
des joints d'étanchéité.
- On souhaite que ce vérin développe une force de 75.103 N, sa tige
se déplaçant à la vitesse uniforme de VV = 0,2 m/s.
 Une pompe dont on connait seulement le rendement approximatif p = 0,82
 La tuyauterie de refoulement de la pompe a une longueur Lt = 8 m et un diamètre intérieur de dt = 21,6 mm
 L'huile utilisée a une viscosité de 0,25 St et sa masse volumique est de 850 kg /m3.
 Les pertes de charges singulières sont négligées, ainsi que la différence de niveau entre 3 et 4.
QUESTIONS : (Rep)
1- Calculer de la pression Pv dans le vérin. (10,61 Mpa)
2- Calculer du débit volumique qt dans la tuyauterie 3-4. (1,57.103 m3/s)
3- Calculer de la vitesse Vt de l'huile dans la tuyauterie 3-4. (4,28 m/s)
4- Calculer du nombre de Reynolds de l'écoulement 3-4. ( 3698)
5- Calculer du coefficient de pertes de charges  dans la tuyauterie 3-4. (0,0405)
6- Calculer de la perte de charge J34 dans la conduite. (137 J/kg)
7- Calculer de la pression P0 de réglage du limiteur de pression. ( > à P3 = 107,26 bar)
8- Calculer de la puissance nette de la pompe : Pn ( 16,8 kW)
9- Calculer de la puissance utile du moteur : Pu ( 20,5 kW)

56
EX-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
2ème STM
Doc : élève
Trois chiffres après la virgule pour les applications numériques (exemple : 𝛑 = 3,141)

1- Donner la définition d’un fluide ? ( /1 pt)


..........................................................................................................
..........................................................................................................

2- Expliquer la différence entre un fluide parfait un fluide réel par un schéma en cas de mouvement en cas de repos ?
( /1 pt)
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................

3- Quelle est la grandeur qui influe sur la masse volumique dans un fluide compressible à la température ambiante ?
( /1 pt)
..........................................................................................................

4- Dans la fig.1 les deux liquide 1 et 2 non miscibles, monter que z = 0 ? ( /1 pt)
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
....................................................................................

Fig.1
5- Expliquer le mot isobare ? ( /0,5 pts)
.........................................................................................................

6- Évaluation d’une pression de la Fig.2 : ( /1 pts)


3 3
Calculer z1 ; z2 et z, si : - eau = 10 kg/m - Veau=3 litres
3
-  mercure = 13.6 kg/dm - Vmercure=1 litre
- diamètre du vase : ∅50 mm
.......................................................................................................
........................................................................................................
........................................................................................................
................................................................................
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Fig.2
.............
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................

7- Énoncer le théorème de d’Archimède ? ( /1 pt)


..........................................................................................................
..........................................................................................................
2 2
8- Dynamique des fluides incompressible : On donne S1 = 100 cm ; S2 = 20 cm et C2 = 20 m/s.
Calculer la force de poussée F ? ( /2 pts)
.......................................................................................................
........................................................................................................
........................................................................................................
..............................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................

9- Donner le nom de chaque terme de l’énergie de l’équation de Bernoulli ? ( /1,5 pts)


P2  P1
W 1-2 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

C22  C12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
: g ( z2  z1 ) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2

Contrôle N°01 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H Page 1 / 2


Note : /20 Date : . . / Novembre / 20 . .
57
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
2ème STM
Doc : élève
-2 3
10- De l’huile ayant pour viscosité dynamique μ = 36.10 PI et de masse volumique égale 0,9 kg/dm , circule dans une
canalisation de Ød = 2 cm. Calculer le débit massique minimal de cette huile (en g/s) pour que l’écoulement reste
turbulent ? ( /2 pts)
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
11-
Une pompe est installée à la sortie d’un puits et aspire l’eau dans celui-ci, l’eau est rejetée immédiatement à la sortie de
la pompe et utilisée pour l’irrigation.
La conduite d’aspiration et de refoulement ont le même diamètre d et la hauteur d’eau entre 1 et 2 est z2 – z1 = 5 m.
Le choix de la pompe doit être fait de telle façon que le débit volumique de celle-ci soit qv = 270 ℓ/mn. Dans la conduite,
la vitesse de l’eau doit être égale à environ 9000 cm/mn valeur définie par le client et la pression absolue P2 à l’entrée de
2
la pompe ne doit pas être inférieure à 0,4 daN/cm sous peine de provoquer un phénomène de cavitation, néfaste à la
durée de vie de la pompe. On note J1-2 la perte de charge régulière dans la conduite 1-2 et J2-3 = 0,15 J/kg la perte de
charge singulière (estimée) dans la pompe. On estime également à  = 0,94 le rendement de cette dernière.
Données et hypothèses :
 La pression atmosphérique est supposée constante : P3 = P1 = P0 = 1 bar.
3 -2
 Pour l’eau :  = 1 kg/dm et  = 10 st.
2
 On suppose que z3 = z2 et que g = 9,81 m/s .
Questions :
1- Calculer le diamètre d des conduites d’aspiration et de refoulement (en mm)? ( /1 pt)
2- Calculer le nombre de Reynolds, en déduire la nature de l’écoulement ? ( /1 pt)
3- Calculer la perte de charge régulière J1-2 dans la conduite d’aspiration dont la longueur
égale 5 m ? ( /2 pts)
4- Calculer la pression P2 à l’entrée de la pompe et vérifier que la condition de non
cavitation est respectée ? ( /2 pts)
5- Calculer la puissance nette de la pompe ? ( /1 pt)
6- Calculer la puissance absorbée par celle-ci ? ( /1 pt)
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................
..........................................................................................................

Matériel autorisé : Tous instruments usuels du concepteur.

LES CALCULATRICES SONT AUTORISÉES.

Contrôle N°01 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H Page 2 / 2


Note : /20 Date : . . / Novembre / 20 . .
58
Élément de corrigé
des
Exercices, Applications
de la
FONCTION ALIMENTER
EN ÉNERGIE
Aspect physique
‘’ Mécanique des fluides ’’

59
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève

FORCE PRESSANTE - PRESSION


Ex1-
F(N)
1- La pression en Pascal : P  ; et F(N) = m(kg).g(m/s2)
(Pa)
S(m2 )

D’où: P1  10.10  100  20.103 Pa ; P2 


10.10 100 10.10 100
  66,666.103 Pa ; P3    100.103 Pa
0,005 0,005 0,0015 0,0015 0,001 0,001
5
 La pression en bar : comme 1 bar = 10 Pa . D’où: P1 = 0,2 bar ; P2 = 0,66 bar ; P3 = 1 bar
2 2 2 2 2
 La pression en daN/cm : comme 1 bar = 1 daN/cm . D’où : P1 = 0,2 daN/cm ; P2 = 0,66 daN/cm ; P3 = 1 daN/cm
2- La pression augmente lorsque la surface démunie

Ex2-
4
1- Force pressante sur l’huile, F= m.g = 3000 .10 = 3.10 N
D2 3,14.(0,08)2
2- Surface pressée, S    0,005 m2  5 0cm2
4 4
F 3.10 4 300
3- Pression en Pa, P    6.106 Pa . En bar  60 daN / cm2 ou 60bar
S 0, 005 50
Ex3-
4
 F(daN) = P(bar).S(cm2) = 200.300 = 6.10 daN
5 5
 F(N) = P(Pa).S(m ) = 200.10 .0,03 = 6.10 N
2

Ex4-
F 10.100.10
P    127, 38 daN / cm2 ou 127,38bar
S 25.3,14

Ex5-
 Force pressante F, F=P.S=250.3,14.10.10 =78500 daN
 Pression pour maintenir la charge F1, P  F  2000

2000
 9,13bar(min i )
Sa 3,14.(102  5,52 ) 219,01

PRESSION DANS UN LIQUIDE AU REPOS


Ex6-
 P = ρ.g.h = 900.10.0,5 = 4500 Pa = 0,045 bar

VITESSE - DÉBIT- ÉQUATION DE CONTINUITÉ


Ex7-
d
Pour que l’écoulement reste laminaire, il faut que Re = C.  2300

 4.104
C  2300.  2300.  46 m / s
d 20.103

qv  SC  (20.103 )2 .46  14, 444.103 m3 / s  14, 444 l / s  866, 64 l / mn
4
Ex8-
24000
qv(cm3 /s)
1- La vitesse V de déplacement en sortie de tige, V(cm/s)   60  10cm / s
S1(cm2 ) 40
2- La durée de la course si celle-ci fait 20 cm, t  d  20  2s
V 10
qv 400
3- La vitesse V’ pour la rentrée de tige, avec un même débit qv, V'    16 cm / s
S1  S2 25

60
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES
Ex9-
 Le débit volume : qv = S1C1 = S2C2 alors C1 = C2. S2/S1 = 10.2/100 = 0,2 m/s
3 -4
 Le débit masse : qm = S2C2 = S1C1 = 10 .2.10 .10 = 2 kg/s
 Somme des forces extérieurs : R = Fext = qm(C2-C1)
R = 2.(10 – 0,2) = 19,6 N de même : R = S2(P – Patm)  P = R/S2 + Patm
-4 5 4
P = 19,6/(2.10 ) + 10 = 19,8.10 Pa
4 -4
Et : P = F/S1 ; alors: F = P.S1 = 19,8.10 . 100.10 = 1980 N.

PUISSANCE D'UN VÉRIN - PUISSANCE D'UNE POMPE


Ex10-
1- Puissance fournie par le vérin : Pfournie  F.V  F.
qv q 36.103
 PressionS. v  Pression .qv  80.105.  4800 W
vérin
S S 60
2- Puissance nécessaire au récepteur : P P 4800
 fournie   8000 W
nécessaire
g 0,6
Ex11-
1- La puissance de la pompe, Ppompe  F.V  3.103.10.
2
 103 W
60
2- Le diamètre du vérin, Pression 
F 4.F 4.3.104
 donc : d   0,087m  8,7cm
S  .d2 50.105.
3- Le débit de la pompe, q  Ppompe  10  0,2.103 m3 / s  0,2  / s  12  / min
3

v
pression 50.105

ÉQUATION DE BERNOULLI
Ex12-
1- La perte de charge en hauteur d’eau Δz : Bernoulli en terme de hauteur entre 1 et 2 sans machine :
P2  P1 C22  C12
   z2  z1   J12  0 donc J12  z  2m
g  2g
2- La perte de charge en pression ΔP : Bernoulli en terme de pression entre 1 et 2 sans machine :
C22  C12
P2  P1    g  z2  z1   J12  0 donc J12  P  0, 2 105 Pa
2
Ex13-
d 4qv 4  20 106
1- Le nombre de Reynolds : e  C     2,12 105  105 L’écoulement turbulent rugueux
  d    120
2- La perte de charge systématique par mètre :
2
Jr C2   4qv  1 0, 2 8  202 106
   0,79     0,79    0, 42 J / kg  m
L 2d d  d 2  2d 120 2 1205 1015
3- La perte de charge P (bar) et z (m) pour 100 m de conduite : La perte de charge systématique pour 100 m :
J r  42 J / kg 3
Alors : P  J r   42 10  42000 Pa et z  J r / 9,8  4, 28  4, 28 m

61
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
Ex14-
4qv 4 103
1- La vitesse d’écoulement du fluide dans la conduite d’aspiration : C    1,709 m / s
 d 2  27 ,32 106
2- Le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement :
d 1, 709  27 ,3 103
e  C    1036 ,79 ≤ 2300 : L’écoulement est laminaire
 0 , 45 104
64 64
3- Le coefficient de perte de charge  :     0,06172
e 1036,79
2 L 4
4-  Les pertes de charge linéaire Jr : J r   C   0,06172 1,7092   13, 206 J / kg
2d 2  27 ,3103
 Les pertes de charge totales J1-2 : J12  J s  J r  5  13, 206  18, 206 J / kg
5- La pression P2 à l’entrée 2 de la pompe : Bernoulli entre 1 et 2 sans machine :
P2  P1 C22  C12 P2 105 1, 7092  0
  g  z2  z1   J12  0    9,810 ,8 18  0
 2 900 2
donc P2  75422 , 493 Pa  0 ,75 bars
Ex15-
qv 4qv 4 1200 103
1- La vitesse d’écoulement du fluide dans la conduite : C     137 , 083 m / s
S  d 2  0,10562
2- Le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement :
d 0,1056
e  C   137 ,083 4
 72379,824  105 L’écoulement turbulent lisse
 2 10
3- Le travail W 1-2 fourni par la pompe : Bernoulli entre 1 et 2 avec machine :
P2  P1 C22  C12
W12    g  z2  z1   J12
 2
avec P2  P1 ;C1  0;C2  137 , 083 m / s; z2  z1  0 (conduite horizontale)
137 ,0832
donc W12  0   0  5220  14615,874 J / kg
2
4- La puissance Ppompe de la pompe :
3
Ppompe  W12  qm  W12  qv  14615,874  0 ,8 10 1, 2  14031239 , 04 Watts  14031, 239 KW

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

62
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève

Calcul d’une pompe


App1-
3 -3 3
1- Le débit volume de la pompe est une donnée du problème : qv = 7,2 m /h soit qv = 2.10 m /s
3 -3
Le débit masse : qm =  qv = 10 .2.10 soit qm = 2 kg/s
2- On connaît l’expression du débit massique d’une conduite : qm =  SC soit la vitesse d’écoulement : C = qm / S
2
donc C  2,5 m / s
10 .8.104
3

3- La pompe qui a une puissance de 1kW échange un travail avec le fluide entre A et B : P = W A-B . qm
3
Le travail échangé par la pompe pour 1kg d’eau : W A-B = P/ qm = 10 /2 Soit W A-B = 500 J/kg
PB  PA CB2  C A2
4- Appliquons Bernoulli entre A et B : WAB    g ( zB  z A )
 2
5
Avec : zA = zB ; CA = 0 ; CB = 2,5 m/s ; PA = P0 = 10 Pa ; W A-B = 500 J/kg
CB2 (2,5) 2
Il reste donc : PB   (WAB  )  PA  103 (500  ) 105 donc PB = 596875 Pa
2 2
PC  PB CC2  CB2
5- D’après l’équation de Bernoulli entre B et C sans machine:   g ( zC  z B )  0
 2
Avec : CC = 0 (la vitesse de l’eau à l’arrivée dans le réservoir s’annule) ;
5
PC = P0 = 10 Pa ; PB = 596875 Pa ; CB = 2,5 m/s ; zC – zB = h
1  CB2 PC  PB  1  (2,5)2 105  596875 
Il reste donc : h     Soit : h = zC – zB = 50 m
g  2   10  2 103 

ACHEMINEMENT DE L’HYDROCARBURE
App2-
Qv 4  Qv 4  0, 03
1- Vitesse du fluide dans la conduite : V     1, 69 m / s
S  d 2
  0,152
  V  d 0,9 103 1, 69  0,15
2- Le type de l’écoulement : e    760,5  2300 ; L’écoulement est laminaire.
 0, 3
V 2  L 64 V 2  L 64 1,692  20000
3- Les pertes de charges régulières : J r       16023,70 J / kg
2d e 2d 760,5  2  0,15
4- Les pertes de charges singulières :
20000 V2 1, 692
⊳ Raccords au nombre de n   4000 raccords : donc J s R   R   n  103   4000  5, 712 J / kg
5 2 2
V2 1, 692
⊳ Vannes au nombre de n’ = 5 : donc J sV  V   n '  0,1  5  0, 714 J / kg
2 2
 3,5

⊳ Coudes au nombre de n’’ = 30 : donc J sC   C  V  n ''  0,13  1,85  0,15    90 1, 692  30  5, 795 J / kg
2

2  2  0, 4 
    180
Alors : J s  J sR  J sV  J sC  5, 712  0, 714  5, 795  12, 221 J / kg

63
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
5- ⊳ La pression de pompage avec les pertes de charges :
Bernoulli généralisé entre A et C sans machine : PC  PA 
VC2  VA2
 g ( zC  z A )  J A  C  0
 2
avec : PA  ?; PC  0;   0, 9  10 kg / m ; g  10 m / s ; zC  zA  30 m ;VA  VC ; J A C  Jr  J s
3 3 2

soit : PA  PC    g  zC  z A   J AC 

donc : PA  900  10  30  16023,70  12, 221  14702328,9 Pa  147,023 bars
⊳ La pression de pompage sans les pertes de charges : PA  270000 Pa  2, 7 bars
6- Énergie massique de pompage et la puissance mécanique :
PA  PO VA2  VO2
⊳ Énergie massique de pompage : Bernoulli entre O et A avec machine : WO  A    g ( z A  zO )
 2
avec : VO  0;VA  1.69 m / s; PO  0; PA  147, 023 bar ; zO  z A  0;   0,9 10 kg / m 3 3

147, 023 105 1.692


donc : WO  A    0  16337,316 J / kg
900 2
⊳ Puissance hydraulique : 𝒫  WO  A    Qv  16337,316  900  30 10  441107,532 watts  441,107 kW
3

PHy 441107,532
⊳ Puissance mécanique : Pméc    874086, 063 Watts  874, 086 kW
 0,50465
Cette étude montre qu’il faut prévoir plusieurs stations de pompage pour acheminer l’hydrocarbure sur cette distance.
App3-
qv
4 3
1- Le diamètre des conduites d’aspiration et de refoulement d 
4S
 C  4  4 ,5 10  0 , 0618 m  61,81 mm
  3,14 1,5
2- Le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement :
d
e  C   1,5  61,81103 106  92715  105 L’écoulement turbulent lisse

C 2  L 0,316 C 2  L 0,316 1,52  5
3- Les pertes de charges régulières : J12  J r    0,25    1,64 J / kg
2d e 2d 927150,25  2  0,06181
4- La pression P2 à l’entrée de la pompe : Bernoulli entre 1 et 2 sans machine :
P2  P1 C22  C12
  g  z2  z1   J12  0
 2
5
avec P1  10 Pa;C1  0;C2  1,5 m / s; z2  z1  5 m
 C 2  C12  1,52 
donc P2  P1   2  g  z2  z1   J12   105 103   9,81 5 1,64  48185 Pa  0, 48 bars
 2   2 
   
et 0, 48 bars  0, 4 bars donc il n’y a pas, en principe, risque de cavitation.
5- La puissance nette de la pompe : Bernoulli entre 2 et 3 avec machine :
P3  P2 C32  C22
W23    g  z3  z2   J 23
 2
5
avec P3  P0  10 Pa; P2  48185 Pa;C2  C3  1,5 m / s; z3  z 2  0; J 23  0,15 J / kg
105  48185
W23   0  0  0,15  51,965 J / kg
103
3 3
d’où Pnette  W23  qm  W23  qv  51,965 10  4 ,5 10  233,8425 Watts
P 233,8425
6- la puissance absorbée par la pompe : Pa  n   248,768 watts
 0,94
64
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
App4-
qv 4qv 4  30 103
1- La vitesse du fluide dans la canalisation : C     3,821 m / s
S  d 2 3,14  0,12
Le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement :
d 0,1
e  C   3,821 6  38, 21105  105 L’écoulement turbulent rugueux.
 10
2- La puissance minimale de la pompe : Bernoulli entre 0 et 3 avec machine :
P3  P0 C32  C02
W03    g  z3  z0   J 03 avec :
 2
P3  P0  105 Pa; z3  z0  40 m; z  J 03  0,1 40  4 m;C3  C0  0 (fluide immobile hors du conduite)
W03  0  0  9,81 40  9,81 4  431,64 J / kg
3 3
d’où Pmin  W03  qm  W03  qv  431, 64 10  30 10  12949 , 2 Watts
3- Les pressions à l’entrée et à la sortie de la pompe :
 Pressions à l’entrée de la pompe : Bernoulli entre 0 et 1 sans machine :
P1  P0 C12  C02
  g  z1  z0   J 01  0
 2
5
avec P0  10 Pa;C0  0;C1  3,821 m / s; z1  z0  2 m; z  0,1 2  0, 2 m ; donc :

C2   3,8212 
P1  P0   1  g  z1  z0   J 01   105 103   9,81 2  9,81 0, 2  71117 ,9795 Pa  0,71 bars
 2   2 
   
 Pressions à la sortie de la pompe : Bernoulli entre 2 et 3 sans machine :
P3  P2 C32  C22
  g  z3  z2   J 23  0
 2
5
avec P3  10 Pa;C3  0;C2  3,821 m / s; z1  z0  38 m; z  0,1 38  3,8 m ; donc :
 C 2   3,8212 
P2  P3   2  g  z3  z2   J 23   105 103   9,8138  3,8  502757,9795 Pa  5,027 bars
 2   2 
   
App5-
1- La perte de charge linéaire entre les sections extrêmes 1 et 2 de la conduite : Bernoulli entre 1et 2 sans machine :
P2  P1 C22  C12
  g  z2  z1   J12  0
 2
5 5
avec P1  5, 4 10 Pa; P2  1, 2 10 Pa;C2  C1 ; z2  z1  40 m; ;

P2  P1 1, 2  5, 4
Alors : J12   0  g  z2  z1   105 10  40  20 J / kg
 1000
J 20
 En hauteur d’eau : z  12  2 m
g 10
3
 En variation de pression : P   J12  10  20  0 , 2 Pa
2- Le nombre de Reynolds et en déduire la nature de l’écoulement :
d 0,12
e  C   5  6  6 105  105 L’écoulement turbulent rugueux.
 10

65
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
C2  L
3- Le coefficient de perte de charge linéaire ‘’  ’’dans la conduite : J12   alors
2 d
2  d  J12 2  0,12  20
 2
  0,0048
C L 25  40
4- Le travail échangé entre la pompe et un kilogramme d’eau qui la traverse : Bernoulli entre 0 et 1 avec machine :
P1  P0 C12  C02
W01    g  z1  z0   J 01
 2
5 5
avec : P1  4 ,5 10 Pa; P0  10 Pa; z1  z0 ;C1  5 m / s;C0  0 (fluide immobile hors du conduite)
5, 4 1 5 25
W01  10   0  452,5 J / kg
1000 2
0,122
5-  Le débit volumique de la pompe : qv  C1S1  5  3,14   0,05652 m3 / s
4
3
 Le débit massique de la pompe : m q   q v  10  0 , 05652  56 ,52 kg / s
P W q 452,5  56,52
6- La puissance absorbée : Pa  n  01 m   30088,58 Watts  30 KW
  0,85
App6-
2
1- La célérité C3 dans la conduite en (m/s) : C  C  S  0, 06   50   1,5 m / s
3
S3 10 
2-  Le débit volumique :  Le débit massique :

3,14  502 106 qm   qv  850 117 ,75 106  0,1 kg / s


qv  C  S  0, 06   117 ,75106 m3 / s
4
F1 4  35 103
3- La pression P3 d’alimentation du vérin en (pascal) : P3   2 6
 17834394 ,904 N / m 2
S 3,14  50 10
2 ,5 103
4- Le travail W1-2 fourni par la pompe en (J/kg) : W12  P /qm   25 103 J / kg
0 ,1
5- La pression de refoulement de la pompe P2 : z2  z3 surface isobare implique : P2  P3  17834394,904 N / m
2

P2  P1 C22  C12
6- Les pertes de charge J1-2 en (J/kg) : J12  W12    g  z2  z1 
 2
17834394,904 105 1,52
J12  25 103   10  0,5  4129,88 J / kg
850 2
P q (W  J12 ) J 4129,88
7- Le rendement de l’installation :   u  m 12  1 12  1  0 ,834
Pn qmW12 W12 25000
App7-
1- L’énergie utile sur l’installation de turbinage :
L’énergie disponible sur l’installation de turbinage : Bernoulli entre 1et 4 avec machine et sans perte de charge :
P4  P1 C42  C12
W14    g  z4  z1   g  z4  z1   9 ,81420  4120 , 2 J / kg car P1  P2 ;C2  C1
 2
Alors : J14  4120, 2  588, 6 J / kg
7
donc l’installation de turbinage dispose d’une énergie utile : W14u  4120, 2  588, 6  3531,6 J / kg

66
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect physique : Mécanique des fluides
ème
2 STM
Corrigé : Exercices - Applications Doc : Prof-Élève
d 4  qv
2- Le nombre de conduites en parallèle pour un écoulement laminaire : Il faut que e  C    2300
  d  
On connait la puissance de l’installation : P  W14u  qm
109
 qm    283157,77 kg / s  2,83105 kg / s
W14u 3531,6
' 3
L’ensemble de ‘’ n ’’ conduites doit avoir un débit volumique : qv  n  qv  283 m / s
4  qv 4  qv' 4  qv' 4  283
L’écoulement laminaire nécessite:   2300 ;n    52247 , 76
 d    d  n    d  2300   3,14  3 2300 106
donc nmini  52248 canales
2 2
3- La pression à l’entrée des turbines : Bernoulli entre 1et 3 sans machine : 0  P3  P1  C3  C1  g  z3  z1   J13
 2
qv 1 283 1
avec : P1  105 Pa; z3  z1  420 m;C3      13,352 m / s;C1  0 donc :
3 S 3 3,14 1,52
 C 2  C12  13,3522  0 
P3  P1   3  g  z3  z1   J13   105 103   9,81 420  588,6  3624924 Pa  36, 24 bars
 2   2 
   

App8-
1- Moment du couple théorique M c( théorique ) : C'est le moment du couple utile M c( utile ) divisé par le rendement en couple :

On a : ( en couple ) =
M c( utile )
Soit Mc( théorique ) 
Mc( utile ) 201
  236, 47 Nm
M c( théorique ) ( en couple ) 0,85
2- Le volume par tour du moteur (cylindrée) : Formule du moment du couple utile d'un moteur hydraulique
N 60  M c( théorique )   60  M c( théorique )  2 N
On a 𝒫  P  qv  M c( théorique )  et qv  Cy  Soit Cy  
60 P N P  N  60
2 M c( théorique )
2  3,14  236, 47
Donc Cy   5
 1,35 104 m3  0 ,135 dm3
P 110 10
N 80
3- Débit utilisé dans le moteur : qv( moteur )  Cy   1,35 104  0,18 103 m3 / s  10,8 litres / min
60 60
qv( moteur ) 10,8
Et le débit à choisir pour la pompe : qv( pompe )    12 litres / min
( volumitrique ) 0,90
On remarque que le moteur a un débit de fuite de 12 - 10,8 = 1,2 ℓ /min.

M c( utile )  2 N 201 2  3,14  80


4- Puissance disponible sur l'arbre : 𝒫u  M c( utile )      1683, 04 Watts
60 60
5 12 103
5- Puissance reçue (puissance dépensée) : 𝒫  P  qv  110 10   2200 Watts
60
6- Rendement global :  g  Puissance utile 1683,04
  0 , 76
Puissance dépensée 2200
qv( pompe ) 4  qv( pompe ) 4 12 103
7- La vitesse de l'huile dans la tuyauterie : C   2
  3,98 m / s
S  dint 3,14  0,0082  60
Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

67
Rep-MÉCANIQUE DES FLUIDES ASPECT PHYSIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
I- SITUATION DE LA FONCTION GÉNÉRIQUE ALIMENTER EN ÉNERGIE :

Où bien

II- ALIMENTATION PNEUMATIQUE :


La production de l’air comprimé nécessite l’installation d’une centrale chargée de comprimer l’air
mais aussi de le stocker et de le maintenir disponible et de bonne qualité pour les équipements.
5 1 2 7 10 12 15 8

4 3 6 17 9 11 13 14 16
La production de l’air comprimé (l’énergie pneumatique) s’effectue par aspiration et compression
de l’air extérieur. L’actionneur réalisant cette valeur ajoutée est le compresseur.
Afin d’éviter de faire fonctionner le moteur en continu, un réservoir, calibré en volume en fonction
de la consommation de l’installation, y est installé. Le pressostat est le capteur qui permet
d’enclencher ou de déclencher le contacteur moteur en fonction des seuils min. et max.
de pression désirés. La distribution est réalisée par des canalisations et différents piquages
servant de point d’accès à ce réseau pneumatique. Un groupe de conditionnement y est installé
afin de filtrer et de lubrifier cet air comprimé. La pression de l’installation est souvent comprise
entre 0,6 et 1 MPa (6 à 10 bars).
L’énergie pneumatique peut aussi s’avérer être l’unique source d’alimentation dans certains
milieux où l’électricité représenterait un danger, tels que les salles de production de matières
explosives.

68
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
Rep Désignation Fonction
1 Alimentation électrique Alimenter le moteur (220 V ou 380 V).
Armoire électrique de Chargée de commander le moteur en fonction des consignes
2
commande de l’utilisateur et des informations fournies par le pressostat.
3 Moteur électrique Fig.1 Chargé d’entraîner le compresseur.
4 Compresseur Fig.2 Augmenter la pression de l’air lorsqu’il est entraîné par le moteur.
Chargé d’empêcher l’aspiration des poussières et particules
5 Filtre d’aspiration
en suspension lorsque le compresseur fonctionne.
Permet de stocker l’air comprimé par le compresseur pour ménager
6 Réservoir
des temps d’arrêt et uniformiser le débit d’air en aval de l’installation.
Doit s’ouvrir lorsque la pression dans le réservoir dépasse
7 Soupape de sûreté
la pression admissible.
Permet d’alimenter les piquages de l’installation. Elle suit une légère
8 Canalisation principale pente (1 à 3%) afin que la condensation s’écoule vers un coude qui
comporte un réservoir et une purge.
9 Manomètre Fig.3 Permet de mesurer la pression relative à l’intérieur du réservoir.
Permet de définir la pression souhaitée dans le réservoir
10 Pressostat
et de commander la mise en marche ou à l’arrêt du moteur.
11 Information du pressostat Consigne électrique de mise en marche ou à l’arrêt du moteur.
Permet d’alimenter les unités pneumatiques. Il est situé
12 Piquage
au dessus de la canalisation pour éviter la condensation.
Chaque unité pneumatique (machine, système..) relié au réseau de
Groupe de
13 distribution possède son propre groupe de conditionnement de l’aire
conditionnement Fig.4
chargé de le Filtrer, Lubrifier et de Régler la pression.
L’unité pneumatique située en amont est alimenté en air comprimé
14 Tuyau d’alimentation délivré par le groupe de conditionnement.
Le diamètre du tuyau dépend du débit attendu.
Permet d’isoler l’installation de la distribution générale d’énergie
15 Vanne d’isolement Fig.5
pneumatique.
Chaque point bas de l’installation est équipé d’un réservoir
16 Purge
pour récolter la condensation et d’une purge.
L’air comprimé contient de la vapeur d’eau qui finit par
17 Purge du réservoir
se condenser dans le réservoir. Il convient de le purger régulièrement.
Photo et Schéma des figures
Fig.1 Fig.2 Fig.3 Fig.4 Fig.5

Symbole
simplifié

69
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
Remarque :
Le groupe de conditionnement (Fig.4) contient 4 éléments essentiels, un :
● Filtre (F) qui retient les plus fines particules contenues dans l’air ;
Filtre avec séparateur Filtre avec séparateur de
Filtre
de condensats condensats à vidange automatique

● Régulateur (D) qui abaisse et maintient la pression à la valeur préréglée ;


● Manomètre (M) qui indique la valeur de pression disponible ;
● Lubrificateur (L) qui diffuse de fines particules d’huile pour améliorer la longévité des actionneurs.
Avant ce groupe, il y a un organe de séparation : la vanne (V) de sectionnement (isolement);
2.1- Circuit pneumatique :

Remarque :
● Les grandeurs physique qui caractérisent le flux d’énergie pneumatique (ou hydraulique)
jusqu’au actionneur sont : - le débit volumique qv en mètre cube par seconde (m3/s) ;
- la pression P en Pascal (Pa).
On définit alors la puissance pneumatique P en watt par : P = qv.P
● Un réglage du débit aura un effet sur la vitesse (linéaire ou angulaire) ;
● Un réglage de la pression permettre d’augmenter l’effort (force ou couple) en sortie.

Distribution énergie pneumatique

- Distribution décentralisée par conduites rigides


- Purge au point bas de chaque raccordement
- Prise d’air de sécurité
- Unités de conditionnement de l’air FLR avant chaque système

70
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
2.2- Étude d’un compresseur :

Le compresseur permet de comprimer


de l’air et le refouler dans un réservoir.

Deux principes différents sont utilisés :


Compresseurs volumétriques Compresseurs turbocompresseurs
Une quantité d’air est enfermée dans une enceinte L’air est accéléré jusqu’à une très grande
dont le volume est diminué pour augmenter la vitesse avant d’être dirigé au point d’utilisation
pression. On distingue les compresseurs alternatifs où l’énergie due à la vitesse se transforme en
à piston ou à membrane et les compresseurs à piston pression. D’une technologie plus complexe, ces
rotatif (multicellulaires à palettes ou hélicoïdaux). compresseurs permettent d’obtenir des débits
Ces compresseurs permettent avec un débit moyen. très élevés. (Voire plus loin).
a- Compresseurs volumétriques alternatifs :
C’est le type de compresseur le plus répandu. Un moteur entraîne un système
bielle-manivelle qui actionne un piston.
Il est caractérisé par : - écoulement discontinu de l’air comprime (un temps sur deux).
- permettent d'obtenir de fortes pressions.
 Compresseur à un cylindre  Compresseur à cylindres
(Putilisation  8 bars) Aspiration : étagés (Putilisation> 8 bars)
Le piston descend; il se crée
une dépression dans le cylindre,
le clapet 1 s'ouvre. La pression
dans le réservoir ferme le clapet
2. L'air pénètre dans le cylindre.
Compression + Refoulement :
Le piston remonte; le clapet (1)
se ferme. L'air enferme dans le
cylindre est comprime et refoule
vers le réservoir par le clapet (2)
qui s'ouvre tant que la pression
dans le cylindre est supérieure à
PMH : Point Mort Haut ; celle du réservoir.
PMB : Point Mort Bas.
b- Compresseurs volumétriques rotatifs :
Caractéristique : écoulement continu de l'air comprimé.
 Compresseur à palettes  Compresseur à engrenages
(Débit élevé pression d'utilisation (Débit élevé pression
faible) (Putilisation  4 bars) d'utilisation très faible)
Fonctionnement analogue (Putilisation  2 bars)
à celui d'une pompe Fonctionnement analogue
à palettes. à celui d'une pompe
à engrenages.
c- Refroidissement :
La compression de l'air provoque un échauffement important. Le refroidissement du corps du
compresseur est obtenu par :
- Par air : avec des ailettes autour des cylindres.
C’est le cas en général, pour les petits compresseurs.
- Par eau : en établissant un circuit de refroidissement autour des cylindres.
(Analogue à celui des moteurs d'automobiles ou motos).

71
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
d- Caractéristiques fonctionnelles :
Le fluide à comprimer est très souvent de l’air aspiré dans l’atmosphère, dans le cas d’autres
fluides compressibles, ils sont en général recyclés en circuit fermé, notamment pour des gaz
toxiques ou corrosifs.
La pression d’utilisation est en général assez faible, de 6 à 10 bars.
Par contre, le débit peut être important, de 1 m3/h à 2.105 m3/h P
taux de compression  refoulement
Remarque : Padmission
Le débit d’air est exprimé dans les conditions normales de température et de pression :
t = 20 °C ; Patm = 1013 hPa ≈ 105 Pa ; 65 d’humidité
2.3- Caractéristiques de l’énergie pneumatique :
 Disponibilité : l’air est partout présent en quantités illimitées.
 Transport : l’air comprimé peut être facilement transporté à l’aide de canalisations.
 Stockage : l’air peut être emmagasiné dans des cuves et prélevé à la demande.
 Antidéflagrant et ininflammable : aucun risque d’explosion.
 Propreté : aucun risque de pollution, inutile de prévoir des canalisations de retour.
 Vitesse : l’air comprimé s’écoule très rapidement (vitesse habituelle des vérins 2 m/s).
 Tolérance à la surcharge : en cas de surcharge, les équipements pneumatiques fonctionnent
jusqu’à l’arrêt sans risque de rupture ou détérioration.
2.4- Inconvénients de l’énergie pneumatique :
 Traitement : obtenu à partir de l’air ambiant, l’air comprimé doit être purifié et séché pour éviter
l’usure des équipements.
 Compressibilité : l’air étant, par nature, compressible, on ne peut obtenir facilement des
vitesses de piston régulières.
 Pression limitée : la compression de l’air n’est économiquement rentable que jusqu’à une
pression de 6 à 8 bars. Au-delà, le cout serait prohibitif en raison du faible rendement de
production dû à la perte d’énergie par dégagement de chateur.
 Bruit : les échappements d’air sont bruyants et imposent l’installation de silencieux.
 Coût : la production et le traitement de l’air comprimé restent d’un coût assez élevé.

72
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
III- ALIMENTATION HYDRAULIQUE :
3.1- Circuit hydraulique :

Rep Désignation Fonction


- Contenir la quantité de fluide nécessaire à l’alimentation du circuit ;
- Permettre aux impuretés de se déposer au fond ;
- Faciliter la dissipation de chaleur ;
1 Réservoir Fig.6
- Informer l’operateur du niveau et de l’état de l’huile ;
- Assurer la séparation de l’air emprisonné dans le fluide avant que
celui-ci n’arrive à l’entrée de la pompe (dégazage).
2 Conduite d’alimentation Permet d’alimenter le groupe hydraulique.
3 Filtre Garder la qualité du fluide qui transmet l’énergie.
4 Pompe à un sens de flux Transforme l’énergie mécanique en énergie hydraulique.
5 Liaison mécanique Permet d’accoupler l’arbre moteur à l’arbre récepteur.
6 Moteur électrique Transforme l’énergie électrique en énergie mécanique.
7 Clapet de non retour taré Permet le passage du fluide dans un seul sens.
Assurer l’ouverture ou la fermeture d’une ou plusieurs voies
8 Distributeur 4/3
de passage au fluide.
Permet de réduire (réglable) le débit dans un sens et de laisser
9 Réducteur de débit
le débit maximum dans l’autre sens.
10 Vérin double effet Transforme l’énergie hydraulique en énergie mécanique.
11 Manomètre Permet de mesurer la pression relative à la sortie de la pompe
Permet de restituer de l’énergie ou une pression dans le circuit lors
12 Accumulateur Fig.7 d’un appel brutal de puissance importante ou pour compenser des
pertes dues à des fuites.
Permet de couper complètement (ou de laisser) le passage du fluide
13 Vanne dans les deux sens. Ici, ce robinet perment le décharge de
l’accumulateur et de décharger le circuit de toute pression.
Limiter la pression de fonctionnement dans l'ensemble d'un
système hydraulique pour protéger la pompe, les appareils
14 Limiteur de pression
et les tuyauteries contre toutes surpressions dangereuses.
C'est le premier appareil du circuit après la pompe hydraulique.
Limiter aussi la pression dans une branche du système pouvant se
15 Limiteur de pression trouver isolée.
(Protection de l’accumulateur et du circuit en cas de surpression)
16 Conduite d’évacuation Permet le retour du fluide en cas du circuit fermer.
17 Groupe hydraulique Permet de fournir à l’installation l’énergie hydraulique nécessaire.
Soupape d’admission du gaz
Vessie
Réservoir Réservoir à pression

Soupape d’admission du fluide

Orifice de raccordement côté huile


Fig.6 Fig.7
73
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
Énoncer le besoin d’un vérin ; d’un distributeur et d’un moteur électrique ?

3.2- Étude des pompes :


a- Fonction d’une pompe :
Appareil destiné à transformer l’énergie mécanique en énergie hydraulique en fournissant un débit.
En pratique, il s’agit souvent d’augmenter la pression du fluide.
Cette transformation s’effectue en deux temps : - Aspiration (eau, huile… dans un réservoir);
- Refoulement.

‘’Compléter les deux


outils de l’analyse
fonctionnelle bête à cornes
et SADT’’

b- Classification :
 b.1- Pompes volumétriques :  b.2- Pompes centrifuges :
Pompes alternatives : Pompes rotatives :
 Pompes à piston ;  Pompes à engrenages ;
 Pompes à pistons en ligne ;  Pompes à palettes ;
 Pompes à membrane.  Pompes à vis ;
 Pompes à pistons (axiaux ou radiaux).
c- Pompes alternative :
Caractéristique: l'écoulement du fluide est discontinu (un temps sur deux).
 c.1- Pompe à piston :
Les pistons sont animés d’un mouvement rectiligne alternatif ; ce mouvement est
communiqué par un système de transformation de mouvement (bielle-manivelle ; excentrique ;
came ;…).
 c.2- Fonctionnement :

Fig.c.21 Fig.c.22

Phase d’aspiration : Le piston se déplace Phase de refoulement : Le piston se déplace


dans le sens (1). Le volume (v) augmente, dans le sens (2).Le volume (v) diminue.
il se produit une dépression ; le clapet (A) Le fluide est comprimé ; le clapet (A) se ferme;
s'ouvre ; le clapet (B) se ferme. le clapet (B) s'ouvre.

 Quelle est la cylindrée par tour de cette pompe ? Cylindrée = volume = Course .Section
 sachant que la pompe effectue ‘’n’’ cycles par mn, la pompe à un Débit = Cylindrée. ncycles

74
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
 c.3- Pompes à pistons en ligne :
En cours de rotation, un arbre à cames enfonce successivement plusieurs pistons qui reviennent
ensuite à leur position initiale au moyen de ressorts. L’effet de pompage est obtenu grâce à des
clapets d’aspiration et de refoulement placés sur chaque cylindre.
L’ajustage des pistons dans chaque cylindre doit être extrêmement soigné.

Fig.c.31 Fig.c.32
 c.4- Pompes à membrane :
Caractéristique: débit faible, mais régulier. La variation du volume est obtenue par déformation
d’une membrane élastique. (Exemple : pompe à essence)

Fig.c.41 Fig.c.42
d- Pompes rotative :
La variation du volume est obtenue par la rotation d’un rotor dans le corps de pompe,
le mouvement est circulaire continu. Caractéristique : l'écoulement du fluide est continu.
 d.1- Pompe à engrenages :
Deux roues s'engrènent à l'intérieur d'un stator. L'une des roues est engrenée par un moteur.
Le fluide transporté dans les creux des dents, est transféré de l'admission à la pression P adm
au refoulement à la pression Pref (avec Padm < Pref).
Les engrenages peuvent être intérieurs ou extérieurs.
Indiquer les orifices d'aspiration et les orifices de refoulement sur les Figures d1 et e1.

Fig.d.11 Fig.d.12 Fig.d.13

Fig.d.14 Fig.d.15 Fig.d.16 Fig.d.17


75
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
 d.2- Pompes à palettes :
La rotation du rotor détermine la variation du volume compris entre deux palettes, le rotor et
le corps; d'où l'aspiration d'un coté et refoulement de l'autre. On peut faire varier la cylindrée
en modifiant l’excentration e.

Fig.d.21 Fig.d.22 Fig.d.23 Fig.d.24


 d.3- Pompes à vis :
Le liquide enfermé dans le creux des filets est véhiculé parallèlement aux axes des vis.
A chaque tour des vis, le déplacement est de un pas. Le fonctionnement est analogue à celui
d'une vis d'Archimède.

Fig.d.31 Fig.d.32 Fig.d.33


 d.4- Pompe à Pistons :
 d.41- Pompe radiale à pistons :
La force centrifuge applique les pistons contre la couronne extérieure fixe excentrée par rapport
au moyeu et à l'élément central fixe. En tournant, le moyeu imprime aux pistons un mouvement
de va et vient.
Pulsation d’une pompe radiale
 À piston à 2 éléments  À piston à 3 éléments

A : L'orifice d'aspiration ; R : L'orifice de refoulement.


Fig.d.41

 d.42- Pompe axiale à pistons (à barillet) :


 Cylindrée constante : Angle ∝ constant
Le mouvement de va-et-vient des pistons est obtenu par
la rotation d'un plateau à axe brisé. Dans chaque cylindre
des clapets communiquent, soit avec l'orifice d'aspiration,
soit avec l'orifice de refoulement.

Fig.d.42
76
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
 Cylindrée variable : Angle ∝ est variable
 Débit important: ∝ Maxi  Débit moyen: ∝ intermédiaire  Débit nul : ∝ = 0

Fig.d.43 Fig.d.44 Fig.d.45


La régularité du débit instantané d'une pompe à pistons s'améliore avec un nombre élevé
et impair de pistons.

e- Cylindrée, débit, puissance et rendement :


 e.1- Cylindrée :
La cylindrée par tour Vcy (m3/tr) est le volume qu'elle refoule à chaque tour : V cy = c . S. n p . n cy
c : la course du piston ; S : la section du cylindre ;
np : le nombre de pistons ; ncy : le nombre de cycle effectué par le piston par tour.
 e.2- Débit volumique :
Le débit volumique Q v (m 3 /s) est le volume qu'elle refoule par unité de temps : Qv = V cv . N / 60
N : la fréquence de rotation (tr / min).
 e.3- Puissance théorique (nette) :
La puissance théorique (nette) 𝓟n (W) : 𝓟n = Δp . Qv avec : Δp = ………………
Padm : la pression d'admission et Pref : la pression de refoulement
 e.4- Rendements : P
Rendement global ηg g  n  ou ηg = ηv .ηm
Pm
�m : La puissance mécanique fournie.
ηv : Le rendement volumétrique, le rendement dû aux fuites.
ηm : Le rendement mécanique, le rendement dû aux frottements
f- Pompes centrifuges :
La rotation de la roue-entraîne la rotation du fluide; celui-ci est alors
expulsé vers l'extérieur sous l'action de la force d'inertie centrifuge.
Il se crée une dépression au centre de la roue qui provoque une
aspiration du fluide. Exemples : - Pompe à eau de voiture.
- Pompe de vidange dans une machine à laver.
77
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
IV- QUELQUES ORGANES DE TRANSMISSION HYDRAULIQUE / PNEUMATIQUE :
4.1- Limiteurs de pression :
Dans un système hydraulique/pneumatique, si le flux de la pompe ne peut plus librement
circuler dans :  un vérin en fin de course ou bloqué ;
 un moteur hydraulique calé ;
 une arrivée d’huile fermée
La pression dans l’installation va brusquement augmenter jusqu’à atteindre la limite de résistance
de l’organe le plus fragile et le détruire. On intercale dans le circuit un limiteur de pression dont
le réglage permettra d’éviter toute surpression accidentelle.
Si la valeur de la pression atteint la valeur de réglage, le limiteur de pression s’ouvre pour laisser
passer le débit d’huile excédentaire par rapport au débit nécessaire dans le circuit.
La pression est définie comme une résistance à l'écoulement.
Fonctions des limiteurs de pression :
a) Limiter la pression de fonctionnement dans l'ensemble d'un système
hydraulique/pneumatique pour protéger la pompe, les appareils et les tuyauteries contre
toutes surpressions dangereuses.
C'est le premier appareil du circuit après la pompe hydraulique.
b) Limiter aussi la pression dans une branche du système pouvant se trouver isolée.
Un circuit peut nécessiter plusieurs de ces appareils.
L’exemple en bas permet d’illustrer le rôle essentiel joué par un limiteur de pression dans
une installation hydraulique/pneumatique. La pompe restant en fonctionnement, le liquide continu
d’être envoyée vers le vérin mais la tige est maintenant bloquée :
Le limiteur de pression La pression va
change d’état encore augmenter
(ouverture du clapet) quand jusqu’à dépasser
la pression dépasse la limite de
la valeur de tarage. résistance de
Le surplus de débit est l’élément le plus
évacué vers le réservoir fragile.
la pression est maintenue
dans le vérin, mais pas
dépassée.

4.2- Régulateurs de débit :


Le régulateur de débit est un composant chargé de limiter
le débit de circulation de l’huile dans un sens Fig.a, et de
laisser la circulation au débit maximum dans l’autre sens Fig.b.
Ce composant est constitué d’un limiteur de débit (étranglement réglable) Fig.a Fig.b
et d’un clapet de non retour.
Il existe également des limiteurs de débits unidirectionnels doubles.
Des régulateurs de débit peuvent être montés pour réduire le débit d’alimentation ou le débit
de refoulement. Chaque montage correspond à un usage particulier et dépend principalement
de la nature de la charge à entraîner.

Sortie lente Entrée rapide Sortie lente Entrée rapide


78
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
4.3- Les filtres :
Dans toute installation, il est essentiel de veiller (garder) la qualité du fluide qui transmet l’énergie :
une huile polluée est souvent la cause de mauvais fonctionnement ou de pannes du système.
Il y a :  Pollution chimique : L’échauffement de l’installation lors du fonctionnement et
la présence d’autre fluide (l’eau de condensation par exemple)
modifient les caractéristiques chimiques et physiques de l’huile.
Le fonctionnement de l’installation peut en être sérieusement affecté.
 Pollution mécanique : Cette pollution est due à la présence de particules solides en
suspension dans l’huile : elles doivent être retenues par les filtres.
Ces particules peuvent provenir des conditions de fabrication et
de stockage du matériel (soudure, polissage, meulage, peinture),
du montage sur site, de l’usure des composants, de l’ouverture
du circuit pour des réparations, de l’appoint en huile neuve sans
filtration, pollution bactérienne causée par des défauts d’étanchéité…
(Pollution grossière > 15 m ; 5 m < Pollution fine < 15 m et Pollution micronique < 5 m).
Filtre à huile Filtre à air Emplacement des filtres
Une installation hydraulique
comportera plusieurs filtres
répartis dans le circuit et
chargés chacun d’un type de
filtration. Ex : a ; b et c

Filtre à *crépine

 a- Filtre d’aspiration :
Une filtration fine n’est pas envisageable car la pompe risquerait d’être
Filtre à grille

alimentée sous un débit insuffisant. Il peut alors se créer des poches d’air
ou de vapeur (effet de cavitation). Ce type de filtre se résume dans
la plupart des cas à une crépine ou une grille. Dans les installations
modernes, sous réserve qu’elles soient propres et non polluées,
la tendance est à supprimer ce filtre.
 b- Filtre en ligne haute pression :
Ce filtre protège tous les composants montés en aval de la pompe par une filtration
fine (à partir de 10 m).
Cependant, le corps de filtre doit résister à des pressions très élevées.
C’est donc un élément assez coûteux de l’installation.
 c- Filtre de retour :
Le filtre monté sur le circuit de retour, juste avant le réservoir, permet également
une filtration fine. La pression de retour étant très basse, c’est un filtre bien moins coûteux
que le filtre de haute pression. Ces filtres sont généralement équipés d’un clapet de non
retour taré pour protéger l’élément filtrant d’écrasement qui le détériorerait.
*Crépine : Pièce perforée qui sert de filtre à l'entrée d'un tuyau d'aspiration

79
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
4.4- Accessoires de la transmission hydraulique/pneumatique :
Conduite d’alimentation, de travail et de retour
Conduite de pilotage
Conduite d’évacuation des fuites
Encadrement de plusieurs appareils réunis dans un seul bloc
Liaison mécanique
(1) Croisement des conduites
(2) Raccordement des conduites (1) (2)
Sources de pression (1) Limiteur de pression
(1) pneumatique (soupape de sécurité)
(2) hydraulique (2) Régulateur de pression
(3) ancien symbole (1) (2) à pression réglable (détendeur)
Clapet de non-retour Clapet de non-retour
(1) non taré (1) piloté pour ouvrir
(1) (2) (2) taré (1) (2) (2) piloté pour fermer
Réducteur de débit Purgeur
(1) non réglable (1) à commande manuelle
(1) (2) (1) (2)
(2) réglable (2) automatique
Orifices d’évacuation Déshydrateur
(1) (2) (1) non connectable (Enlever d'un corps tout ou
(2) connectable partie de l'eau qu'il renferme)
Branchement rapide (1) Robinet
(1) sans clapet (2) Prises bouchée
(1) (2) (2) avec clapet (3) Prises et conduite branchée
Clapet de non-retour (1) Refroidisseur
avec étranglement (1) (2) (2) Réchauffeur
Accumulateurs
(1) Diviseur de débit (1) à ressort à poids
(1) (2) (2) Sélecteur de circuit (2) hydropneumatique
(3) Réservoir sous pression
Filtre Silencieux
(2) (1) Moteur électrique (1) Conduite d’aspiration
(1) (2) Moteur thérmique (1) (2) (2) Conduite de refoulement
(1) Pompes hydrauliques
(1) Compresseur
à un sens de flux
à un sens de flux
(1) (2) (2) compresseur (2) Pompes hydrauliques
(1) (2) à deux sens de flux et
à deux sens de flux
(3) à cylindrée variable
(3) Moteur pneumatique (3) (3) Pompe moteur à un sens
à deux sens de flux
de flux
(2) (1) Manomètre
Groupe de conditionnement
(1) (2) Débitmètre

Lubrificateur Contact électrique à pression

4.5- Avantages de l’hydraulique :


Les vérins et moteurs hydraulique peuvent démarrer en charge, y compris avec des charges
élevées. Les actionneurs sont auto-lubrifiés lors de leur fonctionnement : leur fiabilité est accrue.
4.6- Inconvénients de l’hydraulique :
Les pressions élevées peuvent être cause d’accidents en cas de fuites.
La longueur ou la complexité du circuit hydraulique provoque des pertes de charges dans
l’installation. Le rendement en est alors affecté.
Coûts d’installation et des équipements élevés. Cependant, à service équivalent, l’installation
pneumatique sera souvent d’un coût supérieur.
80
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
V- ORGANES DE TRANSPORT DE L’ÉNERGIE HYDRAULIQUE/PNEUMATIQUE :
5.1- Les canalisations:
Ce sont : - des tubes rigides métalliques à structure homogène ;
- des tuyaux flexibles en élastomère à structure hétérogène multicouche.
Une tuyauterie équipée est une conduite prête à l’emploi munie de ses raccords ou embouts de
raccordement pour réaliser les liaisons entre les appareils ou ensembles hydrauliques.
En fonction du système étudié le fluide devra circuler à l’intérieur des conduites avec le minimum
de perte de puissance et les épaisseurs seront calculées pour que le tube ne subisse pas de
déformations en pression de service.
 Détermination : Deux paramètres interviennent :
- Le débit qv permet de calculer le diamètre intérieur ; vitesses d'écoulement recommandées
(aspiration 0,4 à 1,5 m/s; alimentation 2 à 10 m/s retour 2 à 4 m/s).
- La pression d'utilisation fixe l'épaisseur.
 Canalisations rigides : Généralement en acier étiré à froid, sans soudure.
 a- Règles à observer :
a.1- Réduire le nombre de coude au maximum.
a.2- Réaliser les cintrages avec un rayon minimum égal à trois fois le diamètre extérieur
du tuyau r > 3d ext.
a.3- Éviter les cintrages dans les zones de raccordement.
a.4- Éviter les branchements rectilignes surtout pour les tuyauteries courtes.
(Penser aux variations de température ou de pression provoquant dilatation ou contractions)

 Canalisations souples flexibles : Permettent de relier des composants en mouvement relatif


et d'absorber les vibrations
 b- Règles de montage :
b.1- Prévoir des rayons de courbure suffisant (10 à 15 fois le diamètre extérieur).
b.2- Relier les coudes par des parties droites (longueur minimal 3 fois le diamètre extérieur).
b.3- Tenir compte de la diminution de longueur (5% environ) sous l'effet de la pression.
b.4- Éviter la torsion axiale.
b.5- Éviter les longueurs trop importantes.
 c- Composition :
c.1- Un tube intérieur 1 en caoutchouc synthétique (neutre au fluide).
c.2- Une armature métallique, en fil d'acier haute résistance.
Appelée tresse 2. Suivant les pressions utilisées
(moyennes, hautes) on trouvera une ou deux tresses.
Pour très hautes pressions on trouve jusqu'a quatre nappes de tresses.
c.3- Une gaine extérieure en caoutchouc noir 3 résistant aux huiles
et à l'abrasion, comportant une ligne de contrôle
de non *vrillage. Armature. Tubes intérieurs ou extérieurs
sont isolés par des tresses textiles 4 ou des robes
intercalaires antifriction, en caoutchouc synthétique 5.
Elles assurent aussi la liaison entre les différentes couches.
c.4- Il existe une nouvelle fabrication de tuyaux flexibles dite thermoplastique.
Le tube intérieur. Les tresses de renforcement 2 et la robe extérieure sont en matériaux
thermoplastiques (résine et fibre polyester).
Avantages : légèreté, tube intérieur plus lisse et diamètre extérieur plus réduit.
Certains sont recommandés lorsque la non conductivité électrique est requise.

*Vrillage : (TEXTILE) Défaut des fils dû à une mauvaise torsion


81
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Cours Doc : élève
5.2- Les raccords :
 Permettent : - La jonction des tuyauteries rigides ou flexibles aux différents appareils
d’une installation ou liaison entre plusieurs tuyauteries. L’étanchéité absolue
est impérative.
- Des changements de direction
- Des démontages et remontages rapides
 Classification : - Raccord rigides tube cuivre ; acier ; alliage d’aluminium
 a- À portée conique  b- À bague bicoque  c- À pénétration

L'étanchéité est assurée par L'étanchéité est assurée par Le serrage de l’écrou provoque
un joint. Mamelon cylindrique un ruban. Mamelon conique l’incrustation* de la bague dans le tube
- Raccord souple (tube caoutchouc armé)
 d- À canule  e- À portée conique

 f- Autre type de raccords


plastique et Cuivre plastique et acier cuivre- acier

réduction Conduite
raccord de mâle - femelle bouchon mâle
mamelon double réduction sans bourrelet Mâle-femelle coude
hexagonale

culotte té coude de renvoi coude à 45° siphon coude à 180°


Remarque :
● Le métal utilisé pour transporter l'énergie électrique est l'Aluminium et le Cuivre ;
● Des tubes rigides métalliques à structure homogène, ou des tuyaux flexibles en élastomère
à structure hétérogène multicouche pour transporter l’énergie pneumatique ou hydraulique.
Comparaison des énergies :
Électrique Pneumatique Hydraulique
Réseau national ONE Un compresseur Un groupe hydraulique
Production
Réseau local par atelier par système
Rendement 0,9 0,3 à 0,5 0,7 à 0,9
Tubes, flexibles
Liaison Câbles, fils
(pertes de charges selon distance et forme)
* S’incruster : S’enfoncer peu profondément dans un corps
82
POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
 Exercice 1 DISTRIBUTION D’EAU
La Figure ci-contre représente schématiquement un dispositif simplifié d’adduction d’eau dans
un immeuble. On néglige toute chute de pression
à la traversée de singularités telles que vannes,
robinets, coudes…
La pression d’alimentation au point O est supposée
invariante et vaut 5.105 Pa. La section de passage
d’un robinet à soupape ouvert est S3 = 30 mm2.
Les données géométriques nécessaires à la résolution
apparaissent sur le schéma.
1- Tous les robinets sont fermés ;
déterminer la pression en D ?
(par principe de l’hydrostatique et par théorème de Bernoulli) Robinet à Robinet
2- En D’ le robinet est ouvert ; déterminer son débit en litre/min? soupape tournat
S0 = 2000 mm2; S1 = 300 mm2; S2 = 80 mm2; S3 = 30 mm2.

 Exercice 2 ALIMENTATION D’UNE MACHINE


L'installation hydraulique représentée ci-contre est constituée de :
- Une pompe P assurant l'aspiration de l'huile à partir d'un réservoir R
à un débit Qv = 1 l /s
- Un filtre F ; ce filtre entraîne une perte de charge Js = - 5 J/Kg ;
- Une conduite d'aspiration 1-2 de diamètre intérieur d = 27,3 mm
et de longueur L = 4 m, la différence de niveaux Z2 - Z1 = 0,8 m ;
(g= 9,81 m/s2)
- Un distributeur D permettant l'alimentation ou le retour vers le réservoir R
des conduites 4 et 5 (le retour n'est pas représenté sur la figure);
- Un vérin différentiel V de section principale S1=5000mm2 la section
de la tige T est S2=2800mm2
- Un moteur électrique (non représenté) alimente la pompe.
 Caractéristiques de l'huile pompée:  Hypothèses :
3
 Masse volumique p = 900 kg/m  La vitesse de l'huile au point 1 est nulle.
 Viscosité cinématique  = 0,45.10-4 m2/s  La pression de l'huile au point 1 est nulle.
1- Calculer la célérité d’écoulement de l’huile dans la conduite d’aspiration 1-2.
2- Conclure sur le type d’écoulement dans la conduite d’aspiration 1-2.
3- Calculer le coefficient de perte de charge linéaire dans la conduite d’aspiration 1-2.
4- Calculer la perte de charge dans la conduite d’aspiration 1-2.
5- Calculer la pression P2 à l’entrée de la pompe.
6- Considérons la phase de sortie de la tige T du vérin V ; on assimile le distributeur D
au raccordement représenté par le schéma ci-contre ;
6.1- Écrire la relation reliant les débits Qv, Qv4, Qv5.
6.2- Calculer la vitesse de sortie de la tige T du vérin V. Avec :
Qv = débit dans la conduite 3 ;
6.3- On donne RT = 2024 N ; résultante des efforts extérieurs Qv4 = débit dans la conduite 4 ;
sur la tige T du vérin V ; calculer la puissance P du vérin Qv5 = débit dans la conduite 5 ;
6.4- Calculer la puissance nette de la pompe si on estime à 8℅
les pertes par frottement dans le vérin.

83
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
 Problème 1 POMPE A PISTONS AXIAUX

1. PRÉSENTATION:
Le dessin d'ensemble de la page précédente représente
une pompe hydraulique, installée sur certains véhicules,
permettant de fournir une puissance hydraulique capable
de faire fonctionner les différents accessoires hydrauliques
de l'installation (vérins; moteurs hydrauliques . . .).
2. FONCTIONNEMENT:
La prise du mouvement est obtenue par la roue dentée 41
(sortie de la boite des vitesses du véhicule) :
L'air sous pression issu d'un compresseur alternatif
(à un seul cylindre), par l'intermédiaire d'une conduite
raccordée au bouchon 22, exerce un effort axial sur l'arbre
piston 24 ce qui provoque son déplacement jusqu'a ce que son bout bute sur le détecteur 35 qui
fournit le signal d'information nécessaire à maintenir la pression sur le piston 24 et à mettre la roue
dentée 41 en mouvement. A cet instant, la roue intermédiaire entre en prise d'une part avec la roue
dentée 41et d'autre part avec le pignon 18 callé sur l'arbre 14, le mouvement de rotation de l'arbre
14 est transformé en mouvement de translation alternatif des pistons 6, par l'intermédiaire de la came
plateau taillée sur l'arbre l4, ce qui détermine l'admission et le refoulement. La figure 1, donne un
schéma simplifié de cette pompe servant aux calculs demandés.
84
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
3- Étude de la pompe:
La pompe représentée par le dessin d'ensemble est schématisée par la Fig.1:
3.1- Exprimer la course "C" du piston 6 en fonction de r et  avec :
: Angle d'inclinaison de la came plateau par rapport à la verticale ;
r: Rayon de la circonférence de contact entre les pistons 6 et la came plateau.
3.2- Exprimer le volume " Vp" d'huile déplacé par un piston pendant un tour de l'arbre 14
en fonction de C et dp, avec dp: diamètre du piston 6.
3.3- Exprimer la vitesse de rotation de la pompe " Np = N14" en fonction de Z41, Z18 et N41: Z41
et Z18: nombre de dents des roues 41et 18.N41: vitesse de rotation de la roue 41.
3.4- Donner l'expression du débit volumique " qv " de la pompe si le nombre de pistons de cette
pompe est ‘’ np ‘’
3.5- Si Z41 = 70 dents; Z18 = 35 dents; N41 = 750 tr/mn r = 30 mm; dp = 22 mm; np = 5 pistons
et  = 30°, calculer la valeur du débit volumique de la pompe " qv " en (m3/s).
4- Cette pompe doit actionner le vérin de basculement de la benne. La figure 2 ci-dessous
donne le schéma hydraulique des éléments de l'installation.
4.1- Compléter le tableau ci-dessous :
enagrO moN noitcnoF
V
D
L
C
R
Si cette pompe fournit un débit qv = 1,65 l / s :
4.2- Calculer la vitesse " vp " de déplacement de la tige du piston. On donne :
Dp = 120 mm. (Dp: diamètre du piston).
4.3- On fixe la vitesse de déplacement de la tige du piston vp = 0.15 m/s ; si le vérin développe
un effort F = 105 N, calculer :
4.3.1- La puissance mécanique " Pv " fournit par le vérin.
4.3.2- La pression P1 de l'huile sur le piston du vérin. On donne le rendement du vérin :
v = 80%, en (bars).
4.4- Si on limite la vitesse d'écoulement de l'huile dans la conduite reliant la pompe au vérin
à vcmax = 6 m/s : Calculer le diamètre de la conduite " dc " en (mm).
4.5- On pose dc = 18 mm et on donne les caractéristiques de l'huile :
-  = 9,5.10-5 m2/s : viscosité cinématique.
-  = 900 kg/m3 : masse volumique.
Si la longueur de la conduite entre la sortie de la pompe et l’entrée du vérin : h1 = 6 m :
4.5.1- Calculer le nombre de Reynolds R.
4.5.2- Quel est le type de l'écoulement ?
4.5.3- Calculer le coefficient de perte de charge linéaire :
4.5.4- Calculer la perte de charge linéaire J01dans la conduite.
4.6- On estime les pertes de charge dans les accessoires de la conduite
(distributeur, clapet anti-retour.. .) et dans les coudes de la conduite
(pertes de charge singulières) à une chute de pression ∆p = 2 bars.
Calculer la pression Po (sortie pompe) en (bars), pression de tarage du limiteur de pression.
Utiliser la formule de Bernoulli.
4.7- Quelle est la puissance nette de la pompe " Pn " si la pression à l'entrée de la pompe
est Pe = 1 Bar.
4.8- Quel est le rendement global " G’' de cette installation hydraulique?

85
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
 Problème 2 POMPE À PISTONS EN LIGNE
1- Mise en situation :
(voir schéma de mise en situation ci-contre)
La pompe à trois pistons en lignes et à cylindrée fixe
représentée sur la fig.b; entraînée par un motoréducteur
à train d'engrenages représenté sur la fig.a
par l'intermédiaire d'un système poulies et courroie;
est utilisée pour alimenter plusieurs vérins dans
une installation hydraulique. L’énergie mécanique
reçue par le vilebrequin 41 est transformée en énergie
hydraulique par trois éléments de pompe
(piston 48, bielle patins 49, excentrique 41).
Les rainures pratiquées sur chaque excentrique, associées aux patins 49 assurant la fonction
de distribution.
Le système d'étude est constitué d'un motoréducteur à train d'engrenages; d'un système
poulies et courroie et d'une pompe.
1- Compléter le diagramme
fonctionnel suivant du
système ?

2- Compléter le diagramme
FAST suivant ?

3-3a- Indiquer les repères des pièces du schéma cinématique du réducteur ?


Et compléter ce schéma ?
3b- Indiquer les repères des pièces du schéma cinématique de la pompe?
Et compléter ce schéma ?
Schéma cinématique du réducteur Schéma cinématique de la pompe

86
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
4- Donner la différence entre une pompe et un moteur hydraulique ?
5- La pompe étudier est-elle une pompe rotative ou alternative ?
6- Citer trois types de pompes rotatives ?
7- Calculer la course ‘’ C ’’ des pistons 48 en mm ? On donne l’excentricité de l’arbre 41 :
e = 8 mm (voir dessin d’ensemble)
8- Calculer la cylindrée ‘’ V ‘’ de la pompe en m3/tr sachant que le diamètre du piston 48 :
d48 = 30 mm ?
9- La fréquence de rotation de l’arbre 41 : N41 = 63,78 tr/min. Calculer le débit volumique ‘’Qv‘’
de la pompe en m3/s
10- On donne la pression de refoulement de la pompe Pref =250 bars, on néglige la pression
d’aspiration et le rendement de la pompe est de 80%. Calculer la puissance utile
du motoréducteur en Watts ?
11- soit le graphe suivant représentant les débits volumiques
des pistons en fonctions de l’angle de rotation
de l’arbre 41 avec   t . Sur le même graphe
représenter le débit total QT en fonction de θ.
avec : QT = Q1 + Q2 + Q3

12- Partie graphique : L’arbre 41 est guidé en rotation par deux roulements à rouleaux conique 50.
12.a- Compléter ce montage de roulement ? Nota : le bout gauche de l’arbre 41
12.b- Assurer l’étanchéité afin d’éliminer les fuites d’huile ? n’est pas utilisable.
12.c- Indiquer les ajustements aux portées des roulements ?

Correction de la
partie graphique

L’arbre 41 en 3D
87
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève

Figure a

Figure b

88
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
 Problème 3 POMPE A PALETTES
A- Présentation : Le mécanisme représenté au-dessous est une pompe à palettes, installée dans un bâtiment afin d’alimenter un
réservoir situé sur le toit à une hauteur h = 30 m. La transmission de la puissance entre la pompe et le moteur électrique (non
représenté) est assurée par un système poulie-courroie

B- Description : L’arbre (9) est entraîné en rotation par un moteur électrique qui tourne en charge à une fréquence
Nm = 1450 tr/min, par l’intermédiaire d’un système poulie courroie. Le mouvement est transmis aux palettes 5 et 5’ qui sont logées
avec jeu dans une rainure taillée sur l’arbre (9). Ces palettes sont appliquées contre le stator (7) sous l’action des ressorts (4).
La rotation des palettes détermine l’admission et le refoulement.

EX-POMPES, COMPRESSEURS . . .
89
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE

Exercices ; Problèmes

ASPECT TECHNOLOGIQUE
2ème STM
Doc : élève
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
‘’Aspect physique’’
1- Déterminer la vitesse de rotation de l’arbre (9) si le diamètre de la poulie motrice dpm = 80 mm,
et le diamètre de la poulie réceptrice d12 = 200 mm.
2- Exprimer le volume (V), déplacé par cette pompe (la cylindrée de la pompe) en fonction
de d7, d9, e, a et L. (voir ci-dessus).
3- On donne d7 = 104 mm, d9 = 90 mm, L = 96 mm, a = 20 mm et e = 7 mm.
Calculer la cylindrée de la pompe (V) en ℓ/tr.
4- Calculer alors le débit volumique de la pompe en m3/s.
5- On donne Qv = 1,5.10-3 m3/s. Calculer la vitesse d’écoulement dans la tubulure de refoulement
liant la pompe au réservoir si son diamètre est dTR = 25 mm.
6- Calculer le nombre de Reynolds et en déduire le type de l’écoulement.
7- Calculer les pertes de charge régulières.
8- On estime les pertes de charge singulières dues aux coudes et singularités de la tubulure
de refoulement à une chute de pression ∆P = 2 bars. Calculer la pression P1 à la sortie
de la pompe.
9- Indiquer le sens de rotation de l’arbre 9 sur la vue de gauche coupe A-A ?
‘’Aspect technologique’’
10- Donner le nom et la fonction des éléments suivants : 2 ; 4 ; 8 ; 10 ; 13 ; 15 ; 16 ?
11- Compléter le tableau des liaisons ci-dessous ?
mettre : 1 s’il y a mouvement et 0 dans le cas contraire
Liaison Mouvements possibles
Nom Symbole
entre Rotation Translation
12/9
9/6
3/1
5/9
12- La bague excentrée 7 est en alliage de cuivre, justifier ce choix ?
13- Quel est le type de l’ajustement entre 9/6 et 5/9 ?
14- Répondre par vrai ou faux :
- Pour un alésage tournant la bague intérieure du roulement est toujours montée serrée ;
- L’étanchéité dynamique se fait entre deux pièces immobiles l’une par rapport à l’autre ;
- L’ajustement ∅30 H7 k6 est un ajustement serré ;
- Le symbole BC désigne un roulement à une rangée de bille à contact radial ;
- Le carbone augmente la fragilité des matériaux ;

15- A cause des frottements dus au contact


direct entre les pièces 9 et 6, on envisage
d’améliorer ce guidage en intercalant les
roulements R1 et R2 entre ces deux
pièces. Sur la figure ci-contre :
- Compléter le montage des roulements ?
- Prévoir l’étanchéité avec un joint à
lèvres du coté poulie 12 ?
- Placer les ajustements relatifs aux
roulements ?

90
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
 Problème 4 POMPE GÉNÉRATRICE DE PRESSION

A- Présentation :

Le dessin du document suivant, représente une pompe rotative. La force centrifuge générée par la rotation de 7 provoque la sortie
des pistons 8 d’où Admission du fluide. Le Refoulement est obtenu par la rentrée des pistons 8 commandés par l’anneau à cames 3.
Cette pompe est entraînée par un réducteur (2ème dessin d’ensemble) lié à un moteur non représenté.

EX-POMPES, COMPRESSEURS . . .
91
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE

Exercices ; Problèmes

ASPECT TECHNOLOGIQUE
2ème STM
Doc : élève
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève

92
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
B- Analyse technique :
1- Étude du réducteur :
1.1- Compléter la chaîne cinématique
suivante :
1.2- Indiquer les repères des pièces et
compléter le schéma cinématique
suivant :
1.3- Quel est le nom du trait avec lequel
en a dessiner les pièces 17 ; 18 et 19,
et donner son application ?
1.4- Donner le nom et la fonction
des pièces suivantes :
1 ; 4 ; 6 ; 7 ; 9 ; 10 ; 11 ; 15 ; 23 ; 24 ; 25 ; 26 ; 34.
1.5- Quelle est la fonction d’un réducteur ?
1.6- Le réducteur est composé de deux engrenages, le 1er (27-33) est conique à denture droite
et le 2ème (13-3) est cylindrique à denture hélicoïdale :
1.6.1- Quelles sont les conditions d’engrènement de chaque engrenage ?
1.6.2- Compléter le tableau des caractéristiques de l’engrenage (13-3) :
Angle Module Module Nombre Diamètre Pas Hauteur
d’hélice apparent normal de dents primitif normal de la dent
β mt mn Z d Pn h
Formules .......... .......... ......... ..........
13 20° 2 mm .......... 20 .......... ......... ..........
3 ......... ......... .......... 80 .......... ......... ..........
1.6.3- Calculer la fréquence de rotation N8 en tr/min ? En donne :
N27 = 2500 tr/min ; Z27 = 18 dents ; Z33 = 64 dents ; Z13 = 20 dents ; Z3 = 80 dents.
1.6.4- Quels sont les avantages et les inconvénients des engrenages à denture hélicoïdale ?
1.7- Compléter le diagramme F.A.S.T suivant :
Fréquence de
rotation à la sortie
De même ............
sens ............
Unique et peut être
différente de celle
............
du moteur Inverseurs
............
Changer les
Multiple en nombre ............
caractéristiques ............
limité
du mouvement
Variable de façon ............
continue entre un ............
Maxi et un Mini

93
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
2- Étude de la pompe :
2.1- Indiquer les repères (4 ; 5 ; 7 ; 8 et 9) sur le schéma
cinématique de la pompe en coupe A-A, et compléter la?
2.2- Donner le nom complet et la fonction
de la pompe étudiée ?
2.3- Donner deux autres types pompe du
même genre que la pompe étudiée ?
2.4- Cocher les bonnes réponses indiquant les caractéristiques du débit de cette pompe ?
Constant Continu variable Discontinu Régulier Irrégulier
2.5- Quel est le nom du système de transformation de mouvement utilisé dans cette pompe ?
2.6- Donner deux autres types du système de transformation de mouvement ?
2.7- Sachant que :  Le diamètre du piston 8 est d8 = 14 mm
 Les rayons du profil de l’anneau à cames sont Rmaxi = 76 mm et rmini = 66 mm
 La fréquence de rotation de l’arbre 9 est N9 = 180 tr/min
2.7.1- Calculer la cylindrée de la pompe en m3.
2.7.2- Calculer le débit de la pompe en m3/s.
2.7.3- En négligeant la pression d’aspiration, calculer la puissance
de la pompe sachant que la pression de refoulement est de 6 bars.

2.8- Compléter le diagramme


ci-contre de la pompe:

2.9- Donner le nom des


systèmes techniques
selon les fonctions
citées dans le diagramme
ci-dessous :

2.10-Tracer le diagramme espace/temps à partir du profil de la came taillé sur la pièce 3 :

95
94
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
3- Étude de la pompe de lubrification :

Sur la figure ci-dessous coupe C-C


(du Réducteur à engrenage):
3.1- Indiquer avec les flèches le sens de rotation
des roues dentées ainsi que
le sens de déplacement
du lubrifiant, en tenant compte du sens
de rotation de l’arbre moteur 27 ;
3.2- Nommer l’orifice de refoulement et celui d’aspiration.
4- Fonction communiqué :

4.1- On se propose d’assurer


le guidage en rotation de
l’arbre 27 (Réducteur à
engrenage) par deux
roulements à rouleaux
coniques :
4.1.1- Compléter
le montage de ces
roulements ;
4.1.2- Indiquer
les ajustements ;
4.1.3- Assurer
l’étanchéité ;
4.1.4- Réaliser le montage
de la roue 25 sur
l’arbre 27.

4.2- Compléter le dessin de définition du distributeur 17 (Pompe génératrice de pression),


sans parties cachés en :
4.2.1- Vue de face coupe A-A ;
4.2.2- 1/2 vue de droite ;
4.2.3- Section sortie C-C

95
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
 Problème 5 ÉTUDE D’UN COMPRESSEUR

1- PRÉSENTATION :
Une société, spécialisée dans la production de compresseur,
désire élaborer un nouveau modèle de compresseur
(cylindrée 133 cm3), sur le principe d’un modèle d’un compresseur
existant (cylindrée 98 cm3) présenté sur la page 100.
Cette société vient d’investir dans du matériel informatique
et s’est équipée d’un logiciel de CAO. Dans un premier temps,
elle désire concevoir en CAO le modèle du compresseur
existant. Dans un deuxième temps, le service étude concevra
le deuxième modèle de compresseur en exploitant
les différentes fonctionnalités du logiciel. Dans un avenir proche, la société espère pouvoir
proposer à sa clientèle toute une gamme de compresseur à un moindre coût de revient.
2- SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES :
Les conditions d’implantation sont présentées sur la page 89.
Les caractéristiques des différents organes sont :
Compresseur : monocylindre d’une cylindrée de 98 cm3, débitant 150 l/mn à 1500 tr/min à Patm.
L’excentricité entre le vilebrequin 4 et le maneton 5 vaut e = 20 mm.
Moteur : Leroy SOMER IP55 fournissant une puissance de 1 kW avec une vitesse fixe
de 3000 tr/mn.
Réservoir : Capacité de 100 l réceptionnée APAVE et Société des Mines avec une pression
de service de 10 bars.
Équipement : dispositif de mise à l’air de la canalisation pour le démarrage à vide ; soupape
de sécurité ; robinet de purge, manomètre de 12 bars ; clapet anti-retour ;
vanne de cuve.
Fonctionnement : Marche manuelle ou marche automatique entre 6 et 8 bars par contacteur
manométrique.

96
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
3- ÉVOLUTIONS TECHNIQUES :
Afin de minimiser le coût de revient des nouvelles gammes de compresseur, la société a décidé
de modifier la cylindrée en adaptant le paramètre de l’excentricité e. Ce choix impose de modifier
quelques pièces, notamment certaines dimensions du vilebrequin 4 ainsi que du corps 1.
La définition des différentes pièces sera réalisée à partir des informations portées sur le dessin
d’ensemble et sur la nomenclature. Pour toutes informations supplémentaires,
la page 100 représente le mécanisme à l’échelle 1.
D’autre part, certaines formes de pièces qui ne sont pas totalement définies dans le plan seront
à imaginer. Elles tiendront compte d’une cohérence d’implantation et de réalisation.
L’étude n’intègrera pas la partie haute (culasse, clapet).
ON DONNE : Trois vues réduites du compresseur d’air.

Vue de dessous de 8 + clapets C1 et C2 + 26

97
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
DESSIN ÉCLATÉ

98
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
DESSIN D’ENSEMBLE

99
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève

F1

suivant F1

100
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
4 - NOMENCLATURE PARTIELLE :
14 1 entretoise 33 1 ........................
13 1 entretoise 30 2 ........................
12 1 ..................... 26 2 ........................ 42 CrMo4
11 1 vis HC à téton long M6x25 25 1 Vis CHc M2
10 1 couvercle 24 4 Vis CHc M6
9 1 culasse 23 1 ........................
8 1 porte clapets 22 1 bouchon
7 1 ..................... 21 1 joint plan
6 1 ..................... 20 1 Coussinet
5 1 maneton C 45 19 1 axe piston d = 14 h = 54 42 CrMo4
4 1 vilebrequin 42 CrMo4 18 1 Circlips 20 x 1.2
3 1 palier FGL 200 17 1 rondelle d = 20 D = 30 h = 2.5
2 1 cylindre G-A9Z 16 1 ........................
1 1 corps JGL 200 15 1 entretoise
Rep Nb Désignation Matière

1- Étude de liaisons : Compléter le tableau des liaisons suivant


Degrés de liberté
Liaison entre Nom Schéma en deux vue
R T
4 et 3
5 et 4
6 et 5
7 et 19
6 et 7
7 et 2
2 et 3
2- Indiquer les repères des pièces, et compléter le schéma cinématique minimal du compresseur
3- Donner le nom et la fonction des éléments suivants : 6 ; 7 ; 12 ; 16 ; 23 ; 26 ; 30 ; 33 ?
4- Les pièces 1, 2, 4 et 5 sont en JGL 200, G-A9Z, 42 Cr Mo 4 et C 45 ;
Expliquer ces désignations ?
5- Sachant que la fréquence de rotation de 4 est de 1500 tr/min,
calculer sa vitesse angulaire ?
6- Quel est le système permettant de transformer le mouvement de rotation
de 4 en mouvement de translation de 7 ?
7- Identifier les différents éléments composant ce système
en fonction des termes généraux définis ci-contre ?

8- Traduiser la réponse de la question 6° par un diagramme SADT ?


9- Citer deux autres systèmes assurant la transformation de mouvement ?

101
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
10- Tracer le segment B’C’ sur la 2ème figure, correspondant à la bielle BC en phase
d’aspiration pendant la rotation du vilebrequin AB, et le segment B’’C’’ sur la 3ème figure,
correspondant à la bielle BC en phase de refoulement.

1er figure 2ème figure 3ème figure


11- Complétez le diagramme FAST de la transformation de l’énergie suivant ?

12- Expliquer la différence entre une pompe et un compresseur par le diagramme SADT?
13- Cocher la (les) bonne (s) réponse (s) indiquant les caractéristiques du débit de ce compresseur ?
Constant continu Variable Discontinu
14- Indiquer le clapet d’aspiration et celui de refoulement ?
15- Calculer la course du piston 7 ? (On donne : e = 20 mm)
16- Calculer la cylindrée du compresseur ? (On donne : dpiston = 56 mm)
17- En déduire le débit volumique Qv du compresseur ?
18- Étude du vilebrequin 4 en flexion permet de vérifier sa résistance à la sollicitation de flexion.
Elle permet également de définir l’orientation prise par l’axe du maneton 5 en phase
de compression qui produit une pression de 10 bars. La section du piston est de 23 cm2.
Confrontée aux jeux des paliers de bielle et à la rotulage des roulements, la valeur de cette
orientation sera utilisée pour valider (ou non) la solution retenue par le constructeur. Pour cela on
adoptera le schéma d’étude défini sur la figure ci-dessous pour évaluer le comportement sous
charge de l’arbre. Celui-ci en acier, le module de Young vaut E = 210000 MPa et entraîné par
une poulie (non représentée). On modélise la tension cumulée des courroies par un glisseur dont
la résultante T0 vaut 150 N.
102
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Exercices ; Problèmes Doc : élève
18.1- Calculer F : effort dû à la pression
de l’aire comprimé en phase
de refoulement.
18.2- Exprimer le moment fléchissant
dans les travées CA et AB
en fonction de T0 et F.
18.3- Calculer la contrainte maximale dans l’arbre 4
19- Ce compresseur alimente une installation pneumatique d’une presse (voir schéma),
donner le nom de chaque éléments de cette installation ?
Repère Désignation
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
20- Fonction communiquer : On donne :
- Une vue en perspective du vilebrequin ;
- La vue de face complète du vilebrequin à l’échelle 1,5 : 1
* Remarque : Largeur de la rainure U = 3 mm
Compléter :
20.a- Vue de droite en coupe F-F
20.b- 1/2 vue de gauche en coupe E-E
20.c- Faire la mise au net
20.d- Coter les dimensions du trou taraudé borgne
NE PAS REPRÉSENTER LES ARÊTES ET CONTOURS CACHES

103
EX-POMPES, COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
 Correction Exercice 1 DISTRIBUTION D’EAU
1°) ⊳ la pression en D, par le principe de l’hydrostatique :
PO – PD = ρg(zD – zO) ; soit PD = PO – ρg(zD – zO) = 5.105 – 1000.10.7 = 4,3.105 Pa
⊳ la pression en D, par le théorème de Bernoulli entre O et D sans machine :
PD  PO CD2  CO2
 g ( z D  zO )  0 avec : PD  ?; PO  5.10 Pa; CD  CO  0; z D  zO  7m;   10 kg / m ; g  10m / s
5 3 3 2

 2
soit PD = PO – ρg(zD – zO) = 5.105 – 1000.10.7 = 4,3.105 Pa
2°) Le débit en D’ lorsqu’il est ouvert :
⊳ Bernoulli entre O et D’ sans machine : PD '  PO

C D2 '  CO2
 g ( z D '  zO )  0
 2
avec CD '  ?; CO  ?; PO  5.10 Pa; PD '  0; zO  0; z D '  8m
5

⊳ Équation de continuité pour un fluide incompressible : SO  2000 mm 2 ; S D '  30 mm 2 ; SO  VO  S D '  VD '


2 420  2  40000
CD '  PO  g ( zD ' )   28,98 m / s donc S D '  CD '  30 106  28,98  869, 4 106 m3 / s  5, 2164 l / min
S 40000  9
1 D'
SO

Correction Exercice 2 ALIMENTATION D’UNE MACHINE


3
1°) La célérité dans la conduite 1-2 : C1 2  v  10  4
q
 1, 708 m / s
   0, 0273
2
S
3
2°) Nombre de Reynolds : e  C  d  1, 708  27, 3 10  1036,18  2300 l’écoulement est laminaire.
 0, 45 10 4

3°) L’écoulement laminaire :   64  0, 0617


e
4°) La perte de charge dans la conduite 1-2 :
C2  L 1, 7082  4
J1 2  J s  J r  5    5  0, 0617  18,186 J / kg
2d 2  27,3 103
5°) La pression à l’entrée de la pompe : l’équation de Bernoulli entre 1-2 sans machine :
P2  P1 C22  C12 P  P1 C22  C12
  g  z2  z1   J1 2  0 ; 2   g  z2  z1   18,186 J / kg
 2  2
 2
  1, 7082 
 9,81  0,8   22117,831Pa .
C
P2    18,186   g  z2  z1    900  18,186 
2

 2   2 
6.1) Relation entre les débits Qv, Qv4, Qv5 : QV5 = QV4 + QV
6.2) Vitesse de sortie de la tige T du vérin V :
QV 5 QV 4  QV Q 103
V  or QV 4  V   S1  S2  donc :V  V   0,357 m / s
S1 S1 S2 2800
6.3) La puissance P du vérin : P = RT.V = 722,568 W.
6.4) Le rendement du vérin est de 92%, donc Pn  P 
722, 568
 785,4 W
0, 92 0, 92

104
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
Correction Problème 1 POMPE A PISTONS AXIAUX
C
3.1°) La course "C" du piston 6 : tg  ; donc C  2r  tg
2r
 d p2
3.2°) Le volume " Vp" d'huile déplacé par un piston / tour : V p  C  en (m3/tr)
4
3.3°) La vitesse de rotation de la pompe ‘’Np = N14’’ N18  N18  N36  Z36  Z 41  Z 41 ;
N 41 N 36 N 41 Z18 Z36 Z18
Z 41
donc N p  N14  N18  N 41 
Z18
3.4°) Le débit volumique " qv " de la pompe : qV  n p  ncy  V p  N14 ;
 d p2 Z 41
donc qV  n p  ncy  S  C  N14 ; alors qV  n p  ncy   2r  tg  N41 
4 Z18
3.5°) La valeur du débit volumique de la pompe " qv " en (m3/s) :
  222 106 750 70
qV  5 1  2  30 103  tg 30   donc qV 1,644 103 m3 / s  1, 644  / s
4 60 35
4.1°)
enagrO moN noitcnoF
Vérin simple
V Transforme l’énergie hydraulique en énergie mécanique de translation.
effet
Assure l’ouverture ou la fermeture d’une ou plusieurs voies de passage
D Distributeur 3/2
au fluide.
Limiteur Limiter la pression de fonctionnement dans un système hydraulique pour
L
de pression protéger les organes du système.
Clapet de
C Permet le passage du fluide dans un seul sens.
non retour
- Contenir la qualité de fluide nécessaire à l’alimentation du circuit ;
- permettre aux impuretés de se déposer au fond ;
R Réservoir - faciliter la dissipation de chaleur ;
- Assurer la séparation de l’air emprisonné dans le fluide avant que
celui-ci n’arrive à l’entrée de la pompe (dégazage).
4.2°) La vitesse " vp " de déplacement de la tige du piston :
4  qV 4 1, 65 103
Vp    145,919 103 m / s
  Dp2
  0,12 2

4.3.1°) La puissance mécanique " Pv " fournit par le vérin : PV  F Vp  105  0,15  15 kW
4.3.2°) La pression P1 de l'huile sur le piston du vérin:
P 18750
P1    11363636,3636 Pa =113,636 bars
qV 1, 65 10 3
4  qV 4 1, 65 103
4.4°) Le diamètre de la conduite " dc " en (mm) : dC    18,713mm
 VC max i  6
VCmaxi  d C 6 18 103
4.5.1°) Le nombre de Reynolds R :     1136,842  2300 .
 9, 5 105
4.5.2°) Le type de l'écoulement : l’écoulement est laminaire.
64
4.5.3°) Le coefficient de perte de charge linéaire :    0,0562
1136,842

105
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève

4.5.4°) La perte de charge linéaire J01dans la conduite : J 01   VC max i  h1  0,0562 36  6


2
 337,2 J/kg
2  dC 2 18 103
4.6) La pression Po en (bars), pression de tarage du limiteur de pression (à la sortie de la pompe) :
Bernoulli entre 0-1 :
P1  P0 C12  C02
  g  z1  z0    J 01  J s   0 alors : P0  113, 636  900  0  0  337,2 105  2   118,6708 bars
 2  900 
4.7°) La puissance nette de la pompe " 𝒫n " :
Pn  qV  P  qV   P0  Pe   1,65 103  118,6708 1 105  19415,682 W
PV 15000
4.8°) Le rendement global " G’' de cette installation hydraulique :  g 
  0, 7725
Pn 19415,682
 Correction Problème 2 POMPE A PISTONS EN LIGNE
1°) Le diagramme fonctionnel suivant du système :

2°) Le diagramme FAST :

3°)
3a- schéma cinématique du réducteur 3.b- schéma cinématique de la pompe

4°) Une pompe hydraulique transforme l’énergie mécanique en énergie hydraulique par contre
un moteur hydraulique transforme l’énergie hydraulique en énergie mécanique.
5°) Le mécanisme est une pompe alternative.
6°) Pompe à engrenage ; Pompe à palettes ; Pompe à pistons axiaux.

106
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
7°) La course du piston 48 est C = 2.e = 16 mm.
  0, 032
8°) La cylindrée de la pompe : V  nP  C  S  3 16 103   33,9228 106 m3 / tr
4
V  N 41 33,9228 106  63, 78
9°) Le débit volumique de la pompe : QV    36,0599 m3 / s
60 60
10°) La puissance utile (mécanique) du moto réducteur :
P
Pumoto  Pméc  hyd 
 pref  pasp   QV  250 105  36,0599 106  1126,8718 W
ng ng 0, 8
11°) le débit total QT de la pompe :

12°) La parie graphique :

107
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
 Correction Problème 3 POMPE A PALETTES
Aspect physique :
1°) La vitesse de rotation de l’arbre (9) :
N12 N9 d pm d pm 80 2  N9
  d’où N9  Nm   1450   580 tr / min ; alors 9   60,726 rad / s
N m N m d12 d12 200 60
2°) Le volume V, déplacé par cette pompe (la cylindrée de la pompe) en fonction de d7, d9, e, a et L :
  d72
V  V7  V9  V5  avec V7  S7  L   L : volume du stator ;
4
  d92
V9  S9  L   L : volume de l’arbre 9 et V5  a   d7  d9   L  2e  a  L : volume de la partie
4
 
de la palette qui sort de l’arbre 9 donc V  L   d 72  d92   2e  a 
4 
 
3°) La cylindrée de la pompe : V  96  1042  902   2  7  20   177862,944 mm3 / tr  177,862 103  / tr
4 
6
V  N9 177,862 10  580
4°) Le débit volumique de la pompe : QV    1,719 103 m3 / s
60 60
5°) La vitesse d’écoulement dans la tubulure de refoulement :
Q 4  QV 4 1,5 103
C V    3,0563m/s
STR   dTR 2
  0,0252
C  dTR 3, 0563  0, 025
6°) Le nombre de Reynolds et le type d’écoulement : =   76407,5  105
 106
donc l’écoulement est turbulent lisse.
C2  h 0,316 C2  h 0,316  3,05632  30
7°) Les pertes de charge régulières : J r        106,523 J/kg .
2  dTR 0,25 2  dTR 76407,50,25  2  0,025
8°) la pression à la sortie de la pompe : appliquons Bernoulli entre 1 et 2 :
P2  P1 C22  C12  C2  C12 
  g  z2  z1   J1 2  0 alors P1  P2    2  g  z2  z1   J12 
 2  2 
 0  3,05632  2 105  
Donc : P1  105  103   10  30  106,523     701852,515 Pa =7,0185 bars .
 2  103  
9°) Le sens de rotation de 9 : sens contraire des aiguilles de la montre.

Aspect technologique :
10°) Le nom et le rôle :
Éléments Nom Rôle
2 Joint pate Réalise l’étanchéité statique entre 1 et 3.
Expulsé les palettes 5 vers l’extérieur afin d’avoir l’admission
4 Ressort de rappel
et le refoulement.
16 Clavette disque Éliminer la rotation de la poulie 12/à l’arbre 9.
13 Rondelle plate Augmenter la surface d’appui de l’écrou 14
15 Rondelle à dents Réalise le freinage de l’écrou 14.
10 Joint feutre Réalise l’étanchéité dynamique entre 6 et 9.
8 Vis CHc Assembler le couvercle 3/ au corps 1.

108
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
11°) Tableau des liaisons :
Liaison Mouvements possibles
Nom Symbole
entre Rotation Translation
12/9 Encastrement 0 0
9/6 Pivot 1 0
3/1 Encastrement 0 0
5/9 Glissière 0 1

12°) Le stator 7 est en alliage de cuivre pour démunie le coefficient de frottement, et une pièce
interchangeable lorsqu’elle est usé.
13°) L’ajustement entre 9/6 et entre 5/9 est un ajustement avec jeu, pour avoir un mouvement
relatif entre les pièces.
14°) Vrai ou faux :
Faux - Pour un alésage tournant la bague intérieure du roulement est toujours montée serrée ;
Faux - L’étanchéité dynamique se fait entre deux pièces immobiles l’une par rapport à l’autre ;
Vrai - L’ajustement ∅30 H7 k6 est un ajustement serré ;
Vrai - Le symbole BC désigne un roulement à une rangée de bille à contact radial ;
Vrai - Le carbone augmente la fragilité des matériaux ;
15°) Le montage des roulements :

109
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
 Correction Problème 4 POMPE GÉNÉRATRICE DE PRESSION
B- Analyse technique :
1- Étude du réducteur :
1.1- L chaîne cinématique :
33 13 3 8

1.2- Les repère des pièces et le schéma cinématique :

1.3- Les pièces 17 ; 18 et 19, sont dessinés avec un trait mixte fin
à deux tirets, pour représenter les pièces voisines.
1.4-
Repère Nom Fonction
1 Carter Protection des organes du mécanisme
4 Clavette parallèle Élimine la rotation…
6 Circlips pour arbre Arrêt en translation…
7 Écrou à encoches Arrêt en translation…
9 Joint à deux lèvres Assure l’étanchéité dynamique…
10 Roulement BC Réalise le guidage en rotation…
11 Couvercle Protection du roulement + Arrêt en translation…
15 Roulement KB Réalise le guidage en rotation…
23 Roulement BE Réalise le guidage en rotation…
24 Boitier Arrêt en translation…
25 Roue dentée Transmission de puissance entre deux arbres parallèles
26 Roulement RU Réalise le guidage en rotation…
34 Vis H Assemblage des pièces…
1.5- Le réducteur permet la réduction de vitesse du moteur.
1.6- 27-33 eng. conique à denture droite et 13-3 eng. cylindrique à denture hélicoïdale :
1.6.1- ♦ Eng. 27-33 : même module ; les axes des roues se coupent au sommet des cônes primitifs,
♦ Eng. 13-3 : même module mt et mn ; même angle d’hélice ; sens d’hélices contraires.
1.6.2- Les caractéristiques de l’engrenage (13-3) :
Angle Module Module Nombre Diamètre Pas Hauteur de
d’hélice apparent normal de dents primitif normal la dent
β mt mn Z d Pn h
Formules mn=mt.cosβ d = mt . Z Pn = mn. π h = 2,25.mn
13 20° 2 mm 1,87 mm 20 40 mm 5,9 mm 4,2 mm
3 20° 2 mm 1,87 mm 80 160 mm 5,9 mm 4,2 mm
Z Z 2500 18  20
1.6.3- La fréquence de rotation N8 en tr/min : N8  N 27  27 13   175, 78 tr / min
Z 33  Z 3 64  80
1.6.4- ♦ Avantages : Entraînement progressif, transmission silencieuse, effort diminué sur la denture.
♦ Inconvénients : Ils créent des poussées axiales qui exigent des épaulements et des butées,
prix élevé.

1.7- Le diagramme FAST :

110
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
2- Étude de la pompe :
2.1- Les repères (4 ; 5 ; 7 ; 8 et 9) et le schéma cinématique
de la pompe en coupe A-A.
2.2- Pompe volumétrique rotative à pistons radiaux
à cylindrée fixe.
2.3- Pompe volumétrique rotative à palettes ; à vis
2.4- Cette pompe est caractérisée par débit un constant,
continu et régulier.
2.5- La transformation du mouvement est assuré par une
came (anneau à cames).
2.6- Bielle manivelle ; excentrique ; vis écrou…
2.7- caractéristique de la pompe :
  d82   0, 0142
2.7.1- La cylindrée de la pompe : C y  n p  ncy   Rmax i  rmin i    7  4  0, 01  43102, 6 109 m3
4 4
N9 180
2.7.2- Le débit de la pompe : QV  V   43102, 6 109   129307,95 109 m3 / s
60 60
2.7.3- La puissance de la pompe : Pn   Prefoulemnt  Padmission   QV  6 105 129307, 95 109  77,58Watts
2.8- Le diagramme SADT
de la pompe

2.9- Solution technologique de la transformation d’énergie :


Moteurs hydrauliques

Vérins hydrauliques

Vérins pneumatique

Pompe

Compresseurs

2.9-Diagramme espace / temps

10 mm

111
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
3- Étude de la pompe de lubrification :

Sur la figure ci-dessous coupe C-C (du Réducteur à engrenage):


3.1- Le sens de rotation des roues dentées
ainsi que le sens de déplacement du
lubrifiant, en tenant compte du sens de
rotation de l’arbre moteur 27 ;
3.2- L’orifice de refoulement et celui Refoulement Admission
d’aspiration.

4- Fonction communiqué :
4.1-

4.2-
C A-A C-C

112
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
 Correction Problème 5 ÉTUDE D’UN COMPRESSEUR
1°) Étude de liaisons :
Schéma en deux Degrés de liberté
Liaison Nom
vue R T
4/3 Pivot 1 0
5/4 Encastrement 0 0
6/5 Pivot 1 0
7/19 Encastrement 0 0
6/7 Pivot 1 0
7/2 Pivot glissant 1 1
2/3 Encastrement 0 0
2°) Les repères des pièces et schéma cinématique :
3°) Le nom et la fonction des pièces :
Élément Nom fonction
6 Bielle Transforme le mvt de rotation en mvt de translation
7 Piston Comprimer l’air et le refouler vers le réservoir
12 Roulement BC Réaliser le guidage en rotation
16 Coussinet Réaliser le guidage en rotation et démunie le frottement
23 Vis CHc Réaliser l’assemblage du couvercle 10/au corps 1
26 Clapet Assurer l’aspiration de l’air
30 Segment (Joint métallique) Réaliser l’étanchéité dynamique
33 Chemise Protection du cylinde contre les gorges

4°) Les pièces 1, 2, 4 et 5 sont en :


♦ JGL : Fontes à graphite lamellaire ;
200 : La valeur de la résistance minimale à la rupture par extension en Mpa ;
♦ G-A9Z : Alliage de magnésium avec 9% d’aluminium et quelque addition de Zinc
♦ 42 Cr Mo 4 : Aciers faiblement alliés avec 0,42% de carbone, 1% de chrome
et quelque addition de molybdène ;
♦ C 45 : Acier non allié avec 0,45% de carbone.
2 1500
5°) La vitesse angulaire : 4   157 rad / s
60
6°) Système bielle manivelle.
7°) Les composant ce système en fonction des termes généraux :
Termes généraux Désignation des pièces du compresseur d’air
1 Manivelle Vilebrequin
2 Bielle Bielle
3 Coulisseau Piston
4 Glissière Cylindre

8°) Le SADT du système bielle manivelle :

9°) Les cames ; excentrique ; vis écrou et pignon crémaillère.

113
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève
10°) Le segment B’C’ et B’’C’’sur la 2ème figure et la 3ème figure, en phase d’aspiration 2ème figure
et en phase de fefoulement 3ème figure.

C’

C’
B’

B’

1er figure 2ème figure 3ème figure


11°) Complétez le diagramme FAST de la transformation de l’énergie suivant ?
Pompe

Compresseur

Vérin hydraulique

Moteur hydraulique

Vérin pneumatique

12°) Expliquer la différence entre une pompe et un compresseur par le diagramme SADT?

13°) Cocher la (les) bonne (s) réponse (s) indiquant les caractéristiques du débit
de ce compresseur :
Constant continu Variable Discontinu
14°) Le clapet d’aspiration : C1. Le clapet de refoulement : C2.
15°) La course du piston 7 : C7 = 2.e = 40 mm
   0,056 
2
  d p2
16°) La cylindrée du compresseur : V   C7   0,04  98,4704 106 m3
4 4

114
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect technologique : Pompes-Compresseurs…
2ème STM
Corrigé : Exercices - Problèmes Doc : Prof-Élève

V  N 4 98,4704 106 1500


17°) Le débit volumique Qv du compresseur : QV    24,6176 104 m3 / s
60 60
 147,7056 /min
P 10
18.1°) L’effort dû à la pression de l’aire comprimé en phase de refoulement : F    0, 434 daN
S 23
18.2°) Le moment fléchissant dans les travées CA et AB en fonction de T0 et F :

 
 
  
  

PFS : M F ext / B  M T0 / B  M A/ B  M B / B  M F / B  0

   T  2a  F  a
 F ext / B  T0  2a  A  a  0  F  a  0 d’où A  0 a
M  2T0  F

 x  0;M fGz (0)  0


Zone CA 0  x  a Alors M fGz  T0  x ; si 
 x  45;M fGz (45)  45T0
  x  45;M fGz (45)  45T0

Zone AB a  x  2a Alors M fGz  T0  x  A  x  a  ; si  
 x  2  45;M (2  45)  45 A
 fGz

18.3°) La contrainte maximale dans l’arbre 4 :


M M 13304, 7
maxi  fGz maxi  ymaxi  fGz maxi
4
 ymaxi  10  16,948 MPa
I Gz  d  204
64 64
19°) Ce compresseur alimente une installation pneumatique d’une presse (voir schéma),
donner le nom de chaque éléments de cette installation :
Repère Désignation
1 Conduite d’aspiration
2 Filtre
3 Compresseur volumétrique alternatif à cylindrée fixe
4 Moteur électrique
5 Clapet de non retour
6 Limiteur de pression
7 Manomètre
8 Robinet (symbole générale)
9 Accumulateur
10 Raccordement rapide sans clapet de non retour
11 Distributeur 4/2 bistable à commande électroaimant
12 Clapet de non retour avec étranglement réglable
13 Vérin double effet à simple tige
19°) Fonction communiquer :

115
Rep-POMPES-COMPRESSEURS . . . ASPECT TECHNOLOGIQUE
FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève
POMPE À PISTON
1- Mise en situation et Principe de fonctionnement :
Le dessin d’ensemble Figure.2 représente une pompe
à piston commandée par une came.
Le moteur électrique entraîne en rotation le pignon 2,
ce mouvement est transmis à l’arbre 3 par l’intermédiaire
de l’engrenage 2+7. La came 13 solidaire de l’arbre 3 Figure 1
commande le piston 19, qui provoque une aspiration
du fluide pendant la descente et son refoulement pendant la montée.
2- Aspect technologique : Symbole
2.1- Donner le nom complet de la pompe étudiée et leur symbole ? ( /1 pt)
............................................................................................

2.2- Quelle est la fonction globale de la pompe ? ( /1 pt)


............................................................................................

2.3- Citer deux autres types de pompes de même genre que la pompe étudiée ? ( /1 pt)
............................................................................................

2.4- Quelle est la différence entre une pompe et un compresseur ? ( /1 pt)


............................................................................................

2.5- Indiquer par la lettre A ou B l’orifice d’aspiration et celui de refoulement ? ( /0,5 pts)
Orifice d’aspiration : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Orifice de refoulement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
......

2.6- Sur le dessin d’ensemble Figure.2, dans quelle position se trouve le piston 19 ? ( /0,5 pts)
Haute (Barrer la réponse fausse) Basse
2.7- Donner le nom et la fonction des éléments suivants de la Figure.2 : ( /7,5 pts)
Pièce Nom Fonction
.......................................................................
1 ...............
.......................................................................
.......................................................................
2 ...............
.......................................................................
.......................................................................
4 ...............
.......................................................................
.......................................................................
5 ...............
.......................................................................
.......................................................................
6 ...............
.......................................................................
.......................................................................
8 ...............
.......................................................................
.......................................................................
9 ...............
.......................................................................
11 ............... .......................................................................
12 ............... .......................................................................
.......................................................................
13 ...............
.......................................................................
18 ............... .......................................................................
.......................................................................
19 ...............
.......................................................................
20 ............... .......................................................................
30 ............... .......................................................................
N ............... .......................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 116


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève

EZZ@HR@OUI
Échelle 7:10

Rainure

Figure 2

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 117


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève
2.8- Donner le nom des composants de la figure.3 ? ( /2,5 pts)
1 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Figure 3
8 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.9- Compléter le tableau des liaisons suivant (des organes de la pompe) ? ( /4 pts)
Liaison Nom de Degrés de liaison
Symbole
entre la liaison (En cercler la réponse juste)

EZZ@HR@OUI
3/1 .............. Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
13 / 3 .............. Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
19 / 25 .............. Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
16 / 19 .............. Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
25 / 1 .............. Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
2.10- Indiquer les repères des pièces et compléter
le schéma cinématique de la pompe ? ( /1,5 pt)

2.11- La transformation de mouvement de rotation


continu de l’arbre 3 en un mouvement de
translation rectiligne alternatif du piston 19 est
assurée par une came, proposer deux autres
systèmes permettent d’assurer la même
fonction ? ( /0,5 pts)
♦........ .................................. ♦.............................................

3- Aspect physique :
3.1- Déterminer la va leur de la course ‘’C’’ (mm) du piston 19 ? ( /1 pt)
............................................................................................

3.2- Déterminer la cylindrée ‘’V’’ (en m3/tr) de cette pompe si la course du piston 19 égale 43 mm ?
................................................................................ ( /2 pts)
............................................................................................
............................................................................................

3.3- Sachant que le pignon 2 a une fréquence de rotation N2 = 800 tours /min, et l’engrenage formé
par le pignon 2 et la roue 7 est à denture droite avec Z2 = 20 dents et Z7 = 50 dents.
Calculer la fréquence de rotation N3 ? ( /1 pt)
............................................................................................
............................................................................................
............................................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 118


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève
3.4- Sachant que l’arbre 3 a une vitesse angulaire de 33,504 rad/s, calculer le débit ‘’Qvp’’
(en litre/min) de cette pompe ? ( /2 pts)
............................................................................................
..................................................................... .......................
............................................................................................

3.5- Si cette pompe fournit un débit Qvp = 11 litre/min, sous une pression de 60.105 Pa.
Calculer la puissance disponible de la pompe ? (Figure.3) ( /2 pts)
............................................................................................
............................................................................................
............................................................................................

3.6- Si le débit de fuite qvf = 4 ℓ/min. Calculer la puissance absorbée par le vérin ? ( /3 pts)
............................................................................................
............................................................................................
............................................................................................

3.7- En déduire la puissance dissipée en chaleur produite par le débit de fuite qvf ? ( /3 pts)
............................................................................................

3.8- Calculer le rendement globale de l’installation si le rendement du vérin est de 70% ? ( /2 pts)
............................................................................................
4- Aspect représentation :
On demande de compléter la solution
technologique de la liaison pivot entre la tige 19
et le galet 16.
Compléter sur la Figure 4 cette
liaison en utilisant un axe d’articulation
+ un circlips de la Figure 5 : ( /3 pts)
Figure.4

Figure.5

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 119


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève
POMPE À HAUTE PRESSION
1- Mise en situation et Principe de fonctionnement :
Le dessin d’ensemble Figure.2 représente une pompe à haute pression,
employée pour la lubrification d’une machine outils.
Le piston 10 commandé par l’arbre à excentrique 1
se déplace en mouvement rectiligne alternatif dans
le cylindre 11 en provoquant l’aspiration pendant
la descente et le refoulement pendant la montée. Figure.1
2- Aspect technologique : Symbole
2.1- Donner le nom complet de la pompe étudiée et leur symbole ? ( /1 pt)
............................................................................................

2.2- Quelle est la fonction globale de la pompe ? ( /1 pt)


............................................................................................

2.3- Citer deux autres types de pompes de même genre que la pompe étudiée ? ( /1 pt)
............................................................................................

2.4- Quelle est la différence entre une pompe et un moteur hydraulique ? ( /1 pt)
............................................................................................

2.5- Indiquer par la lettre A ou B l’orifice d’aspiration et celui de refoulement ? ( /0,5 pts)
Orifice d’aspiration : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Orifice de refoulement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.6- Sur le dessin d’ensemble Figure.2, dans quelle position se trouve le piston 10 ? ( /0,5 pts)
Haute (Barrer la réponse fausse) Basse
2.7- Donner le nom et la fonction des éléments suivants de la Figure 2 : ( /7,5 pts)
Pièce Nom Fonction
.......................................................................
1 ...............
.......................................................................
.......................................................................
3 ...............
.......................................................................
.......................................................................
4 ...............
.......................................................................
.......................................................................
5 ...............
.......................................................................
.......................................................................
6 ...............
.......................................................................
.......................................................................
8 ...............
.......................................................................
.......................................................................
25 ...............
.......................................................................
29 ............... .......................................................................
31 ............... .......................................................................
.......................................................................
33 ...............
.......................................................................
34 ............... .......................................................................
.......................................................................
35 ...............
.......................................................................
36 ............... .......................................................................
39 ............... .......................................................................
41 ............... .......................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H Page 120


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève

x
∅ 14
y

Figure.2

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 121


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève
2.8- Donner le nom des composants de la Figure.1 ? ( /2,5 pts)
1 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5 :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.9- Compléter le tableau des liaisons suivant (des organes de la pompe) ? ( /4 pts)
Liaison Nom de Degrés de liberté
Symbole
entre la liaison (En cercler la réponse juste)

EZZ@HR@OUI
1 / 24 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
2/1 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
7/1 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
10 / 11 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
11 / 23 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
2.10- Compléter le schéma cinématique
de la pompe ? ( /1,5 pt)

2.11- La transformation de mouvement de rotation


continu de l’arbre 1 en un mouvement de
translation rectiligne alternatif du piston 10 est
assurée par un système à excentrique, proposer
deux autres systèmes permettent d’assurer
la même fonction ? ( /0,5 pts)
♦........ .................................. ♦...........................................
3- Aspect physique :
3.1- Déterminer la valeur de la course ‘’C’’ (en mm) du piston 10 ? ( /1 pt)
............................................................................................

3.2- Déterminer la cylindrée ‘’V’’ (en m3/tr) de cette pompe ? ( /2 pts)


............................................................................................
............................................................................................

3.3- Sachant que l’arbre 1 a une vitesse angulaire de 83,775 rad/s, calculer le débit ‘’Qvp’’ (en
litre/min) de cette pompe ? ( /2,5 pts)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .
..................................................................... .......................
............................................................................................

3.4- Si cette pompe fournit un débit Qvp = 0,34 litre/min, sous une pression de 60 bars.
Calculer la puissance disponible de la pompe ? ( /2,5 pts)
................................................................
.................................................................
.................................................................

3.5- Si le débit de fuite qvf = 0,12 ℓ/min. Calculer la puissance utilisée


par cette pompe ? ( /3 pts)
............................ .............................
............................................................................................
............................................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 122


FONCTION ALIMENTER EN ÉNERGIE
Aspect Physique et Technologique
2ème STM
Doc : élève
3.6- En déduire la puissance dissipée en chaleur produite par le débit de fuite qvf ? ( /3 pts)
............................................................................................

3.7- Calculer le rendement global de l’installation si le rendement de la machine est de 75% ?


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .( /2 pts)
4- Aspect représentation :
On désir modifier la solution technologique du système de transformation de mouvement de cette
pompe par une autre solution. Compléter sur la Figure.3 :
4.1- La liaison entre l’arbre à excentrique 1 et la pièce 2, en utilisant le coussinet 40 ? ( /1,5 pts)
4.2- La liaison pivot de la pièce 2 et le piston 10 en utilisant l’axe d’articulation Figure.4. ( /1,5 pts)

Figure.3

Figure.4
Axe d’articulation

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .G . Durée : 2H30 Page 123


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
COMPRESSEUR MONOCYLINDRIQUE
1- Présentation du support:
Dans Les ateliers, les laboratoires, les cabinets dentaires et les industries médicales,
graphiques, alimentaires et de transports il y a souvent besoin d'alimenter les appareils
et machines en air comprimé. Les compresseurs monocylindriques, de différents types, sont
conçus pour répondre à ce besoin.
2- Principe de fonctionnement : (Voir dessin d'ensemble page 127)
Le moteur entrîne l'arbre à excentrique 22 en rotation par
l'engrenage 38 et 29. Le mouvement de rotation continu
du vilebrequin est transformé en un mouvement
de translation rectiligne alternatif du piston 9.
(Le mouvement de ce dernier est cyclique et chaque cycle
comprend deux phases : Phase d'aspiration et phase
de refoulement, afin de stocker de l'air sous pression dans
un réservoir).
3- Situation d'évaluation N°1 :
Une société de peinture est spécialisée dans la peinture des tôles, à la suite d'un arrivage de
nouvelles tôles et pour activer l'opération de peinture, vous demande de mettre en œuvre le
compresseur monocylindrique à piston et de vérifier quelques performances issues de son cahier
des charges. Pour cela la réalisation des tâches suivantes s'avère nécessaire :
Tâche a : ( /6,5 pts)
Après avoir pris connaissance du sujet, On vous demande sur le document réponse DR1
page 129 de découvrir le compresseur monocylindrique à travers des outils d'analyse
et de représentation fonctionnelle et en utilisant les ressources page 134 :
3.a.1- Compléter le diagramme bête à cornes relatif au système étudier ?
3.a.2- Établir le diagramme pieuvre relatif au système étudier ?
3.a.3- Compléter l'actigramme du niveau A-0 du système étudier ?
3.a.4- Compléter le FAST de la fonction principale Fp par l'indication des solutions constructives
associées aux fonctions techniques ? En exploitant les acquis de la 1er STM et de la 2ème STM.
Tâche b : ( /19,5 pts)
Dans le but d'appréhender la solution technologique choisie, d'identifier la loi d'entrée / sortie du
compresseur monocylindrique. Votre participation à cette tâche se limitera à la détermination des
paramètres d'entrée / sortie du système de transmission et de transformation de mouvement. Pour
cela, sur le document réponse DR2 et DR3 page 130 et 131, et en exploitant les acquis
de la 2ème STM, la nomenclature page 128 et les ressources page 134 :
3.b.1- Donner le nom complet du système étudiée et leur symbole ?
3.b.2- Citer deux autres types de compresseur rotatif ?
3.b.3- Indiquer par la lettre A ou B l’orifice d’aspiration et celui de refoulement ?
3.b.4- Sur le dessin d’ensemble, dans quelle position se trouve le piston 9 ?
3.b.5- Donner le nom et la fonction des éléments suivants le dessin d'ensemble ?
3.b.6- Compléter le tableau des liaisons (des organes du compresseur) ?
3.b.7- Compléter les repères des pièces et le schéma cinématique du compresseur ?
3.b.8- Compléter la chaîne des transmissions mécanique (entre les organes du système étudier)
par l'indication de la nature du mouvement de chacun des éléments par rapport au corps 1.

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 124


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Tâche c : ( /11,5 pts)
Dans le cadre de votre activité dans cette société, vous êtes appelés à expliquer à un stagiaire
le fonctionnement du mécanisme et le schéma de l'installation pneumatique du compresseur
monocylindrique et de l'encadrer pour proposer une solution constructive afin d'économiser l'énergie
pneumatique. Et dans le but de lire le schéma pneumatique du compresseur monocylindrique et
d'identifier la fonction de quelques constituants du schéma.
On Vous demande de répondre sur le document réponse DR4 page 132, et en exploitant les
ressources page 134, et la nomenclature page 128 :
3.c.1- Donner le nom et la fonction des composants du schéma de l'installation pneumatique
du compresseur monocylindrique ?
3.c.2- Calculer le rapport de transmission entre l'arbre moteur et l'arbre à excentrique 22 ?
3.c.3- En déduire la fréquence de rotation '' N22 ''de l'arbre à excentrique 22 (en tr/mn) ?
3.c.4- Déterminer la course '' C9 ’' du piston 9 (en mm) ?
3.c.5- Calculer la cylindrée '' Vcy '' du compresseur (en ℓ/tr) ?
3.c.6- En déduire le débit volumique '' QV '' du compresseur (en m3/s) ?
3.c.7- Calculer la puissance du compresseur à pression maximale ? [Avec : P = (Pref - Padm).QV]
Tâche d : ( /12,5 pts)
Après avoir pris connaissance des éléments constituant le réducteur et le compresseur du dessin
d'ensemble, vous êtes invités à représenter les caractéristiques de l'engrenage et de proposer une
solution constructive pour adapter l'énergie mécanique à l'arbre 22. On Vous demande de répondre
sur le document réponse DR5 page 133, et en exploitant la nomenclature page 128 :
3.d.1- L'engrenage formé par la roue 29 et le pignon 38 est à denture droite.
a- Indiquer les caractéristiques : d, da, df, h, ha, hf, b et pas, sur le dessin partiel de la roue 29?
b- Quel est la condition d'engrainement de cet engrenage ?
c- Compléter le tableau des caractéristiques de l'engrenage 38 / 29 ?
d- Compléter la représentation graphique à l’échelle 2 :1 de la liaison complète démontable
entre l’arbre moteur et le pignon 38, assurer par une clavette parallèle (12,75x2,4),
un épaulement de l’arbre moteur et un serrage en bout d’arbre par vis H M4,25-13;
rondelle Grower et rondelle plate ?

Vis H M4,25- 13

e- Proposer un autre système de réduction de vitesse entre l'arbre moteur et l'arbre 22 ?


3.d.2- La position des clapets pendant la descente du piston est indiquée par les représentation
suivantes :

a- Compléter la représentation des deux clapets pendant la montée du piston ?


b- Donner deux autres types de clapets ?

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 125


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
DESSIN D'ENSEMBLE y

Échelle 1:1

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 126


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
NOMENCLATURE

44 1 ........................
43 1 Bague d'appui C 35
42 1 Carter du moteur EN-GJL-200
41 1 Corps du réducteur EN-GJL-200
40 1 Roulement BC
39 1 Bague épaulée
38 1 Pignon E 295 Z38 = 12, m = 2
37 1 ........................
36 3 ........................
35 1 ........................
33 3 ........................
32 1 Joint plat
31 1 Bouchon fileté de . . . . . . . . . . . .
30 1 Écrou H
29 1 Roue dentée E 295 Z29 = 30 dents
28 7 ........................
27 1 Roulement BC
26 1 Logement
25 1 ........................
24 1 ........................
23 1 ........................
22 1 Arbre à excentrique C 80 e = 13 mm
21 1 ........................
20 1 ........................
19 1 ........................ Cu Sn 8 Pb
18 1 ........................
17 1 ........................
16 1 ........................
15 1 ........................
14 1 Corps EN-GJL-200
13 1 Bielle C 35
12 2 Circlips (Anneau élastique)
11 1 Axe
10 1 Bague C 80
9 1 ........................ ∅d9 = 36 mm
8 1 ........................ EN-AW-1050
7 2 Ressort
4 1 Flasque E 295
3 1 Bouchon fileté de . . . . . . . . . . . .
2 1 Filtre
1 1 Bouchon taraudé
Rep Nb Désignation Matière Obs

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 127


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR1 à rendre par l'élève

Tâche a :

3.a.1- Le diagramme bête à cornes


relatif au système étudier : ( /1,5 pts)

3.a.2- Le diagramme pieuvre


relatif au système étudier : ( /1 pt)

3.a.3- L'actigramme du niveau A-0 du système étudier : ( /1 pt)

3.a.4- Le FAST de la fonction principale Fp :


( /3 pts)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 128


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR2 à rendre par l'élève
Tâche b :
3.b.1- Le nom complet du système étudié et leur symbole : ( /1 pt) Symbole
............................................................................................
3.b.2- Deux autres types de compresseur rotatif : ( /1 pt)
............................................................................................
3.b.3- L'orifice d’aspiration et celui de refoulement : ( /0,5 pts)
Orifice d’aspiration : . . . . . . . . . . . . . Orifice de refoulement : . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.b.4- Sur le dessin d’ensemble, le piston 9 se trouve dans la position : ( /0,5 pts)
Haute (En cercler la réponse juste) Basse
3.b.5- Le nom et la fonction des éléments suivants du dessin d'ensemble : ( /9 pts)
Pièce Nom Fonction
.......................................................................
8 ...............
.......................................................................
.......................................................................
9 ...............
.......................................................................
.......................................................................
15 ...............
.......................................................................
.......................................................................
16 ...............
.......................................................................
.......................................................................
17 ...............
.......................................................................
.......................................................................
18 ...............
.......................................................................
.......................................................................
19 ...............
.......................................................................
.......................................................................
20 ...............
.......................................................................
.......................................................................
21 ...............
.......................................................................
.......................................................................
23 ...............
.......................................................................
.......................................................................
24 ...............
.......................................................................
.......................................................................
25 ...............
.......................................................................
.......................................................................
28 ...............
.......................................................................
.......................................................................
33 ...............
.......................................................................
.......................................................................
35 ...............
.......................................................................
.......................................................................
36 ...............
.......................................................................
.......................................................................
37 ...............
.......................................................................
.......................................................................
44 ...............
.......................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 129


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR3 à rendre par l'élève
3.b.6- Le tableau des liaisons suivant (des organes du compresseur) : ( /4 pts)

EZZ@HR@OUI
3.b.7- Les repères des pièces et le schéma cinématique du compresseur : ( /2 pts)

3.b.8- La chaîne des transmissions mécanique (entre les organes du système étudier) : ( /1,5 pts)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 130


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR4 à rendre par l'élève
Tâche c :
3.c.1- Le nom et la fonction simplifier des composants du schéma de l'installation pneumatique
du compresseur : ( /3,5 pts)
Repère Nom Fonction
..........................................................
1 ..................
..........................................................
..........................................................
2 ..................
..........................................................
..........................................................
3 ..................
..........................................................
..........................................................
4 ..................
..........................................................
..........................................................
5 ..................
..........................................................
..........................................................
6 ..................
..........................................................
..........................................................
7 ..................
..........................................................
..........................................................
8 ..................
..........................................................
..........................................................
9 ..................
..........................................................
..........................................................
10 ..................
..........................................................
..........................................................
12 ..................
..........................................................
..........................................................
13 ..................
..........................................................
..........................................................
14 ..................
..........................................................
..........................................................
15 ..................
..........................................................
3.c.2- Le rapport de transmission entre l'arbre moteur et le vilebrequin 22 : ( /1 pt)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.3- La fréquence de rotation '' N22 ''du vilebrequin 22 (en tr/mn) : ( /1 pt)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.4- La course '' C9 ’' du piston 9 (en mm) : ( /1 pt)
...........................................................................................
3.c.5- La cylindrée '' Vcy '' du compresseur (en ℓ/tr) : ( /1 pt)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.6- Le débit volumique '' QV '' du compresseur (en m3/s) : ( /2 pts)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.7- La puissance du compresseur à pression maximale : ( /2 pts)
...........................................................................................
...........................................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 131


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR5 à rendre par l'élève
Tâche d :
3.d.1- L'engrenage formé par la roue 29
et le pignon 38 est à denture droite.
a- Les caractéristiques de la roue dentée 29 :
d, da, df, h, ha, hf, b et pas. ( /1,5 pts)

b- La condition d'engrainement de cet engrenage : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( /0,5 pts)


c- Tableau des caractéristiques de l'engrenage 38 / 29 : ( /3 pts)
m Z d ha hf h da df Pas a
Formule ... ... ... ... ... ... ... ...
Pignon 38 2 12 . . . . . . ...... ...... ...... ...... ...... ......
......
Roue 29 . . 30 . . . . . . ...... ...... ...... ...... ...... ......
d- la liaison complète démontable entre l’arbre moteur et le pignon 38, à l’échelle 2 :1
assurer par une clavette parallèle (12,75x2,4), un épaulement de l’arbre moteur et un serrage
en bout d’arbre par vis H M4,25-13; rondelle Grower et rondelle plate : ( /4 pts)

( /0,5 pts)
e- Un autre système de réduction de vitesse entre l'arbre moteur et l'arbre 22 : . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.d.2- La position des clapets pendant la descente du piston est indiquée par les représentation
suivantes :
a- La représentation des deux clapets pendant la montée du piston : ( /2 pts)
4+5' 4+5
34 6

Clapet A Clapet B
b- Deux autres types de clapets : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( /1 pt)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 132


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document ressources
Fp : Produire et maintenir automatiquement une
réserve d'air comprimé.
Les fonctions de services
Fc1 : S'adapter à la source d'énergie électrique disponible.
du compresseur
Fc2 : Résister aux agressions du milieu environnant.
monocylindrique
Fc3 : Respecter les normes de sécurité en vigueur.
Fc4 : Avoir un bon aspect.

- Eau
- Bruit
- Réglages
- Air ambiant
Les éléments de l'actigramme - Air comprimé
niveau A-0 du compresseur - Compte-rendu
monocylindrique - Énergie électrique
- Énergie calorifique
- Ordres de commande
- constituer et maintenir
automatiquement une
réserve d'air comprimé.

- Nm = 1500 tr/mn
Les caractéristiques de la fonction - Pression minimale : Pmin = 6 bars
principale du compresseur - Pression maximale : Pmax = 8 bars
monocylindrique - Volume du réservoir : 100 litre
- Diamètre du piston 9 : d9 = 36 mm

Schéma de l'installation
pneumatique du compresseur
monocylindrique

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 133


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
COMPRESSEUR MONOCYLINDRIQUE
Document réponse DR1 à rendre par l'élève

Tâche a :

3.a.1- Le diagramme bête à cornes


relatif au système étudier : ( /1,5 pts)

3.a.2- Le diagramme pieuvre


relatif au système étudier : ( /1 pt)

3.a.3- L'actigramme du niveau A-0 du système étudier : ( /1 pt)

3.a.4- Le FAST de la fonction principale Fp :


( /3 pts)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 134


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR2 à rendre par l'élève
Tâche b :
3.b.1- Le nom complet du système étudié et leur symbole : ( /1 pt) Symbole
Compresseur volumétrique alternatif à piston à un seul sens de flux
3.b.2- Deux autres types de compresseur rotatif : ( /1 pt)
Compresseur rotatif à palettes, Compresseur rotatif à engrenages
3.b.3- L'orifice d’aspiration et celui de refoulement : ( /0,5 pts)
Orifice d’aspiration : B Orifice de refoulement : A
3.b.4- Sur le dessin d’ensemble, le piston 9 se trouve dans la position : ( /0,5 pts)
Haute (En cercler la réponse juste) Basse
3.b.5- Le nom et la fonction des éléments suivants du dessin d'ensemble : ( /9 pts)
Pièce Nom Fonction
8 Cylindre Guidage du piston
9 Piston Aspire et refoule le fluide
15 Couvercle Protection des organes du mécanisme
16 Joint plat Réalise l'étanchéité statique
17 Vis H Bouchon de remplissage
18 Écrou à créneaux (Symbole : HK dégagé) Assemblage
19 Coussinet Réalise le guidage en rotation en diminuant le frottement
20 Joint plat Réalise l'étanchéité statique
21 rondelle plate Augmente la surface d'appuis
23 Circlips ''alésage" Arrêt en translation des bagues extérieures
24 Roulement BC Facilite le guidage en rotation
25 Entretoise Arrêt en translation des bagues intérieures
28 Vis H Assemblage de 26 / 41
33 Vis CHc Assemblage entre 4 / 8
35 Circlips ''arbre" Arrêt en translation du pignon 38
36 Joint métallique Réalise l'étanchéité dynamique
37 Clavette // Éliminer la rotation de 38 / à l'arbre moteur
44 Goupille centrage de 26/ 41

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 135


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR3 à rendre par l'élève
3.b.6- Le tableau des liaisons suivant (des organes du compresseur) : ( /4 pts)

EZZ@HR@OUI
3.b.7- Les repères des pièces et le schéma cinématique du compresseur : ( /2 pts)

3.b.8- La chaîne des transmissions mécanique (entre les organes du système étudier) : ( /1,5 pts)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 136


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR4 à rendre par l'élève
Tâche c :
3.c.1- Le nom et la fonction simplifier des composants du schéma de l'installation pneumatique
du compresseur : ( /3,5 pts)
Repère Nom Fontion
1 Conduite d'aspiration Acheminer le fluide vers le compresseur
2 Filtre Filtrer le fluide avant d'être acheminer vers l'installation
Compresseur à 1 seul
3 Compresser l'air et stocker dans un réservoir
sens de flux
4 Liaison mécanique Accoupler l'arbre moteur et l'arbre du copresseur
5 Conduite de travail Acheminer le fluide vers l'installation
Gérer l'ouverture ou la fermeture des voies de passage
6 Distributeur 2 / 2 du fluide, et à pression max, coupe le courant
d'alimentation et inversement.
7 Clapet de non retour Permet le passage du fluide dans un seul sens
Contenir la quantité de fluide nécessaire à
8 Réservoir
l'alimentation du circuit
9 Manomètre Contôler la pression d'utilisation
10 Limiteur de pression Protger les organes de l'installation
12 Vanne Robinet d'ouverture ou fermeture
13 Purgeur Eliminer l'eau du réservoir
14 Conduite d'évacuation Acheminer le fluide vers le réservoir
15 Réservoir Contenir la quantité de fluide éliminé du réservoir
3.c.2- Le rapport de transmission entre l'arbre moteur et le vilebrequin 22 : ( /1 pt)
r = Nr / Nm = N29 / N38 = Z38 / Z29 = 12 / 30 = 0,4
3.c.3- La fréquence de rotation '' N22 ''du vilebrequin 22 (en tr/mn) : ( /1 pt)
N22 = N29 = Nm.r = 1500.0,4 = 600 tr / mn
3.c.4- La course '' C9 ’' du piston 9 (en mm) : ( /1 pt)
C9 = 2.e = 2.113 = 26 mm
3.c.5- La cylindrée '' Vcy '' du compresseur (en ℓ/tr) : ( /1 pt)
Vcy = C9.S9 = C9.𝝅.(d9)2 /4 = 0,26.3,14.(0,36)2 / 4 = 26,451.10-3 ℓ/tr
3.c.6- Le débit volumique '' QV '' du compresseur (en m3/s) : ( /2 pts)
-3 -3 -5 3
QV = Vcy.N22 / 60 = 26,451.10 .10 .600 /60 =26,451.10 m /s
3.c.7- La puissance du compresseur à pression maximale : ( /2 pts)
P = (Pref - Padm).QV =(8 - 1).10 .26,451.10 = 185,157 W
5 -5

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 137


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR5 à rendre par l'élève
Tâche d :
3.d.1- L'engrenage formé par la roue 29
et le pignon 38 est à denture droite.
a- Les caractéristiques de la roue dentée 29 :
d, da, df, h, ha, hf, b et pas. ( /1,5 pts)

b- La condition d'engrainement de cet engrenage : Même module '' m’' ( /0,5 pts)
c- Tableau des caractéristiques de l'engrenage 38 / 29 : ( /3 pts)
m Z d ha hf h da df Pas a
Formule m.Z m 1,25.m 2,25.m d+2.m d-2,5.m 𝝅.m m.(Z12+Z30)/2
Pignon 38 2 12 24 2 2,5 4,5 28 19 6,28
42
Roue 29 2 30 60 2 2,5 4,5 64 55 6,28
d- la liaison complète démontable entre l’arbre moteur et le pignon 38, à l’échelle 2 :1
assurer par une clavette parallèle (12,75x2,4), un épaulement de l’arbre moteur et un serrage
en bout d’arbre par vis H M8,5-26; rondelle Grower et rondelle plate : ( /4 pts)

( /0,5 pts)
e- Un autre système de réduction de vitesse entre l'arbre moteur et l'arbre 22 : Poulie courroie
3.d.2- La position des clapets pendant la descente du piston est indiquée par les représentation
suivantes :
a- La représentation des deux clapets pendant la montée du piston : ( /2 pts)

b- Deux autres types de clapets :  Clapet taré  Clapet non taré avec étranglement (/1 pt)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 138


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
MOTO-COMPRESSEUR D'AIR À PISTON
1- Présentation du support:
Dans Les ateliers, les laboratoires, les cabinets dentaires et les industries médicales,
graphiques, alimentaires et de transports il y a souvent besoin d'alimenter les appareils
et machines en air comprimé. Les moto-compresseurs d'air à piston, de différents types, sont
conçus pour répondre à ce besoin. Poulie- courroie

2- Principe de fonctionnement : (Voir dessin d'ensemble page 137)


Le moteur entrîne vilebrequin 4+ maneton 5 en rotation par
un système poulie courroie (non représenter).
Le mouvement de rotation continu du vilebrequin 4+ maneton 5
est transformé en un mouvement de translation rectiligne alternatif
du piston 9.
(Le mouvement de ce dernier est cyclique et chaque cycle
comprend deux phases : Phase d'aspiration et phase
de refoulement, afin de stocker de l'air sous pression dans
un réservoir).
3- Situation d'évaluation N°1 :
Une société de peinture est spécialisée dans la peinture des tôles, à la suite d'un arrivage de
nouvelles tôles et pour activer l'opération de peinture, vous demande de mettre en œuvre le moto-
compresseur d'air à piston et de vérifier quelques performances issues de son cahier des charges.
Pour cela la réalisation des tâches suivantes s'avère nécessaire :
Tâche a : ( /6,5 pts)
Après avoir pris connaissance du sujet, On vous demande sur le document réponse DR1
page 139 de découvrir le moto-compresseur d'air à piston à travers des outils d'analyse et de
représentation fonctionnelle et en utilisant les ressources page 144 :
3.a.1- Compléter le diagramme bête à cornes relatif au système étudier ?
3.a.2- Établir le diagramme pieuvre relatif au système étudier ?
3.a.3- Compléter l'actigramme du niveau A-0 du système étudier ?
3.a.4- Compléter le FAST de la fonction principale Fp par l'indication des solutions constructives
associées aux fonctions techniques ? En exploitant les acquis de la 1er STM et de la 2ème STM.
Tâche b : ( /19,5 pts)
Dans le but d'appréhender la solution technologique choisie, d'identifier la loi d'entrée / sortie du
compresseur monocylindrique. Votre participation à cette tâche se limitera à la détermination des
paramètres d'entrée / sortie du système de transmission et de transformation de mouvement. Pour
cela, sur le document réponse DR2 et DR3 page 140 et 141, et en exploitant les acquis
de la 2ème STM, la nomenclature page 138 et les ressources page 144 :
3.b.1- Donner le nom complet du compresseur étudiée et leur symbole ?
3.b.2- Citer deux autres types de compresseur rotatif ?
3.b.3- Indiquer par C1 ou C2 l’orifice d’aspiration et celui de refoulement ?
3.b.4- Sur le dessin d’ensemble, dans quelle position se trouve le piston 7 ?
3.b.5- Donner le nom et la fonction des éléments suivants le dessin d'ensemble?
3.b.6- Compléter le tableau des liaisons (des organes du compresseur d'air à piston) ?
3.b.7- Compléter le schéma cinématique du compresseur d'air à piston?
3.b.8- Compléter la chaîne des transmissions mécanique (entre les organes du système étudier)
par l'indication de la nature du mouvement de chacun des éléments par rapport au corps 1.

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 139


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Tâche c : ( /11,5 pts)
Dans le cadre de votre activité dans cette société, vous êtes appelés à expliquer à un stagiaire le
fonctionnement du mécanisme et le schéma de l'installation pneumatique du compresseur d'air à
piston et de l'encadrer pour proposer une solution constructive afin d'économiser l'énergie
pneumatique. Et dans le but de lire le schéma pneumatique du compresseur d'air à piston
et d'identifier la fonction de quelques constituants du schéma.
On Vous demande de répondre sur le document réponse DR4 page 142, et en exploitant les
ressources page 144, et la nomenclature page 138 :
3.c.1- Donner le nom et la fonction des composants du schéma de l'installation pneumatique
du compresseur d'air à piston?
3.c.2- Calculer le rapport de transmission entre la poulie motrice et la poulie réceptrice ?
3.c.3- En déduire la fréquence de rotation '' N4 ''de l'arbre à excentrique 4 (en tr/mn) ?
3.c.4- Déterminer la course '' C7 ’' du piston 7 (en mm) ?
3.c.5- Calculer la cylindrée '' Vcy '' du moto-compresseur d'air à piston (en ℓ/tr) ?
3.c.6- En déduire le débit volumique '' QV '' du moto-compresseur d'air à piston (en m3/s) ?
3.c.7- Calculer la puissance du moto-compresseur à pression maximale ? Avec : P = (Pref - Padm).QV
Tâche d : ( /12,5 pts)
Après avoir pris connaissance des éléments constituant le réducteur à poulies-courroie
et le moto-compresseur du dessin d'ensemble, vous êtes invités à proposer une solution constructive
pour adapter l'énergie mécanique à l'arbre 4. On Vous demande de répondre sur le document
réponse DR5 page 143, et en exploitant les ressources page 144, et la nomenclature page 138 :
3.d.1- La société se propose de modifier la transmission par poulie-courroie en une autre solution.
D'après la page 144, le choix de la transmission par engrenage droit à denture droite
est la bonne solution.
a- Indiquer les caractéristiques : d, da, df, h, ha, hf et b, sur le dessin d'une roue dentée ?
b- Quel est la condition d'engrainement de cet engrenage ?

c- Compléter la représentation graphique sans échelle


de la liaison complète démontable entre l’arbre 4
et la roue dentée 36, assurer par une clavette parallèle,
un entretoise 14 et un serrage en bout d’arbre par
un écrou 38 ; rondelle plate 37 ?

d- Compléter le tableau des caractéristiques


de l'engrenage "pignon 46 / roue 36" ?

3.d.2- Sur le Document réponse DR3 page 141 :


Tracer le segment B’C’ sur la 1ère figure, correspondant
à la bielle BC en position basse pendant la rotation
du vilebrequin AB, et le segment B’’C’’ sur la 2ème figure,
correspondant à la bielle BC en position haute.

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 140


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
DESSIN D'ENSEMBLE

24
Forme E
Échelle 1:1
F-F

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 141


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
NOMENCLATURE

33 1 ........................ d33int = 31 mm
32 1 ........................
30 3 ........................

28 1 Joint plat
27 1 ........................
26 2 ........................ 42 CrMo 4
25 4 Vis CHc M2
24 8 Vis CHc M6
23 1 ........................
22 1 Bouchon
21 1 Joint torique
20 1 Bague
19 1 Axe piston 42 CrMo 4
18 1 Circlips
17 1 Rondelle
16 1 ........................
15 1 Entretoise
14 1 Entretoise
13 1 .....................
12 1 .....................
11 1 Vis HC à téton long
10 1 Couvercle
9 1 Culasse
8 1 Corte clapets
7 1 .....................
6 1 .....................
5 1 Maneton C 45
4 1 Vilebrequin 42 CrMo 4
3 1 Palier FGL 200
2 1 Cylindre G-A9Z
1 1 Corps JGL 200
Rep Nb Désignation Matière Obs

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 142


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR1 à rendre par l'élève

Tâche a :

3.a.1- Le diagramme bête à cornes


relatif au système étudier : ( /1,5 pts)

3.a.2- Le diagramme pieuvre


relatif au système étudier : ( /1 pt)

3.a.3- L'actigramme du niveau A-0 du système étudier : ( /1 pt)

3.a.4- Le FAST de la fonction principale Fp :


( /3 pts)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 143


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR2 à rendre par l'élève
Tâche b :
3.b.1- Le nom complet du compresseur étudié et leur symbole : ( /1 pt) Symbole
............................................................................................
3.b.2- Deux autres types de compresseur rotatif : ( /1 pt)
............................................................................................
3.b.3- L'orifice d’aspiration et celui de refoulement : ( /0,5 pts)
Orifice d’aspiration : . . . . . . . . . . . . . Orifice de refoulement : . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.b.4- Sur le dessin d’ensemble, le piston 7 se trouve dans la position : ( /0,5 pts)
Basse (En cercler la réponse juste) Haute
3.b.5- Le nom et la fonction des éléments suivants du dessin d'ensemble : ( /9 pts)

Pièce Nom Fonction


.......................................................................
6 ..............
.......................................................................
.......................................................................
7 ..............
.......................................................................
.......................................................................
11 ..............
.......................................................................
.......................................................................
12 ..............
.......................................................................
.......................................................................
13 ..............
.......................................................................
.......................................................................
16 ..............
.......................................................................
.......................................................................
18 ..............
.......................................................................
.......................................................................
21 ..............
.......................................................................
.......................................................................
22 ..............
.......................................................................
.......................................................................
23 ..............
.......................................................................
.......................................................................
26(C1) ..............
.......................................................................
.......................................................................
27 ..............
.......................................................................
.......................................................................
30 ..............
.......................................................................
.......................................................................
31 ..............
.......................................................................
.......................................................................
32 ..............
.......................................................................
.......................................................................
33 ..............
.......................................................................
Forme .......................................................................
.............. .......................................................................
E

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 144


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR3 à rendre par l'élève
3.b.6- Le tableau des liaisons suivant (des organes du compresseur d'air à piston) : ( /4 pts)

EZZ@HR@OUI
3.b.7- Le schéma cinématique du compresseur d'air à piston : ( /2 pts)

3.b.8- La chaîne des transmissions mécanique (entre les organes du système étudier) : ( /1,5 pts)

Tâche d :
3.d.2- Le segment B’C’ sur la 1ère figure, correspondant à la bielle BC en position basse pendant
la rotation du vilebrequin AB, et le segment B’’C’’ sur la 2ème figure,
correspondant à la bielle BC en position haute.

1ère figure 2ème figure


Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 145
FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR4 à rendre par l'élève
Tâche c :
3.c.1- Le nom et la fonction simplifier des composants du schéma de l'installation pneumatique
du compresseur : ( /3,5 pts)
Repère Nom Fonction
..........................................................
1 ..................
..........................................................
..........................................................
2 ..................
..........................................................
..........................................................
3 ..................
..........................................................
..........................................................
4 ..................
..........................................................
..........................................................
5 ..................
..........................................................
..........................................................
6 ..................
..........................................................
..........................................................
7 ..................
..........................................................
..........................................................
8 ..................
..........................................................
..........................................................
9 ..................
..........................................................
..........................................................
10 ..................
..........................................................
..........................................................
12 ..................
..........................................................
..........................................................
13 ..................
..........................................................
..........................................................
14 ..................
..........................................................
..........................................................
15 ..................
..........................................................
3.c.2- Le rapport de transmission entre la poulie motrice et la poulie réceptrice : ( /1 pt)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.3- La fréquence de rotation '' N4 ''de l'arbre 4 (en tr/mn) : ( /1 pt)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.4- La course '' C7 ’' du piston 7 (en mm) : ( /1 pt)
...........................................................................................
3.c.5- La cylindrée '' Vcy '' du moto-compresseur (en ℓ/tr) : ( /1 pt)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.6- Le débit volumique '' QV '' du moto-compresseur (en m3/s) : ( /2 pts)
...........................................................................................
...........................................................................................
3.c.7- La puissance du moto-compresseur à pression maximale : ( /2 pts)
...........................................................................................
...........................................................................................

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 146


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR5 à rendre par l'élève
Tâche d :
3.d.1- Changement d'une solution constructive :
a- Les caractéristiques d'une roue dentée : Rainure de clavette
d, da, df, h, ha, hf et b. ( /1,5 pts)

b- La condition d'engrainement de cet engrenage : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ( /0,5 pts)


c- La liaison complète démontable
entre l’arbre 4 et la roue
dentée 36, sans l’échelle, assurer
par une clavette parallèle,
un entretoise 14 et un serrage
en bout d’arbre par écroue 38,
et rondelle plate 37 : ( /4 pts)

38 37

d- Tableau des caractéristiques de l'engrenage "pignon 46 / roue 36" : ( /3 pts)


m Z d ha hf h da df Pas a
Formule ... ... ... ... ... ... ... ...
Pignon 46 2 . . 24 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... ......
......
Roue 36 .. .. 60 ...... ...... ...... ...... ...... ......

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 147


FONCTION ALIMENTER ET TRANSMETTRE EN ÉNERGIE
" Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document ressources
Fp : Produire et stocker l'air comprimé dans un réservoir.
Les fonctions de services Fc1 : S'adapter à la source d'énergie électrique.
du compresseur d'air à piston Fc2 : Résister aux agressions de l'environnement.
Fc3 : Sécuriser l'utilisateur.
Fc4 : Être esthétique.
- Eau
- Bruit
- Réglages
- Air ambiant
Les éléments de l'actigramme - Air comprimé
niveau A-0 du compresseur - Compte-rendu
d'air à piston - Énergie électrique
- Énergie calorifique
- Ordres de commande
- constituer et maintenir
automatiquement une
réserve d'air comprimé.
- Fréquence de rotation du moteur Nm = 1500 tr/mn
- Pression minimale : Pmin = 6 bars
- Pression maximale : Pmax = 8 bars
Les caractéristiques de la fonction - Volume du réservoir : 100 litre
principale du compresseur - Diamètre poulie motrice : dm = 48 mm
d'air à piston - Diamètre poulie réceptrice : dr = 120 mm
- L'excentrique e = 11 mm
- Fréquence de rotation de la poulie réceptrice Nr = ?
- Rapport de réduction entre les poulies : r = Nr / Nm = dm / dr

Comparaison des principaux


systèmes de transmission
de puissance

Schéma de l'installation
pneumatique du compresseur
d'air à piston

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 148


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
MOTO-COMPRESSEUR D'AIR À PISTON
Document réponse DR1 à rendre par l'élève

Tâche a :

3.a.1- Le diagramme bête à cornes


relatif au système étudier : ( /1,5 pts)

3.a.2- Le diagramme pieuvre


relatif au système étudier : ( /1 pt)

3.a.3- L'actigramme du niveau A-0 du système étudier : ( /1 pt)

3.a.4- Le FAST de la fonction principale Fp :


( /3 pts)

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 149


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR2 à rendre par l'élève
Tâche b :
3.b.1- Le nom complet du compresseur étudié et leur symbole : ( /1 pt) Symbole
Compresseur volumétrique alternatif à piston à un seul sens de flux
3.b.2- Deux autres types de compresseur rotatif : ( /1 pt)
Compresseur rotatif à palettes, Compresseur rotatif à engrenages
3.b.3- L'orifice d’aspiration et celui de refoulement : ( /0,5 pts)
Orifice d’aspiration : C1 Orifice de refoulement : C2
3.b.4- Sur le dessin d’ensemble, le piston 7 se trouve dans la position : ( /0,5 pts)
Basse (En cercler la réponse juste) Haute
3.b.5- Le nom et la fonction des éléments suivants du dessin d'ensemble : ( /9 pts)

Pièce Nom Fonction


Transforme le mvt de rotation continu en un mvt de translation
6 Bielle
alternatif, le système est réversible
7 Piston Aspire et refoule le fluide
11 Vis HC-TL Bouchon de lubrification
12 Roulement BC Facilite le guidage en rotation
13 Entretoise Arrêt en translation des bagues extérieures
16 Coussinet Réalise le guidage en rotation en diminuant le frottement
18 Circlips ''arbre" Arrêt en translation du coussinet + la bielle
21 Joint torique Réalise l'étanchéité statique
22 Vis H Bouchon de vidange
23 Vis CHc Assemblage entre 10 / 1
26(C1) Clapet anti retour Trou d'aspiration
27 Joint plat Réalise l'étanchéité statique
30 Joint métallique Réalise l'étanchéité dynamique
31 joint plat Réalise l'étanchéité statique
32 Écrou H Freinage de la vis 11
33 Chemise Pour protéger le cylindre 2 (c'est une pièce interchangeable)
E ailes Pour le refroidissement du mécanisme

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 150


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR3 à rendre par l'élève
3.b.6- Le tableau des liaisons suivant (des organes du compresseur d'air à piston) : ( /4 pts)

EZZ@HR@OUI
3.b.7- Le schéma cinématique du compresseur d'air à piston : ( /2 pts)

3.b.8- La chaîne des transmissions mécanique (entre les organes du système étudier) : ( /1,5 pts)

Tâche d :
3.d.2- Le segment B’C’ sur la 1ère figure, correspondant à la bielle BC en position bass pendant
la rotation du vilebrequin AB, et le segment B’’C’’ sur la 2ème figure,
correspondant à la bielle BC en position haute.
C''

C'
B''

B'
1ère figure 2ème figure
Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 151
FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR4 à rendre par l'élève
Tâche c :
3.c.1- Le nom et la fonction simplifier des composants du schéma de l'installation pneumatique
du compresseur : ( /3,5 pts)
Repère Nom Fonction
1 Liaison mécanique Accoupler l'arbre moteur et l'arbre du compresseur
Compresseur à 1 seul
2 Compresser l'air et stocker dans un réservoir
sens de flux
3 Conduite d'aspiration Acheminer le fluide vers le compresseur
Filtrer le fluide avant d'être acheminer vers
4 Filtre
l'installation
5 Conduite de travail Acheminer le fluide vers l'installation
Gérer l'ouverture ou la fermeture des voies de
6 Distributeur 2 / 2
passage du fluide
7 Clapet de non retour Permet le passage du fluide dans un seul sens
Contenir la quantité de fluide nécessaire à
8 Réservoir
l'alimentation du circuit
9 Manomètre Contrôler la pression d'utilisation
10 Limiteur de pression Protéger les organes de l'installation
Groupe de Contrôler la pression, lubrifier l'installation et de
12
conditionnement filtrer le fluide utilisé
13 Vanne Robinet d'ouverture ou fermeture
14 Purgeur Éliminer l'eau du réservoir
15 Conduite d'évacuation Acheminer le fluide vers le réservoir
16 Réservoir Contenir la quantité de fluide éliminé du réservoir
3.c.2- Le rapport de transmission entre la poulie motrice et la poulie réceptrice : ( /1 pt)
r = Nr / Nm = dm / dr = 48 / 120 = 0,4
3.c.3- La fréquence de rotation '' N4 ''de l'arbre 4 (en tr/mn) : ( /1 pt)
N7 = Nr = Nm.r = 1500.0,4 = 600 tr / mn
3.c.4- La course '' C7 ’' du piston 7 (en mm) : ( /1 pt)
C7 = 2.e = 2.11 = 22 mm
3.c.5- La cylindrée '' Vcy '' du moto-compresseur (en ℓ/tr) : ( /1 pt)
Vcy = C7.S7 = C7.𝝅.(d33) /4 = 0,22.3,14.(0,31) / 4 = 16,596.10-3 ℓ/tr
2 2

3.c.6- Le débit volumique '' QV '' du moto-compresseur (en m3/s) : ( /2 pts)


QV = Vcy.N7 / 60 = 16,596.10-3.10-3.600 /60 =16,596.10-5 m3 /s
3.c.7- La puissance du moto-compresseur à pression maximale : ( /2 pts)
P = (Pref - Padm).QV =(8 - 1).105.16,596.10-5 = 116,172 W

Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 152


FONCTION ALIMENTER-TRANSMETTRE ET CONVERTIR
EN ÉNERGIE " Aspect Physique et Technologique"
2ème STM
Doc : élève
Document réponse DR5 à rendre par l'élève
Tâche d :
3.d.1- Changement d'une solution constructive :
a- Les caractéristiques d'une roue dentée : Rainure de clavette
d, da, df, h, ha, hf et b. (
b /1,5 pts)

hf ha
h df
d
da
b- La condition d'engrainement de cet engrenage : Même module '' m’' ( /0,5 pts)
c- La liaison complète démontable
entre l’arbre 4 et la roue
dentée 36, sans l’échelle, assurer
par une clavette parallèle,
un entretoise 14 et un serrage
en bout d’arbre par écroue 38,
et rondelle plate 37 : ( /4 pts)

d- Tableau des caractéristiques de l'engrenage "pignon 46 / roue 36" : ( /3 pts)


m Z d ha hf h da df Pas a
Formule m.Z m 1,25.m 2,25.m d+2.m d-2,5.m 𝝅.m m.(Z46+Z36)/2
Pignon 46 2 12 24 2 2,5 4,5 28 19 6,28
42
Roue 36 2 30 60 2 2,5 4,5 64 55 6,28
Contrôle N°02 Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . Classe : . . . . .N° . Durée : 180 mn Page 153
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours Doc : élève

154
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX
I- BUT DE LA R.d.M :

La résistance des matériaux est l’étude de la résistance et


de la déformation des solides d’une construction
(arbres de transmission, axes, bâtiments, ponts,….) dans le but de
déterminer ou vérifier leurs dimensions transversales afin qu’ils
supportent les charges auxquelles ils sont soumis. (Figure 1)
(Figure 1)
II- HYPOTHÈSES DE LA R.d.M :

 Les matériaux sont supposés homogènes (formés par les


mêmes atomes) et isotrope (même répartition des atomes).
 La géométrie des solides (poutre) présentant des sections
droites, et des dimensions longitudinales importantes par
rapport aux dimensions transversales (Figure 2).
 Une poutre est engendrée par une section droite et plane (S)
dont le barycentre G se déplace sur une ligne (ou courbe) AB
appelée ligne moyenne qui est perpendiculaire à (S) (Figure 2). (Figure 2)
 Les forces appliquées en un point, sont des pointeurs, il n’est pas
possible de remplacer par un système de forces équivalent, car les
effets physiques sont différents. (Figure 3)
(Dans la Figure 3, lorsque et glissent sur leur support, la traction devient de la compression).

(Figure 4)
(Dans la Figure 4, la résultante provoque une flèche plus importante que les forces en D et E).

III- COUPURE DANS UNE POUTRE : (Figure 5)

 Le plan (P) contenant la section droite (S) partage la poutre en


deux parties (I) et (II) appelées Tronçons.
 On appelle (I) la partie gauche, ou amont de (P), et (II) partie
droite, ou aval de (P).

3.1- Torseur de cohésion : (Figure 6) (Figure 5)

Les actions mécaniques que la partie droite (II) exerce sur la section droite
fictive (S) appartenant à (I) sont des actions extérieures à la partie (I). Leur
répartition est inconnue mais nous pouvons les modéliser par un torseur de
cohésion et calculer ses éléments de réduction en G, barycentre de la
section (S). 
 
R  f : résultante des forces de cohésion ( fi de II / I )
i
(S)
   

MG   GM i  f i
(S)
:

moment résultante des  fi
/à G (Figure 6)

 

d’où : Coh II / I  R MG
G 
G
Remarque : d’après le théorème des actions mutuelles on a : Coh II / IG Coh I / IIG

155
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
3.2- Projection des éléments de réduction   de
 torseur de cohésion : (Figure 7)
Composantes
  
de et dans le repère
   R G, 
X,Y,Z 
qu’est lié à la surface (S)
R  N  T et MG  Mt  Mf Avec :
  
N : effort Normale : projection de R sur la normale extérieur (G, X)
   
T : effort Tranchant : projection de R sur le plan de la section droite (G,Y,Z)
  
Mt : moment de torsion : projection de MG sur la normale (G, X)
    (Figure 7)
Mf : moment de flexion : projection de MG sur le plan (G,Y,Z)
   
Remarque : en général, T et MG n’ont pas de direction particulière dans le plan (G,y,z) , il est utile de
        
définir leurs coordonnées dans R(G,x,y,z) d’où : R  N  x  Ty  y  Tz  z et MG  Mt  x  MfGy  y  MfGz  z
3.3- Définition des sollicitations simples : N M t 
 

 

Une sollicitation est dite simple (ou pure) lorsqu’ un seul des éléments de coh II / IG  Ty M fGy 

réduction du torseur de cohésion n’est pas nul. 
 



 Tz M fGZ 
G

Forme générale du torseur de cohésion :
 Traction simple (N > 0) ou N  0 ; Ty = 0 ; Tz = 0  Cisaillement simple N = 0 ; Ty  0 ; Tz = 0
compression simple (N < 0) Mt = 0; MfGy = 0; MfGz = 0 Mt = 0 ; MfGy = 0 ; MfGz = 0
 
Le sens de N  Le sens de Ty
est celui de (G, X) 
 est celui de (G,Y)
N 
  
T  
  
coh II / IG      coh II / I  
 
y 

0  G G  

 
 
0 
 G

 Torsion simple N = 0 ; T y = 0 ; Tz = 0  Flexion simple pure N = 0 ; Ty = 0 ; Tz = 0
Mt  0 ; MfGy = 0 ; MfGz = 0 Mt = 0 ; MfGy = 0 ; MfGz  0
 
Le sens de Mt Le sens de MfGz
 
est celui de (G, X) est celui de (G, Z)
 

 0  
 
 0 
coh II / IG   

 
coh II / IG   
 
 Mt 

 G
  MfGz 

 G

IV- VECTEURS CONTRAINTES :



(S) : section quelconque, orientée par n normale a (S) extérieure à la matière de la partie (I)

 f : force élémentaire exercée par la partie (II) sur (I), au point M  (S) (Figure 8).
S : élément de surface entourant le point M.
 
   df
par définition : C(M)  lim f ; C(M)  df ; C(M) 
S0 S dS dS
 2
C(M) : norme du vecteur contrainte, en Pascal (1Pa = 1 N / m ).
(Figure 8)
en R.d.M, on utilise le Méga pascal (1MPa = 106 Pa = 1 N / mm2 = 10 bars).

 Contrainte normale – Contrainte tangentielle : (Figure 9)


 
 La contrainte normale est la projection de C(M) sur n
 
 La contrainte tangentielle est la projection de C(M) sur t
(Figure 9)
    
d’où :  C( M )   M   M   M  n   M  t  
Remarque : Une contrainte C( M )  n est dite principale lorsque sa
avec : - n : vecteur unitaire normal à la surface ;  
 direction est normale au plan de la section ; dans ce cas :  M 0
- t : vecteur unitaire dans le plan de la surface ;
156
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
TRACTION SIMPLE
I- HYPOTHÈSES : Solide idéal
 Solide idéal : matériau homogène, isotrope, poutre rectiligne,
de section constante.
 Les actions extérieures dans les sections   extrêmes sont
modélisables par deux résultantes A et B appliquées aux
barycentres de ces sections, dirigées selon la ligne moyenne,
(orientées vers l’extérieur de la poutre) (Figure 10).
 
A   et B  (Figure 10)

A1/1A  0  B1/1B  0 

 A   B
II- DÉFINITION : (Figure 11). Isolement d’une partie (I)
Une poutre est sollicitée à la traction si, le torseur associe aux forces
de cohésion de la partie droite (II) sur la partie gauche (I) de la poutre peut
se réduire en G, (barycentre de la section droite (S)) à une résultante
perpendiculaire à (S), dirigée vers l’extérieur de la matière, telle que :

N  0 ; Ty = 0 ; Tz = 0 ; et Mt = 0 ; MfGy = 0 ; Mfgz = 0

N
d’où CohII/IG     et (N > 0)
0 G


A  
Remarque : Coh    Action ext.à gauche / IG     
II/I G (Figure 11)

0  G


B  
  Action ext.à droite / IIG    
0 
 G Répartition des contraintes dans (S)
     
donc : N  A; N  B et MG  0

III- CONTRAINTES DANS UNE SECTION DROITE : (Figure 12).



Les contraintes M dans une section droite (S) sont normales
à la section et uniformément réparties dans cette dernière.
La valeur de M en un point M de (S) est :
N
M  ; N  0  M  0
S
avec : M : Contrainte normale en un point M (MPa), (1MPa = 1N/mm2 = 10 bars = 106 Pa) (Figure 12)
N : Effort normal (en N) ;
S : aire de la section droite soumise à la traction (mm2)
Démonstration
    
N   dfII/I  0 avec (  dfII/I   s dfII/I )
s s

   df  
proj / ox :  N   dfII/I  0 ; or : C(M).n  II/I  M.n  M.t
s ds
 
dfII/I  M.n .ds d'où :  N  M  ds  0
s

N
N  M.S  0 ; donc : M  avec N  0 ; M  0
S

157
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
IV- ÉTUDE DES DÉFORMATION : (Figure 13). Courbe caractéristique de l’essai
a- Essai de traction :
La machine de traction permet d'appliquer très progressivement

et sans choc un effort de traction F ; afin d'étudier les allongements
l de l’éprouvette :
 Porter en ordonnée la valeur de l’effort unitaire R
(ou contrainte de traction  ) en (MPa).   F
S0
 Porter en abscisse la valeur de l'allongement unitaire  x :

Étude de la courbe
 La zone OA : l'éprouvette a une déformation élastique.
L'allongement unitaire est proportionnel à l'effort appliqué.
Dès que  est supprimé, l’éprouvette reprend sa longueur initiale l0.
On reste dans cette zone tant que  < Re avec Re = Fe / S, (Figure 13)
 La zone AD :  > Re : l’éprouvette a une déformation plastique
ou permanente. L'allongement unitaire n'est plus proportionnel à l’effort Déformation de l’éprouvette
unitaire appliqué. Lorsque  est supprimé, l’éprouvette ne reprend pas
sa longueur l0.
De A à C : l’éprouvette s'allonge et reste cylindrique.
De C à D : l'allongement continue de croître avec un effort F2 moins
important. Il apparaît un étranglement, ou striction, qui s'accentue
jusqu'à la rupture en D.
Après rupture, l’éprouvette a pour longueur lu.
On définit l’allongement en %.

; pour les aciers 0% < A% < 30%

b- Déformation d’une poutre dans le domaine élastique :


 Déformation longitudinale (voir la courbe zone OA)
La contrainte   F varie linéairement en fonction de
S0
l’allongement unitaire  x .

  E x N E  l donc : N  l0 avec :


Loi de Hooke et  l 
S0 l0 E  S0
 : contrainte normale de traction (en MPa) ;
E : module d’élasticité longitudinale ou d’Young en (MPa), (pour les aciers E = 2.105 MPa) ;
 x : allongement unitaire ; l : allongement de la poutre en (mm) ; l0 : longueur initiale de la poutre en (mm) ;
N : effort normal en (N) ; S0 : section droite initiale en (mm2).
 Déformation transversale (Figure 14).
Lorsqu’une poutre s’allonge dans la direction longitudinale sous l’effet de N, on observe une contraction dans
la direction transversale ; on écrit :  y     x avec :

l1  l0 Allongement unitaire suivant ox
x  : ;
l0
h  h0 Contraction (ou raccourcissement) suivant  ;
y  1 : oy
h0
 : Coefficient de Poisson (selon les matériaux ( 0,1    0,5 ), (Figure 14)
(pour les aciers   0,3 ).
158
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
V- CONDITION DE RÉSISTANCE :
Pour des raisons de sécurité, la contrainte normale doit rester inférieure à la résistance pratique
à l’extension Rpe. La condition de résistance est :
N Re Re : Résistance élastique à l’extension (MPa)
  Rpe ou  Rpe avec Rpe 
S s s : coefficient de sécurité.
Exemple : Pince de levage avec une action F de 3000 N agissant sur une biellette de section
rectangulaire de 16 x10.
Calculez la contrainte normale σn dans une section de la biellette puis
vérifiez la condition de résistance si s = 10. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.......................................................................
.......................................................................
..................................................................
....................................................................

VI- CONDITION DE DÉFORMATION :


Pour des raisons fonctionnelles, il est parfois important de limiter l’allongement.
Il doit rester inférieur à une valeur limite llim N  l0
l  llim ou  llim
ES
VII- GÉOMÉTRIE NON PARFAIT : (ou phénomène de concentration de contraintes)
Si le solide présente des variations brusques de section, dans une zone proche de ces variations, la
répartition des contraintes n’est plus uniforme, il y a concentration de contrainte. La contrainte maximale est :
 max  K t  nom ; 1  K t  3
avec : Kt : Coefficient de concentration de contrainte de traction (Kt en fonction de gorge, épaulement...)
 nom : Contrainte normale nominale = N
S Méthode de calcul d’un solide réel

1° Calculer  nom
2° Analyser la nature de la géométrie,
(épaulement, gorge...), section circulaire ou prismatique
et choisir la courbe (voir page suivante).
3° Calculer : r/d, D/d, ou h/D.
4° Déterminer la valeur de Kt correspondante.
5° Calculer  max  Kt   nom
Cœfficient de concentration de contrainte Kt 6° Écrire la condition de résistance :  max  Rpe
(voir tableau suivant)
Arbre de section circulaire épaulé Arbre de section circulaire avec gorge

159
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
Plaque plane avec changement de section Plaque plane avec deux saignées sur les bords

Plaque plane percée d’un trou sur l’axe de symétrie Plaque plane percée d’un trou à une extrémité
longitudinal

Remarque : Contraintes et déformations d’origine


thermique, un changement de température engendre une
modification des dimensions des poutres. Si la température
augmente, la poutre en général s’allonge (dilatation) et
inversement (contraction). Le plus souvent, les dilatations
ou contractions varient linéairement avec la température et -6
suivent la loi : Exemples de valeurs de L (10 m/m.°C)
Invar (Fe+36%Ni) 1,5 Laiton 18,9
L= L. L. T ou  = L. T Silicium 3 Nylon (33% fibres de verre) 20
L : allongement de la poutre (m) Tungstène 4,5 Magnésium 23
L : longueur initiale de la poutre (m) Granite 8,7 Aluminium 25
Verre 9 Plomb 29
T : accroissement de température (K, °C)
-1 -1 Fer 12 Zinc 30
L : coefficient de dilatation linéique (°C , K ) Acier 12 Polyéthylène (33% fibres de verre) 48
Exemple : une barre en cuivre de 1 m, à 20 °C, est Fontes (EN-GJL) 12 Polystyrène 70
chauffée jusqu’à 200 °C. Déterminons sa longueur finale. Nickel 13 Nylon 80
-6
Réponse : L = (16 x 10 ) x 1000 x (200 - 20) =2,88 Cuivre 16 Polyéthylène 100
L  2,9 mm ; donc : L = 1000 + 2,9 = 1002,9 mm
160
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
COMPRESSION SIMPLE
I- HYPOTHÈSES : (Figure 15)
Le solide est idéal : matériau homogène,
isotrope, poutre rectiligne et de section
constante.

II- DÉFINITION : (Figure 16) (Figure 15)


Une poutre sollicitée à la compression si, le torseur associé aux forces de cohésion de II/I
au point G, à une résultante perpendiculaire a (S) dirigée vers
l’intérieur de la matière, telle que :

 N    
cohII / I G     dans (G , x, y, z )
 0 G
avec : N  0; Ty  0; Tz  0
M t  0; M fGy  0; M fGz  0 

 A      Isolement d’une partie (I) d’une poutre
et cohII / I G   Action à gauche / I G      donc : N   A ; M G  0 (Figure 16)

 0 G
III- CONTRAINTES DANS UNE SECTION DROITE : (Figure 17)
Elles sont normales à (S) et uniformément réparties dans cette
dernière. La contrainte M (MPa = N/mm2) a pour valeur :

M = N/S avec N < 0; M < 0

N : effort normal (N).


S : section droite soumise à la compression (mm2). Représentation uniforme des contraintes
(Figure 17)
IV- DÉFORMATION D’UNE POUTRE : (Figure 18)
Dans le domaine élastique, les contraintes et les
déformations sont proportionnelles.
Le raccourcissement l (mm) est :
N  l0
l  avec N < 0 ; l < 0
E  S0

Déformation d’une poutre (Figure 18)


V- CONDITION DE RÉSISTANCE :
Pour des raisons de sécurité, la contrainte normale doit rester inférieure à la résistance pratique à la
compression Rpc. La condition de résistance est :
N Rec Rec : Résistance élastique à la compression (MPa)
  Rpc ou  Rpc avec Rpc  s : coefficient de sécurité.
S s
Poutre verticale Poids négligé Poids propre non négligé
Remarque : Si le poids de la poutre N N P
verticale n’est pas négligeable, Contrainte     
la condition de résistance est : S S S
N P Déformation N  l0 N  l0 1 P  l0
  Rpc (si S est constante)
l  l   
S S ES ES 2 ES

161
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
CISAILLEMENT SIMPLE
I- HYPOTHÈSES : (Figure 19)

Le solide est idéal : matériau homogène, isotrope, poutre


rectiligne de section constante, avec plan (P) de cisaillement
et (P)  (L.M).
Les actions extérieures sont modélisables en A et B, situées (Figure 19)
dans (P) par deux résultantes verticales A et B , directement
opposées, et perpendiculaire à la ligne moyenne.

II- DÉFINITION : (Figure 20a)


Une poutre est sollicitée au cisaillement si le torseur associé aux
forces de cohésion de la partie droite (II) sur la partie gauche (I) de
la poutre peut se réduire en G, barycentre de la section
droite (S), à une résultante située dans le plan (S), telle que :
    
CohII / I G  T 0G dans le repère (G, x, y, z)
N  0; Ty  0; Tz  0 (Figure 20a)
avec :
M t  0; M fGy  0; M fGz  0
 
CohII / I G   Action ext.à gauche / I G   A 0G
et
 
CohII / I G    Action ext.à droite / II G   B 0G
   
donc : T   A et M G  0
(Figure 20b)
Remarque : (Figure 20b) 
 Dans la réalité, A s'exerce à une distance L, très petite, du plan (P) dans lequel se situe B .
 Le cisaillement pur n'existe pas, il subsiste toujours de la flexion...

III- CONTRAINTE DANS UNE SECTION DROITE : (Figure 21)


Les contraintes tangentielles sont sensiblement uniformément
réparties dans une section droite. On définit une contrainte
moyenne  moy égale à  M supposée uniformément répartie c’est-à-dire :

T
 M   M    moy  Cte et  moy 
1 2
S
avec :  moy : contrainte tangentielle moyenne (MPa) ;
T : effort tangentiel (ou tranchant) (N) ; (Figure 21)
S : section droite soumise au cisaillement (mm²).

IV- ETUDE DES DEFORMATIONS : (Figure 22)


a- Essai de cisaillement :
L’essai de cisaillement fait apparaître, comme pour la traction,
deux zones :
 la zone OA de déformation élastique ou domaine élastique ;
 la zone ABC de déformation permanente ou domaine plastique.

(Figure 22)

162
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
b- Déformation d’une poutre dans le domaine élastique : (Figure 23)
On définit le glissement relatif  par le rapport :   y
x
La loi de Hooke donne :  moy  G   α

T y
On peut écrire aussi : G
S x
avec : x : distance entre (S) et (S0) (mm) ;
y : glissement transversal entre (S) et (S0) (mm) ;
G : module d’élasticité transversal (de Coulomb) (MPa).
y
et   Arctg  Arctg : angle de glissement relatif (en degré)
x
V- CONDITION DE RÉSISTANCE :
(Figure 23)
On définit la condition de résistance pratique au glissement Reg
ou la contrainte admissible au cisaillement par : Rpg   adm  avec :
s
T Reg - Rpg : résistance pratique au glissement (MPa) ;
La condition de
 moy   adm  Rpg ou  - Reg : résistance élastique au glissement (MPa) ;
résistance s’écrit : S s - s : coefficient de sécurité.

Calcul approché des articulations cylindriques


La liaison pivot entre 1 (tirant) et 2 est réalisée par l’intermédiaire d’un axe cylindrique 3. Dans les deux
cas, l’action exercée par le tirant est F = 10 000 daN. Les axes 3 sont réalisés dans le même acier dont
la contrainte admissible au- cisaillement est de 5 daN/mm2.

Déterminons et comparons les diamètres d1 et d2 des deux solutions.

F
T  F  10000 daN T  5000 daN
2
T 10000 T 5000
   Rpg  5 daN / mm2    Rpg  5 daN / mm 2
S   d1 
2
S   d 22 
   
 4   4 
10000  4 5000  4
d1   50,5 d ' où d1min i  50,5mm d2   35, 7 d ' où d 2min i  35, 7 mm
5 5

163
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
TORSION SIMPLE
I- HYPOTHÈSES : (Figure 24)
Le solide est idéal : matériau homogène, isotrope, poutre
rectiligne de section constante et circulaire.
Les actions extérieures dans les sections extrêmes
sont modélisables par deux moments opposés, portés par la
ligne moyenne. La poutre est donc soumise à deux torseurs
couples.
    (Figure 24)
  1/1 A 
 0 MA  A

et  1/1B  0 M B B

II- DÉFINITION : (Figure 25)


Une poutre est sollicitée à la torsion simple si le torseur
associé aux forces de cohésion de la partie droite (II) sur la
partie gauche (I) de la poutre peut se réduire en G,
barycentre de la section droite (S) à un moment
perpendiculaire à (S), tel que :
    
CohII / I G  0 M t G 
dans R G , x, y, z 
avec : N  0; Ty  0; Tz  0 (Figure 25)
M t  0; M fGy  0; M fGz  0
CohII / I G   Action ext. à gauche / I G
et
CohII / I G    Action ext. à droite / II G
   
donc : R  0 et M t  M A
III- ÉTUDE DES DÉFORMATIONS : (angle unitaire de torsion)
(Figure 26)
 1
  ; Si   0   0
x  1,0
 : Angle unitaire de torsion en (rad/mm) (Figure 26)
 : Angle de torsion en (rad).

IV- CONTRAINTE TANGENTIELLE DE TORSION : (Figure 27)

 M  G. .
avec :
M : Contrainte tangentielle due à la torsion en un point M en (MPa)
G : Module d’élasticité transversale (ou de Coulomb) en (MPa)
 : Angle de torsion unitaire en (rad/mm)
 : Distance de M au centre de la section en (mm).
Remarque : La contrainte de torsion est maximale si M est sur la surface Diagramme de représentation
du solide c’est-à-dire,  = R des contraintes de torsion
(Figure 27)
 max i  G. .R

164
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ;
Doc : élève
Applications
V- MOMENT QUADRATIQUE D'UNE SURFACE PLANE PAR RAPPORT A UN AXE DE SON PLAN:
Pour les moments quadratiques faite attention aux axes !!!
Définition: (Figure 28)
Le moment quadratique ou d’inertie de la surface (S) est défini par:
Proj/ox :  I 

y 2 .S  y 2 .dS (en mm4 )
ox
(s)

(s)

Proj/oy :  I oy   x 2 .S   x .dS


2
(en mm4 )
(s) (s)
Remarque: Les moments quadratiques interviennent dans le calcul de la contrainte (Figure 28)
de torsion et de la flexion.

Exemple1: Calculer le moment quadratique (Iox et Ioy) et (IGx et IGy) de la surface (S)
définie par la figure 29.
Réponse :
y h y h
Notons I ox   y .S   y .b.y  b y 2 .y  b 
2 2
y 2 .dy
y 0
(s) (s) y 0

h
 y3   h3  0  soit b.h3
I ox  b.    b.   I ox 
 3 0  3  3 (Figure 29)

h.b3
On trouverait de la même façon: I oy 
3
h
y 
2 y 
h
bh3 hb3
Et I Gx  b  y .y  b  2
h
2
y dy 2
alors : I Gx  et I Gy 
y 
h y 
2 12 12
2
Exemple2: Calculer le moment quadratique (Iox et Ioy) de la surface (S) définie par la figure 30.
Réponse : (méthode 1)
Décomposons la surface (S) en deux surface (S1) et (S2) telles que:
S = S1 + S2 alors Iox = I1ox + I2 ox et Ioy = I1oy + I2 oy
20 80
* I 1ox   y 12ds1   y 12dx 1.dy 1   dx 1 . y 12dy 1
0 0
s s
80
y3  803  0 
I 1ox   x 1 0
20
.  1   (20  0).  
 3 0  3 
512000
I 1ox  20.  341,33.104 mm 4
3 (Figure 30)
20
60 20  y 23   203  03 
  y 22ds 2   y 22dx 2 .dy 2   dx 2 . y 22dy 2  I 2ox   x 2 20 .   
60
* I 2ox   60  20 .  
 3 0 3 
20 0
s s 
8000
I 2ox  40.  10,66.104 mm 4 D'OÙ : Iox = 351,99.104 mm4
3
20
 x13   203  0 
  x ds1   x dx1.dy1   dy1. x dx1  I1oy   y1 0
80 20
.     80  0  . 
2 2 2 80
* I1oy 1 1 1 
s s
0 0
 3 0  3 
8000
I1oy  80.  21,33.104 mm4 D'OÙ : Ioy = 159,99.104 mm4
3
165
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
VI- MOMENT QUADRATIQUE D'UNE SURFACE PLANE PAR RAPPORT A UN POINT:
(Moment quadratique polaire) (Figure 31)
Le moment quadratique polaire est défini par:
I 0   d 2 .S   d 2 .dS en (mm4 )
s s

or d 2  d x2  d y2  I0    d x2  d y2 .S    d x2  d y2 .dS
s s

donc : I 0  I 0 x  I 0 y

Exemple : cas d’une surface circulaire de rayon R = D/2 (Figure 31)


Calculons le moment quadratique polaire de l’élément de surface ΔS,
ΔS est la couronne de rayon moyen ‘’ r ’’ et de largeur Δr (Δr est très petit).
ΔIA = r². ΔS = 2π.r3. Δr
Pour la surface (S) complète le moment quadratique polaire par rapport
au point A est : IA = ∑ΔIA = ∑2π.r3. Δr
‘’ r ‘’ varie de 0 à R, IA peut s’exprimer à l’aide de l’intégrale suivante :
R
R  r4   R 4  D 4  304
IA   2 .r .dr  2 .   
3
   79521,56 mm 4
0
 4 0 2 32 32
Par symétrie Ix = Iy il en résulte Ix = Iy = IA/2 ΔS = 2π.r. Δr

VII- MOMENTS QUADRATIQUES USUELS:

bh 3 d4 
IGx
64
D 4
d4
12 64
hb 3 d4 
IGy
64
D 4
d4
12 64
bh 2 d4 
IG
12
 b  h2  32
D 4
 d4 
32

IIX- THEOREME DE HUYGNES ET CHNGEMENT D'AXE: (Figure 32)


Le moment quadratique d'une surface (S) par rapport à un axe (ox) quelconque de son plan est égal au
moment quadratique de cette surface par rapport à l'axe (GX) passant par son centre de gravité et parallèle à
(ox), plus le produit de l'aire de cette surface par le carré de la distance des deux axes (ox) et (GX).
X et Y passent par le centre de gravité G ou barycentre de la surface (S). x est parallèle à X et y à Y, ;
dx et dy sont les distances entre les axes et S l’aire de la surface (S).
Remarque:

d 2  d x2  d y2
I 0 x  I GX  Sd y2
I 0 y  I GY  Sd x2
I 0  I G  Sd 2
I 0 xy  I GX GY  Sd x d y
(Figure 32)
166
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
IX- ÉQUATION DE DÉFORMATION : M .
C’est la relation entre Mt et θ : Mt =G.θ.I0  t
G.I 0
Avec : - Mt : moment de torsion en (N.m)
G : Module d’élasticité transversale (ou de Coulomb) en (MPa)
 : Angle de torsion unitaire en (rad/mm)
I0 : moment quadratique polaire de S (mm4).
X- CONTRAINTE DE TORSION : M
C’est la relation entre Mt et   M  t . Et la contrainte Maxi  M ax i  M t M ax i
Io I o /
Avec : -  M : contrainte tangentielle due à la torsion en un point M en (MPa)
-  M ax i contrainte tangentielle maxi en (MPa)
Mt : moment de torsion en (N.m)
MtMaxi : moment de torsion maxi en (N.m)
I0 : moment quadratique polaire de S (mm4).
 = R =  Maxi : Distance de M au centre de la section en (mm).
XI- CONDITION DE RESISTANCE :
M Re g - Rpg : résistance pratique au glissement en (MPa)
 M ax i  t M ax i  Rpg  Avec : - Reg : résistance élastique au glissement en (MPa)
Io / s - s : coefficient de sécurité
XII- CONDITION DE RIGIDITE :
Mt
    lim Avec :  lim : angle unitaire limite de torsion en (rad/mm)
G .I o
XIII- CONCENTRATION DE CONTRAINTES :
Lorsque les arbres étudiés présentent de brusques variation de section (gorge ; épaulement, trou…)
les formules précédentes ne s’appliquent plus.
On dit qu’il y a concentration de contraintes.
 eff max i  kt .  th  Rpg
Comparaison entre arbre plein et arbre creux :
Soit deux arbres de transmission construits à partir du même acier, G=8000 daN/mm2. Le premier est plein
(diamètre d); le second est creux (diamètre extérieur D, diamètre intérieur d = 0,8D).
Le couple à transmettre est de 200 Nm ; la résistance pratique au cisaillement adoptée pour les deux cas est
de 10 daN/mm2. Déterminons les dimensions optimales des deux arbres et comparons les poids respectifs
des deux constructions.

Mt
 10 daN / mm 2 et I o 2    D 4  d 4    D 1  (0,8) 4 
4

Mt I d 3  max i 
 max i   10 daN / mm 2 et o1  1 I o 2 / 2 32 32
I o1 / 1 1 16
Io2  D13  D3 4

2.10 .16 4
2.10 .16 4  1  (0,8)4   0,59 1   max i  2.10 .163  10
 max i   10 d’où d13  2 16 16 0,59. D
 d1
3
10
2.10 4.16
Alors d1  21, 67 mm D3  alors D  25,83 mm et d  20,67
0,59.10
 d12 
S1 
4
 369, 05 mm 2 S2 
4
D 2
 d 2   188, 78 mm2
Remarquons que le rapport ‘’r’’ des poids des deux arbres est égal au rapport des sections.
Pour cet exemple, le poids de l’arbre (2) est, à résistance égale, deux fois plus léger que l’arbre (1).
Cette solution est à envisager pour des constructions où la légèreté est recherchée.
167
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Cours ; Applications Doc : élève
Exemple : tige de tournevis.
Le tronçon AB de la tige du tournevis proposé
(longueur 200 mm, diamètre 7 mm) est soumis à une
sollicitation de torsion. Le couple de torsion supporté par la tige
est : MB=-MA= F.a=24 Nm.
1- si l’angle de torsion αAB mesuré entre A et B est égal à 14,6°;
déterminons θ.
2- G = 80 GPa ; θ = 73°/m. Déterminons la contrainte de
cisaillement maximale dans la tige.
3- déterminons l’angle unitaire de torsion.
4- si, on impose une contrainte admissible au cisaillement de
200 MPa, déterminons la valeur minimale du diamètre d
lorsque Mtmaxi= 24 Nm.
Rep :
1-    AB  14,6    1, 274 rad / m

3 4- 24.103 24.103
LAB 200.10 180  max i     adm  200 N / mm 2
Io  .d 3
2-  max i  G. . max i  80.103.0, 001274.3, 5  356, 74 MPa
 16
3- M 24.103 3
 t   0, 001274 rad / mm D’où : d 3  24.10 .16 alors d  8,5 mm
3  .7
4
G.I o  .200
80.10 .
32

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

168
RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Exercices Doc : élève
Exercices RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX
1- Une poutre sur deux appuis A et B supporte 2- Reprendre l‟exercice 1- avec la poutre
une charge concentrée en C de 300 daN. proposée et deux charges concentrées
a- Déterminer les actions exercées par F1 =300 daN et F2 =200 daN, agissant
les appuis. en C et D.
b- Déterminer les efforts intérieurs dans
la poutre en E et G

3- Une canalisation est encastrée en O dans un mur


et se compose de deux tuyaux OA et AB reliés entre
eux par un coude. Les actions supportées
à l‟extrémité B sont schématisées par
  
la force F verticale 20 daN ( F 20 z )
 
et par le couple MB de 20 Nm ( M B  20 y ).
a- Déterminer les actions exercées par l‟encastrement en 0 ;
b- Déterminer le torseur de cohésion dans la section droite
passant par G.
 
4- Une barre cintrée est soumise à deux forces égales et opposées F et - F (800 daN).
Déterminer les efforts intérieurs
dans la section droite
passant par G. d = 100
et a = 200 mm.

5- Un panneau de signalisation supporte une charge F de 100 daN


en B résultant de l‟action du vent. Le panneau est encastré en 0 dans
un trottoir. Les poids sont négligés.
a- Déterminer les actions exercées par l‟encastrement 0.
b- Déterminer les efforts intérieurs dans la section droite du poteau passant
par G.

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

169
EX-RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Exercices Doc : élève
Exercices Traction – Compression
6- Deux tronçons (1) et (2) en matière plastique sont collés comme
l‟indique la figure. La résistance pratique par traction de la
colle est de 235 da N/cm2 pour des températures variant
de - 60 °C à 120 °C. Si la section collée est rectangulaire (50 x 70 mm),
déterminer l‟effort de traction admissible par le joint collé
7- Reprendre l‟exercice 6- avec la section circulaire creuse de D = 100 mm et d = 80.
8- Une chaîne se compose d‟une suite de maillons soudés les uns derrière
2
les autres. La limite élastique de l‟acier utilisé
 est de 63 daN/mm .
Déterminer la force d‟extension maximale F que peut supporter la chaîne
si le coefficient de sécurité adopté est de 5.
9- Un bloc de béton est testé en compression diamètre initial 100,000 mm ; diamètre
final 100,007 ; longueur initiale 200,00 mm, longueur finale 199,88 mm charge d‟essai
F = 118 kN. Déterminer le module d‟Young et le coefficient de Poisson.
10- Une barre en fonte, E = 100 GPa, = 0,3 supporte une charge de compression
de 140 kN. Déterminer le raccourcissement de la longueur,
l‟augmentation du diamètre et la diminution du volume.
11- Une tige en acier, de diamètre 12,5 mm et de longueur 1m, supporte une charge de traction
de 1500daN
a- Déterminer la contrainte et l‟allongement dans la tige si E = 200 GPa.
b- La tige en acier est remplacée par une autre en aluminium (même longueur). Quel doit être
le diamètre d pour que les allongements des deux tiges soient identiques EAl = 75 GPa
c- En déduire la contrainte dans la tige en aluminium.
d- Déterminer le rapport des masses des deux tiges, si acier = 7800 kg/m3 et aluminium = 2500 kg/mm3.
12- Un câble de diamètre 8 mm et de longueur 300 m réalisé en acier E295 de module d‟élasticité
longitudinal égale à 2.105 MPa est soumis à une contrainte de 40 MPa.
a- Vérifier que le coefficient de sécurité appliqué sur ce câble est inférieur à 8 ?
b- Calculer la force appliquée sur ce câble ?
c- Calculer l‟allongement de ce câble ?
d- Calculer l‟allongement relatif ?
e- Calculer le diamètre que devrait avoir ce câble si le coefficient de sécurité doit être égal ou supérieur à 10
13- Soit la vis ci-dessous représentée à l‟échelle 1 :2 de longueur 150 mm et de diamètre 16 mm,
 
en équilibre sous l‟action des 2 forces F 1 et F 2 , d‟intensité chacune 1000 daN. La vis est en acier
et son module d‟élasticité longitudinal est de 2.105 N/mm2.
a- À quel type de contrainte est soumise la vis ?  
b- Calculer la valeur de la contrainte ? F 1 F2
c- Si le coefficient de sécurité de cette pièce est de 4. Calculer la résistance élastique que doit avoir
la matière ?
d- Choisir la nature de l‟acier de cette vis parmi la liste suivante :
S185 : Re = 185 N/mm2 ; S235 : Re = 235 N/mm2; S275 : Re = 275 N/mm2;
S355 : Re = 255 N/mm2 ; E295 : Re = 295 N/mm2; E360 : Re = 360 N/mm2.
e- Calculer l‟allongement de cette vis ?
14- Une grue de chantier peut soulever une charge Q de masse 1500 kg à l‟aide d‟un câble en acier E360
de diamètre 10 mm et de longueur 8 m, avec le module de Young E =2.105 MPa et g = 10 m/s2.
a- Calculer le poids de la charge à soulever ?
b- Déterminer le torseur de cohésion dans la section droite passant par C ?
c- En déduire la sollicitation du câble ?
d- Calculer la contrainte normale dans le câble ?
e- Calculer le coefficient de sécurité maxi?
f- Calculer l‟allongement de ce câble ?
g- Calculer le diamètre minimal de ce câble si le coefficient de sécurité est s = 5 ?
h- Si le câble est constitué de n fils de section 2,669 mm2, calculer le nombre de fils
dans le cas ou d = 17 mm ?
170
EX-RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Exercices Doc : élève
Exercices Cisaillement simple
15- Une tôle 1 est fixée au support 2 par un clou cannelé 3. La force F
exercée sur la tôle est de 4000 N, dans un plan parallèle ses faces.
La résistance pratique au glissement du clou cannelé est
Rpg = 50 MPa. Calculer le diamètre du clou cannelé.
16- La liaison en chape de 2/3 est réalisée par une goupille 1 de d = 8 mm
de résistance pratique au cisaillement Rpg = 24 MPa. La charge
appliquée est de 2000 N. Vérifier si le diamètre de la goupille convient.
17- Un poinçon 1 réalise un trou oblong dans une tôle
de 3 mm d‟épaisseur (2).
a- Si la résistance à la rupture par cisaillement du matériau
de la tôle est de 25 daN/mm2,
déterminer l‟effort F nécessaire au poinçonnage.
b- En déduire la contrainte de compression dans le poinçon.
18- L‟assemblage proposé axe acier et poutre en bois supporte une
charge F de 500 daN. Déterminer les contraintes dans la partie cisaillée
de la poutre (ABCD et A‟B‟C‟D‟) et les contraintes de cisaillement dans
l‟axe en acier.
19- pour l‟assemblage proposé, à trois boulons
ajustés en acier, d = 12 mm, la contrainte
admissible au cisaillement des boulons
Rpg = 30 daN/mm2.
Déterminons l‟effort F admissible.

20- Un accouplement 3 à deux goupilles 4 et 5 permet la transmission


de puissance d‟un arbre 1 vers un arbre 2.
Le couple maximal à transmettre est de 300 Nm, le diamètre des
arbres est de 40 mm. Si la contrainte admissible au cisaillement du
matériau des goupilles est de 300 MPa, déterminer leur diamètre d.
21- Les cylindres 1 et 2 sont collés comme l‟indique la figure.
La résistance à la rupture par traction de la colle est
de 240 daN/cm2, sa résistance au cisaillement est
de 180 daN/cm2. La colle est répartie uniformément sur
le cylindre de diamètre 30mm et de longueur I inconnue. L‟effort F supporté par le montage est
de 2600 daN. Calculer la longueur L minimale à donner au joint collé du montage.
22- Pour protéger une chaîne de transmission agricole on utilise un dispositif de
sécurité qui comprend un manchon 3 et deux goupilles 2 et 12, qui doivent
se cisailler si le couple à transmettre dépasse la valeur maximale prévue.
La valeur maximale du couple à transmettre est fixée à 60 N.m.
Les goupilles ont le même diamètre d. On donne τe = 300 MPa
et le coefficient de sécurité s = 2 a- Calculer l‟effort de cisaillement sur les goupilles dû au couple ?
b- Donner le torseur de cohésion de cette sollicitation ?
c- Calculer le diamètre des goupilles ?
23- On veut poinçonner une tôle en acier S355 d‟épaisseur „‟e‟‟,

le trou à poinçonner sera de diamètre 20 mm. L‟effort F de poinçonnage
est de 3000 daN ; la résistance pratique au glissement est Rpg = 500 N/mm2.
a- Calculer l‟épaisseur minimale de la tôle à poinçonner ?
b- À quelle sollicitation est soumise la tôle ?
c- Calculer l‟angle de glissement relatif  en degré, on donne G = 8.104 N/mm2.
d- À quelle sollicitation est soumis le poinçon ?
e- Si le poinçon est en acier de résistance élastique est Re = 1000 N/mm2 ;
le coefficient de sécurité est s = 2,5. Calculer l‟épaisseur de la tôle en fonction de d, Rpg, Re et s ?
171
EX-RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Exercices Doc : élève
Exercices Torsion simple
24- Soit une éprouvette cylindrique en cuivre de 25 mm de
diamètre soumise à un couple de 210 Nm lors
d‟un essai de torsion. L‟angle de torsion mesuré est
de 4,9° pour une longueur de 1 m.
a- Calculer le module d‟élasticité transversal G du cuivre testé.
b- Déterminer l‟angle de torsion d‟une poutre du même matériau, de même diamètre et de longueur 1,8 m,
si elle supporte une contrainte de cisaillement maximale de 140 N/mm2
25- L‟arbre proposé transmet un couple de 3000 Nm. Si on impose un angle
de torsion  = 1,8° entre les deux extrémités, A et B distantes de 0,9 m
et G = 75 GPa. Déterminer le diamètre d.
26- Rependre l‟exercice 30- avec un arbre creux tel que le diamètre intérieur d soit égal d = 0,8 D.
27- L‟arbre plein, de diamètre d et de longueur 2 m, relie un moteur
à un récepteur par l‟intermédiaire de deux accouplements.
La puissance transmise est de 20 kW à 1500 tr/min.
Si on impose une contrainte de cisaillement admissible
de 80 MPa pour le matériau de l‟arbre. Déterminer le diamètre d nécessaire.
28- L‟arbre creux proposé tourne à la 1 vitesse de 180 tr/min.
Un système de mesure stroboscopique indique un angle
de torsion = 3° entre les deux extrémités A et B, G = 77 GPa.
Déterminer la puissance transmise et la contrainte de cisaillement
maximale.
29- Un arbre de transmission distribue la puissance entre trois roues dentées
A, B et C. Si les couples respectifs sont :
CA = -500 Nm ; CB = 1500 Nm et CC = -1000 Nm.
Déterminer les contraintes de cisaillement maximales dans les tronçons
AB et BC.
30- Déterminer la puissance transmise et la contrainte de cisaillement
maximale dans l‟arbre si le diamètre d‟enroulement de la courroie sur
la poulie est de 100 mm et si T1 = 1000 N et T2 = 400 N sont les
tensions respectives des deux brins de celle-ci. Narbre = 1000 tr/min.
31- On considère un arbre dont la forme est cylindrique entre les sections A
et B. Un calcul préliminaire a permis de déterminer le moment
de torsion entre les sections A et B. On donne : M t  50 Nm
Cet arbre est en acier pour lequel G  8.104 MPa et  e  180 MPa ,
on adopte un coefficient de sécurité s = 3. On s‟impose une valeur limite
pour l‟angle unitaire de torsion :  lim  0, 25  / m
a- Déterminer l‟expression littérale et la valeur minimale du diamètre d de l‟arbre
pour que la condition de résistance soit vérifiée ?
b- Déterminer l‟expression littérale et la valeur minimale du diamètre d de l‟arbre pour que la condition
de rigidité soit vérifiée ?
c- Conclusion ?
32- Soit la barre de torsion de suspension de véhicule, cette barre est
en acier spécial dont les caractéristiques mécaniques sont :
 e  500 MPa ; G  8.104 MPa . La condition de déformation impose :
 AB  4 . Pour la condition de résistance on adopte un coefficient de sécurité s = 2.
La variation de section en A et en B provoque une concentration de contrainte de coefficient k = 2.
a- Déterminer littéralement et numériquement le moment de torsion maximal que peut supporter cette barre
pour que la condition de résistance soit vérifiée ?
b- Déterminer littéralement et numériquement le moment de torsion maximal que peut supporter cette barre
pour que la condition de déformation soit vérifiée ? c- Conclusion ?
172
EX-RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Exercices Doc : élève
33- On considère un arbre de forme cylindrique. Son diamètre est d = 30 mm entre les sections A et B.
Un calcul préliminaire a permis de déterminer le moment de torsion entre les sections A et B.
On donne : M t  50 Nm . Cet arbre est en acier pour lequel G  8.104 MPa .
Entre les sections A et B
a- Calculer l‟angle unitaire de torsion en degrés par mètre ?
b- Calculer la contrainte tangentielle maximale ?
c- Pour alléger l‟arbre, on remplace par un arbre creux de diamètre intérieur d = 0,8D.
Calculer les diamètres D et d pour que la contrainte tangentielle maximale soit égale à celle trouvée
à la 2ème question ?
d- Calculer le rapport des poids de ces deux arbres ?
e- Calculer l‟angle unitaire de torsion de l‟arbre creux en degrés par mètre ?

34- On considère un arbre cylindrique creux. Sa longueur utile est l = 200 mm entre les sections A et B.
Son diamètre d est fixé par les cotes d‟encombrement d‟un ressort qu‟il doit contenir.
On prendra d = 0,8D. Les caractéristiques mécaniques de l‟acier qui le constitue sont :
 e  128 MPa ; G  8.104 MPa cet arbre doit transmettre un couple de 60 Nm.
On impose un coefficient de sécurité s = 4.
a- Déterminer l‟expression du module de torsion de cet arbre entre les sections A et B ?
b- Déterminer la relation permettant le calcul du diamètre extérieur D de l‟arbre creux pour que
la condition de résistance soit vérifiée ?
c- Résoudre l‟inéquation trouvée à la 2ème question pour calculer les diamètres D et d ?
d- Déterminer l‟expression et la valeur numérique de l‟angle  exprimée en degrés dont tournent
les sections A et B l‟une par rapport à l‟autre si D = 33 mm.

35- Système : malaxeur de peinture


Ce malaxeur prépare toutes les peintures, crépis d'intérieur et pâtes à projeter.
La vitesse de malaxage est réglable de 260 à 630 tr/min, avec variateur électronique.
Une tige porte hélice d‟agitation de peinture est accouplée à un moto- variateur.
Données :
- longueur L = 500mm.
- puissance transmise est de 1400 W.
- poids maxi à mélanger 100 Kg.
y
o
z x
Problème : On cherche à vérifier le dimensionnement de la tige porte hélice.
Hypothèses : - On suppose que la tige est assimilable à une poutre cylindrique pleine.
- Le poids de la tige est négligé.
Analyse : - L‟hélice exerce sur la tige un couple résistant.
- La tige soumise à l‟action de deux couples portés par l‟axe (A, x).
Conclusion : La tige est soumise à ses deux extrémités à des actions mécaniques qui se réduisent à deux
couples égaux et opposés dont les moments sont portés par la ligne moyenne.
On dit qu‟elle est sollicitée à la torsion simple.
Dimensionnement de la tige d‟agitateur de peinture.
On suppose que: - le couple se fait à une vitesse constante de 630 tr/min
- la puissance transmise est de 1400 W.
- la résistance pratique au cisaillement du matériau de la tige est  pratique = 5 daN/mm2.
- la longueur de la tige L = 500mm.
a- Calculer le couple de torsion appliqué sur la tige :
b- Déterminer le diamètre minimal d1min de la tige :
c- Calculer l‟angle de torsion entre les deux extrémités de la tige on prendra (G = 8000 daN/mm 2) :
d- Calculer le diamètre minimal d2min de la tige dans le cas ou l‟angle unitaire de torsion ne doit pas
dépasser la valeur de 0,1 degré par mètre :
e- Déduire le diamètre d minimal de l‟arbre qui répond aux deux conditions (de résistance et de rigidité) :
173
EX-RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
2ème STM
Exercices Doc : élève
36- Application : Boîtier de direction avec écrou à billes
La figure ci-contre représente un boîtier de direction pour automobile dans sa position “conduite en ligne
droite”.
La manœuvre du volant, lié à l‟extrémité gauche de la colonne de direction (1) provoque le déplacement en
translation de l‟écrou à billes (2).
Suivant l‟état de la route et la vitesse du véhicule, l‟écrou (2) exerce sur la colonne (1) un couple résistant
plus ou moins important.
Hypothèses:
On suppose que la colonne (1) est assimilable à une poutre droite cylindrique pleine.
Les dimensions de la colonne de direction (1) sont les suivantes:
- Diamètre d = 14 mm, longueur entre le volant et la vis à billes L = OA = 780 mm
- La colonne (1) est en acier dont les caractéristiques sont :
*  e = 300 N/mm2 et G = 8,4.104 N/mm2.
* Couple résistant maximal exercé en O par l‟écrou (2) sur la colonne (1) : Mt = 10 N.m.
* Coefficient de sécurité s = 5.

a- Quelle est la valeur de la contrainte tangentielle maximale ?


b- Vérifier la résistance de la colonne ?
c- On désire que l‟angle total de déformation élastique de la colonne (1) soit inférieur à 1°.
Cette condition est elle assurée ?

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

174
EX-RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours ; Applications Doc : élève
FLEXION PLANE (SIMPLE)
I- HYPOTHÈSE : SOLIDE IDÉAL
 Solide idéal : matériau homogène ; isotrope ; poutre rectiligne de
sections constantes avec plan de symétrie (P)
 Les actions extérieures sont à la ligne moyenne.
 Les forces appliquées sont soit concentrées en un point,
soit réparties suivant une loi déterminée.
   
 A2/1  , C4/1 
   D5/1   B3/1 
 A2/1 A     C4/1C     , D5/1D     et  B3/1B    
 0  A  0 
 C  0 D  0  B
            ISOLEMENT DU TRONÇON GAUCHE
Avec A2/1  A2/1  y , C4/1   C4/1  y , D5/1   D5/1  y et B3/1  B3/1  y
II- DÉFINITION :
Une poutre est sollicitée à la flexion si le torseur associé aux forces de
cohésion de la partie droite (II) de la poutre sur la partie gauche (I),
peut se réduire en G, barycentre de la section droite (II), à une
résultante contenue dans le plan de symétrie et un moment
perpendiculaire à ce dernier, tel que :
(Ty ≠ 0 : flexion simple et si Ty = 0 : flexion pure)
0 0     CohII / I G   Fext . à gauche / I G
CohII / I G 
 Ty 0  
 dans R G, x, y, z  et
   Fext . à droite / II G
0 M 
 fGz 
G

III- CONTRAINTES NORMALES : ANGLE UNITAIRE


Lorsque la poutre fléchit, la section droite plane (S2), par exemple,

pivote d'un angle ∆𝜑 autour de l'axe (G2 , z) perpendiculaire
au plan de symétrie. On constate que :
 Les fibres contenues dans le plan passant par les barycentres
G des sections (S1) ne changent pas de longueur,

les contraintes  M sont donc nulles en ces points.
 Les autres fibres s'allongent ou se raccourcissent. Les contraintes 
normales engendrées sont proportionnelles à l'ordonnée qui les RÉPARTITION DES M DANS (S)
séparent du plan des fibres neutres, d'où:  M   E    y
 M : contrainte normale au point M due à la flexion (MPa).
E : module d'élasticité longitudinal (d'Young) (MPa).
y : ordonnée du point M / au plan de la fibre neutre (mm).

 : angle unitaire de flexion (rad/mm) avec :  
x
IV- VALEURS DES CONTRAINTES NORMALES :
M fGz
En un point quelconque M, de la section droite, on a :  M    y CONTRAINTES NORMALES
IGz
 M : contrainte normale en M due à la flexion (MPa).

M fGz : moment de flexion selon (G , z ) dans (S) (N .mm).

I Gz : moment quadratique de la section droite (S) / à (G , z ) (mm4).
  
y : ordonnée du point M dans R  G, x, y, z  (mm).

En un point M, le plus éloigné de (G , z ) , on écrit que :
M fGz max i
 M max i      ymax i 
IGz 
ymax i   : ordonnée du point le plus éloigné de (G , z ) (mm).
I Gz I 3
 Gz : module de flexion de la section droite (S) (mm ).
ymax i 
175
FLEXION PLANE SIMPLE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours ; Applications Doc : élève
V- CONDITION DE RÉSISTANCE :
Pour des raisons de sécurité, la contrainte normale due à la flexion doit reste inférieur à la résistance
pratique à l'extension. On défini Rpe par le quotient de la résistance élastique à l'extension Re
par le coefficient de sécurité ‘’ s ‘’
M fGz Re
  max i
 R pe  Rpe. résistance pratique à l'extension en (Mpa).
max i I Gz s Re : résistance élastique à l'extension en (Mpa).
y max i s : coefficient de sécurité (sans unité).
VI- SOLIDE RÉEL :
Les poutres présentent souvent de brusques  eff max i : contrainte maximale effective (MPa).
variations de sections. Dans les zones proches  thé : contrainte théorique sans concentration (MPa).
de ces variations, les formules précédentes
ne s'appliquent plus La répartition des contraintes
K f : coefficient de concentration de contrainte relatif
n'est plus linéaire. à la flexion, déterminé par tableaux ou abaques.
Il y a concentration de contrainte.  eff  K f   thé
max i

VII- EFFORTS INTÉRIEURS : (Efforts tranchants et moments fléchissants) :


Dans le cas de la flexion, les efforts intérieurs dans n’importe qu’elles section droite se réduisent à un
effort tranchant Ty (perpendiculaire à la ligne moyenne) et à un moment fléchissant MfGz
(perpendiculaire à la ligne moyenne et à T y).
REMARQUE : La valeur des efforts tranchants et des moments fléchissant varie avec
la position ‘’x’’ de la coupure.
Les diagrammes des Ty (effort tranchant) et des MfGz (moment fléchissant) graphes mathématiques
permettent de décrire les variations de ces deux grandeurs et ainsi repérer les maximums qui seront
utilisés lors des calculs des contraintes.
Ex 1 - Soit une poutre 1 modélisée par sa ligne moyenne AB,
le bâti supporte la poutre en A et B.
 Calculer la réaction en A ; la réaction en B ;
 Calculer l’effort tranchant Ty ; le moment fléchissant MfGz.
 Tracer le diagramme de Ty et de MfGz.
Application numérique :
La réaction en C égale 200 daN ;
La distance a = 2 m ; La distance l = 3 m.
RÉPONSE : PFS :
  zone CB : C  G  B ; a  x  l
   

 F ext  RA  RC  RB  0  T = + RB = 133,33 daN
 MfGz = [+ RB.(l – x)]
Pr oj / oy : RA  RC  RB  0

   
 
x = a : MfGz = RA.a = RB.(l – a) = +133,33 daN.m
 A ext
M ( F )  M A ( R A )  M A RC )  M A ( RB )  0
(
si
Pr oj / oz : 0  RC .a  RB .  0 x = l : MfGz = - [- RA.l + RC.(l - a)] = [+ RB.(l – l)] = 0
R .a  Échelle des efforts tranchant : 1 cm 121,2 daN
 RB  C  133,33daN

a
 RA  RC  RB  RC (1  )  66, 66daN

  zone AC : A  G  C ; 0  x  a

 T = - RA = - 66,66 daN
 MfGz = - (- RA.x) Échelle des moments fléchissant : 1 cm 55,09 daN.m
x = 0 : MfGz = 0 daN.m
si
x = a : MfGz = RA.a = 133,33 daN.m
REMARQUE : on trouve
dM fgz ( x) dM fgy ( x)
Ty   Tz 
dx et dx

176
FLEXION PLANE SIMPLE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours ; Applications Doc : élève
Ex 2- Soit une poutre reposée sur deux appuis simples en A et B ;
et soumise sous l’action de 4 forces (voir figure ci-contre).
 Déterminez l’action en A et B si F=300 N
 Calculez les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz
sur AB et tracer leurs diagrammes.

Ex 3- Soit une poutre articulée en A, elle est en appui simple en B ;


(Le poids de la poutre est négligé) avec une charge concentrée
 
RC en C (voir figure ci-contre). Rc  800daN ; l = 3m ; a = 1m
 Calculez les actions en A et B.
 Calculez Ty et MfGz ; et tracez leurs diagrammes.

Ex 4- Soit

la poutre

AC
est

soumise

aux

actions

suivantes

:
A  990 x  800 y ; B  1200 y et C  990 x  400 y
 Déterminer les équations de l’effort normal N, de l’effort
tranchant Ty et du moment de flexion M fGz le long de la poutre AC.
 Tracer les diagrammes correspondants à N, Ty et M fGz
Section de la poutre
 En déduire la valeur de N maxi , Ty et M fGz ; suivant le point B
max i max i

et la position des sections droites correspondantes.



 Calculer la contrainte normale  1 dans la section droite la plus
sollicitée due à l’effort normal. 
 Calculer la contrainte normale  2 dans la section droite la plus sollicitée due au moment de flexion.
 Construire le diagramme des contraintes, en déduire la contrainte normale maximale dans la zone
tendue et dans la zone comprimée. Éch :  des forces : 1 mm 80 N  des moments : 1cm 16 N.m
Ex5- Système d’étude : Machine à couper les tôles
La figure ci-dessous représente une machine à découper les tôles à l’aide de chalumeaux. La machine
est composée d’un chariot (2) se déplaçant sur les rails (1). Ce chariot porte une poutre horizontale (3).
Deux chariots (4) et (5) peuvent se déplacer sur la poutre (3) entre B et C en suivant un gabarit. (4) et (5)
portent les chalumeaux de découpage. On se propose de vérifier la résistance de la poutre (3)
à la flexion plane simple.

Hypothèses :
 La poutre (3) de section constante a un poids linéique de (q = 220 N/m).
 Les chariots (4) et (5) ont un poids de 300N chacun.  Les liaisons en A et C sont des liaisons pivot sans
frottement. On admettra que les chariots (4) et (5) peuvent atteindre simultanément la position B.
La poutre (3) est en acier de résistance pratique à l’extension Rpe = 80 N/mm2
1- Isoler la poutre (3) et déterminer les actions de contact en A et en C dans le cas ou on suppose que
les chariots porte-chalumeaux (4) et (5) sont tous les deux en B :
2- Les chariots porte-chalumeaux (4) et (5) sont tous les deux en B. Définir le long de la poutre (3)
le diagramme
des efforts tranchants Ty(x) et des moments fléchissant MfGz(x).
Échelle de traçage 1mm 50 N et 1mm 100 N.m
3- Vérifier la résistance de la poutre (3) sachant que le module de flexion est de 125.103 mm3.

177
EX - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours ; Applications Doc : élève
POUTRES ENCASTRÉES
Ex 6- Soit la poutre 
AC,

encastrée

en C, supporte en A et B les actions suivantes :
 
A  860 N y ; B  1060 N y .
 
 Calculer les réactions de l’encastrements ( C et M C ).
 Donner les équations de T y et M fGz le long de la poutre AC.
 Tracer les diagrammes de T y et M fGz .
 Déterminerla Section au
 zone ou la section dangereuse.
x point B
 Déterminer.
max i
de la poutre
   M fGz
 Déterminer la flèche en B en fonction de B , b, E et I Gz si A  y0 ''et

E  IGz
Ex 7- Hypothèses :
 La transmission roue pignon se fait sans glissement ;
 Chaque dent du pignon applique une force F sur son homologue de la roue,
quand elles entrent en contact ;
 F est appliquée au sommet de la dent et une seule dent est en prise ;
 La dent peut-être assimilée à une poutre encastrée de, de largeur ’b’ ;
 L’effort F se décompose en un effort radial Fr et un effort tangentiel Ft ;
(Ft : effort de flexion). 

 Calculer les réactions de l’encastrement RO et M O en fonction de Ft et h.
 Donner l’équation de M fGz dans une section donnée de la poutre en fonction de Ft, h et x.
 Montrer que M fGz = Ft . h
 Écrire la condition de résistance pour cette poutre, sachant que la denture est
en acier de résistance admissible  adm  adm  200 N / mm 2 .
 Le pignon a pour caractéristiques : b = k.m, h = 2,25m et s  Pas   m .
2 2 Section
Ft
Montrer quem  2,34 de la dent
k   adm
 Calculer la valeur minimale de m ? Si on prend :  adm  200 N / mm 2 ;k = 10 ; d = 10 mm ;
C = 5 Nm = couple à transmettre.
Ex 8- On considère une poutre 1 de section constante en liaison encastrement en C avec le bâti 2 (Fig.1)
 
 
Le plan A, x, y est un plan de symétrie pour la poutre 1 et pour les forces qui lui sont appliquées.

 
A, x est porté par la ligne moyenne de la poutre. Cette poutre est en profilé en T dont la section est
définie par la section E-E (Fig.2) ; elle est soumise aux actions mécaniques extérieures suivantes :
 
 A3/1 
   500 N y 
 L'action de 3 / 1 modélisable en A par :  3/1 A        
 0
 A    0 
A
 
  
 B4/1  250 N y  
 L'action de 4 / 1 modélisable en B par :  4/1B        

0  B  0 
B

Fig.2

Fig.1
178
EX - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours ; Applications Doc : élève
 Déterminer les éléments de réduction en C de  2/1C ;
 Déterminer les équations des efforts tranchants et moment fléchissant ;
 Construire les diagrammes de T y et M fGz .
 Donner la valeur et la position de Ty et M fGz ;
max i max i
 Calculer la distance OG (G : centre de gravité de la section droite S) et le moment quadratique

 
suivant l'axe G, z de cette section ; utiliser la formule :

XG 
X G1  S1  X G 2  S 2    X Gn  Sn et YG  YG1  S1  YG 2  S2    YGn  S n
S1  S 2    S n S1  S 2    S n
 Calculer les contraintes maxi dans la zone tendue et dans la zone comprimée. y
 Représenter la contrainte dans la figure 3.
Échelle de traçage 1 mm 50 N
1 mm 5 N.m
1 mm 4 MPa Gx
Fig.3

LES CHARGES REPARTIES


Ex 9- Soit une poutre AB soumise sous l’action de 3 forces
 
extérieures : A : action d’appui, B : action d’appui
  
et q : action du poids par mètre de poutre avec P  q .l
 Déterminer l’action en A et B ;
 Déterminer TY et MfGz et tracer leur diagramme le long de AB.

Ex 10- Même questions que l’Ex 9 ;


 Calculer la contrainte normale max (maxi).
 Représenter les contraintes normales si le diamètre de AB
est égale à Ø40 sur un schéma.

Ex11- Soit la poutre 1 reposant sur deux appuis simples en A et B est soumise aux actions mécaniques
extérieures :
 
 Une charge répartie uniformément entre A et C avec : q  0,8 N / mm y
 
 L’action en C avec C  1260 N y
  Section de 1
 Déterminer A et B
 Déterminer les équations de T y et M fGz le long de la poutre AB.
 Construire les diagrammes de T y et M fGz et en déduire
la valeur et la position de Ty et M fGz .
max i max i
 Déterminer la contrainte maxi.

EX 12- Une poutre AD repose sur deux appuis simples en A et D ;


   
avec : B  2166 N y ; q  1, 2 N / mm y .
 
 Calculer A et D .
 Donner les équations de T y et M fGz le long de la poutre AD.
 Construire les diagrammes de T y et M fGz .
 Donner la valeur et la position de Ty et M fGz . Section de 2
max i max i
 Déterminer la contrainte maxi.

179
EX - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Cours ; Applications Doc : élève
EX 13 - Une poutre CD repose sur deux appuis simples en A et B ;
et supportant deux charges en C et D avec :

    
C  D  20 daN y et une charge répartie q  100 N / m y
 Calculer les réactions aux appuis.
 Donner les équations de T y et M fGz le long de la poutre CD.
 Construire les diagrammes de T y et M fGz .
 Donner la valeur et la position de Ty et M fGz . Section de 3
max i max i
 Tracer l’allure de déformée.
 Déterminer la contrainte maxi.

POUTRES ENCASTRÉES avec CHARGES REPARTIES


EX 14- Vérification de la résistance de la POTENCE SUR COLONNE
La potence sur colonne représentée sur
la figure ci-contre se compose d’une
flèche 1 réalisée à partir d’un profilé
en ‘’I‘’ est soudé sur un support
motorisé 2. Le support est articulé
en A (Liaison rotule), et est en appui
en E sur le fut 3, le moment de
rotation de la flèche est réalisé par
l’intermédiaire d’un ensemble
motoréducteur 5 et couronne dentée.
La couronne est solidaire du fut en E.
La manutention de la charge est réalisée
par le palan 4 (levage et translation entre B et D).
L’étude de la flèche 1 sera faite dans la position donnée
par la figure 1 ; Données :
♦ poids unitaire q = 420 N/m
♦ Matériau : Rpc = Rpe = 100 N/mm²
♦ HB = L = 4500 mm ; HC = 3000 mm ; H = 300 mm; a = 7 mm ; b = 150 mm ; e = 11 mm. Fig 1
♦ Charge : P = 10000 N.
 Déterminer les actions d’encastrement en H et représenter ces actions sur la flèche isolée.
 Déterminer les équations des efforts tranchants et moment fléchissant et tracer leurs diagrammes.
Échelle de traçage : 1mm 50 daN et 1mm 100 daN.m
 Vérifier la résistance de la poutre 1 à la flexion.

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

180
EX - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 2-
1- Pour calculer les réactions des appuis simples, il faut appliquer le PFS :
     
 
F  A  B  F  F  0 et proj / oy : A  B  2F  0
ext
 
 
 
 
    
 M F
/A  M
ext A  M /AB  M F 
/A M F  0 et proj / oz :0 
/A /A B  3,5  F 1  F  2,5  0
   
Donc : B  F  3000 N et A  F  3000 N
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz
 Zone AC 0  x  1
T y   A   3000 N
x  0; M fGz  0 Nm
 M fGz    A  x  si 
x  1; M fGz  3000 N m
 Zone CD 1  x  2,5
 Ty    A  F   0 N

x  1; M fGz  3000 N m
 M fGz    A  x  F  (x  1) si 
x  2,5; M fGz  3000 N m
 Zone DB 2,5  x  3,5
T y    B   3000 N

x  2,5; M fGz  3000 N m


 M fGz    B  (3,5  x ) si 
x  3, 5; M fGz  0 Nm
Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
(Échelle  des forces : 1cm 3000 N
 des moments : 1cm 3000 N.m)

3000 N

0N

- 3000 N
3000 Nm

Rep. Ex 3-
1- Calculer des réactions de l'appui simple et de l'articulation en A, appliquer le PFS :
    
 
F  A  B  R  0 et proj / oy : A  B  RC  0
ext C
 
 
 
   
 M F
/A  M
ext A  M /AB  M R  0 et proj / oz :0 
/A /A C B 1  RC  3  0
  3    La réaction est portée par l'axe -y
Donc : B  RC   800  3  2400 daN et A  RC  B   1600 daN
1
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 x  0; M fGz  0 daNm
 Zone AB : 0  x  1 ;  Ty   1600  1600 daN et  M fGz   1600  x  si 
 x  1; M fGz  1600 daNm
 x  1; M fGz  1600 daNm
 Zone BC : 1  x  3 ;  Ty    800  800 daN et  M fGz    800  (3  x)  si 
 x  3; M fGz  0 daNm

181
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 cm 1600 daN
 des moments : 1cm 1600 daN.m)

Rep. Ex 4-
1- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz
 Zone AB 0  x  0,04
 N   990  990 N
 Ty   800  800 N
 x  0; M fGz  0

 M fGz    800  x  si 
 x  0, 04; M fGz  32 Nm

 Zone BC 0,04  x  0,12
 N   990  990 N
 Ty   400  400 N
 x  0, 04; M fGz  32 Nm

 M fGz    400  (0,12  x)  ; si 
 x  0,12; M fGz  0

2- voir les graphes :
3-  N max  990 N le long de la poutre (Traction).
 Ty  800 N dans la zone AB.
max

 M fGz  32 Nm au point B, (C'est la zone la plus sollicité).


max

N 990 990
4- Contrainte normale due à l'effort normal N :  1    15 MPa
S 6.(16  5) 66
M fGz 32 103
5- Contrainte normale due au moment flecissant MfGz :  2    ( y )    (8)  128,93 MPa
6
I Gz
12
16  5 
3 3

6- Représentation des contraintes : (1 cm 30 Mpa)


y y  2max  128,93 MPa

G x + G x

 1max  15 MPa  2max  128,93 MPa


182
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Déplacement de la fibre neutre
y  max  143,93 MPa
Zone

= tendue
Zone G x
comprimée
 max  113,93 MPa
POUTRES ENCASTRÉES
Rep. Ex 6-
 
1- Les réactions de l’encastrements ( C et M C ), appliquer le PFS :
      
 
F  A  B  C  0 et proj / oy :  A  B  C  0 d'où C  860  1060  1920 N c.à.d: C  1920 y (en N )
ext
 
 
 
  
 M F  M A  M B  M C  M  0 et proj/oz : A  (a  b)  B  b  M  0
/C ext /C /C /C C C

Donc : M C  860  2  1060 1, 2  2992 Nm ; c.à.d : MC  2992 z (en Nm)


2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 x  0; M fGz  0 Nm
 Zone AB : 0  x  0,8 ;  Ty   860  860 N et  M fGz   860  x  si 
 x  0,8; M fGz  688 Nm
 x  0,8; M fGz  688 Nm
 Zone BC : 0,8  x  2 ;  Ty   1920  1920 N et  M fGz   1920  (2  x)  2992 si 
 x  2; M fGz  2992 Nm

3- Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 100 N
 des moments : 1 mm 100 N.m
Voir les graphes :
4- La section dangereuse se trouve au point C,
car, Ty  1920 N dans la zone BC
max

M fGz  2920 Nm au point C


max
5- Contrainte normale due au moment flecissant MfGz :
 M fGz max i 2992 103 12
x   ymax   50  71,808 MPa
max IGz 25 1003
 
6- si, A0,
dans la zone AB : M fGz  0 ; EI Gz y AB  0
''

dans la zone BC : M fGz   B ( x  a ) ; EI Gz yBC   B ( x  a )


''

B( x  a)2
1 intégrale : EI Gz y AB  k1 et
er ' '
EI Gz yBC   k2
2
B ( x  a )3
2
ème
intégrale : EI Gz y AB  k1 x  k3 et EI Gz yBC    k2 x  k4
6
Bb 2 Bb 2
x  ; yBC ()  0 et yBC ()  0  k2  et k4   (2  a)
'
Les conditions initiales :
2 6
x  a; yBC '
(a )  y AB
'
(a ) et y AB (a )  yBC (a )  k1  k2 et k3  k4
1  B( x  a)3 Bb 2 Bb 2  Bb3
Donc : yBC ( x)     x  (2  a )  Alors : y BC ( a )  
EI Gz  6 2 6  3EIGz

183
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 7-

1- Les réactions de l’encastrements ( RO et
M O ), appliquer le PFS :
       
 
 
     
 Fext  Ft  RO  0 Alors RO  Ft  Ft  y et  M / O Fext  M /O Ft  M /O RO  M O  0 Alors M O  Ft  h  z
 x  0; M fGz  0

2- 3- La zone OA : 0  x  h ; M fGz  Ft (h  x) si 
 x  h; M fGz  Ft  h

 M 12  Ft  h s
4- La condition de résistance :   fGz max  ymax     adm
max IGz b  s3 2
12  Ft  2, 25  m   m Ft  5, 4768 Ft
5- Relation de m :     adm  m  2,34
  m  22
3
k m 2
k   adm
k  m 
 2 
2C 2  5 103
6- Calcul de m : m  2,34  2,34  1, 654 Alors : m  1,654 mm
dk   adm 10 10  200
Rep. Ex 8-
1- Résolution par torseur : La poutre 1 est en équilibre sous l'action de 3 torseurs des forces extérieurs :
 0 0  0 0
   
 Torseur force en A :  3/1 A  500 0  Torseur force en B :  4/1B  250 0
 0 0  A  0 0 B
 
 X C LC 
 
 Torseur force en C :  2/1C  YC M C 
Z N 
 C C C

Appliquer le PFS sur la poutre 1 :  
Fext / A A 
 0
Exprimons tous les torseurs en même point ; A par exemple : (relation de transport des moments)

  0   0, 047   0   0   0 0 
 
            
   0    250    0  Donc :  4/1 A  250 0 
 M / A B4/1  M / B B4/1  AB  B4/1  0 
 0   0   0   11, 75   0 -11,75
         A
  LC   0,105   X C   LC  XC LC 
 
  
 M / A C2/1  M / B C2/1  AC  C2/1   M C         Donc :
0    YC    M C  0,105  Z C   2/1 A  YC M C  0,105  ZC 

  
 N   0   Z   N  0,105  Y   Z N  0,105  Y 
 C     C   C C   C C C A

PFS :  3/1A   4/1A   2/1A  0
 0 0  0 0  XC LC  0 0  XC  0 LC  0
       
500 0   250 0   YC M C  0,105  Z C   0 0  ce qui donne : YC  750 et M C  0
 0 0  A  0 -11,75 A  Z C N C  0,105  YC  A 0 0  ZC  0 N C  67

 0 0
 
Alors le torseur statique au point C :  2/1C  750 0 
 0 -67 
 C
   
Ou bien : A  B  C  0 ; proj / oy : 500  250  C  0 ;

 
 
  
M / A A3/1  M / A B4/1  M / A C2/1  M C  0 ; proj / oz :0  B  0, 047  C  0,105  M C  0 ;
 
Alors : C  750 N y et MC  250  0,047  750  0,105  67 Nm z

184
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone AB : 0  x  0, 047 ;  Ty   500  500 N et
 x  0; M fGz  0 Nm

  500  x  si 
 M fGz
 x  0, 047; M fGz  23,5 Nm

 Zone BC : 0,047  x  0,105 ;  Ty   750  750 N

 x  0, 047; M fGz  23, 5 Nm



 M fGz    750  (0,105  x)  67  si 
 x  0,105; M fGz  67 Nm

3- Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 50 N
 des moments : 1 mm 5 N.m
Voir les graphes :
4- La section dangereuse se trouve au point C,
car, Ty  750 N dans la zone BC
max

M fGz  67 Nm au point C
max
5-  La distance OG :
  
 
Soit le repère O, x, y, z , un repère orthonormé :
YG1  S1  YG 2  S 2    YGn  S n
YG 
S1  S 2    S n
 2   4 18   13,5  4 19  7,905
YG  ; Alors OG  7,9 mm
4 18  4 19
 Le moment quadratique IGz
On a I Gz  I1Gz  I 2Gz et par l'application du théorème de Huygens :

  
IGz  I1Gz  I 2Gz  IG1z  S1  d12  IG2 z  S2  d22 
 18  43   4 193 
I Gz    4 18  5,92     4 19  5, 62 
 12   12 
I Gz  2602,32  4669, 6933  7272, 0133 mm 4

6- Contrainte normale due au moment fléchissant MfGz :


M fGz max i
 max    ( ymax )
IGz
Dans la zone tendue (zone de traction)  max  0 ;
67 103
pour ymax  7,9 mm ;  max    7,9  72, 78 MPa
7272, 013  max  72, 78 MPa y
Dans la zone comprimée (zone de compression)  max  0 ;
67 103
pour ymax  15,1 mm ;  max    (15,1)  139,12 MPa
7272, 013 G
x

7- Représentation des contraintes :

 max  139,12 MPa


185
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
LES CHARGES REPARTIES
Rep. Ex 9-
1- Pour calculer les réactions des appuis simples, il faut appliquer le PFS :
    
F  A  B  q    0 et proj / oy : A  B  q    0
ext

    
    2
 M / A Fext  M / A A  M / A B  M / A q    0 et proj / oz :0  B    q  2  0
   
Donc : B  q   300 1,5  450 N et A  q    B  300  3  450  450 N
2
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone AB : 0  x  3 ;

 x  0; Ty  450 N

 Ty    A  q  x    450  300  x (Équation d'une droite) si 
 x  3; Ty  450 N

 x2   x2   x  0; M fGz  0 Nm
 M fGz     A  x  q    450  x  300  (Équation d'une parabole) si 
 2  
 2   x  3; M fGz  0 Nm
M 'fGz    A  q  x   450  300  x  0
450 Ty (1,5)  0

x  1,5 m  
300  M fGz (1,5)  337,5 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point il ya une tangente
horizontale
Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 50 N
 des moments : 1 mm 25 N.m
Voir les graphes :

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

186
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 10-
1- Les réactions des appuis simples, appliquer le PFS :
    
F  A  B  C  q    0 et proj / oy : A  B  C  q    0
ext

    
    2
 M / A Fext  M / A A  M / A B  M / A C  M / A q    0 et proj / oz :0  B    C  a  q  2  0
 a  2  
Donc : B  C   q   1200   300 1,5  1250 N et A  C  q    B  1200  300  3  1250  850 N
 2 3
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone AC : 0  x  2 ;

 x  0; Ty  850 N

 Ty    A  q  x   850  300  x (Équation d'une droite) si 
 x  2; Ty  250 N

 x2   x2   x  0; M fGz  0 Nm

 M fGz     A  x  q    850  x  300  (Équation d'une parabole) si 
 2  
 2   x  2; M fGz  1100 Nm

850 Ty (2,83)  0

M 'fGz    A  q  x   850  300  x  0 x  2,83 m  
300  M fGz (2,83)  1204,165 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point il ya une tangente horizontale
 Zone CB : 2  x  3 ;

 x  2; Ty  950 N

 Ty    B  q  (3  x)   1250  300  (3  x) (Équation d'une droite) si 
 x  3; Ty  1250 N

 (3  x)2   (3  x)2 
 M fGz    B  (3  x)  q    1250  (3  x )  300  (Équation d'une parabole)
 2  
 2 
 x  2; M fGz  1100 Nm

si 
 x  3; M fGz  0

M ' fGz   B  q  x   1250  300  (3  x)  0

 x  3
1250 Ty (1,16)  0

 1,16 m  
300  M fGz (1,16)  2604,16 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ;
Pour la représentation graphique, il faut choisir une échelle
des efforts tranchants et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 50 N
 des moments : 1 mm 100 N.m
3- Contrainte normale due au moment fléchissant MfGzmax
M fGz max 64 1100 103
 max    ( y )    (20)  175,159 MPa
IGz   404
1100 Nm

1100 Nm

4- Représentation des contraintes :


(1 cm 68 Mpa)

187
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 11-
1- Les réactions des appuis simples, appliquer le PFS :

      
F  A  B  C  q   0 et proj / oy : A  B  C  q   0
ext
2 2
 
 
        2
 / A ext / A
M F  M A  M /A B  M /A C  M /A q 
2
 0 et proj / oz :0  B    C 
2
 q 
8
0
 1  1 4   
Donc : B  C   q   1260   800   1030 N et A  C  q   B  1260  800  2  1030  1830 N
2 8 2 8 2
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone AC : 0  x  2 ;

 x  0; Ty  1830 N

 Ty    A  q  x   1830  800  x (Équation d'une droite) si 
 x  2; Ty  230 N

 x2   x2   x  0; M fGz  0 Nm

 M fGz     A  x  q    1830  x  800  (Équation d'une parabole) si 
 2  
 2   x  2; M fGz  2060 Nm

M 'fGz    A  q  x   1830  800  x  0 x


1830 Ty (2, 2875)  0

 2, 2875 m  
800  M fGz (2, 2875)  2093, 0625 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point il ya une tangente horizontale
 Zone CB : 2  x  4 ;
 Ty    B  1030 N
 x  2; M fGz  2060 Nm


 M fGz   1030  (4  x) ; si  
 x  4; M fGz  0

3- Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 50 N
 des moments : 1 mm 100 N.m
Voir les graphes :
Ty  1830 N ; au point A
max

M fGz  2060 Nm ; au point C


max

3- Contrainte normale due au moment fléchissant MfGzmax



 M fGz 2060 103
  max
 ymax   30  114, 44 MPa
max I Gz 30  603
12

188
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 12-
1- Les réactions des appuis simples, appliquer le PFS :
     
 F  A  D  B  q 1,5  0 et proj / oy : A  D  B  q 1,5  0
ext

 
 
  
    1,52
 M F /A  M A
ext M D  M/A B  M q 1,5  0 et proj / oz :0 
/A /A /A D  2  B 1  q 
2
0
 1 1,52 1 1,52 
Donc : D  B   q   2166   1200   1758 N et A  2166  1200 1,5 1758  2208 N
2 4 2 4
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone AB : 0  x  1 ;

 x  0; Ty  2208 N

 Ty    A  q  x   2208 1200  x (Équation d'une droite) si 
 x  1; Ty  1008 N

 x2   x2   x  0; M fGz  0 Nm

 M fGz     A  x  q      2208  x  1200   (Équation d'une parabole) si 
 2  2  x  2; M fGz  1608 Nm

2208 T y (1,84)  0

M 'fGz    A  q  x   2208  1200  x  0 x   1,84 m  
1200 M fGz (1,84)  2031,36 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point il ya une tangente horizontale
 Zone BC : 1  x  1,5 ;

 x  1; Ty  1158 N

 Ty    A  B  q  x    42 1200  x (Équation d'une droite) si 
 x  1,5; Ty  1758 N


 M fGz     A  x  B  ( x  1)  q 
x2   x  1; M fGz  1608 Nm

(Équation d'une parabole) si 

 2  x  1,5; M fGz  879 Nm

Ty (0, 035)  0

M 'fGz    A  B  x  q  x   42  1200  x  0 x
42
 0, 035 m  
1200  M fGz (0, 035)  2166, 735 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point il ya une tangente horizontale
 Zone CD : 1,5  x  2 ;
 Ty    D  1758 N
 M fGz    D  (2  x)  1758  (2  x)
 x  1,5; M fGz  879 Nm

si 
 x  2; M fGz  0 Nm

3- Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 100 N
 des moments : 1 mm 100 N.m
Voir les graphes :
4- Ty  2208 N au point A
max

M fGz  1608 Nm au point B


max
5- Contrainte normale due au moment fléchissant MfGz :
 M fGz
x  max i
 ymax
max I Gz
 1608 103 12
x   62,5  51, 2989 MPa
max 50 1253  44 1193

189
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 13-
1- Les réactions des appuis simples, appliquer le PFS :
      
 
F  A  B  C  D  q    0 et proj / oy : A  B  C  D  q    0
ext
     
  
M F  M A M B  M C  M D  M q  0
/A ext /A /A /A /A /A

 0,52
et proj / oz :0  B  0,5  C  0, 2  D  0, 7  q  0
2 La réaction est portée par l'axe -y

Donc : B  C  0, 4  D 1, 4  q  0,5  200  0, 4  200 1, 4  100  0,5   225 N
2 2

 La réaction est portée par l'axe -y


et A   B  C  D  q    225  200  200  50   225 N
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone CA : 0  x  0, 2 ;
 Ty   C   200 N
 x  0; M fGz  0 Nm

 M fGz   C  x   200  x (Équation d'une droite) si 
 x  0, 2; M fGz  40 Nm

 Zone AB : 0, 2  x  0,7 ;
 x  0, 2; Ty  25 N

 Ty   C  A  q  ( x  0,2)   200  225  100  ( x  0,2) (Équation d'une droite) si 
 x  0, 7; Ty  25 N

 ( x  0, 2)2   ( x  0, 2) 2 
 M fGz    C  x  A( x  0, 2)  q      200  x  225( x  0, 2)  100  
 2   2 
 x  0, 2; M fGz  40 Nm

(Équation d'une parabole) si 
 x  0, 7; M fGz  40 Nm

45 Ty (0, 45)  0

M 'fGz   C  A  q  ( x  0,2)   45 100  x  0 x  0, 45 m  
100  M fGz (0, 45)  36,875 Nm

Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce pointil ya une tangente horizontale
 Zone BD : 0,7  x  0,9 ;
 Ty    D  200 N et  M fGz    D  (0,9  x)  200  (0,9  x)
 x  0, 7; M fGz  40 Nm

(Équation d'une droite) si 
 x  0, 9; M fGz  0 Nm

3- Pour la représentation graphique, il faut choisir
une échelle des efforts tranchants
et des moments fléchissants.
Échelle  des forces : 1 mm 10 N
 des moments : 1 mm 4 N.m
Voir les graphes :
4- Ty  200 N dans la zone CA et BD
max

M fGz  40 Nm au point A et B
max
5- Voir le diagramme.
6- Contrainte normale due au moment fléchissant MfGz :
 M fGz
x  max i
 ymax
max I Gz
 40 103 12
x   40  1,87 MPa
max 2 10  803  80  83

190
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION CONVERTIR L’ÉNERGIE
Aspect Physique
ème
2 STM
Correction Doc : élève
Rep. Ex 14- POUTRES ENCASTRÉES avec CHARGES REPARTIES
1- Les réactions des appuis simples, appliquer le PFS :
    
F  H  P  q  4,5  0 et proj / oy : H  P  q  4,5  0
ext

Donc : H  P  q  4,5  10  42  4,5  1189 daN
3


   
    4,52
 M / H Fext  M / H H  M / H P  M / H q  4,5  M H  0 et proj / oz :0  P  3  q  2  M H  0
4,52 4,52
Donc : M H  P  3  q   3 103  42   3425, 25 daNm
2 2
2- Les efforts tranchants Ty et les moments fléchissants MfGz :
 Zone HC : 0  x  3 ;
 x  0; Ty  1189 daN
 Ty    H  q  x   1189  42  x (Équation d'une droite) si 
 x  3; Ty  1063 daN
 x2   x2 
 M fGz     H  x  q   M H    1189  x  42   3425, 25
 2   2 
 x  0; M fGz  3425, 25 daNm
(Équation d'une parabole) si 
 x  3; M fGz  47, 25 daNm
1189 Ty (28,30)  0

M 'fGz   H  q  x   1189  42  x  0 x  28,30 m  
42  M fGz (28,30)  13404, 76 daNm

 Zone CB : 3  x  4,5 ; Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point il ya une tangente horizontale

 x  3; Ty  63 daN
 Ty   q  (4,5  x)   42  (4,5  x) (Équation d'une droite) si 
 x  4,5; Ty  0 daN
 (4,5  x)2   (4,5  x) 2 
 M fGz    q      42  
 2   2 
 x  3; M fGz  47, 25 daNm

(Équation d'une parabole) si 
 x  4,5; M fGz  0 daNm

M 'fGz  q  (4,5  x)  42  (4,5  x)  0
Ty (4,5)  0
 x  4,5 m
 M fGz (4,5)  0
Valeur max de la courbe MfGz ; dans ce point
il ya une tangente horizontale
3- vérification de la poutre :
 M fGz
x  max i
 ymax  Rpe
max I Gz
 M fGz 12 H
x  max

max b  H  (b  a)( H  2e)
3 3
2

 34252,5 103 12


x  150
max 150  3003  (150  7)(300  22) 3

x  63, 063 MPa  100
max La poutre résiste mieux à cette charge.

191
Rep - FLEXION PLANE ASPECT PHYSIQUE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

OBJECTIFS
• Indiquer les défauts d'alignement typiques.
• Présenter et décrire les principales familles d'accouplements.
• Traduire le fonctionnement des accouplements par un schéma.
• Représenter graphiquement les éléments d‟un accouplement.
• Définir le type d‟accouplement choisi.
• Faire une analyse critique d‟un montage contenant un accouplement.
• Proposer une solution constructive.
• Définir la fonction d‟un accouplement, d‟un embrayage et d‟un frein.
• Démontrer les formules les plus fondamentales.
• Donner des éléments pour les choisir et les calculer.

192
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
1- Présentation du système d'étude :
Le système d‟étude « pompe mono-vis » (voir le dessin d‟ensemble) fait partie d'une huilerie moderne.
Cette pompe permet de malaxer les olives broyées.

193
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
2- Nomenclature du système d'étude :
37 8 Vis à tête hexagonale
36 1 Roulement à une rangé de billes à contact oblique
35 2 Rondelle d‟appui
34 2 Vis à tête hexagonale S275
33 2 Écrou hexagonal
32 1 Semelle
31 5 Vis à tête cylindrique à six pans creux
30 1 Pignon arbré C35
29 1 Roue dentée C35
28 1 Joint plat
27 1 Bouchon de vidange
26 7 Vis à tête cylindrique à six pans creux
25 1 Vis d‟Archimède C35
24 1 Corps de la pompe EN GJL200
23 1 Joint à lèvre
22 1 Bride S275
21 1 Support EN GJL200
20 6 Bague
19 2 Anneau élastique pour arbre
18 6 Axe S275
17 2 Plateau S275
16 2 Clavette parallèle forme A
15 1 Arbre C40
14 1 Bague S235
13 2 Roulement à une rangé de billes à contact radial
12 1 Roue dentée C40
11 1 Bouchon de remplissage
10 1 Anneau élastique pour alésage
9 1 Carter EN GJL200
8 1 Goupille de centrage
7 1 Roulement à une rangé de billes à contact radial
6 1 Pignon arbré C60
5 1 Boîtier EN GJL200
4 1 Roulement à une rangé de billes à contact radial
3 1 Anneau élastique pour alésage
2 1 Clavette parallèle forme A
1 1 Arbre moteur C40
Rep Nb Désignation Matière Obs.
POMPE MONO-VIS
Problème posé : Identifier les solutions adoptées pour répondre à la fonction :
« Transmettre l’énergie mécanique du moteur à la vis d'Archimède (25)».
Le F.A.S.T de la fonction évoquée :

194
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
On s‟intéresse aux solutions technologiques adoptées qui assurent :
- la liaison de l'arbre moteur (1) avec le pignon arbré (6) : Solution S1 (Voir le dessin d‟ensemble : zone "A")
- la liaison de l‟arbre de sortie du réducteur (15) avec la vis d‟Archimède (25) : Solution S2 (Voir : zone "B")
Les deux solutions S1 et S2 permettant d’accoupler deux arbres situés dans le même prolongement sont
nommées « accouplements ». Comparons les deux accouplements utilisés.
Solution S1 Solution S2
Ce montage exige un Cet ensemble comporte
alignement parfait des un composant déformable
arbres et n'autorise (les bagues (20) en
aucun mouvement caoutchouc) ce qui permet
relatif donc : l'assemblage d'accepter
c'est un certains désalignements
accouplement rigide. et décalages des arbres
donc :
c'est un
accouplement élastique.

ACCOUPLEMENTS
I- LES ACCOUPLEMENTS :
La liaison de deux arbres est utilisée pour :
- Obtenir un arbre de grande longueur à partir de longueur limitée ;
- relier bout à bout un arbre moteur et un arbre récepteur.
 Position du problème : (fig.1)
La transmission de puissance entre deux arbres, sensiblement
colinéaires, est réalisable par accouplement.
Le choix de l‟accouplement dépend :
- des défauts d‟alignement des arbres,
- de la variation de puissance transmise.
 Fonction d’un accouplement :
Les accouplements sont utilisés pour transmettre la puissance,
Fig.1- accouplement de 2 arbres
entre deux arbres de transmission en prolongement l‟un
de l‟autre comportant éventuellement des défauts d‟alignements (fig.2).
Sans défauts d‟alignements Désalignements radial dR Désalignements axial dA Désalignement angulaire d

Fig.2- principaux défauts d’alignements


 Principaux types d’accouplements :
 Accouplements permanents
Acc. rigides Acc. élastiques ou flexibles Cardans
Aucun Non flexible Flexible en désalignement
désalignement : en torsion à : torsion à : angulaire :
- plateaux - joint d‟Oldham - ressort - joint de Cardan
- manchon goupillé - denture bombée - membrane souple - joint tripode
- douille biconique - soufflet - blocs élastiques - joint à 4 billes Écart angulaire en torsion dθ
 Accouplements temporaires
Pas de désalignement
Embrayage : Freins à : Divers :
- à disques - disque - Limiteurs de couple
- coniques - tambour - roues libres
- centrifuges - bande - coupleurs
Accouplement Accouplement Accouplement Joint de Limiteurs
sans indication rigide élastique Cardan de couple
 Schéma
cinématique
195
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
ACCOUPLEMENT PERMANENTS :
Appareils désignés à assurer, en permanence la liaison en rotation entre 2 arbres en prolongement.
 Accouplements rigides :
Ils doivent être utilisés lorsque les arbres sont correctement alignés (parfaitement coaxiaux).
(Voir fig.3a ; 3b ; 3c ; 3d ; 3e)
Critique : Les accouplements rigides sont en généraux simples, robustes,
économiques, mais ils présentent certains inconvénients suivants :
a- Ils transmettent instantanément et brutalement les à coups provenant d‟
une variation brusque de couple résistant ;
b- Amplifier les vibrations de l‟arbre moteur à l‟arbre récepteur et réciproquement ;
c- Fatigue et usure rapide des paliers.
Entrainement des accouplements
Par adhérence (Fig.3a) Par obstacle (Fig.3b) Par obstacle (Fig.3c)

Manchons à plateaux (Fig.3d) Manchons à plateaux (Fig.3e)

1
2 R3  r 3  Rr 1 r 1  8C 2 D
Rm  . 2 2 ou si    d    ; Le couple : C  T . 2
3 R r  2 4 R 3  n..D.Rpg 
 Accouplements élastiques :
Ces composants sont constitués de deux éléments rigides reliés par un ou plusieurs éléments
intermédiaires élastiques [élastomère (fig.4a ; 4b ; 4c ; 4d) ou métal - ressort – (fig.5a ; 5b)]
Ils ont pour rôle, d‟effectuer une transmission de puissance entre deux arbres en prolongement, et sans
modification du couple ni de la vitesse, de remédier les inconvénients des accouplements rigides,
ils doivent donc : a- Permettre une légère variation de la position relative des axes ;
b- Assurer la souplesse de la transmission par déformation élastique en rotation ;
c- Amortir les vibrations.
Les accouplements avec élastomères (Dans ce type de joint, la sollicitation de l'élément élastique peut être)
de la torsion de la compression du cisaillement ; de la de la compression
(Gaine flexible) (Flector) flexion (Radiaflex) (Colombes Flexima)

Fig.4c Fig.4d

Fig.4a Fig.4b
196
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Les accouplements avec métal - ressort - (fig.5)
(Ont une rigidité en torsion importante)
Parmi les technologies on retrouve les joints (fig.6a ; 6b)

Fig.5a
Relier par une flèche l‟accouplement permanent avec leurs avantages ou leurs inconvénients ?
Fatigue et usure rapide des paliers
Accouplement
Permet un léger déplacement de la position relative des arbres
rigide
Amortir les vibrations
Transmette instantanément et brutalement les à coups provenant d‟une
variation brusque du couple résistant
N‟accepte aucuns désalignements des arbres
Accouplement
Assurer la souplesse de la transmission
élastique
Amplifier les vibrations de l‟arbre moteur à l‟arbre récepteur et réciproquement

Les joints articulés


La transmission de puissance doit se faire entre deux arbres animés
d‟un mouvement de rotation, concourants ou parallèles.
- Joints de Cardan pour les arbres concourants (Fig.6a1 ; 6a2 ; 6a3) ;
- Joints de Oldham pour les arbres parallèles (Fig.6b).

Joint de Cardan sphéroïde Fig.6a1 Joint de Cardan simple Fig.6a2 Double joint de Cardan Fig.6a3

Arbres reliés concourants


avec 1 = 2

Utilisé pour transmettre des


couples élevés, surtout à
vitesses lentes. Nécessite
un bon graissage.

Arbres reliés parallèles 1 ≠ 2


Permet des déplacements angulaires importants, les vitesses angulaires w1
et w2 ne sont pas les mêmes (dans la Fig.6a2). Le mouvement se transmet
par l‟intermédiaire d‟un croisillon libre en rotation par rapport à deux arbres.
Joints de Oldham Fig.6b
Il supporte uniquement des
désalignements radiaux.
Il est composé de deux moyeux
à languette et d‟un disque central
à deux rainures orthogonales,
la transmission est homocinétique.

197
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

Compléter le diagramme FAST d‟un accouplement


permanent ?

APPLICATION DE MISE A NIVEAU

(Voir page suivante)

198
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
I- Mise en situation : Système étudié

Système poulie Embrayage- Réducteur à Métier rectiligne


Moteur accouplement
courroie frein engrenages de bonneterie

Le mécanisme représenté sur document ci-dessous est utilisé pour entraîner un métier rectiligne de bonneterie par
l'intermédiaire d'un réducteur à engrenages dont on a représenté uniquement son arbre d'entrée denté 35
Le système d'étude a pour : ♦ entrée : La poulie 3
♦ sortie : L'arbre denté 35
II- Travail demandé :
1°) Quel est le nom est la fonction de l‟ensemble 27, 28, 29, 18°) Compléter le tableau des liaisons ci-dessous ?
30, 31 et 32 ?
Degrés
2°) L‟accouplement entre l‟arbre 26 et 35 est-il temporaire Nom Symbole normalisé
Liaison de liberté
ou permanent ? liaison en deux vues
R T
3°) Citer trois avantages de cet accouplement ?
4°) Citer deux inconvénients d‟un accouplement rigide ? 3 / 14

15 / 26
5°) Donner le nom des
26 / 19
repère 1, 2, 3 et 4 ?
27 / 26

6°) Donner la désignation des roulements 6, 20 ? 35 / 34


7°) Les roulements 33 et 36 sont désignés par 25 BT 02
Expliquer cette désignation ? 19°) Dessiner le schéma cinématique de l‟ensemble ?
20°) Tracer la chaîne de cote relative à la cote
8°) Quelles sont les types de charges supporter par les
condition Ja, sur le dessin ci- dessous ?
roulements BT ?
9°) Quelles sont les bagues montées serrées
(extérieures ou intérieures) ?
10°) Identifier les obstacles arrêtant ces bagues axialement
(A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N ) pour les
roulements 8 ; 6 ;20 ; 24 ; 33 et 36 ?
11°) La bague intérieure du roulement 20 est liée en
translation avec l‟arbre 26, à gauche en N, à droite
en M. Établir sur le diagramme ci-dessous, la suite des
contacts entre la bague intérieure et l‟arbre 26 ?

12°) Le montage de roulement 33 et 36 est-il en X ou en O ?


13°) Indiquer le type d‟ajustement de Ajust.a, Ajust.b, Ajust.d 0,8
et Ajust.e ? 21°) Calculer a5mini , a5maxi et a5 ; avec a  60,79 ;
14°) Donner le nom et la fonction des éléments suivants : 0,1 0,1 0,2
4, 5, 9, 21, 22, 29 et 32 ? a3  20 ; a14  20 ; a4  2
0,021

15°) soit l‟ajustement c = ∅20H7m6 avec ∅20H7=  20 0


22°) L‟arbre d‟entrée denté 35 est guidé en rotation par
0,021 deux roulements a une rangée de billes à contact
et ∅20m6=  20 0,008
; calculer le jeu maxi et le jeu mini, oblique 33 et 36, sur le dessin d‟ensemble :
en déduire la nature de l‟ajustement ? - Compléter ce montage ;
16°) En cercler les pièces qui sont animées d‟un mouvement - Prévoir l‟étanchéité aux cotés extrêmes des deux
de rotation en cas d‟embrayage ? roulements.
B.E : Bague Extérieur ; B.I : Bague Intérieur Nota : Le bout d‟arbre 35 à droite n‟est pas utilisable.
1 2 3 4 5 9 10 12 13 14 15 17 18 19 21 22 - indiquer les ajustements sur les portées
23 25 26 27 28 29 30 31 32 34 35 37 B.E20 B.I33 de l‟un des deux roulements.
17°) En cercler les pièces qui sont animées d‟un mouvement
de rotation en cas de freinage ?
1 2 3 4 5 9 10 12 13 14 15 17 18 19 21 22
23 25 26 27 28 29 30 31 32 34 35 37 B.E20 B.I33

199
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

Ajust e

Ajustement d = Ø H7
Ajustement e= Ø m6 ;
Ajust d

Ajust c

Ajust b

Ajust a

200
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
LES EMBRAYAGES
I- MISE EN SITUATION ET FONCTION :
L'embrayage, dans une chaîne de transmission de puissance, se situe
entre l'organe moteur et l'organe récepteur. Il permet à un opérateur
(commande extérieure) d'accoupler ou de séparer, progressivement
ou non, les arbres respectivement solidaires du moteur et du récepteur.
L’embrayage permet d’effectuer ou de supprimer à volonté
la liaison entre deux arbres en prolongement.

Parmi les avantages offerts par la présence d‟un embrayage dans une transmission, nous pouvons retenir :
- la sécurité : l'entraînement du récepteur peut être arrêté instantanément sans avoir stopper le moteur.
- la réduction des efforts de contact : par exemple, lors du changement de rapport dans une boite de
vitesses.
- la souplesse d'utilisation : l'embrayage permet de réduire et d'amortir les chocs au démarrage
ou lors de changement de phase.
- l'économie : permet de transmettre la puissance que lorsque cela est nécessaire.
Schéma cinématique :
Le cas d‟embrayage : W 1 = W 2
Le cas débrayage : W 1 ≠ 0 ; W 2 = 0

II- CLASSIFICATION :
La transmission du mouvement peut avoir lieu :
par obstacle : embrayages à griffes, encliquetages ; emploi limité ;
par adhérence : embrayages à friction ; très répondus ;
par action électromagnétiques ou hydrauliques : cas particuliers.
2.1- Embrayage instantané :
a) Embrayage à griffe :
Les plateaux 2 et 12 ayant de griffes pénétrant l‟une
dans l‟autre, le plateau 2 est solidaire à l‟arbre moteur 1
Mais le plateau 12 glisse sur l‟arbre récepteur 11, et réalise
l‟embrayage ou le débrayage. L‟épaulement de 1 support
la poussée axiale lors de l‟embrayage, la bague d‟arrêt 14
forme butée de 12 au débrayage.
La bague 4 assure le centrage des deux arbres.
Lors de débrayage 4 tourne alors que 11 est arrêté ;
d‟où nécessité d‟un graissage.
Critique : Appareil robuste ; réversible ; transmettre
des couples importants dans les deux sens ; pas de
poussée axiale pendant la marche sur le crabot 12,
2 12
la manœuvre ne peut pas être effectuée en marche
b) Embrayage à dents :
 Quelle remarque peut-on faire sur l‟embrayage à
dents du type A et B ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.......................................
.......................................
. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.......................................
 L‟embrayage à griffe et à dents peuvent-ils
manœuvrés en marche ? . . . . . . . . .

201
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
c) Embrayage à encliquetage :
Permet l‟entraînement, automatiquement
de l‟arbre mené (récepteur) dans un seul
sens ; dans l‟autre sens il y a débrayage.
Critique : Embrayage brusque ; transmet
le mouvement dans un seul sens ne supporte
pas de poussée axiale.

Embrayage a cliquet Embrayage à billes (à rouleaux)


2.2- Embrayages progressifs (à friction) :
La transmission d‟un couple entre deux arbres ou organes tournants peut être réalisée par adhérence
et en fonction de la force pressante N :
il y a 3 cas : - N = 0 : aucun couple transmis ;
- N est faible : couple transmis par frottement Cr < Cm;
- N est importante : couple transmis par adhérence Cr = Cm.

Avantage :
Par la variation de la force N entre surface de contact, un embrayage
à friction permet donc :
- d‟effectuer la manœuvre en marche ;
- d‟assurer la progressivité de la transmission par frottement ;
- de transmettre intégralement le couple moteur par adhérence vers le récepteur.
Remarque :
 Pendant tout la période d‟entraînement par frottement un dégagement de
chaleur apparaît. Cette période est nécessaire pour assurer la progressivité de l‟embrayage.
 Un embrayage progressif comprend : - un système de commande provoquant une force presseur ;
- des éléments présentant une surface de friction.
2.2.1- Classification d’après la forme le la surface de friction : Les formes des surfaces de contact sont :

Planes : simples, doubles ou multiples Coniques Cylindriques


2.2.2- Classification d’après le mode de commande : Les dispositifs de commande peuvent être :

Mécanique : Automatique
par leviers, fourchettes,
cames…

202
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Hydraulique ou pneumatique : Électromagnétique :

2.2.3- Garnitures et contre matériaux :


Puisque la transmission de puissance se fait d‟abord par frottement puis par adhérence,
pour cela, on rapporte sur la surface mobile de l‟embrayage une pièce appelée
„‟ garniture (ferodo) „‟. Le matériau constituant l‟autre surface de friction sera désigné
par „‟ contre matériau „‟.
a) La garniture est caractérisée par :  Un grand coefficient de frottement ;
 Une bonne résistance à l‟usure ;
 Une bonne résistance mécanique au choc.
b) Principaux types de garnitures :
 Garniture *amiantée armé de fil de cuivre : (résiste à l‟action du feu)
 Garniture frittée ou céra-métallique : (utilisée quand les conditions d‟emploi sont sévères)
 À base de papier ou de liège pour fonctionnement dans l‟huile.
 Garniture métalliques (acier, fonte, bronze) travaillant dans l’huile ou à sec.
c) Fixation des garnitures :  Fixation par rivetage ;
 Fixation par collage ;
 Fixation mixte
d) Contre matériaux : Ils sont choisis en fonction de la garniture, on emploie généralement
la fonte, pour résister à l‟écrasement, à l‟érosion, à la déformation
permanente et à la formation de point chauds.
Remarque :
● Les garnitures doivent être protégées efficacement contre la présence accidentelle d‟un lubrifiant
● Lorsque l’embrayage doit être manoeuvré fréquemment, les garnitures baignent parfois dans
l’huile. il est alors nécessaire d’augmenter le nombre des surfaces de contact pour compenser
la diminution du coefficient de frottement.
2.2.4- Couple transmissible par embrayage à friction :
a) Surface plane :
Avec :
C = n.N.f.Rmoy
C : couple transmis par adhérence (N.m)
N : effort presseur (N)
f = tg  : coefficient de frottement
n : nombre de surface de contact des disques
2 R3  r 3 Rr 1 r 1
Rmoy = . 2 ; (Rmoy = si   )
3 R r 2
2 4 R 3
Si « P » la pression de la force « N », calculez le couple
transmissible par cet embrayage en fonction de P :
*Amiante : Silicate hydraté (SiO2) de calcium et de magnésium,
C= à texture fibreuse, résistant à l'action du feu.
203
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
b) à surface conique :
N f
C  Rmoy
sin 
Si « F » la force du ressort, calculez le couple
transmissible par cet embrayage en fonction de F :

C=
c) à surface cylindrique : C = N.f.R Avec : N = T/f
III- Étude de quelques réalisations industrielles des embrayages à friction :
3.1- À commande mécanique et à surfaces planes :
A disques multiples : surface de contact importante (grande douceur à l‟embrayage) réalisée par
un empilage de disques solidaires alternativement de l‟arbre moteur et de l‟arbre récepteur.
(Denture extérieure et denture intérieure, fig. 1).
Le frottement entre disques persistant après débrayage est réduit par la présence d'huile. L'absence de
centrage exige un alignement soigné ou la combinaison avec un accouplement élastique.
La Force N est développée :
par ressorts ou rondelles Belleville. Comprimés à l‟embrayage par la manœuvre du coulisseau
(course limitée suivant couple à transmettre) maintenu par verrouillage (billes) (fig. 2).
Capacité des embrayages à disques multiples : élevée sous faible encombrement. Utilisation :
machines-outils.
par déformation élastique de leviers (voir dans un exercice).

Fig.2

Fig.1
3.2- À commande automatique : (coupleur hydraulique et coupleur électromagnétique à poudre)

Ailettes

Les deux coupleurs précédant jouent le rôle d‟un limiteur de couple


204
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Système d’étude : Limiteur de couple
1- Mise en situation :
Le système étudié est un limiteur de couple. Cet organe est monté sur l‟arbre moteur du transporteur
entraînant le tapis roulant d‟une housseuse d‟une ligne de conditionnement de produits laitiers d‟une
coopérative agricole.

Perspective du limiteur de couple


Les briques de lait (1litre) sont
conditionnées en pack de 6 x
1 litre au cours du *fardage
puis chaque ligne procède à
la palettisation des packs en
palettes (720 packs de 1 litre).
L‟ensemble des palettes se
trouve ensuite à l‟entrée
d‟une housseuse permettant
la dernière phase de
conditionnement, en
posant un film
thermo-*rétractable de
maintien et de protection
des palettes.

2- Fonctionnement :
Le limiteur de couple, représenté sur le dessin d‟ensemble
(voir également le schéma ci-contre), assure la
transmission du mouvement de rotation entre l‟arbre moteur
(1) et le pignon à chaîne (3). L‟entraînement se
fait par adhérence des deux garnitures de friction (6a) et (6b)
sur le pignon (3), grâce à l‟effort presseur des rondelles
élastiques type «Belleville » agissant comme des ressorts.
Les garnitures (6a) et (6b) sont collées sur les pièces (2)
et (4). En cas de surcharge anormale ou de blocage
accidentel du convoyeur, l‟arbre moteur continuera de
tourner mais il y aura glissement entre le pignon (3) et les
garnitures (6a) et (6b), permettant ainsi d‟éviter la rupture
des organes les plus fragiles de la transmission.
*Farder : Couvrir des produits pour flatter l‟œil de l‟acheteur.
*Rétractable : Repliable
205
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Travail demandé :
1- Repérer les pièces du limiteur de couple sur la perspective
2- Pendant le fonctionnement, y a-t-il un mouvement possible entre (1) et (2) ?
En déduire le nom de cette liaison ?
3- Quelles sont les pièces assurant cette liaison ?
4- Indiquer le repère des pièces entraînées en rotation par le moteur en cas de blocage accidentel
du convoyeur ?
5- Quelle opération doit-on effectuer si le limiteur de couple "patine" trop facilement ?
6- Donner le rôle de la rondelle (13) ?
7- La chaîne retirée, on souhaite changer le pignon (3). Indiquer l'ordre de démontage des pièces
strictement nécessaires ?
8- Quelles familles de matériaux sont indiquées par les hachures des pièces ? (6a), (6b) et (5)
9- On donne (voir le schéma de la page précédente) :
-La vitesse du moteur asynchrone triphasé est N1 = 1500 tr/min
-Le nombre de dents du pignon moteur est Z3 = 25 dents
-Le nombre de dents du pignon d‟entraînement du convoyeur est Ze = 75 dents
9.1- Calculer le rapport de transmission entre le pignon moteur et le pignon du convoyeur ?
9.2- Calculer la fréquence de rotation du pignon d‟entraînement du convoyeur :
10- Donner le nom et la fonction de la forme repérée « U » sur le dessin d‟ensemble :

IV- LES LIMITEURS DE COUPLE :


Les limiteurs de couples (ou accouplements de sécurité) ont pour rôle de désolidariser l‟arbre moteur
et l‟arbre récepteur automatiquement en cas d‟augmentation anormale du couple résistant.

 La liaison entre (1) et l'ensemble (2 -3) est-elle


obtenue par obstacle ou par adhérence ?
.....................................
5
 Quels sont les éléments qui créent la force
pressante nécessaire à l'adhérence ?
.....................................
 En cours de fonctionnement, que se passe-t-il
si l'arbre récepteur se trouve accidentellement
bloqué ?
......................................
 Comment peut-on faire varier la valeur limite du
couple à transmettre ?
.......................................

Sd
Sg

Donnez le nom complet de cet embrayage ?


.............................................
. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Expliquez sa fonction ?
.............................................
.............................................
.............................................
.............................................
.............................................
.............................................
.............................................

206
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Application N° 01 ‘’ EMBRAYAGE-RÉDUCTEUR ’’
A- PRÉSENTATION :
Le dessin d‟ensemble représente un embrayage électromagnétique lié au réducteur de vitesse à engrenage par un
accouplement.

B- FONCTIONNEMENT :
L‟arbre moteur 1 (N1 = 1500 tr/mn) solidaire à la culasse 19, l‟alimentation de la bobine 13 permet l‟embrayage de 19
et la cloche 32 ; et par l‟accouplement la puissance se transmette à l‟arbre 16 du réducteur à engrenage
(18 ; 17a ; 17b et 61).

C- ANALYSE TECHNIQUE :
1°) Donner le nom complet et la fonction de cet embrayage ?
2°) Justifier le choix de cet embrayage multidisques ?
3°) Cet embrayage est-il réversible ou irréversible ?
4°) La commande de cet embrayage est électromagnétique, citer trois autres types de commandes ?
5°) Dans quelle position est représenté cet embrayage ? (position d‟embrayage ou de débrayage)
6°) Citer deux avantages d‟un accouplement temporaire ?
7°) Par quel phénomène est assurée la progressivité de la transmission dans un embrayage à friction ?
8°) Par quel phénomène est assurée la transmission du couple moteur vers le récepteur dans un embrayage à friction
9°) Dessiner un graphe explicatif de la question 7°) et 8°) ?
10°) La pièce 4 est en acier, peut-elle être en bronze ? Oui ou Non ; justifier ?
11°) Quelle est la différence entre l‟embrayage instantané et l‟embrayage progressif ?
12°) Calculer la puissance transmissible en chevale par cet embrayage, avec :
- Force presseur : F = 250 daN ; - Coefficient de frottement : f = 0,1
- Diamètre extérieur : D = 150,6 mm ; - Diamètre intérieur : d = 127,6 mm
13°) Donner le nom complet et la fonction de l‟accouplement entre 7 et 16 ?
14°) Cet accouplement est-il temporaire ou permanent ?
15°) Citer deux avantages de cet accouplement ?
16°) En cercler les pièces qui sont animées d‟un mouvement de rotation en cas de débrayage ?
Nota : B.E : Bague Extérieur ; B.I : Bague Intérieur
0 1 2 3 4 BE5 BI6 10 12 35 38 39 40 41 Alimentation
17°) En cercler les pièces qui sont animées d‟un mouvement de rotation en cas d‟embrayage ?
1 2 3 4 12 13 14 35 39 41 42 46 16 52 BE49 BI50 51 18 17a 20 21 61
18°) Quel est le nom est la fonction des pièces suivantes : 3 ; 14 ; 15 ; 33 ; 5 ; 35 ; 36 ; 38 ; 41 ; 44 ; 48 ; 51 et 54 ?
19°) Quels sont les caractéristiques de choix d‟un ferodo ? et justifier le choix d‟un contre matériaux ?
20°) Donner la désignation du roulement 5 ?
21°) Expliquer comment réaliser la lubrification des roulements 49 ; 50 et 63 ?
22°) La pièce 34 est en Cu Sn 10 Zn 1 ; expliquer cette
désignation ? donner le nom de cet alliage ?
Remarque sur la désignation de l‟alliage de cuivre :
- Laiton = Cuivre + Zinc (6 à 45 %)
- Bronze = Cuivre + Étain (0,01 à 20 %)
23°) Quel est le nom de la coupe sur l‟arbre 7 qui montre
la clavette 41 ?
24°) Donner les caractéristiques de la liaison entre 7/16 ?
25°) Sur format A4 horizontale dessiner le cadre et
le cartouche ?
26°) Diviser le rectangle à gauche du cartouche en deux
cases égales :
ère
- Dessiner dans la 1 case l‟accouplement de
l‟arbre 7 et l‟arbre 16 (comme le montre la figure a)
ème
- Dessiner dans la 2 case cet accouplement avec
le changement de la liaison encastrement
(réaliser par vis H M12-50 + rondelle plate
et clavette disque).
27°) Dessiner le schéma cinématique de l‟ensemble ?

Figure a
207
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

20

Application N° 03 ‘’ INVERSEUR DE MARCHE ’’

208
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Application N° 02 ‘’ INVERSEUR DE MARCHE ’’
I- PRÉSENTATION :
1.1- Mise en situation :

Zone d‟étude Accouplement Moteur

Hélice du bateau

1.2- Fonctionnement :
Le dessin d‟ensemble représente un inverseur de marche accouplé à un moteur. La commande de la pièce 16
à l‟aide d‟un système de manœuvre non représenté permet de sélectionner la marche avant ou arrière du bateau.

II- TRAVAIL DEMANDER :


1°) Compléter la chaîne cinématique dans les cas suivants :

a- La marche arrière : Moteur Accouplement 25 E2 19

b- La marche avant : Moteur Accouplement 25 E1 19

2°) Sur le tableau ci-dessous ; encercler les repères des pièces qui sont animées d‟un mouvement de rotation dans
les cas suivants :
Embrayage E1 14 17 23 25 27 36 45 39
Embrayage E2 12 14 17 23 25 38 39 27
Débrayage 17 1 19 34 25 36 38 7
3°) De quel type d‟embrayage s‟agit-il ?
4°) Dans quelle position est représenté l‟embrayage ? (encercler la réponse juste)
Embrayage E1 Embrayage E2 Débrayage
5°) Sur le tableau ci-dessous ; encercler les repères des pièces qui sont animées d‟un mouvement de translation
dans la phase de commande :
14 16 25 36 34 4 39
6°) La liaison entre l‟arbre moteur et l‟arbre 25 est assurée par un accouplement ;
a- de quel type d‟accouplement s‟agit-il ?
b- donner un avantage de cet accouplement ?
c- citer deux autres types d‟accouplement ?
7°) Donner le nom et la fonction des organes suivants : 6, 7, 29, 34, 35, 42 et 44
8°) Donner le nom des organes qui assurent la transmission du mouvement de rotation entre la pièce 27 et l‟arbre 17 ?
9°) TRAVAIL GRAPHIQUE : (de l‟inverseur de marche)
Dans une étude d‟avant projet, le constructeur envisage équiper cet inverseur de marche d‟un FREIN mono-disque
à commande hydraulique. L‟arrivée de l‟huile sous pression par l‟orifice A, provoque le déplacement du piston 50 qui
plaque le disque 51 contre la pièce fixe 52.
9.1°) On demande de compléter le dessin du mécanisme en demi-coupe, dans la position de freinage, en représentant :
a- Le piston 50 ;
b- Le disque 51 ;
c- Les rondelles Belleville 56.
9.2°) Assurer l‟étanchéité dynamique du coté gauche du frein par un joint à lèvre, entre l‟arbre 17 et la pièce fixe 52.

209
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

210
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

Position défreinée

Position freinée à compléter

211
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
LES FREINS
I- MISE EN SITUATION ET FONCTION :
En général, le dispositif de freinage est placé à proximité de l'organe récepteur afin de réduire les chocs
dans la transmission.

Les freins sont des transformateurs d’énergie mécanique en chaleur, et destinés à ralentir
ou à arrêter complètement le mouvement d’un mécanisme.
II- CONSTRUCTION : Un frein comprend :
 Un organe solidaire de la masse en mouvement (roue ; poulie ; tambour…)
 Un frotteur solidaire d’un organe fixe
 Un mécanisme de commande de la force pressante.
 Un système de refroidissement, si possible.
III- CARACTÉRISTIQUE : (Qualités recherchées) : Un frein est caractérisé par :
 Efficacité (puissant) : un frein est puissant si le couple de freinage est important pour un faible effort
de commande.
 Régularité (stabilité) : un frein est régulier si le couple de freinage est proportionnel à l‟effort
de commande.
 Réversibilité un frein est réversible si le couple de freinage est indépendant du sens de rotation.
 Matériaux : même et identique aux embrayages.
Dissipation de chaleur : - Contact directe au milieu extérieur
- Par ailettes de refroidissement (ventilation)
- Dispositif de refroidissement à l‟eau (machine de grande puissance)
IV- CLASSIFICATION :
La classification d’après l’organe de friction

Frein à
sabot

Ou a b
Frein à
Fig.1
patin

Ou
Frein à
mâchoire
extérieur
d
c

Frein à Fig.2
sangle

a
b
212
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

Frein à
mâchoire

fig.3

Joint Piston

Frein à
disque
(de plus
en plus Étrier solidaire
utilisé) Garniture
d‟un élément fixe b c
a

Couple de freinage C =
Fig.4
4.1- Freins à sabots : (Fig.1)
Cas d‟un seul patin, l‟équilibre du levier [IA]
-F.l + N.a + T.h = 0 (or : T = N.f)
T.a F..f
F.   T.h  0  T 
f a  f.h
donc le couple de freinage : Cf  T.r  F..f .r dans
a  f.h
le sens de ω. Mais dans le sens de ω‟ ; à l‟équilibre du levier [IA]
-F.l + N.a - T.h = 0
T.a F..f F..f
F.   T.h  0  T   C ' f  T.r  .r
f a  f.h a  f.h
On a Cf  C‟f  le frein est irréversible
- Pour rendre le frein réversible il faut que „‟h = 0‟‟ ; c‟est le cas de la figure 1b ;
- La présence de l‟effort normale provoque la flexion du levier, pour éviter ce problème, utiliser un frein à deux
sabots (Fig.1c).

4.2- Freins à sangle : (Fig.2)


La sangle en acier porte une garniture

a- Couple de freinage :
Cf = T.r – t.r = (T – t).r or : T  t.ef
avec : - α : angle d‟enroulement (rad)
- f : coefficient de frottement
- e = 2,71828 (ln e = 1)
d‟où le couple de freinage : Cf  t.r(ef  1)
Pour augmenter Cf, il faut augmenter r ou α ou f

213
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
b- Réalisation :
- Frein simple
- Frein réversible si AB = BC (Fig.2b)
- Frein plus puissant si le rapport BC / AB, est supérieur à efα
c- Critique et emploi :
L‟efficacité de ces freins dépend de l’angle d’enroulement „‟α „‟ et du dispositif de commande, ils sont
surtout utilisés pour freiner la descente d‟une charge sur un appareil de levage.
4.3- Freins à tambour : (fig.3)
Les tambours sont en fonte, à commande
mécanique par came (Fig.3a)
ou hydraulique (Fig.3b,3c)
Remarque : L‟action de la mâchoire
comprimée est deux fois supérieure à celle de
la mâchoire tendue, d‟où l‟usure non
uniformément répartie sur les garnitures ;
pour y remédier, on a réalisé le frein
de la Fig.3c. Dans la Fig.3c, l‟usure des garnitures
est alors plus régulière ; et le couple de freinage Cf = T.r
avec :- r : rayon intérieur du tambour ;
-T : force de frottement.
Critique : - La chaleur due au frottement est difficile à évacuer,
cet échauffement déforme le tambour et les segments ;
le freinage devient mois efficace (puissant).
- Pour un faible effort de commande on doit avoir un freinage important.
- Pour obtenir un serrage puissant, il est nécessaire d‟utiliser un servofrein.

4.4- Freins à disque : (Fig.4)


Ils ont une grande stabilité; permettent une meilleure évacuation de la chaleur que les freins à tambour,
freinage plus progressif et sont plus facile à entretenir. On trouve :
 Frein à disque à un piston (Fig.4a) ;
 Frein à disque à deux pistons (Fig.4d) ;
 Frein multidisques ;
 Frein avec surface de frottement conique.
Remarque : Comme pour les embrayages la commande peut être :- mécanique ;
- hydraulique, pneumatique ;
- électromagnétique ;
- automatique.

4.5- Ralentisseur :
Dans les appareils de levage, on utilise des freins (ralentisseur) permettant la descente de la charge à vitesse
constante, ces freins ne doivent pas agir pendant la montée (réaliser par système à rochet)
Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

214
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
APPLICATION DE MISE A NIVEAU
A- Frein disque :

Zone A

1°) Complétez les noms des pièces suivantes ?


Essieu porte Joint
1 3 5 7 9
fusée anti-poussière
Moyeu porte
2 4 6 8 10 Purgeur
goujons

2°) Étudiez la liaison fusée de l‟essieu 1 et moyeu 2. Quel est le type des roulements ? Montage en X / O ?
3°) Donnez le nom complet de ce frein ?
4°) La liaison entre l‟étrier 4 et l‟essieu 1 est-elle une liaison complète ou une liaison partielle ?
5°) Quelle est la fonction de la pièce 8 ; la pièce 9 et la pièce 10?
6°) Redessinez la zone A sur format A4 verticale.

215
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
B- Frein à tambour :

Dispositif de réglage du
jeu entre la garniture et
le tambour

1°) Étude de la liaison 1 et segment 2 : La rondelle excentrique 5


est liée en rotation à l‟axe 4. Quel usinage a-t-on effectué sur
l‟axe pour obtenir cette liaison ?
2°) Quelles manipulations faut-il effectuer pour déplacer (régler)
le centre de l‟articulation du segment 2 ?
3°) Quel est le nom et la matière de la pièce 10 ?
4°) Quelles sont les caractéristiques que doivent posséder les
garnitures ?
5°) Lorsque le liquide de frein est mis en pression, les segments
s‟écartent. Lorsque la pression disparaît, quel est l‟organe
qui rapproche les segments ?
6°) Deux butées réglables limitent ce déplacement.
Quel est son repère ?
7°) Quel est le repère des éléments qui assurent l‟étanchéité des
pistons 12 et 13 ?
8°) Lorsque le liquide ne fait plus pression sur les pistons, quel est l‟élément qui maintient les contacts en M et N ?
9°) Quels sont les éléments qui protègent les pistons cotre les poussières ?

216
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Application N° 03 ‘’ PALAN DE LEVAGE’’
I- Présentation :

Le système
représenté sur le
dessin d‟ensemble
est un palan destiné
pour charger et
décharger les
paniers de fleurs
d‟oranges dans un
chaudron d‟une
distillerie industrielle.

o
z x

Mécanisme de freinage

217
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
II- Travail demandé :
1- Compléter le tableau des liaisons suivant (des organes du frein) ?
Liaison Nom de Symbole en Degrés de liberté
entre la liaison deux vue (En cercler la réponse juste)
9 / 34 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

11 / 34 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

34 / 8 ............... Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
Tx ; Ty ; Tz
15 / 16 ............... Rx ; Ry ; Rz
2- Compléter le schéma cinématique du mécanisme de freinage ci-dessous ?

EZZ@HR@OUI

3- Donner le nom est la fonction du frein étudié ?


4- Quels sont les éléments qui constituent un frein ?
5- Quels sont les critères de choix d‟un frein ?
6- Par quel organe est assuré l‟effort de freinage ?
7- Sur quel élément doit-t-on agir pour augmenter ou diminuer le couple de freinage ?
8- Compléter les repères des pièces cinématiquement liées formant le sous-ensemble bloc A ? A = {. . . . . . . . . . . . . . .}
9- Quel est le nom et la fonction des éléments suivants : 28 ; 32 ; 36 ; 37 ; 38 ; 39 ?
10- Dans quelle position le frein est représenté dans le dessin d‟ensemble ?
11- Calculer le couple de freinage Cf sachant que le diamètre moyen du disque est dmoy = 100 mm, l‟effort exercé par
les 3 ressorts 28 est de 540 N, et le coefficient de frottement est de 0,35.
12- Calcul de prédétermination et de vérification :
(étude cinématique du réducteur).
Le réducteur associé au moteur M2, est constitué par
deux couples (1-2) et (3-4) d‟engrenages cylindriques à
denture droite de même module m = 2 mm. On donne :
- La fréquence de rotation du moteur est de 750 tr/min ;
- La fréquence de rotation du tambour est de 25 tr/min ;
- Z1 = 15 dents ; Z2 = 75 dents.
12.1- Calculer le rapport de réduction de chacun
des engrenages ?
12.2- Sachant que l‟entraxe du couple d‟engrenage (3-4)
est a = 98 mm. Calculer Z3 et Z4 ?
13- On donne : la charge maximale à soulever par le palan est m =100 kg ; le rendement globale du palan est ηg = 0,85.
2
Le rayon du tambour est Rt = 80 mm ; g = 10 m/s . Calculer la puissance fournie par le moteur M2 en Watts.

218
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Application N° 04 ‘’MÉCANISME DE TRANSMISSION DE PUISSANCE’’
I- Fonctionnement :

EZZ@HR@OUI
Le mécanisme représenté par le dessin d‟ensemble, permet la transmission de mouvement
de rotation, à partir d‟un moteur vers un récepteur lié à l‟arbre 39 par l‟intermédiaire
du système poulie 17 et courroie18.
Le levier 13 peut prendre deux positions : - position E : embrayage de 15 et 17 ;
- position F : freinage de mouvement.
II- Travail demandé :
1- Compléter le tableau des liaisons suivant (des organes du frein) ?
Liaison Nom de Symbole en Degrés de liaison
entre la liaison deux vue (En cercler la réponse juste)
17 / 23 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

15 / 23 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

23 / 9 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

8/3 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

3/4 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

35 / 36 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

1/4 Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz

36 / (1+4) Rx ; Ry ; Rz Tx ; Ty ; Tz
2- Compléter le schéma cinématique suivant ?

3- Dans quelle position est représenté le mécanisme ? (embrayée ou freinée)


4- Sur quel élément doit-t-on agir pour réaliser l‟embrayage et de même pour le freinage ?
5- Qu’appelle-t-on ce type d‟embrayage ?
6- Donner la fonction globale de cet embrayage ?
7- Qu’appelle-t-on ce type de frein ?
8- Donner la fonction globale de ce frein?
9- Quel est le nom et la fonction dans le dessin d‟ensemble des éléments suivants :
17+18 ; 16 ; 16‟ ; 22 ; 24 ; 32 ; 11 ; 7 ; 6 ; 5 ; 2 ; 34 ; 40 ?
10- Citer, pour chaque cas, deux moyens (solution technologique) de transmission de puissance :
a- Arbre en prolongement (sans changement de vitesse de rotation)
b- Arbre parallèles éloignes (avec changement de vitesse de rotation)
c- Arbre concourants (avec changement de vitesse de rotation)
219
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
xo Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
y

Chaîne

Correction du
travail graphique
Q12-Q13-Q14-Q15

220
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
11- Calcul du rapport global de transmission :
On donne :  L‟engrenage (3-35) est à denture droite avec Z35 = 85 dents ; d3 = 32 mm et le module m3-35 = 2 mm
 L‟engrenage (36-37) est une roue et vis sans fin avec Z36 = 20 dents ; Z37 = 38 dents ;
 Z8 = 10 dents ; Z32 = 17 dents, pour les roues 8 et 32.
11.1- Calculer le rapport „‟r1‟‟ entre 8 et 32 (de la roue et chaîne) ?
11.2- Calculer le rapport „‟r2‟‟ entre 35 et 3 (de l‟engrenage droit) ?
11.3- Calculer le rapport „‟r3‟‟ entre 37 et 36 (de l‟engrenage roue et vis sans fin) ?
11.4- En déduire le rapport global „‟r‟‟
Aspect représentation :
12- Compléter le montage des roulements à rouleaux coniques (34 et 38) ?
13- Réaliser la liaison complète entre la roue 35 et l‟arbre 36 ?
14- Assurer l‟étanchéité des deux cotés ?
15- Prévoir le réglage du jeu ?

221
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Application N° 05 ‘’SYSTÈME DE FABRICATION DE CARTON ONDULÉ’’
1- PRÉSENTATION :
Le système étudié est utilisé pour la fabrication du carton ondulé, à partir du papier en bobine.
Poste A Poste B Poste C Poste D Poste E

Fig : 1 Enchaînement des différents postes du système

La prise et le positionnement latéral


de la bobine se font à l‟aide de deux
moteurs (M1) et (M2)

Fig : 2 Principe de prise et de positionnement de la bobine


2- CONSTITUTION DU SYSTÈME :
Le système schématisé par la figure : 1 est constitué de cinq postes :
Poste A (Unité de fabrication de carton ondulé), il est composé d‟un :
➣ Mécanisme de fabrication des ondulations ; ➣ Mécanisme de prise de la bobine ;
➣ Mécanisme de déroulement des bobines ; ➣ Mécanisme de jet de colle.
Poste B : (Unité de séchage de la colle) : c‟est un four à résistance électrique.
Poste C : Unité de découpage de carton ondulé en bande de dimensions préréglées.
Poste D : Unité d‟empilage des bandes de carton ondulé sur palette)
Poste E : Tapis roulant d‟évacuation des palettes de carton ondulé.
N.B : L’étude concerne le mécanisme de prise et de positionnement de la bobine.
Nomenclature du dessin d’ensemble
15 3 Vis CHc 30 4 Glissière EN GJL200
14 3 entretoise S235 29 1 Vis de manœuvre C30 P=2
13 1 Plateau S235 28 1 Écrou Cu Sn 10P
12 4 Vis CHc 27 1 Coulisseau EN GJL200
11 1 clavette 26 3 Vis à tête H
10 1 Coussinet Cu Sn 10P 25 1 Manchon S235
9 1 Arbre C40 24 2 Goupille
8 1 Corps EN GJL200 23 1 Cache
7 1 Coussinet Cu Sn 10P 22 6 Ressort
6 1 Anneau élastique 21 1 Bobine
5 4 Vis à tête hexagonale 20 1 Disque+garniture
4 1 Flasque 19 1 Support du plateau S275
3 1 Rondelle plate 18 1 Rondelle plate
2 1 Vis à tête hexagonale 17 1 Vis à tête H
1 1 Cône (support bobine) EN GJL200 16 1 Corps magnétique S275
Rp Nb Désignation matière Obs Rp Nb Désignation matière Obs

222
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

223
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Travail demandé :
1- Analyse fonctionnelle de la partie opérative :
Indiquer sur le diagramme F.A.S.T suivant les fonctions ou les solutions techniques retenues par le constructeur
pour le mécanisme de prise et de positionnement de la bobine. (Voir le dessin d‟ensemble)

2- Étude de la partie opérative :


a- En se référant au dessin d‟ensemble fourni, compléter les repères des pièces constituant les classes d‟équivalence
suivantes: A = {29; ...................................... ; B = {30} ;C = {27; ........................................................... ;
D = {19; ........................................................; E = {20}
b- Compléter les repères des classes d‟équivalence sur le schéma cinématique ?
c- Étude du dispositif de freinage :
c-1 Indiquer le type de frein utilisé ?
c-2 Donner la forme des surfaces de contact ?
c-3 Donner le nombre des surfaces de contact ?
c-4 Désigner le système de commande dans les deux positions freinée/libérée ?
c-5 Indiquer les facteurs dont dépend le couple de freinage ?
c-6 Expliquer le fonctionnement de ce frein ? État 1 : Bobine excitée:
État 2 : Bobine non excitée:
d- Quelle est le nom de la liaison entre 27/30 ? Et donner le nom de la forme
de ce guidage ?
e-- Quel est le nom et la fonction dans le dessin d‟ensemble des éléments suivants :
2 ; 3 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 ; 11 ; 15 ; 20 ; 21 ; 22 ; 23 ; 24 ?

f- Cotation fonctionnelle :
f-1 Tracer les chaînes
de cotes installant
les conditions Ja et Jb :

f-2 Indiquer les ajustements


relatifs au montage
du coussinet (10) :

224
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
g- Modification d’une solution :
Pour une durée de vie plus longue et un meilleur rendement, le concepteur a choisi pour le guidage de l‟arbre (9)
les deux roulements R1 et R2. NB : le roulement R2 est semi-étanche.
Travail demandé : * Compléter le montage des roulements proposés;
* Assurer l'étanchéité du coté du roulement R1.

Cadre 3
Cadre 2
Cadre 1

225
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Réponse
1- Les moteurs (M1 et M2)
Le manchon (25) les goupilles (24)
La vis (29) et l‟écrou (28)
La queue d'aronde et la rainure taillées sur (27) et (30)
Les coussinets (7) et (10)
Le frein électromagnétique
2- a- A={ 29; 24;25 } ;;C={ 7;8;10;14;15;16;21;26;27;28 } ; D= {19;1;2;3;4;5;6;9;11;12;13;17;18 }
b- Voir cadre 1
c- c-1 Indiquer le type de frein utilisé : Frein mono-disque à commande électromagnétique
c-2 La forme des surfaces de contact : Plane
c-3 Le nombre des surfaces de contact : 01
c-4 Le système de commande : électromagnétique
c-5 Indiquer les facteurs dont dépend le couple de freinage : - l'étendue des surfaces de contact;
- L‟effort presseur crée par les ressors (22).
c-6 Expliquer le fonctionnement de ce frein :
État 1 : Bobine excitée : Le disque (20) est attiré vers la gauche et le contact avec le plateau
(13 est effacé : pas de freinage.
État 2 : Bobine non excitée : L‟action des ressorts (22) amène le disque (20) en contact avec le plateau (13)
qui entraîne le freinage de ce dernier.
d- Liaison glissière réalisé par une queue d'aronde.
e- Réponse orale ; f- f-1 et f-2- Voir cadre 2 ; g- Voir cadre 3.
Application N° 06 ‘’ EMBRAYAGE – FREIN ’’
1- Mise en situation :
L‟embrayage frein proposé par le dessin ci-dessous est destiné à accoupler la poulie motrice (5) avec le pignon
récepteur (17), et à permettre l‟arrêt en rotation immédiat de ce dernier dés que l‟accouplement est désactivé.

27

Échelle : 1:2
226
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
2- Travail demandé :
1- En se référant au dessin d‟ensemble ; compléter par les repères
des pièces constituant les classes d‟équivalence A, B, C et D ;
A = {5; ........................................................................;
B = {18; ......................................................................;
C = {6; ........................................................................;
D = {9; .......................................................................;
2- Compléter le schéma cinématique suivant :
3- Compléter les chaînes relatives à la position embrayée et celui de
la position débrayée :
La position embrayée La rotation de (5), . . .
La position débrayée La rotation de (5), . . .

4- Quel est le nom et le rôle des éléments suivants : 1 ; 2 ; 4 ; 5 ; 6 ; 12 ; 13 ; 14 ; 17 ; 18 ; 20 ; 21 ; 22 ; 24 ; 25 ; 26


et 27
5- Expliquer, comment s‟effectue le freinage de la classe (B):
6- Dans les calculs qui vont suivre, nous allons admettre les hypothèses suivantes:
- la répartition des pressions est uniforme pour les deux fonctions “embrayage” et “frein”;
- le coefficient de frottement est f = 0,4;
- le dessin d‟ensemble est à l‟échelle 1:2
(Relever les rayons r et R de la surface de friction de la garniture (22));
- l‟effort presseur des ressorts (20) est Fr = 190N;
- l‟effort d‟attraction magnétique est Fatt = 560N;
6-1 Calculer l‟effort presseur de l‟embrayage F: On rappelle que : Fatt = F + Fr
2 R3  r 3
6-2 Déterminer le couple transmissible C : On rappelle que : C  nF  f   2 2
3 R r
7- On assimile l‟axe (18) à une poutre cylindrique de diamètre d = 40 mm sollicitée
à la torsion simple sous l‟effet des couples C et Cr (couple résistant): comme
le montre la figure suivante :
7-1- Calculer la contrainte tangentielle maximale : τmax :
7-2- Déterminer le coefficient de sécurité adopté par le constructeur, sachant que la limite élastique à la torsion
du matériau utilisé est τe = 440 MPa:

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

227
TRANSMETTRE DE PUISSANCE SANS CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève

OBJECTIFS
• Donner des éléments de comparaison entre roues de friction, courroies, chaînes et engrenages.
• Décrire et étudier les principales familles des roues de friction, courroies, chaînes et engrenages.
• Décrire et indiquer les caractéristiques essentielles (terminologie, formules, étude cinématique,
propriétés) des principaux types d’organes de transmission de puissance.
• Citer les avantages et les inconvénients d’un mode de transmission.
• Justifier le choix d’un mode de transmission de puissance.
• Représenter schématiquement ou graphiquement un mode de transmission de puissance.
• Représenter schématiquement un réducteur de vitesse et une boite de vitesse
• Définir la fonction : roues de friction, courroies, chaînes, engrenages, variateur et boite de vitesse.
• Donner des éléments pour les choisir et les calculer.

228
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications
Doc : élève
LES MÉCANISMES DE TRANSMISSION DE PUISSANCE AVEC MODIFICATION DE LA VITESSE ANGULAIRE
I- POSITION DU PROBLÈME :
La transmission de puissance se pose à partir des données suivantes :
 Puissance à transmettre  Nature des mouvements (entrée, sortie)
 Positions relatives entre les organes d’entrée et de sortie,  Mobilité relative entre ces organes.
 Type de transmission  Positions relatives des arbres
Pour une distance O1O2 rapprochée entre les arbres Les arbres d'entrée et de sortie sont soient :
et ≤1 mètre, la puissance est transmissible par : - colinéaires, - parallèles, - orthogonaux,
- Adhérence : roues de friction, poulies et courroies. - concourants, - quelconques.
- Obstacles : chaînes, engrenages, vis et écrou,  Expression de la puissance mécanique
came, bielle manivelle excentrique. Soit les éléments vectoriels de réduction statique
 Nature des mouvements et cinématique appliqués sur un organe ;
Les mouvements les plus simples à mettre en œuvre la puissance reçue est donnée par:
sont : - la rotation par rapport à un axe,
   
- la translation rectiligne.
P  Mo. R.Vo
Éléments statique R x L 
 Organes moteurs  
Les moteurs conventionnels sont du type : R (N) Mo (N.m)o  Ry M
- électrique, R z N o
- fluidique, Éléments
- thermique (mélange air-carburant). x Vx 
cinématique  
 Transformation de mouvement
Les mouvements sont modifiables. La transformation
  
 (rad / s) Vo (m / s)  y Vy 
o



se fait suivant : Rotation 1  Rotation 2 z Vz o
Rotation 1  Translation V2  Rendement d'une transmission
Translation V1  Translation V2 P P : Puissance utilisable
  u 1  u
Translation V1  Rotation 2 Pa  Pa : Puissance absorbée

MÉCANISME DE TRANSMISSION DE PUISSANCE de la pièce (18+17) vers la pièce 39

Chaîne

229
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
II- TRANSMISSION DE PUISSANCE ASSURÉE PAR ADHÉRENCE :
La transmission se fait : - directement : par roues de friction,
- indirectement : par poulies courroies.

A- ROUES DE FRICTION
1- Principe et Fonction : (Fig.1)
Deux roues cylindriques
(ou coniques) sont en contact sur
une génératrice et soumises à un
effort presseur. Le frottement
au contact des deux roues permet
de transmettre une puissance
de la roue motrice vers la roue réceptrice.
Transmettre par adhérence, un mouvement de rotation entre deux arbres
parallèles ou concourants, avec modification du couple transmis
et de la vitesse de rotation.
Hypothèse: On admettra pour l’étude qui suit que les deux roues roulent sans glisser
l’une sur l’autre.
Données: Effort presseur N ; Coefficient de frottement entre roues f.

2- Condition d’entraînement : 3- Étude cinématique : 4- Sens de rotation :


Effort normal nécessaire pour (RAPPORT DES VITESSES)
C 2 n r
transmettre le couple Cm : N m Donner par :   1 1
f.r1 La relation 2 r1 1 r2
D’où la puissance des vitesses: 
à transmettre : P  Cr .2  N.f.r2.2 1 r2 avec n : nombre de contact

5- Réalisation : 6- Caractéristiques :
 Matériaux : - Galet : caoutchouc, plastique, cuir…  Avantages : - Transmission sans choc ;
- Roue : fonte, acier, alliages léger - Marche silencieuse ;
 Formes : - Galet cylindrique et plateau (Fig.2) - Réalisation simple et économique ;
- Galet conique et plateau (Fig.3) - Joue le rôle d’un limiteur de couple.
- Roue à rainures multiples (Fig.4),  Inconvénients : - Nécessite un effort presseur ;
(transmission de grande puissance) - Efforts importants sur les paliers
 Application : La variation de la position du galet 1 (Fig.2) d’où usure ;
entraîne variation du rayon r1  variation de 2, - Transmission de faible
puissance
ce mécanisme est appelé variateur de vitesse.
Galet cylindrique et plateau Galet conique et plateau Roue à rainures multiples

r1
Fig.2 Fig.3 Fig.4

230
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
7- Exemple de calcul :
- Calculer la fréquence de rotation de sortie en tr/min ;
- Indiquer son sens de rotation ;
- Le mécanisme est-il réducteur ou multiplicateur.
Données : m = 1500 tr/min ; d1 = 40 mm ; d2 = 60 mm
d3 = 20 mm ; d4 = 80 mm
.......................................................
.......................................................
.......................................................
.......................................................
.......................................................
.......................................................
.......................................................
.......................................................
.......................................................

APPLICATION DE MISE A NIVEAU


Principales utilisations:
Les roues de friction sont utilisées essentiellement dans
des transmissions à faible puissance comme des
variateurs de vitesse (modèle présenté ci-contre).
Principe du variateur de vitesse
Chacun des deux arbres d’entrée et de sortie porte un
plateau conique, ces deux arbres dont les axes sont
parallèles.
L’arbre d’entrée est entraîné par un moteur électrique
(non représenté) à une vitesse constante.
L’entraînement de l’arbre récepteur est assuré par
l’intermédiaire d’une bille en acier, serrée entre les deux
plateaux opposés 8 et 8’ La variation de vitesse de
l’arbre récepteur s’obtient par déplacement radial de la
bille à l’aide d’un système de réglage à vis
micrométrique manœuvré par 18.
On donne :  Ne = 1400 tr/mn ;  Rmini = 4,5 mm ;
 R’maxi = 13,5 mm ;  Course de 15 : C15 = 9 mm ;
 entraxe de 8 et 8’ : e = 11 mm ;   de 9 : = 28 mm ;
 Plage de variation de vitesse 1/3 ≤ r ≤ 3 ;
 Réglage continu : - de la graduation 0 pour r = 1/3
- à la graduation 9 pour r = 3
avec : sortie s 8'
r  
entrée e 8 Graduation R R’ r
0
1°) Le déplacement de 15 sera repéré par des graduations de 0 à 9 ;
9
Compléter le tableau suivant ?
2°) Calculer les vitesses extrêmes de l’arbre de sortie en (tr/mn) N8’mini = ? et N8’maxi = ? 4,5
3°) Calculer 8 et 8’ dans le cas ou r =1/3 ?
4°) Calculer la puissance si la force normal du ressort égale 800 daN et l’angle de frottement  = /3 ?

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

231
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
B- POULIES COURROIES
1- But :
Transmettre par adhérence la puissance entre deux arbres éloignés généralement parallèles (Fig.5)

a- Principe d’une transmission b- Avec galet : Le galet enrouleur est


par poulie courroie Fig.5 toujours placé sur le brin mou
et sur l’extérieur de la courroie
Remarque : La transmission se fait, avec ou sans changement de couple et de sens.
2- Courroies plates : (Fig.6)
Très silencieuses, elles permettent de grands rapports de réduction, et sont surtout utilisées aux grandes
vitesses sous de faibles couples. Elles absorbent bien les vibrations torsionnelles, ce qui autorise les
grands entraxes ‘’ E ‘’ et les grandes longueurs. Elles ont un très bon rendement (η  98%).
Le bombé des poulies permet un meilleur guidage et une meilleure stabilité de la courroie.

Fig.6
Hypothèses de l’étude :
- pas de glissement entre poulie / courroie ; Principe
- courroie inextensible.

a- Étude cinématique : b- Étude statique : c- tension de pose : To
La vitesse linéaire : - Équilibre de la poulie motrice / z :
Au repos la courroie est
V = m.r = r.R ; Cm – (T – t).r = 0
r r tendue avec une tension
d’où le rapport - Équilibre de la poulie réceptrice /z :
 de pose égale : T  T  t
de transmission :  R Cr – (T – t).R = 0 r r C o
m
  m T est maxi lorsque 2
d’où le rapport de transmission :
m R Cr t est mini : Tmaxi = 2To.

d- rapport entre les tentions T et t : e- Puissance transmissible : f- Longueur de la courroie :


1ère cas : effets de 2ème cas : en tenant En fonctionnement normale : L  2E.cos    R  r   2 R  r 
la force centrifuge compte de la force
sur la courroie centrifuge sur la
P = (T - t).V si δ est petit  sin   R  r  
E
négligés : courroie : d’où la puissance maximale
et cos  1  1 R  r 
2 2
transmissible est :
T T  V 2
 e f  ef Pmax = (Tmax – tmini).V = 2To.V 2 2E2
t t  V 2
alors : Pmax  2To .V
d’où pour courroie droite :
(λ : masse linéique en kg / m) R  r 
2

Critique : marche silencieuse ; entretien facile ; arbre pas forcement L  2E    R  r 


E
parallèle (Fig.8) et prix peu cher, convient pour de grandes si la courroie est croisée (Fig.7)
vitesses et des puissances moyennes, mais paliers chargés
R  r 
2
à cause des tensions. L  2E    R  r 
E

Fig.7
Fig.8
232
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3- Courroies trapézoïdales : (Fig.9)
La courroie trapézoïdale est utilisée pour augmenter la surface de contact et réduire l’effort radial,
c'est-à-dire, transmettre une puissance plus élevée que les courroies plates. Et pour transmettre une
puissance importante, on doit utiliser plusieurs courroies en parallèles sur la même poulie
(avec 2 ; 3 ; …; 10 gorges).
Classiques Étroites crantées Double angle Multiples Striées ou poly V Large pour variateur

Principales familles de courroies trapézoïdales Fig.9


a- Étude générale : b- Calcul des courroies trapézoïdales : c- Montage sur une poulie :
Elle est identique à celle des
courroies plates sauf que d
et D sont remplacés
par ‘’ dp ‘’ et ‘’ Dp ‘’,
diamètres primitifs des
poulies, et que l’angle
‘’ β ‘’ intervient.
f Longueur (D  dp )2
T  V 2
e   primitive Lp  2E  1,57(Dp  dp )  p
sin  /2
4E
t  V 2

Critique : fonctionnement silencieux et souple, bonne adhérence, convient pour


transmettre de fortes puissances ; mais il y a existence de glissement ce qui
donne rapport de vitesse non régulier ; ce problème est corrigé par courroie
poly V, elle a une excellente adhérence, permet la transmission
de puissances importantes.
4- Courroies crantées (ou synchrones) : (Fig.10)
On peut les considérer comme des courroies plates avec des dents. Elles fonctionnent par engrènement
(sans glissement) comme une chaîne mais avec plus de souplesse.
Contrairement aux autres courroies, elles supportent bien les basses vitesses et exigent une tension
initiale plus faible.
Remarque : Une des poulies doit être munie de flasques afin d'éviter le glissement axial de la courroie.
Exemple de transmission Caractéristiques des courroies crantées
 rapport de transmission :
D dp Zd Cd
  
d Dp ZD CD
 vitesse linéaire :
Nd.p.Zd
V
Fig.10a
60
Fig.10b

5- Courroies rondes :
Elles sont surtout utilisées dans les
petits mécanismes avec de faibles puissances.

6- Composition des courroies :


Les courroies ne sont généralement pas constituées d’un seul matériau, sauf pour les courroies rondes qui
sont très souvent un tore en caoutchouc synthétique.

233
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
III- TRANSMISSION DE PUISSANCE ASSURÉE PAR OBSTACLE :
La transmission de puissance par adhérence ne
permet pas de transmettre économiquement des
puissances élevées (ordre de grandeur ≤ 100 kW).
- Le rapport des vitesses n’est pas constant,
- Les efforts sur les paliers sont importants.
L’entraînement par obstacles permet de résoudre
ces inconvénients. On distingue : (Fig.11) Fig.11
 L’entraînement par chaînes Roues et chaînes Engrenages
 L’entraînement par engrenages.
C- TRANSMISSION PAR ROUES ET CHAÎNES
1-Principe:
La courroie est remplacée par un ensemble de
maillons généralement en acier qui engrènent
avec des roues dentés.

2- Fonction :
Transmettre, par obstacle, à l’aide d’un lien articulé
appelé ‘’ chaîne ‘’, un mouvement de rotation
continu entre deux arbres éloignés parallèles.
Remarque : Contrairement aux courroies, placer le brin
tendu au-dessus des roues et pignons.

3- Principales caractéristiques :
 Rapport de transmission constant (pas de glissement) ;
 Longues durées de vie ;
 Possibilité d’entraîner plusieurs arbres récepteurs en même temps à partir d’une même source ;
 Montage et entretien plus simples que celui des engrenages et prix de revient moins élevé.
 Sont essentiellement utilisées aux ‘’ basses ‘’ vitesses ; [moins de 13 m/s pour les chaîne à rouleaux
(Fig.12), et moins de 20 m/s pour les chaînes silencieuses (Fig.14)]
4- Comparaison avec les courroies :
 Sont plus bruyantes ;
 Présentant des durées de vie plus élevées ;
 Supportent des forces de tension plus élevées ;
 Tournent moins vite ;
 Supportent des conditions de travail plus rudes ;
 Nécessitent une lubrification.
5- Chaîne Galle : 6- Chaîne à rouleaux :
Inconvénients : Avantages :
Surface de contact faibles aux articulations Surfaces de contact des articulations importantes.
d’où pression importante entre ces surfaces Les rouleaux roulent à la sortie du pignon moins de frottement,
et graissage difficile  usure rapide c'est-à-dire usure très faible.

Fig.12

234
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
7- Fermeture de la chaîne : 8- Différentes roues (pignons) de transmission :

9- Caractéristiques : (Fig.13)
9.1- Roue et Pignon : 9.2- Chaîne :
 Pas : le pas de chaîne est égale
 Pas : distance entre 2 points homologues au pas de la roue et pignon.
et consécutifs d’une roue.  Longueur de chaîne :
 Diamètre primitif : ‘’ dp ‘’  Longueur primitive de la chaîne
2  Z  Zd  P  ZD  Zd 
2 2

Valeur de  : Lp  2E  P  D    
Zd  2  E  2 
(Avec Zd : nombre de dents du pignon)  Longueur primitive exprimée en nombre de maillons
D’où    et sin   pas / 2 2E ZD  Zd P  ZD  Zd 
2
Lp
2 Zd 2 dp / 2 Lm      
P 2 E  2   pas
Donc d  pas pas Avec : - Zd : nombre de dents de la petite roue (pignon) ;
p 
sin( / 2) sin(  / Zd ) - ZD : nombre de dents de la grande roue ;
Engrènement entre chaîne et pignon - E : entraxe.

10- Calcule cinématique :


 Rapport de transmission :
Il est analogue à celui des
courroies crantées.
D dp Zd Cd
  
d Dp ZD CD
 Angle d’enroulement :
2
  d  180   120
 Dp  dp 
sin  
 2E 
 Vitesse linéaire de la chaîne :
N .p.Zd
V d
60
 Circonférence primitive de la petite roue : Fig.13
.dp  p.Zd
11- Chaîne silencieuse :
La chaîne est guidée latéralement par des
maillons à lame, qui pénètrent dans une rainure
du pignon, fonctionnement silencieux (absence
de jeu), mais, très lourde.
Longtemps utilisée pour la commande
distribution des moteurs d'automobile. Fig.14

235
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
D- TRANSMISSION PAR ENGRENAGES
1- FONCTION :
Transmettre sans
glissement un mouvement
de rotation continu entre deux arbres rapprochés, avec modification du couple transmis.
Remarque : Rotation  Translation
Dans le cas particulier, il y a transformation de mouvement par les engrenages
Translation  Rotation
2- PRINCIPE :
L’une des roues entraîne l’autre par l’action des dents
successivement en contact. La roue qui a le plus petit
nombre de dents est appelée pignon.

Les engrenages typiques sont :


 Les engrenages parallèles (axes parallèles) (Fig.1) ;
 Les engrenages concourants (axes concourants) (Fig.2) ; Fig.1 Fig.2 Fig.3
 Les engrenages gauches (les axes ne sont pas dans un même plan) (Fig.3).
3- DIFFÉRENTS TYPES D’ENGRENAGES :
3.1- Les engrenages droits (ou parallèles) à denture droite :
Principe – Perspective Schéma normalisé Dessin normalisé
Pignon / Roue
Pignon / Couronne
Pignon / Crémaillère

Le pignon - Crémaillère permet


de transformer un mouvement circulaire
alternatif en mouvement rectiligne alternatif (le système est réversible).

236
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Remarque : Les engrenages droits à denture droite, ce sont les plus simples et les plus économiques.
Ils sont utilisés pour transmettre le mouvement et la puissance entre deux arbres parallèles et rapprochés.
Les dents des deux roues de l'engrenage sont parallèles à l'axe de rotation des arbres.
3.1.1- Caractéristiques :
Pignon – Roue Crémaillère Couronne

3.1.2- Principales caractéristiques des engrenages droits (ou parallèles) à denture droite :
Pignon – Roue – Crémaillère (engrenages extérieurs) Couronne (engrenages intérieurs)
Caractéristique Symbole Formules
module m Déterminé par la résistance des matériaux (voir exercice de la flexion)
nombre de dents Z Z1 (roue1) et Z2 (roue 2)
pas (pas primitif) p p = π.m
saillie ha ha = m
creux hf hf = 1,25m
hauteur de dent h h = 2,25m = ha + hf
diamètre primitif d d1= m.Z1 ; d2= m.Z2 d = m.Z
diamètre de tête da da = d + 2m = d + 2ha da = d - 2m = d - 2ha
diamètre de pied df df = d - 2,5m = d - 2hf df = d + 2,5m = d + 2hf
entraxe a a = (d1+d2)/2 =m(Z1+Z2)/2 a = (d2 - d1)/2 = 2 – Z1)/2
N2  d Z
rapport de réduction r r  2  1  1
N1 1 d2 Z2
largeur de denture b b = k.m (avec 6 ≤ k ≤10)
3.1.3- Condition d’engrènement :
Pour avoir engrènement entre deux roues d’engrenages, il faut que les deux roues aient même module.
Exemple : - train à 4 engrenages (1-2 ; 3-4 ; 5-6 ; 6-7) droit à denture droite
- Fréquence de rotation d’entrée : Ne = 1400 tr/min ;
- L’entraxe entre 1 et 2 : a1 = 80
- L’entraxe entre 5 et 6 : a2 = 70
- Nombre de dent: Z1 = 20, Z3 = 15, Z4 = 46, Z5 = 33
- Module: m1 = 1,5 ; m4 = 2, m5 = 1 et - d7 = 12.
1) Calculer les diamètres primitifs de toutes les roues ;
2) Calculer la raison de transmission r = ws / we ;
3) Calculer la vitesse angulaire de la sortie
4) Le mécanisme est-il réducteur ou multiplicateur ;
5) Compléter le tableau ci-dessous :

237
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3.2- Les engrenages droits à denture hélicoïdale :
Comme ceux à denture droite, ils permettent la transmission du mouvement entre deux arbres
parallèles. L'angle d'inclinaison de la denture, l'angle d'hélice, est le même pour les deux roues,
mais en sens inverse. Certaines applications sont montées sur des arbres non parallèles et les engrenages
sont appelés engrenages gauches.
Principe – Perspective Schéma normalisé Dessin normalisé
À AXES PARALLÈLES
à dentures Hélicoïdales
Engrenages gauches
À AXES 
Roue et Vis sans fin
À AXES 

3.2.1- Caractéristiques :
À AXES PARALLÈLES À AXES  À AXES 
à dentures Hélicoïdales engrenages gauches roue et Vis sans fin

mt1= mt2 ; même sens d’hélice ; même sens d’hélice ;


mn1=mn2 ;  1 = -2. mn1=mn2 ;  1+ 2=90°. mtR = mxV ; βR + βv =90°.

Condition d’engrènement pour ce type d’engrenage

238
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3.2.2- Principales caractéristiques des engrenages droits (ou parallèles) à denture hélicoïdale :
Caractéristiques Symbole Formules
sens de l'hélice : Si la roue 1 à une hélice à droite, alors la roue 2 à une hélice à gauche, d'où β1 = - β2
angle d'hélice β β1 = - β2 ; valeurs usuelles: 15°≤ β ≤ 30°
module réel m n mt cosβ
pas réel (ou normal) pn pn = π.mn (remarque pn1 = pn2 = pn)
module apparent m t mt = mn/cosβ (augmente avec la valeur de β
pas apparent pt pt = pn/cosβ = π.mt
diamètre primitif d d1= mt. Z1 ; d2 = mt. Z2
diamètre de tête da da = d + 2mn = d + 2ha
diamètre de pied df df = d - 2,5mn = d - 2hf
saillie ha ha = mn
creux hf hf = 1,25mn
hauteur de dent h h = 2,25mn = ha + hf
entraxe a a = r1+r2 = (d1+d2)/2 = mt(Z1+Z2)/2= mn(Z1+Z2)/2cos
N 2 2 d Z d  cos 1
raison du train r r   ( 1 )n 1  ( 1 )n 1  ( 1 )n 1
N1 1 d2 Z2 d 2  cos 2
pas axial px px = pt/tanβ = pn/sinβ = pz/Z
pas de l'hélice primitive pz pz = π.d/tanβ = Z.px
largeur de denture b b > 2π.mn/sinβ = 2px
3.2.3- Principales caractéristiques des engrenages à roue et vis sans fin :
Caractéristique Symbole Formules
nombre de tours N en tours par minute (tr/min)
nombre de dents de la vis ZV ZV = 1, 2, 3 ...
nombre de dents de la roue ZR ZV + ZR > 40
angle d'hélice de la roue β.R βR + βV = 90°

irréversible si βv < 6 à 10° et réversible si  roue 



angle d'hélice de la vis βv 
2
sens des hélices le même pour la vis et la roue
module réel vis mn normalisé : mn vis = mn roue
module axial vis mx mx = px/π = mn/cos βR = mn/sin βV
diamètre primitif roue dR dR= mtZR
pas apparent roue pt pt = pn/cos βR = π.mt = px
pas axial de la vis px px = pt ; pas axial vis (Pxvis) = pas apparent roue (Ptroue)
pas de l'hélice pZ pZ = ZV.px
diamètre primitif vis dV dV = pZ/π.tanβR
diamètre de tête vis daV daV = dV + 2mn
diamètre de pied vis dfV dfV = dV - 2,5mn
saillie ha ha = mn
creux hf hf = 1,25mn
hauteur de dent h h = 2,25mn = ha + hf
Longueur de la vis L L ≈ 5px à 6px

a
 dvis  droue   mn   Zvis

Zroue 
entraxe a  
2 2  sin roue cos roue 
roue Z d
rapport de vitesse r  vis  vis  tgroue
vis Zroue droue

239
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3.2.4- Comparaison entre dentures droites et dentures hélicoïdales :
 Avantage de la denture hélicoïdale :
- Transmission plus souple ;
- Plus progressive et moins bruyante.
-Transmission d'efforts importants, vitesses élevées ;
- Conduite plus grande (2, 3 ou 4 couples de dents toujours en prise) ;
- Réalisation facile d'un entraxe imposé (en faisant varier la valeur de l'angle d'hélice).
 Inconvénients :
- Rendement un peu moins bon ;
- Ces engrenages doivent toujours rester en prise ;
- Leur utilisation est impossible sous forme de baladeur (dans les boîtes de vitesses) ;
- Efforts parasites supplémentaires dus à l'angle d'hélice
(force axiale sur les paliers de l'arbre qui entraine la flexion de l'arbre)
3.2.5- Avantages et Inconvénients du système roue et vis sans fin :
- Ce mécanisme permet d’obtenir un grand rapport de réduction sous un faible encombrement.
- Les systèmes roue et vis sans fin sont presque toujours irréversibles d’où sécurité anti-retour.
- L'engrènement le plus doux de tous les engrenages, silencieux et sans chocs.
- L’engrènement se fait avec glissement et frottement important, donc usure et rendement faible.
- Nécessitent une bonne lubrification.
- Un choix judicieux des matériaux à faible frottement (exemple : vis acier avec roue en bronze...).
- La vis supporte un effort axial important ce qui exige des butés pour l’arrêt en translation.
tan roue tan  roue   
Les rendements prennent les valeurs : vis  roue  vis : rendement
tan  roue    tan roue si la vis motrice

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

240
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3.3- ENGRENAGES CONIQUES (OU CONCOURANTS) À DENTURES DROITES :
Les dents sont taillées dans des surfaces coniques. Ils sont utilisés pour transmettre
le mouvement entre des arbres perpendiculaires ou concourants.
La denture peut être droite mais aussi hélicoïdale ou spirale.
Principe – Perspective Dessin normalisé Caractéristiques
à dentures droites
À AXES 

Schéma normalisé

3.3.1- Principales caractéristiques des engrenages coniques à denture droite :


Caractéristique Symbole Formules
module m nombre normalisé (m1 = m2)
pas (pas primitif) p p = π.m (remarque p1 = p2 = p)
angle primitif δ tanδ1 = ω2/ω1 = Z1/Z2 ; tanδ2 =ω1/ω2 = Z2/Z1 ; δ1(roue1), δ2(roue 2)
diamètre primitif d d1= mZ1 ; d2= mZ2
diamètre de tête da da = d + 2m.cosδ
diamètre de pied df df = d - 2,5m.cosδ
saillie ha ha = m
creux hf hf = 1,25m
hauteur de dent h h = 2,25m = ha + hf
angle de tête δa δa = δ+ θa
angle de pied δf δf = δ - θf
angle saillie θa tanθa = 2m.sinδ/d = m/L
angle de creux θf tanθf = 2.5m.sin δ/d = 1,25 m/L
angle de hauteur θ θ = θa + θf
Largeur de dent b L/4 ≤ b ≤ L/3 (raisons de taillage)
Longueur génératrice
L L = d1/2sinδ1 = d2/2sinδ2
primitive
δ1 + δ2 = 90° δ1 + δ2 < 90° δ1 + δ2 > 90°
ϕ1 = δ2 et ϕ2 = δ1 ϕ1 = 90° - δ1 et ϕ2 = 90° - δ2 ϕ1 = 90° - δ1 et ϕ2 = 90° - δ2
2 N2
  tan 1  . . . . . . . . . . .
1 N1 sin  1  2  sin[180   1  2 ]
tan 2  tan 2 
1 N1 Z Z1
  tan 2  . . . . . . . . . . 1
 cos  1  2   cos  1  2 
2 N2 Z2 Z2
3.1.2- Condition d’engrènement :
Pour avoir engrènement entre deux roues d’engrenages conique à denture droite, il faut que les deux
roues aient même module et même sommet commun des cônes.

241
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
4- LUBRIFICATION DES ENGRENAGES:
La forme des dents en développante de cercle favorise la formation d’un coin d’huile durant l’engrènement.
Deux grands principes sont employés en fonction de la puissance à transmettre et de la chaleur à dissiper.
Lubrification par bain d’huile, projection et ruissement Lubrification par circulation d’huile

5- EXEMPLE DE CALCUL D’UN TRAINS SIMPLES :


Pour chacun des trains d’engrenages ci-dessous, on suppose que le pignon d’entrée 1 tourne dans le sens
direct autour de son axe orienté par le vecteur unitaire correspondant du repère d’observation (O,x,y,z).
Tous les mouvements sont observés depuis ce repère.
Déterminer les sens de rotation des différents arbres, de chaque train et exprimer le rapport ωs/ωe en
fonction des nombres de dents des différentes roues dentées.
5.1- Engrenage à axes parallèles :
Tous les axes de rotation sont orientés par le même vecteur ; chaque contact extérieur change le sens de
rotation, (1 : entrée)        
1  1.z  0 4   4 .z  0 1  1.z  0 4   4 .z  0
       
Train 1 Train 2    5  5 .z  0
2   2 .z  0 5  5 .z  0 2 2 .z  0
       
3  3 .z  0 6   6 .z  0 3  3 .z  0 6  6 .z  0
 
6 6 5 4 3 2 7  7 .z  0
    
1 5 4 3 2 1 7 7 6 5 4 3 2
     
6 2 Z5 Z 4 Z 2 Z1 1 6 5 4 3 2 1
 (1)  1  
1 Z 6 Z5 Z3 Z 2 7 Z Z Z Z Z
 (1)3 6  5 1 3  2  1
6 Z1  Z 4 1 Z7 Z6 Z 4 Z3 Z 2

1 Z 3  Z 6 7 Z1  Z 5

1 Z4  Z7

5.2- Engrenages coniques :


On se ramène au train d’engrenages à axes parallèles : à chaque engrenage conique correspond un contact
extérieur, qui induit un changement de singe.    
1  1. y  0 3  3 .u  0 4  (1) 2 Z1  Z 3  Z1  Z 3
    1 Z2  Z4 Z2  Z4
2   2 .u  0 4   4 .z  0

7
5.3- Trains quelconques : Calculer  ? (de la figure ci-contre)
1
242
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
6- TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX :
Ils permettent de grands rapports de réduction sous un faible encombrement et sont abondamment utilisés
dans les boîtes de vitesses automatiques. Les puissances transmises sont en général modérées et
les rendements diminuent quand le rapport de réduction augmente. Leur étude est plus complexe que
les autres cas. Une particularité permettant de les identifier : les axes de rotation des roues appelés
satellites ne sont pas fixes dans le bâti mais tourbillonnent par rapport aux autres roues
(analogie avec le soleil et les planètes du système solaire).
6.1- Train épicycloïdal simple :
Train épicycloïdal simple à deux satellites Train épicycloïdal simple à trois satellites

Train épicycloïdal simple à trois satellites c'est la configuration la plus répandue utilisant un satellite avec
une seule roue dentée.
On peut avoir 2, 3 ou 4 satellites, leur nombre est sans influence sur le rapport de la transmission.
Le rendement est bon et l'encombrement axial faible.
Le fonctionnement n'est possible que si l'un des trois éléments principaux
(planétaire 1, planétaire 3 ou porte satellite PS) est bloqué ou entraîné par un autre dispositif.
La formule de Willis vu par la suite est adaptée à ce type de train pour déterminer les rapports de réduction.
6.2- Relation fondamentale dans un train épicycloïdal :
a- Formule de Willis : 1  ps  N1  Nps   1n . Z3   avec :
- n : nombre de contact extérieur
-  : raison basique
3  ps N3  Nps Z1
donc : 1  ps  3  ps  0 alors : 1     1 ps  3  0
b- Cas usuels de fonctionnement :
(calculer le rapport de chaque cas en fonction de  puis en fonction de Z1 et Z3).
Planétaire 3 bloqué Planétaire 1 bloqué Porte satellite PS bloqué Remarque
configuration la plus utilisée configuration moine utilisée train classique géométrique utile
d1 + 2d2 = d3 ;

autrement dit,

Z1 + 2Z2 = Z3
ps ps 3
  
1 3 1

6.3- Trains épicycloïdaux avec satellites à deux roues :


Cette variation du cas précédent permet de plus grands rapports de
réduction. Le satellite est réalisé à partir de deux roues dentées 2 et 2’
dont les nombres de dents Z2 et Z2’, sont différents.
Les rapports de transmission se calculent avec la formule de Willis.
Comme précédemment, le fonctionnement n’est possible que si l’un n= n=
des trois éléments de base (1,3 ou PS) est bloqué ou entraîné
par un autre dispositif. Formule de Willis
1  ps N1  Nps Z3 .Z2
  1 
n
r 
3  ps N3  Nps Z2' .Z1
243
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
 Cas usuels de fonctionnement :
Calculer le rapport de chaque cas en fonction de  puis en fonction de Z1, Z2, Z2’ et Z3.
Planétaire 3 bloqué Planétaire 1 bloqué Porte satellite PS bloqué Remarque
configuration configuration train classique géométrique utile
la plus utilisée moine utilisée à deux engrenages Les deux couples de roues
 ont même entraxe ‘’ a ’’
3
 d1  d2 d3  d2'
1 a 
2 2
m.  Z1  Z2  m.  Z3  Z2' 
ps a 
 2 2
1 ps

6.4- Applications : 3 Trains épicycloïdaux
Pour chacun des trains épicycloïdaux schématisés ci-dessous, le module de fonctionnement ‘’ m’’
de toutes les dentures est identique.

Train 1 Train 2 Train 3 Train 4


4 4  
Calculer avec Calculer avec Calculer 7 avec Calculer 5 avec
5 5 5 1
Z1  20; Z 2  31; Z1  26; Z 2  72; Z1  76; Z 2  78; Z1  18; Z 2  28;
Z3  32 dents Z3  28 dents Z3  20; Z5  18 dents Z5  72 dents
Rep :
Pour les deux premiers trains, il suffit d’appliquer systématiquement la formule de Willis
Train 1 : Train 2 :
satellite 2+3 ; porte satellite 5 ; planétaire 1et 4. satellite 1+3 ; porte satellite 5 ; 2 et 4 : planétaire 2 et 4.
 4 5 Z Z  4  5 Z Z
Willis :  ( 1 )2 1 3   or 1  0 ; Willis :  ( 1) 0 2 3   or  2  0 ;
1 5 Z2  Z4  2  5 Z1Z 4
 
ce qui donne : 4  1  et l’entraxe : a1-2 = a3-4 ce qui donne : 4  1  et l’entraxe : a1-2 = a3-4
5 5
 Z4 = Z1 + Z2 - Z3 on trouve Z4 = 19 dents ; λ = 1,087  Z4 = Z2 - Z1 + Z3 on trouve Z4 = 74 dents ; λ = 1,048
4 4
et  0 , 087  0 , 048
et
5 5
Train 3 : Comporte deux parties : 1 Z Z Z
un train simple à gauche (5 + 6 + 1) :  ( 1 )1 5 6   5  
5 Z 6  Z1 Z1
 2 7 Z Z Z
un train épicycloïdal à droite (satellite 3 ; porte satellite 7 ; planétaire 2 et 4) : Willis  ( 1 )1 4 3   4  
2  1  4 7 Z3  Z 2 Z2
or le planétaire 2 est entrainé par un autre dispositif 1; et (la condition de fonctionnement),
 4  5
  
ce qui donne : 5 5  (  1 )  7  0 et 7  . L’entraxe : a2-3 = a3-4  Z4 = Z2 - 2 Z3
5 1

on trouve Z4 = 38 dents ;  = - 0,237 ; λ = - 0, 487 et 7  0 ,168
5

244
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Train 4 : Comporte deux trains épicycloïdaux imbriqués ; les pignons 2 et 4 qui constituent le satellite
sont en contact avec trois planétaires 1 ; 3 et 5.
er  6 Z Z Z
Le 1 train épicycloïdal (satellite 2 ; porte satellite 6 ; planétaire 1 et 3) : Willis 1  ( 1) 1 3 2   3  
or le planétaire 3 est bloqué ; ce qui donne : 1  6 1
3 6 Z 2 Z1 Z1

5  6 Z Z
Le 2
ème
train épicycloïdal (satellite 2 + 4 ; porte satellite 6 ; planétaire 3 et 5) : Willis  ( 1) 0 3 4  
3 6 Z 2 Z5
or le planétaire 3 est bloqué ; ce qui donne : 5  6 1 et l’entraxe : a2-3 = a1-2  Z3 = Z1 + 2 Z2

et a4-5 = a1-2  Z4 = Z5 - Z1 - Z2 on trouve Z3 = 74 ; Z4 = 26 dents ; λ = - 4,111 ;  = 0,954 et 5  0 , 009
6.5- trains épicycloïdaux sphériques : (Différentiel) 1
On appelle différentiel ou train épicycloïdal sphérique Figure a, un dispositif dans lequel un groupe de
roues satellites droites ou coniques tournent à la vitesse ps autour d’une roue centrale (planétaire) avec
laquelle elles engrènent. La roue centrale 3 tourne à la vitesse d en entraînant autour d’elle le groupe
de roue satellites 2 et 4 dont l’axe se meut autour de l’axe du porte satellite PS à la vitesse ps.
À son tour les satellites mettent en mouvement un deuxième planétaire 1 qui tourne ainsi à la vitesse g.
Ces dispositifs sont étudiés à l’aide de la formule de Willis. Si  est la raison basique de l’équipage, d
la vitesse de la première roue motrice, g celle de la dernière roue réceptrice.
g  ps Pr oduit du nombre de dents des roues menantes (motrice)

d  pc Pr oduit du nombre de dents des roues menées (réciptrice)
 Le signe ‘’ + ‘’ si les rotations extrêmes sont de même sens (deux satellites cylindriques) ;
 Le signe ‘’ - ‘’ si les rotations extrêmes sont contraire (deux satellites coniques). g  ps
  1 
n
Ou encore pour les engrenages parallèles, si ‘’n’’ est le nombre des contacts extérieurs :
Ils sont également utilisés sur l’essieu arrière des automobiles pour permettre dans d  pc
les courbes aux deux roues de tourner à des vitesses différents d et g et de répartie l’effort moteur entre
ces deux roues si :  = -1  g + d = 2ps
Soit le différentiel d’un véhicule schématiser par un schéma cinématique ci-dessous :
données : - 2 et 4 : satellites coniques ; - ps : vitesse angulaire de porte satellite ;
- 1 et 3 : planétaires ; - d : vitesse angulaire de la roue droite : planétaire 3 ;
- Z1 = Z3 et Z2 = Z4 ; - g : vitesse angulaire de la roue de gauche : planétaire 1.
Formule de Willis avec d = entré :
d  ps e  ps Z1  Z4 Z Z
    1 2  1
g  ps g  ps Z4  Z3 Z2  Z3
d  g   ;  ps    ps  0  2  2ps d’où d  g  ps
a- si la voiture en ligne droite :
ps
b- si la roue de droite est bloquée :   0 ;  1; d’où g  2ps
d
g  ps
  ps
c- si la roue de gauche est bloquée :   0 ; d
g  1; d’où d  2ps
d- voiture dans un virage : ps
Chercher d ; g en fonction de (ps, r, ℓ)
 Pour un tour de la roue droite  elle parcourt 2r.
 Pour un tour de la roue gauche  elle parcourt 2(r+ ℓ)
Ceci pendant le même temps donc : d 
 r
Figure a
g r
et appliquer de la formule de Willis, calculer d et g en fonction de ps
.........................................................
.........................................................
.........................................................
Vérification : Ligne droite :  r =   d = . . . . . . .
 r = 0  d = . . . . . . . .; d = . . . . .

245
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
E- RÉDUCTEURS DE VITESSES
Dans de nombreuses applications industrielles, la transmission de puissance entre le moteur et le récepteur
nécessite alors l’interposition d’un adaptateur de mouvement entre ces deux constituants de la chaîne
cinématique.

FONCTION D’UN RÉDUCTEUR :


Appareils destinés à réduire la vitesse (ωe) et d’augmenter le couple (Ce) d'un arbre moteur
(moteur électrique, hydraulique, pneumatique, thermique...) afin d’entraîner en rotation un organe récepteur
sous l’effet d’un nouveau couple (Cs) et vitesse (ωs), avec (Ce < Cs et ωe > ωs)
1. Réducteurs de vitesse
La puissance d’entrée Pe = Ce. ωe s Ce Ce 2. Boite de vitesses
r     Cs   
La puissance de sortie Ps = Cs. ωs s/e e Cs rs/e 3. Inverseur de marche
4. Variateurs de vitesse
Remarque: La plupart des réducteurs de vitesse sont réversibles peuvent .
être utilisés comme multiplicateur de vitesse. .
Applications : Sur cahier répondre aux exercices 1 jusqu’à 7. .
1- Le réducteur représenté se compose de trois trains d’engrenages 1
à roues hélicoïdales : (Z1=32, Z2=64, Z3=25, Z4=80, Z5=18, Z6=50 dents).
Si N1 = 1500 tr/min, déterminer la vitesse de sortie en rad/s de 6
et son sens.
2- Le réducteur à axes orthogonaux se compose de deux roues 2
hélicoïdales (Z1 = 24, Z2 = 84 dents) et d’un système roue et vis sans fin
(vis 3 filets, Z4 = 36 dents). Indiquer, d’après la figure, le sens des hélices
et de rotation de toutes les roues et vis. Calculer le rapport global
de réduction et la vitesse de sortie N4 si N1 = 1500 tr/min.
3- Le réducteur à deux trains d’engrenages hélicoïdaux proposé présente 3
la particularité d’avoir l’arbre d’entrée coaxial à l’arbre de sortie.
Engrenages (1-2) : Z1 = 30, Z2 = 60, 1 = 30°, mn = 5 mm.
Engrenages (3-4) : Z3 = 22, Z4 = 35, mn = 8 mm. Si a1-2 = a3-4.
Déterminer l’angle d’hélice  2 du 2ème train. Calculer N4 (N1 = 1500 tr/min)
4.1- Le train épicycloïdal simple proposé à son entrée E sur la roue 1 4
(N1 = 1330 tr/min, Z1 = 18, Z2 = 60, Z3 = 138) et sa sortie (S) sur une
poulie liée au porte-satellite 4. Calculer la vitesse de sortie N4
4.2- Reprendre l’énoncé de l’exercice 4.1 avec les valeurs Z1 = 20, Z2 = 50,
Z3 = ? (N1 = 1500 tr/min)
5- Le tambour moteur de tapis roulant proposé
5 6
schématiquement a les caractéristiques suivantes ;
N1 =1500 tr/min, deux trains à dentures droites,
Z2 = 67, Z4 = 40, rapport de réduction N4/N1 = 0,1015,
entraxe commun a = 42 mm et module m3-4 = 1,5.
Déterminer Z3, Z1 et le module m1-2.
6.1- Le réducteur de roue proposé est utilisé les camions, pour diminuer le diamètre des arbres de
transmission successifs. Les caractéristiques sont : Z1 = 36, Z2 = 36, Z3 = 108. Entrée E : N1 = 1000 tr/min
et sortie S sur le porte-satellites 4 (moyeu) lié à la roue. Déterminer la vitesse de N4.
6.2- Reprendre l’énoncé de l’exercice 6.1 avec les valeurs Z1 = 32, Z2 = 40, Z3 = ? N1 = 1000 tr/min
7- Le vérin à vis proposé schématiquement est utilisé pour lever une
charge : engrenage roue et vis sans fin couplé avec un système
vis-écrou. La vis de levage 4 (pas 8 mm, un filet à droite, N4 = 0)
est entraînée en taranslation verticale à la vitesse V4 par l’écrou 3
solidaire de la roue 2 (25 dents). Le moteur sur la vis sans fin 1
(un filet à gauche). Si N1= 1500tr/min, déterminer la vitesse V4. 7
La charge monte-t-elle ou descend-elle ?

246
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
F- BOÎTES DE VITESSES
I- INTRODUCTION :
Généralement, l’énergie mécanique est fournie à une machine par un moteur électrique, dont la vitesse
de rotation est constante est une puissance constante.
Or, les machines réceptrices demandent à être entraînées,
selon leur nature à des vitesses
absolument variées.
1.1- Variateurs de vitesse :
a- Fonction : Appareils permettant une variation continue de la vitesse de l’arbre récepteur, pour une
vitesse constante de l’arbre moteur. (Exemple variateur à galet, voir cours roues de friction).
b- Types : Variateur mécanique à axes parallèles, orthogonaux ou concourants et variateur électrique.
1.2- Réducteurs de vitesse :
a- Fonction : Les réducteurs ont pour but de transmettre le mouvement de l’arbre moteur à l’arbre
récepteur, avec modification de la vitesse, le rapport entre les vitesses des deux arbres
étant constant.
b- Type : Réducteur ordinaire ou réducteur épicycloïdal. (Voir cours réducteurs de vitesses).
1.3- Inverseurs de marche : Fig a
a- Fonction : Il s’agit d’inverser à volonté le sens de rotation de l’organe
récepteur.
b- Types : Inverseur à axes parallèles ou orthogonaux.

II- BOÎTES DE VITESSES : Fig.a


Une boîte de vitesse est la juxtaposition des mécanismes réducteurs (ou multiplicateurs) et un ou
plusieurs mécanismes inverseurs, ont des rapports de transmission différents (r1, r2, r3, ...), la sélection de
l’un d’entre eux permet d’obtenir la vitesse désirée sur l’arbre récepteur. Le changement de vitesse peut
se faire à l’arrêt, à faible vitesse où on marche. La boîte de vitesses est l’élément qui permet
d’adapter le couple moteur au couple résistant de l’arrêt au déplacement du véhicule, dans toutes les
conditions de roulage sur le plat, dans les montées, descentes et virages.
2.1- Fonction : Appareils destinés à transmettre un mouvement de rotation avec modification de vitesse.
A- Emploi de poulie et courroie : (poulie étagée).
Sur ces poulies le changement de vitesse s'obtient en déplaçant la courroie. Souvent, on prend deux
poulies semblables et on les monte en opposition sur deux arbres parallèles. Il faut, en principe, un réglage
de l’entraxe pour conserver une tension convenable à la courroie, surtout si l’entraxe est court. Avec
courroie trapézoïdale une poulie sera mobile pour permettre le montage et le démontage de la courroie.

Poulie étagée

Fig.b Fig.c

B- Emploi de roue et chaîne :


Nous signalons le dispositif courant sur les
bicyclettes. Le dérailleur fait passer la chaîne
d'un pignon sur l'autre par une poussée
latérale. Pour conserver une chaîne tendue
il faut un galet tendeur.
Inconvénient : Le mauvais alignement
chaîne-pignons fait rejeter cette solution pour les
chaînes de dimension plus forte employées dans Fig.d Fig.e
les transmissions industrielles.
Comparer les vitesses de la roue arrière N1 et N2 ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

247
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
C- Emploi d’engrenages : Existe de nombreuses solutions, dont quelques-unes seront étudiées par la suite
C.2- Organes communs aux boîtes de vitesses à deux et trois arbres :
C.2.1- Crabots :
Le crabotage entre deux
éléments est un cas particulier
d’embrayage sans glissement
résultant d’un accouplement
avec obstacle.
Voir les embrayages à griffes.
Leur représentation en schéma
cinématique Fig.f et en schéma
technologique Fig.g

Étude de la Figure g : Fig.f Fig.g


- Quelle est la liaison entre 2 et l’arbre M ?
- Donner les repères de cette liaison dans la Figure f ?
- Quels usinages prévoit-on, en général, sur l’arbre M et le crabot 2
pour assurer cette liaison en rotation ?
- Compléter la suite logique des pièces, lorsque la 1ère vitesse
est sélectionnée.
- Quelle est l’état de la roue 1 dans cette vitesse ?
- Le changement de vitesse peut-il s’effectuer en marche ?
C.2.2- Synchronisateurs :
Fonction : Dispositif égalisant la vitesse de deux arbres avant d’établir leur liaison par griffes (crabotage).
Il existe plusieurs types de synchronisateurs, tous fonctionnent suivant le même principe.
L’objectif étant d'égaliser deux fréquences angulaires pour réaliser le crabotage sans choc
de deux éléments tournant. Nous allons présenter ici deux constructions différentes
 Synchronisateur à billes : Synchronisation de la boite à baladeur à griffes étudiée Figure g.
Le baladeur 2 est au point mort. Le pignon (1) est fou sur l’arbre M,
l’anneau baladeur (2) tourne par l’intermédiaire de (12) à la vitesse
de l’arbre M. Le crabotage s’effectue en deux temps
Arbre g d
M

g
 1er Temps : (2) se déplace en translation vers (1).
(2) entraîne(12) par l'intermédiaire de la bille.
Les surfaces coniques entrent en contact.
Il y a entraînement par adhérence (1) et (12)
tournent à la même vitesse.

 2ème Temps : (2) poursuit sa translation vers (1).


La bille s'efface les dents du baladeur 2
s’engrènent dans les dents du pignon 1
qui devient solidaire de l’arbre de sortie.
Le crabotage s’effectue.

248
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
 Synchronisateur à clavettes :
Caractéristiques :
- Tous les roues sont toujours en prise.
- Changement de vitesse par déplacement de la clavette coulissante.
- Points morts, lorsque la clavette est sous les bagues 5 et 7.
- La deuxième est «passée»- voir schéma ci-contre
Le mouvement de rotation est transmis de l'arbre moteur M à l'arbre
récepteur R par l'intermédiaire des roues dentées suivantes :
C.2.3- Fourchettes :
Fig.h
Elles sont destinées à commander la translation d’un pignon
baladeur, d’un crabot ou d’un synchroniseur.
Les figures i, proposent une solution concernant la forme
et mouvement de celle-ci.
 Fourchette solidaire d’un coulisseau : mouvement de translation rectiligne d’axe (ox)

Arbre
M

Fig.i1 Fig.i2 Fig.i3


 Faire une recherche sur les autres fourchettes comme Fourchette en forme d’étrier et Fourchette
articulée…
C.3- Boîtes de vitesses à deux et trois arbres à commande manuelle :
Le tableau Figure G dresse l’inventaire des agencements de base couramment rencontrés.
À chacun d’eux est représenté par un schéma cinématique, les Figure A à F.
C.3.1- Boîtes de vitesses à deux arbres :
Boîte de vitesses à deux arbres Boîte de vitesses à deux arbres Boîte de vitesses à deux arbres
à pignon baladeur unique à pignons baladeurs multiples

A B C
Boîte de vitesses à trois arbres
à pignons baladeurs et crabot.
Calculer la raison du train de chaque rapport des Figure A à F ?

D
249
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
Boîte de vitesses à deux arbres à synchronisateurs Boîte de vitesses à trois arbres à synchronisateurs
(pignon baladeur M pour la marche arrière) (pignon baladeur M pour marche arrière)

E
F

Type À 2 arbres À 3 arbres


Dispositif de à clavette à pignon à pignon à crabot ou à pignon à crabot et
changement coulissante baladeur baladeur synchronisateur baladeur synchronisateur
de rapport ou équivalent unique multiples et crabot
Figure Fig.A Fig.B Fig.C Fig.E Fig.D Fig.F

1er N2 Z A
- Rapport de vitesse

r 
N1 Z B

2ème

3ème

4ème
- Chaîne cinématique

5ème

M.A

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

250
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC CHANGEMENT DE VITESSE
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
I - ANALYSE FONCTIONNELLE DES SYSTÈMES DE TRANSFORMATION DE MOUVEMENT :
1.1- FAST de description :
Ce graphe (FAST) regroupe
l’ensemble des fonctions
techniques à assurer pour
aboutir aux
solutions
possibles pour
la transformation
de mouvement
de rotation en mouvement
de translation.
Ou bien

- Engrenages
cylindriques
- Poulies courroie
- Engrenage conique
- Roue et vis sans fin

Pignon crémaillère

- Vis écrou
- Poulies courroie

- Bielle manivelle
- Levier coulisse
Ou bien - Cames

Critères de choix Solutions

couple

1.2- SADT :

251
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC TRANSFORMATION DE Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
II- FONCTIONS A ASSURER PAR LES SYSTÈMES DE TRANSFORMATION DE MOUVEMENT:
Transmettre l’énergie mécanique en Transformant la nature du mouvement.
Rappelant que cette transformation s’accompagne inévitablement d’une perte d’énergie qu’il faut limiter.
Les mouvements les plus courants sont la rotation autour d’un axe et la translation suivant un axe.
Les deux transformations courantes sont : rotation translation et translation rotation
Remarque :  Les éléments moteurs utilisent le plus souvent le mouvement de rotation.
 Aussi la transformation rotation translation est plus fréquente que l’inverse.
III- Cames :
3.1- Fonction : Transformer un mouvement circulaire continu en un mouvement rectiligne (ou angulaire)
alternatif. Le système n'est pas réversible.
3.2- Différentes formes de cames :
CAMES DlSQUES CAMES A RAINURES CAMES A TAMBOUR (came cloche)
La partie active est sur La partie active est une rainure La partie active est le rebord
le porteur creusée sur la surface latérale de la base du cylindre creux.
d'un cylindre.

Figure 1 Figure 2 Figure 3


3.3- Principe (came disque) :
Une tige (1) guidée en translation s'appuie sur le pourtour d'une came (2), Voir figure 1.
La rotation d'une fraction de tour de la came transmet à la tige soit :
- Un mouvement de montée;
- Un mouvement de descente;
- Aucun mouvement (période de repos).
Ces informations sont portées sur un graphe (courbe des espaces)
utilisé ensuite pour tracer le profil de la came.
3.4- Courbe des espaces : (Figure 4)

Avec une échelle des temps : 60 mm pour 1 tour


Figure 4
3.5- Tracé du profil de la came : (Figure 5)
1- Supposer que la came est fixe, et le galet tourne d’elle, Figure 5
(en sens inverse).
2- Tracer le cercle minimal de levée nulle (de rayon A0, ou A1,…ou A12).
3- Diviser le cercle minimal en 12 parties égales (autant que d'espaces sur le graphe).
4- Mesurer sur le graphe les variations de course (11’, 22’, cte…) et les reporter à l’extérieur du cercle minimal
5- La courbe qui passe par les centres du galet, c’est le profile théorique.
6- La courbe qui passe par les extrémités du galet, c'est le profil pratique de la came.

252
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC TRANSFORMATION DE Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
3.6- Contact tige/came :
Contact direct : Avec l'extrémité de la tige bombée (fig.6a); Remarque : Autres transformations possibles
Avec l'extrémité de la tige munie d'un plateau (fig.6b); Rotation . . . . . . . . . Translation . . . . . . . . .
Contact indirect : Avec un galet (fig.6c).

a b c Figure 6
Exemple :
Tracer sur la Figure 8 le profile pratique et le profile théorique de la came donner par la courbe des
espaces Figure 7. Avec le diamètre du galet  = 10 mm. Indiquer sur le graphe la cours maxi de la came.
d
Figure 8
Figure 7

Caractéristiques cinématiques : Suivant le profil de la came.


Exemple : La course de la tige maxi: C =
Remarque :
La vitesse de déplacement du piston (tige) en fonction de la fréquence de rotation de la manivelle (moteur)
ne sera déterminée que graphiquement (soit par C.I.R ; Équiprojectivité ou Composition des vitesses).
IV- Système bielle-manivelle :
4.1- Fonction : Transformer un mouvement circulaire continu en un mouvement rectiligne alternatif
et réciproquement, (C’est-à-dire, le système est réversible).
4.2- Constitution : (Figure 9)
La bielle : Elle se compose
de trois parties :
Le pied relié à l'axe du piston 4
(point B). D O E
Le corps est la partie comprise
entre le pied et la tête.
La tête de bielle qui tourne sur
le maneton du Figure 9
vilebrequin est coupée (point A).
Quel est le mode d’ostension du corps de la bielle ?
• Caractéristique cinématiques :
Course du piston 3 : C = 2 x OA (OA = excentration en mm)
• Quel est le mouvement de la manivelle 1/4 ?
• Quelle est la trajectoire du point A (Tête de la bielle) ?
• Quel est le mouvement du piston 3/4 ?
• Quelle est la trajectoire du point B (pied de la bielle) ?
• Quel est le mouvement de la bielle 2/4 ?
• Déterminer graphiquement (sur la fig.9) la vitesse linaire au point B, si NA= 1500 tr/min et OA = 40 mm,
par équiprojectivité avec l’échelle de vitesse 1cm π/2 m/s
Le montage sur le vilebrequin est rendu possible par des bielles en deux parties. La liaison piston-bielle est
obtenue grâce à un axe rapporté, monté "ajusté libre" dans le piston et le pied de bielle est arrêté axialement
par circlips. La bielle doit être particulièrement résistante, car, elle est sollicitée à :
- l’extension ; - la compression; - la flexion (force d’inertie de la masse).
253
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC TRANSFORMATION DE Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
La transformation du mouvement de translation en rotation est
réalisée par l’équipage mobile composé:
- des pistons en alliage léger ; coulissant dans des chemises
sèches qui peuvent être remplacées.
- du vilebrequin, en acier forgé, guidé en rotation par cinq
paliers à axes alignés.
- des bielles, en acier forgé, assurant la liaison entre pistons
et vilebrequin.

 r2 
Espace  r cos   l 1  2 1  cos 2  
 4l 
 r 
V itesse  r   sin   sin 2 
 2l 
 r 
Accélération   r  2  cos   cos 2 
 l 

Courbe des espaces: Nous supposerons le mouvement de rotation de la manivelle uniforme.


La courbe des espaces du mouvement de (B) en fonction du temps, est très voisine
d'une sinusoïde. Ses ordonnées ne diffèrent de celles d'une sinusoïde qu'à cause
de l'obliquité de la bielle. Elles en différent d'autant moins qu'on est plus près des
points morts et que le rapport 1/r est grand.
Courbe des vitesses: Elle diffère sensiblement d'une sinusoïde. La vitesse est maximale quand la bielle
et la manivelle sont perpendiculaires (position M).
a- Manivelles à rayon variable :
1- Quel est le type d’articulation ?
2- Quel est le nom de la liaison 2/3 ?
3- Indiquer par serrer ou glissant les
ajustements a et b ?
4- Tracer la chaîne de cote relative à Ja ?
5- Redessiner sur cahier à l’échelle 3:1,
la figure 10 ?
y
b- Excentrique : x
Figure 10 z

Un excentrique est utilisé lorsque la distance (O1 - O2) est faible.


O1 : Centre de l'arbre
O2 : Centre de la tête de bielle
R : Rayon de la manivelle
Course : C = 2 x O1O2

254
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC TRANSFORMATION DE Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Cours ; Mise à niveau; Applications Doc : élève
4.3- Autres systèmes dérivés :
SYSTÈME OSCILLANT MANIVELLE A COULISSE SYSTÈME OSCILLANT A COULISSE

C
V- système pignon crémaillère :
Fonction : Transformer un mouvement circulaire continu en un
mouvement rectiligne alternatif et réciproquement,
(C’est-à-dire, le système est réversible).

VI- système vis-écrou :


5.1- Fonction : Transformer un mouvement de rotation continue en un mouvement de translation continue.
(Le système est réversible uniquement si l’angle d’inclinaison β de l’hélice est supérieur
à l’angle de frottement φ)
Schéma cinématique Schéma technologique

Filetage droite Filetage gauche Nouvelle schéma

5.2- Principe du système : Si vous exercez l’un des quatre mouvements pour obtenir un second,
il faut empêcher les deux autres.
Mettre 1 dans les cases où la transformation
de mouvement est possible et 0 dans le cas contraire.
Indiquer la figure de chaque combinaison

fig.a fig.b

fig.c fig.d

5.3- La loi d’entrée-sortie : La loi d’entrée-sortie est donnée par la relation suivante : X = (p/2π).θ ; Avec :
- X: déplacement relatif de l’écrou par rapport à la vis, en (mm)
- p : le pas de la vis en (mm / tour), p/2π est appelé le pas réduit,
- θ : l’angle de rotation exprimé en (radian).

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

255
TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC TRANSFORMATION DE Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Application N° 07 : ‘’PALAN ÉLECTRIQUE A CHAÎNE’’

1- Mise en situation :
Le système étudié est un
palan électrique à chaîne
de type PK, il est conçu par
la division manutention
de la société MANNESMANN
DEMAG pour soulever des
faibles charges
(force de levage 125kg)

1-1 Constitution :
Le palan électrique à chaîne objet de cette étude est composé d' :
– un moteur frein (puissance : Pm= 300 W à 1775 tr/min) à rotor coulissant et frein incorporé.
Le frein, débrayé par la mise sous tension du moteur à rotor conique, fonctionne à sec.
– un réducteur à engrenages composé de deux couples de roues cylindriques à dentures droites (21, 27)
et (25,37).
– un limiteur de couple à friction évite toute surcharge et remplace efficacement les interrupteurs de fin de
course électriques pour les positions extrêmes du crochet.
– une chaîne calibrée à maillons d’acier à haute résistance.
1-2 Fonctionnement :
L’alimentation du moteur en courant électrique provoque la translation vers la droite du rotor coulissant (6)
avec l’arbre moteur (21) (le rotor coulissant (6) est collé sur l’arbre moteur (21) et les bagues intérieures des
roulements (3) sont glissantes). Ce déplacement permet à l’ensemble d’être en position de travail.
Les deux couples d’engrenages (21,27) et (25,37) assurent la transmission du mouvement de rotation de
l’arbre moteur à la noix (43) qui entraîne la chaîne à l’extrémité de laquelle est attachée la charge à soulever.
La coupure du courant électrique provoque l’arrêt et le freinage du moteur par déplacement du rotor
coulissant (6) et l’arbre moteur (21) vers la gauche.
Nomenclature du dessin d’ensemble
24 1 Clavette parallèle, forme B, 5x5x10 48 1 Goupille diamètre 4,8
23 2 Roulement BC 47 1 Vis CHc
22 1 Anneau élastique C 80 46 1 Anneau de réglage E 295
21 1 Arbre moteur m=1 45 1 Roulement BC
20 1 Couvercle de boîte à bornes 44 1 Guide chaîne
19 1 Bague de butée 43 2 Demi-noix à empreintes C 35
18 1 Ressort de rappel 42 1 Roulement BC
17 3 Vis CHc 41 1 Anneau élastique
16 3 Rondelle 40 1 Joint torique 20x3
15 1 Joint torique 39 1 Joint à lèvre, type A, 30x42x7
14 1 Carter principal EN-AW-1050 38 1 Anneau-guide E 295
13 1 Oreillette de suspension C 35 37 1 Roue dentée m=1,5
12 4 Vis CHc 36 1 Joint de carter
11 1 Rondelle ressort 20,4x40x2,25 35 3 Rondelle ressort 31x63x2,5
10 1 Plaquette d’arrêt E 295 34 1 Disque d’accouplement
9 1 Stator 33 1 Anneau-guide E 295
8 1 Carter EN-AW-1050 32 1 Anneaux élastique C 80
7 1 Capot porte-palier coté frein 31 1 Arbre de sortie
6 1 Rotor coulissant 30 1 Clavette parallèle, forme B 6x6x10
5 1 Garniture de frein collée 29 1 Bouchon M16x1,5
4 1 Anneaux élastique C 80 28 1 Couvercle de carter
3 2 Roulement BC 27 1 Roue dentée m=1
2 2 Joint à lèvre, type A, 17x35x7 26 1 Anneaux élastique
1 1 Bouchon fileté 25 1 Pignon arbré m=1,5
Rep Nb Désignation Matière Obs Rep Nb Désignation Matière Obs

256
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève

257
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
2- Travail demandé :
2-1- Étude fonctionnelle :
a- Expliquer le besoin d’utilisation de ce palan en
complétant le graphe bête à corne ci-dessous ?

b- Identifier les fonctions de services intervenant dans


le graphe des interactions ci-dessous ?

2.2- Schéma cinématique du palan :


a- A partir du dessin d’ensemble, compléter par les
repères des pièces, les groupes des classes d’équivalence suivantes
A = {14, ……………………................................ ;
B = {21, ………………...............................….... ;
C = {27, …………….............................……….. ; D = {37, …………….........................….…..…... ;
E = {31, …………….............................………… ; F = {34, …………........................................….. ;
b- Compléter le schéma cinématique minimal ci-dessus du palan électrique à chaîne.
2.3 Étude cinématique :
Puissance moteur est Pm = 300 W. La vitesse de rotation de l’arbre moteur (21) est N21 = 1775 tr/min.
Le diamètre moyen d’enroulement de la chaîne sur la noix (43) est d43 = 50 mm.
a- Compléter le tableau des caractéristiques des roues dentées (21, 27, 25 et 37) du réducteur :
Pignon / Roue Z= m= d= a=
Pignon arbré 21 14
Roue 27 1 110
Pignon arbré 25 1,5
69
Roue 37 70
b- Calculer la vitesse de rotation de la noix (43) en tr/min :
c- Calculer la vitesse de la montée de la charge en m/s :
d- Calculer la valeur de la charge maximale soulevée en N sachant que le rendement du palan η = 0,75 :
2.4 Étude du mécanisme formé par les sous ensemble : (E, F et les rondelles Belleville 35).
Ce palan est conçu pour soulever des charges maximales de 120 daN. Pour éviter des surcharges éventuelles, un
mécanisme E, F est interposé dans la chaine cinématique entre la roue 37 et l’arbre 31.
a- Expliquer le comportement de ce mécanisme en cas où la charge soulevée dépasse les possibilités du palan :
b- Quel(s) rôle(s) jouent les rondelles 35 dans la transmission du couple ?
c- Expliquer comment s’effectue le réglage de la valeur du couple transmissible :
d- Étant donné le couple maximal transmissible par le limiteur : Cmaxi= F.Rmoy. f /sinα = 6,5 N.m
Calculer la valeur de la force pressante F ?
avec : - F : force pressante ; - f = 0,4 : coefficient de frottement des surface de friction ;
- α = 20° : angle d’inclinaison des surface de friction ;
- Rmoy : rayon moyen de la surface de friction (à relever du dessin d’ensemble) ;
2.5- Communiquer : (avec correction)
 Réaliser le dessin de définition de l’arbre de sortie 31 à l’échelle 2 :1 suivante : - vue de face en coupe partielle A-A ;
- Section sortie D-D.
 Pour une nouvelle version du palan électrique à chaine, le constructeur à adapter des engrenages à dentures
hélicoïdales, ainsi les arbres sont guidés par des roulements à billes à contacts obliques.
Compléter sur le dessin de conception ci-dessous :
- Le montage en ‘’O’’ des roulements 50 ;
- Le montage de la roue 27 / l’arbre 25 : * L’arrêt axial à droite est réalisé par une rondelle plate + vis H M8 ;
* L’arrêt en rotation : conserver la solution du dessin d’ensemble ;
- Indiquer les ajustements sur : * Les porter des roulements 50 ;
* La portée de la roue 27.

258
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève

259
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Application N° 08 : ‘’ EXTRUDEUSE ‘’
L’extrudeuse est une machine permettant la production en
continu de produits (profilés de différentes formes, revêtements
de fil…) par la transformation des matières plastiques.
La matière brute sous forme de poudre ou de granulés est
introduite à l’extrémité d’une vis d’Archimède qui tourne dans
un cylindre régulièrement chauffé. Dans la zone centrale de la vis,
la température de la matière augmente jusqu’à ce qu’elle se
transforme en masse fondue. Cette masse est alors brassée
(mélangée et homogénéisée) puis entraînée par la rotation de la vis
vers la tête d’extrusion dont le rôle est de laisser passer la matière
plastifiée par une filière qui lui donne la forme de section voulue.
a: Matière c: Cylindre e: Collier chauffant g: Pompe à eau
b: Vis d’Archimède d: Thermocouple f : Profilé extrudé
L’étude proposée concerne le mécanisme d’entraînement de la vis (Réducteur à engrenages)

39 et 41 seules
A-A

260
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Nomenclature du dessin d’ensemble
21 1 Vis HC-TC
20 1 Joint plat 41 1 Vis d’Archimède
19 1 Rondelle joint 40 4 Circuit de refroidissement
18 4 Vis H 39 1 Arbre creux
17 1 Roue dentée Cu Sn 8 Pb P 38 1 Boîtier
16 2 Roulement BT 37 1 Joint deux lèvres
15 1 Arbre d’entrée C 40 36 1 Roulement BC
14 1 Couvercle E 295 35 1 Arbre intermédiaire C 60
13 1 Clavette parallèle 34 1 Écrou à encoches
12 4 Bague entretoise E 295 33 1 Rondelle frein
11 1 Cale E 295 32 2 Roulement BC
10 1 Rondelle plate 31 1 entretoise E275
9 1 Joint à lèvre 30 2 Joint plat
8 1 Écrou à encoches 29 2 Bouchon
7 1 Rondelle frein 28 1 Pignon C 60 m=2
6 3 Vis H 27 1 Carter principal EN-GJL-200
5 1 Joint de carter 26 3 Goujon
4 1 Clavette parallèle 25 1 Écrou H
3 1 Roue dentée (d=104) C 60 24 1 Carter EN-GJL-200
2 1 Vis CHc 23 1 Arbre moteur
1 1 entretoise E 295 22 1 Vis sans fin C 60 E
Rep Nbr Désignation Matière Obs Rep Nbr Désignation Matière Obs
Travail demandé :
1- Schéma cinématique :
a- En se référant au dessin d’ensemble de l’extrudeuse, compléter
les classes d’équivalences ?
A ={5;6;9;14;BE16;18;19;20;21;24;25;26;27;29;30;BE32;37;40}
B = {39;.....................................
C = {35;....................................
D = {15;....................................
E = {23;....................................
b- Compléter le schéma cinématique ci-contre ?
c- Comment est assurée la liaison de l’arbre d’entrée (15) avec
l’arbre intermédiaire (35) du réducteur :
2- Cotation fonctionnelle :
a-Tracer les chaînes de cotes installant les conditions JA et JB :
3- Étude du réducteur de vitesses :
Le réducteur est constitué par deux étages
er
d’engrenages : - 1 étage : roue et vis sans fin
ème
-2 étage : deux roues à
dentures droites.
ème
a- Étude du 2 étage :
Calculer (m, Z, d, da, df, ha,
hf, h) des caractéristiques
des éléments de cet
engrenage avec :
a3-28=82 mm; d3=104 mm.
er
b- Étude du 1 étage :
– La vis sans fin est en prise
directe avec l’arbre moteur
qui tourne à une vitesse
Nm = 2000 tr/min.
Quel est le rapport
er
du 1 étage pour que la vis
d’Archimède tourne à une
vitesse N41= 115 tr/min.
– La vis sans fin est à 2 filets.
Rechercher le nombre de
dents de la roue (17).

261
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Application N° 09 : ‘’PERCEUSE SENSITIVE’’
Le dessin d’ensemble représente le mécanisme de commande de déplacement de la broche d’une perceuse sensitive.
Identification des organes de transformation de mouvement. Pignon : repère 13 et Crémaillère : repère 4

est formé par un pignon


commande provoque la
translation du fourreau
perceuse sensitive. La
1- Mise en situation :

mouvement employé
Pour la perceuse, le
rotation du levier de
L’étude porte sur la

et une crémaillère.
nécessaire pour la
descente du foret.

transformation de
dispositif de

262
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
1.a- Schéma cinématique de l’ensemble :
En se référant au dessin d’ensemble de la perceuse sensitive, compléter les classes
d’équivalences ?A = {....................................; B = {....................................;
C = {....................................D = {....................................; E = {....................................
1.b- Compléter le tableau des mouvements possibles :
Mouvement d’entrée Mouvement de sortie Organe menant
Pignon
Crémaillère
1.c- Déterminons le nombre de tour(s) effectué(s) par le bras de commande d’une perceuse
pour effectuer un déplacement de l’outil de 160 mm.
On donne : module de la denture m = 2 mm ; Nombre de dents du pignon Z = 15 dents.
1.d- Quelle est le type de la courroie utilisée dans cette transmission.
1.e- Citer deux autres types de courroie.
1.f- Quels sont les aventages des courroies trapizïdales par rapport aux courroies plates.
1.g- La transmission par poulie courroie est assureé par adhérence ou par obstacle.
1.h- Pour augmenter la vitesse de rotation de la broche 5, sur quel étage doit-on monter la courroie sur la poulie 12.
2- Chaine d’énergie :
Pour faire des trous des diamètres d = 12 mm dans une pièce cylindrique en acier avec un foret, on règle la position
de la courroie tel que la broche de la perceuse a une vitesse de rotation Nb = 600 tr/min.
2.a- Calculer la vitesse de coupe Vc en m/min.
2.b- Sachant que l’avance de foret est de : a = 0,2 mm/tr ; le facteur de coupe est k = 11 et que l’effort de coupe est
calculé par la relation : Fc = a.k.d. Déterminer la puissance de coupe Pc en Watts.
2.c- Sachant que le rendement du système de transmission de mouvement entre le foret et le moteur électrique est
de 98%. Calculer la puissance consommée par le moteur électrique en Cv.
3- Avant projet d’une perceuse automatique :
Dans le but d’augmenter la production de la perceuse le bureau d’étude propose a automatiser
la machine. On vous donne le schéma ci-contre représentant la perceuse automatique.
Description : Le travail consiste à réaliser, sur une série de pièces cylindrique, un trou
de diamètre ØD. Les pièces sont mises manuellement dans le magasin "M".
L’action sur le bouton "Départ cycle" provoque le Départ du système automatisé de production.
Cycle de fonctionnement :
 Mise en place et serrage de la pièce sur la butée.  Mise en marche de l’unité de perçage
Perçage de la pièce.  Desserrage et évacuation de la pièce.
3.a- Compléter le grafcet de niveau 1 Choix technologiques : 3.b-Compléter le grafcet de niveau 2
- Une unité de perçage comportant un
vérin à double effet (C).
- Deux vérins à double effet (A et B).
- Trois distributeurs pneumatiques 4/2
à double pilotage
(A+, A-, B+, B-, C+ et C-).
- Six distributeurs pneumatiques 3/2
simple pilotage
(a0, a1, b0, b1, c0, c1,) : capteurs fin
de course.
- Un distributeur pneumatique 3/2
simple pilotage (dcy) :
bouton départ cycle.
- Un distributeur pneumatique 3/2
simple pilotage (Pp) : présence
pièce.

3.c- En déduire les équations des modules et des sorties.


Étape N° Activation "Mise à 1" Désactivation "Mise à 0" Équation des sorties
1
2
3
4
5
6
7

263
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
1- Présentation :
Le système étudié est une unité de transfert de pâte
d’olive vers le poste de centrifugation d’une ligne
automatisée d’extraction d’huile d’olive. Zone d’étude
(voir plan d’installation modulaire d’une huilerie figure 1)
Application N° 10 :

EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU


264

Mvt
Aspect Technologique

‘’HUILERIE MODERNE’’
Applications
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE

2
ème
STM
Doc : élève

SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE


FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
2- Diagramme d’activité :
Rappelle : MOE et MOS sont des matières d’ouvre
sur lesquelles le système agit. Une matière d’ouvre
peut-étre un produit matériel, une énergie, une
information, une service ou une processuce. La
modification de l’état d’une matière d’ouvre entre
l’entrée et la sortie peut être liée à la forme
(transformation), à l’espace (déplacement)
ou au temps (stockage) ; cette modification est appellée ‘’ Valeur ajoutée’’

3- Analyse fonctionnelle desendante :

4- Principe d'extraction Olives Lavage Broyage Malaxage


d'huile d'olive

Le processus modernisé d'obtention


Obtention
de la pâte

d'huile d'olive est un système


d'extraction constitué d'une chaîne
continue comprenant 2 postes de
centrifugation.
Separation des 3 composants

a- Centrifugation horizontale :
(Décantation). Elle permet de
séparer l'huile, le margine et
les grignons,

b- Centrifugation verticale :
Elle permet de séparer l'huile
pure.
de la pâte
Separation
de l’huile

A- Analyse d’un système pluri-technique :


A1- Analyse fonctionnelle globale :
1- En se référant au données, compléter
l’actigramme du sous-système
centrifugeuse horizontale.

265
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
A2- Analyse fonctionnelle
de la partie opérative :
En se référant au dessin
d’enssemble de la pompe
mono-vis.
2- Compléter le schéma
cinématique minimale
de la pompe mono-vis.
3- Indiquer sur ce schéma
le sens de rotation de la vis
d’Archimède 21.
4- Donner le nom et la fonction des éléments suivantes : 1 ; 5 ; 7 ; 8 ; 9 ; 10 ; 13 ; 13+14+15+16 ; 19 et 22.
5- Justifier l’utilisation de l’ensemble 13+14+15+16 dans le système.
B- Calcul de prédetermination ou de verification : Pignon Roue Pignon Roue
Formule
4 23 24 9
B1- Partie opérative : m ..... 1 ..... 2
B1.1- Étude cinématique du réducteur de vitesse. Z 18 ..... ..... ..... .....
6- Compléter sur le tableau ci-dessous les d ..... ..... ..... ..... .....
caractéristiques de chaque roue des engrenages. a ..... a24-9 = 36 .....
7- Calculer le rapport de réduction global du réducteur. r r1=1/3 r2=1/2
8- Sachant que le moteur tourne à une vitesse Nm = 1440 tr/min, calculer la frequence de rotation de la vis d’Archimède.
9- Comparer le sens de rotation de la vis d’Archimède 21 à celui du moteur. Justifier.
10- On donne le couple de sortie sur la vis 21 : C21 = 40 Nm. Le rendement global du réducteur est ηg = 0,8.
10.1- Calculer la puissance de sortie 𝒫21 en cv.
10.2- Déduire la puissance du moteur 𝒫M en W.
11- Donner le nom complet de cette pompe, et quel est le caractéristique du débit.
12- Donner trois types de pompe de même genre que la pompe étudier.
13- Compléter le tableau suivant en précisant pour chaque système de transformation de mouvement : le mouvement
d’entrée ou le mouvement de sortie, la réversibilité (oui ou non), et le type de la loi de mouvement
(linéaire, sinusoïdale ou quelconque)
Système Mouvement d’entrée Mouvement de sortie Réversibilité Loi de mouvement
Came .......... .......... .......... ..........
Exentrique .......... .......... .......... ..........
Pignon crémaillère .......... .......... .......... ..........
Vis-écrou Rotation continue .......... Réversible sous condition ..........
B1.2- Etude de résistance des matériaux :
Le pignon arbré 24 est assimilé à une poutre de section circulaire pleine. On suppose que la flexion dans le plan (A,x,z)
est la plus importante devant les autres sollicitations. Ce pignon arbré est modélisé par la figure
ci-dessous :On donne :
   
RA  225 N ; RB  900 N ; RC  1800 N et RD  1125 N .

14- Tracer le diagramme des forts tranchants ‘’ T '’ le long


du pignon arbré A, B, C ,D.
15- Déterminer les moments de flexion dans
les sections A ; B ; C et D.

16- En déduire la valeur du moment fléchissant maximal. M f Gz 
Maxi

La poutre est en acier de résistance à la limite élastique


2
Re = 350 N/mm et de diamètre d = 15 mm, sachant que
le coefficient de sécurité adopté est s = 2.
17- Calculer la valeur de la contrainte normale maximale dans

la section la plus sollicitée de la poutre.  Maxi 
18- Calculer la valeur de la résistance pratique.
19- La poutre résiste-elle ? Justifier .

266
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
B.2- Communiquer :
B.2.1- Cotation fonctionnelle :
20- Tracer la chaîne de cotes
relative à la condition JA.
21- Indiquer les ajustements pour le
montage des bagues épaulées
10et 11.
22- Indiquer sur le dessin de
définition de la bague 11, la cote
fonctionnelle relative à la
condition JA les tolérences
géométriques :

B.2.2- Modification d’une solution :


Le constructeur se propose de modifier le guidage en rotation de l’arbre 12 par des roulements ainsi que la liaison
encastrement de la roue 9 par rapport à l’arbre 12.
23- Montage des roulements : a- Compléter le montage du roulement 10 et 11.
b- Assurer l’étanchéité du roulent 11 sur le côté droit.
c- Indiquer les tolérances de montage des roulemnts.
24- Montage de la roue : Compléter la liaison encastrement de la roue 9 sur l’arbre 12, en choisissant
les composants normalisés à partir des élements standards.

Les élements standards


Clavettes // ordinaires Vis H Vis CHc Rondelles plates

D
d e
d a b j K1 d a b c l Z M L LL
]10 ;12] 4 4 d-2,5 d+1,8 6 10 4 10 10 6 1,2 12 14 18 24
]12 ;17] 5 5 d-3 d+2,3 8 13 5,3 13 16 8 1,5 16 18 22 30
]17 ;22] 6 6 d-3,5 d+2,8 10 16 6,4 16 20 10 2 20 22 27 36
]22 ;30] 8 7 d-4 d+3,3 12 18 7,5 18 25 12 2,5 24 27 32 40

267
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
C- Production d’une solution ou d’une modification :
C.1- Partie commande :
On se propose de changer la carte électronique SL1 par une autre
similaire à bascules JK et de fonctions logiques.
25- Comptage : Complèter le schéma ci-contere pour avoir un compteur
binaire asynchrone modulo quatre dont les sorties sont
successivement QA et QB.

26- Elaboration du système logique SL2 :


le sens de rotation du moteur Mt est fonction de l’état logique de l’entrée I.
Si I=0 alors Mt est en rotation dans le sens 1. Dans ce cas les états logiques
de Q0 et Q1 sont donnés respectivement par les chronogrammes Q00 et Q10
Si I=1 alors Mt est en rotation dans le sens 2. Dans ce cas les états logiques
de Q0 et Q1 sont donnés respectivement par les chronogrammes Q0 1 et Q11
26.1- Compléter alors la table de vérité suivante :
Entrées Sorties
I QB QA Q1 Q0
Sens 1
Sens 2

26.2- Déterminer les équations de Q1 et Q0 (par tableau de Karnaugh)


QB.QA QB.QA
I 00 01 11 10 I 00 01 11 10
0 0
1 Q1 = 1 Q0 =

C.2- Analyse fonctionnelle de la partie commande : (asservissement)


(Régulation de température par action sur le débit d’eau chaude)

Figure 4

Figure 5 : Moteur pas à pas Mt

268
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Le processus de régulationde la température de
l’eau utilisée dans le décanteur centrifuge nécessite
un mélangeur alimenté d’une part avec de l’eau
froide et d’autre part avec de l’eau chauffée par les
grignons à une température voisine de 100°C. le bloc A
mélangeur doit fournir de l’eau tiède à une
température θs comprise entre 20°C et 30°C.
P : désigne le processus du système
27- Nomer le bloc A.
28- Compléter les indications monquantes repérées par les pointillés sur le schama fonctionnel suivante à partir
de la figure 4.
29- D’après le schéma fonctionnel étudié à la question 28, exprimer la sortie θs en fonction de la consigne θe et P.
30- Exprimer pour le schéma fonctionnel suivant la sortie θs en fonction de la consigne
θe et T.
31- En déduire la valeur de T en fonction de P pour le schéma fonctionnel représenté
à la question 27, soit équivalent à celui représenté à la question 29.

Remarque :
Si, au cours de l’étude, un élève repère ce qui lui semble être une erreur
ou fautes de frappe, il le signale au professeur de la matière !!!

269
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Application N° 11 : ‘’INVERSEUR DE MARCHE’’
A- Extrait du cahier des charges fonctionnelles : (Dessin d’ensemble figure c)

A.1- Mise en situation : Inverseur


Treuil Frein Moteur
Le mécanisme (dessin d’ensemble) de marche
représenté dans la figure c est
un inverseur de marche, le plus important
et le plus délicat d’un treuil de manutention.
Charge

A.2- Énoncer du besoin : A.3- Fonction de services :

Remarque :  Fonction principale :


Le mécanisme assure de plus débrayage pour Fp : Monter (avec grand couple), descendre une charge par
manipuler la charge sans arrêter le moteur. inversion du sens de rotation de l’arbre de sortie.
 Fonction principale :
C1 : Être accouplé en permanence avec le moteur.
C2 : Manœuvrer l’inverseur pour changer le sens de rotation sur
l’arbre de sortie.
C3 : S’adapter au milieu ambiant.
C4 : Être accouplé avec un frein de sécurité.
B- Fonctionnement : (voir figure c)
L’opérateur agit sur le levier 1 qui permet de sélectionner le sens de rotation de l’arbre 13 grâce à l’une des cloches
d’embrayage E1 ou E2. La transmission de mouvement entre l’arbre 8 et 10, se fait, par l’engrenage droit à denture
droite 7 et 9 ; ou par les roues 5 et 11 plus la chaîne, alors que entre l’arbre 10 et 13, un système roue12 et vis sans
fin (taillée sur l’arbre10). Sur l’arbre 10 est monté le frein (F) commandé à partir de l’arbre 19 qui est lié au levier 1,
permettant d’immobiliser la charge dans une position
souhaité.
C- Travail demandé :

C.1- Schéma cinématique :


C.1.1- Indiquer les repères des pièces sur
le schéma cinématique partiel.

C.1.2- Compléter le schéma cinématique partiel.

C.2- Étude de l’accouplement :


C.2.1- Quel est le nom et la fonction de l’ensemble (A) ?
C.2.2- Relier par une flèche l’accouplement permanent avec leurs avantages ou inconvénients ?
Assurer la souplesse de la transmission
Accouplement
N’accepte aucuns désalignements des arbres
rigide
Amplifier les vibrations de l’arbre moteur à l’arbre récepteur et inversement
Transmette instantanément et brutalement les à coups provenant d’une
variation brusque du couple résistant
Permet un léger déplacement de la position relative des arbres
Accouplement
Fatigue et usure rapide des paliers
élastique
Amortir les vibrations

270
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
C.3- Étude de l’embrayage :
C.3.1- Donner le nom complet et la fonction de l’embrayage utilisé dans ce mécanisme ?
C.3.2- Dans quelle position est représenté cet embrayage ? (Cocher la bonne réponse)

Position d’embrayage Position de débrayage


C.3.3- Sur quel élément agit-on pour inverser le sens de rotation de l’arbre 13 ?
C.3.4- Avec quelle cloche E1 ou E2 doit-on l’embrayer pour avoir le sens de montée sur l’arbre 13 ? Justifier ?
C.3.5- Compléter la suite logique pour le sens Sd du levier 1 ? (voir figure c)

22 8 13
C.3.6- Citer deux autres types de commande d’un embrayage ?
C.3.7- Cet embrayage est-il réversible ou irréversible ? (Barrer la réponse fausse)
réversible ................................. irréversible
C.3.8- Citer deux avantages d’un accouplement temporaire ?
C.3.9- Par quel phénomène est assurée la progressivité de la transmission dans un embrayage à friction ?
C.3.10- Par quel phénomène est assurée la transmission du couple moteur vers le récepteur dans un embrayage
à friction ?
C.3.11- Donner les caractéristiques de la liaison entre les garnitures et la pièce 4 en cas d’embrayage ?
C.3.12- Dessiner un graphe explicatif de la question C.3.9 et C.3.10 ?
C.3.13- Quels sont les éléments qui constitués l’embrayage à friction ?
C.3.14- Calculer la force normale à la surface de friction de l’embrayage E2,
avec :  Couple transmissible par cet embrayage C = 27 N.m ;
 L’angle d’inclinaison des surfaces  = 15° ;
 L’angle de frottement entre les garnitures et le contre matériaux  = 11,31° ;
 Relever du dessin d’ensemble les dimensions des diamètres D et d ;
C.3.15- Le constructeur veut remplacer l’embrayage conique par un autre multidisque à
commande électromagnétique (voir Fig.a) en conservant les mêmes
caractéristiques avec : la force presseur P = 100 daN.
Calculer le couple transmissible par ce nouveau embrayage ?
C.3.16- la pièce P1 de la fig.a est en acier, peut-elle être en bronze ? Oui ou Non ; justifier ?
C.3.17- Quel est l’avantage d’un embrayage multidisque par rapport aux autres embrayages à friction ?
C.3.18- Quelle est la différence entre l’embrayage instantané et l’embrayage progressif ?
C.4- Étude du frein :
C.4.1- Donner le nom est la fonction d’un frein (F) du dessin d’ensemble ?
C.4.2- Dans quelle position est représenté le frein (F) du dessin d’ensemble ? (Cocher la bonne réponse)
Position de freinage Position de défreinage
C.4.3- Quels sont les éléments qui constituent un frein ?
C.4.5- Quels sont les critères du choix d’un frein ?
C.4.6- Pour un couple de freinage C = 3 daN.m, calculer le nombre de surface de contact dans le frein (F) ?
avec : La force de commande F = 10 N ; Coefficient de frottement f = 0,2 ;
Relever du dessin d’ensemble les dimensions des diamètre D et d ; (Le dessin est à l’échelle 1:3).
C.5- Étude de la roue et chaîne :
C.5.1- Quelle est la fonction de la courroie et chaîne ?
C.5.2- Quels sont les avantages et les inconvénients de la chaîne par rapport à la courroie ?
C.5.3- Quelle est la condition d’engrènement entre la roue et chaîne ? pas
C.5.4- Soit la fig.b du pignon 11 ; démontrer la relation suivante : dp 
  
C.5.5- Calculer la vitesse linéaire V de la chaîne en fonction de Z11 ? sin  
C.6- Étude de l’engrenage :  Z11 
C.6.1- Quelle est la fonction d’un engrenage ?
C.6.2- Un engrenage permet la transmission de puissance ?
(Cocher la bonne réponse)

C.6.3- Quelle est la condition d’engrènement d’un engrenage cylindrique droit à denture droite ?
C.6.4- Quels sont les avantages et les inconvénients d’une denture hélicoïdale par rapport à une denture droite ?
C.6.5- Compléter le tableau des caractéristiques de l’engrenage (7-9) ?
formule m Z= d= da = df = a=
Pignon 7 1,2 55
87
Roue 9

271
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
C.6.6- Quel est le principal avantage d’une transmission par roue et vis sans fin ?
C.6.7- Quel est le sens de l’angle d’hélice de la roue 12 ? Justifier ?
C.6.8- Quelles sont les conditions d’engrènement d’un engrenage roue et vis sans fin ?
C.6.9- Compléter le tableau des caractéristiques de l’engrenage roue 12 et la vis sans fin 10 ?
avec : mn = 1 ; vis = 88,9° ; Relever du dessin d’ensemble les dimensions des diamètre dpvis et dproue
dpvis =
formule roue= mt = Zroue = r= a=
dproue =
Vis 10 88,9° 1
Roue 12
C.6.10- Calculer la vitesse de rotation en (rad/s) de l’arbre de sortie, dans la phase de montée puis dans la phase
de descente ? avec : N22 = 1500 tr/min ; dp5 = dp11 = 66 mm ; Z5 = Z11 = 66 dents et Z13 = 120 dents.
Conclure, pour vérifier la fonction principale ‘’Fp’’ ? Puissanceroue
C.6.11- Calculer le rendement de la transmission par roue et vis sans fin ? (visroue)  ?
avec : le coefficient de frottement f = 0,3 entre la roue et la vis sans fin Puissancevis
C.6.12- Pour diminuer le coefficient de frottement entre la roue et la vis sans fin.
Quel est le matériau peut-on choisir pour la roue ?
C.6.13- Calculer la puissance à la sortie du mécanisme, dans la phase de montée puis dans la phase de descente ?
avec : le rendement d’autre liaison supposé égale à 1.
C.7- Solutions de la transmission d’énergie :

C.7.1- Complétez le
diagramme FAST de
transmission de puissance
mécanique suivant ?

C.7.2- Complétez le
diagramme FAST de la
transformation suivant ?

C.8- Étude technologique :


C.8.1- Quel est le nom et la fonction des pièces : 7+9, 17, 19, 23, 24, 25,26 et 27 ?
C.8.2- Quelle est le mode (procédé) d’obtention des pièces suivantes : 18 et 10 ?
C.9- Travail graphique :
C.9.1- Tracer la chaine de cote relative au jeu Jc ?
C.9.2- Dessiner sur format A4 horizontale à l’échelle 2 :1, la zone graphique ?
C.9.3- Indiquer les ajustements sur les portés des roulements ?

272
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève

Sg Sd Garniture

22

26

Frein (F) 25

Carter

27
Echelle 1 : 3

Figure c

Zone graphique Chaine de cotes

273
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
Application N° 12 : Étude d'un système : ‘’PORTE AUTOMATISÉE A VOLETS COULISSANTS’’
Le sujet comporte 3 parties :

A – ÉTUDE FONCTIONNELLE DU SYSTÈME

B – ÉTUDE DE LA CHAINE D'ÉNERGIE DU SYSTÈME

C – ÉTUDE DE LA CHAINE D'INFORMATION DU SYSTÈME

Le candidat doit obligatoirement traiter les trois parties sur des copies
distinctes, en précisant bien sur chaque copie, le titre, le repère et la partie
de l'épreuve traitée.

N.B : la partie B comporte 2 parties indépendantes à traiter chacune sur une


copie.
INTRODUCTION :
De plus en plus, les lieux publics très fréquentés, comme les grands magasins, sont équipés de portes à ouverture et
fermeture automatiques, afin d'offrir aux usagers un accès aisé tout en respectant les normes de sécurité en vigueur.
Le sujet de cette épreuve traite alors d'un système de porte automatisée, à 2 volets glissant à l’aide d’une coulisse.

STRUCTURE ET FONCTION DU SYSTÈME :


Le système est caractérisé par ce qui suit :
♦ La partie commande du système est réalisée autour d’un système à base de microcontrôleur (µC) ;
♦ Un bloc Clavier/Affichage (non étudié ici) permet de configurer et régler les paramètres du système ;
♦ La détection de présence de personnes est effectuée par 2 barrières infrarouges ; une barrière de chaque côté
de la porte ;
♦ La motorisation de la porte est faite autour d’une machine à courant continu (MCC) : une courroie crantée portée
par 2 poulies dont une est solidaire à l’axe du moteur, supporte les 2 volets coulissants de la porte ;
♦ Un moteur équipé d’un réducteur à roue et vis sans fin, entraîne un ensemble constitué de poulies et courroie crantées.
La poulie motrice est équipée d’un embrayage permettant de respecter les conditions de sécurité imposées par la
législation en vigueur sur ce type de système. La largeur du passage piéton est telle que la distance entre les deux
vantaux en position ouverture est de 2 m. La largeur de chacun des deux vantaux est de 1 m. Le montage ainsi que le
guidage des vantaux assure un déplacement coplanaire de ceux-ci. Le vantail de gauche est lié au brin inférieur de la
courroie crantée alors que celui de droite est relié au brin supérieur. Ce mode de liaison assure une ouverture et une
fermeture simultanée des deux vantaux en fonction du sens de rotation du moteur.
♦ Étant complètement fermée ou ouverte, la porte commence l’ouverture ou la fermeture, avec une vitesse 1 pendant
les 3/4 de la course, puis ralentit à une vitesse 2 (2 < 1) pour terminer la course en douceur ;
♦ La position de la porte est mesurée par un codeur optique monté sur l'axe du moteur ; ceci permet de décider du
moment du fonctionnement avec 2 ou 1 ;
♦ Le codeur optique est utilisé aussi pour détecter l’ouverture ou la fermeture complète de la porte ; en effet, quand la
porte bute dans un sens ou dans l’autre, le moteur est calé et s’arrête de tourner ; alors, le codeur ne fournit plus
d’impulsions ; ceci est interprété par la logique de commande du système comme atteinte de la course maximale
(porte ouverte ou fermée) ;

274
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève

Application 12

275
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève

47 1 Carter de jonction Al Si13


46 1 Chapeau S235
45 4 Vis CHC M 5 - 25
44 4 Rondelle W 5
43 1 Cale de réglage Clinquant
42 1 Vis FHC M 8 - 20
41 1 Rondelle de maintien S235
40 1 Roulement à billes 17 BE 33
39 1 Douille à aiguilles 15 x 21 x 12
38 1 Joint à lèvre paulstra IE 15 x 26 x 7
37 1 Vis sans fin 35 Cr Mo 4 2 filets,  = 84°
36 3 Vis CHC M 5 - 33
35 1 Flasque extérieur de la poulie Al - Cu4 Mg
34 1 Ergot E360
33 1 Vis CHC M 6 - 20 45 Si8
32 1 Rondelle LL 6 E360
31 1 Roulement à billes 15 BE 33
30 3 Rondelle W 5
29 1 Poulie crantée Al - Cu4 Mg Dp= 84,89 mm
28 3 Anneau à montage radial
27 3 Ressort de compression 51 Si7 cylindrique
26 3 Axe E295
25 1 Flasque intérieur de la poulie S275
24 1 Entretoise S275
23 1 C50 montage entre« cuir et chair »
22 1 Couronne réceptrice S275
21 1 Disque d’embrayage « Ferodo » D= 75mm ; d= 30mm
20 1 Couronne motrice Al - Cu4 Mg
19 3 Vis CHC M 5 - 20
18 3
17 1 Bobine
16 1 Couronne d’embrayage S185
15 1 22 x 40 x 7
14 1 17 BC 02
13 4 Vis CHC M 5 - 18
12 4 Rondelle W 5
11 3 Vis CHC M 5 - 18
10 3 Rondelle W 5
9 1 Bride S235
8 1 Boîtier Al - Cu4 Mg
7 1 Vis FHC M 6 - 25
6 1 Rondelle de maintien S235
5 1 Roulement à billes 17 BE 33
4 1 E335 5 x 5 x 22
3 1 Roue creuse Cu Sn11 Zn1 Pb Z = 80, mn = 1
2 1 Arbre de sortie C22
1 1 Carter Al Si13 Moulé
Rep. Nbr Désignation Matière Observations
PORTES AUTOMATIQUES (RÉDUCTEUR ROUE ET VIS SANS FIN)
Nomenclature
A- Étude fonctionnelle du système :
1- Le système répond à un besoin. Énoncer alors ce besoin en complétant le digramme de bête à cornes
à la figure 1 de la page suivante.
2- On considère le diagramme Pieuvre simplifié du système, qui recense un certain nombre d'éléments principaux
de l'environnement du système qui sont en interaction avec lui. Compléter alors ce diagramme
à la figure 2 de la page suivante.
3- On considère l'actigramme de niveau A0 du diagramme SADT du système.
3.1- Compléter alors cet actigramme de la figure 3 de la page suivante.
3.2- Quelle est la matière d'œuvre du système ?
3.3- Quelle est la valeur ajoutée du système ?

276
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève

Figure 1 Figure 2

Figure 3

B- Étude de la chaine d’énergie du système :


B.1- transmission de puissance mécanique : (Étude du réducteur roue et vis sans fin)
La coupure des rayons infrarouge provoque la fermeture d’un contact électrique ainsi que la démarrage du cycle
(ouverture-temporisation-fermeture) des deux volets (V) de la porte.
La poulie motrice (équipée d’un embrayage permettant de respecter les conditions de sécurité imposées par
la législation en vigueur sur ce type de système) située en bout de l’arbre de sortie d’un motoréducteur à deux sens
de rotation entraîne la courroie crantée (C0), celle-ci s’enroule à l’autre extrémité sur la poulie folle.
Les coulisseaux (C) et (C’) (guidés en translation) sont liés aux volets (V) par l’intermédiaire de deux chapes.
(C) est lié au brin supérieur de la courroie et (C’) est lié au brin inférieur.

B.2- Analyse technique :


Sur le dessin d’ensemble, les éléments de l’embrayage sont représentés en considérant que la bobine (17) de
l’électroaimant est excitée. L’angle d’hélice de la roue creuse hélicoïdale est faible, le système roue et vis sans fin est
donc irréversible.
4- A partir de la position des éléments définis sur le dessin, citer dans l’ordre les repères des différentes pièces qui
participent à la transmission du couple.

Moteur ……………………………………………………………………… Courroie crantée

5- Donner le nom et la fonction des pièces suivantes : 4 ; 14 ; 15 ; 18 et 23 ?


6- Le roulement 14 et désigné par 17 BC 02, expliquer cette désignation ?
7- Comment est réalisée la liaison complète poulie motrice et arbre 2 ?
8- Quel est le type d’embrayage utilisé dans ce mécanisme ?
9- Citer les repères des pièces constituant l’embrayage ?
10- Dans le dessin d’ensemble l'embrayage est en état : (coché la bonne réponse) embrayé ou débrayé ?
11- Quel est le type de commande utilisé pour cet embrayage ?
12- Citer deux autres types de commande des embrayages ?
13 - Analyser la liaison entre 21 et 22 en rayant dans le tableau ci-dessous les caractères qui ne conviennent pas.
c : Complète a : Par adhérence r : Rigide dé : démontable di : directe
c : Partielle a : Par obstacle r : Élastique dé : non démontable di : Indirecte
14- Quand on coupe l’alimentation de la bobine :
14.1- Citer les repères des pièces qui se déplacent ?
14.2- Préciser le type de mouvement de celles-ci ?
15- Quel est le matériau des pièces suivantes : 1 ; 3 et 21 ?
16- Quelle propriété physique doit posséder le matériau de la pièce 22 pour un bon fonctionnement ?
17- Pourquoi le constructeur a-t-il choisi le réducteur roue et vis sans fin ?

277
EX-TRANSMETTRE DE PUISSANCE AVEC OU SANS CHANGEMENT DE VITESSE OU DE
Mvt
FONCTION TRANSMETTRE L’ÉNERGIE
Aspect Technologique
ème
2 STM
Applications Doc : élève
B.3-Étude cinématique :
18- Sur le dessin d’ensemble le Cas de fonctionnement Pièce 35 Pièce 2 Pièce 22 Pièce 20
système est représenté en Fonctionnement normal
fonctionnement, dans le tableau le moteur tourne
suivant indiquer les éléments qui Un obstacle bloque
tournent dans les trois cas. une des portes
Convention : mettre 1= tourne Panne de courant on
et 0= ne tourne pas pousse les portes à la main
Pour cette étude vous prendrez Nmoteur = 1 500 tr/min pour la fermeture et Nmoteur = 3 000 tr/min pour l’ouverture.
Pour les autres informations, voir la présentation et le dessin d'ensemble
19- Définissez dans le graphe ci-dessous les différents sous-systèmes constituants la chaîne cinématique assurant
l’ouverture et la fermeture des 2 vantaux.
Volets mobile

20- A partir du moteur, précisez de quel(s) paramètre(s) dépend


- la fréquence de rotation de la poulie motrice ?
- la vitesse de translation d’un vantail ?
21- Déterminez la raison du réducteur roue et vis sans fin :
22- Terminez le schéma cinématique du réducteur roue et vis sans fin :
23- Quel est le principal avantage d’une
transmission par roue et vis sans fin ?
24- Quel est le sens de l’angle d’hélice
de la roue 3 ? Justifier ?
25- Quelles sont les conditions
d’engrènement d’un engrenage
roue et vis sans fin ?

26- Compléter le tableau des caractéristiques


de l’engrenage roue 12 et la vis sans fin 10 ?
avec : mn = 1 ; vis = 84° ;
dpvis =
formule roue= mt = Zroue = r= a=
dproue =
Vis 37 84° 2
Roue 3 80
27- Déterminez la fréquence de rotation de la poulie motrice pendant la fermeture :
28- Déterminez la vitesse de translation d’un vantail pendant la fermeture :
29- Déterminez le temps de fermeture des portes :
30- Calculer le couple transmis maximum Cmaxi par l’embrayage, et en déduire la tension T maxi dans la courroie ?
Données : - Force de pression sur les garnitures : Fp= 1500N
- Coefficient de frottement : f = 0,35
C – Étude de la chaine d’information du système :
Acquisition de la position de la porte :
La capture de la position se fait à l'aide d'un codeur incrémental constitué,
comme le montre la figure ci-contre, de :
♦ Un disque contenant deux pistes A et B décalées et divisées chacune,
en 16 secteurs équidistants et alternativement opaques et transparents ;
♦ Deux éléments optoélectroniques (une diode infrarouge et un phototransistor)
disposés de part et d’autre de ch