Vous êtes sur la page 1sur 9

Biennale

LE 28 AVRIL
Lancement d’un événement
artistique dans notre
Union d’églises !

Union Nationale des Églises protestantes


réformées évangéliques de France
UNEPREF
QUOI ?

Un événement
artistique pour OÙ ?
toutes nos églises
Dans
nos lieux
de vie

POURQUOI?

Parce que nous


QUEL
aimerions partager THÈME?
que Dieu s’inscrit dans
notre histoire
L’éphémère

QUI?
Un artiste
ou un groupe d’artistes QUAND?
crée une œuvre
individuelle, commune Un jour ou deux
ou pluridisciplinaire, ou toute la semaine
les églises exposent du 28 avril au 6 mai !

Et Nelly dans tout cela?


Elle est disponible pour accompagner les communautés,
dans leur volonté à participer, enthousiasmer les artistes à la création,
réfléchir avec toutes et tous sur ce thème.
Quoi ? Une biennale
d’événements artistiques
de notre Union d’Eglises
Selon Wikipédia, «une biennale est un événement qui a lieu tous les deux ans. La plupart des
biennales présentent généralement des objets d’art et se caractérisent par l’éclectisme des
représentations nationales qui y participent. En ce sens la Biennale de Venise, en Italie, est la
plus grande des manifestations du genre au monde. D’autres biennales présentent un carac-
tère expérimental, par exemple la Biennale de Paris qui propose des pratiques artistiques
immatérielles. Depuis les années 1990, un nombre important de biennales ont vu le jour
dans différents pays autrefois marginalisés sur la scène artistique internationale (Biennale de
Cetinje, Biennale de la Havane, Biennale de Gwangju)».

En quoi
cela concerne Cet événement, renouvelable tous les deux ans, permettra
notre Union grâce à la prière et à la grâce de Dieu d’être en accord avec
d’églises ? notre volonté d’exister pour glorifier Dieu, en contribuant à ce
que le Royaume de Jésus-Christ s’étende, de manière holistique,
dans la vie des hommes et de mettre en œuvre ce que nous
déclarons: Nos Églises cherchent donc, sous la conduite de l’Esprit Saint,
à toujours grandir dans une adoration authentique, à maintenir la fidélité à
la Parole, à développer une évangélisation enthousiaste, à pratiquer des actes
de compassion, et à prendre soin de la Création.

Notre Union est unie dans un même élan mais la diversité s’exprime au sein
de chaque paroisse selon les talents, artistiques entre autres, que Dieu lui a
donnés ; nos églises travaillent sur un projet commun. Chaque communauté
peut inscrire cette opportunité de partage et de témoignage, au sein des
spécificités locales: par exemple le développement de l’intergénérationnel,
une collaboration entre théologiens
et artistes, un travail de réflexion
auprès des jeunes ou des ado,
etc…
Pourquoi
un tel
projet?
Le lancement d’une biennale
dès 2019, pour exposer ce que nous
imaginons sur un thème donné peut contribuer
à élargir notre perception du monde et des autres
et amener chacun de nous, gens d’église, peuple de
Dieu (artistes ou non), mais aussi nos contemporains,
dans la réflexion sur le changement de nos mentalités .
Parce que nous aimerions partager la réalité immanente de Dieu, le Dieu
Ce projet du Temps, est aussi le Dieu de l’Histoire, le Dieu de nos «histoires
est-il courtes», Nous pouvons, par la création artistique, traduire, interpréter
et inventer tout un monde, mais le temps nous est compté !
ambitieux?
Certainement  ! Chaque artiste dépendra de la Parole de Dieu et
du Saint-Esprit dans sa création. Chaque communauté travaillera
à l’inclusion des dons des uns et des autres.

En quoi ce projet est-il généreux ?


Il va nous sortir de notre zone de confort, de nos emplois du temps surbookés,
pour prendre le temps avec Dieu et saisir l’opportunité de réfléchir en dehors de
nos cadre et de nos clichés. Alors, nous irons vers les autres pour leur parler de
telle façon qu’ils comprennent : un peu comme Jésus parlait en paraboles, pour
que ceux qui cherchent trouvent !

Où ?
Délocalisé dans nos lieux de vie ou par région, si certaines églises ont envie de
se regrouper.
Chacune des paroisses peut envisager d’exposer dans son lieu de culte, dans
une salle de son quartier ou dans tout autre endroit qui semblerait opportun.

Quand ?
Nous avons retenu l’idée d’étaler cette première biennale sur toute une
semaine. Vous pourrez, ainsi, tenir une exposition sur la durée qui vous convient :
un jour, un week-end ou plus. A vous d’imaginer un vernissage, d’organiser une
manifestation, un concert et inviter pour le culte, cela durant la semaine du 28
avril au 6 mai 2019.
Cette date ne doit pas être un frein à votre participation. Il est possible de la
reporter ultérieurement si cela est incompatible avec votre agenda.
Quel
thème?

Un peu à la manière de l’Ecclésiaste, nous exprimerons la question de temps


Chronos et celle du temps Kairos.
Pour le sage, y a-t-il quelque chose de plus éphémère que le temps et
parallèlement de plus éternel ?
L’éphémère n’a de sens que parce qu’il s’inscrit aussi dans la durée, dans
la pérennité, dans l’éternité.
Parce que «Jésus a tout accompli», nous avons la capacité de vivre pleinement
le présent, même si par nature, celui-ci est éphémère.
Qui est
concerné?
Chaque communauté :
• Les responsables d’églises qui souhaitent encourager les uns
et les autres à s’engager encore plus.
• Les artistes en herbe, ceux qui sont amateurs ou plus confirmés.
• Des collectifs d’artistes qui aimeraient travailler ensemble sur ce thème,
de façon pluridisciplinaire.
• Les personnes qui ne se considèrent pas artistes mais qui aiment
à participer à des projets communs, qui apprécient de s’impliquer
dans d’autres domaines que la création artistique.

La minute apologétique
Dieu pose le fondement de la vie sur terre, avec ces premiers mots de la Genèse :
«au commencement, Dieu». Dieu est le Dieu Créateur du temps, de l’histoire et de
l’espace. Il inscrit l’humanité dans le temps. En nous donnant le rythme du temps,
«il y eut un soir, il y eut un matin», Il nous donne le présent : la plénitude dans le
quotidien. Il nous encourage à vivre le moment présent avec Lui. Et cela implique
une interaction avec ceux que Dieu place sur notre route, au sein de la cité.
Pourquoi parler de l’éphémère alors que la Parole est claire sur l’importance de
l’éternel ?
Devons-nous opposer éphémère et éternel?
S’agit-il plutôt d’une interférence positive que d’un contraste, un peu comme la
pertinence du sabbat, non à respecter à la lettre mais à vivre dans le repos et
l’amour ?
Artistes !

Redisons autrement que par


la seule parole ce que nous savons :
au commencement, Dieu créa.
Reflétons le Dieu créateur et sa beauté par nos œuvres et partageons
avec nos contemporains ce que nous vivons en église !

J’encourage donc tous les artistes en herbe ou confirmés à fouiller dans la Parole
et leur regard sur le monde et à se laisser guider par l’Esprit pour créer des
œuvres individuelles ou collectives.
Je vous invite à former un pôle artistique au sein des églises et de réfléchir
comment exposer votre production, durant la semaine du 28 avril au 6 mai.

Et si mon Si votre église ne peut pas s’engager cette année, mais que
église ne souhaite certains artistes aimeraient produire une œuvre, merci de ne pas
pas être être timide mais de contacter Nelly et elle verra comment inclure
vos œuvres au sein des expositions d’une église-sœur ou
impliquée? d’une autre façon : comme celle d’un calendrier 2020 de notre
Union, par exemple.

Le thème
L’homme essaie d’oublier le passé surtout quand il est douloureux ou inconfor-
table. L’homme a de bonnes raisons de s’inquiéter de l’avenir. Il invente la réincar-
nation, il fait l’apprentissage de la pleine conscience.
L’évangile nous offre de vivre pleinement le présent !
On assimile l’éphémère à différentes notions : provisoire, court, transitoire,
temporel, rapide, mouvant, périssable, passager, momentané, fugitif, fragile,
changeant, expéditif…
Il y a dans l’évangile un recouvrement de l’éphémère. Il inscrit l’éphémère dans la
notion de long, durable, pérenne, éternel, impérissable, persistant, immortel…
L’évangile offre à l’éphémère une rédemption : l’éphémère s’inscrit dans l’éternité,
l’instantané dans la durabilité, l’immédiateté dans la pérennité.

L’attitude
Il ne s’agit pas d’exposer des preuves de la pertinence de ce thème mais de laisser
nos esprits adhérer à la Parole, de discerner ce qui peut être transformé dans nos
vies, de demeurer dans la Parole en l’incarnant en paroles et en actes, de montrer
à nos contemporains que Dieu parle à notre société, à nos cultures et veut
convertir notre façon de voir et de vivre au quotidien.
Pour aller plus loin dans
la compréhension du thème
à travers la Parole
Des références bibliques
Au début de l’histoire de l’humanité, Adam et Eve sont confrontés à leur
éphémérité, avec la promesse de leur immortalité toutefois. Rapidement
l’histoire continue : Abel n’est qu’une vapeur et sa vie sur terre s’achève,
prouvant ce que diront plusieurs auteurs de la Bible :
1 Chroniques 29.14 et 15
Je ne suis rien, mon peuple n’est rien, notre vie sur terre,
aussi éphémère qu’une ombre, s’écoule sans sécurité.
Psaume 39.5 et 6
Fais-moi savoir quand finira ma vie, oui combien j’ai de temps à vivre,
afin que je sache à quel point ma vie est éphémère devant toi,
mon existence n’est comme rien.
Psaume 90.4
Mille ans sont à tes yeux comme le jour d’hier, quand il n’est plus
et comme une veille de la nuit.

J’aimerais suggérer que l’évangile est rempli de situations sous tension, trois
références ci-dessous :
Sara et Agar en Genèse 16 – Sara ne vit que dans le présent, et dans le doute
décide de prendre en mains ce qu’elle croit être l’accomplissement de la pro-
messe, en envoyant Abraham vers Agar, juste l’espace d’une nuit.
Marthe et Marie en Luc 10: 38-42.
Marthe, préoccupée par le futur immédiat, s’agite et oublie que tout est donné
dans la simple joie de recevoir. Marie, quant à elle, est assise, goûte et savoure la
douceur de l’instant présent.

Lors de la transfiguration, les disciples confrontés à l’éphémère veulent figer le


moment, en capturer l’instant.

Une
réflexion
La foi est un appel à être présent dans le monde ; la foi n’a pas pour objet de nier
notre humanité mais de la rétablir. La foi est une invitation à vivre le présent,
oubliant ce qui est en arrière, dans l’espérance d’un avenir assuré en Christ.

Rien de plus éphémère que le présent  : le «maintenant» passe, le «pas encore»


s’exprime dans le futur. De toute évidence, l’éphémère, le «déjà» nous est
donné. Qu’en faisons-nous ? Comment le Christ visite-il nos recoins de vie au
quotidien ? Comment inscrire le kairos dans ce qui passe ?
Quelles applications ?
En tant qu’enfants de Dieu, comment intégrons-nous ces réalités dans la vie
quotidienne ?
Deux pistes parmi d’autres :
• l’éphémère nous propulse dans le développement durable.
• l’éphémère nous interpelle à veiller sur l’instabilité des relations.

En résumé
Vivre l’évangile c’est aussi prendre des risques.
Il apparaît à la première lecture que le thème de l’éphémère est bien éloigné de
notre slogan «un pas en avant pour transmettre». Il pourrait sembler que ce
thème est futile et peu porteur d’espérance.
Mais cela n’est qu’apparent, je vous invite à relever le défi.

Place à la créativité
Pour que 2019 ne soit pas éphémère, mais que cette année s’inscrive dans
l’histoire de l’humanité, qu’elle s’exprime dans l’écriture, le dessin, la peinture,
la BD, le clip, la photo, dans la cuisine même ou que sais-je encore … prenons nos
pinceaux, nos crayons, nos ciseaux, nos ordinateurs, nos imaginations et
exprimons ce que nous sommes en Christ, l’Alpha et l’Oméga et la vie qu’il
nous offre !

Qui
contacter ? Pour participer,
contactez votre pasteur
ou Nelly Vos au
06 20 37 16 13

Artistes, avant que les pierres ne crient... créons


Biennale

DÈS LE 28 AVRIL
Lancement d’un événement artistique
dans notre Union d’églises !
Alors, à notre inspiration,
à notre imagination...Créons
Pour participer, renseignez-vous auprès de
votre pasteur ou de Nelly Vos • 06 20 37 16 13 Union Nationale des Églises protestantes
réformées évangéliques de France