Vous êtes sur la page 1sur 17

Année de césure : les pièges à éviter

Vérifiez quel sera votre statut juridique

Vous pouvez avoir différents statuts lorsque vous êtes en année de césure. Pour
un projet personnel, il s'agira d'un "break" pour lequel vous devrez solliciter une
autorisation d'absence auprès de votre école. Même chose si la césure se
déroule sous la forme d'un CDD (contrat à durée déterminée).

Le plus souvent, l'étudiant signe une convention de stage avec son école et
l'entreprise qui l'emploie. Il conserve donc son statut étudiant qui lui donne
accès à la Sécurité sociale étudiante. Il devra néanmoins s'acquitter de frais de
scolarité. Les écoles affichent différentes politiques à ce sujet. Certaines ne
font payer aucun droit d'inscription pendant cette année blanche, d'autres
demandent des frais réduits, d'autres enfin font payer l'année universitaire
dans son intégralité.

"Sachant que l'année de césure correspond à une interruption de formation, on


peut s'interroger sur la légitimité du maintien des frais d'inscriptions", "ainsi
que de l'obligation de restitution de sa césure à son établissement." En outre, le
BNEI relève que "certains étudiants bénéficient également d'ECTS (European
credit transfert system – validation d'unité d'enseignement), ce qui est
contraire aux recommandations de la CTI (Commission des titres d'ingénieurs)."
Vérifiez donc bien la façon de procéder de votre école avant de vous lancer.
L'impact financier peut modifier votre décision d'effectuer une année de
césure.

Méfiez-vous des abus

Veillez à ce que votre mission et votre salaire s'accordent bien à votre niveau
d'études, le risque étant de se voir exploiter.

C'est ce qui est arrivé à Benoît, étudiant à Télécom École de management. Le


jeune homme, qui a opté pour une année de césure afin de l'aider de l'aider à
choisir sa spécialisation de troisième année, a vécu une mauvaise expérience. "Je
m'y suis pris un peu au dernier moment pour chercher mon stage. J'ai trouvé une
offre de 6 mois dans une petite entreprise qui a ouvert des fast-foods à
Londres. J'avais estimé qu'être dans une PME [petite et moyenne entreprise] en
développement me permettrait d'avoir plus de responsabilités. Mais c'est
l'inverse qui s'est produit, raconte-t-il. Je me suis retrouvé dans un stage très
mal payé et très peu enrichissant. Il fallait que je compte les sandwichs invendus
à la fin de la journée par exemple. Après en avoir discuté avec mon école, j'ai
décidé de mettre fin à cette expérience au bout de 2 mois." Benoît a retrouvé, 2
mois plus tard, un nouveau stage de 6 mois au sein de l'équipe finance d'Orange
à Londres : "Je m'éclate, confie l'étudiant. Ma mission principale : analyser
l'évolution du marché mobile multimédia. Une expérience qui correspond
vraiment à ma formation."
N'hésitez pas à négocier votre salaire

Si le salaire ne doit pas être la principale motivation d'une année de césure, il


peut quand même être intéressant de réussir à couvrir les frais engendrés par
ce "break" grâce à votre rémunération. La loi prévoit le versement d'une
gratification minimum de 508,20 € brut mensuel s'il s'agit d'un stage supérieur
à 2 mois. Sachez que certains arrivent à négocier jusqu'à 1.600 € brut, voire
plus.

Ne perdez pas le contact avec votre école

Dans la plupart des écoles de commerce et des écoles d'ingénieurs, les étudiants
peuvent s'appuyer sur un enseignant référent aussi baptisé tuteur. N'hésitez
pas à faire appel à lui par mails ou téléphone dès que vous avez une question.
Selon le BNEI, "il est indispensable de garder un lien avec l'école quelle que soit
son activité pendant la césure". En cas de litige, votre établissement peut vous
être d'une grande aide.

Ne négligez pas le retour

Au bout d'un an, vous devrez revenir sur les bancs de l'école. "Quand un jeune
prend une année sabbatique ou de césure, cela sera considéré comme une
suspension de son cycle universitaire, mais en aucune façon comme une rupture",
a déclaré François Hollande début mai 2015 lors du colloque "Être jeune en
2015", organisée au CESE (Conseil économique social et environnemental). Pour
autant, le retour n'est pas toujours facile à gérer après avoir pris goût à
l'autonomie.

Sachez que selon les établissements, vous pourrez avoir à rendre un bilan auprès
de votre administration qui peut prendre différentes formes : un rapport, une
soutenance orale, un blog… pour partager votre expérience de la césure. Là
encore, le BNEI remarque que "de la même manière que pour les frais de
scolarité, la possibilité de partir en année de césure étant un droit, il est
légitime de s'interroger sur la pertinence de rendre compte à son établissement
d'une expérience réalisée hors du cursus obligatoire n'ayant en principe aucun
lien avec la formation de l'école". Mais n'oubliez pas que 6 mois plus tard, vous
repartirez déjà en entreprise pour votre projet de fin d'études. Alors
patience...
NE VOUS EXPATRIEZ PAS TROP TÔT

En théorie, rien ne vous empêche de vous inscrire dès le bac dans n'importe
quelle université étrangère. Mais, en pratique, vous serez d'autant mieux
accueilli – et aurez généralement moins à payer – si vous avez déjà fait vos
preuves dans l'enseignement supérieur français. Ainsi, même si le programme
européen Erasmus est ouvert dès lors que vous avez effectué une année
d'études dans l'enseignement supérieur, les universités donnent la préférence à
ceux qui sont en première année de master – c'est leur dernière chance de
partir – puis aux étudiants de troisième année de licence. En langage
universitaire mondialisé, on parle de "undergraduate" (avant la licence) et de
"postgraduate" (le master). On retrouve sensiblement le même schéma dans les
grandes écoles. Les titulaires d'un BTS ou d'un DUT auront, quant à eux, du mal
à faire reconnaître un niveau bac+2 peu répandu.

PROFITEZ DU PROGRAMME ERASMUS

Dans le cadre d'Erasmus, les étudiants de tous les établissements


d'enseignement supérieur titulaires d'une charte Erasmus (y compris des lycées
proposant des BTS) peuvent se rendre dans près de trente pays européens. Ils
ne paient aucuns droits d'inscription supplémentaire et voient leur période prise
en compte pour l'obtention de leur diplôme par le biais de crédits ECTS. Avec
comme contrainte de ne pouvoir partir que dans les universités partenaires. Les
grandes écoles de commerce et d'ingénieurs ont, quant à elles, leurs propres
programmes d'échanges.

SÉRIEUX ET BON NIVEAU EN LANGUES REQUIS

Pour être sûres de la motivation et de la maturité de ceux qui seront leur porte-
drapeau, les universités sélectionnent les candidats sur dossier. "Nous ne
pouvons pas faire partir quelqu'un dont le comportement risquerait de mettre en
péril nos relations avec l'université partenaire, commente Anne Salles, en charge
de la coordination Erasmus pour la filière langues étrangères appliquées (LEA)
de Paris-IV La Sorbonne. La moindre des choses est d'être certain que les
candidats sont assidus en cours!" Une sélection d'autant plus nécessaire que les
places ne sont pas toujours suffisantes dans les universités partenaires,
notamment en Grande-Bretagne.

Le niveau en langues est alors déterminant. Dans le cadre d'un séjour Erasmus,
c'est à l'université du pays choisi de déterminer si votre niveau est suffisant.
Cela dit, si les universités britanniques demandent parfois de bons résultats aux
tests, histoire d'écrémer les candidatures, les autres pays sont plus indulgents,
notamment quand les cours sont dispensés en anglais. "Sur place, si vous devez
suivre les cours et rédiger dans la langue d'accueil, il est néanmoins possible
d'indiquer sur sa copie “étudiant Erasmus”, histoire d'être noté de façon plus
clémente sur sa maîtrise de la langue", conseille Anne Salles. Avant de partir,
pensez à demander si l'université d'accueil dispense des cours de langue aux
étudiants Erasmus.

PASSEZ UN AN MINIMUM DANS LE PAYS D'ACCUEIL

"Un an obligatoirement." Anne Salles est catégorique, c'est la durée minimale


pour progresser suffisamment en langue: "Et nous conseillons aux étudiants de
rester ensuite dans le pays pour y suivre un stage. C'est d'ailleurs souvent là
qu'ils progressent le plus car ils sont dans un environnement vraiment étranger".
Dans le cadre d'Erasmus, la durée des séjours peut théoriquement aller de trois
mois à un an. "Cela aurait été vraiment dommage de ne partir que six mois,
commente Anaïs Nedelka, étudiante nantaise, partie neuf mois à Valladolid, en
Espagne, dans le cadre de sa deuxième année de master. Les trois premiers
mois, je n'ai vraiment pas vu le temps passer tant j'avais de choses à assimiler;
c'est seulement après que j'ai vraiment profité de mon séjour."
RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES DOUBLES DIPLÔMES

Rien n'oblige l'université qui vous reçoit à vous accorder son diplôme. Même dans
le cadre des échanges d'étudiants membres de la CGE (Conférence des grandes
écoles), le pourcentage de doubles diplômes est inférieur à 16 %. Ce que
confirme par exemple Christine Legrand, directrice de la communication et des
relations entreprises de CPE, grande école d'ingénieurs lyonnaise: "Sur les 90
accords que nous avons, seuls seize sont de double diplôme. Dans les autres cas,
il est possible d'obtenir en plus le diplôme de l'université partenaire, mais
généralement en passant six mois de plus sur place." Avant de choisir une école,
renseignez-vous donc bien sur ses accords internationaux. À l'Inseec, école de
commerce présente à Paris et Bordeaux, "53 accords de doubles diplômes sont
ouverts aux étudiants, essentiellement des Masters of Science, dont la moitié
en Europe", commente Catherine Lespine, directrice générale du groupe, dont les
étudiants peuvent même partir en apprentissage à l'étranger. Pensez également
aux programmes Erasmus Mundus, qui permettent depuis la rentrée 2010
d'obtenir un double diplôme.

OPTEZ POUR LES CURSUS LES PLUS INTERNATIONAUX

Partir suivre une partie de son cursus à l'étranger est devenu la norme dans les
écoles de commerce ou les instituts d'études politiques. À Sciences Po Rennes
comme à l'ESG, grande école de commerce parisienne, la troisième année se
passe ainsi obligatoirement à l'étranger. "En tout, nos élèves peuvent partir
jusqu'à deux ans et demi et obtenir en plus un bachelor et un master dans les
universités partenaires", s'enthousiasme Armand Derhy, son directeur. À
l'Edhec de Lille et Nice, "les élèves partent bien sûr obligatoirement à
l'étranger, explique son directeur, Olivier Oger. La grande nouveauté est que,
depuis la dernière rentrée, tous nos cours sont en anglais à partir de la
deuxième année". Mais personne ne peut rivaliser sur ce plan avec ESCP Europe
et ses cinq campus (Berlin, Londres, Turin, Madrid et Paris), dont le master en
management a été classé premier dans le monde, en 2010, par le magazine
britannique "The Financial Times".
Cette volonté de faire partir les étudiants et de leur donner toujours plus de
cours en anglais trouve un peu moins d'écho dans les écoles d'ingénieurs, même
si la CTI (Commission des titres d'ingénieur) insiste sur la nécessité de
confronter les étudiants à l'internationalisation, que ce soit à l'étranger mais
aussi dans l'école même. "Nous obligeons tous nos étudiants à partir au moins
deux mois à l'étranger pour comprendre d'autres cultures", commente ainsi
Gérard Sanpité, directeur de l'Esiea, une école parisienne.

Si vous voulez absolument partir étudier à l'étranger dans le cadre de votre


cursus, renseignez-vous bien avant sur la qualité des universités partenaires –
vérifiez les labels qu'elles possèdent ou pas – que vous visez et sur ses
programmes d'échange. Cherchez bien, car il existe des pépites, comme cet
accord qui permet à un étudiant (un seul chaque année!) de Paris-I La Sorbonne
de passer une année de master à la New York University sans débourser un
centime.

PENSEZ AUX BOURSES ET AUTRES AIDES

Les bourses européennes les plus connues, Erasmus, sont dites d'"incitation" et
ne couvrent en aucun cas tous vos frais de déplacement et de logement
puisqu'elles sont plafonnées à environ 190 euros par mois. Attention à bien gérer
votre budget car elles sont versées en une seule fois au début du séjour. Leur
principal avantage est en fait de vous dispenser des frais de scolarité du pays
d'accueil. Un complément peut vous être ac--cordé par votre conseil régional
(jusqu'à 450 euros par mois dans les régions les plus généreuses), votre
université, voire votre conseil général (celui du Nord propose ainsi un
complément de 91 euros par mois sur critères sociaux). "En tout, je touchais 750
euros d'aide par mois entre Erasmus, la ville de Paris et la région", se félicite
Laelia Dard-Dacot, étudiante de La Sorbonne partie étudier en Suède. Car il
faut savoir qu'étudier à l'étranger a un prix, en frais de voyage bien sûr mais
aussi en coût de la vie. "Longtemps, les bourses ont même été plus élevées pour
ceux qui partaient dans les pays scandinaves. La solution est alors parfois de
prendre un petit boulot. À Londres, par exemple, c'est très facile", commente
Anne Salles.

Il existe nombre d'autres aides permettant de partir faire ses études dans le
monde entier. Pour le Royaume-Uni, il faut frapper à la porte du British Council ,
où vous trouverez, entre autres, des informations sur les bourses "Entente
cordiale", qui permettent de financer à hauteur de 10000 livres sterling (12500
euros) une année de master dans une université britannique. Pour ceux qui
rêvent du Nouveau Continent, la Commission franco-américaine – organisme privé
à but non lucratif – gère ainsi des bourses Fulbright tout en prodiguant quantité
d'informations et de conseils plus généraux.

GÉREZ BIEN LA QUESTION DU LOGEMENT

Tout dépend si vous allez à Londres ou… dans une petite ville espagnole. "À
Valladolid, mes amis partis les années précédentes m'avaient dit que je n'aurais
aucun mal à trouver un logement sur place. Et effectivement, il ne m'a fallu que
deux jours pour trouver une colocation avec une Française et une Espagnole. Le
tout pour seulement 130 euros par mois et sans avoir à verser de caution", se
souvient Anaïs Nedelka, que l'université avait hébergée la semaine de son
arrivée pour lui laisser le temps de chercher un logement. En revanche, à
Londres ou à Madrid, mieux vaut s'y prendre à l'avance! Sans compter des
problèmes de discipline dans certains pays. Ainsi, un étudiant parti en Corée du
Sud avait eu la mauvaise idée de faire venir une amie dans sa chambre, alors que
c'était formellement interdit. "Le lendemain matin, son camarade de chambre
japonais est allé le dénoncer. Le petit Français s'est retrouvé à la rue une heure
après", se souvient trop bien Armand Derhy.

DÉCOUVREZ DE NOUVELLES CULTURES


L'un des intérêts majeurs de l'expatriation est la découverte de processus
d'études très différents. "Suivre à la fois des cours de physique du solide et
d'histoire du Moyen Âge, voilà ce que vous pouvez faire à Oxford",
s'enthousiasme Jean-Hervé Lorenzi, professeur d'économie et président du
Cercle des économistes, devant les directeurs d'écoles d'ingénieurs réunis en
congrès. "Aux États-Unis, on peut vous donner cent pages à lire pour la semaine
suivante et le cours sera consacré à leur commentaire. Si elles n'ont pas été
lues, c'est un zéro pointé assuré. Là-bas, ce qui compte, c'est l'esprit critique,
les échanges, pas juste d'écouter un cours", commente de son côté Armand
Derhy.Alors, universités et écoles préparent sérieusement leurs futurs
expatriés. "Nos étudiants bénéficient d'une préparation linguistique et
culturelle à la mobilité par les professeurs des universités partenaires qui
viennent travailler chez nous", indique ainsi Yves Lecointe, président de
l'université de Nantes, championne 2009 pour le nombre d'étudiants partis dans
le cadre d'Erasmus.

Le problème est plutôt de faire rentrer les étudiants. "Quand je dirigeais le


programme Erasmus à l'université de Boulogne-sur-Mer, se souvient Anne Salles,
un étudiant sur deux qui partait en Allemagne ne revenait pas, parce qu'il y avait
trouvé l'amour. À tel point que des parents venaient me voir pour me convaincre
de dissuader leurs enfants de partir !"
Partir un an à l'étranger ... dès le lycée !

Quelles nécessités pour partir ?

Attention, tous les jeunes ne sont pas faits pour partir un an à l'étranger,
surtout dans des destinations lointaines où ils ne rentrent pas pour les vacances.
Il faut que votre enfant soit débrouillard, motivé, et assez mature, car les
premières semaines peuvent être compliquées.

Le jeune se retrouve déboussolé et perd ses repères, il doit donc être capable
de s'en construire de nouveaux, de s'adapter, s'intégrer. Il doit également
respecter la loi, les règles de son établissement, et celles de la famille d'accueil.
Tout cela doit être pris en compte par le jeune, les parents et l'organisme lors
de l'entretien.

Il faut aussi prendre en compte le fait que l'année à l'étranger ne compte pas
dans le cursus scolaire national. Autrement dit, l'enfant fait une sorte d'année «
sabbatique » d'un point de vue scolaire, car il devra reprendre son cursus en
France là où il s'était arrêté, puisque, souvent, il n'y a pas d'équivalence entre
les pays pour le secondaire. Prévoyez avec son établissement la réinscription de
votre enfant à son retour !

Si votre enfant n'est pas sûr de supporter un an d'absence, rien ne l'empêche


de faire séjours linguistiques durant les vacances, ou de passer le BAFA pour
travailler comme animateur à l'étranger. Il peut aussi partir au pair après son
Bac et pendant ses études universitaires, effectuer un séjour Erasmus ... les
opportunités de vivre à l'étranger ne manquent pas !

Cette expérience a un certain coût et nécessite une bonne préparation.


Cependant, un suivi régulier, ainsi que des aides financières et une bonne
capacité d'adaptation peuvent permettre au jeune de vivre une expérience
importante. En plus d'apprendre une langue, le jeune se fera de nombreux
contacts, et apprendra à se débrouiller par lui-même, à mûrir, à s'ouvrir aux
autres.

Alors, prêt à tenter l'aventure ?


Votre guide pour étudier à l’étranger dans les meilleures conditions

4.1 millions d’étudiants internationaux dans le monde, c’est le chiffre publié par
Campus France en Janvier 2016 pour présenter la mobilité internationale
d’aujourd’hui. Aujourd’hui, étudier à l’étranger est devenu plus qu’une tendance,
c’est un passage quasi-obligatoire pour de nombreux cursus qui vous amèneront
par la suite vers une carrière internationale. Les étudiants l’ont bien compris :
les formations multipliant les séjours à l’étranger se développent dans tous les
établissements français et étrangers.
Les études à l’étranger : aujourd’hui accessibles à tous les niveaux d’études

En effet, quel que soit votre niveau d’études, il est aujourd’hui possible de
trouver la formation qui vous convient vers la destination de votre choix. Si des
contraintes existent, nous sommes néanmoins capables de vous recommander les
programmes les plus adaptés à votre parcours, afin que vous poursuiviez de
manière fluide votre cursus à l’étranger, tout en assurant des équivalences en
France par la suite si nécessaire. Voici quelques exemples de parcours
académiques possibles que nous pouvons vous proposer :

Après le Bac : Vous pouvez partir à l’étranger dès l’obtention de votre


baccalauréat ! Il est possible de rejoindre des formations en deux, trois ou
quatre ans au sein d’une université ou d’un College au Canada ou aux États-Unis.
Ou bien rejoindre un « Bachelor’s Degree » en 3 ans sur l’ensemble des
destinations que nous proposons. L’ensemble de ces formations est parfaitement
reconnu en France, et il est tout à fait possible de continuer par la suite vos
études au sein d’une université française, ou bien rejoindre un « Master’s
Degree » à l’étranger dans le pays de votre choix !

Après un DUT/BTS : Grâce à nos partenariats avec les universités étrangères,


nous sommes capables de vous proposer de nombreuses passerelles afin
d’effectuer une troisième année de cursus à l’étranger pour compléter votre
formation professionnelle en deux ans. Il est ainsi possible de rejoindre
directement un « Bachelor’s Degree », afin de valider un diplôme international
de niveau Bac +3 dans une langue étrangère. C’est un parcours particulièrement
apprécié par les jurys des Grandes Écoles de Commerce et d’Ingénieur, ainsi que
les meilleures universités recrutant au niveau Master, car il montre une réelle
capacité à évoluer à l’international de manière indépendante. Une année d’études
à l’étranger après un BTS/DUT est donc un véritablement tremplin pour votre
parcours académique !
Après une Licence : Après votre cursus en France, vous souhaitez
internationaliser votre parcours académique à travers un « Master’s Degree » en
un ou deux ans à l’étranger ? C’est un excellent choix ! Nous proposons une
multitude de programmes disponibles partout dans le monde afin d’obtenir un
niveau Master très prisé des recruteurs. Nous offrons des solutions
d’excellence à travers les meilleures universités au monde, notamment
l’université de Melbourne en Australie ou encore l’université de Toronto au
Canada. C’est la garantie d’obtenir un diplôme de haut niveau reconnu par les
employeurs partout dans le monde.

Comment se déroulent les admissions à l’étranger à travers Study Experience ?

Afin de débuter le processus d’inscription pour étudier à l’étranger, Study


Experience va vous accompagner dans la réalisation de votre dossier à
destination des universités partout dans le monde. Chaque pays dispose de ses
spécificités et formalités, et nous vous conseillons pour réaliser un dossier
d’inscription adapté aux attentes de chaque établissement.

Autre passage indispensable, nous vous inscrivons à l’un des tests d’anglais
officiels (TOEFL / IELTS) afin d’évaluer votre niveau de langue et compléter
votre dossier d’inscription. Si nécessaire, nous saurons vous recommander les
formations adéquates pour atteindre le niveau d’anglais requis.

Pour plus d’informations, nous vous conseillons de consulter notre guide dédié au
processus d’admission à l’étranger à travers notre agence.

Quels pays proposons-nous pour partir étudier à l’étranger ?

A travers nos services, nous proposons 8 destinations variées pour partir


rejoindre un cursus à l’étranger. Pour chacune d’entre elles, plusieurs
partenariats avec des universités ont été mis en place afin de faciliter les
démarches et mieux connaître leurs attentes. Voici donc l’ensemble des
destinations qu’il est possible de rejoindre pour étudier à l’étranger à travers
nos services :

Étudier au Royaume-Uni : Que cela soit en Angleterre, au Pays de Galles ou en


Écosse, nous pouvons vous inscrire dans l’ensemble des établissements du
royaume quel que soit votre cursus. Avec plus d’une vingtaine d’universités
partenaires sur place et le soutien du British Council, nous sommes l’un des
meilleurs interlocuteurs en France pour partir faire ses études au Royaume-Uni.
Nous proposons également un accompagnement sur mesure pour les admissions
post bac via UCAS et pour l’admission dans les cursus très sélectifs de Oxford
et Cambridge.

Plus d’informations pour étudier au Royaume-Uni.

Étudier au Canada : Particulièrement apprécié des étudiants français, le Canada


propose des formations de niveau similaire aux USA que cela soit dans sa partie
anglophone ou francophone. Que vous souhaitiez rejoindre un cursus pour
quelques années, ou pour y vivre par la suite à vie, il est plus que recommandé de
faire vos études au Canada.

Plus d’informations pour étudier au Canada.

Étudier aux États-Unis : La destination phare des étudiants provenant du monde


entier, les universités américaines occupent les premières places des
classements mondiaux et attirent grâce à des formations prestigieuses,
couplées à des campus incroyables, et une vie étudiante sans comparaison.
Attention cependant au coût des études !

Plus d’informations pour étudier aux USA.

Étudier en Australie : Moins connue que les USA ou le Canada, l’Australie dispose
d’un système universitaire particulièrement valorisé dans le monde anglo-saxon,
avec des universités trustant les premières parties des classements mondiaux.
Nous proposons des partenariats avec des établissements faisant partie des 10
meilleurs du pays, garantissant une reconnaissance mondiale que cela soit pour
poursuivre vos études ou rejoindre une entreprise.

Plus d’informations pour étudier en Australie.

Étudier en Nouvelle-Zélande : Destination de plus en plus prisée, l’éducation


supérieure en Nouvelle-Zélande est particulièrement reconnue dans le monde.
Cela tombe plutôt bien, car nous disposons d’un partenariat avec la majorité des
universités du pays. Si vous souhaitez étudier en anglais à l’autre bout du monde,
c’est votre opportunité !

Plus d’informations pour étudier en Nouvelle-Zélande.


Étudier en Irlande : L’Irlande représente une excellente alternative au
Royaume-Uni pour les étudiants français souhaitant poursuivre un cursus
universitaire enseigné en anglais au sein de l’Europe. A travers notre partenaire,
le Griffith College Dublin, il est possible de rejoindre pendant un an le campus
irlandais afin de suivre des cours universitaires et vivre la vie étudiante
irlandaise.

Plus d’informations pour étudier en Irlande.