Vous êtes sur la page 1sur 13

VD&T – Analyse des tolérances 37

Le Dimensionnement et le Tolérancement 
Vectoriels VD&T : outil de CAO

Etude comparative entre GD&T et VD&T
Analyse des tolérances

Mohammed Radouani* — Abdelmjid Saka** — Michel Carrard***


*
Département Génie Mécanique & Structures, ENSAM de Meknès
Université My Imaïl, Marjane II, B.P. 4024 Beni M’Hamed,
Meknès, Maroc
radouani_m@yahoo.fr
**
Laboratoire CFAO, EST de Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abellah, Route d’immouzer, B.P. 2427,
Fès, Maroc
sakaa@hotmail.com
***
Laboratoire Génie Mécanique Productique Biomécanique,
IUT de Cachan, Université Parix XI
9, Av. Division Leclerc, B.P. 140, 94234 Cachan Cedex
michel.carrard@iut-cachan.u-psud.fr

RÉSUMÉ. Ce papier présente une nouvelle approche de l’analyse des tolérances, basée sur les
matrices de transformation homogènes, utilisant le tolérancement vectoriel dans le calcul des
chaînes minimales de cotes en tolérancement­3D. Cette méthode facile à exécuter, n'est pas
coûteuse en temps de calcul. 
ABSTRACT.   This   paper   focuses   on   a   new   approach   for   tolerance   analysis.   It   is   based   on
homogeneous  transformation matrix using  vectorial tolerancing for minimal chains in 3D­
tolerancing. This method is easy to use and is not expensive in computerised execution time.
MOTS­CLÉS  :   Dimensionnement,   Tolérancement   Géométrique,   Tolérancement   Vectoriel,
Analyse des Tolérances, Systèmes CAO et TAO.
KEY   WORDS:   Dimensioning,   Geometrical   Tolerancing,   Vectorial   Tolerancing,   Tolerance
Analysis, CAD and CAT systems.
38     APII­JESA – 34/2000. CPI'99

1. Introduction.

Le dimensionnement et le tolérancement géométriques (GD&T) sont


actuellement basés sur les standards ISO (fondamentalement ISO 286, ISO 1101,
ISO 8015, ISO 5459, etc.). Cependant, l’ambiguïté et l’absence d’une bonne
représentation mathématique des tolérances conventionnelles a encouragé
l’utilisation des descriptions vectorielles des zones de tolérance dans les systèmes de
tolérancement assisté par ordinateur (CAT).
Ce   travail   présente   la   nouvelle   approche   aux   spécifications   géométriques   du
produit  basée sur le concept  du dimensionnement  et  du tolérancement  vectoriels
(VD&T).   Une   étude   comparative   entre   les   deux   concepts   GD&T   et   VD&T   est
exposée dans la deuxième partie. La troisième partie décrit comment construire et
calculer   les   chaînes   minimales   de   cotes   en   tolérancement­3D,   par   une   approche
basée sur les matrices de transformation homogènes, en utilisant le tolérancement
vectoriel. 

2. Concept du dimensionnement et du tolérancement vectoriels.

L’origine du concept du VD&T vient du besoin d’une écriture des spécifications
qui est spécialement importante dans le traitement automatique de la géométrie de la
pièce   en   conception   et   fabrication   intégrées   par   ordinateur   de   telle   manière   que
l’interprétation de cette écriture soit unique. La structure du VD&T, basée sur la
notion des éléments de substitution, a été présentée dans [WIR 88, HEN 95].
Les   éléments   de   substitution   sont   des   caractéristiques   géométriques   idéales
imaginaires similaires aux caractéristiques nominales (plan, cylindre, sphère, cône et
tore). Ils sont définis par des vecteurs (vecteur de position, vecteur d’orientation et
dimensions) dans un système de coordonnées de substitution.
L’idée   du   VD&T   est   basée   sur   quelques   hypothèses   fondamentales
[ISO/TC/213/AG 3 N14, ISO/TC/213/AG 3 N16] : 
- La caractéristique est identifiée par la mesure de la surface réelle
et calculée à partir des points palpés en utilisant l’algorithme basé
sur la méthode de Gauss1 ;
­ Un   système   de   coordonnées   doit   être   affecté   pour   localiser   les   éléments   de
substitution par le moyen de quelques vecteurs ;
­ Les vecteurs séparés et indépendants déterminent la position et l’orientation des
éléments de substitution ; 

1
  La somme des carrés des défauts des points palpés, à partir de l’élément de substitution, est 
minimisée.
VD&T – Analyse des tolérances 39

­ La   dimension   de   quelques   éléments   de   substitution   peut   être   décrite   par   des


mesures scalaires ;
­ Des   symboles   spéciaux   et   un   tableau   sont   nécessaires   pour   désigner   le
dimensionnement et le tolérancement vectoriels dans le dessin technique.

La   figure   1   montre   un   exemple   du   VD&T.   Les   tolérances   de   position


s’appliquent   aux   points   spécifiés.   Les   tolérances   d’orientation   s’appliquent   aux
éléments   de   substitution.   L’axe   de   l’élément   de   substitution   N°.   1   n’a   pas   de
tolérance car il établit la direction x du système de coordonnées de la pièce.

Point spécifié de l'élément de substitution

Référence primaire 1 - 2+3 (Elément de Substitution et Point d'Intersection de Substitution)


Référence secondaire 1 (Elément de Substitution)
Référence tertiaire 2+3 (Point d'Intersection de Substitution)

Elément de Substitution N°: 1 2 3 4 5 6


Position Nominale x0 0 0 0 55 45 45
y0 0 35 35 0 35 35
z0 0 0 0 0 0 0
Défauts Limites  x - - - - - 0.1
y - 0.1 - 0.1 0.1 -
z - - - 0.1 0.1 -
Orientation Nominale Ex -1 -1 +1 +1 +1 -1
Ey 0 0 0 0 0 0
Ez 0 0 0 0 0 0
Défauts Limites  ex - - - - - -
 10-3 ey - 0.2 0.2 0.2 0.2 0.2
ez - 0.2 0.2 0.2 0.2 0.2
Etc.

Figure 1. Exemple du dimensionnement et du tolérancement vectoriels. [HEN 95]


40     APII­JESA – 34/2000. CPI'99

Pour   éclaircir   l’idée   du   VD&T,   il   est   nécessaire   de   noter   que   le   vecteur   de


position   réelle,   le   vecteur   d’orientation   réelle   et   la   dimension   réelle   décrivant
l’élément de substitution sont calculés à partir des points palpés de la caractéristique
géométrique     réelle   dans   le   système   de   coordonnées   supposé.   Quant   à   la   pièce
conçue, elle est composée des caractéristiques idéales définies par les vecteurs de
position   nominale,   les   vecteurs   d’orientation   nominale   et   par   les   dimensions
nominales, figure 2. 

tolérance de dimension

dimension réelle
vecteur unitaire
surface TR d'orientation
réelle nominale

Ra vecteur unitaire
d'orientation
réelle
Q eP
défaut du E y
vecteur de
position ePz Qa
P Ea eE

vecteur de défaut du
position Pa vecteur
nominale
eEz eEy d'orientation

vecteur de
position ePy
réelle

Elément de Position Orientation Dimension Forme


substitution Nominale Défauts Nominale Défauts Nominale Défauts Nominale Défauts
N°: limites limites limites limites
(mm) () (mm) () 0.001 ()
Px P y P z T Px T Py T Pz Ex E y E z TEx TEy TEz S (mm) H (mm) (mm)
1 ….. ….. ….. ….. ….. ….. Cyl. H …..

Figure  2. Le dessin et le tableau qui définissent le cylindre. [BIA 97]

Pratiquement, une géométrie de la pièce dans VD&T est décrite sur un dessin
technique   avec   un   système   de   coordonnées   affecté,   indiquant   les   éléments   de
substitution,   et   un   tableau.   Le   tableau   contient   les   valeurs   numériques   des
composantes   du   vecteur   de   position   nominale,   des   composantes   du   vecteur
d’orientation nominale, de la dimension nominale et leurs défauts limites.

3. Comparaison des deux systèmes (GD&T, VD&T).

Selon le standard ISO 10360, les dimensions, les distances et les défauts
d’orientation et de position sont associés aux éléments de substitution et non pas aux
VD&T – Analyse des tolérances 41

caractéristiques réelles qui présentent des défauts de forme. Ils doivent être
distingués des dimensions, des distances et des défauts selon ISO 8015, ISO 286,
ISO 1947 et ISO 1101.
Un exemple des différences entre les deux systèmes (conventionnel et vectoriel)
est illustré par la figure 3 qui montre une barre avec des trous. La barre a des défauts
de rectitude. Les distances locales réelles entre le bord et les centres des trous selon
ISO 8015 sont approximativement semblables dans toutes les positions. Cependant,
les distances des centres des trous à partir du plan de substitution sont complètement
différentes.

distance locale réelle


ISO 8015

distance de substitution
ISO 10360

Figure 3. Les distances locales réelles et les distances à partir du plan de


substitution.

4. Modèle d'analyse de tolérancement vectoriel.

4.1. Examen des travaux présentés.

Dernièrement, quelques travaux dans le domaine du calcul des


chaînes minimales de cotes en tolérancement-3D ont été publiés :
le modèle du "tolérancement cinématique" [RIV 93], [CLE 95]
montre le calcul des chaînes minimales de cotes en utilisant une
chaîne SATT2 et [BOU 95] utilise un torseur de petits déplacements
contenant les six degrés de liberté pour décrire les relations de
positionnement entre les surfaces.

4.2. Les systèmes de coordonnées. 

Une pièce est un objet solide limité par des surfaces. Ces surfaces ­ interfaces
entre la matière et son environnement ­ sont les caractéristiques de la pièce qui sont

2
 Surfaces Associées Technologiquement et Topologiquement 
42     APII­JESA – 34/2000. CPI'99

déterminées par   la   forme,   la   position,   l'orientation   et   la   dimension. Chaque


caractéristique est en relation de positionnement avec les autres caractéristiques de
la  même  pièce.   Cette  corrélation  entre   les caractéristiques  est   exprimée   dans un
système de coordonnées de la pièce : WCS. Par ailleurs, chaque caractéristique a son
propre système de coordonnées : FCS. Le FCS permet de décrire la position P et
l'orientation E de la caractéristique par rapport à WCS. 
P et E constituent le Vecteur dimension : Vd = (Px, Py, Pz, Ex, Ey, Ez). Ce vecteur
est   équivalent   à   une   matrice   de   transformation   homogène   Tr  qui   transforme
n’importe  quel  vecteur  donné  dans  le  FCS  en  un vecteur  correspondant  dans  le
WCS :

Tr =
 cosE z cosE y cosE sinE sinE - sinE cosE cosE sinE cosE  sinE sinE P 
 sinE cosE z y x z x z y x z x x

 z y sinE z sinE y sinE x  cosE z cosE x sinE z sinE y cosE x - cosE z sin E x Py

 - sinE cosE sinE cosE cosE P 
 
y y x y x z

 0 0 0 1 

En élargissant le raisonnement ci­dessus, il est possible de construire un vecteur
dimension et sa matrice de transformation homogène équivalente  qui exprime la
relation entre deux caractéristiques quelconques de la pièce. 

4.3. Vecteur Fonctionnel : VF (P, E) .

Durant le processus de conception, certaines conditions dans l'assemblage sont
décisives pour le fonctionnement total du mécanisme. Ces conditions sont nommées
Vecteurs  Fonctionnels VF  (P, E) dans le concept  du tolérancement  vectoriel. Les
tolérances fonctionnelles sont des tolérances sur les Vecteurs Fonctionnels. 
Un VF (P, E) exprime la relation de positionnement (position et orientation) entre
deux éléments géométriques sur deux pièces différentes. 

4.4.  Système de Coordonnées d'une Chaîne de Tolérances.

Le   VF  (P,   E)   et   ses   tolérances   doivent   être   décrits   dans   un   système   de


coordonnées  de la Chaîne de Tolérances : TCCS. Ce système de cordonnées  est
défini par le choix de l'une des deux surfaces terminales du V F  (P, E) comme base
définissant     la   direction   principale   et   l'origine.   La   relation     de   positionnement
exprime la position et l'orientation de l'autre surface terminale dans TCCS.
VD&T – Analyse des tolérances 43

4.5. Chaîne de tolérances.

La figure 5 montre un algorithme pour la construction d’une chaîne de tolérances
en utilisant le concept du dimensionnement et du tolérancement vectoriels.

4.6. Equation fondamentale. 

Tr    =  f (Tr 1, …, Tr i, …, Tr n).

L'équation   fondamentale   est   la   relation   mathématique   entre     la   tolérance


fonctionnelle et les tolérances sur chaque surface individuelle. En d’autres termes, la
tolérance fonctionnelle est une fonction de n paramètres de tolérance individuelle
dans la chaîne de tolérances.

Début

Identifier le VF (P, E)
(emplacement et type)

Construire le TCCS avec l'une des


surfaces qui forment le VF comme
base

Commencer avec l'une des surfaces 
du VF (P, E)

Passer à l'autre couple de surfaces 
fonctionnelles

Identifier le type de la liaison de 
chaîne

Passer à l'autre pièce du couple de 
surfaces fonctionnelles

Non
Chaîne 
fermée
Oui

Fin
44     APII­JESA – 34/2000. CPI'99

Figure  5. Algorithme de la construction d'une chaîne de tolérances.

La tolérance fonctionnelle est caractérisée, dans notre approche, par une matrice
de transformation homogène Tr avec six éléments indépendants (Px, Py, Pz, Ex, Ey et Ez).

 c Ez c Ey c Ez s Ey s Ex - s Ez c Ex c Ez s Ey c Ex  s Ez s Ex Px 
 
s Ez c Ey s Ez s Ey s Ex  c Ez c Ex s Ez s Ey c Ex - c Ez s Ex Py
Tr   
 - s Ey c Ey s Ex c Ey c Ex Pz 
 0 
 0 0 1 

Dans   l'analyse   fonctionnelle   géométrique,   la   tolérance   sur   la   cote   condition


fonctionnelle est égale à la somme des tolérances des cotes composant la chaîne de
cotes.   De   même,   dans   l'analyse   fonctionnelle   vectorielle,   la   contribution   à   la
tolérance fonctionnelle Tr  est exprimée à partir de chaque paramètre de tolérance
individuelle   Tri  (indépendante   de   tous   les   autres   paramètres   de   tolérance).   Dans
notre   approche,   cette   contribution   s'exprime   par   un   produit.   Ainsi,   L'équation
fondamentale est :
n
Tr    ( Tr i )
i 1
Ce produit ne change en rien l'esprit de l'analyse fonctionnelle géométrique qui
consiste,   comme   il   a   été   déjà   mentionné,   en   une   sommation   des   tolérances
constituant   la   chaîne   de   cotes.   En   effet,   ce   produit   garde   le   même   esprit   de
sommation sur chaque degré de liberté qui représente l'un des éléments indépendants
de la matrice de transformation homogène.

4.7. Exemple : Assemblage de deux pièces.

Cet   exemple   simple   illustre   l'analyse   de   tolérance   avec   le   tolérancement


vectoriel.   Il   se   compose   de   deux   pièces   identiques,   figure   6.   La   condition
fonctionnelle qui assure l'assemblage des pièces est la dimension X.

E
.
 P

X


TCCS x
VD&T – Analyse des tolérances 45

Figure 6. Vecteur Fonctionnel nominal VF (position : P, orientation : E).

4.7.1. Chaîne de tolérances.

L’application de l'algorithme figure 5 se présente comme suit :

1. Identification du Vecteur Fonctionnel, figure 7.
2. On commence avec la surface de base dans le TCCS : le plan le plus bas dans
l'assemblage. Cette surface est aussi la base dans WCS1 et elle est non tolérancée.

FCS2
Ez2

P2

 .
P2
Ez1

WCS2
FCS1
P1 

P1
y


x

TCCS
46     APII­JESA – 34/2000. CPI'99

Figure 7. Chaîne de tolérances.

3. La première  liaison de chaîne est la condition entre  les plans inférieur  et


supérieur de la pièce 1 et elle est représentée par les matrices de transformation
homogènes suivantes : 

géométrie nominale   défauts de position et d’orientation
 c  s 0 0   c Ez1  s Ez1 0 0 
s c 0 P1
 s c Ez1 0 P1

Tr 1       Tr 2   Ez1 
 0 0 1 0 
  0 0 1 0 
 0 0 0 1   0 0 0 1 

4. Le   couple   de   surfaces   d’appui   est   la   liaison  prochaine   dans   la   chaîne   de


tolérances. On suppose dans cette première approche qu'il n'y a pas de jeu entre les
surfaces et pas de défaut de forme, c'est­à­dire la contribution est 0.
5. D'une manière similaire on trouve la condition entre les plans inférieur et
supérieur de la pièce 2. Les matrices de transformation homogènes sont :

géométrie nominale   défauts de position et d’orientation
 c s 0 s  P2   c Ez2  s Ez2 0 0 
-s c 0 c  P2
 s c Ez2 0 P2

Tr 3                       Tr 4   Ez2 
 0   0 
0 0 1 0 0 0 1 0
 0 0 1   0 0 1 

6. Le   plan   supérieur   de   la   pièce   2   est   l'autre   surface   terminale   du   vecteur


Fonctionnel. Ainsi la chaîne est fermée.

4.7.2. Expression des résultats.
Le   Vecteur   Fonctionnel   nominal   peut   être   obtenu   à   partir   des   matrices   de
transformation homogènes Tr1  et Tr3 dues à la géométrie nominale :
VD&T – Analyse des tolérances 47

1 0 0 0 
0 1 0 P1  P2 
Tr n  =  Tr1  Tr3   Tr n  =   
0 0 1 0
0 
 0 0 1 

L’équation fondamentale résultante sera :

Tr    = Tr 1  Tr 2  Tr 3  Tr 4

 c Ez1 Ez2 - s Ez1 Ez2 0 - s Ez1 ( P2  P2 ) - s  P1 


s c Ez1 Ez2 0 c Ez1 ( P2  P2 )  c  P1  P1

Tr    Ez1 Ez2 
 0 0 1 0

 0 0 0 1 

5. Conclusion

Une théorie pour la construction et le calcul des chaînes minimales de cotes en
tolérancement vectoriel 3D à été décrite et explicitée sur un exemple simple. 
L’équation   fondamentale   est   la   relation   mathématique   entre   la   tolérance
fonctionnelle   et   chaque   tolérance   individuelle   de   la   chaîne   de   tolérances.   Cette
équation   a   été   modélisée   par   des   matrices   de   transformation   homogènes   qui
expriment   le   WCS   de   chaque   pièce   dans   un   système   de   coordonnées   commun,
TCCS.
Il  est   également   possible   de  prendre   en  compte   la  contribution  du  défaut   de
forme   qui   peut   être   déterminée   par   une   matrice   de   transformation   homogène
équivalente, exprimée dans FCS de la caractéristique considérée.
On peut noter également que l’écart entre zone de tolérance GD&T et zone de
tolérance   VD&T   est   très   sensible   au   choix   du   point   spécifié   sur   l’élément   de
substitution [RAD 99].
Si   cette   approche   par   les   matrices   de   transformation   homogènes   paraît
intéressante à différents points de vue, il subsiste cependant au nombreux aspects
qui doivent faire l’objet de développements : la prise en compte de surfaces d’appuis
multiples en est un exemple très important.  

Bibliographie
48     APII­JESA – 34/2000. CPI'99

[BIA 97] BIALAS S., HUMIENNY Z., KISZKA K. "Relations Between ISO 1101 Geometrical
Tolerances and Vectorial Tolerances - Conversion Problems", Proceedings of 5th CIRP
International Seminars on Computer Aided Tolerancing, Willey, Toronto, pp 37-48. 1997.
[BOU 95] BOURDET P., BALLOT E. "Geometrical Behavior Laws for Computer Aided
Tolerancing". Proceedings of the 4th CIRP Seminar on Computer Aided Tolerancing,
Tokyo, 1995.
[CLE 95] CLEMENT A., RIVIERE A., SERRE P. "A declerative information model for
functional requirements". Proceedings of the 4th CIRP Seminar on Computer Aided
Tolerancing, Tokyo, 1995.
[HEN 95] HENZOLD G. "Handbook of Geometrical Tolerancing. Design, Manufacturing and
Inspection". John Willey & Sons, Chichester. 1995.
[ISO 1101] Technical Drawings. Geometric Tolerancing. Tolerancing of From, Orientation,
Location and Run-Out. Generalities, Definitions, Symbols, Indications on Drawings.
1983.
[ISO/TC/213/AG 3 N14] Dimensioning and Tolerancing of Substitute Elements. Vectorial
Dimensioning and Tolerancing. Working draft, August 1996.
[ISO/TC/213/AG 3 N15] Converting Related Geometrical Tolerances of Plane into vectorial
System - Assessment of Orientation vector Components. ISO Document proposed by S.
BIALAS, 1996.
[ISO/TC/213/AG 3 N16] EXPRESS Definition of Vectorial Tolerancing in Product
Modelling. ISO Document proposed by K. MARTINSEN, 1996.
[MAR 95] MARTINSEN K. "Vectorial Tolerancing in Manifacturing Systems". Dr. Ing. Thesis.
Department for Production and Quality Engineering, Institute of Technology, University
of Trondheim. Norwegian. 1995.
[RAD 99] RADOUANI M., CARRARD M. "Etude comparative entre le Dimensionnement et le
Tolérancement Géométriques & Vectoriels – problèmes de conversion" DEA Production
Automatisée, LURPA ENS de Cachan. 1999.
[RIV 93] RIVEST L., FORTIN C. "Tolerance modelling for 3D analysis". Proceedings of the 3rd
CIRP Seminar on Computer Aided Tolerancing, Editions Eyrolles, Paris, 1993.
[WEB 98] WEBER C., BRITTEN W., THOME O. "Convertion of Geometrical Tolerances into
Vectorial Tolerance Representations – A major step towards Computer Aided
Tolerancing". International Design Conference – Design 98, Dubrovnik, May 19-22,
1998.
[WIR 88] WIRTZ  A., "Vektoriele   Tolerierung   zum   Qualitatssteurungen   in   mechanischen
Fertigung". Annals of the CIRP, vol. 37/1,pp. 493­498. 1988.

Biographie
VD&T – Analyse des tolérances 49

Mohammed Radouani est enseignant à l’ENSAM de Meknès. Il prépare actuellement une
thèse au sein du Laboratoire Universitaire de Recherche en Production Automatisée ­ ENS
de Cachan. Ses travaux portent sur le tolérancement des mécanismes selon les normes ISO.

Abdelmjid Saka est enseignant chercheur à l’EST de Fès. Il est actuellement en thèse au sein
de   l’UFR   Mécanique   de   la   FST   de   Fès.   Ses   activités   de   recherche   concernent   le
tolérancement vectoriel et les techniques de reconnaissance des entités.

Michel Carrard  est professeur d’université à l’IUT de Cachan. Il a introduit dès 1982 la
CAO à l’IUT de Cachan et est à l’origine d’un groupe qui a développé dans ce domaine des
actions de formation, de transfert (logiciel GMPCAD), de recherche. L’orientation recherche
est tournée vers les apports de l’outil CAO à la conception mécanique.