Vous êtes sur la page 1sur 8

A l’occasion de la Journée internationale des droits humains

AIDER LES DEFENSEUSES ET LES DEFENSEURS DES DROITS HUMAINS


A MIEUX LUTTER CONTRE TOUTES LES DISCRIMINATIONS

Allocution de Mme Sandrine Salerno,


Maire de Genève
Palais des Nations, salle XX : Alliance des civilisations

Madame la Haut-Commissaire,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Chères amies et chers amis,

Merci, très sincèrement ! Madame Pillay, de m’offrir la parole, en ce 10


décembre, pour la Journée internationale des droits de l’Homme.

C’est un honneur personnel que vous me faîtes, et j’en suis bien


consciente, de pouvoir parler ici, en mon nom propre et au nom des
autorités de Genève, pour honorer, dans l’enceinte même des Nations
Unies, les défenseurs et défenseuses des droits humains qui luttent contre
toutes les formes de discrimination.

***
Seule la version prononcée fait foi 1
Vous le savez, parce que vous êtes ici, Genève est, et veut rester, la
capitale mondiale des Droits de l’Homme. Notre ville vous est ouverte et
nous nous nourrissons de votre présence !

En tant que Ville hôte des Nations Unies, la Ville de Genève continuera
donc – en collaboration avec la Confédération suisse et le Canton – à
mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour offrir les meilleures
conditions cadres aux Organisations internationales, gouvernementales et
non gouvernementales, que celles-ci agissent directement ou indirectement
dans le champ des droits humains.

C’est notre devoir et notre intérêt si nous voulons contribuer de manière

décisive à la cause des droits humains et rester à la hauteur de nos

exigences morales et de notre réputation internationale.

***

Avant d’être élue à l’exécutif de la Ville de Genève, j’ai toujours été active

dans la défense des droits humains, notamment dans les domaines de

l’intégration des étrangères et des étrangers, dans la lutte contre la

xénophobie, le racisme et l’homophobie, mais aussi dans le combat pour

l’égalité entre les femmes les hommes, ainsi que dans le champ de la

solidarité internationale.

Comme un certain nombre de mes collègues, je considère le fait d’être élue

à la tête de la Ville de Genève, comme une opportunité et une

responsabilité toute particulières, pour continuer à assumer ma mission de

Seule la version prononcée fait foi 2


défenseuse des droits humains et de solidarité avec les militantes et les

militants des droits humains partout dans le monde.

Ainsi, parmi tout ce qui peut être entrepris dans le cadre de la gouvernance

mondiale des droits humains, défendre les défenseuses et les défenseurs

est une mission qui non seulement me tient, personnellement,

particulièrement à cœur, mais qui est également une priorité, depuis des

décennies, pour les autorités de la Ville de Genève, que je représente

devant vous aujourd’hui.

***

Dans ce début de XXIème siècle, plus de la moitié de la population

mondiale vit dans les villes. Ce sont aux villes et les métropoles qu’il revient

de gérer – avec d’ailleurs des moyens toujours plus limités en temps de

crise - , les conséquences désastreuses, sur les plans social et

environnemental, des dérèglements économiques et écologiques

planétaires.

Les Villes jouent un rôle fondamental, par exemple, dans la lutte contre la

discrimination envers les migrant-e-s, dans les politiques sociales de

proximité, ou dans les mesures à prendre pour garantir à la population un

environnement sain et sûr.

Seule la version prononcée fait foi 3


En d’autres termes, les villes sont toujours plus actives, seules ou dans des

réseaux de villes, pour la défense, sur le plan local, des trois générations

de droits humains.

Les réseaux de villes permettent en effet, sur le plan international, des

avancées plus pragmatiques que ce qu’autorisent les relations

diplomatiques entre Etats.

Les villes sont moins que les Etats contraintes par des considérations

diplomatiques, et leurs dirigeant-e-s sont souvent plus à même d’exprimer

leurs convictions morales et politiques, et de mettre en œuvre des

politiques immédiates et efficientes.

Ainsi, la Ville de Genève s’est donné notamment la mission non seulement

des garantir les droits humains sur le plan local, non seulement encore, de

travailler en coordination dans les réseaux de villes, mais également et

surtout, en tant que ville internationale, de contribuer à la gouvernance

mondiale des droits humains, en renforçant la société civile transnationale.

Dans ce domaine, depuis quelques années déjà, nous avons choisi l’option

de faciliter le travail et la visibilité des Organisations non gouvernementales

qui représentent non seulement les victimes des exactions, mais également

les défenseuses et les défenseurs des droits et les journalistes, reporters

ou cinéastes qui dénoncent les violations.

Seule la version prononcée fait foi 4


C’est dans cet esprit tout d’abord que nous avons renforcé, année après

année, notre collaboration avec la Fondation Martin Ennals, et que la Ville

de Genève co-organise désormais avec cette Fondation, la remise du Prix

Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l’Homme, décerné par les

Organisations non gouvernementales les plus importantes dans le

domaine.

C’est dans cet esprit encore que nous renforcerons notre collaboration avec

le Festival international de films pour les droits de l’Homme, qui

parallèlement à la session de mars du Conseil, offre aux Genevoises et

Genevois et à la communauté internationale présente à cette occasion,

l’opportunité de débattre autour de films et de reportages illustrant les

problématiques les plus déterminantes pour la sauvegarde des droits.

Car plus la société civile transnationale sera forte et organisée, plus les

Etats seront attentifs à respecter les textes qu’ils ont signés et plus les

citoyen-ne-s seront garanti-e-s dans leur droits.

La bonne gouvernance mondiale est à ce prix !

Les Etats ont le devoir de respecter le droit, mais il faut toujours quelqu’un-

e pour le leur rappeler, pour dénoncer les violations et pour renforcer les

cadres juridiques.

C’est ce que vous faites admirablement, Mesdames et Messieurs les

défenseuses et les défenseurs des droits humains, qui luttez


Seule la version prononcée fait foi 5
inlassablement, et souvent au péril de votre sécurité et de votre vie, contre

toutes les formes de discrimination.

Quel que soit votre domaine d’action, vous vous engagez de manière

pragmatique dans la défense du droit ou dans l’assistance d’urgence,

médicale ou sociale, et vous demandez également parallèlement que les

responsables soient jugé-e-s et condamné-e-s et que les victimes

obtiennent réparation.

***

En s’institutionnalisant à Genève, d’année en année, par le renforcement

notamment du Haut Commissariat, de la Commission, puis du Conseil des

Droits de l’Homme de l’ONU, la question des droits humains est devenue

partie prenante de la gouvernance mondiale contemporaine.

Ce n’est pas peu, il faut en convenir ! Mais ce n’est pas suffisant, et vous,

défenseuses et défenseurs des droits humains, avez raison de nous le

rappeler avec constance !

Votre combat est difficile et parfois vous êtes atteint-e-s par le

découragement.

Bien sûr nous attendions davantage du Conseil des droits de l’Homme de

l’ONU et nous sommes parfois consterné-e-s par la mauvaise volonté de

trop nombreux Etats et gouvernements à transformer le droit en action.

Seule la version prononcée fait foi 6


Mais, j’aimerais aussi partager avec vous la conviction que, depuis vingt-

cinq ans au moins, nous avons opéré des avancées importantes et

décisives dans notre lutte contre toutes les discriminations ! Et qu’il est de

notre devoir de ne pas céder à la lassitude !

Je suis, bien sûr, tout à fait consciente des risques que représentent les

reculs actuels dans de nombreux domaines, comme l’interdiction de la

torture par exemple, ou la persistance, voire même la recrudescence, des

discriminations portant sur le sexe, la religion ou l’orientation sexuelle, ou

encore les restrictions vis-à-vis de la liberté d’expression.

Mais, j’aimerais vous prier – solennellement aujourd’hui au nom de la Ville

de Genève - de ne pas vous décourager et de poursuivre votre mission

avec la même ardeur, avec la même ténacité, avec la même

détermination !

***

Madame la Haut-Commissaire,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Chères amies défenseuses et chers amis défenseurs des droits humains,

Votre combat est le nôtre.

Seule la version prononcée fait foi 7


La Ville de Genève est, depuis très longtemps, à vos côtés et compte bien

y rester !

Et tant que j’assumerai des responsabilités politiques dans cette ville, vous

pourrez compter sur mon soutien modeste, mais indéfectible !

Je vous remercie.

Sandrine Salerno
Maire de la Ville de Genève

Seule la version prononcée fait foi 8