Vous êtes sur la page 1sur 5

FISA CURSULUI / COURSE OUTLINE / FICHE DU COURS

2016/2017

Titlul cursului / Course title / Intitulé du cours :

LA POLITIQUE EXTERIEURE ET DE SECURITE COMMUNE DE L’UNION EUROPEENNE

Tipul cursului / Course type / Type du cours : obligatoriu / compulsory / obligatoire


opţional / elective / optionnel
facultativ / voluntary / facultatif

Numele şi prenumele responsabilului de curs / Name of the person in charge of the class / Nom et
prénom du responsable de cours : Bogdana PETRICA

Gradul didactic / Academic title / Titre académique : Conf. dr.

Semestrul / Semester / Semestrul I II

Descriere sintetică a cursului / Brief description of the course / Description synthétique du


cours

L’Union européenne (UE) rayonne dans le monde surtout à travers sa politique extérieure et de sécurité
commune (PESC), partie intégrante de son action extérieure. Héritière de la coopération politique instituée à
partir de 1970 entre les États membres de la Communauté économique européenne (CEE), la Politique étrangère
et de sécurité commune a pris, depuis l’entrée en vigueur du traité de Maastricht, en novembre 1993, une
dimension croissante dans l’action extérieure de l'Union européenne. L’Union doit pouvoir peser sur les affaires
du monde, à la mesure de son poids économique et commercial, de son rayonnement culturel, de son aide au
développement à de nombreux pays. C’est ainsi qu’elle contribuera à renforcer la paix dans un monde
multipolaire respectueux de la diversité. Mais cette politique étrangère et de sécurité commune est jeune et
souvent méconnue.
La PESC est une matière en pleine évolution, gagnant progressivement en substance. L’expérience
concrète de sa mise en œuvre montre aussi la double dimension des enjeux : la dimension institutionnelle est
importante mais ne résume pas tout. En d’autres termes, c'est la volonté politique qui est toujours déterminante.
Elle doit pouvoir s'appuyer sur une mécanique efficace. Mais, sans volonté politique, les meilleures institutions
européennes dont elle pourrait se doter resteraient lettre morte. Dans ce domaine, peut-être encore plus que dans
d’autres, l’équation européenne est composée de deux paramètres indissociables : des institutions et un projet.

Bibliografie generală / References / Bibliographie générale

Traités ou manuels :
ISAAC, G., Droit communautaire général, Armand Colin, 2007
RIDEAU, J., Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, LGDJ, 2e, éd., 2004.
BOULOUIS, J., Droit institutionnel de l’Union Européenne, Montchrestien, 6e éd., 2004.
CARTOU, L., L’Union européenne. Traités de Paris, Rome, Maastricht, Dalloz, 2e éd., 2004.
MANIN, P., Les Communautés européennes – L’Union européenne, Pédone, 3e éd., 2004.
Répertoires et commentaires :
BARAV, A. et PHILIP, C., Dictionnaire juridique des Communautés européennes, PUF, 1993.
BOULOUIS, J. et CHEVALIER, R.M., Recueil des grands arrêts de la Cour de Justice des
Communautés européennes, tome I, Dalloz, 6e éd. 1994
DUBUIS L., GUEYDAN, C., Grands textes de droit communautaire et de l’Union européenne, Dalloz,
5e, éd. 1999.
CONSTANTINESCO, V. (sous la direction de), Traité instituant la CEE Commentaire article par
article, Economica, 1992, et Traité sur l’Union européenne, Commentaire article par article, Economica, 1995.

Revues spécialisées (de langue française) :


Cahiers de droit européen, revue bimestrielle, Bruxelles, depuis 1965.
Revue des affaires européennes, depuis 1991.
Revue du Marché Commun et de l’Union Européenne, revue mensuelle depuis 1958.
Revue du Marché unique européen, trimestrielle, depuis 1991.
Revue trimestrielle de droit européen, depuis 1965.

Documentation des institutions communautaires :


Bulletin des Communautés européennes devenu Bulletin de l’Union européenne, Commission des
Communautés, mensuel plus suppléments irréguliers.
CELEX (système interinstitutionnel de documentation automatisée pour le droit communautaire),
Commission des Communautés. Ce système informatique est devenu désormais accessible sur internet, via le
serveur interinstitutionnel Europa ; adresse : http://www.europa.eu.int/)
Journal Officiel des Communautés Européennes (JOCE) : série L (législation), C (communication),
annexe (débats du Parlement Européen).
* EUROPA : http://europa.eu.int/index_fr.htm : portail d'accès aux sites institutionnels communautaires,
piloté par un comité éditorial inter-institutionnel et géré par la Direction Générale Presse de la Commission
européenne.* Commission européenne : http://europa.eu.int/comm/index_fr.htm : créé et animé par le Service
Presse et communication chargé de l'information, c'est le site des Directions Générales, des Représentations et
Délégations de la Commission européenne dans les pays européens et les pays tiers.* Parlement européen :
http://www.europarl.eu.int/ : comptes rendus de sessions, annuaire des députés, questions parlementaires, études
du Parlement européen.* Conseil de l'Union européenne : http://ue.eu.int : comptes rendus des derniers
Conseils de l'Union européenne indiquant les textes adoptés ou en débat :
http://ue.eu.int/newsroom/NewMain.asp?LANG=2
Présidences de l'Union européenne : http://ue.eu.int/fr/presid.htm * Médiateur européen : http://www.euro-
ombudsman.eu.int/ : formulaire de plainte, rapports* Cour de justice européenne (CJCE) : http://curia.eu.int*
Cour des comptes européenne : http://www.eca.eu.int* Comité économique et social européen (CESE) :
http://www.ces.eu.int* Comité des régions (CdR) : http://www.cor.eu.int* Banque centrale européenne
(BCE) : http://www.ecb.int* Banque européenne d'investissement (BEI) : http://www.bei.org* Office
européen de lutte anti-fraude (OLAF) : http://europa.eu.int/comm/anti_fraud/index_fr.html

Forme şi criterii de evaluare / Requirements and evaluation / Formes et critères d’évaluation

Elaborarea si prezentarea unei lucrari de seminar de catre studenti organizati în grupe si teste
periodice la sfârsitul fiecarei mari teme studiate, precum si prezenta la curs si participarea la seminarii
constituie conditii indispensabile prezentarii la examenul scris care constituie evaluarea finala si nota
obtinuta la acesta va fi nota finala.

NOTA :
Studenţii sunt obligaţi să cunoască politica de probitate intelectuală a Facultăţii: plagiatul, copiatul, înşelătoria,
multipla utilizare a unui referat, recursul nemărturisit la surse bibliografice sau la internet vor conduce la anularea
notei şi a creditelor alocate cursului.
Students should be aware of the Department’s policy of academic integrity: cheating, falsification, forgery, multiple
submission, plagiarism, complicity and computer misuse will result in the invalidation of both grade and credits
Les étudiants sont tenus connaître la politique de la Faculté en matière d’honnêteté intellectuelle : le plagiat, la
contrefaçon, le dépôt multiple des travaux, la falsification, le recours inavoué aux sources bibliographiques et à
l’Internet entraînent l’annulation des crédits et de la note du cours.

Programul cursurilor / Courses outline / Programme des séances :

Les origines et la création de la PESC


Saptamâna 1
1. La Coopération politique européenne (CPE) a fonctionné durant plus de vingt ans, de
manière pragmatique mais substantielle, en dehors du cadre communautaire. Les principales étapes de
sa construction ont été les suivantes :le rapport Davignon rapport de Copenhague (juillet 1973), le
Sommet de Paris (décembre 1974) le rapport de Londres (octobre 1981), le Titre III de l'Acte unique
européen.
2. Le Traité sur l'Union européenne (Traité de Maastricht) est à la fois l’aboutissement
logique des vingt années de Coopération politique européenne et une étape résolument nouvelle et
ambitieuse. Le traité de Maastricht institue à cette fin, dans un cadre institutionnel unique ("l'Union
européenne"), une structure fondée sur trois piliers. La politique étrangère et de sécurité commune
(PESC) constitue le "deuxième pilier" de cet édifice.

Le développement de la PESC
Saptamâna 2
3. Les principaux apports du traité d’Amsterdam en matière de PESC sont les suivants : En
plus de l'institution d'un mécanisme d'abstention constructive, le nouveau processus de décision fait une
plus grande place à la majorité qualifiée : il est créé à cette fin un nouvel instrument, la stratégie
commune. Le traité institue un Haut représentant pour la PESC qui bénéficie de l’appui d’un outil
d’analyse et de prévision: l'Unité de planification de la politique et d'alerte rapide, à présent appelée
Unité politique, qui doit permettre de renforcer en amont la cohérence de l’action extérieure de l’Union.
4. Les modifications introduites par le Traité de Nice. Les principales modifications
introduites par le traité de Nice dans le domaine de la PESC sont les suivantes : a) L’inscription dans le
Traité du Comité politique et de sécurité b) L’introduction des coopérations renforcées dans le
deuxième pilier c) L'extension du recours au vote à la majorité qualifiée d) La prise en compte des
évolutions enregistrées dans le domaine de la défense européenne

Le fonctionnement de la PESC. Les institutions et organes de la PESC.


Saptamâna 3
Le TUE maintient la distinction entre la PESC (deuxième pilier) et les relations extérieures de
la Communauté (premier pilier) mais la cohérence de l'action extérieure de l'Union est partiellement
assurée par le cadre institutionnel unique. On peut distinguer les institutions communes aux trois piliers
des organes et des instruments spécifiques à la PESC. 1. Les institutions et organes de la PESC : a) Les
institutions communes aux trois piliers : b) Les organes et outils spécifiques à la PESC.

Le fonctionnement de la PESC. Les instruments de la PESC.


Saptamâna 4
Pour agir sur la scène internationale, l'Union européenne peut prendre un certain nombre
d’initiatives de nature politique ou juridique : a) Arrêter des positions communes b) Engager des actions
communes c) Adopter une stratégie commune d) Exprimer publiquement ses positions e) Effectuer des
démarches auprès des gouvernements étrangers f) Entretenir un dialogue politique avec d'autres États ou
groupements régionaux g) Agir sur le terrain h) Mobiliser des moyens financiers en appui de sa
diplomatie i) Les règles de vote

La Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD)


Saptamâna 5
1. La Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD) : a) La construction de l’Europe
de la sécurité et de la défense b) Les développements récents 2. Les opérations de la PESD : a)
Opérations militaires ( Opération « Concordia » en Macédoine, Opération « Artémis » en République
démocratique du Congo, etc.) b) Missions de police ( « MPUE » en Bosnie, « Proxima » en Macédoine
« EUPOL Kinshasa » en République Démocratique du Congo, etc.), c) Autres opérations civiles ( «
Thémis » en Géorgie, « EUJUST LEX » en Iraq)

Europe des armées ou Europe désarmée ?


Saptamâna 6
Face à la puissance militaire américaine, quelle défense pour une Europe indépendante et libre de ses
choix ? Les européens ont attendu cinquante ans pour se décider enfin à mettre en commun des forces militaires
afin de pouvoir mener des opérations de gestion de crises. On ne peut malgré cela toujours pas parler d’une
défense européenne mais d’une Europe des armées mettant des moyens militaires nationaux à la disposition de
l’Union Européenne. Pour parvenir à une véritable défense européenne, le chemin à parcourir est encore long et
parsemé de nombreux obstacles à la fois culturels et politiques.

Le développement d’une approche globale pour faire face aux enjeux de sécurité.
Saptamâna 7
La stratégie européenne de sécurité (SES), dont l’adoption d’une stratégie européenne de
lutte contre la prolifération, en décembre 2003, en a déjà constitué un premier point d’application
pratique. La promotion d’un environnement international stable, en intégrant les préoccupations de
non-prolifération aux différents volets de l’action de l’Union et en participant aux actions
internationales de réduction de la menace. La coopération avec les partenaires clé de l’Union, au
travers du développement, du suivi et de la coordination d’initiatives conjointes.
L’UE a renforcé la mobilisation de ses moyens PESC/PESD depuis le 11 septembre 2001,
pour faire face au nouveau défi de la lutte contre le terrorisme global. L'UE a multiplié les actions
diplomatiques pour, notamment, promouvoir les instruments multilatéraux de lutte contre le terrorisme.
Depuis le 11 septembre, plusieurs actions ont été menées dans le cadre du deuxième et du troisième
pilier. A la suite des attentats de Madrid du 11 mars 2004, l’UE s’est mobilisée pour renforcer encore
davantage son action et adopter une approche globale et coordonnée.

Les perspectives ouvertes par le Traité de Lisbonne


Saptamâna 8
La Constitution européenne fournit le cadre juridique et institutionnel d’une politique étrangère
plus cohérente, plus visible et plus efficace. Parmi les changements apportés par le traité constitutionnel
on retrouve la fusion des traités, la création du ministre des affaires étrangères de l’Union européenne,
la création d’un service européen pour l’action extérieure, l’extension des missions de la PESD, la
reconnaissance d’un principe d’assistance entre Etats membres, les coopérations renforcées et la
coopération.

L’adaptation à l'élargissement
Saptamâna 9
L’élargissement de l’Union à 12 nouveaux Etats en 2004 et 2007 était une chance pour
l’Europe, dont le poids sur la scène internationale est ainsi renforcé. La PESC, comme l’ensemble de la
construction européenne, doit cependant relever les défis que représente cet élargissement : la PESC est
une construction récente, en pleine évolution et à laquelle les fondateurs de l’Europe eux- mêmes
doivent encore s’habituer ; son fonctionnement de type intergouvernemental, et notamment le recours
(en règle générale) à l’unanimité, sont déjà une source de lourdeur ; les pays d’Europe centrale et
orientale, séparés de l’Europe occidentale pendant quarante ans, doivent se familiariser avec les
politiques étrangères de leurs partenaires et acquérir le réflexe de la concertation que ceux-ci ont pu
assimiler en plusieurs décennies.

Les relations extérieures de la Communauté européenne et la Politique étrangère et de sécurité


commune de l’Union européenne
Saptamâna 10
Les relations extérieures de la Communauté européenne qui datent des premières années
d’existence de celle-ci ne doivent pas se confondre avec la politique étrangère de l’UE, instituée par le
traité de Maastricht, qui relève plus de la coopération intergouvernementale que de la procédure
communautaire. Comme il a été expliqué la PESC dépend d’une procédure de prise de décision spéciale
tandis que les relations extérieures de la Communauté, imbriquées comme elles sont avec la politique
commerciale commune et avec la politique communautaire de l’aide au développement, délimitent en
quelques sorte le terrain de la future politique étrangère commune.
Les relations que la Communauté européenne a déjà établis avec un grand nombre de pays dans
le monde sont à l’origine économiques ou commerciales mais elles se sont déjà infiltrées dans le
domaine purement politique ; c’est le cas notamment des relations avec les PECO. Il est intéressant de
distinguer les décisions concernant les affaires étrangères prises avec la procédure de la PESC de celles
prises avec la procédure communautaire des relations extérieures. Autrement dit il est intéressant de
voir où s’arrête le domaine extérieur de la Communauté européenne et ou commence celui de l’Union
européenne.

L’Union européenne, acteur international ?


Bosnie, Kosovo, Irak, autant de conflits synonymes d’échecs de l’Europe sur la scène
internationale… Ceux-ci ne disqualifient portant pas l’Union européenne comme acteur international.
La politique étrangère européenne, en constante reforme institutionnelle, intégrant droits de l’Homme et
action humanitaire est en pleine transformation. D’autant qu’elle prend désormais appui sur une défense
européenne naissante. L’Europe s’affirme par ailleurs comme un acteur global dans la régulation de la
mondialisation : rôle décisif à l’OMC, défense du modèle agricole européen, de l’exception culturelle,
du protocole de Kyoto. Enfin, l’UE démultiplie son influence à travers le réseau de coopération
mondiale qu’elle a établi avec les grandes puissances (Etats unis, Russie, Chine). L’UE est ainsi
devenue un acteur international aux multiples facettes, susceptible, si elle surmonte ses défis actuels
(élargissement, Constitution, défense européenne) de devenir une puissance internationale d’un nouveau
type.

Saptamâna 11
L’Union européenne et les Etats Unis

Saptamâna 12
L’Union européenne et la Russie

Saptamâna 13
L’Union européenne et la Chine

Saptamâna 14
L’Union européenne et les pays en voie de développement