Vous êtes sur la page 1sur 187

1

LES 3 N ET LES CHATS BIRMANS par Roberte ARMAND
QUAND on s'attend à être reçu par une amie accueillante dans une confortable villa, c'est bien désagréable de trouver porte close, surtout s'il pleut et ue la nuit tombe!!! "'est ce ui arrive au# $ N ui, en compagnie de %lle &ic'e et du c'ien (ercule, s'apprêtaient à passer de paisibles vacances! %ais à uel ue c'ose mal'eur est bon ) cet incident sera pour les $ N le début d'une aventure o* leur astuce et leur ténacité feront merveille, face à deu# énigmati ues c'ats birmans!!!

+

,érie les
-! --! ---! -5! 5! 5-! 5--! 5---! -8! 8! 8-! 8--! 8---! 8-5! .es $N et les voleurs d/images 1011 23 .es $N et la maison brulée 101+ 24 .es $N et l/étrange voisin101+ 20 .es $N et les 6umelles 101+ 11 .es $N et le c'ien 6aune 101$ 2$ .es $N et le bouton d/argent 101$ 12 .es $N et la pêc'e miraculeuse 1014 27 .es $N et l/épouvantail 1017 2$ .es $N tendent un pi9ge 1017 2: .es $N et le puits 'anté 1013 24 .es $N sont sur la voie 1011 2: .es $N et les trois c;gnes 101: 23 .es $N et le serpent p;t'on 1010 21 .es $N et les c'ats birmans 1010 12

$

ROBERTE ARMAND

LES

ET LES CHATS BIRMANS
ILLUSTRATIONS DE HENRIETTE MUNIÉRE

HACHETTE

4

TABLE
-! --! ---! -5! 5! 5-! 5--! 5---! -8! 8! 8-! 8--! 8---! 8-5! 85! 85-! .a maison au bord de l'étang .a cabane .es c'ats Une découverte .e monstre du lac Des p'otos .e rêve de Nat'alie Une partie de ballon All<, all<= .a bouteille A .amurac .a maison de repos >évélations .e troisi9me c'at .e balcon Un go?ter au 6ardin 3 10 $2 41 74 34 17 :1 00 121 11: 1+1 142 17$ 137 117

7

CHAPITRE PREMIER La maison au bord de l !"an# son sac t;rolien sur le dos, son c'ien (ercule sur les talons, 6aillit de la petite gare de .amurac à la vitesse d'un train e#press! .es enfants >enaud la suivaient, tout aussi c'argés! .a vieille demoiselle se dirigea vers une maisonnette ui faisait face à la gare! An pouvait ; lire, en grosses lettres noires) SER$ICE DES CARS
%..@ &-"(@,

3

.a porte s'ouvrit brus uement sous la poussée de l'arrivante, ce ui fit sursauter un emplo;é 6oufflu et moustac'u, ui paraissait somnoler derri9re son guic'et! B ,'il vous plaCt, monsieur, uatre billets pour le car de %ireval D, demanda %lle &ic'e avec autorité! .'emplo;é ouvrit des ;eu# étonnés! B %ais!!! il est parti depuis une demiE'eure ce car= D s'e#clamaEtEil! -l a6outa, désignant une 'orloge murale ui mar uait 1: ' $7 ) B .e départ était pour si# 'eures! D Un triple B A'= D retentit derri9re le dos de la vieille demoiselle ) c'étaient les Frois N ui e#primaient ainsi leur déception! .es Frois NG Frois enfants ui utilisaient ce BcodeD pour se désigner entré eu#, leurs prénoms commençant tous par la lettre B N D ) NoHl, Nicolas, Nat'alie! Un trio tr9s uni, dont les membres étaient pourtant fort dissemblables! NoHl, ui avait douIe ans, était le cousin des deu# autres!!! pres ue leur fr9re depuis ue, devenu orp'elin, il avait été adopté par %! et %me >enaud! Jrand, blond, mince et tran uille, il savait faire régner la pai# entre Nicolas, Kdit NicLM onIe ans, brun et turbulent et sa sNur Nat'alie, Ogée de neuf ans, ui avait une figure poupine et des ;eu# bleus malicieu# sous sa frange de c'eveu# clairs!

1

"ependant %lle &ic'e poursuivait son interrogatoire! B @t le proc'ain car, à uelle 'eure partEilG P ,amedi matin, sept 'eures! D Ar on était un mercredi! B Quoi= rugit la vieille demoiselle en donnant sur le comptoir un coup de poing ui ébranla uel ues tampons encreurs et fit crouler une pile d''oraires, vous n'alleI pas me dire ue ce village o* nous nous rendons n'est desservi ue deu# fois par semaineG "'est insupportable, inadmissible, scandaleu#= KA c'a ue ad6ectif, sa voi# montait d'un ton!M P Que vouleIEvous, ma bonne dame= "e car, il ne travaille ue les 6ours de marc'é! P Qe vois= laissa tomber la B bonne dame D d'un ton cinglant! 5otre .amurac n'est u'un trou perdu= D Ruis elle tourna les talons, laissant l'emplo;é du car éberlué et incapable de riposter! .es Frois N la suivirent, un peu gênés de cette B sortie D ui était pourtant bien dans la mani9re de leur vieille amie, par ailleurs la plus gentille personne de la terre! "elleEci se dirigea vers une anti ue "itroHn rangée devant la gare et portant le mot B ta#i D à l'avant du toit! @lle avait le capot soulevé, et un 'omme était en train de fourrager dans le moteur! B RouveIEvous nous emmener à %ireval, ces enfants et moiG D demanda %lle &ic'e!

:

.''omme se releva, montrant un visage cramoisi et des mains enduites de graisse! B Sa ne serait pas de refus, réponditEil, mais vous vo;eI bien ue 6e suis en panne= P Alors, ditesEmoi s'il ; a d'autres ta#is! P Deu# en tout, mais mon coll9gue est parti pour une longue course! ,avoir uand il reviendra=!!! D ,ur ce, il se replongea dans son moteur, et la vieille demoiselle fit volteEface, plus ulcérée ue 6amais! Quant au# Frois N, ils étaient en proie à la consternation! @t c'est dans un silence accablé ue les uatre vo;ageurs se laiss9rent bient<t tomber sur un banc, dans un petit s uare proc'e de la gare! B Décidément, au6ourd''ui tout va mal= grogna NicL! P .e fait est ue nous 6ouons de malc'ance, approuva NoHl! D'abord ce premier train ui s'arrête plus d'une 'eure en rase campagne, on ne sait pour uoi!!! P !!! et ui nous fait rater la correspondance, reprit son cousin! .e deu#i9me u'il a fallu attendre!!! .e car ui, lui, ne nous a pas attendus, et, pour finir, pas même un ta#i! Nous voilà frais= P Qe le voudrais bien, moi, être frais= plaisanta l'aCné du trio en épongeant son front moite! Quelle c'aleur= D .e fait est ue cette 6ournée de 6uillet se montrait encore lourde et orageuse à l'approc'e du crépuscule!

0

B Alors, u'estEce u'on va faireG demanda Nat'alie d'une petite voi# éplorée! "'est encore loin, ce village o* nous allonsG P AnIe Lilom9tres D, répondit %lle &ic'e d'un air sombre! %ais, une minute plus tard, elle sautait sur ses pieds avec entrain et déclarait avec un grand sourire ) B -nutile de nous lamenter ) ne sommesEnous pas des sportifs, vous et moiG T 5ous surtout D, marmonna la petite fille in ui9te en se rappelant à uel point la culture p';si ue était le dada favori de la vieille demoiselle! @lle a6outa avec appré'ension ) B 5ous vouleI dire ue!!! u'on va les faire à pied, tous ces Lilom9tresG P Rour uoi pasG P AnIe Lilom9tres à pied, ça use, ça use!!! c'antonna NicL d'une voi# de fausset! P ReutEêtre bien ue nous pourrons faire de l'autoE stopG D supposa NoHl! "'était plut<t pour encourager sa cousine, car il n'espérait gu9re rencontrer la voiture providentielle ui les c'argerait, eu#, leurs sacs et (ercule pour faire bonne mesure! "e %ireval, o* le car ne se rendait ue deu# fois par semaine, paraissait être un endroit ignoré des touristes! -l nic'ait uel ue part au cNur d'une de ces petites montagnes ui entouraient le gros bourg de .amurac!

12

N'empêc'e u'à ces paroles d'espoir, Nat'alie se rasséréna! @t bien plus encore uand elle entendit la proposition de %lle &ic'e ) B Nous allons ac'eter uel ues provisions et nous pi ueEni uerons un peu plus loin, sur le bord du c'emin!D "'est ainsi ue, munie d'une grosse couronne de pain, de pOté de campagne et de fruits, la petite troupe aborda courageusement une route secondaire ui en s'éloignant de .amurac, ne tarda pas à grimper! A vrai dire, ce n'était pas une promenade d'agrément= .a c'aleur était tou6ours pénible, malgré la nuit proc'e dont la venue était encore 'Otée par les grosses nuées emplissant le ciel! @t les sacs pesaient lourd sur les épaules! -ls
11

contenaient, entre autres, un duvet pour c'acun! B Qe ne veu# pas être une cause de travail pour cette c'9re %me Deloc'e, avait déclaré %lle &ic'e! "'est dé6à si gentil de sa part de nous inviter= Ar 6e sais u'elle a beaucoup de peine à se procurer une aide ménag9re, dans son petit village! D N'empêc'e ue ces sacs étaient fort encombrants, si bien ue Nat'alie regardait d'un Nil d'envie le c'ien (ercule, le seul à ne pas en porter! Aussi trottaitEil all9grement derri9re sa maCtresse, sans la uitter d'une semelle! D'ailleurs, ils avaient beaucoup de points communs ) leur taille minuscule, leur toison bouclée d'un brun grisOtre, leur énergie débordante! 5ers 'uit 'eures et demie, il faisait dé6à tr9s sombre, et la moitié du c'emin environ avait été parcourue, mais pas une seule automobile n'avait doublé les promeneurs, si ce n'est une camionnette ui avait aussit<t tourné dans une cour de ferme! B ArrêtonsEnous ici D, proposa un peu plus tard la vieille demoiselle, en désignant un talus au pied du uel coulait un ruisseau! An mangea B sur le pouce D des tartines de pOté, on but uel ues gorgées d'eau pour faire passer, puis on reprit la route tout en cro uant des abricots et des pêc'es! Apr9s cette 'alte ui aurait d? redonner des forces à la petite troupe, la fatigue, au contraire, se fit sentir! ,urtout pour Nat'alie ui se mit à boitiller en arri9reEgarde!

1+

B Allons, fais un petit effort= l'encouragea NoHl! P Q'ai mal au pied ) 6e crois bien ue c'est une ampoule= gémit l'éclopée! P Une ampoule= "'est sans doute pour éclairer notre routeG plaisanta NicL! "omme c'est gentil de ta part= D ,a sNur 'aussa les épaules d'un air e#cédé ) B Foi et tes astuces bêtes= D ,ans rien dire, NoHl lui prit son sac et le porta sous son bras! Ainsi allégée, Nat'alie allongea de nouveau le pas! Dans l'obscurité devenue pres ue compl9te, la petite troupe avançait avec de moins en moins d'entrain! Rour rompre le silence devenu pesant, %lle &ic'e se mit à raconter une fois de plus les circonstances de sa rencontre avec %me Deloc'e, leur future '<tesse! Foutes deu# s'étaient trouvées, l'été précédent, dans le même '<tel d'une petite ville d'eau#! B @t cette dame paraissait tellement s'ennu;er, poursuivit la narratrice, ue 6'ai décidé de la distraire! "ela n'a pas été facile= Nous avons le même Oge, mais des tempéraments bien différents! Une personne c'armante, mais a;ant les nerfs fragiles! Avec ça, tout à fait dépourvue d'esprit sportif! @' bien= cro;eIEmoi, 6e l'ai entraCnée dans des marc'es à pied, des e#cursions, et elle m'a fort bien suivie! D .es Frois N n'en doutaient pas ) %lle &ic'e

1$

avait l'esprit de décision et son d;namisme était contagieu#! @u#Emêmes, malgré ses petits travers, considéraient comme un privil9ge de passer des vacances en sa compagnie! %me Deloc'e avait d? également l'apprécier, comme le prouvait la suite du récit ) B Nous sommes restées tr9s bonnes amies, affirmait la maCtresse d'(ercule! Rourtant, nous ne nous sommes pas revuesU mais nous avons beaucoup correspondu et, uand elle m'a invitée à venir passer uinIe 6ours dans sa villa, 6'ai proposé de vous ; amener! @lle a tout de suite accepté! P Fr9s généreu# de sa part, apprécia NoHl! A uatre, nous serons plut<t encombrants= P @lle m'a affirmé ue non! Depuis son récent veuvage, elle est tr9s seule dans sa grande maison! ,on mari est mort il ; a si# mois! -l faisait du commerce avec les pa;s d'Asie, spécialement l'-nde et la &irmanie! "'est làEbas ue la fi9vre 6aune l'a emporté! D -l ; eut encore un long silence, ue rompit %lle &ic'e en déclarant pensivement ) B -l ; a deu# c'oses ui me c'iffonnent un peu cependant! P .es uellesG uestionn9rent les enfants d'une seule voi#! P Fout d'abord, la présence c'eI elle de deu# c'ats birmans ) son mari les lui avait e#pédiés de leur pa;s d'origine! Ar 6e crains u'(ercule!!! D

14

.a vieille demoiselle menaça gentiment du doigt le canic'e u'elle avait fini par prendre dans ses bras, car il manifestait des signes de fatigue! B Fu me promets de ne pas importuner ces précieuses petites bêtes, n'estEce pas (erculeG P Aua', oua'= D fut la réponse de l'interpellé, ce ui parut satisfaire sa maCtresse ui avait sans doute interprété B Aui, oui= D B @t cette autre c'ose ui vous c'iffonneG demanda Nat'alie! P "'est le postEscriptum de sa derni9re lettre, arrivée 'ier! -l disait à peu pr9s ceci ) B Q'ai 'Ote de vous revoir, c'9re amie, mais en même temps 6'éprouve un peu de scrupule! -l se passe ici B d'étranges c'oses! D P A', o'= biIarre, en effet= D commenta NicL d'un air ré6oui, comme c'a ue fois u'il flairait un m;st9re! ,a sNur, elle, ne dit rien, mais se rapproc'a un peu plus de son cousin! @lle commençait à trouver cette e#pédition moins amusante!!! pour ne pas dire, in uiétante= .e petit groupe marc'ait de nouveau en silence, et la route, obstinément déserte, semblait ne devoir 6amais finir uand NicL s'e#clama ) B 5oilà l'étang= D @n effet, une étendue d'eau, dont on ne pouvait distinguer les contours, miroitait faiblement sur la gauc'e, un peu en contrebas!

17

B "'est donc ue nous arrivons bient<t= s'écria 6o;eusement %lle &ic'e! %on amie m'a beaucoup parlé de ce grand étang, pres ue un lac, u'elle peut contempler depuis le balcon de sa c'ambre! P Ras tr9s ré6ouissant comme spectacle= D marmotta Nat'alie! "ette eau noire d'o* semblait monter une moiteur malsaine, ce ciel plombé lui causaient un sourd malaise! ,i au moins étaient apparues les rassurantes lumi9res d'une 'abitation= Ar les trois enfants et leur vieille amie avaient beau écar uiller les ;eu#, ils ne vo;aient ue des 'erbes ou des ramures agitées par un vent léger! Ras trace de présence 'umaine!

13

@nfin, apr9s une cin uantaine de m9tres sur la route ui continuait à grimper, ils aperçurent sur la droite, une masse sombre! Reu à peu sa forme se précisa, et %lle &ic'e reconnut Le Castelet, la maison de %me Deloc'e u'elle avait vue en p'oto! %ais pour uoi aucune lumi9re n'; brillaitEelleG B %on amie a d? renoncer à nous attendre et aller se couc'er, conclut la vieille demoiselle, mais son ton était perple#e! P -l est en effet 12 ' +2, remar ua NoHl ui avait un cadran lumineu# à sa montre! P Dans ce cas, il faut la réveiller, lança NicL d'un ton péremptoire! Nous n'allons uand même pas couc'er à la belle étoile!!! d'autant plus ue, des étoiles, il n'; en a gu9re= P D'accord! Allons sonner à la porte D, accepta %lle &ic'e! Rar une ouverture prati uée dans une 'aie de t'u;as, la petite troupe pénétra dans ce ui devait être un 6ardin d'agrément! @lle suivit une allée, monta uel ues marc'es et se trouva devant une porte en bois massif! Alors la vieille demoiselle appu;a résolument sur la sonnette et puis, dans le silence, c'acun attendit! >ien! Ras le moindre bruit! .a maCtresse d'(ercule pressa de nouveau le boutonU une fois, deu# fois!!! tou6ours rien= Au plut<t!!! Nat'alie, la premi9re, perçut une sorte de glissement, comme si uel u'un, à l'intérieur,

11

marc'ait à pas feutrésU puis ce bruit ténu cessa ) l'occupant avait d? atteindre la porte, mais celleEci resta fermée! Depuis un moment dé6à, le canic'e, sur les bras de sa maCtresse, faisait entendre un sourd grondementU lui aussi avait détecté une présence invisible! B -- ; a uel u'un làEdedans= D c'uc'ota la petite fille d'une voi# altérée! ,on fr9re, non moins troublé u'elle, colla l'oreille contre le panneauU il lui sembla capter le bruit léger d'une respiration! B Nat'alie a raison, murmuraEtEil! %ais alors!!! pour uoiG D .a vieille demoiselle se décida soudain à emplo;er les grands mo;ens! @lle tambourina contre le panneau à plusieurs reprises en criant d'une voi# forte ) B "'est moi, %lle &ic'e, avec les trois enfants ue vous aveI invités! AuvreIEnous, 6e vous en prie, c'9re madame Deloc'e= D Ras de réponse! .a personne, uelle u'elle soit, ui se trouvait de l'autre c<té de la porte, faisait la sourde oreille!

1:

CHAPITRE II La %abane %..@ &-"(@ fit mine de 'eurter encore une fois le panneau, mais n'ac'eva pas son geste! B AllonsEnousEen D, ditEelle simplement! .es Frois N obéirent sans protester! A sa suite ils travers9rent à nouveau le 6ardin, puis re6oignirent la route et se remirent à marc'er! .a 'aie cessa bient<t, faisant place à un c'amp à l'orée du uel se dressait un c'êne centenaire! "'est là ue le petit groupe s'arrêta, les enfants se serrant frileusement autour de leur vieille amie! -ls s'apercevaient soudain u'avec la nuit et

10

l'altitude, la fraCc'eur était venue! ,ans compter cette 'umidité enveloppante ui montait de l'eau toute proc'e! @t, brus uement, un concert d'e#clamations succéda au silence contraint ue le trio avait gardé 6us u'ici! B Un dr<le d'accueil= s'écria NicL! P Nous arrivons aussi à une dr<le d''eure, admit NoHl, mais ce n'est pas une raison pour!!! P !!! nous fermer la porte au neI= ac'eva Nat'alie! P .a fermerG ,?rement pas, ironisa son fr9re, puis u'elle n'a même pas été ouverte! P "ette %me Deloc'e ue vous disieI si 'ospitali9re!!!= D remar ua la fillette en s'adressant à %lle &ic'e! "ette derni9re secoua énergi uement la tête et laissa tomber d'un ton sans appel ) B Ce n'était pas Mme Deloche! P Quoi= Qu'estEce ui vous fait dire çaG s'étonna NicL! P Deu# raisons bien simples ) la premi9re, c'est ue mon amie, si craintive soitEelle, n'aurait plus 'ésité à m'ouvrir uand 6e me suis nommée! P @t la seconde raisonG E .'attitude d'(ercule, vo;ons= -l n'aurait 6amais grogné si %me Deloc'e, u'il aimait beaucoup, s'était trouvée de l'autre c<té de la porte! Donc, il a senti la présence d'un étranger!

+2

P @t s'il s'agissait seulement des c'atsG supposa NoHl! An peut imaginer ue votre amie dormait trop fort pour nous entendre et ue ce sont eu# ui!!! P Non et non= protesta Nat'alie! "'était une personne, pas un animal, ue 6'ai entendu marc'er!!! P !!! et respirer, a6outa son fr9re! P &iIarre= commenta NoHl d'un ton préoccupé! Rour uoi %me Deloc'e sembleEtEelle absente de sa maison, et ui est cet étranger ui a pris sa placeG P Qe me le demande et 6'avoue ue 6e suis in ui9te pour ma pauvre amie, déclara %lle &ic'e d'un air soucieu#! P D'accord, mais nous ferions bien de nous in uiéter pour nousEmêmes, remar ua le plus 6eune des garçons! Nous voilà décidément condamnés à couc'er de'ors= P A', non= -l fait trop froid, et 6'aurais bien trop peur= protesta sa sNur! P %es pauvres enfants= s'écria %lle &ic'e en serrant Nat'alie contre elle! "'est ma faute, ce ui nous arrive! ,i 6'avais su!!!= D NicL voulut protester en disant u'une aventure était tou6ours bien accueillie par les Frois N, mais une rafale de vent emporta ses paroles! Une courte accalmie suivit! @t, comme pour rendre la situation encore plus criti ue, la pluie se mit à tomber! .es uatre promeneurs pouvaient percevoir son bruit ténu sur les feuilles du gros arbre ui les abritait provisoirement!

+1

B -l est urgent de trouver un refuge= D proclama %lle &ic'e! @n même temps, elle tournait la tête de tous c<tés avec l'espoir d'apercevoir une lumi9re vers la uelle le petit groupe en détresse pourrait se diriger! .es enfants l'imit9rent, mais ce fut en vain ) le ciel, la terre, l'étang, tout était d'un même noir d'encre! B An n'; voit goutte, mais on entend!!! des gouttes, remar ua NicL, à ui aucune circonstance n'<tait le go?t de la plaisanterie! P Non seulement on les entend, mais on les sent= D répli ua son cousin! .'averse, en effet, allait s'intensifiant, et l'abri du feuillage serait bient<t inefficace! B @t si on retournait à la villaG suggéra Nat'alie! ReutEêtre u'en vo;ant le temps u'il fait, le!!! l'occupant se montrerait plus 'ospitalierG P V retournerG Jamais! répondit fi9rement la vieille demoiselle! @n avant, les enfants= .e village n'est gu9re u'à deu# ou trois Lilom9tres! P &en vo;ons= Une petite promenade de rien du tout= D ironisa NicL parlant B dans sa barbe D! -l aimait bien %lle &ic'e, mais trouvait u'elle minimisait un peu trop les difficultés! Une marc'e à pied, c'est bien beau, mais uand il fait sec et u'on ; voit clair! NoHl, lui, remar ua tout 'aut ) B Nous serons trempés comme des soupes avant d'avoir fait deu# cents m9tres!

++

P @t puis, estEce u'il ; a seulement un '<tel dans ce villageG demanda sa cousine! D'ailleurs, à cette 'eureEci, tout le monde doit dormir= P 5ous aveI raison, admit %lle &ic'e! Nous devons trouver une autre solution, et sans tarder! D Wacile à dire, en cet endroit déserti ue et par cette nuit noire= Néanmoins, comme la pluie avait ralenti, les uatre compagnons reprirent leur marc'e! Reu à peu, leurs ;eu# s''abituant à l'obscurité, ils commençaient à distinguer uel ues détails! "'est ainsi ue NicL, 6ouant une fois de plus les éclaireurs, tendit soudain le doigt en direction d'une forme sombre au# contours géométri ues ui se dressait en contrebas de la route, non loin de l'étang! B Une cabane= s'écriaEtEil! P Une cabane= répéta Nat'alie, avec la même voi# e#tasiée u'elle aurait eue pour dire B un palais D! P Allons vérifier D, décida NoHl ui n'osait ; croire! Dé6à son cousin partait à la rec'erc'e d'un mo;en d'acc9s ui les conduirait vers ce providentiel abri! B -- nous faudrait une lampe de poc'e, remar uaEtE il! P Q'en ai bien une, déclara %lle &ic'e, mais elle se trouvé au fond de mon sac! .e temps de la c'erc'er!!!D Un cri de triomp'e l'interrompit!

+$

B (ourra= Qe crois avoir trouvé un sentier! "'était NicL ui dé6à, en tOtonnant du pied, suivait la pente raide d'un étroit c'emin caillouteu#! .e raidillon s'aplanit bient<t, et le 6eune e#plorateur découvrit une construction de planc'es! B "'est bien une cabane D, annonçaEtEil! Ras un palais en tout cas et, tandis ue les autres se 'Otaient de le re6oindre, il e#aminait sa trouvaille d'un Nil perple#e! B %inable= D ditEil enfin, apr9s avoir fait le tour de la bOtisse! De forme rectangulaire, elle mesurait environ cin m9tres sur trois et ne possédait

+4

ue deu# ouvertures ) une petite fenêtre dont une des vitres était brisée et, face à l'étang, une large porte à deu# battants! .e toit à double pente était en planc'es, comme les murs! B Une 'utte de pêc'eur, supposa NoHl ui venait de re6oindre son cousin! P Au plut<t un 'angar à bateau# D, affirma NicL! Rar la porte branlante, ue nulle serrure ne blo uait et ue le vent faisait battre, les deu# cousins s'introduisirent dans l'uni ue pi9ce ) elle était vide! B 5o;ons ce c'Oteau= fit gaiement %lle &ic'e apparaissant à son tour, suivie de Nat'alie ui s'était c'argée du canic'e! (um= comme '<tel B trois étoiles D, on fait mieu#! %ais nous avirons de uoi nous abriter cette nuit, n'estEce pas l'essentielG D .a fillette fit la moue! .e premier moment d'e#citation passé, ce refuge 'umide et sombre ne l'attirait gu9re! %ais elle se dit avec raison ue cette misérable ca'ute au sol de terre battue valait mieu#, pour ; dormir, ue la campagne éventée, détrempée, avec le ciel noir pour seul toit! Dé6à les uatre compagnons occupaient les lieu# et déposaient leurs sacs à même le sol! .e premier soin de %lle &ic'e fut de fouiller le sien pour en retirer sa lampe de poc'e u'elle alluma aussit<t! "ela ne donnait u'une faible lumi9re,

+7

mais il n'en fallut pas plus pour remonter le moral de la troupe! "'acun regarda d'un Nil moins criti ue la cabane devenue gCte provisoire! De toute évidence, elle était abandonnée depuis longtemps, comme le prouvait son état de délabrement! .es deu# garçons se mirent à fureter dans les recoins obscurs o* des ob6ets étaient entassés pêleEmêle! B Un morceau de toile triangulaire= annonça NicL, c'est s?rement une voile ) donc il s'agit bien d'un 'angar à bateau#! P Q'avais raison, moi aussi, enc'érit NoHl en brandissant une épuisette au fond troué, puis un grand filet non moins éculé!!! Quel u'un entreposait ici ses instruments de pêc'e! P Reu importe à uoi sert cette cabane, tranc'a la vieille demoiselle! Rour cette nuit, elle est promue dortoir! Nous allons ; installer dareEdare nos sacs de couc'age et 6ustement, mes garçons, vos trouvailles vont nous être utiles! @taleI donc sur le sol ces toiles et ces filetsU ils serviront de matelas de fortune! D ,ous son impulsion, la B c'ambre à couc'er D fut prête en un temps record ) trois duvets placés c<te à c<te pour les Frois NU le uatri9me, celui de %lle &ic'e, disposé un peu à l'écart et perpendiculairement au# autres! @nfin, comme la sagesse le conseillait, les uatre réfugiés se 'Ot9rent de s'enfouir dans leurs sacs respectifs, apr9s s'être contentés d'enlever leurs souliers!

+3

(ercule, uant à lui, vint se blottir au# pieds de sa maCtresse! ,ur le toit de planc'es, l'averse crépitait de plus belle! Qu'importait au# Frois N et à leur vieille amieG -ls se trouvaient à l'abri, bien au c'aud dans leurs duvets! "in minutes plus tard, tous uatre sombraient enfin dans un sommeil réparateur! * ** Apr9s cette nuit mouvementée, NoHl fut le premier à ouvrir les ;eu#! 2 surprise= "'était un ra;on de soleil filtrant par une fente entre deu#

+1

planc'es, ui l'avait réveillé! .e soleil= .e beau temps étaitEil revenuG Rour s'en assurer, il se glissa 'ors de son sac de couc'age, en faisant le moins de bruit possible pour ne pas troubler le sommeil des trois autres! Ruis il saisit ses souliers et gagna la porte! -l dut, pour pouvoir sortir, dénouer la ficelle ue NicL avait utilisée la veille en guise de serrure! De'ors, il faisait encore frais, mais le ciel était pur, sans le moindre nuage! Quelle c'ance= Du coup, le pa;sage n'avait plus rien de lugubre, bien au contraire= .a cabane était plantée à uel ues diIaines de m9tres du petit lac! Au bord de celuiEci, les roseau# poussaient en abondance! Rar une trouée u'on ; avait prati uée, NoHl put apercevoir l'eau, d'un beau vert glau ue! .a rive opposée lui apparut aussi, montueuse et boisée! ,oudain, le 6eune garçon fut tiré de sa contemplation par un bruit de pas! -l tourna vivement la tête ) un 'omme dévalait le sentier menant à la cabane! De taille mo;enne, il portait un pullEover à col roulé, un pantalon de toile et des espadrilles! -l avait des c'eveu# bruns ondulés re6etés en arri9re, et un collier de barbe encadrait son visage étroit au profil a uilin! Quant à ses ;eu#, on ne les vo;ait pas, car ils étaient cac'és derri9re des lunettes noires! -nstinctivement, NoHl recula derri9re la cabane! Dé6à l''omme l'avait dépassé et se dirigeait vers les roseau# au milieu des uels il s'enfonça, sur la

+:

gauc'e! -l paraissait avoir un but précis! .e uelG NoHl allait peutEêtre l'apprendre, maisE"e fut 6uste le moment ue c'oisit %lle &ic'e pour faire sa sortie! A;ant endossé un survêtement de couleur orange avec des raies bleu pOle elle s'apprêtait de toute évidence à e#écuter sa g;mnasti ue matinale! &ien entendu, son canic'e la suivait de pr9s! Apr9s avoir respiré à fond deu# ou trois fois KNoHl aurait 6uré u'(ercule en faisait autantM, la vieille demoiselle, les coudes au corps, amorça un sprint! .e bruit de ses pas sur les caillou# alerta l'inconnu ui 6aillit d'entre les roseau# et se trouva neI à neI avec %lle &ic'e! .'éba'issement se peignit sur le visage de cette derni9re, tandis u'un rictus de col9re déformait le visage de l''omme! ,ans un mot, il tourna les talons, escalada vivement le sentier et ne tarda pas à disparaCtre!

+0

CHAPITRE III Les %&a"s .A 5-@-..@ D@%A-,@..@ était restée figée sur place, l'air indigné! @lle sursauta en apercevant NoHl ui sortait de sa cac'ette! B @stEce u'il est partiG interrogea le 6eune garçon! P %ais oui= et le plus fort, c'est u'il s'est sauvé en me vo;ant, comme si 6e faisais peur au# gens, moi, AdélaXde &ic'e= ,erionsEnous tombés c'eI les sauvagesG D I Dé6à NoHl n'écoutait plus ) il s'était élancé sur les traces de l'inconnu! A;ant gravi le raidillon, il se
$2

retrouva sur la route! .à, ne vo;ant Ome ui vive, il eut une courte 'ésitation! .e promeneur matinal avaitEil pris sur la droite, en direction du "astelet, ou sur la gauc'e, c<té villageG Roussé par son instinct, le 6eune garçon opta pour la droite! Qui sait si cet individu au comportement biIarre n'était pas le même ui occupait, la veille, la maison de %me Deloc'eG @' bien, le 6eune garçon allait vérifier= -l atteignit bient<t la 'aie de t'u;as, la suivit en se baissant et glissa un Nil par l'ouverture tenant lieu de portail! "e fut pour apercevoir le barbu, sur le perron! -l tira une clef de sa poc'e, ouvrit la porte, entra et referma bru;amment le panneau! B -l paraCt bien être c'eI lui, se dit NoHl! "'est un peu fort= @t %me Deloc'e, dans tout çaG D Rour en avoir le cNur net, le 6eune garçon décida de s'introduire dans la propriété! .es t'u;as l'entouraient compl9tement, mais ils étaient tr9s clairsemés sur l'arri9re! "e fut de ce c<téElà, par un intervalle entre deu# arbustes, ue l'e#plorateur pénétra dans un 6ardin potager en fric'e! Ruis il s'approc'a d'une porteEfenêtre et, prudemment, 6eta un regard à l'intérieur ) il aperçut une cuisine en désordre! Dans cette cuisine, un 'omme, tou6ours le même! -l était tout bonnement occupé à préparer du café! Un cri de triomp'e l'interrompit!

$1

$+

B Ruis u'il est ici, il rie se trouve pas ailleurs!!! comme dirait .a Ralice D, pensa NoHl! Aussi pritEil moins de précautions pour inspecter les autres pi9ces du reIEdeEc'aussée! "omme il était lég9rement surélevé, il dut se 'isser à la force des poignets sur le rebord des fenêtres, -- vit ainsi une office et deu# c'ambres, vides! %ais peutEêtre l'occupante se trouvaitEelle à l'étageG Reu probable, car tous les volets étaient clos! Au bien dormaitEelle encoreG @n tout cas, la demeure enti9re, malgré ses élégantes proportions ui la faisaient ressembler à un petit c'Oteau, avait un air de tristesse, pres ue d'abandon! Dans le 6ardin de fleurs, sur le devant, uel ues rosés fanées ue l'on avait oublié de couper, s'effeuillaient sur les platesEbandes! "ela ne ressemblait pas à sa propriétaire, telle ue %lle &ic'e l'avait décrite au# Frois N avant leur départ! B @lle n'est pas ici D, décida NoHl! @t ce fut cette même conclusion u'il répéta devant les trois autres, cin minutes plus tard KNicL et Nat'alie s'étaient levés à leur tourM, en contant son escapade! B Au alors, elle est malade, suggéra sa cousine! P Au bien ce t;pe la sé uestre D, supposa encore le plus -maginatif des trois! .a vieille amie des >enaud pOlit visiblement! B -nous faut vérifier d9s ue possible, déclaraEtEelle avec fermeté! P De uelle façonG

$$

P @n rendant visite à ce!!! à cet individu! @t cette fois, 6e vous assure ue 6e l'obligerai à nous ouvrir sa porte!!! dusséE6e l'enfoncer= D ,on ardeur combative gagna NicL, ui proposa ) B An ; va tout de suiteG P %ais!!! mais!!! on n'a pas eu de petit dé6euner= fit remar uer timidement Nat'alie! P Ras possible= gloussa son fr9re! "ette fille doit avoir un réveil dans l'estomac, ui fait Bdrelin, drelin= D uand il est l''eure de manger= P @lle a raison= la défendit %lle &ic'e! -l nous faut d'abord prendre des forces! Rour commencer, d'ailleurs, 6e propose!!! D .es Frois N étaient d'avance résignés à l'entendre dire B un peu de culture p';si ue D! %ais non= B !!! un brin de toilette dans l'étang, poursuivit la maCtresse d'(ercule! >ien de tel pour nous mettre en forme! D .'eau était bien froide, et les provisions ui restaient de la veille constituaient un dé6euner asseI maigre! "ependant, un uart d''eure plus tard, les uatre compagnons se sentaient d'atta ue pour aborder l'adversaire sur son propre terrain! %lle &ic'e en tête, ils se mirent en route, accompagnés d'(ercule ue Nat'alie tenait en laisse! -ls se retrouv9rent bient<t sur le perron du "astelet! Alors la vieille demoiselle appu;a impérativement sur la sonnette! Quelle surprise= ,on geste, cette fois, eut de

$4

l'effet! Un pas retentit à l'intérieur, puis un battant s'ouvrit!!! 6uste asseI pour laisser passer une tête barbue! "'était l'inconnu du matin, mais il avait enlevé ses lunettes, et le regard froid de ses ;eu#, d'un bleu tr9s clair, scrutait les arrivants! B Que vouleIEvousG demandaEtEil d'un ton rogue! P 5oir %me Deloc'e! P @lle n'est pas ici! P %ais enfin, c'est impossible= s'emporta %lle &ic'e, brandissant une feuille de papier sous le neI de l''omme! 5oici une lettre d'elle, datée d'il ; a di# 6ours ) elle m'; invite à venir sé6ourner dans sa villa avec mes trois 6eunes amis! @n voilà une autre, plus récente, ui confirme cette invitation! @t 6'ai moiE même répondu, annonçant notre arrivée pour 'ier apr9sEmidi! Nous avons été retardés, mais ce n'est pas une raison pour!!! P Qe vous rép9te u'elle est absente! Q'ignorais u'elle attendait des invités, et ce n'est pas à moi de les recevoir à sa place= P Rourtant, vous ; êtes bien, à sa place! @t de uel droitG P Du droit u'a un beauEfr9re de venir 'abiter c'eI sa belleEsNur! D D'abord interlo uée, %lle &ic'e réagit tr9s vite! Qouant la stupéfaction, elle laissa tomber ) B 5ous, son beauEfr9reG "'est difficile à croire= D .'inconnu parut ve#é!

$7

B @t pour uoi donc, s'il vous plaCtG ,on mari était mon fr9re aCné! Qu'; aEtEil là d'e#traordinaireG P A'= rien!!!, à part le fait ue %me Deloc'e m'avait décrit son mari comme un 'omme aimable, poli!!! B civilisé D en un mot! Q'avais tort de m'imaginer ue les fr9res se ressemblent, voilà tout= D A mesure u'elle parlait, le teint de l''omme, sous l'effet de la col9re, virait au rouge et son regard se faisait menaçant! .es Frois N commençaient à se sentir mal à l'aise! "'est alors u'un léger incident se produisit, ui détendit un peu l'atmosp'9re! (ercule en fut le responsable, et peutEêtre aussi Nat'alie ui, captivée par cette sc9ne, ne tenait pas asseI fermement la laisse du c'ien! "eluiEci, depuis un moment, s'était mis à grogner! "omme le ton de la conversation avait monté, il dut croire sa maCtresse en danger! Fou6ours estEil u'il se rua soudain sur l'adversaire avec l'intention évidente de le mordre au mollet! .''omme fit un bond de c<té, si bien ue le battant de la porte u'il tenait, s'ouvrit largement! .'imprudente, entraCnée par le c'ien, s'engouffra dans la maison! @lle avait parcouru uel ues m9tres lors u'elle put enfin maCtriser le canic'e! Aussit<t elle 6eta un Nil curieu# sur ce ui l'entourait ) Nat'alie se trouvait dans un grand 'all rectangulaire, avec, sur sa gauc'e, un escalier de bois ciré! De part et d'autre de la premi9re marc'e, elle aperçut, posés par terre!!!

$3

non, décidément c'était trop dr<le= "es deu# figurines de porcelaine ne représentaientEelles pas!!!G Un grand éclat de rire la secoua tout à coup, et c'est riant tou6ours u'elle revint sur ses pas en entraCnant (ercule! Fous les autres avaient l'air médusé, ; compris le beauEfr9re de %me Deloc'e, ui sortit de derri9re la porte pour demander ) B Qu'estEce ui vous prendG Qe ne vois pas ce u'il ; a de si dr<le= D .es deu# autres B N D et %lle &ic'e ne comprenaient pas, eu# non plus! B @#pli ueEnous, enfin= D s'impatienta NicL! ,a sNur, à mots entrecoupés, réussit enfin à prononcer ) B .es c'ats!!! vous saveI, les c'ats birmans si précieu#G @' bien, 6e les ai vus! %ais!!! a'= a'= "e ne sont pas des c'ats vivants!!! a'= a'= -ls sont!!! en porcelaine= P @n porcelaine= D répondirent les deu# garçons et la vieille demoiselle d'une seule voi#! @t trois têtes curieuses s'introduisirent par l'ouverture de la porte! B %ais oui, 6e les aperçois= cria NicL! P %oi aussi, moi aussi= D .e beauEfr9re fi#ait également les figurines ui représentaient deu# c'ats de teinte dorée, plus grands ue nature, en position assise! Quand il se retourna, il avait une e#pression biIarre! .es ;eu# plissés par la curiosité, il demanda )

$1

B 5ous connaissieI donc l'e#istence de ces c'atsG P Aui, répondit %lle &ic'e! %me Deloc'e m'avait parlé d'eu# dans une de ses lettres, disant ue son mari les lui avait e#pédiés de &irmanie! %ais il est évident u'il ; a eu uipro uo ) 6'avais cru comprendre u'il s'agissait de vrais c'ats! P .es vrais e#istent peutEêtreG D suggéra NoHl! .''omme secoua la tête! B -l n'; a pas d'animal domesti ue dans cette maison! D -l paraissait soudain moins agressif! -l prit même un ton doucereu# pour demander ) B Ainsi, ma belleEsNur attac'ait asseI d'importance à ces c'ats pour vous parler d'eu#G Que disaitEelle e#actementG P >ien de plus, coupa s9c'ement la vieille demoiselle! -l ; a eu confusion, un point, c'est tout! Rarlons plut<t de votre belleEsNur! Rour uoi cette absence soudaineG @stEelle souffranteG Dans ce cas il faut ue ce soit grave, pour u'elle ne m'en ait pas avertie= D .e barbu 'oc'a la tête d'un air faussement désolé! B Jrave, non, mais ennu;eu#! Depuis la mort de mon fr9re, elle souffrait de dépression! ,on état s'étant aggravé, le docteur a 6ugé bon de l'envo;er en maison de repos! D %lle &ic'e n'avait pas l'air tr9s convaincu!

$:

B &iIarre ue cette aggravation lui soit venue aussi subitement= @t cette maison de repos, o* se trouveEtE elleG Q'ai, bien s?r, l'intention d'aller voir mon amie! P Ras uestion= répondit le beauEfr9re! .es visites sont formellement interdites ) ordre du médecin! P Dans ce cas, donneIEmoi son adresse, 6e pourrai au moins lui écrire! P Ras de lettres non plus! Qe regrette! D ,ur ce, profitant de ce ue Nat'alie et (ercule avaient re6oint le petit groupe demeuré sur le seuil, il referma la porte sur un sec B au revoir D, mais il la rouvrit pres ue aussit<t, 6uste asseI pour lancer par l'entrebOillement ) B Au fait, le 'angar ue vous occupeI fait partie de la propriétéU 6e vous prie de bien vouloir l/évacuer! D .àEdessus le panneau se refermaU définitivement, cette fois! %lle &ic'e et les enfants rest9rent un moment interdits! @nfin la vieille demoiselle put articuler trois mots, trois seulement, mais ui furent énoncés avec beaucoup d'énergie ) B Le grossier personnage! D Apr9s uoi elle tourna les talons, suivie par les Frois N et le c'ien, en file indienne! B A* allonsEnousG demanda Nat'alie! P ,ans doute reprendre nos sacs laissés à la cabane, supposa NoHl!

$0

P !!! et nous c'erc'er un autre gCte D, a6outa son cousin! %lle &ic'e s'arrêta si brus uement u'il ; eut des collisions en c'aCne! B Un autre gCteG Ras uestion= déclaraEtEelle en relevant la tête d'un air de défi! A'= "e monsieur est pressé de nous voir partirG -l est gêné par notre voisinageG @' bien, nous resterons! 5ous êtes d'accord, n'estEce pas, les enfantsG P Aui, oui= fit NicL sinc9re! P Au!!!i D, ac uiesça NoHl d'un ton moins convaincu! Nat'alie ne dit rien, mais soupira en secret! "ertes, ce vieu# 'angar avait été le bienvenu, la nuit précédente, pour les uatre vo;ageurs sans abri! %ais pouvaitEil souffrir la comparaison avec la belle maison dont elle venait d'entrevoir l'intérieurG "ertes non= NoHl dut deviner les regrets de sa cousine, car il se penc'a vers elle et lui glissa dans l'oreille ) B Fu verras ) nous allons 6ouer au# robinsons, et ce sera tr9s amusant! D

42

CHAPITRE I$ Une d!%ou'er"e NoHl avait tou6ours raison, c'était du moins l'avis de Nat'alie! @t, puis u'il affirmait ! u'on allait bien s'amuser, elle ne demandait u'à le croire! NicL, de son c<té, se ré6ouissait à l'idée d'aménager le B terrain con uis D! "'est donc en se livrant à de 6o;euses anticipations ue les Frois N retourn9rent vers la cabane, suivis par Yune %lle &ic'e toute songeuse! Aussi, grandes furent leur surprise et leur

41

déception uand la vieille demoiselle, e#aminant le 'angar, secoua la tête et s'écria ) B Non décidément, nous ne pouvons pas rester làE dedans! -l nous faut c'erc'er un gCte plus confortable! P %ais, mademoiselle, se récria NicL, tout à l''eure vous aveI dit!!! P Q'ai dit, 6'ai dit!!! oui, bien s?r= ,eulement, c'était sous l'effet de la col9re ) ce malappris ui prétendait nous c'asser a éveillé mon esprit de contradiction! %aintenant ue 6'ai eu le temps de réfléc'ir, 6e trouve plus raisonnable de uitter cet endroit! P Rour o*G demanda Nat'alie, d'une voi# ui tra'issait son man ue d'ent'ousiasme! P Rour %ireval, bien s?r ) c'est l'agglomération la plus proc'e! ,ans doute ; trouverons nous ce ue nous c'erc'ons! D @t, sans plus écouter les protestations des enfants, elle les entraCna au pas g;mnasti ue en direction du village! "eluiEci, de faible importance, était nic'é au creu# d'un vallon, sur une route départementale! B Un ravissant petitEtrouEpasEc'er= D 6ugea NicL! Ras d''<tel! .a partie commerçante se réduisait à un caféErestaurant et à une épicerie! B ReutEêtre ue nous trouverons à nous loger c'eI l''abitantG D suggéra la maCtresse d'(ercule! Rour le savoir, elle se dirigea vers la mairie toute

4+

proc'e, et posa des uestions à une secrétaire complaisante! "elleEci l'envo;a c'eI une certaine %me .ouvat, la seule personne dans le village susceptible de louer des c'ambres! Fou6ours flan uée des Frois N et d'(ercule, la vieille demoiselle se rendit à l'adresse indi uée! B Qe regrette, lui dit l'éventuelle logeuse, mais 6'ai en ce moment de la famille ui occupe mes c'ambres! >eveneI au début de la semaine proc'aine, elles seront sans doute libérées! D Que faireG B >etourner à la cabane!!! en attendant, suggéra NicL, dont la figure s'éclairait au fur et à mesure ue celle de %lle &ic'e s'assombrissait! P D'accord= D fit celleEci apr9s uel ues secondes de réfle#ion! "ette décision prise, elle retrouva instantanément son entrain, et c'est d'un pas alerte u'elle entraCna sa petite troupe vers l'épicerie! B "ar, e#pli uaEtEelle au# Frois N, nous avons besoin d'un tas de c'oses pour notre installation! 5o;ons uelles sont les ressources de cette petite bouti ue! D "'était simple ) on ; vendait de tout, ou pres ue! ,i bien ue les Frois N et leur vieille amie reprirent bient<t le c'emin de la cabane, les bras c'argés de pa uets, de cornets, de boCtes et de bouteilles! %ais ce u'ils rapportaient de plus précieu#, c'était une adresse ) celle de la B ferme des Reupliers D! .à vivait, en compagnie de sa fille et
4$

de son gendre, une certaine Wann; Jalic'et, ancienne emplo;ée de maison au "astelet! B %ême u'elle ; fait encore le ménage une fois par semaine, assura l/épici9re! ,i uel u'un peut vous renseigner sur %me Deloc'e, c'est bien elle! Au village on la connaCt peu, cette dame ) elle fait pres ue tous ses ac'ats à .amurac! D Un bon tu;au, u'il faudrait utiliser au plus vite! %ais pour l'instant, il s'agissait de se réinstaller dans le 'angar à bateau# en l'aménageant! "e ne fut pas un mince travail= Netto;er le sol et les murs avec un balai de roseau#U des feuilles séc'ées de ces mêmes roseau# Kmati9re premi9re inépuisableM, confectionner un tapis pour les sacs

44

de couc'ageU poser un carreau en plasti ue transparent à la fenêtreU fabri uer un s;st9me de fermeture pour la porte avec des morceau# de bois, des clous et de la ficelle!!! e' bien, tout cela se fit dans une atmosp'9re de gaieté et de bonne 'umeur! Un peu avant midi, le B dortoir D était prêt, tandis u'à l'e#térieur, un fo;er de pierres plates, dé6à garni de petit bois, n'attendait plus ue le bon vouloir de la cuisini9re!!! c'estEàEdire de %lle &ic'e! "elleEci, avec son 'abituelle efficacité, entreprit alors de préparer le repas! Frois uarts d''eure plus tard, c'acun s'installait sur un si9ge de son c'oi# pour faire 'onneur au menu ) salade de tomates, riI au# saucisses, fromage et fruits! Un vrai régal ui ne fut troublé u'au dessert! A ce moment, un grondement d'(ercule fit lever la tête au# convives ) l'occupant du "astelet était arrêté sur le c'emin et les contemplait! .a surprise, puis la col9re se peignirent successivement sur son visage! %ais, sans un mot, il tourna les talons et disparut! Un léger malaise s'empara du petit groupe,! .a vieille demoiselle tenta de le dissiper en disant gaiement) B @' bien= ce c'armant monsieur connaCt maintenant notre intention de rester! Fant mieu#= -l n'aura uand même pas le toupet de nous déloger= D @taitEelle vraiment aussi tran uille u'elle le

47

paraissaitG ,?rement pas! "ar, au moment de partir pour la visite prévue, elle décida ) B AlleIE; sans moi, mes enfants! Qe ne crois pas tr9s prudent de laisser nos affaires sans surveillance! D ,i bien ue les Frois N se mirent en route sans elle, avec la ferme intention de ne pas s'attarder! -l leur déplaisait de laisser leur vieille amie seule, avec un voisin aussi in uiétant! .a ferme des Reupliers se trouvait à uel ue distance du village, dans un 'ameau de trois maisons! Une 6eune femme d'aspect robuste, avec un marmot accroc'é à sa 6upe, accueillit les arrivants! B Qe suis la fille de %me Jalic'et, ditEelle! %a m9re est absente pour uel ues 6ours elle est allée voir mon fr9re ui 'abite la ville! P Dommage= remar ua NoHl! Nous aurions aimé u'elle nous parle de %me Deloc'e! Nous étions invités c'eI cette dame, et!!! P A'= "'est vous les enfants u'elle attendaitG -l ; avait aussi une demoiselle!!! "erf, ou uel ue c'ose comme ça! P &ic'e, rectifia Nat'alie! P "'est ça ) &ic'e! Ainsi, vous êtes venus uand mêmeG Rourtant, à la demande de %me Deloc'e, ma m9re a envo;é un télégramme pour vous décommander! P Quand çaG P (ier matin!

43

P Frop tard ) nous étions dé6à partis, déclara NicL! @t le beauEfr9re de %me Deloc'e nous a fait une réception!!! plut<t fraCc'e! P Sa ne m'étonne pas, fit la 6eune femme en 'aussant les épaules! %a m9re dit ue c'est un ours mal léc'é! %ais, uand même, c'est une c'ance u'il ait été là uand sa belleEsNur a pris!!! eu'!!! ses crises! P Des crises de uoi, au faitG D demanda NoHl! .a fille de %me Jalic'et parut 'ésiter! B @lle a eu!!! comment direG Des 'allucinations! P Des 'allucinations= répéta Nat'alie! Qu'estEce ue c'est, au 6usteG P @' bien!!! elle a cru voir des c'oses ui n'e#istent pas! D .'enfant sentit sa gorge se serrer! "'est d'une voi# altérée u'elle demanda ) B Des!!! des fant<mes, par e#empleG P Au des soucoupes volantesG D supposa NicL à son tour! .a fermi9re secoua la tête! B Non, non, rien de tout ça! -l était uestion de monstre, de serpent géant sortant du lac!!! ue saisE6eG 5ouleIEvous mon avisG Rour la pauvre dame, c'est làE dedans ue ça ne tourne pas rond! D "e disant, la fille de %me Jalic'et se frappait le front avec l'inde#! B "onnaisseIEvous l'adresse de la maison de

41

repos o* le docteur l'a fait entrer G demanda encore NoHl! P Sa non! P @t le nom de ce docteurG P Ras davantage! D &ref, c'est avec le sentiment d'un demiEéc'ec ue les Frois N reprirent le c'emin du campement! ,a sNur marc'ait si vite ue NicL la rabroua! B Dis donc, en voilà une allure= ,i tu as de la graisse à faire fondre, ce n'est pas mon cas, ni celui de NoHl= D Nat'alie ignora l'allusion! B Qe suis in ui9te!!! pour %lle &ic'e, 'aletaEtEelle! P Fu crois ue le t;pe va s'en prendre à elleG P Ras lui, mais!!! le monstre! D Un double éclat de rire accueillit cette réponse! B Non, mais!!! tu crois à ces sornettesG se mo ua NicL! @nfin, tu as entendu ce u'a dit la fermi9re ) %me Deloc'e a cru voir des c'oses!!! P !!! ui n'e#istent pas, 6ustement, poursuivit NoHl! Rour uoi veu#Etu u'un B monstre D imaginaire s'atta ue à nousG P &ien s?r, vous aveI raison, admit sa cousine mal convaincue! N'empêc'e ue 6e me méfie de ce dr<le de lac! D @lle consentit cependant à ralentir le pas, mais on la sentait impatiente d'arriver! Ar, uand le trio débouc'a sur la route ui dominait la gr9ve,

4:

le spectacle ui s'offrit à lui était des plus rassurants ) %lle &ic'e, sa robe relevée 6us u'au# genou#, B faisait trempette D dans l'étang! (ercule imitait sa maCtresse, mais à l'e#trême bord ) il en fallait si peu pour le submerger= D9s u'elle aperçut les enfants, la vieille demoiselle les 'éla 6o;eusement ) B 5eneI vite vous baigner= .'eau est délicieuse! %ais auparavant, raconteIEmoi ce ue vous aveI appris!D NoHl rapporta leur conversation avec la 6eune fermi9re! Quand il parla des B 'allucinations D de %me Deloc'e, la vieille demoiselle s'écria ) B A', par e#emple, voilà ui est surprenant= Qe

40

connaissais l'état dépressif de ma pauvre amie! %ais cela n'e#pli ue pas un comportement aussi biIarre= D Fandis u'elle réfléc'issait, le front plissé, les enfants se préparaient pour la baignade! %oins ent'ousiaste ue les garçons, Nat'alie avait cependant réussi à dominer son appré'ension concernant le lac! Fel u'elle le vo;ait maintenant, sous le soleil ui faisait miroiter son eau verte, il lui paraissait vraiment inoffensif= A son tour, %lle &ic'e se dirigea vers la cabane pour revêtir son maillot de bain! Au passage elle recommanda ) B 5ous, les garçons, alleI vérifier ue le fond ne descend pas trop vite ) ces lacs de montagne sont souvent trompeurs! N'oublieI pas ue la petite!!! P !!! nage à peu pr9s comme un sac de patates, ac'eva NicL! @ntendu, 6e vais voir! D Nat'alie 'aussa les épaules! B Fu man ues de logi ue= D''abitude, tu prétends ue la graisse flotte= D ,ans répondre, son fr9re se rua dans l'eau, la tête la premi9re! -l revint, tout ruisselant, avec cette information ) B An a pied 6us u'à trois ou uatre m9tres du bord! @nsuite, ça s'enfonce brus uement! P Ne va pas au large, Nattie= recommanda NoHl, prudent!

72

Rromis= D dit sa cousine! @t elle se lança à la nage! .es deu# garçons s'apprêtaient à la suivre uand une e#clamation de %lle &ic'e les fit retourner ) B %on pauvre petit (ercule= D .e canic'e sortait de l'eau en boitillant! ,a maCtresse e#amina une de ses pattes, ui paraissait le faire souffrir uand il la posait par terre ) elle vit u'un minuscule morceau de verre s'; était enfoncé! Une petite B opération D s'imposait, et pour cela, il fallait être deu# ) l'aCné du trio offrit ses services! B %ais, ditEil à NicL, 6e te c'arge de surveiller Nat'alie! P D'accord! D "'est avec, dans les oreilles, les gémissements du canic'e, ue le 6eune garçon se remit à l'eau! @t, pour lui, la corvée commença ) c'en était une, pour cet amateur de grands fonds et de nages rapides, d'accompagner sa sNur, ui ne connaissait ue la brasse et restait pr9s du bord! Retit à petit, cependant, elle s'était éloignée du campement! @t comme la c<te, en cet endroit, était lég9rement incurvée, la nageuse cessa bient<t d'être visible pour NoHl et %lle &ic'e! %ais pour uoi se seraientEils in uiétésG -ls savaient ue NicL veillait sur sa sNur! Du moins en futEil ainsi pendant un moment! Nat'alie allait son petit bon'omme de c'emin, et

71

son fr9re, tout en musardant à droite et à gauc'e, avait l'Nil sur elle! %ais soudain, comme il tournait la tête vers la berge enva'ie de roseau#, le 6eune garçon crut voir!!! vit avec certitude!!! une tac'e verte, d'un vert ui tranc'ait sur celui des feuilles entourant l'ob6et! "ar il s'agissait d'un ob6et posé sur le sol! B Qu'estEce ue ça peut bien êtreG D se demanda NicL dévoré de curiosité! Un regard vers sa sNur la lui montra ui continuait d'avancer, mais avec une lenteur rassurante! B &a'= @lle fait pres ue du surEplace !) 6'ai le temps d'aller voir= D se dit le 6eune garçon ui, tel le li9vre de la fable, était tout à fait s?r de rattraper la B tortue D! -l marc'a 6us u'à la rive en pataugeant dans l'eau vaseuse! .e sol, o* les roseau# poussaient dru, était également spongieu#! %ais NicL ne se souciait ni de l''umidité ni du contact rugueu# des plantes, pres ue aussi 'autes ue lui ) il n'avait d';eu# ue pour la B c'ose D peinte en vert cru, et dont la forme se précisait peu à peu! An aurait dit!!! une grosse bouteille! B %ais oui= une bouteille de plongée= se ditEil uand il se fut approc'é! Qu'estEce u'elle fait làG D -l remar ua un long tu;au de caoutc'ouc ui, fi#é à l'embout, traCnait ensuite sur le sol, puis se perdait entre les tiges des roseau#!

7+

,'agissaitEil d'une bouteille 'ors d'usageG Rourtant, elle avait bon aspect, et paraissait encore pleine, comme NicL le devina en la soupesant! %ieu# ) il ouvrit le robinet, et le c'uintement du gaI s'éc'appant par le tu;au lui en apporta la preuve! .e 6eune garçon était intrigué! Que faisait cette bouteille de plongée, abandonnée sur le! rivage en un endroit d'acc9s difficileG Rour uoi ce tu;auG A* emmenaitEil cet air comprimé ui ordinairement est utilisé, pour permettre à un plongeur de respirerG "'erc'ant la réponse à cette derni9re uestion, NicL suivit le tu;au ) il aboutissait au lac! %ais, loin de s'interrompre, il disparaissait dans l'eau! Qus u'o*G NicL aurait peutEêtre plongé pour le savoir, s'il ne s'était tout à coup avisé d'un oubli ) le robinet était resté ouvert= Quel ues instants plus tard, le mal était réparé! .e 6eune garçon s'attarda encore à e#aminer la bouteille, mais sa conscience lui souffla brus uement ) B A'= là, là= @t Nat'alieG D 5ite, il courut à nouveau 6us u'au bord de l'eau, et regarda à gauc'e, puis à droite ) aussi loin ue portait son regard, le lac était absolument désert!

7$

CHAPITRE $ Le mons"re du la% était contente de sentir sur elle le regard de NicL, même en sac'ant fort bien ue son fr9re criti uait sa lenteur! Fant pis= .e fait d'être ainsi protégée valait bien une petite mo uerie= Foute seule, elle aurait 'ésité à s'aventurer si loin! Aussi tournaitEelle souvent la tête pour vérifier ue NicL était tou6ours là! Quel saisissement uand elle s'aperçut u'il n'; était plus= -ndécise, elle se mit debout, et fut un peu rassurée en sentant sous ses pieds le fond
NAF(A.-@

74

de sable mêlé de vase! .'eau ne lui arrivait ue 6us u'à la taille, mais elle était si trouble ue la baigneuse n'apercevait plus ses orteils! B Q'ai eu tort de venir ici= D pensaEtEelle! @treinte soudain par l'angoisse d'être seule, Nat'alie regarda autour d'elle pour faire le point ) c<té rivage, des roseau# et encore des roseau#U auEdelà, une sorte de falaise au faCte de la uelle serpentait la routeU enfin, un peu en retraitZle "astelet dont la masse imposante dominait le pa;sage! B Qui sait, se demandaEtEelle, si l''omme n'est pas posté derri9re une fenêtre, en train de m'épierG D >ésolument, l'enfant tourna le dos à la maison, et son regard erra de nouveau sur le lac! ReutEêtre ue NicL, dans son impatience, avait foncé vers le large et s'apprêtait maintenant à revenirG %ais uel ue c'ose surgit 'ors de l'eau, et ce n'était pas NicL! "'était!!! B .e monstre = D cria Nat'alie! %ais le cri s'étrangla dans sa gorge serrée par une affreuse angoisse! @n même temps, elle ne pouvait détac'er les ;eu# de la B bête D Kc'en était une, autant u'elle pouvait 6ugerM ui lentement prenait forme! An aurait dit un serpent gigantes ue! A vrai dire, seules émergeaient deu# anses en forme de demiEcercles, ainsi u'une tête prolongée par une langue rouge et fourc'ue!!! mais l'imagination de Nat'alie complétait l'affreuse vision!

77

@lle eut enfin le courage de se détourner de l''allucinant spectacle et de courir, d'une seule traite, 6us u'à la rive! Une trouée dans les roseau# ménageait ici une petite cri ue arrondie, o* elle se laissa tomber, absolument sans forces! .e sol mou était imbibé d'eau, ce ui ne l'empêc'a pas de s'; couc'er, face contre terre, pour ne plus rien voir! A coup s?r, la B bête D allait la poursuivre, mais elle était incapable de faire un geste de plus pour lui éc'apper! >ésignée, elle attendit de longues, interminables minutes durant les uelles sa pensée vola vers son fr9re, son cousin et %lle &ic'e, ui devaient dé6à s'in uiéter à son su6et! ,i au moins elle pouvait les alerter par ses cris= %ais il lui était décidément impossible d'émettre un son!
[ [[

B Quoi= Nat'alie n'est pas avec vousG D demanda NicL d'une voi# angoissée! ,a premi9re idée avait été de rallier le campement o*, peutEêtre, sa sNur était revenue en se retrouvant seuleG Ar il s'était bel et bien trompé! NoHl devint tout pOle! B %ais enfin, elle était avec toi tout à l''eure= réponditEil! Fu as donc cessé de la surveillerG P @' bien!!! oui!!! mais pour uel ues instants seulement D, avoua le plus 6eune en baissant la tête! %lle &ic'e avait entendu cette conversation!

73

Fr9s alarmée, elle réussit tout de même à garder son calme! B Nat'alie ne peut être bien loin, ditEelle! Fu es s?r, NicL, u'elle ne ris uait pas de perdre pied, là o* elle nageaitG P Absolument! Qe la suivais de pr9s, et l'eau m'arrivait à peine à la ceinture! P Dans ce cas, elle aura tout simplement voulu se reposer, et!!! P Aui, c'est s?rement ça= s'écria le 6eune garçon à ui ces paroles redonnaient espoir! Rour peu u'elle ait regagné la berge, il ; avait tellement de roseau# u'elle s'est trouvée cac'ée derri9re eu#! P Rour uoi ne l'asEtu pas appeléeG demanda NoHl! P Qe l'ai fait, mais elle ne m'a pas répondu! @n tout cas, 6'; retourne= P Qe t'accompagne! P Quand vous l'aureI trouvée, veneI vite me le dire= recommanda %lle &ic'e! Rendant ce temps 6e vais regagner la route, pour avoir une vue plongeante sur le lac! Dé6à les deu# garçons s'étaient 6etés à l'eau et la fendaient d'un cra\l rapide! Rour une fois, NoHl n'était pas le plus lent ) il se maintenait sans peine au niveau de NicL, pourtant le meilleur nageur de la famille! B A croire ue la peur lui donne des ailes!!! ou plut<t des nageoires= D pensa celuiEci, mais il garda cette réfle#ion pour lui! .''eure n'était pas à la

71

plaisanterie! .e 6eune garçon s'en voulait terriblement d'avoir B failli au devoir D, et son imagination lui représentait les dangers ue sa sNur avait pu courir par sa faute! Fout ça parce u'il s'était montré trop curieu#] Fiens, à propos, la bouteille de plongée!!!G Dans son désarroi, il l'avait pres ue oubliée! Rourtant, il fallait essa;er de la retrouver ) elle servirait de point de rep9re! -l aperçut soudain la tac'e verte entre les roseau# et annonça ) B "'est ici ue 6'ai laissé Nat'alie! P 5oilà ui est précis remar ua NoHl! @' bien= ralentissons! D Donnant l'e#emple, il avança, pouce par pouce, tout en fouillant la berge du regard! Quel ues m9tres plus loin, une cri ue apparut! 5ers le fond, couc'ée sur le sable 'umide, il ; avait une petite sil'ouette immobile ) Nat'alie= .'aCné du trio poussa un cri de triomp'e ) B @lle est ici= Qe l'ai trouvée= D P (ourra= D s'e#clama NicL à son tour! %ais leur 6oie se mua vite en in uiétude ) la petite fille ne bougeait pas, et son corps tout entier était animé d'un tremblement convulsif! Quel ue c'ose lui était arrivé! QuoiG B Nat'alie= D cria encore NoHl! Alors seulement elle se redressa, aperçut les deu# garçons et dit faiblement ) B 5ous, enfin= D Ruis, continuant de tourner la tête, elle fi#a un point sur le lac, et ses ;eu# s'écar uill9rent!

7:

B -l n'; est plus= s'écriaEtEelle! P QuiG demanda doucement NoHl! P .e!, le monstre= D .es deu# cousins éc'ang9rent un regard a'uri, puis, à leur tour, scrut9rent la surface de l'eau! @lle était parfaitement unie! ,eul, le vol de uel ues insectes venait en troubler la surface! B Fu as rêvé fit le plus 6eune en 'aussant les épaules! Au alors le soleil t'a tapé sur la tête= P Ruis ue 6e te dis ue 6e l'ai vu= P "omment e#pli uesEtu alors u'il n'; soit plusG P "'est peutEêtre ue 6'ai des 'aX!!! des 'allucinations, moi aussiG D bredouilla Nat'alie! @t elle

70

se mit à pleurer à gros sanglots! NoHl intervint avec son calme 'abituel! B @coute, ma petite Nattie, tu vas tout me raconter, à moi! Rendant ce temps, NicL ira rassurer %lle &ic'e ui se fait du mauvais sang à ton su6et! P D'accord, accepta son cousin, ravi d'éc'apper à une sc9ne de larmes! -l était ému, sans vouloir le montrer, et plein de remords car, pensaitEil, tout était arrivé par sa faute! ,a petite sNur, dé6à impressionnée par les racontars de la fermi9re, avait cédé à la pani ue en se vo;ant seule! .e soleil et la fatigue aidant, elle avait laissé divaguer son imagination! @t, maintenant, elle prenait ces divagations pour la réalité! %ais, tout en s'éloignant à la nage, le 6eune garçon se mit à éprouver des doutes! -maginative, Nat'alie l'était! %ais de là à inventer une pareille 'istoire et à la croire vraie!!! non et non, cela ne lui ressemblait pas! @n d'autres circonstances, tout aussi dramati ues, elle avait tou6ours fait preuve d'un solide bon sens! Reu à peu, dans l'esprit de NicL, une idée germait, si vague u'il ne pouvait la préciser! "e ne fut u'au retour, apr9s avoir porté la bonne nouvelle à %lle &ic'e Ksans toutefois l'in uiéter en parlant de B visions DM ue se produisit le déclic! @#actement uand NicL passa une fois de plus à c<té de la bouteille de plongée! B Qe crois ue 6'ai une idée= criaEtEil, tr9s e#cité! NoHl, Nat'alie, écouteI donc= D

32

,on cousin, sans tenir compte de ces derni9res paroles, le prit à part! B ,aisEtu ue 6e commence à me poser des uestionsG Qe cro;ais, comme toi, ue Nat'alie divaguait! Qe l'ai calmée, 6'ai écouté son 'istoire en essa;ant de lui démontrer ue ça ne tenait pas debout! @' bien, elle n'en démord pas, et m'a pres ue convaincu à mon tour! @lle a vraiment vu uel ue c'ose! D -l s'attendait évidemment à être contredit, mais fut bien étonné! B "'est aussi mon avis, déclara NicL le plus sérieusement du monde! P Quoi= Qu'estEce ui t'a fait c'anger si vite d'opinionG P .a bouteille de plongée! P Quelle bouteilleG P Qe vais tout te raconter, mais il faut ue Nat'alie écoute ) ainsi, elle sera rassurée sur ses prétendues 'allucinations! D @t, devant sa sNur et son cousin tr9s intéressés, il narra sa découverte! Quand il eut fini, la petite fille avait l'air déçu! P Fout ça n'e#pli ue pas!!! le monstre, ditEelle! P %oi, 6e commence à comprendre D, affirma NoHl! NicL reprit la parole ) B Deu# c'oses m'ont paru louc'es ) d'abord, cette bouteille cac'ée dans les roseau#, car 6e suis à peu pr9s s?r u'on a voulu la camoufler, et, la

31

preuve, c'est u'on l'a peinte en vert! "omment 6e m'en suis aperçuG Fout simplement parce ue le travail a été bOcléU l'ancienne teinte 6aune apparaCt encore par endroits! @t puis, mal'eureusement pour le peintre amateur, le vert u'il a c'oisi n'est pas tout à fait celui des roseau#, ce ui m'a permis de découvrir le B pot au# roses D! D ,a sNur avait l'air B paumée D! B Qu'estEce ue c'est ue ces couleurs dont tu parlesG Du vert, du 6aune, et maintenant!!! du roséG D .es deu# garçons se retinrent de rire! Apr9s tout, si elle se montrait peu réceptive, Nat'alie avait des e#cuses= B .e pot au# roses, e#pli ua NoHl, c'est le secret d'une affaire, et NicL l'a découvert!!! grOce à la couleur de la peinture, 6ustement! P A', bon= P .e second détail ui m'a rendu méfiant, poursuivit le plus 6eune des garçons, c'est la présence de ce long tu;au ui part de la bouteille et disparaCt dans le lac! A* vaEtEilG %aintenant, ça me paraCt évident! P Ras à moi D, avoua sa sNur! @ncore une fois, NicL s'abstint de la ta uiner et reprit ) B "'est simple ) 6e vais te faire une démonstration! >este ici avec NoHl, regarde le lac et, surtout, n'aie pas peur! D ,ur ce, il disparut entre les roseau#! Quel ues

3+

minutes plus tard, l'aCné et sa cousine, ui avaient les ;eu# rivés sur la surface de l'eau, en virent lentement sortir!!! le corps onduleu# d'un gros serpent! Au plut<t la moitié de son corps, l'autre partie restant immergée! %ais ils pouvaient distinguer nettement sa peau tac'etée et sa langue rouge! Nat'alie ne put s'empêc'er de pousser un cri et de se cac'er les ;eu# avec les mains! @lle sentit sur son épaule le contact rassurant de la main de NoHl, et l'entendit prononcer de sa voi# posée ) B Fu n'as rien à craindre, ma petite Nattie! D Alors, elle regarda de nouveau! A surprise= .''orrible bête s'enfonçait lentement dans l'eau! Un instant plus tard, elle avait disparu!

3$

CHAPITRE $I Des (&o"os
A "@ %A%@NFE.^,

NicL surgit des roseau#, l'air

triomp'ant! B Alors, vous aveI vuG Sa a gaIé= P Aui, et c'est bien le cas de le dire= D répli ua NoHl en souriant! Nat'alie était dé6à remise de ses émotions! B @#actement comme tout à l''eure, approuvaEtE elle, sauf ue 6e n'avais pas vu le B monstre D disparaCtre dans l'eau, comme maintenant! D @lle regarda son fr9re avec admiration! B Alors, ce coupEci, c'est toi ui!!!G
34

P "'est moi= fit NicL en bombant le torse! Apparition à volonté, en uel ue sorte! P &ravo= @t tu t'es servi, pour ça, d'une bouteille de plongéeG Q'aimerais la voir! P >ien de plus facile! AllonsE;= D -l entraCna les deu# autres, le long du rivage, 6us u'à l'endroit o* le tu;au émergeait des roseau# et la bouteille apparut à travers le feuillage! B Fu vois, Nattie, e#pli ua NicL, 6e tourne le robinet, comme ça, et l'air comprimé passe par le tu;au et va gonfler le fau# serpent! Alors!!! D -l s'interrompit en vo;ant NoHl fermer le robinet! B Qu'estEce ui te prendG P Qe t'e#pli uerai tout à l''eure!!! continue= P Qe parlais donc du serpent ) uand on le gonfle, il sort de l'eau, e#actement comme une bouée! P Une bouée= D répéta Nat'alie! @lle en avait possédé une, uand elle apprenait à nager! ,e pouvaitEil ue la B bête D ui lui avait causé cette terrible fra;eur soit comparable à un ob6et aussi inoffensif G Rar réaction, elle eut envie de rire, mais un détail la frappa soudain ) B @t toi, observaEtEelle, comment se faitEil ue tu n'aies pas vu le B monstre D en même temps ue moiG P D'abord, 6'avais les ;eu# baissés, pour suivre le tu;au, répondit NicL, puis 6'ai fait brus uement demiE tour pour aller fermer le robinet! .e

37

temps ue 6e revienne, B il D avait dé6à disparu! P Un monstre escamotable en somme, plaisanta NoHl! P Aui, et ça me paraCt biIarre, remar ua sa cousine ui, décidément, avait repris ses esprits! D''abitude, uand une bouée a été gonflée, elle ne s'enfonce pas tout de suite dans l'eau= E %ais dis donc, tu as raison, admit NicL en fronçant les sourcils! Rour uoi ce B monstre D disparaCtE il lors u'onE coupe l'arrivée d'airG Q'avoue ue 6e nage= P !!! et c'est encore le cas de le dire, répli ua son cousin! %oi, 6e crois u'il s'agit d'une uestion d'é uilibre entre plusieurs forces! P A'= bon, firent le fr9re et la sNur avec une grimace! P @couteIEmoi bien ) le pseudoEserpent, ui doit être en caoutc'ouc ou en mati9re plasti ue, est muni d'une valve tr9s sensible! "elleEci s'entrouvre d9s ue l'air comprimé cesse de pousser contre Qes parois! .e bo;au se vide alors et s'enfonce!!! parce u'il est lesté de uel ues gros caillou#! Que penseIEvous de mon e#plication, 'einG!!! ça bouillonne làEdedans= P Wormidable= s'e#clama NicL! Qe vais vérifier dareEdare! P "omment t'; prendrasEtuG s'in uiéta Nat'alie! P Rardi= en suivant le tu;au sous l'eau 6us u'à ce u'il me conduise au B monstre D!

33

P N'; va pas= pria sa sNur alarmée! P @t pour uoi doncG Fu t'imagines encore ue ce fau# serpent peut me dévorer tout cruG P &ien s?r ue non, mais!!! 6'ai peur, voilà= D NoHl n'était pas tr9s ent'ousiaste, lui non plus! B Qe préférerais ; aller moiEmême D, ditEil! ,on cousin bala;a illico cette proposition ) B Allons, allons= Fu sais bien ue l'as de la nage sousEmarine, c'est moi= D "ette affirmation peu modeste, mais véridi ue, convain uit les deu# autres et c'est le cNur battant ue, du rivage o* le trio s'était rendu, ils virent NicL partir à la nage! De temps à autre, il pi uait une tête, c'erc'ant évidemment à repérer la présence du tu;au! ,oudain, il disparut sous l'eau pendant uel ues secondes, reparut, plongea de nouveau!!! B Qe trouve!!! u'il reste!!! bien longtemps= D remar ua Nat'alie ue l'émotion faisait béga;er! NoHl ne répondit pas! .ui aussi sentait l'in uiétude le gagner! -l allait se décider à partir à la rec'erc'e de son cousin lors ue celuiEci 6aillit littéralement 'ors de l'eau, dégoulinant et à demi suffo ué! D9s u'il eut repris son souffle, il cria ) B Qe l'ai vu= D, puis revint à la nage! Reu apr9s, il abordait pr9s des deu# autres ui le press9rent de uestions! B A uelle profondeur esEtu descenduG P "omment estEilG D

31

@ncore uel ues e#ercices respiratoires, et le plongeur parla! B A uel ues m9tres du bord, il ; a un basEfond ) c'est là u'il repose, tout dégonflé, tout minable! Qe t'assure, Nat'alie, u'il ne te ferait plus peur= @t saisEtu comment il a été fabri uéG P Non! Dis vite= P Fout simplement en utilisant de vieilles c'ambres à air coupées en deu#! "e sont ces morceau# ui, recollés têteEbêc'e, forment les ondulations de cet animal!!! B sinusoXdal D, comme dirait mon professeur de mat'émati ues= Quel ues tac'es de peinture par làEdessus, et le tour est 6oué= D -l s'arrêta, mais de nouveau les uestions fus9rent ) B @t la têteG P @t la langueG P @t la ueueG D NicL se mit à rire! B Dites donc, on croirait ue vous vouleI me faire c'anter l''istoire du vilain serpent sur l'air de B gentille alouette D= @' bien, c'est facile à comprendre ) les deu# e#trémités ont été grossi9rement bricoléesU une langue, découpée, peinte en rouge et collée du c<té de la tête! 5u de loin, et compte tenu de l'affolement ue cause cette apparition, ça fait son petit effet! P @videmment, réfléc'it NoHl, ce prétendu

3:

monstre était destiné à être vu de loin; tu as raison! P Du "astelet, par e#emple, précisa NicL! P "'est mon idée! P .a mienne aussi! P Alors, devina la cadette, ce monstre était donc fait pour effra;er %me Deloc'e, pas moi= P &ien s?r= ac uiesça NicL! ,i tu as bénéficié du spectacle, toi, c'est par pur 'asard! P Qe m'en serais passée= s'e#clama Nat'alie avec une grimace! P %ais uel 'eureu# 'asard, tout de même= remar ua NoHl! ,urtout pour %me Deloc'e, car nous savons maintenant u'elle ne souffre pas

30

plus d''allucinations ue vous et moi! Quel u'un a voulu le lui faire croire, tout simplement! Quel u/un ui la sait malade des nerfs, donc prête à B gober D n'importe uoi! P @t ce uel u'un, c'est son beauEfr9reG P Sa paraCt probable! D NicL n'admettait pas le doute! B &ien s?r ue c'est lui, affirmaEtEil! Quand %me Deloc'e aEtEelle pi ué ses prétendues crisesG Au moment o* ce t;pe était en visite c'eI elle, comme par 'asard! @t ui s'est occupé de la faire soignerG .ui, encore lui! P Fu crois ue le médecin est compliceG demanda Nat'alie! EP Ras du tout, répondit NoHl! Qe pense même ue le beauEfr9re a fait venir celui ui la soigne 'abituellement! %me Deloc'e a les nerfs malades et suit un traitement! 5oilà u'en plus elle parle de ce B monstre du lac D u'elle est seule à avoir vu, et pour cause= "omment réagit son docteurG @n l'éloignant pour un temps de c'eI elle, puis ue c'est là ue se produisent ses B 'allucinations D, vraies ou fausses! P Wausses= dit NicL péremptoire! Nous venons de le prouver! Ainsi nous pourrons confondre ce t;pe, et!!! P !!! et grOce à nous, poursuivit sa sNur, %me Deloc'e reviendra dans sa maison!!! et nous ; invitera!

12

PE A'= là, là= comme vous alleI vite en besogne, s'e#clama NoHl! Fout ça n'est pas si facile= P @t pour uoi donc, monsieur le pessimisteG s'insurgea NicL! P Rarce ue la preuve dont tu parles, nous l'avons, nous, mais pas %me Deloc'e! @ncore fautEil la lui apporter, or nous ne savons même pas o* elle est! P Nous finirons bien par la retrouver= P ,ans doute mais, d'ici là, son beauEfr9re aura détruit la preuve! P "ommentG demanda Nat'alie! P @n enlevant la bouteille de plongée, ainsi ue le fau# serpent! P Qe trouve même u'il a été idiot de ne pas le faire tout de suite, remar ua NicL! P -diotG Qe ne crois pas, réfuta son cousin! ReutE être ue tout simplement, il n'en a pas eu le temps! P "omment çaG P >éfléc'is un peu ) %me Deloc'e est partie de c'eI elle 'ier ou avantE'ier P pas en ambulance certainement, elle n'était pas asseI malade pour ça! ,on beauEfr9re, ui avait s?rement tout intérêt à 6ouer les parents attentionnés, a d? l'emmener dans sa propre voiture! .e temps de l'installer dans la maison de repos, de voir le docteur, etc!, sans doute venaitEil de regagner le "astelet uand nous sommes arrivés!!! P Qe vois, l'interrompit Nat'alie, et depuis,

11

c'est notre présence ui l'a gêné! Fant pis pour lui= P @' bien, 6ustement, nous sommes encore là pour lui mettre des bOtons dans les roues= s'écria son fr9re! P %ais nous n'; serons pas tou6ours, ob6ecta NoHl! P "'est vrai! Alors, comment faireG P Q'ai bien une idée!!! 'ésita NoHl! P 5asE;, on t'écoute! P Fu sais ue 6'ai apporté mon appareilEp'oto à développement instantané, l'ancien appareil de mon oncle, u'il m'a prêté pour les vacancesG P Qe comprends ) tu veu# p'otograp'ier le monstre= EP !!! et 'aussi la bouteille de plongée! Fu comprends, maintenant, pour uoi 6e t'ai empêc'é de la vider ) il faut u'il reste asseI d =air comprimé pour faire émerger le serpent au moins une fois. P NoHl, tu es génial= "ourons vite c'erc'er cet appareil!!! P !!! et dépêc'onsEnous d'aller tout raconter à %lle &ic'e, a6outa Nat'alie! @lle doit commencer à trouver le temps long, toute seule= D .e trio retourna donc au campement en utilisant la voie la plus rapide ) celle du lac! Rendant ue NoHl fouillait dans ses affaires, NicL et sa sNur entreprirent, au profit de %lle &ic'e, un récit accéléré et uel ue peu décousu des derniers incidents! .a vieille demoiselle n'; comprit

1+

pas grandEc'ose, si bien u'elle décida de retourner sur les lieu# avec les enfants! "'est ce u'elle fit en marc'ant dans l'eau, avec (ercule dans les bras, (ercule dont la patte allait beaucoup mieu#, mais u'elle gardait sous surveillance! Quel ues instants plus tard, NoHl, sa cousine, leur vieille amie et son c'ien se trouvaient groupés dans la petite cri ue, tandis ue le troisi9me B N D était en faction pr9s de la bouteille! B Rrêt= D cria l'aCné du trio en bra uant son appareil en direction du lac! &ient<t, à la surface, apparut le B monstre D, d'aspect plus redoutable ue 6amais!!! à premi9re vue du moins! %lle &ic'e poussa un B A'= D de saisissement, (ercule abo;a, mais Nat'alie resta stoX ue ) elle commençait à être blasée= Un déclic ) la p'oto était prise! .'opérateur attendit un moment, puis tira latéralement sur le film pour l'e#traire et enfin détac'a le papier ui le mas uait! B >éussi= commentaEtEil! P Wais voirG A'= c'est tout à fait ressemblant= apprécia sa cousine! .es couleurs sont bien rendues! >egardeI, mademoiselle! D Ainsi interpellée, la vieille amie des >enaud sursauta vivement ) depuis l'étonnant spectacle, elle paraissait plongée dans une profonde méditation! Rarfait, ditEelle, mais!!! m'e#pli uereIEvous clairement à uoi rime cette mascaradeG

1$

P D'accord= fit l'aCné du trio en refermant son appareil! Nous en reparlerons tout à l''eure, uand nous aurons re6oint NicL pr9s de la bouteille de plongée! D Nat'alie et %lle &ic'e s'éloign9rent, l'une guidant l'autre! Au moment de les suivre, NoHl 6eta un regard au B serpent d'eau D ui s'enfonçait dé6à! Ruis une soudaine impulsion le fit se retourner! Rar e#emple= >êvaitEilG -l aurait 6uré u'au premier étage du "astelet, uel u'un P dont il crut même voir la main P refermait des persiennes!

14

CHAPITRE $II Le r)'e de Na"&alie %..@ &-"(@, l'air sombre, les mains derri9re le dos, arpentait le terrain devant la cabane! (ercule la suivait pas à pas, tandis ue les Frois N, assis à même le sol, observaient leur man9ge avec amusement! B Depuis le temps ue ça dure, ils ont d? faire des Lilom9tres= pensa NicL, asseI porté à l'e#agération! P .e vaurien= .e bandit= se mit à vitupérer la

17

vieille demoiselle, les ;eu# tournés vers le "astelet invisible! -nventer une pareille mac'ination pour effra;er une personne en mauvaise santé, c'est une abomination= A'= ,i 6e le tenais, cet affreu# individu= P -l ne doit pas nous porter dans son cNur, lui non plus= remar ua NicL! Notre présence est dr<lement gênante pour lui, et s'il pouvait nous éliminer!!! P Nous éliminerG Qu'il ose= D s'écria %lle &ic'e en faisant volteEface si brus uement u'elle man ua marc'er sur le canic'e! %ais son regard se posa sur les enfants, et son e#citation tomba d'un coup! B ,eulement, il ; a vous trois, ditEelle, et 6e n'ai pas le droit de vous faire courir de ris ues! Qus u'ici, 6e cro;ais seulement avoir affaire à un malappris, or votre derni9re découverte montre ue c'est aussi un 'omme sans scrupules! Qe me demande même si 6e ne devrais pas raconter l'affaire au# gendarmes! Rourtant!!! une c'ose m'arrête ) il s'agit d'un parent de %me Deloc'e, et 6e pense ue ça l'ennuierait u'on divulgue une 'istoire de famille! Rar contre, en ce ui nous concerne, la prudence voudrait ue nous uittions le voisinage de cet énergum9ne! P A', non alors= protesta NicL! Rartir 6uste au moment o* ça commence à devenir intéressant, ce serait trop dommage= D -l a6outa d'un ton pompeu# ) B D'ailleurs, ce

13

n'est pas notre 'abitude de capituler devant l'adversaire= D "e dernier argument triomp'a des scrupules de la vieille demoiselle! B D'accord, 6e veu# bien rester, ditEelle! De toute façon nous ne serions pas allés bien loin, car il nous reste une mission à remplir ) retrouver %me Deloc'e et lui dévoiler la superc'erie dont elle a été victime! P -l ; a mieu# à faire, déclara NicL ) comprendre le pour!uoi de cette superc'erie! Nous pourrions mener une en uête, et!!! P Ras uestion= coupa la vieille demoiselle! Qe connais trop votre go?t pour l'aventure, et les dangers au# uels il vous e#pose! Rour cette fois, vous le mettreI en veilleuse! "omprisG D "es paroles étaient prononcées d'un ton sans appel, et le 6eune garçon n'insista pas! B @ncore une recommandation, a6outa la vieille demoiselle! Nous devons, par prudence, laisser ignorer à cet 'omme ue nous l'avons démas ué! D NoHl, ui n'avait rien dit 6us u'alors, murmura entre ses dents ) B ReutEêtre bien u'il sait dé6à à uoi s'en tenirG D NicL fut le seul à l'entendre et lui 6eta un regard interrogateur! -l avait remar ué combien son cousin paraissait soucieu#, depuis leur retour au campement, et se demandait pour uoi! Aussi

11

se promitEil de lui parler seul à seul, aussit<t ue l'occasion s'en présenterait! -l la trouva peu apr9s ) %lle &ic'e s'apprêtait à faire cuire le repas du soir avec l'aide de Nat'alie! B AlleI donc nous c'erc'er une provision de bois= D demandaEtEelle au# deu# garçons! "eu#Eci s'éloign9rent en direction du vieu# c'êne et, d9s u'ils furent 'ors de portée de voi#, NicL uestionna son cousin ) B Dis donc, tu n'as pas l'air dans ton assiette! Quel ue c'ose ui ne va pasG D NoHl raconta ce u'il avait vu!!! ou cru voir,

1:

uand il s'était retourné vers le "astelet apr9s avoir p'otograp'ié le fau# serpent! B "ette fenêtre, ui est en réalité une porteEfenêtre, se trouve au premier étage et donne sur un balcon, ditEil! P Rar e#emple= s'e#clama NicL! "'est celle de la c'ambre de %me Deloc'e! Dans sa lettre à %lle &ic'e, elle parlait de son balcon dominant le lac! P Rossible, mais o* veu#Etu en venirG P @' bien!!! ui sait si son beauEfr9re ne la tient pas captive c'eI elleG Apr9s tout, nous n'avons aucune preuve u'elle soit entrée en maison de repos! -l suffisait d'en faire courir le bruit! D NoHl réfléc'it, puis secoua la tête! B Fu fais du roman= ,i elle était prisonni9re, %me Deloc'e pourrait appeler au secours depuis son balcon! P @videmment= admit le plus 6eune! P Rar contre, ce balcon étant un e#cellent poste d'observation, le beauEfr9re s'; est installé pour nous espionner! @n particulier, il a pu me voir p'otograp'ier le prétendu monstre, et c'est tr9s embêtant! P Sa oui= Qu'estEce u'on peut faireG P Rour commencer, mettre la p'oto en lieu s?r! P Au ça G.a cabane est ouverte à tous les vents! "omme endroit s?r, on fait mieu#=

10

P Aussi c'erc'eronsEnous d9s ce soir une autre cac'ette! @n tout cas, pas un mot à %lle &ic'e ni à Nat'alie! P %otus et bouc'e cousue= D promit NicL! .e repas, ce soirElà, ne fut gu9re animé= Fout à leurs réfle#ions, les garçons ne prêt9rent aucune attention à ce u'ils mangeaient! Nat'alie, de son c<té, s'endormit à moitié sur son assiette ) c'était la consé uence des émotions de cette 6ournée! A peine sortie de B table D, la petite fille alla se couc'er, si bien u'elle ignora la m;stérieuse occupation à la uelle se livr9rent son fr9re et son cousin, un peu plus tard, à la faveur de l'obscurité! A;ant gagné la rive du lac, ils le long9rent un petit moment sur la droite, là o* les roseau# étaient particuli9rement denses! NoHl apportait les deu# p'otos Kcelle du fau# serpent et une autre, représentant la bouteille de plongée avec le tu;auM ainsi u'un sac en plasti ue! NicL avait discr9tement récupéré la bouteille d'eau minérale vidée au dernier repas! .es p'otos roulées en c;lindres, puis enveloppées dans le plasti ue, purent aisément passer par le goulot de la bouteille! "elleEci fut lestée avec des caillou#, puis soigneusement rebouc'ée! Rour finir, NicL se déc'aussa et alla l'immerger à deu# m9tres environ du bord! -l l'enfonça le plus possible dans le fond sableu#, puis la mas ua à l'aide de deu# pierres plates!

:2

B 5oilà ui est parfait= s'écriaEtEil en prenant du recul pour mieu# admirer son Nuvre! .e t;pe peut tou6ours c'erc'er ) il n'; verra ue du feu!!! P !!! ou plut<t B ue de l'eau D, rectifia NoHl! Auf= Qe crois ue 6e dormirai plus tran uille maintenant= P %oi, 6e n'irai pas encore faire dodo!!! pas avant d'avoir discuté avec toi de cette affaire! P Fiens, comme ça se trouve= "'était aussi mon intention! P @' bien, restons ici ) %lle &ic'e ne va pas s'in uiéter de nous avant un bon moment! D .a vieille demoiselle, imitée par son c'ien, était en effet occupée à faire, autour de la cabane, son footing uotidien si fOc'eusement interrompu le matin même! B Asse;onsEnous, proposa NoHl, et faisons le point!D -nstallés face à l'étang dont l'eau sombre clapotait doucement, dissimulés par les 'autes tiges des roseau#, les deu# cousins se sentaient isolés du monde! "e décor un peu m;stérieu# convenait parfaitement à la résolution d'une énigme! NicL eut un petit frisson d'e#citation! Apr9s un silence, NoHl reprit la parole ) B .'affaire se résume en peu de mots ) %me Deloc'e nous invite au "astelet mais uand nous ; arrivons, elle n'est plus là! ,on beauEfr9re, ui occupe la maison, prétend u'elle est malade et fait une cure de repos! Nous découvrons u'elle

:1

a tout bonnement été effra;ée par un pseudo monstre, mais u'il s'agit d'une superc'erie!!! dont l'auteur n'est autre ue le beauEfr9re! >este à savoir uel est son but! P Sa paraCt évident, dit NicL! -l a voulu rester seul au "astelet! P Ras de doute làEdessus! %ais pour uoiG P Rarce u'il ; c'erc'e uel ue c'ose! An ne monte pas une pareille mise en sc9ne sans u'il ; ait B anguille sous roc'e D! D NoHl se mit à rire! B @stEce ue cette anguille ne serait pas plut<t un c'atG Deu# c'ats, pour être e#actG P Fu veu# dire!!! les c'ats birmansG P Fout 6uste= "es deu# figurines de porcelaine au# uelles %me Deloc'e devait attac'er de l'importance, puis u'elle en a parlé à %lle &ic'e dans une lettre! P Dis donc, tu as s?rement raison= s'écria NicL! Qe me rappelle comme l'Nil du beauEfr9re s'est allumé uand Nat'alie a fait la gaffe! D NoHl se 'Ota de défendre sa cousine! B Qe ne vois pas en uoi elle a gaffé= P %ais si, vo;ons, rappelleEtoi u'elle a crié bien fort ) B Q'ai vu les c'ats birmans si précieu#= D .e 6eune garçon avait prononcé ces derni9res paroles d'une voi# suraiguH, imitant si bien sa sNur ue NoHl ne put s'empêc'er de rire!

:+

B Fu as raison, admitEil! %ais Nat'alie ne pouvait pas savoir! Quant au beauEfr9re, il paraissait tout ignorer au su6et de ces c'ats! P "'est bien ce ue 6e dis ) l'e#clamation de ma c'9re gaffeuse de sNur l'aura mis sur la piste!!! si c'en est une! D -- a6outa, perple#e ) B &iIarre, tout de même, u'il ait fait tout ce cinéma pour c'erc'er uel ue c'ose!!! sans savoir uoi! D NoHl se concentra un moment! B Qe sugg9re une e#plication, ditEil enfin! "l a peutE être appris ue son fr9re, peu avant sa mort, avait e#pédié c'eI lui un ob6et de grand pri#G

:$

-l ignore ce ue c'est, mais esp9re le trouver en fouillant le "astelet! P @t tu crois ue %me Deloc'e laisserait ce B trésor D bien en vue, dans une maison aussi isoléeG D NoHl avait réponse à tout! B ReutEêtre n'en connaCtEelle pas la valeurEtout simplement parce ue son mari comptait tout lui dire à son retour!!! et u'il n'est 6amais revenuG P Sa se tient, admit NicL! @t ce trésor, ce serait cette paire de minetsG P Une simple supposition de ma part, mais ui paraCt vraisemblable! P -l faudrait vérifier! P Aui, mais commentG D "e fut au tour de NicL de réfléc'ir!!! à sa mani9re à lui, c'estEàEdire en se trémoussant et en se grattant la tête! B Qe s9c'e, ditEil bient<t! @nfin!!! c'est une mani9re de parler, parce ue cet endroit est dr<lement 'umide= P Qe n'ai pas d'idée non plus, avoua NoHl! ReutE être ue la nuit nous portera conseilG D Quste à cet instant retentit la voi# de %lle &ic'e ) B NoHl, NicL, o* êtesEvousG D Allons, il était temps d'aller dormir= D'ailleurs les deu# garçons ne demandaient pas mieu# ) comme pour Nat'alie, cette 6ournée, ric'e en événements, les avait fatigués! .a nuit fut calme, au moins pour trois dormeurs sur uatre!

:4

,eule Nat'alie déclara u'elle avait fait un rêve, pres ue un cauc'emar ) B Q'entendais uel u'un ui marc'ait pr9s de la cabane, e#pli uaEtEelle, et puis une sorte de raclement, comme si cette personne traCnait par terre un ob6et lourd!! Q'ai cru u'elle allait entrer, et ça m'a fait peur! Q'ai voulu crier et 6e ne pouvais pas! Ruis plus rien! D .es deu# garçons éc'ang9rent un regard in uiet! @t si ce rêve n'en était pas unG D'un commun accord, ils all9rent inspecter le sol, pr9s de la 'utte ) aucune trace visible sur le terrain caillouteu#! Alors NicL s'éclipsa discr9tement, fila vers le lac et disparut sur la droite, derri9re les roseau#! Une minute plus tard il était de retour, l'air soulagé! A la uestion muette de NoHl, il répondit en abaissant les paupi9res! B Auf= .es p'otos sont tou6ours là= D interpréta l'aCné! %ais une autre idée les tracassait! Aussi, pendant ue %lle &ic'e et Nat'alie préparaient le petit dé6euner, tous deu# se 'Ot9rent en direction de la cri ue o*, la veille, leur cadette avait éprouvé une telle fra;eur! &ien vite, les soupçons de NicL se c'ang9rent en certitude ) plus de bouteille de plongée, ni de tu;au= ,ans un mot, il plongea! Reu apr9s il revenait pr9s de son cousin, l'air sombre! AlorsG P .e fau# serpent a disparu, lui aussi! D Ainsi le beauEfr9re de %me Deloc'e, sans doute

:7

levé d9s l'aube, avait profité de leur sommeil pour faire disparaCtre les traces de sa superc'erie! B @videmment, il fallait s'; attendre, commenta NoHl! Nous ne pouvions pas monter la garde 6our et nuit= P (eureusement u'il nous reste les p'otos= D remar ua son cousin! -l a6outa d'un air résolu ) B %aintenant, plus mo;en de rester les bras croisés! -l faut ue nous agissions! P %algré la défense de %lle &ic'eG 'ésita NoHl! P %ais bien s?r= @lle espérait nous éviter d'être B mouillés D dans cette 'istoire! "e u'elle ignore, c'est u'avec le coup des p'otos, nous sommes dans le bain=D NoHl regarda son cousin tout trempé, grelottant dans la fraCc'eur du matin, et dit en riant ) B "e ui saute au# ;eu#, c'est ue, toi au moins, tu ; es= D

:3

CHAPITRE $III Une (ar"ie de ballon r'abillés, les deu# cousins dégustaient avec plaisir un bol de c'ocolat bien c'aud! %lle &ic'e avait commencé par gronder NicL! B AEtEon idée de faire un plongeon d'aussi bonne 'eureG P "e n'était pas pour mon plaisir D, répondit le 6eune garçon! @t, comme lui et NoHl étaient convenus de le faire, il révéla à la vieille demoiselle et à
W>-"F-ANN_,,

:1

Nat'alie la disparition du B monstre D et de ses accessoires! B A'= alors, mon rêve n'en était pas un= s'écria sa sNur! "e ue 6'ai entendu s'est réellement passéG P "ertainement, approuva NoHl! .e bon'omme transportait son matériel et, comme c'était lourd, il le laissait traCner sur le sol! P Ainsi ce vilain monsieur a réussi à escamoter, sous notre neI, la preuve de son forfait= D remar ua %lle &ic'e d'un air contrarié! %ais son optimisme naturel reprit vite le dessus! B &a'= -l l'aurait fait à un moment ou à un autre! .'essentiel, c'est ue nous a;ons les p'otos! DisEmoi, NoHl, tu les as bien rangées, au moinsG P A', oui, mademoiselle, n'a;eI aucune crainte D, répondit l'aCné du trio! %ais il se garda de préciser l'endroit o* lui et NicL les avaient mises ) un tel e#c9s de Rrécautions aurait paru biIarre à leur vieille amie! B @stEce ue ces p'otos peuvent vraiment servir à accuser ce méc'ant 'ommeG demanda Nat'alie! P .'accuser G Qe ne crois pas, répondit %lle &ic'e! -l n'a mal'eureusement pas laissé sa signature sur son Nuvre! %ais les p'otos suffiront à convaincre le docteur de %me Deloc'e ue sa cliente n'a pas l'esprit dérangé! Qe suis décidée à le rencontrer d9s ue possible!

::

P Au6ourd''ui, alorsG D .a vieille demoiselle réfléc'it! B @videmment, réponditEelle enfin, le plus t<t serait le mieu#)! %ais il ; a la uestion des mo;ens de transport ) en allant à .amurac au6ourd''ui, nous devrons faire la route à pied!!! ou appeler un improbable ta#i, tandis ue demain, ui est un samedi, nous pourrons profiter du car bi'ebdomadaire!` P "'est la meilleure solution, approuva NicL! Apr9s tout, le délai n'est pas bien long= D Nat'alie avait une autre uestion à poser à %lle &ic'e ) ; B @t, pour dénic'er le docteur de %me Deloc'e, ue compteIEvous faireG P Fout simplement me rendre à la poste et consulter l'annuaire à la rubri ue B médecins D! -l n'; en a s?rement pas beaucoup, dans une aussi petite ville ) 6e les visiterai l'un apr9s l'autre! P @t uand vous aureI trouvé le bon, vous lui montrereI les p'otosG P Naturellement! D .e repas matinal s'ac'evait! Une fois de plus, NoHl avait avalé la nourriture sans ; prendre garde! -l paraissait distrait, comme s'il réfléc'issait intensément! ,oudain son regard s'éclaira, et il eut une e#clamation étouffée ) B .es p'otos!!! mais oui= D Que voulaitEil direG NicL n'eut plus u'une idée ) savoir ce ue son cousin avait dans sa B grosse

:0

tête D ) certainement un mo;en de faire avancer l'en uête! -l l'apprit bient<t, car NoHl l'attira dans un coin et lui parla dans le creu# de l'oreille, .e plus 6eune siffla d'admiration! B "'est simple, mais il fallait ; penser, commentaEtE il! ,eulement!!! tu es s?r u'il faut ; mêler Nat'alieG # %ais oui= ce sera plus vraisemblable! P D'accord! D Alors NoHl entra discr9tement dans la cabane et en ressortit bient<t en dissimulant un ob6et! Rendant ce temps, NicL annonçait tout 'aut ) B Nous allons faire une partie de ballon dans un c'amp! Fu viens, NattieG P A' oui= accepta sa sNur, tout 'eureuse! %ais
02

Kelle se tourna vers %lle &ic'eM, vous ne vouleI pas ue 6e vous aide, mademoiselleG P Ras du tout= répondit la maCtresse d'(erculeD Qe suis contente ue vous vous amusieI, mes enfants! -l faut bien ue vous profitieI de vos vacances= Quant à moi, avec la cuisine, le rangement, 6'ai largement de uoi m'occuper! P %erci, mademoiselle= D .es deu# garçons avaient un peu de remords à l'idée de tromper leur vieille amie! Qu'auraitEelle pensé, en apprenant ue le c'ampa dont il était uestion se trouvait 6uste derri9re le "asteletG Fout en s'; dirigeant, NoHl et NicL mirent Nat'alie au courant de leur plan! &ien u'un peu in ui9te à l'idée d'affronter à nouveau l'adversaire, la petite fille fut contente B d'en être D! B %ais, remar uaEtEelle, c'est NoHl ui prendra tous les ris ues! P @' bien, tant mieu#= répli ua son cousin, d''abitude, c'est tou6ours NicL! D'ailleurs 6e n'aurai pas grandEc'ose à craindre si vous 6oueI bien votre r<le! D Quel ues minutes plus tard, .es Frois N engageaient, à vingt m9tres à peine du "astelet, une partie de ballon endiablée! NoHl avait repéré d9s la veille ce terrain plat, séparé de l'arri9re du domaine par la 'aie de t'u;as! Quste à c<té, un petit bois pourrait, le cas éc'éant, servir de refuge! Fout en se lançant et se relançant le ballon, les 6oueurs criaient à tueEtête, avec l'espoir ue leurs

01

clameurs e#aspéreraient l'occupant de la maison! B ,urtout s'il s'est rendormi apr9s son é uipée nocturne, remar ua NoHl! >éveillé par nous, il sera d'une 'umeur de dogue! D "et espoir s'avéra fondé! &ient<t, à l'étage, des volets furent repoussés brutalement, et une tête au# c'eveu# et à la barbe embroussaillés apparut à la fenêtre! A la vue des enfants, l''omme brandit le poing! %ais les Frois N, faisant comme s'ils n'avaient rien vu, continu9rent leur 6eu ponctué de bru;antes e#clamations! Un uart d''eure s'écoula encore! B "ette fois, il doit être descendu à la cuisine !pour dé6euner, supputa l'aCné du trio! Qe file! 5ous saveI ce ui vous reste à faireG P Aui, oui, compte sur nous= répondit NicL! P &onne c'ance= D a6outa Nat'alie! .eur tOc'e consistait, pour le moment, à poursuivre le 6eu, mais en faisant,Eà eu# deu#, autant de bruit u'à trois! Autrement dit, l'adversaire devait ignorer le départ d'un des 6oueurs! B Attrape, NoHl= D cria le plus 6eune des garçons! Ruis, un instant plus tard, en déguisant sa voi# ) Alors, Nat'alie, tu le renvoies ce ballonG A toi, NicL D, répondit la cadette! @t ainsi de suite! Rendant ue se déroulait cette comédie Kpour le plus grand amusement de ses acteursM, l'aCné se dirigeait vers les t'u;as formant la bordure

0+

latérale du 6ardin, et se baissait pour ramasser l'ob6et u'il avait déposé au pied de l'un d'eu#! "e n'était autre u'un appareil p'otograp'i ue! .e 6eune garçon se mit en faction entre deu# arbustes dont les branc'es, peu fournies, lui laissaient voir l'arri9re de la maison! @t il attendit! "e ne fut pas long! Un pro6ectile venant du, c'amp o* 6ouaient ses cousins passa parEdessus la 'aie et vint 'eurter la fenêtre de la cuisine ) c'était le ballon! -l ; eut beaucoup de bruit, mais pas de casse! B &ien visé, NicL= D applaudit mentalement NoHl! -l dut réprimer une envie de rire en entendant la voi# faussement indignée de son cousin ui s'e#clamait ) B "e ue tu peu# être maladroit, mon pauvre NoHl=D .'effet de cette manNuvre ne se fit pas attendre! .a porteEfenêtre s'ouvrit brutalement, et le beauEfr9re de %me Deloc'e 6aillit 'ors de la pi9ce! D'un air rageur, il se baissa pour ramasser le ballon, mais, au lieu de le renvo;er, le garda sous son bras et franc'it la 'aie au pas de course ) de toute évidence, il voulait attraper ces gamins insolents ui troublaient sa pai# et leur donner une correction! &ient<t, NoHl avait cessé de le voir ) c'était e#actement ce u'il espérait! -l n'eut aucune peine à se glisser à son tour à travers la 'aie, et, de là, gagna la cuisine dont la porte était restée grande ouverte!

0$

-l nota au passage, sur la table, les traces d'un petit dé6euner interrompu! Apr9s la cuisine, le 6eune garçon trouva un petit couloir o* donnaient plusieurs portes! .a premi9re u'il ouvrit le fit accéder à une salle à manger! -l la traversa, ouvrit une autre porte et aboutit dans le 'all d'entrée, éclairé par deu# petites fenêtres! Wace à lui, la grande porteU à sa droite, encadrant l'escalier de bois ciré, les deu# figurines de porcelaine! @lles n'avaient pas c'angé de place depuis la veille, B Auf= pensaEtEil avec soulagement! Q'avais peur u'il ne les ait fait disparaCtre, en se rendant compte u'elles nous intéressaient! 5ite, une p'oto= D "ar telle était son idée! .a même en somme u'il avait eue pour le pseudoEmonstre ) prendre en p'oto les deu# c'ats! %ais, cette fois, c'était dans un tout autre but! .'appareil bra ué sur les deu# statuettes, il eut t<t fait d'appu;er sur le déclenc'eur! B %ission accomplie= D se ditEil! "ependant, au lieu de s'éloigner bien vite, comme la prudence le lui conseillait, il voulut attendre le développement! Avec cette lumi9re un peu c'ic'e, la p'oto seraitEelle bonneG %ieu# valait s'en assurer! Dans le cas contraire, il en prendrait une autre! .es secondes lui parurent longues! @nfin il sortit

04

le film, enleva le papier et le froissa pour le mettre dans sa poc'e! Au même moment, il ; eut un cra uement uel ue part dans la maison! .e 6eune garçon sursauta et amorça un repli stratégi ue! %ais dé6à le silence était revenu ) il s'agissait d'une fausse alerte! >assuré, il reporta les ;eu# sur la p'oto! @' bien= il avait de la c'ance! .es deu# c'ats apparaissaient nettement sur le rectangle de carton et 6us u'à la teinte dorée de la porcelaine ui se trouvait parfaitement respectée! "ontent de lui, NoHl referma l'appareil avec des gestes un peu fébriles, vérifia ue la p'oto était

07

s9c'e et l'empoc'a, puis il se 'Ota de partir en empruntant le même c'emin u'à l'aller! De toute évidence, la maison était encore vide de son occupant ) le fugitif ne rencontra aucun obstacle 6us u/à la cuisine! Un regard par la porteEfenêtre encore ouverte lui montra le 6ardin désert! -l allait s'; élancer, lors u'une pensée gênante l'arrêta net ) B .e papier!!! celui ui recouvrait le film= D @n un éclair, il se revit en train de l'enlever, avec l'intention de le fourrer dans sa poc'e! @t puis cette fausse alerte s'était produite, et!!! il avait maintenant la sensation ue sa main, rendue maladroite par la peur, n'avait pas ac'evé le geste! B Ras d'affolement= se ditEil, c'est bien facile à vérifier= D Ar, en fouillant dans sa' poc'e, il trouva la p'oto, mais pas le papier! Une seule e#plication ) il l'avait laissé tomber dans le 'allU il devait ; retourner! NoHl traversa pour la troisi9me fois la cuisine, puis le couloir, et enfin la salle à mangerU ce fut un miracle si, dans sa 'Ote, il n'accroc'a pas uel ue meuble! .e 'all lui apparut! Dé6à ses ;eu# en e#ploraient le sol dallé, se posaient enfin sur le papier, uand!!! il ; eut un bruit de porte u'on ouvre, puis u'on cla ue en la refermant! @t ce bruit ne venait pas de l'arri9re de la maison, comme s'; attendait NoHl, mais de la façade

03

01

même! .'occupant du "astelet venait d'; entrer en utilisant la grande porte! ,i bien u'il se trouvait maintenant dans le 'all, à deu# pas du 6eune garçon ui était resté dans la salle à manger! "eluiEci eut un réfle#e immédiat ) comme la porte de cette pi9ce était restée ouverte, il recula d'un pas et se glissa derri9re! .'Nil collé contre la fente, entre le vantail et le c'ambranle, il observait ce ui se passait dans le 'all, osant à peine respirer dans la crainte d'être découvert! Fout d'abord, l'arrivant resta immobile, 'aletant comme uel u'un ui c'erc'e à retrouver son souffle! NoHl en déduisit ue NicL et Nat'alie l'avaient bien fait courir et il leur vota mentalement des félicitations! %ais, pendant cette pause, les ;eu# fureteurs de l''omme se posaient sur les diverses parties de la pi9ce, si bien ue son regard accroc'a le seul ob6et insolite ui s'; trouvOt ) le papier gisant sur le carrelage! -l alla le ramasser, l'e#amina sur une face, puis sur une autre, apparemment sans succ9s! @nfin, il s'approc'a d'une fenêtre pour le voir plus nettement! "ette fois il dut comprendre, car son visage e#prima la fureur! -l dit tout 'aut ) B .es maudits gamins= -ls m'ont bien eu= D Alors, comme si une idée lui traversait brus uement la tête, il fonça vers la porte ouverte derri9re la uelle se tenait NoHl!

0:

CHAPITRE I* All+, all+lui et l''omme, il n'; avait ue l'épaisseur d'un panneau de bois ui pouvait être aisément contourné! Que se passeraitEil alorsG Alerté par la découverte du B négatif D, l'occupant du "astelet était certainement furieu# contre ce p'otograp'e amateur u'il devait soupçonner d'être encore dans la place! Wort 'eureusement, emporté par son élan, l''omme franc'it la porte sans se retourner! Un
@NF>@

00

soulagement intense, mais de courte durée, s'empara de NoHlU en effet, il l'entendait fouiller à la 'Ote les autres pi9ces du reIEdeEc'aussée! Une porte se ferma, une clef fut tournée! B -l a bouclé la cuisine, devina NoHl! &ient<t ce sera le tour de l'entrée principale ) donc il c'erc'e à me faire prisonnier! D Rerspective angoissante= Aussi, le 6eune garçon n'attendit pas le retour de l'autre pour uitter sa cac'ette et passer dans le 'all! Quel ues pas encore, et il franc'irait la porte d'entrée! Alors, vive la liberté= (élas= il était dé6à trop tard ) l''omme revenait! -mpossible d'utiliser cette issue sans être vu!!! NoHl se précipita dans l'escalier en 6etant, au passage, un regard amer sur les deu# c'ats de porcelaine figés dans leur attitude impassible! Rourtant, n'étaientEils pas la cause de toutG A miEcourse, le fugitif ris ua un coup d'Nil en bas ) son poursuivant avait regagné le 'all! "omme l'avait deviné NoHl, son premier geste fut d'aller verrouiller la porte! -l espérait donc tou6ours le prendre au pi9ge= Dé6à, l''omme se dirigeait vers l'escalierU en gravissait lentement les degrés! %ais NoHl ui avait atteint le palier et venait d'; découvrir uatre portes, se 6eta sur le premier lo uet venu ) il résistait! .e second par bon'eur, 6oua sans bruit, et le vantail une fois poussé, dévoila une c'ambre à couc'er élégamment meublée, au sol recouvert d'une épaisse

122

mo uette! Derri9re une porteEfenêtre, les persiennes, incompl9tement fermées, laissaient entrevoir un balcon! B .a c'ambre de %me Deloc'e= D devina NoHl! .e pas pesant de son poursuivant résonnait à présent dans le couloir! B -l vient= murmura le 6eune garçon épouvanté! Que faireG D ,e cac'er, vite! ,ous le litG Frop facile! Dans la penderieG Frop ris ué! A*, alorsG Reu visible dans la pénombre, une petite porte se dessinait à même le mur! NoHl en fit 6ouer la clé et scruta l'antre obscur, une sorte de réduit dont le plafond en soupente re6oignait le sol! Une uantité de boCtes, de caisses et de cartons ; étaient entassés! .e 6eune garçon 'ésitait sur le seuil, lors u'un bruit de tou# l'avertit de la présence toute proc'e de l'ennemi! NoHl, ui ne pouvait plus reculer, se glissa dans le petit grenier, tira la porte sur lui et la maintint fermée de ses deu# mains crispées sur la serrure! %ais si, de l'intérieur, c'était le seul mo;en de se barricader, de l'autre c<té, par contre, uel u'un pouvait aisément faire tourner la clé! AXe= ne s'étaitEil pas involontairement 6eté dans un guêpierG Frop tard pour se raviser ) l''omme, lui sernblaEtEil, entrait dans la c'ambre, car NoHl venait d'entendre la porte s'ouvrir, puis se fermer! @nsuite, plus rien ) la mo uette étouffait le bruit de ses pas!

121

-mpossible de situer l'adversaire= A* étaitEilG Que faisaitEilG NoHl, soudain, fut pris d'une irrésistible envie de se blottir au fond du réduit ou de se cac'er dans cette caisse de bois blanc sur la uelle le mot B W>AJ-.@ D s'étalait en grosses lettres noires! %ais il ne fallait surtout pas lOc'er cette porte ui, en s'entrouvrant toute seule, ris uait d'attirer l'attention! -l devait continuer à rester parfaitement immobile et supporter, stoX uement, la fatigue ui gagnait les muscles de sa main! .a situation devenait pres ue intenable uand!!! une sonnerie insistante se fit entendre, venant du reIEdeE c'aussée! .e 6eune garçon ne se rua pas impulsivement 'ors de son refuge! "'était peutEêtre une feinte, apr9s toutG %ais non ) un coup d'Nil glissé par le panneau à peine entrouvert lui montra ue la pi9ce était vide! ,auvé= @nfin!!! provisoirement! -l s'agissait encore de sortir d'une maison au# portes fermées, sans alerter son occupant en train de répondre au télép'one! Au fait, o* se trouvait l'appareilG NoHl ne se rappelait pas l'avoir vu, dans sa rapide traversée de la maison! -l eut bient<t une réponse à cette uestion! Arrivé dans le 'all, il perçut le bruit, entrecoupé de silences, d'une conversation à sens uni ue! "ela venait de derri9re la cloison! Non de la salle à manger, mais d'une pi9ce voisine! Une c'ance=

12+

.e fugitif se 'Otait dé6à vers l'arri9re du "astelet uand un mot, saisi au vol, le fit s'arrêter net ) B c'ats D, disait au télép'one le beauEfr9re de %me Deloc'e! "ela devenait intéressant= Aubliant toute prudence, le 6eune garçon alla coller son oreille contre la cloison! -l entendait mal! Des bribes de p'rases seulement lui parvenaient ) B %ais non!!! rien trouvé!!! essaierai encore!!! éviter!!! casser!!! méfiance!!! ma belleEsNur! @ntendu, 6e te!!! D "e fut soudain le silence! .''omme écoutaitEil une éventuelle réponseG Au bien avaitEil raccroc'éG NoHl ne perdit pas son temps à se le demander! -l fila comme une fl9c'e, 6us u'à la cuisine, ; entra, mais dédaigna la porteEfenêtre verrouillée! Rar contre il emprunta une autre porte ui donnait acc9s à une office minuscule, éclairée par une fenêtre carrée placée en 'auteur! .e 6eune garçon grimpa sur une petite table et se glissa par l'étroite ouverture! Un saut de deu# m9tres environ, et les pieds du fugitif touc'9rent le sol! ,ans mal! D'un bond il gagna les t'u;as au fond du 6ardin, puis le c'amp o* avait eu lieu la partie de ballon, et enfin le petit bois voisin! .à, cac'é par les arbres, il se sentit enfin libre! -l venait de s'arrêter pour reprendre son souffle, uand une sil'ouette surgit à ses c<tés! B Nat'alie= s'e#clama NoHl! Fu étais donc dans les parages$ P &ien s?r= Qe surveillais la porte de derri9re

12$

et NicL, celle de devant! @t comme tu ne ressortais pas, 6'étais tr9s, tr9s in ui9te! Qe m'apprêtais à repartir uand 6e t'ai vu, enfin= D .'enfant avait débité tout ce discours d'une petite voi# enrouée par l'émotion! B Q'ai eu des difficultés, e#pli ua bri9vement son cousin! Qe vous raconterai! Rour le moment, allons re6oindre NicL! D -ls le trouv9rent sur la route, guettant la façade du "astelet par l'ouverture de la 'aie! .ui aussi parut tr9s soulagé! B Fu peu# te vanter de nous avoir fait peur= s'écriaE tEil! AsEtu réussi, au moinsG P Aui, en un sens! %ais le résultat de l'opération n'est pas enti9rement positif! WigureIEvous ue, maintenant, nous sommes tous les trois B br?lés D! P &r?lés= répéta sa cousine sans comprendre! E Qe veu# dire ue le t;pe sait ue 6e suis entré dans la maison, et ue vous m'aveI aidé à le faire! P "omment çaG P >aconte= D NoHl ne voulut pas répondre à ces uestions pressantes avant d'avoir trouvé un endroit tran uille! .es Frois N finirent par s'installer à l'ombre du c'êne ui les avait abrités le premier soir! @t l'aCné conta son aventure! ,es cousins commenc9rent par applaudir à ses prouesses en p'otograp'ie, mais l''istoire du papier tombé les rembrunit!

124

B @n somme, c'est e#actement comme si tu avais laissé ta carte de visite= commenta NicL! @t le ballon dans la vitre nous désigne comme tes complices! P -l ; a plus ennu;eu# ue ça! (ier soir, tu parlais de gaffe!!! P De gaffe= Qui a gafféG demanda Nat'alie prise d'un soupçon! P @u'!!! personne!!! ou plut<t si ) moi, en faisant cette fausse manNuvre! "e n'est pas un papier ordinaire ue 6'ai laissé tomber, mais un négatif! Autrement dit, on ; devine la forme des c'ats, par contraste! @t l'autre s'en est aperçu, 6'en suis s?r! P AXe, aXe= s'e#clama NicL! "'est pire u'un ennui ) une catastrop'e= .e t;pe va plus ue 6amais fi#er son attention sur ces bestioles, en sac'ant ue d'autres s'; intéressent ) les Frois N! @n somme, nous voilà uatre dans la course! P "in = rectifia NoHl! .e beauEfr9re de %me Deloc'e a un complice! P A* asEtu péc'é ce renseignementG D .e 6eune garçon ac'eva le récit de son passage mouvementé au "astelet, et, pour finir, tenta de répéter les uel ues mots prononcés au télép'one par son adversaire!!! ceu# du moins u'il avait pu B Sa ne veut pas dire grandEc'ose= commenta sa cousine! P Qe crois ue si! A mon avis, notre bon'omme attendait ce coup de fil, et c'est ce ui m'a sauvé! ,ans

127

doute le complice voulaitEil savoir o* en étaient les rec'erc'esG .e beauEfr9re Deloc'e a mentionné les c'ats, a6outant u'il n'avait rien trouvé, mais c'erc'erait encore! Foutefois, pour ne pas e#citer la méfiance de sa belleEsNur, il voulait éviter de les casser! P &ravo= applaudit NicL! Fu es un as! &ref, nous avons deu# adversaires au lieu d'un! @t, pour les contrer, nous possédons!!! des p'otos! "'est peu= P Qe me demande bien à uoi peut servir celle des c'ats birmans= remar ua Nat'alie! P A'= toi, uand tu comprendras du premier coup, on sonnera les cloc'es= fit NicL mo ueur! Apprends, ma fille, u'avec cette p'oto nous allons faire le tour des anti uaires de .amurac o* nous nous rendons demain! P Aui, et alorsG P Alors, nous tOc'erons d'apprendre par eu# si ces c'ats de porcelaine sont vraiment aussi précieu# ue nous le pensons! P @t s'ils nous disent ue nonG P Dans ce cas, 6e donnerai ma langue!!! au# c'ats= D riposta le 6eune garçon en mani9re de plaisanterie!

123

CHAPITRE * La bou"eille au tour des deu# plus 6eunes de raconter comment ils avaient détourné l'attention de l'occupant du "astelet en l'entraCnant à leur suite! B "e ue 6e craignais, e#pli ua NicL, c'est u'il se contente de confis uer le ballon! (eureusement, il a d? penser ue la leçon ne serait pas suffisante, et il a c'erc'é à nous attraper! Fu te rends compteG ,e mesurer à Nicolas >enaud, c'ampion de course à pied= D
"@ WUF

121

NoHl ne put s'empêc'er de rire en entendant cette vantardise! B %ais, remar uaEtEil, il ; avait Nat'alie, ui court vite, mais pas autant u'un adulte!!! P @' bien, 6ustement= Qe lui ai fait signe de se plan uer, et c'est moi tout seul ui ai mené le 6eu! Qe faisais semblant de mollir, et puis, 'op= 6e repartais au moment o* le t;pe cro;ait me saisir! ,i bien ue 6e lui ai fait faire des tas de détours! A la fin, épuisé et fou de rage, il a préféré abandonner! P &ravo= %ais u'aEtEil fait du ballonG D NicL prit un air embarrassé! B @' bien!!! eu'!!! (istoire de se venger, il l'a 6eté de toutes ses forces en direction du lac! Avant de le c'erc'er, nous attendions ue tu sortes! P Dans ce cas, allonsE; maintenant D, proposa l'aCné du trio! .es enfants redescendirent au campement o* %lle &ic'e était occupée à épluc'er des pommes de terre! B Alors, vous aveI fait une bonne partie, les enfantsG interrogeaEtEelle! P @#cellente, merci! P Fant mieu#= %aintenant, rangeI vite le ballon et veneI m'aider! P "'est ue!!! nous l'avons égaré, bredouilla NicL! .e!!! nous!!! enfin!!! ce ballon a été lancé un

12:

peu trop fort ) il a d? tomber sur la rive! P A'= Qe comprends maintenant pour uoi 6'ai entendu un B plouf D alors ue 6e me trouvais dans la cabane! Au même moment, (ercule s'est mis à grogner! "urieu#, nonG D .es Frois N n'étaient pas de cet avis, mais se gard9rent de le dire! B AlleI donc le c'erc'er et preneI le c'ien avec vous ) son flair pourra vous aider, offrit la vieille demoiselle! P D'accord! %al'eureusement, si (ercule était tr9s doué uand il s'agissait de repérer l'ennemi commun, il ne valait rien pour la rec'erc'e des ballons égarés! -l fallut pr9s d'une 'eure au# Frois N pour retrouver le leur, en passant au peigne fin une grande surface plantée de roseau#! @nfin ils le dénic'9rent ) il flottait tout pr9s de la rive! B A croire ue la fureur a décuplé les forces du bon'omme= D remar ua NicL! .e reste de la matinée se passa en préparatifs culinaires! Nat'alie confectionna toute seule une cr9me pour le dessert et, comme la tablette de c'ocolat u'elle avait utilisée contenait deu# vignettes, elle décida d'en faire la collection! B Wais voir= dit NicL! Quelle 'orreur= Des c'enilles! Fu ne vas pas garder les images de ces affreuses bestiolesG P Rour uoi pasG intervint NoHl! Une vilaine c'enille, ça devient plus tard un beau papillon=D

120

,on cousin se mit à ricaner! B Ne te fais pas d'illusions ) c'est le c'ocolat ui intéresse ma petite sNur et non la Ioologie= D 5e#ée, Nat'alie pinça les l9vres! %ais elle reprit sa bonne 'umeur en recevant des compliments sur sa cr9me ui fut appréciée de tous, même d'(ercule dont la petite langue rosé netto;a consciencieusement le plat! .e repas se termina de bonne 'eure ) %lle &ic'e avait proposé une promenade ui durerait tout l'apr9sE midi! -l s'agissait de faire le tour du lac et de gravir le sommet boisé ui se dressait sur l'autre rive! "'était fort tentant, mais les deu# garçons Ket même Nat'alie ui avait été mise dans le secretM craignaient ue l'adversaire ne profite de leur absence pour c'erc'er à leur dérober les p'otos du B monstre D! -mpossible, mal'eureusement, de faire partager cette appré'ension à %lle &ic'e, puis u'elle ignorait une partie de la vérité, à savoir ue le beauEfr9re de %me Deloc'e se doutait de l'e#istence de ces p'otos! Aussi les enfants suivirentEils leur vieille amie dans cette e#cursion, et, ma foi, ils ; prirent grand plaisir! -l régnait une température délicieuse sous les sapins de la forêt! De plus, les promeneurs eurent la c'ance d'; découvrir des fraises sauvages et uel ues c'ampignons comestibles! -l était si# 'eures du soir lors ue les Frois N, %lle &ic'e et le c'ien rentr9rent au campement! @t alors!!! il leur apparut tout de suite ue leur

112

installation avait reçu la visite redoutée par les plus 6eunes ) le fo;er était démoli, les provisions éparpillées! A l'intérieur de la cabane, c'était pire encore ) couc'ettes en désordre, sacs vidés de leur contenu, celuiEci gisant sur le sol!!! B .'affreu# personnage= s'écria %lle &ic'e! -l a voulu nous punir d'être restés malgré sa défense= D Une fois de plus les Frois N évit9rent de la contredire, bien ue leur propre interprétation des faits f?t différente! @t, naturellement, leur premi9re pensée fut pour la bouteille de plasti ue contenant les p'otos! NicL ; courut, suivi par Nat'alie, pendant ue NoHl aidait leur vieille amie à réparer les

111

dégOts! .e plus 6eune des garçons était si in uiet, ue sans ; prendre garde il pénétra dans l'eau avec ses sandales! A 6oie= .a bouteille était tou6ours à sa place avec son précieu# contenu! NicL la brandit triomp'alement! B Qe suis bien contente= applaudit Nat'alie! %ais avoue tout de même ue c'est une dr<le de cac'ette= P %ademoiselleElaEcriti ue serait bien incapable d'en trouver une meilleure= riposta NicL! -l se penc'a pour remettre la bouteille e#actement à sa place! Au même moment, Nat'alie ui le regardait faire, eut la sensation ue uel u'un les épiait!' @lle se retourna brus uement ) rien! Au plut<t!!! en levant les ;eu#, elle crut voir s'agiter les branc'es d'un buisson, au bord de la route, comme si un animal!!! ou une personne, était passé au travers! -n ui9te, elle attira l'attention de son fr9re! B Wais gaffe= Q'ai cru voir uel ue c'ose bouger!!! làE'aut! D NicL fit aussit<t volteEface, et scruta le pa;sage en direction du doigt tendu de Nat'alie! -l ne vit u'une route déserte, un buisson immobile, et 'aussa les épaules! B Foi et ta frousse perpétuelle= D ditEil mo ueur! Admettant u'elle avait pu se tromper, sa sNur n'insista pas! Apr9s tout, elle ne demandait u'à être rassurée!

11+

D'ailleurs, uel ues minutes plus tard, elle avait dé6à oublié l'incident! @lle et NicL s'étaient mis à la tOc'e pour aider NoHl et %lle &ic'e! .e bouleversement résultant du passage de l'adversaire était, 'eureusement, plus spectaculaire ue profond! ,i bien ue, moins d'une 'eure plus tard, l'ordre était suffisamment rétabli pour ue la vieille demoiselle p?t se remettre à cuisiner sur le fo;er reconstruit! .a fatigue causée par ces rangements, a6outée à celle de la promenade, incita tout le monde à se couc'er t<t! %ais le sommeil ui avait bient<t gagné les garçons, %lle &ic'e et son c'ien, fu;ait obstinément Nat'alie! .a sc9ne vécue au bord de l'eau lui était revenue en mémoire et elle se sentait mal à l'aise, mécontente d'elleEmême! B Q'aurais d? au moins en parler à NoHl ) il m'aurait crue, lui= D se reproc'aitEelle! Un moment, elle fut tentée de réveiller les deu# garçons! %ais ils dormaient si profondément u'elle n'eut pas le cNur de le faire! Quant à %lle &ic'e, un ronflement léger sortait de son sac de couc'age, et celui u'émettait (ercule semblait un accompagnement en sourdine! .a petite fille n'eut pas envie d'en rire ) elle était bien trop préoccupée= @lle sombra dans une sorte de rêve éveillé, o* les faits se mirent à s'ordonner tout seuls, et de façon si logi ue u'elle eut l'impression d'avoir tout compris! %ais bien s?r= "'était d'une clarté

11$

aveuglante! Alors elle sut e#actement ce u'elle devait faire! @lle se mit debout et se livra à une m;stérieuse occupation, avec des gestes si précis u'aucun des trois autres ne fut dérangé dans son sommeil! @lle sortit ensuite de la cabane, tOtonna uel ues instants et finit par trouver ce u'elle c'erc'ait! @nfin, elle se dirigea comme une somnambule vers l'endroit o* NicL avait immergé la bouteille! -l n'était pas encore tr9s tard, et la cadette du trio vo;ait suffisamment pour se guider! Rieds nus Kelle n'avait pas pensé à se c'ausserM, elle entra dans l'étang apr9s avoir retroussé les 6ambes de son pantalon de p;6ama! .e contact de l'eau

114

la fit frissonner, mais c'était sans importance! @lle avait une tOc'e à accomplirU elle irait 6us u/au bout! "in minutes plus tard, Nat'alie se glissait à nouveau dans son sac de couc'age encore ti9de! Rourtant, elle eut du mal à se réc'auffer! ,on intention était de rester éveillée, mais comme c'était difficile= @lle tint bon un moment, emplo;ant divers trucs tels ue pinçons, 'istoires u'on se raconte à soiEmême!!! >ien n'; fit! .e sommeil la terrassa bient<tU un sommeil asseI léger cependant, pour u'un grognement du canic'e réussCt à l'en faire sortir! .e c'ien dressait sa tête frisée et faisait entendre ce bruit de gorge ui était, c'eI lui, signe de col9re! B "almeEtoi, (ercule D, fit Nat'alie en caressant doucement le petit animal! Ruis, avec un soupir, elle uitta de nouveau son duvet et alla coller son visage contre la petite fenêtre o* un morceau de plasti ue transparent tenait lieu de carreau! @lle ne s'était pas trompée, pas plus d'ailleurs ue le canic'e ) B -l D déambulait à peu de distance de la cabane, tenant à la main une lampe de poc'e allumée, et se dirigeait vers le lac! Quel ues longues minutes s'écoul9rent, durant les uelles l'enfant demeura au même endroit, immobile et transie! Un nouveau grondement d'(ercule, puis un crissement de gravier ) l''omme revenait!

117

"ette fois, sa lampe était éteinte, mais Nat'alie put voir nettement l'ob6et u'il portait! @lle crut même lire, sur le visage barbu, une e#pression de triomp'e! @lleEmême se mit à rire sans bruit, et c'est avec le sentiment d'avoir bien manNuvré u'elle regagna sa couc'ette! -l ne lui fallut ue uel ues secondes pour s'endormir profondément! * ** Apr9s cette nuit écourtée, Nat'alie aurait volontiers prolongé son somme! -mpossible ) uel u'un lui secouait l'épaule sans douceur! @lle ouvrit les ;eu#, 6uste pour s'apercevoir u'il faisait grand 6our, les referma aussit<t et se tourna de l'autre c<té! %ais la main de son tourmenteur accentua les secousses! @n même temps elle entendait une voi# irritée ui disait ) B Une vraie souc'e, cette fille= AlleI, debout, et en vitesse= D &ien s?r, c'était NicL ) elle aurait d? s'en douter= @lle se mit péniblement sur son séant! B Qu'estEce ue tu veu#, à la finG P Fe faire lever! -l se passe une c'ose grave! P Une c'ose grave= répéta la dormeuse dont le cerveau engourdi était lent à comprendre! Quoi doncG D @lle regarda son fr9re, puis son cousin debout

113

derri9re lui, et vit deu# visages à l'e#pression soucieuse! "e fut NoHl ui répondit ) B .a bouteille contenant les p'otos a disparu= D "ontrairement à toute attente, la nouvelle ne parut pas affecter beaucoup Nat'alie ui dit en souriant ) B A', ce n'est ue çaG 5ous m'aveI fait peur= P Que ça= répéta NicL, à demi étranglé par l'indignation! Fu n'as donc pas compris ue ce sont des documents irEremEplaEçablesG P &ien 's?r ue si! .a preuve= D Nat'alie plongea la main dans son sac de couc'age et en e#tirpa!!! la bouteille de plasti ue, dans la uelle on apercevait, par transparence, les deu# p'otos enroulées en c;lindres! B Q'ai pensé u'elles seraient plus en s?reté ici, avec moi, déclaraEtEelle d'un air modeste! @t 6'ai compris ue 6'avais eu raison, en vo;ant le beauEfr9re de %me Deloc'e se diriger vers le lac, cette nuit! D

111

CHAPITRE *I A Lamura% la 6oie rendirent les garçons muets pendant uel ues instants, puis des e#clamations 6aillirent ) B &ravo, Nattie= applaudit NoHl! P Fu nous enl9ves une dr<le d'épine du pied= déclara NicL, puis il a6outa, songeur ) dis donc, estEce ue cette idée ne t'est pas venue à la suite de cette!!! eu'!!! fausse alerte!!! ui pouvait être vraie, apr9s toutG P De uelle alerte, vraie ou fausse, parleIE vousG D demanda l'aCné du trio!
.A ,U>R>-,@,

11:

Avant de répondre, la petite fille 6eta un regard in uiet vers la porte! B Fu peu# parler sans crainte, la rassura son cousin, %lle &ic'e n'est pas dans les parages! D @videmment= "'était l''eure de sa c'9re culture p';si ue! B @' bien, commença Nat'alie, 6'ai en effet été alertée, 'ier soir!!! D ,uivit le récit de la B sensation D éprouvée au moment o* son fr9re sortait la bouteille de l'eau! B Q'aurais E pu te faire confiance= avoua NicL, l'air penaud! P @t moi, 6'aurais d? insister! ,eulement, 6e n'étais s?re de rien! "'est plus tard, une fois couc'ée, ue tout m'est revenu et 6'ai compris ue, si le vilain bon'omme avait fait toutes ces fouilles, c'était!!! eu'!!! pour faire semblant!!! P QuoiG s'e#clama son fr9re, mais, depuis l'incident du B négatif D, il s'in uiétait, tout simplement!!! -l sera avenu pour vérifier si nous n'avions pas d'autres documents, plus compromettants! D'ailleurs, le désordre u'il a laissé en est la preuve= P @' bien, 6ustement!!! tenta d'e#pli uer Nat'alie, le beauEfr9re Deloc'e a pensé ue!!! nous penserions ue!!! P Alors, ça vient, cette preuve par neufG l'interrompit NicL!

110

P .a preuve ue tu es bête, oui= P @t toi donc, tu es!!! D .e 6eune garçon retint 6uste à temps une riposte peu flatteuse pour l'intelligence de sa sNur! Rar bon'eur, NoHl se 'Ota d'intervenir ) B Qe crois ue 6'ai compris ) elle veut dire ue l''omme aurait pu c'erc'er les p'otos discr9tement! Ar, au contraire, il a semé beaucoup de désordre, e%pr&s pour ue nous remar uions tout de suite u'il était venu! Ainsi, notre premier geste serait, à coup s?r!!! P !!! de nous précipiter vers la cac'ette, ac'eva NicL, la vraie, celle u'il voulait ue nous lui indi uions! -l se tenait donc au# aguets et, naturellement, il a tout vu! D .e 6eune garçon, l'air mortifié, a6outa ) B Quel idiot 6e suis d'être tombé dans le panneau= P Nous ; sommes tous tombés, rectifia son cousin! P %ême moi, au début, concéda Nat'alie! ,eulement, 6'ai eu cette!!! cette impression et plus tard, en ; repensant, la certitude ue ce t;pe avait repéré notre cac'ette et u'il reviendrait, la nuit, pour prendre la bouteille! P Alors, tu es allée l'enlever ) c'est tr9s courageu# de ta part= la félicita NoHl! P Attends, ce n'est pas tout= Rour mieu# le tromper, 6'ai mis une autre bouteille à la place! P 5ideG supposa NicL!

1+2

P Ras du tout= Devine ce u'il ; avait dedansG P Du gravierG P Aui, bien s?r, mais aussi deu# images enroulées dans du plasti ue, comme les p'otos! P Fu ne veu# pas dire ue tu t'es servie!!! des vignettes représentant les c'enillesG P ,i, 6ustement= D NicL manifesta une bru;ante gaieté! B Des c'enilles, au lieu d'un, fau# serpent= A'= a'= 6e vois d'ici la tête du bon'omme en découvrant la substitution= Nat'alie, 6e n''ésite pas à déclarer ue tu t'es montrée géniale= P Qe prends note D, fit NoHl, riant à son tour! Nat'alie était flattée u'on reconnaisse ses mérites, mais un peu in ui9te, tout de même, sur les suites de son e#ploit! B @t maintenant, ue va faire le beauEfr9re Deloc'eG demandaEtEelle! P Décamper, supposa NicL, tou6ours confiant! "omme sa tentative pour récupérer les p'otos a éc'oué, il doit penser ue nous mettrons sa belleEsNur au courant! P Autrement dit, c'est à son tour d'être B br?lé D, poursuivit NoHl! ,eulement, 6e suis moins optimiste ue toi! Nos deu# adversaires ne vont pas renoncer si facilement= P %ais enfin, ue peuventEils faireG P Qe donnerais gros pour le savoir= P Quoi u'ils fassent, ils trouveront les

1+1

Frois N sur leur c'emin= s'écria NicL d'un air noble! "'est au6ourd''ui ue nous allons à .amurac, et, cro;eIE moi, nous aurons du pain sur la planc'e! P A propos de pain!!! allons dé6euner= invita Nat'alie ui avait tr9s faim! Q'entends %lle &ic'e ui nous appelle! D Aussit<t la petite fille sauta sur ses pieds et se 'Ota de s''abiller! ,on cousin, pendant ce temps, récupéra les p'otos ui n'avaient pas du tout souffert de leur sé6our dans le lac! -l les confia ensuite à %lle &ic'e ) n'étaitEce pas elle, plut<t ue les Frois N, ui aurait l'occasion de les montrer à ui de droitG .a vieille demoiselle les plaça dans son sac à main!

1++

"elui ui essaierait de me les arrac'er aurait affaire à forte partie= D déclaraEtEelle en redressant fi9rement sa taille minuscule! @t le canic'e ponctua ce discours par un B Aua', oua'= D ui semblait dire ) B N'oublieI pas ue 6e suis là, moi aussi= D A 'uit 'eures et demie, les trois enfants, la vieille demoiselle et le c'ien prenaient place dans le gros car stationné sur la place de %ireval! -l était dé6à à demi plein de villageois et encombré de paniers, sacs et cageots regorgeant de toutes sortes de denrées ) Nufs, légumes et même animau# de basseEcour! .es gens s'interpellaient, les poules et les canards ca uetaient!!! bref, c'était un spectacle vivant et animé ui divertit beaucoup les arrivants! .e vé'icule finit par s'ébranler! "omme il passait devant le "astelet, les uatre vo;ageurs purent voir, stationnant devant le perron, une voiture de sport e#traE plate! B Une Friump' D, affirma NicL! Ras neuve, certainement, mais repeinte en un 6aune criard! Un 'omme était occupé à introduire une valise dans le coffre ouvert ) le beauEfr9re Deloc'e en personne! .e plus 6eune des garçons poussa son cousin du coude et c'uc'ota à son intention ) B Fu vois, 6e te l'avais bien dit ) il abandonne= P Qe voudrais en être s?r= D répondit NoHlU moins prompt à s'emballer!

1+$

%lle &ic'e, ui n'avait rien perdu de la sc9ne, se ré6ouit sans restriction ) B &on débarras= "et encombrant personnage parti, plus rien ne s'oppose à ce ue mon amie rentre c'eI elle!!! P !!! et nous ; invite enfin D, ac'eva Nat'alie ui avait de la suite dans les idées) .e car avait à peine parcouru deu# Lilom9tres lors ue la Friump' 6aune, apr9s maints coups de Lla#on, réussit à le doubler! -l sembla à NicL, ui était assis à gauc'e, c<té vitre, ue son conducteur lui 6etait au passage un regard nar uois! %ais c'était peutEêtre un effet de son imaginationG N'empêc'e ue le 6eune garçon se sentit bouillir de rage impuissante! B ,i au moins, ditEil à NoHl, nous pouvions le suivre pour savoir o* il va= D Ras uestion, bien s?r= .e gros vé'icule poussif était bien incapable de lutter de vitesse avec une voiture rapide! "elleEci disparut bient<t dans un tournant! @nfin, apr9s un tra6et ui parut long au# Frois N, le car arriva à .amurac et vint stopper sur la place de la gare, ui servait occasionnellement de parLing! Fandis ue les vo;ageurs sortaient avec une lenteur désespérante du vé'icule bondé, les enfants, à tout 'asard, c'erc'9rent des ;eu# l'auto 6aune! -ls ne l'aperçurent pas! -l est vrai ue leur e#amen ne put être poussé bien loin ) %lle &ic'e les entraCnait à vive allure! B Ab6ectif immédiat ) la poste, leur ditEelle tout

1+4

en traversant la place! "'est dans cette direction, m'a dit le c'auffeur! D @lle désignait une rue étroite et encombrée, à l'angle de la uelle se dressait le café de la Jare! NicL, resté en arri9re pour c'erc'er une barre de c'e\ingEgum dans sa poc'e, 6eta un vague coup d'Nil à l'intérieur de l'établissement! A surprise= Un barbu était attablé devant un caféE cr9me et des croissants ) .U-= .e 6eune garçon s'arrêta, stupéfait, 6uste pour voir l''omme regarder sa montre, puis tourner la tête vers la gare! ,'apprêtaitEil à prendre le trainG Reu probable, puis u'il avait sa Friump' Kau fait, o* étaitEelle par uéeGM! ReutEêtreEalors attendaitEil un vo;ageurG Fiens, tiens= NicL ne poussa pas plus loin ses réfle#ions ) ne tenant pas à être vu, il se 'Ota de re6oindre les autres! @t, bien entendu, il attira l'attention de NoHl pour lui faire part de ses observations! .'aCné du trio resta perple#e! Apr9s un court tra6et, le petit groupe atteignit la poste, o* l'annuaire du département révéla, pour la ville de .amurac, les noms de uatre docteurs ) Dunand, Qac uin, %olineu# et RauXme! B Qe vais procéder par ordre alp'abéti ue, déclara %lle &ic'e! @t 6e crois, mes enfants, u'il vaut mieu# ue 6e me c'arge toute seule de cette démarc'e! "ela ne vous ennuie pas, au moinsG D Fout au contraire, les Frois N étaient ravis de ce moment de liberté ui leur était offert, et u'ils

1+7

mettraient à profit pour mener leur propre en uête! An convint de se retrouver dans une 'eure, au même endroit! .a vieille demoiselle partie, les enfants n'eurent rien de plus pressé ue de rouvrir l'annuaire! "ette fois, ils ; c'erc'aient les anti uaires! Déception= -l n'; en avait pas un seul à .amurac! B %lle &ic'e avait raison ) un vrai trou= D s'écria NicL, la mine longue! NoHl n'était 6amais à bout de ressources! B >egardons s'il e#iste des brocanteurs D, proposaEtE il! "ette fois le trio eut du succ9s ) une bouti ue de brocante e#istait Kune seule, il est vraiM tenue par un certain A! "olinot! B "'amp des épinettes, lut encore NicL! Qoli nom, mais o* estEce ue ça perc'eG D A l'autre bout de la ville, comme le leur apprit le premier passant interpellé! Fant pis= De nouveau, l'espoir d'arriver au but soutenait les Frois N! -ls se 'Ot9rent vers le lieu indi ué!

1+3

CHAPITRE *II La maison de re(os était éloigné, et pour l'atteindre les enfants durent traverser la place du marc'é! -l ; avait tant de monde ui s'; pressait, u'il leur fallait parfois 6ouer des coudes pour avancer! ,oudain, entre un marc'and ui bradait à !grands cris des cageots de pêc'es, et un autre ui vantait ses fromages de c'9vre, Nat'alie repéra une sil'ouette connue! Ras de doute= &eaucoup mieu# vêtue au6ourd''ui ue dans sa cour de
.'@ND>A-F

1+1

ferme, c'était bien la fille de %me Jalic'et ui se tenait là! Devant elle, à même le trottoir, elle avait posé un panier rempli d'Nufs, et une caisse grillagée o* pépiaient des poupins! Fandis ue Nat'alie se penc'ait sur les adorables boules de duvet 6aune, les garçons s'entretenaient avec la 6eune fermi9re! B %a m9re est de retour, e#pli uait celleEci! @lle est même venue en ville avec moi! ,eulement, elle avait rendeIEvous c'eI le dentiste! Qe pense u'elle ne devrait plus tarder! 5ouleIEvous l'attendreG D @lle s'interrompit pour vendre une douIaine d'Nufs à une cliente! .es Frois N en profit9rent pour se concerter! B An ferait peutEêtre bien de la rencontrer, cette %me Jalic'et, remar ua NoHl! Au cas o* %lle &ic'e éc'ouerait dans ses rec'erc'es!!! P Qe comprends ton idée, dit NicL! @lle pourrait nous donner le nom du docteur de %me Deloc'e, et celui de la maison de repos! ,eulement nous ris uons de poireauter longtemps!!! P !!! et il ; a le brocanteur à voir D, ac'eva Nat'alie! .a 6eune fermi9re, sa cliente partie, se tournait 6ustement vers eu#! B Non décidément, nous ne pouvons pas rester, lui déclara NoHl! Nous avons!!! eu'!!! des courses à faire! P Quel dommage= %a m9re aurait été ravie de

1+:

vous voir! %ais 6'; pense ) vous êtes venus commentG P Rar le car! P %ais alors, pour uoi ne pas repartir avec nousG -l ; a suffisamment de place dans la voiture! Départ à midi! Sa vous vaG P Aui!!! enfin, peutEêtre, 'ésita NoHl! Sa dépend de ce ui nous reste à faire! @n tout cas, merci pour votre offre! P "e sera avec plaisir! ,i vous vous décideI, trouveIEvous à l''eure dite pr9s de la voiture! "'est une fourgonnette grise dont voici le numéro Kelle l'inscrivit sur un bout de papierMU et elle est garée!!! vous vo;eI cette écoleG -l ; a une ruelle ui la longe ) c'est là! D .es Frois N profit9rent, pour s'éclipser, de ce u'une cliente s'approc'ait! Quel ues instants plus tard, ils couraient pres ue sur la route, 'eureusement peu fré uentée, conduisant au "'amp des épinettes! -l s'agissait de rattraper le temps perdu= .es 'abitations s'espaçaient de plus en plus! @nfin, à l'entrée d'une sorte de terrain vague, leur apparut un 'angar en bois brun, devant le uel les ob6ets les plus 'étéroclites étaient posés à même le sol ) ustensiles noircis, vases ébréc'és, fourneau# rouilles, meubles vermoulus!!! B Nous n'avons plus u'à repartir= fit NicL avec une moue dégo?tée! "eu# ui vendent de pareilles 'orreurs ne s'; "onnaissent s?rement pas en c'ats birmans=

1+0

1$2

P @ssa;ons tou6ours, insista son cousin! Fiens, voilà 6ustement uel u'un! D "'était une 6eune femme, vêtue d'un blueE6ean délavé et d'une c'emise pa;sanne à gros carreau#! ,es c'eveu# blonds étaient coupés tr9s court! @lle sourit à Nat'alie, ui la 6ugea s;mpat'i ue! B 5ous c'erc'eI uel ue c'oseG P Aui!!! enfin!!! on voudrait savoir!!! s'il vous arrive parfois de vendre des statuettes en porcelaine comme!!! comme cellesEci, béga;a NoHl en lui tendant la p'oto! P (um= .a porcelaine, les bibelots fragiles, ça n'est pas précisément le genre de la maison= fitEelle en 'oc'ant la tête! Rourtant, ces c'ats!!! ça me dit uel ue c'ose! D @lle se tourna vers le 'angar et appela ) B Alain, viens donc voir= D Un garçon à moustac'e tombante, long, maigre, portant le même genre de vêtements ue sa femme mais en plus négligé, sortit sans se presser! B &en uoi, il n'; a pas le feu= bougonnaEtEil apr9s un regard désabusé sur ces trop 6eunes clients! P Non, mais regarde ça! D -l prit la p'oto u'elle lui tendait, et son visage s'éclaira! B Rar e#emple, mais c'est mon c'at= s'e#clamaEtEil! @nfin, 6e veu# dire celuiEci Kil désignait un seul c<té de l'imageM!

1$1

P 5otre c'at= dirent en c'Nur les Frois N médusés! P Aucun d'eu# n'est à vous, puis u'ils appartiennent à %me Deloc'e= a6outa Nat'alie! P Deloc'e!!! Deloc'e!!! c'est bien son nom= s'écria le brocanteur! Fu te souviens, Agn9s, de cette dame ui c'erc'ait un c'at en porcelaine dorée pour assortir à un autre u'elle possédaitG P Aui, maintenant ça me revient D, approuva la 6eune femme! .''omme désigna le deu#i9me c'at sur la p'oto! B @' bien, l'autre, c'est s?rement celuiElà! @t c'est vrai u'ils se ressemblent= P Rourtant, ob6ecta NicL, %me Deloc'e avait

1$+

reçu de &irmanie deu# c'ats de porcelaine! Rour uoi en auraitEelle ac'eté encore unG P Qe ne sais pas, moi, répondit le moustac'u! Fout ce ue 6e me rappelle, c'est sa 6oie, à cette dame, uand 6e lui ai dénic'é EceluiEci, peu de temps apr9s, dans une vente au# enc'9res! Un vrai coup de veine= @t 6e vous assure u'elle n'a pas marc'andé sur le pri#= D Au souvenir de cette bonne affaire, le brocanteur se frotta les mains! Ruis il devint songeur et remar ua ) B %ais si vous dites ue l'autre a été fabri ué en &irmanie, 6e suis, s?r ue le mien ne vient pas d'aussi loin! "omme c'at birman, il est moins aut'enti ue!!! ue toc= D .es enfants rirent poliment à ce 6eu de mots! Wlatté, le commerçant leur dit d'un ton aimable ) B @n somme c'est d'un renseignement ue vous avieI besoinG @' bien, vous l'aveI! &;eEb;e= D Accompagnant cet adieu d'un signe de la main, il rentra dans son 'angar, suivi par sa femme! .es Frois N étaient si étonnés par ce u'ils venaient d'apprendre, u'ils rest9rent un moment figés sur place! .e premier, NicL se secoua! B -l ne faudrait uand même pas prendre racine ici= s'écriaEtEil! @stEce ue vous penseI à notre rendeIEvous devant la posteG P "'est vrai ) nous avons 6uste le temps= D remar ua NoHl en consultant sa montre! .e trio partit d'un bon pas, tout en discutant

1$$

avec animation sur le su6et ui lui tenait à cNur ) les c'ats! B @n somme, nous ne sommes pas plus avancés en ce ui concerne leur valeur, remar ua le plus 6eune des garçons! De toute évidence, ce brocanteur était incapable de nous renseigner làEdessus! P Rar contre, il nous a appris uel ue c'ose, rectifia son cousin! "'est ue l'un des c'ats n'est sans doute u'une copie!!! P !!! et ue %me Deloc'e l'a ac'eté pour l'assortir à l'autre, a6outa Nat'alie! Rour uoi ce deu#i9me c'at, ui n'est même pas birmanG P @' bien, vo;ons, c'est Epour!!! pour faire la paireD, répondit NicL! ,a sNur éclata d'un rire mo ueur! B Deu# c'ats pour faire une paireG A', a'= An croirait entendre .a Ralice! A ce compteElà, pour uoi pas trois, ou uatre, ou!!! une douIaineG D 5e#é, le 6eune garçon allait riposter vivement! %ais, se souvenant de sa mésaventure du matin, il se contenta de 'ausser les épaules! "e fut NoHl ui répondit ) B DouIe, ce serait beaucoup! %ais deu#, pour uoi pas G Sa permet, par e#emple, d'en placer un de c'a ue c<té de l'escalier, comme au "astelet! Rourtant, dans cette 'istoire, il semble u'il ; ait trois c'ats ) les deu# ue %me Deloc'e a reçus de &irmanie, et celui u'elle a ac'eté au brocanteur! P "'est vrai, ça= approuva NicL, ui a6outa

1$4

plaisamment ) si elle avait la paire, pour uoi faire l'ac'at!!! d'un c'atG P @t u'est devenu le troisi9meG demanda Nat'alie! P Qe l'ignore! .a seule personne ui puisse nous le dire, c'est!!! P !!! %me Deloc'e, ac'eva la fillette! Allons vite la voir= D %ais il fallait d'abord retrouver %lle &ic'e, avec l'espoir u'elle rapporterait l'adresse c'erc'ée! Ar, malgré les cin minutes! d'avance prises par les Frois N, la vieille demoiselle et son c'ien se trouvaient avant eu# au lieu du rendeIEvous!

1$7

Du plus loin, la maCtresse d'(ercule agita le bras dans un geste de triomp'e! B @lle l'a= traduisit NicL! Voupi= D "'était vrai! Fout en entraCnant sa petite troupe vers le lieu dit 5illedessus o* s'élevait la maison de repos 'laisant (é)our, %lle &ic'e raconta au# Frois N de uelle façon elle avait mené ses rec'erc'es! B Q'ai eu de la c'ance= .e docteur ui soigne 'abituellement mon amie se trouvait être le second de la liste ) Qac uin! .e premier médecin m'a reçue sans trop me faire attendre, mais le nom B Deloc'e D ne lui disait rien! "'eI Qac uin, une ouvreuse du genre dragon prétendait me faire faire la ueue dans la salle d'attente, o* se trouvaient dé6à une diIaine de clients! A', par e#emple= Qe lui ai montré ue 6e ne me laisse pas marc'er sur les pieds, n'estEce pas, (erculeG &ref, le docteur a consenti à me recevoir entre deu# consultations! Un 'omme affable et compré'ensif, mais trop consciencieu# pour se fier tout de suite à l'inconnue ue 6e suis! Q'ai d?, pour le convaincre de ma bonne foi, lui montrer la lettre d'invitation de %me Deloc'e! @nsuite, a;ant vu les p'otos, il a bien admis ue sa patiente pourrait rentrer c'eI elle, du moment ue nous avions trouvé la cause de ses prétendues 'allucinations! %ais il tient d'abord à la voir, et se rendra à la maison de repos d9s la fin de ses consultations! -l m'a tout de même signé un billet de sortie, ui

1$3

prendra effet apr9s sa visite! @n attendant, il m'est permis de rencontrer mon amie! D @lle a6outa d'un ton pénétré ) B Qe suis si 'eureuse de la revoir, et de lui porter la bonne nouvelle de sa!!! guérison= Waçon de parler, bien s?r, puis u'elle n'a pas vraiment été malade! %al'eureusement 6e devrai du même coup lui faire de la peine, en lui apprenant la fourberie de son beauEfr9re! D NoHl déclara ue les Frois N, eu# aussi, seraient tr9s contents de faire la connaissance de %me Deloc'e! %ais il s'abstint de révéler u'ils auraient une importante uestion à lui poser! (élas= Apr9s une B grimpette D ui dura un bon uart d''eure, car 'laisant (é)our se dressait au faCte d'une colline, le trio pénétra dans le 'all d'entrée à onIe 'eures! Une cruelle déception les attendait! B .es enfants ne sont pas admis dans l'établissement D, leur dit une emplo;ée ui se tenait derri9re son comptoir à la réception! D'ailleurs, cette 6eune personne trop Iélée fit également des difficultés à %lle &ic'e! B .es visites, e#pli uaEtEelle, ont lieu l'apr9sEmidi! A la rigueur le matin, apr9s di# 'eures et demie, mais seulement pour les proc'es! D N'étant pas une B proc'e D, la vieille demoiselle ris uait d'être évincée! %ais elle montra une fois de plus u'elle ne s'en laissait pas imposer si facilement!

1$1

B Dans ce cas, ditEelle d'une voi# aiguH, 6'e#ige de parler à la directrice! D "omme, en même temps, elle brandissait le papier du docteur sous le neI de l'emplo;ée, celleEci n'eut plus u'à s'incliner! Quant au# Frois N et à (ercule K ui, lui non plus, n'avait pas trouvé grOceM, ils se retrouv9rent de'ors! .es enfants, dépités et furieu#, se laiss9rent tomber sur un banc de pierre placé au centre d'un massif de verdure! N'était leur déception, ils auraient trouvé l'endroit c'armant! .a maison elleEmême était un ancien c'Oteau dont la gracieuse sil'ouette se trouvait mal'eureusement déparée par des ailes de construction plus récente! Quant au parc ui l'entourait, il était c'ampêtre à sou'ait, avec ses pelouses fleuries coupées par des sentiers sinueu#, ses bo ueteau#, ses rocailles!!! "omme tou6ours, le moins résigné des trois était NicL, ui n'arrêtait pas de bougonner! A peine assis, il se releva en déclarant ) B Qe vais faire un tour! AttendeIE moi! D Avant ue les deu# autres aient seulement ouvert la bouc'e, il avait filé en direction de l'entrée du parc, figurée par un arceau taillé dans une immense 'aie! -l suivit celleEci sur la droite et vit u'elle s'interrompait bient<t, ménageant une aire plane et goudronnée o* uel ues voitures étaient stationnées! Un parLing=

1$:

.e 6eune garçon 6eta un coup d'Nil sur les vé'icules rangés là! ,on réfle#e immédiat fut de sauter en arri9re, de façon à être dissimulé par la 'aie ) l'une des automobiles était une Friump' 6aune= B Ras de doute= pensa NicL! "'est celle du beauE fr9re! -l n'; en a pas deu# pour avoir cette 'orrible teinte= D

1$0

CHAPITRE *III R!'!la"ions .@ Q@UN@ JA>SAN se ressaisit vite! Apr9s tout E.a u'avaitEil à craindreG B >ien du' c<té parLing, se ditEil aussit<t! ,i la Friump' est ici, c'est ue son propriétaire n'; est pas! Déduction digne de .a Ralice, comme dirait ma sNur! A* peut se trouver le monsieurG @n visite c'eI sa belleE sNur, de toute évidence! Dans uel butG ,?rement pas pour lui faire des adieu# émus ) il sait fort bien ue nous arrivons derri9re
142

lui pour démolir sa réputation! AlorsG &en vo;ons= Rour soutirer à %me Deloc'e un renseignement ui l'intéresse, lui! ReutEêtre au su6et des c'atsG ReutEêtre le !même ue nous c'erc'ons à obtenirG A', o'= Dans ce cas, NoHl avait raison ) notre bon'omme n'a pas dit son dernier mot, et son départ du "astelet, avec sa valise, n'était u'une feinte! "l faut ue 6e l'empêc'e d'; retourner! "ommentG Q'ai le c'oi# des mo;ens! .es Frois N n'ontEils pas, à plusieurs reprises, bricolé les voitures de leurs adversairesG D -- envisagea d'abord de vider le réservoir d'essence! B Non! .'auto ne serait pas immobilisée pour asseI longtemps! @t puis, ça pollue! D Winalement il se résolut à emplo;er le procédé le plus simple, ui consistait à crever un ou même plusieurs pneus! &ien entendu, dans le fouillis de ses poc'es se trouvait un canif! -l l'e#tirpa apr9s uel ues `rec'erc'es, l'ouvrit, puis, a;ant vérifié ue le parLing paraissait désert, contourna la 'aie pour se diriger vers l'auto 6aune! Ar, au moment o* il allait s'atta uer à la roue arri9re droite, il eut l'idée de 6eter un coup d'Nil à l'intérieur du vé'icule! "atastrop'e= Un 'omme, u'il n'avait pas vu 6us u'ici parce u'il avait les ;eu# baissés vers les pneus, était assis sur le si9ge du passager, à l'avant! D'o* il se trouvait, le 6eune garçon apercevait des épaules massives revêtues de toile gris clair, ainsi u'un crOne dégarni! @n

141

ce moment, cette tête c'auve était penc'ée en direction du cendrier! "omme NicL 'ésitait sur ce u'il devait faire, l''omme se redressa soudain et mit la main sur la poignée! AvaitEil l'intention de sortirG ,ans prendre le temps de le vérifier, le 6eune >enaud détala, le corps penc'é en avant comme s'il voulait éc'apper au# regards du passager de la Friump'! Ruis il se dit u'il n'avait rien à craindre, du moment ue cet 'omme ne le connaissait pas! -l n'en continua pas moins sa course, mais sans prendre autrement de précautions! Une fois à l'abri de la 'aie, il fit une courte pause, ferma son canif d'un coup sec et le remit dans sa poc'e en disant entre ses dents ) B >até= D %ais un autre danger subsistait ) le beauEfr9re Deloc'e pouvait, en ce moment, uitter l'établissement pour re6oindre le parLing! Alors NicL vola, plus u'il ne courut, 6us u'au banc o* les deu# autres étaient restés sagement à l'attendre, et s'; laissa tomber avec soulagement! -l n'avait fait aucune rencontre fOc'euse! B Qu'estEce ui t'arriveG s'éba'it NoHl! Fu arrives sur nous comme un bolide= D' ,on cousin 'aletait si fort, u'il lui fallut une bonne minute avant de pouvoir parler! Alors ce fut une avalanc'e de mots, pour e#pli uer la présence probable de Deloc'e cadet à la maison de repos, et celle, indubitable, d'un passager dans sa voiture!

14+

B @t, bien s?r, a6outaEtEil, le beauEfr9re s'est arrangé pour arriver avant nous, pendant ue nous courions les médecins ou les brocanteurs!!! P !!! et comme il est un proc'e parent, on l'a laissé entrer sans 'istoire, poursuivit NoHl! ,auf u'il a d? attendre di# 'eures et demie! D -- regarda sa montre! B AnIe 'eures moins, cin ) il ne devrait pas tarder à sortir! P %ais!!! le deu#i9me 'ommeG D demanda Nat'alie! NoHl réfléc'it! B Qe suppose, ditEil enfin, u'il s'agit du complice ui télép'onait au beauEfr9re Deloc'e! "e dernier l'aura sans doute convo ué pour la derni9re p'ase de la bataille! Qe parie même ue ce t;pe est arrivé par le train, ce matin, et ue c'est lui ue l'autre attendait au café de la gare! P Fu dois avoir raison ) tout se tient, ac uiesça NicL! P A'= dites donc, remar ua Nat'alie, estEce ue ce vilain bon'omme ne va pas se trouver neI à neI avec %lle &ic'eG !P ReutEêtre pas, puis u'elle se rendait d'abord c'eI la directrice! .e temps u'elle soit reçueU u'elle e#pose son cas!!! D A cet instant, la porte de l'établissement s'ouvrit, et le barbu apparut sur le seuil! -l regarda autour de lui!!! sans voir les Frois N, 'eureusement protégés par le

14$

massif de verdure! Rar contre, uand il passa pr9s d'eu#, (ercule faillit tout gOc'er en se mettant à grogner! &ien vite, Nat'alie serra le petit museau dans sa main! .e trio ne bougea pas, ne fit pas un geste, 6us u'au moment o* un grondement de moteur l'avertit ue l'ennemi uittait la place! B ,i au moins c'était un départ définitif= regretta NicL! %ais 6e sais u'ils retournent au "astelet! @t 6'enrage à l'idée ue 6'aurais pu les en empêc'er! P "e n'est pas ta faute ) la présence du complice t'a gêné, le consola NoHl! D'ailleurs, tout n'est peutEêtre pas perdu! ,i nous pouvions parler à %me Deloc'e!!! P Nous le pourrons= déclara son cousin en tapant du pied! "o?te ue co?te, 6'arriverai 6us u'à elle! P "ommentG demanda Nat'alie! P Qe ne sais pas encore! Rour le moment, 6e vais me poster pr9s de la porte, dans une plateEbande! Fant pis si 6'écrase uel ues fleurs= 5ous, alleI attendre %lle &ic'e à la sortie du parc et occupeIU vous d'elle! P A!b!, accepta NoHl! Nous essaierons de lui faire oublier ue tu man ues à l'appel!!! ce ui sera difficile, car tu n'es pas de ceu# ui passent inaperçus= D Un peu plus tard, NicL était accroupi dans l'angle entre perron et façade! ,a position n'avait rien de confortable, car le rosier ui le cac'ait était Kcomme tous les rosiersM rempli d'épines! .'attente

144

lui parut fort longue! @nfin, la porte s'ouvrit à nouveau, cette fois pour laisser passer deu# personnes ) %lle &ic'e, et une dame un peu forte drapée dans un peignoir douillet! -l ne pouvait s'agir ue de %me Deloc'e! .es deu# amies se serr9rent la main avec effusion! Ruis la maCtresse d'(ercule s'éloigna en lançant gaiement ) B Au revoir= A bient<t= P A bient<t= D répéta la dame au peignoir en agitant la main! NicL 6ubilait derri9re un rosier, au point d'en oublier les épines! B "'ic= @lle l'a accompagnée, e#actement ce

147

ue 6'espérais! Rourvu u'elle reste encore un moment= D %me Deloc'e resta, continuant de faire B au revoir D avec la main, 6us u'au moment o* %lle &ic'e passa sous l'arceau de verdure et disparut! Alors, son amie fit volteEface pour rentrer dans la maison, mais un B Rsitt= D retentissant l'arrêta net! @n même temps, au pri# de trois pi ?res supplémentaires, NicL émergea de la plateE bande! B 5ous êtes %me Deloc'eG D demandaEtEil précipitamment! %édusée, elle fit B oui D de la tête! B %oi, c'est NicL!!! enfin, Nicolas >enaud, l'un des trois amis de %lle &ic'e ue vous avieI si gentiment invités! RuisE6e vous parlerG D %me Deloc'e, apr9s un instant d''ésitation, s'e#clama soudain ) B A'= 6e comprends! %on enfant, rassureIEvous, %lle &ic'e sort d'ici, elle m'a tout dit= P Non madame, 6ustement, et voilà pour uoi 6e dois vous parler, dans votre intérêt! Qe vous en prie, faitesEmoi confiance= D ,ur! le visage de la grosse dame se lisait la surprise, puis vint l'in uiétudeU enfin, elle ac uiesça! NicL l'entraCnait dé6à vers le bos uet ui avait, tout à l''eure, abrité les Frois N! .à au moins, la secrétaire débordante de I9le ne pourrait pas les voir!

143

B Qe vais vous paraCtre tr9s indiscret!!! D, commença le 6eune garçon! A ces mots, une lueur amusée dansa au fond des ;eu# de %me Deloc'e et NicL, encouragé, poursuivit ) B 5otre beauEfr9re vous a rendu visiteG P Aui, convintEelle, et, comme 6e vous l'ai dit, %lle &ic'e m'a dé6à tout raconté sur son in ualifiable conduite! P "et 'omme vous aEtEil posé des uestions au su6et des c'ats birmansG l'interrompit le 6eune garçon! P @n uoi cela vous regardeEtEil, et d'ailleurs, comment le saveIEvousG !!! RardonneI mon emportement, NicL, mais 6e suis si bouleversée= P A'= c'est bien naturel, madame! Rourtant, le temps presse et 6e voudrais ue vous me disieI si notre 'omme connaCt aussi l'e#istence de l'autre c'at!!! celui ue vous aveI ac'eté au brocanteur de .amuracG D .'amie de %lle &ic'e, cette fois, resta muette de stupéfaction! %ais, impressionnée sans doute par l'air décidé du 6eune garçon et par ce u'il connaissait de sa vie privée, elle finit par se rendre! B @' bien oui= lançaEtEelle brus uement! %ais ue vouleIEvous savoir au 6usteG P Fout d'abord!!! eu'!!! les raisons de cet ac'at! P &a'= à uoi bon faire des m;st9resG soupira

141

%me Deloc'e! "'est bien simple ) mon mari m'avait annoncé l'envoi de deu# c'ats de porcelaine, me disant, dans sa lettre, u'ils étaient tr9s précieu# et u'il fallait les garder soigneusement 6us u'à son retour!!! le uel, 'élas, n'a 6amais eu lieu! P 5ous disaitEil pour uoi ils avaient tant de valeur à ses ;eu#G P Ras précisément! &ien s?r, 6e savais dé6à ue les c'ats sont des animau# sacrés en &irmanie! %ais à part ça!!! P @t le c'at du brocanteurG P -l n'a rien de remar uable, sinon une vague ressemblance avec les deu# autres! ,eulement, en ouvrant la caisse arrivée de &irmanie, 6'ai vu avec consternation ue l'un d'eu# s'était cassé pendant le transport! Rensant à la contrariété u'éprouverait mon mari, 6'ai c'erc'é à me procurer un autre c'at de porcelaine dorée ui le remplacerait provisoirement! P Rrovisoirement, ditesEvousG Donc, vous n'aveI pas 6eté le c'at casséG P "ertes non= -l n'avait pas tellement de mal, et 6'ai pensé ue mon mari pourrait le recoller! P Dans ce cas, vous saveI o* sont les morceau#GD %me Deloc'e secoua la tête! B %al'eureusement non! Au plut<t, 6e me rappelle les avoir placés dans un cagibi au reIEdeEc'aussée en attendant mieu#! Ruis uel u'un les a retirés, sans doute la femme de ménage en veine de rangement!

14:

P .a femme de ménage!!! 5ous vouleI dire %me Jalic'etG P Non, pas elle, mais une remplaçante venue de .amurac! A cette épo ue, comme c'a ue année, rna brave Wann; était retenue par les travau# de la ferme! D NicL en savait asseI! -l se leva, et demanda d'un ton grave ) B Fout ce ue vous veneI de m'apprendre, vous l'ave* également dit à votre beauEfr9reG P %ais oui! @t 6e comprends trop tard ue 6e n'aurais pas d?! P @n effet, mais vous ne pouvieI pas deviner! %erci, madame! Au revoir= D @t il s'éclipsa, laissant %me Deloc'e un peu éberluée par ce brus ue départ! @n moins de cin minutes, le bon coureur u'il était re6oignit le petit groupe au pied de la colline! B A', te voilà, vagabond= s'écria %lle &ic'e en souriant! ,i 6'ai bien compris, notre 6eune impatient est allé faire un tour dans la campagne, au lieu de m'attendre tran uillement, comme sa sNur et son cousinG D B Ainsi, voilà l'alibi ue m'a trouvé NoHl D, pensa NicL! @t il dit tout 'aut ) B "'est vrai ue 6e n'aime gu9re rester immobile! @#cuseIEmoi si 6e me suis mis en retard! P Fu es tout e#cusé, puis ue te revoilà! @t

140

maintenant ue nous sommes tous réunis, 6e vais vous dire ce ui a été décidé pour %me Deloc'e ) elle sort au6ourd''ui de la maison de repos, et c'est moi ui viendrai la c'erc'er en ta#i! Q'esp9re en trouver un, cette fois= P A uelle 'eureG demanda NoHl! P Au début de l'apr9sEmidi! P Quoi= ,i tard ue çaG s'écria NicL, cac'ant mal sa consternation! P 5o;ons, réfléc'is un peu ) elle a le docteur à voir, sa valise à faire, des papiers à remplir!!! D'ailleurs, il serait peu c'aritable de la bousculer, apr9s les émotions u'elle vient de traverser= P %ais nous, alorsG P WigureIEvous ue 6e vous invite au restaurant! "'est une bonne surprise, nonG P A', oui, alors= D applaudit Nat'alie! %ais elle se rendit compte u'elle était seule à réagir ainsi! NoHl s'efforçait de sourire, niais on le sentait peu ent'ousiaste! Quant à NicL, il faisait une de ces têtes= ,?rement, il avait un pro6et ui ne B collait D pas avec l'invitation de leur vieille amie! Nat'alie s'aperçut même ue les garçons restaient en arri9re et u'ils éc'angeaient uel ues paroles à voi# tr9s basse! %lle &ic'e se tourna vers les traCnards! B 5ous ne dites rien vous deu#! Sa ne vous plaCt pas, le restaurantG P &ien s?r ue si= répondit NoHl! ,eulement!!! nous avons pres ue promis à %me Jalic'et et à

172

sa fille de rentrer avec elles, dans leur voiture! P Quoi= 5ous les aveI rencontréesG P Aui!!! enfin, sa fille seulement ) elle vendait sur le marc'é!!! P !!! et elle tient beaucoup à ce ue nous rencontrions sa m9re, se 'Ota d'a6outer NicL! "'est pour uoi nous pensions profiter de leur offre! P 5oilà ui est bien contrariant= commenta la maCtresse d'(ercule, les sourcils froncés! @videmment, on ne peut décevoir ces braves gens! D'un autre c<té, il ; a ma promesse à %me Deloc'e! P &ien s?r u'il faut la tenir, et pour ça vous n'aveI pas besoin de nous= D intervint Nat'alie! "'était du stoXcisme de sa part, car l'idée de dé6euner au restaurant lui plaisait énormément! ,eulement voilà= Quand on fait partie des Frois N, il faut savoir 6ouer le 6eu= B &on= se résigna %lle &ic'e! 5ous alleI partir avec ces deu# dames, et moi, de mon c<té, 6'essaierai de presser le mouvement pour le départ de %me Deloc'e! Nous dé6eunerons tr9s tard, voilà tout! P @t le repas au restaurant sera pour une autre foisD, conclut Nat'alie, réservant ainsi l'avenir! .a vieille demoiselle accompagna les enfants 6us u'à la ruelle o* stationnait la fourgonnette grise, u'ils trouv9rent sans peine! -ls n'eurent ue uel ues minutes à attendre ) la m9re et la fille arriv9rent bient<t, c'argées de pa uets! %me Jalic'et était courte et large, un peu

171

B fagotée D dans une robe à fleurs, un ridicule petit c'apeau de paille noire posé sur son c'ignon gris! %ais la c'aleur de son sourire, uand elle s'avança la main tendue con uit aussit<t les enfants et %lle &ic'e! @t uand la fourgonnette s'ébranla avec les Frois N! à son bord, la vieille demoiselle paraissait tout à fait rassurée sur leur sort! B ,i elle savait ce ue nous mi6otons= D pensa NicL avec une pointe de remords!

17+

CHAPITRE *I$ Le "roisi.me %&a" avait profité du moment d'agitation créé par le c'argement de la voiture pour parler secr9tement à NoHl et à Nat'alie! @n uel ues p'rases, il leur résuma sa conversation avec %me Deloc'e! "e ui les laissa songeurs! Une fois en route, tout éc'ange de réfle#ions entre les Frois N devint impossible ) %me Jalic'et prit la parole, et la garda tout le temps! D'ailleurs son bavardage n'ennu;a pas du 'tout les enfants, et même il les intéressa, surtout uand
N-"b
17$

il fut uestion de >ém; Deloc'e P ainsi se nommait le dernier occupant du "astelet! -l était évident ue la vieille Wann; ne l'aimait gu9re! B %onsieur Jeorges, l'aCné, était un tr9s brave 'omme, mais 6e n'en dirais pas autant du cadet= -ls avaient uinIe ans de différence, et Jeorges a en uel ue sorte servi de p9re à >ém;, à la mort de leurs parents! Rour la reconnaissance u'il lui a montrée= -l ne venait voir son fr9re ue pour lui soutirer de l'argent! RenseI donc= "e bon à rien a essa;é tous les métiers, sans 6amais persévérer dans aucun! "es derniers temps, il était vendeur de voitures d'occasion! A la mort de l'aCné, il a continué à B taper D %me Deloc'e, ui se laissait faire en souvenir de son mari! -l ; a une semaine, le voilà ui vient s'installer sans ; être invité, alors u'on vous attendait, pour bient<t, vous et %lle &ic'e! .à encore, la pauvre c'9re femme n'a rien osé dire! Déprimée comme elle l'était!!!= >emar ueI bien ue la présence de son beauEfr9re a été tr9s utile, uand il lui est arrivé!!! ce ue vous saveI! D Une fois de plus, les Frois N avaient une opinion différente, mais la gard9rent pour eu#! Fout en écoutant le ababillage de Wann; Jalic'et, ils n'avaient pas cessé de surveiller la route! De nombreuses voitures rentraient à %ireval ou dans d'autres villages, mais aucune Friump' 6aune ne les doubla! @videmment= .es adversaires avaient une confortable avance, et devaient dé6à se trouver

174

au "astelet! A l'idée u'ils avaient peutEêtre, à l''eure u'il était, mis la main sur le troisi9me c'at, NicL bouillait intérieurement! -l aurait voulu presser la fermi9re, ui conduisait trop lentement à son gré! An finit pourtant par arriver en vue de la maison Deloc'e! %me Jalic'et se tourna vers les enfants! B An vous arrête là, ou bien à la fermeG 5ous pourrieI venir manger avec nous, tous les trois! N'estEce pas, JilberteG P &ien s?r= ac uiesça aussit<t la 6eune femme! Q'ai fait ce matin une grosse tarte à l'oignon ) il suffit de la remettre au four! D Nat'alie essa;a de c'asser cette vision, si tentante pour son estomac dé6à creu#! Deu# invitations refusées en moins d'une 'eure, cela demandait une forte dose d''éroXsme= @ffectivement son cousin répondait ) B Non, merci! Nous attendons %lle &ic'e, ui ram9ne %me Deloc'e en ta#i! P Quoi= %adame rentre c'eI elleG s'e#clama la vieille Wann;! @n voilà, une bonne nouvelle= Rour uoi ne m'en aveIEvous rien ditG P Rarce ue 6e!!! 6e n'en ai pas eu le temps! D "e ui était la pure vérité! .a fourgonnette stoppa à l'angle de la 'aie, puis démarra de nouveau, allégée de ses 6eunes passagers! .es Frois N se retrouv9rent seuls, e#actement comme ils l'avaient sou'aité! @t c'est alors

177

ue le sentiment du danger les empoigna! AllaientE ils devoir affronter >ém; et son compliceG Ar, uand ils pass9rent trois têtes prudentes par l'ouverture de la 'aie, le 6ardin leur apparut vide! .''abitation aussi, semblaitEil! B .e c'amp est libre= e#ulta NicL! An peut ; aller= P Ras si vite= dit son cousin! Waisons d'abord le tour de la propriété par l'e#térieur! D .es deu# autres accept9rent cette suggestion! &ien leur en prit= "omme ils longeaient les t'u;as, sur la droite, ils aperçurent une tac'e 6aune dans la verdure du petit bois ) >ém; Deloc'e avait c'oisi cet endroit discret pour ; stationner! .e trio rebroussa c'emin et alla tenir conciliabule sous le gros c'êne! B .es adversaires sont donc arrivés, conclut NoHl, et certainement ils ont dé6à pénétré dans la place! Rrévisible, mais ennu;eu#! P @nnu;eu# ou pas, il faut ue l'un de nous ; entre aussi, décida NicL! -l ; a une grande c'ance pour ue les deu# complices ne trouvent pas tout de suite les morceau# du c'at! A nous de les battre sur le poteau= P Wacile à dire= Nous n'en savons pas davantage u'eu#, remar ua Nat'alie! P (um= Fu as mal'eureusement raison D, avoua son fr9re! "'est alors ue NoHl causa à ses cousins une agréable surprise! -l leva l'inde# et déclara )

173

B @' bien, moi, 6e crois avoir deviné o* se trouve le troisi9me c'at! P Fu es formidable= s'e#clama Nat'alie admirative! P Ne nous fais pas languir= a6outa NicL! A* estE ilGD ,on cousin ne répondit pas directement! B A vrai dire, c'est une simple ';pot'9se! %ais pendant le tra6et, 6'ai essa;é de me mettre à la place de uel u'un ui reçoit un bibelot cassé! Que vaEtEil en faireG P .e mettre à la poubelle, répli ua NicL aussit<t! Du moins, ce serait ma réaction, à moi! %ais pas celle de %me Deloc'e ) 6e sais u'elle a gardé le c'at pour ue son mari puisse le recoller! D Nat'alie avait le front plissé à force de réfléc'ir! B %oi, ditEelle enfin, 6e garderais les morceau# dans la caisse même o* 6'aurais reçu les c'ats, pour ue personne n'ait l'idée de les 6eter! P &ravo, Nattie= "'est e#actement ce à uoi 6e pense, approuva NoHl! @t cette caisse, figureIEvous ue 6e sais o* elle se trouve ) dans le petit grenier contigu à la c'ambre de %me Deloc'e! D Dans son ent'ousiasme, NicL fit un bon en l'air! B ,plendide= "'est s?rement ça! 5oilà ui nous donne un net avantage sur nos adversaires, obligés de fouiller la maison de fond en comble! D -l a6outa, l'air s?r de lui ) B Avec ce renseignement,

171

6e compte mettre tout de suite la main sur le deu#i9me c'at birman! P Fu comptesG A', par e#emple= protesta NoHl! -l s'agit de moi, pas de toic P @t pour uoi donc, s'il te plaCtG "'est mon tour, il me semble! Qus u'à maintenant, tu as été le seul à te ris uer dans l'antre du fauve! P >aison de plus pour ue 6'; retourne ) 6e connais les lieu#! E %ais si tu m'e#pli ues, 6e saurai me diriger! Qe ne suis pas débile, uand même = D Devant l'insistance de son cousin, NoHl finit par céder! %ais il tint à lui dessiner un plan de la maison! "omme il n'avait ni papier ni cra;on,

17:

il le traça sur le sol avec la pointe d'un bOton! B Q'ai tout compris= affirma NicL! .'essentiel, pour le moment, c'est ue 6'entre dans la place! >ém; Deloc'e a d? ouvrir avec sa propre clef ) 6'esp9re u'il n'aura pas refermé derri9re lui! P Qe l'esp9re aussi, dit NoHl! P &on! %aintenant, 6'; vais! 5ous, attendeIEmoi ici ) c'est à portée de voi# de la maison! Alors, au cas o*!!! D ,ur cette p'rase inac'evée, mais lourde de sens, il les uitta résolument et marc'a, sans se retourner, 6us u'à l'ouverture dans la 'aie! "'est seulement au moment de la franc'ir u'il fit un dernier signe de main! @n réponse, deu# autres mains s'agit9rent! .e 6eune garçon courut tête baissée 6us u'au perron, en gravit les marc'es d'une en6ambée et se trouva devant la grande porte! Quelle c'ance= Dans leur 'Ote, les deu# complices l'avaient laissée entrouverte! ,i bien ue NicL put pénétrer sans bruit dans le 'all, o* il s'immobilisa aussit<t! Une rumeur confuse parvenait à ses oreilles ) e#clamations, bruit de meubles u'on traCne, de tiroirs u'on ouvre, d'ob6ets métalli ues u'on 'eurte!!! "ela semblait venir d'une pi9ce voisine! B ,alle à manger ou salon, pensa l'arrivant, se remémorant le plan! @n tous cas, ce tamEtam a lieu au reIEdeEc'aussée ) 6e peu# gagner l'étage sans crainte! D

170

@n uel ues pas il atteignit l'escalier, au pied du uel les deu# c'ats semblaient monter la garde! %aintenant u'il savait, NicL les trouva différents ) l'un, celui de droite, avait le cou plus long, les ;eu# plus fendus, la porcelaine dont il était fait paraissait plus fine! %ais, sans s'attarder à cette comparaison, le visiteur monta rapidement 6us u'à l'étage, vit les uatre portes, dépassa la premi9re, et tourna résolument le lo uet de la seconde! @lle s'ouvrit sans difficulté, et la c'ambre apparut, telle ue l'avait décrite NoHl! Qus u/'au# persiennes ui, à demiEfermées, laissaient entrer un 6our avare dans la pi9ce! .'a;ant traversée, NicL trouva le petit grenier, en tourna la clef et pénétra dans le réduit! Apr9s uel ues secondes, il fut capable de distinguer les boCtes et les cartons entassés plus ou moins en désordre! Rarmi eu#, une caisse, avec le mot B Wragile D peint en travers! Rour pouvoir l'e#aminer plus aisément, il la tira 6us u'à la c'ambre et entreprit de l'ouvrir! >ien de plus facile ) le couvercle n'avait pas été recloué! Rosé seulement! NicL plongea son regard à l'intérieur, et ne vit d'abord ue de la paille! -l l'écarta et aperçut!!! un c'at en porcelaine tout à fait semblable à celui ui était posé à droite de l'escalier, à ceci pr9s u'il était amputé d'une oreille, d'une patte et du bout de la ueue! .es morceau# cassés gisaient d'ailleurs au fond de la caisse, mêlés à des débris de paille!

132

Avec une sorte de respect, le 6eune garçon saisit la statuette et la transporta devant la fenêtre! B Qu'estEce ue ce c'at peut bien avoir de particuli9rement précieu#, à part le fait u'il vient de &irmanieG D se demandaEtEil! .es ;eu#, peutEêtreG %ême pas= D'une belle teinte verte, ils étaient en porcelaine, comme le reste! Alors NicL secoua la figurine, doucement d'abord, puis plus fort ) aucun bruit ne se produisit! @nfin il la retourna! ,ur la face inférieure, il ; avait une ouverture ronde! A;ant de vagues notions sur la fabrication de la porcelaine, le 6eune garçon n'en fut pas étonné ) c'était par ce trou u'on avait fait couler l'e#c9s de B barbotine D, Kc'estEàEdire de pOte déla;éeM, avant le séc'age et la cuisson! Rar contre, cet orifice lui permit de 6eter un regard à l'intérieur de la statuette! ,oudain, l'a;ant inclinée d'une certaine façon, il aperçut, collés contre la paroi, deu# caillou# bleu clair! "'acun avait à peu pr9s la taille d'une grosse bille! Des caillou# pas comme les autres, en tout cas ) dans la clarté, pourtant faible, venant de la fenêtre ils réussissaient à lancer mille feu#! NicL, ui montrait des dispositions pour la minéralogie, n'eut pas la moindre 'ésitation! B Des sap'irs= D s'e#clamaEtEil! @t il s'aperçut ue, dans son e#citation, il avait parlé tout 'aut!

131

Ainsi c'était ça, le fameu# trésor pour la découverte du uel >ém; Deloc'e n'avait pas 'ésité à convaincre sa belleEsNur de maladie nerveuse= "es sap'irs valaient certainement une fortune! B Une fortune ui n'ira pas dans la poc'e de ce vilain bon'omme, ni dans celle de son complice= D décida le 6eune garçon! Rour cela il lui fallait s'emparer des deu# pierres précieuses, et les remettre à leur vraie propriétaire! -l glissa, non sans peine, la main dans l'ouverture! ,on avantEbras suivit plus facilement, et ses doigts se referm9rent enfin sur les sap'irs! An avait utilisé, pour les fi#er à la porcelaine, une sorte de poi# tr9s épaisse, dans la uelle les caillou# se trouvaient partiellement englués! .es détac'er fut cependant asseI facile, et NicL eut bient<t sur sa paume les deu# pierres précieuses! @lles étaient soigneusement taillées, et brillaient de leurs nombreuses facettes! -l les fourra dans sa poc'e et entreprit de tout remettre en ordre! %ais, au moment de rentrer le c'at dans sa caisse, une idée lui vint ) B @t si 6'essa;ais de m;stifier les voleursG D -l reposa le c'at par terre et entreprit la fouille de ses poc'es! "e n'était pas une mince affaire= @lles contenaient une uantité inimaginable de c'oses sans valeur!!! à part les sap'irs, u'il mit soigneusement de c<té!

13+

13$

B 5o;ons ) couteau, fil de fer, craie!!! A'= Nous ; voilà= des billes! Des agates, même! A', o'= "es deu#Elà sont d'un 6oli bleu! Un peu trop clair, évidemment, mais enfin, pour des gens pressés!!! &a'= @ssa;ons tou6ours= D Rrestement, il introduisit par l'ouverture sa main tenant l'une des agates, et réussit sans peine à fi#er celleEci contre la paroi, grOce à la poi# ui s'; trouvait encore! %ême opération avec la seconde! Un coup d'Nil par l'ouverture lui montra ue le résultat était à peine passable! Fant pis= 5ite, maintenant ) le c'at dans la caisse, la paille parEdessus Ksans oublier les débris tombés sur la mo uetteM, le couvercle, la caisse replacée dans le grenier! Un tour de clef ) tout était en place! Non, pourtant ) le contenu de ses poc'es gisait encore sur le sol! -l récupéra d'abord les sap'irs, puis le reste, en vrac! "ette fois il n'avait plus u'à repartir! A cet instant précis lui parvint un bruit de voi# venant de l'escalier! B Qe me suis ré6oui trop vite! -ls viennent= D pensaEtE il avec angoisse! .a victoire, u'il cro;ait dé6à tenir, allaitEelle se c'anger en défaiteG

134

CHAPITRE *$ Le bal%on affolé de NicL fit le tour de la pi9ce, à la rec'erc'e d'une cac'ette! "omme NoHl avant lui, il en compta trois ) le grenier, la penderie, le dessous du lit! Aussi peu s?res l'une ue l'autre! B -l est évident u/ils vont fouiller tous les coins,, même les plus petits, se ditEil! "ar ce u'ils c'erc'ent, ce n'est pas moi, mais les débris du c'at! D Rarfaitement logi ue, et peu encourageant! A* u'il se mette, NicL ne man uerait pas d'être
.@ >@JA>D

137

découvert d9s ue les deu# 'ommes entreraient dans la c'ambre! .e seul mo;en de leur éc'apper, ce serait de pouvoir en sortir, lui! %ais il ; pensait trop tard! Ruis, brus uement, une idée lui traversa la tête! Une de ces idées lumineuses comme il vous en vient parfois dans les cas désespérés! B ,ortirG &ien s?r ue c'est possibleU en allant sur le balcon= D Aussit<t pensé, aussit<t e#écuté! -l ouvrit sans bruit la porteEfenêtre, écarta davantage les persiennes en enlevant l'anneau de son croc'et, et se trouva sur le rectangle de ciment u'entourait sur trois c<tés une grille ouvragée! ,ans attendre, il tira vers lui les panneau# vitrés en les raccordant, mais sans pouvoir les fermer compl9tement, et raccroc'a l'anneau de fer! Alors, il respira longuement, 'eureu# de se trouver à l'air libre! %ais il ne se faisait pas d'illusions ) libre, lui ne l'était pas! Ras encore! .es deu# complices ui le talonnaient n''ésiteraient pas longtemps ) pres ue à coup s?r, ils visiteraient en premier lieu la c'ambre de %me Deloc'e, et alors!!! ce ne serait plus pour NicL u'une uestion de c'ance! .es dés étaient 6etés, plus mo;en de modifier le 6eu! ,i c'était son 6our de malc'ance, il serait pris, et, c'ose bien pire, les deu# sap'irs avec lui! "ette idée lui parut tellement insupportable, ue son cerveau, travaillant à toute vitesse, lui dicta

133

le mo;en d'; remédier! Renc'é sur le gardeEfou, il se tourna vers le gros c'êne dont il apercevait, sur sa droite, le sommet dépassant des t'u;as! Alors, les mains en porteEvoi# il émit un sifflement modulé ui pouvait passer, à la rigueur, pour le cri de la fauvette ) pour les Frois N, c'était un signe de ralliement souvent utilisé! .'effet de cet appel ne se fit pas attendre ) NoHl, puis Nat'alie apparurent à l'entrée du 6ardin! .evant les ;eu#, ils aperçurent NicL ui les invitait par de grands gestes à venir se placer sous le balcon! Fandis u'ils approc'aient, il fouilla fébrilement dans ses poc'es et en retira les sap'irs! >ésolument, il les laissa tomber ) NoHl réussit à saisir le premier au vol, le second touc'a terre au# pieds de Nat'alie, ui se 'Ota de le ramasser! Fous deu# ouvrirent de grands ;eu# à la vue des précieu# caillou#! -l ; eut ensuite un dialogue muet, mais ue les uns et les autres comprirent parfaitement ) B %aintenant, fileI= ordonna NicL avec les mains et avec les l9vres! P %ais toiG demand9rent sa sNur et son cousin de la même mani9re! P Qe me débrouillerai! 5ite, vite, parteI= D Depuis un instant il savait, au bruit u'avait fait la porte, ue les ennemis étaient dans la c'ambre! %ais il s'efforça de garder un visage impassible! @t même, il essa;a de sourire! Alors, uoi ue à regret, les deu# autres tourn9rent les

131

talons et disparurent bient<t par l'ouverture de la 'aie! B .es sap'irs sont sauvés ) c'est dé6à ça= pensa le 6eune garçon! A nous trois, maintenant= D -l alla se placer à l'un des angles du balcon, c<té mur, la tête tournée vers la c'ambre! An ; entendait un vague remueEménage, et parEdessus le tout, uel ues réfle#ions éc'angées par deu# interlocuteurs! B >ien dans le lit, ni dessous, disait >ém; Deloc'e Ket, mentalement, NicL poussa un B ouf= DM P Ni dans la penderie, a6outait une voi# plus grave Knouveau B ouf D=M P >este le réduit! Qe vais voir! D Un silence, puis une e#clamation ) B Fiens, tiens= Une caisse d'emballage! Sa pourrait bien être çaG Attends ue 6e l'am9ne à la lumi9re! D @ncore une pause, durant la uelle NicL n'entendit rien! Ruis soudain, la fenêtre fut ouverte, et l'anneau des persiennes séparé du croc'et ) Deloc'e cadet ne se contentait pas du demiE6our= B ,'il replie le vantail, 6e suis flambé= D se dit NicL! @t son regard plongeait vers le 6ardin, o* se trouvait le salut! %ais le 6eune garçon avait dé6à constaté u'il lui était impossible de l'atteindre depuis le balcon, à moins de ris uer un saut de uatre ou cin m9tres! Ras d'arbre à pro#imité, ni de goutti9re le long de la façade, ni de plante grimpante!

13:

(eureusement, l'adversaire était trop pressé pour accomplir le geste redouté ) il se contenta de repousser les persiennes sans les replier, si bien ue NicL se trouvait àEdemi cac'é par elles! -l s'enfonça davantage encore dans son encoignure! ,a situation peu enviable avait au moins un avantage ) pas un bruit ne lui éc'appait! -l ; eut celui ue faisait le couvercle en se rabattant, de la paille ue froissaient des mains impatientes! @nfin, un cri ) B "'est lui= D "'était >ém; ui l'avait poussé! A la surprise du guetteur, la voi# plus grave ordonna ) B >egarde vite s'il contient les sap'irs= D Ainsi, à la différence des Frois N, ces 'ommes savaient ce u'ils c'erc'aientG 5oilà ui était plut<t in uiétant= Rourtant NicL espérait encore ue les agates bleues 6oueraient leur r<le! .à o* elles étaient placées, la main d'un enfant pouvait les atteindre, pas celle d'un 'omme! Alors, vues de loinE @ffectivement, le beauEfr9re de %me Deloc'e poussa un cri de triomp'e! B Qe crois les apercevoir!!! collées à l'intérieur!!! deu# boules bleues ) ce ne peut être u'eu#= @mportons le c'at et filons= D Dé6à le 6eune garçon sentait sa gorge se desserrer sous l'effet d'un soulagement intense, uand l'autre voi# laissa tomber ) B Non mais!!! tu n'es pas un peu sonnéG Fu partirais comme ça, sans vérifierG Un butin de cette valeur, ça mérite pourtant u'on ; regarde à deu# fois= Alors, même si 6e devais casser ce bibelot!!! D

130

-l n'ac'eva pas, mais NicL avait dé6à compris ) ce deu#i9me adversaire se montrait bien plus redoutable ue l'autre, parce u'il allait 6us u'au bout! .e 6eune garçon eut encore un regard du c<té de la liberté, puis il attendit!!! Dans la c'ambre, son sort ac'evait de se 6ouer! .e complice avait d? s'emparer du c'at et l'e#aminer, car il s'écriait avec rage ) B Sa, des sap'irsG Allons donc= An voit bien ue tu n'; connais rien= Ras besoin de les voir de pr9s pour deviner ) il s'agit de deu# agates!!! des billes, si tu préf9res! Quel u'un nous a devancés, et, en plus, il s'est mo ué de nous=

112

P Des billes= répéta >ém;! Q'; suis ) ce sont ces maudits gamins! Fu saisG Qe t'ai parlé d'eu#, et de la petite bonne femme batailleuse ui les accompagne, sans compter le cabot!!! P ,?r, ue ce sont eu#! Que 6e les attrape seulement, et!!! D .e ton était si menaçant ue, sur son balcon, NicL frémit! &ien davantage encore uand il entendit la suite ) B %ais 6'; pense, disait le barbu, ils sont allés bien vite en besogne= "e matin, 6e suis arrivé avant eu# à .amurac, et 6'ai été le premier à rencontrer ma c'9re belleEsNur, ui m'a si complaisamment parlé du c'at cassé! @lle leur a s?rement raconté la même 'istoire, mais plus tard, si bien ue!!! tu ; comprends uel ue c'ose, toiG P "e ue 6e comprends, c'est ue l'un des gamins est peutEêtre encore dans la maison! Qe dirai même mieu# ) dans cette c'ambre= P -mpossible ) nous l'avons enti9rement fouillée! A moins ue!!! le petit grenier est tr9s obscur, et!!! P !!! et, naturellement il ne peut pas s'; être enfermé luiEmême! .a clef était tournée, n'estEce pasG P Aui, en effet! %ais par contre!!! l'espagnolette de la porteEfenêtre, elle, ne l'était pas! ,ur le moment ça ne m'a pas frappé, mais apr9s coup!!! P "'est bien ça ) le balcon= D rugit le complice de >ém; Deloc'e! Fout se passa tr9s vite! NicL eut beau reculer

111

dans l'encoignure, les deu# 'ommes eurent t<t fait de le découvrir! -ls le saisirent rudement, c'acun par un bras, et le traCn9rent pres ue 6us u'à la c'ambre! %algré sa peur, il avait eu le temps d'e#aminer le deu#i9me personnage ) il avait un aspect tr9s ordinaire! @t même, avec son visage rond, son neI retroussé, son crOne rosé, on l'aurait pris facilement pour un brave p9re de famille! Rourtant, le captif sentait instinctivement ue cet individu pouvait devenir méc'ant uand il était en proie à la col9re, comme maintenant! Rar comparaison, Deloc'e cadet semblait pres ue inoffensif! "e fut d'ailleurs lui ui calma son complice, alors u'il secouait le 6eune garçon sans ménagement! B -nutile de lui faire peur! ,i c'est lui ui a les sap'irs, il sera bien obligé de nous les donner= P Qe ne les ai pas= déclara NicL, d'une voi# u'il essa;ait en vain de rendre ferme! P Fu mens= abo;a le deu#i9me 'omme! P Ras du tout! ,i vous ne me cro;eI pas, fouilleIE moi! Au plut<t!!! teneI= .e 6eune garçon uitta successivement ses espadrilles, son FEs'irt, son pantalon, et apparut vêtu seulement d'un slip! Alors, saisissant le pantalon par les 6ambes, il le secoua ) le contenu des poc'es s'éparpilla sur la mo uette! .es deu# 'ommes regardaient ce déballage d'un Nil a'uri! Quand une agate apparut, puis deu#, puis trois, ce fut un cri de fureur )

11+

B Fu vois = -l ; a les mêmes billes à l'intérieur du c'at! NierasEtu encore, apr9s çaG P Q'ai seulement dit ue 6e n'avais pas les sap'irs! @' bien, c'est vrai. P Attends un peu= Qe vais vérifier moiEmême! D .''omme prit le 'aut du pantalon, et tira dessus! %ais NicL tint bon! .'autre augmenta son effort ) c'était ce u'attendait le 6eune garçon, ui lOc'a prise brus uement! Désé uilibré, son adversaire tomba en arri9re, et son dos vint 'eurter l'angle de l'armoire! ,es mains gliss9rent sur le bois lisse sans pouvoir s'; raccroc'er, et il s'étala de tout son long sur la mo uette! "elleEci amortit le c'oc, mais, le temps ue l''omme se rel9ve, le captif avait foncé vers la porte! Dans son élan, il faillit mettre le pied sur une bille sortie de sa poc'e, et ui avait roulé 6us ueElà! -l l'évita de 6ustesse, et, instinctivement, la ramassa! Au même moment, >ém; Deloc'e, d'abord pétrifié de stupeur, tenta de réagir en se ruant à la poursuite du fu;ard! -l l'aurait sans doute re6oint, mais!!! c'est alors ue le cerveau actif du 6eune garçon lui dicta une manNuvre désespérée ) faisant brus uement volteE face, il lança la bille sur la mo uette en visant les pieds de l'adversaire! Rar c'ance, Kou plut<t grOce à son adresseM une des semelles du barbu vint se poser lourdement sur l'agate ) il n'en fallut pas plus pour u'il tombe à son tour, non sans lOc'er un formidable 6uron!

11$

@n un clin d'Nil, NicL s'empara de la clef, tourna le lo uet et franc'it la porte! -l la cla ua, enfonça la clef dans la serrure et donna un double tour! Dé6à deu# paires de poings martelaient le panneau, ui résista victorieusement! B RreneI patience= lança ironi uement le fugitif! Qe reviendrai bient<t!!! accompagné! ,i vous vous ennu;eI trop pendant ce temps faites donc une partie de billes= D Ruis il se 6eta dans le couloir, dévala l'escalier, franc'it le 'all d'un bond et gagna la sortie! "'est seulement une fois de'ors ue NicL se rendit compte u'il n'était vêtu ue d'un slip! -l s'arrêta, confus, et entendit alors un double éclat de rire ) tel fut l'accueil de NoHl et de Nat'alie pour le 'éros du 6our!

114

CHAPITRE *$I Un #o/"er au 0ardin s'étaient écoulés depuis ces événements! D9s le retour de %me Deloc'e, samedi en début d'apr9sEmidi, %lle &ic'e et ses 6eunes amis s'étaient installés au "astelet! "'est sans regret ue les enfants éc'ang9rent l'inconfort de la vieille cabane contre les commodités de la spacieuse villa, d'o* l'on dominait le lac et tout le pa;sage alentour! De son c<té, une fois surmonté le c'oc ue lui avait causé cette 'istoire, leur '<tesse se montrait
"-NQ QAU>,

117

ravie de l'animation, de la gaieté ui régnaient désormais dans sa maison solitaire! ,ans compter u'elle vouait au# plus 6eunes deEses invités une reconnaissance particuli9re ) ne lui avaientEils pas restitué, sous la forme de deu# beau# sap'irs, une fortune dont elle se montrait la premi9re surprise et ui lui serait fort utile dans sa situation de veuveG "ependant, bien des points restaient à éclaircir dans cette affaire! Aussi NoHl, doué d'un esprit curieu# et de beaucoup de ténacité, n'eutEil ni pai# ni cesse avant d'avoir tout compris! Rour cela, lui et ses cousins pos9rent beaucoup de uestions, et se réunirent souvent pour de graves conciliabules! "ette en uête n'avait d'ailleurs pas nui au# 6o;euses activités de la petite troupe ) baignades, e#cursions et pi ueEni ues s'étaient succédé durant ces premiers 6ours de vraies vacances! An était donc au 6eudi, et il ; avait grand branleEbas au "astelet! %me Deloc'e avait décidé, pour remercier ses '<tes, u'un grand go?ter ; serait servi, avec %me Jalic'et comme pOtissi9re en c'ef! A l'issue de ces agapes, NoHl raconterait l'B affaire des c'ats D depuis son début 6us u'à sa conclusion définitive! Rar c'ance, apr9s une matinée maussade, il faisait un temps radieu# cet apr9sEmidiElà! Aussi ce fut autour de la table du 6ardin ue les convives Ksi# en tout, en comptant la vieille Wann;M, firent 'onneur au# fraises à la cr9me, à la tarte au# abricots et au savarin, accompagnés d'un sirop de

113

groseilles fabri ué à la ferme! (ercule ne se laissa pas oublier, et il était si irrésistible uand il uémandait un morceau, u'on le gava littéralement de friandises! ,i bien u'il s'endormit, aussit<t apr9s, sur les genou# de sa maCtresse! B "e ui prouve son peu d'intérêt pour les 'istoires de c'ats= remar ua NicL en riant! P ,'il s'agissait de c'ats vivants, il se comporterait tout autrement= rétor ua %lle &ic'e! %ais comme ceu# dont il est uestion sont en porcelaine!!! A propos, vasE ;, NoHl ) nous t'écoutons! D "'acun se cala dans son fauteuil ou sa c'aiseElongue, et le 6eune garçon commença ) B -- ; a si# mois, %! Jeorges Deloc'e se trouvait encore en &irmanie pour ; faire du commerce ) il vendait des denrées d'importation et ac'etait un peu de tout, en particulier des bibelots et des pierres précieuses! "'est ainsi u'il ac uit deu# sap'irs bruts d'une rare grosseur! -l les fit tailler sur place, avec l'intention de les rapporter en Wrance! %al'eureusement cet ac'at n'avait pas éc'appé à son associé, >obert Walvard! Ar, depuis uel ue temps, %! Deloc'e concevait des doutes sur l''onnêteté de cet 'omme! "'est pour uoi, se sentant malade, il voulut soustraire les sap'irs à la convoitise de Walvard! Un seul mo;en ) les e#pédier en Wrance, mais en les camouflant! -l emplo;a le truc ue vous saveI, et %me Deloc'e reçut deu# c'ats de porcelaine,

111

u'elle devait garder avec soin 6us u'au retour de son mari! (élas, celuiEci fut emporté par la fi9vre 6aune avant d'avoir eu le temps de révéler son secret! Apr9s sa mort, Walvard fouilla ses affaires avec l'espoir de s'emparer des sap'irs! ,es rec'erc'es a;ant été vaines, il en conclut ue son associé les avait envo;és à sa femme! %ais il ignorait sous uelle forme! D A ce point de son récit, le narrateur s'arrêta pour reprendre son souffle! %lle &ic'e en profita pour demander ) B "omment se faitEil ue Walvard n'ait pas eu vent de l'envoi des c'atsG D NoHl 'oc'a la tête! B ,ur ce point, nous ne pouvons faire ue des ';pot'9ses! %! Deloc'e aEtEil profité d'une absence de son collaborateurG "'est probable! Fou6ours est+il ue Walvard est revenu en Wrance, bien décidé à c'erc'er les pierres précieuses là o* elles avaient le plus de c'ance de se trouver ) c'eI %me Deloc'eU P @t le r<le de mon beauEfr9re, làEdedansG uestionna cette derni9re! P Q'; arrive ) Walvard le connaissait comme un garçon sans scrupules!!! P !!! un peu de son genre, uoi= intervint NicL! P Qui se ressemble s'assemble= a6outa sentencieusement Nat'alie! P &ref, reprit NoHl, Walvard s'est dit ue >ém;

11:

Deloc'e pourrait s'introduire facilement au "astelet en tant ue parent, alors ue luiEmême!!! P !!! n'; serait pas reçu volontiers, ac'eva %me Deloc'e! Q'avoue ue cet 'omme m'a tou6ours été antipat'i ue! P Donc, >ém; s'est imposé, et vous l'aveI supporté parce u'il était le fr9re de votre mari, poursuivit le narrateur! .e voilà donc installé dans la place! Rour ; c'erc'er uoiG Deu# sap'irs! %ais la présence de la maCtresse de maison est gênante ) il faut l'éliminer! P D'o* la superc'erie dont vous aveI été victime, ma c'9re amie, ac'eva %lle &ic'e, compatissante! P .e fau# serpent, remar ua NicL, était fait avec des c'ambres à air d'auto! Wacile, pour uel u/un dont le métier est de vendre des voitures d'occasion! P %ais ces c'ers enfants ont éventé la m9c'e, ce ui prouve leur remar uable intelligence= D déclara %me Deloc'e d'un ton pénétré! Nat'alie rougit, NicL but le compliment comme du petitElait et prit un air faussement modeste, NoHl continua sans sourciller à narrer les faits ) B >ém; Deloc'e avait un avantage sur nous ) il savait ce u'il c'erc'ait! Rar contre, il ne savait pas o, c'erc'er! @t s'il a orienté ses rec'erc'es sur les c'ats birmans, c'est!!! P !!! un peu par ma faute, avoua Nat'alie! P ,urtout par la mienne, rectifia son cousin!

110

P Quand 6e me suis introduit ici pour p'otograp'ier les c'ats et ue 6'ai perdu le négatif, ça lui a mis la puce à l'oreille!!! P !!! une puce de c'at!!! birman= glissa NicL avec malice! P &ref, il a e#aminé les deu# statuettes en long et en large, mais n'a rien trouvé, et pour cause= ,on complice s'impatientait! Au# coups de télép'one u'il donnait réguli9rement, >ém; répondait tou6ours par la négative! Alors Walvard a annoncé son arrivée ) l'autre est allé l'attendre au train de Raris Ko* il vit ordinairementM, et tous deu# se sont rendus à la maison de repos! D NoHl se tourna vers %me Deloc'e ) B 5otre beauE fr9re vous a interrogée sur les c'ats, et, sans méfiance, vous lui aveI révélé l'e#istence d'une troisi9me statuette, destinée à remplacer celle ui s'était cassée pendant le transport! (eureusement, vous n'aveI pas pu lui dire o* se trouvaient les morceau#! 5ous saveI comment mon valeureu# cousin a pu s'emparer des sap'irs et mettre les deu# complices sous clef!!! non sans leur abandonner ses propres dépouilles= D "e fut au tour de NicL de rougir, tandis ue le reste de la petite assemblée éclatait de rire! .e 6eune garçon, bon 6oueur, s'associa à la gaieté générale! Quand le calme fut revenu, il déclara ) B N'empêc'e ue, mes dépouilles, 6e les ai récupérées bien vite! .es deu# prisonniers étaient

1:2

tellement furieu#, u'ils ont tout balancé par la fenêtre!!! P !!! ; compris le contenu de tes poc'es, remar ua Nat'alie! Quel travail pour tout récupérer= D ,on fr9re ignora l'allusion et poursuivit ) P B Quel tapage ils faisaient, ces! deu# 'ommes= Nous ne savions pas comment les calmer! Q'étais d'avis de télép'oner au# gendarmes, mais NoHl s'; est opposé!!! P @t il a bien fait, affirma %me Deloc'e! @n souvenir de mon mari ui aimait son 6eune fr9re malgré ses défauts, 6'ai préféré passer l'éponge! P @t le complice a bénéficié de votre indulgence, commenta %lle &ic'e! Qe vous comprends) 6'aurais agi comme vous! P D'ailleurs, remar ua NoHl, ils ont uand même éprouvé une belle peur, uand le gendre de %me Jalic'et est venu les délivrer!!! sur son gros tracteur et muni de son fusil de c'asse= Apr9s ça, ils sont partis sans demander leur reste! D .a vieille Wann;, ui n'avait pas encore parlé Kla langue doit lui démanger, pens9rent les Frois NM, intervint ) B Quand même, dCtEelle en accompagnant son discours de nombreu# 'oc'ements de tête, fautEil avoir l'esprit tordu pour inventer des trucs pareils= A', mais= .es voilà grosEQean comme devant, malgré toute leur astuce! Rour ce ui est de %! >ém;, 6'esp9re u'il n'aura pas le toupet de revenir! &on débarras= ,i 6'étais vous, madame, 6e
1:1

vendrais ces sap'irs, et, avec l'argent ue ça rapporterait, 6e vo;agerais, au lieu de rester toute seule dans cette grande maison! P "'est bien mon intention= affirma %me Deloc'e avec un air de décision ui ne lui était pas 'abituel! Qe ne vivrai ici u'en été, en invitant des amis Kelle se tourna en souriant vers %lle &ic'e et les Frois NM! "'est tou6ours avec plaisir ue 6e retrouverai mon petit lac!!! P !!! sans monstre, ne put s'empêc'er de glisser NicL! P !!! et vos c'ats birmans, a6outa Nat'alie! P A propos de c'ats!!!= D s'écria son fr9re! -l s'éclipsa rapidement, et revint bient<t en portant
1:+

dans ses bras!!! un c'at de porcelaine! B .e reconnaisseIEvousG demandaEtEil à %me Deloc'e! P %ais bien s?r= "'est le c'at birman!!! 6e veu# dire ) le seul ui soit arrivé intact! P @' bien, vous faites erreur= triomp'a le 6eune garçon! >egardeI de plus pr9s! D .a propriétaire du "astelet se penc'a sur la figurine et s'e#clama ) B Rar e#emple= "eluiEci a été raccommodé, mais si 'abilement ue 6e m'; serais trompée, si tu ne m'avais rien dit! "e serait donc!!! le deu#i9me c'atG P Fout 6uste! "elui de la caisse! P @t c'est toi ui l'as recolléG demanda %lle &ic'e! P Aui, avec l'aide de NoHl! Nous avons trouvé une e#cellente colle, tout simplement à l'épicerie du village! P &ravo, et merci, merci beaucoup= dit %me Deloc'e tout émue! P ,i bien ue vous possédeI maintenant trois c'ats, remar ua Nat'alie! PE "'est vrai! %ais deu# me suffisent!!! P !!! pour faire une paire= murmura la petite mo ueuse à l'intention de son fr9re! P !!! aussi 6e suis décidée à vous faire cadeau du troisi9me!!! celui ui ne vient pas de &irmanie! @stEce ue cela vous ferait plaisirG P A', oui= %erci beaucoup= D répondirent les aFrois N en c'Nur! @t le trio se rendit en procession à la villa pour

1:$

; déposer le deu#i9me c'at birman à sa vraie place, à gauc'e de l'escalier! B -l est la parfaite répli ue de l'autre= remar ua NoHl en prenant du recul pour e#aminer la paire de c'ats, placés s;métri uement par rapport à la premi9re marc'e! P Rarfaite= D répéta Nat'alie! .es deu# cousins se retourn9rent pour uêter l'approbation de NicL, mais celuiEci ne se rendait même plus compte de leur présence! -l s'était emparé du troisi9me c'at et l'e#aminait! Ruis, d'un geste automati ue, il le retourna et introduisit le bras par l'ouverture inférieure! B Qu'estEce ue tu faisG D demanda Nat'alie éba'ie! "e fut NoHl ui répondit avec malice ) B &en vo;ons!!! la force de l''abitude= Des fois ue uel u'un aurait eu l'idée de cac'er des pierres précieuses dans cet autre c'atG D Jagné par une forte envie de rire, NicL prit la précaution de poser le c'at par terre! Alors seulement il donna libre cours à sa gaieté, à la uelle les deu# autres BN D firent éc'o!

1:4

Les

No1l, Na"&alie 2Na""ie3 e" Ni%olas 2Ni%435

1:7

de Rober"e Armand

1:3

LES

de Rober"e Armand S!rie in"!#rale

1:1

Centres d'intérêt liés