Vous êtes sur la page 1sur 24
Saâdane frappe du poing «Aucun joueur ne m’imposera sa loi» «Les cadres ne sont pas
Saâdane frappe du poing
«Aucun joueur ne
m’imposera sa loi»
«Les cadres ne sont
pas intouchables»
«Ceux qui contestent
mes choix seront exclus»
SAMEDI
6
FÉVRIER
2010
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1106 PRIX 20 DA
De notre correspondant en Espagne
LacenLacenLacenLacenLacenLacen
«Je dois discuter
avec Saâdane»
«L’Algérie
a réalisé un
bon parcours
en Angola»
«Si je viens,
je ne voudrai
gêner
personne»
De notre envoyé spécial en Allemagne
Matmour en
toute intimité
«Voilà comment ma mère
m’a poussé à avoir le bac»
«C’est elle qui choisira ma future femme»
«Je voudrais
revoir Tiaret et
visiter le Sahara»
«J’adore
l’Espagne et
les
fraises»
2 Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010 De notre envoyé spécial à Mönchengladbach
2 Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010
De notre envoyé spécial
à Mönchengladbach
Coup d’œil Entretien
Farid
Aït Saâda
Matmour, comme vous
ne le connaissez pas
La maman garde
jalousement le
trophée
du Buteur
«Voilà comment ma
mère m’a poussé
à avoir le bac»
■ ■ On se rappelle que Karim
Matmour, tout comme Rafik
Halliche, a remporté le trophée de
Révélation de l’année lors de la
cérémonie du Ballon d’Or al-
gérien. Le trophée a été
remis par l’attaquant de
Mönchengladbach à ses pa-
rents. «Ma mère le garde ja-
lousement à la maison. Elle
m’a dit que chez elle, personne
ne le touchera», raconte
Karim.
On connaît Karim Matmour le
footballeur, vraie révélation pour
le public algérien qui apprécie son
talent et son humilité, mais on
connaît peu de Karim Matmour
l’être humain, l’Algérien né et
élevé à Strasbourg et qui a dû
s’exiler en Allemagne pour être
prophète. A travers cette
interview décalée, l’attaquant
du Borussia Mönchengladbach
révèle quelques facettes de sa
vie de tous les jours.
On regarde les
matchs
en famille
■ ■ Depuis que la sélection
nationale crève l’écran, les
Qui vous a donné le prénom de Karim ?
Il paraît que ce sont mes sœurs qui avaient
insisté auprès de mes parents pour être pré-
nommé Karim. C’est du moins ce qu’on m’a
dit, car vous comprenez que je n’étais pas en-
core né et que je n’ai donc pas assisté aux
conciliabules (rires). Même du ventre de ma
mère, je n’ai pas entendu les discussions à ce
sujet (rires).
Pourquoi vos sœurs avaient-elles insisté
pour Karim ? Pourtant, vous
n’étiez pas le premier garçon de
inch’Allah, mais c’est vrai que la routine peut
lasser. Moi, je ne mange qu’un seul plat du-
rant les stages et les regroupements : les
pâtes à la sauce tomate. J’y suis habitué du-
rant de longues années. C’est vrai que ce n’est
pas varié, mais c’est le prix à payer pour être
sportif de haut niveau.
Les sportifs peuvent aussi manger du riz
donc si
vous
n’avez pas
touché au
ballon ?
En fait, on
m’en avait offert
deux, à quelques
matches de l’Algérie ne laissent per-
sonne indifférent, à commencer par
la famille de Karim Matmour. «Il y
avait des membres de la famille qui
n’étaient pas très foot, mais ils ne le
sont plus actuellement. A présent, à
chaque match, c’est toute la famille
qui se réunit pour suivre les matches.» Ils
se réunissent dans la maison familiale, à
Strasbourg, et regardent le match dans
deux pièces différentes «car c’est exigu et la
jours d’intervalles,
et des légumes cuits à la vapeur. Vous
famille est trop nombreuse», explique-t-il.
êtes plutôt pâtes que riz ?
Effectivement, je préfère les pâtes
au riz.
la famille et elles auraient pu
donner ce prénom à l’un de vos
frères aînés…
Je ne le sais pas… Je suis le plus
jeune de la famille. Sans doute que
mes frères ont tous été prénommés
par mes parents et que mes sœurs
ont voulu donner un prénom au
«A 6 ans, on
m’avait offert
un ballon
tellement
beau que je
ne l’ai pas
touché à ce
Comme accompagnement,
vous préférez quel type de
viande ?
Avant les matches, toujours
la viande blanche, c’est-à-dire
du poulet ou du poisson. Après
le match, je n’ai pas de préfé-
rence particulière et je peux
même manger de la viande
rouge.
mais le plus beau, le
neuf, je n’ai pas
voulu le toucher et
personne d’ailleurs
ne l’a touché. Il est
toujours chez moi, à
Strasbourg.
Vous êtes né juste-
ment dans cette
ville et vous y avez
grandi. A quel mo-
ment avez-vous
pris conscience
que même né en
France, vous êtes
algérien ?
Je n’ai pas eu be-
soin d’en prendre
Remerciements
pour les Algériens
et la presse
■ ■ Très humble, Karim Matmour
répète toujours que sur le ter-
dernier.
On sait qu’on ne choisit pas son
prénom et qu’il arrive qu’on ne
soit pas satisfait du sien une fois adulte.
Vous concernant, êtes-vous satisfait
qu’on vous ait prénommé Karim ?
Oui, je me sens heureux dans ce prénom.
Il me va bien (rires).
Enfant, aviez-vous une gourmandise par-
ticulière ?
Oui, et c’est une gourmandise qui m’est
restée collée à ce jour : les bonbons. J’en raf-
fole et je ne peux pas m’en passer. Bien sûr,
compte tenu du régime diététique auquel
mon métier de footballeur m’astreint, je ne
peux pas me permettre d’en consommer
aussi souvent que lorsque j’étais enfant, mais
je me permets ce plaisir de temps à autre.
C’est quoi comme bonbon ?
Je ne vais pas citer la marque, mais sachez
que mes bonbons préférés sont les réglisses à
la fraise. Parfois, je ferme les yeux sur mon
régime et je m’en offre un, en cachette de
moi-même (rires).
Comme vous avez perdu 2 kilos durant la
CAN, vous pouvez vous permettre ce
petit plaisir à présent…
Il ne faut pas que j’en abuse non plus. Je
préfère reprendre 2 kilos en muscles, pas en
graisse (rires).
jour !»
Oui, mais quand vous êtes en
famille, vous préférez quoi ?
Tout ce que me fait ma mère est bon. Je ne
choisis pas quand je suis chez mes parents.
rain, il ne fait que son devoir en défen-
dant les couleurs nationales. «Si nous
réalisons toutes ces performances, c’est
grâce aussi à l’apport de tous les Algériens
et aux gens de la presse qui nous aident et
nous soutiennent beaucoup. Que tous les
Algériens et les journalistes trouvent, à tra-
vers ces colonnes, l’expression de ma grati-
tude.»
Y a-t-il un fruit que tu aimes plus que les
autres ?
Ah, oui ! La fraise ! Je ne peux pas m’en
passer. C’est le fruit-roi pour moi. D’ailleurs,
j’adore tout ce qui est fait avec la fraise : tarte
à la fraise, yaourt à la fraise, glace à la fraise
et, bien sûr, les réglisses à la fraise.
Ah, c’est donc pour ça ?
conscience,
pour la sim-
ple raison
que, aussi
loin que re-
montent mes sou-
venirs, j’ai toujours
su que j’étais algé-
rien et vécu de
ce legs cultu-
rel. Mes pa-
rents et mes
frères et sœurs, à
Canal Satellite,
première priorité
à M’gladbach
■ ■ Lorsque Matmour a trouvé une
maison à Mönchengladbach et s’y
Bien sûr ! Je ne vous ai pas dit que j’ai-
mais les réglisses tout court. J’ai bien
précisé «réglisses à la fraise». La préci-
sion est de taille. Vous ne pouvez pas sa-
voir à quel point j’adore les fraises.
Quel a été le plus cadeau qu’on vous a of-
fert ?
C’est un ballon de foot-
l’exception d’un d’entre eux et de moi-même,
sont tous nés à Tiaret et c’est donc dans une
ambiance tout à fait algérienne que j’ai
ball qu’on m’a acheté alors
que j’avais 6 ans. Vous savez
la meilleure ? Je ne l’ai ja-
mais touché !
Pourquoi donc ?
J’avais telle-
ment envie de
jouer au foot et
d’avoir un bal-
lon que,
lorsqu’on
m’avait offert
celui-là, j’ai eu
peur de l’abî-
mer ! Je passais
mon temps à le
regarder. Je ne
voulais pas qu’il
se salisse ou
qu’il change.
Alors, je l’ai
rangé dans une
armoire. D’ail-
leurs, il y est
toujours.
Comment
jouiez-vous
«Le pays où je
voudrais
vivre, c’est
l’Espagne»
grandi. De plus, nous habitons dans
un quartier d’émigrés où il y a beau-
coup d’Algériens. Donc, jamais je ne
me suis senti autre qu’Algérien.
Vous parlez l’arabe ? Pas très bien,
est installé, il a eu une priorité : installer
Canal Satellite. «Je crois même que l’an-
tenne parabolique a été installée avant
même les meubles», dit-il en riant. «Je ne
peux pas me passer de la télévision, sur-
tout des programmes français, pour des
raisons culturelles. J’aime savoir tout ce qui
se passe dans le monde. De plus, Canal Sa-
tellite me permet de suivre toutes les com-
pétitions sportives et les derniers succès du
cinéma.»
Mis à part les bonbons, quels sont les
plats interdits aux sportifs et que vous
vous permettez de temps à autre ?
Les pizzas. En général, je me permets d’en
manger après un match, lorsque je suis bien
fatigué, car je sais que cela ne restera pas
dans l’estomac et, donc, ne me fera pas de
surpoids. Cependant, c’est interdit durant la
semaine des entraînements et, surtout, la
veille et le jour de match.
Une pizza suivie d’une réglisse, c’est le
bonheur pour Karim Matmour ?
Oui, mais ce n’est un bonheur que lorsque
ça succède à une victoire. Lorsque j’en
mange après une défaite, ça passe plus mal.
Etes-vous, comme le sont la majorité des
sportifs, lassé des repas diététiques ?
Je suis encore jeune pour m’en lasser, car
j’ai de longues années de carrière devant moi

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

3

Coup d’œil Entretien

je l’avoue. Mes parents le parlent, ainsi que tous mes frères et sœurs, sauf moi.
je l’avoue. Mes parents le parlent,
ainsi que tous mes frères et sœurs,
sauf moi. Etant le benjamin de la fa-
mille, ma mère, mes frères et sœurs
avaient pris l’habitude de me parler
plutôt en français. Il n’y a que mon
père qui me parle toujours en arabe.
Cela dit, je comprends plus ou
moins quand on me parle en
arabe, mais je n’arrive pas à le
parler.
l’Algérie… C’est un vrai pays médi-
terranéen.
Donc, si vous parvenez à décro-
cher un contrat avec un bon club
de la Liga, vous pourriez joindre
l’utile à l’agréable…
Oui, c’est bien ça. D’ailleurs, l’Es-
pagne est devenue presque mon
unique destination
de vacances.
«Les filles
s’intéressent
Votre dernière visite à Tia-
ret remonte à quand ?
Oh, là ! Cela remonte à très
loin ! J’étais enfant et nous
étions partis en vacances au bled.
Depuis, je n’ai plus eu l’occasion d’y
retourner. C’est un projet perma-
nent dans ma tête.
Pourtant, il était question que
vous fassiez un saut là-bas avec
votre papa lors de la trêve hiver-
nale…
C’est vrai, mais je n’ai finalement
pas trouvé le temps. Entre mes obli-
gations à l’égard de mon club, les
stages et matches avec la sélection
nationale et mes engagements avec
mes sponsors, je n’ai vraiment pas
trouvé le temps de faire un saut là-
bas. Cela dit, je le ferai. C’est une
promesse que je me suis faite.
Savez-vous que Tiaret est une ré-
gion réputée pour ses chevaux ?
Oui, on me l’a dit. Je me rappelle
d’ailleurs être monté à cheval à
Strasbourg lorsque j’étais enfant.
C’est un vague souvenir car j’étais
très jeune, mais j’ai en tête l’image
d’un tout petit cheval sur lequel on
m’avait mis. Je pense bien que c’était
plutôt un poney, car il était petit de
taille.
Si vous allez à Tiaret, comptez-
vous raviver ce souvenir en mon-
tant à cheval ?
Pourquoi pas ? J’en serais fier.
Oui, vraiment, ça me dirait bien de
faire du cheval.
En attendant de vous déplacer
sur un cheval, vous vous dépla-
cez dans une voiture de sport à
Mönchengladbach. Est-ce que
c’est votre modèle préféré ou
bien l’avez-vous acquise seule-
ment parce que le constructeur
automobile est l’un des sponsors
de votre club ?
Disons que ce n’est pas la voiture
de mes rêves, mais cela ne constitue
pas un problème pour moi. Je l’ai
depuis deux ans et elle me convient.
Une voiture reste une voiture. Sa
fonction fondamentale est de nous
transporter, non ? Donc, tant que
ma voiture me transporte là où je
veux, c’est parfait.
C’est quoi donc la voiture de vos
rêves ?
Je préfère la laisser dans mes
rêves, surtout que je ne veux pas
faire de la pub gratuite (rires).
Vous comptez l’acquérir à la fin
de votre carrière ?
Pourquoi attendre la fin de ma
carrière ? Je compte l’acheter bien
avant.
Peut-être à l’occasion de votre
prochain transfert ?
(Rires) Pourquoi atten-
dre le prochain transfert ?
à moi ? No
comment !»
A quand remonte
votre dernière
virée là-bas ?
A l’été dernier.
Mais quand même, c’est flatteur,
non ?
C’est flatteur pour moi de faire
l’objet d’intérêt de la gent féminine
dans mon pays. Je n’ai pas de com-
mentaire supplémentaire à faire sur
la question. No comment !
Parce que le sujet vous embar-
rasse ?
Parce que cela relève tout simple-
ment du domaine privé et je veille
jalousement à le préserver, tout
simplement.
Savez-vous que le Sahara est une
destination très prisée par les Al-
lemands ?
Non, je ne le savais pas. Quelle
coïncidence ! En tout cas, mon pre-
mier projet est d’aller à Tiaret, terre
natale de mes parents, et mon
deuxième est d’aller au Sahara. Je le
ferai, inch’Allah.
J’avais l’occasion
d’y aller et je suis parti me
reposer là-bas. C’est d’ailleurs le
seul endroit où je me sens décon-
tracté et débarrassé du stress des
entraînements et des matches.
C’est peut-être parce que, là-bas,
on ne vous connaît pas et que
vous pouvez éviter d’être embêté
par vos admirateurs…
Il y a un peu de ça. En tout cas,
c’est un pays où je me sens vraiment
bien.
Si vous recherchez les endroits
calmes et discrets, c’est parce que
la célébrité vous attire quelques
ennuis ?
La célébrité a ses avantages et ses
inconvénients. Moi, je n’ai jamais
cherché à être célèbre. En même
temps, je ne fuis pas cela. C’est la
rançon du succès. Ce que je sais,
c’est que cette célébrité dont vous
parlez ne m’a pas changé. Vous pou-
vez demander à tous ceux qui m’ont
connu enfant, ils vous diront que je
suis resté le même, les étourderies
de l’enfance en moins (rires).
La solution ne serait-elle de vous
marier au plus vite ?
Vous croyez que les hommes ma-
riés sont épargnés par les sollici-
tations des fans ?
Non, pas du tout.
Donc, je vis ma vie sereinement et
lorsque le mektoub viendra, il sera le
bienvenu !
Le mektoub a fait
Oui, mais je vous avais expliqué
par le passé que si j’ai eu le bac,
c’était surtout pour faire plaisir à ma
mère car, en vérité, je me vois mal
faire des études supérieures. Non
pas que je sois un cancre, mais
j’aime trop le football pour penser à
faire autre chose.
Quand même, votre mère a eu le
mérite de vous pousser à avoir le
bac !
Je dois avouer qu’elle a été très
maligne (rires). Elle savait perti-
nemment que j’adorais le football.
Alors, elle me faisait du marchan-
dage : «Si tu veux continuer à faire
du foot, je veux de bons résultats
scolaires !» Ainsi, je me motivais
dans mes cours de crainte de ne
plus pouvoir jouer au ballon.
Lorsque j’étais sur le point de signer
mon premier contrat pro, elle m’a
dit : «Ton bac d’abord ! Tu
feras ce qu’il te plaira par la
que vous soyez
footballeur. Si
vous n’en étiez pas
un, quel autre mé-
tier auriez-vous
«C’est maman
qui donnera le
laissez-passer
à M me
Matmour»
suite.» C’est comme ça que
j’ai eu mon baccalauréat. Fi-
nalement, c’est ma mère qui
a été mon meilleur profes-
seur !
aimé exercer ?
Je ne sais pas.
J’avoue n’y avoir jamais
pensé du moment que tout enfant,
je ne voulais être que footballeur et
rien d’autre. Donc, je n’ai jamais
pensé à une alternative.
Suivant votre personnalité, dans
quel métier vous sentiriez-vous à
l’aise ? En chirurgien, par exem-
ple ?
Surtout pas ! Je suis trop sensible
et je ne me vois pas ouvrir un corps
ou tripoter un organe humain. Déjà
quand je vois du sang, cela
Il est où, le diplôme ?
Chez moi, ici à Mön-
chengladbach. Récemment, je fouil-
lais dans les tiroirs et je l’ai trouvé.
Je me suis dit : «Quand même, j’ai le
bac !» Cela m’a fait tout bizarre.
Pourtant, vous êtes loin d’être
bête et vous auriez par-
faitement réussi si vous
On suppose que votre meilleur
souvenir de footballeur est la
qualification pour la Coupe du
monde…
Oui, incontestablement. Je re-
tiens surtout le moment où nous
avions défilé à Alger, avec une
image très, très forte : lorsque nous
étions arrivés à la Place du 1er-Mai,
j’étais à l’arrière du bus et je voyais
des dizaines, voire des centaines
d’Algériens, de tous âges, de toutes
conditions, courir derrière le bus en
criant et en chantant. C’est comme
s’ils voulaient s’accrocher à un idéal.
Cette image me hante encore.
J’avais ressenti une grande fierté,
celle d’appartenir à un seul et
unique peuple, l’Algérie, qui avait
mis de côté toutes ses différences et
toutes ses divergences pour crier
tout simplement «vive l’Algérie !»
C’est vous les joueurs, de par
votre performance, qui avez res-
soudé le peuple et réussi là où les
partis politiques ont échoué…
Oui, mais je ne ressens aucun
mérite particulier. Je suis
fier d’appartenir à ce
Quand
même, n’est-
ce pas lassant
aviez choisi la voie des
études…
Je le sais et beaucoup de
gens me l’ont dit, mais le
football a toujours été une
priorité pour moi. Ma mère
«J’ai une belle
voiture, mais
«Je suis déjà
monté sur un
poney et
j’aimerais
monter à
cheval à
Tiaret»
peuple, tout simple-
ment.
C’est un souvenir qui
n’aura jamais d’égal ?
Pourquoi dites-
vous ça ? On aime-
rait revivre un
souvenir pareil ! Mes
d’être solli-
cité, voire
parfois har-
celé par vos
admirateurs,
surtout en Al-
gérie ?
Je préfère prendre
cela du côté positif et
dire que c’est valori-
sant d’être bien
considéré dans son
pays. Le problème,
c’est lorsqu’il y a tout
un attroupement
je n’ai pas
encore celle
de mes
rêves»
d’admirateurs et que
je ne peux pas ré-
Je l’achèterai lorsque vien-
dra le temps de l’acheter.
En parlant de transfert,
vous avez déclaré par le
passé dans Le Buteur que
vous rêviez de jouer en
Premier League anglaise ou en
Liga espagnole, du fait qu’il
s’agit des deux meilleurs cham-
pionnats au monde à l’heure ac-
tuelle. En dehors de l’aspect
sportif, quel est le pays dans le-
quel vous aimeriez vivre ?
L’Espagne, sans aucune hésita-
tion. C’est un pays que j’adore et où
je passe souvent mes vacances. Il y a
beaucoup de choses qui me plaisent
dans ce pays : le soleil, la chaleur
humaine des gens, la proximité avec
pondre aux sollicita-
tions de tout le
monde pour des photos ou pour
des autographes. Les gens doivent
aussi comprendre que c’est difficile
de contenter tout le monde.
Etes-vous conscient que de par
votre statut de garçon célibataire
et «mignon» (dixit les filles du
bled), que vous avez plus parti-
culièrement des admiratrices ?
(Grand éclat de rires) Je n’ai ja-
mais vu les choses de ce point de
vue. Je suis dans mon coin et je ne
fais pas attention à ces choses-là.
m’horrifie.
Militaire ou policier ?
Encore moins ! Je ne suis pas vio-
lent et je ne me sens pas capable de
faire du mal à quelqu’un, même
pour la bonne cause.
Quoi, alors ? Enseignant ?
Enseignant, oui. Cela peut coller
à ma personnalité. En fait, j’aurais
pratiqué tout métier où je serais
utile aux autres et où je leur appren-
drais des choses.
Vous auriez pu quand même faire
des études universitaires puisque
vous avez le bac…
voulait que j’aie
le bac, au cas où
ça tournerait mal
avec le foot. C’est
un plus que j’ai.
Votre maman
occupe visible-
ment une place
importante
dans votre
vie…
Ah, oui ! Elle
bien sûr, mais
aussi toute ma
famille. Mes
frères aînés
sont les per-
sonnes à qui je
demande
conseil avant
tout choix
sportif. Je suis
très famille, comme le sont les Al-
gériens.
Donc, la future M me Matmour
aura intérêt à plaire à la famille
et surtout à la maman…
Ah, oui ! C’est elle qui délivre le
laissez-passer (rires).
Mis à part Tiaret, quelle région
d’Algérie aimeriez-vous visiter ?
Le désert algérien. Le Sahara.
C’est un endroit qui m’a toujours
fasciné. Je l’ai découvert à travers
des photos et, depuis, je me dis qu’il
faut que j’aille là-bas le visiter un
jour.
coéquipiers et moi
comptons bien faire le
nécessaire pour qu’il y ait une
autre fiesta en Algérie.
Et votre meilleur souvenir en
club ?
C’était lorsque j’avais débuté à
Fribourg, en deuxième division
allemande. Lors du premier
match, j’étais remplaçant et, après
être rentré, le cours du match
avait changé. Lors du deuxième
match, j’étais également rempla-
çant, mais lorsque je me suis mis
à m’échauffer pour rentrer, j’ai en-
tendu les supporters chanter mon
nom. Vous ne savez pas à quel
point cela m’avait fait plaisir !
D’abord, parce qu’il s’agissait de
mon deuxième match seulement, et
je n’étais même pas titulaire. En-
suite, ma famille était présente au
stade, ma mère en tête, et je sais
qu’elle en a été fière. D’ailleurs, le
speaker du stade avait annoncé au
public que le club avait le plaisir
d’accueillir la famille de Matmour,
ce qui a été suivi par un tonnerre
d’applaudissements. C’est un souve-
nir qui restera gravé dans ma tête.
Votre maman vous manque sû-
rement. Quand la reverrez-vous
?
«Je ne peux
pas résister
aux réglisses
à la fraise»
Très prochainement. Je ne l’ai
plus vue depuis le lendemain de la
cérémonie du Ballon d’Or, lorsque
je suis allée rendre visite à la famille
et leur montrer le trophée de Révé-
lation de l’année que vous m’avez
décerné. Cela fait donc plus d’un
mois et demi. Elle me manque et j’ai
hâte de la revoir.
Vous dites que vous n’avez ja-
mais changé. Etes-vous fidèle
même en amitié ?
Bien sûr ! J’ai très peu d’amis,
mais ceux que j’ai le sont depuis
l’enfance et je ne les ai jamais chan-
gés. Pour moi, le fondement d’une
réelle amitié est la sincérité. Les
amis que j’ai ont toujours été sin-
cères, dans les bons et mauvais mo-
ments, et je ne les changerai pas.
Entretien réalisé à Mönchenglad-
bach par Farid Aït Saâda

4

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

Coup d’œil Équipe nationale

Saâdane doit superviser Soltani aujourd’hui

Les discussions de ces derniers jours tournent toutes autour des nou- veaux joueurs qui peu- vent être sélectionnés en vue de renforcer l’effectif de l’Equipe nationale en prévi- sion de la Coupe du monde. La ligne d’attaque reste la préoccupation majeure de Rabah Saâdane, puisque ce dernier envisage de renforcer son effectif par au moins deux attaquants. Rafik Djebbour sera certainement le pre- mier à rejoindre le groupe. Entre- temps, d’autres joueurs seront supervisés, il s’agit de Karim Benya- mina, Kamel Ghilas et Karim Soltani. Ce dernier va disputer un match choc aujourd’hui face au PSV Eindhoven, et ce sera une occasion pour l’entraî- neur d’avoir une idée sur les qualités de ce joueur.

Ghezzal retrouvera sa place à Sienne

L’attaquant algérien Ab- delkader Ghezzal retrou- vera aujourd’hui la chaleur des terrains italiens. De retour après trois semaines passées avec l’Equipe nationale en Angola où il avait participé à la dernière CAN 2010, Ghezzal devrait commen- cer la partie comme titulaire face à la Sampdoria. Vulnérable depuis plus de sept journées, l’AS Sienne compte beaucoup sur l’apport de son attaquant algérien pour retrouver un certain équilibre sur le plan offensif.

La Lazio accueillera sans Meghni

sur le plan offensif. La Lazio accueillera sans Meghni La Lazio de Rome ne pourra pas

La

Lazio

de

Rome

ne

pourra pas compter sur les services de son mi- lieu de terrain Mou- rad Meghni. L’international algé- rien, qui souffre d’une sérieuse blessure au ni- veau du genou, est an- noncé forfait par la presse italienne. Soumis aux soins, Meghni doit encore patienter avant de pouvoir reprendre la compétition. «Je veux me donner le temps qu’il faut pour bien ré- cupérer de ma blessure», a-t-il annoncé à l’un de nos journalistes au lendemain du dernier match de l’Equipe nationale disputée en Angola.

Lacen et

Santander

chutent à

Madrid

En chutant lourde- ment jeudi soir au stade Vicente Calderón dans un match comptant pour la demi-finale aller de la Coupe d’Espagne, le Racing de Santander a compromis sérieuse- ment ses chances d’animer la pro- chaine finale de la Coupe del Ray. Surpris d’entrée, les camarades de Mehdi Lacen ont sombré complète- ment en seconde période avant de s’in- cliner sur le score de quatre buts à zéro. L’'Atletico Madrid a, sauf renversement de situation, pris une sérieuse option pour animer la prochaine finale de la Coupe d’Espagne.

pour animer la prochaine finale de la Coupe d’Espagne. Accueiltriomphalpour Ziaya en Arabie Saoudite Le désormais
pour animer la prochaine finale de la Coupe d’Espagne. Accueiltriomphalpour Ziaya en Arabie Saoudite Le désormais

Accueiltriomphalpour

Ziaya en Arabie Saoudite
Ziaya en
Arabie Saoudite

Le désormais ex-sociétaire de l’Entente de Sétif, Abdelmalek Ziaya, est arrivé avant-hier en Arabie Saoudite. Du beau monde était à l’accueil de joueur algérien à l’aéroport internatio- nal de Djeddah. A la tête de ce «comité», l’on trouvait le Consul

général algérien en Arabie Saou- dite, Salah Attia, qui connaît très bien le joueur, du moment qu’il l’a rencontré à plusieurs reprises lorsqu’il venait dans la région pour disputer la Ligue des champions arabe. Il y avait aussi

le directeur du club, Mansour

Al Yami, le directeur des rela- tions extérieures, Majed Al Malki, le responsable des re- lations générales, Khaled Ber- rian et le membre du centre d’information, Imad Aïssa.

Les supporters à son accueil à l’aéroport

Il n’y avait pas seulement les

officiels à l’aéroport pour accueil- lir l’enfant de Guelma, puisque il

y avait plusieurs supporters de

tout âge. Des enfants portant le maillot de l’Ittihad de Djeddah ont en effet accueilli Ziaya avec un bouquet de fleurs. Dès son ar-

rivée, l’ancien attaquant de l’ESS

a promis d’être à la hauteur des

espoirs fondés en lui. Le joueur devait se rendre hier après-midi

au stade afin de sui- vre le match de sa nouvelle équipe face à Nedjran.
au stade afin de sui-
vre le match de sa
nouvelle équipe face
à Nedjran.
Il a rassuré
tout le monde
A la question re-
lative à son état de
santé, Ziaya a tenu à
démentir les infor-
mations faisant état
d’une blessure qu’il
aurait contractée

lorsqu’il état en stage avec la sélection nationale. Le joueur a annoncé aux pré-

sents à l’aéroport qu’il était en pleine forme et qu’il est pressé de jouer sous les couleurs de sa

nouvelle équipe, l’Ittihad de Djeddah, dont le choix est motivé par le fait que cette équipe est habituée à gagner les titres.

Salah Attia (consul algérien) :

«Ziaya sera le meilleur ambassadeur algérien en Arabie Saoudite»

Dans sa déclaration au journal Okad, le Consul algé- rien en Arabie Saoudite, Salah Attia, a annoncé à l’aé- roport international de Djed- dah :«Je suis venu à l’aéroport avec mes enfants afin d’ac- cueillir Ziaya qui a un avenir radieux devant lui. Je voulais l’encou- rager et le motiver afin qu’il confirme tout le bien qu’on pense de lui à Djeddah. Je suis persuadé qu’il sera le digne représentant al- gérien en Arabie Saoudite.» Le consul algérien nous révè- lera que ses enfants sont des supporters de l’Ittihad de Djeddah et que la venue de Ziaya leur a fait beaucoup plaisir.

M. L.

et que la venue de Ziaya leur a fait beaucoup plaisir. M. L. Ziani reçoit le
Ziani reçoit le Bayern Munich Mesbah : «Je veux jouer avec l’Algérie» L’attaquant de Lecce
Ziani reçoit le Bayern Munich
Mesbah :
«Je veux jouer avec
l’Algérie»
L’attaquant de Lecce (Serie B, Italie) Djamel Mesbah
a avoué en conférence de presse son ambition de por-
ter un jour les couleurs de l’Algérie. «J’ai envie de jouer
pour l’Algérie. Je ne m’en suis jamais caché. C’est une
ambition que je caresse. Je suis à l’écoute. Je travaille
chaque jour avec l’envie d’être au top afin d’accroître mes
chances d’être sélectionné. J’espère qu’on me donnera une
chance pour pouvoir prouver ce que je vaux», affirme
l’Algérien, très en verve avec Lecce. Il reste sur trois
buts en trois matches. Pas mal !
Wolfsburg Arena abritera cet après-midi un des matchs
au sommet de la Bundesliga entre l’équipe de
notre international Karim Ziani, Wolfs-
burg, et le Bayern Munich. Ce match
compte pour la 21 e journée du cham-
pionnat local. Notant que Wolfsburg
occupe la onzième place au classement
général avec 25 unités, alors que les
Bavarois occupent la seconde place du
podium à deux points seulement du lea-
der, le Bayer Leverkusen. L'équipe de Wolfs-
burg a réalisé jusque-là un parcours très décevant, ce qui a
poussé la direction du club à limoger l’entraîneur de
l’équipe, Armin Veh. A signaler l’incertitude qui plane sur
la présence de Karim Ziani sur le terrain, à cause d'une
blessure qu'il a contractée lors de la CAN angolaise.
Bouazza de retour
à Blackpool
Halliche affronte
Yahia défie Leverkusen
Olhanense
Hameur Bouazza est de re-
tour à Blackpool, après
avoir pris part à la 27 e
édition de la CAN qui
s'est déroulée en An-
gola. Blackpool a
perdu des places dans
le classement général,
puisqu'il occupe actuelle-
ment la septième place. Cet après-midi,
les camarades de Bouazza recevront Lei-
cester City.
Mansouri absent
face au PSG
Le National Madeira se déplacera de-
main soir à Olhanense pour affronter
cette dernière pour le compte
de la 17 e journée du cham-
pionnat portugais. Les co-
équipiers du défenseur
algérien Rafik Halliche
essayeront de se racheter
après les trois dernières dé-
faites consécutives. La partici-
pation de Halliche est incertaine
du fait qu'il vient tout récemment
de rejoindre ses coéquipiers. Mehdi Ker-
rouche, pour sa part, se déplacera avec son
équipe Naval pour affronter le grand FC
Porto.
Le leader de la Bundesliga, le Bayer Leverkusen, se
déplacera à Bochum pour affronter l'équipe locale.
Occupant la 14 e place du classement, Bochum
sera mis à rude épreuve en affrontant le leader
du championnat qui reste sur quatre victoires
d'affilée, même si les coéquipiers de Anthar
Yahia n’ont pas perdu depuis cinq journées. Par
ailleurs, Anthar Yahia n'est pas sûr de prendre part
à cette rencontre à cause de son arrivée tardive à Bo-
chum à cause des intempéries.
Belhadj et Yebda jouent
à Old Trafford face
aux Red Devils
Yazid sera absent ce soir au Parc des
Princes à l'occasion du
match PSG-Lorient. Le
milieu de terrain des
Verts n'a repris les en-
traînements avec son
équipe que depuis hier
après avoir bénéficié
d'un repos supplémen-
taire après sa participa-
tion avec l'EN en Coupe
d’Afrique des nations. Par ail-
leurs, le joueur a trouvé un terrain d'en-
tente avec les dirigeants de Lorient pour
rester jusqu'à la fin de la saison, alors que
c’était prévu qu’il rejoigne le club anglais,
Barnley.
Djebbour présent
face à Xanthi
Rafik Djebbour a repris les entraîne-
ments dernièrement avec son équipe
l'AEK Athènes. Il sera en principe
titulaire pour la sixième fois d'affi-
lée, face à Xanthi, au stade olym-
pique d'Athènes. L'international
algérien s'est blessé lors du match
face au Panathinaikos. Il est à si-
gnaler que l'AEK Athènes est à la cin-
quième place avec 30 unités, et à 19
points du leader, le Panathinaikos.
Portsmouth jouera à Old Trafford face à
Manchester United pour le compte de la 25 e
journée de la Premier League. Une occasion
pour nos internationaux Hassan Yebda et Nadir Belhadj de
retrouver les internationaux anglais, comme Rooney ou
Carrick, à quelques mois du match Angleterre-Algé-
rie comptant pour le mondial sud-africain. Nos deux
internationaux ont déjà participé à la précédente
rencontre du championnat face à Fulham et ce, après
leur retour de la CAN, mais malheureusement,
Portsmouth a perdu. Pour sa part, le club de Kamel
Fethi Ghilas, Hull City, jouera contre Manchester City
à domicile, alors que Adlane Guedioura se déplacera avec
son équipe de Wolverhampton à Birmingham City.
City à domicile, alors que Adlane Guedioura se déplacera avec son équipe de Wolverhampton à Birmingham
City à domicile, alors que Adlane Guedioura se déplacera avec son équipe de Wolverhampton à Birmingham
5 Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010 On s’en foot Mondial 2010 Bennouza
5 Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010 On s’en
5
Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010
On s’en

foot

Mondial 2010

Bennouza

C’est pas de la langue de bois «Mon tort, c’est d’oublier que je parle au
C’est pas de la
langue de bois
«Mon tort, c’est d’oublier
que je parle au public et que
le journaliste n’est qu’un
tuyau pour passer une
information qu’il va
transformer, déformer, en
fonction de la relation qu’il
a avec moi. Moi, je fais
l’inverse. Je coupe le tuyau
et l’information part dans
tous les sens.»

retenu

Djelloul, L es ar- bitres l’adjoint et les juges du moule de Raymond Domenech, sélectionneur
Djelloul,
L es ar-
bitres
l’adjoint
et les
juges
du moule
de
Raymond Domenech,
sélectionneur de l’équipe
de France
ligne qui officie-
ront à la Coupe
du monde en
Comme annoncé par un porte-parole de la FIFA, la
liste a été révélée le jour même. Le seul sifflet algé-
rien préalablement sélectionné, en l’occurrence Mo-
hamed Bennouza, a été confirmé. Celui-ci officiera
au Mondial. L’Algérien, qui a réussi deux bonnes
CAN consécutives, méritait d’être retenu.
L’ affaire est remise de
nouveau sur le
tapis. On en a
Terry perd
le brassard
Afrique du Sud ont été choisis vendredi par la FIFA,
à la fin d'un processus de sélection qui aura duré
plus deux ans. Au total, 37 arbitres et 74 assistants
figurent sur une shorlist qui devra être réduite à 30
éléments pour le Mondial. La sélection finale a été
établie hier par le Comité d'arbitrage à Zurich.
L’un de ses assistants
est un Egyptien
parlé… reparlé…
Mohamed Bennouza a choisi ses assistants. L’un
est Algérien. Il s’agit de Maâmar Chabane. L’autre,
par contre, est Egyptien. Il a pour non Nacer Abde-
nebbi.
re…reparlé, avec
C'est officiel, Fabio Capello a décidé de
retirer le brassard de capitaine de l'équipe
d'Angleterre à John Terry. Lors de leur
entrevue à Wembley dans l'après-midi, le
sélectionneur des Three Lions a donc ex-
pliqué sa décision au défenseur de Chel-
sea, dans l'oeil d'un cyclone médiatique
après les révélations sur sa présumée
aventure avec l'ex-femme de son coéqui-
pier et ami Wayne Bridge, aujourd'hui à
Manchester City. Précisant que Terry, 58
sélections, avait été «le
premier informé»
de sa décision,
Capello a expli-
qué qu'il avait
choisi «après,
mûre réflexion,
de retirer le ca-
pitanat» du
Londonien.
Togo
Salifou : «C’était terrifiant !»
L'attaque dont a été victime la délégation togo-
laise avant le début de la CAN a laissé des traces
dans les esprits. L'attaquant des Eperviers, Mousta-
pha Salifou, raconte, dans le Daily Mail : «C'était
terrifiant. Le gardien de but (Obilade Kossi, grave-
ment blessé) était en train de danser et le chargé de
presse prenait des photos. Ils ont été tou-
chés. Je pensais que tout le monde
allait mourir.» Des indépendan-
tistes du Cabinda ont mitraillé le
bus du Togo, tuant le chargé de
communication, Stanislas
Ocloo, et l'entraîneur des gar-
diens Abalo Amelete. «Nous
étions en train de traverser une
forêt quand le bus a été mi-
traillé», raconte Salifou. Le
chauffeur a été touché.
Après deux ou trois
minutes, nous nous
sommes couchés
par terre et avons
commencé à
pleurer. Nos
agents de
sécurité ont alors riposté et l'un d'eux nous a de-
mandé d'arrêter de pleurer afin qu'ils ne sachent pas
que nous étions encore en vie.»
«Persuadé que je n'allais pas
quitter le bus vivant»
Elimam
Le joueur d'Aston Villa a eu du mal à se remettre
de cette attaque : «J'étais persuadé que je n'allais
pas quitter le bus vivant. Depuis mon retour au
pays, je ne parvenais pas à m'endormir pendant
quatre jours. Et quand j'y arrivais, je me réveillais
vers trois ou quatre heures du matin avec quelqu'un
en train de me tirer dessus.»
Après l'attaque, le gouvernement togolais a rap-
pelé ses joueurs, qui se sont vu infliger quatre
ans de suspension par la Confédération
africaine (CAF). Une décision incom-
préhensible et surtout injuste
pour Salifou : «Ils nous trai-
tent ainsi parce que nous
sommes un petit pays. Si
c'était le Cameroun ou la
Côte d'Ivoire, ils ne se-
raient jamais suspen-
dus de deux Coupes
d'Afrique des na-
tions. Et ils au-
raient même
annulé la com-
pétition si ce
drame était ar-
rivé à l'une de
ces deux na-
tions», re-
grette-t-il.
n’a pas oublié
Abdelkader Khalef
Meriem signe
Le président du
Mouloudia d‘Oran, Kacem Eli-
Salonique
mam, ne semble avoir que des amis au sein de la JS
Kabylie, à commencer par son actuel pré-
à l’Aris
toujours les mêmes avis qui vantent
la nécessité de renforcer, qui re-
viennent à chaque fois, preuve à
l’appui, ressasser que le «chef» a be-
soin d’être assisté. On ne comprend
vraiment pas cette manie à vouloir
coller à tout prix à Saâdane un
commis. A vrai dire, on s’en tam-
ponne le coquillard de savoir si le
besoin de nommer un second à
Saâdane s’en était vraiment fait res-
sentir. Dans l’absolu, on en a rien à
branler. Mais, c’est vrai ! Seulement,
ça commence à faire chier toute
cette controverse qu’on nous remet
au dé «goût» du jour, à chaque fois
qu’un semblant d’accalmie pointe le
bout de son nez. C’est à croire que
ça plaît aux gars de la fédé, ou du
moins ceux qui sont derrière l’idée,
de fouetter nos nerfs avec cette his-
toire d’assistant qu’on veut lui coller
d’office, sans qu’on nous ait dit qui
doit faire le chef et qui doit faire le
chefaillon. Si on le trouve trop
couillon pour pouvoir assumer seul
la gestion d’un groupe un peu sédi-
tieux à leur goût… bah, du balai !
On pourra toujours faire mine
d’accuser son clébard de rage, mais
lorsqu’on veut le tuer, on remplit sa
baignoire et on lui plonge la tête
dedans ! Il n’y a pas trente-six solu-
tions ! Ce mec, soit il est bon, soit il
ne l’est pas. Mais là… faute d’une
prise de position couillue, on se
plaît à verser dans des débats bis-
cornus sur la nécessité de disposer
d’un staff élargi, seul garant, dit-on,
d’un Mondial réussi. Non merci !
Saâdane dit ne vouloir même pas
en entendre parler. Il est satisfait de
son assistant qui lui obéit au doigt
et à l’œil. Avec lui, il sait qu’il peut
somnoler sur ses lauriers de coach
mondialiste, sans avoir à dégainer à
chaque fois qu’une ombre lui fait
de l’ombre. Djelloul, lui, est sorti du
moule. Un moule, oui ! Qui ne
manque pas de bol. Cela dit !
A. A. A.
sident, Moh Chérif
ainsi que dans une
Hannachi. C’est
discussion à
bâtons rompus, le boss des
Hamraoua n’a pas omis de
citer l’ex-président de la
JSK, le défunt Abdelkader
Khalef : «C’était un très
L'ancien milieu de terrain de l'AS Monaco, Camel Meriem, a
enfin retrouvé un club. Huit mois après la fin de son contrat avec
l'ASM, l'international français (trois sélections) s'est engagé ce
vendredi pour dix-huit mois avec l'Aris Salonique, quatrième
du championnat grec. Sur le site officiel de son nouveau club,
le joueur formé à Sochaux a confié ses premières ambitions :
Un supporter
«Je crois que je peux aider le groupe avec mon expérience pour at-
teindre les objectifs fixés. Je sais ce que représente l'Aris. Le reste, il
faudra que je le prouve sur le terrain.» Meriem, 30 ans, pourrait débuter dès
samedi face à Panthrakikos, seizième du classement.
refuse
bon ami à
moi, c’était
2 000 €
un grand mon-
sieur.»
pour un maillot
Mondial de handball au Caire
Y a pas photo
Les Algériens seront protégés
de Yahia
Finalement, l’EN de handball prendra part au Mondial de la disci-
pline qui aura le lieu au Caire. C’est ce qui a été décidé. Après avoir
laissé planer un air de boycott en raison de la tension qui prévaut entre
les deux pays depuis l’histoire du bus de la sélection de football cail-
lassé à son arrivée au Caire, les autorités du pays ont finalement donné
leur accord, non sans avoir reçu des garanties écrites de l’Etat égyptien
pour que la sécurité soit renforcée autour de la délégation algérienne.
La Fédération africaine de handball, qui avait fait office d’intermédiaire
dans cette affaire, s’en portera garante.
Un Boufarikois ira
en Afsud… à pied !
Quand on aime, on ne compte pas.
C’est du moins le principe chez un
supporter des Verts qui avait proposé 2
000 euros à un autre pour lui acheter
un maillot de Anthar Yahia qui, lui, a
atterri par chances entre les mains.
Une offre, certes, alléchante mais que
l’heureux élu a déclinée.
On vous l’a dit,
lorsqu’on aime,
on ne compte
pas.
C’est le défi que vient de se lancer un jeune Algérien, originaire
de Boufarik. Rallier Johannesburg à pied. Il en a du toupet ! Ça
peut paraître farfelue comme idée, mais ce mec est convaincu qu’il
arrivera au pays de Mandela au coup d’envoi du Mondial. Il a cinq
mois et quelques jours devant lui pour réussir son pari.

6

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

Coup d’œil Équipe nationale

1106 Samedi 6 février 2010 Coup d’œil Équipe nationale Saâdane «Aucun joueur ne m’imposera sa loi»

Saâdane

«Aucun joueur ne m’imposera sa loi» A tête reposée et l’esprit tranquille après une éprouvante
«Aucun joueur
ne m’imposera sa loi»
A tête reposée et l’esprit tranquille après une
éprouvante Coupe d’Afrique, le sélection-
neur national, Rabah Saâdane, est revenu
hier matin, lors de l’émission «Football
magazine» de la Chaîne III, animée par
notre confrère Maâmar Djebbour, sur ce
tournoi continental qui a vu l’Algérie prendre la 4 e place

l’équipe était dépassée ce jour-là et je n’ai rien re- proché aux joueurs qui ont pris part à cette ren- contre. J’avais rassuré mes poulains en leur disant que je comprenais parfaitement leur rendement. Par la suite, j’avais déclaré que j’assumais entièrement cette défaite dans le but de protéger mon groupe et d’éviter toute dérive qui nuira à la suite de notre parcours. Par la suite, le président Mohamed Raou- raoua est venu et a réuni tout le monde du- rant 5 minutes afin de remotiver les joueurs et les inciter à se racheter lors des deux pro- chaines rencontres. Tout le monde s’est remis au travail. C’est ainsi qu’on a bien préparé notre match face au Mali et celui d’après contre l’An- gola. J’ai apporté aussi quelques modifica- tions dans le dispositif tactique et le choix de certains joueurs par ap- port au match face aux Mala- wites qui se sont révélés par la suite très positifs, puisqu’on s’est qualifiés au 2 e tour.»

respecter. J’avais dit que dans ce tournoi - et ce sont les statistiques qui parlent - que je vais utiliser 14 à 16 joueurs parmi les 23 pré- sents. Je leur ai clairement signifié aussi que celui qui n’accepte pas de rester rem- plaçant et qui ne se sent pas à l’aise qu’il se manifeste dès maintenant et on le lais- sera partir. Les choses étaient claires dès le début et les règles du jeu étaient bien éta- blies. Tout se base sur la confiance, il y a certes des joueurs cadres dans l’équipe, mais je vous assure qu’ils n’ont aucun pouvoir de dé- cision sur quoi que ce soit et chacun fait son bou-

parmi les 16 équipes engagées dans cette compé- tition qui s’est déroulée, rappelons-le, en An-
parmi les 16 équipes engagées dans cette compé-
tition qui s’est déroulée, rappelons-le, en An-
gola du 10 au 31 janvier. Dressant un bilan
sur la participation des Verts, cheikh Saâ-
dane a mis à nu certaines choses qui ont
été dites par-ci par-là. Il a tenu à démen-
tir les rumeurs qui faisaient état de cer-
tains cadres de l’équipe qui imposaient
leur choix, pour ne pas dire leur loi sur
lui. Agacé par cette histoire, surtout que
certains ne s’empêchent pas d’avancer
que Saâdane ne maîtrise pas le
groupe, le premier responsables
de la barre technique de l’EN
réaffirme qu’il est le seul maître
lot.»
à bord. C’est lui qui décide qui
doit jouer et qui doit rester
sur le banc. Une ingérence
dans sa stratégie n’a été rele-
vée ni par ses joueurs ni
d’autres personnes d’ailleurs.
Il
explique, néanmoins, qu’il
«Les joueurs qui
contestent mes
choix sont
automatiquement
exclus du
prochain stage»
y
a une communication et
des échanges de vues entre
lui et ses poulains unique-
ment pour l’intérêt de la
sélection. «Avant toute
chose, je tiens à dire
qu’aucun joueur ne s’est
immiscé dans mon travail
et qu’aucun élément n’a
imposé ses choix sur moi.
J’aligne toujours les plus
performants et surtout les
plus aptes à jouer, et ce, en
fonction bien sûr du nom
de l’adversaire et des be-
soins de l’équipe. Je vous
affirme qu’il existe une
grande confiance entre mes
joueurs et moi et chacun
respecte mes décisions. Cha-
cun connaît ses limites.
Comme je l’ai souvent dit,
il existe des détracteurs
qui veulent tout faire
pour nous nuire et
créer des tensions au
sein de l’équipe. Ils
ne savent même pas
ce qui se passe à l’in-
térieur. N’empêche, ils
n’arrêtent pas de nous
déstabiliser et rappor-
tant n’importe quoi. Il
faut que les gens sa-
chent que l’EN est en
progression constante
et il ne sert rien de la
perturber.»
Toujours sur le plan
disciplinaire et du
règlement inté-
rieur, Saâdane
avertit : les joueurs
qui ne font pas
partie de ses plans
et contestent ses
choix se verront
automatique-
«J’assume la
défaite du Malawi»
ment exclus
des prochains
stages, sans
qu’il n’y ait ta-
page média-
tique. C’est le
cas du joueur
de l’ESS, Hadj
Aïssa. Pour ce
qui est de Lem-
mouchia, le sélection-
neur n’a pas voulu trop en
parler. «Je suis quelqu’un qui
prône la discrétion. Quand je
vois que certains joueurs ne
font pas partie de mes plans et
affichent un mécontentement
déstabilisateur, soyez-en sûrs
qu’ils se verront automati-
quement écartés lors des
prochains regroupements
sans que cela ne fasse la
une des journaux. Je
maîtrise bien la situa-
tion et je sais ce que je
fais. Pour ce qui est du cas
de Lemmouchia, je préfère ne
pas trop en parler, car c’est un cas
social et très spécial. Il a regagné son
domicile pour des raisons familiales et
c’est tout.»
«Pour revenir à ce premier
match de la CAN face au Malawi, je
«J’ai été franc avec les
joueurs dès le départ»
le répète pour la énième de fois,
n’avaient été les conditions difficiles et in-
supportables dans lesquelles on a évolué, on
aurait jamais perdu de cette façon-là. Toute
Et de poursuivre : «Avant notre départ
au stage du Castellet, j’ai réuni l’ensemble
des joueurs et je leur ai expliqué les règles du jeu à

«Les cadres ne sont pas intouchables»

Tout le monde est sur un pied d’égalité et aucun joueur n’est intouchable, même s’il est un cadre de l’équipe, avance le coach national. «Comme je vous l’ai dit, il existe des cadres dans l’équipe, mais ils ne sont en aucun cas in- touchables et je vais vous illustrer tout cela. La dernière fois, il y a un cadre qui est venu me voir et voulait être ras- suré. Il a voulu savoir s’il figurait dans mon projet en vue de la Coupe du monde. Je ne vous cache pas que j’ai été un peu surpris au début de le voir inquiet, d’autant que c’est un des anciens de la sélection. Cela démontre que tous les joueurs sont sur un pied d’égalité et qu’il n’y a pas de favori- tisme.»

«Je n’ai pris aucun risque avec Anthar Yahia»

Concernant son choix de faire jouer Anthar Yahia face à la Côte d’Ivoire et l’Egypte alors qu’il revenait tout juste d’une blessure qui l’avait éloigné des terrains depuis plus de deux mois, Saâdane affirme que le joueur avait bel et bien récupéré et qu’il n’avait en aucun cas pris de risque en le faisant jouer lors de ces deux rencontres. «Anthar était blessé depuis le 18 novembre dernier, la FAF avait pris son dossier en main et l’a aidé à récupérer de sa blessure. Après presque deux mois de soins, il s’est bien rétabli et pa- raissait bien apte à prendre part aux matchs de l’équipe. On l’a préservé lors des trois rencontres, mais par la suite lorsqu’on a jugé qu’il pouvait jouer, on l’a incorporé sans souci et sans prendre aucun risque. On a fait un diagnostic complet sur son état et le médecin allemand qui le suivait peut témoigner qu’il était bien remis de sa blessure. Certes, Anthar manquait un peu de rythme et de compétition dans les jambes, mais cela ne l’a pas trop gêné, puisque c’est un gars professionnel qui sait parfaitement gérer son match. Je ne prends jamais de risque avec les joueurs quand il s’agit des blessures.»

«Ziani est un élément indispensable dans l’équipe»

«Dans un tournoi comme celui de la CAN, on part certes avec un effectif de 23 joueurs, mais comme vous l’avez sans doute remarqué, au fil de l’avancement de la compétition, on commençait à perdre pas mal de joueurs sur bles- sures. Ce qui rendait notre tâche de plus en plus difficile. Pour ce qui est de Ziani, ce dernier a eu une contrac- ture vers la fin de la première mi-temps des prolongations face à la Côte d’ Ivoire. Chose qui a nécessité son remplacement. Par la suite, je l’ai fait jouer d’entrée face à l’Egypte, même si je savais qu’il n’avait pas tout à fait récupéré physiquement du fait qu’il ne s’est pas entraîné durant deux jours. C’est un joueur clé, voire indispensable dans l’équipe. Tout le monde sait ce qu’il a apporté pour l’équipe. C’est pour cette raison que je mise énormément sur lui.»

◗◗◗

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010 7 Coup d’œil Équipe nationale ◗◗◗ «La

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

7

Coup d’œil Équipe nationale

6 février 2010 7 Coup d’œil Équipe nationale ◗◗◗ «La stabilité est nécessaire et je ne

◗◗◗

2010 7 Coup d’œil Équipe nationale ◗◗◗ «La stabilité est nécessaire et je ne compte pas
2010 7 Coup d’œil Équipe nationale ◗◗◗ «La stabilité est nécessaire et je ne compte pas

«La stabilité est nécessaire et je ne compte pas chambouler le groupe»

Saâdane n’envisage pas d’opérer beaucoup de changements au sein de l’effectif. Il préfère garder la même ossature, même s’il sait au fond de lui-même que certains joueurs sélectionnés sont très loin de leur niveau. «Durant la CAN, j’ai donné la chance à tout le monde et j’ai pu voir le degré de préparation de chacun de mes joueurs. Cela me permettra aussi d’avoir une idée précise sur le groupe en perspective de la Coupe du monde. Néanmoins, je vous informe que je ne compte pas chambouler le groupe pour autant. Il y a beaucoup de considé- rations que je dois respecter et ne pas négliger. Je sais pertinem- ment que certains sont actuellement loin de leur niveau, mais cela ne me pousse pas à les écarter et changer l’ossature du groupe. Je les garderai même s’ils ne jouent pas. Lorsqu’on opère des changements constamment on finit par détruire l’équipe et perturber sa séré- nité. La stabilité est importante si on veut arriver à décrocher de bons ré- sultats.»

adversaire, non ? L’équipe apprend et progresse de match en match. Alors qu’on nous laisse tranquille ! Vous vous rappelez du match face au Rwanda, alors que l’arbitre faisait tout pour nous casser, il n’empêche que les joueurs ne sont pas entrés dans son jeu et ont évolué avec grand professionnalisme jusqu'à inscrire trois buts. De grâce, qu’on arrête de nous criti- quer et qu’on nous laisse travailler dans le calme ! Je sais qu’il existe des imperfections et des lacunes à corriger, mais j’estime qu’il y avait plus de choses positives que négatives à tirer de notre participation à cette CAN. D’autant plus qu’il ne faut pas oublier que beaucoup de joueurs découvraient pour la première fois cette compétition et ce que voulait dire de jouer en Afrique. Tout le monde peut commettre des erreurs, à com- mencer par moi. Donc, qu’on nous laisse en paix !»

cite le football actuellement pour faire progresser le football local et créer le maximum d’écoles de formation. On doit pren- dre soin du joueur dès son jeune âge et les clubs doivent se pen- cher sur la question et mettre la main à la patte.»

«Les joueurs doivent se contrôler et ne pas tomber dans le jeu des arbitres»

Avant de répondre aux questions de la Chaîne III, le sélec- tionneur national avait été l’invité de la télévision nationale, avant-hier soir, lors de l’émission «Kalam fi erriadha» présen- tée par notre confrère Mohamed Djamel. Lors de cette émis- sion, Saâdane a évoqué plusieurs sujets qu’il a par la suite repris le lendemain à la radio. Pour être le plus complet, on a retenu cette déclaration qu’il a faite à propos du geste qu’a commis le portier Faouzi Chaouchi sur l’arbitre Coffi Codjia lors de la rencontre des demi-finales face à l’Egypte. Sans citer Chaouchi, Saâdane ne manquera pas de souligner que ce genre de réaction ne devait en aucun avoir d’incidence sur lui quelles que soient les décisions que peut prendre l’arbitre. Il déplore ce genre de geste qui, dit-il, nuise à l’image de l’Algérie. «Dans le haut niveau, il faut savoir se contrôler et ne pas faire n’importe quoi. Le joueur ne doit en aucun cas perdre son sang-froid et faire des bê- tises qui peuvent coûter cher, à lui et à toute l’équipe. On est les ambassadeurs de l’Algé- rie et on se doit d’être les plus représen- tatifs possibles de ce pays, dans le bon sens je veux parler. Tout le monde se rappelle du match face au Rwanda lors des éliminatoires qui s’est joué à Blida. Ce jour-là, l’arbitre avait tout fait pour nous faire perdre et casser notre jeu, malgré cela, les joueurs ne se sont pas livrés au jeu de l’arbitre et ont joué en professionnels jusqu’au bout et le résultat tout le monde le connaît. Je sais par- faitement que les joueurs lo- caux, par exemple, n’ont pas été orientés dans ce sens, je ne les blâme pas, mais il faut quand même éviter de tels dérapages. Quand on joue une CAN, ce n’est pas comme-ci on joue un match de championnat. Je ne veux plus voir ce genre de comportement et que cela nous serve de leçon à l’avenir.»

«Je n’ai pas besoin d’un renfort du staff technique» «Yebda a changé le jeu de
«Je n’ai pas besoin d’un renfort
du staff technique»
«Yebda a changé le jeu
de l’équipe»
Le patron de la barre technique
«Mon staff est très compétent et je ne compte pas le chan-
ger. Mes adjoints me sont fidèles et ne font rien sans que
leur chef leur répartisse les tâches et c’est ça, à mon avis,
le plus important. Nous avons réussi tous ensemble
dans notre mission, tout marche bien, et je suis plus
que satisfait de leurs contributions. Ils vont continuer
avec moi jusqu’au bout. Je n’ai pas besoin d’aucun
renfort et je n’envisage même pas cette hypothèse.
Ceux qui veulent prendre l’EN n’ont qu’à faire le tra-
vail qu’on a fait depuis trois ans maintenant et
qualifient l’Algérie à la CAN et au Mondial
comme on l’a brillamment fait. Je ne veux
surtout pas revivre le même scénario de
1982 et de 1986.»
«La convocation d’Amri et
Benyamina n’est pas
d’actualité»
Pour ce qui est des pro-
bables arrivées à l’EN,
Saâdane précise :
«On est en train de
suivre en perma-
nence certains
joueurs qui
pourront un jour
intégrer la sélec-
tion. Puisqu’on
n’a pas trop de
temps devant
nous. Je peux
vous dire que pour le
match amical face à
la Serbie, il y aura
seulement deux
changements. Je ne
vais pas avancer
des noms, car rien
n’est encore fait.
Pour ce qui est
d’Amri Chadli et Be-
nyamina, je peux vous
dire que l’arrivée de ces
derniers en sélection n’est
pas encore d’actualité, on verra
par la suite.»
On
a évité de
parler de l’Egypte
«Le football local a
besoin d’une réforme»
Pour conclure, l’entraîneur na-
Ceux qui ont suivi
l’émission «Kalam
fi erriadha » ont remarqué que les pré-
sents ont évité au maximum
de parler de
l’Egypte, et ce,
afin d’éviter
toute polé-
tional évoquera le niveau du
football local qui aurait besoin,
selon lui, d’une réforme radicale
pour se relancer de nouveau : «Le
président de la FAF a établi un
programme de travail qui consiste à
relancer le football local et élever
son niveau. Depuis quelques années
mique avec nos amis les Pharaons.
Même Saâdane
a préféré parler de
tout,
bien
ler. entendu,
l’Egypte,
dont
il ne
veut de
plus
sauf, entendre
maintenant, ce dernier n’avance
pas du tout et ne fait que piétiner.
Il faut lancer une grande opération
et une réforme bien étudiée pour stopper
l’hémorragie. Il faut profiter aussi de cet engouement que sus-
par-
Il faut profiter aussi de cet engouement que sus- par- n a t i o n

nationale ne cache pas son admi- ration pour son milieu de terrain Hassan Yebda qui estime que sa venue a complètement changé le jeu de l’équipe en lui apportant plus de soli- dité et de force : «J’avoue que Yebda a été d’un très bon renfort à l’équipe surtout au milieu du terrain. Il a beaucoup apporté dans cette ligne et je peux vous dire même qu’il a réussi à changer le jeu de l’équipe. Maintenant que la sélection dispose de bons joueurs et que l’équipe marche bien, je ne vois pas l’utilité de ramener encore de nouveaux joueurs de même valeur et prendre le risque de les essayer. On n’a pas vraiment le temps pour ça.»

«Que les gens sachent que l’équipe est encore en construction»

«Nous ne sommes pas la Côte d’Ivoire qui, elle,

peut se permettre d’aligner deux équipes de même ni- veau. Il ne faut pas mettre trop de pression sur l’équipe et être trop exigent avec elle. Je continuerai à le dire, notre équipe est en construction et il lui faut encore plus de temps pour s’affirmer. Laissons-là travailler et surtout avancer tout doucement.»

«De grâce, qu’on arrête de nous critiquer

En réponse à la question de l’animateur qui voulait connaître l’avis du sélectionneur quant aux analyses et autres critiques faites par certains techniciens lors de cette CAN, ce dernier,

«Ziani était même prêt à jouer au poste de gardien»

d’un ton élevé, répondra : «Les gens ne se situent pas dans le vrai contexte et ne regardent que les ré- sultats. Moi, je ne tiens pas du tout

«Quand j’entends certains dire que les joueurs ne sont pas unis et qu’il y a des différents entre eux, je reste étonné. Je ne le répéterai ja- mais assez, il règne une bonne am- biance dans le groupe et tout se passe bien. Il y a une solidarité incroyable entre l’ensemble des joueurs et cela me fait plaisir. Je peux même vous dire qu’une fois, Ziani est venu me voir et s’est dit prêt à jouer en tant que gardien si le besoin de l’équipe néces- sitait cela. Karim, je l’ai fait jouer dans presque tous les postes et il a toujours bien accepté cela. C’est le cas pour l’en- semble des joueurs.»

S. F.

compte des analyses et reproches que peuvent émettre certains techniciens. On m’a repro- ché entre autres le fait de n’avoir pas fait de chan- gement après l’expulsion de Halliche lors du

match face à l’Egypte. Et ben, je vais vous dire pourquoi je n’ai pas modifié le schéma

tactique et pas fait de changement ce jour-là. Tout simplement parce que je voulais égaliser et ne surtout pas trop reculer. On l’a bien fait en 2004 face à ce même

8

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

Coup d’œil Équipe nationale

Selon le sondage Le Buteur

Coup d’œil Équipe nationale Selon le sondage Le Buteur Yebda meilleur joueur algérien de la CAN

Yebda meilleur joueur algérien de la CAN 2010

L e milieu de terrain interna- tional de Portsmouth, Has- san Yebda, a été élu

tion considérable des internautes. Pas moins de 59 287 votants ont donné leur avis sur le rendement

Meilleur joueur algérien de la dernière CAN disputée en An- gola du 10 au 31 janvier passé. Ainsi, dans un sondage effectué par le site Internet du journal Le Buteur, Yebda a survolé ce suf- frage en terminant nettement premier des 20 joueurs nominés pour cette distinction. Le joueur de Pompey, dont la première par- ticipation à un tournoi interna- tional officiel avec les Verts aura

de nos capés lors de cette CAN 2010. Yebda, qui a récolté un total de 16 650 voix, soit un pourcen- tage de 28%, pointe loin devant à la première place. Pour la seconde place, la lutte aura été serrée entre les deux rocs de la défense algé- rienne, Madjid Bougherra et Rafik Halliche. Finalement, le dernier mot est revenu au dernier lauréat du Ballon d’Or algérien qui a devancé Halliche de

été, de l’avis de tous, retentissante,

quelques voix seulement. Le

eu droit un véritable plébiscite. Reconnaissants, les internautes

a

joueur des Rangers a obtenu 11 180 voix, soit 19% des votes,

l’ont élu à la majorité des voix ex- primées comme la révélation de

contre 10 675 voix, soit 18% des votes pour le sociétaire du Nacio-

la

dernière Coupe d’Afrique des

nal de Madère. Karim Ziani, le

Une distinction

méritée

nations.

milieu de terrain du Vfl Wolfs-

59 287 votants, une participation significative

Le sondage lancé par le journal Le Buteur aura été une réussite

burg, a fini au pied du podium avec 15% des voix, soit un total de 8 919 votes.

sur le plan de l’engouement chez les habitués de notre site Internet puisqu’il a connu une participa-

Pour son premier grand tour- noi international avec la sélection algérienne, Hassan Yebda a séduit

entraîneurs, coéquipiers et spé- cialistes venus en nombre couvrir cet événement continental. En- orme dans l’entrejeu, Yebda n’a laissé personne indifférent. Sa po- pularité grandissante, Yebda l’a gagnée au prix de son sens de dé- vouement aux couleurs de son pays mais aussi et surtout à ses grandes qualités techniques et athlétiques. Omniprésent physi- quement, ce joueur, qui a réussi à s’adapter dans un temps relative- ment record à l’environnement de l’Equipe nationale algérienne, s’est imposé comme un élément précieux dans le schéma tactique de Saâdane. Il faut dire que ses re- luisantes prestations n’ont pas laissé sans réagir les techniciens locaux et autres internationaux qui n’ont pas tari d’éloges sur les performances de ce joueur qui est considéré comme la plus grande révélation de la dernière CAN 2010. Ce n’est certainement pas pour rien que le premier respon- sable technique de l’Equipe natio- nale a qualifié son renfort de salutaire et d’imposant. Moumen A.

Voici

les résultats du sondage du journal

Le Buteur

1- Yebda : 28% (16653)

2- Bougherra : 19% (11180)

3 - Halliche : 18% (10675)

4- Ziani : 15% (8919)

5- Matmour : 6% (3274)

6- Meghni : 4% (2419)

7- Chaouchi : 2% (1385)

8- Belhadj : 2% (1205)

9- Ghezzal : 1% (829)

10- Abdoun : 0% (558)

11- Zemmamouche : 0% (389)

12- Mansouri : 0% (380)

13- Yahia : 0% (353)

14- Ziaya : 0% (312)

15- Bouazza : 0% (199)

16- Bezzaz : 0% (145)

17- Zaoui : 0% (103)

18- Raho : 0% (80)

19- Babouche : 0% (172)

20- Laïfaoui : 0% (57)

Total des votants : 59 287

Ce qu’en pensent les techniciens

Saâdane «Yebda a beaucoup

apporté»

Rabah Saâdane s’est plusieurs fois exprimé sur l’apport du jeune milieu de terrain, Hassan Yebda. Après avoir mis en exergue ses qualités d’adapta- tion, Saâdane n’a pas caché sa grande satisfaction de le comp- ter parmi son effectif. «Yebda est un très grand joueur, il a été très précieux dans le jeu de notre équipe. Il a apporté un

plus au jeu de l’Equipe natio- nale. Il a métamorphosé notre manière d’évoluer. Je suis en- chanté que nous ayons été renforcés par un joueur de cette dimension. Il a donné une autre manière d’évoluer à l'équipe en milieu de terrain. C'est un grand travailleur et il s'est très vite intégré. Il y est pour beaucoup dans la montée en puis- sance de l’équipe. C'est déjà un cadre sur et en dehors du ter- rain.»

C'est déjà un cadre sur et en dehors du ter- rain.» Belloumi «Matmour méritait plus que

Belloumi «Matmour méritait plus

que cette 5 e place»

Lakhdar Belloumi, l’ex-stra- tège de l’Equipe nationale des années 80, juge que la consé- cration de Hassan Yebda est méritée, mais estime que Karim Matmour méritait net- tement mieux que cette cin- quième place décrochée. «D’abord, je dirai que je suis contre ce genre de sondage qui

peut affecter certains joueurs sur le plan moral et aussi semer un sentiment de satisfaction chez d’autres. Maintenant qu’il a été effectué, je vais me contenter de donner mon avis. Je dirai que Yebda mérite amplement sa dis- tinction. C’est un joueur qui a montré d’énormes qualités. Il a

montré qu’il était bon en milieu de terrain et aussi capable de porter main forte à ses camarades en attaque. Concernant Bou- gherra, sa seconde place est tout aussi logique puisqu’il a aussi été à la hauteur dans cette Coupe d’Afrique. Quant à Halliche, je pense très sincèrement qu’il y a d’autres éléments qui méri-

sincèrement qu’il y a d’autres éléments qui méri- tent plus que lui de figurer sur le

tent plus que lui de figurer sur le podium. Je pense notamment

à Matmour qui a été aussi très bon durant la CAN.»

Madjer «Yebda mérite amplement sa distinction»

Ebloui par les qualités tech- nique et physique de Hassan Yebda, l’ex-star du FC Porto, Rabah Madjer, a de nouveau évoqué l’énorme potentiel du joueur de Portsmouth. Joint par nos soins pour avoir son avis sur cette distinction de Meilleur joueur algérien de la dernière CAN 2010, Madjer, pas du tout surpris, déclare :

«Avant de répondre à votre

question, je précise que j’étais le premier à l’avoir désigné comme la révélation de ce tournoi afri- cain. Pour revenir au résultat de votre sondage, je dirai qu’il est tout à fait logique du moment qu’il n’est pas du tout surprenant de voir Yebda le remporter loin devant. Les internautes ne se

sont pas trompés dans leur choix. Si j’avais été à leur place, j’au- rais voté pour le même joueur. Cela m’amène aussi à affirmer que les internautes du site du journal Le Buteur sont de vrais connaisseurs. Je reste toujours admiratif de cet élément aux qua- lités énormes. C’est un joueur pétri de qualités qui aura son mot

à dire dans un proche avenir.»

qualités qui aura son mot à dire dans un proche avenir.» Le Roy «Il a une

Le Roy «Il a une présence athlétique énorme»

Le Roy «Il a une présence athlétique énorme» Ancien coach des Lions in- domptables, Claude Le

Ancien coach des Lions in- domptables, Claude Le Roy, ce vieux briscard qui a à son actif plusieurs éditions de Coupe d’Afrique des nations, n’est pas resté de marbre face aux presta- tions de notre néo-international, Hassan Yebda. Dans une décla- ration accordée récemment à l’AFP, le technicien français en- cense l’ex-champion du monde des moins de 17 ans avec les Bleus. «Il a une présence athlé-

tique énorme», a constaté l'expert africain. «Depuis le début de

la compétition, c'est l'essuie-glace parfait de cette équipe d’Al- gérie. Je le trouve, de ce fait, excellent et plein d’avenir.»

Guy Roux «Je suis content pour Hassan Yebda»

L’emblématique entraîneur de l’AJ Auxerre, qui a connu Hassan Yebda au centre de for- mation d’Auxerre, s’est déclaré, dans un entretien accordé à notre journal récemment, très séduit par les capacités de l’in- ternational algérien. A ce pro- pos, il dira : «Je suis particulièrement content pour un garçon comme Hassan Yebda qui est en train de dé- montrer sa valeur internatio- nale. A travers ses prestations,

j’entrevoyais chez lui des quali- tés pour réussir. Malheureusement, lorsqu’il avait signé son pre- mier contrat pro, je n’étais pas l’entraîneur d’Auxerre et mes successeurs n’avaient pas assez cru en lui. Raison pour laquelle

il avait quitté le club.»

cru en lui. Raison pour laquelle il avait quitté le club.» Maldini «Yebda perd son temps

Maldini «Yebda perd son temps à Portsmouth »

le club.» Maldini «Yebda perd son temps à Portsmouth » L’ancien sélectionneur de la Squadra Azzura,

L’ancien sélectionneur de la Squadra Azzura, Cesare Mal- dini, est resté admiratif envers l’international algérien, Hassan Yebda. Dans une intervention sur une chaîne satellitaire, Mal- dini déclare : «C’est un excellent joueur avec une marge de pro- gression énorme. Je pense que ce joueur perd son temps à Ports- mouth, car j’estime qu’il peut évoluer dans un grand club ita- lien. Je vais toucher un mot aux responsables du recrutement au Milan AC en vue de l’engager.»

Synthèse Moumen A.

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

9

Coup d’œil Equipe nationale

Michel Hidalgo

«Saâdane a mené une véritable guerre lors des éliminatoires, il ne faut pas oublier son mérite»

I l est l’un des connaisseurs du football

algérien, puisqu’il a encadré plusieurs

entraîneurs algériens au début du der-

nier millénaire. Michel Hidalgo

puisque c’est de lui qu’il s’agit, a donné

à la France son premier titre international en remportant la Coupe d’Europe de 1984. Joint par nos soins pour nous donner son avis sur la participation des Verts à la dernière CAN disputée en Angola, Hidalgo nous dira : «Je vais vous dire une chose très importante : un autre entraîneur à la place de Saâdane n’au- rait pas accepté de prendre la sélection, au mo- ment où tout n’était pas clair. Tout le monde avait tourné le dos aux Verts, sauf lui. Person- nellement, je le salue et en tant que spécialiste qui suit de près le football algérien, je ne peux pas nier ce qu’il a fait pour l’équipe d’Algérie. N’oubliez pas qu’il a livré avec les joueurs une véritable guerre lors des éliminatoires. Ils ont réussi à redorer le blason de l’Equipe nationale algérienne.»

«L’Algérie est un pays de foot- ball, c’est normal qu’elle possède une équipe solide» «Je n’ai pas douté un seul instant que l’Algé- rie allait se relever, grâce à sa nouvelle généra- tion douée et animée d’une forte volonté de redonner à l’Algérie l’image qu’avaient laissée les Belloumi, Madjer, Assad, Dahleb et les au- tres. Ce qui veut dire que l’Algérie est un pays de football. Il est donc tout à fait normal qu’elle possède une équipe aussi solide que celle de cette époque. Il est vrai que la formation est un problème qui donne du souci à tout le monde, mais je sais que la matière première existe. Et ce que réalisent actuellement Ziani et les au- tres fait renaître à nouveau cette envie chez les locaux de s’illustrer afin de gagner une place au sein de l’Equipe nationale.»

«Il n’y a plus de raison pour critiquer Saâdane»

«J’étais moi aussi sélectionneur de l’équipe de France et croyez-moi que le plus dur métier

l’équipe de France et croyez-moi que le plus dur métier est de diriger une équipe qui

est de diriger une équipe qui représente un pays. Ceux qui le critiquent, je ne parle pas de ceux qui le font pour améliorer les choses et pensent à un avenir meilleur de l’équipe, ne se montrent que lorsqu’il y a des résultats néga- tifs. Et ce qu’a subi Saâdane à un moment donné en est la meilleure preuve. Il est vrai que je n’ai pas vu le match contre le Malawi, mais j’ai lu certains titres de journaux qui ont fait de Saâdane le bouc émissaire. Cela pourrait se

comprendre, mais après avoir redressé la situation, j’estime qu’il n’y a plus de raison pour le critiquer. C’est incompréhensible et insensé.» «Tout le monde doit soutenir Saâdane» «Ce qui a attiré mon attention ces derniers temps, c’est que certains, dans leurs critiques, sortent du cadre sportif. Je pense que ceux qui demandent des comptes à Saâdane n’ont pas choisi le mo- ment opportun pour le faire, car un ren- dez-vous important attend l’Equipe natio- nale, à savoir le Mon- dial. Tout le monde doit donc laisser Saâ- dane préparer son équipe tranquillement et demander des comptes pour après. Je conseille toutefois à ces gens-là de changer de mentalité. Il n’est pas facile d’être sélec-

tionneur comme j’ai déjà eu à le dire. C’est tout le monde qui doit soutenir Saâdane pour assurer une participa- tion honorable au Mondial sud-africain.»

«La victoire contre la Côte d’Ivoire prouve que l’Algérie ne craint personne» «Vous savez bien que la majorité des Fran- çais n’ont pas pu suivre les matches de la CAN

en direct, se contentant de long résumés, à cause des droits TV. Mais cela ne m’a pas em- pêché de me rendre compte que votre victoire sur la Côte d’Ivoire est méritée sur tous les plans, grâce notamment à la force mentale des joueurs de Saâdane. Faire tomber l’équipe fa- vorite numéro 1 du tournoi est une autre preuve que l’Equipe d’Algérie ne craint désor- mais personne.»

«La qualification de l’Egypte en finale est méritée» «La responsabilité de la défaite contre l’Egypte revient d’abord aux joueurs. Il ne fal- lait pas aborder ce match sur la base de ce qui s’est passé entre les deux équipes lors des éli- minatoires du Mondial, car chaque rendez- vous a son cachet particulier. L’expérience a joué un rôle prépondérant dans la demi-fi- nale qui a opposé l’Algérie à l’Egypte. La qua- lification des Pharaons en finale a été logique et méritée sur toute la ligne.»

«Le problème de l’attaque sera résolu avant le Mondial» «Ce n’est pas normal que l’attaque algé- rienne se soit montrée stérile. Mais je suis persuadé que Saâdane se penchera sérieuse- ment sur ce volet pour trouver des solutions. Il est certain qu’il travaillera dans ce sens pour que les attaquants se montrent efficaces lors du prochain Mondial. A partir de là, il est certain que nous assisterons à un beau jeu offensif auquel nous a habitués l’Algérie.»

«L’Algérie est capable de créer la surprise au Mondial» «Le Mondial est un événement bien parti- culier au cours duquel tous les joueurs auront envie de briller. Tant Les joueurs algériens se- ront appelés à se transcender pour être à la hauteur. Je suis persuadé que s’ils pratiquent leur vrai football, ils passeront au deuxième tour et, pourquoi pas, créer la surprise par la suite. Je leur souhaite bonne chance.»

L. F.

Les Egyptiens s’attaquent aux Algériens

chance.» L. F. Les Egyptiens s’attaquent aux Algériens Al Mouhamady «Belhadj n’a pas arrêté de m’insulter

Al Mouhamady «Belhadj n’a pas arrêté de m’insulter en français»

L’excellent arrière droit égyptien, Ahmed Al Mouhamady, a déclaré sur la chaîne Modern Sport que son vis-à-vis sur le couloir, Nadir Belhadj, n’avait pas cessé de l’insulter, tout comme lors de la confron- tation d’Oum Dorman. Le latéral droit de la sélection championne d’Afrique avait même déclaré qu’il comprenait parfaitement le lan- gage de Belhadj, préférant toutefois faire la sourde oreille pour se concentrer uniquement sur son match. «Belhadj n’a pas arrêté de m’in- sulter en français. Il voulait m’énerver, mais c’est lui qui a fini par se faire ex- pulser après m’avoir taclé de manière agressive.»

Gedou «Ghezzal m’a insulté dès mon entrée sur le terrain» De son côté, la nouvelle

Gedou «Ghezzal m’a insulté dès mon entrée sur le terrain»

De son côté, la nouvelle coqueluche des Pharaons, Mohamed Nagi plus connu sous le sobriquet de Gedou, a lui aussi déclaré que Ghez- zal l’avait insulté en plein match. «Même si je ne comprenais pas ce que me disait l’attaquant algérien, je savais qu’il était en train de m’in- sulter, me poussant à la provocation afin que l’arbitre m’expulse. Me voyant très calme, Ghezzal en avait rajouté une couche en me frappant sans ballon.» Mais la question qui se pose est comment Gedou, qui a passé très peu de temps sur le terrain, puisqu’il est entré dans le dernier quart d’heure, a pu faire l’objet d’insultes et d’agressions.

Zidan «Ce match a prouvé que les Algériens jouaient de façon brutale»

Dans son intervention, le sociétaire du Borussia Dort- mund avait déclaré que le succès de l’Egypte sur l’Algérie n’avait pas seulement prouvé que ce sont les Pharaons qui devaient aller au Mondial, mais aussi que les Algériens étaient violents, comme en témoignent, selon lui, les car- tons rouges distribués au cours de ce match. Zidan n’a cer- tainement pas jeté un œil sur la presse mondiale qui accuse l’arbitre Coffi Codjia d’avoir été derrière l’élimination de l’Algérie

qui accuse l’arbitre Coffi Codjia d’avoir été derrière l’élimination de l’Algérie face à l’Egypte.

face à l’Egypte.

l’élimination de l’Algérie face à l’Egypte. Saed Hamdi «Halliche a insulté Shehata» Bien que le

Saed Hamdi «Halliche a insulté Shehata»

Bien que le défenseur algérien ait déclaré à la fin du match ce qu’il avait dit à Shehata en lui faisant savoir que désormais, il savait comment l’Egypte gagnait ses CAN, le joueur remplaçant, Saed Hamdi, a déformé les propos de Halliche allant jusqu’à dire que le joueur avait insulté leur entraîneur. «On a dû rester imperturbables face aux provocations des Algériens.»

10

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

Coup réussi MCA-ASO

MCA 1 - ASO 0

Stade : 5-Juillet (Alger) Affluence : moyenne Arbitres : Bichari, Korichi, Boudiba Avertissements : Hadjadj
Stade : 5-Juillet (Alger)
Affluence : moyenne
Arbitres : Bichari, Korichi, Boudiba
Avertissements : Hadjadj (25'), Zem-
mamouche (90+2') (MCA) ; Bentayeb
(19'), Biyaga (68'), Soudani (82')
(ASO)
But : Bouguèche (62') (MCA)
MCA :
Zemmamouche, Senouci, Bedbouda,
Zeddam, Harkat, Hadjadj (Babouche
60'), Koudri, Bouguèche, Boumechra,
Mokdad (Megherbi 90'), Derrag (Atta-
fen 73')
Entraîneur : Bracci
ASO :
Kouadri, Hosni, Sellama (Ali Hadji
80'), Zaoui, Gherbi, Mohamed-Rabah
(Boukhari 64'), Bentayeb, Zaouche,
Soudani, Messaoud, Biyaga (Hamadou
86')
Entraîneur : Slimani

Gaouaoui reprendra demain

Le portier international, Lounès Gaouaoui, qui s’est remis au travail mardi dernier, mais en solo, à Tizi Ouzou, est attendu pour reprendre le tra- vail avec le groupe ce di- manche, après une longue absence en raison de sa pré- sence dans les rangs de l’EN et la période de convalescence qui a suivi son opération de l’appendicite. Toutefois, sa par- ticipation au prochain match de championnat contre le WAT demeure incertaine pour le moment et il ne devrait être vraiment opérationnel qu’à l’occasion de la rencontre d’après, c'est-à-dire pour le rendez-vous de Coupe d’Algé- rie contre le NAHD.

Mekkioui de retour face à Tlemcen

Le latéral gauche, Moussa Mekkioui, absent lors de la rencontre d’hier face au Mou- loudia, reprendra la compéti- tion lors du prochain match face au WA Tlemcen. Le joueur, qui relève d’une bles- sure à la cheville l’ayant tenu éloigné des terrains pendant près d’un mois, a paru avoir ré- cupéré tous ses moyens phy- siques pour être apte à reprendre la compétition.

Benhenni et Bentayeb dans la liste des 18

Pour ce déplacement chez le leader à Alger, Slimani a pris avec lui 20 joueurs dont les deux jeunes, Ahmed Benhenni et Ismaïl Bentayeb, qui lui avaient laissé une bonne im- pression lors des derniers matchs amicaux, notamment le second nommé qui avait même fait son apparition en équipe fanion lors du match contre le MSPB à Batna où il était entré en cours de jeu. C’est ce qui a incité le coach à en- courager ces deux jeunes es- poirs du club en les portant sur la liste des 18 convoqués pour ce rendez-vous d’hier face au MCA.

Babouche rentre, Bouguèche marque !

d’hier face au MCA. Babouche rentre, Bouguèche marque ! Derrag transféré à l'hôpital Mohamed Derrag a
Derrag transféré à l'hôpital Mohamed Derrag a été transféré à l'hôpi- tal à la fin
Derrag
transféré
à l'hôpital
Mohamed Derrag a été transféré à l'hôpi-
tal à la fin du match après avoir été blessé
au niveau de la tête. L'attaquant Mou-
loudéen était en effet contraint de
céder sa place à son coéquipier
Billel Attafen.

dri. Koudri rate l'ouverture du score quelques minutes plus tard, lorsqu'il se présente seul face au gardien chéliffien. Idem pour Mokdad qui rate à la 16' un but tout fait, n’était Maâmar Kouadri qui était bien placé. Le reste du temps est ennuyant jusqu'à la 45', lorsque Bou- mechra rate une occasion en or d’une re- prise, après un corner bien botté par Hadj Bouguèche. Dans la foulée, Zed- dam, le défenseur mouloudéen, sauve in extremis son équipe d’une réalisation certaine du Chéliffien Messaoud. De re- tour des vestiaires, les Mouloudéens ren- trent sur le terrain pour marquer ce but libérateur. Ils poussent, ils poussent, en vain. Ce sont d'ailleurs ces Chéliffiens qui vont se procurer l'occasion la plus nette de cette rencontre à la 55' par Sou- dani, mais heureusement pour le Mou- loudia que Zemmamouche est bien en place.

La rentrée de Ba- bouche, le tournant du match

A la 60', Bracci effectue un changement

tactique, c'est Hadjadj qui cède sa place

à Babouche. La rentrée de ce dernier

change tout simplement le cours du match. Deux minutes après son entrée, il botte un corner au second poteau qui trouve Bouguèche qui marque cet unique but ô combien précieux pour les Vert et Rouge. Le Doyen va même rater le break par le biais du nouveau rentrant, Billel

Attafen, qui voit son ballon passer juste

à côté. Les Mouloudéens ont su gérer cet

avantage jusqu'au coup de sifflet final de

l'arbitre M. Bichari, sur cette précieuse victoire d’un but à zéro.

T. Che.

L e Mouloudia a entamé le match avec la ferme intention d'ajouter trois autres points à son actif,

avant d'affronter l'ES Sétif ce mardi. Sans se poser trop de questions, les Mouloudéens prennent d'assaut le camp chéliffien dans le but d'ouvrir le score. Ainsi, à la 9', le coup franc de Hadjadj botté directement passe juste à côté des bois gardés par Maâmar Koua-

Bouchama

«Je serai d’attaque face à Sétif»

Suspendu face à l’ASO pour cumul de cartons, Nacim Bouchama a profité de ce repos forcé pour soigner sa blessure à la cuisse, contractée avec la sélection militaire. Le demi-défensif n’a désormais qu’une seule fixation, être au top pour la rencontre de ce mardi face à l’ESS, au stade olympique.

On imagine votre déception de ne pas pouvoir prendre part à ce match contre l’ASO, (ndlr, inter- view réalisée jeudi), surtout qu’il se jouera au stade du 5-Juillet ? Bien évidemment que je suis déçu, car je ne veux rater aucun un match de championnat, surtout lorsqu’il se joue au 5-Juillet. Mais il faut assumer aussi. Je suis sus- pendu pour cumul de cartons. A moi de profiter de cette période de repos forcé pour recharger mes batteries, et me préparer pour le match sui- vant qui sera capital pour nous. Cependant, cette suspen- sion intervient au bon mo- ment puisque vous êtes diminué par une élongation à la cuisse qui vous a fait souffrir contre l’USMB… Je suis tout à fait d’ac- cord avec vous. J’ai profité d

e
e

cette période afin de soigner mon bobo. Et Dieu merci, je me suis complètement remis de ma blessure. La preuve, j’ai repris normalement le travail avec le groupe. Vous serez donc au top de votre forme pour le match choc de ce mardi, contre l’ESS… J’espère être au top pour cette affiche. En tout cas, je serai à la disposition du coach s’il décide de me faire jouer, car lui seul est maître à bord. Ça va être difficile pour vous de suivre ce match contre Chlef à partir des tribunes, n’est-ce pas ? C’est une situation dans laquelle aucun joueur n’aime se retrouver. C’est toujours insoutenable de regarder ses partenaires en train de se produire sur le terrain. Nous sommes envahis par un sentiment d’impuis- sance. On ne peut rien faire si ce n’est de soutenir ses potes. Je suis persuadé qu’on va trouver la formule pour battre cette coriace équipe de Chlef. Il le faut, on n’a pas le choix si on veut continuer notre chemin vers le titre. Mais le fait de revenir de loin vous permet d’abor- der les choses avec une certaine philosophie… Je suis tout à fait d’accord avec vous. Lors de l’exercice précédent, je n’ai joué aucun match. Et ce n’est que vers la fin du championnat que j’ai pu m’imposer au sein du groupe dans un registre tout à fait nouveau pour moi. Donc, ce ne sera pas un drame de rater un match ou deux. J’ai tellement enduré lors des saisons précédentes qu’il me faudra bien plus pour que je sois atteint psycho- logiquement. Notre nouvelle philosophie dans le groupe, c’est qu’on joue ou non, l’essentiel est de gagner les matchs. C’est notre état d’esprit qui fait actuellement la réussite de notre équipe. Songez-vous à ce titre de champion qui fuit le club depuis presque onze ans ? Et comment ! Nous avons une belle opportunité de réussir à entrer dans l’histoire de notre club. A nous de nous donner les moyens d’y arriver. Mais pour ce faire, la concentration doit être de rigueur jusqu’à la fin de la sai- son.

Entretien réalisé par Tarek Che

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

11
11

Coup d’œil ESS-USMAn

ESS 1 - USMAn 0

La Coquette subit la loi de l’Aigle noir

Stade : 8 Mai-45 (Sétif) Affluence : moyenne Arbitres : Houasnia, Boulakrinet, Badache But :
Stade : 8 Mai-45 (Sétif)
Affluence : moyenne
Arbitres : Houasnia,
Boulakrinet, Badache
But : Hadj Aïssa (50’)
Avertissements : Del-
houm (39’), Laïfaoui (43’)
(ESS) ; Abdeslam (41’),
Boucherit (62’), Dhif
(11’) (USMAn)
ESS :
Ferradji, Raho, Ikhlef,
Laïfaoui, Diss, Djediat
(Ambane 81’), Bouderbal
(Feham 77’), Metref
(Lemmouchia 74’), Del-
houm, Hadj Aïssa, He-
mani
Entraîneur : Zekri
USMAn
:
Ouadah, Remache,
Zazou (Mansour 44’),
Benchergui, Maïza, Bou-
cherit, Abdeslam, Bou-
dar, Dhif (Guemari 67’),
Rebbih, Gasmi (Tebbal
78’) Entraîneur : Amrani

Q uarante-et-un jour après, la formation sé- tifienne re- trouve la compétition officielle. La

réception de l’USMAn a été l’occasion pour les camarades de Raho de refaire leur retard. Ils en- tameront les débats tambour battant et se créeront une première opportunité par Metref dès la 1’. Les rushs sé-

tifiens se succéderont devant une équipe de Annaba recro- quevillée en défense. Succes- sivement Metref (16’), Hemani (24’) et Djediat (32’) rateront de peu le cadre ou buteront sur un excellent Ouaddah. L’occasion la plus nette intervient à la 42’. He- mani reprendra un centre de Raho que Oudah sauvera sur la ligne. La pause sera sifflée sur un score blanc. Les Séti- fiens débloqueront la situa- tion à la 50’ par Hadj Aïssa.

Ce dernier, servi dans le dos des défenseurs, mettra le cuir hors de portée de Ouaddah du plat du pied. D’autres alertes suivront cette réalisa- tion, mais la plus chaude sera annabie. A la 56’, Gasmi seul devant Ferradji mettra le bal- lon dans les décors. Le coach sétifien effectuera plusieurs changements et donnera ainsi un peu plus de consis- tance au système défensif de son équipe. Il faut dire que les Annabis se montreront

dangereux par Gasmi et Reb- bih. Les locaux auront une superbe opportunité, à la 86’, par Hemani dont le tir sera dévié par Ouaddah. Le reste de la partie n’apportera rien d’intéressant. L’ESS vient d’afficher sa bonne santé de- vant, faut-il le reconnaître, une bonne équipe annabie, dans un match qui a tenu toutes ses promesses et qui fut palpitant de bout en bout. K. R.

Serrar : «On vise le championnat et la phase des poules»

A l’heure où le club phare de Aïn Fouara a re- pris le chemin de la compétition officielle, après 40 jours d’arrêt, Serrar a fait une inter- vention à la radio locale, dans une émission

sportive, où il a évoqué la nouvelle programmation de la Ligue concernant le planning des Ententistes à par- tir de ce mois. Serrar a déclaré haut et fort que son club était désormais taillé pour récolter les titres, notam- ment le titre de champion d’Algérie, tout en vou- lant partir loin en Ligue des champions africaine. Le président sétifien a salué avant tout le geste des responsables de la ligue qui ont tenu à mettre en place un pro- gramme qui arrange tout le monde. Surtout que les Séti-

A la recherche de nouveaux portiers de qualité pour renforcer ce secteur de jeu, en prévision de la Coupe du monde, le sélectionneur n’a toujours pas annoncé la mise à l’écart du portier Chaouchi, comme annoncé par-ci et par-là ces derniers temps. Cela a poussé le pré- sident Serrar à démentir cette information, en annon- çant que ce joueur restera avec les Verts, sauf si la FIFA décide de le sanctionner, après son altercation avec l’ar- bitre béninois.

après son altercation avec l’ar- bitre béninois. «L’affaire Lemmouchia reste toujours sombre» A

«L’affaire Lemmouchia reste toujours sombre»

A l’instar de Chaouchi, Serrar a évoqué de nouveau le cas du milieu de terrain Kha- led Lemmouchia qui devra apparemment patienter avant de faire son come-back en sélection, après sa mésaventure en Angola. Le président de l’ESS re- grette que ni les responsables de la FAF ni les dirigeants de l’EN n’ont parlé des raisons exactes du départ de Lemmouchia qui reste malgré tout un joueur de talent. Kheireddine R.

fiens joueront en plus des matchs en retard et aussi la Ligue des champions afri- caine, avec l’espoir de passer jusqu'à la phase des poules, tout en misant sur un second sacre consécutif en championnat.

«Chaouchi restera avec les Verts, sauf si…»

Bencherif, Zoubiri et Kadour hors des 18

Ce n’est apparemment pas l’année des émigrés au sein de l’Entente, puisque l’entraîneur Noureddine Zekri a décidé de

ne pas convoquer le trio émigré Bencherif- Zoubiri-Kadour, alors qu’il ne souffre d’aucune blessure. Un choix qui ne devra que pimenter davantage le choix de la direction de conserver ce genre de joueurs au sein de l’Entente, au lieu de les libérer et recruter des éléments qui peuvent prétendre à une place de titulaire à part entière pour assurer l’avenir à moyen terme.

Bouaza a débuté la rencontre sur le banc

Toujours dans le registre des sanctions disciplinaires, le milieu de terrain Feham Bouaza, qui s’est illustré une nouvelle fois en

revenant deux jours en retard, est certes retenu parmi le groupe des 18, mais ne figure pas pour autant dans le onze rentrant. Le joueur devra éviter de prolonger à chaque petite trêve son séjour à Oran.

Pas de repos dorénavant

Après un mois de janvier passé sans la moindre rencontre officielle, les Ententistes, qui ont débuté en février avec la réception

de l’USMAn, n’auront que trois jours de repos durant l’intégralité de ce mois. En effet, vu le planning chargé des Sétifiens, que ce soit en championnat, coupe mais aussi et surtout en Ligue des champions, il est nécessaire de reprendre les entraînements dès aujourd’hui pour préparer les prochaines échéances.

Départ à Oran par vol spécial

Afin de préparer au mieux la réception des Diables noirs pour le match retour en Ligue des champions, la direction du club phare de

Aïn Fouara a décidé de partir à Oran disputer le match retard en championnat le 23 février prochain par vol spécial. Les joueurs reviendront à Sétif et bénéficieront de cinq jours pour préparer convenablement cette grande affiche pour l’Aigle noir, qui veut partir loin dans cette prestigieuse compétition.

K. R.

 

Championnat de la Division 1 Nedjma

 

Résultats de la 21 e journée

 
 

MC

Alger

1-0

ASO Chlef USM Annaba

 

ES Sétif

1-0

 

NA Hussein Dey

CA Bordj Bou Arréridj

 
 

WA

Tlemcen

USM El Harrach CR Belouizdad

 

AS Khroub

MC

El Eulma

MSP Batna USM Alger

JSM Béjaïa

CA

Batna

USM Blida

MC

Oran

JS Kabylie

Pts

J

G

N

P

Bp

Bc

Dif

01- MC Alger

39

20

11

6

3

31

15

+16

02- JS Kabylie

34

20

10

4

6

26

14

+12

03-JSMBéjaïa

33

20

9

6

5

23

17

+06

04- USMAnnaba

33

21

9

6

6

24

23

+01

05- USM El Harrach

32

20

9

5

6

26

20

+06

06- WA Tlemcen

30

20

8

6

6

24

22

+02

07- MC Oran

30

19

9

3

7

20

21

-01

08- ES Sétif

29

16

8

5

3

22

14

+08

09- USM Alger

27

20

6

9

5

26

21

+05

10- CABordjBouArréridj 27

20

7

6

7

23

24

-01

11- ASO Chlef

26

21

7

5

9

23

18

+05

12-

CA Batna

26

20

7

5

8

16

21

-05

13- CR Belouizdad

26

19

7

5

7

19

27

-08

14- MC El Eulma

24

19

6

6

7

21

21

00

15-ASKhroub

21

19

5

6

8

17

24

-07

16- USM Blida

19

20

4

7

9

14

21

-07

17- NA Hussein Dey

11

20

2

5

13

12

26

-14

18- MSP Batna

10

20

1

7

12

14

32

-18

12
12

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

Coup double JSMB-USMA

JSMB - USMA , aujourd’hui à 14h30

Rester sur la lancée

JSMB - USMA , aujourd’hui à 14h30 Rester sur la lancée A uréolés de leur importante

A uréolés de leur importante victoire ramenée de Batna, face au MSPB lors de la précédente journée qui

s’est déroulée samedi dernier, les capés de Djamel Menad s’apprêtent à affronter l’USM Alger cet après-midi pour le compte de la 21 e journée du championnat, dans une rencontre ouverte à tous les pro- nostics. Avec un moral gonflé à bloc, les camarades de Boulemdaïs se disent déter- minés à sortir le grand jeu au stade de l’Unité maghrébine pour contrecarrer les desseins des Usmistes appelés à réagir après leur dernier semi-échec à domicile, lors de la dernière journée face à l’ASK. Pour cela, les coéquipiers de Dziri ne ju- rent que par un bon résultat afin de se ra- cheter de ce faux-pas. Même son de cloche pour les Vert et Rouge qui sont plus que jamais décidés à mettre le feu cette fois-ci dans leur jardin. Ainsi, les joueurs de la JSMB attendent de pied ferme les Us- mistes. Toutefois, les Béjaouis doivent se surpasser, car l’équipe de l’USMA est une bonne équipe qui a l’habitude de faire de bons résultats à Béjaïa, ce qui rendra la mission bien difficile aux capés de Menad. Mais ces derniers semblent êtres bien mo- tivés et croient fermement en leurs chances de franchir l’obstacle usmiste, car un éventuel succès face aux gras de Sou- stara cet après-midi permettra à la JSMB de maintenir la cadence, de rester invinci- ble et d’occuper la deuxième place au cas où le MCO ne perd pas face à la JSK.

Malgré la difficulté de la tâche, le driver de la JSMB fera de son mieux pour boos- ter son groupe afin de rester concentré et surtout gagner ce match. Toutefois, Menad qui avait toute une semaine pour préparer ce rendez-vous, a axé tout son travail sur la récupération, et le côté psychologique très important dans ce genre de rencontres.

On ne change pas une équipe qui gagne

Mis à part un ou deux changements for- cés, il est fort probable que Menad recon- duise le même onze qui avait pris le dessus sur le MSPB, chez lui, la semaine dernière. Le driver béjaoui ne veut pas trop cham- bouler sa formation afin de maintenir les automatismes dans le jeu de son équipe qui carbure à plein régime, et qui reste sur une bonne entame de cette phase retour avec sept points récoltés sur neuf possibles. Le retour de Zafour pourrait bien donner un plus en défense après voir purgé sa sus- pension, et aussi en attaque avec le retour probable de Boulemdaïs qui possède les qualités techniques afin de mener la ligne d’attaque béjaouie qui aura encore besoin de lui cet après-midi, afin de déstabiliser la défense de la formation de l’USMA. Dans le même contexte, l’effectif sera au complet avec le retour des suspendus et les joueurs qui ont été malades la semaine dernière à l’image d’Aït Ouarab qui a repris les en- traînements mercredi dernier, et qui est

convoqué pour ce match. Aujourd’hui, l’ancien avant-centre des Verts aura l’em- barras du choix pour composer son onze et de mettre ainsi le meilleur dispositif pour engranger les trois points de la vic- toire et rester sur la même dynamique.

Forte prime en cas de victoire

La direction béjaouie a décidé de met- tre tous les moyens pour que les cama- rades de Mouloud Bellatrèche arrivent à glaner les trois points de la rencontre, face aux Usmistes. Le match de cet après-midi sera la rencontre de la confirmation pour les gras de Yemma Gouraya, qui doivent toutefois confirmer leur réveil en cham- pionnat et surtout les deux victoires rame- nées de l’extérieur face au MCEE et le MSPB. Les Béjaouis veulent aussi prendre leur revanche sur cette même équipe qui les avait battus la saison écoulée, à domi- cile. Les Vert et Rouge doivent donc profi- ter de leur bonne santé retrouvée ces derniers temps pour sortir victorieux de cette confrontation. Pour cela, nous avons appris d’une source digne de foi que les di- rigeants béjaouis, à leur tête le président Tiab, ont promis aux joueurs une forte prime en cas de victoire ; qui pourrait at- teindre la somme de six millions de cen- times. Une chose est sûre, les coéquipiers de Deghiche semblent décidés d’engran- ger les points de cette rencontre.

A.

S.

Menad «Notre devise est de jouer sans faire de calcul»

E n recevant l’USMA aujourd’hui, la formation béjaouie est devant une grande opportunité d’avancer en-
E n recevant l’USMA aujourd’hui, la
formation béjaouie est devant une
grande opportunité d’avancer en-
«On est prêts pour faire un
grand match face à l’USMA»
core au classement général et de se rap-
procher du leader en occupant la
deuxième place. A ce titre, l’entraîneur
Djamel Menad nous a signifié qu’il ne veut
pas mettre la pression sur ses poulains. «Je
ne focalise pas sur cette deuxième place
pour éviter toute pression inutile sur mes
joueurs, mais notre but est de récolter le
maximum de points et terminer la saison
dans la meilleure position possible. Tout
cela sans faire trop de calcul, car l’autre ob-
jectif est de pratiquer un bon football aussi»,
a déclaré Menad.
«Il ne faut surtout pas
s’emballer»
A la JSMB on parle de la deuxième
place, mais certains parlent aussi du titre,
alors que le club phare de la Soummam n’a
joué que trois rencontres lors de cette
phase retour, et il reste encore 14 matches
qui seront très difficiles. Dans ce contexte,
Menad nous explique : «C’est bien qu’on
soit ambitieux, mais il ne faut trop s’embal-
ler. Il faut être plutôt réaliste. Ce n’est pas en
gagnant quelques matches en début de la
phase retour, qu’on va dire ‘c’est bon, on
tiendra notre objectif et on sera champion’.
Il ne faut pas penser ainsi, la route est très
longue et des équipes ont encore des
matches retard à jouer à l’image de Sétif qui
aura pas moins de cinq matchs à rattraper.
C’est dire que rien n’est encore joué, donc on
doit rester vigilants et surtout profiter de
cette réussite le plus longtemps possible.»
Interrogé sur la rencontre de son équipe
face à l’USMA, le coach de la JSMB recon-
naît la difficulté de la tâche qui attend son
équipe face aux Usmistes mais reste toute-
fois optimiste. Menad estime que ce sera
avant tout une rencontre comme les autres
; et difficile aussi un match pour l’équipe
adverse. Menad nous a fait savoir que le
groupe était prêt pour l’empoignade d’au-
jourd’hui et fera un grand match: «Le
match face au MSPB est un match piège,
après notre dernière victoire de la semaine
dernière, tout le monde est satisfait de ce ré-
sultat. Toutefois, il faut oublier cette victoire
et descendre de notre nuage.
On a un match très important à livrer
qu’on devra bien négocier. C’est un match
qui sera très difficile. L’USMA fera de son
mieux pour repartir à Alger avec un résul-
tat positif. C’est pour cela j’ai demandé aux
joueurs de se concentrer sur ce match. On
est prêts pour cette rencontre, certes ce sera
ardu, mais on fera tout pour faire un grand
match. On jouera pour la gagne comme à
chaque fois, et confirmer aussi notre dernier
succès.»
S. A.

Légère séance hier

Les camardes du gardien Si Mohamed ont effectué leur dernière séance d’entraînement hier matin. Menad a donné rendez-vous à ses capés à 10h pour entamer la séance. Les joueurs ont effectué quelques tours de piste suivis par des exercices d’échauffement ; ensuite les Vert et Rouge ont fait des exercices de dé- tente avant d’entamer quelques exercices technico- tactiques. En tout, les Béjaouis ont passé presque une heure et demi sur le rectangle vert du stade de l’Unité maghrébine.

Mis au vert à l’hôtel Les Hamadites

Après la dernière séance d’entraînement effectuée hier, la formation béjaouie a rejoint l’hôtel Les Ha- madites pour une mise au vert d’avant match. La di- rection a voulu mettre les joueurs dans les meilleures conditions, afin de leur permettre de garder leur concentration sur cette rencontre très importante face aux Usmistes.

20 joueurs retenus

Pour la rencontre de cet après-midi face à l’USMA, Djamel Menad a retenu comme à chaque match vingt joueurs. Le coach a convoqué presque les mêmes élé- ments qui ont été retenus pour la dernière rencontre, face au MSPB. Le seul changement dans cette liste est le retour de Zafour qui revient d’une suspension et qui a pris la place du jeune Mebarakou. Ainsi, on re- tient les noms suivants : Si Mohamed, Bellakhdar, Megateli, Zafour, Messali, Deghiche, Zerdab, Ham- laoui, Boulemdaïs, Belekheïr, N’djeng, Boulaïncer, Hachem, Dehouche, Aït Ouarab, Boukessassa, Bella- trèche, Mehaia, Chfaâ et Djebaret.

Boulaïncer pourrait débuter

Ayant fourni une prestation très convaincante pour une première titularisation, avec à la clé deux buts marqué lors de la précédente journée face au MSPB, le jeune attaquant Rafik Boulaïncer pourrait bien être titulaire cet après-midi devant l’USMA. Il est fort pro- bable qu’il épaule le Camerounais Yannick N’djeng surtout que durant toute la semaine l’entraîneur Menad n’arrête pas de le conseiller, ce qui signifié que le coach compte lui donner une autre chance au- jourd’hui.

Retour de Zafour

Après avoir fait l’impasse sur la dernière rencontre face au MSPB le week-end dernier à cause de sa sus- pension face au CRB, le défenseur Brahim Zafour a purgé et sera donc de retour aujourd’hui dans l’axe de la défense pour composer la charnière centrale, comme d’habitude, avec Messali. Son retour sera cer- tainement un atout pour l’équipe, et surtout pour Menad qui ne trouvera aucun souci pour composer sa ligne défensive comme c’était le cas lors des deux dernières rencontres jouées avec une défense déci- mée.

Mebarakou avec les juniors

Le jeune défenseur Zidane Mebarakou n’est pas re- tenu par le coach pour le match d’aujourd’hui, face à l’USMA. Toutefois, il jouera le match en ouverture avec les juniors de la JSMB qui affronteront ceux de l’USMA à 11h. Histoire d’avoir quelques matches en jambes, et rester toujours compétitif surtout que Me- barakou n’a joué aucune minute cette saison avec l’équipe fanion.

Bouguerra fait sensation en Hongrie

L’ex-attaquant de la JSMB, Fouad Bouguerra qui a quitté le club lors du dernier mercato pour rejoindre l’équipe Nyiregyhaza (première division en Hongrie) n’avait inscrit qu’un seul but sous le maillot béjaoui ; lors de sixième journée face à l’USMAn. Le joueur semble avoir retrouvé du punch avec sa nouvelle équipe, puisqu’en trois matchs il a marqué six buts:

trois pour son premier match, deux pour le second et un lors de la troisième rencontre.

Condoléances

L’ensemble de la direction de la JSMB, prési- dent, dirigeants et joueurs, très touchés par le décès du père de leur ex-coéquipier et l’actuel so- ciétaire du WAT, Kamel Habri, lui présentent ainsi qu’à toute sa famille leurs sincères condo- léances et l’assurent en cette douloureuse cir- constance de leur profonde sympathie. Que Dieu Le Tout-Puissant accorde au défunt sa sainte miséricorde. A Dieu nous appartenons

et à Lui nous retournons.

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

13
13

Coup difficile JSMB-USMA

Aït Ouamar

non convoqué

Aït Ouamar non convoqué I l était incertain, mais désor- mais c’est officiel : Hamza Aït

I l était incertain, mais désor- mais c’est officiel : Hamza Aït

Ouamar n’a pas été retenu par Saâdi au sein du groupe qui a ef- fectué le voyage hier matin à Bé- jaïa. En effet, le milieu de terrain de l’USMA, qui souffre d’une blessure au niveau du gros orteil, a été mé- nagé par l’ancien entraîneur du Ahly de Tripoli. Il devra donc se contenter de soutenir ses coéqui- piers de chez lui tout en continuant

les soins. Le n°22 des Rouge et Noir ratera ainsi son second match depuis l’entame de la saison, lui qui est l’un des éléments qui ont le plus gros volume de jeu aux côtés de Rial et Abdouni. Aït Ouamar réin- tégrera le groupe à l’occasion de la prochaine reprise.

«Je prendrai le temps qu’il faudra pour m’en remettre»

Joint hier, le joueur nous a dé- claré : «Je n’étais pas du voyage pour la simple raison que l’entraîneur a voulu me ménager. Je ressens tou- jours quelques douleurs. Personne n’a voulu prendre de risque. Je vais prendre le temps qu’il faut pour m’en remettre définitivement.» Concernant son retour chez les A’, il n’a pas voulu faire de commen- taire. Il s’est contenté de dire :

«Pour l’instant, je n’ai rien reçu. Je l’ai appris par le biais de la presse. Je préfère attendre jusqu’à ce que la liste soit officiellement dévoilée.»

A. C.

Ils ont gagné leurs deux derniers matches à Béjaïa

Jamais deux sans trois !

deux derniers matches à Béjaïa Jamais deux sans trois ! U ne semaine après avoir été

U ne semaine après avoir été tenue en semi-échec sur son propre terrain par l’ASK, l’USMA va

renouer cet après-midi avec la com- pétition en allant défier la JSMB chez elle lors d’un match qui s’an- nonce palpitant puisqu’il y aura en face l’équipe locale. Une formation qui reste sur un match nul et deux victoires. Les protégés de Djamel Menad vont, en toute logique, es- sayer d’enchaîner avec un nouveau succès qui leur permettra de rester prêts du leader et son dauphin. Et en cas de faux pas de la JSK, deuxième au classement, et la vic- toire de la JSMB, les gars de Yemma Gouraya se hisseront à la seconde place. D’où l’importance de cette

empoignade pour les Rouge et Vert.

A l’opposé, on trouve une équipe

usmiste avec deux nuls et une vic- toire. Les coéquipiers de Rial, au-

teur de l’unique but de la rencontre

à Béjaïa la saison passée, vont es-

sayer de se racheter et prouver à l’occasion que le nul concédé à Bo- loghine contre l’ASK n’était qu’un accident de parcours. Les Algérois

savent très bien qu’un résultat posi-

tif les remettra sur les bons rails. Le

stade de l’Unité maghrébine a sou- vent réussi aux gars de Soustara qui restent sur deux victoires. Ce sa- medi, les Usmistes voudront en- chaîner avec un troisième succès. Certes, la mission s’annonce diffi-

cile, mais on ne sait jamais ce qu’une rencontre de football peut

nous réserver en matière de sur-

prise.

Dernière victoire à l’extérieur fut à Bougie

La saison passée, les Usmistes ont connu le même scénario. L’USMA a rencontré beaucoup de peine pour décrocher sa première victoire hors de ses bases. L’unique succès des coéquipiers du capitaine Dziri a

été réalisé lors de l’avant-dernière journée de la fin de l’exercice. C’est Rial qui avait offert les trois points à son équipe. Depuis, les Usmistes n’ont plus gagné en déplacement loin de la capitale, bien sûr.

Adel C.

l a i R
l
a
i
R

«La JSMB, un gros morceau mais rien n’est impossible»

Il a été l’auteur de l’unique but de son équipe la saison écoulée à Béjaïa. Ali Rial avait ce jour-là offert les trois points aux Rouge et Noir. Le défenseur central usmiste, meil- leur buteur du club lors de l’exercice pré- cédent, garde un bon sou- venir de cette ren- contre qui restera spé- ciale, puisque cette victoire fut la seule que l’USMA a décro- chée hors d’Alger. Contacté par nos soins, Rial, qui était avec ses co- équipiers en route pour Bougie, nous parle de la confron- tation de cet après- midi.

Alors Ali, comment se déroule le voyage ?

Tout se passe bien. Nous n’avons pas à nous plaindre. Comme d’habitude, il y a une

bonne ambiance qui règne au sein du groupe. Nous savons ce qui nous attend, donc nous sommes motivés et, bien sûr, optimistes.

On comprend par là que vous êtes prêts pour ce match…

Il n’y a aucune raison pour ne pas l’être. Nous avons entamé les préparatifs depuis le début de la semaine. Nous nous sommes donnés à fond. Nous n’avons qu’une idée en tête : nous rache- ter du faux pas à domicile lors de la pré- cédente journée. Nous voulons renouer avec les résultats positifs. C’est la seule manière de prouver que le nul concédé face à l’ASK n’était qu’un accident de par- cours.

Comment appréhendez-vous cette rencontre ?

C’est clair, ça va être un match difficile

à négocier. Nous allons non seulement jouer en dehors de nos bases, mais aussi

affronter une équipe coriace. Il faut juste voir les résultats de la JSMB pour constater que c’est une équipe pas facile

à manier que ce soit à domicile ou à l’ex-

térieur. Elle est troisième au classement. Cette rencontre sera l’occasion pour les

Bougiotes de s’approcher encore plus du leader, mais nous n’avons pas l’intention de leur faciliter la tâche. Nous aussi, nous avons besoin de points. Comme je vous l’ai déjà dit, nous allons faire de

notre mieux pour ne pas revenir à Alger bredouilles.

Votre équipe a gagné ces deux derniers matches à Béjaïa. Pensez- vous que le groupe actuel a les moyens de réaliser le même exploit ?

J’étais présent lors de nos derniers matches à Béjaïa et j’espère vivre la même expérience que les fois passées. Lors du dernier exercice, ce fut notre unique victoire hors de la capitale. Comme je vous l’ai dit, la JSMB est un gros morceau, mais nous ferons de notre mieux pour les surprendre. Nous sommes motivés et nous savons très bien ce qu’on attend de nous. En foot- ball, tout peut arriver. Il faut juste croire en soi. Jouer sans faire de calcul.

Une dernière question. Pensez-vous que l’USMA finira la saison dans le

haut du tableau ?

C’est ce que nous souhaitons. La place de l’USMA est dans le haut du tableau. Nous avons une jeune équipe avec plu-

sieurs espoirs. Il faut être patient. De notre côté, nous travaillons pour revenir en force. Tant qu’il reste des matches à jouer, l’espoir demeure. Je pense qu’il faut être solidaires et rester tous derrière ce groupe.

Entretien réalisé par Adel C.

Ghazi sera titularisé Il n’a pas été titularisé depuis le match qui a opposé le
Ghazi
sera titularisé
Il n’a pas été titularisé depuis
le match qui a opposé le
NAHD à l’USMA lors d’un
derby comptant pour la sei-
zième journée du champion-
nat. Karim Ghazi a été, pour
rappel, expulsé lors de cette
rencontre, ce qui lui a valu
quatre matches de suspension.
Une fois la sanction purgée, le
milieu de terrain a renoué avec
la compétition face à l’ASK,
mais en tant que remplaçant.
Cette fois-ci, en l’absence de
Aït Ouamar, blessé, Ghazi
devra retrouver une place dans
le onze de départ. Il s’occupera
ainsi de la récupération avec
son jeune coéquipier, Billel Be-
naldjia.
Benchaâbane
du voyage, mais
avec… les juniors
Après avoir passé plusieurs
mois loin du groupe à cause
d’une blessure à l’épaule
contractée lors d’un match de
championnat avec l’équipe mi-
litaire, Ghilès Benchaâbane est
plus près que jamais d’un re-
tour. En effet, le jeune espoir
usmiste, qui a repris les entraî-
nements avec l’équipe pre-
mière il y a deux semaines, a
été du voyage à Béjaïa, mais
avec l’équipe juniors. Il devra
retrouver sa forme avant de re-
venir en équipe première.
Hammoum
retenu pour
la première fois
Quelques jours seulement
après nous avoir déclaré dans
l’une de nos précédentes édi-
tions qu’il était prêt à jouer si
on faisait appel à lui, voilà que
Tarek Hammoum vient d’être
convoqué par Saâdi. Le milieu
de terrain, dont le match face
à la JSMB sera spécial vu que
c’est l’équipe de sa ville natale, a
été retenu pour la première
fois. L’ancien joueur du MOB
et de la JSK nous a confié hier
qu’il est aux anges.
Annani
ne retournera
pas à Béjaïa
Contrairement à son ami et
coéquipier Hammoum,
Hamza Annani n’a pas été
convoqué pour le match d’au-
jourd’hui. La deuxième et der-
nière recrue hivernale des
Rouge et Noir devra donc
prendre son mal en patience
avant de figurer dans la liste
des 18. Pour rappel, le néo-at-
taquant de l’USMA est, lui
aussi, issu de Béjaïa. Il a fait
toutes ses classes à la JSMB. Il
a raté ainsi l’occasion de faire
ses débuts face à son ancienne
équipe.
A. C.

n

e

B

14
14

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

Coup d’œil MCO-JSK

MCO-JSK aujourd’hui 14h30

Berramla L’infirmerie est désormais vide Les Hamraoua au grand complet contre la JSK «Je demande
Berramla
L’infirmerie est désormais vide
Les Hamraoua au grand
complet contre la JSK
«Je demande aux
supporters de
venir en masse»
Même s’il ne l’avoue pas, ce match
entre le MCO et la JSK a un cachet spé-
cial pour le numéro dix du Mouloudia
d’Oran, Tayeb Berramla qui voudra
montrer sa véritable valeur face à son an-
cienne équipe.
Que pensez-vous du dernier résultat
ramené d’El
Eulma ?
C’est un très bon
point qui nous sera
très utile à l’ave-
nir. Aussi,
cette par-
T out au long de la se-
maine, les supporters du
MCO se sont inquiétés
sur les absences du côté
du Mouloudia, surtout qu’un
match important attendait
l’équipe, ce samedi, face à la JSK.
Mais après tant d’inquiétudes, il y
l’avoir entamée en solo, s’est fondu
dans le groupe et a joué le match
d’application avec le reste du
groupe. C’est dire que l’équipe sera
au grand complet demain pour
croiser le fer avec la Jeunesse
sportive de Kabylie, puisque ceux
qui étaient absents ont tous repris,
a désormais un apaisement, no-
tamment après la séance d’entraî-
nement d’hier au stade
Ahmed-Zabana, où tous les
joueurs (NDLR : mis à part
Daoud et Mezaïr) ont pris part à
même les trois derniers, Chaïb,
Sebbah et Boussâada, ont tapé
dans le ballon. Reste à savoir
maintenant, si le coach ne va pas
mettre certains d’entre sur le banc
de touche, vu qu’ils ne sont pas
la séance d’entraînement, même
Le plus important, c’est qu’à un
moment ou l’autre, le coach Mâa-
tallah pourra compter sur son
groupe pour déverrouiller cette
défense kabyle. Avec des joueurs
en bonne santé et au grand com-
plet, le MCO ne peut être qu’à 100
% de ses capacités pour faire face
à la JSK, qui ne viendra pas en
victime expiatoire à El Bahia, où
lors du dernier match livré entre
les deux équipes, à Oran, les Ca-
naris avaient gagné deux buts à
un. Cette fois-ci, ce sera une autre
paire de manches.
Sebbah Zine El Abidine, après
encore en possession de tous leurs
moyens, à l’image de Z. Sebbah.
L. B.
«On ne perdra aucun
point à domicile»
reprendre leur cours normal. Les blessés
ont repris le travail, dont moi-même. Les
absents ont rejoint aussi le groupe aux en-
traînements. Donc, on est bien armés pour
croiser le fer avec la JSK.
Comment voyez-vous le reste du
parcours ?
Ce sera une fin de saison difficile, où il
faudra rester vigilants. Comme je l’ai dit,
dans un premier temps il faudra faire le
plein à domicile. Un fois le maintien as-
suré, on pensera à autre chose.
Personnellement, vous réalisez un très
bon parcours. Ne pensez-vous pas à
l’EN A’ ?
Tout joueur ambitieux rêve de revêtir
le maillot de la sélection nationale. Au
sein de mon équipe, je me donne à fond et
je souhaite que le sélectionneur national
puisse apprécier mes qualités, d’autant plus
qu’il me connaît bien.
Comment ça ?
Pour ceux qui ne le savent pas, c’est Ab-
delhak Benchikha qui m’a lancé chez les
seniors à l’USMBA. Donc, il sait bien ce
que je vaux. Pour ma part, je ne désespère
pas et je continue à travailler en attendant
des jours meilleurs, Inch’ Allah.
Que pensez-vous du parcours de
l’Equipe nationale A en Angola ?
Je crois qu’on a réussi un très bon par-
cours. Arriver en demi-finales, après une
absence de quatre ans, c’est un exploit. On
aurait pu faire mieux, si ce n’avait pas été
cet arbitre qui a massacré notre sélection
face à l’Egypte. Ce n’est que partie remise,
on peut se racheter en Coupe du Monde.
Entretien réalisé par L. Brahim
tie est venue dans
un contexte un peu
particulier, du mo-
ment que beaucoup
de joueurs étaient ab-
sents. Mais, Dieu
merci, on a réussi à
tenir le coup et revenir
avec un résultat posi-
tif.
Ce samedi vous
allez affronter
la JSK, un com-
mentaire ?
Ce sera un match très difficile, car en
face on aura un gros morceau. Pour notre
part, on a l’intention de glaner les trois
points de la victoire et rien d‘autre. Je pro-
fite de l’occasion que vous m’offrez là pour
demander à nos supporters de venir en
masse afin de nous soutenir, car on aura
besoin d’eux.
Pourquoi, selon vous, les supporters
ne se déplacent-ils plus en masse ces
derniers temps ?
Ce phénomène n’est pas propre au
MCO, c’est pratiquement le cas de toutes
les autres équipes du championnat. Je
crois que c’est par rapport à l’intérêt porté
par le public sportif (comme tous les Al-
gériens) à l’équipe nationale et son par-
cours dans les éliminatoires jumelées de
la Coupe du monde et de la CAN. Main-
tenant, avec la fin du tournoi africain en
Angola, les choses devraient retrouver
leur cadre normal et c’est pour ça qu’on
table sur une présence massive de nos
supporters à l’occasion de ce match, face
à la JSK.
Ce sera un match un peu spécial
pour vous, n’est-ce pas ?
C’est vrai que c’est mon ancienne
équipe, avec laquelle j’ai passé deux belles
saisons. C’est pour vous dire que je n’ai
que des amis à la JSK et c’est avec plaisir
que je vais les retrouver. Mais sur le ter-
rain je ferai tout pour gagner cette partie.
Le problème financier est-il réglé ?
Malheureusement, pas encore, on at-
tend toujours d’être régularisés. Person-
nellement, je devais encaisser mon argent
au mois de janvier et on est en février
sans que je ne voie rien venir. Je vais en-
core patienter un moment, et après je
saurai quoi faire pour régler cette affaire.
Mais, pour que l’équipe continue de faire
de bons résultats il faudrait que le prési-
dent régularise les joueurs, sinon la fin de
saison risque d’être difficile.
Etes-vous satisfait de votre parcours
cette saison, avec le MCO ?
Pour être sincère avec vous, je ne suis
pas vraiment satisfait de mon parcours,
je n’ai pas pu donner le meilleur de moi-
même et cela pour plusieurs raisons. En
tout cas, la saison n’est pas encore termi-
née et je peux encore me racheter. Pour
ma part, j’espère réussir mon passage au
MCO et pourquoi pas rester encore pour
une autre saison.
Entretien réalisé par L. Brahim

Maintenir le sans-faute à Oran

Le Mouloudia d’Oran a, cet après- midi, rendez-vous avec un adversaire qu’il connaît bien et qui n’est plus à présenter à savoir la JS Kabylie. Il y a une vieille histoire entre ces deux clubs, malgré les changements survenus au fil du temps, les deux formations ont toujours gardé leurs traditions pour nous offrir un face-à-face très disputé. Pour le MCO, l’essentiel est de garder les trois points à Oran. Les Hamraoua veulent, en effet, continuer à faire le plein à domicile et cela est tout à fait dans leurs cordes, d’autant que les joueurs sont vraiment très motivés à l’idée de recevoir la JSK. Et ce qui ne gâche rien, tous les blessés sont revenus et tiennent à participer à cette partie et offrir aux supporters une autre victoire et par là même conforter les chances du maintien, qui n’est pas loin.

Maâtallah : «Désolé pour Hannachi, mais on doit faire le plein à domicile»

L’entraîneur du Mouloudia d’Oran a préparé son équipe bien comme il le faut en prévision de ce rendez-vous face à la JSK, à l’occasion duquel d’ailleurs il pourra compter sur le retour de certains éléments clés de son échiquier qui étaient blessés. Maâtallah sait bien que cette partie sera très difficile devant un adversaire qui n’est pas facile à manier et c’est pour cela qu’il a insisté pour une concentration au maximum de ses poulains. «C’est un match très difficile contre une très bonne équipe de la JSK qui n’est plus à présenter. Cette partie, qu’on a bien préparée, sera une occasion pour rencontrer à nouveau mon ami Hannachi, même si je serai vraiment

désolé, car j n’ai pas le choix, je dois gagner ce match. Il est hors de question qu’on laisse filer le moindre petit point sur notre terrain. Ce match on le joue pour gagner et rien

d’autre

e n ï Après avoir souffert d’une contracture, le latéral gauche du Mouloudia d’Oran semble
e
n
ï
Après avoir souffert d’une contracture,
le latéral gauche du Mouloudia d’Oran
semble prêt à croiser le fer avec
son ancienne équipe, la JSK,
cet après-midi, au stade
Ahmed-Zabana.
e
r
Où en est
votre
o
bles-
sure ?
g
Ça
va
mieux,
mon
état
s’améliore
de
jour
en
jour, je me sens bien. D’ail-
leurs, cette semaine j’ai repris
le chemin des entraînements
avec le reste du groupe. Donc, je
suis apte pour la compétition.
Normalement, je jouerai contre
la JSK.
Ce sera un match spécial
pour vous, non ?
Certes, la JSK est mon an-
cienne équipe, mais me concer-
nant ce sera une partie comme
toutes les autres où je donnerai,
comme à chaque fois, le meil-
leur de moi-même sur le terrain.
Le plus important pour nous est
de gagner ce match, car on est dé-
cidés à ne céder aucun point à do-
micile. On doit faire le plein à Zabana.
C’est clair net et précis. A domicile, on n’a
plus le droit de décevoir.
Vous devriez-être au complet pour
ce match…
Je crois que les choses commencent à

La prime d’El Eulma perçue

Les coéquipiers de Madjid Benatia

croiseront le fer avec la JSK avec un moral bien gonflé, puisqu’ils viennent

percevoir la prime du match nul

ramené de «Dubaï». Même les joueurs

qui étaient blessés ont perçu la moitié

de

fortement apprécié par tout le groupe. A noter que le montant

de

de

la prime. Un geste du président

la prime est de 30.000 DA.

Les seniors partagent le terrain avec les juniors

Lors de la séance d’entraînement de jeudi après-midi, l’équipe seniors a partagé le terrain Ahmed- Zabana avec les juniors sous la houlette de Belouakli.

A

équipes préparaient leur

match face à la JSK. L. B.

rappeler que les deux

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

15

Coup d’œil MCO-JSK

«Efficaces devant, soldes derrière, les deux clés de la réussite face au MCO»

L a JSK aura affaire à un gros morceau cet après-midi au stade du 19-Juin d’Oran.

Même s’ils ont traversé quelques perturbations cette semaine, selon les échos parvenus de la ville d’Oran, les Hamraoua, comme de coutume, sauront mettre de côté leurs soucis, le temps d’une rencontre qu’ils saisiront pour rattraper les descendants de la Jumbo-Jet qui les dépassent de quatre unités seulement au classement général. Les explications entre les deux teams ont toujours réservé des surprises avec de la qualité d’un jeu ouvert dont les vingt-deux acteurs ont toujours fait montre. Aussi, il ne faut pas perdre de vue que ce sont ces mêmes Oranais qui sont venus un certain 28 août 2009, lors d’une soirée ramadhanesque, pour imposer le match nul à la JSK, le seul faux pas concédé lors de la première manche à Tizi Ouzou. Alain Geiger, l’entraîneur de la JSK, a bien étudié son équipe tout au long de la semaine et plusieurs formules ont été utilisées afin de mettre en place un schéma tactique répondant à la nature du match d’aujourd’hui. Le technicien kabyle a longuement insisté sur les lacunes enregistrées lors de la précédente rencontre que la JSK a livrée hors de Tizi Ouzou. C’était face aux Harrachis. Ce jour- là, le Suisse avait reconnu que compartiment défensif était passé à côté de la plaque avec des erreurs monumentales qui avaient coûté à la JSK la défaite. «Face à l’USMH, j’ai noté beaucoup d’erreurs que ce soit collectives ou individuelles dans notre camp défensif, ce qui a fait l’affaire de notre adversaire. Lorsqu’on est appelés à défendre, il n’est pas permis de jouer avec la balle dans la surface», a dit Geiger lors de l’entrevue qu’il nous a accordée avant-hier au siège de la JSK. Le technicien suisse a vite détecté la faille et a apporté plusieurs correctifs qui permettront à la JSK de s’imposer face au NAHD. Il reste maintenant à Coulibaly et ses partenaires de rester durant les quatre-vingt-dix minutes de la partie de cet après-midi face au MCO sur leur garde tout en espérant que le compartiment offensif fasse preuve de lucidité, surtout d’efficacité. Comme l’a laissé entendre le technicien suisse : «Il faut vraiment imposer sa solidité en défense, ça ne veut pas dire qu’on ira jouer la défensive, loin de là. Au moins, préserver nos buts. Même si on rencontrera des difficultés à marquer face à Oran, on aura gagné un point, mieux que rien.» Ce message, les Canaris l’on bien saisi. Leur objectif à présent est de gagner ce match pour aller en Gambie dans la peau du coleader.

LesCanarisàl’assautd’ElHamri

dans la peau du coleader. LesCanarisàl’assautd’ElHamri L a JSK affrontera cet après-midi la for- mation oranaise

L a JSK affrontera cet après-midi la for- mation oranaise du MCO au stade Bouakeul. On ne peu parler du match à l’extérieur sans avoir à l’esprit les mau-

vais résultats enregistrés cette saison en dehors de la maison où la JSK n’a récolté que 3 points sur 27 possibles. C’est dire que pour les Canaris, cette rencontre est caractérisée par plusieurs enjeux. Pour certains, ce match pourrait être celui du déclic à l’extérieur qui tarde à venir. Nul

doute que seul la victoire pourrait maintenir la position actuelle de la JSK dans le haut du ta- bleau. En second lieu, les Canaris ont besoin de retrouver leur moral, mais aussi la confiance hors de leurs bases. Notamment la veille du dé-

part vers la Gambie, pour affronter les FAG en ligue des champions. En troisième lieu, les Ca- naris veulent à tous prix prendre leur revanches par rapport au match aller qui avait vu le MCO venir imposer le nul aux Kabyles dans leur jar- din du 1er Novembre. De son côté, le technicien suisse, Alain Gei- ger, a axé beaucoup plus son travail sur le com- partiment défensif. En effet, après avoir observé la prestation de son équipe face à l’USMH, Gei- ger a jugé utile de renforcer ce compartiment de jeu, car il fut le maillon faible. Avec le retour de Coulibaly dans l’axe, cela devrait redonner une meilleure assise derrière. Pour ce qui est de l’attaque, là aussi le bilan n’est pas très satisfai-

sant. A l’extérieur, les attaquants kabyles n’ont réussi à marquer que 4 buts seulement. Un chif- fre très faible pour une équipe qui joue les pre- miers rôles. A ce niveau aussi, le nouveau responsable du staff technique n’est pas resté les bras croisés en testant certaines variantes comme par exemple aligner Aoudia et Hamiti ensemble avant de les essayer séparément, histoire de voir quelle for- mule pourrait pour faire tomber la citadelle d’El Hamri et rentrer à Tizi avec un résultat probant, à même de permettre au groupe de jouir d’un bon moral en prévision de son entrée en lice en Ligue des champions. Abdelatif Azibi

Coulibaly

«Il est temps de gagner en déplacement»

Remplaçant lors des deux premières journées de cette phase retour du championnat, Idrissa Coulibaly a pu reprendre sa place après le faux pas enregistré face à l’USMH. Le défenseur malien fait du match d’aujourd’hui un défi, histoire de revenir avec la première victoire à l’extérieur de la saison.

Comment se présente pour vous cette rencontre face au MCO ?

Je dirai, avant tout, que ce match sera très difficile. La formation du MCO n’est plus à présen- ter. Ils n’ont réalisé que de bons résultats à domi- cile. Je pense que cette rencontre sera carac- térisée par beaucoup

ment physique et s’annonce très serrée. D’une part, le MCO voudra préserver son invincibilité, et de l’autre nous tâcheront de réaliser notre première victoire de cette sai- son en dehors de la maison. Les mauvaises prestations de la JSK à l’extérieur ne vous inquiè- tent-elles pas? Bien sûr qu’il y a de quoi s’en in- quiéter. Nul doute que nous sommes fragiles à l’extérieur. De plus, et contrairement à ce que pensent certains, ce n’est pas le souci des défenseurs seulement. L’ensemble des joueurs sont concerné par ces mauvais résultats. Par contre, ce qui caractérise notre groupe, c’est que les joueurs sont conscients de la situation. Comment avez-vous perçu votre statut de remplaçant, face au CABBA et l’USMH ? Je n’ai pas grand-chose à dire à ce sujet. Même si cela m’a quelque peu déçu, je reste convaincu que ma relégation sur le banc n’est pas en rapport avec ma forme physique. C’est seulement un choix tactique de l’entraîneur que je dois de res- pecter. Cela m’a redonné une se- conde source de motivation afin de reprendre ma place. Chose que j’ai pu réaliser lors de la précédente rencontre face au NAHD. Après la défaite face à l’USMH, tout le monde a réclamé votre retour, y compris le prési- dent Hannachi, quel effet ça vous fait ? Ca fait, bien évi- dement, plaisir. Mais je dirai que je suis un joueur qui ne fait pas de calculs. Je mouille le maillot lorsque je suis sur le terrain,

je n’ai qu’une seule envie, c’est de ga- gner. C’est pour vous dire que ce n’est pas ce statut de remplaçant face au CABBA et l’USMH qui a remis mes compétences en question. Maintenant que j’ai repris ma place dans l’axe, je me dois de donner da- vantage pour aider mon équipe. Comment comptez-vous réagir pour stopper cette série noire à l’extérieur ? Je pense qu’avant toute chose, on doit avoir du caractère. Comme je l’ai dit précédemment, les joueurs sont conscients de la situation. Maintenant, on doit poursuivre le travail sur le terrain. Chacun d’en- tre nous doit mouiller son maillot. Nous avons affaire à des formations qui se donnent à fond lorsqu’ils af- frontent la JSK. C’est pour cela que l’on doit rester vigilants. Qui qu’il en soit, il est plus que grand temps qu’on réapprenne à gagner en dé- placement Un nul arrangerait-il vos affaires ? Il faut viser plus haut. Moi je reste convaincu qu’on est capables de re- venir avec une victoire pour créer le déclic. Dans le cas où cette mission s’avèrerait compliquée, il est clair qu’on se contentera d’un nul. Le plus important pour nous, c’est de ne pas encaisser de but. Le match de la Ligue des cham- pions face au FAG, vous y pensez ? Oui, d’autant plus que nous joue- rons à l’extérieur. De plus, nous n’avons pas beaucoup d’informa- tions sur notre adversaire. Dans ce genre de compétition, l’important est de gérer au mieux le déplace- ment, en attendant de faire le plein à domicile. Cela ne risque-t-il pas de vous perturber pour le match de demain ?

Non, je ne le pense pas. Nous avons appris à gérer match par match. Même le staff technique ne nous a pas parlé jusque-là de la Ligue des champions. On en discu- tera à la reprise des entraînements. Mais pour l’instant, on ne pense quau MCO.

Entretien réalisé par Abdelatif Azibi

Belkalem : «Faire preuve de plus de concentration»

«Je crois qu’il s’agit d’un problème de concentration, nous fournissons une belle prestation à domicile, mais à l’extérieur on se fait avoir. Chose que nous avons du mal à expliquer. En tout cas, nous avons beaucoup travaillé cet aspect durant les deux dernières semaines depuis le revers subi face à l’USMH. Si nous appliquons tout ce qu’on a fait durant les entraînements, les Oranais ne pourront pas passer la muraille. Il faut rester concentrés du début jusqu’à la fin de la partie», a affirmé l’axial Essaïd Belkalem qui, sans surprise, évoluera aux côtés de Idrissa Coulibaly.

20 joueurs convoqués

Si pour le dernier match qu’a joué la JSK à Mohammadia face à l’USMH le staff technique a retenu uniquement 18 joueurs, hier Geiger a convoqué 20 où figure cette fois-ci Chemseddine Nessakh qui signe sa première convocation à la JSK, ce qui le conduit dans sa ville natale, Oran. A. S.

d’enga- ge- Lyès A.
d’enga-
ge-
Lyès A.
16
16

Le Buteur n° 1106 Samedi 6 février 2010

 

Coup d’envoi ASK-CRB

 

ASK-CRB aujourd’hui à 14h30

 

Sept joueurs absents face à l’ASK

 
 

Pour une première victoire en déplacement

Pour une première victoire en déplacement

En dépit des efforts déployés par le staff technique pour préparer de la meilleure man!re qu’il soit le match face à l’ASK, le CRB sera amoindri ce samedi par l’absence de plusieurs éléments pour différentes raisons. A commencer par Mebarki, Herida et Boussehaba qui

sont blessés. Ce dernier, souffrant d’une légère blessure au niveau de la cuisse, a souhaité vraiment prendre part à cette confrontation, finalement le médecin du club a jugé utile de le ménager pour lui éviter le risque de voir sa

cette confrontation, finalement le médecin du club a jugé utile de le ménager pour lui éviter

blessure se compliquer. Idem pour Mebarki qui sera contraint de prendre son mal en patience avant de retrouver la compétition. Quant à Herida, il savait pertinemment qu’il n’allait pas prendre part à cette rencontre, lui qui est en train de soigner sa blessure au niveau de la cuisse. Quant à Bendahmane et au

 

B énéficiant d’une mini-trêve suite

au report de leur rencontre face

chaîner par une série de bons résultats. Je suis persuadé qu’une bonne opération à El

gner en manquant de nombreuses occa- sions de but. Le Chabab aurait pu gagner ces rencontres sans que personne ne crie au scandale, n’était le manque de réussite face au but qui a fait défaut à l’équipe sans pour autant parler des erreurs défensives qui ont coûté cher aux Rouge et Blanc.

Il demande à ses joueurs de rester concentrés

Pour montrer l’intérêt qu’il porte à cette confrontation, le coach du Chabab a demandé à ses joueurs de rester concen- trés sur leur sujet durant toute la rencon- tre, afin de pourvoir réussir un bon résultat face à l’ASK. Ce dernier est per- suadé que si son équipe parvient à réaliser une victoire, cela provoquera sans aucun doute le déclic tant attendu depuis le début de cet exercice.

portier Sid Ahmed Fellah, ils sont tout simplement

l’ESS, les Belouizdadis ont tenu

préparer convenablement le

match qui les opposera aujourd’hui à l’ASK. Bien que la mission du CRB s’an- nonce difficile face à une équipe qui joue pour sa survie parmi l’élite, les joueurs se déplaceront avec la ferme conviction de revenir avec les trois points de la victoire, car ils sont persuadés qu’ils ont les moyens de le faire, sachant que le CRB n’a réussi à gagner aucun match en déplace- ment depuis le début de saison et ce, contrairement au précédent exercice. C’est pour cette raison d’ailleurs que les

poulains de Henkouche veulent mettre fin à cette longue série de match sans vic- toire en dehors de leurs bases, tout en étant conscients que leur adversaire vou- dra confirmer le match nul réalisé la se- maine passée à Bologhine face à l’USMA. «La partie s’annonce difficile, mais nous al- lons tout faire pour gagner le match et en-

à

à

Khroub nous permettra de nous déplacer

en Libye avec un bon moral. Mais avant tout, nous sommes concentrés sur cette ren- contre et nous respecterons l’adversaire comme nous l’avons toujours fait», dira le capitaine d’équipe, Karim Mameri.

Henkouche optera pour l’offensive

Connu pour être un adepte du jeu of- fensif, le coach du CRB optera, comme à son habitude, pour l’attaque à outrance, car il sait que son équipe a un bon coup à jouer face à l’ASK. D’ailleurs, il a insisté durant toute la semaine auprès de ses joueurs sur la nécessité de jouer ce match pour la gagne. Henkouche ne veut en aucun cas revivre le même scénario de la phase aller, car le CRB avait fourni de très belles prestations face à l’ESS, au MSPB et le MCCE, sans pour autant parvenir à ga-

Saïbi

suspendus, au même titre que Berradja qui a encore deux matchs de suspension à purger. Alors que Bey, pour sa part, il a été sanctionné par le staff technique

à

cause de son absence au cours de la semaine.

Henkouche a déjà trouvé des solutions

Même si le CRB sera amoindri par l’absence de sept éléments, Henkouche a déjà trouvé des solutions, puisque la présence de Maâziz lui permettra de pallier toute absence en défense, lorsqu’on sait que ce dernier est un joueur polyvalent qui peut jouer à tous les postes défensifs. D’ailleurs, le CRB possède même une doublure pour le poste d’arrière gauche en la personne de Boukria qui postule pour une place de titulaire. Pour ce qui est de Bendahmane qui sera le grand absent du côté belouizdadi, l’entraîneur du CRB

a

choisi de titulariser Soumian Alex à sa place. Ce

dernier sera associé à Abou Lahmar qui est le joueur

 

K. M.

le

plus en forme actuellement, alors que l’animation

du jeu sera confiée à Aoued. L’absence de Boussehaba ne sera pas ressentie, notamment après le retour de Youcef Saïbi. D’autant plus que Boussehaba a perdu sa place dans l’équipe, lui qui est soumis à une rude concurrence avec la présence de Younès à laquelle est venue s’ajouter celle de Gherbi. Cela dit, Henkouche a en main les solutions nécessaires pour aborder ce match convenablement.

K.M

 

«J’auraisaiméparleràKerbadj au sujet de mon transfert»

au sujet de mon transfert» I l n’est un secret pour personne que l’attaquant du

I l n’est un secret pour personne que

l’attaquant du CRB, Youcef Saïbi, ne