Vous êtes sur la page 1sur 5

INFO-ESSENCES

BULLETIN SUR LES HUILES ESSENTIELLES

L'AVENIR DES EXTRAITS VÉGÉTAUX AU QUÉBEC :


IL N'EST PAS QUE DANS LES CONIFÈRES.

On connaît bien les huiles de conifères qui sont produites Les importations à l'échelle internationale sont d'environ
depuis de nombreuses années au Québec et sont un milliard de dollars. L’Europe de l'Ouest domine
commercialisées internationalement. On connaît moins, largement grâce à ses secteurs pharmaceutiques,
toutefois, le potentiel d'autres plantes qui pourraient être cosmétiques et de parfumerie. Le Canada arrive au 9ième
développées au Québec. Quelles sont-elles? Pour quels rang selon un classement international. Les grandes
marchés? Comment y accéder? régions importatrices d'huiles essentielles (millions de
dollars U.S.) sont:
Les produits Communauté européenne 412
Selon diverses études canadiennes, il y aurait une États-Unis 206
Japon 89
soixantaine de plantes qui pourraient être cultivées au Suisse 48
Canada. Sur ce groupe, la moitié des plantes sont déjà Asie 55
produites ou font l'objet de recherches pour améliorer leur Hong Kong 40
Brésil 19
potentiel commercial. Pour le Québec, on en compte 27, Corée du Sud 18
dont une bonne partie a déjà été expérimentée; une Canada 18
quarantaine de producteurs ont tenté des expériences dans Australie 10
ce domaine depuis plusieurs années. Voici ces 27 (Source: International Trade Centre (ITC), Market Research
on Essential Oils, Genève, 1993).
plantes:
Achillée Ciboulette Menthe verte Selon les données de Statistique Canada, les importations
Aneth Coriandre Onagre d'huiles essentielles auraient été de 12,3 millions de dollars
Angélique Digitale Persil
Basilic Estragon Pissenlit en 1992. Il faut aussi prendre en compte les plantes
Bourrache Fenouil Romarin fraîches, séchées et les extraits pour un montant de 19
Camomille Ginseng Raifort millions de dollars, ce qui fait un total de 31,3 millions de
Carvi Luzerne Sarriette
Céleri Marube Sauge dollars.
Cerfeuil Menthe poivrée Thym La consommation mondiale est de l'ordre de six milliards
(Source: Enquêtes Legault, Grysole et Associés, Inc.) de dollars dont près de 70% est absorbé par une dizaine de
Les marchés grands groupes internationaux tels que International
Le commerce mondial des huiles essentielles donne une Flavours and Fragrances (IFF), Givaudan-Roure, Quest,
indication de l'importance économique de ces produits. Tagasago, Haarmann and Reimer (H&R), Firmenich, PFW

NUMÉRO 2 1 JUIN 1996


(division d’Hercules), Bush Boak Allen (BBA), Dragoco, Le support scientifique
Florasynth et Hasegawa. Le 30% restant est composé Au Québec, un nouveau producteur d’extraits de plantes
d'une multitude de PME qui se spécialisent dans les peut compter sur un réseau important de scientifiques qui
préparations pour l'industrie alimentaire, les fabricants de peuvent aider à trouver des solutions efficaces aux
produits naturels, de produits homéopathiques, etc... problèmes reliés au choix de variétés, aux pratiques
Pour un nouveau producteur, il existe plusieurs dizaines culturales et aux procédés d’extraction et de distillation:
d'entreprises québécoises (1) susceptibles de présenter des 1)MAPAQ - service de recherche en phytotechnie:
débouchés, soit au niveau fabrication, distribution ou productivité et qualité des productions végétales, 4 stations
grossiste, dont plusieurs sont branchées sur le marché de recherche, 7 laboratoires.
international: MAPAQ - station de recherche en phytotechnie de St-
Produits Nombre d'entreprises Hyacinthe: ravageurs et maladies, 3 stations de recherche,
Huiles essentielles 16 4 laboratoires.
Produits d'algothérapie 4
2)Agriculture Canada - station de recherche de St-Jean-
Produits homéopathiques 11
Produits naturels 23 sur-Richelieu: plantes aromatiques, huiles essentielles.
Produits de phytothérapie 15 Agriculture Canada-centre de recherche et de développement
Suppléments alimentaires 23
alimentaire de St-Hyacinthe: extraits, arômes, ingrédients.
(1): Répertoire de l'industrie des produits naturels,
Ministère industrie,commerce,sci.et tech.(MICST), 1992. Agriculture Canada-station de recherche de Ste-Foy:
physiologie et biochimie des plantes.
La mise en marché 3)CRIQ: procédés d’extraction et de distillation.
Les utilisateurs ou distributeurs québécois constituent une 4)Université Laval - centre de développement de
bonne base de départ pour évaluer l'intérêt du marché, les l’agro-biologie: agriculture biologique.
prix et les conditions d'entrée. Pour ceux qui aimeraient 5)Université McGill - campus McDonald: évaluation
explorer le marché international, quelques grandes foires se organoleptique, chimie des arômes.
tiennent à travers le monde. Elles ont une envergure telle 6)UQAC(Chicoutimi)- LASEVE: extraction,
que tout nouveau producteur y trouvera une foule de valorisation, analyse et contrôle de qualité des huiles
renseignements et de contacts d'affaires: essentielles.
7)UQAM (Montréal) - IAF: microbiologie.
ANUGA World Food Market Exhibition 8)Université de Montréal - institut de recherche en
Cologne, Allemagne biologie végétale: modifications génétiques.
SIAL Salon international de l'alimentation
Paris, France Auteur:Jacques Grysole,
Food Ingredients Maarsen, Pays-Bas tél.: 514-274-2641
télécopie : 514-274-4247
IFTEC International Food Technology
Exposition and Conference,Chicago,
États-Unis.
COSMOPROF Milan Italie

NUMÉRO 2 2 JUIN 1996


LES NORMES, D’OÙ VIENNENT-ELLES?

Le producteur d’un produit d’origine végétale qui désire vendre celui-ci est amené, à un moment ou à un autre, à aborder le
marché international et donc à faire en sorte que son produit soit acceptable sur ce marché, c’est-à-dire qu’il réponde à des
normes, des standards de qualité.
Il existe des normes internationales que l’on nomme ISO (du grec “isos” signifiant “égal”). Cette organisation
internationale de normalisation est une fédération mondiale de 100 pays environ, à raison d’un organisme par pays comme
l’AFNOR (association française de normalisation) en France, l’EOA aux États-Unis, etc... Le secrétariat central de l’ISO est
à Genève mais les travaux techniques sont très décentralisés (2700 comités). Tous les domaines sont traités, il y a 211
rubriques comme par exemple les récipients métalliques légers (#52), les huiles essentielles (#54), la qualité de l’eau (#147),
etc...
À partir d’un consensus volontaire au niveau des fabricants, utilisateurs, laboratoires et gouvernements on élabore une
solution globale satisfaisant l’industrie et le client. Il y a donc trois phases dans l’élaboration d’une norme ISO:
1) un secteur de l’industrie fait part d’un besoin à un comité membre national (comme AFNOR) qui soumet le projet à
l’ISO. Si le besoin d’une norme internationale est retenu, des experts des pays intéressés définissent l’objet technique de la
future norme.
2) phase de recherche de consensus (cette norme s’applique à...)
3) approbation formelle (75% des membres votants).
Ici au Québec, il existe des normes BNQ (bureau de normalisation du Québec) élaborées par le ministère de l’industrie et du
commerce en 1977. Les normes 5256-001 à 5256-010 traitent de l’échantillonnage, l’emballage, la détermination des
caractéristiques physiques, etc. des huiles essentielles, alors que les normes 5256-500, 510 et 520 traitent respectivement des
huiles essentielles de cèdre, de sapin baumier, et d’épinette.
Au niveau fédéral, il existe un conseil canadien des normes qui oeuvre dans divers domaines comme l’alimentation, les
cosmétiques, etc... Par contre il n’existe pas de normes détaillées sur les huiles essentielles, comme celles produites par
l’AFNOR, en France par exemple.
C’est bien sûr que la production d’huiles essentielles canadiennes est moins importante et plus récente que celle de l’Europe,
mais il serait quand même sage de penser à développer nos propres normes pour les huiles essentielles, autres que les
conifères, produites au Québec ou ailleurs au Canada. Pour une production qui va en grandissant, cet instrument qu’est la
norme prend de plus en plus d’importance.
France-Ida Jean
Références:
Garry R.P., Chalchat J.-C., La qualité des produits naturels, Actes du Colloque St-Jean-sur-Richelieu, 1995.
AFNOR, Huiles essentielles-recueil de normes françaises, Paris,1989.

NUMÉRO 2 3 JUIN 1996


FICHE-RÉSUMÉ
CÈDRE DE L'EST , famille des Cupressacées.
Thuja occidentalis L., thuya occidental.

Cet arbre, d’environ 50 cm de diamètre pouvant atteindre 16 m de hauteur, est faussement dénommé cèdre; en réalité c’est un
thuya, le vrai cèdre est un arbre complètement différent qui ne fait pas partie de la même famille. Les feuilles du thuya sont
en forme d'écailles d'un vert jaunâtre et il dégage une odeur caractéristique. Cet arbre pousse bien sur toutes sortes de sols,
mais il préfère les sols calcaires et humides. On le retrouve en peuplements purs, mais aussi avec des résineux et des
feuillus. Le bois est odorant et léger, facilement fendable et réfractaire à la pourriture. On distingue deux variétés de cèdre de
l’est: le cèdre dit de “montagne”, qui pousse sur des terrains secs et fournit une moins grande quantité d'huile, et le cèdre dit
de “marécage”. Ce dernier fournit de bons rendements et une huile riche en thujone. La distillation des feuilles et des
rameaux donne une huile d'aspect liquide, incolore ou jaunâtre, ayant une odeur de camphre et de sauge. L'huile essentielle
du thuya occidental doit répondre à la norme québécoise BNQ 5256-500 et à la norme américaine EOA No.86, dont les
paramètres physiques sont les suivants:
- densité (25°C): 0,910-0,920;
- indice de réfraction (20°C): 1,4560-1,4590;
- pouvoir rotatoire (20°C): -14 ° à -10°;
- solubilité : 1 volume dans 3 volumes d'éthanol à 70% ;
- teneur en cétones, calculée en thujone: un minimum de 60 %.
Les produits importants retrouvés sont l'α-thujone (42,5 à 56,7%), la β-thujone (6,8 à 12,2%) et la fenchone (6,2 à 13,0%).
Généralement, le rendement obtenu pour la production commerciale est de l'ordre de 0,6 à 1,0%. Le rendement dépend de
plusieurs facteurs dont, entre autres, l'âge de l'arbre, la saison, l'exposition au soleil, et la façon dont est placé le feuillage
dans la cuve à distiller. Les rendements les meilleurs sont obtenus en février et mars, et les plus faibles du milieu de juin à
septembre.
Applications: l'huile est utilisée en parfumerie pour des nuances sèches en citron et pour des compositions boisées. Le
thuya est très employé dans la médecine populaire et la pratique indienne. On dit qu’il éloigne certains insectes comme les
mites, ce qui se vérifie par l’utilisation traditionnelle des coffres et des garde-robes de cèdre pour la protection des vêtements.
Hélène Gagnon

APERÇU DE L’AROMATHÉRAPIE
L'aromathérapie est l'utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. C'est une "chimiothérapie" naturelle qui
repose sur la relation existant entre les composantes chimiques des huiles essentielles et les activités thérapeutiques qui en
découlent. Elle s'appuie sur une méthodologie précise et des données scientifiques solides, confirmées tant par la clinique
que par le laboratoire. À condition d'utiliser des huiles essentielles "authentiques" et à condition de les utiliser correctement,
on peut obtenir des résultats remarquables souvent impossibles à obtenir autrement.
Pour être utilisées en aromathérapie, les huiles essentielles doivent répondre à des normes très élevées et offrir une triple
garantie au niveau de la récolte, du mode d'extraction et du contrôle de qualité du produit final. En voici un résumé:

NUMÉRO 2 4 JUIN 1996


1. La récolte insomnie, anxiété, fatigue.
- Culture biologique ou cueillette à l'état sauvage 5-Endocrinorégulatrices pour traiter syndrome pré-
- Espèce botanique certifiée menstruel, ménopause, infertilité, hypo et hyper-thyroïdie,
- Plantes saines seulement impuissance.
- Stade végétatif approprié (avant, pendant ou après la 6-Vasculotropes et hémotropes pour traiter varices,
floraison) hémorroïdes, phlébite, athérosclérose, hypertension.
- Moment de la journée approprié 7-Antitumorales et antileucémiques pour traiter certains
- Mode de cueillette (manuel) cancers et leucémies.
- Provenance 8-Digestives pour traiter dyspepsie, indigestion, nausées,
2. Le mode d'extraction insuffisance hépatique.
- Distillation à la vapeur, à basse température, à basse 9-Cicatrisantes et antihématomes pour traiter acné,
pression et de longue durée cicatrices, brûlures, vergetures, hématomes.
- Partie de la plante distillée clairement identifiée 10-Toniques et stimulantes pour traiter fatigue,
- Alambic en acier inoxydable épuisement.
- Totum aromatique (totalité des molécules aromatiques) 11-Thermorégulatrices pour traiter fièvre et
3. Le contrôle de qualité du produit final refroidissements.
- Odeur, couleur, saveur 12-Néphrostimulantes pour traiter n é p h r i t e , o e d è m e ,
- Densité spécifique intoxication.
- Points d'ébullition et de congélation 13-Litholytiques pour traiter calculs biliaires et rénaux.
- Indice de réfraction Quel que soit le problème de santé, les huiles essentielles
- Déviation de la lumière polarisée peuvent contribuer à le résoudre surtout quand elles sont
- Solubilité dans l'alcool employées dans le cadre d'un programme global de soins et
- Chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de accompagnées d'une hygiène de vie cohérente.
masse
- Définition des chémotypes (races chimiques) Auteur: Maurice Nicole, aromathérapeute
St-Lambert
Tél.: 514-923-9218 Fax:514-449-7270
Les huiles essentielles offrant cette triple garantie sont rares,
mais ce sont les seules capables d'assurer l'efficacité et Références:
l'inocuité des traitements à base d'huiles essentielles. Balaiche P., Traité de phytothérapie et d’aromathérapie,
Il existe environ 300 huiles essentielles distillées à des fins 1979.
thérapeutiques qu'on peut regrouper en 13 familles Franchomme P., Denoël D., L’aromathérapie exactement,
thérapeutiques bien définies: Roger Jollois éditeur, Limoges, 1990.
1-Anti-infectieuses et immuno-stimulantes pour traiter Buchbauer G., Jiroretz W., Plank C., Dietrich H.,
rhume, grippe, otite, vaginite, herpès... Fragrance compounds and essential oils with sedative
2-Anti-inflammatoires et anti-allergiques pour traiter effects upon inhalation, Journal of Pharmaceutical
arthrite, eczéma, fièvre des foins, asthme... Sciences, vol.82 (6), juin 1993.
3-Anticatarrhales (expectorantes, mucolytiques) et
lipolytiques pour traiter bronchite, sinusite, cellulite.
4-Neurotropes (antispasmodiques, antalgiques) pour traiter
crampes, torticolis, entorse lombaire, arthrose, migraine,

NUMÉRO 2 5 JUIN 1996