Vous êtes sur la page 1sur 5

LIBERTE

Lundi 17 octobre 2016

Supplément Sport

13

RAOURAOUA POURSUIVRA SES CONSULTATIONS AVEC DES TECHNICIENS ÉTRANGERS À PARTIR DE JEUDI EN EUROPE

Le nouveau coach national sera connu le 23 octobre

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

LE CLUB A DEUX JOURS POUR RÉGLER L’AFFAIRE NGOULA

La main ferme de la Fifa menace le MCA

L a Fédération internationale de football (Fifa) exerce une énorme pression sur la Fédération algérienne de football afin de régler tous les contentieux clubs-joueurs. L’instance qui gère le football mondial a déjà sévi en infligeant une

sanction au club de la Ligue 2, le MC El-Eulma, qui n’a pas tenu ses engagements envers son ancien entraîneur Rachid Malek. Sur or-

donnance de la Fifa, le club des Hauts-Pla- teaux s’est vu défalquer trois points. Cela a poussé la FAF à intervenir et à obliger les

clubs professionnels en litige avec des en- traîneurs ou des joueurs étrangers à régler le problème au plus vite. L’Algérie risquerait des sanctions encore plus lourdes, allant jusqu'à l’exclure des compétitions organisées par la Fifa. Dans ce même cas de figure, le Mouloudia d’Alger se retrouve dans une situation si- milaire. En effet, le club algérois avait reçu le 20 septembre dernier une correspondance de la part de la Fifa, qui oblige le MCA à ver-

de la part de la Fifa, qui oblige le MCA à ver- Par : MALIK A.

Par :

MALIK A.

ser 2,2 milliards à Patrick Ngoula en guise d’indemnités de libé- ration et de résiliation de contrat de manière unilatérale. La di- rection du vieux club algérois aura jusqu’au 19 octobre pour régler cette affaire au risque de se voir infliger une sanction, comme c’était le cas pour le MCEE. Ainsi, le MCA pourrait voir son capital points s’alléger de trois unités si rien n’est fait avant la date butoir, qui intervient dans moins de deux jours. La sanction peut aller jus- qu’à la relégation en Ligue 2, ce qui met la direction du vieux club algérois dans une situation très embarrassante. La direction du club algérois avait la possibilité de faire un recours auprès du TAS. Mais selon des sources proches du dossier, le club va pouvoir ho- norer ses engagements en bénéficiant d’un calendrier afin d’apu- rer ce problème financier. “Il n’y a pas de décision sans appel. Il y a toujours une possibilité de saisir le TAS. Dès que le club recevra la conclusion de la chambre de résolution des litiges, il aura 21 jours pour faire appel au niveau du TAS. Je suppose que le club le fera et

utilisera les arguments en sa possession. La preuve, je n’ai cessé de payer le joueur que lorsqu’il avait quitté le club. C’était la période de son abandon de poste”, avait déclaré l’ancien président du MCA, Achour Betrouni, dans une interview accordée à Liberté. Ce n’est pas le seul problème auquel est confronté le doyen des clubs al- gériens. Il y a également le club de Sedan qui réclame 150 000 eu- ros d’indemnités de formation. Mais c’est une autre affaire qui se règle à l’amiable. Pour ce qui est du Brésilien Roberson, la situation semble favorable au MCA. Le joueur est en abandon de poste, et l’ancien patron du club nous a indiqué qu’il était payé au même titre que les autres joueurs avant sa “disparition”. Sans avertir personne, il a pris ses affaires et a quitté le pays. “C’est un abandon de poste, et j’ai fait le nécessaire pour constater sa situation envers le club. Un cas pareil, c’est au Mouloudia de déposer plainte contre lui. Il n’y a pas d’affaire Roberson”, a-t-il souligné.

M. A.

14

Supplément Sport

Lundi 17 octobre 2016

LIBERTE

ACTUALITÉ

APRÈS AVOIR NÉGOCIÉ SEREINEMENT LE DERBY KABYLE

Le MOB dans le bon couloir avant le TP Mazembe

n Auteur d’un nul mérité à Tizi-Ouzou face a la JSK, le MOB peut à présent se tourner vers son prochain challenge qui est la finale de la Coupe de la CAF face au TP Mazembe qui aura lieu au stade Tchaker à

Blida le 29 octobre à 20h 30. “Ce match nul nous permettra à présent de préparer la finale de la Coupe de la CAF. Nous tâcherons de bien négocier ce rendez-vous afin d’honorer comme il se doit la région et le pays” dira l’entraîneur Sendjak au sortir de ce derby de la Kabylie. Ceci dit, les responsables du MOB qui aspiraient a une bonne préparation ont envisagé de faire un mini- stage en Tunisie afin disent-ils d’éloigner les joueurs de la pression que commencera à exercer le peuple” du MOB sur les joueurs. Néanmoins cette option semble ne pas tenir la route. Ce mini- stage sera certainement réalisé a

u centre de Sidi-

Moussa durant 8 jours avant le jour J de

cette finale historique pour

le MOB. “Le derby est à

présent oublié, place à la préparation du

TPMazembé car c’est une autre paire de manches. Nous devons bien nous préparer pour réaliser un bon résultat devant nos supporters qui j’espère seront très

nombreux à nous soutenir”.

À vrais dire, la

préparation du déplacement vers Blida à déjà commencé dans le milieu des Crabes. En effet, des bus sont déjà réquisitionnés par les fans et on murmure que même l’APC et la wilaya s’y mettront afin de garantir le voyage à un maximum de fans. Ainsi, le MOB qui aspire désormais écrire son nom dans cette compétition est en train de mettre tous les atouts de son côté. “Nous jouerons une finale historique, nous devons être à la hauteur. La concentration et une bonne préparation tactique sont la clé de ce premier match” avouera à ce propos le capitaine des Vert et Noir de la Soummam, Ferhat. Par ailleurs, cerise sur le gâteau avant cette finale africaine pour les Béjaouis, l'attaquant du MO Béjaïa, Morgan Betrangal est nominé pour le prix de meilleur joueur sur le continent africain 2016, selon la liste publiée par la Confédération africaine de football.

A. HAMMOUCHE

MOHAMED RAOURAOUA RÉPOND AUX CONSULTANTS DES CHAINES PRIVÉES

Les locaux, les jaloux et les vraies stars

L e président de la Fédéra- tion algérienne de football (FAF), Mohamed Raou- raoua, s’est exprimé concernant le déficit des joueurs locaux après que

des voix sont montées au créneau pour accuser la fédération d’être derrière cette marginalisation du
des voix sont montées au créneau pour
accuser la fédération d’être derrière
cette marginalisation du joueur lo-
cal. “Au jour d’aujourd’hui nous pos-
sédons un large et
Par : AHMED
IFTICEN
judicieux choix des
joueurs algériens
évoluant dans des

grands clubs euro- péens. Ceci dit, il y a des joueurs locaux à qui on fait appel à chaque fois en équipe nationale. Je m’adresse à ceux qui nous critiquent et nous accusent soi-disant de marginaliser le joueur lo- cal, qu’ils nous ramènent un Mahrez local, un Feghouli local, un Slimani lo- cal ou encore un Bentaleb et on fera avec eux une nouvelle équipe nationa- le. Il ne faut pas exagérer, et je dirais que c’est de l’ignorance de la part de certains de la valeur individuelle de chaque joueur. Je dirais même que ce sont des critiques qui sabotent notre

équipe nationale. Ceux qu’on sur-

nomme les joueurs émigrés sont plus nationalistes que certains Algériens d’ici. Ce qu’ils ont donné au pays, beau-

coup d’Algériens d’ici ne l’ont pas fait”, a justifié le premier responsable du foot algérien lors d’une interven- tion à la télévision algérienne.

“Je suis reconnaissant envers un seul entraîneur en Algérie, c’est le défunt Kermali”

Raouraoua dément également qu’il ne s’est jamais immiscé dans le travail du

staff technique. “Tout ce qui est tech- nique est propre à l’entraîneur. Au niveau de la fédération et en tant que responsable de cette instance, nous ne nous sommes jamais et au grand ja- mais immiscés dans le travail de l’en- traîneur. Ce dernier, et dès qu’il signe son contrat, est responsable. Nous, au niveau de la FAF, nous sommes respon- sables de l’organisation et de la logis- tique et tout ce qui entoure l’EN. Tout ce qui est technique est propre à l’en-

D.R.
D.R.

traîneur”, a-t-il expliqué, et d’ajouter :

“Le sélectionneur national convoque les joueurs en forme concernant le match qu’on va jouer, ce sont ses choix et je n’ai pas le droit de lui dicter ce qu’il doit faire ou pourquoi il a convoqué tel ou tel joueur.” Le seul technicien local va- lable à ses yeux reste le défunt Kerma- li : “Personnellement, je suis reconnais- sant envers un seul entraîneur en Al- gérie, c’est bien Abdelhamid Kermali que Dieu ait son âme, c’est le seul qui a offert à l’Algérie une coupe d’Afrique des nations.” Par ailleurs, Raouraoua n’a pas été tendre envers certains anciens joueurs : “Certains de ceux qui nous critiquent ne savent pas encore com- ment gérer une sélection nationale moderne, ils sont bloqués avec leurs idées des années 70 et 80. Il ne faut pas oublier que cette EN s’est qualifiée dernièrement à deux phases finales de Coupe du monde, il ne faut pas être in- grat envers cette équipe. Il y a des gens qui parlent de cette équipe nationale

alors qu’ils sont passés par là et n’ont récolté qu’un seul point en Coupe d’Afrique et n’ont pas réussi à travailler dans un club plus de 3 matches et n’ont pas le niveau de travailler ! Ils parlent comme si ils sont toujours des cham- pions alors que les vrais champions sont les joueurs d’aujourd’hui, les cham- pions ne sont plus ceux des années 80, mais plutôt ceux de 2016, c’est de la ja- lousie. C’est eux l’équipe nationale. Cer- tains sont même sans diplôme et n’ont même pas le droit d’entraîner en Ligue 1, chez nous, et osent nous critiquer. Qu’ils aient étudié d’abord !”

“Vahid Halilhodzic de retour ? Oubliez !”

Le premier responsable de la FAF a même évoquer l’ex-sélectionneur na- tional Vahid Halilhodzic que cer- tains ont donné de retour en Algé- rie : “Que ceux qui parlent du retour de Halilhodzic par exemple aillent le chercher eux même. Oubliez !”, avant d’enchaîner par rapport au nombre

important de sélection- neurs que la FAF a consommés ces dernières années : “Ce n’est pas propre à nous, c’est un phénomène mondial, après chaque grande com- pétition plusieurs nations ou clubs opèrent des chan- gements d’entraîneur ou de staff technique. Après la phase finale de la Cou- pe du monde, des fois plus que la moitié des entraî- neurs partent. En Coupe d’Afrique, la même chose. Lors d’un échec de quali- fication également. Vous n’avez qu’à voir ces der- niers temps combien de sé- lections africaines ont changé d’entraîneur !” Le successeur de Rajevac est soumis à un budget res- treint, avoue Raou- raoua : “On nous reproche de n’avoir pas ramené un grand sélectionneur.

Qu’on sache que ces grands entraîneurs coû- tent plus de 500 000 euros par mois, que ceux qui souhaitent voir ce genre d’entraîneur à la tête de la sélection na- tionale nous aident financièrement. Je suis incapable de recruter un entraî- neur qui exige 6 milliards de centimes par mois, c’est hors budget !” Raouraoua promet concernant le res- te de la compétition des éliminatoires de la CM 2018 : “Nous allons faire de notre possible et même plus pour at- teindre notre objectif et nous qualifier au Mondial russe de 2018. Nous sommes tombés dans un groupe com- posé de 3 mondialistes et d’un cham- pion d’Afrique, la mission n’est pas fa- cile, il y aura encore des matchs diffi- ciles, nous avons l’habitude de gagner des matches à l’extérieur et nous allons travailler pour ça. Les joueurs, le staff et la fédération sont tous conscients de la tâche qu’il faut accomplir.”

A. I.

ALORS QUE LA SUPERCOUPE AURAIT PU Y ÊTRE DOMICILIÉE

Le stade du 5-Juillet rouvrira ses portes pour le derby USMA-USMH

L e stade du 5-Juillet rouvrira ses portes à la fin du mois en cours après six semaines de fermetures

pour la pose d’une nouvelle pelouse en gazon naturel. En effet, l’opération pose d’une nouvelle surface en gazon naturel est presque achevée. C’est ce que nous a révélé hier M. Boussaâd, responsable de la société Végétale Design, chargée de la pose de la nou- velle pelouse. “L’herbe pousse de façon normal. Pratiquement, l’ensemble de la surface est couverte avec une nou- velle pelouse et je me réjouis car tout s’est passé comme nous l’avons souhai- té”, dira-t-il d’emblée. Et der révéler : “Normalement, le sta-

de sera prêt à la fin du mois. Une bon- ne nouvelle pour le football algérien. Il ne reste que quelques détails à régler”, fait-il savoir. Du coup, l’enceinte sportive du 5-Juillet pourra accueillir le derby USMA-USMH, prévu le 4 novembre prochain. Ceci dit, le com- plexe sportive du 5-Juillet ne pourra pas toutefois abriter la Supercoupe d’Algérie qui mettra aux prises le MCA avec l’USMA dans la mesure où la LFP a déjà tranché sur le lieu du dé- roulement du derby, à savoir le stade Mustapha-Tchaker de Blida à moins que l’instance du football décide de re- voir la programmation dudit ren- dez-vous.

D’ailleurs, même la rencontre Libye- Tunisie pourrait être délocalisée à Al- ger après les réserves émises par la Fé- dération tunisienne à propos de l’état du stade Zabana, désigné par la FIFA pour accueillir le derby maghrébin, comptant pour la deuxième journée des éliminatoires du Mondial 2018. Il est utile de rappeler que le stade a fer- mé ses portes au lendemain du der- by USMA-CRB pour la réfection de la pelouse. La nouvelle surface du complexe olympique est réalisée à par- tir d’une graine mélangé entre celle hollandaise et l’américaine qui don- ne d’excellentes pelouses. C’est la même semence plantée en Grande-

Bretagne, en Hollande et dans d’autres stades européens les plus réputés. Ouvrons une parenthèse pour dire que la graine ressemée est faite spécia- lement pour l’hiver. Rappelons qu’une autre opération est prévue en hiver ou bien au mois de mai 2017 pour un “scalp” de 50% avec la ressemence d’une graine “ber- muda” poussant dans tous les pays où la température moyenne est supérieu- re à 24°C, avec une pluviométrie éle- vée. Le climat méditerranéen convient bien au bermuda grass qui supporte un piétinement intensif.

N. T.

LIBERTE

Lundi 17 octobre 2016

Supplément Sport

15

ACTUALITÉ

RAOURAOUA POURSUIVRA SES CONSULTATIONS AVEC DES TECHNICIENS ÉTRANGERS À PARTIR DE JEUDI EN EUROPE

Le nouveau coach national sera connu le 23 octobre

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

L e président de la FAF, Mohamed Raouraoua, est depuis samedi à Libreville au Ga- bon pour assister

tirage au sort de la CAN 2017, prévu ce mercredi. Avant au Par : SAMIR
tirage au sort de la CAN
2017, prévu ce mercredi.
Avant
au
Par : SAMIR
LAMARI
d’atterrir
dans cet-

te ville, il avait fait une escale dans la

capitale française, Paris, où il

ses rendez-vous pour les re-

porter pour la fin de cette se- maine.

Y a-t-il un favori qui se dé-

gage ? “Non, pas pour l’ins- tant, même si je sais que

chaque journal en Algérie y va de son favori, et croyez-moi, j’ai même lu des noms aux- quels nous n’avons même pas pensé”, répond notre inter- locuteur qui précise même que “Raouraoua ne décide pas seul, puisque nous avons

donner un salaire de 5 ou 6 milliards à un entraîneur. La FAF fonctionne selon ses

moyens et ne débourse aucun

centime de l’État depuis 2009.

J’ai reçu 15 cv de techniciens

étrangers de haut niveau. Les gens sont très intéressés par l’EN. Ils savent qu’on a une équipe de haut niveau. On va engager un entraîneur qui connaît bien l’Afrique, qui est capable de gérer ce groupe de grands professionnels qui a

rencontré un certain

nombre de techniciens fran- çais dans la perspective de la nomination d’un nouvel en- traîneur national.

a

mis en place un comité res- treint ( Sadi, Zefzef et Man- souri NDLR) pour la nomi- nation d’un nouvel entraî- neur”. Ce dernier se réunira

la volonté de nous qualifier au Mondial”, a-t-il déclaré. Pour rappel, Raouraoua a déclaré la semaine précédente à l’ENTV au sujet du futur en-

Des techniciens comme Rol-

le

23 octobre pour trancher

traîneur : “Ce ne sont pas les

land Courbis, Alain Perrin,

concernant l’identité du suc-

africain pour y avoir travaillé

CV

qui manquent, il y a plein

Paul Le Guen, Rudi Garcia

cesseur de Rajevac.

de techniciens qui souhaitent

ont eu des entrevues avec Raouraoua pour défendre leurs candidatures, mais se- lon un membre influent du bureau fédéral, d’autres en-

La FAF insiste pour le re- crutement d’un entraîneur expérimenté, ayant une bon- ne connaissance du football

prendre en charge la sélection nationale, c’est eux qui nous sollicitent et non pas le contraire. Il y a une commis- sion qui débutera sa mission

traîneurs étrangers qui n’ont

et

de préférence un franco-

dès

aujourd’hui pour faire le

pas été cités par la presse

phone pour faciliter la com-

bon

choix, et cette fois-ci il est

ont rendu visite au premier

munication avec les joueurs.

important pour nous de trou-

responsable de la FAF. “Nous

La FAF ne compte faire des

ver

quelqu'un qui commu-

sommes encore à l’étape des premières consultations, d’autres sont prévues à partir de jeudi en Europe”, révèle notre source, qui précise que

folies pour recruter un nou- vel entraîneur comme l’a expliqué Raouroua sur le pla- teau e l’ENTV : “Nous ne pouvons pas recruter des en-

nique bien avec le groupe. Il est fort possible qu’il soit pré- sent avant la prochaine ren- contre face au Nigeria prévue le 12 novembre prochain.”

le déplacement au Gabon a forcé Raouraoua à suspendre

traîneurs à 400 ou 500 000 euros par mois. Je ne peux

 

S.

L.

LIMOGEAGES EN CASCADE EN SEULEMENT 7 JOURNÉES

Les entraîneurs étrangers n’ont plus la cote

I l n’y a finalement pas qu’à la FAF où l’en- traîneur étranger ne s’éternise pas ! Un ra- pide tour de table au buffet de la Ligue 1

nous rappelle, de la moins appétissante des fa-

çons, la boulimie grandis-

sante de nos clubs dit pro- fessionnels en matière de

consommations de tech- niciens non-algériens, en particulier fran- çais. À l’image d’un Jean-Michel Cavalli viré après une seule défaite en championnat au mo- ment où son équipe domine le classement, il n’est pas bon d’être entraîneur français ces der- niers temps en Algérie. Et ce n’est pas Alain Michel, libéré de son contrat au Chabab de Be- louizdad après une défaite à domicile face à un CSC sans staff technique, qui pourrait dire le contraire. À l’USMA, Cavalli n’a, d’ailleurs, ja- mais été unanimement adopté. Installé aux manettes de l’équipe professionnelle au len- demain du départ encore énigmatique d’Adel

Par : RACHID BELARBI

Amrouche, le Corse et ses choix ont été contestés à chaque production usmiste. L’amè- re défaite dans le derby de la capitale face au MCA aura, d’ailleurs, été sa première et der- nière sur le banc de l’Ittihad. La faute à une im- popularité record. Trop populiste, Alain Mi- chel a, en revanche, choisi par lui-même de quitter le CRB après s’être rendu compte de l’impossibilité de tenir ses engagements. Avant de voir ces deux techniciens sauter en l’espa- ce de vingt-quatre heures, un autre Français les a précédés en la personne de Sebastien De- sabre, l’éphémère entraîneur de la JS Saoura que le caractériel Mohamed Zerouati a limo- gé après seulement deux journées de cham- pionnat, le jugeant “pas à la hauteur” du chal- lenge proposé par la formation sudiste tout en lui reprochant de “n’être pas totalement concentré dans son travail à Béchar” en raison de supposés contacts avec une sélection afri- caine. Limogé à l’issue de la victoire face au

CSC, Desabre a même emporté avec lui dans ses bagages son compatriote et adversaire d’un jour, Didier Gomes, viré par le Chabab de Constantine en dépit d’un bilan honorable la saison précédente. Pourtant, le même De- sabre présente un CV en béton armé dont au- cun technicien du circuit national ne pourrait se prévaloir. Champion du Cameroun avec le Coton Sport de Garoua en 2013, champion de Tunisie en 2014 avec l’Espérance de Tunis, champion d'Angola en 2015 avec le Recreati- vo Desportivo Libolo, vainqueur de la coupe de Côte d’Ivoire en 2011 avec l’ASEC Mimo- sas, le Français chapeaute, depuis son limo- geage de la JSS, le prestigieux Wydad de Ca- sablanca au Maroc pour ce qui sera le 6 e cham- pionnat africain qu’il découvre. Et s’il a rem- porté quatre titres majeurs dans autant de championnats différents, Sébastien Desabre a été jugé “incompétent” et “pas à la hauteur” par le président d’un club créé en 2008 (la JSS), ce

qui confirme de la plus évidente des manières la véracité du “risque Algérie” pour tout tech- nicien étranger, quand bien même il aurait déjà fait ses preuves ailleurs. Son concitoyen Alain Michel en est, pour sa part, à son 5 e club en Al- gérie (MCA, MCO, JSMB, JSS et CRB) sans ja- mais rien remporter et sans jamais avoir pu re- bondir ailleurs, quand bien même dans un sous-côté championnat africain. Ce phéno- mène du rejet de l’étranger trouverait donc son explication dans un amalgame flirtant entre contexte difficile et incompétence avérée. Un contexte DZ rendu encore plus compliqué par l’amateurisme pénalisant de l’écrasante ma- jorité des présidents de clubs, doublé d’une in- aptitude criarde d’un bon nombre de techni- ciens venus monnayer leurs canulars dans un pays qu’ils découvrent, par mégarde, avec de vieux réflexes colonialistes qui finissent par causer leur perte.

R. B.

CRB

Alain Michel : “D’accord je reprends, mais….”

A lors qu’il ait annoncé après le match perdu face au CSC vendredi passé au stade du 20- Août 55 (1-2), qu’il est partant et que c’est une décision irrévocable pour lui,

vu les conditions de travail et l’entourage du club qui ne fa-

vorise pas à faire du bon travail, le techni-conditions de travail et l’entourage du club qui ne fa- cien français semble prendre du recul.

cien français semble prendre du recul. Il a eu une entrevue avec son président qui a

tout changé. En effet, Malek l’a convain- cu de rester au moins pour préparer l’équipe pour la rencontre de vendredi face à l’USMBA au stade du 20-Août. En effet, même si Michel que nous avions contacté hier, nous a affir- mé que rien n’est officiel, et ce n’est pas sûr qu’il soit sur le banc ce vendredi, mais ce qui est une certitude, il ne va pas laisser tomber le club dans ces conditions difficiles mais avec certaines conditions. “Rien n’a changé par rapport à ma position. Je veux

Par : SOFIANE MEHENNI

toujours partir, mais je dirai que c’est en stand-by. Dans la vie, il faut savoir rendre des services. J’ai de bonnes relations avec le président Malek. Il m’a demandé d’aider l’équipe dans ces conditions difficiles, je ne pouvais pas lui tourner le dos. J’ai tra- vaillé avec lui pendant deux années, et je n’ai jamais eu de pro- blème avec lui, il était toujours correct avec moi, et moi je ne suis pas un saboteur, je vais continuer à aider le club. Mainte- nant, si la donne changeait pour le bien de l’équipe, je resterai avec plaisir, j’ai des repères au CRB, mais si les personnes qui sabotent le club continuent à agir de la sorte, je suis vraiment désolé, je ne pourrais pas travailler dans ces conditions-là. L’équi- pe est dans une situation délicate, toutes les parties doivent s’unir et non se désunir et ce afin de trouver les solutions adéquates. C’est comme ça que ça se passe et pas autrement. Moi, je n’ai point de problème avec le président ou les joueurs, je demande

seulement que lors des matchs au 20-Août, on nous garantis- se un climat sain et surtout plus de sécurité. C’est tous ce que je demande”, nous a fait savoir Alain Michel qui a assuré la re- prise hier au centre d’hôtellerie et de restauration de Aïn Be- nian. Par ailleurs, La direction du Chabab de Bélouizdad a décidé de déposer plainte contre X, après le caillassage du bus, ven- dredi, juste après le match face au CSC. La direction du club a estimé qu’elle comprend la colère des supporters après une défaite à domicile, mais que cela justifie en aucun cas cette agres- sion, qui aurait pu coûter la vie à des joueurs. Le milieu de ter- rain Tariket a reçu un projectile sur le dos, heureusement que c’était plus de peur que de mal pour lui, et le joueur se porte mieux… Heureusement.

S. M.

16

Supplément Sport

Lundi 17 octobre 2016

LIBERTE

OMNISPORTS

SALAHEDDINE FILALI (DTN DE LA FÉDÉRATION DE BASKET-BALL)

“La super-division devrait démarrer le 28 octobre”

L e championnat de la su- per division A de bas- ket-ball n’a pas encore débuté. Nous sommes à la mi-octobre, et nos bas- ketteurs n’ont toujours

pas décidé de reprendre service mal- gré les assu-

rances du mi- nistre de la Jeu-

nesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, quant à la modification de l’article 6 qui stipu- le que les clubs amateurs n’ont pas le doit de payer les joueurs à partir des subventions de l’État. En effet, les ath- lètes exigent que cette loi soit publiée sur le Journal officiel, sinon ils me- nacent de passer à l’acte et ne plus re- prendre le championnat. Dans ce cas, on se dirigera vers une année sab- batique et le championnat de basket- ball n’aura pas lieu cette saison. “Le championnat des seniors messieurs (s uper division A) a été reporté pour la fin du mois. C’était prévu que le championnat débute début d’octobre, ensuite on l’a reporté pour le 15 du mois en cours, et là on l’a encore re- porté pour le 28 -29 octobre. Je pense

que le problème réside au niveau des athlètes, puisque la fédération et les présidents des clubs de la super divi- sion A veulent débuter le champion- nat le plus tôt possible, surtout qu’on est un peu en retard, vu les échéances qui attendent l’équipe nationale A, à savoir l’Afro- Basket, les Jeux isla-

nationale A, à savoir l’Afro- Basket, les Jeux isla- Par : SOFIANE MEHENNI D. R. miques,

Par : SOFIANE MEHENNI

D. R.
D. R.

miques, les Jeux méditerranéens et les qualifications pour le championnat d’Afrique. Aussi, au niveau des clubs, nous avons le CRBDB et le GSP qui sont concernés par le championnat d’Afrique des clubs. C’est une année charnière donc qui attend le cinq na- tional et ces clubs. Certes, je comprends que les athlètes aient peur pour leur dû et qu’ils veulent être régularisés afin de débuter le championnat, mais à mon avis, le ministre de la Jeunesse et des Sports a rassuré tout le monde en mo- difiant l’article 6 qui faisait polé- mique. Maintenant, les athlètes veu- lent un truc officiel et que ce fameux

article soit publié sur le Journal officiel, mais à mon humble avis, M. Ould Ali

a fait une déclaration officielle, il re-

présente l’État algérien, donc il ne peut en aucun cas parler dans le vide, c’est pour cette raison que j’appelle les ath- lètes à revenir à la raison et débuter le championnat à la fin du mois, déjà qu’on est en retard, on n’a pas de temps

à perdre. Les championnats dames et

messieurs B vont débuter ce week-end. Espérons que tout rentrera dans l’ordre concernant les seniors messieurs, sinon on risque de passer une année sabba- tique si les choses n’évoluent pas dans le bon sens”, dira Salaheddine Filali,

le DTN de la Fédération algérienne de basket-ball. En outre, comme le championnat va démarrer plus tard que prévu, la FABB va procéder aux changements de la formule de cham- pionnat, une formule plus allégée afin de permettre aux équipes natio- nales de bien se préparer pour les pro- chaines échéances. “Comme nous al- lons débuter le championnat en retard, nous ne pouvons pas jouer avec l’an- cienne formule, donc ça va être plus al- légé avec un championnat composé de seize équipes. Elles vont disputer 24 journées reparties en quatre tournois de trois jours, cela va donner le temps nécessaire aux sélections nationales de bien se préparer pour les prochaines échéances, c’est un programme ac- tualisé dans le sens des intérêts des clubs et des équipes nationales”, révèle M. Filali.Pour rappel, l'article 6 du dé- cret exécutif 15-74 du 16 février 2015, objet de contestation, devant être

appliqué depuis le mois de février der- nier, “interdit le changement de des- tination par le club amateur d'une sub- vention publique de l'État ou des col- lectivités locales sans l'accord express de l'administration chargée des sports sans en avoir informé et recueilli l'avis

de la collectivité ou de l'organisme ayant octroyé la subvention. Aucune rémunération ou indemnité, ou prime attribuée à un sportif du club amateur ne peut être puisée sur les subventions publiques de l'État ou des collectivités locales accordées au club sportif ama-

teur sous peine de sanctions prévues par la législation et la réglementation en vigueur”. L’article en question vient d’être modifié par la tutelle. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, a mis fin à cette af- faire qui a fait couler beaucoup d’encre, notamment lorsqu’on sait que l’article 6 empêche les clubs de puiser de l’argent de l’État, ce qui n’a pas été du goût des clubs des cham- pionnats de volley-ball, de handball et de basket-ball qui ont menacé de boycotter le championnat, quitte à passer une année blanche si l’article 6 n’est pas modifié, surtout que la plu- part des clubs n’ont aucune source de financement mis à part les subven- tions de l’État. “Je me suis réuni avec les représentants des clubs contesta- taires, et je peux vous dire qu’on est ar- rivé à un accord. J’ai transmis les pré- occupations de ces clubs au Premier ministre M. Sellal qui m’a promis de régler ce problème dans les plus brefs délais. Je peux rassurer nos clubs amateurs omnisports que tout est rentré dans l’ordre. Désormais, la compétition nationale de ces trois dis- ciplines va reprendre ses droits pro- chainement”, a affirmé le ministre de la Jeunesse et des Sports. Si le cham- pionnat de handball (dames et mes- sieurs) a repris ses droits, les cham- pionnats du volley-et de basket-ball (messieurs) sont toujours à l’arrêt.

S. M.

SPORT-MÉDECINE-SUIVI

Ould- Ali : “La nécessité de mécanismes de contrôle et de suivi sanitaires des athlètes et de lutte antidopage”

L ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali,

plaidé, samedi, pour une protection de la santé des spor- tifs par la mise en place de mécanismes de contrôle et de

suivi sanitaires des athlètes et de lutte antidopage dans le cadre de missions dévolues au Centre national de médecine sporti- ve. Dans un message adressé aux participants d’une rencontre

régionale sur la médecine sportive, organisée à Mostaganem, et lu par la sous-directrice chargée de la médecine sportive et de la lutte contre le dopage au MJS, le ministre a indiqué que ces mécanismes renforceront les textes d’application relatifs aux contrôles médicaux des sportifs en cours d’étude au niveau d’une commission spécialisée pour intégrer des contrôles médicaux spécialisés dans diverses disciplines au profit de sportifs à tous les niveaux de la compétition. “L’État a engagé d’importants moyens financiers pour le suivi médical des athlètes, notamment ceux de haut niveau. Le CNMS a bénéficié d’une unité de récu- pération et une autre spécialisée dans la rééducation fonction- nelle dotée de tous les équipements”, a rappelé le ministre, an-

e

a

MOHAMED BOUABDALLAH, PRÉSIDENT DE LA FAT

“Une académie de tennis verra bientôt le jour à Mostaganem”

n Lors d’une conférence de presse tenue au complexe des Sablettes à Mazagran, à la veille de la cérémonie d’ouverture du tournoi international de tennis qu’accueillait pour la première fois la ville de Mostaganem, le président de la Fédération algérienne de tennis (FAT), Bouabdallah Mohamed, a annoncé qu’une “académie de tennis verra bientôt le jour à Mostaganem”, avec sans doute l’appui officiel de la Fédération et le ministère de la Jeunesse et des Sports, sans toutefois donner plus de précision sur le lieu qu’abriterait une telle école de formation de tennis pour les jeunes catégories (minimes, cadets et juniors).

M. SALAH

nonçant la création à moyen terme de centres régionaux du CNMS. El Hadi Ould Ali a également souligné que son dépar- tement œuvre à créer des spécialités dans la médecine sporti- ve au niveau des facultés de médecine pour former des personnels pour combler le déficit ressenti en matière d’encadrement spé- cialisé. Il a également fait état des démarches entreprises pour ériger le CNMS en Centre hospitalier universitaire. Pour le mi- nistre, cette rencontre régionale “permettra d’évaluer et d’amé- liorer les connaissances, d’échanger les expériences, de coordon- ner entre le CNMS, en tant qu’instance de soutien aux activités physiques et sportives, et le staff médical activant au niveau des structures relevant du ministère de tutelle, des fédérations et des clubs sportifs”. De son côté, le DG du CNMS, Bouzroura Ameur, a insisté sur la nécessité d’une qualification des praticiens pour la prise en charge des sportifs dans différentes spécialités à toutes les phases de la compétition. Il a mis en exergue la nécessité de mettre à la disposition des clubs et des équipes des différentes disciplines

un encadrement qualifié en personnel médical et paramédical pour le suivi des sportifs. La chef du conseil médico-scientifique du CNMS a insisté, pour sa part, sur la coordination entre les cadres du monde sportif et le staff médical pour améliorer la qua- lité de prise en charge des athlètes. Elle a déploré le fait que des clubs et équipes sportives n’accordent pas d’importance au staff médical, ce qui entraîne des problèmes de prise en charge de joueurs blessés lors des compétitions. Pour elle, la présence de médecins pour le contrôle et le suivi permanents des athlètes est nécessaire au niveau des clubs et des fédérations. La direc- trice adjointe chargée du développement de la médecine du sport et lutte antidopage au MJS, Boussaïdane Farida, a annoncé que la wilaya d’Oran abritera un centre régional de médecine du sport qui couvrira 15 wilayas de l’Ouest et du Sud-Ouest. Lors de cet- te rencontre d’une journée, plusieurs communications ont été présentées par des spécialistes et praticiens. Des médecins du sport de 15 wilayas de l’ouest et sud-ouest du pays y ont pris part.

APS

TOURNOI INTERNATIONAL DE TENNIS (JUNIORS) DE MOSTAGANEM

L’Algérien Karim Bendjemaâ et la Tunisienne Mouna Bouzagrou vainqueurs

L’ Algérien Karim Bendjemaâ chez les garçons et la Tu- nisienne Mouna Bouzagrou (filles) ont remporté le titre du tournoi international de tennis juniors qui a pris fin,

samedi, au court Les Raquettes de la ville de Mostaganem. Ka- rim Bendjemaa a remporté la finale sur le score de 2 sets à zéro face à son compatriote Youcef Rihane. La Tunisienne a battu sur le même score la Marocaine Lilia Haddab. En finale double garçons, le duo composé de l’Algérien Youcef Rihane et du Français Sabri Bilal a battu par 2 sets à 0 le duo compo- sé du Tchèque Germain Yann et du Polonais Philip Kolzenis- ky. Dans la catégorie double filles, la première place est reve- nue au duo tunisien Bahri Firdaous et Mouna Bouzagrou. Elles ont pris le dessus sur les deux Marocaines Heddab Lilia et Zine

Nada avec un score de 2 sets à 1. La cérémonie de remise des prix s’est déroulée en présence du président de la Fédération algérienne de tennis (FAT), Mohammed Bouabdellah, et des autorités locales. Le président de la FAT a annoncé que cette manifestation sera officialisée et se déroulera chaque mois d’oc- tobre à Mostaganem. Il a également annoncé que la wilaya d’Aïn Defla abritera, du 29 octobre au 1 er novembre, le championnat national de tennis des catégories seniors messieurs et dames. Pour rappel, ce tournoi international s’inscrit au titre du ca- lendrier de la Fédération internationale de tennis. Il a réuni plus de 50 tennismen venus de 14 pays dont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, les États-Unis, l’Espagne, la France et le Canada.

LIBERTE

Lundi 17 octobre 2016

Supplément Sport

17

ACTUALITÉ

JS KABYLIE

Les joueurs réclament le départ de Mouassa

L es jours ou, plutôt, les heures de l’entraîneur Kamel Mouassa à la tête de la barre technique de la JS Kabylie semblent bien comptés et le der-

nier match nul à domicile face au MO Béjaïa du week-end dernier a placé bel et

bien le coa- ch sur un

siège éjec- table. En effet et dans un scénario si- milaire à celui de la sélection na- tionale lors de son dernier match nul face au Cameroun à Tchaker où les joueurs ont refusé de pour- suivre l’aventure avec le sélection- neur national, Milovan Rajevac, les joueurs de la JSK, dans leur majorité, ont clairement réclamé le départ de Kamel Mouassa tout en défendant leurs collègues Ziaya et Boualouidet menacés de libération. Tout s’est passé hier lors de la séan- ce de décrassage de la matinée pré- vue au stade du 1 er -Novembre.

Par :

AHMED IFTICEN

Alors que Mouassa attendait ses joueurs sur le terrain à 10 heures pour la séance d’entraînement, les joueurs ont préféré aller voir le président Hannachi dans son bu- reau. Les cadres de l’équipe, Asselah, Rial, Berchiche et les proches du coach comme Benkablia et d’autres joueurs ont clairement signifié au président Hannachi qu’ils ne tra- vaillent pas assez bien lors des en- traînement et que la méthode de Mouassa n’a pas porté ses fruits. “Il leur arrive même de s’ennuyer aux entraînements”, ont-ils dit à Hannachi. Autrement dit, les joueurs se spnt plaints auprès du président qu’avec Mouassa les choses n’avancent pas et qu’il est ap- pelé à trouver une solution avant qu’il ne soit trop tard. Une fois la doléance des joueurs écoutée, le président Hannachi a convoqué le coach Mouassa pour l’informer de la démarche des joueurs et s’expliquer avec lui tout

en écoutant la version du coach. Hannachi a d’ailleurs ordonné à Mouassa de ne pas diriger la séan- ce d’entraînement d’hier et laisser son adjoint Kheroubi s’en occuper. C’est, du reste, ce dernier qui a as- suré la séance de décrassage avec les joueurs qui ont remis tout de même leur tenue de travail pour rejoindre le terrain. Mouassa est rentré chez lui juste après avoir terminé la dis- cussion avec le président sans avoir eu le moindre contact avec les joueurs. Les informations parvenues de la ville des Genêts assurent que l’ave- nir du coach Mouassa sera connu au plus tard demain mardi et tout porte à croire que Mouassa ne di- rigera pas son équipe face à l’USM Alger le week-end prochain à Bo- loghine. Mouassa, après avoir res- ponsabilisé certains joueurs, s’est dit “prêt à partir si l’on juge que je suis le problème”. Tout sera clair dans les prochaines heures.

A. I.

D. R.
D. R.

USMA : TANDIS QUE CAVALLI ÉTAIT ABSENT HIER À LA REPRISE

Les supporters s’en prennent aux joueurs et annulent l’entraînement

L démission de l’entraîneur Cavalli n’a pas suffi à atténuer

a

la

colère des supporters usmistes. Ces derniers n’ont pas

tardé à réagir à l’occasion de la séance d’entraînement

d’hier programmée au stade Omar-Hamadi. Environ, une tren-

taine de supporters a accédé par la force à l’enceinte sportive d’Omar-Hamadi afin de demander

Par :

NAZIM T.

des explications aux joueurs à la sui- te de la défaite concédée face au MCA.

Furieux et dépités, ces fans complète- ment déchaînés ont pris place dans la tribune et n’ont pas raté l’occasion de faire entendre des vertes et des pas mûres aux joueurs. Ils les ont exhortés, en outre, à réagir et surtout à rem- porter la Supercoupe d’Algérie face au MCA, le 1 er novembre

E n raison de la suspension au- tomatique de l’arrière-gauche Chamseddine Nessakh à la

suite d’un avertissement pour contestation de décision de l’arbitre Mial lors de

récente

rencontre à

Batna, le staff technique du Mouloudia d’Oran sera contraint d’aligner une troisième défense différente en l’es- pace de huit journées de cham-

Par :

RACHID BELARBI

la

prochain. La situation a failli dégénérer, n’était l’intervention

des agents de sécurité qui ont contraint les fans à quitter le sta- de. Le calme est revenu par la suite, mais les joueurs, affectés psychologiquement, ont décidé d’interrompre la séance d’en- traînement. Il faut dire que ce n’est pas le premier accrocha- ge entre supporters et joueurs. Jeudi dernier, soit juste après

le derby, les joueurs ont été pris à partie par les fans à l’entrée

de l’École d'hôtellerie et de tourisme d’Aïn Benian où ils avaient passé la nuit. La reprise étant fixée pour hier, une séance d’en- traînement à été dirigée par le DTS du club, Belkacemi, en l’ab- sence de l’entraîneur démissionnaire Jean-Michel Cavalli. Ce dernier a décidé de faire l’impasse sur l’entraînement du jour pour se rendre à Oran afin de régler une affaire personnelle

MCO

Belatoui modifiera encore sa défense

certains automatismes et faire preu- ve d’une prometteuse solidité, la suspension de Nessakh, l’homme en forme du MCO en cette première partie de saison, a quelque peu faus- sé les calculs du staff technique mouloudéen, désormais obligé de re- courir à une solution de replâtrage dès la prochaine journée, face au NAHD au stade Zabana. Cette alternative est, du reste, toute trouvée en la personne de Benali Sa- lim, le transfuge du Mouloudia de

(Cavalli aurait un rendez-vous avec un responsable du MCO pour régler sa situation financière). N’ayant plus le moral, les Rouge et Noir vont préparer la prochaine sortie face à la JSK dans de mauvaises conditions en attendant la désignation d’un nouvel entraîneur. À ce titre, la direction du club s’active pour trouver un coach en mesure de redresser la situation. Des bruits ont circulé concernant l’éventuelle venue de l’ancien coach de l’USMA, Rolland Courbis, mais cette piste a été écartée par la direction du club, surtout que le technicien français serait en contacts avancés avec la Fédération chinoise de football. D’autres pistes sont explorées par la direction du club, nous dit-on.

N. T.

pionnat seulement. Avec comme arrière-garde de base, Helaïmia- Nessakh-Sebbah-Delhoum, le MCO n’a disputé que deux rencontres cette saison. Celle du prologue face au CRB puis celle de la 2 e journée face à l’OM. La blessure de Zineddine Sebbah a obligé, pour rappel, Belatoui à faire appel à Farid Belabbès qui s’est, de- puis, mué en titulaire. Et si cette charnière centrale Belabbès-Del- houm commençait à peine à avoir

Béjaïa qui n’a, pour l’heure, jamais vraiment bénéficié de la confiance d’Omar Belatoui. La faute à un excellent début de sai- son du titulaire sus-mentionné, Nes- sakh pour ne pas le renommer, aus- si bien dans un rôle défensif que dans des coups d’éclats offensifs comme en témoignent ses deux buts inscrits à Belouizdad et à Relizane qui ont valu au MCO d’empocher quatre points au passage. Ayant publique- ment réclamé du temps de jeu, me-

naçant au passage de quitter le club dès l’ouverture du marché hivernal des transferts, Benali aura, ainsi, une occasion inespérée de montrer ce dont il est capable dès vendredi face au Nasria. Un challenge qui, s’il venait à être relevé comme il se doit, lui assurerait même une pé- rennité à ce poste de la défense vu que Belatoui est connu pour ne pas changer une équipe qui gagne ou des éléments performants.

R. B.

ALORS QUE L'ÉQUIPE DE CHLEF S'EST CLASSÉE À LA 28 e PLACE DU TOURNOI

Les Allemands du Borussia Dortmund remportent la 14 e “Danone Cup”

T omber de rideau, hier, au Stade de France à Saint-De- nis, sur la 14 e édition de la Danone Nations Cup, où les Allemands du Borussia Dortmund ont remporté la fi-

nale du tournoi face au Japon aux tirs au but (3-1), score fi- nal 1-1. De leur côté, les benjamins de la sélection scolaire de

Chlef, qui ont représenté l'Algérie, ont été défaits, hier, face à la Chine (1-0)

et terminent ainsi à la 28 e place de ce tournoi mondial qui a regroupé 32 clubs et sé- lections issus de grandes nations de football telles que l'Alle- magne, le Brésil, l'Argentine, la France, le Mexique, les USA, l'Espagne, l'italie, l'Angleterre, le Japon, ou encore le Portugal alors que le continent africain était représenté par l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, l'Égypte, l'Afrique du Sud et le Sénégal. Avec six défaites concédées durant tout le tournoi face à la Po- logne (2-0), la Hollande (1-0) et le Japon (4-0) en poules, les jeunes Chélifiens ont été encore défaits en match de classement par le Portugal (3-2), la Belgique (4-0) et la Chine (1-0), mais ils ont puisé dans leur orgueil pour sauver l'honneur face à la formation italienne de l'AS Roma (2-0). Il est vrai que les jeunes Chélifiens ont mis tout leur cœur à l'ou- vrage, mais ils auront mesuré l'immense fossé qui les sépare

De notre envoyé spécial à Paris :

MOHAMED HAOUCHINE

des équipes étrangères qui bénéficient d'une politique efficiente en matière de formation footballistique, comme a tenu à nous le souligner le technicien algérien Boualem Laroum qui

a supervisé toutes les phases de qualification de la Danone Cup en Algérie et qui a accompagné l'équipe algérienne

à Paris.

“Le fait de voir des équipes du Brésil, d'Allemagne, d'Espagne, de France et du Japon vient nous rappeler que le football algé- rien est encore aux antipodes en matière de prise en charge des jeunes talents”, nous dira Laroum qui estime toutefois que “les

jeunes Chélifiens n'ont pas démérité dans ce tournoi où ils ont concédé de courtes défaites dans certains matches face à certaines sélections nationales aguerries, tout cela par manque de for- mation et par des carences dans le volet physique et le volume de jeu. Mais disons que ce tournoi aura été profitable à nos ga- mins qui ont tout à gagner dans ce genre de confrontations, sur- tout que la Danone Nations Cup regroupe chaque année quelque 2,5 millions de jeunes footballeurs à travers le monde et doit mériter une attention particulière dans notre pays”.

M. H.

IL ATTEND UN SIGNE D’ALGER

Le Graët insiste pour un amical Algérie-France

n Le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, a réitéré son souhait d'organiser un match amical entre l'Algérie et la France à Alger “dès qu'il y aura une ouverture”, dans une déclaration parue hier dans le journal L'Équipe. “Il est invraisemblable qu'on ne puisse pas organiser des matches contre l'Algérie, connaissant nos liens historiques”, a indiqué le président de la FFF, une dizaine de jours après une sortie médiatique similaire sur RMC. “Pour moi, dès qu'il y a une ouverture, on doit y aller. Il ne manque que l'accord de l'État algérien”, a-t-il ajouté. La France et l'Algérie ont joué le premier match amical de leur histoire le 6 octobre 2001, mais cette rencontre a été interrompue à la 76 e minute, après l'envahissement du terrain par des dizaines de personnes, alors que le score était de 4 buts à 1 en faveur des Bleus à Saint-Denis. Une rencontre de triste mémoire que les Fédérations algérienne et française semblent vouloir effacer à travers l'organisation d'un autre match amical.