Vous êtes sur la page 1sur 5
<a href=Avertissement. Bibliothèque de l'école des chartes Citer ce document / Cite this document : Avertissement .. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1840, tome 1. pp. 9-12 ; http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1840_num_1_1_444235 Document généré le 17/05/2016 " id="pdf-obj-0-2" src="pdf-obj-0-2.jpg">

Citer ce document / Cite this document :

Avertissement

..

In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1840, tome 1. pp. 9-12;

Document généré le 17/05/2016

<a href=Avertissement. Bibliothèque de l'école des chartes Citer ce document / Cite this document : Avertissement .. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1840, tome 1. pp. 9-12 ; http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1840_num_1_1_444235 Document généré le 17/05/2016 " id="pdf-obj-0-23" src="pdf-obj-0-23.jpg">

AVERTISSEMENT.

cette Bibliothèque mois Bibliothèque l'histoire ilproposons et Société , de spécialement etérudits. deque destiné le d'indiquer
cette Bibliothèque
mois
Bibliothèque l'histoire
ilproposons et Société , de
spécialement etérudits. deque destiné le d'indiquer
àsans sommes Chartes, 'onconvient ceLa EnL'histoire établie des recueil doute, d'avril École paraître
espérons tracé; de
faisant la un dernier
occuper ,l'École pour l'École
nationale
plan
cette
a nous
littérature
caractère
décidé
de explorer aux
que
spécialité,
n'oublierons
lal'École
,des
aujourd'hui
des
par
enpremière
travaux
nous
qu'elle
et Chartes
quelques
original, cependant
les
d'après
leChartes
les
avons
vaste
questions
qui
royale
publierait
anciens
de pas place leest ses les sera cru
héritage
mots
et , celle membres. un
premier
documents
ledans
devoir
des
etconsacrée
qui ,le
recueil
recommandera
sous
les
de but
s'yle que Chartes numéro nos nouveaux que adopter. cadre rattachent le
que
le périodique travaux, àoriginaux. titre
l'Ecole
moyen
l'étude
nous
que
de , de
La cefondée élèves
nous
nous
ùdes
devront,
âge recueil,
donnera
del'alten-
, Nous
nous
a audele-

P-

II

gué à nos bibliothèques

et

à

nos

archives , peut ,

sans faillir

à

l'esprit de son institution, s'occuper des débris de l'antiquité

classique. Heureux quand nous pourrons retrouver quelque fragment

de la belle latinité sur ces mêmes feuillets où sont consignés

l'histoire de nos pères et les premiers essais de notre littérature !

Nos travaux se diviseront naturellement en deux classes, selon

qu'ils appartiendront plus spécialement à la paléographie ou à la

critique. Dans l'une seront rangés les monuments inédits de toute

nature: fragments d'auteurs anciens, morceaux de la littérature

du moyen âge , poésies des troubadours et des trouvères ,

chroniques et histoires, chartes, diplômes, inscriptions, etc. , etc. L'autre

comprendra toutes les questions de critique historique ou

littéraire et de philologie; mémoires sur des faits peu connus ou

altérés; contrôle des assertions inexactes avancées par les historiens;

biographie de personnages importants et oubliés; restitutions

de textes corrompus; recherches sur les anciens dialectes de la

France, etc., etc. On trouvera aussi dans notre recueil des

renseignements sur les richesses des archives publiques ou

particulières ; des notices de manuscrits ; un compte rendu des publications

les plus

importantes pour l'objet de

nos

éludes ; la

mention des

découvertes utiles à la paléographie ou à l'histoire ; les actes

officiels intéressant l'École des Chartes ; enfin un bulletin

 

bibliographique.

En entreprenant

à nos

risques

et périls

la publication dont

l'Etat nous avait chargé par l'ordonnance du 11 novembre 1829,

nous voudrions tenir quelques-unes des promesses de cette

ordonnance, et réparer, autant qu'il

est en nous

du moins, le coup

fatal que son inexécution a porté à l'Ecole des Chartes.

Nous lui

avons emprunté le titre

de notre recueil pour

faire dès l'abord

connaître notre intention.

L'introduction naturelle de la Bibliothèque de l'École des

Chartes était une notice historique sur la fondation et l'objet de N

cette Ecole, sur ses phases diverses et sur la condition souvent

modifiée des élèves admis dans son sein. Celle que nous publions

Ill

a été adressée par nous à M. le Ministre de l'Instruction publique

en môme temps que

nous

lui avons fait connaître l'existence de

notre société, et dans le but d'appeler sa bienveillante sollicitude

sur l'institution de l'Ecole des Chartes. M. le Ministre a bien voulu

nous répondre en ces termes :

« Les associations littéraires ne peuvent avoir que d'heureux

«résultats en servant

à la fois à fortifier l'esprit des recherches

«utiles, et à prolonger entre des hommes distingués les relations

« commencées par des études communes; c'est vous dire, Mes-

« sieurs, que

votre

« tous mes vœux.

association est assurée de mon estime

et de

« Dans la lettre que j'ai sous les yeux, vous appelez avec in-

« stance mon attention sur l'Ecole des Chartes elle-même ; personne

« plus que moi n'est pénétré de l'importance de cet établisse-

« ment, et je tiens à honneur de témoigner à l'Ecole des Chartes

« et

à

ses

élèves l'intérêt bienveillant que vous réclamez pour

« eux. »

 

Nous nous plaisons à offrir ici à M. le Ministre de l'Instruction

publique l'assurance de toute notre gratitude pour les

encouragements qu'il a bien voulu nous faire espérer. L'approbation dont

il a honoré notre entreprise entraînera sans aucun doute celle

des érudits, des littérateurs et de tous ceux qui aiment et étudient

notre histoire nationale. C'est là le public dont nous

ambitionnons les suffrages; tous nos efforts tendront à les mériter.

Un mot encore : en nous mettant à l'œuvre, nous faisons un

appel à la bonne volonté de

tous les

hommes studieux qui, sur

les divers points de la France, se livrent à l'étude des manuscrits.

Nous accueillerons de leur part tous ces renseignements fortuits,

ces découvertes imprévues que celui qui puise aux sources trouve si

souvent à côté

de l'objet de ses recherches, et qu'il laisse perdre

pour la science faute d'occasion pour les publier. Ces

communications entrehommes quipoursuiventle même but, ne fourniraientpas

seulement à l'érudition un contingent précieux, elles seraient

encore d'un bon exemple. Peut-être contribueraient-elles à ramener

IV

dans la science

quelque chose de cet

esprit de

corps

et

d'association qui animait les congrégations religieuses, et les rendait

capables d'entreprendre et d'exécuter les grands travaux qu'elles

ont légués à notre siècle.

?cr septembre 1839,