Vous êtes sur la page 1sur 7

Emily Marsh

FR 202, Section 003

29 avril 2018

Projet Final

Les Réseaux Sociaux et Les Adolescents

Il y a beaucoup de recherches sur les effets positifs et négatifs des réseaux sociaux sur les

adolescentes. Cependant, dans la société actuelle, il y a plus d’effets négatifs que positifs.

Quatre-vingt-deux pour cent des adolescents possèdent un portable (Ameen). Les applications

comme Instagram, Snapchat, Facebook, et Pinterest consomment la vie des adolescents. Il y a

dix ans, ces sites n’existaient pas. Aujourd’hui, il est naturel que les ados veuillent utiliser ces

applications parce que tous leurs amis les ont. Les réseaux sociaux peuvent certainement être

bénéfiques, mais en excès, ils sont plus nocifs que bénéfiques.

Il y a dix ans, le lecteur mp3 et l’ipod étaient très populaires. Ces appareils n’ont pas

vraiment empêché les gens d’interagir ensemble. Dix ans après, nous vivons dans un monde de

technologie complètement différent. Avec les réseaux sociaux, la communication est plus

fréquente sur un écran que face à face. Selon le post de Washington, les adolescents passent en

moyenne neuf heures par jour en utilisant les médias sociaux et la technologie (Tsukayama).

C’est la même quantité de temps que la quantité de sommeil recommandée pour les adolescents

(Sleep in Adolescents). De plus, 75% des adolescents ont des profils sur les sites de réseaux

sociaux. La plupart de leurs parents ne sont pas au courant de leurs comptes de médias sociaux
(Ramasubbu). Notre société fait un lavage de cerveau aux ados qu’ils ne peuvent pas vivre sans

leurs portables.

Il y a beaucoup de conséquences à l’utilisation des réseaux sociaux. Selon Pascal

Lardellier, un professeur de sociologie, <<Les dangers de l’Internet et des médias sociaux pour

les enfants comprennent l’addiction, l’intimidation, la désocialisation, la perturbation du

sommeil, et l’exposition à la violence et à la pornographie en ligne>> (Dunckley). De nos jours,

les adolescents sont exposés aux réseaux sociaux à un âge plus tôt qu’avant. L’utilisation des

réseaux sociaux peut mener au stress, à l’anxiété, et à la dépression.

Le temps passé devant un écran peut causer le stress parce que le stress chronique créé

par regardant d’un écran modifie les niveaux d’hormones, ce qui augmente l’irritabilité. Ce

changement dans les niveaux d’hormones peut conduire à la dépression, selon Psychology Today

(Dunckley). Des alternatives aux réseaux sociaux qui peuvent réduire le stress sont l’exercice,

faire une promenade à vélo, ou jouer du sport avec des amis dehors. Les adolescents sont

probablement plus susceptibles de passer du temps sur leur portable pendant l’hiver parce qu’il

fait trop froid dehors. Malheureusement, la dépression s’aggrave pour les ados en hiver. C’est

une combinaison malsaine.

Les réseaux sociaux puissent contribuer au développement et à la sévérité des troubles de

l’alimentation (Nierengarten). La raison est parce que les ados comparent leurs corps aux images

irréalistes qu’ils voient en ligne. Les médias publient toujours des articles basés sur l’image

corporelle et comment maintenir le corps <<parfait>>. Les mannequins sont toujours impeccable

et maigre. En réponse, les ados éditent leurs images pour les montrer comme plus jolies et plus

minces. Les applications comme Snapchat et Instagram offrent des filtres que les utilisateurs
peuvent utiliser sur leur images. Par conséquent, leurs images ne sont pas naturelles et originales.

Beaucoup d’adolescents font attention au nombre de <<j’aime>> et de <<commentaires>> qu’ils

obtiennent sur leurs photos. S’ils ont beaucoup de <<j’aime>>, ils se sentent confiants et beaux.

S’ils ne le font pas, ils se sentent laids et pas aimable.

Ce n’est pas seulement les filles qui manquent de confiance en elles. Les mecs peuvent se

sentir comme ils ne sont pas assez musclés. Les gens ont toujours l’air plus heureux en ligne

qu’ils sont en réalité parce qu’ils peuvent se cacher derrière l’appareil photo. De plus, un ado a

trop peur d’affronter quelqu’un à moins qu’il soit derrière un portable (Grant). De nos jours, des

ruptures se produisent via l’envoi de SMS et les émotions sont cachées. Les sites de rencontre

sont une autre forme de réseau social. Ils peuvent être dangereux pour les adolescents parce

qu’ils parlent à des étrangers.

Les adolescents se sentent obligés d’être disponibles pour leurs amis vingt-quatre heures

sur vingt-quatre. Ils sont sur leurs portables tard dans la nuit jusqu’à ce qu’ils ne puissent pas

physiquement les garder ouverts. Même s’ils sont fatigués, ils vérifient leur fil d’actualités

jusqu’à ce qu’il n’y ait rien de nouveau à regarder. Plus vite qu’ils ne pensent, il est minuit et

leur réveil sonne dans six heurs. Cela donne de l’anxiété parce qu’ils réalisent qu’ils ne

dormiront pas suffisamment pour le lendemain. Les réseaux sociaux affectent le travail scolaire

et les relations d’un adolescent en raison du manque de sommeil et d’énergie.

L’utilisation des réseaux sociaux est devenue un gros problème dans le système éducatif

français. L’appareil le plus populaire pour accéder aux réseaux sociaux est un portable. En

septembre 2017, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation français a déclaré que les

portables sont bannis dans les écoles primaires, les collèges, et les lycées (Wamsley). C’est parce
que les enfants passaient plus de temps jouer sur leur portable que d’apprendre et d’interagir

avec leurs pairs. Les portables sont un distraction majeur dans les écoles. Les enseignants

chercheront des portables et les conserveront jusqu’à la fin de la journée.

De plus, un nouveau projet en de loi en France propose que les enfants de moins de seize

ans auront besoin de l’approbation de leurs parents pour créer un compte sur Facebook, Twitter,

Instagram, Snapchat, et cetera (Wamsley). Facebook interdit déjà aux utilisateurs de moins de

treize ans de s’inscrire. Mais, les enfants mentent encore à propos de leur âge. Beaucoup de

parents ne sont pas courant des réseaux sociaux parce qu’ils n’existaient pas quand ils étaient

adolescents.

Un autre gros problème avec les adolescents est d’accéder aux réseaux sociaux au volant

(Grant). Chaque jour, onze adolescents meurent parce qu’ils envoient des SMS au volant

(Ameen). Cela met en danger l’adolescent et les autres conducteurs. Chaque fois vous conduisez,

vous voyez des ados sur leurs téléphones. Lorsqu'ils reçoivent une notification, il est difficile de

l’ignorer. En fait, vingt-cinq pour cent des adolescents répondent au moins un texte en

conduisant, à chaque fois (Ameen). Vous pouvez éteindre votre portable, mais la plupart des

adolescents ne le font pas. Même s’ils ne sont pas activement sur leur portable, ils pensent

probablement à eux. C’est une distraction en conduisant.

Il y a des effets positifs sur les réseaux sociaux. Tout d’abord, les gens peuvent

communiquer avec plus de personnes qu’avant. Ils encouragent les adolescents à partager leur

opinion et à être créatifs. Les réseaux sociaux peuvent être éducatifs parce que les nouvelles sont

partagées presque instantanément. Cependant, il faut faire attention aux <<fausses nouvelles>>.
En conclusion, les effets négatifs des réseaux sociaux sur les adolescents sont plus

nombreux que les effets positifs. Le manque d’interaction face-à-face fait les humains plus

gênants et moins vrais. Il y a de sérieux effets sur la santé mentale et physique résultant de

l’utilisation des réseaux sociaux. La seule façon d’arrêter cette tendance est de rechercher et de

reconnaître les conséquences.


Les Références Bibliographiques

Ameen, Luke. “The 25 Scariest Texting and Driving Accident Statistics.” ​Icebike.org​, 14 Feb.

2017, www.icebike.org/texting-and-driving/.

Dunckley, Victoria L. “Screentime Is Making Kids Moody, Crazy and Lazy.” ​Psychology Today​,

Sussex Publishers, 18 Aug. 2015,

www.psychologytoday.com/us/blog/mental-wealth/201508/screentime-is-making-kids-moody-cr

azy-and-lazy.

Grant, Maranda. “The Negative Effects Of Social Media On Teenagers.” ​The Odyssey Online​, 11

Apr. 2016, www.theodysseyonline.com/the-negative-effects-of-teenagers-and-social-media.

Nierengarten, Mary B., M.A. "Influence of Social Media on Teenagers' Body

Image."​Contemporary Pediatrics​, vol. 34, no. 10, 2017, pp. 21-22​. ProQuest​,

http://ezaccess.libraries.psu.edu/login?url=https://search-proquest-com.ezaccess.libraries.psu.edu

/docview/2017969955?accountid=13158.

Ramasubbu, Suren. “Influence of Social Media on Teenagers.” ​The Huffington Post​,

TheHuffingtonPost.com, 6 Sept. 2017,

www.huffingtonpost.com/suren-ramasubbu/influence-of-social-media-on-teenagers_b_7427740.

html.
“Sleep in Adolescents.” ​Nationwide Children's Hospital​,

www.nationwidechildrens.org/specialties/sleep-disorder-center/sleep-in-adolescents.

Tsukayama, Hayley. “Teens Spend Nearly Nine Hours Every Day Consuming Media.” ​The

Washington Post​, WP Company, 3 Nov. 2015,

www.washingtonpost.com/news/the-switch/wp/2015/11/03/teens-spend-nearly-nine-hours-every

-day-consuming-media/?utm_term=.5280b92311c0.

Wamsley, Laurel. “France Moves To Ban Students From Using Cellphones In Schools.” NPR,

NPR, 12 Dec. 2017,

www.npr.org/sections/thetwo-way/2017/12/12/570145408/france-moves-to-ban-students-from-u

sing-cellphones-in-schools.