Vous êtes sur la page 1sur 138

Analyse 2 : Suites et séries numériques

(version du 8 décembre 2016 par Bernard Le Stum)

UFR de Mathématiques
Copyright
c 2015 Université de Rennes 1
Table des matières

I Première partie

1 Les nombres réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9


1.1 Introduction 9
1.2 Opérations sur les réels, relation d’ordre 10
Complément : corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Complément : relation d’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3 Valeur absolue 11
1.4 Rappel : intervalles de R 12
1.5 Majorant, borne supérieure 13
Majorant, minorant, maximum, minimum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Borne supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Borne inférieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Complément : l’axiome d’Archimède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Complément : racine carrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Remarque sur la caractérisation axiomatique des nombres réels . . . . . . . . . . 16
1.6 Un peu de topologie 17
Ensemble ouvert, fermé, compact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Adhérence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Intervalle ouvert, fermé, compact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.7 La droite réelle complétée R
e 19
Calcul dans R
e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Ordre dans R.
e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.8 Rappel : récurrence 20
1.9 Complément : quelques notions sur les fonctions 21
1.10 Complément : quelques propriétés des ensembles 22
1.11 Exercices 23

2 Suites numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.1 Définitions 29
2.2 Définition de la convergence d’une suite 30
2.3 Premières propriétés 33
2.4 Limites et inégalités 33
2.5 Limites et opérations 35
2.6 Utilisation des sous-suites 36
2.7 Exercices 37

3 Suites réelles monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43


3.1 Suites monotones 43
Définition et première propriété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Borne d’une suite monotone convergente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Un critère de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2 Suites adjacentes 45
3.3 Applications 46
Racine n-ième, Dichotomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Théorème des segments emboîtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Suite de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Limite inférieure, Limite supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Une remarque sur la construction des nombres réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.4 Exercices 53

4 Limites infinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1 Définitions 57
4.2 Premières propriétés 58
4.3 Suites monotones divergentes 58
4.4 Limites et inégalités 59
4.5 Limites et opérations 59
4.6 Suites équivalentes 61
4.7 Quelques suites classiques 62
Suites géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Comparaison des suites géométriques et des suites de puissances . . . . . . . . . 63
Racine n-ième . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.8 Critères de d’Alembert et Cauchy pour les suites 64
4.9 Exercices 64
II Seconde partie

5 Suites complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.1 Les nombres complexes 73
5.2 Suites complexes 74
Définition d’une suite complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Convergence d’une suite complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Un critère de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Propriétés des suites complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
5.3 Suites géométriques complexes 76
5.4 Exercices 77

6 Limites de suites et limites de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83


6.1 Utilisation des fonctions continues 83
Limite d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Fonction continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
Limite de suites et limite de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
6.2 Généralisation : limites de fonctions, infinies ou à l’infini 86
Intervalles dans R
e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Limite de fonctions dans R e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

6.3 Exemples 87
Fonctions puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
Comparaison des exponentielles et des puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
6.4 Théorème des valeurs intermédiaires 88
6.5 Complément : quelques propriétés des limites de fonctions 90
6.6 Complément : remarque sur la définition des limites de fonctions 90
6.7 Exercices 91

7 Suites définies par une formule de récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95


7.1 Motivation : méthode de Newton 95
7.2 Intervalles stables, points fixes 96
Intervalles stables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Points fixes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Un exemple « type » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
7.3 Étude d’une suite récurrente 98
Suite de l’exemple « type » : représentation graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Cas ou f est monotone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Suite de l’exemple « type » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Cas ou x 7→ ( f (x) − x) est de signe constant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Suite de l’exemple « type » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Méthode quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Suite de l’exemple « type » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
7.4 Exercices 101
6

III Troisième partie

8 Séries numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109


8.0 Motivation 109
Un exemple de développement décimal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Un exemple de série entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
8.1 Définition d’une série 110
8.2 Premiers exemples 112
Utilisation de la définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Série géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
8.3 Un critère de divergence d’une série. 115
8.4 Opérations sur les séries. 115
8.5 Exercices 116

9 Séries numériques à termes réels positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119


9.1 Un critère de convergence 119
9.2 Critères de comparaison et d’équivalence 119
9.3 Un critère de convergence : ∑ 2n u 2n 121
9.4 Série de Riemann 121
9.5 Critères de Cauchy et de d’Alembert 123
9.6 Comparaison avec une intégrale 124
9.7 Exercices 126

10 Convergence absolue ; Séries alternées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131


10.1 Séries absolument convergentes 131
10.2 Séries alternées 132
10.3 Excursion : séries entières, un exemple 134
10.4 Exercices 135
I
Première partie

1 Les nombres réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9


1.1 Introduction
1.2 Opérations sur les réels, relation d’ordre
1.3 Valeur absolue
1.4 Rappel : intervalles de R
1.5 Majorant, borne supérieure
1.6 Un peu de topologie
1.7 La droite réelle complétée R e
1.8 Rappel : récurrence
1.9 Complément : quelques notions sur les fonctions
1.10 Complément : quelques propriétés des ensembles
1.11 Exercices

2 Suites numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.1 Définitions
2.2 Définition de la convergence d’une suite
2.3 Premières propriétés
2.4 Limites et inégalités
2.5 Limites et opérations
2.6 Utilisation des sous-suites
2.7 Exercices

3 Suites réelles monotones . . . . . . . . . . . . . 43


3.1 Suites monotones
3.2 Suites adjacentes
3.3 Applications
3.4 Exercices

4 Limites infinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1 Définitions
4.2 Premières propriétés
4.3 Suites monotones divergentes
4.4 Limites et inégalités
4.5 Limites et opérations
4.6 Suites équivalentes
4.7 Quelques suites classiques
4.8 Critères de d’Alembert et Cauchy pour les suites
4.9 Exercices
1. Les nombres réels

1.1 Introduction
Dans ce cours, nous supposons connus les ensembles de nombres suivants :
— l’ensemble N des entiers naturels
— l’ensemble Z des entiers relatifs
— l’ensemble Q des nombres rationnels
— l’ensemble R des nombres réels
— l’ensemble C des nombres complexes,
ainsi que leurs propriétés usuelles concernant l’addition, la multiplication et l’ordre.
Nous rappellerons celles-ci dans le cas des nombres réels et nous mettrons en évidence la
« propriété de la borne supérieure » qui distingue les nombres réels des nombres rationnels. Le but
est d’affiner notre perception des nombres réels sans pour autant donner une construction formelle
de cet ensemble. Cette construction des nombres réels ainsi que leur caractérisation axiomatique
sera fait dans le module Analyse 3.
On admet aussi des notions élémentaires sur :
— les ensembles (inclusion, union, intersection, complémentaire. . .),
— les applications (composition. . .)
— la logique (implication, négation, contraposée, démonstration par l’absurde. . .)
et le principe de récurrence. Ces notions étaient introduites d’une façon rigoureuse dans le module
Arithmétique 1.
Avec ces prérequis, le cours est construit sans supposer connu aucun autre résultat avec les
exceptions suivantes :
— Dans la section 9.6 nous utilisons la notion d’intégrale (sans la définir) pour donner une
deuxième démonstration du critère de convergence pour les séries de Riemann. Cette section
n’est pas utilisée dans la suite. Une démonstration élémentaire de ce critère de convergence
est donnée dans la section 9.4.
— Pour les exercices, nous serons moins stricts : afin d’avoir des exercices « intéressants », nous
utiliserons les fonctions classiques (trigonométriques, exponentielle et logarithme), quelques
limites classiques (section 6.3) et, pour établir la monotonie des fonctions classiques, la
10 Chapitre 1. Les nombres réels

dérivée de ces fonctions, surtout pour les suites définies par une formule de récurrence
(chapitre 7) et les séries alternées (chapitre 10).

1.2 Opérations sur les réels, relation d’ordre


L’ensemble R est muni des opérations d’addition +, de soustraction −, de multiplication ×, et
de division / (par des réels non nuls) avec les règles arithmétiques usuelles.
L’ensemble R est aussi muni d’une relation d’ordre ≤ qui permet de comparer deux nombres
réels quelconques. Cette relation d’ordre est compatible avec les opérations dans un sens à préciser
plus tard. On dit que

Axiome 1.2.1 R est un corps totalement ordonné.

Notons que Q est également un corps totalement ordonné donc ces notions ne permettent pas
de distinguer R et Q.
Pour ce cours il n’est pas essentiel de connaître plus de détails sur la notion de corps totalement
ordonné. Celle-ci (qui fait partie de la caractérisation des nombres réels) va être étudiée dans le
module Analyse 3. Pour être complet, nous donnons tout de même les définitions en complément et
nous énonçons les propriétés essentielles :

Complément : corps
L’ensemble R, muni de l’addition et de la multiplication, est un corps, ce qui signifie que :
(C1) L’addition dans R est associative : ∀x, y, z ∈ R, (x + y) + z = x + (y + z) ; on écrit alors
simplement x + y + z.
(C2) Elle est commutative : ∀x, y ∈ R, x + y = y + x.
(C3) Elle admet un élément neutre, noté 0, caractérisé par la propriété suivante : ∀x ∈ R, x + 0 = x.
(C4) Tout élément x de R possède un opposé, noté −x, caractérisé par la propriété suivante
x + (−x) = 0 ; on abrège l’écriture x + (−y) en x − y.
(C5) La multiplication dans R est associative : ∀x, y, z ∈ R, (x × y) × z = x × (y × z).
(C6) Elle est commutative : ∀x, y ∈ R, x × y = y × x.
(C7) Elle admet un élément neutre distinct de 0, noté 1, caractérisé par la propriété suivante :
∀x ∈ R, x × 1 = 1 × x = x.
(C8) Tout réel non nul x admet un inverse, noté x−1 caractérisé par la propriété : x × x−1 = 1 ; on
abrège l’écriture x × y−1 en xy .
(C9) La multiplication est distributive par rapport à l’addition : ∀x, y, z ∈ R, x × (y + z) = (x × y) +
(x × z).
Notations 1.2.2 On note R∗ = R \ {0}.

Complément : relation d’ordre


Le corps R, muni de la relation d’inégalité (large), est totalement ordonné, ce qui signifie que :
(O1) Antisymétrie : ∀x, y ∈ R, (x ≤ y et y ≤ x) ⇒ x = y.
(O2) Réflexivité : ∀x ∈ R, x ≤ x.
(O3) Transitivité : ∀x, y, z ∈ R, (x ≤ y et y ≤ z) ⇒ x ≤ z.
(O4) Totalité : ∀x, y ∈ R, (x ≤ y) ou (y ≤ x).
(O5) Compatibilité avec (+) : ∀x, y, z ∈ R, (x ≤ y) ⇒ (x + z ≤ y + z).
(O6) Compatibilité avec (×) : ∀x, y ∈ R, (z ≥ 0 et x ≤ y) ⇒ (z × x ≤ z × y).
Notations 1.2.3 1. Pour deux réels x et y, x ≤ y se lit : « x est inférieur ou égal à y » ou « y
est supérieur ou égal à x », et se note aussi y ≥ x.
1.3 Valeur absolue 11

2. On dit que x est positif (respectivement négatif) si on a x ≥ 0 (respectivement x ≤ 0).


3. On note R+ (respectivement R− ) l’ensemble des réels positifs (respectivement négatifs).
4. Par définition, x < y (ou encore y > x) signifie « x ≤ y et x 6= y », et se lit « x est strictement
inférieur à y ».

Proposition 1.2.4 1. On a R = R+ ∪ R− et R+ ∩ R− = {0}.


2. ∀x, y ∈ R, (x ≤ y ⇔ x − y ≤ 0).
3. ∀x, y ∈ R, (x ≤ y ⇒ −y ≤ −x).
4. ∀x, y, z ∈ R, (x < y) ⇒ (x + z < y + z).
5. ∀x, y ∈ R, (z > 0 et x < y) ⇒ (z × x < z × y).
6. ∀x, y ∈ R, (z ≤ 0 et x ≤ y) ⇒ (z × x ≥ z × y).
7. ∀x ∈ R, (x > 0 ⇒ 1x > 0) et (x < 0 ⇒ 1x < 0).
8. ∀x, y ∈ R, (0 < x ≤ y ⇒ 0 < 1y ≤ 1x ).

Preuve. Exercice. 

Remarque Soit (K, +, ×) un corps. Pour ordonner totalement (K, +, ×), il faut (et il suffit de) se
donner un sous-ensemble K + de K tel que, si on pose K − = {−a : a ∈ K + }, on ait
1. K + ∪ K − = K ;
2. K + ∩ K − = {0} ;
3. x, y ∈ K + implique x + y ∈ K + ;
4. x, y ∈ K + implique x × y ∈ K + .

Proposition 1.2.5 Soient a, b ∈ R et N ∈ N. Si a, b > 0 et N 6= 0, alors


1. a < b si et seulement si aN < bN ;
2. a ≤ b si et seulement si aN ≤ bN .

Preuve. (1) (⇒) Supposons que a < b. On va montrer par récurrence que l’énoncé

P(N) : aN < bN

est vrai pour tout N ∈ N \ {0} (voir la section 1.8 pour un rappel sur le principe de récurrence).
Pour N = 1, il n’y a rien à démontrer. En général, supposons que P(N) est vrai : aN < bN . Comme
a > 0 on a aN a < bN a. Comme a < b et bN > 0 (ce qui se démontre aussi par récurrence), on
obtient bN a < bN b. On a donc aN+1 = aN a < bN a < bN b = bN+1 . Donc P(N + 1) est vrai. On a
montré que P(1) est vrai et que pour tout N ∈ N \ {0}, si P(N) est vrai alors P(N + 1) est vrai.
On déduit par le principe de récurrence que P(N) est vrai pour tout N ∈ N \ {0}.
(1) (⇐) On suppose qu’on a aN < bN mais, pour arriver à une contradiction, qu’on n’a pas
a < b. Donc on a soit a = b auquel cas on aurait aN = bN , ou bien b < a auquel cas on aurait,
d’après (⇒), bN < aN . Dans les deux cas on arrive à une contradiction, donc on a bien a < b.
(2) Il s’agit de la contraposée de (1) (en échangeant les rôles de a et b). 

1.3 Valeur absolue


Définition 1.3.1 Pour tout x ∈ R on définit la valeur absolue de x, notée |x| par :

x
 si x > 0
|x| = 0 si x = 0

−x si x < 0.

12 Chapitre 1. Les nombres réels

Proposition 1.3.2 1. ∀x ∈ R, |x| ≥ 0.


2. ∀x ∈ R, (|x| = 0 ⇔ x = 0).
3. ∀x ∈ R, | − x| = |x|.
4. ∀x ∈ R, x ≤ |x| et −x ≤ |x|.
5. ∀x ∈ R, ∀r ∈ R+ , (|x| ≤ r ⇔ −r ≤ x ≤ r).
6. ∀x, y ∈ R, ∀r ∈ R+ , (|y − x| ≤ r ⇔ x − r ≤ y ≤ x + r).
7. ∀x, y ∈ R, |xy| = |x||y|.

Preuve. Exercice. 

Proposition 1.3.3 — Inégalités triangulaires. Soient x, y ∈ R. Alors


1. |x
± y| ≤ |x| + |y|
2. |x| − |y| ≤ |x ± y|

Preuve. (1) Supposons que x + y ≥ 0. En utilisant la proposition 1.3.2 on obtient

|x + y| = x + y ≤ |x| + |y|.

Supposons que x + y < 0. En utilisant la proposition 1.3.2 on obtient

|x + y| = −(x + y) = −x − y ≤ |x| + |y|.

Dans les deux cas on a |x + y| ≤ |x| + |y|. En remplaçant y par −y, on obtient |x − y| ≤ |x| + |y|.
(2) Supposons que |x| ≥ |y|. Alors

|x| = |x + y − y| ≤ |x + y| + |y|, donc |x| − |y| = |x| − |y| ≤ |x + y|.

Supposons que |x| ≤ |y|. Alors



|y| = |y + x − x| ≤ |y + x| + |x|, donc |x| − |y| = |y| − |x| ≤ |y + x|.

Dans les deux cas on a |x|−|y| ≤ |y+x|. En remplaçant y par −y on obtient |x|−|y| ≤ |x−y| 

1.4 Rappel : intervalles de R


Définition 1.4.1 Soient a, b des réels. On définit les ensembles suivants :
1. [a, b] = {x ∈ R | a ≤ x ≤ b}.
2. ]a, b[= {x ∈ R | a < x < b}.
3. [a, b[= {x ∈ R | a ≤ x < b}.
4. ]a, b] = {x ∈ R | a < x ≤ b}.
5. ]a, +∞[= {x ∈ R | a < x}.
6. [a, +∞[= {x ∈ R | a ≤ x}.
7. ] − ∞, b[= {x ∈ R | x < b}.
8. ] − ∞, b] = {x ∈ R | x ≤ b}.
9. ] − ∞, +∞[ = R.
Une partie I de R est un intervalle si elle est de l’un des types ci-dessus.

Notations 1.4.2 Dans les quatre premiers cas, si l’intervalle n’est pas vide, alors a et b sont les
a+b
bords (ou extrémités) de l’intervalle, b − a est sa longueur et 2 son centre (ou milieu). Dans
les cas 5 à 8, on parle aussi de demi-droites de bord a ou b.
1.5 Majorant, borne supérieure 13

Remarque 1. Noter que si a = b, on a [a, b] = {a} et ]a, b[ = ]a, b] = [a, b[ = 0/ et que si a > b,
on a [a, b] = ]a, b[ = ]a, b] = [a, b[ = 0/ (de sorte que l’ensemble vide est un intervalle). En
général on prend soin de supposer a ≤ b dans le cas 1 et que a < b dans les cas 2 à 4. Un tel
intervalle est alors non-vide car il contient son centre.
2. On peut montrer qu’un intervalle I non vide appartient à un seul des types 1 à 9, et que les
réels a et b sont alors (le cas échéant) uniquement déterminés par I (la démonstration sera
plus simple lorsque nous aurons vu les notions de borne inférieure et de borne supérieure).

1.5 Majorant, borne supérieure


Dans cette section on rappelle les notions de majorant/minorant, plus grand/petit élément, borne
supérieure/inférieure (qui étaient déjà introduits dans le module Arithmétique 1).

Majorant, minorant, maximum, minimum


Définition 1.5.1 Soit S un sous-ensemble de R.
1. Soit M ∈ R tel que
∀x ∈ S, x ≤ M.
On dit alors que M est un majorant de S.
2. On dit que S est majoré si S admet un majorant :

∃M ∈ R, ∀x ∈ S, x ≤ M.

3. On dit que M est le plus grand élément ou le maximum de S, et on note M = max S, si M


est un majorant de S et si M ∈ S :

M ∈ S, ∀x ∈ S, x ≤ M.

4. Soit m ∈ R tel que


∀x ∈ S, m ≤ x.
On dit alors que m est un minorant de S.
5. On dit que S est minoré si S admet un minorant :

∃m ∈ R, ∀x ∈ S, m ≤ x.

6. On dit que m est le plus petit élément ou le minimum de S, et on note m = min S, si M est
un minorant de S et si m ∈ S :

m ∈ S, ∀x ∈ S, m ≤ x.

7. On dit que l’ensemble S est borné si S est minoré et majoré :

∃m ∈ R, ∃M ∈ R, ∀x ∈ S, m ≤ x ≤ M.

Remarque 1. Un ensemble S ⊂ R a au plus un plus grand élément : si x et y sont deux plus


grands éléments de S, alors x ≤ y (car x ∈ S et y majore S) et y ≤ x (en échangeant les rôles),
d’où x = y. Autrement dit le plus grand élément, s’il existe, est unique et il mérite donc
l’article défini. Même remarque pour le plus petit élément.
2. Un ensemble S est borné si et seulement s’il existe B tel que ∀x ∈ S, |x| ≤ B.

Borne supérieure
14 Chapitre 1. Les nombres réels

Définition 1.5.2 Soit S un sous-ensemble de R. On dit que M ∈ R est la borne supérieure de S,


et on écrit M = sup(S) si M est le plus petit des majorants de S :
1. M est un majorant de S ;
2. Si L est un majorant de S, alors M ≤ L.

Remarque 1. On voit que M = sup(S) si :


— ∀x ∈ S, x ≤ M.
— si L < M alors il existe x ∈ S tel que L < x ;
2. Il est clair que si S admet une borne supérieure alors cette borne est unique, ce qui justifie la
terminologie « la » borne supérieure.

Axiome 1.5.3 — Propriété de la borne supérieure. Tout sous-ensemble non vide de R qui
est majoré possède une borne supérieure.

Exemple 1. Un réel M est un majorant de l’intervalle ] − ∞, 1] si et seulement si M ≥ 1 :


(⇒) : si x ∈ ] − ∞, 1] et M ≥ 1, on a bien x ≤ 1 ≤ M.
(⇐) : si x ∈ ] − ∞, 1] et M < x, alors M < 1.
De plus, comme on a 1 ∈ ] − ∞, 1] et 1 ≥ 1, on voit que max(] − ∞, 1]) = 1.
2. On montre de même qu’un majorant de l’intervalle ] − ∞, 1[ est un réel M tel que M ≥ 1.
Mais cet intervalle n’admet cependant pas de plus grand élément : si x ∈ ] − ∞, 1[, on a
x < (1 + x)/2 < 1 et donc aucun élément de ] − ∞, 1[ n’est un majorant de ] − ∞, 1[. Par
contre, il possède une borne supérieure : en effet, l’ensemble des majorants de ] − ∞, 1[ est
l’intervalle [1, +∞] et on a donc sup(] − ∞, 1[) = min([1, ∞[) = 1.

L’exemple précédent nous fait conjecturer la proposition suivante :

Proposition 1.5.4 Un sous-ensemble S de R admet un maximum si et seulement si S admet une


borne supérieure et celle-ci appartient à S. Et on a alors max(S) = sup(S)

Preuve. (⇒) Supposons que S ait un maximum M. Alors, M est un majorant de S. De plus, si L est
un majorant de S, alors M ≥ L car M ∈ S. Donc M est le plus petit majorant de S.
(⇐) Supposons que M ait une borne supérieure de S et que M ∈ S. Comme M est un majorant de S
et qu’il est dans S, c’est bien le maximum. 

Borne inférieure
On définit d’une façon analogue la borne inférieure (qui si elle existe est unique) :
Définition 1.5.5 Soit S un sous-ensemble de R. On dit que m ∈ R est la borne inférieure de S,
et on écrit m = inf(S) si m est le plus grand des minorants de S :
1. m est un minorant de S ;
2. Si l est un minorant de S, alors l ≤ m.

Proposition 1.5.6 Soit S un sous-ensemble de R et −S = {−s : s ∈ S}. Alors,


1. M est un majorant de S si et seulement −M est un minorant de −S.
2. S admet un maximum si et seulement si −S admet un minimum et on a alors min(−S) =
− max(S).
3. S admet une borne supérieure si et seulement si −S admet une borne inférieure et alors
inf(−S) = − sup(S).

Preuve. Exercice 1.25 


1.5 Majorant, borne supérieure 15

Corollaire 1.5.7 Tout sous-ensemble non vide S de R qui est minoré possède une borne infé-
rieure.

Preuve. D’après la proposition 1.5.6, l’ensemble −S est majoré. Comme il est aussi non vide,
l’axiome 1.5.3 nous dit qu’il admet une borne supérieure. En appliquant maintenant la proposi-
tion 1.5.6 à −S, on voit que l’ensemble S admet une borne inférieure. 

Exemple 1. L’intervalle ] − 2, 1[ est borné non vide et possède donc une borne supérieure ainsi
qu’une borne inférieure. Mais il n’admet ni maximum, ni minimum.
2. L’intervalle [−2, 1[ est aussi borné non vide. Il possède un minimum qui est donc aussi sa
borne inférieure ainsi qu’une borne supérieure. Mais il n’admet pas de maximum.
3. L’ensemble vide est minoré et majoré (par n’importe quel élément de R) et donc borné ; Mais
il n’a ni plus grand élément ni plus petit élément (et pour cause : il n’a pas d’élément du tout).
En fait, il n’a ni borne inférieure ni borne supérieure.

Complément : l’axiome d’Archimède


Le sous-ensemble de R formé des entiers naturels n’est majoré par aucun réel, ce qui équivaut
à la propriété suivante :

Théoreme 1.5.8 — Propriété d’Archimède. Pour tout réel x, il existe un entier naturel n tel
que x ≤ n.

Preuve. Supposons que N admette une borne supérieure M. Comme M − 1 < M, on voit que M − 1
n’est pas un majorant de N. Il existe donc n ∈ N tel que M − 1 < n si bien que M < n + 1. Comme
n + 1 ∈ N, c’est une contradiction avec le fait que M est un majorant de N. Comme N est un
ensemble non-vide, l’axiome 1.5.3 implique que N n’est pas majoré. 

Complément : racine carrée



On vérifie aisément que 2 n’est pas un nombre rationnel : sinon, on pourrait écrire 2 = (m/n)2
avec m, n ∈ N. Et après simplification à l’intérieur de la parenthèse, on peut même supposer que m
et n ne sont pas tous les deux pairs. Or comme cette égalité s’écrit aussi m2 = 2n2 , on doit avoir m
pair. Mais si on écrit m = 2k avec k ∈ N, on aura 4k2 = 2n2 si bien que n2 = 2k2 et on trouve que n
aussi est pair. Contradiction. Donc si on « place » les nombres rationnels sur une droite il y a des
« trous ». Pour indiquer comment l’axiome 1.5.3 (propriété de la borne supérieure) nous permet de
« combler ces trous » on montre la proposition suivante :

Proposition 1.5.9 — Racine carrée. Soit a un réel positif, alors il existe un unique réel positif,
√ √
que l’on note a tel que ( a)2 = a.

Preuve. L’unicité se déduit facilement de la proposition 1.2.5 (voir la démonstration de la proposi-


tion 3.3.1). On donne d’abord l’idée de la démonstration de l’existence : posons

E = {x ∈]0, +∞[ : x2 ≤ a}.

On montre que E est non vide et majoré, donc (axiome 1.5.3) admet une borne supérieure, notons
la par l : l = sup(E). On montre alors par l’absurde que l 2 = a :
— Si on avait l 2 < a alors en prenant ε > 0 suffisamment petit, on aurait encore (l + ε)2 < a, ce
qui impliquerait que l + ε ∈ E, en contradiction avec le fait que l est un majorant de E ;
— Si on avait a < l 2 alors en prenant ε > 0 suffisamment petit on aurait encore a < (l − ε)2 , ce
qui impliquerait que l − ε est un majorant de E, en contradiction avec le fait que l est le plus
petit majorant de E.
16 Chapitre 1. Les nombres réels

On a donc bien l 2 = a.
Voici les détails de la démonstration : soit donc E = {x ∈ ]0, +∞[ : x2 ≤ a}.
a
(1) On montre que E est non-vide : y = a+1 vérifie 0 < y < 1 et donc (en multipliant l’inégalité par
2
y) y < y. On a donc
 2
a a a
< < = a,
a+1 a+1 1
ce qui implique que y ∈ E.
(2) On montre que E est majoré par a + 1 : (a + 1)2 = a2 + 2a + 1 > a, donc pour tout y ∈ E, on a
y2 < a < (a + 1)2 , ce qui implique (proposition 1.2.5) que y < (a + 1). D’après l’axiome 1.5.3, E
admet une borne supérieure. Notons la par l : l = sup(E).
(3) Supposons pour arriver à une contradiction que l 2 < a et posons δ = a − l 2 > 0. Soit ε > 0 qui
δ
vérifie ε < 1 et ε < 2l+1 . On a alors

a − (l + ε)2 = a − l 2 − 2lε − ε 2 = δ − 2lε − ε 2 > δ − 2lε − ε = δ − ε(2l + 1) > 0.

On a montré que (l + ε)2 < a, ce qui implique que l + ε ∈ E. Ceci est en contradiction avec le fait
que l est un majorant de E. Donc l 2 < a est impossible.
(4) Supposons pour arriver à une contradiction que l 2 > a et posons δ = l 2 − a > 0. Soit ε > 0 tel
que ε < 2lδ . On a alors

(l − ε)2 − a = l 2 − 2lε + ε 2 − a = δ − 2lε + ε 2 > δ − 2lε > 0.

On a montré que a < (l − ε)2 . Comme pour tout x ∈ E on a x2 ≤ a < (l − ε)2 on a x < l − ε
(proposition 1.2.5). On déduit que l − ε est un majorant de E, en contradiction avec le fait que l est
le plus petit majorant de E. Donc l 2 > a est impossible. (3) et (4) montrent donc que l 2 = a et il

suffit donc de poser a = l pour conclure. 

Remarque Soient N ∈ N, N ≥ 2 et a ∈]0, +∞[. On pourrait sans grand effort généraliser cette
démonstration pour montrer l’existence d’une unique racine N-ième de a. On a préféré donner une
autre démonstration de ce fait en utilisant des suites (adjacentes) : voir la proposition 3.3.1.

√ 1
Notations 1.5.10 On écrit aussi a = a2 .

Remarque sur la caractérisation axiomatique des nombres réels


La construction des nombres réels fait partie du programme du module Analyse 3. Voici quand
même quelques remarques :

Remarque 1. On a énoncé les propriétés (C1)-(C9), (O1)-(O6), et la propriété de la borne


supérieure des nombres réels comme axiomes. Donc on déclare que R est un ensemble qui
vérifie ces propriétés.
2. On admet pour ce cours l’existence d’un tel ensemble, c’est à dire la construction d’un
ensemble qui vérifie ces propriétés (et contient Q). On peut même montrer qu’un tel ensemble
est « essentiellement unique ». On donnera plus loin (voir page 52) une indication d’une
construction possible des nombres réels qui utilise les « suites de Cauchy ».
3. Notons que Q est déjà un corps totalement ordonné, donc Q vérifie les propriétés (C1)–(C9)
et (O1)–(O6) mais n’a pas la propriété de la borne supérieure (voir remarque suivante). Il
faut donc montrer comment rajouter suffisamment de points aux nombres rationnels pour
obtenir un nouvel ensemble qui est toujours un corps totalement ordonné mais qui a en plus la
propriété de la borne supérieure. On montre ensuite l’unicité à « renommage » (isomorphisme)
près d’un tel ensemble.
1.6 Un peu de topologie 17

4. Le sous-ensemble S = {x ∈ Q∗+ | x2 ≤ 2} de Q n’admet pas de borne supérieure rationnelle.


Pour le voir on peut imiter la démonstration de l’existence de la racine carrée (proposi-
tion 1.5.9) : on montre que S est non-vide et majoré (dans Q). On suppose alors (pour arriver
à une contradiction) que S admet une borne supérieure rationnelle `. L’argument de la dé-
monstration de la proposition 1.5.9 montre que `2 < 2 et `2 > 2 produisent
√ une contradiction,
donc on a√`2 = 2. On a donc (unicité de la racine carrée positive) ` = 2, mais comme on l’a
déjà dit, 2 n’est pas rationnel. Donc Q n’a pas la propriété de la borne supérieure.

1.6 Un peu de topologie


Ensemble ouvert, fermé, compact
On introduit dans cette section quelques notions « topologiques » sur les sous-ensembles de R.
On donne une définition générale mais on va l’appliquer surtout pour les intervalles de R.
Définition 1.6.1 Soient ` et ε des réels tels que ε > 0. On dit que ]` − ε, ` + ε[ est l’intervalle
ouvert centré en ` et de rayon ε on le note Uε (l).

Remarque On a x ∈ ]` − ε, ` + ε[ si et seulement si ` − ε < x < ` + ε si et seulement si |x − `| < ε.


On dit que |x − `| est la distance de x à `.

Définition 1.6.2 Soit S un sous-ensemble de R.


1. On dit que S est ouvert si pour tout x0 ∈ S on peut trouver un intervalle ouvert centré
en x0 qui est contenu dans S. Autrement dit, pour tout x0 ∈ S, il existe un ε > 0 tel que
Uε (x0 ) =]x0 − ε, x0 + ε[ soit contenu dans S.
2. On dit que S est fermé si son complémentaire Sc = R \ S est ouvert.
3. On dit que S est compact si S est fermé et borné.

Remarque La définition d’un ensemble fermé n’est pas très intuitive. On donnera plus loin deux
autres interprétations, une qui utilise la notion de « point d’adhérence » et une autre en termes de
suites numériques.

Exemple Soit a ∈ R.
1. Montrons que l’intervalle I = ]a, +∞[ est ouvert. On fixe un x0 ∈]a, +∞[ (arbitraire) et on
pose ε := x0 − a. Notons qu’on a alors Uε (x0 ) = ]x0 − ε, x0 + ε[ = ]a, x0 + ε[⊂]a, +∞[ = I.
On a trouvé pour tout x0 ∈ I un intervalle ouvert centré en x0 qui est contenu dans I. Donc,
par définition, I est ouvert.
2. On en déduit que ] − ∞, a] est fermé puisqu’on vient de montrer que son complémentaire est
ouvert.
3. L’intervalle ] − ∞, a] n’est pas ouvert puisque pour aucun ε > 0, l’intervalle Uε (x0 ) = ]a −
ε, a + ε[ n’est inclus dans ] − ∞, a] (par exemple, le réel a + ε2 est bien dans ]a − ε, a + ε[
mais pas dans ] − ∞, a]).
4. On en déduit que l’intervalle ]a, +∞[ n’est pas fermé puisqu’on vient de montrer que son
complémentaire n’est pas ouvert.
5. L’intervalle fermé ] − ∞, a] n’est pas borné, donc pas compact.
6. Soit b ∈ R. On montre de même (Exercice 1.15) que l’intervalle ] − ∞, b[ est ouvert (mais
pas fermé) et que l’intervalle [b, +∞[ est fermé (mais pas ouvert).

Pour construire d’autres ensembles ouverts et fermés la proposition suivante est utile :
18 Chapitre 1. Les nombres réels

Proposition 1.6.3 L’union et l’intersection de deux ensembles ouverts (respectivement fermés)


est ouvert (respectivement fermé).

Preuve. Exercice 1.16 

Exemple Soient a, b ∈ R, a < b.


1. L’intervalle ]a, b[ est ouvert étant l’intersection des ensembles ouverts ]a, +∞[ et ] − ∞, b[.
2. L’intervalle [a, b] est fermé étant l’intersection des ensembles fermés [a, +∞[ et ] − ∞, b] (on
pourrait aussi dire que le complémentaire de [a, b] est ouvert étant l’union des intervalles
ouverts ] − ∞, a[ et ]b, +∞[.)
3. L’intervalle [a, b] est compact étant fermé et borné.

Adhérence
Définition 1.6.4 Soit S un sous-ensemble de R.
1. On dit que x0 ∈ R est un point d’adhérence de S si tout intervalle ouvert centré en x0
contient au moins un point de S (qui peut être x0 ). Autrement dit,

∀ε > 0, Uε (x0 ) ∩ S =]x0 − ε, x0 + ε[ ∩ S 6= 0.


/

2. L’adhérence de S est l’ensemble des points d’adhérence de S. On note cet ensemble par S.

Remarque Si x0 ∈ S alors tout intervalle ouvert centré en x0 contient l’élément x0 qui est déjà un
élément de S. Donc x0 est un point d’adhérence de S. Autrement dit : S ⊂ S.

Intervalle ouvert, fermé, compact


Exemple Soient b ∈ R et I = ] − ∞, b[. On va montrer que I = ] − ∞, b].
— On vient de remarquer que I ⊂ I.
— Pour montrer que b est un point d’adhérence de I, on fixe ε > 0 (arbitraire) et on constate
que ]b − ε, b + ε[ contient par exemple le point b − ε2 de I. Donc on a montré que pour tout
ε > 0, l’intervalle ouvert centré en b a une intersection non vide avec I.
— On montre que si x0 > b alors x0 n’est pas un point d’adhérence de I : si on prend par exemple
ε = x0 − b alors l’intervalle ouvert ]x0 − ε, x0 + ε[ = ]b, b + 2ε[ ne contient aucun élément de
I = ] − ∞, b[ (on aurait aussi pu utiliser le fait que ]b, +∞[ est ouvert.)
Conclusion : I = ] − ∞, b].

Remarque D’une façon imagée, on obtient I¯ en rajoutant à I les points « arbitrairement proches »
de I.

Proposition 1.6.5 1. Les intervalles ouverts sont de la forme ]a, b[, ] − ∞, a[, ]a, +∞[, R et 0.
/
2. Les intervalles fermés sont de la forme [a, b], ] − ∞, a], [a, +∞[, R et 0.
/
3. Soit I un intervalle. Si I = 0/ ou I = ] − ∞, +∞[, alors I = I.
Si I = ]a, b[, I = [a, b[, I = ]a, b], ou I = [a, b], alors I = [a, b].
Si I = ] − ∞, a[ ou I = ] − ∞, a], alors I = ] − ∞, a].
Si I = ]a, +∞[ ou I = [a, +∞[, alors I = [a, +∞[.
4. Les intervalles compacts sont de la forme [a, b] et 0. /

Preuve. On a déjà traité plusieurs cas. Les autres cas sont laissés comme exercice. 
1.7 La droite réelle complétée R
e 19

Soient a, b ∈ R. On résume le résultat précédent sous la forme d’un tableau (les cases vides
correspondent a « Non ») :

I ouvert ? fermé ? compact ? I


1. [a, b], a ≤ b Oui Oui [a, b]
2. ]a, b[, a < b Oui [a, b]
3. [a, b[, a < b [a, b]
4. ]a, b], a < b [a, b]
5. ]a, +∞[ Oui [a, +∞[
6. [a, +∞[ Oui [a, +∞[
7. ] − ∞, a[ Oui ] − ∞, a]
8. ] − ∞, a] Oui ] − ∞, a]
9. ] − ∞, ∞[ Oui Oui ] − ∞, ∞[
10. 0/ Oui Oui Oui 0/

Remarque En regardant le tableau on peut voir que


1. I¯ est toujours fermé ;
2. un intervalle I est fermé si et seulement si I¯ = I ;
3. comme I ⊂ I, ¯ un intervalle I est fermé si et seulement si I¯ ⊂ I, autrement dit, si et seulement
si I contient tous ses points d’adhérence.
4. I¯ est le plus petit intervalle fermé qui contient I ;
On peut montrer que ces énoncés restent vrais si on remplace « intervalle » par « sous-ensemble de
R.

La proposition suivante généralise 2) de la remarque précédente pour des sous-ensembles


arbitraires de R. Cette proposition n’est pas utilisée dans la suite mais elle nous donne une
interprétation de la notion d’ensemble fermé : un ensemble S ⊂ R est fermé si et seulement si S
contient tous ses points d’adhérence.

Proposition 1.6.6 Un sous-ensemble S de R est fermé si et seulement si S̄ = S (si et seulement


si S̄ ⊂ S).

Preuve. Les énoncés suivants sont équivalents :


— S̄ = S
— S̄ ⊂ S (comme on a toujours S ⊂ S̄)
— Sc ⊂ S̄c
— Si x ∈ Sc alors x 6∈ S̄
— Si x ∈ Sc alors x n’est pas un point d’adhérence de S.
— Si x ∈ Sc alors il existe ε > 0 tel que Uε (x) ∩ S = 0.
/
c
— Si x ∈ S alors il existe ε > 0 tel que Uε (x) ⊂ S .c

— Sc est ouvert.
— S est fermé. 

1.7 La droite réelle complétée R


e
Pour simplifier certains énoncés il est pratique d’introduire deux éléments appelés −∞ et +∞ et
e = R ∪ {+∞, −∞}. On dit que R
de poser R e est la « droite réelle complétée ».
20 Chapitre 1. Les nombres réels

Calcul dans R e
On étend l’addition et la multiplication usuelles de R en deux opérations de même nom dans R.
e
Ces opérations ne sont que partiellement définies : voir les tableaux suivants, dans lesquels ND
signifie « non défini » (on parle aussi de « formes indéterminées ») :

a+b? a = −∞ a∈R a = +∞
b = −∞ −∞ −∞ ND

b = +∞ ND +∞ +∞

ab ? a < 0, a = −∞ a=0 a > 0, a = +∞


b = −∞ +∞ ND −∞

b = +∞ −∞ ND +∞

e \ {0} en posant (toujours par définition) :


On étend la fonction « inverse » à R

1 1
= =0
+∞ −∞
(attention : l’inverse de 0 n’est toujours pas défini !)

Ordre dans R. e
Si a, b ∈ R ⊂ R
e la relation a < b a la signification usuelle dans R. On étend cette relation
d’ordre en une relation d’ordre dans Re en définissant −∞ < +∞ et, pour tout a ∈ R, −∞ < a et
a < +∞. On voit tout de suite que c’est une relation d’ordre total sur R,
e qui admet +∞ comme plus
grand élément et −∞ comme plus petit élément.
Définition 1.7.1 Soit S un sous-ensemble non vide de R. Si S n’est pas majoré, alors on dit que
+∞ est la borne supérieure de S et on écrit sup(S) = +∞. De même si S n’est pas minoré, alors
on dit que −∞ est la borne inférieure de S et on écrit inf(S) = −∞.

Avec cette convention la borne supérieure et la borne inférieure sont définies (dans R)
e pour tout
sous-ensemble non vide S de R. Si nécessaire, on dira que la borne supérieure de l’ensemble vide
est −∞ et sa borne inférieure est +∞.

1.8 Rappel : récurrence


Cette notion était introduite et traitée en détail dans le module Arithmétique 1.
Le principe de récurrence est basé sur la propriété fondamentale des nombres entiers suivante :
Soit S un sous-ensemble de N. Supposons que :
1. 0 ∈ S ;
2. pour tout entier n, si n ∈ S, alors n + 1 ∈ S.
Alors S = N.
Pour appliquer cette propriété fondamentale des nombres entiers, supposons que P(n) est un
énoncé qui est a priori vraie ou fausse selon la valeur de l’entier naturel n.
Si on peut montrer que :
1. P(0) est vraie (initialisation de la récurrence) et
2. pour tout n ∈ N l’hypothèse que P(n) soit vraie implique que P(n + 1) est encore vraie
(hérédité de la récurrence),
1.9 Complément : quelques notions sur les fonctions 21

alors on peut conclure que P(n) est vraie pour tous les entiers n (on dit par le principe de
récurrence). Pour voir cela on pose

E = {n ∈ N : P(n) est vrai},

et on applique la propriété fondamentale des nombres entiers pour conclure que E = N.


On peut utiliser le principe de récurrence pour démontrer les deux propositions suivantes :
n(n+1)
Proposition 1.8.1 ∀n ∈ N \ {0}, ∑nk=1 k = 2 .

Preuve. Exercice 1.11. 

Notons qu’on peut trouver la relation de la proposition précédente en écrivant


1 + 2 + ··· + n−1 + n
+ n + n−1 + ··· + 2 + 1
= n+1 + n+1 + ··· + n+1 + n+1
Rappelons la convention 0! = 1 et la définition des coefficients binomiaux :
 
n n!
∀n ∈ N, ∀k ∈ {0, . . . , n}, := .
k k!(n − k)!
On a alors
Proposition 1.8.2 — Formule du binôme.
n
 
n n k n−k
∀a, b ∈ R, ∀n ∈ N, (a + b) = ∑ ab .
k=0 k

Preuve. Exercice 1.12. 

1.9 Complément : quelques notions sur les fonctions


Soit S un ensemble quelconque. Beaucoup des notions définies précédemment pour les réels
s’étendent aux « fonctions réelles définies sur S », c’est-à-dire aux applications de S dans R.
L’ensemble de ces applications se note (parfois) RS ou F (S, R).
Si f et g sont deux fonctions réelles définies sur S, on définit leur somme f + g « point par
point », c’est-à-dire par la formule

∀x ∈ S, ( f + g)(x) = f (x) + g(x).

On fait de même pour le produit, l’opposé, la différence. . .


Les propriétés (C1) à (C9) de la section 1.2 sont encore valables, à l’exception de (C8) : dire
qu’une fonction f n’est pas nulle ( f 6= 0) signifie qu’elle n’est pas la fonction nulle (autrement dit,
il existe x ∈ S tel que f (x) 6= 0) ; dire qu’elle est inversible équivaut à dire qu’elle est partout non
nulle (autrement dit, que l’on a f (x) 6= 0 pour tout x ∈ S).
On dit que f ≤ g si l’on a f (x) ≤ g(x) pour tout x dans S. Cette relation vérifie les propriétés
(O1) à (O6) de 1.2, à l’exception de (O4) : par exemple la fonction x 7→ x sur R n’est ni positive, ni
négative.
Il est pratique d’utiliser la convention suivante : si f est une fonction réelle définie sur un
ensemble S et si M ∈ R alors dans une expression comme f ≤ M le second membre est interprété
comme la fonction constante M sur S. Donc f ≤ M signifie que

∀x ∈ S, f (x) ≤ M.
22 Chapitre 1. Les nombres réels

Avec cette convention, on prendra garde que la notation « f > 0 » signifie que f (x) > 0 pour
tout x dans S, ce qui n’est pas la même chose que « f ≥ 0 et f 6= 0 ».
On dit qu’une fonction f sur S est majorée s’il existe un réel M tel que f ≤ M. Un tel M est
appelé majorant de f .
Dire que f est majorée par M équivaut à dire que l’image de f , c’est-à-dire la partie de R
définie par

f (S) = Im( f ) = { f (x) : x ∈ S} = {y ∈ R | ∃x ∈ S tel que f (x) = y}

est majorée par M. On définit de même les fonctions minorées et les fonctions bornées.
La somme de deux fonctions majorées (resp. minorées, resp. bornées) a la même propriété. Le
produit et la différence de deux fonctions bornées sont des fonctions bornées. Enfin, f est majorée
(minorée, bornée) si et seulement si − f est minorée (resp. majorée, bornée) (exercice).

1.10 Complément : quelques propriétés des ensembles


Proposition 1.10.1 Pour tout réel x, il existe un et un seul entier relatif k tel que k ≤ x < k + 1.

Preuve. (existence) Considérons d’abord le cas où x ∈ R+ . D’après la propriété d’Archimède, il


existe un entier N tel que x < N. L’ensemble E = {n ∈ N | n ≤ x} des entiers inférieurs ou égaux à
x est contenu dans {0, 1, . . . , N} et contient 0, il est donc non vide et fini. Soit k le plus grand des
éléments de E (pour une démonstration de l’existence d’un plus grand élément d’un sous-ensemble
des réels qui est non vide et fini voir la proposition 1.10.4). On a alors k ≤ x < k + 1. Supposons
maintenant x ∈ R− . On vient de voir qu’il existe un entier k0 tel que k0 ≤ −x < k0 + 1. On obtient
−k0 − 1 < x ≤ −k0 . Si x = −k0 , on pose k = −k0 et sinon, on pose k = −k0 − 1 ; dans les deux cas,
on a k ≤ x < k + 1.
(unicité) Supposons maintenant, qu’il existe deux entiers k et k0 tels que k ≤ x < k + 1 et k0 ≤ x <
k0 + 1. On obtient k ≤ x < k0 + 1, donc k < k0 + 1, soit k ≤ k0 . De même, k0 ≤ k. Finalement k = k0 .
Ceci prouve l’unicité de l’entier recherché. 

Définition 1.10.2 Si x ∈ R, l’unique entier relatif k tel que k ≤ x < k + 1 est appelé partie
entière de x et noté E[x]. L’application R → Z, x 7→ E[x] est appelée fonction partie entière.

Remarque On rencontre aussi les notations [x] et bxc pour la partie entière d’un réel x (et aussi la
notation dxe pour le plus petit entier ≥ x).

Définition 1.10.3 Un ensemble S est fini s’il est vide ou s’il existe un entier n non nul et une
bijection u : {1, 2 . . . , n} → S (ceci revient à dire que S = {u1 , . . . , un } où les éléments ui sont
deux à deux distincts ; on peut alors montrer qu’un tel entier n est unique et on l’appelle le
cardinal de S).

Le principe de récurrence permet d’obtenir le résultat suivant :

Proposition 1.10.4 Un sous-ensemble de R qui est fini et non vide a un plus petit et un plus
grand élément.

Preuve. Si n est un entier non nul, on note P(n) la propriété suivante :

si S est un sous-ensemble non vide de cardinal n de R,


alors S a un plus petit et un plus grand élément.
1.11 Exercices 23

1. (initialisation) un ensemble S de cardinal 1 est un singleton {u1 } et u1 est à la fois le plus


petit et le plus grand élément de S.
2. (hérédité) soit n un entier vérifiant P(n), S un ensemble fini de cardinal n+1 et u : {1, . . . , n+
1} → S une bijection. L’ensemble S0 = {u(1), . . . , u(n)} est en bijection avec {1, . . . , n}, donc
a un plus petit élément m0 et un plus grand élément M 0 . Si m0 ≤ u(n + 1) ≤ M 0 , on pose
m = m0 et M = M 0 ; si u(n + 1) < m0 , on pose m = u(n + 1) et M 0 = M, si M 0 < u(n + 1), on
pose m = m0 et M = u(n + 1). Dans les trois cas, m est un plus petit élément de S et M un
plus grand élément. La propriété P(n + 1) est donc vérifiée.
Par récurrence sur n, la propriété P(n) est vérifiée pour tout n ∈ N \ {0}. 

Proposition 1.10.5 1. Tout sous-ensemble d’un ensemble fini S est fini.


2. Un sous-ensemble S de N est fini si et seulement si il existe un entier n tel que S ⊂
{0, 1, . . . , n}.

Preuve. (1) Exercice (on pourrait faire une récurrence sur le cardinal de S).
/ on a S ⊂ {0}. Sinon, S a un plus grand élément n, donc on a
(2) (⇒) Supposons S fini. Si S = 0,
S ⊂ {0, . . . , n}.
(⇐) Pour n ∈ N, notons P(n) la propriété :
si S est un sous-ensemble non vide de {0, . . . , n}, alors S est fini.
1. Pour n = 0, soit S un sous-ensemble non vide de {0} ; on a S = {0} ; donc S est fini.
2. Soit n un entier tel que P(n) soit vérifiée et soit S un sous-ensemble non vide de {0, . . . , n +
1}. Si n + 1 ∈ / S, on a S ⊂ {0, . . . , n} et par hypothèse S est fini. Si n + 1 ∈ S, on pose
S0 = S {0, . . . , n} ; cet ensemble est fini par hypothèse. Si S0 = 0,
/ on a S = {n + 1}, donc S
T

est en bijection avec {1}. Sinon, il existe une bijection u : {1, . . . , m} → S0 où m ∈ N \ {0}.
On peut alors prolonger u en une bijection (encore notée u) de {1, . . . , m, m + 1} sur S telle
que u(m + 1) = n + 1. Donc S est fini.
Par récurrence sur n, P(n) est vérifiée pour tout n ∈ N \ {0}. 

Proposition 1.10.6 Soit S un sous-ensemble non vide de N. Alors,


1. L’ensemble S a un plus petit élément.
2. Si S est majoré, il a un plus grand élément.

Preuve. (1) Soit n ∈ S et S0 = {0, . . . , n} S. On a S0 ⊂ {0, . . . , n}, donc S0 est fini et comme il
T

contient n, il est non vide ; il a un plus petit élément m, qui est aussi un plus petit élément de S.
(2) Si A ∈ R majore S, il existe un entier n tel que A ≤ n et qui majore donc S. On a S ⊂ {0, . . . , n},
donc S est fini et a un plus grand élément. 

Ces deux propriétés sont-elles vérifiées dans R ? Et dans Z ?

1.11 Exercices
Relation d’ordre
Exercice 1.1 Soient x et y des réels tels que −2 ≤ x ≤ 3 et −7 ≤ y ≤ −5. Encadrer les réels x2
x2
et 2 .
y − x2
24 Chapitre 1. Les nombres réels
Exercice 1.2 Déterminer les ensembles suivants :
   
1 1
x ∈ R : ∃n ∈ N \ {0}, ≤ x ≤ 1 x ∈ R : ∀n ∈ N \ {0}, ≤ x ≤ 1 .
n n

Valeur absolue
Exercice 1.3 Soient x et y des réels tels que |x − 1| ≤ 2 et −5 ≤ y ≤ −4. Encadrer les réels
x
x + y, x − y, xy, et |x| − |y|.
y

Exercice 1.4 Soit x un réel tel que |x| ≤ 1. Montrer que



x + sin x
x7 + x − 3 ≤ 2.

Majorant, minorant
Exercice 1.5 (Extrait d’un contrôle continu.) Soient e, m, M des nombres réels qui vérifient
m < e < M. Montrer qu’on a

|e| < max{|m|, |M|} ≤ |m| + |M|.

Exercice 1.6 L’ensemble


 
x−y
| x ∈ [−1, 1], y ∈ [−1, 1] .
x+y+3

est-il majoré ? minoré ?

Exercice 1.7 L’ensemble


n2 − cos n
 
|n ∈ N
n2 − 2
est-il majoré ? minoré ?

Exercice 1.8 Pour tout n ∈ N on pose

10n3 − 2n + exp(−n)
A(n) = .
−n5 + n2 + (−1)n

Déterminer un entier N tel que pour tout n supérieur à N on ait |A(n)| < 10−5 .

Borne supérieure, inférieure


Exercice 1.9 Déterminer (s’ils existent) le minimum, maximum, la borne supérieure et infé-
rieure (dans R) des ensembles suivants :

(a) ] − ∞, 2[ (b) ] − ∞, 2] (c) ] − 2, 5]


(d) R∗ (e) [1, 2] ∪ {3} (f) 0/
(g) {x ∈ R : x2 ≤ 3}, (h) {x ∈ R : x2 < 3} (i) {x ∈ Q : x2 ≤ 3}

Exercice 1.10 Déterminer (s’ils existent) le minimum, le maximum, la borne supérieure et la


borne inférieure
 (dans R) des
 ensembles
 suivants : 
1 1 n 2
(a) : n ∈ N \ {0} , (b) − + [1 + (−1) ]n : n ∈ N \ {0}
n n
1.11 Exercices 25

Récurrence
Exercice 1.11 Démontrer la proposition 1.8.1 :
n
n(n + 1)
∀n ∈ N \ {0}, ∑k= .
k=1 2

Exercice 1.12 1. Soient a, b ∈ R et n ∈ N. Démontrer la formule du binôme (proposi-


tion 1.8.2) :
n  
n
∀a, b ∈ R, ∀n ∈ N, (a + b)n = ∑ k ak bn−k .
k=0

2. Soit a ≥ 0. Montrer que pout tout n ∈ N on a les deux relations suivantes :

(1 + a)n ≥ 1 + na
n(n − 1) 2
(1 + a)n ≥ a
2

Exercice 1.13 Soient n ∈ N \ {0} et a1 , . . . , an des nombres réels. Montrer que

|a1 + · · · + an | ≤ |a1 | + · · · + |an |

Exercice 1.14 (Extrait d’un contrôle continu de 2011/2012.) Démontrer par récurrence que
pour tout n ∈ N \ {0} et x > −1 on a (1 + x)n ≥ 1 + nx.

Un peu de topologie
Exercice 1.15 (on imitera l’exemple qui suit la définition 1.6.2 de la page 17.) Soit b ∈ R.
1. Montrer (en utilisant la définition d’un ensemble ouvert) que l’intervalle ] − ∞, b[ est
ouvert.
2. En déduire que l’intervalle [b, +∞[ est fermé.
3. Montrer que l’intervalle [b, +∞[ n’est pas ouvert.
4. En déduire que l’intervalle ] − ∞, b[ n’est pas fermé.
5. L’intervalle ] − ∞, b] est-il compact ?

Exercice 1.16 Soient A, B deux sous-ensembles de R. Démontrer la proposition 1.6.3 :


1. Montrer que si A et B sont ouverts alors A ∪ B et A ∩ B sont ouverts.
2. Montrer que si A et B sont fermés alors A ∪ B et A ∩ B sont fermés.
(Voir aussi l’exercice 1.28.)

Exercice 1.17 Soit S ⊂ R. Donner la définition de : x ∈ R n’est pas un point d’adhérence de S.

Exercice 1.18 Décider pour chaque ensemble s’il est ouvert, fermé et déterminer son adhé-
rence :
1. S1 = ] − ∞, 2]
2. S2 = [0, 1] ∪ {2}
3. [−5, 3] \ {0}
4. ]1, 2[ ∪ ]3, +∞[
5. ]1, 2[ ∪ [3, 4]

La droite réelle complétée


26 Chapitre 1. Les nombres réels

Exercice 1.19 Déterminer dans R


e la borne supérieure et inférieure des ensembles des exer-
cices 1.9 et 1.10.

Vrai/Faux ?
Exercice 1.20 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument ou un contre exemple.
1. Un ensemble S ⊂ R est majoré si pour tout x ∈ S il existe un M ∈ R tel que x ≤ M.
2. Tout sous-ensemble de R qui est majoré admet un maximum.
3. Tout sous-ensemble de R qui est majoré admet une borne supérieure.
4. Si un sous-ensemble S de R admet un maximum M alors M = sup(S).
5. [1, +∞[ est une partie fermée de R.
6. Le maximum de l’ensemble [1, 2[ est 2.
7. 3 est un majorant de l’ensemble [1, 2[.
8. Un ensemble S est ouvert s’il existe ε > 0 tel que pour tout x ∈ S, Uε (x) ⊂ S.
9. Un ensemble qui n’est pas ouvert est fermé.
10. R est à la fois ouvert et fermé.
11. Soit S ⊂ R un ensemble dont le complémentaire est fermé, alors S est ouvert.
12. 0 et 1 sont des points d’adhérence de l’ensemble { 1n : n ∈ N \ {0}}.

Exercices supplémentaires
Exercice 1.21 Montrer que pour tout n ∈ N \ {0} on a
n
n(n + 1)(2n + 1)
∑ k2 =
6
k=1
n
n(n + 1) 2
 
∑ k3 =
2
k=1

Exercice 1.22 Soit x un réel.


1. On suppose x ≥ 1. Montrer qu’il existe un unique entier naturel n tel que 2n ≤ x < 2n+1 .
2. On suppose x > 0. Montrer qu’il existe un unique entier n tel que 2n ≤ x < 2n+1 .

Exercice 1.23 Soit ` ∈ R. Montrer que l’ensemble I` des réels x vérifiant

|x| ≤ 1 et |x − `| ≤ 1

est un intervalle. Tracer le graphe de la fonction représentant la longueur de I` en fonction de `.

Exercice 1.24 On considère deux parties quelconques A et B de R. On suppose que A est borné
et que B est majoré. Pour chacun des ensembles suivants, on dira s’il est automatiquement borné
(ou majoré) :
1. un sous-ensemble quelconque de A (de B) ;
2. pour c réel donné, l’ensemble cA = {ca | a ∈ A} ;
3. pour c réel donné, l’ensemble cB ;
4. l’ensemble {ca | a ∈ A, c ∈ R} ;
5. A ∩ B ;
6. A ∪ B ;
7. A + B = {a + b | a ∈ A, b ∈ B} ;
8. {a/b | a ∈ A, b ∈ B non nul} ;
9. {x ∈ R | x2 ∈ B} ;
1.11 Exercices 27

10. {x ∈ R | sin(x) ∈ A}.

Exercice 1.25 Démontrer la proposition 1.5.6 : soit S un sous-ensemble de R et

−S = {−s : s ∈ S}.

1. Montrer que M est un majorant de S si et seulement −M est un minorant de −S.


2. Montrer que S possède un maximum si et seulement si −S possède un minimum et
qu’alors min(−S) = − max(S).
3. Montrer que S possède un maximum si et seulement si −S possède un minimum et
qu’alors inf(−S) = − sup(S).

Exercice 1.26 Soient S et T des sous-ensembles de R. On pose

S + T = {s + t : s ∈ R,t ∈ R}.

1. Montrer que si S et T sont majorés et non vides, alors S + T aussi et sup(S + T ) =


sup(S) + sup(T ).
2. Montrer que si S et T sont minorés et non vides, alors S + T aussi et inf(S + T ) =
inf(S) + inf(T ).
3. Montrer que les formules sont valables pour des sous-ensembles non vides quelconques
de R en prenant inf(S) ∈ R̃ et sup(S) ∈ R̃.

Exercice 1.27 Soient S et T des sous-ensembles de R. On pose

S − T = {s − t : s ∈ R,t ∈ R}.

1. Montrer que si S et T sont bornés et non vides, alors sup(S − T ) = sup(S) − inf(T ) et
inf(S − T ) = inf(S) − sup(T ).
2. Montrer que les deux formules sont valables pour des sous-ensembles non vides arbitraires
de R en prenant inf(S) ∈ R̃ et sup(S) ∈ R̃.

Exercice 1.28 Soient, pour tout n ∈ N, An un sous-ensemble de R. Soient N un entier tel que
N ≥ 2 et B1 , . . . , BN des sous-ensembles de R.
S
1. Montrer que si chaque An est ouvert alors leur union n∈N An est ouverte et si chaque An
T
est fermé alors leur intersection n∈N An est fermée.
T
2. Montrer que si chaque Bn est ouvert alors leur intersection 1≤n≤N Bn est ouverte et si
S
chaque Bn est fermé alors leur union 1≤n≤N Bn est fermée.
3. Montrer que N est un sous-ensemble fermé de R.

Fonction partie entière


Exercice 1.29 1. Déterminer la partie entière de −π ?
2. Tracer le graphe de la fonction partie entière.
3. Pour deux réels x et y quelconques, comparer [x + y] et [x] + [y].

Exercice 1.30 Soit f : R → R la fonction définie par f (x) = x − E[x] pour x réel.
1. Montrer que pour tout x ∈ R, on a 0 ≤ f (x) < 1.
2. Montrer que la fonction f est périodique de période 1.
3. Tracer le graphe de f .
2. Suites numériques

Dans ce chapitre, on étudie les premières propriétés de convergence des suites réelles.

2.1 Définitions
Définition 2.1.1 1. On appelle suite réelle toute application u : n 7→ u(n) de N dans R. Pour
n ∈ N on écrit souvent un au lieu de u(n) et on dit que un est le terme d’indice n de la
suite. On note la suite u aussi par (un )n∈N .
2. Soit n0 ∈ N. Par extension, on appelle suite réelle toute application u : n 7→ u(n) de
l’ensemble {n ∈ N | n ≥ n0 } dans R. On notera (un )n≥n0 une telle suite.
3. Si tous les termes d’une suite réelle (un )n≥n0 sont dans un sous-ensemble S de R alors on
dit que u est une suite à valeurs dans S (donc ∀n ∈ N, n ≥ n0 , on a un ∈ S).

Remarque 1. Une suite est donc une fonction comme une autres. La notation (un )n≥n0 (plutôt
que « n 7→ u(n) », ou simplement u n’a aucune justification autre que la tradition. On va aussi
se permettre d’utiliser la notation (un ) si la valeur de n0 n’a pas d’importance.
2. Soient u = (un )n≥n0 et v = (vn )n≥n0 deux suites et α, β ∈ R. Comme u et v sont des fonctions
de T = {n ∈ N | n ≥ n0 } dans R, αu + β v, u · v et (si ∀n ∈ T , vn 6= 0) u/v sont des fonctions
de T dans R, donc des suites. Par exemple, la suite αu + β v est définie par (αu + β v)n =
αun + β vn , ∀n ∈ N, n ≥ n0 . La suite u + α est la somme de la suite (fonction) u et la suite
(fonction) constante qui ne prend que la valeur α.
3. Les propriétés (C1) à (C9) de 1.2 sont encore valables, à l’exception de (C8) : dire qu’une
suite n’est pas nulle (u 6= 0) signifie qu’il existe n ∈ N tel que un 6= 0) ; dire qu’elle est
inversible équivaut à dire que l’on a pour tout n ∈ N un 6= 0 ).
4. On dit que u ≤ v si l’on a un ≤ vn pour tout n ∈ N. Cette relation vérifie les propriétés (01) à
(06) de la section 1.2, à l’exception de (04) : par exemple la suite un = (−1)n n’est ni positive,
ni négative.
30 Chapitre 2. Suites numériques

Définition 2.1.2 Soit (un ) une suite réelle. On dit que u est
1. constante si tous les termes de la suite sont égaux : pour tout n ∈ N, un = u0 .
2. majorée, (respectivement minorée, bornée) si l’ensemble {un | n ∈ N} est majoré (respec-
tivement minorée, bornée).

Remarque La notion de suite majorée, minorée, bornée sont des cas particuliers de la notion de
fonction majorée, minorée, bornée.

Comme exercice on écrira à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite non majorée, non
minorée, non bornée (exercice 2.1).

2.2 Définition de la convergence d’une suite


Définition 2.2.1 Soit u une suite réelle.
1. On dit que u converge vers un réel ` (ou tend vers `, ou a pour limite `) si

∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n ∈ N, (n ≥ N ⇒ |un − `| < ε).

2. On dit que u converge s’il existe un réel ` tel que u tend vers `.
3. Si u ne converge pas on dit que u diverge.

Remarque D’une façon moins formelle, mais moins précise, dire qu’une suite u tend vers `
signifie : « un intervalle ouvert arbitrairement petit centré en ` contient tous les termes de la suite à
partir d’un certain rang », autrement dit, contient tous les termes de la suite sauf un nombre fini.

Exemple Dans la figure 2.1 on a représenté les termes de la suite un = 1 + 1n cos(n), pour n =
3, . . . , 150 en reliant deux termes successifs par un segment. En regardant cette tranche de la suite
on conjecture que la suite tend vers 1. On conjecture aussi qu’à partir du terme u34 tous les termes
de la suite sont entre les deux droites y = 0.97 et y = 1.03, ce qui signifie que pour n ≥ 34 on a
0.97 < un < 1.03 et donc |un − 1| < 0.03. Donc pour ε = 0.03 on conjecture que le rang N = 34
vérifie la condition de la définition de convergence de la suite (un ) vers 1 : n ≥ N = 34 implique
que |un − 1| < ε = 0.03.
Si pour ε = 0.03 on veut déterminer un rang N par un calcul on utilise la majoration suivante :

1 1 1
|un − 1| = |1 + cos(n) − 1| = | cos(n)| ≤ .
n n n

On veut 1/n < 0.03, ce qui ce traduit par n > 1/0.03 = 33.3, et donc le rang N = 34 (ou tout autre
rang qui vérifie N ≥ 34) convient. (Le fait que ce calcul nous donne le rang minimal est dû au
fait que la majoration qu’on a utilisé est très bonne, mais pour la définition on n’a pas besoin de
déterminer un rang « optimal ».)
Dans la figure 2.2 on a représenté les termes de la suite un = 1 + n1 cos(n) pour n = 33, . . . , 150.
On conjecture qu’à partir du terme u100 tous les termes de la suite sont entre les deux droites y = 0.99
et y = 1.01, ce qui signifie que pour n ≥ 100 on a 0.99 < un < 1.01 et donc |un − 1| < 0.01. Donc
pour ε = 0.01 on conjecture que le rang N = 100 vérifie la condition de la définition de convergence
de la suite (un ) vers 1.
Pour déterminer un rang N associé à ε = 0.01 par un calcul on procède comme pour ε = 0.03 :
On veut 1/n < 0.01, ce qui ce traduit par n > 1/0.01 = 100, et donc le rang N = 101 (ou tout autre
rang qui vérifie N ≥ 101) convient.
On généralise pour  un ε > 0 arbitraire (mais fixé). On veut 1/n < ε, ce qui ce traduit par
n > 1/ε. Posons N = ε1 + 1, où [ ε1 ] est la partie entière de 1/ε, c’est-à-dire le plus grand entier qui
2.2 Définition de la convergence d’une suite 31

est inférieur ou égal à 1/ε. N est donc (le plus petit entier qui est) supérieur à 1/ε. Mais N > 1/ε
implique que 1/N < ε et donc
1 1 1 1
n≥N ⇒ |un − 1| = |1 + cos(n) − 1| = | cos(n)| ≤ ≤ < ε.
n n n N
Par définition (un ) converge vers 1. (Notons que pour ε > 0 donné on aurait pu prendre
n’importe quel entier N supérieur à 1/ε).

un

n =34
1.1

1.05 y =1.03

y =0.97
0.95

0.9

0.85

n
0 20 40 60 80 100 120 140

F IGURE 2.1 – La suite un = 1 + 1n cos(n), pour n = 3, . . . , 150

un
1.04 n =34

y =1.03
1.03

1.02 n =100
y =1.01
1.01

0.99 y =0.99

0.98
y =0.97
0.97
n
40 60 80 100 120 140

F IGURE 2.2 – La suite un = 1 + 1n cos(n), pour n = 2, . . . , 80

Remarque 1. Pour les démonstrations, la terminologie suivante est utile : la convergence d’une
suite u vers un réel ` nous permet de construire une fonction N :]0, +∞[→ N, ε 7→ N(ε) telle
que
∀ε > 0, ∀n ∈ N, (n ≥ N(ε) ⇒ |un − `| < ε).
32 Chapitre 2. Suites numériques

2. Quand on travaille avec les suites, les variables n et N désignent toujours des entiers, donc
on se permet d’utiliser comme définition de convergence :

∀ε > 0, ∃N, (n ≥ N ⇒ |un − `| < ε).

3. En explicitant la « variable » n, on dit aussi que « un tend vers ` lorsque n tend vers +∞ ».
L’expression « u tend vers ` » est en fait une abréviation justifiée par le fait que pour les suites
(contrairement à d’autres fonctions), la seule notion de convergence intéressante est celle-ci.
4. Pour ` = 0 on obtient : u tend vers 0 si

∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n ∈ N, (n ≥ N ⇒ |un | < ε),

donc un intervalle ouvert arbitrairement petit centré en 0 contient tous les termes de la suite
à partir d’un certain rang. On en déduit qu’une suite u converge vers un réel ` si la suite
u0 = u − ` tend vers 0. Ceci permet de se ramener au cas d’une limite nulle, souvent plus
simple à manipuler.
5. On peut remplacer l’inégalité stricte |un − `| < ε de la définition de la convergence vers l par
une inégalité large :

∀ε > 0, ∃N = N(ε), (n ≥ N ⇒ |un − `| ≤ ε).

En effet, supposons cette formule vraie et fixons ε > 0 ; Si on pose N 0 (ε) = N(ε/2), alors
n ≥ N 0 (ε) ⇒ |un − `| ≤ ε2 < ε. On en déduit que u vérifie la condition de la définition 2.2.1
de convergence. La réciproque est immédiate.
6. On peut aussi remplacer les intervalles ouverts centrés en ` par les intervalles ouverts
contenant ` (exercice).

Pour s’entraîner avec la définition de suite convergente on utilise cette définition pour établir la
limite des suites de la proposition suivante.

Proposition 2.2.2
 
1
1. La suite converge vers 0.
n n∈N ∗  
1
2. Soit k ∈ N \ {0}, alors la suite converge vers 0.
  nk n∈N ∗
1
3. La suite √ converge vers 0.
n n∈N ∗

Preuve. (1) On veut montrer en utilisant la définition d’une suite convergente que la suite définie
par un = n1 , ∀n ∈ N \ {0}, tend vers la limite l = 0.
Soit ε > 0. La propriété d’Archimède dit qu’il existe un entier N0 tel que ε1 < N0 . On a alors
1 1
n ≥ N0 ⇒ ≤ < ε.
n N0
On a donc montré que pour tout ε > 0 il existe N0 ∈ N tel que

1 1
n ≥ N0 ⇒ |un − l| = − 0 = < ε.

n n
Par définition de convergence d’une suite, la suite (un ) tend bien vers l = 0.
(2) Notons que pour le même N0 on a
1 1 1
n ≥ N0 ⇒ ≤ ≤ < ε,
nk n N0
2.3 Premières propriétés 33

d’où le résultat. (on a utilisé que pour n ∈ N \ {0} et pour k ∈ N \ {0} on a nk ≥ n.)
(3) Exercice 2.5. 

Remarque Notons que (1) est un cas particulier de (2). On a démontré (1) séparément vu l’impor-
tance de la suite ( 1n )n∈N ∗ . Notons que le fait qu’elle converge vers 0 est équivalente à la propriété
d’Archimède.

2.3 Premières propriétés


Proposition 2.3.1 (Unicité de la limite) Si u est une suite qui converge vers `1 et vers `2 , alors
`1 = `2 .

Preuve. Supposons pour arriver a une contradiction que `1 6= `2 . Pour ε = |`1 − `2 |/2 (qui est
strictement positif) on peut trouver N1 , N2 ∈ N tel que

n ≥ N1 ⇒ |un − `1 | < ε,
n ≥ N2 ⇒ |un − `2 | < ε.

On déduit que si n ≥ max{N1 , N2 }, alors

2ε = |`1 − `2 | = |`1 − un + un − `2 | ≤ |`1 − un | + |un − `2 | < 2ε.

On obtient donc une contradiction. 

Notations 2.3.2 Si u est une suite qui converge vers un ` ∈ R on dit que ` est la limite de la
suite et on note :
` = lim un .
n→+∞

La proposition suivante montre que la convergence et la limite d’une suite ne dépend pas des
premiers termes de la suite :

Proposition 2.3.3 Soient u et v deux suites. On suppose qu’il existe un rang R ∈ N tel que
n ≥ R ⇒ un = vn . Si la suite u converge vers un ` ∈ R alors la suite v converge vers `.

Preuve. Soit ε > 0. Il existe N > 0 tel que n ≥ N implique que |un − `| < ε, donc si on pose
N 0 = max(R, N) alors :
n ≥ N 0 ⇒ |vn − `| = |un − `| < ε. 

Proposition 2.3.4 Soient u une suite réelle et ` ∈ R.


1. Si u tend vers ` alors la suite |u| tend vers |`|.
2. La réciproque est vraie pour l = 0 : si |u| tend vers 0 alors u tend vers 0.

Preuve. Notons la suite |u| par v .


(1) Soit ε > 0. On peut trouver N ∈ N tel que n ≥ N implique que |un − l| < ε et donc

vn − |l| = |un | − |l| ≤ |un − l| < ε.

(2) Soit ε > 0. On peut trouver N ∈ N tel que n ≥ N implique que |vn | < ε et donc

|un | = |un | = |vn | < ε. 

2.4 Limites et inégalités


34 Chapitre 2. Suites numériques

Proposition 2.4.1 Soit u une suite qui converge vers un réel ` ∈ R.


1. Si λ est un réel tel que λ > `, alors on a un < λ à partir d’un certain rang (ce qui veut dire :
il existe N0 ∈ N tel que n ≥ N0 implique que un < λ ).
2. Si µ est un réel tel que µ < `, alors on a un > µ à partir d’un certain rang.

Preuve. (1) Pour ε = λ − ` > 0 on peut trouver N0 ∈ N tel que n ≥ N0 implique que |un − `| < ε.
On déduit que
un < ` + ε = λ .
La démonstration de (2) est analogue et laissée comme exercice (exercice 2.10). 

On déduit de 2.4.1 une propriété importante de comparaison de limites :

Proposition 2.4.2 Soient u et u0 deux suites réelles qui convergent respectivement vers ` et `0 .
1. Si ` < `0 , alors on a un < u0n à partir d’un certain rang.
2. Si on a un ≤ u0n à partir d’un certain rang, alors on a ` ≤ `0 .
3. Si c ∈ R est tel qu’on a un ≤ c (respectivement un ≥ c) à partir d’un certain rang, alors on
a ` ≤ c (respectivement ` ≥ c).
0
Preuve. (1) Choisissons un réel λ ∈]`, `0 [ (par exemple λ = `+` 2 ) et appliquons 2.4.1 : comme u
tend vers ` et que ` < λ , il existe N0 tel que un < λ pour tout n ≥ N0 . De même, il existe N1 tel que
u0n > λ pour tout n ≥ N1 . Pour tout n ≥ max(N0 , N1 ) on a donc un < λ < u0n , d’où la conclusion.
(2) Sinon, on aurait `0 < ` d’où une contradiction d’après (1).
(3) Il suffit d’appliquer (2) en prenant pour l’une des deux suites la suite constante (c)n∈N . 

Remarque De façon imagée, on exprime 2.4.2 (2) et (3) en disant que « les inégalités larges passent
à la limite ». Il n’en est pas de même des inégalités strictes : par exemple les suites (un ) = (0) et
1
(vn ) = ( n+1 ) vérifient :
u < v, mais lim un = lim vn .
n→+∞ n→+∞

Proposition 2.4.3 Toute suite convergente est bornée.

Preuve. Soit ` la limite d’une suite convergente u. En appliquant la définition de convergence pour
ε = 1 (par exemple), on obtient un rang N tel que ` − 1 < un < ` + 1 pour tout n ≥ N. (On pourrait
aussi utiliser la proposition 2.4.1.) Donc la suite u est majorée par max{u0 , u1 , . . . , uN−1 , ` + 1} et
minorée par min{u0 , u1 , . . . , uN−1 , ` − 1}. 

Théoreme 2.4.4 — Théorème des gendarmes. Soient u, v et w trois suites réelles.


1. Si u ≤ v ≤ w et si u et w convergent vers une même limite ` alors v converge vers `.
2. Si |v| ≤ w et si w tend vers 0 alors v tend vers 0.

Preuve. (1) Soit ε > 0. On peut trouver N et N 0 tel que

n≥N ⇒ |un − `| < ε,


0
n≥N ⇒ |wn − `| < ε.

La condition n ≥ max{N, N 0 } implique que

` − ε < un < ` + ε
` − ε < wn < ` + ε,
2.5 Limites et opérations 35

et donc
` − ε < un ≤ vn ≤ wn < ` + ε.
On en déduit que |vn − `| < ε.
(2) L’hypothèse |v| ≤ w se traduit par −w ≤ v ≤ w. Il est facile de voir que si w converge vers
0 alors −w converge aussi vers 0. Il suffit alors d’appliquer (1) pour conclure.
Variante : soit ε > 0. On peut trouver N ∈ N tel que n ≥ N implique que |wn | < ε, et donc
|vn | ≤ wn < ε ce qui veut dire que v tend vers 0. 

Proposition 2.4.5
1. Si u = (un )n∈N est une suite à valeurs dans un intervalle I qui converge vers un réel `, alors
` ∈ I.
2. Si u = (un )n∈N est une suite à valeur dans un intervalle fermé F ⊂ R qui converge vers un
réel `, alors ` ∈ F.

Preuve. Exercice 2.11 

Remarque 1. La proposition précédente est valable si on remplace « intervalle » par « sous-


ensemble de R » (voir l’exercice 2.19).
2. On a donc une autre interprétation de la notion d’ensemble fermé : si on a une suite conver-
gente dont tous les termes sont dans un ensemble fermé F alors sa limite est aussi dans
F.

2.5 Limites et opérations


Théoreme 2.5.1 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites réelles convergentes. On a les
propriétés suivantes :
1. Si λ ∈ R, alors la suite λ u converge et lim (λ un ) = λ lim un ;
n→+∞ n→+∞
2. La suite u + v converge et lim (un + vn ) = lim un + lim vn ;
n→+∞ n→+∞ n→+∞
3. La suite uv converge et lim (un vn ) = lim un × lim vn ;
n→+∞ n→+∞ n→+∞  
1
4. Si lim un 6= 0, alors on a un 6= 0 à partir d’un certain rang R ∈ N, donc la suite un
n→+∞ n≥R
1 1
est bien définie. Cette suite converge et on a lim = .
n→+∞ un lim un
n→+∞

Preuve. Notons ` = lim un et `0 = lim vn .


n→+∞ n→+∞
(1) Si λ = 0 l’assertion est immédiate. Sinon, soit ε > 0 donné. Pour ε 0 = ε
|λ | > 0 il existe un rang
N ∈ N tel que n ≥ N implique que |un − `| < ε 0 = |λε | . On déduit que

ε
n≥N ⇒ |λ un − λ `| = |λ | |un − `| < |λ | = ε.
|λ |

(2) Soit ε > 0. Pour ε 0 = ε


2 il existe N ∈ N et N 0 ∈ N tel que

ε
n≥N ⇒ |un − `| < ε 0 = ,
2
ε
n ≥ N0 ⇒ 0 0
|vn − ` | < ε = .
2
36 Chapitre 2. Suites numériques

Soit N := max{N, N 0 }. Alors n ≥ N implique que


ε ε
|(un + vn ) − (` + `0 )| = |(un − `) + (vn − `0 )| ≤ |un − `| + |vn − `0 | < + = ε.
2 2
(3) Prenons d’abord le cas particulier où u et v tendent vers 0 et montrons que uv tend vers 0.
Soit ε > 0. On peut trouver N tel que n ≥ N implique que |un | < ε. On peut aussi trouver N 0 tel
que n ≥ N 0 implique que |vn | < 1. En posant N = max{N, N 0 } on voit que n ≥ N implique que

|un vn | < ε · 1 = ε,

donc la suite uv tend vers 0.


Dans le cas ou l et l 0 sont des nombres réels arbitraires on pose u0 := u − ` et v0 := v − `0 .
Notons que les suites u0 et v0 tendent vers 0. On a

uv − ``0 = (` + u0 )(`0 + v0 ) − ``0 = `v0 + `0 u0 + u0 v0 .

Les suites `v0 et `0 u0 tendent vers 0 en vertu de (1) et la suite u0 v0 tend vers 0 en vertu du cas
particulier que nous avons déjà traité.
On a montré que uv − ``0 est la somme de trois suites qui convergent chacune vers 0, donc en
appliquant (2) deux fois on déduit que uv − ``0 tend vers 0.
(4) Supposons pour fixer les idées que ` > 0. Alors 0 < `/2 < `, eton  déduit de 2.4.1 qu’il
1
existe un rang R tel que n ≥ R implique que un > `/2 > 0. Donc la suite un est bien définie.
n≥R
On suppose pour la suite que n ≥ R, donc on a en particulier 0 < 1/un < 2/`, et donc
1 1
− = ` − un × 1 ≤ ` − un × 2 .

un ` `un `2

l2
Soit ε > 0. Pour ε 0 = ε il existe N ∈ N tel que n ≥ N implique que
2
l2 1 1 2 `2 2
|un − `| < ε , et donc | − | ≤ |` − un | × 2 ≤ ε = ε. 
2 un ` ` 2 `2
On peut généraliser la proposition précédente pour la somme et le produit de plus de deux
suites : exercice 2.13.

2.6 Utilisation des sous-suites


Définition 2.6.1 Soit (un ) une suite réelle. Une sous-suite de u est une suite v de la forme
n 7→ vn = uϕ(n) , où ϕ : N → N est une application strictement croissante.

Notations 2.6.2 Soit (un )n∈N une suite réelle. En prenant ϕ(n) = 2n dans la définition précé-
dente on obtient la sous-suite (vn )n∈N = (u2n )n∈N de (un )n∈N qu’on appelle sous-suite des termes
d’indices pairs de (un ). On définit d’une manière similaire la sous-suite des termes d’indices
impairs de (un ) par (wn )n∈N = (u2n+1 )n∈N en prenant ϕ(n) = 2n + 1.

Exemple Considérons la suite (un ) = ((−1)n ). La sous-suite des termes d’indices pairs est la suite
(vn ) constante, égale à (1), et celle des termes d’indices impairs est la suite (wn ) constante, égale à
(−1).
2.7 Exercices 37

Lemme 2.6.3 Soit ϕ : N → N une application strictement croissante. Alors on a ϕ(n) ≥ n pour
tout n ∈ N.
La démonstration, laissée en exercice, est immédiate par récurrence sur n. (On notera cependant
que l’analogue pour les applications de R+ dans R+ est faux !)

Proposition 2.6.4 Soit u une suite réelle admettant une limite `. Alors toute sous-suite de u
converge et tend aussi vers `.

Preuve. Soit v une sous-suite de u, donc il existe une fonction ϕ : N → N strictement croissante tel
que vn = uϕ(n) pour tout n ∈ N. Soit ε > 0. Il existe N ∈ N tel que n ≥ N implique que |un − `| < ε.
Or, n ≥ N implique que ϕ(n) ≥ n ≥ N (lemme 2.6.3) et donc |uϕ(n) − `| < ε. 

Exemple On déduit de cette proposition (et de l’unicité de la limite) que la suite n 7→ (−1)n vue
plus haut ne converge pas, puisqu’elle admet deux sous-suites n’ayant pas la même limite.

Dans le cas particulier des sous-suites des termes de rang pair et impair, on a une sorte de
réciproque :

Proposition 2.6.5 Soit (un ) une suite réelle et ` ∈ R. Il y a équivalence entre les deux propositions
suivantes :
1. La suite (un ) converge vers `.
2. Les deux sous-suites (u2n ) et (u2n+1 ) convergent vers `.

Preuve. On note vn = u2n et wn = u2n+1 .


(1)⇒(2) : cas particulier de 2.6.4.
(2)⇒(1) : supposons que les sous-suites (vn ) et (wn ) convergent toutes les deux vers `, et
montrons qu’il en est de même de u. Pour tout ε > 0 fixé, la définition de convergence d’une suite
nous donne l’existence de deux entiers N0 et N1 tels que pour tout n ∈ N :

n ≥ N0 ⇒ |vn − `| < ε
n ≥ N1 ⇒ |wn − `| < ε.

On pose N = max(2N0 , 2N1 + 1) et on va montrer que n0 ≥ N implique que |un0 − `| < ε. On


distingue deux cas :
Cas 1. Si n0 est pair, on peut écrire n0 = 2n. Notons que n0 ≥ N nous donne 2n ≥ max(2N0 , 2N1 +
1) ≥ 2N0 , et donc n ≥ N0 , ce qui implique

|un0 − `| = |u2n − `| = |vn − `| < ε.

Cas 2. Si n0 est impair, on peut écrire n0 = 2n + 1. Notons que n0 ≥ N nous donne 2n + 1 ≥


max(2N0 , 2N1 + 1) ≥ 2N1 + 1, et donc n ≥ N1 , ce qui implique

|un0 − `| = |u2n+1 − `| = |wn − `| < ε.

Dans les deux cas, on a montré |un0 − `| < ε et on déduit que la suite u converge vers `. 

2.7 Exercices
Définition d’une suite numérique
38 Chapitre 2. Suites numériques

Exercice 2.1 Écrire à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite non majorée, non
minorée, non bornée.

Exercice 2.2 Montrer que la suite (un ) définie par

2n − 7
∀n ∈ N, un =
3n + 2
est majorée par 2/3, et minorée par −7/2.

Définition d’une suite convergente


Exercice 2.3 Soit (un ) une suite réelle. Parmi les énoncés suivants, dire lesquels sont équiva-
lents à « (un ) converge vers 0 » :
1. ∃ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n > N, |un | < ε,
2. ∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n > N, |un | ≤ ε,
3. ∃ε > 0, ∀N ∈ N, ∃n > N, |un | < ε,
4. ∀ε > 0, ∀N ∈ N, ∃n > N, |un | < ε.

Exercice 2.4 1. Soit l ∈ R. Écrire à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite qui ne
converge pas vers l. Écrire à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite qui diverge.
2. Montrer en utilisant la définition d’une suite qui diverge donnée en 1) que la suite ((−1)n )
diverge.

Exercice 2.5 On considère la suite a = (an )n∈N\{0} définie pour tout n ∈ N \ {0} par

1
an = √ .
n

1. Trouver un entier N à partir duquel la valeur absolue du terme général est inférieure à
10−2 . Même question pour 10−3 et 10−4 .
2. Montrer en utilisant la définition de convergence d’une suite que la suite a converge vers
0.

Exercice 2.6 Trouver la limite des suites numériques (an )n∈N\{0} , (bn )n∈N\{0} , (cn )n∈N\{0} ,
définies ∀n ∈ N \ {0} par

√ √ 3n2 − 2n + 1 n2 + (−1)n
an = n+1− n bn = cn =
n2 + 1 n2 − 1
Justifier la réponse en n’utilisant que la définition de convergence d’une suite. (La suite
(cn )n∈N\{0} est extraite de l’examen de l’année 2011/2012.)

Exercice 2.7 Montrer en utilisant la définition que si u est une suite qui converge vers 0 et v
une suite bornée alors la suite uv converge vers 0.

Exercice 2.8 Soit (un ) une suite qui converge vers un nombre réel l. Soit (vn ) une suite qui
vérifie :
∀ε > 0, ∃N ∈ N, (n ≥ N ⇒ |un − vn | < ε).
Montrer que la suite (vn ) converge vers l.

Limites et inégalités
2.7 Exercices 39
Exercice 2.9 Voici une « démonstration fausse » du théorème des gendarmes : « Puisque les
inégalités larges passent à la limite, on a ` ≤ lim un ≤ `, donc lim un = `. » Où est l’erreur ?
n→+∞ n→+∞

Exercice 2.10 Compléter la démonstration de la proposition 2.4.1 : Soient u une suite qui
converge vers ` ∈ R et µ un réel tel que µ < `. Montrer (en utilisant la définition de convergence
d’une suite) qu’on a un > µ pour tout n assez grand.

Exercice 2.11 Soient a, b ∈ R.


1. Soit I un intervalle d’extrémités a et b (donc I = [a, b], I = [a, b[, I = ]a, b], ou I = ]a, b[).
Montrer que si u = (un )n∈N est une suite à valeur dans I qui converge vers un réel ` ∈ R,
alors ` ∈ I.
2. Même question pour un intervalle de la forme ]a, +∞[, [a, +∞[, ] − ∞, a[, ou ] − ∞, a].
3. En déduire que si u = (un )n∈N est une suite à valeur dans un intervalle fermé I qui converge
vers un réel ` ∈ R, alors ` ∈ I.
4. Donner l’exemple d’un intervalle I et d’une suite à valeurs dans I qui converge mais dont
la limite n’est pas dans I.
(Voir aussi l’exercice 2.19.)

Exercice 2.12 Soit u = (un )n∈N une suite à valeurs dans N. Montrer que si u converge alors sa
limite est un entier et la suite est stationnaire. (Indication : N est un ensemble fermé.)

Limites et opérations
Exercice 2.13 Un résultat du cours (théorème 2.5.1) dit que la somme (produit) de deux suites
convergentes converge et que la limite est la somme (produit) des limites des deux suites. Le but
de l’exercice est de généraliser ce résultat pour k suites, k ≥ 2. Soient donc k ∈ N, k ≥ 2, et u(i)
une suite pour tout i ∈ {1, . . . , k}.
1. Montrer (par récurrence) que la suite u(1) + · · · + u(k) converge et que sa limite est la
somme des limites des suites u(1) , . . . , u(k) .
2. Montrer que la suite u(1) · · · u(k) converge et que sa limite est le produit des limites des
suites u(1) , . . . , u(k) .
3. En déduire que la suite n1k converge vers 0.


Exercice 2.14 Soit u une suite réelle qui converge vers 0. On définit une suite v par

vn = n un = un + · · · + un .
| {z }
n termes

Le raisonnement suivant est il vrai ou faux ? « vn est la somme de n suites tendant vers 0, donc
limn (vn ) = 0. »

Étude de la convergence d’une suite


40 Chapitre 2. Suites numériques

Exercice 2.15 Étudier la convergence de la suite (un ) définie ∀n ∈ N \ {0, 1} par :

n2 + 1 1 − (−1)n
(1) un = (−1)n ; (2) un = ;
n2 − 1 n2

1 (−1)n
(3) un = cos n; (4) un = ;
n 2 + 4 + 6 + · · · + 2(n + 1)

n2 − n + 1 n3 + sin(cos(n))
(5) un = ; (6) un = ;
n3 + 2n + 1 n3 + cos(sin(n))

n−n+1 √ √
(7) un = ; (8) un = n + 1 − n;
1 + 3n

√ " 1
# 100
n
1 100

n
(9) un = ∑ √ √ ; (10) un = 1+ −1 ;
k=1 2n n + k n

an n3 − 2n2 n3 + 2n
(11) un = a ∈ R; (12) un = − ;
nn n−1 n+1

n7 + 3n5 n6 − 7n4
(13) un = √ − .
n5 + n3 + n n4 + (sin n)8
Chaque fois que vous utilisez une propriété des suites numériques citez le résultat du cours qui
énonce cette propriété. (Les suites (7) à (10) sont extraits de contrôles continus.)

Utilisation de sous-suites
Exercice 2.16 Soient u = (un )n≥0 une suite et p ∈ N \ {0}.
1. Montrer que la suite v = (vn )n≥0 définie par vn = un+p , n ∈ N est une sous-suite de u.
2. Montrer en utilisant la définition de la convergence d’une suite que si u converge alors v
converge vers la même limite.

Exercice 2.17 Le but de l’exercice est de montrer que la suite v = (cos(n))n∈N diverge. Suppo-
sons pour arriver à une contradiction que la suite v converge et notons sa limite par `.
1. Démontrer les relations

cos(n + 1) − cos(n − 1) = −2 sin(n) sin(1) (i)


cos(n + 1) = cos(n) cos(1) − sin(n) sin(1) (ii)

2. Déduire de (i) que la suite u = (sin(n))n∈N converge et que sa limite est 0.


3. Déduire de (ii) qu’on aurait alors ` = 0.
4. Montrer qu’on arriverait alors à une contradiction.
5. Utiliser la même méthode pour montrer que la suite u diverge.
(Voir aussi l’exercice 2.22.)

Vrai/Faux ?
Exercice 2.18 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument ou un contre exemple.
1. (Extrait d’un examen) Soient (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites convergentes telles qu’on ait
∀n ∈ N, un < vn , alors on a limn→+∞ un < limn→+∞ vn .
2.7 Exercices 41

2. (Extrait d’un examen) Soit (un )n∈N une suite qui converge vers 0, alors on a un ≤ 1 pour
tout n assez grand.
3. (Extrait d’un examen) Soit (un )n∈N une suite qui vérifie un < 0 pour tout n assez grand,
alors (un )n∈N ne converge pas vers 0.
4. (Extrait d’un examen) Soient (un )n∈N une suite qui converge vers 0, et (vn )n∈N une suite
arbitraire, alors la suite (un vn )n∈N converge vers 0.
5. (Extrait d’un examen) Une suite (un )n∈N est convergente si et seulement si toute sous-suite
de (un )n∈N est convergente.
6. (Extrait d’un examen) Soit (un )n∈N une suite convergente, alors la suite de terme général
vn = un − u2n converge vers 0.
7. Si (un )n∈N est une suite telle que (|un |)n∈N converge vers une limite ` ∈ R alors la suite
(un )n∈N converge vers ` ou −`.
8. Si (un )n∈N est une suite qui converge vers une limite ` ∈ R alors la suite (|un |)n∈N converge
vers |`|.
9. Si u est une suite bornée et v est une suite qui tend vers 0 alors la suite uv tend vers 0.
10. La suite
1 1 1 1 1 1
1, , , , , , , . . .
4 3 8 7 16 15
1

est une sous suite de la suite n .

Exercices supplémentaires
Exercice 2.19
1. Soit u une suite à valeurs dans un sous-ensemble S de R. Si u converge, disons vers l ∈ R,
alors on a l ∈ S̄.
2. Soit u une suite à valeurs dans un sous-ensemble fermé F de R. Si u converge, disons
vers l ∈ R, alors on a l ∈ F.

Exercice 2.20 Pour tout entier n ≥ 2, on pose


n       
1 1 1 1
un = ∏ 1 − 2 = 1 − 2 1− 2 ··· 1− 2 .
k=2 k 2 3 n

k−1 k+1
Montrer, en écrivant chaque facteur sous la forme , que ce produit se simplifie
k k
considérablement. En déduire que u converge et préciser sa limite.

Exercice 2.21 Soit (un )n∈N\{0} une suite qui converge vers un nombre réel l. Pour tout n ∈
N \ {0} on pose
u1 + · · · + un 1 n
Tn = = ∑ uk .
n n k=1
Montrer que la suite (Tn )n∈N\{0} converge vers l.

Exercice 2.22 Pour étudier la convergence de la suite u = (sin(n))n∈N , on pose pour tout n ∈ N,
h π πi h π i
An = 2πn + , 2πn + , Bn = 2πn − , 2πn .
6 2 3
1. Montrer que pour tout n ∈ N, l’intervalle An contient au moins un entier et notons par an
un de ces entiers, disons le plus petit des entiers dans An .
2. Montrer que (sin(an ))n∈N est une sous-suite de u.
42 Chapitre 2. Suites numériques

3. Trouver un encadrement pour la suite (sin(an ))n∈N .


4. Trouver de la même manière une sous-suite (sin(bn ))n∈N en choisissant un entier bn ∈ Bn ,
pour tout n ∈ N et encadrer cette sous suite.
5. Montrer que la suite u est divergente.
3. Suites réelles monotones

3.1 Suites monotones


Définition et première propriété
Définition 3.1.1 On dit qu’une suite réelle u = (un )n∈N est croissante (resp. décroissante,
strictement croissante, strictement décroissante) si pour tout n ∈ N, on a un ≤ un+1 , (resp.
un+1 ≤ un , un < un+1 , un+1 < un ).

Remarque La proposition suivante montre que la notion de suite (strictement) croissante ou


décroissante est un cas particulier de la notion de fonction (strictement) croissante ou décroissante.

Proposition 3.1.2 Soit u = (un ) une suite réelle. La suite u est croissante (resp. décroissante,
strictement croissante, strictement décroissante), si et seulement si pour tout n, m ∈ N tels que
n < m on ait un ≤ um , (resp. um ≤ un , un < um , um < un ).

Preuve. On se restreint au cas d’une suite strictement croissante. Les autres cas sont analogues.
(⇐) C’est trivial puisque l’on a toujours n < n + 1.
(⇒) Supposons que

(∗) ∀n ∈ N, un < un+1

et montrons que u est strictement croissante. Soient donc p et q deux entiers naturels tels que p < q :
il s’agit de voir que u p < uq . On peut écrire q = p + 1 + k, où k ∈ N : montrons alors par récurrence
sur k la propriété

P(k) ∀p ∈ N, u p < u p+1+k .

Initialisation : la propriété P(0) n’est autre que (∗), elle est donc vérifiée.
Hérédité : supposons que k > 0 et que P(k − 1) soit vérifiée. Pour tout p ∈ N, on a alors u p < u p+k
d’après P(k − 1), et d’autre part u p+k < u p+k+1 d’après (∗), d’où u p < u p+1+k par transitivité.
Ainsi P(k) est démontrée. 
44 Chapitre 3. Suites réelles monotones

Comme exercice, on écrira à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite non croissante,
décroissante (exercice 3.1).
 
1
Exemple La suite √n+(−1) n est positive, tend vers 0 mais n’est pas décroissante (même pas à
partir d’un certain rang). Voir la figure 3.1.

un
0.8

0.7

0.6

0.5

0.4

0.3

0.2

0.1
n
10 20 30 40 50 60 70 80
1
F IGURE 3.1 – La suite un = √ pour n = 4, . . . , 80
n + (−1)n

Borne d’une suite monotone convergente


On a montré qu’une suite réelle convergente est bornée. Pour les suites monotones, on a plus
précisément :

Proposition 3.1.3 1. Soit (un )n∈N une suite réelle croissante qui converge vers un réel `,
alors elle est majorée par ` et on a ` = sup{un : n ∈ N}.
2. De même, si (un )n∈N est une suite réelle décroissante qui converge vers un réel `, alors
elle est minorée par ` et on a ` = inf{un : n ∈ N}.

Preuve. (1) Supposons que u soit une suite croissante qui converge vers ` ∈ R et montrons par
l’absurde que ` est un majorant de (un ). Pour arriver à une contradiction on suppose qu’il existe
un entier n0 tel que ` < un0 . Pour tout n ≥ n0 on aurait un ≥ un0 > `, ce qui impliquerait (propo-
sition 2.4.2) que ` = lim un ≥ un0 > `, ce qui est impossible. Donc ` est bien un majorant de
n→+∞
(un ).
3.2 Suites adjacentes 45

On a montré que ` est un majorant de l’ensemble S = {un : n ∈ N}. Pour montrer que ` est
le plus petit majorant de S prenons ε > 0 arbitraire et montrons que ` − ε n’est pas un majorant
de S. La définition de convergence d’une suite nous donne un N ∈ N tel que n ≥ N implique que
|un − `| < ε, donc en particulier uN > ` − ε ce qui montre que ` − ε n’est pas un majorant. Donc `
est le plus petit majorant de S : ` = sup{un : n ∈ N}.
(2) Le cas décroissant est laissé comme exercice 3.3. 

Un critère de convergence
Théoreme 3.1.4 Soit u une suite réelle. On a :
1. Si u est croissante et majorée alors u est convergente (et sa limite est sup{un : n ∈ N}).
2. Si u est décroissante et minorée alors u est convergente (et sa limite est inf{un : n ∈ N}).

Preuve. (1) Soit u = (un )n∈N une suite croissante et majorée. Posons S = {un : n ∈ N}. Comme S
est majorée et non vide, S admet une borne supérieure que l’on note par ` : ` = sup{un : n ∈ N}.
On montre que u converge vers ` :
(i) ` est un majorant de S, donc ∀n ∈ N, un ≤ `.
(ii) Soit ε > 0. Comme ` est le plus petit majorant de S, ` − ε n’est plus un majorant de S, donc il
existe un N ∈ N tel que ` − ε < uN . En utilisant en plus le fait que u est croissante on obtient

n ≥ N ⇒ ` − ε < uN ≤ un ≤ `.

On en déduit que |un − `| < ε. On voit donc que u converge vers `.


(2) Le cas décroissant est conséquence du cas croissant en remplaçant u par −u. 

Remarque Pour la démonstration du théorème 3.1.4 (1) on utilise la propriété de la borne su-
périeure (axiome 1.5.3) qui est valable dans R mais pas dans Q. Le théorème 3.1.4 (1) n’est
pas vrai dans Q. Soit par exemple a la suite dont le n-ième terme est le nombre rationnel
qu’on obtient en n’utilisant que n chiffres après la virgule du développement décimal de π :
3, 3.1, 3.14, 3.141, 3.1415, . . .. La suite a est rationnelle et croissante mais tend vers π, donc ne
converge pas dans Q. Voir aussi (2) de la remarque qui suit la proposition 3.3.1.

3.2 Suites adjacentes


Définition 3.2.1 Dire que deux suites réelles (an )n∈N et (bn )n∈N sont adjacentes signifie que
l’une des suites est croissante, l’autre est décroissante et lim (bn − an ) = 0.
n→+∞

Remarque Quitte à renommer les suites, on peut supposer que (an ) est croissante et (bn ) décrois-
sante.

Théoreme 3.2.2 — Théorème des suites adjacentes.


1. Si deux suites a = (an )n∈N et b = (bn )n∈N sont adjacentes, elles convergent dans R et leurs
limites sont égales.
2. Notons par ` la limite des deux suites adjacentes et supposons la notation choisie pour que
a soit croissante et b décroissante. On a alors

∀p ∈ N, ∀q ∈ N, a p ≤ ` ≤ bq .

Preuve. Quitte à renommer les suites, on peut supposer que a est croissante et b décroissante.
46 Chapitre 3. Suites réelles monotones

(1) On pose w = b − a. Notons que pour tout n ∈ N, wn+1 − wn = (bn+1 − bn ) − (an+1 − an ) ≤ 0,


donc w est une suite décroissante. Comme elle converge vers 0, on déduit de la proposition 3.1.3
que w est minoré par 0, donc a ≤ b. En utilisant la monotonie de b on obtient
∀n ∈ N, an ≤ bn ≤ b0 .
La suite a est donc majorée par b0 et comme elle est croissante elle converge (Théorème 3.1.4),
disons vers `. En écrivant b = a + (b − a) on voit que b est la somme d’une suite qui tend vers ` et
d’une suite qui tend vers 0, donc la suite b converge et sa limite est aussi `.
(2) : la proposition 3.1.3 implique que ∀p ∈ N, a p ≤ ` et ∀q ∈ N, ` ≤ bq , ce qu’il fallait
démontrer. 

3.3 Applications
Racine n-ième, Dichotomie

Dichotomie Soit r = 3, donc r vérifie r2 = 3. On va construire (par « dichotomie », ce qui signifie
« couper en deux ») deux suites adjacentes (an ) et (bn ) qui approchent r, une par défaut, l’autre par
excès.
Comme 12 < 3 = r2 < 22 on sait (proposition 1.2.5) que r ∈ [1, 2]. Posons a0 = 1 et b0 = 2.
(Voir Figure 3.2.)
Divisons alors l’intervalle [a0 , b0 ] = [1, 2] en deux et notons c0 = 1.5 son milieu. On a c20 < 3
et comme on a toujours b20 > 3 on déduit comme avant que r ∈ [c0 , b0 ]. Posons a1 = c0 = 1.5 et
b1 = b0 = 2. (Voir Figure 3.2.)
Le milieu c1 = 1.75 de l’intervalle [a1 , b1 ] = [1.5, 2] vérifie c21 = 3.063 > 3, donc si on pose
a2 = a1 = 1.5 et b2 = c1 = 1.75 alors r ∈ [a2 , b2 ]. (Voir Figure 3.2.)
Le milieu c2 = 1.625 de l’intervalle [a2 , b2 ] = [1.5, 1, 75] vérifie c22 = 2.641 < 3, donc si on
pose a3 = c2 et b3 = b2 alors r ∈ [a3 , b3 ]. (Voir Figure 3.2.) √
En répétant cette procédure on obtient deux suites (an ) et (bn ) qui approchent 3 par défaut et
par excès.
La démonstration de la proposition √ suivante (appliqué à cet exemple) montre que les deux
suites sont adjacentes et convergent vers 3. Cette démonstration
√ montre aussi qu’on peut utiliser
la méthode de dichotomie pour montrer l’existence de 3, et en général l’existence de la racine
N-ième d’un nombre réel positif.

Proposition 3.3.1 — Racine N-ième. Soient N ∈ N, N ≥ 2 et x0 ∈]0, +∞[, alors, il existe un


unique réel positif r tel que rN = x0 .

Preuve. Unicité : Pour arriver à une contradiction on suppose que r1 et r2 sont des nombres réels
positifs distincts qui vérifient r1N = r2N = x0 . Quitte a renommer r1 et r2 on peut supposer qu’on a
r1 < r2 , mais la proposition 1.2.5 impliquera alors que r1N < r2N , ce qui est impossible. Donc on a
bien l’unicité.
Existence : On va construire par récurrence deux suites a = (an )n∈N et b = (bn )n∈N (à valeurs
dans ]0, +∞[) qui vérifient aNn ≤ x0 < bNn :
n = 0 : la propriété d’Archimède assure l’existence d’un B ∈ N tel que B > x0 . Comme B ≥ 1
on a BN−1 ≥ 1 (proposition 1.2.5), donc BN ≥ B > x0 . On a aussi 0N = 0 < x0 , donc a0 = 0 et
b0 = B conviennent.
Supposons qu’on a construit pour un n ∈ N an et bn tels que aNn ≤ x0 < bNn . On pose cn = an +b
2
n

et on considère deux cas :


Cas 1 : si cNn ≤ x0 alors on pose an+1 = cn et bn+1 = bn . On a alors
aNn+1 = cNn ≤ x0 < bNn = bNn+1 .
3.3 Applications 47

0 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2


a0 b0
a1 b1
a2 b2
-1
a3 b3
a4 b4


F IGURE 3.2 – Approximation de 3 par dichotomie

Cas 2 : si x0 < cNn alors on pose an+1 = an et bn+1 = cn . On a alors

aNn+1 = aNn ≤ x0 < cNn = bNn+1 .

Donc on a dans les deux cas aNn+1 ≤ x0 < bNn+1 et la suite est définie au rang n + 1.
On va montrer que les deux suites (an ) et (bn ) sont adjacentes.
Notons que la proposition 1.2.5 implique que an < bn , donc cn est le milieu de l’intervalle
[an , bn ], en particulier an < cn < bn .
Notons qu’au cas 1 on a an < cn = an+1 et bn+1 = bn et au cas 2 on a an = an+1 et bn+1 = cn < bn ,
donc la suite a est croissante et la suite b est décroissante.
Comme l’intervalle [an+1 , bn+1 ] est dans les deux cas un des deux moitiés de l’intervalle [an , bn ]
bn − an
on a bn+1 − an+1 = . Il est facile de montrer (par récurrence) que
2
1
bn − an = (b0 − a0 ), donc lim (bn − an ) = 0.
2n n→+∞

On sait donc (a est croissante et b est décroissante) que les deux suites a et b sont adjacentes.
D’après le théorème 3.2.2 elles convergent vers une même limite qu’on note par `.
Les suites (aNn ) et (bNn ) convergent aussi (comme produit d’un nombre fini de suites conver-
gentes) et leur limite commune est `N . Comme on a pour tout n ∈ N, aNn ≤ x0 < bNn , on déduit
que `N = lim aNn ≤ x0 et `N = lim bNn ≥ x0 (on utilise la proposition 2.4.2). Ceci implique que
n→+∞ n→+∞
`N = x0 , donc il suffit de poser r = ` pour terminer la démonstration. 

Remarque Pour la démonstration de l’existence de la racine N-ième on pourrait aussi commencer


avec un intervalle [a0 , b0 ] de la forme [M, M +1] où M ∈ N. Pour voir cela, soit S = {k ∈ N | kN ≤ x0 }.
48 Chapitre 3. Suites réelles monotones

S est non vide car 0 ∈ S. On utilise comme avant la propriété d’Archimède pour démontrer
l’existence d’un B ∈ N tel que BN > x0 . Comme tout élément k ∈ S vérifie kN ≤ x0 on déduit que
S est majoré par B. On déduit que S est contenu dans {0, . . . , B} ⊂ N, et est donc fini. Soit M le
maximum de S. Comme M est dans S mais pas M + 1 on obtient : M N ≤ x0 < (M + 1)N .

Définition 3.3.2 Soient N ∈ N, N ≥ 2 et x ∈]0, +∞[. L’unique réel positif r qui vérifie rN = x
√ 1
est appelé racine N-ième de x0 et on écrit r = N x = x N . On peut alors définir la puissance de x
pour tout q ∈ Q : on écrit q = ba , avec a ∈ Z et b ∈ N∗ premier entre eux et on pose
 1 a
xq = x b .

Remarque 1. La méthode que nous avons employée pour démontrer la proposition 3.3.1
s’appelle la dichotomie (« couper en deux ») : il s’agit d’un algorithme récursif où on
commence avec un intervalle qui contient une valeur recherchée (la racine N-ième dans notre
cas) et ou, à chaque étape, on coupe l’intervalle en deux parties (de longueur égales dans
notre cas) et on dispose d’un test pour savoir dans quelle partie se trouve la valeur recherchée.
2. Dans la démonstration de la proposition 3.3.1 on a construit pour tout x0 > 0 deux suites

adjacentes (an ) et (bn ) qui convergent vers r = N x0 . Par construction, ces deux suites (an ) et

(bn ) sont des suites rationnelles (cet à dire à valeurs dans Q). Donc si r = N x0 est irrationnel
on a approché un nombre irrationnel par deux suite rationnelles adjacentes.

Théorème des segments emboîtés



Dans la démonstration de l’existence de la racine N-ième r = N x0 d’un nombre x0 réel positif
(proposition 3.3.1) on a utilisé la méthode de dichotomie pour construire une suite d’intervalles
In = [an , bn ] tels que
— In+1 ⊂ In (In+1 est une des deux moitiés de In ), ∀n ∈ N ;
— la longueur des intervalles tend vers 0 ;
— r vérifie an ≤ r < bn ce qui veut dire que r ∈ n∈N In .
T

C’est un cas particulier du théorème suivant :

Théoreme 3.3.3 — Théorème des segments emboîtés.. Soit (In )n∈N = ( [an , bn ] )n∈N une
suite d’intervalles, tels que
1. ∀n ∈ N, In+1 ⊂ In ;
2. la longueur de cette suite d’intervalles tend vers 0 : lim (bn − an ) = 0.
n→+∞
Il existe alors un unique ` ∈ R tel que
\
In = {`}.
n∈N

(Autrement dit, ` est l’unique réel qui vérifie ∀n ∈ N, an ≤ ` ≤ bn .) De plus, les suites a = (an )n∈N
et b = (bn )n∈N sont adjacentes et que leur limite commune est `.

Preuve. La démonstration de ce théorème est laissée comme exercice 3.12 : on montre que la
condition (1) implique que la suite a = (an )n∈N est croissante et la suite b = (bn )n∈N est décroissante
et comme on a aussi la condition (2) on déduit que les suites a et b sont adjacentes. Si on note leur
limite commune ` alors on bien ∀n ∈ N, an ≤ ` ≤ bn . 

Remarque 1. On dit qu’une suite d’intervalle (In )n∈N qui satisfait aux hypothèses du théorème
des segments emboîtés est une suite de segments emboîtés.
3.3 Applications 49

2. On a démontré le théorème des segments emboîtés en utilisant le théorème des suites


adjacentes mais ces deux théorèmes sont en fait équivalents car on peut aussi utiliser le
théorème des segments emboîtés pour démontrer le théorème sur les suites adjacentes. Si
a = (an )n∈N et b = (bn )n∈N sont adjacentes alors on montre par l’absurde qu’on a ∀n ∈ N,
an ≤ bn , et donc
∀n ∈ N, an ≤ an+1 ≤ bn+1 ≤ bn .
La suite d’intervalles (In )n∈N = ( [an , bn ] )n∈N est donc une suite de segments emboîtés.
Par hypothèse il existe un unique ` ∈ R qui vérifie ∀n ∈ N, an ≤ ` ≤ bn . Comme on a
|` − an | ≤ |bn − an | on déduit que la suite a tend vers `. On montre de même que b tend vers
`.

Suite de Cauchy
Soit (un ) une suite réelle qui converge vers ` ∈ R. Soit ε > 0. En utilisant la définition de
la convergence d’une suite pour ε 0 = ε/2 on trouve un rang N ∈ N tel que n ≥ N implique que
|un − l| < ε 0 = ε/2. On a donc
ε ε
∀n, m ≥ N, |un − um | = |un − ` + ` − um | ≤ |un − `| + |um − `| < + = ε.
2 2
Ceci nous amène à définir
Définition 3.3.4 Soit u = (un ) une suite réelle. On dit que u est une suite de Cauchy si

∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n, m ∈ N, n, m ≥ N ⇒ |un − um | < ε.

On a montré :
Proposition 3.3.5 Toute suite réelle convergente est une suite de Cauchy.

On s’intéresse à l’implication réciproque. Commençons par montrer :

Lemme 3.3.6 Toute suite de Cauchy est bornée.

Preuve. Soit (un ) une suite de Cauchy. La définition d’une suite de Cauchy nous donne, pour ε = 1
(par exemple) un rang N tel que n, m ≥ N implique que |un − um | < 1. Si on pose m = N alors
n ≥ N implique que |un − uN | < 1 et donc

∀n ≥ N, |un | = |un − uN + uN | ≤ |un − uN | + |uN | < 1 + |uN |.

On en déduit que

∀n ∈ N, |un | ≤ max{|u0 |, |u1 |, . . . , |uN−1 |, 1 + |uN |},

et donc la suite (un ) est bien bornée. 

Pour démontrer que toute suite de Cauchy converge il est utile de définir deux suites :
Soit u = (uk )k∈N une suite réelle. On pose pour tout n ∈ N,

Sn = {uk : k ≥ n} = {un , un+1 , . . .}


αn = inf(Sn ) = inf{un , un+1 , . . .} ∈ R ∪ {−∞}
βn = sup(Sn ) = sup{un , un+1 , . . .} ∈ R ∪ {+∞}

Exemple 1. Pour la suite u = ((−1)n ) on trouve Sn = {−1, 1}, αn = −1 et βn = 1, pour tout


n ∈ N.
50 Chapitre 3. Suites réelles monotones

2. Pour la suite (1 + n1 ) on trouve

1 1 1
Sn = {1 + , 1 + ,1+ , . . .},
n n+1 n+2

αn = 1 et βn = 1 + n1 , pour tout n ∈ N.

Proposition 3.3.7 Soit u = (uk )k∈N une suite réelle majorée par M ∈ R et minorée par m ∈ R,
alors on a
1. αn ≤ un ≤ βn , pour tout n ∈ N.
2. m ≤ αn ≤ βn ≤ M, pour tout n ∈ N.
3. (αn ) est une suite réelle croissante et (βn ) est une suite réelle décroissante.
4. Les suites réelle (αn ) et (βn ) convergent.

Preuve. (1) αn est un minorant de Sn et comme un ∈ Sn on a bien αn ≤ un . On a de même un ≤ βn .


(2) La suite (uk ) est majorée par M et minorée par m, donc par définition l’ensemble {u0 , u1 , . . .}
(qui est S0 ) est contenu dans l’intervalle [m, M]. Soit n ∈ N. Comme Sn ⊂ S0 , l’ensemble Sn est
aussi inclus dans [m, M]. On déduit que αn (étant le plus grand des minorants de Sn ) vérifie m ≤ αn
et βn (étant le plus petit des majorants de Sn ) vérifie βn ≤ M. On a donc bien m ≤ αn ≤ βn ≤ M.
(3) Soit n ∈ N. On déduit de (2) que αn et βn sont finis, donc des nombres réels. Les suites (αk )
et (βk ) sont donc bien des suites réelles.
Comme αn est un minorant de Sn et comme Sn+1 ⊂ Sn , αn est aussi un minorant de Sn+1 . Il suit
que αn+1 (étant le plus grand des minorants de Sn+1 ) vérifie αn ≤ αn+1 . On montre de même que
βn ≥ βn+1 .
(4) La suite (αn ) est croissante d’après (3) et majorée d’après (2), donc converge d’après
la proposition 3.1.4. On montre de même que la suite (βn ) est décroissante et minorée, donc
converge. 

Théoreme 3.3.8 Toute suite de Cauchy réelle converge (dans R).

Preuve. Soit u = (un ) une suite de Cauchy. D’après le lemme 3.3.6, la suite u est bornée, et on
peut donc appliquer la proposition 3.3.7 à Sn , (αn ) et (βn ).
Montrons que lim (βn − αn ) = 0 : soit ε > 0. Si on utilise la définition de suite de Cauchy
n→+∞
pour ε 0 = ε/2 on obtient un rang N ∈ N tel que
ε
n, m ≥ N ⇒ |un − um | < ε 0 = ,
2
donc en particulier
ε
n≥N ⇒ |un − uN | < .
2
Si on écrit cette relation par
ε ε
n≥N ⇒ uN − < un < uN +
2 2
on déduit que Sn est contenu dans l’intervalle ]uN − ε2 , uN + ε2 [, pour tout n ≥ N. On en déduit que
pour tout n ≥ N, αn (étant le plus grand des minorants de Sn ) et βn (étant le plus petit des majorant
de Sn ) vérifient
ε ε
uN − ≤ αn ≤ βn ≤ uN + .
2 2
3.3 Applications 51

On a donc
n≥N ⇒ |βn − αn | ≤ ε,
ce qui implique que lim (βn − αn ) = 0.
n→+∞
Comme la suite (αn ) est croissante et la suite (βn ) décroissante (proposition 3.3.7), les deux
suites sont adjacentes, donc convergent vers la même limite. Comme on a αn ≤ un ≤ βn (proposi-
tion 3.3.7), le théorème 2.4.4 des gendarmes implique que la suite (un ) converge aussi. 

Remarque 1. Si on montre qu’une suite u est une suite de Cauchy on a montré qu’elle converge
sans parler de sa limite.
2. Dans la démonstration du théorème précédent on a montré que si (un ) est une suite de Cauchy
alors sa limite vérifie
lim un = lim αn = lim βn .
n→+∞ n→+∞ n

On donnera un nom aux limites des suites (αn ) et (βn ) dans la section suivante.
3. Comme toute suite de Cauchy réelle converge dans R, on dit que R est complet.
4. Soit (un ) est une suite rationnelle qui converge vers un nombre irrationnel r (voir par exemple
la remarque 3.1 de la page 45). La suite (un ) est donc une suite de Cauchy qui ne converge
pas dans Q. Le corps Q n’est donc pas complet et on a encore trouvé une propriété qui
distingue Q de R.

Limite inférieure, Limite supérieure


La proposition 3.3.7 nous permet de définir :
Définition 3.3.9 Soit u = (uk )k∈N une suite réelle bornée. On pose

∀n ∈ N αn = inf({uk : k ≥ n}) et βn = sup({uk : k ≥ n}).

La limite inférieure (limite supérieure) de la suite u, noté lim inf un (respectivement lim sup un )
n→+∞ n→+∞
est définie par

lim inf un = lim αn


n→+∞ n→+∞
lim sup un = lim βn .
n→+∞ n→+∞

Exemple (suite)
1. Pour la suite u = ((−1)n ) on trouve αn = −1 et βn = 1, pour tout n ∈ N, donc lim inf un = −1
n→+∞
et lim sup un = 1.
n→+∞
2. Pour la suite (1 + n1 ) on trouve αn = 1 et βn = 1 + 1n , pour tout n ∈ N, donc lim inf un = 1 =
n→+∞
lim sup un .
n→+∞

Proposition 3.3.10 Soit u = (uk )k∈N une suite réelle bornée. La suite u converge si et seulement
si lim inf un = lim sup un . On a alors lim un = lim inf un = lim sup un .
n→+∞ n→+∞ n→+∞ n→+∞ n→+∞

Preuve. Si on a lim inf un = lim sup un , alors on déduit de la proposition 3.3.7 (1) et du théo-
n→+∞ n→+∞
rème 2.4.4 des gendarmes que la suite (un ) converge vers lim inf un = lim sup un .
n→+∞ n→+∞
52 Chapitre 3. Suites réelles monotones

Supposons que la suite (un ) converge et notons sa limite par l ∈ R. Soit ε > 0. La définition de
convergence de la suite u vers l nous donne un rang N ∈ N tel que n ≥ N implique l − ε < un < l + ε.
Donc Sn est inclus dans l’intervalle ]l − ε, l + ε[, pour tout n ≥ N. Les réels αn (étant le plus grand
des minorants de Sn ) et βn (étant le plus petit des majorant de Sn ) vérifient

∀n ≥ N, l − ε ≤ αn ≤ βn < l + ε.

On en déduit que les suites α et β convergent vers l. On a donc

l = lim inf un = lim sup un .


n→+∞ n→+∞

(Notons que les suite α et β sont adjacentes.) 

Remarque 1. On a vu que, pour la suite (1+ 1n ), on trouve lim infn→+∞ un = 1 = lim supn→+∞ un .
Cette notion ne nous donne donc rien de nouveau pour cette suite convergente.
2. Par contre, pour la suite u = ((−1)n ) on trouve lim infn→+∞ un = −1 et lim supn→+∞ un = 1.
Notons que cette suite contient une sous-suite qui converge vers −1 et une autre qui converge
vers +1.
3. On peut voir que si pour une suite bornée arbitraire (un ) on considère toutes les sous-suites
convergentes, alors la limite minimale (maximale) qu’on peut obtenir est lim infn→+∞ un
(respectivement lim supn→+∞ un ).

Une remarque sur la construction des nombres réels


1. Pour passer des nombres rationnels aux nombres réels, nous avons choisi comme axiome pour
les nombres réels d’avoir la propriété de la borne supérieure (axiome 1.5.3). Pour illustrer
comment cela nous permet de construire des nombres irrationnels à partir des nombres
rationnels, nous avons montré l’existence de la racine carrée (proposition 1.5.9). Nous avons
utilisé la propriété de la borne supérieure pour démontrer qu’une suite croissante et majorée
est convergente, résultat que nous avons utilisé pour démontrer le théorème sur les suites
adjacentes.
2. Une autre possibilité aurait été de choisir le théorème des suites adjacentes (ou le théorème
des segments emboîtés) ainsi que la propriété d’Archimède comme axiomes, et d’en déduire
l’existence de la borne supérieure pour une partie bornée.
3. Une façon intuitive de voir pourquoi le théorème sur les suites adjacentes nous permet de
passer des nombres rationnels aux nombres réels est le suivant : supposons qu’on ait « placé »
les nombres rationnels sur une droite graduée suivant leur valeur et qu’on ait « marqué » un
point P sur cette droite qui n’est pas un nombre rationnel. On peut alors utiliser la méthode de
dichotomie pour construire deux suites adjacentes (rationnelles) (an ) et (bn ) qui convergent
vers ce point : on commence avec un intervalle [N, N + 1], N ∈ Z, qui contient ce point P.
On coupe cet intervalle en deux et on ne retient que la moitié qui contient ce point, notons
le par [a1 , b1 ]. On répète alors ce procédé avec l’intervalle [a1 , b1 ] pour obtenir [a2 , b2 ] qui
contient encore ce point, etc. On peut voir comme lors de la démonstration de l’existence
d’une racine n-ième (proposition 3.3.1) que le point marqué est un nombre réel, étant limite
commune des deux suites adjacentes (an ) et (bn ). On a ainsi « complété » l’ensemble des
nombres rationnels pour construire une droite « sans trou ». La démonstration de l’existence
de la racine N-ième (proposition 3.3.1) suit cette méthode.
4. Une troisième possibilité aurait été de demander que toute suite de Cauchy converge.
5. On peut utiliser les suites de Cauchy pour construire les nombres réels : si u = (un ) est
une suite de Cauchy rationnelle qui converge vers un nombre rationnel, alors cette suite
« représente » un nombre rationnel : sa limite. Si u ne converge pas dans Q alors u représente
3.4 Exercices 53

un nombre irrationnel, le « trou » dans la « droite réelle » vers laquelle la suite u tend. Bien
sur, deux suites de Cauchy différentes peuvent tendre vers la même limite rationnelle ou vers
le même « trou », donc il faut identifier ces suites. Pour faire cela on identifie deux suites de
Cauchy u et v si la suite u − v tend vers 0.

3.4 Exercices
Définition et première propriété
Exercice 3.1 Écrire à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite non croissante, non
décroissante.

Borne d’une suite monotone convergente


Exercice 3.2 Soient u une suite croissante pour laquelle il existe une sous-suite v qui converge
vers un réel `.
1. Montrer que la suite v est majorée par `.
2. En déduire que la suite u est majorée par `.
3. Montrer que la suite u converge vers `.

Exercice 3.3 Démontrer la proposition 3.1.3 (2) : si (un )n∈N est une suite réelle décroissante
qui converge vers un réel `, alors elle est minorée par ` et on a ` = inf{un : n ∈ N}.
On utilisera deux méthodes différentes :
1. Imiter la démonstration de la proposition 3.1.3 (1).
2. Utiliser la proposition 3.1.3 (1) pour v = −u.

Exercice 3.4 1. Montrer que la suite de terme général


1 1
un = +···+ , n ∈ N \ {0}
n+1 n+n
est croissante et majorée.
2. Utiliser le fait (hors programme) que si f : [0, 1] → R est une fonction continue alors on
a
1 n
  Z1
k
∑ f → f (x)dx
n k=1 n 0

pour évaluer la limite de la suite (un ).

Suites adjacentes
Exercice 3.5 Pour n ∈ N \ {0}, on pose
n
1 1 1 1
un = ∑ k 3 = 1 + 23 + · · · + n3 et vn = un +
n2
.
k=1

1. Montrer que les suites u et v convergent et ont la même limite.


2. Donner une valeur approchée par défaut de cette limite à 10−1 près.

Exercice 3.6 (Extrait d’un examen de 2011-2012) Soit S = (Sn )∞


n=2 la suite de terme général

n
1 1 1 1
∀n ∈ N \ {0, 1}, Sn = ∑ (−1) p p = 2 − 3 + · · · + (−1)n n .
p=2
54 Chapitre 3. Suites réelles monotones

1. Montrer que les deux suites U = (Un )n∈N\{0} et V = (Vn )n∈N\{0} définies par

∀n ∈ N \ {0}, Un = S2n et Vn = S2n+1

sont adjacentes.
2. En déduire que la suite S = (Sn )∞
n=2 est convergente.

Exercice 3.7 (Extrait d’un examen


 de 2010-2011)
√  √
1. Déterminer la limite : lim n+1− n .
n→+∞
2. Soient u et v les suites définies pour tout n ∈ N∗ par
! !
n
1 √ n
1 √
un = ∑ √ −2 n+1 vn = ∑ √k −2 n
k=1 k k=1

(a) Montrer que u < v.


(b) Montrer que u et v sont adjacentes.
(c) Que peut-on dire de leurs limites éventuelles ?

Exercice 3.8 Pour n ∈ N \ {0}, on pose


n
1 1 1 1
un = ∑ k! = 1 + 1! + · · · + n! et et vn = un +
n!
.
k=0

1. Montrer que les suites u et v convergent et ont la même limite `.


2. Trouver un intervalle contenant ` et de longueur inférieure à 0, 02.
3. Montrer que ` n’est pas rationnel (on supposera que ` = m/n avec m, n ∈ N \ {0} et on
montrera qu’alors n!un < m(n − 1)! < n!un + 1).
1
Exercice 3.9 Soit a un réel strictement positif. Étudier la monotonie de la suite (a n )n∈N\{0}
suivant les valeurs de a.

Racine n-ième, Dichotomie √


Exercice 3.10 On cherche une valeur approchée de 3. Pour cela on utilise la méthode
(dichotomie) décrite dans la démonstration de la proposition 3.3.1 (voir aussi la remarque qui
suit cette proposition). Pour cet exercice on√utilise la notation de cette démonstration.
1. Pour trouver une approximation de 3 commencez √ avec [a0 , b0 ] = [1, 2] et construisez
la suite d’intervalles [ai , bi ] qui contiennent tous 3, disons pour i = 1, . . . , 7. (Réponse :
a7 = 221 111
128 = 1.7265625 et b7 = 64 = 1.734375.)
2. Pour passer de [ai−1 , bi−1 ] à [ai , bi ] on retient soit la première moitié de [ai−1 , bi−1 ], soit la
deuxième moitié. Dans le premier cas on pose ei = 0 et dans la deuxième on pose ei = 1.
Quelle est la suite e1 , . . . , e7 qu’on a obtenu en (1) ? (Réponse : (1, 0, 1, 1, 1, 0, 1).
3. Pouvez-vous trouver une formule qui relie a7 et la suite e1 , . . . , e7 ?
4. (Pour aller plus loin). Pouvez-vous modifier la méthode de dichotomie en divisant à
chaque fois l’intervalle en dix parties (de longueur égales) plutôt que en deux parties ?
Comment associer une suite (e1 , . . . , en ) à cet √ algorithme appliqué n fois ? Comment
traduire cette suite en une approximation de 3.

Vrai ou faux ?
3.4 Exercices 55
Exercice 3.11 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument ou un contre exemple.
1. (Extrait d’un examen de 2011/2012) Si (un ) est une suite croissante et majorée par un réel
`, alors elle converge vers `.
2. (Extrait d’un examen de 2011/2012) Si (un )n∈N est une suite à termes strictement positifs
qui converge vers 0, alors la suite (un )n∈N est décroissante à partir d’un certain rang.
3. Si (un )n∈N et (vn )n∈N sont deux suites telles que

∀n ∈ N, un ≤ un+1 ≤ vn+1 ≤ vn ,

alors les deux suites (un )n∈N et (vn )n∈N convergent.


4. Si (un ) est une suite croissante et minorée, alors (un ) converge.
5. Si (un ) est une suite monotone et bornée, alors (un ) converge.

Exercices supplémentaires
Exercice 3.12 (Démonstration du théorème 3.3.3 des segments emboîtés.) Soient a = (an )n∈N
et b = (bn )n∈N deux suites de réels telles que ∀n ∈ N, an ≤ bn . On suppose que ∀n ∈ N, les
intervalles In = [an , bn ] vérifient In+1 ⊂ In et que la longueur de cette suite d’intervalles tend vers
0 : lim (bn − an ) = 0. (On dit alors que la suite ([an , bn ]) est une suite de segments (fermés)
n→+∞
emboîtés).
1. Montrer que les suites a et b sont adjacentes, et donc convergentes. Notons leur limite
commune par `.
2. Montrer que ∩n∈N In = {`} (autrement dit : ` est l’unique réel qui vérifie ∀n ∈ N, an ≤
` ≤ bn ).
3. Trouver une suite Jn = ]an , bn [ d’intervalles qui vérifient Jn+1 ⊂ Jn , lim (bn − un ) = 0
n→+∞
et tel que ∩n∈N Jn = 0.
/ (Donc le théorème des segments emboîtés n’est pas valable en
général pour les segments ouverts.)

Exercice 3.13 — Généralisation de l’exercice précédent. Soient a = (an )n∈N et b =


(bn )n∈N deux suites réelles telles que ∀n ∈ N, an ≤ bn . On suppose que ∀n ∈ N, les intervalles
In = [an , bn ] vérifient In+1 ⊂ In .
1. Montrer que les suites a et b vérifient

∀n ∈ N, an ≤ an+1 ≤ bn+1 ≤ bn .

2. Montrer que les suites a et b convergent et que leurs limites vérifient ` = lim an ≤
n→+∞
lim bn = `0 .
n→+∞
3. Montrer que ∩n∈N In = [`, `0 ].
4. Limites infinies

4.1 Définitions
Définition 4.1.1 Une suite réelle (un )n∈N a pour limite (ou tend vers) +∞ si

∀M ∈ R+ , ∃N ∈ N, n ≥ N ⇒ un > M.

Cette suite a pour limite (ou tend vers) −∞ si

∀M ∈ R+ , ∃N ∈ N, n ≥ N ⇒ un < −M.

On écrit dans le premier cas lim un = +∞, et dans le deuxième, lim un = −∞.
n→+∞ n→+∞

Remarque 1. Autrement dit, pour M > 0 arbitrairement grand, tous les un à partir d’un certain
rang N (qui dépend de M) sont dans la demi-droite ]M, +∞[ (resp. dans ] − ∞, −M[).
2. Une suite qui tend vers +∞ (resp. −∞) n’est pas majorée (resp. n’est pas minorée) : elle n’est
donc pas convergente. On dit parfois qu’elle diverge vers +∞ (ou vers −∞).
3. Dans la définition de ce que signifie « la suite u tend vers +∞ », on n’a pas besoin du symbole
+∞ et on peut considérer la phrase « la suite u tend vers +∞ » comme une expression
toute faite sans donner un sens à +∞. Nous avons fait un choix différent pour ce cours en
introduisant les symboles +∞ et −∞ et de poser R e = R ∪ {+∞, −∞} dans le chapitre 1.7. Il
est alors possible de parler de « la limite d’une suite dans Re », sans avoir à distinguer les cas.
Notons cependant qu’une suite convergente a, par définition, une limite finie
4. Comme pour la définition 2.2.1 d’une suite convergente, on peut remplacer dans les définitions
précédentes, les inégalités n ≥ N et/ou un < −M par des inégalités n > N et/ou un ≤ −M.
On peut aussi prendre M ∈ R au lieu de M ∈ R+ . (Exercice.)
5. Pour voir l’analogie entre une suite qui tend vers un ` ∈ R et une suite qui tend vers
` = +∞ ∈ R e utilisons n > N dans la définition 4.1.1 et utilisons la terminologie suivante :
Si ` ∈ R on dit qu’un intervalle de la forme ]` − ε, ` + ε[ est un voisinage ouvert de ` et si
` = +∞ on dit qu’un intervalle de la forme ]a, +∞[ est un voisinage ouvert de ` = +∞. Dans
les deux cas on a alors qu’une suite (un ) tend vers ` si pour tout voisinage ouvert de ` il
58 Chapitre 4. Limites infinies

existe un rang à partir duquel un est dans ce voisinage.

Remarque 1. Une suite réelle (un )n∈N admet au plus une limite dans R e (Exercice). On peut
donc parler de la limite et écrire limn→+∞ un = `.
2. On peut généraliser la proposition 2.6.4 (limite d’une sous-suite) au cas où ` ∈ R ∪ {+∞, −∞}
(voir exercice 4.4).

Proposition 4.1.2
1. Soit k ∈ N \ {0}, alors la suite (nk )n∈N tend vers +∞.

2. La suite ( n)n∈N tend vers +∞.

Preuve. (1) Soit M ∈ R+ . La propriété d’Archimède dit qu’il existe un entier N tel que M < N. On
a alors
n ≥ N ⇒ un = nk ≥ n ≥ N0 ≥ M,
d’où le résultat.
(2) Exercice 4.1. 

Exemple La suite de terme général un = 1 + [1 + (−1)n ]n, n ∈ N \ {0} est strictement positive,
n’est pas majorée mais ne tend pas vers +∞. (Exercice 4.3.)

4.2 Premières propriétés


Proposition 4.2.1 Soit u = (un )n∈N une suite réelle qui tend vers +∞ (resp. −∞). Alors :
1. la suite u est minorée (resp. majorée),
2. la suite −u tend vers −∞ (resp. −∞),
3. pour tout réel a, la suite (a + un )n∈N tend vers +∞ (resp. −∞),
4. pour tout c > 0 la suite cu tend +∞ (resp. −∞).

Preuve. On ne démontre que le cas ou la suite u tend vers +∞. L’autre cas est laissé comme
exercice 4.6.
(1) Pour M = 1, la définition 4.1.1 nous donne un rang N ∈ N tel que n ≥ N implique que un > 1.
On a alors un ≥ min(1, u0 , u1 , . . . , uN−1 ), donc la suite est minorée.
(2) On note la suite −u par v et on se donne M ∈ R+ . La définition 4.1.1 nous donne un rang
N ∈ N tel que n ≥ N implique que un > M. Mais on a alors vn = −un < −M et donc par définition
la suite v tend vers −∞.
(3) On note la suite a + u par v et on se donne M 0 ∈ R+ . La définition 4.1.1 nous donne
pour M = M 0 − a un rang N ∈ N tel que n ≥ N implique que un > M = M 0 − a. Mais on a alors
vn = a + un > M 0 et donc par définition la suite v tend vers +∞.
(4) On note la suite cu par v et on se donne M 0 ∈ R+ . La définition 4.1.1 nous donne pour
M = M 0 /c un rang N ∈ N tel que n ≥ N implique que un > M = M 0 /c. Mais on a alors vn = cun > M 0 ,
et donc, par définition, la suite v tend vers +∞. 

4.3 Suites monotones divergentes


Proposition 4.3.1 Soit u une suite réelle. Alors :
1. Si u est croissante et n’est pas majorée, alors u tend vers +∞.
2. Si u est décroissante et n’est pas minorée, alors u tend vers −∞.
4.4 Limites et inégalités 59

Preuve. (1) Soit u = (un )n∈N une suite croissante non majorée. Soit M un réel positif ; puisque M
ne majore pas la suite, on peut choisir un entier N tel que uN > M ; la suite étant croissante, on a
alors :
∀n ≥ N, un ≥ uN > M.
Ceci est vrai pour M arbitraire, donc lim un = +∞.
n→+∞
(2) Le cas décroissant est conséquence du cas croissant en remplaçant u par −u. 

Le théorème 3.1.4 et la proposition 4.3.1 nous donnent :

Corollaire 4.3.2 Soit u = (un )n∈N une suite réelle.


1. Si u est croissante alors u tend vers l = sup{un : n ∈ N}. Donc si u est majorée, alors u
est convergente de limite l ∈ R, et si u n’est pas majorée alors u tend vers l = +∞.
2. Si u est décroissante alors u tend vers l = inf{un : n ∈ N}. Donc si u est minorée, alors u
est convergente de limite l ∈ R, et si u n’est pas minorée alors u tend vers l = −∞.

Preuve. Si u est croissante et majorée (ou décroissante et minorée) alors l’énoncé du corollaire est
le théorème 3.1.4. Si u est croissante et non majorée alors la proposition 4.3.1 dit que u tend vers
+∞. Il suffit alors de remarquer que dans ce cas on a sup{un : n ∈ N} = +∞. Le cas d’une suite
décroissante et non minorée est analogue. 
Remarque 1. On sait déjà qu’une suite qui n’est pas majorée (ou minorée) est divergente. Mais
le corollaire 4.3.2 est plus précis : elle dit que la seule façon dont une suite monotone peut
être divergente est qu’elle tend vers +∞ ou −∞.
2. Ce résultat est faux pour des suites non monotones : la suite ((−1)n )n∈N n’a pas de limite
dans R.
e Cette suite est bornée et divergente.
3. Notons aussi qu’une suite non-monotone (positive) peut ne  pas être majorée sans pour autant
n
tendre vers +∞ : par exemple la suite 1 + [1 + (−1) ]n , n ∈ N \ {0} de l’exemple 4.3 est
strictement positive, mon majorée mais ne tend pas vers +∞. Voir la figure 4.1 ou on a relié
deux termes consécutifs de la suite par un segment en pointillés. On a aussi tracé la courbe
représentative de la fonction x 7→ 2x + 1 ainsi que la droite d’équation y = 1.

4.4 Limites et inégalités


Proposition 4.4.1 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites réelles tel que u ≤ v.
1. (Théorème des gendarmes à l’infini) Si u tend vers +∞ alors v tend vers +∞ et si v tend
vers −∞ alors u tend vers −∞.
2. Si la suite u tend vers `u ∈ R
e et si la suite v tend vers `v ∈ R
e alors on a `u ≤ `v .

Preuve. (1) Exercice 4.7.


(2) Si `u et `v sont finies, ce n’est pas nouveau. On supposera donc que `u ou `v est infinie. Si
`u = −∞ ou `v = +∞, l’inégalité `u ≤ `v est toujours vraie. Il ne reste que les cas `u = +∞ qui se
déduit de (1) et le cas `v = −∞, qui se déduit aussi de (1). 

4.5 Limites et opérations


Énonçons d’abord un cas particulier de la proposition 4.5.2.

Proposition 4.5.1 1. Soit u = (un )n∈N une suite qui tend vers +∞ ou −∞. Alors il existe un
rang R ∈ N tel que n ≥ R implique que un 6= 0, et la suite (1/un )n≥R est donc bien définie.
Cette suite tend vers 0.
60 Chapitre 4. Limites infinies
un
60

50
y =2x +1

40

30

20 u8
u6
10

y =1
0 5 u7 u9 10 15 20 25 30
n

30
F IGURE 4.1 – La suite 1 + [1 + (−1)n ]n n=1
, et les courbes représentatives de x 7→ 2x + 1 et x 7→ 1.

2. Soit u une suite réelle tendant vers 0 et strictement positive (resp. strictement négative).
Alors on a lim (1/un ) = +∞ (resp. −∞).
n→+∞

Preuve. (1) Prenons le cas ou u tend vers +∞. Pour M = 1, la définition 4.1.1 nous donne un
rang R ∈ N tel que n ≥ R implique que un > 1 donc en particulier un > 0. La suite v = (1/un )n≥R
est donc bien définie. Soit ε > 0. Si on utilise la définition 4.1.1 avec M = 1/ε on obtient un
rang N ∈ N tel que pour tout n ≥ N on ait un > 1/ε. On déduit que pour tout n ≥ max(N, R) on a
|vn | = |1/un | = 1/un < ε ce qui montre que la suite v tend vers 0. Dans le cas ou u tend vers −∞
on pose w = −u et on applique le cas précédent à w.
(2) Traitons le cas u > 0. Soit M > 0. Comme la suite u tend vers 0 on peut trouver pour ε = 1/M
un rang N ∈ N tel que n ≥ N implique que |un | < 1/M. On en déduit que 1/un = 1/|un | > M ce qui
montre par définition que la suite 1/u tend vers 0. Dans le cas ou u tend vers −∞ on pose w = −u
et on applique le cas précédent à w. 

Remarque La condition de signe est évidemment essentielle. D’abord, pour que 1/u ait un sens il
faut bien supposer que un 6= 0, au moins pour n assez grand. Même dans ce cas, la suite u définie
par un = (−1)n /(n + 1) tend vers 0 et est à termes non nuls, mais la suite 1/u n’a pas de limite
dans R.
e

Proposition 4.5.2 Soient `u et `v deux éléments de R,


e u = (un )n∈N une suite réelle qui tend vers
`u et v = (vn )n∈N une suite réelle qui tend vers `v . Alors :
1. Si `u + `v est défini, alors la suite u + v tend vers `u + `v .
2. Si `u `v est défini, alors la suite uv tend vers `u `v .
3. Si 1/`u est défini
 (c’est-à-dire
 si `u 6= 0), alors on a un 6= 0 à partir d’un certain rang R ∈ N.
1
Donc la suite un est bien définie. Cette suite tend vers `1u .
n≥R
4.6 Suites équivalentes 61

Preuve. Si `u et `v sont finies, ce n’est pas nouveau. On supposera donc désormais que `u ou `v est
infinie. On peut supposer, quitte à passer aux suites opposées, que `u ou `v vaut +∞ ; par symétrie
on supposera même que `u = +∞.
(1) : le cas `v = −∞ est exclu (forme indéterminée), et donc la suite v est minorée (par 2.4.3
si `v ∈ R, et par 4.2.1 (1) si `v = +∞). Il existe donc une constante a telle que v ≥ a. Comme la
suite u + a tend vers +∞ par 4.2.1 (3), la suite u + v qui vérifie u + v > u + a tend aussi vers +∞
par 4.4.1 (1).
(2) : le cas `v = 0 est exclu (forme indéterminée), donc quitte à changer v en −v on peut
supposer que `v > 0. Choisissons un réel c tel que 0 < c < `v . Alors, pour n assez grand, on a
vn > c et un > 0, donc un vn > cun . D’après 4.2.1 (4), la suite cun tend vers +∞, on conclut donc par
4.4.1 (1).
(3) : comme on suppose que `u = +∞ c’est la proposition 4.5.1 (1). 

Exemples 1. La suite u = (n) tend vers +∞, la suite v = (−n + (−1)n ) tend vers −∞ et la suite
u + v n’a pas de limite.
2. La suite u = (n2 ) tend vers +∞, la suite v = (−n) tend vers −∞ et la suite u + v tend vers +∞
3. La suite u = (n) tend vers +∞, la suite v = (−n2 ) tend vers −∞ et la suite u + v tend vers −∞
4. Soit a ∈ R. La suite u = (n) tend vers +∞, la suite v = (a − n) tend vers −∞ et la suite u + v
tend vers a ∈ R

4.6 Suites équivalentes


Définition 4.6.1 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites réelles. On dit que u est équiva-
lente à v et on écrit u ∼ v s’il existe une suite e = (en )n∈N tel que
1. ∃N ∈ N, ∀n ≥ N, un = vn · en ;
2. e converge vers 1.

Proposition 4.6.2 ∼ est une relation d’équivalence :


1. (∼ est réflexive) u ∼ u ;
2. (∼ est transitive) u ∼ v, v ∼ w implique u ∼ w ;
3. (∼ est symétrique) u ∼ v implique v ∼ u.

Preuve. Exercice 4.10. 

Remarque 1. Comme la relation ∼ est symétrique on peut dire que deux suites u et v sont
équivalentes.
2. Souvent la condition d’équivalence de deux suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N est donnée
sous la forme suivante : il existe une suite ε = (εn )n∈N qui converge vers 0 et qui vérifie
u = v(1 + ε) :
∀n ∈ N, un = vn (1 + εn ).

Parfois le critère suivant est utile pour montrer l’équivalence entre deux suites :

Proposition 4.6.3 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites telles que vn 6= 0 à partir d’un
certain rang. Alors u ∼ v si et seulement si u/v converge vers 1 :
un
lim = 1.
n→+∞ vn

Preuve. Exercice 4.11. 


62 Chapitre 4. Limites infinies

Proposition 4.6.4 Soient u et v deux suites équivalentes, alors u admet une limite (dans R)
e si et
e et on a alors lim un = lim vn .
seulement si v admet une limite (dans R)
n→+∞ n→+∞

Preuve. On a u = v · e avec e une suite qui converge vers 1. Donc si u converge vers un réel ` (resp.
si u tend vers +∞, −∞), alors la proposition 4.5.2 implique que v converge vers le même réel `
(resp. v tend vers +∞, −∞). Par symétrie, on voit que si v tend vers ` alors u tend vers `. 

Proposition 4.6.5 Si u, u0 , v, v0 sont des suites telles que u ∼ u0 et v ∼ v0 , alors on a uv ∼ u0 v0 .

Preuve. Exercice 4.12. 

4.7 Quelques suites classiques


Suites géométriques
La convention qui est pratique dans ce contexte est de poser q0 = 1 même si q = 0.
Définition 4.7.1 Soient c et q deux réels. La suite géométrique de raison q et de terme initial c
est la suite définie par
∀n ∈ N un = cqn .

Il est facile de voir (exercice 4.14) que (un ) est une suite géométrique de raison q si et seulement
si elle vérifie ∀n ∈ N, un+1 = qun .

Proposition 4.7.2 Soit q ∈ R.


1. Si q = 1, la suite (qn ) est constante et égale à 1.
2. Si q > 1, on a lim qn = +∞.
n→+∞
3. Si |q| < 1, on a lim qn = 0.
n→+∞
4. Si q ≤ −1, la suite (qn ) n’a aucune limite dans R.e
1 − qn+1
5. Si q 6= 1, alors ∀n ∈ N, 1 + q + · · · + qn = .
1−q

Preuve. (2) Posons q = 1 + a, où a > 0. Soit n ∈ N. La formule du binôme donne :


n  
n n n k
q = (1 + a) = ∑ a = 1 + na + · · · + an .
k=0 k

On en déduit que ∀n ∈ N, qn ≥ na, d’où lim qn = +∞. (Au lieu d’utiliser la formule du binôme,
n→+∞
n
≥ 1 + na par récurrence sur n. Voir l’exercice 1.14.)
on aurait pu aussi démontrer l’inégalité (1 + a)
(3) Pour se ramener à (2) on pose q0 = 1q . Comme q0 > 1 on a lim q0n = +∞, d’après (ii).

n→+∞
1
Comme ∀n ∈ N, |qn | = q0n , on utilise proposition 4.5.1 pour déduire que lim |qn | = 0, c’est-à-dire
n→+∞
lim qn = 0.
n→+∞
(4) Cas q = −1 : la sous-suite des termes d’indice pairs (q2n ) = (1) a comme limite 1 et la sous-
suite des termes d’indice impairs (q2n+1 ) = (−1) a pour limite −1. Comme ces deux sous-suites
ont des limites différentes on déduit que la suite (qn ) = ((−1)n ) diverge (proposition 2.6.5).
Cas q < −1 : on utilise (2) pour voir que la sous-suite des termes d’indice pairs (q2n ) = (|q|2n )
tend vers +∞ et la sous-suite des termes d’indices impairs (q2n+1 ) = (−|q|2n ) tend vers −∞ (comme
|q| > 1). Les deux sous-suites tendent donc vers des limites (de R)
e différentes et on conclut comme
n
avant que la suite (q ) diverge.
4.7 Quelques suites classiques 63

(5) On pose Sn = ∑nk=0 qk et on calcule

Sn = 1 + q + · · · + qn
qSn = q + ··· + qn + qn+1
Sn − qSn = 1 + 0 + · · · + 0 − qn+1 ,

donc (1 − q)Sn = 1 − qn+1 ce qui termine la démonstration. (Exercice : donner une démonstration
par récurrence.) 

Voir l’exercice 4.15 pour une application des suites géométriques : soit u = (un )n∈N une suite
réelle pour laquelle il existent l ∈ R et λ ∈]0, 1[ tels que ∀n ∈ N, |un+1 − l| ≤ λ |un − l|, alors la
suite u converge vers `.

Comparaison des suites géométriques et des suites de puissances


Quand on multiplie une suite géométrique par une suite de puissances de n, on aboutit parfois à
des formes indéterminées. La proposition suivante permet de lever ces indéterminations.

Proposition 4.7.3 Soit q ∈ R+ et p ∈ Z.


qn
1. Si q > 1, on a lim = +∞.
n→+∞ n p
2. Si 0 < q < 1, alors lim qn n p = 0.
n→+∞

Preuve. Si p = 0, alors (1) et (2) se déduisent de la proposition 4.7.2. Si p < 0, on utilise les
propositions 4.7.2 et 4.1.2 pour voir que la suite du (1) est le produit de deux suites qui tendent vers
+∞, donc (proposition 4.5.2) tend vers +∞. On voit de même que la suite du (2) est le produit de
deux suites qui tendent vers 0, donc tend vers 0). Il n’y a donc pas de forme indéterminée. Il suffit
donc d’étudier le cas p ∈ N \ {0}.
(1) On suppose donc q > 1 et p ∈ N \ {0}.
Cas p = 1. Comme dans la démonstration de la proposition 4.7.2, si l’on écrit q = 1 + a (donc
a > 0) et si l’on utilise la formule du binôme, on obtient pour tout entier n ≥ 2 :

n(n − 1) 2 n(n − 1) 2
qn = 1 + na + a + . . . + an > a
2 2
qn n−1 2 qn
donc n > 2 a . On en déduit lim = +∞.
n→+∞ n
Cas p > 1. On se ramène au cas précédent en « sortant l’exposant p » : on remarque que
!p  
qn qn/p rn p
= =
np n n
n
où l’on a posé r = q1/p . Puisque r > 1, le cas précédent montre que rn tend vers +∞, et il en est
n p
donc de même de rn (les résultats sur le produit de deux suites s’étendent au produit de p suites).
0n
(2) On suppose donc 0 < q < 1 et p ∈ N \ {0}. Si on pose q0 = q1 alors 1 < q0 . On a lim qn p = +∞,
n→+∞
c-à-d. lim qn1n p = +∞. Donc lim qn n p = 0, d’après la proposition 4.5.1. 
n→+∞

Remarque En comparant les propositions 4.7.2 et 4.7.3 on voit que pour p ∈ Z et q ∈ R+ , q 6= 1,


les suites (qn n p )n∈N et (qn )n∈N ont la même limite.

Racine n-ième
64 Chapitre 4. Limites infinies

1
Proposition 4.7.4 1. Soit a ∈]0, +∞[, alors la suite (a n )n∈N\{0} converge vers 1.
1
2. La suite (n n )n∈N\{0} converge vers 1.

Preuve. Exercice 4.23 

Voir les figures 4.2 et 4.3.

4.8 Critères de d’Alembert et Cauchy pour les suites


Proposition 4.8.1 — Critère de d’Alembert pour les suites. Soit (un ) une suite réelle à termes
strictement positifs pour laquelle il existe ` ∈ R+ ∪ {+∞} qui vérifie
un+1
lim = `.
n→+∞ un

1. Si 0 ≤ ` < 1 alors la suite (un ) converge vers 0.


2. Si ` > 1 alors la suite (un ) tend vers +∞.

Preuve. (1) Supposons ` < 1 et choisissons un réel q tel que ` < q < 1 (par exemple q = `+1 2 ). Il
existe un entier n0 tel que pour n ≥ n0 , on a uun+1
n
≤ q (proposition 2.4.1), soit (puisque un > 0),
un+1 ≤ qun . On en déduit ∀n ≥ n0 , un ≤ q n−n0 un0 , et donc
un0
∀n ≥ n0 , 0 < un ≤ qn .
qn0
La suite géométrique qn (avec 0 ≤ q < 1) tend vers 0 et il suffit alors d’appliquer le théorème des
gendarmes (2.4.4) pour conclure que la suite (un ) converge vers 0.
(2) Supposons ` > 1 et choisissons un réel q tel que 1 < q < `. On montre comme ci-dessus qu’il
existe un entier n0 tel que pour tout n ≥ n0 on ait un ≥ c qn , où c > 0 est une constante. Comme
q > 1, on peut appliquer le théorème des gendarmes à l’infini (4.4.1) pour conclure. 

Remarque Comme on le voit dans la démonstration, on a un résultat plus général : s’il existe
q ∈]0; 1[ tel que un+1 ≤ q un pour n assez grand, la suite (un ) converge vers 0. S’il existe q > 1 tel
que un+1 ≥ q un pour n assez grand, la suite (un ) tend vers +∞.

Proposition 4.8.2 — Critère de Cauchy pour les suites. Soit (un ) une suite réelle à termes
positifs pour laquelle il existe ` ∈ R+ ∪ {+∞} qui vérifie
1
lim (un ) n = `.
n→+∞

1. Si 0 ≤ ` < 1 alors la suite (un ) converge vers 0.


2. Si ` > 1 alors la suite (un ) tend vers +∞.

La démonstration se fait comme celle du critère de d’Alembert pour les suites et est donnée
comme exercice 4.24.

4.9 Exercices
Définitions
4.9 Exercices 65

un

1.6

1.4

1.2 q =3

y =1
1

q =1/2
0.8

n
0 10 20 30 40
 1 40
F IGURE 4.2 – La suite q n , pour q = 1/2 et q = 3.
n=2
un

1.4

1.3

1.2

1.1

y =1
1

n
0 10 20 30 40 50 60 70 80
 1 80
F IGURE 4.3 – La suite n n .
n=1
66 Chapitre 4. Limites infinies
Exercice 4.1 Montrer en utilisant la définition d’une suite qui tend vers +∞ que la suite

( n)n∈N tend vers +∞.

Exercice 4.2 Pour la suite (un ) = (n2 − n), trouver un entier N à partir duquel on a un > 100.
Montrer que la suite (n2 − n) tend vers +∞. (On justifiera la réponse en utilisant la définition
d’une suite qui tend vers +∞.)

Exercice 4.3
1. Écrire à l’aide de quantificateurs la définition d’une suite qui ne tend pas vers +∞.
2. Montrer que la suite de terme général un = 1 + [1 + (−1)n ]n, n ∈ N \ {0} est strictement
positive, n’est pas majorée mais ne tend pas vers +∞. Voir la figure 4.1.

Exercice 4.4 Montrer que si (un ) est une suite qui tend vers +∞, alors toute sous-suite de (un )
tend vers +∞.

Exercice 4.5 Montrer que si (un ) est une suite qui n’est pas majorée, alors il existe une
sous-suite de (un ) qui tend vers +∞.

Premières propriétés
Exercice 4.6 Démontrer la proposition 4.2.1 pour une suite u = (un )n∈N qui tend vers −∞ :
montrer que si u tend vers −∞ alors,
1. la suite u est majorée,
2. la suite −u tend vers +∞,
3. pour tout réel a, la suite (a + un )n∈N tend vers −∞,
4. pour tout c > 0, la suite cu tend −∞.

Exercice 4.7 Démontrer le théorème des gendarmes à l’infini (proposition 4.4.1 (1)) : soient
u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites réelles tel que u ≤ v. Montrer que si u tend vers +∞
alors v tend vers +∞ et si v tend vers −∞ alors u tend vers −∞.

Suites monotones divergentes


Exercice 4.8 — Série harmonique. Soit (Sn )n∈N\{0} la suite définie par

n
1 1 1 1
Sn = ∑ k = 1+ 2 + 3 +...+ n.
k=1

Utiliser le calcul suivant


     
1 1 1 1 1 1 1 1 1
S16 = 1+ + + + + + + + +···+
2 3 4 5 6 7 8 9 16
1 1 1 1
> 1+ +2 +4 +8 .
2 4 8 16
pour conjecturer une minoration de S2 p , pour tout p ∈ N \ {0}. Démontrer votre formule. En
déduire que la suite (Sn )n∈N\{0} tends vers l’infini.

Application aux calculs de limites


Exercice 4.9 Construire une suite un = vn wn convergente et telle que l’une au moins des suites
(vn ) et (wn ) diverge.

Suites équivalentes
4.9 Exercices 67
Exercice 4.10 Démontrer la proposition 4.6.2 : montrer que ∼ est une relation d’équivalence :
1. (∼ est réflexive) u ∼ u ;
2. (∼ est transitive) u ∼ v, v ∼ w implique u ∼ w ;
3. (∼ est symétrique) u ∼ v implique u ∼ v.

Exercice 4.11 Démontrer la proposition 4.6.3 : soient (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites tels que
un
vn 6= 0, ∀n ≥ R. Alors u ∼ v si et seulement si u/v converge vers 1 : lim = 1.
n→+∞ vn

Exercice 4.12 Démontrer la proposition 4.6.5 : si u, u0 , v, v0 sont des suites telles que u ∼ u0 et
v ∼ v0 , alors on a uv ∼ u0 v0 .

Exercice 4.13 Montrer que les suites u et v définies par

n2 − 2n + 1 n2 − 1
un = , vn = , n≥2
n−1 n−1
sont équivalentes, mais que la suite u − v ne tend pas vers 0.

Suites géométriques
Exercice 4.14 Montrer qu’une suite (un ) est une suite géométrique de raison q si et seulement
si elle vérifie
∀n ∈ N, un+1 = qun .

Exercice 4.15 Soient l un nombre réel et λ un nombre réel qui vérifie λ ∈]0, 1[. Soit u =
(un )n∈N une suite réelle qui vérifie

∀n ∈ N, |un+1 − l| ≤ λ |un − l|.

Démontrer par récurrence que

∀n ∈ N, |un − l| ≤ λ n |u0 − l|,

et en déduire que la suite u converge vers `.

Étude de convergence d’une suite


Exercice 4.16 Étudier la convergence de la suite (un ) définie ∀n ∈ N \ {0, 1} par :

n3 + 2n nn nn
(1) un = (2) un = (3) un =
3n n! 4n
1 2n
(4) un = (2n + 3n ) n (5) un =
n!

Exercice 4.17 — Extrait d’un examen de 2010/11. Étudier la convergence, et le cas échéant
donner la limite, des suites réelles a, b, c ci-dessous (définies pour n entier ≥ 2) :
n 3 n
n 4 43

n 10 11
an = (−1) ; bn = n sin ;
4 cn = .
11 n ln (n)
68 Chapitre 4. Limites infinies
Exercice 4.18 On considère la suite définie par :

1 1·3 1 · 3 · 5 · · · (2n − 1)
u1 = , u2 = , ... un = .
4 42 · 2 ! 4n · n !
Démontrer que
un 1
< .
un−1 2
En déduire la limite de la suite (un ).

Exercice 4.19 Étudier en fonction du paramètre α ∈ R+ la convergence de la suite


n
1 1
∀n ∈ N \ {0}, un = (1 + 2 + · · · + n) = α ∑ p.
nα n p=1

Exercice 4.20 1. Étudier (par encadrement) la convergence de la suite (un ) telle que

1 1 1 1 1
∀n ∈ N \ {0}, un = + √ + √ + √ +···+ √ .
n n+ 1 n+ 2 n+ 3 n+ n

2. Étudier (par encadrement) la convergence de la suite (vn ) telle que


n n n n
∀n ∈ N, vn = √ +√ +√ +···+ √ .
n2 + 1 n2 + 2 n2 + 3 n2 + n

Exercice 4.21 Étudier selon la valeur de θ ∈ [0, 2π[ la convergence des suites (un )n∈N et
(Sn )n∈N définies par

∀n ∈ N, un = (sin θ )n ,
n
∀n ∈ N, Sn = 1 + sin θ + (sin θ )2 + · · · + (sin θ )n = ∑ (sin θ ) p ,
p=0

et, le cas échéant, déterminer la limite.

Exercice 4.22 1. Soit a ∈ R \ {−2}. Étudier en fonction de la valeur de a la convergence


de la suite (un )n∈N définie par

(a + 1)n − 1
∀n ∈ N, un = ,
(a + 1)n + 1

et, le cas échéant, déterminer sa limite.


2. (Extrait d’un contrôle continu de 2011/2012.) Soit a ∈ R∗ . Étudier en fonction de la valeur
de a si la suite (un )n∈N définie par

25n + 52n
∀n ∈ N, un = ,
an
admet une limite dans R̃ = R ∪ {+∞, ∞} et, le cas échéant, déterminer cette limite.

Racine n-ième
Exercice 4.23 (Démonstration de la proposition 4.7.4). Pour a ∈]0, +∞[ on définit la suite u
4.9 Exercices 69
1
dont le terme général est un = a n , n ∈ N \ {0}.
1. Soit a ∈]1, +∞[. Montrer que un ∈]1, +∞[ pour tout n ∈ N \ {0}.
2. Soient x ∈]0, ∞[ et n ∈ N \ {0}. Utiliser la formule du binôme pour montrer que (1 + x)n ≥
nx.
3. On pose εn = un − 1, donc un = 1 + εn . Utiliser la relation du (2) pour montrer que εn
1
tend vers 0. En déduire que la suite (a n ) converge vers 1.
4. En déduire la convergence de la suite u pour a ∈]0, 1[.
1
5. Généraliser ce qui précède pour étudier la convergence de (n n )n∈N\{0} . (Indication :
n(n−1)
(1 + x)n ≥ 2 x, pour tout n ∈ N et x ∈]0, ∞[.)

Démonstration du critère de Cauchy pour les suites


Exercice 4.24 Imiter la démonstration du critère de d’Alembert pour les suites (4.8.1) pour
donner une démonstration du critère de Cauchy pour les suites (4.8.2), c’est-à-dire : soit (un )
une suite réelle à termes positifs pour laquelle il existe ` ∈ R+ ∪ {+∞} qui vérifie
1
lim (un ) n = `.
n→+∞

1. Si 0 ≤ ` < 1 alors la suite (un ) converge vers 0.


2. Si ` > 1 alors la suite (un ) tend vers +∞.

Vrai ou faux
Exercice 4.25 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument, un résultat du cours ou un contre exemple. Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N
deux suites réelles.
1. Si (un ) converge, alors (un+1 − un ) tend vers 0.
2. Si la suite (un+1 − un ) tend vers 0, alors la suite (un ) converge.
3. (Extrait d’un examen de 2011-2012.) Si u et v sont deux suites réelles telles que la suite u
converge et la suite u + v diverge, alors la suite v diverge.
4. Si la suite (u2n ) converge, alors (un ) converge.
5. Une suite qui n’est pas bornée diverge.
6. Une suite qui diverge ne peut pas être bornée.
7. Une suite monotone qui diverge ne peut pas être bornée.
8. Une suite strictement négative qui n’est pas bornée tend vers −∞.
9. Soit (un ) une suite décroissante pour laquelle il existe une sous-suite qui tend vers −∞
alors (un ) tend vers −∞.
10. Soit (un ) une suite réelle pour laquelle il existe une sous-suite (vn ) qui tend vers −∞ alors
(un ) tend vers −∞.
11. Si u converge vers l ∈ R et si v diverge alors uv diverge.
12. Si u converge vers l ∈ R∗ et si v diverge alors uv diverge.
13. Soit u une suite qui n’est pas majorée, alors elle tend vers +∞.
14. Si u tend vers −∞ alors u2 tend vers +∞.
15. Soient u et v deux suites tels que leur produit uv converge alors les deux suites u et v
convergent.
16. Soit u une suite qui tend vers −∞ alors elle est décroissante à partir d’un certain rang.
17. Soit (un ) une suite tel que un 6= 0, pour tout n ∈ N. Si la suite (un ) tend vers 0 alors la
suite ( u1n ) tend vers +∞ ou −∞.
18. Soient u et u0 deux suites équivalentes alors la suite u − u0 tend vers 0.
19. Si u et u0 sont deux suites équivalentes et si v et v0 sont deux suites équivalentes alors
70 Chapitre 4. Limites infinies

u + v et u0 + v0 sont équivalentes.
20. Si u et u0 sont deux suites équivalentes et si v et v0 sont deux suites équivalentes alors uv
et u0 v0 sont équivalentes.
21. La suite définie par
1 n
 
∀n ∈ N \ {0}, 1−
n
est une suite géométrique.
22. un ∼ vn implique que unn ∼ vnn .
1
23. La suite (n n )n∈N\{0} tend vers +∞.
1
24. Soient B > 1 un nombre réel et (un ) une suite à valeurs dans ]1, B[, alors la suite (unn )
converge.

Exercices supplémentaires
Exercice 4.26 Pour tout entier n ≥ 1, on pose

√ √ 2n √
vn = n + 1 + · · · + 2n = ∑ k.
k=n+1

Étudier la convergence éventuelle des suites


v  vn 
n
(vn )n∈N\{0} , , et .
n n∈N\{0} n2 n∈N\{0}

Exercice 4.27 1. Que peut-on dire d’une suite qui vérifie limn→∞ nun = 0 ?
2. Que peut-on dire d’une suite qui vérifie limn→∞ nun = 1 ?
3. Que peut-on dire d’une suite qui vérifie limn→∞ nun = +∞ ?

Exercice 4.28 Soit (un )n∈N une suite vérifiant : ∀n ∈ N, un+1 = 2un + 1.
1. Exprimer un en fonction de n et de u0 .
2. Montrer qu’il existe une valeur ` telle que pour u0 = `, la suite (un ) soit constante.
3. Retrouver le résultat du 1) en étudiant la suite (un − `).

Exercice 4.29 Vous empruntez une somme S0 pour une période de N années, à un taux annuel
de τ, à intérêts composés (au bout d’un an, vous devez donc la somme S0 (1 + τ)). A la fin de
chaque année, vous devrez rembourser une annuité A, fixée au départ. On cherche à calculer A.
Pour n ∈ {1, . . . , N} on note Sn la somme encore due au bout de n années.
1. Pour 0 ≤ n < N, exprimer Sn+1 en fonction de Sn ; en déduire une expression de Sn en
fonction de n.
2. En déduire A.
3. Quelle annuité doit-on verser pour un prêt à 3% sur 10 ans ?
n n
Exercice 4.30 Pour n ∈ N \ {0}, on pose un = ∑ k, vn = ∑ k2 et wn = uvnn .
k=0 k=0
1. Exprimer un en fonction de n.
2. Étudier les premiers termes de la suite (wn ) et conjecturer une expression de wn puis de
vn en fonction de n.
3. Vérifier si votre conjecture sur (vn ) est correcte.
II
Seconde partie

5 Suites complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.1 Les nombres complexes
5.2 Suites complexes
5.3 Suites géométriques complexes
5.4 Exercices

6 Limites de suites et limites de fonctions 83


6.1 Utilisation des fonctions continues
6.2 Généralisation : limites de fonctions, infinies ou à
l’infini
6.3 Exemples
6.4 Théorème des valeurs intermédiaires
6.5 Complément : quelques propriétés des limites de
fonctions
6.6 Complément : remarque sur la définition des limites
de fonctions
6.7 Exercices

7 Suites définies par une formule de récur-


rence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
7.1 Motivation : méthode de Newton
7.2 Intervalles stables, points fixes
7.3 Étude d’une suite récurrente
7.4 Exercices
5. Suites complexes

5.1 Les nombres complexes


L’ensemble des nombres complexes est, comme R, muni d’une addition et d’une multiplication,
qui en font un corps. En revanche, la relation d’inégalité ne se prolonge pas à C. Les propriétés
de R vues en 1.2, qui ne dépendent pas de cette relation, mais seulement de l’addition et de la
multiplication, s’étendent sans difficulté à C.
Un nombre complexe z ∈ C s’écrit sous forme cartésienne z = a + ib, où a ∈ R et b ∈ R. Cette
écriture est unique, de sorte que a et b méritent des noms : ce sont respectivement la partie réelle
et la partie
√ imaginaire de z. Notations : a = Re(z), b = Im(z). On définit le module |z| de z par
|z| = a2 + b2 et son conjugué z par z = a − ib.
On utilise le même symbole | · | pour désigner la valeur absolue d’un nombre réel et le module
d’un nombre complexe. Ceci est justifié par le fait que si on considère un nombre réel a comme
nombre √ complexe a + i0 (avec partie imaginaire 0), alors le module du nombre complexe a + i0 est
|a| = a2 ce qui n’est rien d’autre que la valeur absolue du nombre réel a.
On rappelle les formules (où z et w sont des nombres complexes quelconques) :

z + w = z + w, zw = z w, z + z = 2 Re(z), z − z = 2i Im(z)

z z = |z|2 , |z| = |z|, |z w| = |z| |w|.


On a les inégalités :

Proposition 5.1.1 Soient z, w ∈ C.


1. |Re(z)| ≤ |z| ; |Im(z)| ≤ |z|
2. |Re(z) − Re(w)| ≤ |z − w| ; |Im(z) − Im(w)| ≤ |z − w|
3. |z ± w| ≤ |z| + |w|
4. ||z| − |w|| ≤ |z ± w|
5. |z| ≤ |Re(z)| + |Im(z)|

Preuve. Posons z =√a + ib.√


(1) |Re(z)| = |a| = a2 ≤ a2 + b2 = |z|. De même pour la deuxième inégalité.
74 Chapitre 5. Suites complexes

(2) Il suffit d’appliquer (1) : |Re(z) − Re(w)| = |Re(z − w)| ≤ |z − w|. De même pour la deuxième
inégalité.
(3) On va utiliser
(1)
zw̄ + z̄w = zw̄ + zw̄ = 2Re(zw̄) ≤ 2|Re(zw̄)| ≤ 2|zw̄| = 2|z| |w̄| = 2|z| |w|.
Donc
|z + w|2 = |z|2 + zw̄ + z̄w + |w|2 ≤ |z|2 + 2|z| |w| + |w|2 = (|z| + |w|)2 .
(4) Comme dans le cas réel.
(5)
(4)
|z| = |a + ib| ≤ |a| + |ib| = |a| + |b| = |Re(z)| + |Im(z)|. 

Soit P un plan muni d’un repère orthonormée direct (O,~u,~v). On peut alors représenter un
−−−−→
nombre réel z = a + ib, a, b ∈ R par le point M(z) qui vérifie OM(z) = a~u + b~v. On dit que z est
l’affixe du point M(z). On dit aussi que P est un plan complexe, car tout point de P représente un
(unique) nombre complexe.

Notons que |z| = a2 + b2 est alors la distance (euclidienne) de M(z) à l’origine O. De même, si
−−−−→
on représente un autre nombre complexe w p= c + id par le point M(w) qui vérifie OM(w) = c~u + d~v,
alors la distance entre M(w) et M(z) est (c − a)2 + (d − b)2 ce qui est égal à |w − z|.
Notons que l’ensemble {z ∈ C : |z − z0 | < r} correspond à un disque ouvert centré en M(z0 )
de rayon r dans le plan P.
Si M est un point de P contenu dans le cercle de centre O et de rayon 1 alors il existe θ ∈ R tel
−−→
que OM = cos(θ )~u + sin(θ )~v. L’affixe du point M est alors cos(θ ) + i sin(θ ).
En posant eiθ = cos(θ ) + i sin(θ ) on voit que l’ensemble {eiθ : θ ∈ [0, 2π[} correspond au
cercle de centre O et de rayon 1 du plan P.
Si z 6= 0 est un nombre complexe alors le module de |z|z est 1, donc |z|z peut être écrit comme
cos(θ ) + i sin(θ ), et donc z peut être écrit comme z = |z|(cos(θ ) + i sin(θ )) = |z|eiθ . On dit que
|z|eiθ est l’écriture exponentielle du nombre complexe z.
On a aussi pour tout k ∈ Z, z = |z|ei(θ +2kπ) ; les nombres θ + 2kπ sont appelés arguments de z.
π √ π √ 5π
Exemples i = ei 2 , 1 + i = 2 ei 4 = − 2 ei 4 .

5.2 Suites complexes


Définition d’une suite complexe
Définition 5.2.1 On appelle suite complexe toute application de N dans C.

Remarque On utilise le même type de notations (n 7→ un , etc.) que pour les suites réelles. On dit
aussi que u est une suite complexe s’il existe n0 ∈ N tel que u soit une application de {n ∈ N : n ≥
n0 } dans C.

Les notions de suite réelle majorée, minorée, croissante, décroissante n’ont pas d’analogue pour
les suites complexes. On dit, en revanche :
Définition 5.2.2 Une suite complexe u = (un )n∈N est bornée s’il existe un réel R tel que |un | ≤ R
pour tout n ∈ N.

Notons qu’une suite complexe est bornée si et seulement si {un : n ∈ N} (représenté dans le
plan complexe) est contenu dans un disque du plan complexe centré en 0 et de rayon R.
En utilisant les inégalités de la proposition 5.1.1 on peut voir qu’une suite complexe u est
bornée si et seulement si les suites réelles Re(u) et Im(u) sont bornées. (Exercice 5.6.)
5.2 Suites complexes 75

Convergence d’une suite complexe


Définition 5.2.3 Soit u une suite complexe. On dit que la suite u tend (ou converge) vers un
nombre complexe ` si la suite réelle |u − `| donnée par (|un − `|) converge vers 0 :

∀ε > 0, ∃N ∈ N, (n ≥ N ⇒ |un − `| < ε).

Remarque 1. Notons que la convergence d’une suite complexe u vers une limite ` ∈ C est
définie par la convergence de la suite réelle |u − `|
2. Représentons les termes un d’une suite complexe convergente par des points Mn de P et la
limite ` par un point M. L’inégalité |un − `| < ε veut alors dire que la distance (euclidienne)
entre le point Mn et L est plus petit que ε.
3. Donc dire que la suite complexe u tend vers ` veut dire que si on se donne un disque centré
en L et de rayon ε, alors à partir d’un certain rang tous les termes Mn sont dans ce disque.
4. Il est facile de voir que si la suite u est réelle et si ` est réel, la phrase « u converge vers ` » a
le même sens dans R et dans C. (Autrement dit, la définition 5.2.3 ne contredit pas 2.2.1).

Exemple 1. Dans la figure 5.1 on a tracé les termes de la suite


3
 nπ   nπ 
un = 1 + i + n− 2 cos( + i sin( ) ,
10 10
pour n = 9, . . . , 100, ou on a relié deux termes consécutifs de la suite par un segment en
pointillés. On conjecture que la suite tend vers 1 + i (ou quelque chose de proche). On
conjecture aussi que si on se donne ε = 0, 01 alors tous les termes de la suite (au moins parmi
ceux qui sont représentés) sont dans le disque de centre 1 + i et de rayon ε = 0, 01, à partir
de n = 22. On a donc |un − (1 + i)| < 0.01 pour n ≥ 22. Donc le rang N de la définition de
convergence qui correspond à ε = 0, 01 est N = 22.
2. Dans la figure 5.2 on a tracé les termes de la suite

− 23
 nπ   nπ 
un = 1 + i + n cos( + i sin( ) ,
8 10
pour n = 10, . . . , 100. La suite « semble » aussi tendre vers 1 + i.
3. Notons que dans les deux cas on a

1
|un − (1 + i)| = 3 → 0,
n2
2
lorsque n → +∞. Pour avoir |un − (1 + i)| < 0.01 il faut choisir n > 100 3 ∼ 21.544, donc le
rang N = 22 (ou tout autre rang plus grand que 22) convient.

Un critère de convergence
Proposition 5.2.4 Soient u une suite complexe et ` ∈ C. Les conditions suivantes sont équiva-
lentes :
1. la suite u converge vers ` ;
2. la suite Re(u) converge vers Re(`) et la suite Im(u) converge vers Im(`).
76 Chapitre 5. Suites complexes

Preuve. (⇒) Supposons que u converge vers `. Soit ε > 0. Il existe alors N ∈ N tel que n ≥ N
implique que |un − l| < ε et donc (Proposition 5.1.1)

0 ≤ |Re(un ) − Re(l)| ≤ |un − l| < ε.

Donc la suite Re(u) converge vers Re(`). On montre de même que la suite Im(u) converge vers
Im(`).
(⇐) Supposons que la suite Re(u) converge vers Re(`) et la suite Im(u) converge vers Im(`).
Soit ε > 0. La définition de la convergence (pour ε/2) nous donne N1 ∈ N et N2 ∈ N tel que

n ≥ N1 ⇒ |Re(un ) − Re(l)| < ε/2,


n ≥ N2 ⇒ |Re(un ) − Re(l)| < ε/2.

On a alors que n ≥ max{N1 , N2 } implique que


ε ε
0 ≤ |un − l| ≤ |Re(un − l)| + |Im(un − l)| = |Re(un ) − Re(l)| + |Im(un ) − Im(l)| ≤ + = ε,
2 2
ou on a utilisé la Proposition 5.1.1, (5).


Propriétés des suites complexes


On laisse comme exercice la généralisation aux suites complexes de :
1. la proposition 2.3.1 : unicité de la limite.
2. la proposition 2.4.3 : toute suite convergente est bornée. (Exercice 5.5.)
3. la notion de sous-suite, la proposition 2.6.4 (Toute sous-suite d’une suite convergente converge
et admet la même limite) et la proposition 2.6.5 (Une suite complexe (un ) converge vers ` si
et seulement si les deux sous-suites (u2n ) et (u2n+1 ) convergent vers `).
4. le théorème 2.5.1 : opérations sur les limites. (Exercice 5.7.)
On peut définir comme dans le réel (en remplaçant la valeur absolue par le module) la notion de
suite de Cauchy pour une suite complexe. On montre comme dans le cas réel (propositions 3.3.5)
qu’une suite convergente est une suite de Cauchy. Le théorème suivant généralise le théorème 3.3.8 :

Théoreme 5.2.5 — C est complet. Toute suite de Cauchy complexe converge (dans C).

Preuve. Soit u une suite de Cauchy complexe. Soit ε > 0 donné. Il existe alors un N > 0 tel que
n, m ≥ N implique que |un − um | < ε. Donc n, m ≥ N implique que

|Re(un ) − Re(um )| ≤ |un − um | < ε

où on a utilisé Proposition 5.1.1. La suite (Re(un )) est donc une suite de Cauchy et comme cette
suite est réelle, cette suite converge. On montre de même que la suite (Im(un )) converge. Il suffit
alors d’utiliser la proposition 5.2.4. 

5.3 Suites géométriques complexes


Définition 5.3.1 Soit q ∈ C. Comme dans le cas réel, on appelle suite géométrique de raison q
une suite de la forme (u0 qn ) où u0 ∈ C.

On généralise alors la proposition 4.7.2 :


5.4 Exercices 77

Proposition 5.3.2 Soit q ∈ C.


1. Si q = 1, alors (qn ) est constante.
2. Si |q| < 1, alors lim qn = 0.
n→+∞
3. Si |q| > 1, (qn ) n’est pas bornée, donc diverge.
4. Si |q| = 1, q 6= 1, la suite (qn ) diverge.
1 − qn+1
5. Si q 6= 1, alors ∀n ∈ N, 1 + q + · · · + qn = .
1−q

Preuve. Pour (ii) et (iii), il suffit de remarquer que |qn | = |q|n . Pour (iv), supposons que |q| = 1 et
que (qn ) converge vers un complexe `. Comme lim qn+1 = lim qn et lim qn+1 = q lim qn , on
n→+∞ n→+∞ n→+∞ n→+∞
a q` = `, soit q = 1 ou ` = 0. Mais le cas ` = 0 est exclu car la suite |qn | est égale à 1 donc ne tend
pas vers 0. Donc q = 1. La propriété (v) se démontre comme dans le cas réel. 

Exemple Quelques exemples de suites géométriques complexes (un ) = (qn ) :


9 πi 9
1. Si q = 10 e 6 , alors comme on a |q| = 10 < 1, la proposition 5.3.2 implique que la suite (qn )
tend vers 0. Dans la figure 5.3 on a représentés les termes u0 , . . . u50 , en reliant deux termes
consécutifs de la suite par un segment en pointillés. On voit que la suite tend vers 0 en suivant
une spirale.
πi
2. Pour q = 1, 1 · e 4 on obtient une suite divergente (|q| = 1, 1 > 1). La suite (|q|n ) = (1, 1)n
tend vers +∞, donc la suite (q)n s’éloigne de l’origine de plus en plus. La figure 5.4 où sont
représentés les termes u0 , . . . , u25 indique que les termes suivent encore une spirale, mais en
s’éloignant de 0.
πi
3. Pour q = e 8 on obtient une suite périodique de période 16. Les termes de la suite sont sur le
cercle unité (|un | = 1) et sont les sommets d’un polygone régulier de 16 côtés. (Ce sont les
racines 16-ièmes
√ de l’unité.) Voir la figure 5.5. Cette suite est divergente.
4. Pour q = e πi 2 on obtient aussi une suite divergente dont les termes sont sur le cercle unité,
mais les termes « remplissent » le cercle d’unité de plus en plus. Voir la figure 5.6, où on a
représenté les termes u0 , . . . , u120 .

5.4 Exercices
Définition d’une suite complexe
Exercice 5.1 Tracer dans le plan complexe les premiers 10 termes de la suite complexe (un )
définie par
1 π
un = eni 2 , n ∈ N \ {0}.
n
Représenter dans le même plan les ensembles

Uε = {z ∈ C | : |z| < ε}

pour ε = 1/2, 1/4. Pour ε > 0 (arbitraire) déterminer le rang N ∈ N à partir duquel on a |un | < ε.

Exercice 5.2 Soit q ∈ C. En utilisant l’écriture exponentielle de q tracer dans le plan complexe
quelques termes de la suite géométrique (qn ). Faire une conjecture quand au comportement
(pour n grand) de cette suite en distinguant les cas |q| < 1 et |q| > 1. Que pensez-vous est son
comportement si |q| = 1 ?

Un critère de convergence
78 Chapitre 5. Suites complexes
Exercice 5.3 Soit a un nombre réel non nul. On pose

1 + ina
∀n ∈ N, un = .
|1 + in|

1. Construire géométriquement les premiers 5 termes de la suite (un ) pour a = 1 et faire une
conjecture quant à la convergence de la suite.
2. Étudier la convergence de la suite (un ) (pour a 6= 0 arbitraire).

Exercice 5.4 Étudier la convergence de la suite de terme général

n 1 + 2in
(1) un = (2) un = ,
(1 + ni)2 1 + ni

einθ n+1
(3) un = ,θ ∈ R (4) un = (−1)n
n2 + i cos n n − 3i

1+i n
 
(5) un =
2−i

et, le cas échéant, déterminer sa limite. (Le (3) est extraite d’un contrôle continu de 2011/2012.)

Propriétés des suites complexes


Exercice 5.5 Soit u une suite complexe.
1. Montrer que u est bornée si et seulement si les suites réelles Re(u) et Im(u) sont bornées.
2. Montrer que si u converge alors u est bornée.

Exercice 5.6 Montrer qu’une suite complexe u est convergente si et seulement si les suites
réelles Re(u) et Im(u) sont convergentes.

Exercice 5.7 Soient u et v deux suites complexes et λ ∈ C. Montrer que


1. si u converge vers ` alors λ u converge vers λ `,
2. si u converge vers ` et v converge vers `0 alors u + v converge vers ` + `0 et uv tend vers
``0 .
(On peut se ramener au cas réel en utilisant la proposition 5.2.4.)

Exercice 5.8 Soit u une suite complexe qui converge vers ` ∈ C.


1. Est-ce que u converge vers ` ? Réciproque ?
2. Est-ce que |u| converge vers |`| ? Réciproque ?

Exercice 5.9 Frai ou faux : si θ < 0 alors la suite einθ tend vers 0 ?

Exercices supplémentaires
Exercice 5.10 Soit θ ∈ [0, 2π[. Le but de l’exercice est de montrer que la suite w = (einθ )n∈N
converge pour θ = 0 et diverge sinon. La méthode utilisée est une adaptation de celle de
l’exercice 2.17.
1. Vérifier que la suite u converge pour θ = 0.
On suppose maintenant que θ ∈]0, 2π[ et on veut montrer que la suite w diverge.
2. Dire pourquoi il est suffisant de montrer que la suite u = (cos(nθ ))n∈N diverge.
Supposons pour arriver à une contradiction que la suite u converge et notons sa limite par `.
5.4 Exercices 79

3. Démontrer les relations

cos((n + 1)θ ) − cos((n − 1)θ ) = −2 sin(nθ ) sin(θ ) (i)


cos((n + 1)θ ) = cos(nθ ) cos(θ ) − sin(nθ ) sin(θ ) (ii)

4. Déduire de (i) que la suite v = (sin(nθ ))n∈N converge et que sa limite est 0.
5. Déduire de (ii) qu’on aurait alors ` = 0.
6. Montrer qu’on arriverait alors à une contradiction.

Exercice 5.11 En imitant les définitions données dans la section 1.6 pour les sous-ensembles
de R, proposez pour un sous-ensemble S de C une définition de ce que signifie d’être ouvert,
fermé, borné, compact et donner une définition de l’adhérence de S.
80 Chapitre 5. Suites complexes

u9 cercle de centre 1 + i et rayon 0.01


1.01

1.005 u22

1 u10

0.995

0.99

0.985

0.97 0.98 0.99 1 1.01

3
F IGURE 5.1 – La suite un = 1 + i + n− 2 cos( nπ nπ
 
10 + i sin( 10 ) , pour n = 9, . . . , 100

1.005

u10
1

0.995

u11
0.99

0.985

0.98 0.985 0.99 0.995 1 1.005 1.01 1.015

3
F IGURE 5.2 – La suite un = 1 + i + n− 2 cos( nπ nπ
 
8 + i sin( 10 ) , pour n = 10, . . . , 100
5.4 Exercices 81

0.6

u1
0.4

0.2

u0
-0.4 -0.2 0.2 0.4 0.6 0.8 1

-0.2

-0.4

F IGURE 5.3 – La suite (qn )50


n=0 , pour q =
9 πi
10 e .
6

10

u25

-10 -5 u0 5 10

-5

-10

F IGURE 5.4 – La suite (qn )25


πi
n=0 , pour q = 1.1 · e .
4
82 Chapitre 5. Suites complexes

0.5

-1 -0.5 0.5 1

-0.5

-1

F IGURE 5.5 – La suite (qn )16


πi
n=0 , pour q = e .
8

0.5

-1 -0.5 0.5 1

-0.5

-1


F IGURE 5.6 – La suite (qn )120
n=0 , pour q = e
πi 2.
6. Limites de suites et limites de fonctions

6.1 Utilisation des fonctions continues


Limite d’une fonction
Définition 6.1.1 Soient I un intervalle, f : I → R une fonction définie sur I, a ∈ I et ` ∈ R. Dire
que f a pour limite ` en a signifie que

∀ε > 0, ∃δ > 0, ∀x ∈ I, |x − a| < δ ⇒ | f (x) − `| < ε.

On dit aussi que f tend vers ` lorsque x tend vers a et on écrit

` = lim f (x).
x→a

On va aussi dire que f admet une limite en a s’il existe ` ∈ R tel que f a pour limite ` en a.

Remarque 1. Avec les notations de la définition, on peut dire que ` est la limite de f en a car
la proposition 6.1.2 établit que si une limite existe elle est unique. Ceci justifie la notation
` = lim f (x).
x→a
2. D’une façon moins formelle (mais moins précise) : f a pour limite ` en a si les valeurs f (x)
sont arbitrairement proches de ` quand x est suffisamment proche de a, ou encore qu’un
intervalle ouvert arbitrairement petit centré en ` contient tous les f (x) dès que x est dans un
intervalle ouvert centré en a suffisamment petit.
3. Pour la définition on s’est restreint aux fonctions définies sur un intervalle I. On pourrait
utiliser la même définition en remplaçant I par un sous-ensemble quelconque S de R. Pour ce
cours on ne considère que les fonctions qui sont définies sur un intervalle, ou éventuellement
sur l’union de plusieurs intervalles.
4. Comme pour la définition 2.2.1 d’une suite convergente et la définition 4.1.1 d’une suite qui
tend vers +∞ ou −∞, on peut remplacer les inégalités strictes |x − a| < δ et/ou | f (x) − `| < ε
par les inégalités larges |x − a| ≤ δ et/ou | f (x) − `| ≤ ε.
5. On rappelle qu’une suite est un cas particulier d’une fonction. Si on compare la définition 2.2.1
de la convergence d’une suite avec la définition 6.1.1 de la convergence d’une fonction, on
84 Chapitre 6. Limites de suites et limites de fonctions

voit qu’on a remplacé « n tend vers +∞ » par « x tend vers ` », ce qui se traduit par un
remplacement de la condition « n ≥ N » par « |x − a| < δ ». En utilisant la terminologie de
la remarque qui suit la définition 4.1.1 on a remplacé la condition « n est dans un voisinage
ouvert de +∞ » par la condition « x est dans un voisinage ouvert de a ».
6. Comme exemple de ce qu’on vient de dire, on peut comparer la démonstration de l’unicité de
la limite d’une suite (proposition 2.3.1) avec la démonstration de l’unicité de la limite d’une
fonction (proposition suivante).

Proposition 6.1.2 Soient I un intervalle, f : I → R une fonction définie sur I, a ∈ I et `1 , `2 ∈ R.


Si f a pour limite `1 et `2 en a alors `1 = `2 .

Preuve. Supposons pour arriver a une contradiction que ` 6= `0 . Pour ε = |`1 − `2 |/2 (qui est
strictement positif) on peut trouver δ1 , δ2 > 0 tel que

|x − a| < δ1 ⇒ | f (x) − `1 | < ε,


|x − a| < δ2 ⇒ | f (x) − `2 | < ε.

On déduit que si |x − a| < min{δ1 , δ2 }, alors

2ε = |`1 − `2 | = |`1 − un + un − `2 | ≤ |`1 − un | + |un − `2 | < 2ε.

Comme ε > 0 on a une contradiction. 

Remarque Comme on l’a déjà remarqué, la démonstration précédente sur l’unicité de la limite
d’une fonction est une « traduction » de la démonstration de la proposition 2.3.1 sur l’unicité de la
limite d’une suite convergente. On peut de cette manière « traduire » les résultats sur la somme,
produit et quotient de suites convergentes pour obtenir des résultats analogues à ceux obtenus plus
haut pour les limites de suites. Comme ces résultats, bien que importants, ne sont pas l’objet de ce
cours et ne seront pas utilisés, ils sont donnés comme exercices dans la section 6.5. (Ils seront par
contre étudiés dans le module Analyse 3).

Proposition 6.1.3 Soient I un intervalle, f : I → R une fonction et a ∈ I. Si f admet une limite


` en a alors on a ` = f (a).

Preuve. Supposons pour arriver a une contradiction que ` 6= f (a), alors ε = | f (a) − `| > 0. On
peut alors trouver un δ > 0 tel que ∀x ∈ I, |x − a| < δ implique que | f (x) − `| < ε. En prenant
x = a on obtient | f (a) − `| < ε qui contredit le fait que ε = | f (a) − l|. 

Exemple La fonction f : R → R définie par


(
0 si x 6= 0
f (x) := .
1 si x = 0

n’admet pas de limite en 0. (Voir exercice 6.2.)

Fonction continue
Définition 6.1.4 — Fonction continue. Soient I un intervalle réel et f : I → R une fonction.
1. Soit a ∈ I. On dit que f est continue en a si f admet une limite en a (et celle-ci est alors
nécessairement f (a) :
lim f (x) = f (a)).
x→a
6.1 Utilisation des fonctions continues 85

2. On dit que f est continue sur I si elle est continue en tout point de I.

Limite de suites et limite de fonctions


Proposition 6.1.5 Soient I un intervalle, f : I → R une fonction et a ∈ I. Si u = (un ) est une

suite à valeurs dans I qui converge vers a et si f a une limite ` en a alors la suite f ◦ u = f (un )
converge vers ` : )
lim un = a
n→+∞
⇒ lim f (un ) = `.
lim f (x) = ` n→+∞
x→a

Preuve. Soit ε > 0. Par hypothèse, il existe δ > 0 tel que

∀x ∈ I, (|x − a| < δ ⇒ | f (x) − `| < ε) .

Pour ce δ > 0, l’hypothèse « lim un = a » permet de choisir un entier N tel que :


n→+∞

∀n ≥ N, |un − a| < δ .

On a trouvé N ∈ N tel que


∀n ≥ N, | f (un ) − `| < ε .
Ceci pour ε > 0 arbitraire. D’où le résultat. 

Remarque La proposition 2.4.5 implique que dans l’énoncé de 6.1.5, l’hypothèse que a ∈ I est en
fait une conséquence du fait que u converge vers a et est à valeurs dans I.

La proposition 6.1.5 admet une réciproque :

Proposition 6.1.6 — Les limites de fonctions se testent avec des suites. Soient I un inter-
valle de R, a ∈ I, f : I → R une fonction, et ` ∈ R.
Si pour toute suite (un )n∈N à valeurs dans I telle que lim un = a, on a lim f (un ) = `, alors
n→+∞ n→+∞
on a lim f (x) = `.
x→a

Preuve. On montre la proposition contraposée de celle annoncée. Supposons donc que f ne tend
pas vers ` en a. Nous allons construire une suite (un )n∈N qui converge vers a, mais telle que ( f (un ))
ne converge pas vers `. L’hypothèse sur f nous dit qu’il existe ε0 > 0 tel que pour tout δ > 0, il
existe x ∈ I (qui dépend de δ ) tel que

|x − a| < δ et | f (x) − `| ≥ ε0 .
1
Pour tout n ∈ N on utilise la propriété précédente avec δ = n+1 et on note le x correspondant par
un , donc on obtient :
1
∀n ∈ N, ∃un |un − a| < et | f (un ) − `| ≥ ε0 .
n+1
La suite (un ) converge donc vers a, mais la suite (| f (un ) − `|) ne tend pas vers 0 (elle est minorée
par ε0 > 0), donc ( f (un )) ne tend pas vers `. 

On peut utiliser cette proposition pour établir, ∀n ∈ N \ {0}, la continuité de la fonction x 7→ xn


sur R (exercice 6.4) ainsi que des polynômes et des fractions rationnelles sur leur domaine de
définition.
En supposant que a ∈ I dans la notation de 6.1.5 et 6.1.6 on obtient :
86 Chapitre 6. Limites de suites et limites de fonctions

Corollaire 6.1.7 Soient I un intervalle, f : I → R une fonction et a ∈ I. Alors les deux énoncés
suivants sont équivalents :
1. f est continue en a.
2. Pour toute suite (un )n∈N à valeurs dans I telle que lim un = a, on a lim f (un ) = f (a).
n→+∞ n→+∞

Preuve. (⇒) : Si f est continue en a alors limx→a f (x) = f (a). Donc si u est une suite tel que
limn→+∞ un = a alors 6.1.5 implique que lim f (un ) = f (a).
n→+∞
(⇐) : 6.1.6 implique que lim f (x) = f (a), donc f est continue en a. 
x→a

Exemple On a lim 1 + n1 = 1. Comme ln est continue en 1 on a lim ln(1 + n1 ) = ln(1) = 0.



n→+∞ n→+∞

6.2 Généralisation : limites de fonctions, infinies ou à l’infini


Intervalles dans R e
La notion d’intervalle se généralise de façon évidente à R e : outre les intervalles de R, on dispose
maintenant des intervalles [a, +∞], [−∞, a[, etc. Nous utiliserons surtout ces intervalles dans le
contexte suivant : partant d’un intervalle I de R, on a déjà défini I en ajoutant à I ses extrémités dans
R. Nous noterons Ie la réunion de I et de ses extrémités dans R, e donc éventuellement infinies. Par
exemple, si I = ]0, +∞[, alors I = [0, +∞[ et I = [0, +∞]. Ce sera commode pour énoncer ci-dessous
e
des propriétés de « passage à la limite » dans I, sans avoir à distinguer à chaque fois entre les limites
finies et infinies.

Limite de fonctions dans R e


Définition 6.2.1 Soit I un intervalle de R, f : I → R une fonction définie sur I, a ∈ Ie et L ∈ R.
e
Dire que f (x) a pour limite L quand x tend vers a signifie, suivant les cas :
— Cas a ∈ R et L = +∞ ( f tend vers +∞ si x tend vers a ∈ R) :
« f (x) est arbitrairement grand quand x est suffisamment proche de a », soit

∀M > 0, ∃δ > 0, ∀x ∈ I, |x − a| < α ⇒ f (x) > M.

— Cas a = +∞ et L ∈ R ( f tend vers l ∈ R si x tend vers +∞)


« f (x) est arbitrairement proche de L quand x est suffisamment grand », soit

∀ε > 0, ∃A > 0, ∀x ∈ I, x > A ⇒ | f (x) − L| < ε.

— Cas ` = +∞ et L = +∞ ( f tend vers +∞ si x tend vers +∞)


« f (x) est arbitrairement grand quand x est suffisamment grand », soit

∀M > 0, ∃A > 0, ∀x ∈ I, x > A ⇒ f (x) > M.

On a des définitions analogues en remplaçant +∞ par −∞.

Remarque Dans tous les cas, si f (x) admet une limite L quand x tend vers a, on peut montrer que
cette limite est unique et ceci justifie la notation lim f (x) = L.
x→a

La proposition 6.1.5 se généralise (avec une démonstration analogue), ainsi que sa réciproque
6.1.6 :
6.3 Exemples 87

Proposition 6.2.2 Soit I un intervalle, f : I → R une fonction définie sur I, a ∈ Ie et L ∈ R.


e
1. Soit (un ) une suite à valeurs dans I. On suppose que lim un = a et que lim f (x) = L.
n→+∞ x→a
Alors lim f (un ) = L.
n→+∞
2. Réciproquement, supposons que pour toute suite u : N → I ayant pour limite a, on ait
lim f (un ) = L. Alors f a pour limite L en a. 
n→+∞

6.3 Exemples
On donne dans cette section des résultats qui pourront être utilisés pour faire les exercices. Ils
ne seront pas utilisés dans le cours. On admet donc que :
1. les fonctions sin, cos, et la fonction exponentielle sont continues sur R ;
2. La fonction logarithme est continue sur R∗+ ;
On admet également les limites suivantes :

sin x ln(1 + x) ln x
lim =1 lim =1 lim =0
x→0,x6=0 x x→0,x6=0 x x→+∞ x

ex ex − 1
lim = +∞ lim =1
x→+∞ x x→0 x
Remarque Pour se rappeler de ces limites on peut utiliser la règle de l’Hôpital ou (mieux) un
développement limité.
ln x ln n exp n
Exemple lim = 0, donc lim = 0. De même, lim = +∞.
x→+∞ x n→+∞ n n→+∞ n

Fonctions puissances
Soit α ∈ R. Pour tout x ∈ R∗+ , on définit xα = exp (α ln x). En utilisant les limites des fonctions
ln et exp à l’infini, on obtient :

 1 si α = 0,
lim nα = +∞, si α > 0
n→+∞
0, si α < 0.

Ceci généralise les propositions 2.2.2 (2) et 4.1.2 (1).

Comparaison des exponentielles et des puissances


Proposition 6.3.1 Soit q ∈ R+ et α ∈ R, alors
qn
1. Si q > 1, on a lim = +∞.
n→+∞ nα
2. Si 0 ≤ q < 1, alors lim qn nα = 0.
n→+∞

Preuve. Quitte à remplacer α par −α le terme général de la suite (1) et (2) est nα qn .
ln n
nα qn = exp[α ln n] · exp[n ln q] = exp[α ln n + n ln q] = exp[n(α + ln q)].
n
ln n
En utilisant lim = 0, on obtient le résultat. 
n→+∞ n

Remarque Ceci généralise la proposition 4.7.3 : Si α ∈ R et q ∈ R+ , q 6= 1, les suites (nα qn ) et


(qn ) ont même limite éventuelle.
88 Chapitre 6. Limites de suites et limites de fonctions

Proposition 6.3.2 Pour tout réel x, on a


 x n
lim 1+ = ex .
n→+∞ n

n est trivial. Supposons donc que x 6= 0 (x fixé) et posons pour tout


Preuve. Pour x = 0 le résultat
n ∈ N \ {0}, un := 1 + nx .
Pour que ln(un ) soit définie on suppose que n > |x|. On peut alors poser vn = n ln 1 + nx ce


qui nous donne un = evn .


Pour déterminer la limite de la suite (vn ) posons hn := nx . On a alors

ln (1 + hn )
vn = n ln (1 + hn ) = x .
hn
ln(1+hn )
Comme lim ln(1+x)
x = 1 et lim hn = 0 on déduit (proposition 6.1.5) que lim hn = 1, donc
x→0 n→+∞ n→+∞
lim vn = x.
n→+∞
La continuité de l’exponentielle nous donne alors (proposition 6.1.7) lim un = lim evn =
n→+∞ n→+∞
ex . 

6.4 Théorème des valeurs intermédiaires


Comme application du critère des suites adjacentes, on montre le

Théoreme 6.4.1 — Théorème des valeurs intermédiaires. Soient I = [a, b] un intervalle


avec a < b et f : I → R une fonction continue. Si f (a) f (b) < 0, alors il existe ξ ∈]a, b[, tel que
f (ξ ) = 0.

Preuve. Supposons que f (a) < 0 et f (b) > 0 (sinon on remplace f par − f ).
Analyse. Supposons que le théorème soit vrai, donc on sait que l’intervalle ]a, b[ contient une
solution de f (x) = 0. Soit c le milieu de l’intervalle ]a, b[, donc c = (b − a)/2. Si jamais f (c) = 0
on a gagné. Sinon on a deux cas. Si f (c) < 0 on peut appliquer le théorème sur l’intervalle ]c, b[ :
Comme f (c) < 0 et f (b) > 0, l’intervalle ]c, b[ contient une solution de f (x) = 0. Si f (c) > 0 on
peut appliquer le théorème sur l’intervalle ]a, c[ : comme f (a) < 0 et f (c) > 0, l’intervalle ]a, c[
contient une solution de f (x) = 0. Dans les deux cas on a trouvé un intervalle de longueur la moitié
de celle de ]a, b[ qui contient une solution de f (x) = 0. Appelons cet intervalle ]a1 , b1 [.
Notons qu’on a f (a1 ) < 0 et f (b1 ) > 0 donc on peut appliquer la même procédure à l’intervalle
]a1 , b1 [ pour obtenir un intervalle ]a2 , b2 [ qui contient une solution de f (x) = 0 et dont la longueur
est la moitié de celle de ]a1 , b1 [, donc un quart de celle de ]a, b[.
En itérant ce procédé on obtient une suite d’intervalles emboîtés ]an , bn [ qui contiennent une
solution de f (x) = 0. Ce qu’on va montrer est que les deux suites (an ) et (bn ) sont des suites
adjacentes et que leur limite commune est une solution de f (x) = 0.
Synthèse. On construit par récurrence deux suites a = (an )n≥0 et b = (bn )n≥0 à valeur dans I
telles que
∀n ∈ N, f (an ) ≤ 0 < f (bn ) (∗).
Pour n = 0, on pose a0 = a et b0 = b. Supposons qu’on ait construit pour un n ∈ N, an ∈ I et bn ∈ I
tels que f (an ) ≤ 0 < f (bn ). On pose cn = an +b
2
n
∈ I et on considère deux cas :
Cas 1 : si f (cn ) ≤ 0 alors on pose an+1 = cn et bn+1 = bn . On a alors

f (an+1 ) = f (cn ) ≤ 0 < f (bn ) = f (bn+1 ).


6.4 Théorème des valeurs intermédiaires 89

Cas 2 : si f (cn ) > 0 alors on pose an+1 = an et bn+1 = cn . On a alors

f (an+1 ) = f (an ) ≤ 0 < f (cn ) = f (bn+1 ).

Donc on a dans les deux cas f (an+1 ) ≤ 0 < f (bn+1 ) et la suite est définie au rang n + 1. On va
montrer que les deux suites a = (an )n≥0 et b = (bn )n≥0 sont adjacentes.
Pour tout n ∈ N, an < bn , donc cn est le milieu de l’intervalle [an , bn ], en particulier an < cn < bn .
Dans le cas 1, on a an < cn = an+1 et bn+1 = bn , et dans le cas 2, on a an = an+1 et bn+1 = cn < bn .
La suite a est donc croissante et la suite b est décroissante. Comme l’intervalle [an+1 , bn+1 ] est dans
bn − an
les deux cas une des deux moitiés de l’intervalle [an , bn ] on a bn+1 − an+1 = . Il est facile
2
de montrer (par récurrence) que

1
bn − an = (b0 − a0 ), donc lim (bn − an ) = 0.
2n n→+∞

On sait donc (a est croissante et b est décroissante) que les deux suites a et b sont adjacentes.
D’après le théorème 3.2.2 elles convergent vers une même limite qu’on note par `.
Il suffit alors de montrer que f (l) = 0 : comme f est continue en l ∈]a, b] on a

lim f (an ) = lim f (bn ) = f (l).


n→+∞ n→+∞

D’après (*) on a ∀n ∈ N, f (an ) ≤ 0, donc la proposition 2.4.2 implique que f (l) ≤ 0. De même,
f (bn ) > 0 implique que f (l) ≥ 0. On déduite que f (l) = 0. On pose ξ = ` et on a bien ξ ∈]a, b[
(car f (ξ ) = 0 6= f (a), f (b)), et f (ξ ) = 0, ce qu’il fallait démontrer.


Remarque Si aux hypothèses du théorème 6.4.1, on rajoute que f est strictement monotone sur
I alors le c du théorème est unique. Pour le voir supposons qu’on a deux solutions distinctes :
c1 , c2 ∈]a, b[ tel que c1 < c2 et f (c1 ) = f (c2 ) = 0. La monotonie de f implique que f (c1 ) < f (c2 )
(ou le contraire), ce qui est impossible.

Remarque 1. La méthode que nous avons employée pour démontrer le théorème des va-
leurs intermédiaires s’appelle dichotomie (« couper en deux »). Voir la remarque qui suit la
proposition 3.3.1 sur l’existence de la racine n-ième.
2. La proposition 3.3.1 sur l’existence d’une racine N-ième est un cas particulier du théorème
des valeurs intermédiaires et les démonstrations qu’on a donnés pour ces deux résultats sont
similaires. Notons qu’on a utilisé dans la démonstration de la proposition 3.3.1 la continuité
de la fonction x → xN d’une façon implicite. Savez-vous où ?
3. On peut obtenir la proposition 3.3.1 de l’existence d’une racine N-ième comme corollaire du
théorème des valeurs intermédiaires :

Corollaire 6.4.2 Soient N ∈ N, N ≥ 2 et x0 ∈]0, +∞[, alors il existe un unique réel r tel que
rN = x0 .

Preuve. Unicité : voir la démonstration de la proposition 3.3.1.


Existence : pour x0 fixé on considère la la fonction f :]0, +∞[→ R par x 7→ xN − x0 . Dans
la démonstration de la proposition 3.3.1, on a montré l’existence d’un B ∈ N qui vérifie BN > x0 ,
ce qui veut dire que f (B) > 0. On a f (0) < 0. La fonction x 7→ xN est continue sur R (voir par
exemple l’exercice 6.4) et donc f est continue sur R. On peut donc appliquer le théorème des
valeurs intermédiaires (6.4.1) à la restriction de f à l’intervalle [0, B] pour conclure. 
90 Chapitre 6. Limites de suites et limites de fonctions

6.5 Complément : quelques propriétés des limites de fonctions


La notion de limite d’une fonction est étudiée en détail dans le module Analyse 3. Nous donnons
quand même dans cette section quelques propriétés des limites de fonctions. Les démonstrations
sont laissées comme exercices. Les démonstrations sont souvent une adaptation directe d’un résultat
similaire concernant les limites de suites.
Proposition 6.5.1 Soient I un intervalle, f , g : I → R des fonctions définies sur I, a ∈ I et ` et `0
des réels. Alors :
1. Si f tend vers ` et g tend vers `0 en a, alors f + g tend vers ` + `0 en a.
2. Si f tend vers ` et g tend vers `0 en a, alors f g tend vers ``0 en a.
3. Si f converge vers ` 6= 0 alors f (x) 6= 0 « pour tout x ∈ I assez proche de a », c’est-à-dire
qu’il existe un intervalle ouvert J centré en a tel que f ne s’annule pas sur I ∩ J et la
fonction 1/ f (qui est définie sur I ∩ J) tend vers 1/` en a. (Noter que l’on a a ∈ I ∩ J, de
sorte que cette assertion a un sens).
4. (Théorème des gendarmes) Soit h : I → R une fonction qui vérifie f ≤ h ≤ g. Si f et g
tendent vers la même limite ` ∈ R en a, alors h tend vers ` en a.

Preuve. Exercice. 

Le résultat suivant sur la composition des limites n’a pas d’analogue pour les suites :

Proposition 6.5.2 Soit f : I → J une fonction réelle définie sur un intervalle I à valeurs dans un
intervalle J et g : J → R une fonction définie sur J. Soient a ∈ I et b ∈ J. Si f a comme limite b
en a et si g a comme limite l en b, alors la fonction composée g ◦ f a comme limite l en a :

lim f (x) = b 
x→a
⇒ lim g( f (x)) = `.
lim g(y) = `  x→a
y→b

Preuve. Exercice. 

Proposition 6.5.3 1. La somme, les combinaisons linéaires, le produit, le quotient (si le


dénominateur ne s’annule pas) et la composition de deux fonctions continues sur I sont
des fonctions continues sur I.
2. Les polynômes sont continus sur R, ainsi que les fractions rationnelles sur leur domaine
de définition.

Preuve. Exercice. Pour (1) on peut utiliser la proposition 6.5.1. On pourrait aussi utiliser les suites
(voir exercice 6.4). Pour (2) on peut utiliser (1) 

6.6 Complément : remarque sur la définition des limites de fonctions


La définition 6.1.1 dit qu’une fonction f définie sur un intervalle I a pour limite ` en un point
a ∈ I si
∀ε > 0, ∃δ > 0, ∀x ∈ I, |x − a| < δ ⇒ | f (x) − `| < ε. (∗)
Certains ouvrages donnent une définition différente d’une limite en donnant la condition

∀ε > 0, ∃δ > 0, ∀x ∈ I \ {a}, |x − a| < δ ⇒ | f (x) − `| < ε. (∗∗)

Bien sur, si a 6∈ I ces deux définitions sont équivalentes, mais au cas ou a ∈ I il y a une différence :
6.7 Exercices 91

1. Dire que f admet une limite en un point a ∈ I au sens de la définition (∗) est équivalent à dire
que f admet une limite au point a ∈ I au sens de la définition (∗∗) et que cette limite vaut
f (a). En effet, la proposition 6.1.3 montre que si la limite en a existe au sens de la définition
(∗) alors cette limite ne peut être que f (a). Si on adopte la définition (∗∗) on peut avoir une
fonction f dont la limite en a existe mais est différente de f (a) comme le montre l’exemple
suivant :
2. Soit f : R → R la fonction définie par
(
0 si x 6= 0
f (x) := .
1 si x = 0
de l’exercice 6.2. On a vu que, avec notre définition (∗), la limite n’existe pas en 0. Si par
contre on avait adopté la définition (∗∗) alors on aurait dit que la limite existe et est égale à 0.
3. Pour que la définition de la continuité d’une fonction f : I → R en un point a ∈ I soit indépen-
dante du choix de la définition de la limite d’une fonction, il faut modifier la définition 6.1.4 :
une fonction f est continue en a si f admet une limite en a et si cette limite est f (a).
4. Considérons encore une fois la fonction de l’exercice 6.2 qui n’est pas continue en 0. Si on
utilise la définition (∗) on dit qu’elle n’est pas continue en 0 car la limite en 0 n’existe pas et
si on utilise la définition (∗∗) on dit qu’elle n’est pas continue en 0 car bien que la limite en 0
existe, cette limite ne vaut pas f (0).
5. Pour que les résultats énoncés dans ce chapitre restent valides, il faut remplacer une hypothèse
comme « f a une limite ` en a ∈ I » par « f a une limite ` en a ∈ I et si a ∈ I cette limite est
f (a) » (c’est-à-dire que f est continue en a).

6.7 Exercices
Exercice 6.1 Soient I un intervalle, f : I → R une fonction définie sur I, a ∈ I et ` ∈ R. Dire
ce que signifie que f ne tend pas vers ` lorsque x tend vers a. Dire ce que signifie que f n’admet
pas de limite en a.

Exercice 6.2 Montrer que la fonction f : R → R définie par


(
0 si x 6= 0
f (x) := .
1 si x = 0

n’admet pas de limite en 0.

Exercice 6.3 1. Montrer en utilisant une étude de fonction que ln(x) ≤ x pour x > 0.

2. En déduire que ln(x) ≤ 2 x, pour x ≥ 1.
ln(x)
3. En déduire que lim = 0.
x→+∞ x
ln(n) n
4. En déduire que lim = 0 et lim n = 0.
n→+∞ n n→+∞ e

Exercice 6.4
1. Montrer en utilisant une propriété des suites convergentes du chapitre 2 que si la suite
(un ) converge vers un réel ` alors la suite (u2n ) converge vers `2 .
2. En déduire que la fonction f2 : R → R définie par x 7→ x2 est continue.
3. Montrer avec la même méthode que pour tout N ∈ N \ {0} la fonction fN : R → R définie
par x 7→ xN est continue.
(La même méthode montre que les polynômes sont continues sur R ainsi que les fractions
92 Chapitre 6. Limites de suites et limites de fonctions

rationnelles sur leur domaine de définition.)

Exercice 6.5 Soit a ≥ 0. Étudier (en utilisant le logarithme) la convergence de la suite (un )
définie par :
1 1
(a) ∀n ∈ N \ {0}, un = a n ; (b) ∀n ∈ N \ {0}, un = n n .

Exercice 6.6 Étudier la convergence de la suite (un ) définie pour tout n ∈ N, n ≥ 2 par :

nn 1
(1) un = (2) un = 3 − sin2 (n) n
en

n2 1 n
 
(3) un = exp (4) un = 1 +
−2 + cos n n

1 2n
(5) un = (3n + en ) n (6) un = cos ;
n!

(−1)n
 
1
(7) un = (ln(n)) n (8) un = cos(n) sin √
n

n3 + 3n n2
(9) un = (10) un = 1 + e−n
5n + n ln n

Exercice 6.7 Soit α un réel > 0. Trouver en fonction de α la limite éventuelle de la suite de
terme général
1 n
 
un = 1 + α .
n

Exercice 6.8 Soit u une suite réelle quelconque. Montrer que les suites (an ), (bn ) et (cn )
définies pour n ≥ 1 par
   
1 un 1
an = un ln 1 + , bn = , cn = un sin
n n n

ont même limite éventuelle.

Exercice 6.9 Soit u une suite réelle strictement positive qui converge vers 0, et soit f :]0; +∞[→
R une fonction vérifiant limx→0 f (x) = +∞. Montrer « à la main » (c’est-à-dire à partir des
définitions) que limn→+∞ f (un ) = +∞.

Vrai ou faux
Exercice 6.10 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument ou un contre exemple.
1. La suite (un ) définie par

1 n
 
∀n ∈ N \ {0}, un = 1 −
n

tend vers 1.
9
2. (Extrait d’un examen de 2011/2012.) Soit (un )n∈N une suite à valeurs dans [0, 10 ], alors la
6.7 Exercices 93

suite (unn )n∈N converge vers 0.


3. (Extrait d’un examen de 2011/2012.) Soit (un )n∈N une suite à valeurs dans [0, 1[, alors la
suite (unn )n∈N converge vers 0.
4. Soit f : R → R une fonction quelconque qui vérifie f (0) = 1. Si (un ) est une suite qui
tend vers 0 alors la suite ( f (un )) tend vers 1.
5. Soit (un ) une suite qui tend vers 0 alors la suite (eun ) tend vers 1.
6. La fonction f : R∗ → R définie par
(
1 si x > 0
f (x) :=
−1 si x < 0

est continue sur R∗ .

Exercices supplémentaires
Exercice 6.11 Soit f une fonction réelle définie sur R+ . On suppose que la fonction f (x) sin(x)
a une limite (finie ou infinie) lorsque x tend vers +∞.
1. Montrer que cette limite est nulle.
2. Peut-on en déduire que f tend vers 0 en +∞ ?
3. Même question en supposant f continue.
4. Même question en supposant que f a une limite (finie ou infinie) en +∞.
(Suggestion : utiliser des suites).

Exercice 6.12 Soient I un intervalle, f , g : I → R des fonctions définies sur I, a ∈ I et ` et `0


des réels. Alors :
1. Si f tend vers ` et g tend vers `0 en a alors f + g tend vers ` + `0 en a.
2. Si f tend vers ` et g tend vers `0 en a alors f g tend vers ``0 en a.
3. (Théorème des gendarmes) Soit h : I → R une fonction qui vérifie f ≤ h ≤ g. Si f et g
tendent vers la même limite ` ∈ R en a, alors h tend vers ` en a.
7. Suites définies par une formule de récurrence

7.1 Motivation : méthode de Newton


La méthode de Newton que nous allons traiter brièvement dans cette section va nous servir à
illustrer le thème de ce chapitre : les suites définies par une formule de récurrence. Afin d’expliquer
cette méthode, nous aurons besoin des notions de dérivée d’une fonction et de tangente à sa courbe
représentative. Nous n’en donnerons pas de définition car celles-ci ne seront pas utilisée par la suite.
Nous voulons calculer une valeur décimale approchée d’une solution ` d’une équation g(x) = 0
où g : J → R est une fonction
√ définie sur un intervalle J. Par exemple, afin de calculer une valeur
décimale approchée de 2, on peut considérer la fonction g : R → R donnée par g(x) = x2 − 2
pour tout réel x > 0. On utilise le théorème des valeurs intermédiaires (6.4.1) pour localiser une
solution : on a g(1) = −1 < 0 et g(2) = 2 > 0, donc l’intervalle ]1, 2[ contient une solution de
g(x) = 0.
La méthode de Newton utilise une suite récurrente (un ) obtenue par « linéarisation » de la
façon suivante : On choisit un u0 ∈ I. Puis pour calculer un+1 en fonction de un , on considère la
tangente à la courbe représentative de g au point (un , g(un )) ; un+1 est alors l’abscisse du point
d’intersection de cette tangente avec l’axe des x. Comme l’équation de la tangente en (un , g(un ))
est y − g(un ) = g0 (un )(x − un ), on obtient y = 0 si
g(un )
x = un − ,
g0 (un )
d’où la relation
g(un )
un+1 = un − .
g0 (un )
Posons f (x) = x − gg(x)
0 (x) . On dit que la suite (un ) est donnée par le choix d’un point initial (u0 ) et la

formule de récurrence un+1 = f (un ), pour tout n ∈ N.


Exemple Dans l’exemple ci-dessus on a g(x) = x2 − 2 et I = [1, 2]. La relation de récurrence que
l’on obtient est donnée par la fonction
 
1 2
f (x) = x+ .
2 x
96 Chapitre 7. Suites définies par une formule de récurrence

On obtient donc une suite u définie par u0 = 1 (par exemple) et


 
1 2
un+1 = un +
2 un

L’étude de cette suite, qui est aussi connue sous le nom de suite de Héron, est proposé dans
l’exercice 7.9.

7.2 Intervalles stables, points fixes


Notre but, dans le chapitre 7, est l’étude de suites qui sont données par une condition initiale
sur u0 et une relation
∀n ∈ N, un+1 = f (un )
où f est une fonction de R dans R (ou de C dans C).
La première question est de savoir si une telle relation définit bien une suite, c’est-à-dire définit
un pour tout n ∈ N. Ce n’est pas toujours le cas comme le montre l’exemple suivant :

Exemple Les relations u0 = 2 et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = 1/(un − 1) ne définit


pas une suite. On obtient u1 = 1, donc u2 n’est pas définie.

Intervalles stables
Définition 7.2.1 Soit I ⊂ R un intervalle contenu dans le domaine de définition d’une fonction
f réelle (donc f est définie pour tout x ∈ I). On dit que I est un intervalle stable par f si on a
f (x) ∈ I pour tout x ∈ I.

Remarque Dire que I est un intervalle stable par f signifie tout simplement que f définit (par
restriction) une application de I dans I. On pourrait remplacer I par un sous-ensemble quelconque
de R, mais pour les applications, nous n’aurons besoin que d’intervalles stables par f .

Exemple 1. Soit f : R+ → R la fonction +
√par f (x) = 3x, pour tout x ∈ R . 0 < x < 3
√ définie
implique que 0 < 3x < 9, donc 0 < 3x < 9 = 3 (proposition 1.2.5), donc ]0, 3[ est un
intervalle stable par f . Notons qu’on peut même montrer que f (]0, 3[) = ]0, 3[, mais cela
n’est pas nécessaire pour nos besoins. Les intervalles [0, 3[, ]0, 3] et [0, 3] sont aussi des
intervalles stables. De même, [3, +∞[ et ]3, +∞[ sont des intervalles stables. Les intervalles
[0, 0] = {0} et [3, 3] = {3} sont aussi stables puisque f (0) = 0 et f (3) = 3 mais on parlera
alors plutôt de points fixes de f (voir définition 7.2.3).
2. Soit f : R → R la fonction définie par f (x) = x − x2 , pour tout x ∈ R. Le tableau de variations
montre que f est croissante sur [0, 1/2], décroissante sur [1/2, 1] avec f (0) = f (1) = 0 et
f (1/2) = 1/4, donc f ([0, 1]) = [0, 1/4] ⊂ [0, 1], donc [0, 1] est un intervalle stable par f .

Proposition 7.2.2 Soient I un intervalle de R, f une application de I dans I, et a un élément de I.


Il existe alors une et une seule suite u : N → I à valeurs dans I vérifiant les conditions suivantes :
1. u0 = a ;
2. ∀n ∈ N, un+1 = f (un ).
On dit alors que (un ) est définie par récurrence par les conditions 1 et 2.

Preuve. L’unicité est facile à montrer : si (un )n∈N et (u0n )n∈N vérifient les conditions voulues, alors
on voit tout de suite, par récurrence sur p, que u p = u0p pour tout p.
Esquissons la preuve de l’existence, qui est un peu plus subtile qu’il n’y paraît. Pour chaque
entier p ∈ N, notons Σ p l’ensemble des « solutions partielles de rang p » du problème, c’est-à-dire
7.2 Intervalles stables, points fixes 97

l’ensemble des suites finies s = (s(0), . . . , s(p)) vérifiant s(0) = a et s(k +1) = f (s(k)) pour tout k <
p (ce sont les conditions 1 et 2 limitées aux entiers < p). On montre alors (facilement) par récurrence
sur p que Σ p a un unique élément, que l’on peut donc nommer, disons s p = (s p (0), . . . , s p (p)). De
plus, il est clair que pour tout k ≤ p, la suite (s p (0), . . . , s p (k)) appartient à Σk et est donc égale à
(sk (0), . . . , sk (k)). Autrement dit, s p (k) (qui a un sens dès que p ≥ k) est indépendant de p. Si l’on
pose un := sn (n) pour tout n ∈ N, on vérifie alors que la suite (un )n∈N vérifie les conditions 1 et 2
de l’énoncé. 

Points fixes
Définition 7.2.3 Soient I un intervalle de R, f : I → I une application et x0 ∈ I tel que f (x0 ) = x0 .
On dit alors que x0 est un point fixe de f .

Proposition 7.2.4 Soient I un intervalle de R, f : I → I une fonction continue définie sur I et


a ∈ I. Soit u : N → I la suite définie par récurrence par les conditions : u0 = a et un+1 = f (un )
pour tout n ∈ N. Si la suite (un ) converge vers un réel ` appartenant à I, alors ` est un point fixe
de f .

Remarque La proposition dit que les seules limites possibles pour (un ) sont les points fixes de
f . Elle ne dit rien sur la convergence de la suite (un ). En revanche, on a vu (lemme 2.4.5) que la
condition que ` ∈ I est automatique si I est un intervalle fermé.

Preuve. Supposons que (un ) converge vers ` ∈ I. On calcule la limite de la suite (vn ) = (un+1 )
de deux manières différentes : d’une part on a que (vn ) = (un+1 ) est une sous-suite de (un ) et
donc converge aussi vers `. D’autre part on observe que (vn ) = (un+1 ) = ( f (un )), et comme f est
continue en `, le corollaire 6.1.7 implique que lim f (un ) = f (`), donc la suite (vn ) converge vers
n→+∞
f (`). On a donc bien f (`) = `. 

L’exercice 7.2 a pour objet de montrer que si une fonction f est monotone sur un intervalle
dont les extrémités sont des points fixes de f alors cet intervalle est stable par f .

Un exemple « type »
Exemple (Nous allons utiliser cet exemple plusieurs fois dans ce chapitre.) Soit f : R → R
la fonction définie par f (x) = − x2 + 2x. Notons que les points fixes de f sont les solutions de
0 = f (x) − x = − x2 + x = −x(x − 1), donc 0 et 1. Nous allons montrer que l’intervalle I1 = ]0, 1[
est stable par f :
Version 1 : on peut écrire f (x) = −(x − 1)2 + 1, donc la courbe représentative est une parabole
de sommet (1, 1). Ceci implique que f est croissante sur ] − ∞, 1[ et donc sur I1 (ce qu’on peut
aussi voir avec un tableau de variation). Comme on a f (0) = 0 et f (1) = 1 on déduit que I1 est un
intervalle stable par f . (voir aussi exercice 7.2.)
Version 2 : tableau de variations.
Version 3 : calcul direct.
0<x<y<1 ⇒ −1 < x − 1 < y − 1 < 0
⇒ 0 < −(y − 1) < −(x − 1) < 1
⇒ 0 < (y − 1)2 < (x − 1)2 < 1
⇒ −1 < −(x − 1)2 < −(y − 1)2 < 0
⇒ 0 < −(y − 1)2 + 1 < −(x − 1)2 + 1 < 1

Nous avons montré que 0 < x < y < 1 implique que 0 < f (x) < f (y) < 1, et donc que f est
(strictement) croissant sur I1 = ]0, 1[, et que I1 est stable par f .
98 Chapitre 7. Suites définies par une formule de récurrence

On montre de même que f est croissant sur I2 = ] − ∞, 0[ et que I2 est stable par f . On sait
alors (proposition 7.2.2) que pour tout choix de u0 ∈ I1 (resp. u0 ∈ I2 ), la relation de récurrence
∀n ∈ N, un+1 = f (un ) définit une suite à valeurs dans I1 (resp. I2 ) et que si la suite converge alors
les seules limites possibles sont 0 et 1 (proposition 7.2.4). Par contre on ne sait encore rien sur la
convergence d’une telle suite.

7.3 Étude d’une suite récurrente


Suite de l’exemple « type » : représentation graphique
Exemple Soient f : R → R la fonction définie par f (x) = − x2 + 2x et u la suite définie par un
choix de point initial u0 ∈ R et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ).
Nous avons déjà remarqué que l’on peut écrire f (x) = −(x − 1)2 + 1, et que la courbe repré-
sentative est donc une parabole de sommet (1, 1). Voir figure 7.1 ou on a aussi tracé la droite
y = x.
— L’intersection de la courbe représentative de la fonction f et de la droite d’équation y = x
donne les points fixes de f , et donc des limites éventuelles de la suite. La figure 7.1 nous fait
conjecturer que les seuls points fixes de f sont x = 0 et x = 1 (déjà établi par un calcul).
— La figure 7.1 nous fait conjecturer que les intervalles ]0, 1[ et ] − ∞, 0[, sont des intervalles
stables par f . Nous allons utiliser plus loin la monotonie de f : f est croissante sur ]0, 1[ et
sur ] − ∞, 0[ (déjà établi par un calcul).
— La figure 7.2 nous fait conjecturer que si u0 ∈]0, 1[ alors la suite u que l’on obtient est
croissante et tend vers 1. (Pour la figure 7.2 on a utilisé u0 = 0, 1.)
— La figure 7.3 nous fait conjecturer que si u0 ∈] − ∞, 0[ alors la suite que l’on obtient est
décroissante et tend vers −∞. (Pour la figure 7.3 on a utilisé u0 = −0, 8.)
— La figure 7.4 nous fait conjecturer que si u0 ∈]1, 2[, alors u1 = f (u0 ) ∈]0, 1[. La suite sera
alors croissante à partir du rang n = 1 et converge vers 1. (Pour la figure 7.4 on a utilisé
u0 = 1.8.)
— La figure 7.5 nous fait conjecturer que si u0 ∈]2, +∞[ alors u1 ∈] − ∞, 0[. La suite sera alors
décroissante à partir du rang n = 1 et tend vers −∞. (Pour la figure 7.4 on a utilisé u0 = 2.5.)

Cas ou f est monotone


Proposition 7.3.1 Soient I un intervalle et f une application de I dans I. Soit u une suite définie
par un choix de u0 ∈ I et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). Si f est croissante alors
la suite u est monotone. Plus précisément, si u0 ≤ u1 alors u est croissante et si u0 ≥ u1 alors u
est décroissante.

Preuve. Considérons le cas u0 ≤ u1 (le cas u0 ≥ u1 est analogue) et démontrons par récurrence
que ∀n ∈ N, l’énoncé un ≤ un+1 (qu’on note par P(n)) est vrai : P(0) est vrai par hypothèse.
Supposons que pour un n ∈ N, P(n) est vrai : un ≤ un+1 . Le fait que f est croissant implique alors
que f (un ) ≤ f (un+1 ), cet à dire un+1 ≤ un+2 et donc P(n + 1) est vrai. On a donc établi (par le
principe de récurrence) que un ≤ un+1 , pour tout n ∈ N, ce qui veut dire que u est croissante. 

Proposition 7.3.2 Soient I un intervalle et f une application de I dans I. Soit u = (un ) la


suite définie par un choix de u0 ∈ I et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). Si f est
décroissante alors une des deux sous-suites des termes d’indice pairs (u2n ) et des termes d’indice
impairs (u2n+1 ) est croissante et l’autre décroissante. Plus précisément, si u0 ≤ u2 alors (u2n ) est
croissante et (u2n+1 ) décroissante. si u0 ≥ u2 alors (u2n ) est décroissante et (u2n+1 ) croissante.
7.3 Étude d’une suite récurrente 99

2 y =x

y = −x2 +2x
-1 -0.5 0.5 1 1.5 2 2.5

-1

-2

-3

F IGURE 7.1 – étude de la suite récurrente associée à f (x) = −(x − 1)2 + 1.

Preuve. Notons d’abord que si f est décroissante alors g = f ◦ f est croissante : pour tout x, y ∈ I
tel que x < y on a f (x) ≥ f (y), donc f ( f (x)) ≤ f ( f (y)), cet à dire f ◦ f (x) ≤ f ◦ f (y).
On pose (vn ) = (u2n ) et (wn ) = (u2n+1 ). On a

f ◦ f (vn ) = f ( f (u2n )) = u2n+2 = u2(n+1) = vn+1


f ◦ f (wn ) = f ( f (u2n+1 )) = u2n+3 = u2(n+1)+1 = wn+1 .

Dans le cas u0 ≤ u2 , on a v0 < v1 . On déduit de la proposition 7.3.1) que la suite des termes d’indice
pairs (vn ) est croissante. D’autre part, u0 ≤ u2 implique ( f est décroissante) que f (u0 ) ≥ f (u2 ),
c’est-à-dire u1 ≥ u3 , c’est-à-dire w0 ≥ w1 . On déduit de la proposition 7.3.1 que la suite des termes
d’indice impairs (wn ) est décroissante. Le cas u0 ≥ u2 est analogue. 

Remarque Si f est continue, les limites éventuelles de (u2n ) et de (u2n+1 ) sont des points fixes de
f ◦ f et non de f : regarder l’exemple où u0 est un réel quelconque et où un+1 = −un .

Suite de l’exemple « type »


Exemple Soient f : R → R la fonction définie par f (x) = − x2 + 2x et u la suite définie par un
choix de valeur initiale u0 ∈ R et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). Nous avons déjà
vu que les intervalles I1 = ]0, 1[ et I2 = ] − ∞, 0[ sont stables par f et que f est croissante sur I1 et I2 .
Prenons par exemple u0 = 1/2 ∈ I1 . Comme u1 = 3/4 > u0 on déduit de la proposition 7.3.1 que la
suite u est croissante. Si on prend u0 = −1 ∈ I2 on a u1 = −3 < u0 , alors la suite u est décroissante.
Nous étudierons plus loin la convergence de la suite (en fonction de la valeur initiale).

Cas ou x 7→ ( f (x) − x) est de signe constant


100 Chapitre 7. Suites définies par une formule de récurrence

Proposition 7.3.3 Soient I un intervalle et f une application de I dans I. Soit u = (un ) la


suite définie par un choix de u0 ∈ I et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). On pose
∀x ∈ I, g(x) = f (x) − x. Si g est positive sur I alors la suite u est croissante et si g est négative
sur I alors la suite u est décroissante.

Preuve. On sait (proposition 7.2.2) que ∀n ∈ N, un ∈ I. Notons que g(un ) = f (un ) − un = un+1 − un ,
donc si g est positive (resp. négative) sur I alors un+1 − un est positive (resp. négative) et donc u est
croissante (resp. décroissante). 

Suite de l’exemple « type »


Exemple Soient f : R → R la fonction définie par f (x) = − x2 + 2x et u la suite définie par un
choix de valeur initiale u0 ∈ R et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). Nous avons déjà
vu que les intervalles I1 = ]0, 1[ et I2 = ] − ∞, 0[ sont stables par f et que les seuls points fixes de
f sont 0 et 1. Comme g(x) = f (x) − x = − x2 + x = −x(x − 1) on voit que g est positive sur I1 et
négative sur I2 , donc la suite est croissante pour tout choix de u0 ∈ I1 et décroissante pour tout choix
de u0 ∈ I2 (voir proposition 7.3.3). Si u0 ∈ I1 alors la suite est à valeurs dans I1 (proposition 7.2.2),
donc majorée (par exemple par 1). Elle est donc convergente (théorème 3.1.4). Notons sa limite par
`. La proposition 7.2.4 nous dit que ` est un point fixe de f ( f est continue), donc ` = 0 ou ` = 1.
Or, la suite est minorée par u0 > 0, donc sa limite ` vérifie ` ≥ u0 > 0 (proposition 2.4.2, (3)). On
en déduit que ` = 1. Si u0 ∈ I2 alors la suite est décroissante, donc majorée par u0 < 0. Supposons
pour arriver à une contradiction que la suite soit convergente et notons sa limite par `. Comme on a
∀n ∈ N, un ≤ u0 < 0 on sait que ` ≤ u0 < 0 (proposition 2.4.2, (3)). Mais ` est aussi un point fixe
de f (proposition 7.2.4), donc ` = 0 ou ` = 1, ce qui est impossible. On en déduit que la suite n’est
pas convergente, donc qu’elle n’est pas minorée, et donc (proposition 3.1.4) qu’elle tend vers −∞.
Remarquons que si on prend u0 ∈]1, 2[, alors u1 ∈ I1 , et donc la suite qu’on obtient est à valeurs
dans I1 à partir du rang n = 1, et donc converge vers 1. De même, si on prend u0 > 2, alors u1 ∈ I2 ,
et donc la suite qu’on obtient est à valeurs dans I2 à partir du rang n = 1, et donc tend vers −∞.

Méthode quantitative
Parfois on arrive à estimer |un+1 − `| en fonction de |un − `|, où ` est un candidat limite, puis
par récurrence, en fonction de |u0 − `|. Supposons par exemple qu’il existe λ ∈ [0, 1[ tel que

∀n ∈ N, |un+1 − l| ≤ λ |un − l|.

On peut démontrer par récurrence que

∀n ∈ N, |un − l| ≤ λ n |u0 − l|,

et en déduire que la suite u converge vers ` (voir exercice 4.15).

Proposition 7.3.4 Soient I un intervalle et f : I → I une application. On suppose qu’il existe


λ ∈ [0, 1[ tel que pour tous x, y ∈ I :

| f (x) − f (y)| ≤ λ |x − y|.

Soit u = (un ) la suite définie par un choix de u0 ∈ I et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 =


f (un ). Si f a un point fixe ` ∈ I, alors la suite u converge vers ` (indépendamment du point initial
u0 ∈ I).

Preuve. On a |un+1 − `| = | f (un ) − f (`)| ≤ λ |un − `|. On en déduit (exercice 4.15) que |un − `| ≤
λ n |u0 − `|, et la suite u tend donc vers `. 
7.4 Exercices 101

Remarque 1. Cette méthode ne dit rien sur la monotonie éventuelle de (un ), mais permet par
exemple de déterminer n pour que l’erreur |un − `| soit inférieure à un ε donné.
2. Dans un cours sur les fonctions dérivables on montre l’inégalité dite des accroissements finis
(qui est hors programme pour ce cours) : si f est dérivable sur I et ∀x ∈ I, | f 0 (x)| ≤ M, on
a pour tous x, y ∈ I : | f (x) − f (y)| ≤ M|x − y|. Si M < 1 les hypothèses de la proposition
précédente sont satisfaites.

Suite de l’exemple « type »


Exemple Soient f : R → R la fonction définie par f (x) = − x2 + 2x et u la suite définie par un
choix de u0 ∈ R et la relation de récurrence ∀n ∈ N, un+1 = f (un ).
On a f (x) = − x2 + 2x = −(x − 1)2 + 1, donc f (x) − 1 = −(x − 1)2 . On a donc ∀n ∈ N,
un+1 − 1 = − (un − 1)2 ,
ce qui donne
un − 1 = − (un−1 − 1)2 =
2
= − − (un−2 − 1)2 = − (un−2 − 1)2·2
2·2
= − − (un−3 − 1)2 = − (un−3 − 1)2·2·2 .


On conjecture que ∀n ∈ N,
n
un − 1 = − (u0 − 1)2 . (∗)
Il est facile (et laissé comme exercice) de démontrer cette formule par récurrence.
Si u0 ∈ I1 = ]0, 1[, alors |u0 − 1| < 1 et on déduit de (∗) que la suite u tend vers 1. Cette
convergence est très rapide : si par exemple |un − 1| ≤ 10−p avec p ∈ N, alors |un+1 − 1| ≤ 10−2p .
On dit que la convergence est quadratique (en gros, le nombre de décimales exactes double à chaque
itération). De même, si u0 ∈ I2 = ] − ∞, 0[, on a |u0 − 1| > 1 et on déduit de (∗) que la suite u tend
(très rapidement) vers −∞.

7.4 Exercices
Exercice 7.1 On considère la suite u définie par un choix de u0 ∈]0, 3[ et la formule de
récurrence suivante : p
∀n ∈ N, un+1 = 3 · un .
1. Montrer par récurrence que un est bien définie et vérifie un > 0 pour tout n ∈ N.
2. Montrer que, pour tout n ∈ N, on a un < 3.
3. Montrer que u est une suite croissante.
4. En déduire que u converge. Déterminer sa limite.

Exercice 7.2 Soient I un intervalle et f : I → R une application qui a deux points fixes distincts
` et `0 dans I. Disons que ` < `0 . Si la restriction de f à l’intervalle [`, `0 ] est croissante alors cet
intervalle est stable par f . Si la fonction est strictement croissante sur [`, `0 ] alors l’intervalle
]`, `0 [ est stable par f .

Exercice 7.3 Soit f : [0, +∞[ la fonction définie par

2x + 3
f (x) = , x ∈ [0, +∞[.
x+4
On définit une suite u = (un )n∈N par u0 = 0 et la relation de récurrence un+1 = f (un ).
1. Déterminer les points fixes de f .
2. Calculer u1 et montrer par récurrence que ∀n ∈ N \ {0}, 0 < un < 1.
102 Chapitre 7. Suites définies par une formule de récurrence

3. Montrer que la suite u est croissante.


4. Montrer que la suite u est convergente et déterminer sa limite.

Exercice 7.4 (Extrait d’un contrôle continu de 2011/2012.) Pour x ∈ [0, ∞[ on pose f (x) = 5x
et g(x) = f (x) − x.
1. Montrer que I = ]0, 5[ est un intervalle stable par f : si x ∈ I alors f (x) ∈ I.
2. Déterminer les points fixes de f .
3. Montrer que pour tout x ∈ I, g(x) > 0.
On définit une suite u = (un )n∈N par un choix de u0 ∈ I et pour n ∈ N la relation de récurrence
un+1 = f (un ).
4. Montrer que la suite u est convergente.
5. Déterminer la limite de la suite u.

Exercice 7.5 Soient f la fonction de R dans R définie par f (x) = ex − 2 et g la fonction de R


dans R définie par g(x) = f (x) − x. Soit u = (un )n∈N la suite définie par un choix de u0 ∈ R et
la relation de récurrence un+1 = f (un ).
1. Donner les tableaux de variations des fonctions f et g. Montrer qu’il existe exactement
deux réels distincts, disons `1 et `2 avec `1 < 0 < `2 , qui sont points fixes de f . Faire un
dessin du graphe de f et de la droite d’équation y = x.
2. En supposant que la suite u converge quelles sont ses limites possibles.
3. Montrer que chacun des intervalles

I1 = ] − ∞, `1 [, I2 = ]`1 , `2 [, I3 = ]`2 , +∞[, I4 = {`1 }, I5 = {`1 }

est un intervalle stable par f .


4. En utilisant le signe de g, étudier la monotonie de la suite u pour chacun des cas u0 ∈ Ik ,
k ∈ {1, 2, 3, 4, 5}.
5. Étudier la convergence et déterminer la limite éventuelle de la suite u en fonction du choix
de u0 ∈ R.

Exercice 7.6 On considère la suite complexe (zn ) définie par une valeur initiale z0 ∈ C et pour
n ∈ N la relation de récurrence
1
zn+1 = (1 + i)zn + 2 − i.
2
1. En supposant que la suite z converge déterminer sa limite éventuelle qu’on note l.
2. On considère la suite w dont le terme général est wn = zn − l, n ∈ N. Montrer que la suite
w est une suite géométrique dont on déterminera la raison.
3. Étudier la convergence des suites w et z.
4. Soient α, β des nombres complexes avec |α| < 1. En généralisant ce qui précède, montrer
que la suite complexe définie par un choix arbitraire de point initial z0 ∈ C et pour n ∈ N
la relation de récurrence zn+1 = αzn + β converge.

Exercice 7.7 Soient f la fonction de R dans R définie par f (x) = (1 − x)2 et (un )n∈N la suite
1
définie par u0 = et la relation de récurrence un+1 = (1 − un )2 .
2
1. Tracer soigneusement sur l’intervalle [0 , 1] le graphe de f et la droite d’équation y = x.
2. Calculer les six premiers termes de la suite et visualiser le début d’un colimaçon.
3. Montrer que [0 , 1] est un intervalle stable par f et que f est décroissante sur [0 , 1].
4. On pose g = f ◦ f . Montrer que [0 , 1] est un intervalle stable par g et que g est croissante
7.4 Exercices 103

sur [0 , 1].
5. Que peut-on en déduire pour les suites extraites (u2n )n∈N et (u2n+1 )n∈N ?
6. La suite (un )n∈N converge-t-elle ?

Exercice 7.8 1. Soient a et b deux réels vérifiant 0 ≤ a ≤ b. Montrer que


√ a+b
a≤ ab ≤ ≤ b,
2
et que toutes les inégalités sont strictes sauf si a = b ou si a = 0.
2. Montrer qu’il est possible de définir deux suites (un )n∈N et (vn )n∈N en posant (u0 , v0 ) =
(1, 2) puis en déduisant le couple (un+1 , vn+1 ) à partir du couple (un , vn ) à l’aide des

relations de récurrence un+1 = un vn et vn+1 = un +v n
2 .
3. Montrer que
1 √ √
vn − un = [ vn−1 − un−1 ]2 .
2
4. Montrer que un ≤ un+1 ≤ vn+1 ≤ vn . En déduire que les deux suites (un )n∈N et (vn )n∈N
convergent. Montrer qu’elles convergent vers la même limite qu’on note l.
5. Montrer que
√ √ 1
| y − x| ≤ |y − x|, ∀x, y ∈ [1, 2].
2
6. Donner une majoration explicite de |vn − un | en fonction de n.
7. Donner des approximations à 10− 3 et 10− 9 près de l.

Exercices supplémentaires
Exercice 7.9 — Algorithme de Héron. Pour x ∈]0, ∞[, on pose
 
1 2
f (x) = x+ et g(x) = f (x) − x.
2 x

1. Déterminer le tableau de variation de f ainsi que le signe de g sur l’intervalle ]0, ∞[. Tracer
dans le même √ dessin les graphes de f et de la droite d’équation y = x.
2. Montrer
√ que ] 2, +∞[ est un intervalle stable par f . En déduire que pour tout choix de
u0 ∈] 2, ∞[ la relation de récurrence un+1 = f (un ) définit une suite u = (un )n∈N .
3. Montrer que la suite u est décroissante et convergente. Déterminer sa limite.
4. Montrer que, pour tout x > 0, on a

√ (x − 2)2
f (x) − 2 = ,
2x
et en déduire, pour tout n ∈ N, la majoration

√ (un − 2)2
|un+1 − 2| ≤ .
2
5. On choisit u0 = 2. Montrer par récurrence que, pour tout n ∈ N, on a
√ 1
|un − 2| ≤ n .
22 −1
(On note que cette majoration implique aussi la convergence de u.)
104 Chapitre 7. Suites définies par une formule de récurrence

6. Déterminer un entier N tel que pour n ≥ N, on ait |un − 2| < 10−4 . Même question pour
10−8 . √
7. Quel est le comportement de la suite si on choisit u0 ∈]0, 2[ ?

Exercice 7.10 À l’aide de la méthode de Newton, déterminer à 10−4 près la plus petite solution
strictement positive de l’équation tan(x) = x. (Utiliser une calculatrice pour le calcul de la
fonction tangente).
7.4 Exercices 105

0.8
y = −x2 +2x

0.6

y =x
0.4

0.2

u0 0.2 0.4 0.6 0.8 u5 1

F IGURE 7.2 – La suite un+1 = f (un ), avec f (x) = −(x − 1)2 + 1 et u0 = 0.1.

u2 u0
-10 -8 -6 -4 -2

y =x

-5

-10

-15

y = −x2 +2x

-20

F IGURE 7.3 – La suite un+1 = f (un ), avec f (x) = −(x − 1)2 + 1 et u0 = −0.8.
106 Chapitre 7. Suites définies par une formule de récurrence

1.4
y =x
1.2

1
y = −x2 +2x
0.8

0.6

0.4

0.2

0.5 1 1.5 2
u4 u0

F IGURE 7.4 – La suite un+1 = f (un ), avec f (x) = −(x − 1)2 + 1 et u0 = 1.8.

1.5
y =x

1
y = −x2 +2x
0.5

u1 u0
-2 -1 1 2 3

-0.5

-1

-1.5

-2

F IGURE 7.5 – La suite un+1 = f (un ), avec f (x) = −(x − 1)2 + 1 et u0 = 2.5.
III
Troisième partie

8 Séries numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109


8.0 Motivation
8.1 Définition d’une série
8.2 Premiers exemples
8.3 Un critère de divergence d’une série.
8.4 Opérations sur les séries.
8.5 Exercices

9 Séries numériques à termes réels positifs


119
9.1 Un critère de convergence
9.2 Critères de comparaison et d’équivalence
9.3 Un critère de convergence : ∑ 2n u2n
9.4 Série de Riemann
9.5 Critères de Cauchy et de d’Alembert
9.6 Comparaison avec une intégrale
9.7 Exercices

10 Convergence absolue ; Séries alternées


131
10.1 Séries absolument convergentes
10.2 Séries alternées
10.3 Excursion : séries entières, un exemple
10.4 Exercices
8. Séries numériques

8.0 Motivation
Un exemple de développement décimal
Quel est le sens de 10/3 = 3, 3333 · · · ? Si on divise 10 par 3, on obtient à la première étape

10 1
= 3+ . (1)
3 3
En divisant les deux membres par 10, on obtient
1 3 1
= + , (2)
3 10 30
et donc  
10 (1) 1 (2) 3 1 1
= 3+ = 3+ + = 3, 3 + . (3)
3 3 10 30 30
(C’est le résultat d’une division de 10 par 3 après deux étapes.) De même, si on divise (2) par 10,
on obtient
1 3 1
= + , (4)
30 100 300
et donc  
10 (3) 3 1 (4) 3 3 1 1
= 3+ + = 3+ + + = 3, 33 + .
3 10 30 10 100 300 300
(C’est le résultat d’une division de 10 par 3 après trois étapes.) Si on itère ce procédé, on obtient
pour tout n ∈ N,
10 3 3 1
= 3+ +···+ n + .
3 10 10 3 · 10n
Posons pour tout n ∈ N,
n
3 3 3
Sn = 3 + + · · · + n = ∑ k = 3, 3| ·{z
· · 3} .
10 10 k=0 10 n fois
110 Chapitre 8. Séries numériques
10 1 1
Comme 3 − Sn = 3·10n et lim n = 0, on obtient
n→+∞ 3·10
n
10 3
= lim Sn = lim ∑ k .
3 n→+∞ n→+∞
k=0 10
Si on pose
∞ n
3 3
3, 3333 · · · = lim 3, 3| ·{z
· · 3} et ∑ 10k n→+∞ ∑ 10k ,
= lim
n→+∞
n fois k=0 k=0

alors on a ∞
10 3
= 3, 3333 · · · = ∑ k .
3 k=0 10

Notons qu’en partant de la suite ( 103 k )n∈N , nous avons construit la nouvelle suite (Sn )n∈N des
« sommes partielles », où Sn est la somme des n + 1 premier termes de la suite ( 103 k )k∈N . Nous
vérifierons ce calcul une fois que nous aurons introduit les séries géométriques (proposition 8.2.1).

Un exemple de série entière


Ce thème sera abordé dans le module Analyse 3 mais nous en donnerons un aperçu dans la
section 10.3. On peut montrer (voir section 10.3) que pour tout |x| < 1 on a
!
N
(−1)n xn+1
lim ∑ = ln (1 + x).
n→+∞
n=0 n+1

Si on pose !
+∞ N
(−1)n xn+1 (−1)n xn+1
∑ n + 1 = n→+∞ lim ∑ n+1 ,
n=0 n=0
alors on peut écrire
+∞
(−1)n xn+1
∑ = ln (1 + x),
n=0 n+1
et on dit que le terme de gauche est un développement en série entière de ln (1 + x). Notons que l’on
peut aussi utiliser cette dernière égalité pour définir le logarithme népérien d’une façon relativement
élémentaire (on n’utilise que la notion de limite). La plupart des fonctions élémentaires permettent
une telle représentation.

8.1 Définition d’une série


Définition 8.1.1 Soit (un )n∈N une suite réelle ou complexe.
1. On dit que que la série de terme général un converge (resp. diverge, tend vers +∞, tend
vers −∞) si la suite (SN )N∈N définie par
N
∀N ∈ N, SN = ∑ un = u0 + u1 + · · · + uN .
n=0

converge (resp. diverge, tend vers +∞, tend vers −∞). On dit que (SN ) est la suite des
sommes partielles de la suite (un )n∈N .
2. Si la série converge on note sa limite par ∑+∞
n=0 un :
!
+∞ N
∑ un = N→+∞
lim SN = lim
N→+∞
∑ un .
n=0 n=0
8.1 Définition d’une série 111
+∞
On appelle alors ∑ un la somme de la série.
n=0
3. Si la série tend vers +∞ (resp. −∞) alors on écrit
+∞ +∞
∑ un = +∞ (resp. ∑ un = −∞)
n=0 n=0

mais on ne parle plus de la somme de la série.

Exemple d’une série télescopique Soit (un )n∈N\{0} la suite définie par

1
∀n ∈ N \ {0}, un = .
n(n + 1)

On observe que
1 1 1
∀n ∈ N \ {0}, = − ,
n(n + 1) n n + 1
si bien que

1 1 1 1 1 1 1 1 1
∀n ∈ N∗ , SN = 1 − + − + − + · · · + − + − .
2 2 3 3 4 N −1 N N N +1
Tous les termes de la somme disparaissent sauf le premier et le dernier (d’ou le nom de série
télescopique) ce qui nous donne

N
1 1
SN = ∑ n(n + 1) = 1 − N + 1 . (*)
n=1

On a limN→+∞ SN = 1, donc par définition la série de terme général un converge et sa somme est 1 :
+∞
1
∑ n(n + 1) = N→+∞
lim SN = 1.
n=1

(Voir la figure 8.1.) Pour démontrer rigoureusement la relation (∗) on peut procéder par récurrence,
mais on peut aussi utiliser un « changement d’indice » :

N N   N N
1 1 1 1 1
SN = ∑ n(n + 1) ∑ n n + 1 = ∑ n − ∑ n + 1 .
= −
n=1 n=1 n=1 n=1

On fait alors le changement d’indice m = n + 1 (attention au changement des bornes) dans la


deuxième somme pour obtenir

N N+1 N N
1 1 1 1 1 1
SN = ∑ n− ∑ m
= 1+ ∑ − ∑ −
n m N + 1
= 1−
N + 1
.
n=1 m=2 n=2 m=2

Remarque 1. Si deux suites ont tous leurs termes égaux à partir d’un certain rang n0 , les
sommes partielles des deux séries correspondantes diffèrent d’une constante C à partir du
rang n0 . Les deux séries sont donc de même nature (convergentes/divergentes). Autrement
dit la nature d’une série de terme général un ne dépend pas des premiers termes de la suite
(un ). (En revanche, si les deux séries convergent, leurs sommes diffèrent de la constante C.)
112 Chapitre 8. Séries numériques

SN
1
y =1

0.9

0.8
S4 = u2 + + u4

0.7
S3 = u2 + u3

0.6

0.5 S2 = u2
N
20 40 60 80
N
1
F IGURE 8.1 – La suite des sommes partielles SN = ∑ n(n − 1) , pour N = 2, . . . 90.
n=2

2. Une série (numérique – réelle ou complexe) est donc la donnée de deux suites u = (un )n∈N et
S = (SN )N∈N , liées par la relation
N
∀N ∈ N, SN = ∑ un .
n=0

3. En cas de convergence d’une série, la notion de « somme de la série » est une généralisation
de la notion de somme d’un nombre fini de termes. L’écriture ∑+∞ n=0 un n’est qu’une notation
et sa définition est bien la limite d’une suite de sommes partielles, c’est-à-dire d’une suite
dont le terme général est la somme d’un nombre fini (bien que de plus en plus grand) de
termes.
4. Dans les énoncés, la série est désignée par son terme général, alors que la suite des sommes
partielles est celle dont on étudie la convergence.
5. Par abus de notation on désigne parfois « la série de terme général un » par « la série ∑ un ».
On utilise donc le même symbole pour désigner la série et sa somme.
6. On peut aussi associer une série à une suite qui n’est définie que à partir d’un rang n0 ∈ N :
(un )n≥n0 . Dans ce cas la suite des sommes partielles est définie par
N
∀N ∈ N, N ≥ n0 , SN = ∑ un = un 0 + un0 +1 + · · · + uN .
n=n0

8.2 Premiers exemples


Utilisation de la définition
Voici quelques exemples où il est facile de « voir » si la série converge ou diverge :
8.2 Premiers exemples 113

Exemples 1. Pour la suite (un )n∈N = (n)n∈N , on obtient (en utilisant l’exercice 1.11)
N
N(N + 1)
∀N ∈ N, SN = ∑ n = 0+1+...+N = ,
n=0 2

et donc la série de terme général n tend vers +∞


+∞ N
N(N + 1)
∑ n = lim N→+∞
∑ n = N→+∞
lim
2
= +∞.
n=0 n=0

Notons que la suite (n)n∈N tend aussi vers +∞.


2. Pour la suite constante (un )n∈N = (1)n∈N , on obtient
N
∀N ∈ N, SN = ∑ 1 = 1| + ·{z· · + 1} = N + 1,
n=0
N+1 fois

et donc la série de terme général 1 tend vers +∞ :


+∞ N
∑ 1 = lim N→+∞
∑ 1 = N→+∞
lim (N + 1) = +∞.
n=0 n=0

Notons que la suite (1)n∈N tend vers 1.


3. (Exemple d’une série géométrique) Supposons qu’on dispose d’un réservoir de volume 1.
On commence par remplir la moitié du réservoir, à l’étape suivante on remplit la moitié de ce
qui reste, à l’étape suivante encore la moitié de ce qui reste, etc (en supposant qu’un volume
est infiniment divisible). Après la première étape le réservoir contient 1/2 (de volume) et
il reste 1/2 de vide. Après la deuxième étape le réservoir contient 1/2 + 1/4 et il reste 1/4
de vide. Après l’étape suivante le réservoir contient 1/2 + 1/4 + 1/8 et il reste 1/8 de vide.
Après la N-ième étape (N ∈ N \ {0}) le réservoir contient
N
1 1 1 1 1
SN = + 2 +···+ N = ∑ n et il reste vide ,
2 2 2 n=1 2 2N

ce qui veut dire que


1
1 − SN = .
2N
1
On en déduit que SN converge vers 1, cet à dire que la série de terme général 2n , n≥1
converge vers 1 :
∞ N
1 1
∑ 2n = N→+∞
lim SN = lim ∑ n = 1.
n=1 2
N→+∞
n=1

Nous vérifierons ce calcul une fois que nous auront introduit les séries géométriques (propo-
sition 8.2.1).
4. Soit (un )n∈N\{0} la suite

1 1 1 1 1 1 1 1 1
1, , , , ,··· , , ,··· , , ··· , n ,··· , n , ···
2 |{z}
4 4 |8 {z 8} |16 {z 16} |2 {z 2 }
2 fois 4 fois 8 fois 2n−1 fois

On a
1 1 1 1
S1 = 1, S2 = 1 + , S4 = 1 + + 2 = 1 + 2 ,
2 2 4 2
114 Chapitre 8. Séries numériques
1 1 1 1 1 1 1 1 1
S8 = 1 + + 2 + 4 = 1 + 3 , S16 = 1 + + 2 + 4 + 8 = 1 + 4 ,
2 4 8 2 2 4 8 16 2
et en général
1
∀n ∈ N, S2n = 1 + n .
2
La sous-suite (S2n )n∈N de la suite des sommes partielles (SN )N∈N tend donc vers +∞ ce qui
implique que la suite (SN )N∈N n’est pas majorée. Comme (SN )N∈N est une suite croissante
on déduit qu’elle tend vers +∞. Par définition, on aura donc ∑+∞ n=1 un = +∞. Notons que la
série de terme général un tend vers +∞ bien que la suite de terme général un tend vers 0.
5. Soit u la suite ((−1)n )n∈N . La suite (SN )N∈N vérifie
(
N
n N 1, si N pair
∀N ∈ N, SN = ∑ (−1) = 1 − 1 ± · · · ± (−1) =
n=0
| {z } 0, si N impair.
N+1 termes

La suite (SN ) diverge, donc par définition la série de terme général (−1)n n’est pas conver-
gente.

Dans le tableau suivant on a fait la liste des cinq des exemples considérés en comparant la
convergence (et la limite) de la suite (un ) et de la série correspondante. Pouvez-vous conjecturer un
rapport entre les deux ? Nous donnerons plus loin une réponse a cette question.

(un ) convergence de la suite convergence de la série


+∞
0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, · · · lim un = +∞ ∑ un = +∞
n→+∞ n=1
+∞
1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, · · · lim un = 1 ∑ un = +∞
n→+∞ n=1

1 1 1 1 1 1 1 +∞
, , , , , , , ··· lim un = 0 ∑ un = +∞
2 4 4 8 8 8 8 n→+∞ n=1

1 1 1 1 1 1 +∞
, , , , , , ··· lim un = 0 ∑ un = 1
2 4 8 16 32 64 n→+∞ n=1

1, −1, 1, −1, 1, −1, · · · la suite diverge la série diverge

Série géométrique
Un autre exemple de série où l’on peut utiliser la définition de la convergence d’une série pour
établir sa convergence/divergence est le suivant :

Proposition 8.2.1 — Série géométrique. Soient q ∈ C et (un )n∈N = (qn )n∈N la suite géomé-
trique de raison q. Alors la série de terme général qn , n ∈ N converge si et seulement si |q| < 1 et
on a
+∞
1
∑ qn = 1 − q , si |q| < 1.
n=0

Preuve. Par définition, la série de terme général qn converge si et seulement si la suite des sommes
partielles dont le terme général est SN = ∑Nn=0 qn converge. Pour q = 1 on obtient SN = N + 1 (voir
8.3 Un critère de divergence d’une série. 115

(2) de l’exemple 8.2), donc la série diverge dans ce cas. Pour q 6= 1 on rappelle (proposition 4.7.2,
(5)) la relation suivante : si q ∈ C, q 6= 1, alors

1 − qN+1
∀N ∈ N, SN = 1 + q + . . . + qN = .
1−q

On en déduit que la suite (SN )n∈N converge si et seulement si |q| < 1 et dans ce cas on a
+∞
1 − qN+1 1
∑ qn = N→+∞
lim
1−q
=
1−q
. 
n=0

Exemples 1. En utilisant la proposition 8.2.1 avec q = 1/10 on obtient


+∞ +∞
3 1 1 10
∑ 10k ∑ 10k = 3 1 − 1 = 3 ,
= 3
k=0 k=0 10

ce qui confirme notre calcul du chapitre 8.0. (Pour la première égalité on a utilisé une
propriété de la limite : laquelle ?)
2. En utilisant la proposition 8.2.1 avec q = 1/2 on obtient
+∞ +∞
1 1 1
∑ 2k = ∑ 2k − 1 = 1 − 1 − 1 = 1,
k=1 k=0 2

ce qui confirme notre calcul de l’exercice 8.2 (3).

8.3 Un critère de divergence d’une série.


Proposition 8.3.1 — Un critère de divergence. Soit (un ) une suite qui ne tend pas vers 0
(donc soit elle diverge, ou bien, elle converge mais sa limite n’est pas 0). Alors la série de terme
général un diverge. (On dira qu’elle diverge grossièrement.)

Preuve. On démontre le contraposé. On suppose donc que la série converge, ce qui veut dire que
la suite des sommes partielles (SN )N∈N converge. Notons sa limite (la « somme » de la série) par
S : S = lim SN . Pour tout entier n, on a un = Sn − Sn−1 , donc la suite (un ) converge et sa limite est
N→∞
S − S = 0. 

Remarque 1. On a démontré la contraposée de l’énoncé de la proposition précédente : si la


série de terme général un converge, on a limn un = 0. Cette proposition est souvent énoncée
sous cette forme, mais on va l’utiliser surtout pour démontrer la divergence d’une série.
Par exemple la suite ((−1)n ) de l’exemple 8.2 (5) diverge, donc la série correspondante ne
converge pas.
2. Attention, ce critère n’est pas un critère de convergence. La suite
1 1 1 1 1 1 1 1 1
1, , , , ,··· , , ,··· , , ··· , n ,··· , n , ···
2 |{z}
4 4 |8 {z 8} |16 {z 16} |2 {z 2 }
2 fois 4 fois 8 fois 2n−1 fois

de l’exemple 8.2 (4) tend vers 0 alors que la série correspondante diverge (tend vers +∞).

8.4 Opérations sur les séries.


116 Chapitre 8. Séries numériques

Proposition 8.4.1 Soient λ un réel (ou un complexe) et (un ) et (vn ) deux suites de nombres
réels (ou complexes).
1. Si la série de terme général un converge, alors la série de terme général λ un converge et on
a
+∞ +∞
∑ (λ un ) = λ ( ∑ un ).
n=0 n=0

2. Si les deux séries de terme général un et vn convergent, alors la série de terme général
un + vn converge et on a
+∞ +∞ +∞
∑ (un + vn ) = ∑ un + ∑ vn .
n=0 n=0 n=0

Preuve. Exercice 8.9. 

8.5 Exercices
Exercice 8.1 Utiliser la définition de convergence d’une série pour décider si la série de terme
général un converge ou diverge, lorsque la suite (un ) est donnée par

(a) 1, 0, −1, 1, 0, −1, 1, 0, −1, 1, 0, −1, 1, 0, −1, . . .


1 1 1 1 1 1 1 1
(b) 1, , , , · · · , , , · · · , , · · · , , · · · , , · · ·
2 2 3 3
|{z} | {z } | {z } 4 4 | {z n}
n
2 fois 3 fois 4 fois n fois
2 2 2 2 2
(c) 2, , , , ,··· , n ,···
3 9 27 81 3

Exercice 8.2 (Extrait d’un contrôle continu de 2011/2012.) Soit u = (un )n∈N une suite réelle
ou complexe.
1. Donner la définition de convergence de la série de terme général un .
2. On suppose maintenant que u est une suite complexe. Montrer que si la série de terme
général un converge alors la série de terme général Re(un ) converge, ou Re(un ) est la
partie réelle de un .

Exercice 8.3 Dans les deux cas suivants, montrer que la série de terme général (un )n∈N diverge :
 
n 1
(a) un = (−1) , n ≥ 0 (b) un = cos 2 , n ≥ 1.
n

Exercice 8.4 Dans chacun des cas suivants, montrer que la série de terme général (un )n∈N
converge et calculer sa somme :
1 1 1
(a) un = √ − √ , n≥1 (b) un = , n≥2
n n+1 n2 − 1
 
1
(c) un = ln 1 − 2 , n ≥ 2
n
(n−1)(n+1)
(Indication pour (c) : 1 − n12 = n2
.)
8.5 Exercices 117

Exercice 8.5 Pour quelles valeurs du nombre réel a la série de terme général (ena )n∈N est-elle
convergente ? Peut-on alors calculer sa somme ?

Exercice 8.6 Dans chacun des cas suivants, montrer que la série de terme général (un )n∈N
converge et calculer sa somme :

(−1)n+1 2n + 3n
(a) un = , (b) un =
5n 4n

Exercice 8.7 Étudier selon la valeur de θ ∈ [0, 2π[ la convergence et, le cas échéant, déterminer
la somme de la série de terme général

einθ
(a) ∀n ∈ N, un = .
2n
cos(nθ ) sin(nθ )
(b) ∀n ∈ N, vn = ; (c) ∀n ∈ N, wn = .
2n 2n

Exercice 8.8 Soient (un ) et (vn ) deux suites à termes quelconques. Montrer que si la série
∑(un + vn ) converge et si la série ∑(un − vn ) diverge alors les séries ∑ un et ∑ vn divergent.
(Indication : supposer pour arriver à une contradiction que une des deux séries converge, disons
∑ un . Montrer qu’on aurait alors que ∑ vn converge. Conclure.)

Exercice 8.9 Démontrer la proposition 8.4.1

Vrai ou faux
Exercice 8.10 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument ou un contre exemple. Soit (un ) une suite numérique réelle.
1. La série de terme général 1 converge.
2. Si un → 0 alors la série ∑ un converge.
3. Si un 6→ 0 alors la série ∑ un diverge.
4. Si la série ∑ un diverge alors la suite (un ) ne tend pas vers 0.
5. On suppose que un 6= 0, pour tout n. Si la série ∑ un converge alors la série ∑ 1/un diverge.
6. Si la série ∑ an et la série ∑ bn divergent alors la série ∑(an + bn ) diverge.
7. Si la série ∑ an converge et si la série ∑ bn diverge alors la série ∑(an + bn ) diverge.
8. Soit q un réel. Si q < 1 alors la série géométrique ∑ qn converge.
+∞
1
9. ∑ n = 2.
n=1 2
+∞
1
10. ∑ 3−n = .
n=1 2
n n−1
11. ∑ uk = ∑ uk+1 .
k=1 k=0
+∞ +∞
1 n
12. ∑ =∑ .
n=0 n! n=0 n!

Exercices supplémentaires
118 Chapitre 8. Séries numériques
Exercice 8.11 Soit u une suite réelle. On définit une nouvelle suite v par
(
0 si n est impair
n∈N −
7 → vn =
un/2 si n est pair.

Montrer que les séries ∑n un et ∑n vn sont de même nature et ont, le cas échéant, la même somme.

Exercice 8.12 Dans chacun des cas suivants, montrer que la série de terme général (un )n∈N
converge et calculer sa somme :

(−1)n 1
(a) un = , n≥2 (b) un = , n≥1
n2 − 1 n(n + 1)(n + 2)

1 1 n2 + 2n + 1
(c) un = (n + 1) n+1 − n n , n ≥ 1 (d) un = ln , n≥1
n2 + 2n
9. Séries numériques à termes réels positifs

9.1 Un critère de convergence


Dans ce chapitre, nous étudions des séries à termes réels positifs, c’est-à-dire des séries dont le
terme général un vérifie un ≥ 0, ∀n ∈ N. Une remarque simple mais importante est que la suite des
sommes partielles associés est croissante. On obtient donc :

Proposition 9.1.1 Une série à termes réels positifs converge si et seulement si la suite (SN ) de
ses sommes partielles est majorée. Si elle ne converge pas elle tend vers +∞.

Preuve. Par hypothèse, on a SN+1 − SN = uN ≥ 0, pour tout N ∈ N, donc la suite des sommes
partielles (SN ) est croissante. Le corollaire 4.3.2 dit que si la suite (SN ) est majorée alors cette
suite converge, et si la suite (SN ) n’est pas majorée alors cette suite tend vers +∞. Par définition
de la convergence d’une série, la série converge dans le premier cas et tend vers +∞ dans le
deuxième. 

9.2 Critères de comparaison et d’équivalence


Proposition 9.2.1 — Critère de comparaison. Soient (un ) et (vn ) deux suites réelles telles
que pour un rang R ∈ N on ait

∀n ∈ N, n ≥ R, 0 ≤ un ≤ vn .

1. Si la série de terme général vn converge, alors la série de terme général un converge.


2. Si la série de terme général un diverge, alors la série de terme général vn diverge.

Preuve. (1) En remplaçant les premiers R termes des suites (un ) et (vn ) par 0, on obtient deux
nouvelles suites mais la nature (convergence/divergence) des séries correspondantes n’est pas
affectée par ce changement (voir la remarque après la définition 8.1.1). En faisant ce changement
(et en notant les nouvelles suites encore par (un ) et (vn )) on peut donc supposer qu’on a R = 0,
c’est-à-dire 0 ≤ un ≤ vn pour tout n ∈ N.
120 Chapitre 9. Séries numériques à termes réels positifs

On pose
N N
∀N ∈ N, SN = ∑ un ; SN0 = ∑ vn .
n=0 n=0
En vue de la proposition 9.1.1 il suffit de montrer que si la suite (SN0 ) est majorée, alors la suite
(SN ) est majorée. Or, cela se déduit de la relation
N N
∀N ∈ N, SN = ∑ un ≤ ∑ vn = SN0 .
n=0 n=0
(2) C’est la contraposée de (1). 

Proposition 9.2.2 — Critère d’équivalence. Soient u et v deux suites à termes réels positifs.
Si les deux suites u et v sont équivalentes alors les deux séries de termes généraux un et vn sont
de même nature : l’une converge (resp. diverge, tend vers +∞, tend vers −∞) si et seulement
l’autre converge (resp. diverge, tend vers +∞, tend vers −∞).

Preuve. Par définition de l’équivalence de deux suites il existe une suite e = (en )n∈N qui converge
vers 1 tel que ∀n ∈ N, un = vn · en . En utilisant la proposition 2.4.1 avec λ = 3/2 et µ = 1/2, on
obtient l’existence d’un rang N0 ∈ N tel que pour n ≥ N0 on ait
1 3 1 3
≤ en ≤ , donc vn ≤ un ≤ vn .
2 2 2 2
Il suffit d’appliquer le critère de comparaison (proposition 9.2.1) pour conclure (u et v sont des
suites à termes réels positifs). 
Exemples 1. Soit
2n − 1
un = n , ∀n ∈ N.
3 +1
n
Pour tout n ∈ N, on a 0 6 un 6 32 . Le terme de droite est le terme général d’une série
géométrique de raison 23 qui converge d’après la proposition 8.2.1 car | 23 | < 1. On utilise
alors le critère de comparaison (proposition 9.2.1) pour déduire que la série de terme général
un (positif) converge aussi.
2. Soit
2n + n
un = n , ∀n ∈ N.
3 −1
On a  n
2n + n 2 1 + 2nn
un = n = , ∀n ∈ N.
3 −1 3 1 − 31n
Comme la suite (un ) est le produit d’une suite géométrique (de raison 23 ) et d’une suite
qui converge vers 1, elle est équivalente à cette suite géométrique. On utilise le critère
d’équivalence (proposition 9.2.2) pour déduire que la série de terme général un est de même
nature que la série géométrique de raison 23 . Comme 23 < 1 la série géométrique converge
(proposition 8.2.1) et donc a série de terme général un (positif) converge aussi.
3. La série (dite série de Riemann) de terme général
1
un = , ∀n ∈ N \ {0}
n
diverge. Pour le voir on peut comparer cette série à la série de l’exemple 4 de la page 113. En
utilisant à nouveau le critère de comparaison on peut voir que la série de terme général
1
vn = α , ∀n ∈ N \ {0}
n
diverge si α ≤ 1. Ce résultat fait partie du théorème 9.4.2 qui sera démontré plus loin.
9.3 Un critère de convergence : ∑ 2n u2n 121

9.3 Un critère de convergence : ∑ 2n u2n


On va généraliser la méthode utilisée dans l’exemple 4 de la page 113.

Théoreme 9.3.1 Soit (un )n≥0 une suite à termes positifs. Si la suite (un )n≥0 est décroissante,
alors : ∞ ∞
∑ un converge ⇐⇒ ∑ 2n u2n converge
n=1 n=0

Preuve. On pose
N N
∀N ∈ N \ {0}, SN = ∑ un , ∀N ∈ N, TN = ∑ 2n u2 . n
n=1 n=0

D’après la proposition 9.1.1 il suffit de démontrer que la suite (Sn ) est majorée si et seulement si la
suite (Tn ) est majorée.
On a

S2k −1

= u1 + u2 + u3 + u4 + · · · + u7 + · · · + u2k−1 + · · · + u2k −1
|{z} | {z } | {z } | {z }
20 termes 21 termes 22 termes 2k−1 termes

≤ u1 + 2u2 + 4u4 +···+ 2k−1 u2k−1

= Tk−1 .

et

S2k

= u1 + u2 + u3 + u4 + u5 + · · · + u8 + · · · + u2k−1 +1 + · · · + u2k
|{z} | {z } | {z } | {z }
20 termes 21 termes 22 termes 2k−1 termes

u1
≥ 2 + u2 + 2u4 + 4u8 +···+ 2k−1 u2k
1
= 2 Tk .

(1) Supposons que la suite T soit majorée, disons par L. Soit n ∈ N \ {0} arbitraire. On choisit
k ∈ N tel que n ≤ 2k − 1, donc Sn ≤ S2k −1 ≤ Tk−1 ≤ L et la suite S est majorée.
(2) Supposons que la suite S est majorée, disons par L0 . Soit n ∈ N \ {0} arbitraire. On a
Tn ≤ 2S2n ≤ 2L0 et la suite T est majorée. 

9.4 Série de Riemann


1
Définition 9.4.1 Soit α ∈ R. La série de terme général α (n > 1) est appelée série de Riemann
n
d’exposant α. Si α = 1 on parle aussi de série harmonique.

Théoreme 9.4.2 La série de Riemann d’exposant α est convergente si et seulement si α > 1.

Preuve. Dans le cas α ≤ 0, le terme général n1α ne converge pas vers 0, et la série est donc
grossièrement divergente. Si α > 0 on applique le théorème 9.3.1 : la série de Riemann de terme
122 Chapitre 9. Séries numériques à termes réels positifs
1
général un = converge si et seulement si la série

∞ ∞ ∞ ∞ ∞
1 n 1
n
∑ 2n u2n = ∑ 2n n α = ∑ 2 nα
= ∑ 2n(1−α)
= ∑ 21−α
n=0 n=0 (2 ) n=0 2 n=0 n=0

converge. Or, il s’agit d’une série géométrique de raison 21−α qui converge si et seulement si
21−α < 1, c’est-à-dire si et seulement si α > 1. 

Remarque Dans la section suivante, nous donnerons une autre démonstration de ce théorème, qui
utilise une comparaison avec une intégrale.

Exemples 1. Soit
ln(n + 3)
un = , ∀n ∈ N \ {0}.
n
Pour tout n ∈ N \ {0}, on a un ≥ 1n ≥ 0. Comme la série harmonique est divergente (théo-
rème 9.4.2), le critère de comparaison (proposition 9.2.1) implique que la série de terme
général un est aussi divergente.
2. Soient α > 0 et
n
un = , ∀n ∈ N.
(n + 1) + (−1)n
α

En écrivant
n 1
un = α (−1)n ,
n 1+
α 1
+ nα
n
1

on voit que la suite (un ) est le produit de la suite v = nα−1 n∈N
et d’une suite qui converge
vers 1, et est donc équivalente à la suite v. Le critère d’équivalence (proposition 9.2.2)
implique (les deux suites sont à termes positifs) que la série de terme général un est de même
nature que la série de Riemann d’exposant α − 1. D’après le théorème 9.4.2, elle converge si
et seulement si α − 1 > 1, c’est-à-dire si et seulement si α > 2.
3. Soit
ln(n + 1)
un = , ∀n ∈ N.
(n + 1)2
Le problème ici est que le logarithme n’est équivalent à aucune puissance. On utilise alors le
fait que le logarithme tend vers +∞ moins vite que toute puissance positive, en particulier la
puissance α = 12 . On écrit

ln(n + 1) ln(n + 1) 1
un = 2
= 1 3 .
(n + 1) (n + 1) 2 (n + 1) 2

Le fait que
ln(n + 1)
lim 1 =0
n→+∞ (n + 1) 2
implique qu’à partir d’un certain rang on a

ln(n + 1) 1
1 <1 et donc 0 < un < 3 .
(n + 1) 2 (n + 1) 2

La série de Riemann d’exposant 32 converge ( 32 > 1, théorème 9.4.2) et majore celle de terme
général un , donc celle-ci converge aussi (critère de comparaison : proposition 9.2.1.)
9.5 Critères de Cauchy et de d’Alembert 123

4. Soit
1
un = √ , ∀n ∈ N.
n + 1 ln(n + 2)
Le fait que
ln(n + 2)
lim√ =0
n→+∞ n+2
implique qu’à partir d’un certain rang on a

ln(n + 2) 1 1
√ < 1, et donc >√ .
n+2 ln(n + 2) n+2
On déduit que
1 1 1 1 1
un = √ >√ √ = q q ∼ .
n + 1 ln(n + 2) n+1 n+2 n 1+ 1 1+ 2 n
n n

Comme la série harmonique diverge on déduit (des critères de comparaison et d’équivalence)


que la série de terme général un diverge. On pourrait aussi déduire du fait que lim nun = +∞
n→+∞
1
que un ≥ n > 0, pour n assez grand.

9.5 Critères de Cauchy et de d’Alembert


Proposition 9.5.1 — Critère de d’Alembert. Soit (un ) une suite à termes réels (strictement)
positifs. Supposons qu’il existe ` ∈ R+ ∪ {+∞} tel que
un+1
lim = `.
n→+∞ un
Alors,
1. si ` < 1, la série converge,
2. si ` > 1, on a lim un = +∞ et la série diverge grossièrement.
n→+∞

Preuve. (1) Supposons ` < 1 et choisissons un réel q tel que ` < q < 1 (par exemple q = `+1 2 ). La
proposition 2.4.1 montre qu’il existe un entier n0 tel que pour n ≥ n0 , on a uun+1
n
≤ q, soit un+1 ≤ qun .
On en déduit que
un
∀n ≥ n0 , un ≤ qn−n0 un0 = qn n0 .
q0
La série géométrique de terme général qn converge puisque 0 ≤ q < 1. Le critère de comparaison
(proposition 9.2.1) montre que la série de terme général un converge.
(2) Supposons ` > 1 et choisissons un réel q tel que 1 < q < `. On montre comme ci-dessus
qu’il existe un entier n0 tel que pour tout n ≥ n0 on ait un ≥ c qn , où c est une constante > 0. Comme
q > 1, on en déduit le résultat. 

Remarque Comme on peut le voir lors de la démonstration, on dispose d’un résultat plus général :
s’il existe q ∈]0, 1[ tel que uun+1
n
≤ q, pour n assez grand, la série converge. Notons que si on a
un+1
un ≥ 1, pour n assez grand, alors alors la suite (un ) est croissante et donc ne peut pas tendre vers
0, donc la série diverge (grossièrement).
124 Chapitre 9. Séries numériques à termes réels positifs

Proposition 9.5.2 — Critère de Cauchy. Soit (un ) une suite à termes réels positifs. Supposons
qu’il existe ` ∈ R+ ∪ {+∞} tel que

lim n
un = `.
n→+∞

Alors
1. Si ` < 1, la série converge.
2. Si ` > 1, on a lim un = +∞ et la série diverge grossièrement.
n→+∞

Preuve. La démonstration se fait comme celle du critère de d’Alembert et est laissée comme
exercice (exercice 9.11) 

Remarque Comme pour le critère de d’Alembert, on dispose d’un résultat plus général : s’il existe
√ √
q ∈]0, 1[ tel que n un ≤ q, pour n assez grand, alors la série converge. Si on a n un ≥ 1, pour n assez
grand, alors la suite (un ) diverge (grossièrement).

3n un+1 n un+1
Exemples 1. Si (un ) = ( n+1 ), on a ∀n ∈ N, un > 0 et un = 3 n+1 , donc lim = 3 > 1 ; la
n→+∞ un
série de terme général un diverge d’après le critère de d’Alembert. Notons qu’on peut aussi
observer que un 6→ 0 lorsque n → +∞, et donc la série diverge (grossièrement).
1 1 1 1
2. Si (un ) = ( (n+1)n ), on a ∀n ∈ N, un > 0 et (un ) n = n+1 , donc lim (un ) n = 0 ; la série de
n→+∞
terme général un converge d’après le critère de Cauchy.

1
Remarque 1. Il peut arriver que ( uun+1
n
) ou (un ) n n’ait pas de limite.
un+1 1
2. Lorsque lim = 1 (resp. lim (un ) n = 1), le critère de d’Alembert (resp. de Cauchy) ne
n→+∞ un n→+∞
permet pas de conclure. Voir par exemple le cas des séries de Riemann.

9.6 Comparaison avec une intégrale


Le but de cette section est de donner une démonstration alternative du théorème 9.4.2 qui dit
qu’une série de Riemann d’exposant α est convergente si et seulement si α > 1. Cette démonstration
utilise la notion d’intégrale d’une fonction continue. Cette méthode peut-être généralisée pour
démontrer le critère « comparaison avec une intégrale » (théorème 9.6.1).

Preuve. (Démonstration du théorème 9.4.2) Comme dans la démonstration précédente du théo-


1
rème 9.4.2, si α ≤ 0, le terme général α ne converge pas vers 0, et la série est donc grossièrement
n
divergente. On suppose donc pour la suite que α > 0.
1
(i) D’après la proposition 9.1.1 la série de terme général α , n ≥ 1 converge si et seulement si
n
la suite des sommes partielles (SN )N∈N\{0} définie par

N
1
SN = ∑ nα , N ∈ N \ {0}
n=1

est majorée.
(ii) On va comparer la suite (SN )N∈N\{0} à la suite (IN )N∈N\{0} définie par
Z N
1
IN = dx, N ∈ N \ {0}.
1 xα
9.6 Comparaison avec une intégrale 125

(Notons en passant que l’existence de IN est assurée par le fait que la fonction fα : x 7→ x1α est
1
continue et donc intégrable.) La fonction fα : x 7→ α est décroissante sur R+ (parce que α > 0),
x
donc
1 1 1
≥ α ≥ , pour x ∈ [n, n + 1], ∀n ∈ N \ {0}.
nα x (n + 1)α
En intégrant on obtient
Z n+1 Z n+1 Z n+1
1 1 1
dx ≥ dx ≥ dx, ∀n ∈ N \ {0}.
n nα n xα n (n + 1)α
| {z } | {z }
1 1
nα (n + 1)α

En prenant la somme de n entre 1 et N − 1 on obtient


N−1 Z N N−1
1 1 1
∑ ≥ dx ≥ ∑ , ∀n ∈ N \ {0}.
n=1 nα 1 xα n=1 (n + 1)α

Notons que le terme de gauche est SN−1 , le terme du milieu est IN et le terme de droite est
N−1 N
1 1
∑ = ∑ = SN − 1,
n=1 (n + 1)α
m=2 m
α

donc on peut réécrire les inégalités précédentes par

SN−1 ≥ IN ≥ SN − 1, ∀n ∈ N \ {0}. (9.1)

On voit donc que la suite (SN ) est majorée si et seulement si la suite (IN ) l’est.
(iii) On va évaluer IN . Notons que

1
N 1−α − 1 , si α 6= 1;
 
Z N 
IN = x−α dx = 1 − α
1 
ln(N), si α = 1.

On en déduit que 
+∞,
 si α ≤ 1;
lim IN =
N→+∞  1 , si α > 1.

α −1
Si 0 < α ≤ 1, alors la suite (IN ) tend vers +∞, donc n’est pas majorée. Si α > 1 la suite (IN )
converge, donc elle est majorée. Ainsi, la suite (IN ) est majorée si et seulement si α > 1.
(iv) Conclusion. On a vu en (iii) que la suite (IN ) est majorée si et seulement si α > 1, donc
d’après (ii) la suite (SN ) est majorée si et seulement si α > 1, donc d’après (i) la série de Riemann
d’exposant α converge si et seulement si α > 1. 

Remarque Pour α > 1, on obtient (par passage à la limite dans (9.1)) l’encadrement
+∞
1 1 1
≤ ∑ nα ≤ 1+ .
α −1 n=1 α −1

La démonstration précédente peut être adaptée pour donner une démonstration de l’énoncé
suivant :
126 Chapitre 9. Séries numériques à termes réels positifs

Théoreme 9.6.1 — Comparaison avec une intégrale. Soit f : [1; +∞[→ R une fonction
continue, décroissante, et positive. La série de terme général f (n) converge si et seulement si la
suite des intégrales Z N
IN := f (x) dx
1
a une limite finie lorsque N tend vers +∞.

Preuve. Exercice 9.15. 

Séries de Bertrand. Soit (α, β ) ∈ R2 . La série de terme général

1
, n≥2
nα (ln n)β

(dite série de Bertrand) converge si α > 1 (β arbitraire) et si α = 1 et β > 1. Sinon, elle diverge.
(Voir les exercices 9.6 et 9.9 pour le cas α = 1.)

9.7 Exercices
Critères de comparaison et d’équivalence
Exercice 9.1 Soient (un ), (vn ) et (wn ) trois suites réelles telles que

∀n ∈ N, un ≤ vn ≤ wn .

1. Montrer qu’on a
∀n ∈ N, 0 ≤ vn − un ≤ wn − un .
2. Montrer que si les séries ∑ un et ∑ wn convergent alors la série ∑ vn converge.

Exercice 9.2 Soit u = (un ) une suite à termes positifs.


1. Montrer que si la série ∑ un converge alors la série ∑ u2n converge.
2. Montrer que si la série ∑ un converge alors la série ∑ u2n converge.

Exercice 9.3 Soit u = (un ) une suite à termes positifs. Soit α ∈ R.


1. On suppose que la suite (nα un ) tend vers 1. Montrer que la série ∑ un converge si α > 1
et diverge si α ≤ 1.
2. On suppose que la suite (nα un ) tend vers 0. Montrer que la série ∑ un converge si α > 1.
3. On suppose que la suite (nα un ) tend vers +∞. Montrer que la série ∑ un diverge si α ≤ 1.

Exercice 9.4 1. Montrer que si x et y sont deux nombres réels positifs, alors xy ≤ x+y 2 .
2. En déduire que si ∑n un et ∑n vn sont deux séries convergentes à termes positifs, alors la

série ∑n un vn est convergente. √
u
3. Soit ∑n un une série convergente à termes positifs. Montrer que la série ∑n≥1 n n est
convergente.

Exercice 9.5 Soit u une suite à termes positifs.


un
1. Montrer que les séries de termes généraux un et vn = sont de même nature.
1 + un
2. Montrer que les séries de terme généraux un et vn = ln(1 + un ) sont de même nature.

Un critère de convergence : ∑ 2n u2n


9.7 Exercices 127

Exercice 9.6 — Série de Bertrand. Soit β ∈]0, +∞[. Montrer que la série de terme général

1
, n≥2
n(ln n)β

converge si et seulement si β > 1 en utilisant le théorème 9.3.1.

Étude de convergence d’une série à termes positifs


Exercice 9.7 Soit a un réel strictement positif. Étudier la nature des séries dont le terme général
est : √
(a) n! an (b) n(n + 1) an (c) an ln(n) 2n + 1

nn  a n2 nln(n)
(d) (e) 1 + (f)
4n n! n (ln(n))n
en + e−n √  √ 
n
(g) (h) un = n ln √n+1
an

Exercice 9.8 Étudier la nature des séries dont le terme général est :
  r
n + cos n 1 ln(n)
(a) 3 (b) ln 1 + 2 (c)
n +1 n n
(sin(n))2 1 nn
(d) (e) 1 (f)
n2 n×n n (n + 1)(n + 2) . . . (n + n)

n − 1 2n
  1
n ln(n) dt
Z
n
(g) (h) 2 (i)
n+1 n +1 0 1 + tn

Comparaison avec une intégrale


Exercice 9.9 — Série de Bertrand bis. Redémontrer le résultat de l’exercice 9.6 en utilisant
le théorème 9.6.1.

Critère de Cauchy et de d’Alembert


Exercice 9.10 Soit (un ) une suite à termes réels strictement positifs. Supposons qu’on ait

un+1 1
∀n ∈ N, ≤ .
un 2
Montrer en adaptant la démonstration du critère de d’Alembert (proposition 9.5.1) que la série
de terme général un converge.

Exercice 9.11 Donner une démonstration du critère de Cauchy (proposition 9.5.2) en adaptant
la démonstration du critère de d’Alembert (proposition 9.5.1).

Exercice 9.12 Soit a un réel strictement positif. On définit une suite u par : u0 = a, un+1 =
un
un − 1+u n
pour tout n ∈ N.
1. Montrer que la suite u est bien définie, strictement positive et strictement décroissante.
2. Montrer que la suite u est convergente et déterminer sa limite.
3. En déduire que la série de terme général un est convergente.

Vrai ou faux ?
128 Chapitre 9. Séries numériques à termes réels positifs
Exercice 9.13 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument ou un contre exemple.
1. Une série numérique qui ne converge pas diverge vers l’infini.
2. Une série à termes positifs qui ne converge pas diverge vers l’infini.
3. (Extrait de l’examen de l’année 2011/2012.) Soit (un )n∈N une suite à termes strictement
positifs telle que
un+1
∀n ∈ N, < 1,
un
alors la série de terme général un converge.
4. Soit (un )n∈N une suite à termes strictement positifs telle que

un+1 1
∀n ∈ N, < ,
un 2
alors la série de terme général un converge.
5. (Extrait de l’examen de l’année 2011/2012.) Soient (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites réelles
à termes strictement positifs telles que
un
lim = 2,
n→+∞ vn

alors la série de terme général un et la série de terme général vn sont de même nature.
1
6. La série ∑ 1 est une série de Riemann qui converge.
n1+ n
7. Soient (un ) et (vn ) deux suites à termes positifs tels que à partir d’un certain rang 0 ≤
un ≤ vn . Si la série ∑ vn diverge alors la série ∑ un diverge.
8. Soient (un ) et (vn ) deux suites a termes négatifs tels que à partir d’un certain rang
un ≤ vn ≤ 0. Si la série ∑ un converge, alors la série ∑ vn converge.
9. Soit (un ) une suite à termes positifs. Si la série ∑ un diverge, alors la série ∑ u2n diverge.

10. Soit (un ) une suite à termes positifs telle que la suite ( n un ) tend vers 3/4. Alors la série
∑ n3 un converge.
11. Soit (un ) une suite à termes positifs telle que la suite (n2 un ) tend vers 1, alors la série ∑ un
converge.

Exercices supplémentaires
Exercice 9.14 Soient a et b des nombres réels strictement positifs. On pose u1 = b, u2 = ab et,
plus généralement, u2n = an bn et u2n+1 = n n+1
a b .
un+1
1. À quelle condition la suite a-t-elle une limite ?
un
1
2. Calculer la limite de (un ) n . Montrer que si ab 6= 1, alors la règle de Cauchy permet
d’étudier la série de terme général un . Pour quelles valeurs de a et de b, la règle de
d’Alembert permet-elle d’étudier cette série ?
3. On suppose ab = 1. La série de terme général un est-elle convergente ?

Exercice 9.15 Le but de cet exercice est de démontrer le théorème 9.6.1 en adaptant la dé-
monstration du théorème 9.4.2 donnée dans la section 9.6. Soit f : [1; +∞[→ R une fonction
continue, décroissante, et positive. On pose
N Z N
SN = ∑ f (n), et IN = f (x) dx, N ∈ N \ {0}.
n=1 1
9.7 Exercices 129

1. Montrer (en adaptant la démonstration du théorème 9.4.2 donnée dans la section 9.6) que

∀n ∈ N \ {0}, SN ≤ IN ≤ SN+1 − 1.

2. Montrer que la série de terme général f (n) converge si et seulement si la suite des
intégrales Z N
IN := f (x) dx
1
a une limite finie lorsque N tend vers +∞.

Exercice 9.16 1. Soient ∑n un et ∑n vn deux séries à termes positifs. Montrer que la série
∑n max(un , vn ) converge si et seulement si les deux séries ∑n un et ∑n vn sont convergentes.
2. Trouver deux séries divergentes ∑n un et ∑n vn , à termes positifs, telles que min(un , vn ) = 0
pour tout n.

Exercice 9.17 Soit f : [1, +∞[→ R une fonction décroissante et positive. Pour tout entier n ≥ 1
Z n+1
on pose un = f (n) − f (t)dt.
n
1. Montrer que l’on a 0 ≤ un ≤ f (n) − f (n + 1) pour tout entier n ≥ 1. En déduire que la
série de terme général un est convergente.
2. Montrer que la suite de terme général (∑np=1 1p ) − ln(n) est convergente. En déduire que
l’on a
∑np=1 1p
lim = 1.
n→∞ ln(n)
10. Convergence absolue ; Séries alternées

10.1 Séries absolument convergentes


Définition 10.1.1 Soit (un ) une suite complexe (ou réelle). On dit que la série de terme général
un est absolument convergente si la série de terme général (réel positif) |un | est convergente.

Remarque Si l’on veut appuyer sur le fait que l’on parle de la convergence d’une série (comme
définie dans la section 8) et non de la convergence absolue, alors on utilise l’expression convergence
simple au lieu de convergence.

Proposition 10.1.2 Soit (un ) une suite complexe (ou réelle). Si la série de terme général un
converge absolument alors elle converge (simplement) et l’on a

+∞ +∞
∑ un ≤ ∑ |un | .

n=0 n=0

Preuve. Supposons d’abord que la suite u est réelle. Pour tout entier n, on note alors u+ n =

max(un , 0) la « partie positive » et un = max(−un , 0) la « partie négative » de un ; on a alors
0 ≤ u+ − + −
n ≤ |un | et 0 ≤ un ≤ |un |. Les séries ayant respectivement pour terme général un et un sont
donc convergentes d’après le critère de comparaison (proposition 9.2.1). Comme un = u+ −
n − un
pour tout n, le résultat s’obtient par la proposition 8.4.1.
Dans le cas général, on remarque que, pour tout n ∈ N, on a |Re(un )| ≤ |un | et |Im(un )| ≤ |un |
(proposition 5.1.1). Le critère de comparaison 9.2.1 entraîne donc que les séries de terme général
(réel) Re(un ) et Im(un )) sont absolument convergentes, donc convergentes d’après le cas réel établi
ci-dessus. Donc la série de terme général Re(un ) + i Im(un ) = un converge (proposition 8.4.1).
L’inégalité sur les sommes s’obtient en remarquant l’inégalité analogue pour les sommes
partielles
N N
∑ un ≤ ∑ |un |

n=0 n=0
132 Chapitre 10. Convergence absolue ; Séries alternées

qui est toujours vérifiée (inégalité triangulaire), puis en prenant les limites lorsque N tend vers
+∞. 

Remarque 1. Notons que la convergence absolue d’une série de terme général un est définie
par la convergence (simple) d’une autre série, celle de terme général |un |.
2. La proposition précédente dit que si la série de terme général |un | converge, alors la série de
terme général un converge aussi.
(−1)n
3. La réciproque est fausse. La série harmonique alternée ∑ n’est pas absolument
n
convergente, mais on a déjà vu (exercice 3.6) qu’elle converge. Voir aussi exercice 1 de la
page 134.

Définition 10.1.3 Une série qui converge mais n’est pas absolument convergente est dite semi-
convergente.

Exemples 1. La série harmonique alternée est donc semi-convergente.


(−1)n 1
2. Soit un = 2
, n ∈ N \ {0}. Comme la série de Riemann ∑ 2 est convergente, la série
n n
(−1)n
∑ n2 est absolument convergente et donc converge (simplement).
xn
3. Soit x ∈ R∗ et un = √ . Commençons par étudier la convergence absolue, donc
n + 1 ln(n + 2)
|x|n
la convergence de la série de terme général |un | = √ . Comme il s’agit d’une
n + 1 ln(n + 2)
série à termes réels strictement positifs on peut appliquer le critère de d’Alembert : on a
|un+1 |
lim = |x|. On en déduit ce qui suit :
n→+∞ |un |
(i) si |x| < 1, la série ∑ |un | converge, donc la série ∑ un est absolument convergente (a fortiori
convergente).
(ii) si |x| > 1, on a lim |un | = +∞, donc la suite (un ) ne peut pas tendre vers 0, donc la série
n→+∞
∑ un est grossièrement divergente.
(iii) Si |x| = 1, ce critère ne permet pas de conclure. Mais on a vu plus haut (exemple (4) de
la page 123) que la série diverge pour x = 1. On verra plus loin (exercice 2 de la page 134)
que la série converge pour x = −1 (et est donc semi-convergente).

10.2 Séries alternées


Définition 10.2.1 La série de terme général réel un est dite alternée s’il existe une suite (an ) à
termes positifs telle que l’on ait, soit

un = (−1)n an , ∀n ∈ N,

ou bien
un = (−1)n+1 an , ∀n ∈ N.
La suite (an ) vérifie an = |un |, ∀n ∈ N.

Remarque Pour énoncer des propriétés sur les séries alternées, on peut se restreindre au cas d’une
série dont le terme général est (par exemple) un = (−1)n an , puisqu’une série alternée dont le terme
général est un = (−1)n+1 an vérifie (−1)n+1 an = − [(−1)n an ], ∀n ∈ N.

Exemples Les séries suivantes sont alternées :


10.2 Séries alternées 133

(−1)n
1. La série de terme général ln(1 + ).
n+1
(−1)n
2. La série harmonique alternée de terme général .
n
(−1)n
3. La série de terme général √ .
n + 1 ln(n + 2)

Proposition 10.2.2 — Critère spécial des séries alternées. Soit (an ) une suite réelle qui est
décroissante et qui converge vers 0, alors :
1. La série alternée de terme général (−1)n an converge.
2. Si on désigne sa somme par S, on a
N
|S − ∑ (−1)n an | ≤ aN+1 .
n=0

Preuve. (1) Notons que la démonstration suit la méthode de l’exemple 3.6. Par définition, la série
de terme général (−1)n an converge si et seulement si la suite des sommes partielles (SN ) définie
par
N
SN = ∑ (−1)n an , ∀N ∈ N
n=0
converge. En utilisant le fait que la suite (an ) est décroissante on obtient pour tout entier N ∈ N :
S2N+2 − S2N = a2N+2 − a2N+1 ≤ 0,
S2N+3 − S2N+1 = −a2N+3 + a2N+2 ≥ 0.
Donc la suite (S2N ) est décroissante et la suite (S2N+1 ) est croissante. Comme on a en plus
lim (S2N+1 − S2N ) = lim −a2N+1 = 0,
n→+∞ n→+∞

on constate que les deux sous-suites (S2N ) et (S2N+1 ) de (SN ) sont adjacentes. Elles ont donc
(théorème 3.2.2 des suites adjacentes) une limite commune S et on a vu (proposition 2.6.5) que
dans ce cas, la suite (SN ) converge aussi vers S.
(2) On a de plus
S2N+1 ≤ S2N+3 ≤ S ≤ S2N+2 ≤ S2N , ∀n ∈ N
d’où les inégalités
|S − S2N+1 | = S − S2N+1 ≤ S2N+2 − S2N+1 = (−1)2N+2 a2N+2 = a2N+2 ;
|S − S2N | = S2N − S ≤ S2N − S2N+1 = −(−1)2N+1 a2N+1 = a2N+1 .
Donc dans tous les cas on a
|S − SN | ≤ aN+1 ,
d’où le résultat. 
+∞ N
Remarque 1. Si on approche la somme S = ∑ (−1)n an par SN = ∑ (−1)n an (le N-ième
n=0 n=0
terme de la suite des sommes partielles), la proposition précédente dit que l’erreur commise
est
+∞
n
|S − SN | = ∑ (−1) an ≤ aN+1 .

k=N+1
On dit que |S − SN | est le reste d’ordre N de la série.
134 Chapitre 10. Convergence absolue ; Séries alternées

2. Dans la proposition précédente il suffit d’assumer que la suite (an ) tend vers 0 et est dé-
croissante à partir d’un certain rang pour pouvoir conclure que la série alternée ∑(−1)n an
converge. Pour voir cela il suffit de remplacer les termes de la suite (an ) par un réel suffisam-
ment grand jusqu’au rang à partir duquel elle devient décroissante. On obtient alors une suite
qui est décroissante, mais la convergence de la série correspondante n’est pas modifiée.

Exemples Les deux exemples suivants ont déjà été cités :


1
1. La série harmonique alternée de terme général (−1)n converge puisque la suite (1/n)
n
décroît vers 0. Elle ne converge pas absolument car la série harmonique diverge. La série
harmonique alternée est donc semi-convergente. Notons que la convergence est lente : si l’on
veut approcher la somme à 10−6 près, il faut sommer environ 106 termes.
(−1)n
2. La série de terme général un = √ est alternée et la suite (|un |) décroît vers 0.
n + 1 ln(n + 2)
Donc, cette série converge.

Exemple Posons
(−1)n (−1)n
∀n ∈ N, n ≥ 2, vn = √ , wn = √ .
n + (−1)n n
 
1
1. La suite √ décroît vers 0, donc la série alternée de terme général wn converge.
n 
1
2. La suite v = √ tend vers 0 mais n’est pas décroissante. Le critère spécial des
n + (−1)n
séries alternées (proposition 10.2.2) ne s’applique donc pas. On peut voir (exercice 10.4)
que la série de terme général vn ne converge pas. Il ne faut donc pas oublier l’hypothèse de
décroissance du critère spécial des séries alternées (proposition 10.2.2).
3. Dans le même exercice on montre que les deux suites (vn ) et (wn ) sont équivalentes mais
que les séries de termes généraux vn et wn ne sont pas de même nature. On voit donc que le
critère d’équivalence de la proposition 9.2.2 ne peut pas s’appliquer pour des séries à termes
généraux arbitraires.

10.3 Excursion : séries entières, un exemple


Ce chapitre (hors programme) sert à donner une motivation supplémentaire pour l’étude des
séries. Ce thème va être développé dans un autre cours (Analyse 3).

Exemple Pour N ∈ N, on pose


N
fN (t) = ∑ (−1)nt n = 1 − t + t 2 + · · · + (−1)N t N
n=0

et Z 1
SN = fN (t) dt.
0
1. Comme
N
1 − (−t)N+1
fN (t) = ∑ (−t)n = 1 − (−t)
n=0

1 + (−1)N+2t N+1 1 + (−1)N t N+1


= = ,
1+t 1+t
10.4 Exercices 135

on obtient
Z 1 Z 1 N+1
1 t
SN = dt + (−1)N dt =
0 1+t 0 1+t
Z 1 N+1
t
= ln 2 + (−1)N dt.
0 1+t
Comme
1 t N+1
Z 1 N+1 Z 1
t 1
Z
|(−1)N t N+1 dt =

dt = dt ≤ ,
0 1+t 0 1+t 0 N +2
on obtient
1
|SN − ln 2| ≤
.
N +2
On en déduit que la suite (SN ) converge vers ln 2.
2. On va évaluer SN d’une autre manière :
!
N N N
1 1 (−1)n
Z Z
SN = ∑ (−1)nt n dt = ∑ (−1)n t n dt = ∑ .
0 n=0 n=0 0 n=0 n + 1

Comme la suite (SN ) converge vers ln 2, on obtient


+∞
(−1)n
∑ = ln 2.
n=0 n + 1

L’exemple précédent peut être généralisé : pour N ∈ N, on pose (comme dans l’exemple)
N
fN (t) = ∑ (−1)nt n = 1 − t + t 2 + · · · + (−1)N t N ,
n=0

mais maintenant on définit pour tout x ∈ R


Z x
SN (x) = fN (t) dt.
0

On montre alors de même que


|x|N+2
1. |SN (x) − ln(1 + x)| ≤ , donc la suite (SN ) tend vers ln(1 + x) si |x| < 1,
N +2
N
(−1)n xn+1
2. SN (x) = ∑ ,
n=0 n+1
+∞
(−1)n xn+1
3. ∑ = ln (1 + x), si |x| < 1.
n=0 n+1
La somme partielle SN (x) est donc un polynôme de degré N + 1, qui approche ln (1 + x) pour x
N+2
proche de 0, avec un terme d’erreur plus petit que |x| N+2 . On dit que SN (x) est un développement
limité d’ordre N + 1 de ln (1 + x) au voisinage de 0. Les développements limités ont déjà été étudiés
+∞
(−1)n xn+1
dans le module Analyse 1. On dit aussi que la série ∑ est un développement en série
n=0 n+1
entière de ln (1 + x), sur l’intervalle ] − 1, 1[. Beaucoup de fonctions peuvent être ainsi développées
en série entière. Les propriétés de ces fonctions sont étudiées dans le module SSF (Suites et séries
de fonctions).

10.4 Exercices
Convergence absolue
136 Chapitre 10. Convergence absolue ; Séries alternées
Exercice 10.1 Le but de cet exercice est de réécrire la démonstration de la proposition 10.1.2
(la convergence absolue entraîne la convergence simple) dans le cas particulier de la série de
terme général
(−1)n
un = , n ∈ N \ {0}.
n2
1. Montrer que la série de terme général un est absolument convergente.
2. Déterminer, dans ce cas, u+ −
n = sup(un , 0) et un = sup(−un , 0).
3. Vérifier, dans ce cas, qu’on a 0 ≤ un ≤ |un |, 0 ≤ u−
+ + −
n ≤ |un |, et un = un − un , pour tout
n ∈ N \ {0}.
4. Montrer (en utilisant l’argument de la démonstration de la proposition 10.1.2) que la série
de terme général un converge (simplement).

(−1)n
Exercice 10.2 Soit (un ) une suite à termes quelconques qui est équivalente à la suite .
n2
Montrer que la série de terme général un converge absolument, et donc simplement.

Séries alternées
Exercice 10.3 Étudier la convergence et la convergence absolue des séries dont le terme général
est :

(−1)n n ln(n) (−1)n n + 1
(a) 2 (b) (−1) (c)
n + sin(n2 ) n n


(−1)n
   
n 1 sin( n)
(d) (−1) cos 2 (e) √ (f) sin
n n n n

Exercice 10.4 On pose



nn (−1)n (−1)n
∀n ∈ N, n ≥ 2, un = (−1) , vn = √ , wn = √ .
n−1 n + (−1)n n

1. Étudier la convergence de la série de terme général un .


2. En déduire la nature de la série de terme général vn . (Indication : multiplier numérateur et
dénominateur de vn par le « conjugué » du dénominateur de vn .)
3. Étudier la convergence de la série de terme général wn .
4. Montrer que les deux suites (vn ) et (wn ) sont équivalentes mais que les séries de termes
généraux vn et wn ne sont pas de même nature. Pourquoi cet exemple ne contredit-il pas
le critère d’équivalence de la proposition 9.2.2 ?

1
Exercice 10.5 Montrer que la série alternée de terme général (−1)n √ converge en réécrivant
n
la démonstration du critère spécial des séries alternées (proposition 10.2.2) dans ce cas particulier.
(Voir aussi l’exercice 3.6.)

Exercice 10.6 1. Démontrer que pour tout n ∈ N \ {0},


n
1
∑ ≤ ln(n).
p=2 p

2. Utiliser le critère spécial des séries alternées pour démontrer la convergence de la série de
10.4 Exercices 137

terme général
n
(−1)n 1
un = ∑ .
n p=2 p

3. La série est-elle absolument convergente ?

Étude de la convergence d’une série à termes quelconques


Exercice 10.7 Étudier la convergence et la convergence absolue des séries dont le terme général
est :
n2 − 1 (−1)n 1
(a) (b) (c) (−1)n sin
n4 + n2 + 1 n2 + (−1)n 2n

n an 1
(d) (−1)n (e) (−1)n , (a > 0) (f) √
ln n n! 2
n −n+5

  √n n
2n + 3n 1 nn
(g) (−1)n √ n (h) (i)
n3 2 n!

1 · 3 · 5 · · · (2n − 1) 1 1
(j) (k) (l) n ln(1 + )
nn (1 + ln n)n n2

(−1)n √ √ 1
(m) (n) n+1− n (o) p
n2 + (−1)n 2
n + (−1)n n

 n2
n−1 1
(p) (q) (sin θ )n (θ ∈ R) (r)
n 2+ 1n
n

n+3 1 2n + n2 + 3
(s) √ cos(n) (t) √ (u)
n5 + 1 n( n + ln n) en + n

sin(nθ )
(v) (θ ∈ R)
2n

Vrai ou faux ?
Exercice 10.8 Décider pour chaque énoncé s’il est vrai ou faux. Justifier votre réponse par un
court argument, un résultat du cours ou un contre exemple. Soit u une suite réelle.
1. Soit (un ) une suite équivalente à la suite ((−1)n √1n ), alors la série de terme général un
converge.
2. Soit (un ) une suite équivalente à la suite ((−1)n n12 ), alors la série de terme général un
converge.
3. Si la suite (an ) tend vers 0 mais n’est pas décroissante (à partir d’un certain rang) alors la
série alternée de terme général (−1)n an ne converge pas.
138 Chapitre 10. Convergence absolue ; Séries alternées

4. Soit (un ) une suite à termes positifs. Si la série ∑ un converge alors la série ∑ u2n converge.
5. Soit (un ) une suite à termes quelconques. Si la série ∑ un converge alors la série ∑ u2n
converge.
6. Soit (un ) une suite à termes positifs. Si la série ∑ un converge alors la série ∑ u2n converge.
7. Soit (un ) une suite à termes quelconques. Si la série ∑ un converge alors la série ∑ u2n
converge.  
un+1
8. Si un 6= 0 pour tout n et si la série ∑ un converge, alors la suite a une limite
un
strictement plus petite que 1.
9. Soit (un ) une suite à termes quelconques. Si la suite (un ) est bornée, alors la série ∑ n12 un
converge.
10. Si la série ∑ un converge absolument, alors la série ∑ un sin(n) converge.
11. Soit (un ) une suite à termes positifs. Si la suite (un ) est équivalente à la suite ( n12 ) alors la
série ∑ sin(n)un converge.

Exercices supplémentaires
Exercice 10.9 Pour N ∈ N, on pose

N
fN (t) = ∑ (−1)nt n = 1 − t + t 2 + · · · + (−1)N t N ,
n=0

et, pour tout x ∈ R, Z x


SN (x) = fN (t) dt.
0
Montrer en imitant l’exemple de la page 134 que
|x|N+2
1. |SN (x) − ln(1 + x)| ≤ . En déduire que la suite (SN ) tend vers ln(1 + x) si |x| < 1.
N +2
N
(−1)n xn+1
2. SN (x) = ∑ .
n=0 n+1
+∞
(−1)n xn+1
3. ∑ = ln (1 + x), si |x| < 1.
n=0 n+1