Vous êtes sur la page 1sur 4
La parole amoureuse Et pnisque fi clit e dsr, je dois évoquer: Dalancier de cet ext — Tétreinte ot la ele ‘ration quien sont a réalisaion. Pour que l'amour existe, il deitée énoncé, ‘Lamour, ce sont les mots de Tamour. Dans son ‘court roman inulé La Bae dans lunge, Henry James en donne une poignante démonstration. JJohn Marcher revoit une jeune femme ren- ‘ontrée des années plus ten ale et se prend ‘amide pour elle, Amie, Pea du moins ce Guillse di tla banniare sous laquelle invite May &partager save la plus quotdienne et la plus intime. Ains' hui reveal son eroublant Secret un jour, len est persuadé, lrencontsera son destin qui attend, tapi comme une béte ansla jungle Dicil, ile peut prendre aucune ‘écision, juste ptiener Fle, Taimant mals env pares convenances et sans doute par intuition, {ql doit sccomplir sel une parte da chemin vers elle, dévole autant quelle le peut son sen- La pertromearese a iment et Tncite& comprendre te sen. Las) Invera mouri, consume, sas que jamais ne Tranche te scail de sa conscience obscure amour qu'il porte etquechacun des ces manifesta — ehacun de ses ates mais pus 93 tnow, Or Tamoursoppose la conscience etdonc Trexprenion de Tau, La parole amourese, {tenet aus la celebration ne went ps sur {Ement omer amour, elle et equi li contre pice cxnence. Ta tego de James aut pour Yamour mais aust pou liters, agin om monde poreatan] nur ce qui, sans eux, resterait dans la Fomine cbse. is sont Fcesante traton decesnocesquinousunioentas monde rast menvelle—~a adie aus Jexprenion ne jot pas ala ie, lle fa fat advent ena portant ln conscience ce Jes enscene date: non Que les romans d= Yreraien del pecs teponses. Now sons “Snare que event els parent complees Somme cinence, Cependan san meme con Stverta forme parle de aque roman (a {stormed roman consue la eponse qu’ ppore Ava question, le smple at et rr ‘Pon re les questions pala stance que Set inter cece teu, Comme hag is quc in comcience etree ‘Eployane tes propres yeu, e roman ote as 8 iene die lecteur la possbité d'un regard sur son exie tence personnel ‘Léerivain ayant & proférer cette amoureuse parole se wouve devant sa page comme dane Ia Dromesse d'une éureinte reve avec le monde, Sa tiche, exquise et dificil, consste 4 meure fen mots tous les fats du monde, et ce passage par le verbe resemble aut éapes de lsmour (Gar, de méme que les vocables dont nows di pposons n'ont parle méme emploi dans les dit Frente suations de Tesxistence, les mots de amour sont de plusieurs sortes et ceux di roman ne sont pas les mots ordinalres Mais ls sont sfisans, ai toujours impression, devant 1a page, d'une richest infinie de Is langue qui attend que mon tall pour sonner (dans la ‘mesure of il ext capable dela fae sonnet — ‘lle, en tut cas, est préte), langue qui dans le ‘meme temps, iendrafabriquer is senso aut ‘demesidéesnaisantes. La langue est une mete, ‘une mer, pourmie de toutes lestichesss, et gene reuse. Incesant yetaient entre les mots que je sme sus cherchant et le sens inespéré qu'il me proposent de surroit, feeure avec un materi ‘vant qui offre toujoursplusquejene uideman- dais, ce qui, A échelle d'un roman terming, produit un effet de surprise sur Tauteur hi rméme: on met longtemps 3 décousrit ee qu'on 2 éerit — encore ne le sicon jamais eniere. ‘ment Dob la difieulé de percevoir sa propre La pore anoare « imagnaton. 1a possi para ca langue est ewer elle een EeTinnrument qu ouent 8 Ia ponte de ‘oir le monde ensemble (@ paride net ommune, langue et a toujours FATE, Tnivers enous no sommes pars pat ce ‘qe nous partons ity ait pions sone de mos, Tumour ow stig. To orn Ta dee ne erro Lx rs de che Mos dimie; je ows déctre mon di, aqven freevous? Ler mt soot en eects Spc tetucton ne tag pan de weer des toner on atatage ds 8 ge re A hae we que ease cr oie tows? Rien pos tte qu Feneprse de {Shnedon quan eduction piers tmensonge toes ue ya ron. net nals noc promeseise? Le de et he pose deique ape gue dee gl depo tenet dane Fourth ot foe ful dece quienes vein dela Seovbrmaton quiebles danaFamour goad, far, ac enventes Joven dear Las mo ‘allraon vnc pare du don ‘een ql snl dean x poge core cc injec majear de de laos (1 Scape), de eter innit de a pene _ — o iri ie se metinu),d'@ure repoussé (il peut me pasint& reser). Car curieusement (ctinjastement—ne ‘ston pas que chacun fait ce qu'il peut2), on ‘est agacé par un mauvaiséerivain. On peste st Tecate. On lui en veut un pen d'or eu la pré- somption de vadreser& nous, On se fiche asi ‘contre érivainséducteurJesulssouvent elie par les voix, comme celles de Nabokov ou ‘Aragon et quoi que je pense par alleurs de eur ts grand talent, qui cherchent tant & me sédvirequilmesembl les entendre dans chaque oman me murmurer : «Comment me trouver: ‘vous? Asez agréabe,n'estee pas? Assez habile, non? Humilié de éerivain qui dévolle tsa pensée ‘etson dési,orguell de Tervain qui veut crore ‘quill pout énoncer les secrets commune rire ‘Epond 4 mon déir, expose, le aque, mais je ‘ais queje sora ransformée paree que aural formule. Aprésles mots de décaration #échangent les sols de chai, Deuxitme sort, ‘Alphabet aus ancien que les hommes — et comme autre, limite, Dot vent qu'il nows pa Sonne de parler cette langue des corpr? Que ‘ous stehions bien inventer chaque fois une nouvelle sytaxe des phrases neues et que, jo qu'alafin denote temps, nous yerons intimidgs parlarencontre du corpade autre? Echeureux, Lapa anwore a Sans dute, danse grand di, ne renconze tommalstuementi core de Face mai ot Sone Dalry, quel pure cor serail ‘Sulement de ctr? Chae parcels de pena ‘Stanince, chaque geet sees chaque plate excita et don rer Moment de few ulaciareneonre hares oa font epowe ntn ae pus grande nna, anal Geis matte dha et epi indsolublement ie eaplince de a ecne, comme calle de eerie, eee une recone ve. Eat vant je abouche at mond, je eon fe me iin tain je chante, je rentone tne pense un vlom Tinton dan sure Ete (ell de cee en conarte par chaque toma: cin, ja ikon fractewse de sence es penonnages De cet recone Taisen commence, lan et éoton Enfin, dans Tamour, sélaborent lentement les mots de potsie.Trisime sorte. ‘Lefiet merelleux des mots de chair ne se peut dire qu'en une langue dégagée deVemploi Drdinaire, qui emprunte a la poesie sa force et ton pouvoir d’envodtement, la musique du sens, Ia falgurance, qu sult de plus prés plus exact ‘ment lesoufledudésiret de amour. Car amour ‘epate. Aimer se dit, Combien de ois raconte- ‘ona enconte, a premlére nuit? Combien de