Vous êtes sur la page 1sur 4

Cours élève.

Chapitre 1

« La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale »

Introduction.

Activité : comparaison d’une photographie de la mobilisation et d’un dessin d’Otto Dix, « le soldat blessé » (cf fiche)

Problématique :

Pourquoi la 1ère Guerre Mondiale a-t-elle bouleversé les Etats et les sociétés ?

I- Les phases de la guerre

a) Pourquoi la guerre ?
Activité : questionnaire « google form »

TE (sur le cahier) :

« Le 28 juin 1914, l’attentat de Sarajevo (Bosnie), organisé par des nationalistes slaves contre l’archiduc François-
Ferdinand, héritier de l’Empire d’Autriche-Hongrie, plonge l’Europe dans la guerre. Le jeu des alliances fait de cet
incident régional, le détonateur d’un conflit bientôt mondial avec l’implication des colonies. Dès août 1914, 3 millions
de Français sont mobilisés ».

Nationaliste (slave) : personne revendiquant et luttant pour la reconnaissance d’un son identité nationale, son
indépendance et sa suprématie.

b) Le déroulement
Activité : fiche 1 : chronologie de la « Grande Guerre ».

TE (sur la fiche 1) :

Conformément au plan Schlieffen, les Allemands envahissent le territoire français par le nord en violent la neutralité
de la Belgique. Après des semaines d’avancée ils sont repoussés par une contre-offensive française sur les bords de la
Marne marquée par l’épisode des « taxis de la Marne ». S’ensuit une course jusqu’à la Manche pendant laquelle
chaque camp tente de se déborder mais en vain. En 1915 le front Ouest se fixe le long d’une ligne allant de la Mer du
Nord à la frontière franco-suisse. Les soldats s’enterrent alors dans des tranchées afin de se protéger et l’on rentre dans
une nouvelle phase : la guerre de position. De 1915 à 1917 les deux camps tentent de rompre le front ennemi par de
couteuses offensives très localisées (Verdun, la Somme, l’Aisne) mais qui s’avèrent inefficaces. En 1917 l’entrée en
guerre des Etats-Unis aux côtés de la triple Entente suite au torpillage de ces navires de commerce par l’Allemagne,
change le rapport de force. Conscients de cette évolution et souhaitant profiter du retrait de la Russie en mars 1918 les
libérant d’une guerre à l’Est les Allemands lancent une grande offensive sur le front Ouest au printemps 1918. Aidées
par les renforts américains les forces de l’Entente résistent. Finalement sous la pression d’une contre-offensive militaire
de l’Entente et d’une révolution politique intérieure, l’Allemagne demande et signe un armistice le 11 novembre 1918
dans la forêt de Rethondes près de Compiègne.

Armistice : accord entre belligérants mettant fin aux combats.

Guerre de mouvement : stratégie militaire de déplacements rapides et massifs des armées.


Guerre de position : stratégie militaire de repli sur des lignes de fronts fixes (cette phase est aussi appelée guerre de
tranchées).

Front : zone de combats (par opposition à l’arrière).

Tranchée : fossé défendu par des barbelés dans lequel les soldats se réfugient pour se protéger et garder leur ligne
de front.

II- Une guerre d’un genre nouveau

a) La bataille de Verdun
Activité : fiche 2 : 1916, Verdun : « la mère des batailles ».

Crapouillot : petit obusier de l’armée française

Obus : projectiles explosifs d’artillerie d’un calibre sup. à 20mm.

No man’s land : « monde sans hommes ». La partie entre deux tranchées ennemies, la zone la plus dangereuse.

T.E. (sur le cahier) :

« La Première Guerre mondiale a marqué par la violence de ses combats. La bataille de Verdun en a été l’un des
exemples les plus marquants. Les « poilus » y ont été plongés dans une expérience traumatisante et confrontés à un
niveau de violence inconnu en raison d’une part de la modernisation de l’armement mais aussi de sa production dans
des quantités industrielles. La « Grande Guerre » voit en effet apparaître des armes ou du matériel de guerre
« modernes » - fusils mitrailleurs, canons de longues portées, obus meurtriers (à gaz, incendiaire, à éclats) lance-
flamme, chars de combats, avions – que les industries ont produit en masse. Ainsi, la guerre s’est industrialisée et
l’industrie s’est militarisée ».

Poilus : nom donné aux soldats français de la Première Guerre mondiale.

DM : la chanson de Craonne.

b) Les civils dans la guerre


Activité : analyse de trois documents devant servir à une définition en autonomie de la notion de « guerre totale ».

Guerre totale : mobilisation de toutes les énergies humaines (hommes, femmes, enfants, métropolitains, habitants
des colonies), dans tous les secteurs (économie, finance, culture) pour soutenir l’effort de guerre. Dans la guerre totale
tout est subordonné à la guerre.

Culture de guerre : tout ce qui contribue à créer, entretenir, augmenter un sentiment guerrier dans une société.

Propagande : technique d’information visant à manipuler la population pour l’amener à un comportement voulu.

Carte mentale (sur le cahier) :


c) Un exemple de violence de masse
Activité : fiche 3 : le génocide arménien.

T.E. (sur le cahier) :

« En 1915, le gouvernement nationaliste ottoman profita du contexte de la Première Guerre mondiale pour mettre
en œuvre son projet d’extermination de la minorité arménienne de son empire afin d’homogénéiser son territoire sur
le profil d’une population turque et musulmane. Ce génocide (1,2 /1,3 million de morts) représente un exemple
extrême de la violence de masse de la PGM. »

Génocide : extermination d’un peuple (requiert l’intentionnalité, la préparation, et la systématisation des meurtres)

Violence de masse : violence s’exerçant contre un très grand nombre de personnes.

III- L’Europe bouleversée par la guerre


a) Le communisme grandit sur les ruines de la guerre
Activité : fiche 4 : les révolutions russes

T.E. (sur le cahier) :

« la guerre et les difficultés qu’elle entraîne déstabilise de nombreux gouvernements. En Russie la population se
révolte en février 1917 ce qui aboutit à l’abdication du Tsar, Nicolas. En octobre les bolcheviques menés par Lénine
profitent de la situation troublée pour prendre le pouvoir. Ils renforcent leur contrôle sur la Russie devenue l’URSS en
1922, à la suite de leur victoire dans une violente guerre civile ».

Bolchevique : synonyme de communiste en Russie. C’est le nom du parti socialiste-marxiste fondée par Lénine en
1912. Il prône la révolution ouvrière contre le pouvoir du Tsar et la domination bourgeoise.

Communisme : idéologie qui veut instaurer une société sans classes sociales et sans propriété privée.

b) La paix contestée de Versailles


Activité : fiche 5 : le traité de Versailles

T.E. (sur le cahier) :

« La fin de la guerre mêle soulagement et tristesse. Elle a fait plus de 10 millions de victimes parmi les combattants et
20 millions de blessés sur les quelques 70 millions de soldats mobilisés. Parmi eux des milliers de soldats profondément
mutilés dont 15 000 « gueules cassées » en France. Théâtre des principaux combats, l’Europe est détruite et les
puissances européennes endettées. Le continent amorce un déclin au profit des Etats-Unis et du Japon. En France 3
millions d’hectares sont déclarés impropres à l’agriculture et les monuments aux morts qui couvrent le territoire sont
le symbole du traumatisme de la guerre. Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, clôture officiellement la Première
Guerre mondiale. Imposés par les vainqueurs, il dicte aux Allemands des conditions de paix très dures et fait naître
sentiment d’humiliation et volonté de revanche. Les traités de paix redessinent aussi la carte de l’Europe »

Conclusion :
La PGM marque une triple rupture. Une rupture sociétale car elle brise les seuils de violence (« hyperbrutalité »)
connus jusque-là et marque les soldats et les civils, elle entraîne une mutation dans l’ordre social dans lequel les
femmes brisent certaines barrières qui les limitaient. Une rupture économique et financière car l’Europe en sort
épuisée de ce point de vue et les Américains en tirent un nouveau statut de puissance. Une rupture diplomatique car
la sortie de guerre pose les conditions d’un risque de nouveaux conflits.