Vous êtes sur la page 1sur 6

INTRODUCTION

Le racisme est un phénomène très présent de nos jours, très répandu à travers le
monde, qui tire ses racines dans l’impuissance des gens d’accepter les différences entre
eux et leurs semblables.
Certaines formes d'expression du racisme, comme la discrimination, sont
considérées comme des délits dans un certain nombre de pays, notamment occidentaux.
Les thèses racistes ont servi de support à certaines idéologies politiques pour pratiquer des
discriminations sociales, des ségrégations ethniques et commettre des violences, dont des
actes de génocides.
Des nos jours, le racisme est une réalité et il a été d’autant plus discuté que dans
les dernières décennies des efforts soutenus ont été faits par des organisations nationales
et internationales afin de réduire son ampleur.
La France compte 57 millions d'habitants dont 10 millions d'immigrés. Les immigrés
sont toujours étrangers. Les immigrés en France viennent du Portugal, d'Espagne, d'Italie,
du Maghreb et d'Afrique. Beaucoup d'entre eux sont venus en France dans les années 60
quand l'économie avait besoin de travailleurs.
Vue cette situation et surtout encouragé par les nouvelles qui n’attardent par
d’arriver du hexagone concernant des manifestations des groupes qui se sentent toujours
discriminés et par les discours politiques émanant de la dernière campagne présidentielle
(à savoir le discours ouvertement raciste du Front National), j’ai choisi de traiter ce thème
délicat, qui porte à la fois sur la capacité des Français d’accepter les gens d’origine
différente de la leur et sur l’orgueil des immigrés qui tiennent à leur identité et à
l’appartenance au pays français. Je considère que c’est un sujet brûlant, qui peut engager
à chaque instant des débats vifs.
Dans mon mémoire, je vais présenter le sujet en essayant d’abord d’identifier les
causes du racisme en France, les manifestations du racisme en France et ses effets, puis
les organisations qui luttent contre le racisme.

1
I. LE PHÉNOMÈNE DU RACISME EN FRANCE

Intolérance, xénophobie, racisme : aucun pays de la planète ne peut se prévaloir


d'être épargné par ces maux, d'être totalement préservé de possibilités de dérives. Toutes
les démocraties connaissent des mouvements, plus ou moins importants, qui diffusent une
idéologie raciste, qui affichent leur mépris voire leur haine pour tous ceux qui sont
différents.
La France compte 57 millions d'habitants dont 10 millions d'immigrés. Les immigrés
sont toujours étrangers. Les immigrés en France viennent du Portugal, d'Espagne, d'Italie,
du Maghreb et d'Afrique. Beaucoup d'entre eux sont venus en France dans les années 60
quand l'économie avait besoin de travailleurs.
Le racisme se manifeste de plusieurs façons différentes. Cela peut-être des insultes
à l'école, des graffitis sur les murs, des agressions physiques, etc. Les immigrés ont des
difficultés à trouver un emploi ou un logement, refus d'entrée dans une boîte de nuit.

I.1 Les sources, les causes et les manifestations contemporaines du racisme

La première cause est l’origine d’une personne, entre autre sa couleur de peau. La
peur d’une personne différente. Il se forme des préjugés. Si un étranger fait quelque chose
de mal alors tous les autres étrangers également. La tête ne convient pas. Pour un
entretien d’embauche, le PDG a sûrement peur de l’arrivée d’une étrangère. La France a
besoin des étrangers, mais elle les rejette. C’est la peur que cette race devienne
supérieure. Les gens racistes ont leurs idées alors qu’ils n’ont jamais eu d’histoires avec les
étrangers. La France est un pays accueillant et heureusement la majorité des Français
n’est pas raciste.
Le racisme contre les Noirs est né de leur différence physique. Pour les hommes du
XVIème siècle, un Noir ne pouvait pas être un homme. C’est pourquoi ils ont été utilisés
comme esclaves et considérés comme des bêtes malgré les protestations de nos penseurs.
On a été jusqu’à les parquer dans des sortes de zoos pour les présenter comme des
spécimens d’une espèce sauvage différente de la nôtre !
La cause de la montée du racisme est également les parents parce que les enfants
sont souvent le reflet des parents, donc si les parents ont des propos racistes à l’égard des
étrangers alors les enfants aussi. Certains arrivent tout de même à s’émanciper en se

2
rendant compte que ce que disent leurs parents n’est pas vrai. Le racisme n’est
heureusement pas héréditaire.
Enfin une autre cause du racisme est les banlieues où les étrangers ont été " mis de
côté " durant plusieurs années. Donc ils se vengent et se sentent obligés lorsqu’ils sont
envahis par les blancs. Une personne étrangère peut être raciste d’une autre personne de
même nationalité ayant réussit à s’intégrer dans la société. Les blancs ont peur des
étrangers parce que lorsqu’ils assistent à une agression, ils ne bougent pas et n’aident pas
leur congénère. Alors que les étrangers sont beaucoup plus solidaires, plus soudés entre
eux. Ils s’aident mutuellement.

I.2 Le racisme présente des effets sur l’individu

Le racisme et la discrimination peuvent affecter les gens à cause de leur


appartenance ou non – appartenance, réelle ou prétendue, à un certain groupe ethnique,
nation ou religion, à cause de la couleur de leur peau, leur nom et même à cause de
l’endroit où ils vivent (cela est très souvent associé aux désavantages sociales).
Le racisme s'exprime par une hostilité plus ou moins camouflée à l'égard d'individus
d'origine étrangère. Dans certains cas, il aboutit à des violences physiques ou à des
agressions caractérisées. Entre 1980 et l'an 2000, 30 personnes ont ainsi été tuées et 400
blessées uniquement par haine raciale. En France, c'est essentiellement la population
maghrébine qui est visée. En France, on observe principalement deux foyers de violence
raciste : l'Ile de France où les Organisations d'extrême droite et les groupes skinheads sont
bien implantés, et la région Provence- Alpes- Côte d'Azur.

I.3 Les Groupes touchés par le racisme en France

Concernant les victimes, il n'a pas été possible de se mettre d'accord sur une liste
précise, le racisme pouvant toucher chacun d'entre nous en fonction des circonstances.
Cependant, une mention générique faisant référence aux victimes en général a pu recueillir
l'accord de tous.
C'est ainsi que la situation des Africains et des personnes d'ascendance africaine,
des peuples autochtones, des migrants, des réfugiés, des demandeurs d'asile et des
personnes déplacées a été examinée avec attention. La question des minorités nationales,
ethniques, religieuses ou linguistiques, des Roms/Gitans/Tziganes/Sintis, des Asiatiques et

3
des personnes d'ascendance asiatique, des victimes de la traite, des femmes, des enfants,
des handicapés, des personnes atteintes du sida.

III. LES MESURES DE PRÉVENTION, D'ÉDUCATION ET DE PROTECTION

La lutte contre le racisme s’est considérablement développée et transformée ces


dernières décennies. Influencée par l’essor de la mobilisation internationale autour de la
notion de droits de l’Homme, ses orientations et ses réalisations reposent avant tout sur la
culture politique nationale dans laquelle elle s’inscrit. Les débats actuels témoignent
d’ailleurs des difficultés à trouver un langage commun sur la question face à
l’hétérogénéité des définitions suivant les pays, et les groupes d’individus concernés.

III.1 Actions législatives, judiciaires et administratives

La France par le code pénal punit sévèrement le racisme en essayant d'en entrevoir
toutes formes et toutes manifestations : les injures et la diffamation sont assimilées à un
délit – il est ainsi interdit de maltraiter verbalement ou par écrit une personne en raison de
sa race ou de sa religion.
Le code pénal punit également l'incitation à la haine raciale ( tenir un discours ou
écrire des articles en prétendant par exemple que certaines races sont inférieures aux
autres et naturellement faites pour être dominées par des races supérieures ). La
discrimination raciale est également interdite, mais il demeure difficile d'en fixer les
modalités et les limites. En effet, la loi prohibe par exemple la discrimination en matière
d'embauche, de licenciement ou de logement ; mais dans tous les cas, il est toujours
possible de justifier un rejet par un autre motif (le candidat à l'emploi n'a pas les
qualifications nécessaires ; celui qui cherche un logement n'offre pas suffisamment de
garantie.) Il n'est donc envisageable de punir par la loi que les cas très flagrants pour
lesquels aucun doute ne subsiste.
La France interdit en outre l'exhibition d'uniformes, emblèmes ou insignes rappelant
ceux portés par les membres d'une organisation déclarée criminelle par le tribunal de
Nuremberg et responsable de crimes contre l'Humanité ( SS, Gestapo, Nazi.). ·Il n'est enfin
pas permis de tenir des propos écrits ou oraux niant ou cherchant à relativiser l'existence
des génocides et crimes contre l'Humanité.

4
La France, par conséquent, dispose d'un arsenal législatif complet et destiné à punir
tout individu juridiquement responsable d'une forme de racisme, qu'il soit fanatique du
troisième Reich, qu'il tienne des discours publiques ouvertement racistes, ou qu'il se serve
du racisme comme argument électoral.

III.2 Actions en matière d'éducation et de sensibilisation

L'éducation à tous les niveaux et à tous les âges, en particulier l'éducation aux droits
de l'homme, est un facteur essentiel de changement des attitudes et des comportements
fondés sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est
associée. En outre, ce genre d'éducation contribue de façon déterminante à la promotion,
la diffusion et la protection des valeurs démocratiques de justice et d'équité. Ces valeurs
sont indispensables pour prévenir ou combattre la propagation du racisme, de la
discrimination raciale, de la xénophobie et de l'intolérance qui y est associée.

III.3 Le rôle de l'information

Les médias occupent une place centrale dans l'édifice de mesures prises pour venir
à bout du racisme. En contact direct et quotidien avec la population, ils doivent veiller à
transmettre des messages dénués de tout racisme.
Des campagnes visant à informer sur les conditions, les possibilités, les limitations et
les droits en cas de migration doivent être organisées. Cela permettrait aux candidats à
l'immigration de prendre une décision en connaissance de cause et ainsi d'éviter d'être
victime de la traite.

CONCLUSION

Le racisme est avant tout engendré par l'ignorance, le refus de la différence et la


peur de ce qui n'est pas maîtrisé. Il ressort de manière quasi naturelle dans les périodes de
crise morale, de crise d'identité ou de crise économique que peut traverser un pays.
Il est malgré tout paradoxal que les citoyens français avouent leur penchant pour le
racisme à l'heure où les Etats qui en avaient fait leur doctrine fondamentale et leur mode
de gouvernement l'abandonnent. Et il est d’autant plus paradoxal car l’histoire a déjà
montré que les immigrés ont toujours apporté un plus de valeur à la culture française et je

5
ne tiens qu’à rappeler le nom d’ Albert Camus, Algérien, de Brancusi, de Ionesco – les deux
des Roumains. Et, non pas en dernier lieu, le nouveau Président de la République, Nicholas
Sarkozy provient lui aussi d’une famille des immigrés. Faudrait-il donc être plus confiant à
cet égard ?