Vous êtes sur la page 1sur 3

Eléments d’introduction au droit : fiche de révision

Partie 1 : Les règles de droit

Titre 1 : Les sources des règles de droit (du droit objectif)

Propos préliminaires : Définition du droit objectif :

Ensemble des règles qui composent le droit positif, établies par les autorités compétentes et
qui déterminent les prérogatives des sujets de droit : les droits subjectifs.
Dc les droits subjectifs n’existent que dans les limites et les conditions posées par le droit
objectif. Ces droits coexistent et des droits subjectifs sont subordonnés au droit objectif.
Ex : règle du droit objectif donnant à chacun le droit subjectif au respect de sa vie privée.
L’exercice d’un droit subjectif engendre généralement la création d’une obligation pour
autrui.
Ex : les droits d’auteur sur une oeuvre engendrent l’impossibilité pour autrui d’exploiter cette
œuvre.

Les sources de droit (objectif), c’est donc une autorité qui formule les règles juridiques. Peut
être qualifiée de « source de droit » toute autorité ayant le pouvoir de « créer du droit ».

Sources formelles : créent des règles de droit obligatoires en raison de l’autorité de leur
auteur.
Sources savantes : créent des règles de droit complémentaires au sources formelles.
Sources informelles : créent des règles de droit dont la force obligatoire dépend plutôt de la
légitimité de leur contenu.

Chapitre 1 : Les sources formelles :

Section 1 : Les sources formelles internationales :

I / Les traités internationaux :


- organisent les relations entre les Etats par l’application de règles internationales publiques
qui unifient leurs législations dans des domaines déterminés (règles internationales
matérielles).
- organisent les relations entre les individus par la mise en œuvre de règles du droit
international privé.
Et tout ça, quelque soit la finalité de ces traités.
Mais un traité ne va être appliqué que dès lors qu’il aura été ratifié !

1. Négocier le traité :
- relève en général du président de la république.
- quand les négociations aboutissent à un accord, chaque Etat doit donner son consentement
au texte en le signant.

2. Signer le traité : qui en a le pouvoir ?


- en général le ministre concerné par le domaine de ce traité.
- portée de la signature : l’engagement est entre les Etats signataires seulement.
3. Ratification du traité : qui permettra dès lors l’intégration du traité dans l’ordre juridique
interne de l’Etat signataire. En France c’est le président en principe qui ratifie le traité sauf 2
exceptions : soit traités devant être ratifiés par le Parlement (par la loi de ratification) ou
modifiant une loi interne préexistante, soit si un traité a des incidences sur le fonctionnement
des institutions : soumission possible de la ratification au référendum.

Pas d’application directe du traité en droit interne à moins que l’Etat contractant n’en ait
exprimé sa volonté. Sinon l’Etat s’engage à mettre ses lois en conformité avec les dispositions
du traité.

II / Le droit communautaire :
- composé du droit primaire : issue des traités successifs ayant marqués la construction
de l’U.E
- et du droit dérivé : produit de l’activité des institutions communautaires.
1/ Droit primaire :
- contient les traités définissant le rôle des compétences et le fonctionnement des
institutions de l’U.E
- 6 institutions dans l’U.E avec chacune un rôle spécifique dans la production des règles
de droit : Conseil européen (moteur politique de l’U.E), Commission Européenne
(propose les règlements et directives au parlement européen et au conseil des ministres
de l’U.E), Parlement européen (un des 2 organes législatifs, vote les règlements et
directives et budget), Conseil des ministres (2ème organe législatif, mm activité), Cours
de justice de l’U.E (organe juridique de l’U.E), et la Cour des Comptes (contrôle de
l’utilisation du budget de l’U.E).
- se compose des traités fondateurs (traité de rome, traité euratum, traité CECA), traité
de Maastricht, traité de Nice, traité de Lisbonne.
- 3 degrés de transferts de compétences des Etats membres vers l’U.E et ses
institutions : 1er degré, l’U.E a une compétence exclusive, 2ème degré, compétence
d’appuie, 3ème degré, compétence partagée.
- 2 principes organisent la répartition des compétences ; subsidiarité et proportionnalité.
2/ Droit dérivé :
- règles résultant de l’activité des institutions communautaires, produisant 4 types de
règles : le règlement communautaire (portée générale, loi européenne), la directive
communautaire (obligations que pour les Etats membres de coordonner leur législation
avec la directive), la décision communautaire (obligation pr les personnes juridiques
concernées par cette décision), les avis et recommandations (non obligatoires)

Section 2 : Les sources formelles nationales :

I / La constitution (du 04/10/1958 et ayant institué la 5ème rép) :


- Bloc de constitutionnalité : - Constitution de 1958
- DDHC de 1789
- préambule de la constitution de 1946 (4ème rep)
- charte de l’environnement de 2004
- Contient l’ensemble des règles qui organisent les pouvoirs publics et leurs rapports entre
eux.
- DDHC, préambule et charte contiennent l’ensemble des libertés fondamentales (publiques)
dont peuvent se prévaloir les ressortissants de l’Etat + principes politiques, éco, et sociaux
(liberté du commerce, droit du travail, droit à environnement sain etc..)
- A été modifiée à 24 reprises depuis 1958.
- Processus de révision de la constitution (prévu par l’art 89 de la Cn en 3 étapes) : nécessite
l’adoption d’une loi constitutionnelle.
a / Initiative de la révision : président de la rép sur décision du 1er ministre ou des membres
du parlement.
b/ Adoption du texte : doit être adopté dans les mm termes par les 2 chambres du Parlement.
(échec possible de la révision à cette étape)
c/ ratification du texte : si décision des parlementaires, par référendum, si décision du
président, soit par référendum soit par le Parlement réuni alors en congrès solennel à
Versailles, vote devant être aux 3/5ème du suffrage effectué.

II / La loi :