Vous êtes sur la page 1sur 39

Résumé

 :  Histoire  de  la  communication  de  masse  


 

La  communication  de  masse  :    

La  communication  de  masse  touche  un  public  vaste  et  hétérogène.  Elle  est  composée  de  la  
communication    

-­‐ Publique  
-­‐ simultanée   (c’est   une   notion   relative   puisque   tout   le   monde   n’est   pas   vraiment  
touché  en  même  temps)  
-­‐ unilatérale  (prévalence  d’une  direction  sur  l’autre)  
-­‐ médiatisée.  

Cette  communication  suppose  :  

-­‐   un   centre   d’émission   et   plusieurs   récepteurs,   la   communication   étant   accessible   à   tous  


(publique)  en  même  temps  (simultanée).  

Cette  communication  de  masse  est  permise  grâce  aux  appareils  techniques  de  mass  média.  
Ce  sont  des  organisations  complexes,  des  moyens  industriels  utilisés  dans  un  milieu  politique  
ou  économique.  

Cette  définition  n’est  pas  neutre.  En  effet,  la  communication  de  masse  est  liée  à  la  notion  de  
société   de   masse.   C’est   une   perception   précise   de   la   société   née   au   19ème   Siècle   avec   la  
révolution   industrielle,   qui   consacre   l’avènement   de   la   «  masse  ».   On   voit   également   une  
urbanisation.  La  masse  grandit  et  devient  donc  un  enjeu  politique  et  économique.  Le  pouvoir  
doit,  dès  lors,  mettre  en  place  des  formes  de  communication,  de  persuasion.  

Urbanisation  :  c’est  lorsque  le  prolétariat  industriel,  la  masse,  est  en  situation  constante  de  
rassemblement.  

La  foule  :  Elle  rassemble  les  gens  qui  se  trouvent  dans  une  situation  de  coexistence.  Résultat  
de  «  contagions  psychiques  produites  par  des  contacts  physiques  »  (Gustave  Le  Bon,  1805).  
Mais   la   foule   fait   peur,   l’étude   de   la   foule   se   développe   pour   essayer   de   la   gérer  
(«  Psychologie  des  foules  »,  Gustave  Le  Bon  ;  «  La  foule  criminelle  »  de  Scipio  Sighele  ;  …)  

Le   public   :   cette   notion   est   fort   différente   des   foules   cas   elle   se   réfère   à   la   pratique  
individuelle   telle   que   la   lecture   des   journaux.   (Des   individus   séparés   donc,   qui   lisent   un  
même  journal  et  sont  donc  amenés  à  se  poser  les  mêmes  questions,  et  donc  à  faire  partie  
d’un   public).   C’est   une   notion   spirituelle   :   «   C’est   une   dissémination   d’individus  
physiquement  séparés  et  dont  la  cohésion  est  toute  mentale  »  (Tarde,  1901).  La  naissance  
du   public   est   liée   à   l’avancée   technologique   qui   permet   la   proposition   d’idées   à   distance.  
C’est  une  contagion  sans  contact.  
L’historiographie  :   a   pour   objet   l’écriture   de   l’histoire.   Elle   s’occupe   des   différentes   façons  
d’écrire  l’histoire.  C’est  de  la  méta-­‐histoire  (l’histoire  de  l’histoire).  

Ses  traits  sont  :  

-­‐ Qui  (dit)  –  Acteurs  (partis  politiques,  états,…)  


-­‐ Quoi  –  Contenus  véhiculés  
-­‐ A  qui  –  public  
-­‐ Par  quel  canal  –  Médias  (canal  de  communication)  
-­‐ Dans  quel  but  –  Finalité  (accessoirement)  
-­‐ Dans  quel  contexte  –  Situation  (accessoirement)  

Ces  cloisons  ne  sont  pas  étanches.  Tout  est  présent  et  tout  se  tient.  Les  historiens,  eux,  se  
concentrent  sur  trois  aspects  :  

-­‐
Quoi  
-­‐
Canal  (histoire  des  médias)  
-­‐
Qui  (acteurs)  
 
 La  concentration  sur  le  public  reste  fort  restreinte.  

L’histoire  des  contenus  :    

Elle   utilise   la   presse   comme   source   historique   qui   affirme   une   chronologie.   Mais   est-­‐ce  
vraiment   le   reflet   de   la   réalité  ?   On   ne   se   demande   pas   ce   que   sont   les   médias.   Aucune  
analyse  critique  de  la  presse  n’a  été  faite.  

Histoire  des  représentations  :  

On   utilise   les   médias   (presse,   radio,   cinéma,   télévision,…)   en   tant   que   sources.     On   en  
regarde   leurs   représentations   et   leurs   mises   en   forme   de   la   réalité.   Cet   intérêt   est   assez  
récent   et   considère   les   médias   comme   un   moyen   de   construire   la   réalité.   Ce   n’est   donc   plus  
l’histoire  des  contenus  mais  l’histoire  des  représentations.  

QUEL  CANAL  ?  

Comment  a  évolué  la  perception  des  médias  ?  

La  perception  des  médias  a  évolué  avec  le  temps  

1)  Au  début,  les  médias  étaient  vecteurs  de  contenu  (  ex  :  presse  au  début).  

2)   Les   médias   sont   ensuite   devenus   agents   de   l’histoire.   Les   technologies   ont   un   impact  
direct  sur  la  société.  C’est  le  déterminisme  technologique.  

3)  Depuis  quelques  années,  on  considère  l’usage  des  médias  par  l’utilisation  qu’en  font  les  
gens,  notamment  par  la  communication  à  distance.  En  effet,  on  considère  que  les  moyens  de  
communication   ont   été   créés   à   la   base   pour   les   amoureux   (exemple   de   communication  
amoureuse  :   télépathie,   téléphone   à   ficelle,   télégraphe   optique).   Il   existe   donc   un   rapport  
entre  technologies  et  demande  sociale.  

Diffusion  en  broadcast  :  diffusion  de  données  à  partir  d’une  source  unique  vers  un  ensemble  
de  récepteurs.  

QUI  ?  

Le  qui  représente  l’étude  des  acteurs.  

Avec   la   société   de   masse,   certains   acteurs   doivent   apprendre   la   communication   de   masse,  


notamment  les  partis  politiques,  les  Etats,  les  entreprises  d’information,…  

Dès  lors,  beaucoup  de  recherches  existent  sur  les  partis  et  les  Etats  en  tant  qu’acteurs.  

MAIS   QUI   CONTRÔLE   QUOI  ?   C’est   une   autre   question   qui   nous   amène   à   l’histoire   de   la  
propagande.  

Propagande  :  

Etymologie  :   vient   du   latin   «  propaganda  »   qui   signifie   «  chose   à   propager  ».   La   première  
signification   du   terme   propagande   a   été   religieuse   avec   le   «  Congregatio   de   Propaganda  
Fide  »  :   des   cardinaux   dont   la   tâche   était   de   veiller   à   la   chrétienté.   La   propagande   a   donc  
d’abord   une   origine   religieuse.   Du   19ème   au   20ème   Siècle,   les   partis   politiques   et   états  
reprennent   la   propagande   sous   plusieurs   formes.   En   effet,   les   mouvements   ouvriers   et   les  
partis   politiques   (au   sens   moderne   du   terme)   en   ont   besoin   pour   parler   aux   masses.   Lors   de  
la   1ère   guerre   mondiale,   les   Etats   créent   des   appareils   centralisés   qui   contrôlent   la  
propagande.   Enfin,   son   aspect   économique   est   consacré   avec   la   production   et   la  
communication   de   masse.   La   propagande   a   donc   un   certain   côté   pluriel.   C’est   pour   cela  
qu’on   ne   peut   pas   seulement   l’associer   aux   dictatures.   (De   nombreux   ouvrages   sur   la  
propagande   sont   écrits  :   Lasswell  :   propaganda   technique   in   the   world   war  ;   Tchakhotine  :  
viol   des   foules   par   la   propagande   politique).   On   est   à   l’époque   dans   l’idée   d’une   société  
massive   vulnérable   à   la   communication   politique.   Jusqu’à   la   seconde   guerre   mondiale,   la  
propagande  était  identifiée  à  la  presse,  à  la  radio,  et  au  ciné,  mais  elle  s’émancipera  face  aux  
autres  médias  tels  que  la  télé,  les  ordinateurs,  l’internet,…  

Seringue  hypodermique  :  

La   seringue   hypodermique   est   une   représentation   du   message   d’un   émetteur   vers   des  
récepteurs.  Ce  modèle  consacre  la  toute  puissance  des  médias  face  aux  individuels  passifs  et  
soumis.  

Internet  :    

Internet  est  vu  comme  une  nouvelle  forme  de  communication  révolutionnaire.    
On  retrouve  sur  internet  :  

-­‐
Beaucoup  de  contenus  (jeux,  pubs,  dictionnaires,…)  
-­‐
La  communication  peut  y  être  personnelle  ou  de  masse  
-­‐
Elle  permet  de  communiquer  entre  plusieurs  sujets.  
 
 Cela   ne   veut   pas   dire   qu’il   n’y   a   pas   de   contrôle.   =>   Mais   qui   contrôle   quoi   et  
comment  ?  
 Si  l’information  n’est  pas  facilement  accessible  sur  internet  alors  elle  n’existe  pas.  Les  
moteurs   de   recherche   ont   donc   un   grand   pouvoir,   car   ils   référencent   les   sites   et  
décident  donc  de  ce  qui  est  ou  n’est  pas.  

DES  FOULES  AUX  PUBLICS  :  

Qu’est-­‐ce  qui  posent  les  bases  conceptuelles  pour  l’étude  de  la  communication  de  masse  
tout  au  long  du  20ème  Siècle  ?  

Aux  origines  des  travaux  sur  la  communication  de  masse,  il  y  a  une  peur  primordiale  de  la  
foule   comme   mouvements   collectifs,   phénomènes   qui   caractérisent   le   19ème   siècle.   Cette  
inquiétude   chez   les   élites   politiques   et   intellectuelles   se   traduit   aussi   par   un   certains  
nombres  de  travaux  académiques  qui  vont  connaître  un  réel  succès.  

Pourquoi  le  19ème  siècle  est-­‐il  considéré  comme  révolutionnaire  ?  

Hobsbawm   a   introduit   le   concept   du   long   19ème   siècle,   de   1789   à   1914.   Cette   période   est  
marquée   par   les   conflits   issus   de   la   révolution   française   (1789)  :   instauration   de   l’Ancien  
régime   en   1815,   Trois   glorieuses   et   Révolution   belge   en   1830,   Deuxième   République   en  
France   en   1848,   unification   allemande   par   les   guerres   prussiennes   et   instauration   d’un  
fonctionnement  révolutionnaire  en  France  en  1870.  

Le   monde   artistique   est   fasciné   par   ces   passions   collectives   et   ce   n’est   donc   pas   un   hasard   si  
on  retrouve  ces  foules  révolutionnaires  un  peu  partout,  dans  les  arts  figuratifs  et  platiques  
autant  que  dans  la  littérature.  (Ex  :  les  Misérables  de  Victor  Hugo  ou  Germinal  de  Zola).  

Germinal  :   Cet   ouvrage   est   défini   par   Zola   lui-­‐même   comme   un   roman   socialiste.   Il   réunit  
beaucoup   de   documentations   et   mène   une   véritable   enquête   pour   son   ouvrage.   C’est  
pourquoi  son  roman  est  une  très  bonne  vision  de  la  société  à  cette  époque.  La  foule  y  tient  
le  devant  de  la  scène.  

Mais  si  d’une  part,  le  peuple,  la  masse  devient,  à  cette  époque  un  objet  de  fascination  dans  
la  littérature  et  les  arts…  Il  devient  aussi  une  source  de  peur  lorsqu’il  est  fait  référence  aux  
foules   et   aux   crimes   qu’elles   peuvent   commettre.   C’est   une   question   centrale   pour   la  
bourgeoisie   qui   se   voit   menacée   par   les   mouvements,   les   syndicats,…   Bref  :   le   socialisme.  
Cette   réalité   sociale   crée   donc   un   imaginaire   angoissé,   un   état   de   psychose.   Susanna  
Barrows   est   une   historienne   qui   a   travaillé   sur   le   développement   de   cette   littérature   de   la  
peur  de  la  foule.  Elle  l’analyse  comme  le  résultat  d’un  contexte  de  «  panique  morale  »  des  
élites   sociales   au   lendemain   de   la   Commune   (1871).   (La   Commune   de   Paris   désigne   une   période  
insurrectionnelle   à   Paris   qui   dura   deux   mois   environ,   du   18   mars   1871   jusqu'à   la   «   semaine   sanglante   »   (21  -­‐   28   mai).   Cette  
insurrection   contre   le   gouvernement   issu   de   l'Assemblée   nationale,   qui   venait   d'être   élue   au   suffrage   universel   masculin,  
établit  une  organisation  proche  de  l'autogestion  pour  gérer  la  ville.Dans  plusieurs  autres  villes  de  France  (Marseille,  Lyon,  
Saint-­‐Étienne,   Narbonne,   Toulouse,   Le   Creusot,   Limoges[1]),   des   communes   furent   proclamées   à   partir   du   23   mars   1871,  
mais  elles  furent  toutes  rapidement  réprimées.  Pour  Karl  Marx,  c'est  la  première  insurrection  prolétarienne  autonome.)  

Les  médias  et  l’industrialisation  :  

Le   19ème   siècle   est   aussi   révolutionnaire   du   point   de   vue   des   médias   et   des   liens   entre  
l’industrialisation  et  les  médias.  On  découvre  alors  une  série  de  progrès  importants  liés  au  
processus  de  l’industrialisation.    

La  presse  est  alors  le  média  principal.  On  observe  une  centralité  de  la  presse.  La  presse  est  
touchée   de   plein   fouet   par   la   Révolution   industrielle.   Les   progrès   techniques   se   réalisent  
dans  tous  les  domaines  :  

-­‐
Composition  et  impression  (rotative)  
-­‐
Illustration  (lithographie,  photographie)  
-­‐
Distribution  (chemin  de  fer)  
-­‐
Télécommunication  (télégraphe  électrique)  
 
 Deux   conséquences   majeures  :   accélération   et   augmentation   des   tirages,  
accroissement   des   investissements   nécessaires   au   fonctionnement   du   journal   qui  
devient  une  véritable  entreprise  de  presse.  On  remarque  aussi  un  élargissement  du  
public  de  la  presse  (augmentation  de  la  demande).  Le  «  public  »  n’est  pas  une  notion  
neutre.  Elle  est  typique  de  la  fin  du  19ème  siècle.  

La  peur  de  la  foule  et  la  réflexion  savante.  

La  peur  de  la  foule  s’inscrit  dans  l’histoire  des  théories  de  l’opinion.  Ces  théories  se  divisent  en  trois  
temporalités  :  
 
1.  Antiquité  au  MA  –  L’opinion  de  l’homme  ordinaire  importe  peu.  
 
2.   Renaissance   au   18ème   S.   –   Le   déploiement   de   l’imprimerie   favorise   la   constitution   d’un   public  
éclairé.   Un   public   destiné   à   gouverner.   On   voit   donc   une   variété   de   modèles   de   gouvernement,  
d’opinions.  Mais  l’opinion  instruite  constitue  une  minorité.  (=  opinion  éclairée  à  gouverner)  
 
3.   19ème   S.   à   maintenant   –   Massification.   On   cherche   à   comprendre   le   fonctionnement,   la   «  
psychologie  des  foules  ».  L’idéal  normatif  d’une  opinion  éclairée  devient  une  observation  des  foules  
pour  trouver  comment  les  gouverner.  La  psychologie  des  foules  y  trouve  sa  source.  Par  exemple,  le  
regard  de  Sighele  se  veut  juridique,  alors  que  Lebon  se  veut  sociologique.  
 
Scipio  Sighele  :  
Scipio  Sighele   est   un   criminologue,   disciple   d’Enrico   Ferri   dont   les   recherches   sont   importantes   parce  
qu’il  cherche  un  rapport  entre  crime  et  société.  Si  ce  sont  les  facteurs  sociaux  qui  portent  le  crime,  la  
punition  ne  sert  alors  à  rien.  Il  faut  donc  faire  un  travail  de  prévention  plutôt  que  de  répression.  Ce  
sont  des  idées  progressistes  qui  s’opposent  aux  thèses  de  Cesare  Lombroso.  Scipio  Sighele  suit  donc  
les  idées  de  Ferri.  Il  réalise  une  thèse  sur  la  complicité  comme  élément  social.  Cela  dit,  sa  notoriété  
est   due   à   la   publication   en   1891   de   «   La   foule   criminelle   »   contre   «   L’uomo   deliquente   »   de  
Lombroso.   Par   la   suite,   il   deviendra   professeur   de   droit   pénal   et   donnera   cours   à   Roma   comme   à  
Bruxelles.   Il   sera   aussi   un   écrivain   prolifique.   Quelle   est   l’image   que   nous   pouvons   retirer   de   «   La  
foule  criminelle  »  ?  C’est  l’image  de  la  foule  au  19ème  S.  comme  une  foule  barbare.  Mais  il  faut  voir  
cet  ouvrage  comme  une  œuvre  progressiste.  Sighele  cherche  à  détecter  les  causes  des  crimes  de  la  
foule   plutôt   que   les   crimes   individuels.   C’est   la   naissance   d’une   nouvelle   discipline   :   la   psychologie  
collective.  C’est  ainsi  que  Sighele  définit  son  travail.  Une  discipline  qui  se  situe  entre  la  psychologie  et  
la   sociologie.   Il   manquait   selon   lui   une   science   qui   étudiait   les   agrégats   d’hommes   hétérogènes   et  
passagers  à  la  fois.  Il  commence  par  s’intéresser  à  la  composition  anthropologique  des  foules.  Selon  
Lombroso,   la   foule   criminelle   est   une   réunion   de   criminels.   Sighele   va,   lui,   arriver   à   la   conclusion   que  
ce   point   de   vue   n’est   pas   valable   parce   que   chaque   individu   pris   séparément   est   inoffensif.   Le  
deuxième  facteur  évoqué  est  la  suggestion  hypnotique.  C’est  l’idée  d’une  suggestion  exercée  par  la  
foule  dans  son  ensemble  qui  s’exerce  sur  les  personnes.  Raison  pour  laquelle  les  foules  seraient  des  
masses   privées   de   tout   bon   vouloir   et   de   réflexion.   Il   adapte   à   la   psychologie   collective   des  
expériences  menées  à  l’école  de  Nancy  et  à  l’école  de  la  Salpêtrière  sur  l’hypnose.  Ces  théories  sur  
l’hypnotisme  sont  considérées  avec  méfiance  dans  les  milieux  académiques,  mais  elles  s’affirment,  et  
les   différents   congrès   internationaux   de   psychologie   s’y   intéressent.   Cela   dépasse   les   sphères  
académiques   pour   conquérir   le   grand   public.   C’est   la   période   des   théâtres   où   des   sujets   sont  
hypnotisés.   Il   existe   une   véritable   fascination   pour   ce   mécanisme.   Même   si   depuis   elle   a   été  
diminuée,  cette  théorie  s’impose  toujours  dans  certains  milieux,  dont  le  nôtre.  Sighele  adopte  donc  
le   principe   de   la   contagion   morale.   Le   crime   est   comme   une   infection   morale   qui   se   propage   par  
contagion.  C’est  une  expression  collective  de  l’imitation.  Il  faut  donc  des  meneurs.  Ce  sont  des  idées  
inspirées  de  Tarde.  Sighele  se  réfère  souvent  à  ses  sources.  
 
Cesare  Lombroso  :  
 
Selon  Lombroso,  les  criminels  ont  des  aspects  sociaux  depuis  la  naissance.  On  peut  donc  définir  un  
profil  physique  des  criminels.  C’est  le  début  de  l’anthropologie  criminelle  et  de  l’anthropométrie.  La  
délinquance   serait   donc   beaucoup   plus   fréquente   chez   certaines   personnes   qui   ont   des  
caractéristiques   physiques.   Ferri   s’oppose   à   cette   idée.   Selon   Lombroso,   la   foule   criminelle   est   une  
réunion   de   criminels.   Sighele   va,   lui,   arriver   à   la   conclusion   que   ce   point   de   vue   n’est   pas   valable  
parce  que  chaque  individu  pris  séparément  est  inoffensif.  
   
Gustave  Le  Bon  :  (1841-­‐  1931)  
 
24   ans   après   Sighele,   Gustave   Le   Bon   édite   un   livre   qui   sera   un   best-­‐seller   :   «   La   psychologie   des  
foules  ».  C’est  ce  qui  donnera  le  départ  de  la  psychologie  des  foules.  Les  auteurs  des  écoles  italiennes  
sont   absents   de   son   ouvrage   alors   qu’il   s’y   réfère.   Le   Bon   a   fait   des   études   en   médecine.   Il   a   été  
chirurgien  en  chef  des  ambulances  militaires  pendant  la  Commune,  même  s’il  n’a  pas  de  diplôme.  Il  
ne  peut  travailler  comme  médecin  et  se  lance  alors  dans  la  vulgarisation  scientifique  sur  des  sujets  
très  divers  (médecine,  physique,  optique,  hygiène  du  soldat,  …).  Il  fait  partie  de  la  petite  bourgeoisie.  
Il   est   vu   avec   méfiance   dans   les   domaines   universitaires.   Jusqu’en   1882,   il   est   très   actif   dans   la  
société   d’anthropologie,   mais   la   société   lui   refuse   la   publication   de   ses   mémoires   et   il   décide   de  
démissionner.  Il  fonde  chez  Flammarion  une  bibliothèque  et  y  fait  paraître  tous  ses  ouvrages.  Au-­‐delà  
des  problématiques  qu’il  aborde,  son  succès  est  dû  à  son  premier  ouvrage  :  «  Les  lois  psychologiques  
de  l’évolution  des  peuples  »  en  1984.  Livre  qui  s’inscrit  dans  le  racisme  ambiant  de  l’époque  où  les  
peuples  ont  différentes  manières  d’évoluer.  Du  point  de  vue  politique,  Le  Bon  est  considéré  comme  
un  antidémocrate  et  un  antisocialiste.  Il  fait  aussi  partie  du  monde  intellectuel  et  politique,  et  a  donc  
une   tendance   à   défendre   sa   situation   sociale.   Par   exemple,   il   veut   développer   l’instruction  
professionnelle.  La  seule,  selon  lui,  à  satisfaire  au  prolétariat.  
 
Quel  est  le  contexte  scientifique  de  la  psychologie  des  foules  ?  On  peut  rajouter  la  psychologie  de  
Ribot,  considéré  comme  le  fondateur  de  la  psychologie  française.  Il  met  en  relief  l’importance  de  la  
dimension   non   rationnelle.   C’est   donc   notre   perspective   qu’il   reprend   dans   son   travail.   Il   fait   aussi  
référence  à  la  théorie  de  la  suggestion  hypnotique  de  Charcot  (Ecole  de  la  Salpêtrière).  Le  contexte  
politique  et  social,  lui,  est  toujours  le  même  :  la  foule  traumatise  les  élites.  
 
Le   premier   objectif   de   la   psychologie   des   foules,   est   d’élaborer   une   théorie   explicative   des  
comportements  sociaux,  mais  aussi  d’étudier  les  modifications  que  l’individu  subit  dans  la  foule.  Ces  
tentatives   de   comprendre   sont   liées,   selon   Le   Bon,   à   une   question   d’actualité.   Parce   que   l’âge   où  
nous   entrons   sera   véritablement   l’ère   des   foules.   «  …  »Aujourd’hui   «  …  »   la   voix   des   foules   est  
devenue   prépondérante.   Elle   dicte   aux   rois   leur   conduite.   La   foule,   pour   Lebon,   est   un   lieu   où   se  
produit  un  effacement  de  l’individualité.  La  foule  psychologique,  est,  pour  lui,  différente  d’un  simple  
rassemblement.  
 
Il  y  a  donc  4  objectifs  à  la  Psychologie  des  foules  :  
1)  Elaborer  une  théorie  explicative  des  comportements  sociaux  
2)  Etudier  les  modifications  que  l’individu  subit  dans  la  foule  
3)  Une  question  d’actualité  (ère  actuelle)  
4)  Une  utilité  de  propos  (intérêts  pour  gouverner)  
 
La  nature  des  foules  :  
Dans   certaines   circonstances   données,   une   agglomération   d’homme   possède   des   caractères  
nouveaux  fort  différents  de  ceux  de  chaque  individu  qui  la  compose.  Le  fait  qu’ils  soient  ensemble  les  
dote  d’une  «  âme  collective  ».  L’homme,  en  foule,  est,  selon  Le  Bon,  un  être  hypnotisé,  esclave  de  
celui  qui  le  dirige  à  son  gré.  
 
La  conduite  des  foules  obéit  à  un  caractère  irrationnel.  Elles  sont  :  
 
-­‐ Crédules  
-­‐ Simplistes   –   Les   foules   ont   des   sentiments   simples,   exagérés.   Des   sentiments   extrêmes,   et  
donc  dangereux.  
-­‐ Impulsives  –  Conduites  par  l’inconscient,  donc  très  difficiles  à  gouverner.  Raison  pour  laquelle  
elles  possèdent  un  sentiment  de  puissance  invincible.  
-­‐ Intellectuellement  inférieures  à  l’homme  isolé  –  La  raison  disparaît,  et  devient  une  déraison  
collective.  L’irrationalité  domine.  
-­‐ Primitives  –  Leur  comportement  «  primitif  »  est  une  régression  psychique.  
-­‐ Morales   –   Si   elles   sont   capables   de   meurtre,   elles   sont   aussi   capables   de   sacrifier   leurs  
idéaux.  
 
Les   comportements   irrationnels   des   individus   dans   la   foule   sont   donc   dus   au   nombre,   à   la   contagion,  
et  à  la  suggestion  donnée  par  les  meneurs.  Les  meneurs  sont  importants  selon  Le  Bon.  
 
Le  meneur  :  
 
Les  foules  sont  comme  un  troupeau  d’animaux  qui  exigent  d’être  dominées.  Il  faut  donc  des  meneurs  
et  du  leadership,  mais  Le  Bon  réfléchit  aussi  aux  techniques  du  meneur.  
 
Les  techniques  du  meneur  sont  :  
 
-­‐ L’affirmation   –   Affirmer   des   mots   d’ordre   simples,   impressionner   la   foule,   utiliser   des  
sentiments,  des  images  suggestives.  Pas  besoin  d’argumenter.  
-­‐ La  répétition  –  Idée  du  martèlement.  
-­‐ La  contagion  –  Imprégnation  de  l’inconscient.  Ce  sont  les  suggestions  présentées  sous  formes  
d’images  (images  mentales  :  idée,  paix,  …)  
 
Le   prestige   –   Fascination   que   le   meneur   exercerait   sur   la   foule   et   pourrait   exercer   de   différentes  
manières.  Cela  peut  être  un  prestige  acquis,  ou  un  prestige  personnel.  
 
Retombées  politiques  :  
 
Si,  selon  Le  Bon,  la  démocratie  est  l’âge  des  foules,  et  que  l’âge  des  foules  est  l’âge  de  la  violence  et  
de   l’irrationalité,   alors   la   démocratie   est   la   violence   et   l’irrationalité.   Que   faire   alors   ?   Il   faut  
découvrir   un   meneur,   idéalement   issu   du   même   milieu   que   les   foules,   et   gouverner   celles-­‐ci   en  
utilisant  leur  imagination.  
 
Son   argumentation   simple   est   la   clé   de   son   succès.   Ses   formules   nettes   et   répétées,   sa   facilité   de  
lecture   et   son   talent   de   vulgarisateur   font   que   c’est   très   convaincant.   Il   donne   l’impression  
d’apporter   beaucoup   à   la   science,   alors   que   la   foule   est   une   notion   confuse   et   qu’il   manque   de  
rigueur.  Son  travail  comporte  beaucoup  d’apories.  (aporie  =  difficulté  à  résoudre  un  problème.  Pour  
Aristote,   c'est   une   question   qui   place   le   lecteur   ou   l'auditeur   dans   l'embarras   pour   trancher   entre  
deux   affirmations.   Le   sens   actuel   d'aporie   est   plus   fort   et   concerne   tout   problème   insoluble   et  
inévitable).  
 
Gabriel  de  Tarde  :  
 
Gabriel  de  Tarde  (1843  –  1904)  cherche  à  réévaluer  la  politique  de  masse  et  pose  donc  les  premiers  
éléments   d’une   science   de   l’opinion   publique.   Ses   théories   peuvent   être   considérées   comme   les  
premières  réflexions  d’une  théorie  de  la  communication  de  masse.  
 
Il  réalise  des  études  en  droit  et  devient  substitut  procureur  de  la  République,  puis  juge  d’instruction.  
Il  est  criminologue  et  critique  aussi  Lombroso  pour  son  réductionnisme,  notamment  le  caractère  inné  
du  crime.  Mais  il  est  aussi  très  critique  envers  Le  Bon.  Il  ne  peut  accorder  à  Le  Bon  que  nous  sommes  
à   l’ère   des   foules.   Il   soutient   que   nous   sommes   à   l’ère   du   public   ou   des   publics,   ce   qui   est   très  
différent.  «  On  a  fait  la  psychologie  des  foules  ;  il  reste  à  faire  la  psychologie  du  public  »  
 
Foule   Public  
«  Faisceau   de   contagions   psychiques   produites   «  Collectivité   purement   spirituelle  »  ;   «  groupe  
par   des   contacts   physique  »  ;   rapprochement   tout   psychologique   d’état   d’esprit   en   voie   de  
des  corps,  hypnose  (Cf.  Le  Bon)   perpétuelle  mutation  »  
Groupe   social   du   passé   incapable   de   s’étendre   Groupe   social   de   l’avenir,   indéfiniment  
au-­‐delà  d’un  faible  rayon  :  auditoires  de  lectures   extensible  
publiques,  foires,  pèlerinages.  
 
Selon  Tarde,  la  foule  est  un  groupe  social  du  passé  incapable  de  s’étendre  au-­‐delà  d’un  faible  rayon,  
alors  que  le  public  est  le  groupe  social  de  l’avenir,  et  peut  s’étendre.  Le  public  n’a  pu  commencer  à  
naître  qu’après  le  premier  grand  développement  de  l’invention  de  l’imprimerie  au  XVIème  siècle.  Le  
transport  de  la  force  à  distance  n’est  rien  comparé  à  ce  transport  de  la  pensée  à  distance.  
 
Donc  selon  Tarde,  le  public  n’a  pu  naître  qu’après  les  grandes  inventions  du  19ème  Siècle.  
 
Presse  et  public  :  
 
C’est  la  presse  qui  voit  la  naissance  du  public.  Elle  exerce  une  influence  dessus  par  :  
• La  simultanéité  de  la  lecture  
• La   suggestion   à   distance   –   sentiment   que   d’autres   personnes   lisent   le   même   journal   au   même  
moment.  
• La  suggestion  à  proximité  –  sentiment  d’identité  
• Pouvoir  des  publicistes  sur  les  publics  –  Si  les  foules  peuvent  être  criminelles,  les  publics  aussi,  et  
les  publicistes  plus  encore.  
 
Le  public,  dit  Tarde,  est  conscient  du  pouvoir  de  la  presse.  C’est  pourquoi  chaque  organisation  veut  
avoir  son  journal.  
 
Opinion  et  conversation  :  
Le   travail   de   Tarde   est   une   théorie   de   la   communication   de   masse,   mais   avec   une   conscience   du   rôle  
de  la  communication  personnelle.  
 
La  conversation  :  
«  Tout   dialogue   sans   utilité   directe   et   immédiate,   où   l’on   parle   surtout   pour   parler,   par   plaisir,   par  
jeu,  par  politesse.  »  
 
«  Si   on   ne   causait   pas   les   journaux   auraient   beau   paraître   (…).   Ils   seraient   comme   une   corde   vibrante  
sans  table  d’harmonie.  »  
 
«  Ce   ne   sont   pas   tant   les   conversations   et   discussions   parlementaires   qu’il   importe   politiquement   de  
considérer,  que  les  conversations  et  discussions  privées.  »  
 
«  Les  cafés,  les  salons,  les  boutiques,  les  lieux  quelconques  où  l’on  cause,  sont  les  vrais  fabriques  du  
pouvoir.  »  
 
 La  conversation  informelle  joue  donc  un  précieux  rôle.  
 
Si,  selon  Tarde,  la  conversation  est  si  importante,  c’est  parce  que  :  
-­‐ elle  est  l’apogée  de  l’attention  spontanée.    
-­‐ elle  est  l’agent  le  plus  puissant  de  l’imitation,  de  la  propagation  des  sentiments  et  des  modes  
d’action.    
-­‐ il  y  a  une  proximité  entre  les  locuteurs  et  la  spontanéité.  
 
Rôle  politique  de  la  conversation  :  
 
La  famille,  l’école,  la  prédication,  les  livres,  les  journaux  influencent    la  conversation  et    l’opinion.  
L’opinion   influence   le   pouvoir…   mais   le   pouvoir   n’évoluerait   pas   s’il   n’était   pas   divulgué   par   la   presse  
et  alimenté  par  la  conversation.  
 
 
1914-­‐  1918.  Propagande,  Etat  et  guerre  totale.  
 
La  1ère  guerre  mondiale  constitue  la  1ère  guerre  de  masse.  Des  structures  étatiques  et  paraétatiques  
sont   construites   un   peu   partout.   C’est   à   cette   époque   que   la   propagande   devient   une   arme   de  
guerre.  
 
Lors  de  la  1ère  guerre  mondiale,  on  parle  de  guerre  totale  car  elle  touche  à  tous  les  domaines  de  la  
société.  Elle  consiste  en  deux  points  importants  :  
-­‐ Effacement  des  frontières  entre  civils  et  militaires  
-­‐ Mobilisation  de  la  population  et  de  l’industrie  
 
De  plus,  cette  guerre  ne  fut  pas  limitée  à  l’Europe.  Elle  s’est  étendue.  
 
Les  civils  sont  affectés  directement  par  la  guerre  même  s’ils  ne  combattent  pas  :  
 
• Invasions  -­‐  Lors  des  invasions,  les  civils  sont  vulnérables  et  deviennent  la  cible  de  violences.  
• Mythe   du   franc-­‐tireur   -­‐   On   représente   souvent   le   soldat   en   tant   que   civil   armé.   On   prend  
conscience  que  l’ennemi  n’est  pas  forcément  un  militaire.  Le  franc-­‐tireur  mène  une  sorte  de  guérilla  
contre  les  allemands.  
• Les  bombardements  -­‐  La  1    Guerre  mondiale  est  la  première  guerre  avec  bombardements  aériens.  
ère

Les  civils  peuvent  donc  être  touchés,  même  s’ils  ne  sont  pas  sur  le  front.  
• Mort   de   masse   -­‐   Pour   chaque   homme   mort,   une   famille   est   en   deuil.   Le   deuil   devient   une  
expérience  commune,  de  masse,  générale.  
• Omniprésence  -­‐  La  guerre  entre  dans  toutes  les  tranches  d’âge,  dans  toutes  les  classes  sociales.  Elle  
est  omniprésente.  
 
1)  Guerre  et  mobilisation  :  
 
Mobilisation  de  la  population  et  de  l’industrie  ?  
 
On  demande  à  la  population  et  à  l’industrie  de  participer  à  l’effort  de  guerre.  
 
-­‐  Sur  le  front  intérieur  en  modifiant  l’économie  par  rapport  à  la  guerre  
-­‐  En  créant  des  organismes  étatiques  contrôlant  l’économie  et  mobilisant  la  population  pour  
soutenir  l’effort  de  guerre  
-­‐ En   augmentant   le   taux   d’occupation   des   femmes.   On   observe   alors   une   présence   massive   de  
femmes   à   l’usine.   Elles   remplacent   les   hommes   partis   au   front.   Elles   deviennent   donc   une  
cible  de  propagande.  
 
Notons   que   le   taux   d’occupation   des   femmes   est   moins   élevé   en   Allemagne   qu’ailleurs   car   les  
Allemands  peuvent  se  servir  des  prisonniers  de  guerre  pour  remplacer  les  soldats  partis  au  front.  
 
La  communication  de  masse  s’adapte  à  cette  guerre.  La  guerre  mondiale  permet  le  développement  
de  la  communication  à  distance,  et  la  guerre  totale  possède  une  forte  dimension  psychologique.  
 
Exploitation  de  nouvelles  techniques  de  communication  à  des  fins  militaires  :  
 
Le  câble  télégraphique  et  téléphonique,  ainsi  que  le  télégraphe  sans  fil  et  la  radio,  sont  utilisés  à  un  
usage  stratégique  (comme  contrer  les  mesures  de  blocus).  
 
Il  existe  3  axes  stratégiques  majeurs  du  point  de  vue  radiophonique  :  
• Allemagne/Etats-­‐Unis/Afrique  
• France/Russie  
• Etats-­‐Unis/France  
 
Les  liaisons  radios  répondent  à  une  demande  politique  et  militaire.  L’aviation  tire  profit  de  ce  type  de  
communication  pour  élaborer  des  stratégies  en  temps  réel.    
 
Forte  dimension  psychologique  :  
La   guerre   totale   possède   une   forte   dimension   psychologique.   Tout   le   monde   est   la   cible   de   la  
propagande.  Les  médias  sont  mobilisés.  
 
 
En   effet,   la   presse   est   la   première   touchée.   Dans   un   premier   temps,   il   s’agit   de   lui   imposer   une  
attitude  de  censure.  Par  la  suite,  des  activités  de  structuration  de  la  presse  verront  le  jour.  On  verra  
apparaître  une  presse  de  tranchées  destinée  à  soutenir  le  moral  des  troupes.  
 
La  propagande  exploite  :  
• La  presse  illustrée  à  grand  tirage  
• Les  affiches  
• Les  cartes  postales  
• Les  pamphlets  
• Les  tracts  
• Le  cinéma  documentaire  
 
Les   pamphlets   et   les   tracts   servent   le   plus   souvent   à   la   contre-­‐propagande   et   sont   distribués   par  
avions  car  ils  sont  légers.  Le  but  des  pamphlets  est  en  général  de  miner  le  moral  des  adversaires.  
 
2)  Orchestrer  la  propagande  :  
 
On   multiplie   les   cibles   et   les   objectifs   de   la   propagande.   Les   cibles   sont   le   front   extérieur   au   sens  
large  (alliés,  neutres,  ennemis),  et  le  front  intérieur  (populations  civiles,  soldats).  
 
Les  communications  ont  plusieurs  objectifs  :  
1)  forger  la  conviction  et  mobiliser  la  haine  contre  l’ennemi.  C’est  une  diabolisation  de  l’adversaire.  
2)  entretenir  l’amitié  des  alliés  et  des  neutres.  Par  exemple,  on  fait  parvenir  aux  USA  des  récits  des  
atrocités  ennemies.  
3)  tenter  de  miner  le  moral  des  adversaires  via  la  contre-­‐propagande  comme  les  tracts  et  pamphlets.  
 
Caractéristiques  de  la  propagande  de  la  1ère  guerre  mondiale  :  
 
• Rationalisation  des  activités.  L’Etat  devient  acteur  de  la  propagande  
• Campagnes  de  recrutement  (reproduction  des  mêmes  schémas  un  peu  partout)  
 
Propagande  d’Etat  :  
 
En   Allemagne,   il   y   a   deux   organismes   chargés   de   la   propagande   :   le   ministère   des   affaires   étrangères  
et   l’Etat   major   impérial.   Mais   ces   deux   organismes   paralysent   le   système.   On   crée   donc   un   service  
unique  à  trois  branches  :  
1.  Censure  
2.  Propagande  interne  
3.  Propagande  externe  
 
Mais   il   n’existe   pas   encore   de   véritables   études   sur   la   propagande.   Certaines   contestent   donc  
l’efficacité   de   la   propagande   allemande.   En   France,   au   début   de   la   guerre,   rien   n’est   prévu   pour   la  
propagande.   Elle   se   fait   via   des   organismes   privés.   On   se   rend   compte   qu’un   service   de  
documentation  est  nécessaire  pour  bien  construire  les  stratégies  de  propagande.  On  étudie  donc  la  
presse  étrangère.  C’est  en  France  que  naît  l’idée  de  distribution  aérienne  de  tracts.  
En  1916  est  créée  une  maison  de  la  presse  qui  va  aider  à  la  propagande.  Ce  n’est  qu’après  qu’il  y  aura  
un  service  de  documentation.    
Deux   directions   à   la   propagande   française   :   vers   les   ennemis   et   vers   les   neutres.   Notons   que   de  
fausses   informations   circulaient.   Lorsque   les   gens   s’en   sont   rendus   compte,   ils   ont   parlé   de   «  
bourrage  de  crâne  ».  
 
En  Angleterre,  on  commence  la  propagande  via  des  organismes  privés.  Ils  s’organisent  petit  à  petit  et  
sera   finalement   créé   un   bureau   de   presse   qui   organise   la   censure   afin   de   contrôler   la   presse.   Ensuite  
sera   créé   un   bureau   secret   de   la   propagande   (car   elle   ne   doit   pas   être   voyante).   En   1918   sera   créé   le  
premier  ministère  de  la  propagande,  confié  à  des  patrons  de  presse.  
 
Aux   Etats-­‐Unis,   le   président   Wilson   fait   face   à   des   difficultés   pour   instaurer   la   censure   car   le   1er  
amendement   garantit   la   liberté   de   la   presse.   On   crée   donc   une   agence   dont   les   mots   d’ordre   sont  
«expression,   not   suppression   ».   En   1917,   on   appelle   John   Creel,   un   journaliste   célèbre,   pour   prendre  
la  tête  du  Committee  on  Public  Information.  Ce  comité  aura  deux  objectifs  :  la  censure  et  la  publicité.  
Les  collaborateurs  de  ce  comité  sont,  entre  autres,  Walter  Lippmann  et  Edward  Bernays.  
 
Au  départ,  les  journalistes  sont  défavorables  à  la  création  de  cet  organisme,  mais  Wilson  affirme  qu’il  
n’y   aura   pas   de   censure,   mais   il   demande   aux   journalistes   de   s’autocensurer   selon   certaines   règles  
définies   dans   un   document   distribué   à   la   presse.   Bien   qu’il   soit   impossible   de   donner   des   règles  
strictes,  certaines  existent  :  
 
• Les  sujets  militaires  ne  sont  pas  publiables  
• Certains  sujets  doivent  faire  l’objet  d’une  vérification  
• Les  sujets  qui  ne  touchent  pas  à  la  guerre  sont  tout  à  fait  libres  d’être  traités  
 
 La  structure  du  CPI  :  
1)        La  Foreign  Section  s’occupe  du  mythe  de  la  réalisation  d’un  monde  meilleur,  d’une  paix  mondiale  
après  cette  guerre.  
2)   La   Domestic   Section   se   compose   d’environs   15   divisions   spécialisées.   C’est   une  
professionnalisation  croissante  de  la  propagande.  (division  film,  division  of  advertising,…)  
 
Caractéristiques  générales  de  la  propagande  de  la  1ère  Guerre  mondiale  
-­‐ Propagande  privée,  puis  d’Etat  
-­‐ Institutionnalisation  de  la  propagande  
-­‐ Peu  d’innovations  techniques,  mais  orchestration  et  coordination  qui  comblent  ce  déficit  
-­‐ On  considère  encore  que  la  propagande  est  un  phénomène  exceptionnel  qui  disparaîtra  à  la  
fin  de  la  guerre  
 
A  l’époque  apparaît  la  notion  de  bourrage  de  crâne,  synonyme  négatif  de  propagande  pour  certains.  
 
3)  Etudier  la  propagande  :  
 
La   1ère   Guerre   mondiale   a   été   un   moment   charnière   dans   la   propagande   où   tous   les   Etats   ont   le  
même  objectif  :  miner  l’ennemi.  La  propagande  commence  à  être  considérée  comme  une  véritable  
arme.   Des   études   sont   réalisées   par   des   militaires   et   des   académiques   et   apparaît   le   terme   «  
bourrage   de   crâne   ».   C’est   le   début   d’une   réflexion   sur   la   propagande   et   ses   techniques.   Cela   dit,  
c’est  surtout  après  la  guerre  qu’il  y  aura  un  grand  intérêt.  
 
La  propagande  est  parfois  considérée  comme  une  cause  explicative  de  victoire  ou  de  défaite.  
 
Gustave   Le   Bon,   par   exemple,   parle   de   «   psychologie   des   temps   nouveaux   »   lors   de   la   1ère   guerre  
mondiale.  
Harold   Lasswell,   lui,   est   un   des   fondateurs   de   l’étude   de   la   communication   de   masse.   Il   a   étudié   à  
l’Université   de   Chicago.   Selon   lui,   le   gouvernement   de   l’opinion   est   l’élément   clé   des   guerres  
nouvelles.   Il   a   écrit   «   Techniques   de   propagande   de   guerre   »,   qui   décrit   comment   la   propagande   sert  
à   expliquer   les   victoires   et   défaites   de   la   guerre.   La   théorie   de   la   massification   et   de   la   seringue  
hypodermique  auront  une  forte  influence  à  l’époque.  
 
Dans  Mein  Kampf,  Hitler  reflète  la  vision  de  la  propagande  comme  d’une  arme  terrifiante  pour  qui  
sait  s’en  servir.  
 
On   conceptualise   donc   la   propagande   comme   une   «   arme   de   guerre   ».   On   prend   conscience   de  
l’importance  de  la  propagande,  comme  l’explique  le  Colonel  Schiffer.  
 
Après  la  1ère  Guerre  mondiale,  on  étudie  la  propagande  (les  militaires  et  académiques)  sur  son  rôle  
pendant  la  guerre.  C’est  un  sujet  à  caractère  international  puisque  son  concept-­‐clé  à  l’époque  est  la  
massification.   L’importance   des   médias   prend   aussi   tout   son   sens.   On   étudie   leur   contenu   pour  
identifier   des   règles,   des   lois,   et   le   principe   général   de   la   propagande   pour   les   codifier.   C’est   l’idée  
aussi  qu’il  faut  injecter  de  bons  arguments.  On  essaye  d’élaborer  des  recettes.  
 
Exemple  de  recette  :  «  toute  la  culpabilité  doit  être  placée  de  l’autre  côté  de  la  frontière  (…)  Pour  ce  
qui   concerne   les   buts   de   guerre,   notons   que   les   guerres   se   font   presque   toujours   au   nom   de   la  
sécurité  et  de  la  paix.  »  de  Croller.  
 
La   propagande   est   une   technique   neutre,   mais   il   faut   savoir   l’utiliser,   et   son   utilisation   peut   être  
bonne  ou  mauvaise.  Les  Etats  doivent  savoir  utiliser  la  propagande.  
 
NOTION  DE  RELATIONS  PUBLIQUES  ENTRE  INFORMATION,  PROPAGANDE  ET  PUBLICITE.  
 
Définition(s)  des  relations  publiques  :  
La   définition   de   Relations   publiques   n’est   pas   aisée.   La   question   est   sujette   à   débat.   En   effet,   on  
remarque  une  différence  entre  les  documents  légitimant  la  profession  (pas  de  la  propagande)  et  les  
documents   de   travail   (internes)   qui   reflètent,   eux,   la   propagande.   La   définition   est   donc   difficile  
puisqu’elle  dépend  des  sources  que  l’on  sélectionne.    
 
On   peut   commencer   par   prendre   la   définition   de   1950   qui   voit   les   relations   publiques   comme   un  
ensemble   d’actions   systématiques   en   vue   d’améliorer   les   relations   avec   les   différents   publics   ;  
produire   une   confiance,   produire   un   capital   de   sympathie.   Une   notion   différente   donc,   de   celle   de  
vaincre  ou  convaincre.  
 
Mais   plus   généralement,   les   Relations   publiques   se   définissent   comme   un   ensemble   de   techniques  
de   communication   destinées   à   donner   une   image   favorable   d’une   organisation   publique   ou   privé,  
développer  une  relation  de  confiance  entre  cette  organisation  et  ses  publics  (internes  et  externes).  
 
L’activité  possède  deux  pôles  :    
1)   interne   puisqu’il   faut   renforcer   la   cohésion,   affirmer   une   culture   d’entreprise,   motiver   les  
travailleurs  
2)  externe  pour  développer  de  bonnes  relations  avec  les  publics  extérieurs.  
=>   Les   moyens   pour   développer   ces   deux   pôles   sont   très   diversifiés   :   journal   d’entreprises,   portes  
ouvertes,  …  
 
NAISSANCE  DES  RP  :  
 
Les  relations  publiques  ont  une  histoire  dont  les  racines  remontent  à  la  fin  du  19ème  siècle  dans  le  
contexte   de   la   communication   de   masse   aux   USA.   Elles   resteront   d’ailleurs   américaines   jusqu’à   la   fin  
de  la  2nde  Guerre  mondiale.  En  fait,  elles  se  développent  en  Europe  avec  le  Plan  Marshall  après  la  
guerre.  Ce  qui  coïncide  d’ailleurs  avec  le  bannissement  du  terme  «  propagande  »  pour  le  remplacer  
par   «   relations   publiques   ».   L’Europe   a   donc   60   ans   de   retard   sur   les   Etats-­‐Unis,   où   ce   sont   des  
services   privés   qui   gèrent   les   relations   publiques.   Raison   pour   laquelle   les   1ers   livres   sur   les   relations  
publiques   sont   écrits   dans   le   cadre   d’histoire   d’entreprise,   comme   les   livres   de   Roland   Marchal   ou  
Stuart  Ewen.  
 
D’autre   part,   Le   terme   «   relations   publiques   »   s’affirme   pour   la   première   fois   dans   une   revue  
annuelle   en   pleine   révolution   industrielle.   C’est   pourquoi   cette   notion   de   relations   publiques   et  
d’histoire  de  l’entreprise  sont  liés.  
 
Fin   du   19ème   siècle,   c’est   la   2nde   révolution   industrielle.   Les   grandes   entreprises   se   créent   par  
vagues   de   fusions.   C’est   le   capitalisme   sauvage.   On   assiste   à   la   naissance   d’entités   énormes   dans  
lesquelles  on  recherche  l’efficacité.  On  veut  organiser  le  travail  scientifiquement.  Les  entreprises  se  
déshumanisent,   grâce   aux   relations   publiques   l’âme   de   la   société   peut   se   construire...L’importance  
des   RP   se   fait   ressentir   aussi   bien   pour   l’externe   que   pour   l’interne   puisque   le   taylorisme   introduit   la  
notion  de  motivation  du  travail,  et  de  son  monitorage.  La  question  de  la  productivité  est  essentielle  
dans  les  relations  publiques.  On  s’aperçoit  que  si  le  travailleur  se  sent  bien,  le  rendement  s’améliore.  
 
Les  pionniers  de  la  relation  publique  :  
 
On  peut  considérer  qu’il  y  a  deux  pionniers  fondamentaux  :  Ivy  Ledbetter  Lee,  et  Edward  Bernays.  
 
Ledbetter  Lee  est  un  journaliste  freelance.  Il  fonde  la  3ème   agence  de  relations  publiques  aux  USA.  Il  
essaie  de  légitimer  sa  profession,  notamment  dans  son  livre  :  «  Declaration  of  principles  ».  
Il  différencie  la  propagande  des  relations  publiques  par  le  principe  de  confiance.  
 
En  1906,  il  y  a  un  grave  accident  de  train.  Il  travaille  alors  pour  la  Pennsylvania  Railway,  qu’il  convainc  
de   dire   la   vérité.   Il   invente   donc   le   communiqué   de   presse.   Il   faut   informer,   communiquer   avant   que  
les  autres  ne  le  fassent.  Suite  à  son  succès,  il  passera  à  la  direction,  et  dira  que  les  relations  publiques  
doivent  être  proches  de  la  direction.  
Un   autre   travail   important   est   celui   pour   la   famille   Rockefeller.   En   1913   et   1914,   il   y   a   plusieurs  
grèves   dans   les   mines,   notamment   au   Colorado.   En   répression,   les   industries   minières   engagent   la  
Colorado   National   Guard   pour   exclure   les   grévistes.   C’est   le   massacre   de   Ludlow   où   lors   d’un  
affrontement  deux  femmes,  douze  enfants,  six  mineurs,  et  un  garde  furent  tués.  
Ce  fut  un  véritable  scandale.  L’entreprise  de  Rockefeller  fit  donc  appel  à  Ivy,  qui  propose  des  actes  de  
philanthropie   pour   augmenter   le   capital   confiance.   L’action   a   eu   du   succès,   puisqu’encore  
aujourd’hui,  lorsque  l’on  parle  de  Rockefeller,  c’est  pour  ses  actions  philanthropiques.  
 
Edward  Bernays  
 
Edward  Bernays  est  diplômé  en  agriculture.  Il  devient  journaliste,  puis  publiciste  à  21  ans.  Sa  famille  
quitte  Vienne  pour  New-­‐York  en  1892.  Une  fois  publiciste,  il  devient  une  sorte  d’intermédiaire  entre  
le  public  et  les  entreprises.  Il  ne  se  contente  pas  d’informer,  mais  suggère  aux  entreprises  de  faire  de  
la  publicité.  Mais  Bernays  travaille  aussi  dans  le  CPI,  un  bureau  de  propagande,  ce  qui  légitime  son  
travail.   Après   la   1ère   guerre   mondiale,   il   peut   finalement   afficher   son   titre   :   conseiller   juridique.   Il  
appelle  son  bureau  :  le  bureau  de  relations  publiques.  
 
Son  travail  possède  trois  caractéristiques  :  
-­‐ Le  succès  dans  les  campagnes  qu’il  mène  pour  les  entreprises.  
-­‐  Le  souci  qu’il  a  d’appuyer  les  relations  publiques  sur  les  sciences  sociales.  
-­‐  La  volonté  de  fournir  aux  relations  publiques  un  fondement  éthique.  
 
Ses   sources   sont   les   travaux   de   Lebon,   de   Trotter,   de   Pavlov,   et   surtout   de   Freud   (dont   il   est   un  
neveu).  Il  se  sert  d’ailleurs  de  sa  filiation  avec  Freud  pour  promouvoir  ses  théories.  Ses  théories  sont  
claires   et   explicites.   Elles   concernent   les   leaders   d’opinion   et   l’utilisation   des   sondages   comme  
preuves  d’attestation.  Ses  contemporains  le  critiquent  beaucoup  :  ils  le  taxent  de  manipulateur,  de  
propagandiste.  Mais  Bernays  réagit  en  disant  que  le  travail  de  propagande  et  de  relation  publique  est  
nécessaire  dans  une  démocratie.  
 
Mais  c’est  son  profil  de  technicien  qui  est  surtout  mis  en  avant.  C’est  dû  au  fait  qu’il  travaille  pour  des  
causes  très  différentes,  comme  le  Comité  de  citoyens  à  Harlem,  la  sclérose  en  plaques,  le  New  Deal,…  
Il  est  aussi  connu  pour  avoir  amélioré  l’image  de  la  femme  qui  fume.  
En  1928,  il  publie  «   Propaganda   ».   Un   ouvrage   qui   sera   la   carte   de   visite   de   sa   profession   de   relation  
publique.  C’est  une  critique  de  la  démocratie  parlementaire.  
 
«  La  propagande  est  l’organe  exécutif  du  gouvernement  invisible.  »  
 
Il  est  convaincu  que  les  sciences  sociales  sont  importantes  pour  le  pouvoir,  car  elles  permettent  de  
résoudre   les   problèmes   sociaux,   et   donc   de   répondre   à   la   question   des   masses.   Il   faut   donc   que   ceux  
qui   gouvernent   disposent   de   moyens   pour   cristalliser   les   masses,   ce   qui   est   important   avec   la  
séparation  des  pouvoir  et  le  système  mutuel  de  contrôle.  
 
L’idée  que  Bernays  se  fait  des  masses  est  comparable  à  celle  de  Le  Bon.  
 
Fascisme,  masses  et  propagande.  
 
Dans   les   régimes   tels   que   l’Italie   fasciste,   nous   n’étions   pas   en   temps   de   guerre   lors   de   la  
propagande.  Il  s’agit  d’une  propagande  d’état  alors  que  le  pays  n’est  pas  en  guerre.  Le  fascisme  est  la  
dictature   italienne.   Les   régimes   fascistes   (terme   qui   inclut   également   les   nazis,   franquistes,…)   ont  
déjà  fait  l’objet  d’études  dans  l’entre-­‐deux  guerres.  
 
Il  s’agit  d’une  catégorie  générale  pour  désigner  un  ensemble  de  régimes  dictatoriaux  en  Europe,  dans  
l’entre-­‐deux  guerres.  
Les  éléments  définitoires  du  fascisme  :    
•   Le  principe  du  chef  central,  du  leader  charismatique  
•   Le  refus  du  pluralisme  politique  
•   L’adoption  d’une  politique  corporatiste  (corporation  qui  met  ensemble  les  travailleurs  et  les  
patrons).   Ils   empêchent   la   luette   des   classes   en   supprimant   les   syndicats   et   en   créant   des  
organismes  qui  rassemblent  patronnât  et  ouvriers.  
•   Politique  expansionniste  et  militariste  
•   Présence   d’une   idéologie   syncrétique   (il   n’y   pas   de   cohérence,   il   s’agit   d’éléments  
contradictoires   mais   avec   des   points   communs   comme   l’anticommunisme,   le   rejet   du  
pluralisme  politique  ou  le  racisme)  
 
Le  fascisme  italien  a  connu  trois  grandes  étapes  :  
 
1.   la  fondation  du  parti  en  1921  
2.   le  Régime  de  1922  à  1943  (Ventennio)  
3.   la  République  de  Salò  de  1943  à  1945  qui  est  la  phase  républicaine  (non  abordée  ici)  
 
1.   De  1919  à  1922  :  la  prise  de  pouvoir  
 
•   apparaît   dans   le   contexte   de   l’Italie   d’après   guerre   :   Il   y   a   eu   énormément   de   pertes  
humaines   et   les   traites   de   paix   sont   désillusoires   car   l’Italie   n’a   pas   obtenu   les   territoires  
souhaités  (Victoire  Mutilée).  Durant  deux  ans,  on  observe  une  crise  sociale,  économique  et  
politique   car   il   y   a   une   démobilisation   de   la   société   et   car   il   faut   affronter   le   reconversion  
industrielle  (Bienno  Rosso)  
•   Benito  Mussolini  fonde  en  1929,  à  Milan,  les  «  Fasci  Italiani  di  Combattimento  ».  Il  réunit  les  
anciens   combattants   déçus.   On   voit   apparaître   une   volonté   anticléricale   et   une   idéologie  
confuse  avec  comme  point  central  l’anticommunisme.  
Leurs  premières  actions  visent  à  empêcher  la  parution  des  journaux.  Les  bandes  fascistes  se  
mettent   alors   au   service   des   entreprises   et   font   des   expéditions   punitives   vis-­‐à-­‐vis   des  
masses  prolétaires  
•   Le   Parti   National   Fasciste   (PNF)   est   créé   en   1921.   Il   s’agit   d’un   parti   de   droite   qui   place   au  
centre   de   son   programme   la   reconstruction   de   la   nation   et   la   fin   de   la   lutte   des   classes.   C’est  
un   parti   de   masse   moderne.   La   chemise   noire   deviendra   un   symbole   militaire   de  
l’organisation.  
•   En   1922   a   lieu   la   «   Marche   sur   Rome   »   pour   prendre   le   pouvoir.   Elle   représente   une   solution  
 pour   ceux   qui   craignent   le   communisme.   C’est   la   marche   des   chemises   noires   (signes   des  
membres  du  parti).  Le  Président  va  alors  remplacer  le  Président  du  Conseil  par  Mussolini  et  le  
charge  de  former  un  gouvernement.  
 
1. De  1922  à  1926  :  Etablir  la  dictature  
 

• Le  premier  gouvernement  de  Mussolini  ne  diffère  pas  beaucoup  des  autres  (gouvernement  
de  coalition).  Puis,  il  va  prendre  trois  mesures  qui  prouvent  un  changement  radical  :  
-­‐  la  Milizia  Voluntaria  Sicurezza  Nazionale  

-­‐  il  Grand  Consiglio  del  Fascismo  (pour  relier  les  institutions  publiques).  

-­‐   tentative   de   fasciser   les   symboles   de   l’Etat   (en   1923   timbre   avec   le   symbole   du   parti   pour   fêter  
l’anniversaire  de  la  marche)  

• Elections  de  1924  et  le  délit  de  Matteotti  :  


Grâce   à   une   réforme   électorale,   il   y   a   une   victoire   de   la   liste   de   Mussolini.   Giacomo   Matteotti  
dénonce   les   fraudes   et   demande   l’annulation   de   ces   élections.   Il   sera   enlevé   puis   assassiné.   Les  
députés  de  l’opposition  vont  partir.  

• En   1925,   l’opposition   est   supprimée.   Le   PNF   devient   parti   unique.   En   1926,   les   lois  
«  fascistissimes  »   suppriment   les   autres   partis,   les   syndicats   et   permettent   d’emprisonner   les  
antifascistes.  
 
2. De  1926  à  1935  :  Contrôle  et  consensus  
 

• Il  faut  provoquer  l’adhésion  des  masses  via  un  consensus  


• En  1929,  Concordat  avec  le  Vatican  :  la  religion  catholique  devient  religion  d’Etat  et  l’Eglise  
reconnaît  l’état  fasciste  =>  ce  dernier  récompense  le  Vatican  avec  des  privilèges  (  les  Catholiques  
adhèrent  à  l’Etat  fasciste.  
• Il   y   a   des   politiques   scolaires   des   organisations   de   jeunesse,   une   fascisation   de   la   vie  
culturelle  et  des  loisirs  (Dopolavoro)  
• Politique  de  grands  travaux,  bataille  du  blé  
• Propagande  
 
 Propagande  

Tient  en  deux  phases  :  

1.  années  20  «  Contrôler  la  presse  »  


 

• interdiction  des  journaux  antifascistes  (1926)  


• fascisation   de   la   presse   libérale   pour   toucher   la   bourgeoisie   (pour   être   journaliste,   on   doit  
faire  partie  de  l’Ordre  des  journalistes  et  pour  en  être  membre  il  faut  être  membre  du  parti.  
• Censure  préventive  des  journaux  
 

2. années  30  :  «  Aller  aux  masses  »  


 

• insuffisance  de  la  censure  :  il  faut  orienter  les  journaux  et  exploiter  les  autres  mass  médias  
comme  la  radio  (production  de  radios  bon  marché),  le  cinéma  (création  de  Cinecittà)  et  la  presse  
• Le  Ministère  de  la  presse  et  de  la  propagande  (1935),  puis  Ministère  de  la  Culture  populaire  
voient  le  jour.  
 

Fascisme  et  propagande  :  

  Contrôle  et  orientation  des  mass-­‐médias  (presse,  radio,  cinéma)  

  Théâtre,  arts,  architecture  

  Initiatives  de  masse,  rassemblements,  fêtes  

  Symboles  et  rituels  politiques.  C’est  nécessaire  pour  rendre  le  fascisme  directement  accessible  aux  
masses.  Ils  utilisent  un  passé  glorieux  :  la  Rome  Antique.  

Une  étude  de  cas  :  le  fascisme  italien  

a. La  Rome  Antique  et  la  romanité  fasciste  :  


 

L’image   de   la   Rome   Antique   est   une   sorte   de   réservoir   inépuisable   d’images  ;   cette   image   permet   de  
donner   du   crédit   au   fascisme.   C’est   spécifique   au   fascisme   puisque   ces   images   sont   liées   au   passé  
glorieux  de  la  nation  italienne.  

  La  langue.    

«  Manipules,   centuries,   cohortes,   légions  »   sont   des   termes   utilisés   dans   l’armée   fasciste.   Il   s’agit  
d’une  utilisation  créative.  
«  Duce-­‐   Dux  »   voulait   dire   dans   le   monde   romain   chef   en   général.   Cette   précieuse   imprécision  
renvoie  également  à  la  monarchie.  

  «  Noël  de  Rome  »  :  institutionnalisation  du  21  avril.  

La   fête   de   la   naissance   de   Rome   existait   dans   un   cadre   local,   ensuite   elle   devient   le   symbole   du  
fascisme.  Il  s’agit  d’une  renaissance  de  la  nation  mais  le  mouvement  est  en  enraciné  dans  l’Histoire  
italienne.    

  Le  faisceau  des  licteurs  :  l’iconographie.  

Les  symboles  italiens  sont  mélangés  aux  symboles  fascistes.  Dans  la  Rome  Antique,  les  licteurs  sont  
censés  appliquer  les  décisions  punitives,  le  faisceau  étant  un  instrument  de  contrainte.  Cela  prouve  
donc   des   valeurs   de   discipline   et   d’ordre.   L’origine   du   mot   fascisme   n’a   rien   à   voir   avec   ce   dessin,  
c’était  un  synonyme  de  ligue  ou  d’union.  

   Il   y   a   également   la   Louve   de   Rome.   On   retrouve   le   symbole   du   fascisme   sur   les   pièces   de  


monnaies  car  elles  pénètrent  partout  à  l’intérieur  et  à  l’extérieur  du  pays.  

C’est   le   nouveau   symbole   de   l’état  :   l’identité   de   la   nation   est   liée   au   fascisme.   On   remplace   les   lions  
par   les   faisceaux.   Ce   symbole   se   retrouve   partout   dans   la   publicité,   les   écoles,   sur   le   décor   urbain,  
dans  l’architecture.  

  Le  salut  romain  est  imposé  dans  la  vie  quotidienne  

  Le  calendrier  fasciste  qui  reprend  les  rituels.  Les  jours  fériés  se  rapportent  à  l’Histoire  de  Rome  et  
du  parti.  Etablissement  des  années  fascistes.  

En  1927,  on  décide  que  la  prise  du  pouvoir  du  fascisme  devient  l’ère  fasciste  et  on  commence  à  dater  
les  documents  administratifs  à  partir  de  cette  date.  

La  guerre  d’Ethiopie  (1935-­‐1936)  et  l’impérialisme  romain  :  

L’Italie  décide  de  se  faire  une  place  en  Ethiopie,  le  seul  pays  africain  qui  a  échappé  au  colonialisme.  Il  
faut   convaincre   de   la   nécessité   de   combattre   en   utilisant   la   «  romanité   pour   créer   l’identité  
commune  de  la  nation  ».  Mussolini  déclare  la  fondation  de  l’Empire  le  5  mai  1936.  

   le   billénaire   d’Auguste   tombe   en   1937  :   création   d’une   exposition   dédiée   au   fascisme   et   à   la  


romanité   qui   accueillera   plus   d’un   million   de   visiteurs.   Son   architecture   est   d’inspiration   romaine.  
Création  d’une  médaille  officielle.  

Mais   on   rouvre   aussi   l’exposition   de   la   révolution   fasciste   cette   même   année.   Cela   a   une   forte   valeur  
symbolique.  

   La   campagne   pour   l’autarcie   à   la   suite   de   sanctions   économiques   prises   par   l’Union   Européenne   à  
cause   de   l’invasion   de   l’Ethiopie.   Il   faut   acheter   les   produits   italiens,   mais   cela   vaut   aussi   pour   la  
culture  (interdiction  d’utiliser  des  mots  étrangers).  
  Changement  de  la  toponymie  de  certaines  villes  Des  villes  doivent  choisir  un  nom  plus  latin,  une  
des   rues   doit   prendre   le   nom   de   «   Rome   »,   et   douze   nouveaux   centres   urbains   sont   édifiés,   en  
comparaison  avec  la  Rome  antique  édificatrice.  

   Traduction   en   latin   des   discours   du   Duce.   Les   expressions   latines,   aussi,   sont   utilisées  
intensivement  jusqu’à  ce  que  les  fascistes  imposent  le  latin  comme  vecteur  de  la  culture  italienne,  de  
la   modernité,   et   du   fascisme.   La   latin   sera   même   proclamée   langue   universelle   (tout   comme   la  
vocation  universelle  du  parti).  

Fasciser  la  ville  de  Rome  

On  envisage  deux  phases  à  la  fascisation  de  Rome  :  

-­‐ Dégager  les  monuments  antiques  


-­‐ Créer  une  architecture  moderne  d’inspiration  romaine  

Dégager  les  monuments  antiques  se  fait  souvent  par  la  destruction  de  quartiers  entiers.  On  détruit  
les  parties  jugées  décadentes  pour  rendre  Rome  plus  conforme  à  l’Empire  fasciste.  

Exemples  :    

-­‐ La   Via   dell’Impero   représente   la   destruction   d’un   quartier   entier   simplement   pour   que  
l’endroit  où  a  eu  lieu  la  première  déclaration  du  fascisme  aie  la  vue  sur  le  Colisée.  
-­‐ Autour  du  théâtre  Marcellus,  on  détruit  aussi  pour  élever  l’architecture  du  théâtre,  auquel  on  
rajoute  tout  de  même  des  faisceaux  pour  le  fasciser  un  peu.  
-­‐ La  Via  della  Conciliazione,  elle  est  aménagée  pour  marquer  un  lien  entre  l’Eglise  et  Rome.  On  
rejoint  donc  la  Place  Saint-­‐Pierre.  
 
 Créer  une  architecture  moderne  d’inspiration  romaine  :  
 
=>   PAS   que   de   la   restauration   d’anciennes   architectures.   Dans   les   nouvelles   constructions,   on   trouve  
les  traces  du  Duce  (écriture  en  italien  et  en  latin).    

-­‐   construction   de   l’exposition   universelle   de   Rome,   où   Mussolini   voulait   fêter   en   1942   le   21   ème

anniversaire  de  son  parti.  


-­‐  Entre  1929  et  1933,  un  forum,  le  forum  Mussolini,  est  construit.  Les  statues  y  rappellent  les  athlètes  
romains,  et  des  mosaïques  reprennent  les  slogans  du  Duce  reproduites  en  latin  et  en  italien.  
 
Le  culte  de  la  force  et  de  la  virilité  est  aussi  démontré.  

Le   sport   et   la   romanité  :   le   pas   romain   est   imposé   à   partir   de   1930   afin   «  d’exalter   la   force  
physique  ».  C’est  une  révolte  anthropologique.  

A  partir  de  1936  sera  mise  en  place  une  politique  raciale.  C’est  le  début  des  lois  antisémites.  En  1938,  
la  revue  «  La  défense  de  la  race  »,  qui  se  présente  comme  scientifique,  met  en  couverture  une  image  
qui   deviendra   le   symbole   de   la   revue   :   le   glaive   de   Polyclète.   Ce   glaive   sépare   la   Rome   antique   du  
reste  du  monde.  L’Italien  moderne  est  le  glaive  et  cet  homme  invisible  portant  le  glaive.  

PROPAGANDE  ET  REVOLUTIONS  

Aux  origines  de  la  théorie  de  la  propagande  de  S.  Tchakhotine.  
La   révolution   d’octobre   est   une   des   conséquences   de   la   guerre   totale.   Il   faut   parler   de   cette  
révolution  car  elle  a  vu  le  développement  de  toute  une  série  de  moyens  de  propagande,  et  elle  voit  
aussi  la  naissance  d’un  régime  nouveau  qui  marquera  tout  le  20ème  siècle.  La  théorie  de  propagande  
politique   de   Tchakhotine   représente   un   classique   dans   les   études   de   propagande.   La   première  
édition  de  cette  théorie  date  d’avant  la  guerre,  mais  elle  a  surtout  été  connue  après.  Il  s’agit  en  fait  
d’une  des  élaborations  théoriques  les  plus  complètes  sur  la  propagande  politique.  A  la  différence  de  
Tarde  et  Le  Bon,  Tchakhotine  se  base  sur  des  expériences  concrètes.  Un  autre  point  d’intérêt  est  que  
l’auteur  se  concentre  sur  les  techniques  de  propagande  appliquées  à  la  politique  comme  moyen  de  
mobilisation.  

Inquiétude  face  à  la  montée  du  facisme.  Les  informations  sur  Tchakhotine  sont  souvent  confuses.  

Qui  est  Tchakhotine  et  quel  est  le  contexte  dans  lequel  il  écrivait  ?  La  théorie  de  Tchakhotine  connue  
aujourd’hui  est  celle  qui  date  d’après  la  2GM  MAIS  la  première  édition  date  de  1939.  

•   Ou  Tchakhotine,  Tchakhotin,  Chacotine,  Chakotin,  Ciacotin  

•   Né  à  Constantinople  en  1893,  fils  du  Consul  Russe.  

•   Il  se  fonde  sur  des  expériences  qu’il  a  vécues    soit  en  tant  qu’acteur  soit  en  tant  que  témoin.  

•   Ouvrage  appliqué  à  la  politique  

•   Histoire  peu  connue  mais  importante  

Au  départ,  Tchakhotine  est  fort  influencé  par  la  perspective  libérale.  

L’Empire  Russe  au  19ème  siècle  

Le  Régime  politique  

Il   est   important   pour   nous   de   comprendre   quelle   est   la   situation,   le   contexte   dans   lequel   vit  
Tchakhotine.   L’Empire   russe   est   grand   (123   millions   d’habitants)   et   puissant,   mais   c’est   un   pays  
arriéré  à  plusieurs  points  de  vue.  Le  régime  est  absolutiste.  Le  tsar,  en  effet,  est  le  dernier  monarque  
absolu   de   l’histoire.   L’Empire   se   fonde   sur   un   appareil   d’Etat   où   la   bureaucratie   joue   un   rôle  
essentiel.   Ce   n’est   pas   un   système   fondé   sur   la   méritocratie,   mais   sur   l’aristocratie,   qui   s’occupe  
personnellement  des  4000  autres  fonctionnaires.  Cela  dit,  cette  forme  ne  lui  permet  pas  d’atteindre  
toute   la   population.   Pour   maintenir   ce   système,   le   tsar   s’appuie   sur   la   répression.   Il   n’y   a   pas   de  
consensus.  

Le  monde  rural  

Il   tient   une   place   fondamentale   (80%).   Les   paysans   sont   très   pauvres   :   ils   ne   peuvent   acheter   de  
terres  (sinon  endettement).  Les  gens  tentent  de  s’émanciper,  sans  succès.  Il  y  a  une  industrialisation  
et  un  urbanisme  forcés  et  une  tendance  à  la  paupérisation.  

L’industrie  

Au   tournant   du   siècle,   les   conseillers   du   tsar   essaie   d’industrialiser   le   pays   en   s’appuyant   sur   la  
création   du   réseau   ferroviaire.   Ce   processus   d’industrialisation   qui   voit   la   naissance   du   prolétariat  
industriel  porte  l’émergence  de  grandes  villes  industrielles,  dans  lesquelles  la  population  ouvrière  est  
nombreuse.  On  voit  donc  aussi  des  changements  dans  le  monde  politique  et  social.  

Intelligentsia  et  mouvements  politiques  

Intelligentsia  =  nobles  qui  vivent  de  leurs  terres  mais  qui  ne  veulent  pas  être  dans  la  bureaucratie.    

Mais  ces  nobles  s’inscrivent  aussi  dans  des  mouvements  politiques.  

Mouvements  politiques  :  

-­‐  Libéraux  :  pour  eux  la  Russie  doit  se  doter  d’un  Constitution  

-­‐   Populistes  :   s’opposent   à   la   vision   de   la   modernité   européenne.   Ils   sont   également   opposés   au   tsar.  
La  révolution  doit  venir  des  paysans.  

-­‐  Marxistes  :  sont  des  révolutionnaires.  Ils  sont  divisés  entre  les  mencheviques  et  les  bolcheviques.  Le  
courant  marxiste  veut  aussi  révolutionner  la  société  russe,  mais  sur  base  des  idées  de  Marx.  Il  faut  
donc   d’abord   créer   un   état   moderne,   avoir   une   révolution   bourgeoise   qui   mène   à   la   révolution  
industrielle,   qui   créera   une   spirale   de   détérioration   des   conditions   de   vie,   ce   qui   mènera   à   la  
révolution.   Les   bolcheviques   considèrent   que   la   situation   chaotique   est   favorable   à   une   révolution,  
même   s’il   n’y   a   pas   eu   les   processus   décrits   par   Marx.   Les   menchéviques,   eux,   restent   fidèles   au  
processus  décrit  par  Marx.  

Les  marxistes  :  

• Veulent  créer  un  état  moderne  


• Révolution  bourgeoise  
• Spirale  de  détérioration  de  vie  
• Révolution  socialiste  

MAIS   les   marxistes   Bolcheviques   arrivent   à   s’implanter   dans   les   grandes   villes   ouvrières   et   arrivent  
petit  à  petit  à  s’imposer.  

Lénine  estime  que  pour  avoir  cette  révolution,  il  faut  un  pays  industrialisé.  Lénine,  fort  impliqué  dans  
le  processus  révolutionnaire,  participera  après  diverses  aventures,  à  la  révolution  bolchevique,  qu’il  
dirigeait.   C’est   un   des   mouvements   qui   commence   à   poser   le   problème   du   consensus,   donc   de  
mobilisation  des  masses,  donc  des  moyens  de  propagande.  

Lénine   place   vraiment   au   centre   la   propagande   et   l’agitation   dans   la   lutte   révolutionnaire  


clandestine.   «   Si   on   veut   transformer   la   lutte   des   opprimés   envers   les   oppresseurs,   il   est  
indispensable  d’utiliser  la  propagande  ».  La  presse  est  considérée  comme  essentielle.  Un  journal  est  
donc  créé  (Iskra).  Mais  ce  n’est  pas  suffisant.  

Il  faut  aussi  utiliser  des  brochures,  des  tracts,  …  Mais  il  faut  aussi  créer  de  l’agitation  orale,  et  donc  
créer  un  réseau  de  «  révolutionnaires  professionnels  »  pour  échapper  à  la  répression,  et  s’adapter  au  
public.  La  propagande  orale  permet  de  toucher  tout  le  monde.  C’est  le  parti  qui  doit  avoir  le  rôle  
essentiel,  qui  doit  coordonner  les  efforts,  former  les  «  agitateurs  »,  et  de  fournir  les  directives.    Notre  
Tchakhotine  n’est  pas  bolchevique.  C’est  un  étudiant.  Mais  il  fait  partie  de  cette  intelligentsia.  Il  
participe  en  1902  aux  manifestations  estudiantines.  Il  prend  part  à  ces  mouvements  de  contestation  
et  sera  arrêté  et  emprisonné.  Il  sera  obligé  de  poursuivre  ses  études  universitaires  à  l’étranger.  
 
La  révolution  de  1905  
 
La  guerre  russo-­‐japonaise  
Obtenir  un  accès  au  Pacifique.  Défaite  écrasante  de  la  Russie.  
Fusillade  du  dimanche  rouge  
Marche  pacifique  à  Saint-­‐Petersbourg  des  ouvriers  qui  demandent  des  réformes.  Le  tsar  refuse  de  les  
rencontrer  et  tire  sur  la  foule.  Face  à  cette  répression,  des  soulèvements  s’organisent.  
 
«  Bunt  »  et  «  Soviets  »    
Les   ouvriers   créent   des   organes   de   pouvoir   indépendants   de   la   tutelle   de   l’Etat.   (les   Soviets   sont   une  
structure   fondamentale   de   la   révolution   d’octobre)   Cette   forme   d’autogestion   connaît   un   succès  
inattendu.   Une   grève   qui   bloque   complètement   le   pays   est   organisée.   Elle   commence   par   les  
cheminots  et  paralyse  tout  le  pays  en  très  peu  de  temps.  
Le  «  manifeste  d’octobre  »  
Le   tsar   donne   une   consitution   (manifeste   d’octobre)   qui   conduit   à   une   transformation  
institutionnelle  du  pays.  
La  Douma  
=  première  transformation,  assez  brève  (le  tsar  la  fait  sauter  en  1906).  Nouveau  Parlement  
Les  années  Stolypine  
Premier   Ministre   du   tsar.   Il   veut   changer   la   situation   en   mettant   en   place   des   tribunaux   spéciaux.  
C’est  la  première  fois  que  le  tsar  recherche  un  consensus.  
 
Tchakhotine   se   voit   donc   obligé   de   poursuivre   ses   études   universitaires   à   l’étranger.   Il   étudie   la  
physique,  la  médecine,  et  les  sciences  naturelles.  C’est  surtout  dans  le  domaine  de  la  zoologie  qu’il  se  
professionnalise  jusqu’en  1907  où  il  devient  docteur  en  zoologie.  Ses  premières  recherches  portent  
principalement  sur  la  zoologie  marine.  Il  sera  témoin  du  tremblement  de  terre  de  1908,  sur  lequel  il  
écrira   un   témoignage.   En   1912,   Pavlov   l’appelle   à   travailler   avec   lui.   Il   restera   avec   Pavlov   jusqu’en  
1918.  En  1914,  la  guerre  a  pour  effet  de  désorganiser  le  marché  intérieur.  L’industrie  ne  peut  donc  
plus   faire   face   à   la   situation   des   peuples.   Il   y   a   donc   pleins   de   soulèvements   pendant   la   Première  
Guerre  mondiale.  En  1917,  tous  les  ingrédients  sont  réunis  pour  une  bonne  petite  révolution.  Il  y  a  
des   grèves   spontanées   dans   les   grandes   villes   ouvrières   russes,   et   ce   mouvement   s’agrandit   jusqu’au  
mois  de  février.  La  grève  est  générale  en  février.  Il  faut  agir,  mais  les  soldats  se  retournent  contre  les  
officiers.  C’est  la  Révolution  de  1917.  
 
A.   La  Guerre  
•   A  ce  moment-­‐là,  Tchakhotine  travaille  avec  Pavlov  
•   1914   :   guerre,   la   situation   empire   :   il   y   a   une   désorganisation   du   marché   &   situation   de  
pénurie  =>  révolution.  
 
B.   Révolution  de  1917  
La  situation  est  favorable  pour  une  révolte  populaire  car  il  faid  froid,  il  y  a  une  lassitude  des  gens  
1917  :  révolution  de  février  =>  Grèves  générales  dans  la  capitale  
 
C.   L’abdication  du  Tsar  NicolasII  
En  1917,  il  n’arrive  plus  à  gouverner  (il  veut  faire  appel  à  la  force  pour  mettre  fins  aux  désordres  mais  
les  soldats  ne  sont  plus  prêts)  =>il  doit  abdiquer  (=  fin  de  l’Ancien  Régime).  Le  tsar  Nicolas  II  décide  
d’abdiquer   le   2   mars   1917.   C’est   un   vraie   vague   d’enthousiasme   dans   tout   le   pays.   Mais   il   faut  
gouverner.   Un   gouvernement   provisoire   est   alors   mis   en   place,   qui   doit   aussi   travailler   avec   les  
Soviets.   C’est   donc   un   double   pouvoir.   La   guerre   doit   continuer   pour   le   gouvernement   provisoire,  
mais  les  Soviets  veulent  la  paix.  Le  gouvernement  s’oppose  donc  aux  bolcheviques.  Kornilov  prépare  
un   coup   d’Etat,   et   le   gouvernement   provisoire   doit   donc   faire   appel   à   tous   les   mouvements  
révolutionnaires   pour   contrer   le   putsch.   Il   est   donc   obligé   de   réintégrer   et   d’accepter   les   idées  
révolutionnaires.  
L’insurrection   est   finalement   lancée   à   Saint   Pétersbourg   en   1917.   Kerenski   s’enfuit,   et   les  
bolcheviques  prennent  le  pouvoir.  L’insurrection  a  beaucoup  de  moments  symboliques  :  des  statues  
sont   abattues,   …   En   1917,   les   bolcheviques   prennent   le   pouvoir.   Ils   ont   un   énorme   succès.   Ils  
proposent   la   paix,   du   pain,   de   la   terre,   et   de   la   question   nationale.   Un   nouveau   gouvernement   est  
mis   en   place.   Elle   produit   un   décret   sur   la   paix,   et   un   décret   sur   la   terre   :   elle   abolit   la   propriété  
foncière.   La   révolution   n’est   pas   que   militaire.   Elle   est   aussi   fortement   liée   à   la   propagande.   La  
propagande   est   donc   importante.   En   1918,   les   bolcheviques   signent   le   traité   de   Brest-­‐Litovsk.   Un  
traité   considéré   comme   indispensable   pour   sauver   le   régime   bolchevique.   Pour   que   la   révolution  
puisse  s’étendre  à  l’Europe  entière.  A  cette  époque,  Tchakhotine  est  au  contraire  du  côté  des  armées  
blanches.   Il   prépare   OSVAG,   un   organe   de   propagande   qui   gère   la   propagande   des   forces   contre-­‐
révolutionnaires.  Il  est  aussi  amené  à  observer  ce  que  font  les  bolcheviques.  OSVAG  nous  montre  que  
ce   théoricien   joue   un   rôle   actif   mais   peut   aussi   observer   énormément.   Les   bolcheviques   attribuent  
un   rôle   essentiel   à   la   propagande.   Les   bolcheviques   créent   aussi   une   sorte   de   ministère   de   la  
propagande.  Il  faut  improviser  et  créer  une  armée  sur  base  volontaire.  Il  est  donc  essentiel  de  jouer  
sur  la  persuasion.  
 
Les   Bolchéviques   utilisent   régulièrement   des   trains   de   propagande  :   trains   spéciaux   avec   des  
dessins,…  sur  le  côté.  
 
Plus  généralement,  la  propagande  bolchevique  ne  s’adresse  pas  qu’aux  russes.  Elle  s’adresse  aussi  
-­‐ aux   autres   nations   –   appels   à   la   classe   ouvrière,   pour   provoquer   un   mouvement  
révolutionnaire  international  
-­‐ à  l’ennemi  intérieur  –  pour  persuader  les  armées  blanches  de  l’inutilité  de  leur  action.  
-­‐ À  l’armée  et  aux  élites  ouvrières  –  pour  les  inciter  à  continuer  le  mouvement  révolutionnaire.  
-­‐  Aux  paysans  –  qui  représentent  plus  de  80%  de  la  population.  
 
Ils  utilisent  comme  moyens  :  
-­‐ Des  tracts  
-­‐ La  photographie  
-­‐ Les  journaux  illustrés  locaux  
-­‐ Des  affiches  répendant  les  mots  d’ordre  
-­‐ Meetings,  réunions  de  formation  
-­‐ Salle  de  lecture  dans  les  villages,  avec  des  lectures  publiques  
-­‐ Trains  spéciaux  (avec  wagon-­‐exposition,  wagon-­‐imprimerie,…)  
-­‐ Formation  de  propagandistes  
-­‐ …  
 
A  partir  de  1919,  Tchakhotine  mène  des  recherches  en  Italie,  en  Allemagne,  et  en  France.  C’est  une  
période   marquée   par   une   intense   activité   de   recherche.   Une   activité   liée   aussi   aux   changements  
politiques.  Au  début  des  années  20,  c’est  aussi  le  début  du  fascisme  en  Italie.  En  1922,  lui  qui  était  un  
des   maîtres   de   la   propagande   contre-­‐révolutionnaire   devient   un   citoyen   soviétique.   C’est   à   cette  
période  qu’il  écrit  des  ouvrages  sur  l’organisation  politique  du  travail.  Il  s’inspire  de  Taylor.  
Il  développe  petit  à  petit  sa  théorie  de  la  propagande.  Pour  lui,  la  propagande  est  une  organisation  
rationnelle  de  la  politique.  C’est  la  centralité  de  l’organisation,  des  techniques,  contre  les  contenus,  
l’idéologie.  Il  faut  orchestrer  les  contenus,  mais  l’élément  central  est  l’organisation.  Si  on  a  de  bons  
contenus,   mais   une   mauvaise   organisation,   la   propagande   restera   inefficace.   Tchakhotine,   qui   a   eu  
les   moyens   d’observer,   reconnaît   aussi   la   centralité   de   la   propagande,   de   l’agitation   orale.   Il   crée  
donc  des  agitateurs  professionnels,  et  il  forme  les  gens  à  l’agitation.  
En  1930,  sur  proposition  d’Albert  Einstein,  il  reçoit  le  prix  de  la  Research  Corporation.  Il  travaille  pour  
le   front   d’Airain   (lié   au   parti   démocrate   allemand).   Tchakhotine   invente   le   symbole   des   3   flèches  
contre  le  nazisme,  3  flèches  pour  barrer  la  croix  gammée.  Mais  en  1933,  il  va  au  Danemark,  puis  à  
Paris,   où   il   collaborera   avec   le   PS   français.   Sur   le   slide,   Tchakhotine   fait   des   essais   pour   récréer   un  
logo   pour   le   parti.   En   1939,   il   écrit   «   le   viol   des   foules   par   la   propagande   politique   ».   Il   essaie   d’y  
comprendre   les   facteurs   qui   ont   permis   l’ascension   des   régimes   fascistes.   Cela   dit,   l’ouvrage   sera  
censuré   à   certains   moments,   car   on   essaie   d’éviter   l’incident   diplomatique   avec   Hitler.   Après   1945,   il  
fonde   un   mouvement   :   la   science   action   libération,   qui   diffuse   les   idées   soviétiques   en   Europe  
occidentale.  Il  est  aussi  engagé  dans  les  mouvements  pour  la  paix,  et  contre  le  fascisme.  En  1958,  il  
rentre  en  URSS  où  il  poursuit  son  travail  scientifique  jusqu’à  sa  mort  en  1973.  
 
LA  2EME  GUERRE  MONDIALE  :  ESPACE  PROPICE  A  UNE  PROPAGANDE  INTENSE  ET  COMPLEXE  
Par  Bénédicte  Rochet  

Le  cas  particulier  de  la  propagande  audiovisuelle  et  des  actualités  filmées  

Rappel  des  faits  et  des  acteurs  en  présence  

Axe  

-­‐ Allemagne,  Italie,  Japon  -­‐  Pacte  Anti-­‐Komintern  (1937)  


-­‐ Allemagne,  URSS  -­‐  Pacte  de  non-­‐agression  (1939)  

Alliés  

-­‐ Grande-­‐Bretagne,  France  


-­‐ Etats-­‐Unis  

Au  début,  les  alliés  sont  des  démocraties  attentistes.  Ils  ne  réagiront  pas  à  plein  d’événements  dans  
un   premier   temps.   Le   conflit   éclate   en   1939   lorsque   l’Allemagne   envahit   la   Pologne.   Le   jeu   des  
alliances  se  met  en  route.  L’Allemagne  a  des  accords  pour  se  partager  la  Pologne  avec  l’URSS,  et  la  
France   a   des   accords   avec   la   Pologne   pour   réagir   s’il   le   faut.   Le   10   mai   1940,   c’est   l’entrée   des  
troupes  allemandes  qui  envahissent  la  Belgique  et  d’autres  pays.  C’est  une  guerre  éclair,  la  blitzkrieg.  
Dès   le   28   mai   1940,   la   Belgique   capitule.   Les   derniers   à   résister   sont   le   Royaume-­‐Uni,   avec   la   bataille  
dans  la  Manche.  Cette  bataille  perdure,  notamment  grâce  à  la  Royal  Air  Force.  

Cette  guerre  s’étendra  à  tous  les  continents  :  

En   1941,   Hitler   envahit   l’URSS   et   essaie   d’atteindre   Moscou.   Mais   ces   forces   seront   arrêtées   à  
Stalingrad.   Le   «   mythe   »   de   cette   Allemagne   invincible   sera   brisé   par   les   forces   russes.   Les   russes   qui  
ne  feront  désormais  plus  partie  de  l’axe,  mais  bien  des  alliés.  Au  Japon,  les  japonais  rêvent  d’étendre  
leur  domination.  C’est  à  partir  de  décembre  1941,  avec  l’attaque  de  Pearl  Harbour,  que  les  Etats-­‐Unis  
décideront  de  rentrer  en  guerre.  

La  Seconde  Guerre  mondiale,  une  guerre  psychologique  sans  précédent  

Caractéristiques  de  la  propagande  durant  la  Deuxième  Guerre  :  

Institutionnalisation  immédiate  et  investissements  


C’est   une   guerre   psychologique   qui   se   met   en   place.   La   propagande   devient   très   importante.   On  
institutionnalise   immédiatement   certains   secteurs,   et   on   y   investit.   On   crée   donc   des   offices   de  
propagande,  notamment,  auxquels  on  donne  les  moyens  financiers,  et  techniques.  

Internationalisation  et  complexification  

La   propagande   essaie   aussi   de   toucher   les   autres   pays.   Elle   tente   aussi   de   renforcer   la   cohésion  
nationale.   Mais   on   va   essayer   de   rompre   aussi   les   motivations   de   l’adversaire.   On   aura   une  
propagande   destinée   à   l’ennemi,   pour   saper   sa   détermination.   C’est   donc   un   message   assez  
complexe.  

Professionnalisation,  affinement  des  messages  et  grande  diversité  des  supports  

La   propagande   va   utiliser   tous   les   supports   possibles   et   imaginables   :   timbres,   films,   photos,   …   La  
propagande  étudiera  les  publics  pour  offrir  un  message  déterminé.  

Etude  de  cas,  Les  actualités  filmées,  un  support  prisé  par  la  propagande  

Les   actualités   filmées   avaient   un   laps   de   temps   assez   grand   entre   le   fait   réel,   et   la   diffusion   de  
l’image.   Néanmoins,   c’était   l’opportunité   pour   les   gens   de   voir   les   images   de   l’actualité,   même   s’il  
connaissait  déjà  l’information.  

Repères  historiques  :    

-­‐ 1896  (débuts  du  cinéma)  

Pathé  Journal  en  1907,  premier  journal  périodique.  

Evénements  mondains,  sports,  mode,  exploits,  anecdotes,  …  

-­‐ 1914-­‐1918  

Actualités  devient  un  instrument  de  propagande.  

Opérateurs  sont  surveillés,  mais  sans  plus.  

-­‐ Années  1930  

Nationalisation  des  sociétés  de  production  en  Italie  et  Allemagne.  L’objectif  est  de  créer  un  journal  
national  unique  pour  tout  le  territoire.  

-­‐ 1940-­‐1945  

Monopole  ou  contrôle  de  l’Etat  sur  toutes  les  actualités.  

Du  côté  des  alliés  :  

Grande-­‐Bretagne  :  

En  Grande-­‐Bretagne,  le  British  Council  est  créé  en  1934  pour  développer  des  relations  culturelles  plus  
étroites  entre  l’Angleterre  et  les  autres  pays.  En  1939  est  créé  le  Ministry  of  Information  (MOI)  qui  
diffuse   vers   l’intérieur   et   les   pays   alliés.   Mais   le   Political   Warfare   Executive   (PWE)   est   un   véritable  
bureau  de  propagande,  et  diffuse  vers  les  pays  ennemi,  puis  occupés.  Ils  font  de  la  propagande  par  
tracts  ou  radio.  On  crée  aussi  un  système  qui  donne  des  nouvelles  des  familles  séparées,  ou  encore  
une  fausse  radio  qui  diffuse  des  infos  vraies,  mais  aussi  des  fausses  pour  décourager  l’ennemi.  C’est  
la   propagande   «   noire   »   contre   la   propagande   «   blanche   ».   On   maintien   les   compagnies   de  
production,  mais  la  censure  est  là.  Les  actualités  filmées  n’auront  donc  pas  beaucoup  d’importance  
en   Grande-­‐Bretagne.   De   plus,   on   instaure   un   système   de   rotation   des   cameramen.   Un   seul  
cameraman   peut   filmer   l’événement.   Donc   toutes   les   actualités   sont   les   mêmes,   avec   les   mêmes  
images,   et   censurées.   Elles   deviennent   donc   inutiles,   fades,   et   le   message   de   propagande   devient  
complètement  inefficace.  Les  «  actualités  olympiques  »  existent  aussi  par  le  MOI,  et  étaient  diffusées  
dans  les  pays  neutres  et  alliés  pour  montrer  l’effort  de  guerre  britannique.  

Aux  USA  :  

Aux   Etats-­‐Unis,   en   1942,   est   créé   l’OWI,   l’Office   of   War   Information.   Elle   sera   structurée   en   deux  
branches   :   une   pour   le   public   étranger,   et   une   pour   le   public   américain.   Les   dirigeants   sont  
profondément   antifascistes.   Ils   vont   donc   adopter   des   positions   assez   radicales,   car   pour   eux,   la  
guerre   doit   être   gagnée   militairement,   mais   aussi   idéologiquement.   Ils   utiliseront   des   magazines,   des  
tracts,  des  brochures,  des  films,  des  affiches,  de  la  radio,…  Roosevelt  soutient  l’entrée  en  guerre  des  
Etats-­‐Unis,   et   pousse   donc   dans   ce   sens.   Il   essaie   de   justifier   l’entrée   en   guerre.   Ils   justifient   leur  
raison   de   l’entrée   en   guerre.   Autre   support   que   les   américains   vont   largement   utilisé   :   les   dessins  
animés.   Les   Studio   Disney   seront   les   seuls   à   réussir   une   propagande   directe   grâce   à   leurs   dessins  
animés…  Un  des  dessins  animés  le  plus  connu  est  «  der  Fuehrer’s  Face  ».  Un  dessin  animé  où  Donald  
rêve  qu’il  est  nazi.  Un  film  qui  recevra  même  un  oscar.  A  la  fin  du  dessin  animé,  Donald  se  réveille,  et  
son   pyjama   porte   le   motif   de   la   bannière   étoilée,   et   il   proclame   tout   son   amour   pour   les   USA.   Au  
niveau   des   actualités   filmées,   comme   en   Grande-­‐Bretagne,   on   maintien   les   compagnies   de  
production,   et   on   instaure   un   système   de   rotation   des   cameramen.   L’OWI   lance   aussi   «   United   News  
»,  qui  diffuse  les  actualités  à  l’étranger.  

Propagande  commune  :  

En   1941   est   créé   le   Inter-­‐Allied   Information   Committee   et   le   Psychological   Warfare   Branch.   Ces  
organismes   internationaux   chez   les   alliés   ont   comme   vocation   de   s’occuper   des   territoires   qui   seront  
bientôt   libérés,   pour   que   l’information   soit   diffusée   chez   eux.   Ils   ont   le   monopole   pour   les   territoires  
libérés.  

En  Allemagne,  il  y  a  un  monopole  de  l’UFA  Deutsche  Wochenschau.  C’est  le  seul  journal  d’actualité  
diffusé.   C’est   l’Empire   allemand   des   Actualités,   au   point   qu’Hitler   lui-­‐même   et   Goebbels  
interviennent  dans  le  choix  des  sujets.  Ils  vont  énormément  manipuler  les  images.  Ils  arriveront  à  une  
qualité  esthétique  sans  égal.  

En   France,   dans   la   zone   occupée,   qui   collabore,   nous   aurons   les   Actualités   Mondiales   ;   une   simple  
copie   des   Deutsche   Wochenschau.   Elles   sont   entièrement   conçues   à   Berlin,   on   n’y   ajoute   que  
quelques  sujets  français.  Dans  la  zone  libre,  c’est  France  Actualités  Gaumont  Pathé.  Mais  du  côté  de  
Vichy,   on   aimerait   oublier   la   ligne   de   démarcation.   Vichy   collabore   alors   avec   les   allemands   pour  
diffuser   un   seul   journal   :   France-­‐Actualités.   Vichy   qui   espérait   diffuser   son   journal,   se   voit   très   vite  
envahi  par  les  allemands  qui  contrôlent  presque  entièrement  ces  informations.  
On   exalte   le   nationalisme,   le   culte   du   chef.   C’est   aussi   la   promotion   d’une   symbolique   particulière,  
comme  le  svastika,  ou  le  salut  hitlérien.  C’est  une  vraie  mise  en  scène  des  événements,  où  tout  a  été  
conçu   dans   les   moindres   détails.   Même   chose   en   Italie   avec   le   rassemblement   de   la   jeunesse  
italienne.  Ces  thèmes  de  propagande  vont  être  diffusés  dans  les  zones  occupées,  notamment  par  le  
biais   des   actualités   filmées.   Un   autre   thème   largement   répondu,   est   la   désignation   de   l’ennemi.  
Volonté  d’intervenir  dans  le  choix  des  images  et  de  ridiculiser  l’autre.  

Conclusion  :  

Pendant   la   propagande   de   la   WW2,   le   conflit   amène   un   cruel   besoin   de   propagande   auprès   de  


l’ensemble  de  la  communauté.  Ce  qu’on  va  voir,  peu  importe  le  côté,  c’est  qu’il  faut  susciter  auprès  
de   la   population   un   sentiment   de   solidarité   envers   la   Nation,   et   de   haine   envers   l’ennemi,   pour  
donner  aux  gens  la  volonté  de  combattre  et  montrer  l’effort  de  guerre  de  la  Nation.  Ce  sera  toujours  
une  propagande  de  vainqueur.  On  montre  toujours  des  troupes  qui  avancent.  

LA  FRANCE  DE  VICHY  (1940/1944)  :  propagande,  techniques,  techniciens.  

La  propagande,  à  l’époque  de  Vichy,  était  très  discrète,  mais  très  efficace.  Des  documents  tournaient  
en  interne,  expliquant  les  techniques.  Le  régime  de  Vichy  prend  place  dans  la  France  de  la  Seconde  
guerre   mondiale.   Son   nom   officiel   est   l’État   français,   par   opposition   à   l’ancienne   République  
française.  C’est  donc  une  rupture.  

On  pourrait  la  définir  par  :  

-­‐ La  présence  de  Maréchal  Pétain  comme  «  chef  »  de  la  France.  
-­‐ Pas  de  parti  unique  puisqu’il  y  a  une  force  occupante.  Ce  n’est  donc  pas  du  fascisme.  De  plus,  
le  régime  de  Vichy  s’est  instauré  sur  invitation  de  l’Allemagne  nazie.  
-­‐ On  concilie  les  exigences  de  la  patrie  et  des  employeurs,  on  observe  donc  une  organisation  
corporative.  
-­‐ Le  nationalisme  est  très  fort,  comme  la  xénophobie,  le  racisme,  et  l’anticommunisme.  

Enfin,   il   existe   une   collaboration   avec   l’Allemagne   nazie,   et   on   observe   une   révolution   nationale  
puisque  la  société  évolue  dans  un  sens  autoritaire.  C’est  donc  une  collaboration  stratégique  que  le  
régime  de  Vichy  réalise  pour  obtenir  une  place  dans  l’Europe  allemande,  et  un  nouvel  ordre  politique  
et  social  duquel  on  exclut  les  Juifs,  communistes,  et  étrangers.  

On  peut  observer  deux  grands  périodes  au  régime  de  Vichy  :  

1.  La  mise  en  place  du  régime  en  1942.  

2.  L’invasion  allemande  de  toute  la  France,  et  donc  la  dépendance  du  régime.  

Chronologie  :  

Dans   les   années   30,   l’Europe   est   touchée   par   la   crise   de   1929.   Mais   la   crise   en   1940   sera   extrême  
pour   la   France.   De   plus,   l’occupation   allemande   entre   40   et   44   nécessite   une   stratégie   :   la  
collaboration.   Les   français   sont   donc   défaits   en   juin   1940.   Le   même   mois,   les   Allemands   sont   à   Paris.  
C’est  la  panique.  La  peur  entraîne  un  désordre,  et  un  exode  des  populations.  Les  gouvernants,  eux-­‐
mêmes,  se  déplacent  vers  la  Loire.  90  000  personnes  sont  mortes,  et  les  ¾  de  la  France  sont  occupés.  
C’est  donc  une  crise  militaire,  sociale,  et  politique.  

Pétain   deviendra   le   chef   du   gouvernement   le   16   juin   1944,   et   déclarera   la   nécessité   de   cesser   les  
combats  et  de  signer  un  armistice.  La  défaite  serait  due  à  une  décomposition  de  la  société  et  à  un  
complot   anti   France,   et   non   à   une   faiblesse   militaire.   L’armistice   sera   donc   signé   le   22   juin   et  
deviendra   l’acte   fondateur   de   Vichy.   La   zone   non-­‐occupée   au   Sud   est   sous   le   régime   de   Vichy,   tandis  
que  la  zone  occupée,  au  Nord,  est  sous  la  domination  de  l’Allemagne  nazie.  
 
Pourquoi  avoir  choisi  Vichy  ?  C’est  parce  que  la  ville  est  proche  de  la  ligne  de  démarcation,  car  il  
existe  les  infrastructures  nécessaires,  et  parce  qu’il  y  a  des  hôtels.  Le  10  juillet,  un  vote  de  
l’assemblée  nationale  donne  les  pleins  pouvoirs  à  Pétain.  On  met  aussi  en  place  des  actes  
constitutionnels.  L’Etat  français  se  met  donc  en  place  avec  la  Révolution  nationale.  L’objectif  est  de  
reconstruire  la  France  sur  des  bases  nouvelles  :  travail  famille  patrie,  à  la  place  de  liberté  égalité  
fraternité.  Il  faut  aussi  exclure  toutes  idées  de  division,  raison  pour  laquelle  les  milices  françaises  
répriment  les  juifs,  communistes,  et  résistants.  Mais  l’Etat  français  se  met  aussi  en  place  avec  la  
collaboration  d’Etat.  Il  faut  maintenir  le  pays  hors  du  conflit,  et  rétablir  la  souveraineté  nationale.  
Pour  cela,  il  est  nécessaire  de  lancer  l’image  d’un  nouvel  Etat.  Il  faut  faire  adhérer  les  citoyens  à  un  
régime  liberticide,  qui  demande  aussi  de  collaborer  avec  «  l’ennemi  éternel  »,  tout  cela  dans  un  
contexte  de  crise  extrême.  
 

La  propagande  est  donc  nécessaire  pour  Vichy,  pour  construire  ce  nouvel  Etat.  Trois  raisons  :  

1.   Raisons   institutionnelles   -­‐   Suppression   des   corps   intermédiaires   républicains   pour   établir   un   lien  
direct  entre  Vichy  et  la  population.  

2.  Raisons  idéologiques  -­‐  Dans  le  cadre  du  projet  de  révolution  nationale,  de  nouvel  ordre.  

3.  Raisons  identitaires  -­‐  Pour  sauvegarder  l’unité  française.  

Pour  organiser  la  propagande,  Vichy  va  avoir  à  sa  disposition  un  modèle  bien  rôdé  :  celui  des  régimes  
fascistes  :  

-­‐ Contrôle  des  mass-­‐médias  par  la  censure  et  le  martèlement.  
-­‐  Initiatives  de  masse  par  les  voyages  du  Maréchal  
-­‐ Par   la   création   de   symboles   politique,   comme   la   francisque   (La   francisque   est   le   nom  
traditionnel   de   la   hache   de   jet   des   germains   occidentaux   que   popularisèrent   les   Francs.   La  
francisque  de  Vichy  est  une  des  décorations  du  régime),    la  monnaie,  et  les  timbres.  

Mais  le  problème  du  principe  de  la  censure  et  du  martèlement  est  qu’il  n’est  pas  uniforme.  Les  gens  
s’aperçoivent   donc   qu’il   s’agit   de   la   propagande.   Les   hommes   de   Vichy   vont   donc   chercher   d’autre  
moyens  de  propagande,  moins  voyants.  

Se  développe  aussi  une  propagande  clandestine.  On  ne  peut  pas  encore  l’appeler  «  résistance  »,  mais  
elle  se  développe.  Cette  propagande  est  très  insidieuse.  En  effet,  elle  se  propage  de  bouche  à  oreille,  
de  camarade  à  camarade.  Cette  information  informelle  échappe  donc  à  la  censure.    
Les  hommes  de  Vichy  décident  alors  d’apprendre  à  partir  de  leurs  erreurs.  Ils  changent  de  stratégie  
et  construisent  quelque  chose  de  plus  informel,  à  armes  égales  avec  la  propagande  clandestine.  Bref,  
devenir  plus  efficace,  par  la  souplesse,  et  la  coordination  d’activités  apparemment  spontanées.  

Pour  cela,  on  met  en  place  un  réseau  de  propagande.  On  va  engager  des  délégués  à  la  propagande,  
formés   par   le   gouvernement   pour   faire   de   la   propagande   comme   la   clandestine.   Cette   structure  
prend   forme   en   hiver   1941.   Cette   structure   ne   peut   pas   avoir   les   caractéristiques   d’un   service  
administratif,  sinon  c’est  trop  voyant.  Les  initiatives  doivent  apparaître  comme  étant  spontanées.  Il  y  
aura  donc  désormais  une  propagande  de  masse,  et  une  propagande  informelle.  Il  faut  donc  recruter  
des  hommes  qui  seraient  capables  d’être  délégués.  

Donc  pour  construire  le  réseau,  il  faut  :  

-­‐ Recruter  des  «  délégués  à  la  propagande  »  


-­‐ Les  tâches  des  délégués  :  bouche  à  oreille  et  monitorage  
-­‐ La   formation   des   délégués  :   Brochures,   bulletins,   manuels/   écoles   de   cadres/   instituts   à  
vocation  scientifique  

On   va   chercher   les   délégués   à   la   propagande   parmi   les   leaders   d’opinion.   Mais   il   faut   qu’ils   soient  
capables.   On   va   donc   chercher   ces   délégués   dans   les   gens   qui   ont   une   influence   sociale   et   morale,  
mais  qui  sont  aussi  attachés  à  la  cause.  Les  cibles  sont  les  professeurs,  les  médecins,  les  syndicalistes,  
les  maires,  avocats,  prêtres,  militants,…  

Les  débitants  de  boissons,  par  exemples,  sont  les  propagandistes  parfaits.  On  ne  les  soupçonnerait  
pas  d’être  pour  le  régime  de  Vichy  puisqu’il  a  mené  plusieurs  campagnes  anti  alcool,  et  ils  ont  accès  à  
des  milliers  de  personnes  de  tous  milieux,  qui,  chaque  jour,  viennent  boire  un  verre.  La  tâche  de  ces  
délégués  sera  le  bouche  à  oreille  et  le  monitorage.  Ils  captent  l’état  d’esprit  de  la  population  pour  le  
signaler  au  bureau  de  propagande.  

Les  délégués  doivent  donc  suivre  une  véritable  formation.  Des  brochures,  bulletins,  et  manuels  leur  
sont  mis  à  la  disposition,  par  exemple  pour  apprendre  à  comme  organiser  une  réunion,  ou  placer  le  
drapeau,…   La   propagande   devient   pour   eux   un   second   métier.   Il   est   donc   nécessaire   qu’ils   la  
connaissent   bien.   Ils   reçoivent   aussi   des   bulletins   hebdomadaires   contenant   les   thèmes   de  
propagande  à  développer.  

Pol   Quentin,   qui   a   écrit   un   manuel   intitulé   «   La   propagande   politique   »   travaillera   d’ailleurs   à   l’OTAN  
après  avoir  travaillé  pour  vichy.  

Mais  les  manuels  ne  sont  pas  les  seuls  outils  mis  à  la  disposition  de  la  propagande.  L’Ecole  nationale  
des   cadres   civiques   forme   les   futurs   employés   du   bureau   de   la   propagande.   60   stagiaires   y   sont  
formés  par  mois.  On  y  enseigne  entre  autres  les  techniques  de  persuasion.  L’Ecole  publie  aussi  des  
bulletins  sur  ses  conférences,  comme  le  bulletin  «  Cinéma  et  propagande  ».  

Ces   formations   vont   donner   naissance   à   des   instituts   qui   étudieront   la   propagande   en   tant   que  
science.  On  se  rend  compte  qu’il  existe  deux  modèles  de  propagande.  

Le   modèle   classique   est   celui   de   a   seringue   hypodermique.   Les   médias   injectent   la   propagande  
directement  aux  masses  atomisées.  
Mais   le   modèle   le   plus   moderne,   et   le   plus   efficace,   est   celui   du   two-­‐step   flow   of   communication,   où  
l’on   identifie   les   leaders   d’opinions   pour   qu’ils   retransmettent   la   bonne   parole   vers   un   public   plus  
large.  

Ce  modèle  de  two-­‐step  flow  fait  appel  au  modèle  décrit  par  Lazarsfeld  en  1944.  Mais  cette  technique  
a   déjà   été   utilisée   bien   plus   tôt,   notamment   par   le   régime   de   Vichy   en   1941.   Ces   idées   pourraient  
donc  venir  de  plusieurs  endroits.  

Première  possibilité  :  Paul  Marion,  un  politique,  expert  des  techniques  d’agitation.  Il  ne  cesse,  tout  le  
long  de  sa  carrière  tortueuse,  de  proclamer  l’importance  des  agitateurs  d’opinion  spécialisés  dans  la  
propagande  communiste.  C’est  pourquoi,  une  fois  Marion  devenu  fasciste,  le  gouvernement  de  Vichy  
lui   demandera   de   s’occuper   de   mettre   en   place   le   réseau.   Ce   modèle   a   donc   une   inspiration  
communiste.  

Mais   l’entourage   de   Pétain   y   est   aussi   pour   quelque   chose.   Eux,   proposent   une   technique  
complémentaire  à  celle  de  Marion.  Ils  proposent  de  lier  la  propagande  et  la  publicité  puisqu’ils  ont  la  
possibilité   de   créer   des   campagnes   créatives   rapidement,   et   ils   sont   vierges   de   tout   point   de   vue  
politique.  

Cela  dit,  même  les  publicistes  reconnaissent  l’importance  de  la  propagande  informelle  et  du  bouche  
à  oreille.  

Les  avantages  du  bouche  à  oreille  sont  :  

-­‐ De  contrer  la  propagande  clandestine  


-­‐ De  faire  face  au  discrédit  de  la  propagande  officielle  
-­‐ De  s’adapter  au  destinataire  
-­‐ D’avoir  une  efficacité  démontrée  sur  le  plan  historique  (Révolution  de  1917)  et  scientifique  
(Gabriel  Tarde  au  travers  de  sa  psychologie  des  masses)  

Il  existe  donc  plusieurs  sources  d’inspirations  qui  se  mélangent  au  service  du  régime  de  Vichy  et  de  sa  
propagande.   Il   existe   d’ailleurs   des   échanges   entre   ces   différents   champs.   Ils   ne   sont   pas  
indépendants,   comme   l’explique   Grolier.   On   essaie   de   mobiliser   tous   les   savoirs   historiquement   et  
scientifiquement  construits.  

Ces  réflexions  entraînent  la  création  d’un  institut  d’études  politiques  et  sociales.  Un  institut  qui  se  dit  
libre,  mais  qui  ne  l’est  pas  totalement  puisqu’il  est  financé  par  Vichy.  Sa  fonction  est  d’influencer  les  
masses   par   le   biais   des   leaders   d’opinions,   donc   de   rassembler   toutes   les   personnes   cultivées   autour  
du  nouveau  régime.  

Un  spécialiste  peut  être  pour  une  idéologie  un  jour  et  défendre  l’idéologie  adverse  le  lendemain.  

Mais  cela  nous  permet  surtout  de  jeter  un  regard  en  aval  sur  l’après-­‐guerre.  C’est  «  une  science  quise  
fonde   sur   des   lois   rigoureuses   ».   C’est   aussi   révélateur   de   la   confiance   presque   aveugle   dans   la  
propagande   puisque   la   citation   précédente   date   de   1944,   et   qu’un   mois   après,   l’Allemagne   sera  
battue.   Mais   même   à   cette   date,   on   croit   encore   à   la   propagande   du   gouvernement   de   Vichy,  qui   ne  
manquera  pas  non  plus  de  démontrer  l’élasticité  de  ses  compétences,  même  à  la  fin  de  la  guerre.  
Propagande  et  guerre  froide  :  L’information  research  department  au  secours  de  l’OTAN,  1950-­‐1959  

La   propagande   pendant   la   Guerre   froide   s’est   concentrée   sur   les   techniques.   L’historiographie   de  
l’OTAN   est   assez   récente.   L’Information   Research   Department   (IRD)   a   existé   jusqu’en   1997,   et   ses  
archives  ont  été  ouvertes  vers  1995.  

La   Guerre   froide   commence   vers   1947   et   se   termine   vers   1991.   Beaucoup   d’historiens,   cela   dit,   ne  
sont  pas  d’accord  avec  cette  date.  Après  la  2ème  Guerre  mondiale,  les  antagonismes  surgissent  entre  
les   deux   blocs.   L’URSS   va   se   protéger   derrière   un   ensemble   de   pays   satellites,   ce   qui   provoquera  
encore   plus   de   tensions.   En   opposition,   le   Plan   Marshall   pour   reconstruire   l’Europe   a   aussi   comme  
objectif   d’empêcher   la   vague   communiste.   Staline   le   rejettera   d’ailleurs,   tout   comme   certains   pays  
(comme  la  Pologne),  qui  pourtant  en  auraient  bien  profité  au  départ.  Ce  sera  le  «  coup  de  Prague  »  
(25  février  1948)  qui  marquera  définitivement  la  cassure,  où  le  parti  communiste  tchèque  prend  le  
contrôle  de  la  Tchécoslovaquie.  

Pourquoi   une   propagande   en   Occident   ?   Parce   qu’il   existe   une   peur   occidentale   de   voir   l’opinion  
publique   adhérer   au   communisme.   Les   Etats   craignent   les   changements   que   pourraient   engendrer  
les  partis  communistes  au  sein  du  monde  occidental.  De  plus,  la  politique  des  «  Représailles  massives  
»  empêche  tout  conflit  armé  entre  les  deux  blocs.  Il  faut  donc  trouver  des  moyens  de  conquête  ou  
défense   alternatifs.   Les   régimes   occidentaux   sont   aussi   tentés   par   l’application   des   techniques   de  
propagande   qu’ils   ont   utilisées   pendant   la   2nde   Guerre   mondiale.   Sans   dire   que   la   propagande  
permet  de  faire  adhérer  l’opinion  publique  à  des  projets  de  société  parfois  hostiles  ou  à  risques.  

L’IRD,   ou   Information   Research   Department   est   un   département   secret   anglais   de   propagande  


anticommuniste.  Il  est  d’ailleurs  financé  par  les  services  secrets  britanniques.  C’est  le  ministère  des  
affaires  étrangères  qui  s’en  occupe.  A  l’origine,  des  propagandistes  de  la  2ème  Guerre  mondiale  qui  
se  rendent  compte  qu’il  faut  garder  un  organe  pour  continuer  la  guerre  contre  l’URSS.  Ces  agents  (de  
droite)  réussissent  même  à  convaincre  le  ministre  (travailliste,  donc  de  gauche)  compétent.  

Il  ne  s’agit,  cela  dit,  pas  de  «  propagande  noire  »,  puisque  l’on  ne  diffuse  pas  d’idées  fausses,  mais  
bien   de   «   propagande   grise   »,   basée   sur   des   faits   réels,   mais   biaisés   pour   diaboliser   l’URSS.   Les   types  
de  documents  produits  sont  :  

-­‐ Top  secrets  


-­‐ Des  basic  papers  pour  les  leaders  d’opinion  
-­‐ Des  digest  
-­‐ Des  articles  de  journaux  
-­‐ Des  livres  

Les  autres  caractéristiques  de  la  propagande  anti-­‐communiste  britannique  sont  qu’elle  est  :  

Non  officielle,  méthodes  influencées  par  la  propagande  de  guerre,  basées  sur  des  faits  réels  et  précis,  
dissémination   indirecte,   consolider   la   démocratie   et   les   valeurs   britanniques   dans   les   pays   libres  
menacés  par  le  communisme  –  propagande  ouverte  ;  vise  à  donner  une  image  négative  de  la  vie  en  
Union  Soviétique,  propagande  dissimulée.  

La  propagande  sera  toujours  diffusée  par  des  leaders  d’opinion  publique  :  les  médias  de  l’époque,  les  
hommes  politique,  et  par  le  syndicalisme.  Ce  mécanisme  de  diffusion  est  très  subtil.  Il  vaut  mieux,  on  
l’a  dit  dans  le  chapitre  précédent,  influencer  les  influents,  car  c’est  plus  discret  et  efficace.  L’IRD  peut  
aussi   être   considéré   comme   un   grand   centre   d’informations   sur   l’URSS,   ce   qui   était   remarquable   à  
l’époque   vu   l’aspect   fermé   du   «   bloc   ».   Elle   analysait   donc   les   différentes   sources,   avant   de   les  
retravailler  et  les  diffuser  vers  les  leaders  d’opinion.  
 
L’IRD  avait  son  siège,  son  bureau  central  à  Londres.  Dans  son  organisation  interne,  tous  les  corollaires  
du  département  traitaient  directement  avec  le  bureau  central.  Cela  dit,  au  niveau  mondial,  chaque  
ambassade  devait  créer,  dans  son  pays  d’attache,  un  réseau  pour  assurer  la  diffusion  des  nouvelles.  
C’étaient   les   missions   d’informations.   Quant   à   la   production   du   matériel   de   propagande,   chaque  
aspect  de  la  production  était  spécialisé  de  telle  manière  que  les  personnes  qui  y  travaillaient  n’aient  
jamais   un   aspect   global   de   leur   travail.   Par   exemple,   on   a   observé   une   dissémination   d’articles   de  
l’IRD   dans   la   presse   belge   entre   1953   et   1954.   De   fait,   dans   le   rapport   d’activité   de   la   mission  
d’information   britannique   à   Bruxelles   de   l’année   1954,   ils   écrivent   que   ça   a   été   «   une   année  
fructueuse  car  il  y  a  eu  beaucoup  d’articles  dans  la  presse  belge  et  que  les  auteurs  ont  eu  beaucoup  
de   succès   ».   La   question   à   se   poser   est   de   savoir   si   les   leaders   d’opinion   savaient   ou   non   que   le  
matériel   qu’ils   avaient   reçu   venait   d’un   bureau   de   la   propagande.   Ou   bien   étaient-­‐ils   contraints   de   le  
faire  ?  C’est  difficile  à  dire  avec  des  archives.  
Par  exemple,  dans  le  Journal  de  Charleroi  du  10  août  1953,  il  y  a  un  article  en  Une  qui  critique  la  mise  
en  scène  des  rassemblements  internationaux  où  tout  le  monde  a  l’air  joyeux  à  Bucarest.  
 
Sera  aussi  créé  à  cette  période  le  service  d’information  de  l’OTAN  :  NATIS.  
 
Le  rôle  de  NATIS  est  :  
-­‐ De  diffuser  une  image  positive  de  l’OTAN  et  de  ses  activités  
-­‐ De  centraliser,  coordonner,  et  publier  de  l’information  sur  l’organisation  
-­‐ De  stimuler  les  départements  d’information  nationaux  des  pays  membres  
-­‐ De  créer  un  sentiment  d’appartenance  collectif  au  sein  des  populations  de  l’Alliance  
Mais   surtout,   le   rôle   de   NATIS   était   de   collecter   de   l’information   et   de   conseiller   les   pays  
membres   en   matière   de   guerre   psychologique   afin   de   lutter   efficacement   contre   la  
propagande  soviétique.  
 
Pour   réaliser   ces   objectifs,   un   groupe   de   travail   sera   mis   en   place   pour   étudier   la   politique  
d’information.  
 
Mais  l’IRD  aura  une  influence  dans  ce  groupe  de  travail,  et  dans  le  travail  de  propagande  de  l’OTAN.  Il  
mène  clairement  l’orientation  des  discussions  dans  le  groupe  de  travail.  Leur  objectif  ultime  est  de  
constituer   un   pôle   de   recherche   et   de   lutte   contre   l’influence   néfaste   des   organisations   de   front  
communiste   en   Europe   occidentale.   On   assiste   à   une   prise   de   contrôle   évidente   des   britanniques  
dans  l’organisation  du  comité  de  l’information  de  l’OTAN.  
Le   fonctionnement   interne   montre   une   volonté   de   politique   de   délégation   de   la   part   de   l’IRD.   On  
observe  des  correspondances  entre  l’IRD  et  l’OTAN.  
 
L’Union  soviétique  possède  une  image  positive  en  1945.  Les  soviétiques  mettent  aussi  en  place  des  
festivals   mondiaux   de   la   jeunesse,   considérés   comme   fronts   communistes,   d’ailleurs.   Il   est   donc  
important  de  saboter  cette  image  et  ces  festivals.  
 
Causes  de  la  réaction  occidentale  :  
 
-­‐ Image  positive  de  l’Union  Soviétique  en  1945  
-­‐ Occidentaux  craignent  l’influence  communiste  sur  la  jeunesse  
-­‐ Idée  de  protection  de  la  jeunesse  envers  le  communisme  
-­‐ Festivals  perçus  comme  une  attraction  particulièrement  subversive  
L’IRD  va  donc  organiser  des  contre-­‐festivals,  et  instaurer  les  «  shock  squads  »,  des  délégations  très  
bien   informées   qui   tentent   d’empêcher   la   bonne   organisation   du   festival.   Ils   tentent   d’infiltrer   le  
festival  et  de  disséminer  l’idéologie  occidentale.    
Apparemment,  la  méthode  est  un  succès  et  l’IRD  décide  de  généraliser  la  méthode.  Mais  en  1959,  un  
festival  de  la  jeunesse  va  se  dérouler  à  Vienne,  du  côté  occidental,  donc,  dans  un  pays  neutre.  Des  
discussions  sont  alors  entamées  sur  les  mesures  à  prendre.  La  peur  est  grande  chez  les  britanniques  
que   les   jeunes   du   tiers-­‐monde   se   laissent   séduire.   Appel   est   fait   à   l’OTAN,   et   on   envisage   l’idée   aussi  
d’un  contre-­‐festival.  
 
Finalement,  on  décide  :  
-­‐  De  taire  l’événement  dans  la  presse  
-­‐ D’infiltrer  le  festival  par  les  shock  squads  
-­‐ D’agir  sur  la  jeunesse  du  tiers-­‐monde  en  particulier  
-­‐ D’organiser   des   mesures   «   maladroites   »   du   gouvernement   autrichien   envers   les  
organisateurs  
-­‐ D’organiser  des  activités  pro-­‐occidentales  
 
On   observe   donc   que   l’IRD   était   une   organisation   relativement   importante   qui   a   marqué   de   son  
empreinte   bien   des   aspects   de   la   nouvelle   Europe.   Cela   dit,   beaucoup   de   questions   restent   encore  
ouvertes.   Il   est   en   effet   difficile   de   travailler   à   partir   de   sources   «   secrètes   ».   Une   des   pistes   serait   de  
généraliser   l’étude   sur   la   presse   à   un   niveau   multinational,   et   de   poursuivre   l’étude   dans   les   archives  
de  l’OTAN.  
 
Regards  de  l’analyse  du  discours  sur  les  médias  contemporains  (  Laura  Calabrese)  
 

Pourquoi  l’analyse  du  discours  ?  

-­‐ C’est  un  domaine  multidisciplinaire  


-­‐ Elle  donne  un  regard  croisé  sur  un  même  objet  
-­‐ Elle  permet  de  formuler  de  nouvelles  interrogations  
-­‐ Elle  est  complémentaire  aux  sciences  de  l’information  et  de  la  communication    

SIC  vs  AD  :  

-­‐
Ce  sont  des  sciences  du  discours  
-­‐
Elles  offrent  des  approches  communicationnelles  
-­‐
Problématique  des  SIC  :  la  diffusion  d’information  dans  un  vaste  public  et  ses  effets  
-­‐
Problématique   de   l’AD  :   cherche   à   théoriser   le   caractère   social   du   discours,   la   façon   dont   il  
est  construit  dans  des  pratiques  concrètes  déterminées  historiquement.  Elle  voit  le  discours  
comme  une  macrostructure  qui  échappe  aux  individus,  qui  les  détermine:  nous  ne  sommes  
pas  maîtres  du  discours  mais  ses  agents  de  circulation  
Historique  :  

• Naît  dans  un  croissement  de  disciplines  


• Objet  :   le   discours   comme   concept   (les   règles   qui   régissent   sa   formation   dans   un   contexte  
précis)  
• Il  n’y  a  pas  de  textes  fondateurs  
• Foucault  :   s’interroge   sur   les   conditions   sociales   qui   fondent   un   discours.   Il   propose   le  
concept   de   «  formation  »   discursive   =   ensemble   d’énoncés   qui   se   rapportent   à   un   même  
système  de  règles  historiquement  déterminées  :  Ex  :  pro-­‐européen,  écologiste  
SE  compose  d’un  objet  commun/  d’un  type  d’énonciation/  d’un  système  de  concepts  
permanents/  d’un  choix  thématique.  

• Althusser  :   s’inspire   de   la   philosophie   marxiste.   Son   but   est   de   déconstruire   l’idéologie.   Le  


sujet,   croyant   être   maître   de   son   discours,   «   est   parlé   »   par   l’idéologie;   le   discours   est   habité  
par  un  déjà-­‐là…  
• Bakhtine  :   les   mots   et   énoncés   sont   porteurs   de   mémoires,   ils   sont   déjà   habités   par   les  
contextes  qu’ils  ont  rencontrés.  Le  but  du  discours  est  de  répondre  à  des  discours  antérieurs.  
Il  y  a  une  notion  de  dialogisme  
• L’origine  marxiste  explique  pourquoi  elle  se  limitait  aux  questions  politiques  à  ses  débuts  
• Depuis  les  70’s  elle  s’est  beaucoup  enrichie  de  concepts  et  de  méthodes  
• Elle  s’est  institutionnalisé  (université,  subsides,  centres  de  recherche)  
• Il  y  a  un  déplacement  des  objets  de  recherche  
 

Qu’est  ce  qu’un  discours  ?  

1) «  Nous  appellerons  discours  l’usage  du  langage  en  situation  pratique,  envisagé  comme  acte  
effectif,  et  en  relation  avec  l’ensemble  des  actes  (langagiers  ou  non)  dont  il  fait  partie  »  (P.  
Achard  1993)  
2) «   On   appelle   couramment   discours   toute   espèce   de   message   linguistique.   Ses   trois  
caractéristiques   essentielles   sont   les   suivantes:   il   concerne   toujours   au   moins   deux  
interlocuteurs,   il   vise   la   transmission   d’un   message   et   il   est   propre   à   un   contexte   »     Les  
discours  «  utilisent  un  langage  adapté  aux  circonstances  sociales,  économiques,  culturelles,  
politiques  »  
100  mots  pour  introduire  aux  théories  de  la  communication,  J.  Lazar  

Les  hypothèses  au  départ  de  l’AD  :  


• discours  délocalisé  
• tout  discours  porte  les  traces  de  ses  conditions  de  production  
• les  conditions  de  production  façonnent  le  discours  
• le  discours  repose  sur  un  inter  discours  
 

L’héritage  linguistique  :  

• hérite  autant  de  la  langue  que  de  la  parole,  même  si  elle  se  réclame  plutôt  de  la  linguistique  
• la  langue  est  la  matière  du  discours,  c’est  à  travers  elle  qu’il  est  observable  
 

L’intérêt  pour  les  formes  :  

• s’il  y  a  corrélation  entre  pratiques  discursives  et  pratiques  sociales,  alors  les  représentations  
sociales  doivent  être  visibles  dans  la  matérialité  de  la  langue  
• exemple   de   circulation   des   formes  :   2001   les   élections   françaises,   énorme   production  
discursive  autour  de  l’insécurité  discours  sécuritaire  
 

Qu’est  ce  que  le  discours  médiatique  ?  

• il  ne  se  laisse  pas  saisir  de  la  même  manière  que  les  autres  discours  
• on   peut   définir   un   discours   selon   la   typologie   communicationnelle   fondée   sur   la   vision  
pragmatique  du  discours.  
• Caractéristiques  :  
-­‐  dispositifs  de  transmission  propres  

-­‐  constitue  un  patchwork  des  discours  sociaux  

-­‐  polyphonie  :  plusieurs  voix  

-­‐  transmet  la  mémoire  discursive  

-­‐  fait  référence  à  l’extérieur  du  discours  :  l’actualité  

L’interdiscours  :  Tout  discours  s’appuie  sur  un  discours  antérieur.  La  notion  d’interdiscours  explique  
que  tout  discours  s’appuie  sur  un  discours  antérieur.  Dans  le  titre  «  Radiozapping  :  Tsunami  sur  la  
finance  »,  on  fait  référence  au  tsunami.  Un  raz  de  marée  sur  la  finance  se  nourrit  donc  d’un  ancien  
discours  sur  le  tsunami.  Il  existe  dont  un  déjà-­‐dit.  

Pourquoi  analyser  les  médias  ?  

• Base  méthodologie  pour  approcher  les  discours  sociaux  


• Observatoire  pour  analyser  les  liens  entre  discours  et  société  
• Presse=  observatoire  de  la  création  et  de  la  circulation  de  lexiques,  de  styles  et  d’idéologies  
• Fonction  d’information  (pédagogie)  :  interprète  l’actualité  et  donc  l’histoire  immédiate  
La  responsabilité  énonciative  :  

• Quelle  est  la  responsabilité  d’un  journaliste  lorsqu’il  rapporte  des  propos  idéologiques  qu’il  
n’assume  pas  
• Responsabilité  de  la  nomination  
• Le  contenu  sémantique  n’est  pas  rigide  
• Tout  mot  a  un  parcours  social  
• Mémoire   discursive  :   les   mots   gardent   la   mémoire   de   leur   parcours   mais   ce   parcours   peut  
être  oublié  par  les  locuteurs  
 
La  construction  de  la  mémoire  médiatique  
Les  désignations  voulues  d’événements  permet  aussi  de  réaliser  un  lien  une  famille  avec  les  
événements  mis  en  rapports.  
 
Recherches  sur  l’événement  :  

• Production  de  noms  qui  serviront  à  identifier  une  série  de  faits  comme  un  tout  unique  
• ces  noms  transmettent  la  mémoire  de  l’événement,  ses  coordonnées    
Conclusion  :  

• Le   discours   médiatique   a   pour   objet   l’actualité,   éphémère   par   nature   (événement   vs.  
structure)  
•  Mais   il   développe   une   série   de   stratégies   discursives   visant   à   restituer   la   mémoire   de  
l’histoire  immédiate  et  de  l’histoire  à  long  terme  
• Ces   stratégies   ne   sont   pas   du   seul   ressort   des   médias   mais   participent   de   processus   collectifs  
ou   de   groupe:   mémoire   collective,   opérations   de   transmission   (institutions   éducatives,  
culturelles,  discours  historique),  connaissance  encyclopédique  et  du  monde  
• La   construction   de   réseaux   mémoriels   se   fait,   notamment,   par   le   biais   d’une   forte   activité   de  
nomination  propre  aux  médias  
• Les  noms/expressions  servant  à  désigner  des  événements,  des  acteurs  ou  des  conjonctures  
constituent  des  «  déclencheurs  mémoriels  »  de  notre  histoire  immédiate  (actualité)  
• Dans   ce   sens,   les   mots,   les   expressions,   les   discours   sont   un   point   de   saisie   pour   l’analyste  
des  processus  socio-­‐historiques  
 
 
Informations  et  propagande  de  guerre  :  
 
Durant   la   1ère   guerre   mondiale,   les   journalistes   sont   sur   le   terrain,   habillés   comme   les   soldats,  
s’autocensuraient   pour   convenir   à   la   censure   de   l’Etat   major,   conscients   que   si   les   informations  
étaient   trop   négatives,   les   citoyens   ne   soutiendraient   plus   la   guerre.   Du   coup,   après   la   Première  
guerre  mondiale,  on  assiste  à  une  grave  crise  de  confiance  envers  la  presse  car  les  gens  se  rendent  
compte  que  la  presse  n’a  pas  montré  la  réalité  du  terrain.  La  Deuxième  guerre  mondiale  fonctionne  
un  peu  sur  le  même  schéma.  Du  point  de  vue  de  la  presse  se  met  en  place  le  mécanisme  de  pool  :  
des   journalistes   sont   sélectionnés   par   l’Etat   major   pour   récolter   l’information   et   la   redistribuer   aux  
autres  médias.  Ces  journalistes  portaient  des  armes  et  un  uniforme.  Ils  ne  sont  donc  pas  clairement  
identifiés  comme  journalistes.  De  plus,  les  dépêches  réalisées  sont  relues  et  censurées  pour  ne  pas  
porter  atteinte  au  moral  civil.  C’est  donc  à  nouveau  un  moyen  de  manipuler  l’opinion  des  alliés.  
 
Mais  réalisons  un  bond  et  projetons-­‐nous  dans  la  guerre  du  Vietnam.  En  1945  déjà,  le  Vietnam  lutte  
pour   l’indépendance   contre   les   japonais.   Elle   gagne   d’ailleurs   son   indépendance,   mais   en   1952,   la  
France   veut   recoloniser   le   Vietnam.   En   1954,   après   la   défaite   française,   l’accord   de   Genève   met   fin   à  
la  guerre  d’Indochine.  L’accord  divise  aussi  le  pays  en  République  Démocratique  du  Vietnam,  et  en  
République   du   Vietnam.   L’un   est   soutenu   par   les   soviétiques,   l’autre   par   les   américains.   Mais   le  
Vietnam  Sud  américain  attaque  le  Vietnam  Nord,  communiste.  
 
La   guerre   du   Vietnam   sera   vraiment   la   1ère   guerre   médiatisée,   surtout   à   la   télévision.   Les   images  
circulent   beaucoup   chez   les   américains.   De   plus,   les   journalistes,   pour   la   première   fois,   sont  
quasiment   libres.   Ils   ne   sont   plus   autant   encadrés.   C’est   pour   ces   raisons   que   le   Vietnam   reste  
vraiment  la  référence  en  termes  de  liberté  sur  le  terrain.  Les  Américains  ne  vont  effectivement  pas  
mettre  de  censure,  mais  ils  mettront  en  place  une  réelle  campagne  de  relations  publiques.  C’est  le  
début   des   visites   de   presse.   L’objectif   officiel   est   d’encourager   et   de   faciliter   les   visites   des  
journalistes.   L’objectif   officieux   est   d’obtenir   des   reportages   positifs   pour   l’armée   américaine.  
D’ailleurs,  ça  marche…  au  début.  Mais  à  partir  de  1968,  avec  l’offensive  du  Têt.  Les  images  horribles  
montrées  dans  les  médias  provoque  une  tension  croissante  entre  les  journalistes  et  les  militaires,  qui  
se  sentent  trahis  par  les  reportages,  qu’ils  estiment  antipatriotiques.  De  plus,  la  chute  du  soutien  de  
la  population  à  cette  guerre  qui  s’enlise  conforte  le  gouvernement  que  la  faute  de  la  baisse  morale  
vient   des   journalistes.   Depuis   lors,   il   n’existe   plus   vraiment   de   confiance   entre   les   militaires   et   les  
journalistes   puisque   les   militaires   ont   été   renforcés   dans   l’idée   qu’il   faut   contrôler   les   journalistes.  
Les  Falklands  sont  une  bataille  de  74  jours  entre  l’Argentine  et  la  Grande-­‐Bretagne  en  1982.  
L’Argentine   avait   envahi   les   Îles   Malouines.   Ce   stéréotype   d’un   journalisme   qui   peut   provoquer   la  
défaite  est  encore  vif  dans  les  esprits.  Les  pools  sont  donc  remis  en  place.  Mais  les  journalistes  sont  
mal   préparés   à   ce   conflit   et   les   images   sont   difficiles   à   avoir.   Les   journalistes   choisis,   tous  
britanniques,  seront  totalement  dépendants  des  forces   armées,  et  seront  encadrés  par  des  minders,  
des  censeurs.  
 
Citons   aussi   le   conflit   de   Grenade   entre   les   Etats-­‐Unis   et   la   Grenade,   devenue   trop   proche   des  
communistes.  Toujours  le  syndrome  du  Vietnam,  on  interdit  la  présence  des  journalistes.  Le  conflit  
en  ex-­‐Yougoslavie  est  différent  puisque  les  journalistes  européens  ont  l’opportunité  d’aller  par  eux-­‐
mêmes  (parfois  en  voiture)  sur  le  terrain.  Ils  prennent  de  gros  risques,  car  ils  sont  alors  considérés  
comme   des   civils.   Il   y   aura   beaucoup   de   pertes.   Il   n’y   aura   pas   de   censure,   mais   il   existera   un  
problème  de  communication  avec  les  forces  armées.  
 
Cas  spécifique  de  la  guerre  du  golf  :  
 
En   1990,   le   Koweït   est   envahi   par   l’Irak   qui   sort   d’une   guerre   avec   l’Iran.   Le   Conseil   de   Sécurité   de  
l’ONU   vote   une   résolution   appelant   au   retrait   des   troupes.   Une   deuxième   résolution   instituera   un  
embargo  sur  l’Irak  qui  refuse  de  se  retirer  du  Koweït.  Enfin,  une  3ème  résolution  impose  le  retrait  de  
l’Irak,  sous  peine  de  répression.  C’est  donc  le  début  de  l’opération  «  Tempête  du  désert  »  menée  par  
les  USA,  la  Grande-­‐Bretagne,  la  France,…  
 
Le   contexte   médiatique   est   toujours   marqué   par   le   syndrome   du   Vietnam.   Les   médias   protestent.  
L’armée   décide   alors   de   revenir   au   système   des   pools,   tant   décrié   et   critiqué,   surtout   que   les   médias  
ont  désormais  les  moyens  technique  de  couvrir  cette  guerre  en  direct.  Finalement,  on  ne  verra  pas  
grand-­‐chose,   à   part   ces   «   images   de   jeu   vidéo   »   :   ces   images   nocturnes   prises   d’avion   où   l’on  
distingue  à  peine  une  explosion.  Forcément,  les  gouvernements  le  savaient,  mais  ils  ont  bien  gérés  
puisque   les   journalistes   se   sont   plus   battus   entre   eux   pour   accéder   aux   pools,   que   pour   avoir   des  
images.   Sans   compter   que   les   journalistes   qui   accédaient   à   ces   pools   tant   convoités   se   sentaient  
tellement   valorisés   que   leur   vision   de   la   chose   devenait   patriotique.   Finalement,   les   critiques   vont  
pleuvoir   sur   les   médias   puisque   l’on   n’a   rien   vu.   Ce   qui   est   par   contre   positif   pour   les   armées  
américaines.  
 
Le  journalisme  pendant  la  guerre  en  Irak  :  
 
Le  World  Trade  Center  tombe  en  2001.  En  représailles,  les  Américains  s’attaquent  à  l’Irak.  En  octobre  
2002,  le  Congrès  donne  les  pouvoirs  au  Président  de  disposer  de  tout  pouvoir  par  rapport  à  la  guerre  
en   Irak.   En   novembre   2002,   une   résolution   demande   le   désarmement   en   Irak.   Les   rapporteurs   de  
l’ONU   vont   en   Irak.   Si   dans   un   premier   temps   les   rapports   sont   mitigés,   ils   deviennent   plus  
encourageants  par  la  suite.  Les  Etats-­‐Unis  prendront  finalement  le  contrôle  de  Bagdad  en  avril  2003.  
 
Cette  guerre  ne  s’est  pas  faite  en  peu  de  temps.  Les  autorités  auront  le  temps  de  la  préparer  à  tous  
les  points  de  vue.  Dès  le  début  les  autorités  américaines  mettent  en  place  le  principe  du  journaliste  
embedded.   On   leur   promet   autant   de   liberté   qu’au   Vietnam,   mais   avec   la   possibilité   d’être   sur   les  
champs  de  bataille.  
 
Ce  choix  de  proposer  l’intégration  des  journalistes  vise  trois  objectifs  :  
1.  Répondre  à  une  demande  des  journalistes  
2.  Atténuer  la  désinformation  de  Saddam  Hussein  
3.  Montrer  le  professionnalisme  des  soldats  
 
Mais  c’est  surtout  une  bonne  manière  de  contrôler  les  informations  émises,  même  s’il  n’existe  pas  de  
censure   directe.   Si   les   Etats-­‐Unis   étaient   aussi   optimistes,   c’est   parce   qu’ils   savaient   qu’ils   avaient   de  
grandes   chances   de   gagner.   Entre   600   et   700   journalistes   seront   embarqués,   par   opposition   aux  
journalistes  unilatéraux  qui  décident  de  s’embarquer  seuls  dans  les  batailles,  le  danger  en  plus,  mais  
aussi  la  liberté.  
 
Les  conditions  de  travail  sur  le  terrain  personnellement  vécues  sur  le  terrain  seront  répercutées  dans  
les   informations.   Les   journalistes   veulent   être   honnêtes   avec   le   public   et   montrer   comment   ils  
travaillent.  Il  y  aura  énormément  d’articles  qui  traiteront  des  conditions  de  travail  des  journalistes.  
 
Les  conditions  de  travail  sur  le  terrain  personnellement  vécues  sur  le  terrain  seront  répercutées  dans  
les   informations.   Les   journalistes   veulent   être   honnêtes   avec   le   public   et   montrer   comment   ils  
travaillent.  Il  y  aura  énormément  d’articles  qui  traiteront  des  conditions  de  travail  des  journalistes.  
 

Mais  il  n’y  a  pas  que  des  avantages,  loin  de  là  :  

Les   journalistes,   par   exemple,   doivent   signer   une   charte   acceptant   que   leur   reportage   soit   censuré  
(même  si  cela  a  rarement  été  le  cas),  et  acceptant  de  ne  pas  donner  leur  position.  Ils  n’ont  pas  non  
plus  de  liberté  de  mouvement.  Les  journalistes  doivent  rester  en  permanence  avec  l’unité.  Ils  n’ont  
donc  pas  la  possibilité  de  rencontrer  la  population.  Sans  parler  de  leur  manque  de  recul.  A  force  de  
vivre  avec  l’unité,  les  journalistes  ont  une  tendance  à  adapter  leur  point  de  vue,  et  deviennent  des  
outils  de  propagande  américaine  puisqu’ils  ne  peuvent  donc  parler  que  des  avancées  états-­‐uniennes.  

Abordons  aussi  le  mimétisme,  où  les  journalistes  se  prennent  pour  des  soldats.  Ils  ne  le  font  pas  tous,  
il   ne   faut   pas   généraliser,   mais   certaines   poussent   l’identification   assez   loin,   parfois   jusqu’à   l’arme.  
Des   amitiés   aussi   peuvent   se   tisser   entre   journalistes   et   soldats,   empêchant   la   critique   objective.  
Enfin,  abordons  un  risque  d’empathie  trop  grand,  et  un  point  de  vue  restreint  de  la  guerre.  

Il   existe   une   réelle   concurrence   entre   les   embedded   et   les   unilatéraux.   Chacun   prétend   avoir   un  
meilleur  traitement  de  l’information.    

Après,  les  soldats  ont  commencé  à  souffrir  de  plus  en  plus  à  cause  de  l’augmentation  des  attaques  
terroristes.  Ils  ont  de  plus  en  plus  de  mal  à  garder  le  contrôle  de  la  situation.  De  plus,  le  retrait  des  
troupes   ne   va   pas   tarder,   et   interdiction   est   faite   aux   soldats   de   parler   avec   les   journalistes.   =>  
Journalistes   qui   se   font   de   plus   en   plus   rares   parce   que   la   guerre   paraît   moins   intéressante   (et   est  
plus  dangereuse).  

Le   traitement   de   l’information   par   les   journalistes   unilatéraux   n’était   pas   spécialement   plus  
indépendant,   car   ils   finissaient   souvent   par   s’accrocher   quand   même   à   des   unités.   Mais   ils   avaient  
quand  même  une  vision  plus  globale.  La  solution  pourrait  être  d’avoir  des  journalistes  embarqués,  et  
des  journalistes  unilatéraux.  

CONCLUSIONS  GENERALES  DU  COURS  :  

Axes  thématiques  

La  question  de  la  communication  de  masse  et  de  son  histoire  

On   essaie   de   comprendre   comment   la   communication   de   masse   s’est   imposée   depuis   le   19ème  


siècle,  d’adopter  une  perspective  basée  sur  la  durée.  Les  notions  de  foules,  de  masse,  de  public,…  ont  
été   abordées.   L’histoire   de   la   communication   de   masse   nous   a   appris   qu’il   fallait   considérer   le  
contexte  historique  et  médiatique.  

Historiographie  et  théories  de  la  communication  de  masse  

Qui  dit  à  quoi  à  qui  par  quel  canal,  comme  disait  Lasswell.  C’est  l’étude  des  acteurs,  des  contenus,  
des   publics,   et   des   médias.   On   aborde   les   représentations   véhiculées   par   les   médias.   On   découvre  
que   les   publics   ont   été   négligés   dès   le   départ.   L’histoire   de   la   communication   de   masse   est   basée,   au  
départ,  sur  la  recherche  de  la  communication  en  général.  
La  propagande  

On  a  abordé  l’histoire  et  la  pratique  de  la  propagande.  Comment  a-­‐t-­‐on  menées  ces  campagnes,  et  
sur  quelles  théories  ont-­‐elles  été  menées.  On  a  aussi  traité  les  notions  plurielles  de  la  propagande,  
dans  son  acception  politique,  dans  son  acception  de  guerre,  et  dans  son  acception  publicitaire.  Pour  
aborder   cette   question,   nous   sommes   partir   des   ruptures   et   continuités.   On   a   aussi   parlé   des  
transferts   de   compétences   dans   les   régimes   politiques   à   des   domaines   politiques,   mais   aussi  
commerciaux  et  militaires.  On  a  également  parlé  de  la  question  des  techniques  et  des  techniciens.