Vous êtes sur la page 1sur 12

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

École Polytechnique de Sousse


Département de Génie Electromécanique

Circuits électriques en régime triphasé équilibré

1. Introduction

Un circuit triphasé est un circuit alimenté par trois tensions alternatives sinusoïdales v1(t),
v2 (t) et v3(t) et parcouru par trois courants alternatifs sinusoïdaux i1(t), i2(t) et i3(t).

Un circuit triphasé est équilibré quand la source et la charge sont toutes les deux équilibrées.

 Une source de tension triphasée est équilibrée lorsque les trois tensions générées sont
2ᴨ
de même amplitude, de même pulsation et déphasées régulièrement de l’une par
3

rapport à l’autre.
 Une charge triphasée est équilibrée lorsque toutes les impédances de chacune des trois
phases sont identiques en module et en argument.

Il en résulte que dans un circuit équilibré, les trois courants de ligne sont de même amplitude
2ᴨ
et décalés régulièrement de l’un par rapport aux autres.
3

2. Systèmes triphasés équilibré en tension


2.1. Définitions
Le modèle simplifié usuel d’une source de tension triphasé comprend trois sources
monophasées connectées en étoile, c’est à dire avec un point commun.

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 1/12


Chaque source correspond à une phase. Le point commun aux trois sources est appelé le
neutre. On appelle ligne l’ensemble des conducteurs transmettant l’énergie. Elle comporte, en
triphasé, trois conducteurs de phase complétés éventuellement par un conducteur de retour du
courant appelé conducteur de neutre. On appelle tensions simples les trois tensions V1, V2,
V3, de module V, mesurées entre chaque conducteur de phase et le point neutre de la source
triphasée. On les dénote conventionnellement par V1N, V2N, V3N. On appelle tensions
composées les trois tensions mesurées entre deux conducteurs de phase : U13, U21, U32.

Ph1

U21
U31
Ph 2

U23 V1N
Ph 3 V2N

V3N

2.2. Sens de succession des phases


Par convention, le sens est direct quand les vecteurs représentant les grandeurs sont numérotés
dans le sens horaire. Le sens est dit inverse quand le numérotage est croissant dans le sens
trigonométrique.

 Système de tensions triphasé équilibré direct :


v  V sin t  V1  V
1 m
 2
  2   j
v2  Vm sin  t   V2  Ve 3
  3   4
j
  4  V  Ve 3
v3  Vm sin  t   3

  3 

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 2/12


Dans le plan complexe, le système de tension direct est représenté sur la figure1.

V3

V1

V2
Figure.1. Représentation vectorielle du système de tensions triphasées équilibré direct

Suivant cette succession de phases, le système triphasé équilibré obtenu est dit système
triphasé équilibré direct.

 Système de tensions triphasé équilibré inverse :


v  V sin t  V1  V
1 m
 2
  2   j
v2  Vm sin  t    2
V  Ve 3

  3   4
 V  Ve 3
j
 4   3
v3  Vm sin  t  
  3 

Dans le plan complexe, le système de tension direct est représenté sur la figure 2.

V2

V1

V3

Figure.2. Représentation vectorielle du système de tensions triphasées équilibré inverse

Suivant cette succession de phases, le système triphasé équilibré obtenu est dit système
triphasé équilibré inverse

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 3/12


2.3. Relations entre tensions simples et tensions composées

En appliquant la loi de mailles, les relations suivantes entre tensions simples et tensions
composées peuvent être établies:

U12 = V1 - V2 = V (1 – e-j2ᴨ/3) = 3 Vejᴨ/6 = 3 Vejᴨ/6

U23 = V2 – V3 = V (e-j2ᴨ/3 – e-j4ᴨ/3) = 3 V e-jᴨ/2 = 3 V2ejᴨ/6

U31 = V3 – V1 = V ( e-j4ᴨ/3 -1) = 3 Vej5ᴨ/6 = 3 V3ejᴨ/6

Les tensions composées forment donc également un système triphasé équilibré en avance de

par rapport aux tensions simples.
6

Le diagramme des phaseurs d’un système est le suivant :

3. Couplage des récepteurs en triphasé


Les récepteurs triphasés sont constitués de trois récepteurs monophasés d’impédances Z1, Z2
et Z3. Un récepteur triphasé est donc un système avec 6 bornes que l’on doit alimenter avec un
réseau triphasé constitué de 3 bornes de phase et éventuellement d’une borne de neutre.
Donc pour alimenter un récepteur triphasé avec un réseau triphasé, il est nécessaire de réaliser
un couplage des 6 bornes du récepteur. Ces trois impédances peuvent être connectées en étoile
ou en triangle.
Une charge triphasée équilibrée est caractérisée par trois impédances identiques (même
module et même argument) : Z = Zejφ.

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 4/12


3.1. Définitions
Les trois tensions de phase de la charge sont les tensions aux bornes de chaque impédance :
Vz1, Vz2, Vz3.

Les trois courants de phase de la charge sont les courants traversant chaque impédance : Iz1,
Iz2, Iz3.

Dans un système triphasé équilibré à charge équilibrée, les trois tensions aux bornes de
chaque impédance ont même module ainsi que les trois courants traversant chaque impédance

3.2. Connexion en étoile

Dans le montage étoile (symbolisé par le signe Y), les trois impédances de la charge triphasée
ont un point commun N’, appelé point neutre de la charge, et sont alimentées par les trois
tensions simples :

Vz1
I1 IZ1
Ph1 Z

Vz2
I2 IZ2
Ph2 Z

Vz2
I3 IZ3
Ph3 Z

N N’

Si la charge est équilibrée, les tensions aux bornes de chaque impédance se confondent avec
les tensions simples de la source d’alimentation et possèdent le même module : Vz1 = V1 ;
Vz2 = V2 ; Vz3 = V3

On en déduit les courants traversant chaque impédance :


Vz1 V1 𝑉
Iz1= I1= = = 𝑒 −𝑗𝜑
Z 𝑍
Z
Vz2 V2 2ᴨ
𝑉
Iz2= I2= Z = Z = 𝑒 𝑗 (−𝜑− 3 )
𝑍

Vz3 V3 4ᴨ
𝑉
Iz3= I3= = = 𝑒 𝑗 (−𝜑− 3 )
Z Z 𝑍

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 5/12


Dans un montage étoile, les courants de ligne se confondent avec les courants de phase de la
charge.
Le courant de retour entre les points neutres de la charge et de la source vaut :
2ᴨ 4ᴨ
𝑉
IN = Iz1+ Iz2 + Iz3 = 𝑍 𝑒 −𝑗𝜑 ( 1+ 𝑒 −𝑗 3 + 𝑒 −𝑗 3 ) = 0

Si le récepteur est équilibré alors : IN=0

3.3. Connexion en triangle

Dans le montage triangle, les trois impédances de la charge triphasée sont alimentées par les
trois tensions composées de la source triphasée et forment un circuit fermé sur lui-même. La
charge en montage triangle n’a pas de point neutre :
Ph1
Vz1
I1 IZ1

U12
U31 Vz2
I2 IZ2
Ph2

U23 Vz3
I3 IZ3
Ph3

Les tensions aux bornes de chaque impédance se confondent ici avec les tensions composées
de la source d’alimentation et possèdent le même module :

Vz1 = U12 ; Vz2 = U23 ; Vz3 = U31

On en déduit les courants traversant chaque impédance :

Vz1 U12 𝑒 −𝑗𝜑


I1= = = U12
Z Z 𝑍

2ᴨ
Vz2 U23 𝑒
𝑗 (−𝜑 −
3
)
I2= = = U12
Z Z 𝑍

4ᴨ
Vz3 U31 𝑒
𝑗 (−𝜑 −
3
)
I3= = = U12
Z Z 𝑍

Les courants de ligne sont obtenus en appliquant la loi de Kirchhoff sur les courants :

I1= Iz1 - Iz3 = 3 Iz1 𝑒 −𝑗 ᴨ/6

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 6/12


I2 = Iz2 - Iz1 = 3 Iz2 𝑒 −𝑗 ᴨ/6
I3 = Iz3 - Iz3 = 3 Iz3 𝑒 −𝑗 ᴨ/6
Le module des courants de lignes est 3 fois celui des courants traversant la charge connectée
en triangle :
I= 3 Iz

4. Puissance en régime triphasé équilibré


 Puissance instantanée : Pour la puissance instantanée : p  t   v1i1  v2i2  v3i3

 Puissance active (P en Watt (W)) : correspond à la puissance « consommée » par le


récepteur, c’est la seule puissance qui peut être transformée en énergie mécanique,
thermique, lumineuse …
 Puissance réactive (Q en Voltampères réactifs (Var)) : sert à la magnétisation des
circuits magnétiques des machines électriques (transformateurs, moteurs, …).
 Puissance apparente (S en Voltampères (VA)) : elle permet de dimensionner les
appareils électriques.
La puissance absorbée par une charge triphasée est la somme des puissances absorbées par
chaque phase.
 Couplage en étoile
Si le récepteur couplé en étoile est équilibré, alors chaque élément du récepteur triphasé est
soumis à une tension de valeur efficace V (tension simple) et, est traversé par un courant
d’intensité efficace I ( courant composé ) et tel que φ est le déphasage de I par rapport à V.
L’argument de l’impédance correspond au déphasage entre le courant de ligne et la tension
simple de chaque phase. I1
L1

V1

V2
V3

I2
L2 I3
L3
N

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 7/12


La puissance active d’un récepteur triphasé équilibré couplé en étoile est :

P = 3 V I cos  = 3 Re(Z) I2
La puissance réactive d’un récepteur triphasé équilibré couplé en étoile est :

Q = 3 V I sin  = 3 Img (Z) I2


La puissance apparente d’un récepteur triphasé équilibré couplé en étoile est :

S=3VI

Comme on sait que V = U / 3 , les résultats précédent s’écrivent :

P = 3 U I cos  Q = 3 U I sin  S= 3UI

 Couplage en triangle
Si le récepteur couplé en triangle est équilibré, alors chaque élément du récepteur triphasé est
soumis à une tension de valeur efficace U ( tension composée ) et est traversé par un courant
d’intensité efficace J ( courant simple ) et tel que φ est le déphasage de J par rapport à U.
L1
J

U12 U31

J
J
L2

U23
L3

La puissance active d’un récepteur triphasé équilibré couplé en étoile est :

P = 3 U J cos  = 3 Re((Z) J2

La puissance réactive d’un récepteur triphasé équilibré couplé en étoile est :

Q = 3 U J sin  = 3 Img((Z) J2

La puissance apparente d’un récepteur triphasé équilibré couplé en étoile est :

S=3UJ

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 8/12


Comme on sait que J = I / 3 , les résultats précédent s’écrivent :

P = 3 U I cos  Q = 3 U I sin  S= 3UI

4.1. Théorème de Boucherot

Les puissances actives et réactives totales absorbées par un groupement de dipôles sont
respectivement égales à la somme des puissances actives et réactives absorbées par chaque
élément de groupement.

Ptot=∑Pi et Qtot=∑Qi
Attention : Ce théorème ne s’applique pas à la puissance apparente Stot On a alors :

Stot  P2
tot  Qtot
2

4.2. Mesure des puissances active et réactive en triphasé équilibré


4.2.1. Appareil de mesure

Pour mesurer la puissance active dans un circuit, on utilise un wattmètre. Un wattmètre peut
être considéré comme un appareil combinant un voltmètre et un ampèremètre.

4.2.2. Méthode de mesure utilisant un seul wattmètre

Dans le cas d’un système triphasé avec un neutre, on mesure P1, P2 et P3 entre une phase et le
neutre.

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 9/12


On calcule Ptri = P1 + P2+ P3
Si le système est équilibré P1 = P2 = P3 et alors Ptri = 3 Pmono

Le schéma de montage est le suivant :

Cette méthode n’est valable que pour une charge triphasée équilibrée.

4.2.3. Méthode utilisant deux wattmètres

Dans le cas d’un système triphasé sans neutre, on mesure P1 et P2


p  t   v1i1  v2i2  v3i3

Comme en régime triphasé équilibré i1  i2  i3  0  i3    i1  i2 

La puissance instantanée s’écrit alors :


p  t   v1i1  v2i2  v3  i1  i2 
  v1  v3  i1   v2  v3  i2
 u13 (t )i1 (t )  u23 (t )i2 (t )
La puissance active P est la valeur moyenne de la puissance instantanée :
T
1
T 0
P p(t )dt

1 
T T
   13 1
u (t )i (t ) dt   u23 (t )i2 (t )dt 
T 0 0 
P  U13 I1 cos  I1 ,U13   U 23 I 2 cos  I 2 ,U 23 

P1  U13 I1 cos  I1 ,U13 


 
 UI cos    
6 

P2  U 23 I 2 cos  I 2 , U 23 
 
 UI cos    
6 
Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 10/12
La puissance active P est donnée par :
P = P1+P2
La puissance réactive est donnée par :
Q = 3 (P1-P2)

Cette méthode est appelée méthode de 2 wattmètres. Le schéma de montage est le suivant :

5. Relèvement du facteur de puissance

Lorsqu’une installation électrique présente un faible facteur de puissance, les courants


absorbés en ligne augmentent pour le transport d’une puissance active donnée. Ceci engendre
des pertes supplémentaires dans les lignes électriques, entraînant un surcoût pour de
distributeur d’énergie.
Le fournisseur de l’énergie impose aux industriels un facteur de puissance minimal à
respecter (ex : 0,8).
Une solution consiste à placer batterie de condensateurs qui vont fournir de la puissance
réactive cette technique est appelé compensation de l’énergie réactive.

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 11/12


On a (d’après théorème de Boucherot) : Q′=Q+QC
Or : Q=Ptan(φ) et Q′=Ptan(φ′)
Donc : QC = Q′−Q = P(tan(φ′)−tan(φ))

Exemple :

On désire relever le facteur de puissance de l’installation de l’exemple


précédent (cos(φin)=0.7576) pour l’amener à la valeur cos(φ′)=0.95, la puissance active
absorbée reste la même Ptot = 61976 W.

1) Calculer la nouvelle puissance réactive Q’ de l’ensemble (batterie de condensateurs +


installation)
2) En déduire la valeur de la capacité C de chacun des trois condensateurs montés en triangle.

Support de cours Circuits Electriques HOSSEYNI Anissa 12/12