Vous êtes sur la page 1sur 6

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/321604821

Les lésions par accident de circulation routière à Bangui (RCA): Aspects


clinique thérapeutique et évolutif

Article · June 2017

CITATIONS READS

0 529

1 author:

B-J-D Tekpa
Université de Bangui
34 PUBLICATIONS   54 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

orthopaedic surgery View project

All content following this page was uploaded by B-J-D Tekpa on 05 March 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


ARTICLE ORIGINAL RECAC 2017; 2(10): 35-39

LES LÉSIONS PAR ACCIDENT DE CIRCULATION ROUTIÈRE À BANGUI (RCA): ASPECTS


CLINIQUE, THÉRAPEUTIQUE ET ÉVOLUTIF.

CLINICAL, THERAPEUTICAL AND EVOLUTIVE ASPECTS OF TRAFFIC ROAD’S LESIONS IN BANGUI (CAR).

Tékpa BJD1, Gassima B1, Ndoma VN2, Issa Mapouka PA1, Diemer H3, Gaudeuille A2.

1-Service d’Orthopédie Traumatologie. CHU Communautaire de Bangui


2-Service de Chirurgie pédiatrique. Complexe pédiatrique de Bangui
3-épartement de Santé publique. Faculté des Sciences de la Santé de Bangui

Correspondance : Dr Bertrand Jean-de-Dieu TEKPA.


BP : 2535 Bangui (RCA).
Tel. 00236 75470600
E.mail: tekpabertrand@yahoo.fr

RESUME

Introduction : Les accidents de la voie publique sont nombreux à Bangui, et posent des problèmes de prise en charge.
L’objectif de ce travail était d’étudier Les auteurs présentent les lésions observées, le traitement apporté et leurs suites
chez les victimes d’accident de circulation routière à Bangui (RCA) et les résultats obtenus.
Matériels et Méthodes : Il s’agissait d’une étude prospective de 12 mois (du 1er Juin 2011 au 30 Mai 2012) pourtant
sur les lésions causées par les accidents de circulation routière (ACR) prises en charge dans les services de traumatologie
adulte et pédiatrique de Bangui, incluant les victimes vivantes présentant une lésion justifiant d’une incapacité tempo-
raire totale de 21 jours ou décédées des suites des blessures. Les autres accidents étaient exclus. Les lésions élémentaires
étaient classées ainsi que leur association. Les indications thérapeutiques étaient précisées.
Résultats : 1167 victimes d’ACR étaient étudiées. Les hommes représentaient 72,58%. L’âge moyen des victimes était
de 29 ans. Les lésions des parties molles prédominaient dans avec 48,50% (859 cas) suivies des fractures avec 44,27%
(784 cas). Les fractures siégeaient aux membres inférieurs dans 67,73% des cas (n=531). Les fractures du fémur domi-
naient sur l’ensemble des fractures avec 247 cas suivies des fractures de jambe avec 253 cas. Parmi les 784 fractures
enregistrées, 23% étaient ouvertes. Les luxations glêno-humérales représentaient 31,03% des luxations observées suivies
de celles de la cheville (15,52%). En tout,1593 indications thérapeutiques avaient été posées dont 590 actes opératoires
et 514 traitements orthopédiques. Le reste des actes chirurgicaux étaient des parages et des sutures des plaies et tendons.
Nous avons enregistré 101 décès avaient été enregistrés en hospitalier au cours de l’étude.
Conclusion : La charge de travail engendrée par les ACR est énorme pour nos services sous-équipés en logistique et en
personnel. L’équipement des services et la formation des chirurgiens devraient être une préoccupation des pouvoirs pu-
blics ainsi que la prévention des ACR.
Mots clés : accident, circulation routière circulation, route, lésion, traitement. Centrafrique.

SUMMARY

Introduction: Les accidents de la voie publique sont nombreux à Bangui,Road accidents are frequent in Bangui, and lead
to problems of care. The aim of this study was to present the lesions observed, their treatment and the results obtained.
their consequences for victims of road traffic in Bangui (CAR).
Patients and Methods: n the case of a prospective 12-month (1St June 2011 to May 30, 2012) yet on injuries caused by
traffic accidents road (ACR) support in adult and pediatric of Bangui trauma services, including the living victims with
an injury for a total of 21 days temporary disability or died as a result of injuries. Other accidents were excluded. Basic
lesions were classified as well as their association. The therapeutic indications were specified.
Results: 1167 victims of RTAs were studied. Men accounted for 72.58%. The average age of the victims was 29 years.
Lesions of the soft parts were prominent in 48.50% (859 cases) followed fractures with 44.27% (784 cases). Fractures sat
in the lower limbs in 67.73% of cases (n = 531). Fractures of the femur dominated throughout followed with 247 cases
fractures fractures of leg with 253 cases. Among the recorded 784 fractures, 23% were open. Gleno-humeral dislocations
were 31.03% of observed dislocations followed those of the ankle (15.52%).
REVUE de Chirurgie d’Afrique Centrale (RECAC) VOLUME 2, NUMÉRO 10. Juin 2017
35
1593 therapeutic indications had been asked which 590 surgical acts and 514 orthopedic treatments. The rest of the surge-
ry were the neighborhood and suturing of wounds and tendons. 101 deaths were registered in the hospital during the study.
Conclusion : The workload generated by the cab is huge for our under-equipped services in logistics and staff. Services
equipment and the training of surgeons should be a concern of the public authorities and the prevention of RTAs.
Key words : accident, road, traffic, injury, treatment. Central Africa

INTRODUCTION graphique standard réalisé. Les données étaient saisies et


Les accidents de circulation routière (ACR) représentent analysées en utilisant le logiciel Epi-info 2008 version
un véritable problème de santé publique mondial. Qua- 3.2.2.
lifié de péril routier, ce problème a commencé à mar-
quer un intérêt pour l’Organisation Mondial de la Santé RESULTATS
(OMS) depuis l’année 1961 [1-3]. Ils représentent 16%
de la charge de la maladie à l’échelle mondiale en 1998. Caractéristiques des victimes d’ACR :
En Afrique subsaharienne, les lésions traumatiques liées L’étude avait inclus 1167 victimes d’ACR âgées en
aux ACR constituent une source importante de morbidité moyenne de 29 ans (extrêmes : 2 mois et 80 ans). Les
[1]. hommes représentaient 72,58% de la série. Le type de
D’après les statistiques de l’OMS en 2003, 20 à 50 mil- conflit moto-piéton était le plus fréquent avec 241 cas
lions d’ACR sont comptabilisés chaque année faisant 1,2 (20,65%) suivi du type voiture-piéton (14,57%) ; 1535
millions de décès (soit plus de 3000 personnes tuées par véhicules à moteur (VAM) étaient impliqués dans les
jour) et 140000 blessés dont 15000 resteront handicapés ACR repartis en 778 motos, 557 voitures et 200 camions.
à vie. Si les chiffres actuels sont déjà alarmants, les ten- Parmi ces VAM impliqués, 571 étaient des véhicules de
dances le sont encore davantage avec une possible aug- transport en commun (soit 48,93%) suivis de 470 véhi-
mentation du nombre annuel de décès et des incapacités cules particuliers (soit 40,24%). Les victimes étaient des
dus aux ACR d’ici 2020 de plus de 60% [4,5]. passagers dans 48,50% des cas suivis des piétons 26,56%
A Bangui, capitale de la République centrafricaine, les et des conducteurs 21,94% avec un total de 857 passagers
lésions corporelles engendrées par les ACR constituent de VAM (70,44%). Les occupants de VAM ne portaient
une charge importante pour les services de traumatologie ni le casque ni la ceinture de sécurité dans 98,70%.
pédiatrique et adulte. Leur ampleur a été aggravée par Bilan lésionnel :
l’introduction des motos et des véhicules de transport de Les 1167 victimes de l’étude étude avaient présenté 2568
marchandises comme moyens de transport en commun. lésions corporelles de localisations diverses. Les lésions
Les auteurs rapportent les résultats de leur étude sur les des membres représentaient 61,86% des cas, et les lé-
ACR au plan clinique, thérapeutique et évolutif afin de sions cranio-encéphaliques 19,43% des cas (Figure 1).
préparer l’accueil des blessés.

MATERIEL ET METHODES

Il s’agissait d’une étude prospective descriptive de douze


mois allant du 1er Juin 2011 au 30 Mai 2012, réalisée
dans les services de Chirurgie pédiatrique du Complexe
pédiatrique et de Chirurgie Orthopédique et Traumato-
logique de l’Hôpital Communautaire de Bangui qui sont
les deux services de référence nationale dans la prise en
charge des affections traumatologiques touchant les deux
catégories d’âge. Etaient inclus dans la série, les victimes
d’ACR de tout âge et de tout sexe, suivies dans les deux
sites de recrutement. Les autres étiologies autres que
l’ACR, les ACR n’impliquant pas un véhicule à moteur,
les accidents en dehors de la période de l’étude, les lé- Figure 1: Répartition topographique des lésions ren-
sions mineures (Incapacité Temporaire Totale inférieure contrées
à 21 jours) et les décès pré-hospitaliers étaient exclus de
la série. Une fiche de recueil de donnée avait servi pour la Les polytraumatisés représentaient 20,48% (n=239) des
collecte des données. Cette fiche comportait les différents victimes tandis que la série était dominée par les mo-
tableaux lésionnels, les indications et les moyens théra- no-blessés avec représentaient 462 cas (Figure 2).
peutiques et l’évolution de la prise en charge à moyen
terme.
Afin d’évaluer la gravité des lésions, l’Injury Severity
Score (ISS) de Bakar [6] a été calculé pour chaque blessé.
Les lésions centrales et périphériques étaient recherchées
et classées en fonction de la clinique et du bilan radio-

REVUE de Chirurgie d’Afrique Centrale (RECAC) VOLUME 2, NUMÉRO 10. Juin 2017
36
Tableau II: Répartition des fractures des membres

Figure 2 : Répartition selon le profil des blessés

Il y avait 1771 lésions siégeant au niveau des membres.


Parmi elles, les parties molles représentaient 48,50% des
cas (n=859) suivies des fractures avec 44,27% (n=784)
(Tableau I).

Tableau I : Répartition des lésions des membres Parmi les fractures des membres, 23% étaient ouvertes.
Les luxations observées au cours de l’étude siégeaient
aux articulations du membre supérieur dans 65,51% des
cas. La luxation gléno-humérale représentait 31,03% des
cas, et celle de la cheville 15,52% des cas.
Parmi les lésions centrales observées, le traumatisme crâ-
nien était le plus fréquent. Les lésions cérébrales les plus
rencontrées étaient la commotion cérébrale (42,89%) et
la contusion cérébrale (25,65%) (Tableau III).

Tableau III : Répartition des lésions cranio cérébrales

Des 533 associations lésionnelles observées au cours


de l’étude, les associations lésionnelles crâne-membres
(53,66%) et thorax-membres (14,82%) étaient plus ob-
servées (Tableau IV).

Tableau IV: Répartition des associations lésionnelles

Les fractures siégeaient aux membres inférieurs dans


531 cas (67,73%). Les fractures du fémur représentaient
31,51% des cas, et celles de la jambe 19,26 % des cas
(n=253) (Tableau II).

REVUE de Chirurgie d’Afrique Centrale (RECAC) VOLUME 2, NUMÉRO 10. Juin 2017
37
Indications thérapeutiques : DISCUSSION
1593 indications thérapeutiques avaient été posées.
Les indications chirurgicales étaient posées dans 590 En République centrafricaine, tous les moyens roulants
cas (37,04%) et des actes orthopédiques dans 514 cas peuvent servir au transport en commun parfois sans les
(32,27%). Dans 383 cas, les indications étaient mixtes documents d’agrément. Aussi depuis les années 2008,
associant actes chirurgicaux et appareils orthopédiques les motos sont introduites comme moyen de transport en
(32,82%). Le reste de la prise en charge était une réa- commun. Les conducteurs de mototaxis, souvent jeune,
nimation médico-chirurgicale. Parmi les indications ne connaissant pas le code de la route, font dans la sur-
chirurgicales, 375 ostéosynthèses avaient été réalisées. charge et l’excès de vitesse pour rentabiliser leur journée
Les enclouages centromédullaires (ECM) étaient réalisés de travail. Ils sont ainsi exposés au VAM à quatre roues
dans 33,07% des cas, suivis des embrochages (13,33%) et plus particulièrement à leurs concourants directs les
(Tableau V). taxis avec qui ils rivalisent pour avoir la clientèle. Cette
réalité justifie les multiples dégâts corporels enregistrés
Tableau V : Répartition des ostéosynthèses réalisées dans cette étude.
Aussi l’absence d’un système de transport en commun
desservant l’intérieur du pays oblige les usagers à avoir
recours aux véhicules de transport de marchandises, et
qui en cas d’accident sont ensevelis par les marchandises
causant ainsi des lésions multiples et graves.
Un cinquième des victimes d’ACR sont des polytrau-
matisés. Ce taux est supérieur à ceux observés dans les
séries de Abdou Raouf et al [1] et Hoekman et al [7] qui
sont respectivement de 12,41% et 12,8%. Cela pourrait
montrer que les ACR seraient plus graves chez nous. La
majorité des cas des traumatismes siégeaient siègent au
niveau des membres soit 61,86% suivis de 499 cas de
traumatismes cranio-encéphaliques soit 19,43%. Ces
deux parties du corps sont les plus exposés surtout dans
les ACR par motos. Nos taux se rapprochent de ceux de
Allode et al [8] et Bousso et al [9] qui étaient rapportent
respectivement 51,61% et 53,65% pour les lésions des
En dehors des ostéosynthèses, 583 autres gestes chirur- membres. Ces membres sont souvent des zones de ré-
gicaux avaient été réalisés. Ils correspondaient aux su- ception mais aussi exposés aux ACR chez les piétons
tures des parties molles, tendons, nerfs et vaisseaux dans heurtés et les passagers de motos heurtés par les véhi-
49,06% des cas, suivis des parages des plaies (32,59%). cules à quatre roues. Hoekman et al [7] ont par contre
retrouvé une prédominance des fractures des membres.
Evolution et séquelles observées : Parmi les fractures des membres, celles des membres
Dans les suites, 101 victimes d’ACR étaient décédées, inférieurs sont les plus nombreuses (67,51%) avec une
dans les suites de prise en charge hospitalière. 129 sé- localisation au fémur à 31,51% suivies de fracture de
quelles et complications étaient observées au cours de la jambe à 19,26%. Cela s’expliquerait par les cas fré-
l’évolution. Les infections représentaient les principales quents de piétons heurtés ou des passagers de moto pris
complications observées avec 5 cas de tétanos post-trau- en étau lors de l’accident, entre le cadre de la moto et
matique (Tableau VI). le pare choc du véhicule. Trois quarts des fractures dues
aux ACR sont fermées. L’absence fréquente d’ouverture
Tableau VI : Répartition des complications et cutanée pourrait être expliquée par le fait que la plupart
séquelles observées des traumatismes ne se font pas par objets tranchants.
Les ouvertures se voient dans les cas d’écrasements des
membres, d’ouverture de dedans en dehors et d’ouverture
secondaire par nécrose cutanée. Les luxations prédomi-
nant aux membres supérieurs trouvent leur explication
dans la tendance des victimes projetées à se rattraper au
cours de leur chute sur le talon de la main, le coude en
extension, et celles aux chevilles par les rattrapages lors
des chutes à moto et chez les piétons heurtés. Les lésions
cranio-encéphaliques occupent le second rang après les
lésions des membres avec 19,43%. Des 499 de ces lé-
sions, les commotions et les contusions cérébrales do-
minent avec respectivement 42 ,89% et 25,65% suivies
des plaies et délabrements du cuir chevelu (15,43%). Ces
LCE sont plus observées chez les motocyclistes.

REVUE de Chirurgie d’Afrique Centrale (RECAC) VOLUME 2, NUMÉRO 10. Juin 2017
38
L’inobservance de port de casque explique ces trauma- système de transport en commun soit rapidement mis en
tismes crâniens associés aux lésions maxillo-faciales ob- place afin d’éviter ces accidents de masse avec des véhi-
servées. cules de transport de marchandise. Le respect des codes
Dans cette série, l’association lésionnelle crâne-membres de sécurité par les usagers doit être un impératif pour
est prédominante par rapport aux autres avec 53,66% tous.
suivie de celle thorax-membres (14,82%). Abdou Raouf Conflit d’intérêt :
et al [1] ont trouvé un taux plus bas à 17,70% pour l’as- Les auteurs ne rapportent aucun conflit d’intérêt.
sociation crâne-membre.
Un grand nombre de victimes d’ACR avaient un ISS in- REFERENCES
férieur à 9 (46,02%) c’est-à-dire qu’ils présentaient un
traumatisme mineur. Cela est justifié par le fait que la ma- 1-Abdou Raouf O, Allogo Obiang JJ, Nlome Nze M,
jorité des blessés n’était pas des polytraumatisés. Ce ré- Josseaume A, Tchoua R. Traumatismes par accident du
sultat est comparable à celui de Bikandou et al [10] selon trafic routier chez l’enfant au Gabon. Med d’Afr Noire
lesquels les blessés légers et les contusions de moindre 2001; 48(12): 496-498.
gravité représentent la moitié de l’ensemble des malades 2-Makoutode M, Capo-Chichi OB, Tsafack JP et al.
admis dans leur série, ce qui se rapproche du constat de Fréquence des accidents de la voie publique chez les
Chen [11]. Ce résultat est comparable à ceux retrouvés conducteurs de taxis-motos de 1997 à 2000 dans la ville
dans la série de Hoekman et al [7] qui ont trouvé un taux de Cotonou au Bénin. Benin Médical 2001; 19:43-47
similaire mais plus élevés à 90% pour un ISS inférieur 3-Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : Rapport
à 9. Cette différence s’explique par la méthodologie qui mondial sur la prévention des traumatismes dûs aux ac-
diffère entre leur série et la nôtre. Nous n’incluons que cidents de la circulation. Genève; 2004.
les lésions justifiant d’une ITT supérieure ou égale 21 4-Abbas AK, Hefny AF, Abu-Zidan FM. Seatbelts and
jours alors qu’eux incluaient même les lésions bénignes. road traffic collision injuries. World J Emerg Surg 2011;
La mortalité hospitalière est très élevée dans notre sé- 6(1):18.
rie. Elle se justifie par le fait que les accidents par les 5-OMS : Rapport mondial sur la prévention des trau-
véhicules de transport de marchandises laissent des matismes dûs aux accidents de la circulation. Genève:
victimes ensevelies, mais aussi par les excès de vitesse OMS; 1998.
qui entraînent des chocs violents responsables des lé- 6-Baker SP, 0’Neil B, Haddon W. The Injury Severity
sions graves. Aussi les Services de prise en charge des Score: a method for describing patients with multiple in-
victimes ne sont pas équipés dans la prise en charge des juries and evaluating emergency case. J trauma 1974 ;4:
blessés graves. Par ailleurs, le pays ne dispose pas d’une 187-196.
assurance maladie. Les victimes payent les frais médi- 7-Hoekman P, Oumarou MT, Djia A. Les traumatismes
caux et le consommable, dépenses imprévisibles lors dus aux accidents motorisés: un problème de santé pu-
d’un accident. blique à Niamey, Niger. Med d’Afr Noire 1996 ; 43(11):
Les lésions causées par ces ACR entraînent une énorme 596-601.
charge de travail pour les services alors que le pays 8-Allode SA, Mensh E, Tchaou B, Savi de Tove KM,
manque de ressource en matériel et en personnel quali- Boni S, Padonou J. Les urgences traumatologiques par
fiés. Les gestes chirurgicaux dominent les modalités de accident sur la voie publique dans le service de chirurgie
traitement dans notre étude avec plus d’un tiers des cas. générale du CHDU de Parakou (Bénin). ev CAMES (A)
Ce résultat est comparable à ceux de Allode et al [8] et de 2008 ; 6: 40-52.
Sima-Zue et al [12] qui rapportent des proportions res- 9-Bousso A, Camara EHS, Sane JC, Kasse AN, Thiam
pectives de 27,3% et 39,3% pour la chirurgie. Hoekman B, Sy MH. Aspects épidémiologique et Clinique des ac-
et al [7] ont quant à eux trouvé que le quart des blessés cidents de scooter à Dakar, Sénégal. Méd d’Afr Noire
présentant une fracture ont opté pour un traitement tra- 2011; 58(4): 166-168.
ditionnel dont 43% s’avèrent être des enfants de moins 10-Bikandou G, Issoko J, Mavoungou G et al. Profil
de 16 ans. des accidents de la circulation au CHU de Brazzaville
(Congo). Méd d’Afr Noire 1997; 44(3): 167-169.
CONCLUSION 11-Chen G. Road traffic safety in African countries:
status, trend, contributing factors, countermeasures and
La charge engendrée par les accidents de la circulation challenges. Int J Inj Contr Saf Promot 2010; 17(4): 247-
routière est énorme pour une faible équipe en person- 255.
nel qualifié et sous équipée. Il est important de réduire 12-Sima Zue A, Benamar B, Ngaka D, Mbini JC, Nzo-
leur fréquence par l’enseignement des règles de base de ghe JJ. Pathologie traumatique et réanimation en milieu
conduite aux conducteurs de mototaxis qui sont en pre- africain. Expérience du centre hospitalier de Libreville.
mière ligne dans les causes de ces accidents dans la ville Med d’Afr Noire 1998; 45(8 /9) : 535-537.
de Bangui et à l’intérieur du pays. Il est urgent qu’un

REVUE de Chirurgie d’Afrique Centrale (RECAC) VOLUME 2, NUMÉRO 10. Juin 2017
39
View publication stats