Vous êtes sur la page 1sur 33

Introduction de Linux:

Linux est un système d’exploitation comme UNIX. C’est l’un des plus remarquables
logiciels à code source libre. Cet enseignement individuel gratuit en ligne vous
aidera à apprendre la base des commandes Linux. Les commandes UNIX suivantes
sont quelques-unes des plus utilisées. Toutes les commandes UNIX sont sensibles
à la casse.

mkdir Linux Commands


mkdir COMMAND:
La commande «mkdir» est utilisée pour créer un ou plusieurs répertoires.

SYNTAXE:
La syntaxe est
mkdir [options] directories

OPTIONS :

-m Définir le mode d’accès pour les nouveaux répertoires.


-p Créer des répertoires parents intervenants, s’ils n’existent pas.
-v Imprimer un message d’aide pour chaque répertoire créé.

EXEMPLE:
1. Créer un répertoire :
mkdir test
La commande ci-dessus est utilisée pour créer le répertoire 'test'.
2. Créer un répertoire et définir les autorisations :
mkdir -m 666 test
La commande ci-dessus est utilisée pour créer le répertoire 'test' et définir les
autorisations de lecture et de modification.
cd Linux Commands
cd COMMAND:
La commande «cd» est utilisée pour changer de répertoire.

SYNTAXE:
La syntaxe est
cd [directory | ~ | ./ | ../ | - ]

OPTIONS :

-L Utiliser la structure du répertoire physique.


-P Vigueur les liens symboliques.

EXEMPLE:
1. Commande «cd» linux
Cette commande vous amènera au sous-répertoire(commande linux) à partir de
son répertoire parent.
2. cd ..
Ceci se changera au répertoire parent à partir du répertoire/sous-répertoire de
travail actuel.
3. cd ~
Cette commande fera déplacer au répertoire maison de l’utilisateur qui est
«"/home/username"».

ls COMMAND:
La commande «Is» énumère les fichiers et répertoires sous le répertoire de travail
actuel.

SYNTAXE:
La syntaxe est
ls [OPTIONS]... [FILE]

OPTIONS :

Énumère tous les fichiers, répertoires et leur mode, nombre de liens,


-l Propriétaire du fichier, dimension du fichier, date et heure modifié et nom du
fichier.
-t Énumère en ordre d’heure de dernière modification.
-a Énumère toutes les entrées incluant les fichiers cachés.
-d Énumère les fichiers de répertoire au lieu du contenu.
-p Place une barre oblique à la fin de chaque répertoire.
-u Énumère en ordre d’heure de dernier accès.
-i Afficher l’information i-node.
-ltr Énumérer l’ordre des fichiers par date.
-lSr Énumérer l’ordre des fichiers par dimension de fichier.

EXEMPLE:
1. Affiche le contenu du répertoire racine :
ls /
Énumère le contenu du répertoire racine.
2. Affiche les fichiers et répertoires cachés :
ls -a
Énumère toutes les entrées incluant les fichiers et répertoires cachés.
3. Affiche l’information i-node :
ls -i
7373073 book.gif
7373074 clock.gif
7373082 globe.gif
7373078 pencil.gif
7373080 child.gif
7373081 email.gif
7373076 indigo.gif
La commande ci-dessus affiche le nom de fichier avec la valeur i-node.
rmdir COMMAND:
La commande «rmdir» est utilisée pour supprimer/retirer un répertoire et ses sous-
répertoires.
SYNTAXE:
La syntaxe est
rmdir [options..] Directory

OPTIONS :

Permettre aux utilisateurs de retirer le répertoire «dirname» et ses


-p
répertoires parents qui deviennent vides.

EXEMPLE:
1. Pour supprimer/retirer un répertoire
rmdir tmp
La commande «rmdir» retirera/supprimera le répertoire tmp si le répertoire est
vide.
2. Pour supprimer une arborescence de répertoire :
rm -ir tmp
Cette commande retirera de façon récurrente le contenu de tous les sous-
répertoires du répertoire tmp, vous demandant concernant le retrait de chaque
fichier, et retire ensuite le répertoire tmp lui-même.

pwd COMMAND:
«pwd» - Imprimer le répertoire de travail. La commande «pwd» imprime le nom de
fichier complet du répertoire de travail actuel.

SYNTAXE:
La syntaxe est
pwd [options]

OPTIONS :

-P Le nom de chemin imprimé ne contiendra pas de liens symboliques.


-L Le nom de chemin imprimé peut contenir des liens symboliques.

EXEMPLE:
1. Affiche le répertoire de travail actuel.
pwd
Si vous travaillez dans un répertoire maison, alors la commande «pwd» affiche le
répertoire de travail actuel comme/home.
cat COMMAND:
La commande «cat» linux concatène les fichiers et les imprime sur le résultat
standard.

SYNTAXE:
La syntaxe est
cat [OPTIONS] [FILE]...

OPTIONS :

-A Montrer tout.
-b Omet les numéros de lignes pour les espaces vides dans le résultat.
Un caractère « sera imprimé à la fin de chaque ligne avant une nouvelle
-e
ligne.
-E Affiche un « (signe de dollar) à la fin de chaque ligne.
-n Des numéros de lignes pour toutes les lignes de résultat.
Si le résultat a de multiples lignes vides, elle le remplace avec une ligne
-s
vide.
-T Affiche les caractères de tabulation dans le résultat.
Les caractères non-imprimables (avec l’exception des tabulations, sauts de
-v
lignes et le saut de page) sont imprimés visiblement.

EXEMPLE:
1. Pour créer un nouveau fichier :
cat > file1.txt
Cette commande crée un nouveau fichier file1.txt. Après avoir saisi le fichier,
appuyez les touches contrôle+d (^d) simultanément pour terminer le fichier.
2. Pour ajouter des données dans le fichier :
cat >> file1.txt
Pour ajouter des données dans le même fichier, utilisez l’opérateur «>>» pour
écrire dans le fichier, autrement, le fichier sera écrasé (c.-à-d., tout son contenu
sera effacé).
3. Pour afficher un fichier :
cat file1.txt
Cette commande affiche les données dans le fichier.
4. Pour concaténer plusieurs fichiers et afficher :
cat file1.txt file2.txt
La commande «cat» ci-dessus concaténera les deux fichiers (file1.txt et file2.txt) et
affichera le résultat à l’écran. Quelques-fois, le résultat peut ne pas s’ajuster à
l’écran. Dans de telles situations, vous pouvez imprimer ces fichiers dans un
nouveau fichier ou Afficher le fichier en utilisant la commande «less».
cat file1.txt file2.txt | less
5. Pour concaténer plusieurs fichiers et pour transférer le résultat à un autre fichier.
cat file1.txt file2.txt > file3.txt
Dans l’exemple ci-dessus, le résultat est redirigé à un nouveau fichier file3.txt. La
commande «cat» créera un nouveau fichier file3.txt et emmagasinera le résultat
concaténé dans file3.txt.
more COMMAND:
La commande «more» est utilisée pour afficher du texte dans l’écran du terminal. Cela
permet seulement des mouvements vers l’arrière.

SYNTAXE:
La syntaxe est
more [options] filename

OPTIONS :

-c Effacer l’écran avant d’afficher.


Quitter immédiatement après l’écriture de la dernière ligne du dernier fichier
-e
dans la liste d’argument.
Spécifier combien de lignes sont imprimées dans l’écran pour un fichier
-n
donné.
+n Démarre le fichier à partir du nombre donné.

EXEMPLE:
1. more -c index.php
Efface l’écran avant d’imprimer le fichier .
2. more -3 index.php
Imprime les trois premières lignes du fichier donné. Appuyez Enter pour afficher le
fichier ligne par ligne.
less COMMAND:
La commande «less» est utilisée pour afficher le texte dans l’écran du terminal. Elle
imprime simplement le texte dans le fichier donné, vous ne pouvez pas modifier ou
manipuler le texte ici. Pour afficher le fichier de la ligne spécifiée, saisissez le numéro de
ligne suivi de deux points (:). Cela permet un mouvement vers l’avant et vers l’arrière
dans le fichier.

SYNTAXE:
La syntaxe est
less [options] filename

OPTIONS :

-c Effacer l’écran avant d’afficher.


+n Démarre le fichier à partir du numéro donné.
:p Examiner le fichier précédent dans la liste de ligne de commande.
:d Retirer le fichier actuel de la liste des fichiers.

EXEMPLE:
1. less +3 index.php
Démarrer l’impression à partir de la 3e ligne du fichier.
mv COMMAND:
La commande «mv» est un raccourci pour «move» (déplacer). Elle est utilisée pour
déplacer/renommer un fichier d’un répertoire à un autre. La commande «mv» est
différente de la commande «cp» puisqu’elle retire le fichier entièrement de la source et le
déplace au répertoire spécifique, tandis que la commande «cp» copie simplement le
contenu d’un fichier à un autre.

SYNTAXE:
La syntaxe est
mv [-f] [-i] oldname newname

OPTIONS :

Ceci ne vous avisera pas avant d’écraser (équivalent à --reply=yes). mv -f


-f déplacera le ou les fichiers sans demander, même s’il écrit par-dessus une
cible existante.
-i Vous avise avant d’écraser un autre fichier.
EXEMPLE:
1. Pour renommer/déplacer un fichier :
mv file1.txt file2.txt
Cette commande renomme file1.txt en tant que file2.txt
2. Pour déplacer un répertoire
mv hscripts tmp
Dans la ligne ci-dessus, la commande «mv» déplace tous les fichiers, répertoires et
sous-répertoires du dossier/répertoire hscripts au répertoire tmp si le répertoire
tmp existe déjà. S’il n’y a pas de répertoire tmp il renomme le répertoire hscripts
comme répertoire tmp.
3. Pour déplacer de multiples fichiers/Plus de fichiers dans un autre répertoire
mv file1.txt tmp/file2.txt newdir
Cette commande déplace les fichiers files file1.txt à partir du répertoire actuel et
file2.txt à partir du dossier/répertoire tmp à newdir.
rm COMMAND:
La commande linux «rm» est utilisée pour retirer/supprimer le fichier du répertoire.

SYNTAXE:
La syntaxe est
rm [options..] [file | directory]

OPTIONS :

-f Retirer tous les fichiers dans un répertoire sans aviser l’utilisateur.


Interactif. Avec cette option, «rm» demande une confirmation avant de
-i
retirer les fichiers.
Retirer les répertoires et sous-répertoires de façon récurrente dans la liste
d’arguments. Le répertoire sera vidé des fichiers et retiré. L’utilisateur est
-r (or) -R
normalement avisé du retrait de tout fichier protégé en écriture que le
répertoire contient.

EXEMPLE:
1. Pour retirer/supprimer un fichier :
rm file1.txt
Ici la commande «rm» retirera/supprimera le fichier file1.txt.
2. Pour supprimer une arborescence de répertoire :
rm -ir tmp
Cette commande «rm» retire de façon récurrente le contenu de tous les sous-
répertoires du répertoire tmp, vous demandant concernant le retrait de chaque
fichier, et le retire ensuite du répertoire tmp lui-même.
3. Pour retirer plus de fichiers en même temps
rm file1.txt file2.txt
La commande «rm» retire les fichiers file1.txt et file2.txt en même temps.
cp COMMAND:
La commande «cp» copie des fichiers d’un emplacement à un autre. Si la destination
est un fichier existant, alors le fichier est écrasé; si la destination est un répertoire
existant, le fichier est copié dans le répertoire (le répertoire n’est pas écrasé).

SYNTAXE:
La syntaxe est
cp [OPTIONS]... SOURCE DEST
cp [OPTIONS]... SOURCE... DIRECTORY
cp [OPTIONS]... --target-directory=DIRECTORY SOURCE...

OPTIONS :

-a comme «-dpR».
--backup[=CONTROL] faites une copie de sauvegarde de chaque fichier de destination
-b comme «--backup» mais n’accepte pas un argument.
si un fichier de destination ne peut pas être ouvert, retirez-le et
-f
essayez à nouveau.
-p comme «--preserve=mode,ownership,timestamps».
préserve les attributs spécifiés (par défaut :
--
mode,ownership,timestamps) et les contextes de sécurité, Avec
preserve[=ATTR_LIST]
des attributs additionnels possibles: links, all.
--no-
ne préserve pas l’attribut spécifié.
preserve=ATTR_LIST
--parents modifie le chemin source à «DIRECTORY».

EXEMPLE:
1. Copier deux fichiers :
cp file1 file2
La commande «cp» ci-dessus copie le contenu de file1.php à file2.php.

2. Pour faire une copie de sauvegarde du fichier copier :


cp -b file1.php file2.php
Une copie de sauvegarde de file1.php sera créée avec le symbole «'~'» comme
file2.php~.
3. Copier le dossier et sous-dossier :
cp -R scripts scripts1
La commande «cp» ci-dessus copie le dossier et sous-dossier de scripts à scripts1.
find COMMAND:
La commande «find» trouve un ou plusieurs fichiers, en assumant que vous
connaissez leur nom de fichier approximatif.

SYNTAXE:
La syntaxe est
find path [options]

OPTIONS :

Elle cherche le fichier donné dans le répertoire actuel ou tout autre


-name
sous-répertoire.
Vrai si le fichier a été accédé il y a n jours. Le temps d’accès des
-atime n
répertoires dans le chemin est changé par «find» lui-même.
-ctime n Vrai si le statut de fichier a été changé il y a n jours.
Vrai si le fichier appartient au groupe «gname». Si «gname» est
-group gname
numérique et n’apparaît pas dans le fichier /etc/groupe, il est pris
comme nom de groupe.
-mtime n Vrai si les données du fichier ont été modifiées il y a n jours.
Vrai si le fichier est de n blocs de long (512 octets par bloc). Si n est
-size n[c]
suivi d’un c, la dimension est en octets.

EXEMPLE:
1. find -name 'cal.txt'
Le système rechercherait n’importe quel fichier nommé 'cal.txt' dans le répertoire
actuel et sous-répertoire.
2. find / -name 'cal.txt'
Le système rechercherait n’importe quel fichier nommé 'cal.txt' sur la racine et tous
les sous-répertoires de la racine.
3. find -name '*' -size +1000k
Le système rechercherait n’importe quel fichier dans la liste qui est plus gros que
1000k.
file COMMAND:
La commande «file» vous dit si l’objet que vous regardez est un fichier ou un
répertoire.

SYNTAXE:
La syntaxe est
file [options] directoryname/filename

OPTIONS :

Vérifier le fichier magique pour des erreurs de format. Pour des raisons
-c
d’efficacité, cette validation n’est normalement pas effectuée.
-h Ne pas suivre les liens symboliques.
-m Utiliser mfile comme fichier magique alternatif.
-f ffile contient une liste des fichiers à examiner.

EXEMPLE:
1. file *.txt
Résultat :
aprlist.txt: ASCII English text
cal.txt: ASCII text
marchlist.txt: ASCII English text
text.txt: ASCII text
Imprime les fichiers 'txt'.
2. file nimi
Résultat :
nimi: directory
Imprimer l’objet donné nimi comme répertoire ou fichier.
grep COMMAND:
La commande «grep» sélectionne et imprime les lignes d’un fichier qui correspondent
à une chaîne ou à un patron donné.

SYNTAXE:
La syntaxe est
grep [options] pattern [file]

OPTIONS :

Imprimer les lignes de texte qui surviennent après la ligne


-A
correspondante.
Ne pas supprimer les lignes de résultat avec des données binaires,
-a
traiter comme du texte.
Imprimer le déplacement latéral d’octets ou fichier de saisie avant
-b
chaque ligne de résultat.
-c Imprimer le compte de ligne assortie.
Définir l’action pour accéder les répertoires
read lire tous les fichiers dans les répertoires.
-d action
skip sauter les répertoires.
recurse lire de façon récurrente tous les fichiers et répertoires
-e pattern Rechercher pour un patron.
-h Imprimer les lignes assorties mais pas les noms de fichier.
Ignorer les changements dans la casse; considérer les lettres
-i
majuscules et minuscules équivalentes.
-n Imprimer la ligne et le numéro de ligne.
-q Imprime en mode silencieux, n’imprime rien.
Lit de façon récurrente tous les fichiers trouvés dans les répertoires et
-r
sous-répertoires.
-v Imprime toutes les lignes qui ne correspondent pas.
-V Imprimer la version.
-w Appareiller sur le mot complet seulement.
Vous pouvez aussi utiliser les patrons pour l’opération de recherche.
. Appareille un caractère unique.
* Caractère non synchrone.
^ Débutant avec.
$ Se terminant avec.

EXEMPLE:
Assumons que nous avons un fichier file1.txt et qu’il a les données suivantes.
hscripts a plusieurs scripts de valeur gratuits
Il est le site parent de www.forums.hscripts.com
hscripts inclus des enseignements individuels gratuits et
des images gif gratuites
Achetez des scripts de nous
Un site web de ressource webmaster/web master
1. Pour imprimer toutes les lignes contenant les hscripts :
grep 'hscripts' file1.txt
Le résultat sera.
hscripts a plusieurs scripts de valeur gratuits
Il est le site parent de www.forums.hscripts.com
hscripts inclus des enseignements individuels gratuits et des images gif gratuites
2. Pour imprimer le compte de ligne qui correspond aux hscripts.
grep -c 'hscripts' file1.txt
Le résultat sera.
3

3. Pour imprimer les lignes qui débutent comme hscripts.


grep '^hscripts' file1.txt
Le résultat sera.
hscripts a plusieurs scripts de valeur gratuits
hscripts inclus des enseignements individuels gratuits et des images images
gratuites

4. Pour rechercher les fichiers dans le répertoire HEC qui a la chaîne "include":
grep -c 'include' HEC/*
La commande ci-dessus imprimera le nom de fichier et compte de ligne qui correspond
à la chaîne "include"
Échantillon de résultat :
HEC/admin.php:3
HEC/auth.php:1
HEC/calendar.php:3
HEC/checklogin.php:0
HEC/colors.php:0
HEC/msize.php:3
sort COMMAND:
La commande «sort» est utilisée pour trier les lignes dans un fichier texte.

SYNTAXE:

La syntaxe est
sort [options] filename

OPTIONS :

-r Trie en ordre inversé.


-u Si une ligne est doublée, afficher seulement une fois.
-o filename Envoie le résultat trié à un fichier.

EXEMPLE:
1. sort test.txt
Trie le fichier 'test.txt' et affiche le résultat à l’écran.
2. sort -r test.txt
Trie le fichier 'test.txt' en ordre inversé et affiche le résultat à l’écran.
cut COMMAND:
La commande «cut» est utilisée pour couper les champs sélectionnés de chaque ligne
d’un fichier. La commande «cut» utilise des délimiteurs pour déterminer où séparer les
champs.

SYNTAXE:
La syntaxe est
cut [options]

OPTIONS :

-c Spécifie les positions de caractères.


-b Spécifie les positions d’octets.
-d flags Spécifie les délimiteurs et champs.

EXEMPLE:
Créons un fichier file1.txt et laissons-le avoir les données suivantes :
Data in file1.txt
Ceci est un exemple de programme pour une
commande «cut».
1. cut -c1-3 text.txt
Résultat :
Thi
Coupez les trois premières lettres de la ligne ci-dessus.
2. cut -d, -f1,2 text.txt
Résultat :
Ceci est un exemple de programme
La commande ci-dessus est utilisée pour séparer les champs en utilisant le
délimiteur et couper les deux premiers champs.
paste COMMAND:
La commande «paste» est utilisée pour coller le contenu d’un fichier à un autre fichier.
Elle est aussi utilisée pour définir le format de colonne pour chaque colonne.

SYNTAXE:
La syntaxe est
paste [options]

OPTIONS :

-s Coller un fichier à la fois au lieu d’en parallèle.


-d Réutiliser les caractères de LIST au lieu de TAB .

EXEMPLE:
1. paste test.txt>test1.txt
Coller le contenu du fichier 'test.txt' file au fichier 'test1.txt'.
2. ls | paste - - - -
Énumérer tous les fichiers et répertoires dans quatre colonnes pour chaque ligne.
head COMMAND:
La commande «head» est utilisée pour afficher les premières dix lignes d’un fichier et
spécifie aussi combien de lignes afficher.

SYNTAXE:
La syntaxe est
head [options] filename
OPTIONS :

-n Pour spécifier combien de lignes vous voulez afficher.


Le nombre d’arguments-options doit être une classe enveloppante
-n number décimale dont le signe affecte l’emplacement dans le fichier, mesuré en
lignes.
Le nombre d’arguments-options doit être une classe enveloppante
-c number décimale dont le signe affecte l’emplacement dans le fichier, mesuré en
octets.

EXEMPLE:
1. head index.php
Cette commande imprime les 10 premières lignes de 'index.php'.
2. head -5 index.php
La commande d’entête affiche les 5 premières lignes de 'index.php'.
3. head -c 5 index.php
La commande ci-dessus affiche les 5 premiers caractères de 'index.php'.
tail COMMAND:
La commande «tail» est utilisée pour afficher la dernière partie ou partie du bas du
fichier. Par défaut, elle affiche les 10 dernières lignes d’un fichier.

SYNTAXE:
La syntaxe est
tail [options] filename

OPTIONS :

-l Pour spécifier les unités de lignes.


-b Pour spécifier les unités de blocs.
-n Pour spécifier combien de lignes vous voulez afficher.
L’argument de numéro d’option doit être un nombre entier décimal dont le
-c number
signe affecte l’emplacement dans le fichier, mesuré en octets.
L’argument de numéro d’option doit être un nombre entier décimal dont le
-n number
signe affecte l’emplacement dans le fichier, mesuré en lignes.

EXEMPLE:
1. tail index.php
Elle affiche les dernières 10 lignes de 'index.php'.
2. tail -2 index.php
Elle affiche les 2 dernières lignes de 'index.php'.
3. tail -n 5 index.php
Elle affiche les 5 dernières lignes de 'index.php'.
4. tail -c 5 index.php
Elle affiche les 5 derniers caractères de 'index.php'.
df COMMAND:
La commande «df» est utilisée pour rapporter combien d’espace de disque libre est
disponible pour chaque monture que vous avez. La première colonne montre le nom de la
partition de disque telle qu’il apparait dans le répertoire /dev. Les colonnes subséquentes
montrent l’espace total, les blocs alloués et les blocs disponibles.
SYNTAXE:
La syntaxe est
df [options]

OPTIONS :

-a Inclure les systèmes de fichiers bidons.


Imprimer les dimensions dans un format lisible par l’utilisateur.(c.-à-d., 1K
-h
234M 2G)
Imprimer des dimensions dans un format lisible par l’utilisateur, mais utiliser
-H
les puissantes de 1000 et non 1024.
-i Afficher l’information i-node au lieu de l’utilisation des blocs.
-l Limiter l’affichage aux systèmes de fichiers locaux.
-P Utiliser le format de résultat POSIX.
-T Imprimer le type de système de fichiers.

EXEMPLE:
1. df
Résultat :
Filesystem 1K-blocks Used Available Use% Mounted
on
/dev/mapper/VolGroup00-LogVol00
150263916 14440324 128067408 11% /
/dev/sda1 101086 10896 84971 12% /boot
tmpfs 253336 0 253336 0% /dev/shm

Dans le résultat ci-dessus :


/dev/mapper/VolGroup00-LogVol00 -> Spécifie le FileSystem.
/dev/sda1 -> Spécifie le FileSystem.
tmpfs -> Spécifie le FileSystem.

Imprime le format par défaut.


2. df -h
Résultat :
Filesystem Size Used Avail Use% Mounted on
/dev/mapper/VolGroup00-LogVol00
144G 14G 123G 11% /
/dev/sda1 99M 11M 83M 12% /boot
tmpfs 248M 0 248M 0% /dev/shm

Imprimer la dimension en format lisible par l’utilisateur.


3. df -H
Résultat :
Filesystem Size Used Avail Use% Mounted on
/dev/mapper/VolGroup00-LogVol00
154G 15G 132G 11% /
/dev/sda1 104M 12M 88M 12% /boot
tmpfs 260M 0 260M 0% /dev/shm
Imprimer la dimension en format lisible par l’utilisateur, mais utiliser les puissances
de 1000 non 1024.
du COMMAND:
La commande «du» est utilisée pour rapport comment d’espace disque un fichier ou
répertorie occupe.

SYNTAXE:
La syntaxe est
du [options] répertoires

OPTIONS :

-a Affiche l’utilisation de l’espace que chaque fichier prend.


Écrit la dimension des fichiers en unités de 1024 octets, plutôt qu’en unités
-k
512 octets par défaut.
Au lieu du résultat par défaut, rapporte seulement la somme totale de
-s
chaque fichier spécifié.
Traiter des liens symboliques en utilisant le fichier ou répertoire avec les
-L
références de lien symboliques, au lieu du lieu lui-même.
En évaluant les dimensions de fichier, évaluer seulement ces fichiers qui ont
-x
le même appareil que le fichier spécifié par l’opérande de fichier.

EXEMPLE:
1. du -a images
Résultat :
12 images/daisy.jpg
20 images/flo.gif
76 images/CHILD.gif
12 images/indigo.gif
152 images/flower.gif
12 images/sunflower.jpg
12 images/tulip-flower-clipart5.gif
12 images/flower.jpg
8 images/thumbnail.aspx
8 images/baby.jpg
12 images/woodpecker.gif
168 images/baby.gif
8 images/thumbnail.jpg
1012 images/house.bmp
12 images/peacock.gif
1544 images
Affiche la dimension de chaque fichier dans le répertoire spécifié.
2. du -s images
Résultat :
1544 images
Affiche l’espace disque total utilisé par le répertoire spécifié.
3. du -h
Résultat :
84K
Affiche la capacité du répertoire actuel.
4. du -h file1.php
Résultat :
8.0K file1.php
Affiche la capacité d’emmagasinage de file1.php.
free COMMAND:
La commande «free» affiche l’information à propos de la mémoire libre et de la
mémoire utilisée sur le système.

SYNTAXE:
La syntaxe est
free [options] [-V]

OPTIONS :

-b Imprime l’information de mémoire en octets.


-k Imprime l’information de mémoire en kilo-octets.
-m Imprime l’information de mémoire en méga-octets.
-s Imprime le résultat continuellement. Imprime le temps de délai pour
delay imprimer le résultat continuellement.
-t imprime une ligne contenant les totaux.

EXEMPLE:
1. Pour imprimer l’information de dimension de mémoire :
2. free

3. total used free shared buffers cached


4. Mem: 223740 219492 4248 0 3756 73212
5. -/+ buffers/cache: 142524 81216
6. Swap: 1052216 66732 985484
La commande «free» affiche toute l’information de mémoire sur le système comme
la mémoire totale utilisée et la mémoire libre.
7. Pour imprimer l’information de la mémoire du fichier :
8. cat /proc/meminfo

9. MemTotal: 223740 kB
10. MemFree: 8512 kB
11. Buffers: 4432 kB
12. Cached: 67860 kB
13. SwapCached: 15032 kB
14. Active: 172484 kB
15. Inactive: 20168 kB
16. HighTotal: 0 kB
17. HighFree: 0 kB
18. LowTotal: 223740 kB
19. LowFree: 8512 kB
20. SwapTotal: 1052216 kB
21. SwapFree: 985488 kB
22. Dirty: 52 kB
23. Writeback: 0 kB
24. Mapped: 166064 kB
25. Slab: 14860 kB
26. Committed_AS: 541000 kB
27. PageTables: 3260 kB
28. VmallocTotal: 794616 kB
29. VmallocUsed: 3056 kB
30. VmallocChunk: 791084 kB
31. HugePages_Total: 0
32. HugePages_Free: 0
33. Hugepagesize: 4096 kB
La commande ci-dessus imprime l’information de mémoire du système.
diff COMMAND:
la commnande «diff» est utilisée pour trouver les différences entre deux fichiers.

SYNTAXE:
La syntaxe est
diff [options..] de fichier à fichier

OPTIONS :

-a Traiter tous les fichiers comme du texte et les comparer ligne par ligne.
-b Ignorer les changements dans la quantité d’espaces blancs.
-c Utiliser le format de contexte de résultat.
-e Rendre un résultat qui est un script ed valide.
Utiliser l’heuristique pour manipuler rapidement un grand nombre de fichiers
-H
qui ont de nombreux petits changements éparpillés.
Ignorer les changements en casse; considérer les lettres majuscules et
-i
minuscules équivalentes.
Imprime en format RCS, comme «-f» excepté que chaque commande
-n
spécifie le nombre de lignes affectées.
Résultat en format RCS diffs; comme «-f» excepté que chaque commande
-q
spécifie le nombre de lignes affectées.
En comparant les répertoires, comparé de façon récurrente tout sous-
-r
répertoire trouvé.
-s Rapporter lorsque deux fichiers sont identiques.
-w Ignoreer les espaces blancs en comparant des lignes.
-y Utiliser le format de résultat côte à côte.

EXEMPLE:
Créons deux fichiers file1.txt et file2.txt et laissons-les contenir les données suivantes.
Data in file1.txt Data in file2.txt
HIOX TEST HIOX TEST
hscripts.com HSCRIPTS.com
avec amitié avec ami tié
hiox india
1. Comparer les fichiers en ignorant les espaces blancs :
diff -w file1.txt file2.txt
Cette commande comparera le fichier file1.txt avec file2.txt en ignorant les espaces
blancs/vides et elle produira le résultat suivant.

2c2
< hscripts.com
---
> HSCRIPTS.com
4d3
< Hioxindia.com
2. Comparer les fichiers côte-à-côté, en ignorant les espaces blancs :
diff -by file1.txt file2.txt
Cette commande comparera les fichiers en ignorant les espaces blancs/vides. Il est
plus facile de différencier les fichiers.

HIOX TEST HIOX TEST


hscripts.com | HSCRIPTS.com
avec amitié avec amitié
Hioxindia.com <
La troisième ligne (avec amitié) dans file2.txt a plus d’espaces blancs, mais le «-b»
ignore toujours les espaces blancs Et ne montre pas les changements dans la ligne
particulière «-y» donne le résultat imprimé côte à côte.

3. Comparer les fichiers en ignorant la casse.


diff -iy file1.txt file2.txt
Cette commande comparera les fichiers en ignorant la casse (majuscule et
minuscule) et affiche le résultat suivant.

HIOX TEST HIOX TEST


hscripts.com HSCRIPTS.com
avec amitié | avec amitié
Hioxindia.com <
cmp COMMAND:
La commande linux «cmp» compare deux fichiers et vous dit quels numéros de ligne
sont différents.

SYNTAXE:
La syntaxe est
cmp [options..] file1 file2

OPTIONS :

-c Le résultat différenciant les octets comme des caractères.


Imprimer le numéro d’octet (décimal) et les valeurs d’octets différentes
-l
(octal) pour chaque différence.
-s N’imprime rien pour les fichiers différents, retourne un statut de sorti
seulement.

EXEMPLE:
1. Comparer deux fichiers :
cmp file1 file2
La commande «cmp» ci-dessus compare file1.php avec file2.php et les résultats
sont comme suit.
file1.php file2.php differ: byte 35, line 3

2. Comparer deux résultats de fichiers différents en octets comme caractères :


cmp -c file1.php file2.php
La commande «cmp» ci-dessus compare file1.php avec file2.php et les résultats
sont comme suit.
file1.php file2.php differ: byte 35, line 3 is 151 i 15
Explication

ln COMMAND:
La commande «ln» est utilisée pour créer un lien à un fichier (ou) répertoire. Elle aide à fournir un lien
symbolique pour les fichiers désirés. L’i-node sera différent pour la source et destination.

SYNTAXE:
La syntaxe est
ln [options] existingfile(or directory)name newfile(or directory)name

OPTIONS :

Lier des fichiers sans demander à l’utilisateur, même si le mode de cible


-f interdit l’écriture. Ceci est par défaut, si la saisie standard n’est pas un
terminal.
-n N’écrase pas des fichiers existants.
Ne provoque pas la création d’un lien symbolique (pas sur le Système
-s V.) existingfile - Le fichier pour lequel vous voulez créer un nouveau
lien.

EXEMPLE:
1. In -s file1.txt file2.txt
Crée un lien symbolique à 'file1.txt' avec le nom de 'file2.txt'. Ici, l’i-node pour 'file1.txt' et 'file2.txt'
sera différent.
2. In -s nimi nimi1
Crée un lien symbolique à 'nimi' avec le nom de 'nimi1'.

tar COMMAND:
La commande «tar» est utilisée pour créer, archive et extraire des fichiers archives.

SYNTAXE:
La syntaxe est
tar [options] [archive-file] [File or directory to be archived]
OPTIONS :

-c Crée une archive


-x Extrait l’archive
-f crée une archive avec le nom de fichier donné
-t affiche ou énumère les fichiers dans le fichier archivé
-u archive et ajoute à un fichier archive existant
-v Affiche l’information en clair
-A Concatène les fichiers archives

EXEMPLE:
1. Pour archiver un répertoire ou fichier :
tar -cvf backup.tar /etc
Cette commande crée un tarfile appellé backup.tar qui est l’archive du répertoire
/etc.
Où,
backup.tar - est un fichier tar créé
/etc - Est un répertoire archivé
2. Pour archiver un répertoire ou fichier et l’emmagasiner sur un appareil de
sauvegarde :
tar -cvf /dev/fd0 /home/user1/HGB
Cette commande archivera le répertoire /etc et l’emmagasinera sur une disquette.
Où,
/dev/fd0 - est un nom de disquette où l’archive est sauvegardée
/home/user1/HGB - Est un répertoire archivé
3. Pour extraire l’archive :
tar -xvf backup.tar
Cette commande extraira le fichier backup.tar
4. Pour énumérer le fichier dans une archive :
tar -tvf backup.tar
La commande ci-dessus affichera les fichiers et répertoires qui sont archivés dans
backup.tar.
Explication

bzip2 COMMAND:
La commande linux «bzip2» est utilisée pour compresser le fichier. Chaque fichier est remplacé par une
version compressée d’elle-même avec l’extension .bz2.

SYNTAXE:
La syntaxe est
bzip2 [ options ] filenames
OPTIONS :

-c Compresser ou décompresser à un résultat standard.


-d Forcer la décompression.
-z Le complément -d. Forcer la compression.
Effectue le test d’intégrité. Il effectue une décompression d’essai et
-t
imprime les résultats.
-f Forcer l’écrasement du fichier de résultat.
Garder le fichier original. Ne pas supprimer la fichier de saisie pendant
-k
la compression ou décompression.
-q Silence, supprimer les messages d’avis non essentiels.
Réduire le mémoire d’utilisation, pour la compression, la décompression
-s
et les essais.
Le mode en clair montre le taux de compression pour chaque fichier
-v
traité.
-V Affiche la version du logiciel.
-L Affiche les conditions de licence.
Effectue une compression rapide, créant des fichiers relativement
-1
larges.
-9 Obtenir la meilleure compression possible.

EXEMPLE:
1. Pour compresser un fichier en utilisant bzip2 :
Prenons un fichier texte en exemple.

$ ls -l
-rw-rw-r-- 1 hiox hiox 9150000 Sep 26 18:37 hiox.txt

$ bzip2 -c -1 hiox.txt > hiox.txt.bz2


$ ls -l
-rw-rw-r-- 1 hiox hiox 9150000 Sep 26 18:37 hiox.txt
-rw-rw-r-- 1 hiox hiox 17706 Sep 27 12:38 hiox.txt.bz2
À partir de l’exemple ci-dessus, il est évident que la dimension du fichier est réduite de 9150000
octets à 17706.
Lorsque le fichier est réduit avec l’option -9 la dimension du fichier devient quand même réduite.

$ bzip2 -c -9 hiox.txt > hscripts.txt.bz2

$ ls -l
-rw-rw-r-- 1 hiox hiox 9150000 Sep 26 18:37 hiox.txt
-rw-rw-r-- 1 hiox hiox 17706 Sep 27 12:38 hiox.txt.bz2
-rw-rw-r-- 1 hiox hiox 2394 Sep 27 13:01 hscripts.txt.bz2
Lorsque le fichier est compressé avec -1 la dimension était de 17706 octets et maintenant, la
dimension du fichier est 2394 octets. Le 9 donne la meilleure compression, mais la valeur par défaut
est 6.
Explication

chmod COMMAND:
SYNTAXE:
La syntaxe est
chmod [options] [MODE] FileName

Autorisation de fichier
# File Permission
0 aucun
1 exécuter seulement
2 modifier seulement
3 modifier et exécuter
4 lire seulement
5 lire et exécuter
6 lire et modifier
définir toutes les
7
autorisations

OPTIONS :

Affiche seulement les noms de ces fichiers dont les autorisations sont
-c
modifiées
-f Supprimer la plupart des messages d’erreur
-R Changeer les fichiers et les répertoires récursivement
-v Afficher l’information de version et quitter.

EXEMPLE:
1. Pour visualiser les fichiers les autorisations qu’ils ont :
ls -alt
Cette commande est utilisée pour visualiser vos fichiers avec les autorisations qu’ils ont.
2. Pour rendre un fichier lisible et modifiable par le group et autres.
chmod 066 file1.txt
3. Pour permettre à tout le monde de lire, écrire et exécuter le fichier
chmod 777 file1.txt

Explication

Explication

who COMMAND:
La commande «who» peut énumérer les noms des utilisateurs connectés présentement, leur
terminal, le temps où ils ont été connectés, et le nom de l’hôte à partir duquel ils se sont connectés.

SYNTAXE:
La syntaxe est
who [options] [file]

OPTIONS :
Imprier le nom d’utilisateur de l’utilisateur invoquant, le 'am' et le 'i'
am i
doivent être séparés par un espace.
-b Imprime l’heure du dernier démarrage du système.
-d imprimer les processus morts.
-H Imprimer les entêtes de colonne au-dessus du résultat.
Inclure le temps mort comme HOURS:MINUTES. Un temps mort de
-i
. indique l’activité à l’intérieur de la dernière minute.
-m Même que «who am I».
Imprime seulement les noms d’utilisateurs et le compte/total
-q
d’utilisateurs connectés.
-T,-w Inclure le statut de message d’utilisateur dans le résultat.

EXEMPLE:
1. who -uH
Résultat :
NAME LINE TIME IDLE PID
COMMENT
hiox ttyp3 Jul 10 11:08 . 4578
Cet exemple a été produit à 11 a.m. Le "." indique l’activité à l’intérieur de la dernière minute.
2. who am i
La commande «who am i» imprime le nom de l’utilisateur.

useradd COMMAND:
«useradd» - Ajoute un nouvel utilisateur au système Linux, avec un nom d’utilisateur spécifié. Lorsqu’un
nouvel utilisateur est ajouté, alors une entrée correspondante est faite dans les fichiers /etc/passwd,
/etc/group et /etc/shadow

SYNTAXE:
La syntaxe est
useradd [options] [username]

OPTIONS :

-d Spécifie le répertoire maison des utilisateurs


-s Spécifie l’enveloppe des utilisateurs
-g Spécifie le groupe primaire des utilisateurs
-G Spécifie les groupes secondaires des utilisateurs
-M Spécifie de ne pas créer un répertoire maison pour l’utilisateur
-e Spécifie la date d’expiration de l’utilisateur
-uid Spécifie le nom d’utilisateur de l’utilisateur

EXEMPLE:
1. Pour ajouter un nouvel utilisateur :
useradd hiox
Cette commande ajoutera un nouvel utilisateur avec le nom hiox.
2. Pour ajouter un utilisateur, mais ne pas permettre de se connecter dans le système :
useradd -s /bin/nologin hiox
Cette commande ajoutera un nouvel utilisateur hiox, mais ne permettra pas la connexion.
Dans la commande ci-dessus:
hiox -Est le nom d’utilisateur
/bin/nologin -Est l’enveloppe assignée à l’utilisateur
3. Pour définir la date d’expiration de l’utilisateur :
useradd -e 2008-06-30 hiox
Cette commande ajoutera l’utilisateur hiox et définira la date d’expiration à 2008-06-30.
Dans la commande ci-dessus :
hiox -Est le nom d’utilisateur
2008-06-30 -Est la date lors de laquelle le compte d’utilisateur expirera
4. Pour créer un utilisateur sans créer un répertoire maison :
useradd -M hiox
La commande ci-dessus créera un utilisateur hiox, mais un répertoire maison ne sera pas créé.
passwd COMMAND:
La commande «passwd» est utilisée pour modifier votre mot de passe.

SYNTAXE:
La syntaxe est
passwd [options]

OPTIONS :

-a Montrer les attributs du mot de passe pour toutes les entrées.


-l Verrouille la saisie du mot de passe pour le nom.
Supprime le mot de passe pour le nom. Le nom de connexion ne sera pas
-d
demandé comme mot de passe.
Forcer l’utilisateur à modifier son mot de passe à la prochaine connexion en
-f
faisant expirer le mot de passe pour le nom.

EXEMPLE:
1. passwd
Saisir simplement vous permettrait de changer le mot de passe. Après avoir saisi
passwd vous recevrez les trois messages suivants:
Current Password:
New Password:
Confirm New Password:
Chaque message doit être saisi correctement pour que le mot de passe soit modifié
avec succès.
Explication

groupadd COMMAND:
La commande «groupadd» est utilisée pour créer un nouveau compte de groupe. Ceci est une commande
admin.
SYNTAXE:
La syntaxe est
groupadd [options] groupname

OPTIONS :

La valeur numérique du nom de groupe. Cette valeur doit être unique.


-g Les valeurs entre 0 et 99 sont typiquement réservées pour les comptes
système.
Cette alerte impose à «groupadd» d’ajouter un compte de système.
-r
Cette option est convenable pour Redhat linux seulement.

EXEMPLE:
1. groupadd hioxindia
Crée un nouveau groupe nommé comme hioxindia.
Explication

groupdel COMMAND:
La commande «groupdel» est utilisée pour supprimer (retirer) un groupe. Ceci est une commande admin.

SYNTAXE:
La syntaxe est
groupdel groupname

OPTIONS :
Il n’y a pas d’options pour la commande «groupdel». Donnez directement le nom de groupe.

EXEMPLE:
1. groupdel hiox
Supprimer (Retirer) le groupe hiox.
groupmod COMMAND:
La commande «groupmod» est utilisée pour modifier un groupe. Ceci est une
commande admin.

SYNTAXE:
La syntaxe est
groupmod [options] newname oldname

OPTIONS :

La valeur numérique du nom de groupe. Cette valeur doit être unique. Les
-g valeurs entre 0 et 99 sont typiquement réservées pour les comptes
système. La valeur ne doit pas être négative.
-n Le nom du groupe sera modifié de groupe à groupe.

EXEMPLE:
1. groupmod -n vizhi vizhi1
Dans l’exemple ci-dessus, la commande «groupmod» changerait de groupe 'vizhi' à
'vizhi1'.
Explication

groups COMMAND:
La commande «groups» est utilisée pour imprimer les groupes dans lesquels un utilisateur se trouve.

SYNTAXE:
La syntaxe est
groups

OPTIONS :

--help Imprimer un message d’aide et quitter


--
Imprimer la version et quitter
version

EXEMPLE:
1. Imprime les groupes d’utilisateur.
$ groups
Résultat :
hiox apache
2. Imprime les groupes de super utilisateurs.
# groups
Résultat :
root bin daemon sys adm disk wheel.
id COMMAND:
La commande «id» imprime le nom en vigueur (actuel) et réel de nom d’utilisateurs
(UID) et de nom de groupes (GID).

SYNTAXE:
La syntaxe est
id [options]

OPTIONS :

Rapporte le nom d’utilisateur, utilise le nom et tous les groupes auxquels


-a
l’utilisateur appartient.
Afficher le résultat réel et en vigueur du nom du groupe, en utilisant le
-G
format "%u\n".
Afficher le résultat seulement du nom du groupe en vigueur, en utilisant le
-g
format "%u\n".
Afficher le résultat seulement du nom d’utilisateur en vigueur, en utilisant le
-u
format "%u\n".

EXEMPLE:
1. id -a
Résultat :
uid=501(username) gid=501(username) groups=48(apache),
501(username)
Imprime le nom de groupes réel et actuel.
2. id -G
Résultat :
501 48
Imprime dans le format de "%u\n"
3. # id
Résultat :
uid=0(root) gid=0(root) groups=0(root),1(bin),2(daemon),3(sys),
4(adm),6(disk),10(wheel) context=user_u:system_r:unconfined_t
L’exemple ci-dessus affiche le uid (nom d’utilisateur) de racine, gid (nom de
groupe), groupes et contexte.
Explication

chgrp COMMAND:
La commande «chgrp» est utilisée pour changer le groupe de fichier ou de répertoire. Ceci est une
commande d’admin. Seul l’utilisateur de la racine peut changer les attributs/processus du fichier.

SYNTAXE:
La syntaxe est
chgrp [options] newgroup filename/directoryname

OPTIONS :

Changer l’autorisation sur les fichiers qui sont dans les sous-répertoires
-R
du répertoire dans lequel vous êtes présentement.
-c Changer l’autorisation pour chaque fichier.
-f Forcer. De pas rapporter les erreurs.

EXEMPLE:
1. chgrp hiox test.txt
Le groupe de fichiers 'test.txt' est la racine, Changer au nouveau groupe.
2. chgrp -R hiox test
Le groupe du répertoire 'test' est la racine. Avec -R, les fichiers et ses sous-répertoires changent
aussi au nouveau groupe hiox.
3. chgrp -c hiox calc.txt
La commande ci-dessus est utiliser pour changer le groupe pour le fichier ('calc.txt') spécifique
seulement.
chown COMMAND:
La commande «chown» est utilisée pour changer le propriétaire/utilisateur du fichier
ou répertoire. Ceci est une commande d’admin, seul l’utilisateur racine peut changer le
propriétaire d’un fichier ou répertoire.

SYNTAXE:
La syntaxe est
chown [options] newowner filename/directoryname
OPTIONS :

Changer l’autorisation sur les fichiers qui sont dans les sous-répertoires du
-R
répertoire dans lequel vous êtes présentement.
-c Changer la permission pour chaque fichier.
Empêche «chown» d’afficher des messages d’erreur lorsqu’il est incapable
-f
de modifier la propriété d’un fichier.

EXEMPLE:
1. chown hiox test.txt
Le propriétaire du fichier 'test.txt' est racine, Chanter au nouvel utilisateur hiox.
2. chown -R hiox test
Le propriétaire du répertoire 'test' est racine, avec l’option -R l’utilisateur des
fichiers et sous-répertoires est également modifié.
3. chown -c hiox calc.txt
Ici, changez le propriétaire pour le fichier spécifique 'calc.txt' seulement.
finger COMMAND:
La commande «finger» affiche le nom de connexion de l’utilisateur, son nom réel, le
nom du terminal et le statut de modification (avec ''*'' après le nom de terminal si
l’autorisation d’écriture est refusée) le temps mort, l’heure de connexion, l’emplacement
du bureau et le numéro de téléphone du bureau..

SYNTAXE:
La syntaxe est
finger [-lmsp] [user ...] [user@host ...]

OPTIONS :

Imprime toute l’information décrite par l’option -s et aussi le répertoire


maison de l’utilisateur, le numéro de téléphone du domicile, la shell de
-l
connexion, le statut de courriel, et le contenu des fichiers
".plan",".project",".pgpkey", et ".forward" du répertoire maison de l’utilisateur.
Appareiller les arguments seulement sur le nom d’utilisateur (pas le prénom
-m
ou le nom de famille).
Supprimer le format d’impression de -l, elle n’affichera pas le contenu des
-p
fichiers ".plan",".project", et ".pgkey".
-s Imprime le résultat dans un format court.

EXEMPLE:
1. Pour imprimer l’information d’utilisateur en format court :
2. finger -s hiox

3. Login Name Tty Idle LoginTime Office


OfficePhone
4. HIOX HIOX INDIA *:0 Sep 14 09:07
5. HIOX HIOX INDIA *pts/0 9 Sep 14 09:08
6. HIOX HIOX INDIA *pts/1 1:29 Sep 14 09:12
La commande «finger» imprime l’information d’utilisateur comme nom de
connexion d’utilisateur, nom réel, nom de terminal et statut de modification, temps
mort, heure de connexion, emplacement de bureau et numéro de téléphone de
bureau.
Explication

ps COMMAND:
La commande «ps» est utilisée pour rapporter le statut de processus. «ps» est le raccourci de «Process
Status» (statut de processus).

SYNTAXE:
La syntaxe est
ps [options]

OPTIONS :

Énumère l’information à propos de tous les processus les plus souvent


-a demandés : tous ceux, exceptés les processus des gestionnaires et les
processus associés avec un terminal..
-A or e Énumérer l’information pour tous les processus.
Énumérer l’information à propos de tous les processus exceptés les
-d
sessions des gestionnaires.
Énumérer l’information à propos de chaque processus en exécution
-e
présentement.
-f Génère une liste complète.
-j Imprimer le nom de session et le nom de groupe de processus.
-l Générer une longue liste.

EXEMPLE:
1. ps
Résultat :
PID TTY TIME CMD
2540 pts/1 00:00:00 bash
2621 pts/1 00:00:00 ps
Dans l’exemple ci-dessus, saisir «ps» seul énumérerait les processus en exécution présentement.
2. ps -f
Résultat :
UID PID PPID C STIME TTY TIME CMD
nirmala 2540 2536 0 15:31 pts/1 00:00:00 bash
nirmala 2639 2540 0 15:51 pts/1 00:00:00 ps -f
Affiche l’information complète à propos des processus en exécution présentement.

Explication

jobs COMMAND:
La commande «jobs» est utilisée pour énumérer les tâches que vous exécutez à l’arrière-plan et à l’avant-
plan. Si l’invite de commande est retournée avec aucune information, aucune tâche n’est présente.
SYNTAXE:
La syntaxe est
jobs [options]

OPTIONS :

Rapporter le nom de groupe de processus et répertoire de travail pour


-l
les tâches.
Afficher seulement les tâches qui se sont arrêtées ou qui ont été
-n
quittées depuis le dernier avis.
Affiche seulement les noms de processus pour les fichiers de départ
-p
des processus des tâches sélectionnées.

EXEMPLE:
1. jobs -l
Énumère les tâches que vous exécutez à l’avant-plan (ou) arrière-plan.
2. jobs -p
Afficher seulement le nom de processus pour les tâches énumérées.

kill COMMAND:
La commande «kill» est utilisée pour terminer le processus à l’arrière-plan.

SYNTAXE:
La syntaxe est
kill [-s] [-l] %pid

OPTIONS :

Spécifier le signal à envoyer. Le The signal peut-être donné comme nom ou


-s
numéro de signal.
Écrire toutes les values du signal supporté par l’implantation, si aucun
-l
opérande n’est donné.
-pid Nom de processus ou de tâche.
-9 Forcer un processus à s’arrêter.

EXEMPLE:
Processus étape par étape :
 Ouvrir un processus de lecteur de musique.
xmms
Appuyez ctrl+z pour arrêter le processus.
 Pour connaître le nom de groupe ou de travail de la tâche en arrière-plan.
jobs -l

Cela énumérera les travaux en arrière-plan avec leur numéro de travail comme,
xmms 3956
kmail 3467
 Pour arrêter une tâche ou un processus.
kill 3956

La commande «kill» arrête ou termine le processus xmms à l’arrière-plan.

cal COMMAND:
La commande «cal» est utilisée pour afficher le calendrier.

SYNTAXE:
La syntaxe est
cal [options] [month] [year]

OPTIONS :

-1 Affiche un mois unique comme résultat.


-3 Affiche le mois prev/current/next (précédent/actuel/suivant) comme résultat.
-s Affiche dimanche comme le premier jour de la semaine.
-m Affiche lundi comme le premier jour de la semaine.
-j Affiche la date ordinale (les jours incrémentés de 1, à partir du 1er janvier).
-y Affiche un calendrier pour l’année actuelle.

EXEMPLE:
1. cal
Résultat :
september 2008
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
La commande «cal» affiche le mois calendaire actuel.
2. cal -3 5 2008
Résultat :
April 2008 May 2008 June 2008
Su Mo Tu We Th Fr Sa Su Mo Tu We Th Fr Sa Su Mo Tu We Th Fr Sa
1 2 3 4 5 1 2 3 1 2 3 4 5 6 7
6 7 8 9 10 11 12 4 5 6 7 8 9 10 8 9 10 11 12 13 14
13 14 15 16 17 18 19 11 12 13 14 15 16 17 15 16 17 18 19 20 21
20 21 22 23 24 25 26 18 19 20 21 22 23 24 22 23 24 25 26 27 28
27 28 29 30 25 26 27 28 29 30 31 29 30
Ici, la commande «cal» affiche le calendrier des mois d’avril, mai et juin de l’année
2008.

date COMMAND:
La commande «date» imprime la date et l’heure.

SYNTAXE:
La syntaxe est
date [options] [+format] [date]

OPTIONS :

Ajustez lentement l’heure avec les secondes sss.fff (fff représente les
-a fractions d’une seconde). Cet ajustement peut être positif ou négatif.
Seulement un utilisateur admin/super peut ajuster l’heure.
- Définit l’heure et la date à la valeur spécifiée dans la chaîne de date. La
s date- chaîne de date peut contenir les noms des mois, les fuseaux horaires, 'am',
string 'pm', etc.
Afficher (ou définir) la date en temps moyen Greenwich (GMT-heure
-u
universelle).

Format :
%a Jour de la semaine abrégé (mar).
%A Jour de la semaine complet (mardi).
%b Nom de mois abrégé (jan).
%B Nom de mois complet (janvier).
%c Format de date et heure spécifique au pays.
%D Date dans le format %m/%d/%y.
%j Jour ordinal de l’année (001-366).
%n Insérez une nouvelle ligne.
%p Chaîne pour indiquer a.m. ou p.m.
%T Heure dans le format %H:%M:%S.
%t Espace de tabulation.
Numéro de semaine dans l’année (01-52); début de la semaine le
%V
lundi.

EXEMPLE:
1. commande «date»
date
La commande ci-dessus imprimera Wed Jul 23 10:52:34 IST 2008
2. Pour utiliser un espace de tabulation :
date +"Date is %D %t Time is %T"
La commande ci-dessus retirera l’espace et imprimera comme as
Date is 07/23/08 Time is 10:52:34
3. Pour savoir le numéro de semaine de l’année,
date -V
La commande ci-dessus imprimera 30
4. Pour définir la date,
date -s "10/08/2008 11:37:23"
La commande ci-dessus imprimera Wed Oct 08 11:37:23 IST 2008
clear COMMAND:
Cette commande efface l’écran du terminal.

SYNTAXE:
La syntaxe est
clear

OPTIONS :
Il n’y a pas d’option pour la commande «clearscreen».

EXEMPLE:
1. clear
la commande d’effacement «clearscreen» comme la commande «cls».
2. Vous pouvez aussi avoir des alias pour cette commande.
alias c='clear'
«c» est le nom d’alias pour la commande «clear» (effacer).
cpio COMMAND:
La commande «cpio» crée et défait des fichiers «cpio» archivés. Elle est capable de
copier des fichiers à des éléments autres que des disques durs. Probablement que cette
commande est aussi utilisée pour faire une copie de sauvegarde et restaurer des fichiers.

SYNTAXE:
La syntaxe est
cpio [options]

OPTIONS :

-i Extrait des fichiers de l’entrée standard.


Lit l’entrée standard pour obtenir une liste de noms de chemins et copie ces
-o
fichiers à la sortie standard.
-p Lit l’entrée standard pour obtenir une liste de noms de chemins de fichiers.
Lit ou écrit l’information d’entête sous forme de caractère ASCII pour une
-c
mobilité.
-d Créer des répertoires tels que requis.
Copier inconditionnellement (normalement, un fichier plus ancien ne
-u
remplacera pas un fichier plus récent avec le même nom).
Retenir l’heure de modification de fichier précédente. Cette option n’est pas
-m
efficace sur les répertoires qui sont en train d’être copiés.
-v En clair. Imprimer une liste de noms de fichier.

EXEMPLE:
1. find . -print | cpio -ocv > /dev/fd0
Trouver une liste de fichiers et répertoires et copier ensuite ceux-ci à une disquette.
2. find . -print | cpio -dumpv /home/nirmala
Trouver une liste de fichiers et répertoires et copier ou faire une copie de
sauvegarde de ceux-ci à l’utilisateur.
3. cpio -icuvd < /dev/fd0
Restaurer les fichiers de la disquette.