Vous êtes sur la page 1sur 57

LA THEORIE DU TOUT

Chroniques
Transatlantiques de 2010
Six mois de travail au sein d’un recueil
BOUNOUA Samy
CHAMLA Lior

Ce document recueille près de 20 billets postés sur le blog de la Théorie du Tout et qui
portent tous sur le sujet du fédéralisme transatlantique.
Introduction
Ce document contient 5 mois de travail acharné sur l’évolution de la relation transatlantique, tant au niveau
institutionnel, qu’idéologique. D’autres articles contenus au sein de ce document traitent de l’actualité.

Il peut servir de base à toute étude du Marché Transatlantique, même si il n’est pas parfait. Il apporte de plus une
grande somme d’informations sur les bases idéologiques et sur les acteurs peu connus mais pourtant si important
dans le mouvement transatlantique.

Il est bien sur à compléter (et le sera, au fil des lectures des auteurs).

Les auteurs de ce recueil sont :

 BOUNOUA Samy ;
 CHAMLA Lior ;

Bonne lecture.

Sommaire
Chroniques transatlantiques #1 (Résolution 01/06/2006) ............................................................ 5
Ce que "considère" le parlement Européen ................................................................................................................ 5
Le corps de la résolution .............................................................................................................................................. 5
La dimension économique et commerciale et l'achèvement du marché transatlantique d'ici 2015 ........................ 6
Chroniques transatlantiques #2 (Résolution 25/04/2007)............................................................ 7
Ce que considère le parlement ..................................................................................................................................... 7
Le corps de la résolution .............................................................................................................................................. 7
Actions communes à l'international ........................................................................................................................ 7
Lutte contre le terrorisme et partage de données ................................................................................................... 7
Economie et commerce ............................................................................................................................................ 7
Les marchés financiers .............................................................................................................................................8
Le cadre institutionnel .............................................................................................................................................8
Conclusion ....................................................................................................................................................................8
Chroniques transatlantiques #3 (Proposition de Résolution 28/05/2008) ................................... 10
Ce que considère le Parlement Européen ................................................................................................................. 10
Le contenu de la proposition ................................................................................................................................... 10
Chroniques transatlantiques #4 (Résolution 08/05/2008) .......................................................... 12
Ce que considère le Parlement Européen ................................................................................................................. 12
Le contenu de la Résolution ...................................................................................................................................... 12
Intégration économique ......................................................................................................................................... 12
Démantèlement des barrières aux échanges ......................................................................................................... 12
Services financiers et perte de souveraineté .......................................................................................................... 12
Espoir ? ................................................................................................................................................................... 12
Les maitres du monde ............................................................................................................................................ 12
Questions agricoles ................................................................................................................................................. 13
Coopération énergétique, industrielle et scientifique ........................................................................................... 13
Organisation Mondiale du Commerce ................................................................................................................... 13
Le dialogue transatlantique des législateurs ......................................................................................................... 13
Conclusion .................................................................................................................................................................. 13
Chroniques transatlantiques #5 (Résolution 05/06/2008) .......................................................... 15
Ce que considère le parlement ................................................................................................................................... 15
Le contenu de la résolution........................................................................................................................................ 15
Terrorisme et droits de l'homme ........................................................................................................................... 15
Stratégie et OTAN ................................................................................................................................................... 15
Vers une Assemblée Transatlantique .................................................................................................................... 16
Conclusion .................................................................................................................................................................. 16
Chroniques transatlantiques #6 (Déclaration Transatlantique de 1990) ...................................... 17
Approfondir la coopération et la solidarité ............................................................................................................... 17
Buts communs ............................................................................................................................................................ 17
Rapprochement politique et ouverture économique mondiale ............................................................................... 17
Dialogues transatlantiques ........................................................................................................................................ 17
Cadre Institutionnel ................................................................................................................................................... 17
Conclusion .................................................................................................................................................................. 17
Chroniques transatlantiques #7 (Plan d'Action Commun et Nouvel Agenda Transatlantique de
1995) .......................................................................................................................................... 19
Le plan d'action commun (Joint Action Plan) .......................................................................................................... 19
Objectifs .................................................................................................................................................................. 19
Expansion du commerce mondial ......................................................................................................................... 19
Nouveau Marché Transatlantique ......................................................................................................................... 19
Des "Ponts à travers l'Atlantique" .......................................................................................................................... 19
Le Nouvel Agenda Transatlantique (NTA)............................................................................................................... 20
Expansion du commerce mondial (encore) .......................................................................................................... 20
Les ponts en travers de l'Atlantique (encore) ....................................................................................................... 20
Liens parlementaires ............................................................................................................................................. 20
Implémentation du NAT ....................................................................................................................................... 20
Conclusion ................................................................................................................................................................. 20
Chroniques transatlantiques #8 (Partenariat Economique Transatlantique et Accord Cadre) ..... 21
Le Partenariat Economique Transatlantique (1998) ................................................................................................ 21
Actions multilatérales (au sein des organismes internationaux) ......................................................................... 21
Actions bilatérales (entre les deux acteurs) ........................................................................................................... 21
Annexe : Détails pour les services .............................................................................................................................22
L'Accord Cadre de 2007 .............................................................................................................................................22
Les objectifs de l'accord cadre ................................................................................................................................22
Etablissement du Conseil Economique Transatlantique ......................................................................................22
Promouvoir l'intégration économique ...................................................................................................................22
Conclusion .................................................................................................................................................................. 23
Chroniques transatlantiques #9 (Les institutions transatlantiques) ........................................... 24
Le TransAtlantic Business Dialogue (TABD) : Un lobby respecté et écouté ...........................................................24
Les fondateurs du TABD ........................................................................................................................................24
Les origines .............................................................................................................................................................24
Qui y contribue ?..................................................................................................................................................... 25
Le TransAtlantic Environment Dialogue : Une vaste blague ................................................................................... 25
Le TransAtlantic Consumer Dialogue ....................................................................................................................... 25
Plus que le TAED, mais Moins que le TABD ! ....................................................................................................... 25
Membres ................................................................................................................................................................. 25
Le TransAtlantic Legislator's Dialogue ..................................................................................................................... 25
Coopération réglementaire .................................................................................................................................... 25
Vers une Assemblée Transatlantique .................................................................................................................... 25
Le TransAtlantic Labour Dialogue ............................................................................................................................26
Presque aussi ignoré que le TAED .........................................................................................................................26
Vers une certaines reconnaissance ? .....................................................................................................................26
Conclusion ..................................................................................................................................................................26
Chroniques transatlantiques #10 (Avis du CESE du 25/03/2009) ............................................... 28
Le Conseil Economique Transatlantique ................................................................................................................. 28
Condamnation du protectionnisme ......................................................................................................................... 28
Changement climatique global ..................................................................................................................................29
Implication des groupes de pressions (Dialogues Transatlantiques) ......................................................................29
Conclusion ..................................................................................................................................................................29
Un conseiller de Barroso propose que l'UE rejoigne l'OTAN (Xinhua) ......................................... 31
Le front de gauche patauge dans l'Atlantique ... .......................................................................... 32
Chroniques transatlantiques #11 (Résolution du 26 mars 2009) ................................................. 34
La relation transatlantique ........................................................................................................................................34
Le Conseil Politique Transatlantique (CPT) .............................................................................................................34
Démocratie et Relations Publiques ...........................................................................................................................34
Autres questions ......................................................................................................................................................... 35
Relations internationales ....................................................................................................................................... 35
OTAN et Défense .................................................................................................................................................... 35
Conclusion .................................................................................................................................................................. 35
Clarence Kirschmann Streit (1896 - 1986) : le père du fédéralisme transatlantique. .................... 37
Clarence Streit : un américain cent pour cent [3]. .................................................................................................... 37
L’échec de la Société des Nations. ............................................................................................................................. 37
La S.d.N : une ligue inefficace et antidémocratique. ................................................................................................ 37
La seule solution : l’union fédérale. ...........................................................................................................................38
Les quinze démocraties fondatrices. .........................................................................................................................39
Vers un gouvernement mondial. ...............................................................................................................................39
Le succès [13]. ........................................................................................................................................................... 40
Union Now après 1945. ............................................................................................................................................. 40
Conclusion : vers un grand marché transatlantique. ................................................................................................ 41
Vu sur Wikileaks ... .................................................................................................................... 46
Moscovici et Hollande rencontrent l'ambassadeur US.............................................................................................46
Merkel et son amour du Conseil Economique Transatlantique (CET) ....................................................................46
La visite du député Froman à Bruxelles ....................................................................................................................46
Une petite mise au point ... ......................................................................................................... 48
Les USA et l'UE vont travailler à des réglementations communes (AFP) ..................................... 50
La déclaration de Paris (janvier 1962) : La première déclaration transatlantique. ...................... 52
Préambule. ................................................................................................................................................................. 52
Recommandations. .................................................................................................................................................... 52
Les questions d’ordre moral et culturel..................................................................................................................... 53
Deux Déclarations pour l'Unité Atlantique (1954 et 1962). ...........................................................55
La Déclaration de l’Unité Atlantique de 1954. .......................................................................................................... 55
La Déclaration de l’Unité Atlantique de 1962. .......................................................................................................... 55
Conclusion .................................................................................................................................................................. 57
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #1 (Résolution 01/06/2006)


Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

Premier épisode d'une longue série, cette chronique résume une résolution du parlement Européen datant du 1
Juin 2006, portant sur "l'amélioration des relations entre l'Union européenne et les Etats-Unis dans le cadre
d'un accord de partenariat transatlantique" (1).
Malheureusement, cette résolution vient après beaucoup d'autres, et il serait très dur pour quelqu'un qui travaille
(comme moi) de remonter tous ces avis et accords. Il y a beaucoup de références à des résolutions précédentes,
accords et autres sommets UE-USA.

Ce que "considère" le parlement Européen

Je vous passe la partie "vu ..." pour en arriver directement aux "considérant ...". Le premier alinéa (A) donne le
ton de la relation cordiale : "considérant que le partenariat transatlantique est une pierre d'angle de l'action
extérieure de l'Union". Rien de plus normal, les USA sont nos principaux partenaires.

Au niveau économique, l'alinéa J est intéressant : "[...] L'agenda de Lisbonne doit être perçu comme un effort
visant à faire de l'Europe une économie hautement compétitive et fondée sur la connaissance, laquelle, à son
tour, bénéficiera au partenariat transatlantique en fortifiant la croissance de marchés communs". La
coopération est donc de mise : La stratégie de Lisbonne n'est pas seulement bonne pour l'Union, mais aussi pour
les entreprises américaines qui sont en contrat avec leurs homologues européens.

L'alinéa K doit surement émaner de la partie Est des états membres de l'Union : Elle propose d'uniformiser les
conditions d'accès aux USA pour les ressortissants de 9 états membres entrés en 2004 dans l'Union.

Et le petit dernier pour se donner bonne conscience, l'alinéa M : "considérant [...] la nécessité d'associer plus
largement les parlementaires et les représentants des sociétés civiles européenne et américaine au partenariat
transatlantique". Encore faut-il rappeler que ce dossier a cours depuis plus de 10 ans au moment de cette
résolution, et qu'on se pose encore la question de "la nécessité d'associer plus largement les parlementaires" …

Le corps de la résolution

Dans l'alinéa 3, le parlement Européen souligne "l'impérieuse nécessité" de fixer comme objectif de "parachever,
sans entraves, le marché transatlantique d'ici à 2015", et il précise : "[...] comme le Parlement européen, le
Congrès des Etats-Unis et des personnalités de la politique, des milieux universitaires et du monde des affaires
l'ont proposé à maintes reprises".

L'alinéa 6 parle du cadre institutionnel : La coopération actuelle doit maintenant être encadrée par un réel
"accord de partenariat transatlantique en tant que cadre institutionnel et politique approprié". On estime donc
que la relation transatlantique est telle, qu'il faut maintenant imaginer des structures institutionnelles (comme
par exemple un parlement commun, ou une cours de justice commune pour gérer les litiges etc). C'est en fait un
peu comme la construction européenne elle-même, sauf que cela se joue ici entre immenses ensembles régionaux
comme les USA et l'Union Européenne dans sa globalité.

Dans la partie "Dimension politique de l'accord", on peut retenir l'alinéa 8 dans lequel le Parlement Européen
recommande la promotion d'une approche commune dans les relations avec d'autres acteurs géopolitiques de
premier plan dont la Chine, l'Inde, le Japon, l'Amérique latine et la Russie. Il propose aussi "un engagement
conjoint plus résolu en vue de réformer l'ONU et son conseil de sécurité". J'avais entendu que les pays du tiers
monde allaient remonter le mouvement des non-alignés pour, eux aussi, réformer l'ONU. Mais alors, quelles
sortes de réformes peuvent bien vouloir l'UE et les USA ?

Dans la même veine, l'alinéa 11 où le Parlement encourage les partenaires à s'engager dans de nouvelles actions
communes dans beaucoup de domaines, tels que la lutte contre le crime organisé, la contrebande, l'extradition, la
protection des données, la gestion des visas etc.
Enfin, dans l'alinéa 13, on recommande la mise en place d'une stratégie commune visant à assurer la sécurité des
approvisionnements en énergie et en matières premières.
On a donc une volonté claire de pousser l'intégration de ces deux entités transatlantiques sur beaucoup de
domaines, de multiplier les connexions et les interdépendances.

Pour les amateurs de géostratégie, la résolution contient tout une partie traitant de la question de la sécurité
commune (OTAN etc.) que je ne commenterai pas dans cette chronique. Pour autant, on peut noter que le
parlement invite, dans l'alinéa 36, les états membres qui n'ont pas encore ratifié les traités conclus en 2003 entre
l'UE et les USA concernant l'extradition à accélérer le processus de ratification. Il estime aussi qu'il conviendrait
de veiller à la transposition au niveau global de l'UE de l'accord sur l'entraide judiciaire et l'extradition.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 5
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

On veut donc que tous les états européens soient uniformes en ce qui concerne les conditions d'extraditions vers
les USA.

La dimension économique et commerciale et l'achèvement du marché


transatlantique d'ici 2015

L'alinéa 46 demande à la présidence autrichienne alors en poste de "redoubler d'efforts pour mettre en œuvre la
déclaration sur le renforcement de l'intégration économique transatlantique". On tient donc à accélérer le
processus d'intégration économique. Ce qui nécessite effectivement de nombreux échanges réglementaires entre
les deux parties en présence. Le parlement préconise donc que l'on lance de grands audits de part et d'autres pour
identifier les entraves au commerce et aux échanges qui existent. De plus, on estime qu'il faut instaurer des
forums de haut niveau sur la coopération réglementaire.
Amusant, à l'alinéa 48, le Parlement demande "instamment" que le TACD (Groupement d'associations de
défenses du consommateur, http://www.tacd.org) et le TAED (Groupement d'association de défenses de
l'environnement, qui avait été fermé en 2000 et dont le site n'est même plus en ligne ...) soient "revitalisés".
Amusant, quand on sait que ces deux groupes n'ont jamais été pris en compte par les instances de part et d'autre
de l'atlantique, au profit d'autres groupes tels que le TABD (TransAtlantic Business Dialogue, pas besoin de
traduire, http://www.tabd.com).

Et pour finir, on peut lire toute une partie traitant du cadre institutionnel du partenariat. Le parlement rappelle
qu'il faut améliorer ce cadre institutionnel en transformant le dialogue qui a lieu en ce moment (via la diplomatie
Européenne et Américaine, dans l'instance nommée le Dialogue Transatlantique des Législateurs (DTL)) en
véritable assemblée transatlantique. Ceci permettrait (toujours selon l'alinéa 51) de rassembler des législateurs
(des députés) des deux côtés de l'atlantique. De plus, il lance l'idée d'un échange des législateurs, le tout dans le
but "de renforcer la dimension parlementaire du partenariat". Au bout de plus de 10 ans, il en était en effet bien
temps !
Petite astuce qui ne mange pas de pain à l'alinéa 52 : Le parlement soutient l'idée "d'associer davantage les
parlementaires et les représentants de la société civile européenne et américaine". Alors les parlementaires, vous
connaissez, les "représentants de la société civile", c'est ce qu'on appelle les groupes d'influence, les lobbys, les
syndicats, et les représentants d'intérêts.

Enfin, le parlement est heureux et "se félicite" de la "création du Forum de coopération réglementaire de haut
niveau", qui servira à mieux uniformiser les règlements de part et d'autres de manière à faciliter plus encore
l'intégration transatlantique.

Cette résolution date de 2006, et bien des documents ont été rédigés depuis. La suite dans la prochaine
Chronique.

Notes :
(1) Résolution du parlement Européen (1 Juin 2006)
: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P6-TA-2006-0238&language=FR

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 6
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #2 (Résolution 25/04/2007)


Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

Et oui, l'aventure continue (et elle est loin d'être terminée) ! Lors de la dernière chronique (1), nous avions décrit
le contenu d'une résolution du parlement Européen concernant les relations transatlantiques (datant du 1 Juin
2006). Dans cette chronique, nous verrons le deuxième document de cette étude : Une nouvelle résolution du PE
datant, elle, du 25 Avril 2007 (2).
On y retrouve des thèmes récurrents (et j'anticipe qu'ils se retrouveront dans les documents à venir) tels que la
gestion des visas et bien sur l'intégration économique transatlantique.

Ce que considère le parlement

Encore une fois je vous passe la partie "vu ..." et cette fois ci les "considérant ..." ne sont pas aussi nombreux.

On note néanmoins certains points tels que l'alinéa G, où le parlement a l'air de déplorer "que les Etats-Unis
restent opposés à l'extension du programme d'exemption de visa" pour 11 nouveaux états membres. Encore ce
problème des visas, dont on parlait déjà un an avant.
L'alinéa L apporte une nouveauté par rapport à la dernière résolution : Les services financiers. Le parlement
considère en effet que c'est un thème clé de la relation transatlantique, et donc "qu'une convergence
réglementaire et des conditions égales pour les USA et l'UE dans la réglementation des services financiers sont
dans leur intérêt à tous deux". La question qui se pose maintenant est : Si l'on doit gérer les services financiers de
la même manière des deux côtés de l'Atlantique, adopterons nous les règles américaines ? Ou arriverons-nous à
imposer le modèle de gouvernance européenne (qui, entre nous, n'a pas grand chose de différent) ?

Le corps de la résolution

Actions communes à l'international


Le parlement note à l'alinéa 1 que de "sérieuses perspectives d'étroite collaboration" s'ouvrent aux deux
protagonistes. On souhaiterait encourager une action commune sur davantage de régions telles que "les Balkans
occidentaux, la région du Sud-Caucase, l'Asie centrale, le Moyen Orient, l'Afghanistan, la Méditerranée,
l'Amérique latine et l'Afrique". Il y a donc volonté du Parlement de renforcer le partenariat transatlantique dans le
domaine des relations internationales avec certaines zones, tel un couple international très puissant et univoque.
On rappelle dans l'alinéa 10 qu'il faudrait tout de même faire quelque chose pour cette affaire de visas ...
Et enfin, il est important de notifier l'alinéa 15, dans lequel le parlement rappelle "que l'OTAN, qui reste un lien
important entre de nombreux pays européens et les Etats-Unis et le garant de la sécurité européenne" devrait se
transformer en réel forum politique transatlantique. On s'articule donc réellement vers une gouvernance
occidentale au sein même de l'OTAN, dès lors, on peut voir le marché transatlantique et l'alliance militaire comme
les deux faces d'une même pièce.

Lutte contre le terrorisme et partage de données


On explique dans les alinéas 6, 7, 8 et 9 que la coopération en matière de lutte contre le terrorisme, de partage de
données et de surveillance doit être poussée et encadrée : Le parlement estime que le "terrorisme et la
prolifération des armes de destruction massive restent les plus grandes menaces pesant sur la sécurité pour les
deux partenaires".
De plus, il est nécessaire de définir avec les USA un "cadre commun partagé" dans cette lutte. On note aussi une
petite référence à l'affaire SWIFT à l'alinéa 9, où le Parlement déplore que ces accords aient "engendré une
situation d'incertitude juridique" quant à la protection des données pour ce qui concerne le partage entre l'UE et
les USA.
Puis, le parlement se félicite (alinéa 12) du fait que le vice-président [de l'époque] Frattini veuille créer un "cadre
de coopération euroatlantique de lutte contre le terrorisme international". Ironie, le parlement demande aussi,
en passant si il pourrait être, dans la mesure du possible, associé "pleinement" à ce groupe.
Enfin, il "prend note" de la création d'un groupe de travail de haut niveau composé de représentants des deux
entités en matière de sécurité, mais demande, encore une fois d'y être associé, et ce "afin que ce dialogue bénéficie
d'une plus grande légitimité démocratique". Sans être méchant, il faut dire que c'est assez pathétique.

Amusant, on peut lire (alinéa 18) que le Parlement invite les dirigeants des deux entités à "indiquer au président
de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz, que sa démission serait une mesure appropriée pour éviter que la
politique de lutte contre la corruption de la Banque Mondiale ne soit menacée" ... Alors qu'avait bien pu faire
Wolfowitz à cette époque pour mériter cela (3) ?

Economie et commerce
Cette résolution est un peu plus riche que la précédente en ce qui concerne le partenariat économique : Le
parlement souligne qu'un "nouvel élan devrait être donné aux relations transatlantiques en actualisant le nouvel
agenda transatlantique" lors du prochain sommet UE/Etats-Unis (alinéa 19). On cherche à accélérer/relancer le

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 7
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

processus. Le parlement approuve l'initiative de la présidence allemande de lancer une "feuille de route pour la
réalisation d'un marché transatlantique sans barrières douanières" (alinéa 20).
L'alinéa 21 est fourni. Le parlement y invite les instances dirigeantes à amorcer de nouvelles négociations portant
sur un "marché transatlantique renforcé entre l'UE et les USA, couvrant les investissements, les droits de
propriété intellectuelle, l'innovation, les marchés public". Il les invite aussi à arriver à un véritable accord de
coopération réglementaire, avec des méthodes communes, des mesures communes afin de minimiser les
divergences futures des différentes législations. Il faut uniformiser tout cela. Encore une fois, les parlementaires
demandent "instamment" que les législateurs puissent participer à ces négociations.
Et enfin, ça mange pas de pain, on souligne dans l'alinéa 22 que tout ceci ne doit pas mener à une "harmonisation
vers le bas des normes sociales, environnementales et sanitaires", et que l'UE continuera à "maintenir [...] ses
règles de protection des services publics et de la diversité culturelle" : Elle a en effet bien réussi jusqu'ici.

A l'alinéa 26, on demande aux deux parties de faire des efforts au niveau de l'Organisation Mondiale du
Commerce, et les invite à "déclarer qu'ils sont fermement attachés à travailler ensemble pour parvenir à de
véritables progrès d'ici l'été 2007" et à convenir d'approches communes. En langage clair, ça veut dire essayer de
forcer le passage sur encore plus de négociations, dans le but d'améliorer "l'accès au marché".

Le parlement estime aussi à l'alinéa 26 que les deux parties devraient conjuguer leurs efforts pour trouver des
moyens de production d'énergie de remplacement. De plus il faut renforcer la coopération dans le domaine de
l'énergie, de la sécurité énergétique et du respect de l'environnement. "S'efforcer d'établir un marché global de
l'énergie stable et prévisible basé sur les règles du marché".
Le parlement approuve (alinéa 31) les mesures communes pour l'application de la propriété intellectuelle et
"réitère sa demande à la Commission d'étudier le fait que des entreprises européennes exerçant des activités aux
USA peuvent actuellement être contraints de communiquer des données à caractère personnel aux autorités
américaines" (alinéa 32).

Il faut mettre en place une coopération encore plus poussée en ce qui concerne le transport aérien, on encourage
donc les dirigeants des deux côtés de signer au plus vite l'accord sur le transport aérien comme une première
phase de l'intégration euroatlantique dans ce domaine. On les encourage d'ailleurs aussi à commencer au plus tôt
les négociations sur l'accord de deuxième phase (alinéa 33).

Anecdote : à l'alinéa 34, le parlement invite les partenaires à faire tout ce qu'on a dit, mais quand même, de
"prendre en compte dans leurs relations économiques le rôle et les traits particuliers des secteurs de la culture et
de l'enseignement" ... On leur dira ...

Les marchés financiers


On souligne l'importance d'une convergence des pratiques de surveillance et on "réitère [notre] demande pour un
renforcement du dialogue sur la réglementation des marchés financiers". On évoque aussi le fait de convenir
d'une "reconnaissance mutuelle des normes comptables" et on souligne encore l'importance de la mise en œuvre
des accords de Bâle II. En bref, l'alinéa 25 propose simplement une gestion harmonisée des services financiers,
notamment dans ce qui concerne la surveillance. De plus, on "demande à la Commission de garantir que les
fusions transatlantiques [...] ne conduisent pas [...] à l'application de la législation et des pratiques de contrôle
des USA dans l'UE" ... Ouf !

Le cadre institutionnel
Un an après la première résolution que nous avons étudié et où l'on parlait déjà de ceci, le parlement demande, à
l'alinéa 35, une énième fois d'être associé à tout ce processus, et clame que les échanges interparlementaires
devraient se transformer "en une assemblée transatlantique de fait". Les alinéas suivants, re-belote : On demande
à ce que le prochain sommet soit l'occasion de renforcer le rôle des législateurs et des sociétés civiles. Le
parlement met l'accent sur le fait qu'il est déterminé à contribuer au partenariat par son engagement dans le
Dialogue Transatlantique des Législateurs (DTL), il rappelle encore une fois qu'il est nécessaire d'instaurer un
cadre parlementaire institutionnel sable. Il demande encore une fois à ce que la Commission débatte de sa
stratégie avec le parlement avant d'engager des négociations lorsque cela porte sur des sujets législatif (alinéa 39).
On retrouve enfin à l'alinéa 40 la proposition déjà faite l'année précédente de créer un poste de représentant
officiel permanent à Washington.

Conclusion

Et bien tout ceci est assez éclairant sur les relations existantes entre nos institutions régionales européennes, et
nos cousins américains. Nous avons vu que le parlement incite à plus d'intégration dans de nombreux domaines.
A l'international, il propose que les deux entités soient proches et univoques, et qu'elles soient aussi très incisives
à l'OMC. En matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme, on attend des efforts pour la création d'un réel
espace commun de sécurité.
Le parlement encourage les dirigeants à donner un nouvel élan à la construction du marché transatlantique,
notamment en accélérant les négociations concernant les transports aériens, les marchés financiers, les
investissements, marchés publics etc.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 8
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Enfin on retrouve les propositions de l'année précédente en ce qui concerne le cadre institutionnel : Une
assemblée transatlantique, et un représentant officiel à Washington.

Pour terminer ce billet, je dirai simplement que je suis effondré après avoir lu cette résolution. Je savais que le
parlement n'avait pas l'initiative de la loi au niveau Européen, je savais l'Europe en manque flagrant de
démocratie, mais là on touche le fond. Je peux comptabiliser au moins 5 occurrences de demande du parlement
d'être associé au processus en question. Un démocrate naïf se dirait (comme je me disais) qu'il n'est même pas
utile de demander, que le Parlement sera de fait consulté et informé et je dirai même, décideur de ce qui se passe.
Or ici, on ressent tout à fait la tristesse, le mollesse de ces parlementaires qui ont l'air agacé de n'être jamais
consultés.

La suite dans une prochaine chronique.

Notes :
(1) Chroniques transatlantiques (01/06/2006) : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-
transatlantiques-1.html
(2) Résolution du Parlement Européen
(25/04/2007) : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P6-TA-2007-
0155&language=FR
(3) Affaire Wolfowitz - Banque Mondiale sur
Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Wolfowitz#Affaire_Wolfowitz_.C3.A0_la_Banque_mondiale

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 9
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #3 (Proposition de Résolution


28/05/2008)
Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

Cette proposition de résolution du parlement (1) n'est pas très bavarde et n'apporte pas grand chose de nouveau.
Elle est signée à peu près un an après la résolution du 25/04/2007, qui a été commenté ici-même (2). Cet article
ne va donc pas être très long, étant donné que la majeure partie des points évoqués ne sont que la reprise d'autres
résolutions.

Ce que considère le Parlement Européen

Je vous passe la partie "vu ..." et les "considérant ...", sachant que la plupart d'entre eux sont les mêmes que dans
la résolution du 25/04/2007. Néanmoins, il serait peut-être utile de passer sur le point F de la proposition : Le
parlement considère encore et toujours qu'il faut promouvoir "une politique d'investissements ouverts".
Autrement dit, encore et toujours abaisser les barrières à l'investissement. Il n'y aurait rien à redire si on ne nous
disait pas à côté que l'on veut réglementer et mieux contenir la finance et les capitaux.

Le contenu de la proposition

Le premier point de la proposition permet au Parlement de se féliciter des progrès "réalisés dans le cadre des
relations UE-Etats-Unis, ainsi que du renforcement de la coopération transatlantique en matière de politique
étrangère". On vous a dit que l'Union Européenne était un contre-poids des USA ? On vous a menti. Les deux
frères sont d'accord sur tout, et cela plait à notre Parlement Européen.
De plus, on peut lire, toujours en matière de diplomatie, au point 4, que le Parlement est convaincu qu'une
"politique étrangère et de sécurité commune doit être comprise comme complétant les actuels instruments de
coopération transatlantique [...] et réaffirme que l'OTAN est une garante de la sécurité européenne et devrait
aussi devenir un forum de débat politique entre les deux partenaires". Ouf, on est dans le commandement intégré
! On ne manque donc rien de la petite fête !

Comme à son habitude, le [pauvre] Parlement demande encore et toujours à être associé aux festivités. Au point 6,
il essaie de convaincre grâce à un argument de poids : Il souligne que "de nouveaux efforts sont nécessaires pour
traduire ces relations en un concept opérationnel et stratégique capable de recueillir un soutien public et
politique suffisant; souligne donc la nécessité d'une participation totale du Congrès des Etats-Unis et du
Parlement Européen à ce processus" ... Pauvre de lui, ce Parlement Fantoche qui valide les directives de la
commission [non-élue] est obligé de mendier pour qu'on lui reconnaisse un quelconque pouvoir de décision. Non
seulement le Parlement n'a pas été associé réellement aux démarches transatlantiques depuis plus de 10 ans, mais
il continue de faire de l'œil et de draguer avec des arguments tout à fait logiques, mais qui n'ont toujours pas fait
de lui (au bout de 3 résolutions que j'ai lu) un réel représentant du peuple.

On retrouve encore cette histoire de Visas que les USA imposent aux pays de l'Est (point 7), malgré tout, le
Parlement se "félicite de l'ouverture de conversations UE-Etats-Unis [...] en matière de sécurité pour
l'établissement d'un régime sans visa" (Point 9). Bientôt le rêve : Un occident unifié dans lequel tout le monde va
ou il veut !

Dans le même sens, il explique au point 10 qu'il est content de l'accord "Ciel Ouvert", qui a supprimé "toutes les
restrictions en matière d'itinéraires, de prix et de nombre de vols". Pour ceux que cela intéresse, rien ne vous
empêche de vous renseigner sur cet accord "Ciel Ouvert", que le parlement veut perfectionner pour arriver à un
"espace aérien ouvert".
Et alors en parlant d'ouverture, pour ceux qui pensaient que l'Union Européenne allait réglementer un peu plus
les flux de capitaux qui entrent et qui sortent, le parlement se félicite encore une fois au point 11 de "l'engagement
conjoint concernant des politiques d'investissements ouverts".

Voilà donc l'essentiel du contenu de cette proposition qui sonne comme la continuité logique des deux premières
résolutions étudiées.
Rappelons-nous tout de même que ce n'est qu'une proposition. La résolution, elle, sera signée le 5 juin 2008, et
fera l'objet de la prochaine chronique transatlantique.
Nous reviendrons d'ici un ou deux billets sur un Avis prononcé par le CESE (Conseil Economique et Social
Européen) sur les relations transatlantiques, et nous irons plus profondément au cœur des institutions
transatlantiques.

La suite dans la prochaine chronique.

Notes :

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 10
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

(1) Proposition de résolution du 28 mai


2008 (http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=MOTION&reference=B6-2008-
0280&language=FR)
(2) Chroniques Transatlantiques #2 (Résolution du 25/04/2007) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-2.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 11
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #4 (Résolution 08/05/2008)


Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

Petit retour dans le temps : la résolution sur laquelle porte cette chronique a été votée par le Parlement Européen
le 8 mai 2008, et porte sur le Conseil Economique Transatlantique (1). Cette institution est le centre névralgique
du partenariat transatlantique. Elle coordonne les sommets et les dialogues qui se tiennent entre les deux rives.

Un bon conseil pour avoir une vue d'ensemble serait de lire les chroniques #1 et #2 (2,3), ou vous pourrez obtenir
un descriptif assez rapide des résolutions qui ont servi de base à ce texte.

Ce que considère le Parlement Européen

Je vous passe [comme d'habitude] les "vu ..." et les "considérant ...", mais comme à mon habitude, j'ai toujours un
petit alinéa qui me plait et que je vous retransmets. Au point A, le parlement considère que "le Parlement
européen et le Congrès des Etats-Unis ont tous deux sans cesse appelé à l'achèvement du marché transatlantique
d'ici à 2015". On le saura.

Le contenu de la Résolution

Cette résolution passe sur énormément de points : Le commerce, l'énergie, la science, les normes techniques, les
services financiers etc. Elle a pour but général de présenter certaines étapes préalables à l'inauguration de ce
grand marché transatlantique.

Intégration économique
Pour commencer, le parlement souligne au point 1 que le partenariat transatlantique étroit est "l'instrument clé
pour façonner la mondialisation dans l'intérêt de valeurs communes et dans la perspective d'un ordre mondial
équitable en matière politique et économique". Il réitère aussi son avis selon lequel "un marché transatlantique
efficace et compétitif forme une base propice à l'établissement ferme du partenariat transatlantique". Cela ne
vous rappelle rien ? Un marché commun qui vire ensuite à l'intégration politique ? Il soutient "résolument le
processus de renforcement de l'intégration économique transatlantique" (point 2).

Démantèlement des barrières aux échanges


Alors on apprend au point 3 que la Commission avait décidé à l'époque de "faire réaliser une étude, dont les
résultats sont attendus en 2008, sur les obstacles à démanteler pour achever le marché transatlantique", et le
Parlement s'en réjouit.

Services financiers et perte de souveraineté


Je passerai la partie "Services Financiers" car j’avoue ne pas être spécialisé dans ces questions. Pour ceux que cela
intéresse, n'hésitez pas à aller lire cette partie qui concerne l'harmonisation des normes financières, et la
reconnaissance mutuelle des deux membres. Je citerai juste le point 11 qui parle justement d'un accord-cadre
entre UE et USA en matière de supervision des marchés financiers : "La commission devrait déconseiller la
conclusion d'accords bilatéraux entre les Etats membres et les Etats-Unis car de tels accords risqueraient de
compromettre l'égalité des conditions de concurrence applicables dans l'Union". On vous rappelle qui décide
vraiment ! Comme c'est aimable.

L'Union Européenne par la voix du Parlement consacre aussi au sein de cette résolution le FMI, pour ceux que
cela intéresse.

Espoir ?
Au point 16, le parlement souligne que dans le cadre de ce grand marché, "un niveau élevé de règles sociales,
environnementales et sanitaires doit être garanti". De plus, au point 17, il rappelle que les barrières non tarifaires
sont souvent dues à des contraintes sociales, environnementales, culturelles ou sanitaires. Par conséquent, ces
barrières "ne doivent pas être supprimées en l'absence d'un acte législatif" et souligne "le rôle primordial que
jouent, le parlement européen et le Congrès des Etats-Unis dans le suivi du processus d'harmonisation des
normes et d'élimination des obstacles aux échanges commerciaux et aux investissements". Les Parlementaires
Européens auront leur mot à dire ? Voilà qui est inhabituel ...

Les maitres du monde


Au point 21, le Parlement appelle la commission "à négocier [...] des normes mondiales communes dans le cadre
du CET". Au point 25, il demande à la Commission "de prendre l'initiative [...] d'élaborer des principes
transatlantiques de protection des données, [...] à élaborer sans délai des normes mondiales de protection des
données dans le cadre du CET". Peut-être faudrait-il expliquer aux deux compères ivres de pouvoir que sont les
USA et l'UE qu'ils ne sont pas seuls au monde ?

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 12
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Questions agricoles
Et oui, il faut aussi passer par là pour ériger le marché commun transatlantique. Cette partie est composée de
quatre points, et passe par le problème de la volaille aux médicaments (point 26), le litige des viandes bovines
(point 27), "une procédure d'autorisation unique pour toutes les denrées destinées à l'alimentation humaine et
animale contenant des organismes génétiquement modifiés" (point 28) et enfin, un dialogue sur les fluctuations
des marchés agricoles (point 29).

Coopération énergétique, industrielle et scientifique


Le parlement demande au point 30 "le renforcement de la coopération stratégique transatlantique dans les
politiques de l'énergie, de l'industrie et des sciences [et] souligne l'importance de la question énergétique [...] et
de la promotion des politiques de sécurité énergétique basées sur le marché". Il faut donc coopérer, mais aussi
considérer que l'énergie est un marché, et donc reconsidérer les manières d'obtenir la sécurité énergétique.

Organisation Mondiale du Commerce


On demande au Conseil Economique Transatlantique de contribuer "à une conclusion positive du programme de
Doha" et considère "la prédominance de l'Union et des Etats-Unis sur le commerce mondial [...] comme un atout
potentiel pour le système commercial mondial et son cadre commun". On a donc d'une part la volonté que le CET
pousse loin ses exigences d'ouverture à l'OMC, et d'autre part l'aveu de puissance de ces deux systèmes régionaux
qui savent effectivement très bien qu'il n'y a qu'eux qui comptent à l'OMC (notamment au sein de "la Quad",
composée des USA, de l'UE, du Japon et du Canada).
Le point 33 porte, lui, sur les litiges commerciaux et sur la volonté de créer des accords bilatéraux UE/USA
permettant de traiter ceux-ci.
Au point 38, toujours ce sentiment de puissance : "le concept de marché transatlantique consistant à recourir à
la coopération dans le domaine réglementaire afin d'obtenir la suppression progressive des barrières non-
tarifaires pourrait jouer un rôle majeur dans le maintien de la dynamique qui sous-tend l'intégration
économique mondiale". Les anti-mondialistes vont hurler ! Cette fuite en avant de la libéralisation devrait donc,
selon le parlement européen, entrainer l'économie mondiale avec elle dans cette même voix.

Le dialogue transatlantique des législateurs


Plusieurs choses à notifier sur cette partie. On constate au point 42 qu'on a toujours un problème quand au
scannage des cargaisons entre l'UE et les USA. Mais on souligne aussi "la nécessité de réfléchir dans le cadre de ce
dialogue à un programme de l'OMC pour l'après Doha". Vous avez bien lu : L'Union Européenne et les USA vont
réfléchir ensemble à leurs actions à l'OMC. Comme vous le savez surement, ce n'est déjà plus la France qui
contrôle ses intérêts à l'OMC, mais l'Union Européenne. Et bien bientôt on passera à un stade supérieur ou cela
sera fait au niveau transatlantique.

Les points 44 et 45 font références aux Dialogues (cités en introduction et dans d'autres chroniques) qui font le
lien entre les deux entités. Bien entendu, les seuls dont on parle ici sont le TABD (Transatlantic Business
Dialogue), le TLD (Transatlantic Legislator's Dialogue) et le TACD (Transatlantic Consumers Dialogue). On a
totalement oublié le TAED (Transatlantic Environmental Dialogue) et surtout le TALD (Transatlantic Labour's
Dialogue). Pourtant, je n'ai pas encore lu une seule résolution qui oubliait de demander la revitalisation de ces
dialogues. Se serait-on résigné ?
Enfin le parlement recommence à mendier un peu de pouvoir en réaffirmant "sa volonté de renforcer le dialogue
entre les deux parlements et demande qu'ils soient impliqués rapidement dans le processus" ... Mais ça fait 20
ans que ça dure.

Conclusion

On voit donc que le Parlement Européen a à cœur de mener l'intégration la plus profonde possible avec son
partenaire américain (même si personnellement, je n'ai jamais été informé de ce genre de tractations, alors que
cela dure depuis plus de 20 ans ...).
On passe par tous les domaines, et le but est d'uniformiser tout cet ensemble occidentalo-transatlantique. Peut-
être une future intégration politique occidentale sous l'égide de l'OTAN ?

Point intéressant : le Parlement Européen "estime que ce sont là des questions importantes dont les
développements doivent être portés régulièrement à la connaissance des parlements nationaux" (point 47) et je
ne peux que souscrire à cet avis.

La suite, dans la prochaine chronique !

Notes :
(1) Résolution du Parlement européen du 8 mai 2008 sur le Conseil économique
transatlantique: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P6-TA-2008-
0192&language=FR&ring=B6-2008-0280
(2) Chroniques Transatlantiques #1 (Résolution 01/06/2006) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-1.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 13
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

(3) Chroniques Transatlantiques #2 (Résolution 25/04/2007) : http://theorie-du-


tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-2.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 14
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #5 (Résolution 05/06/2008)


Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

Nous continuons notre voyage dans le monde obscur du Parlement Européen et de la coopération
transatlantique.
Nous avons déjà pu voir dans quelle situation se trouvent l'Union Européenne et les USA. La volonté qui est
dégagé des dernières chroniques montrent bien un objectif d'intégration économique, militaire et politique entre
les deux protagonistes.

Lors de la dernière chronique, nous avons relaté le contenu d'une résolution portant sur le Conseil Economique
Transatlantique (1). Institution créée sous l'impulsion du Parlement Européen et du Président du Conseil de
l'époque, Mme Angela Merkel, et validée lors du sommet UE/USA en 2007 (2).

La présente résolution, votée le 5 juin 2008 (3) par le Parlement Européen porte sur les relations transatlantiques
et a pour but d'orienter le prochain sommet USA/UE.

Ce que considère le parlement

Vous connaissez la procédure, je passe les "vu ...", qui contiennent en outre trois références à des résolutions que
nous avons traduit ici (1 Juin 2006, 25 Avril 2007 et 8 mai 2008).
Au point A du document, le Parlement explique que le partenariat avec les USA est "une pierre angulaire de
l'action extérieure de l'Union". Cette relation est très importante. De plus, il rappelle que les deux entités "jouent
des rôles fondamentaux dans la politique et l'économie mondiales", ce qui devrait normalement les forcer à
quelque peu de responsabilités.

Au point M, on considère que "comme la stratégie européenne de sécurité l'indique clairement, le partenariat
transatlantique et l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) sont extrêmement importants pour la
sécurité collective". L'OTAN et la Relation aux USA sont donc très importantes aux yeux du Parlement Européen.
Amusant, au point O, on peut lire que l'on se plaint de la situation qu'a engendré les atteintes des américains en ce
qui concerne les données bancaires (Affaire SWIFT) : "au cours de ces dernières années, plusieurs accords fondés
sur des exigences américaines et adoptés en l'absence de toute participation du Parlement Européen [...] ont créé
une situation d'incertitude juridique en ce qui concerne les garanties requises en matière de protection des
données pour le partage et le transfert des données entre l'Union Européenne et les Etats-Unis" ... Tout ça c'est
au nom du Terrorisme International.

Le contenu de la résolution

Comme à son habitude, la Parlement œuvre pour un rapprochement sur tous les domaines avec les USA, dont les
relations internationales, et "recommande [également] que soit promue une approche commune des relations
avec d'autres acteurs géopolitiques d'importance". Donc en fait par exemple, la même attitude tant des
Européens que des Américains quant à la Chine ou au Brésil (point 2).
Il y a aussi une longue partie (à partir du point 3) sur le changement climatique.

Terrorisme et droits de l'homme


Au point 6, le Parlement remet ça avec Guantanamo et condamne à nouveaux ce centre de détention illégal. Il
pense même que cela décrédibilise leur action au sein de l'opinion.
Pour le point 7 je ne suis pas sur d'avoir bien compris : "regrette la décision du gouvernement américain [...] qui
confirme [...] que les états-unis continueront vraisemblablement à détenir des prisonniers à l'étranger dans les
années à venir". Sachant que l'on parle de la décision des USA d'ouvrir une prison en Afghanistan.
Le parlement demande au point 8 à la Commission et au Conseil de faire tout le nécessaire quant au fait que la
CIA ait utilisé les pays européens pour "le transport et la détention illégale de prisonniers".

Au point 9, toujours ce problème récurrent des visas. Les USA n'ont toujours pas libéré les obligations de certains
pays de l'Union Européenne. Et aux points 10 et 11 on discute des conditions d'extradition mutuelles, ainsi que
l'assistance juridique entre les deux continents.

Stratégie et OTAN
Concernant d'autres dossiers, comme l'Iran par exemple, les points 14, 15, 16 et 17 devraient vous éclairer sur les
volontés de l'Union en ce domaine, notamment le Parlement invite l'UE et les USA "à convenir d'une stratégie
commune qui inciterait Téhéran à respecter les résolutions du Conseil de Sécurité". Il "se félicite de la
coopération étroite entre l'UE et les USA dans la question du nucléaire iranien".
On parle aussi du Traité de Non Prolifération dans cette même partie.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 15
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Enfin au point 18, il invite tout le monde à "redéfinir un partenariat plus fort entre UE et OTAN [...] eu égard à la
nécessité d'une coopération accrue en Afghanistan". Il souligne aussi l'importance de l'OTAN qui demeure à ses
yeux "la plateforme essentielle pour les consultations entre l'Europe et les Etats-Unis en matière de sécurité, et
de la politique étrangère et de sécurité commune". "La mise en place d'une forte alliance à l'OTAN suppose
également une capacité de défense forte de l'Europe; recommande le développement des relations existantes en
matière de sécurité entre l'OTAN et l'UE" tout en restant indépendants.

Au point 29, le Parlement souligne que "la sécurité euro-atlantique et, plus largement, internationale est
étroitement liée à l'avenir de l'Afghanistan [...] y compris la mission de police de l'Union Européenne (EUPOL),
qui fait partie de l'engagement global de l'Union envers l'Afghanistan et d'une approche coordonnée à ce
niveau".
On apprend donc que l'Union a envoyé la bas une force de police Européenne. Moi qui pensait que cette guerre
n'avait rien à voir avec l'Union Européenne, mais avec certains de ses états membres qui s'y trouvent, un peu
comme l'Irak. Le problème est que la guerre en Afghanistan est faite avec l'OTAN, et nous engage donc tous la bas,
y compris l'Union qui est très liée à l'OTAN en matière de sécurité, contrairement à l'Irak, où seuls les états
membres qui y sont présents ont à gérer la situation la bas.

Le parlement appelle aussi au point 33 à "une action concertée vis-à-vis de la Chine" en matière de diplomatie
(droits de l'homme, Tibet etc.).

Vers une Assemblée Transatlantique


Enfin, au point 36, le Parlement recommande que les relations transatlantiques soient encore renforcées "au
moyen d'un nouvel accord de partenariat [...] qui remplacerait le Nouvel Agenda Transatlantique existant". Il
souligne de plus que les deux parlements ainsi que les parlements nationaux devraient participer à toute cette
affaire. Il précise "que les échanges interparlementaires existants devraient être progressivement transformés
en une Assemblée transatlantique de fait". Une institution donc, qui réunirait les parlementaires des deux rives
de l'Atlantique, mais aussi des députés de certaines états membres, le tout coordonnant la politique globale
occidentalo-atlantique.

Conclusion

Et bien rien de bien nouveau sous le soleil, de résolution en résolution, de chronique en chronique, le Parlement
pousse l'intégration transatlantique toujours plus loin et plus profond. L'OTAN commence à prendre beaucoup de
place au sein de ces alinéas.

La suite dans une prochaine Chronique, bientôt la retransmission d'un Avis du parlement concernant le CET.

Notes :
(1) Chroniques Transatlantiques #4 (Résolution 08/05/2008) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-4.html
(2) Archives RFI "Création du conseil économique
transatlantique": http://www.rfi.fr/actufr/articles/088/article_51438.asp
(3) Résolution du Parlement européen du 5 juin 2008 sur le prochain sommet UE/États-
unis: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P6-TA-2008-0256&language=FR

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 16
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #6 (Déclaration Transatlantique


de 1990)
Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

Ayant vu (en partie) ce que pensait le Parlement Européen de l'intégration économique transatlantique lors des
dernières chroniques, il nous faut maintenant revenir aux sources, plus de 15 ans avant la première résolution du
Parlement Européen que nous avons étudié (1). C'est en 1990, le 22 novembre, que les USA et la Communauté
Européenne signent la Déclaration Transatlantique (On ne trouve ce document qu'en Anglais, ce qui n'aide pas à
qualifier les institutions européennes de démocratiques, ouvertes et transparentes (2)). Cette chronique se penche
sur cette déclaration et en extrait les points clés.

Tout d'abord, la déclaration officielle commence ainsi : "The United States of America on one side and, on the
other, the European Communityand its Member States", ceci n'est qu'une remarque.

Approfondir la coopération et la solidarité

Les deux acteurs y déclarent être favorable à une "solidarité et une coopération" plus profonde que jusqu'à lors.
Ils sont aussi décidés à poursuivre la consolidation de la construction européenne et l'objectif d'arrivée à une
identité économique, monétaire, diplomatique et militaire de l'Europe.

Buts communs

Leurs buts communs sont la promotion de la démocratie, de la paix et de la sécurité, une économie à croissance
soutenue, la promotion du principe du Marché et le rejet du protectionnisme, l'aide et l'influence des anciennes
républiques soviétiques de l'Est.

Rapprochement politique et ouverture économique mondiale

Il est maintenant question que les deux acteurs entrent dans une phase de forte coopération politique et
économique "en vue d'arriver à des positions aussi proches que possibles" sur un certain nombre de sujets. Il y a
donc une volonté de rapprochement des deux blocs sur des domaines aussi variés que l'économie, la gestion
budgétaire et monétaire, la diplomatie, la sécurité etc. Ils soulignent l'importance de soutenir l'ouverture de
marchés mondiaux et d'arriver à un haut niveau de libéralisation du commerce. Il est donc question d'appuyer et
de consolider les processus du GATT et l'OCDE en vue de libéraliser les échanges de biens, services et
investissements.

Dialogues transatlantiques
Les deux partis en présence devront donc développer des "Dialogues" dans tous les domaines, mais mettent
l'accent sur un dialogue en particulier : Le dialogue réglementaire dont les buts premiers sont d'étudier et de
proposer des moyens d'abaisser les barrières techniques et non-tarifaires.

Cadre Institutionnel

Bien sur, les deux acteurs s'engagent à lutter ensemble contre le terrorisme et le crime international. Et enfin, à la
fin de la déclaration, on parle du cadre institutionnel à mettre en place pour arriver à poursuivre ces objectifs
: Une rencontre biannuelle entre le Président de la Commission Européenne, le Président du Conseil Européen et
le Président des Etats-Unis, et une rencontre biannuelle au niveau des ministères des affaires étrangères.

Conclusion

On a donc un document dans lequel les deux rives de l'Atlantique se disent déterminées à entamer une
coopération approfondie sur une certain nombre de points, dont l'économie et la diplomatie. On peut aussi noter
que l'Union Européenne n'est pas un contre-poids aux Etats-Unis et ce, depuis déjà (au minimum) 1990. On
notera qu'à partir de ce moment, les relations USA-CE vont s'intensifier puisque des sommets auront lieu chaque
semestres entre les présidents des exécutifs deux blocs.
Les deux acteurs concluent par un engagement à approfondir ces relations (C'est ce que nous verrons dans les
prochaines chroniques).
Nous n'avons pas relevé ici certaines choses, qui pourraient êtres utiles à ceux qui s'intéressent à l'OTAN et aux
relations militaires transatlantiques. L'angle de vue était économique, mais ce document recèle beaucoup d'autres
informations sur la coopération militaire, juridique etc.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 17
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Notes :
(1) La Théorie du Tout : Chroniques Transatlantiques #1 (Résolution du 1 juin 2006) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-1.html
(2) Documents Clés de l'Union Européenne (Section USA) : http://eeas.europa.eu/us/docs/

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 18
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #7 (Plan d'Action Commun et


Nouvel Agenda Transatlantique de 1995)
Vous ne saviez pas quelles sont les relations entretenues entre les USA et l'Union Européenne ? Ce billet devrait
vous intéresser !

C'est en 1995, à Madrid, que les USA et l'Union Européenne signent une nouvelle déclaration, accompagnée d'un
plan d'action commun. Ces deux documents, à l'instar de la Déclaration Transatlantique de 1990 (que nous avons
étudié dans la chronique précédente (1)) n'existent qu'en Anglais (2). Ce plan d'action commun désigne des
dizaines de points sur lesquels les USA et l'UE devront arriver à une position commune. Cela passe par la
réglementation, la sécurité, la paix, les institutions, la protection des données, de la propriété intellectuelle etc. On
y trouve aussi certaines coquilles ...

Le plan d'action commun (Joint Action Plan)

Objectifs
Comme c'est le cas à chaque fois, les deux acteurs se donnent comme objectif de promouvoir la paix et la sécurité,
la stabilité et la démocratie, de répondre aux "Global Challenges", d'étendre le commerce mondial et le principe
de Marché. Cette fois, le Plan d'Action Commun stipule qu'il faut créer des "Ponts à travers l'Atlantique". Pour
ceux qui s'intéressent à la géopolitique de l'OTAN et de la Turquie, le point d) du chapitre I du document stipule
que les deux acteurs feront tout leur possible pour la future intégration de la Turquie à la communauté
transatlantique.

Expansion du commerce mondial


Les deux acteurs s'engagent à consolider la toute nouvelle OMC (créée en 1994 en remplacement du GATT,
intégrant tous les aspects de la vie, contrairement au GATT qui n'intégrait que le commerce des biens), à
promouvoir la libéralisation des services financiers "sur des bases mondiales" (quand on vous demande qui est
coupable de la déréglementation et du couplage des secteurs financiers, vous savez maintenant quoi répondre).
Enfin, ils s'engagent à soutenir les négociations sur l'Accord Multilatéral d'Investissement (un projet très
controversé de "protection des investisseurs" qui, au moment même où l'opinion publique en a appris l'existence,
a disparu des écrans).

Nouveau Marché Transatlantique


Les deux parties vont entamer des études communes sur l'abaissement de toutes les barrières considérées comme
des "entraves au commerce". De plus, les deux blocs devront travailler à aboutir "as soon as possible" à
une reconnaissance mutuelle sur certains domaines. Il faut donc renforcer la coopération réglementaire, pour
permettre d'identifier et de supprimer les différences réglementaires existant entre les deux systèmes.
Le NMT couvre d'autres domaines tels que les services financiers, l'information, les technologies et la
communication, la compétition économique, la protection des données, le transport, l'énergie, les biotechnologies
(dont les OGM, et le tout sur la base des recommandations de l'ONU, de la FAA, et du CODEX Alimentarius), la
sécurité et la santé. Tous ces domaines sont couverts par un accord qui lie en profondeur les deux rives de
l'Atlantique.

Des "Ponts à travers l'Atlantique"


En marge du sommet de Madrid duquel est issu ce plan d'Action, un peu plus tôt (en Novembre) à Séville, se
réunissait pour la première fois le Trans-Atlantic Business Dialogue, organisation patronale réunissant une
centaine de patrons de multinationales parmi les plus puissantes des deux côtés de l'Atlantique. Ce groupe de
pression transatlantique, qui fera l'objet d'une chronique détaillée dans peu de temps, a préparé un rapport
contenant des "Guide lines", des recommandations concernant le commerce transatlantique, et comment avancer
vers un marché totalement ouvert. Ce rapport fut remis au Sommet USA-UE.
Maintenant que le contexte est donné, voyons ce que stipule le plan d'action commun : Les deux parties
apporteront leur total soutien au développement du TABD.
De plus, ils ajoutent : "Nous avons examiné les recommandations [...] et en avons déjà intégré certaines dans le
présent plan [...] Nous travaillerons à suivre beaucoup d'autres suggestions".
On a donc à faire à un groupe de pression ultra puissant, qui se réuni dans le secret des anges, à Séville, qui pond
un rapport contenant des "recommandations" qui engagent plus de 500 millions de citoyens (à l'époque) et qui
visent à déréguler le commerce transatlantique au plus vite, le tout est déposé auprès de chefs de "super-états",
qui prennent la décision d'en intégrer certaines dans le plan qu'ils vont signer. A quel moment serons nous
consultés sur ces décisions graves ? Jamais. D'ailleurs, aujourd'hui en 2010, on ne parle toujours pas de cette
initiative qui a maintenant 20 ans.
Le sommet "encourage les citoyens à échanger dans les forums" (et non pas à voter pour donner leur avis), et à
créer des ponts culturels, par des échanges universitaires et scolaire, par la rencontre entre ONG
environnementales et sociales des deux rives.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 19
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

C'est l'amorce de la création de la famille des Trans-Atlantic Dialogues, tels que le Trans-Atlantic Consumers
Dialogue, ou encore le très faiblard Trans-Atlantic Environmental Dialogue. Cette famille institutionnelle sera
étudiée dans les prochaines chroniques.

Le Nouvel Agenda Transatlantique (NTA)

Cette déclaration ne fait que confirmer que les deux parties sont d'accord sur le Plan d'Action Commun. Aux
objectifs de la déclaration, ils joutent une partie "Liens parlementaires" et "Implémentation de l'agenda".

Expansion du commerce mondial (encore)


Les deux parties s'engagent à "encourager et montrer la voie dans l'ouverture des marchés" tant au niveau des
échanges que des investissements, ce qui veut dire : S'ouvrir plus, et montrer au monde que c'est bien. Ils doivent
aussi soutenir l'accélération du processus de négociation de l'Uruguay Round (Premier cycle de négociations de
l'OMC), coopérer dans le support de l'Accord Multilatéral sur l’Investissement.
Mettre sur pied au plus vite le Nouveau Marché Transatlantique, en éliminant les barrières pour ce qui concerne
les biens, les services, et les capitaux. Ils doivent donc "renforcer la coopération réglementaire" en supprimant les
différences et en signant des accords de Reconnaissance Mutuelle pour certains secteurs.

Les ponts en travers de l'Atlantique (encore)


Les deux parties sont convaincues que ce dossier ne peut pas avancer sans le support du public. Il faut donc
approfondir les liens commerciaux (TABD), sociaux (futur TALD, très timide), culturels, scientifiques etc. Ils
soulignent l'importance de la communauté d'affaire et rappellent que des recommandations soumises par le
TABD lors du sommet ont été intégré au plan.

Liens parlementaires
Les deux blocs comprennent et soulignent l'importance d'améliorer et de soutenir la coopération réglementaire
par un dialogue transatlantique des législateurs. C'est de cette mesure que nait le TLD (Trans-Atlantic Legislator's
Dialogue), dont le Parlement Européen proposait dès 2006 d'en faire une véritable Assemblée
Transatlantique (3).

Implémentation du NAT
Enfin, le document répète ce qui est dit dans le plan, à savoir la mise en place de sommets semestriels entre les
chefs des exécutifs des deux parties, ainsi qu'entre les ministres des affaires étrangères.

Conclusion

Lors de la dernière chronique, nous avons décrit l'ancêtre de tout ce processus d'intégration euro-atlantique, la
Déclaration Transatlantique. Ceci n'était qu'une déclaration de principe, qui prévoyait déjà beaucoup de choses
que l'on vient de voir. Ce plan d'Action Commun, suivi de l'accord sur le Nouvel Agenda Transatlantique vient
confirmer et pousser plus profondément cet accord de principes. On y constate des rapprochements sur vraiment
tous les domaines.
Nous précisons que nous avons pris un angle de vue économique, mais qu'une grande partie du plan d'action
commun porte sur la sécurité atlantique et l'OTAN, à lire pour ceux que cela intéresse.
Enfin, c'est lors de ce sommet que l'on a pu prendre conscience du pouvoir du TABD, qui se réunit désormais à
chaque sommet USA-UE pour rendre ses recommandations. Le document contient lui-même l'aveu de forfaiture :
Les dirigeants ont étudié le rapport, et en ont extrait certaines pour les intégrer au plan d'action.

Notes :
(1) La Théorie du Tout : Chroniques Transatlantiques #6 (Déclaration Transatlantique de 1990): http://theorie-
du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-6.html
(2) Documents Clés de la Construction Européenne (Section USA) : http://eeas.europa.eu/us/docs/
(3) La Théorie du Tout : Chroniques Transatlantiques #1 (Résolution du PE, 1 Juin 2006) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-1.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 20
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #8 (Partenariat Economique


Transatlantique et Accord Cadre)
Vous ne saviez pas quelles étaient les relations entre l'Union Européenne et les Etats-Unis, ce billet devrait vous
intéresser !

Lors des chroniques précédentes, nous avons vu trois déclarations communes UE/USA : La déclaration
transatlantique de 1990 (1), le Nouvel Agenda Transatlantique et le Plan d'Action Commun de 1995 (2).
Continuons l'analyse des déclarations communes des deux entités en étudiant pour cette chronique le Partenariat
Economique Transatlantique négocié le 18 mai 1998 (3) ainsi que l'Accord Cadre pour une Intégration avancée
entre UE et USA, signé en avril 2007 (4), qui met en place le Conseil Economique Transatlantique.

Le Partenariat Economique Transatlantique (1998)

Cette déclaration se base sur un accord rédigé par en concomitance par la Commission Européenne et
l'Administration américaine. Elle vise à poursuivre la lancée du Nouvel Agenda Transatlantique édifié en
1995 d'après les recommandations du groupe de pression Trans-Atlantic Business Dialogue. Elle met donc au
point des actions coopératives dans le but :
 d'améliorer la coopération réglementaire,
 d'abaisser les barrières aux échanges commerciaux,
 d'améliorer la coordination et rapprocher les positions des deux acteurs au sein des organismes
internationaux.

Actions multilatérales (au sein des organismes internationaux)


Le plan recommande une coopération poussée entre les deux acteurs lors de la prochaine conférence
interministérielle de l'OMC (1999), afin d'harmoniser les positions. Pour le détail, vous pouvez consulter les
différents domaines de rapprochement au sein de la déclaration.
De plus, les deux acteurs s'engagent à mettre en place un mécanisme de coopération pour l'élaboration de l'Accord
Général pour le Commerce des Services dont le blog possède un dossier (5), dont le premier cycle de négociations
doit commencer deux ans plus tard, en 2000. Cette coopération vise à :
 Augmenter les opportunités d'accès au marché mondial (Commentaire : En exigeant des états du sud
d'ouvrir les frontières à nos entreprises);
 Identifier les barrières et obstacles existants et gênant;
 Améliorer les conditions d'établissement pour les sociétés (Commentaire : Baisser la réglementation
pour faciliter la vie de certaines entreprises, souvent les grandes multinationales);
 Examiner les manières dont on peut améliorer la liberté de circulation des personnes pour la distribution
de services (Commentaire : Faciliter l'immigration de travail);
Tous ces objectifs seront donc suivis par les deux acteurs afin d'arriver en force lors des négociations pour l'AGCS.

Actions bilatérales (entre les deux acteurs)


Le plan stipule un certain nombre d'actions bilatérales qui visent à approfondir l'intégration économique
transatlantique afin d'arriver, comme dit dans les autres déclarations, à un marché commun qui repose sur des
"valeurs commune".
- En ce qui concerne les Biens :
Il faut améliorer le dialogue réglementaire afin de réduire les barrières techniques (harmoniser la
réglementation), et encourager une participation accrue du public "notamment du TABD". Il faut mettre à plat les
mécanismes bilatéraux, identifier ceux qui existent, et mettre en œuvre des mesures pour accélérer le processus
d'intégration.
Enfin, il faut négocier de nouveaux accords de Reconnaissance Mutuelle, dans de nouveaux secteurs, et toujours
dans le but d'abaisser au maximum les barrières. Pour cela, un cycle de négociations réglementaires sera lancé, et
les conclusions devront être mises en place pour fin 1999.
- En ce qui concerne les Services :
Pour ce qui est des services, l'objectif annoncé est de "garder les marchés ouverts". Négocier là aussi des accords
de Reconnaissance Mutuelle en mettant en place des négociations bilatérales appuyées sur les principes de
l'AGCS, et identifier les disciplines qui seront présentées en 2000 pour les premières négociations de l'accord.
- En ce qui concerne l'Environnement :
On décide créer le Trans-Atlantic Evironmental Dialogue, institution qui devra rassembler des ONG des deux
rives dans le domaine environnemental. Ce dialogue devra être créé pour en 1999.
- En ce qui concerne le Travail/Social :
On veut impliquer les partenaires sociaux des deux rives, là aussi on annonce le support au Trans-Atlantic
Labour's Dialogue, qui devra soumettre ses idées.
- En ce qui concerne les Consommateurs :
On prendra en compte les recommandations du Trans-Atlantic Consummer's Dialogue lors des sommets
USA/UE. Cette institution rassemble des associations de défense du consommateur.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 21
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Annexe : Détails pour les services

En lisant les annexes à la déclaration, on trouve énormément d'informations, notamment une partie "Détails pour
les Services". Voilà ce que précise l'annexe :

1. Nouvelles libéralisations :
a. On prévoit le plus haut niveau de libéralisation possible pour les prochaines négociations de l'AGCS;
b. On demande aux deux acteurs de suivre un agenda "ambitieux";
2. Plus d' "ergonomie" pour l'AGCS :
a. Plus de transparence, mise en place de mécanismes de coopérations réglementaires;
b. Un plus haut niveau d'engagement (en termes d'AGCS, cela veut dire plus de propositions
d'ouvertures de marchés);
3. Aspect réglementaire des échanges de services :
a. Etablissement d'un cadre compétitif pour les services (augmenter la concurrence);
b. S'assurer que les réglementations ne font pas obstacle aux principes de l'AGCS en prévisions des
futures négociations;
c. Améliorer les disciplines pour 2000 (augmenter les propositions d'ouvertures);

Voilà donc un document qui stipule en grande partie l'orientation des politiques européennes et américaines : Une
plus grande ouverture pour les biens et services, la mise en place d'un marché compétitif des services, mais aussi
une plus grande coopération à l'OMC et pour les négociations de l'AGCS. En d'autres termes, on planifie
l'ouverture internationale "sauvage" en poussant au cul des négociations réglementaires qui ont pour but
d'abaisser les barrières aux échanges. Le tout, suivi de près par le TABD et d'autres organismes de pression
transatlantiques comme le Transatlantic Policy Network (6).

L'Accord Cadre de 2007

Les deux parties s'accordent sur le fait qu'elles croient que l'intégration économique bénéficie aux citoyens, à la
compétitivité des entreprises, et qu'elle encouragera les autres pays à adopter le modèle économique
transatlantique concernant la propriété intellectuelle, l'ouverture aux investissements, la transparence etc. Il y a
donc non seulement un but pour les européens et américains, mais aussi l'intention d'influer sur la marche du
monde (ce qui est, entre nous, tout à fait normal).
Par cet accord les USA et l'Union Européenne "affirment leur volonté d'accélérer la réductions des barrières
internationales aux échanges et aux investissements". Encore une fois, le but n'est pas seulement le marché
transatlantique, mais aussi l'ouverture internationale, la globalisation totale diraient certains. Enfin, ils
reconnaissent que l'économie transatlantique est "à l'avant garde de la mondialisation", et se base sur des valeurs
communes que sont :
 La libre entreprise;
 Le libre échange;
 La compétition;
 La protection de la santé, de la sécurité et de l'environnement;
 ...;
Ils rappellent qu'ils ont déjà fait une grande partie du travail de coopération au niveau de la réglementation, des
marchés financiers (et on voit où on en est aujourd'hui ...), du commerce etc.

Les objectifs de l'accord cadre : tout simplement d'approfondir l'intégration économique transatlantique
On s'engage à supprimer les barrières aux échanges, à rationaliser, réformer et "réduire les réglementations là où
elles ne sont pas nécessaires" pour "renforcer le secteur privé". Supprimer les différences de régulation afin
d'harmoniser le marché et donc renforcer le dialogue réglementaire entre la Commission Européenne et le US
Office of Management and Budget.

Etablissement du Conseil Economique Transatlantique


Cette institution naît de l'augmentation de la coopération transatlantique. Nous avons maintenant besoin d'un
organe qui pourra superviser tout cela et produire des recommandations. Son but est donc de superviser la
réalisation du cadre, avec pour objectif l'accélération du processus.

Promouvoir l'intégration économique


On veut harmoniser la législation en ce qui concerne la propriété intellectuelle, les investissements, les marchés
financiers.

Encore une fois, nous avons pris un angle de vue économique, mais de nombreux domaines sont couverts par ces
déclarations, qui pourraient intéresser des amateurs d'autres sujets, tels que la défense, la recherche, la culture
etc.

En lisant les annexes de l'Accord Cadre, on tombe encore sur des informations intéressantes. Voilà ce que
l'annexe 4 stipule en matière d'investissements, il a pour titre "Libéralisation des investissements" :

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 22
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Coopération renforcée avec l'OCDE (7) et réformes en fonction de ses recommandations;


Revoir et discuter de toutes les réglementations qui peuvent avoir des impacts négatifs sur l'investissement;
Éliminer ces impacts négatifs dus aux barrières avec une attention spéciale pour les petites et moyennes
entreprises (Commentaire : Autrement dit, favoriser l'acquisition de capital des PME au profit d'actionnaires de
part et d'autres de l'atlantique);

Conclusion

Cette chronique est symbolique, car nous avons fini d'étudier les documents dits "importants" concernant les
déclarations communes des deux acteurs.
Ce théâtre commencé en 1962 par Kennedy lors d'un discours resté célèbre où il propose à l'Europe une
association étroite (une "déclaration d'interdépendance", joli jeu de mot :)), a continué tout au long de la
deuxième partie du XXème siècle, en prenant un tournant radical et officiel lors de l'effondrement du bloc de
l'Est.

Dès 1990, l'intégration a pu se faire à front ouvert, et plus rien ne barrait la route de ce projet. En 1995, le projet
prend vraiment forme avec des déclarations conjointes et un plan d'action commun. En 1998, nous venons de voir
que les deux acteurs ont signé le Partenariat Economique Transatlantique qui donne une nouvelle forme
institutionnelle à cette coopération, notamment en renforçant la famille des "Transatlantic Dialogues" (réseaux
de discussions et de pressions transatlantiques).
De plus, on ne parle plus seulement d'un partenariat entre les deux rives, mais carrément de rapprocher sur tous
les points les deux acteurs au sein des instances internationales comme l'OMC, les USA et l'Union Européenne ne
faisant plus qu'un au niveau des négociations commerciales.
Après une pause de près de 10 ans en matière de grandes avancées, et une déréglementation accrue entre les USA
et l'Union Européenne, l'idée de pousser plus loin encore l'intégration est à l'origine de l'Accord Cadre de 2007,
qui donne de nouvelles orientations pour promouvoir l'intégration transatlantique.
Il est aussi bon de rappeler que le Parlement Européen est en accord avec toutes ces avancées et qu'il vote
systématiquement des résolutions appelant à approfondir l'intégration en vue d'arriver à un "marché commun
sans entraves" pour 2015, et pour 2010 en ce qui concerne les marchés financiers, vous pouvez lire les autres
chroniques pour vous en convaincre (8).

Notes :
(1) La Théorie du Tout : Chroniques Transatlantiques #6 : La déclaration transatlantique de 1990(http://theorie-
du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-6.html)
(2) La Théorie du Tout : Chroniques Transatlantiques #7 (Plan d'action commun et Nouvel Agenda
Transatlantique : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-7.html)
(3) Documentation Européenne : Partenariat Economique Transatlantique,
1998(http://eeas.europa.eu/us/docs/trans_econ_partner_11_98_en.pdf)
(4) Documentation Européenne : Accord cadre pour la promotion de l'intégration économique transatlantique,
2007 (http://eeas.europa.eu/us/docs/framework_trans_economic_integration07_en.pdf)
(5) La Théorie du Tout : Dossier sur l'AGCS (http://theorie-du-tout.blogspot.com/search/label/AGCS)
(6) Transatlantic Policy Network (site officiel) : http://www.tpnonline.org/
(7) La Theorie du Tout : Merci Maman, lire "L'OCDE nous explique comment faire ça en douceur"(http://theorie-
du-tout.blogspot.com/2010/06/billet-merci-maman.html)
(8) La Théorie du Tout : Chroniques Transatlantiques (http://theorie-du-
tout.blogspot.com/search/label/Chroniques%20Transatlantiques , voir les résolutions du Parlement Européen
(Chroniques #1 à #5))

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 23
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #9 (Les institutions


transatlantiques)
Dans les précédentes chroniques, il m'arrive de citer des organes tels que le TABD, TACD et d'autres. J'explique
souvent de manière assez écourtée ce que sont ces organismes, mais j'ai décidé d'y consacrer une chronique
entière.

Nous allons donc voir aujourd'hui la famille institutionnelle qui compose le dialogue transatlantique et qui met en
relation les individus du monde professionnel, universitaire, journalistique, législatif des deux côtés de
l'Atlantique. Pour cela, nous nous appuierons sur les sites officiels de ces organes, sur ce que l'on en dit au sein des
précédentes chroniques, mais aussi des articles trouvés ici ou là.

Le TransAtlantic Business Dialogue (TABD) : Un lobby respecté et écouté

Le TABD (1) est le premier né de la famille institutionnelle transatlantique et rassemble des chefs d'entreprises
américaines et européennes. Il né de l'idée du Secrétaire d'Etat au Commerce Américain de l'époque Ron Brown
(2), qui, à l'aide de ses homologues de la commission européenne, Martin Bangemann (3) et Leon
Brittan (4) voulaient encourager la participation de la société civile à ce processus d'intégration transatlantique.

Les fondateurs du TABD


Ron Brown est un afro-américain qui monte au sein du parti Démocrate, il a bénéficié d'une bourse d'étude Cécile
Rhodes, et a fait sa place aux USA jusqu'à être nommé par Clinton comme Secrétaire d'Etat au Commerce en
1993. Avant cela, il avait été embauché par la firme Patton, Boggs et Blow en tant qu'avocat et lobbyiste (source
Wikipédia).
Sir Leon Brittan fut le commissaire Européen à la Concurrence de 1989 à 1993, puis il passa ensuite au Commerce
de 1993 à 1999, en étant en même temps commissaire aux Relations Extérieures de 1995 à 1999.
Avant d'avoir été copieusement nommé à la Commission européenne pendant 10 ans, il fut Secrétaire d'Etat
Anglais à l'Intérieur (de 1983 à 1985), d'où il fut parachuté Secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Industrie. Il
démissionnera suite à l'affaire Westland, dans laquelle il fit pression sur une entreprise Anglaise de défense
endettée pour qu'elle soit rachetée par un groupe américain plutôt qu'un consortium Européen (5). Et c'est cet
homme qui sera tout de suite après nommé à la Commission Européenne par Margaret Thatcher.
C'est un des bras armés de la dame de Fer pour ce qui concerne la libéralisation et le libre-échange, et il expliquera
la création du TABD de cette manière : « Avec le gouvernement américain, nous avions demandé aux hommes
d’affaires des deux côtés de l’Atlantique de se rassembler pour voir s’ils pouvaient parvenir à un accord sur les
prochaines actions à entreprendre. S’ils y parvenaient, les gouvernements auraient du mal à justifier leurs
réticences. Le résultat fut spectaculaire. Dirigeants industriels européens et américains demandèrent d’une seule
voix une plus grande et plus rapide libéralisation du commerce. Et cela a eu un effet immédiat. » (6).
Martin Bangemann est un homme politique Allemand aujourd'hui retiré de la vie politique. Il fut nommé à la
Commission de 1989 jusqu'en 1999 en tant que Commissaire au Marché Intérieur et à l'Industrie, puis à
l'Industrie et à la politique d'Information pour finir par gérer les Télécommunications. Il s'affichera d'ailleurs par
un clin d'œil en Juillet 1999 en annonçant qu'il allait rejoindre les rangs de la société Telefonica, un des grands
groupes européens du secteur des télécommunications, dont il avait géré les affaires jusqu'alors (7), certains
officiels n'hésitant pas à condamner cette "corruption".

Les origines
Maintenant que nous connaissons les fondateurs du groupe de pression, voyons comment ils s'y sont pris. La
légende (le site officiel du TABD) raconte que Ron Brown et ses homologues ont eu l'idée d'intégrer le secteur
privé à la discussion sur le rapprochement transatlantique. Pour ce faire, ils ont envoyé un questionnaire commun
à plus de 1800 firmes américaines et européennes, leur demandant leurs idées, leurs remarques ainsi que la
manière de les engager plus dans le processus.
C'est sur la base des résultats de cette "enquête" que Xerox et Goldman Sachs International ont proposé de
préparer un sommet de hautes personnalités des deux rives à Séville en Novembre 1995.
C'est un véritable succès : Réunis en Novembre, les chefs d'entreprises de firmes très puissantes ont concocté un
rapport de 70 recommandations qui sera remis aux chefs de super-états au sommet UE/USA de Madrid peu de
temps après. Ces derniers ne manqueront pas d'adopter plusieurs de ces recommandations et de l'inscrire au sein
de la déclaration qu'ils feront à l'issu du sommet (voir la Chronique Transatlantique #7 (8)). Le TABD se vente
ainsi d'avoir été à l'origine du Nouvel Agenda Transatlantique de 1995.
C'est dès ce moment que l'Union Européenne et les USA ont officialisé son existence et l'ont intégré au processus
de décision euro-atlantique. Depuis lors, chaque sommet UE-USA, le TABD rend ses recommandations aux chefs
de gouvernements.
En 2003, le TABD subit une refonte et revient dans un "nouveau format", plus offensif. Son objectif primordial
devient la création d'un marché transatlantique sans entraves. Le conseil exécutif décide d'intensifier et
d'accélérer le processus d'intégration en doublant le nombre de ses sommets annuels. La nouvelle offensive du
TABD sera un succès puisque dès Juin 2004, en Irlande, le sommet UE-USA adopte l'objectif d'une plus grande
intégration sous l'impulsion de ces recommandations. En Juin 2005, c'est au sommet de Washington que les deux
parties vont créer le Forum de Coopération Réglementaire (dans le but d'effacer les différences réglementaires

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 24
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

afin d'abaisser les barrières aux échanges), et le plan commun transatlantique intégrant la lutte contre la
contrefaçon et pour la protection de la propriété intellectuelle (ceux qui s'intéressent en ce moment à l'ACTA
devraient en être ravis) sera adopté dès 2006. De plus, sous l'impulsion du groupe de pression, les deux acteurs
s'engagent à mettre en œuvre un vaste programme couvrant de nombreux domaines en phase avec les priorités du
TABD.
En 2007, sa dernière grande réalisation sera l'adoption de l'Accord Cadre pour la Promotion du Marché
Transatlantique (voir Chronique Transatlantique #8 : Le PET de 1998 et l'Accord Cadre de 2007 (9)).

Qui y contribue ?
On note sur le site officiel 19 firmes américaines dont JP Morgan, Microsoft, AT&T, Ford, Coca Cola, Ernst &
Young. Côté européen, on trouve 15 firmes dont Airbus, BASF, British American Tobacco, Deutsche Bank,
Lafarge, Siemens et Unilever.
Le TABD prend soin de préciser qu'il est financé exclusivement par les sociétés qui le composent.

Le TransAtlantic Environment Dialogue : Une vaste blague


Pas de place pour l'écologie !

En 1995, quand on met en place un Nouvel Agenda Transatlantique, dont le TABD nous dit qu'il est l'origine, on
décide de créer des institutions de Dialogue sous la même forme que le TABD (puisque cela a si bien marché !). Ce
n'est qu'en 1998, lors du lancement du Partenariat Economique Transatlantique, que l'on décide de la création
du TransAtlantic Environment Dialogue (TAED) qui regroupera des ONGs environnementales Américaines et
Européennes. Il sera lancé officiellement en 1999.
Il ne lui sera jamais accordé autant de participation que le TABD, dont le directeur Européen commentait que les
industriels perdront tout intérêt pour ce processus "s'ils doivent passer la moitié de l'après-midi assis à
argumenter avec des écologistes" (10).
Le TAED perdit le soutien de la Commission Européenne et du gouvernement Américain dès 2000 (11). Un
article d'Econosphère nous renseigne sur les raisons de ce manquement : Les USA voulaient se servir du TAED
pour casser certaines barrières techniques environnementales ayant court en Europe (comme pour les OGM). Or
les ONG américaines qui avaient intégré le Dialogue s'en sont en fait servi pour amener la Commission
Européenne a faire pression sur les USA. Ce qui fut mal pris. Dès Novembre 2000, le TAED est désactivé car la
partie Américaine des fonds n'était plus accordée (12).
Il m'a fallu chercher et lire énormément pour trouver ces quelques informations, le site du TAED
(anciennement http://www.taed.org) n'existe tout simplement pas.

Le TransAtlantic Consumer Dialogue

Plus que le TAED, mais Moins que le TABD !


Un des autres Dialogues importants au niveau transatlantique est le TACD (13), qui regroupe des ONG de défense
du consommateur des deux rives de l'Océan. Ce dialogue est assez écouté des deux gouvernements, et produit des
recommandations qu'il soumet chaque année au sommet UE/USA.
Né lui aussi, après le NAT de 1995 et le PET de 1998, il sera lancé en septembre de cette année. Son but est de
sensibiliser les gouvernements aux problématiques du consommateur. Il est presque aussi influent que le TABD,
et seuls eux deux auront un rôle officiel auprès du futur Conseil Economique Transatlantique créé en 2007.

Membres
Environ 75 regroupements de consommateurs sont présent au sein du TACD et abreuvent les sommets UE-USA
de recommandations : 27 venues des USA, dont la Consumer Federation of America, et 49 venues d'Union
Européenne parmi lesquelles on connait la Française UFC - Que choisir.

Le TransAtlantic Legislator's Dialogue

Coopération réglementaire
Le but du Dialogue Transatlantique des Législateurs (14) est la coopération réglementaire entre les deux entités.
Ce dialogue législatif dure depuis déjà 1972 sous la forme de sommets interparlementaires annuels. Après les
différentes déclarations qui ont eu lieu dans les années 1990, on créé le TLD en 1999, qui est une réponse directe
aux engagements pris de resserrer la coopération parlementaire dans les plans communs de 1995 et 1998. Le
lancement officiel a été fait lors de la 50ème rencontre interparlementaire, les 15 et 16 janvier 1999.

Cet organe se réuni lors de sommets biannuels, et a pour but de réduire les différences réglementaires et
d'échanger les points de vue européens et américains sur les différents domaines de la loi.
C'est grâce à cet organe que l'on arrive à "harmoniser" les réglementations identifiées comme gênantes par les
deux acteurs, qui eux-mêmes ne font que suivre les recommandations du TABD.

Vers une Assemblée Transatlantique


C'est dans une résolution du Parlement Européen du 5 juin 2008 (un an après que l'adoption de l'Accord Cadre de
2007) que celui-ci exprime son souhait : au point 36 de la résolution, le parlement demande à ce que l'on renforce

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 25
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

les liens transatlantiques "au moyen d'un nouvel accord [...] qui remplacerait le Nouvel Agenda Transatlantique"
en précisant que "les échanges interparlementaires existants devraient être progressivement transformés en une
Assemblée Transatlantique de fait". Pour revoir cela de plus près, consulter la Chronique Transatlantique #5
(Résolution du 5 juin 2008 sur les relations transatlantiques (15)).

Le TransAtlantic Labour Dialogue

Presque aussi ignoré que le TAED


Ce Dialogue fut créé pour regrouper les syndicats et les partenaires sociaux au sein d'une instance transatlantique
et ainsi leur permettre de peser aussi sur ce processus. Il a été lui aussi lancé en réponse aux engagements pris par
les déclarations de 1995 et 1998. Il n'a jamais reçu le même accueil que les autres.
Il est très dur de trouver des informations sur cet organe qui n'a pas de site internet, mais qui continu d'être actif
si l'on en croit le site de l'European Trade Union Confederation (16).

Vers une certaines reconnaissance ?


D'après Econosphère (17), après l'adoption de l'accord Cadre de 2007, le TALD adressait une première requête
pour être traité à égalité avec le TACD et le TABD, en étant reconnu officiellement comme "experts" auprès du
Conseil Economique Transatlantique (ce dont bénéficiait les consommateurs et les industriels). Selon Bruno
Poncelet, ce fut peine perdue car le gouvernement Bush ne voulait pas des syndicats au milieu des négociations
transatlantiques. La demande fut rééditée en 2008 et reçut une réponse mitigée. Le TALD ne fait toujours pas
partie des organes reconnus officiellement par le Conseil Economique Transatlantique, mais a néanmoins été
invité à prendre la parole en octobre 2009, et ses remarques ont été intégrées aux travaux.

Conclusion

Ce que l'on constate à la vue de ces multiples organismes de dialogues, c'est la différence d'influence qui existe
entre eux. Le plus connu de ces dialogues est celui des industriels, on trouve un site web très riche, des
informations, des actualités, des rapports et des recommandations. Plus important encore, il participe activement
à la libéralisation des échanges transatlantiques depuis 1995 et représente officiellement les industriels auprès de
l'Union Européenne et des USA en matière de commerce Transatlantique. Les deux acteurs ont pris l'engagement
d'obéir aux recommandations faites par le TABD (Leon Brittan l'a si bien dit).
Le TACD, lui, est déjà un peu plus discret, mais affiche tout de même une certaine popularité, un site web bien
rempli aussi, et l'information est plutôt simple à trouver de même que son alter-égo Législatif, le TLD, qui est prêt
à se transformer bientôt en une véritable Assemblée Parlementaire Transatlantique.
Mais c'est là que les choses se corsent. On a pu voir à quel point l'écologie était un frein à tout ce processus. En
effet, le dialogue écologique n'a vécu qu'une courte année, il n'a eu le temps de faire des recommandations que
lors d'un seul sommet USA-UE, et a été assassiné par manque de sang [d'argent] tout de suite après. Les
précédentes chroniques de ce blog mentionnent l'intention du Parlement Européen de revitaliser ce groupe de
dialogue. En attendant, les informations sont très dures à trouver.
Le dialogue des partenaires sociaux n'a pas non plus été écouté comme il le devrait. On ne trouve aucune
information sur ce groupe sur Internet, sauf par d'autres sites de syndicats européens comme l'ETUC, qui a l'air
d'être le seul intéressé à ce processus. On peut noter tout de même que le Conseil Economique Transatlantique qui
sera l'objet d'une courte chronique prochainement commence à s'intéresser à son travail.

On peut aisément se dire que tout cela est plutôt sein, que l'on encourage la société civile à participer au
processus, et que c'est en quelques sortes, démocratique. Il n'en est rien. Tous ces dialogues sont intéressants, ils
permettent d'échanger entre citoyens, travailleurs, ONGs, et industriels, mais tout cela ne fait qu'apporter un
vernis démocratique à un processus qui l'est beaucoup moins !
Aurait-on discuté ces dernières années d'une intégration plus poussée avec les USA ? D'un marché commun ? La
population est-elle au courant et en pleine possession des informations ? Il ne semble pas que cela soit le cas. On
expliquera donc plus tard, une fois mis devant le fait accompli que ce sont les peuples qui ont voulu cette
intégration, et on prendra soin de préciser qu'il y avait même des syndicalistes parmi les gens soutenant ce projet.

Notes :
(1) Site officiel du TABD : http://www.tabd.com/
(2) Page Wikipédia de Ron Brown : http://en.wikipedia.org/wiki/Ron_Brown_(U.S._politician)
(3) Page Wikipédia de Leon Brittan : http://en.wikipedia.org/wiki/Leon_Brittan
(4) Page Wikipédia de Martin Bangemann : http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Bangemann
(5) Page Wikipédia de l'Affaire Westland : http://en.wikipedia.org/wiki/Westland_affair
(6) Les dessous de Bruxelles, Leon Brittan, un AMI qui vous veut du
bien: http://ellynn.fr/dessousdebruxelles/spip.php?article129
(7) Libération.fr, Le Commissaire européen rejoint Telefonica, le douteux pantoufflage de Martin
Bangemann : http://www.liberation.fr/economie/0101287991-le-commissaire-europeen-aux-telecoms-rejoint-
telefonica-le-douteux-pantouflage-de-martin-bangemann
(8) La Théorie du Tout, Chronique Transatlantique #7 (Plan d'Action Commun et Nouvel Agenda
Transatlantique, 1995) : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-7.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 26
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

(9) La Théorie du Tout, Chronique Transatlantique #8 (Le PET et l'Accord Cadre de 2007) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-8.html
(10) Europe Inc. Transatlantic Business Dialogue : Dialogue au dessus de la démocratie
: http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article33
(11) Archives EurActiv, Transatlantic Environment Dialogue suspended, 23 novembre 2000
: http://www.euractiv.com/en/climate-environment/transatlantic-environment-dialogue-suspended/article-
115699
(12) The Streit Concil, about TAED : http://streitcouncil.org/index.php?page=transatlantic-dialogues#TAED
(13) Site officiel du TACD : http://tacd.org/index.php?option=com_frontpage&Itemid=1
(14) Site officiel du TLD : http://www.europarl.europa.eu/intcoop/tld/default_en.htm
(15) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #5, Résolution du 5 Juin 2008 sur les relations
transatlantiques : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-5.html
(16) Site de la Confédération Européenne des Travailleurs, section "Dialogue
Transatlantique": http://www.etuc.org/r/320
(17) Econosphères, Bruno Poncelet : http://www.econospheres.be/spip.php?auteur29

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 27
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #10 (Avis du CESE du


25/03/2009)
Vous ne saviez pas quelles étaient les relations entre l'Union Européenne et les Etats-Unis, ce billet devrait vous
intéresser !

Edité au Journal Officiel le 22 Septembre 2009, l'avis du Comité Economique et Social Européen que nous allons
étudier aujourd'hui (1) a été voté le 25 mars 2009 par 196 voix pour, contre 7 voix contre. Il passe en revue les
relations transatlantiques telles qu'elles sont à ce moment là (2 ans après la signature de l'Accord Cadre pour la
promotion de l'intégration économique transatlantique (2)), et essaie de donner les objectifs à atteindre pour
"améliorer la participation de la société civile".

Il aborde en 4 grands sujets que nous allons étudier et décrire, notamment sur le Conseil Economique
Transatlantique, mais aussi concernant la mondialisation et les échanges, le réchauffement global et les groupes
de pression transatlantiques (dont nous avons fait une chronique dernièrement (3)).

Le Conseil Economique Transatlantique

On commence par rappeler au point 1.5 que l'objectif de l'Accord Cadre de 2007 ("parvenir à un
approfondissement de l'intégration économique et de la croissance transatlantique au bénéfice de nos citoyens et
de la compétitivité de nos économies") doit être réalisé sous la supervision du CET. Le cœur de cette mission,
comme l'explique le point 1.6 est "l'idée de coopération réglementaire". Malgré cela, "l'UE, dans ses relations
transatlantiques maintiendra le défense de son modèle social".
Au point 1.7, on rappelle que "le protectionnisme a aggravé la Grande Dépression des années 1930" et que "Le
CET devra jouer un rôle de contrôle des tendances protectionnistes en Europe, aux Etats-Unis et dans le monde".
Il dispose d'un vaste programme pour ses "initiatives de coopération réglementaire". On veut lisser les
différences "importantes et inutiles [qui] subsistent".
Le CET devrait notamment veiller à faire avancer le combat pour le droit de propriété intellectuelle et "intensifier
les efforts conjoints en ce qui concerne le contrôle de l'application des droits dans les zones problématiques
majeures telles que la Chine". Enfin, "il y a lieu de conférer aux législateurs européens et américains un rôle
renforcé dans ce processus" : Une petite caresse démocratique ne ferait en effet pas grand mal à ce processus.

Au point 4.1.2, le CESE explique que le CET devient de plus en plus important "car en vue d'une relance [...] le
développement d'une nouvelle approche commune visant à garantir une réglementation effective et efficace du
système financier mondial est nécessaire". Il y a donc une volonté globale de régulation des marchés.

Lorsqu'il fut créé en 2007, le CET a été mandaté d'une "autorité considérable pour faire progresser l'intégration
économique transatlantique, en particulier en temps de crise". Il a donc carte blanche pour donner ses objectifs
et ses deadlines (point 4.2.1).
Au point 4.2.4, on trouve un petit historique du CET. On y met l'accent sur les réussites de celui-ci, concernant les
rapprochements de vision sur la sécurité, les normes d'informations financières, sur la question des fonds
souverains et pour la coopération réglementaire.

Au point 4.2.5, on rappelle aussi que "des différences importantes et inutiles subsistent dans les méthodes
employées [...] pour élaborer de nouvelles réglementations [...] Si nous voulons vraiment encourager
l'intégration économique, il y a lieu de faire avancer ces dossiers", autrement dit, de lisser les différences de
fonctionnement entre nos deux systèmes. Le CESE espère aussi pouvoir "renforcer la consultation des acteurs
concernés" et donc remettre au centre du processus les dialogues transatlantiques, pourquoi pas celui de
l'Environnement ou du Travail par exemple ?

Condamnation du protectionnisme

Au point 1.9, posant comme un fait que "Tout retour au protectionnisme dans le monde serait source d'un net
aggravement des défis économiques actuels, à l'image de ce qui s'est passé dans les années 1930" (Maurice Allais
étant mort dernièrement, il serait intéressant de voir ce que le seul Nobel Français d'économie en aurait pensé), le
CESE encourage les deux acteurs à se serrer les coudes et à coopérer étroitement afin de "tenir les engagements
pris [...] au sommet du G20 le 15 novembre 2008". Ils devront en plus hâter la fin du cycle de Doha : "conclure
précocement et avec succès le cycle de Doha et ainsi empêcher la création de nouvelles entraves au commerce et
à l'investissement".

On comprend que le CESE n'est pas dupe des protections que mettent en place régulièrement les américains pour
protéger leurs entreprises, et explique que "le point de vue de la nouvelle administration [du président OBAMA]
gagnera à être clarifiée plus avant auprès de ses partenaires commerciaux".

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 28
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Changement climatique global

Le CESE est très ambitieux en matière de lutte contre le Changement climatique, et explique au point 5.1 que "les
mesures visant à relancer la croissance doivent, à l'échelle mondiale, être l'occasion de créer des emplois verts et
de réorienter les investissements et l'innovation dans cette direction".

Pour ceux que la conférence de Copenhague a pu les intéresser, le CESE prépare au sein de cet avis cette
conférence (point 5.3).

Implication des groupes de pressions (Dialogues Transatlantiques)

Concernant le changement climatique, on apprend au point 5.5 que le CESE encourage la Commission
Européenne et la nouvelle administration américaine à "réactiver le Dialogue Transatlantique sur
l'Environnement (TAED), qui pourrait faire fonction d'organe de coordination pour les partis prenantes en
matière d'environnement et de partenaire de ces préparations".

De plus, "Les dialogues transatlantiques instaurés au cours de la deuxième moitié des années 1990 n'ont pas
tous été aussi actifs les uns que les autres", note le CESE, avant d'expliquer qu'ils "ont été intégrés de manière
inégale dans les structures de coopération UE-Etats-Unis, en particulier dans les sommets UE-USA, qui ont été
axés exclusivement sur le dialogue commercial transatlantique (TABD)". Si vous avez lu les précédentes
chroniques et que vous vous êtes un peu intéressé au dialogue transatlantique, vous saviez déjà ce que vient
d'expliquer le CESE au sein de cet avis. Aussi, "le groupe des conseillers du CET n'inclut que le TABD, le TACD et
le TLD" (voir chronique transatlantique #9 (3)), et le CESE de conclure : "Le dialogue transatlantique des
partenaires sociaux (TALD) et le dialogue transatlantique sur l'environnement (TAED) ont été exclus sans
consultation des acteurs impliqués" (point 6.1).
Au paragraphe 6.2, le CESE rappelle que le Parlement Européen, dans sa résolution du 8 mai 2008 (dont nous
avons fait une description ici même (4)), "demande que les présidents du TALD et du TAED soient inclus dans le
groupe des conseillers. Le CESE soutient pleinement l'appel du Parlement Européen".

On apprend au point 6.6 que le "TACD fonctionne bien et participe très activement aux préparations des
sommets UE-USA ainsi qu'aux travaux du CET". Plus loin au point 6.7, le CESE explique que "Après un
démarrage relativement réussi, les activités du TAED ont malheureusement été suspendues après deux ans" et
encourage les acteurs à mettre en place "des mécanismes de financement suffisants pour les dialogues
transatlantiques [...] et d'inclure le TALD et le TAED dans le groupe des conseillers du TEC".

Comme à son habitude le parlement, par la voix du CESE encourage les deux acteurs à "accroître le caractère
accessible et ouvert du processus du dialogue transatlantique, et à étendre l'association des parties prenantes de
la société civile", et ce dans le but de "conférer un soutien populaire et une légitimité démocratique à l'ensemble
du processus". Une bien étrange vision de la démocratie et de la légitimité d'un processus qui se déroule depuis
plus de 20 ans sans avoir jamais été débattu par personne.

Conclusion

Nous avons vu beaucoup de choses dans cet avis du CESE. Pour commencer, on donne une grande responsabilité
au Conseil Economique Transatlantique dans la gestion du processus d'intégration économique. Rappelons que le
CET est une organisation gouvernementale qui ne regroupe pas d'élus du peuple, mais simplement des hauts
fonctionnaires nommés de part et d'autre de l'océan Atlantique. Le CESE voudrait que cette institution s'occupe
aussi de l'aspect environnemental et social, en intégrant le TAED et le TALD dans ses "conseillers officiels".
Concernant le réchauffement global, on veut un rapprochement des positions euro-américaines, et l'on veut un
haut niveau d'engagement pour le sommet de Copenhague, ce qui, si vous avez un peu suivi l'affaire, n'aura pas
lieu.
Enfin cet avis est intéressant car il met sur la table les ambitions européennes (ou du moins, les ambitions du
CESE, car ce n'est pas lui qui décide, mais la Commission et le Conseil) concernant l'implication de la société civile
(gageons que la société civile n'est pas la représentation démocratique du peuple, mais un groupement de
fondations et d'ONG diverses et variées). Pour le CESE, il est temps de réactiver le TAED, qui n'avait eu d'activité
que pendant 2 ans (1998-2000) avant de gêner les exécutifs des deux côtés de l'Atlantique, qui
ne s’embarrasseront pas pour lui retirer leur soutien. Il avoue aussi que depuis le départ, seuls deux groupes ont
réellement été pris en compte dans le processus transatlantique : le TABD et le TACD, représentant
respectivement les grandes multinationales et les associations de consommateurs.
Le CESE recommande au CET d'intégrer au sein de ses conseillers officiels le TALD et le TAED. En effet, pour
donner un vernis un peu plus démocratique à tout cela, il faut aussi prendre en compte les ONG
gouvernementales et les partenaires sociaux transatlantiques. Sachant que le TALD est une organisation qui
regroupe les syndicats de travailleurs mais aussi du patronat.

L'intégration avance, et toutes les instances européennes y auront été liées, sans, encore une fois, que ce sujet ne
soit débattu et relayé au sein des différentes sociétés européennes (ou américaine), alors même que c'est un sujet

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 29
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

majeur, que le marché commun transatlantique qui mènera une interconnexion telle de nos économies, qu'une
"Commission Transatlantique" (le futur proche du CET ?) et une "Assemblée Transatlantique" (déjà appelée et
réclamée par le parlement européen), et donc une effective aliénation de la souveraineté européenne.

Notes :
(1) Avis du Comité Economique et Social Européen (CESE) sur "Les relations transatlantiques: comment
améliorer la participation de la société civile" (2009/C 228/05) : http://eur-
lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2009:228:0032:0039:FR:PDF
(2) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #8 (Partenariat Transatlantique et Accord
Cadre): http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-8.html
(3) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #9 (Les institutions transatlantiques) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-9.html
(4) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #4 (Résolution du 08/05/2008) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-4.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 30
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Un conseiller de Barroso propose que l'UE rejoigne l'OTAN


(Xinhua)
Et bien voilà, on y est. Un des conseillers de Barroso a proposé durant une discussion qui a eu lieu lors d'un
colloque, que l'Union Européenne (déjà fortement liée à l'OTAN via les traités en cours) devienne carrément
membre à part entière de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord. Comme ça au moins, tout le monde saura
que l'UE n'est qu'un bras de l'empire atlantiste … Je trouve que c'est une bonne idée.
Pour quiconque a lu les Chroniques Transatlantiques, on comprend bien que la fusion économique d'une part
(Grand Marché Transatlantique), et militaire d'autre part (via la coopération ou même l'intégration à l'OTAN)
vont de pair dans la création d'un grand ensemble cohérent euro-atlantique.

LISBONNE, 22 octobre (Xinhua) -- Joao Marques de Almeida, conseiller du président de la Commission


européenne José Manuel Barroso, a déclaré vendredi que la meilleure solution pour le renforcement des relations
entre l'Union européenne et les Etats-Unis serait l'adhésion de l'UE à l'OTAN.
Marques de Almeida a fait cette remarque au cours d'un séminaire organisé par l'Institut national de la Défense à
Lisbonne. Avant de devenir conseiller de M. Barroso, il était président de l'Institution portugaise, un organisme de
réflexion gouvernemental sur la politique stratégique et de défense.
Selon lui, la principale difficulté dans les relations UE-OTAN est le problème de la réunification de Chypre, île
méditéranéenne membre de l'UE. La Turquie est la seconde armée au sein de l'Alliance atlantique, mais la division
de Chypre entre les deux communautés grecque et turque bloque l'établissement de meilleures relations avec l'UE.
Au prochain sommet de l'OTAN à Lisbonne les 19 et 20 novembre, le secrétaire général de l'OTAN Anders
Rasmussen proposera le renforcement des relations avec la Turquie, notamment l'acceptation de la Turquie en
tant que membre à part entière dans l'Agence européenne de défense, selon des informations.

Source : http://news.xinhuanet.com/english2010/world/2010-10/23/c_13571539.htm

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 31
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Le front de gauche patauge dans l'Atlantique ...


Et voilà, c'est une des premières chroniques qu'on appellera "d'humeur" en ce qui concerne la politique
d'intégration transatlantique.
Merci à un lecteur du blog, qui m'a déjà donné des liens à visiter, de m'avoir redonné de ses nouvelles, car je suis
tombé cette fois-ci sur un article que je n'avais jamais vu ... Et pourtant j'ai fouillé le web de fond en comble. C'est
un article de Fluctuat.net (1) qui interroge Patrick Le Hyaric, député du Parti de Gauche au Parlement Européen
(2).

Dans cet article, cette interview, P. Le Hyaric nous explique que ce petit jeu a commencé il y a bien longtemps, ce
que nous savions ici grâce à nos investigations prononcées sur le sujet. Il explique aussi (et il a l'air étonné) que la
grande majorité des députés européens est tout à fait acquise à la cause transatlantique. Il entrevoit bien la dérive
que pourrait amener ce marché commun transatlantique.
Bizarrement, il a l'air de penser que l'Union Européenne n'est pas encore américaine, et qu'elle serait menacée de
le devenir si le projet devenait réalité. Ce qui est fort dommage pour un personnage de cette stature, car nul besoin
du marché transatlantique pour que l'Union Européenne ne soit qu'un protectorat américain. Cela fera 20 ans
dans un mois que ce rapprochement officiel a commencé. Ne parlons même pas du rapprochement officieux, en
rappelant que les pères fondateurs de l'Union Européenne étaient financés et poussés par les services secrets
américains, et par le département d'état.

Bref, cela fait donc 20 ans que la déclaration transatlantique (3) a été signée par les parties prenantes, cela fait 15
ans que le Plan d'Action Commun et le Nouvel Agenda Transatlantique (4) ont été adoptés, 12 ans que le
partenariat économique transatlantique (5) a été mis en place. Il y a 3 ans encore, que nous avons mis en place
l'Accord Cadre pour la promotion de l'intégration transatlantique ainsi que son Conseil Economique
Transatlantique. Le parlement Européen, nous l'avons vu dans nos différentes chroniques, a été invariablement
pour ce projet. Rappelons aussi que cela fait 15 ans que les sommets UE-USA sont abreuvés de directives émanant
du Transatlantic Business Dialogue (6), qui réuni les grandes multinationales de part et d'autre de l'Atlantique.
En bref, ce n’est pas un scoop, c'est un processus de longue haleine qui a commencé il y a déjà un petit moment, et
qui, par la méthode des petits pas, commence à inquiéter nos béats de gauche européiste.

Il semble enfin que P. Le Hyaric pense qu'il peut, à lui-seul, contrer le parlement Européen, qui a été constant
depuis 7 ans dans son appui au processus d'intégration. Lorsqu'on lui demande à quel moment tout cela sera
adopté : "Jamais ! Vous pouvez compter sur nous pour remettre ça sur le tapis et le mettre en échec. Nous allons
mener une campagne publique européenne pour l'empêcher. C'est un des grands enjeux, même si ce n'est pas le
seul, de la campagne européenne. Ceux qui parlent d'une Europe rempart sont des menteurs !".

Le seul hic, c'est que cette déclaration a été faite en 2009 lors de la campagne Européenne, et que depuis le sujet a
totalement disparu, si tant est que l'on puisse dire qu'il est même apparu (2 fois à la télévision grâce à M.
Mélenchon). Enfin, il suffit de se servir de www.votewatch.eu pour regarder les statistiques des votes des euro-
députés au parlement, et de spécifier les codes des textes dont les chroniques font le résumé. Vous pourrez vous
rendre compte par vous même de l'écrasante majorité atlantiste.

L'Union Européenne, c'est un fait, veut ce marché transatlantique et veut cette intégration transatlantique.

Pour échapper à cela, M. Le Hyaric devra faire preuve de plus de courage, et entreprendre le désengagement vis-à-
vis de ses ardeurs européennes. On pourrait saluer son volontarisme, mais également pointer du doigt son
irréalisme. Je vous conseille de lire cet article, car on y voit la personne interrogée menacer ce qu'il arriverait si ce
projet arrivait à son terme, je cite : "Il y a aussi un danger en terme de liberté. Regardez ce qui se fait déjà dans
nos universités : c'est ranger le modèle français selon les normes américaines. C'est la même chose pour le
plaider coupable qui vient d'être décidé. L'Europe est en train de perdre des droits de qualité pour s'adapter aux
normes américaines. On ne peut pas nous dire qu'on construit une Europe protectrice et en sous main nous
proposer une Europe américaine." ....

Merdalors, il n'est pas sérieux. Il nous explique en fait que l'on pourrait perdre notre modèle. En réalité, son
anxiété est déclenchée par ce projet, mais cela ne lui aura pas traversé l'esprit que c'est exactement ce qu'est
l'Union Européenne en elle-même. Il est aussi effrayant qu'il ne se rende compte que maintenant, compte-tenu de
sa position, que l'UE est fortement influencée par les intérêts américains. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore
fait, il sera très utile de regarder la conférence de François Asselineau s'intitulant "Qui gouverne réellement la
France ?" (7).

Ce n'est pas la première fois que l'on peut se rendre compte d'une incohérence du Front de Gauche : En lisant un
billet du site officiel (8), on peut lire dans la conclusion : "Le Front de gauche dénonce cette intégration
transatlantique qui aliène la souveraineté européenne. Ses élus au Parlement s'opposeront à sa conclusion et
porteront sur la place publique les dramatiques enjeux qu'il recèle". Il est encore une fois amusant qu'ils n'aient
pas fait l'exercice de remplacer certains mots dans cette phrase, qui aurait pu donner : Le Front de gauche
dénonce cette intégration européenne qui aliène la souveraineté Française. Ses élus au Parlement s'opposeront à
sa conclusion et porteront sur la place publique les dramatiques enjeux qu'il recèle.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 32
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Malgré tout, on peut tout de même leur reconnaître un support assez bien fait sur la question transatlantique (9),
disons qu'il y a de l'espoir.

Notes :
(1) Fluctuat.net, Mélenchon et le Grand Marché Transatlantique : http://societe.fluctuat.net/blog/37983-
melenchon-et-le-cauchemar-de-l-europe-americaine.html
(2) Wikipédia de Patrick le Hyaric : http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Le_Hyaric
(3) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #6 (Déclaration Transatlantique de 1990): http://theorie-
du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-6.html
(4) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #7 (Plan d'Action Commun et Nouvel Agenda
Transatlantique de 1995) : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-
7.html
(5) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #8 (Partenariat Economique et Accord Cadre de 1998 et
2007) : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-8.html
(6) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #9 (Les institutions transatlantiques) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-9.html
(7) La Théorie du Tout, François Asselineau (UPR), Qui gouverne réellement la France ? : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/04/video-francois-asselineau-qui-gouverne.html
(8) Frontdegauche.eu, Le Grand Marché
Transatlantique : http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=402:le-grand-
marche-transatlantique&catid=83:notes-de-campagne&Itemid=120
(9) Parti de Gauche, Support d'Atelier transatlantique: http://www.lepartidegauche.fr/images/stories/adl/ADL-
GMT-PG.pdf

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 33
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Chroniques transatlantiques #11 (Résolution du 26 mars


2009)
L'aventure transatlantique continue ! Aujourd'hui, nous allons voir une des résolutions les plus récentes du
Parlement Européen sur "L'état des relations transatlantiques suite aux élections aux Etats-Unis" (1). Au niveau
contexte, on peut se souvenir qu'Obama vient d'être élu, dans quelques mois, le Parlement Européen sera
renouvelé à l'instar de la Commission Européenne. De plus, le traité de Lisbonne entrera en vigueur en Décembre
de la même année.

La principale nouveauté de cette résolution est l'introduction de nouvelles institutions transatlantiques comme le
Conseil Politique Transatlantique ...

La relation transatlantique

Le parlement rappelle qu'il considère que "la relation transatlantique est la pierre angulaire des relations
extérieures de l'Union Européenne" et que "le travail du Conseil Economique Transatlantique (CET (2)) doit se
poursuivre en vue d'atteindre l'objectif d'un véritable marché transatlantique intégré".

Le parlement rappelle au nouveau président Obama ses engagements forts pris lors du discours de Juillet 2008 à
Berlin (3) pour le renforcement de la relation transatlantique. Il souligne aux points 5 et 6 "la nécessité de
remplacer l'actuel programme transatlantique de 1995 par un nouvel accord de partenariat" réactualisé et il
estime qu'il serait souhaitable qu'une "négociation débute une fois le traité de Lisbonne entré en vigueur, de
façon à ce qu'elle soit achevée avant 2012".
Le CET devrait être appelé à participer au nouvel accord. Le parlement, dans une n-ième supplique, quémande et
implore pour que le CET prenne enfin en compte "les représentants du mouvement syndical de part et d'autre de
l'Atlantique" de manière comparable à celle dont il prend en compte les représentants du monde de l'entreprise,
une relation cordiale et soutenue entre le CET et le TABD (4) dont le Parlement ne manquera pas de se féliciter
(point 7).

Il recommande au point 8 d'augmenter la fréquence des sommets UE-USA, et que ces derniers soient organisés
deux fois par an.

Le Conseil Politique Transatlantique (CPT)

Nouveauté dans les relations transatlantique, on parle d'un organe de coordination politique (point 9) ... Le
parlement rêve déjà d'une disposition prise dans le futur nouvel accord qui "devrait créer un organe de
consultation et de coordination systématiques de haut niveau pour la politique étrangère et de sécurité". On
aurait donc une institution transatlantique de coordination présidée par le Haut représentant de l'Union
Européenne (notre baronne adorée !) et par le Secrétaire d'Etat, pour les Etats Unis, se réunissant une fois tous les
trois mois.

Le parlement réaffirme ensuite son ambition de voir le DTL (Dialogue Transatlantique des Législateurs) devenir
une réelle Assemblée Transatlantique (point 10) "servant de forum pour le dialogue parlementaire". Il estime
"que cette Assemblée devrait se réunir en plénière deux fois l'an, être composée à parts égales de députés au
Parlement européen et des deux chambres du Congrès des Etats-Unis". Cette assemblée œuvrera à
l'approfondissement de l'intégration transatlantique en partenariat avec le CET.

"Le CET et le CPT devraient tenir l'assemblée transatlantique informée du travail qu'ils accomplissent, [...] celle-
ci devrait être en mesure de faire des propositions à ces deux conseils ainsi qu'aux sommets UE/Etats-Unis"
(Point 11).

Démocratie et Relations Publiques

On parle de Lobbying dans cette résolution. Au point 15, le parlement continue de souligner que les sociétés civiles
doivent soutenir le partenariat. Il estime que cet effort de publicité et de pédagogie devrait avoir une place dévolue
dans le budget 2010 de l'Union et des USA.
Un peu plus surréaliste est le point 16 dans lequel le parlement se "félicite tout particulièrement de la présence
croissante d'organisations d'origine américaine à Bruxelles, et plus spécialement de leur engagement en faveur
de l'Union Européenne, de ses institutions et d'un partenariat renforcé UE/Etats-Unis". Rappelons que non
seulement ces organisations sont présentes, mais qu'elles influent constamment sur la politique menée sur le
continent.
Le parlement souligne que "les organisations européennes doivent s'engager de la même manière à oeuvrer, à
Washington DC, à sensibiliser davantage la communauté politique américaine à l'Union européenne et aux
perspectives européennes". C'est donc du lobbying dans les deux sens que veut le parlement.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 34
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

On rappelle aussi au point 46 l'importance et le "potentiel du CET pour surmonter les obstacles actuels à
l'intégration économique et pour réaliser un marché transatlantique unifié d'ici à 2015". Il presse la commission
d'établir une feuille de route pour respecter cette "date butoir" (je cite). Le CET devrait aussi prendre l'apparence
d'un "cadre de coopération macroéconomique entre les deux partenaires". Il se félicite au point 48 de la bonne
marche de cette intégration économique qui est en bonne voie mais qui doit être poursuivie.

Le parlement est "convaincu" que cette coopération transatlantique doit plus rendre compte et être plus
transparente. Il souhaite réaliser mon rêve : voir un site web dédié à la coopération transatlantique pour
permettre au citoyens d'être tenu au courant. "Le calendrier des réunions, les ordres du jour, les feuilles de route
et les rapports sur l'état d'avancement des travaux doivent être convenus par les principales parties intéressées
dès que possible et devraient dès lors être publiés sur un site Internet" (point 49)

Au niveau des marchés financiers, après la Bérézina de la crise des Subprimes et de l'intégration financière
mondiale, le parlement continue de prôner une "intégration progressive des marchés financiers par la
reconnaissance mutuelle accompagnée d'une certaine convergence des cadres réglementaires" (point 52) et il est
"partisan de la suppression des obstacles qui entravent les investissements et la prestation de services financiers
transatlantiques, et encourage une meilleure intégration des marchés des Etats-Unis et de l'Union de sorte qu'ils
concurrencent mieux les marchés émergents". Toute fois le parlement précise que tout ceci serait à mettre en
place "sous réserve qu'un cadre de règles prudentielles satisfaisant soit mis en place, de manière à éviter qu'une
crise survenue d'un côté de l'Atlantique n'entraîne l'autre rive à sa suite". Ouf ! On attend donc de voir ce qu'est
un cadre de règles prudentielles aux yeux du parlement européen.

On a aussi un exemple typique et parfait de pourquoi cela va être tout de même très compliqué à mettre en place :
au point 57, le parlement explique que l'Union devra développer un cadre réglementaire propre, car
"l'application extra-territoriale des normes adoptées par la "Securities and Exchange Commission" des Etats-
Unis aux agences américaines qui opèrent sur le marché européen ne serait pas acceptable". Il juge en fait que
les normes comptables adoptées par le gendarme de la bourse aux Etats Unis (dont nous avons un billet sur ce
blog (5)) ne sont pas satisfaisantes.

Autres questions

Relations internationales
Le parlement rappelle à son partenaire américain qu'il serait de bon ton d'accepter de "ratifier le Statut de Rome
de la Cour pénale internationale et d'y adhérer". Il réitère aussi son appel à abolir la peine de mort (Point 20).
Au point 22, le parlement invite les deux partenaires à travailler étroitement entre eux, mais aussi avec les
instances internationales telles que la Banque Mondiale et le FMI tout en "résistant au protectionnisme et en
favorisant une conclusion positive du cycle de Doha de l'OMC".

OTAN et Défense
Au niveau politique étrangère on parle du Moyen-Orient, de l'Afghanistan (le parlement souligne au point 28 "que
ce sont les valeurs, la sécurité et la crédibilité de la communauté transatlantique qui sont en jeu en
Afghanistan"), du Pakistan, de l'Iran, de l'Irak, de la Russie et de la Chine, vis-à-vis de qui le parlement
recommande à nouveau "d'avoir une approche commune".
Le parlement "souligne l'importance de l'OTAN en tant que pierre angulaire de la sécurité transatlantique et se
félicite de la décision du Conseil européen de décembre 2008 de renforcer le partenariat stratégique entre
l'Union européenne et l'OTAN" (point 37).

Il exhorte l'Union Européenne et ses états membres à poursuivre le renforcement des capacités civiles et
militaires. On parle au point 39 du désarmement atomique, pour ceux que cela intéresse.

Conclusion

On connait le contexte d'effervescence qu'il y avait en 2009, après l'élection du nouveau président des Etats-Unis,
le traité de Lisbonne enfin ratifié, le renforcement de la puissance de l'Union Européenne tant au niveau interne
qu'au niveau diplomatique et extérieur. On a donc eu des deux côtés de l'Atlantique un fort élan
"interdépendantiste". Le Parlement Européen se sentant pousser des ailes, et n'ayant subi jusqu'ici aucune
contradiction quant à son projet d'Union Transatlantique continue son avancée et ses résolutions.
Cette dernière est riche en ce qu'elle nous apprend sur les "rêves" du Parlement Européen, ses aspirations, ce vers
quoi il souhaite aller.

C'est ainsi qu'il compte ajouter au Conseil Economique Transatlantique, organe de coordination économique et
réglementaire, un Conseil Politique Transatlantique qui serait un organe de coordination au niveau de la politique
extérieure et de la sécurité et il réitère son appel à l'édification d'une Assemblée Parlementaire Transatlantique.
On voit en fait se dessiner ici l'architecture de la future Union Transatlantique, que l'on peut finalement toucher
du doigt !

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 35
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

L'OTAN constitue l'architecture politique et militaire transatlantique, les efforts pour le marché transatlantiques
ont pour objectif de construire l'architecture économique définitive et le parlement demande maintenant à ce que
les relations extérieures soient gérées aussi par un organe transatlantique de coordination qui réunirait les
personnalités de haut niveau des deux côtés et serait présidé par le Haut représentant et le Secrétaire d'Etat.

Ne nous méprenons pas, cela fait des dizaines d'années que l'Union Européenne et les Etats-Unis agissent de
concert, mais tout cela est informel : Les sommets annuels, les rencontres à l'OMC, les G20 etc. ne sont pas une
spécificité transatlantique. L'UE tient aussi des sommets avec la Chine et d'autres régions du monde.
La relation que nous sommes en train d'installer s'ancre profondément grâce à des institutions dédiées et c'est cela
qui change : La philosophie.

L'intégration continue donc, et le parlement n'entend pas qu'elle s'arrête là. Il ne démord pas de son projet de
marché unifié pour 2015, et demande d'ailleurs que les travaux soient pressés afin d'y arriver. D'autres parts, les
relations avec la société civiles n'ont pas réellement évolué malgré les nombreux appels du Parlement dans
d'autres résolutions. Le Transatlantic Labour Dialogue (Rassemblement de partenaires sociaux de part et d'autres
de l'océan) n'est toujours pas considéré comme un contributeur officiel du CET.

Notes :
(1) Journal Officiel (UE), Résolution du 26 mars 2009
(P6_TA(2009)0193): http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML+TA+P6-TA-
2009-0193+0+DOC+PDF+V0//FR
(2) La Théorie du Tout, Chroniques transatlantiques #10 (Avis du CESE du 25 mars 2009) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/10/billet-chroniques-transatlantiques-10.html
(3) Discours de Barack Obama le 24 Juillet 2008 à Berlin (YouTube) : http://www.youtube.com/watch?v=Q-
9ry38AhbU
(4) La Théorie du Tout, Chroniques transatlantiques #9 (Les institutions transatlantiques) : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-9.html
(5) La Théorie du Tout, La brute, le truand et .. le truand. Quand même le gendarme est dans le
coup: http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/04/la-brute-le-truand-et-le-truand-quand.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 36
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Clarence Kirschmann Streit (1896 - 1986) : le père du


fédéralisme transatlantique.
« Assurer aujourd’hui le sort de la liberté, de la démocratie, de la paix et de la prospérité est un problème qui
relève de l’organisation du gouvernement du monde », Clarence Streit, 1939.

Alors que les tensions montent au niveau global, l’idée d’une gouvernance mondiale semble pour certains la seule
solution pour sauver la paix de la folie des hommes. Le 5 juin dernier, lors d’un débat diffusé sur Arrêt sur images,
Jacques Attali claironnait : « Il faut viser le gouvernement mondial [...] On va vers ça. Est-ce qu’on ira à la place
de la guerre ou après la guerre? Je ne sais pas, mais c’est ça qu’il faut viser » [1].
Hegel disait : « la seule leçon que l’on peut retenir de l’histoire est que les hommes n’ont jamais retenu aucune
leçon de l’histoire. » Car même si les propos tenus par Jacques Attali peuvent surprendre le quidam, ils
s’inscrivent en fait dans le cadre d’une filiation idéologique ancienne. Ils font notamment écho à la pensée d’un
fédéraliste américain méconnu en France : Clarence Kirschmann Streit. Son ouvrage de 1939, Union Now [2],
véritable programme politique, guide certainement les pas des élites mondialisée. Comme l'a dit le philosophe
Auguste Comte : « Les morts gouvernent les vivants ».

Clarence Streit : un américain cent pour cent [3].

Né le 21 janvier 1896 dans une petite ville du Missouri, Clarence Streit était, selon l’expression, un « américain
cent pour cent ». Pourvu d’une éducation strictement américaine, il a mené des études universitaires tout en étant
arpenteur : « comme Washington et au même âge » indique Firmin Roz, qui signe la préface de Union ou
Chaos, la version française de Union Now.
En 1917, il s’engage comme volontaire dans la Première Guerre Mondiale. Envoyé en France, il est placé,
curieusement, dans l’Intelligence Service. Après la démobilisation, le jeune homme participe à la délégation
américaine à la conférence de Versailles, avant d’intégrer la prestigieuse université d’Oxford, en tant que Rhodes
Scholar, « c’est-à-dire titulaire d’une de ces bourses fondées [par Cecil Rhodes, ndr] pour faire passer par son
université des jeunes sujets d’élite choisis dans tout l’Empire britannique auquel il voulut joindre les États-Unis
» [4]. À ce moment là, Streit est effectivement le représentant du groupe Milner (Round Table Movement) aux
États-Unis, groupe « semi-secret » si l'on en croit l’historien Carroll Quigley, visant à édifier un ordre mondial
unifié sous commandement anglo-américain [5].
Après avoir brièvement fréquenté les bancs de la Sorbonne, Clarence Streit devient correspondant étranger dans
la presse américaine, d’abord pour le Philadelphia Public Ledger, puis à partir de 1924 pour le New York Times.
Quelques années plus tard, notre homme devait se rendre à Genève, en tant que correspondant auprès de la
Société des Nations (S.d.N), où il sera le témoin direct de son inefficacité ainsi que de sa crise inévitable.

L’échec de la Société des Nations.

Pour Streit, « le seul problème important auquel on n’ait jamais donné l'attention qu'il réclamait de façon
pressante est celui du gouvernement du monde ». Et ce problème « est peut-être venu bien prêt de sa solution en
1919 », la S.d.N constituant la « première tentative de gouvernement mondial » (p. 72) [6].
Après le traumatisme de la Grande Guerre, Clarence Streit ne fut pas seul à croire en un nouvel ordre
international garanti par la S.d.N. C’était d’ailleurs son objectif premier dans l’esprit de ses promoteurs. Mais cette
institution, loin de préserver la paix et la sécurité collective, a accumulé les échecs, notamment en Mandchourie et
en Éthiopie. Même s’il y eut des succès notables, comme lors de l’incident de Pétritch par exemple, les
démocraties de la S.d.N étaient bien trop timorés face à la montée des totalitarismes en Europe. Surtout, chaque
État défendait bec et ongles ses petits intérêts et se souciait fort peu des problèmes du monde : c’est là le
fondement même de l’échec de la conférence sur le désarmement, comme celui de la conférence économique de
Londres.
Pourquoi? C’est que la S.d.N, d'après notre journaliste, ne se donne pas les moyens de ses ambitions. Ou alors
l’institution de Genève s’entête à ne pas reconnaître les leçons de l’histoire. Dans tous les cas, les faits sont là : la
S.d.N est un « gouvernement de gouvernement » (p. 10), à défaut d’être une fédération de peuples unis. La S.d.N
est un « gouvernement fait pour les gouvernements et les États », alors qu’elle devrait être, afin d'atteindre son
but, un « gouvernement pour le peuple » suivant la célèbre définition de Lincoln du mot démocratie : « le
gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. »

La S.d.N : une ligue inefficace et antidémocratique.

Dans le chapitre VI, intitulé Comment il faut organiser les démocraties, Streit oppose les deux unités de base à
l’organisation du gouvernement mondial : l’homme ou l’unité démocratique, propre à la fédération ; le
gouvernement de l’État, ou l’unité autocratique, propre à la ligue (ou société). La S.d.N, ayant préféré l’unité
autocratique à l’unité démocratique constitue de fait une ligue, qui à l’inverse d’une fédération, reconnaît le
régime de la souveraineté nationale (p. 166 à 180). Or, Streit est clair : la souveraineté nationale est un poison,
un « microbe », un « germe » qu’il faudrait « isoler ». Au début du chapitre IX, il estime que les démocrates se

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 37
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

trompent, en supposant que « la défense de leur propre liberté les oblige à organiser les relations entre les
démocraties en prenant pour unité les États et non leurs propres personnes, c’est-à-dire en se fondant sur le
principe absolutiste du nationalisme et non sur le principe démocratique de l’individualisme » (p. 230).

L’auteur affirme que, fondamentalement, plusieurs défauts sclérosent le système de la S.d.N, et en fait, celui de
toutes les ligues à travers l’histoire (p. 181 à 195) :
1. La ligue est antidémocratique dans la mesure où son égalité n’est qu’une égalité entre État, faisant fi de la
représentation populaire et du principe « un homme une voie ». Et même si les démocraties avaient une
population égale, leur organisation en ligue favoriserait fatalement les membres les moins
démocratiques, ce qui de facto encouragerait la dictature.
2. Parce qu’elle a l’État pour unité, la ligue ne peut agir à temps. D’une part, elle ne peut agir que par
l’intermédiaire du gouvernement, ce qui nécessite l’unanimité pour toutes les décisions importantes,
sujette en outre à la ratification des États ; d'autre part, l'essentiel des préoccupations de chaque
gouvernement-membre a pour objet l'État et non celles de la ligue, ce qui engendre un blocage
généralisé.
3. La ligue ne peut échapper à la règle de l’unanimité. Les évènements de septembre 1938 le prouve, lorsque
les votes de la Pologne et de la Hongrie firent échouer - mais un seul veto aurait suffi - la proposition
anglo-française d’interpréter la règle d’unanimité du Covenant en sorte que le veto d’une ou des deux
parties en conflit ne puisse plus empêcher le conseil de prendre des mesures aptes à préserver la paix.
4. La ligue ne peut appliquer la loi. En effet, si l’État est l’unité choisie, la loi ne peut être imposée que par
d’autres États. Infliger une sanction à un État qui aurait violé ses engagements, c’est infliger une sanction
à toute une population, sans distinguer coupables et innocents. Ce qui n’a pour effet que de renforcer la
position du rebelle tout en outrageant la justice. Autre conséquence : l’ensemble de la population risque
de se dresser derrière son gouvernement, l’injustice poussant à la révolte. C’est exactement ce qu’il s’est
passé en Italie, en 1935, au début de la guerre d’Éthiopie.
5. Les membres d’une ligue étant des États immobiles et théoriquement immortelles, les éventuelles
sanctions pénalisent non seulement l’ensemble de la population alors rangée derrière leurs
représentants, mais aussi leurs enfants, et les enfants de leurs enfants. Les antagonismes sont en
conséquence continuellement entretenus, et la paix constamment menacée.
6. Dans une ligue, le jugement précède l’arrestation pour autant qu’une ligue ne peut arrêter un État
agresseur comme un agent de police peut arrêter un homme qui, le couteau à la main, tente de frapper sa
victime. Et pour qu’une coercition soit effective, il faut attendre que le crime soit commis. Lorsque l’Italie
envahit l’Éthiopie, la S.d.N ne fit rien pour l’arrêter. Après que l’agression italienne eut été condamnée, le
crime se poursuivit encore pendant sept mois.
7. Les sanctions non-militaires propres à la ligue, ne sont que de la poudre aux yeux. Car appliquer des
mesures aussi lentes pousse l’agresseur à aller plus loin dans l’agression, et la victime à maintenir une
résistance désespérée. C’est ainsi que l’Italie en vint au gaz de combat dès que Genève mit l’embargo sur
le pétrole.
8. Chaque membre d’une ligue est à la fois juge, juré et gendarme à cause de son défaut fondamental : elle a
pour unité non point des individus mortels, mais des collectivités immortelles appelées nations qui sont
en outre caractérisées par leur immobilité géographique. Pis encore : le gouvernement italien, tout en
subissant les sanctions, prenait part aux délibérations de la S.d.N sur la violation du traité de Locarno
par l’Allemagne. Le système de la ligue permet donc à une nation de tenir à la fois le rôle d’un criminel
condamné et de juge et gendarme.

Au bout de cette longue énumération des défauts inhérents aux ligues, Streit conclut : aucune ligue n’est digne de
confiance ou de respect, le régime de la souveraineté nationale impliquant toujours la diplomatie secrète et la
course aux armements, que ce soit pour la défense ou pour l’attaque. Le problème de la coercition devient dès lors
inextricable, d’où résulte une situation toujours plus instable. Lord Lothian (Philip Kerr) avait dit, le 30 juillet
1938 : « Aucun esprit réfléchi ne peut contester sérieusement que la souveraineté de l’État et l’anarchie qu’elle
crée dans un monde chaque jour plus étroit, ne soient les causes fondamentales de nos difficultés actuelles les
plus graves. C’est ce qui empêche la S.d.N d’accomplir sa noble tâche [...] » (p. 197). C’est pourquoi Streit juge
inutile tout « replâtrage » en guise de réforme de la S.d.N (p. 103), elle même « replâtrage des institutions
d’avant guerre » (p. 110). Il faut, purement et simplement renoncer à ce système pour en adopter un autre :
l’Union fédérale.

La seule solution : l’union fédérale.

Dès le début du livre, Clarence Streit préconise l’ « union immédiate des démocraties que rapprochent déjà
l’Atlantique Nord et mille autres liens, l’union de ces peuples en une grande république fédérale fondée sur le
principe démocratique du gouvernement protecteur de la liberté individuelle - qui est leur bien commun
caractéristique - et créé dans le but de sauvegarder ce principe » (p. 22).
L’Union fédérale, à l’inverse de la ligue, a pour unité l’individu. Elle abat ergo le régime de la souveraineté
nationale, source de tous les malheurs du monde comme le serine la vulgate mondialiste. L’Union dépouille donc
les États de leur substance en s’attribuant cinq droits régaliens :
1. le droit d’accorder la citoyenneté;

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 38
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

2. le droit de faire la paix et la guerre, de négocier des traités et d’entretenir des relations avec le monde
extérieur, de lever et d’entretenir une force armée;
3. le droit de réglementer le commerce intérieur et extérieur;
4. le droit de battre monnaie et de fixer les autres unités de mesure;
5. le droit d’organiser les communications : d’assurer le service postal et de réglementer, contrôler ou
assurer les autres services de communication entre les États-membres (pp. 23, 187 et 240).

Clarence Streit explique que les fédérations sont par nature démocratiques car « ses lois sont établies par les
individus qu’elle englobe, agissant par l’intermédiaire de leurs représentants et disposant chacun d’une voix
égale pour désigner et destituer ces derniers, le nombre de voix accordées au peuple de chaque État au sein du
gouvernement de l’Union étant généralement en rapport direct avec le nombre de ses citoyens » (p. 27).
L’homme étant pris comme unité dans une fédération, celle-ci peut agir rapidement en soumettant les
propositions directement et simultanément aux intéressés par voie d’élection ou de plébiscite. En sus, la
fédération peut faire appliquer la loi puisque la responsabilité de toute violation du droit incombe à l’unité
politique qui est l’individu mortel. Enfin, en supprimant les États comme entité politique indépendante et
souveraine, la fédération supprime la course aux armements, et la guerre - militaire et économique - qui serait
leur apanage exclusif.

Les quinze démocraties fondatrices.

Cette Union doit d’abord être composée des quinze démocraties fondatrices de l’Atlantique Nord (p. 28), soit :
l’Union américaine, le Commonwealth britannique (à savoir le Royaume Uni, le Dominion du Canada, le
Commonwealth d’Australie, la Nouvelle Zélande, l’Union Sud-Africaine, l’Irlande), la République française, la
Belgique, les Pays-Bas, la Confédération suisse, le Danemark, la Norvège, la Suède et la Finlande. « Cette liste
comprend les démocraties les plus puissantes, les plus anciennes, les plus homogènes et les plus étroitement liés
entre elles [...] Elles ne comportent que cinq grands groupes de langues, et, pour toutes les nécessités pratiques,
on peut ramener ces groupes à deux, l’anglais et le français. Elles réunissent en tout trois cent millions de
citoyens répartis en un équilibre harmonieux, la moitié en Europe, l’autre moitié outre-mer » (pp. 28 et 29).
L’Union pourrait comporter moins de quinze démocraties, en fédérant uniquement les pays de langue anglaise,
comme le souhaitait Cecil Rhodes et le groupe Milner, très lié à Streit. Mais cette proposition est trop exclusive.
L’Union pourrait également comporter jusqu’à vingt démocraties, en y incluant par exemple les républiques
d’Amérique du Sud. Mais dans ce cas, l'Union serait trop ouverte et potentiellement ingérable. In medio stat virtus
: quinze démocraties suffiront pour former l’union transatlantique. Et du fait de leur position géographique, de
leur culture, de leur situation commerciale, financière, politique, historique, les quinze nations forment déjà, selon
l’auteur, « un noyau très homogène » (pp. 140 à 152).

L’Union formerait ainsi l’organisation politique, économique et militaire la plus puissante de la planète. Elle
serait constituée de démocraties pacifiques dont les liens commerciaux, financiers et bancaires sont déjà très forts
; elle contrôlerait les mers et deux tiers du commerce mondial ; enfin elle s'étendrait sur la moitié de la surface du
globe tout en comprenant presque la moitié de la population mondiale (avec les colonies).
Assurément, Streit rejette en bloc le principe de l’équilibre des puissances, incapable d’assurer la paix sur terre. À
l’inverse, elle ne peut l'être que par le déséquilibre des forces. « Nous la trouvons [la paix, ndr] que lorsque nous
mettons du côté de la loi un poids tel que le malfaiteur le plus puissant ne puisse le faire basculer et finisse
fatalement à être maîtrisé. Nous arrivons à une stabilité durable lorsque l’un des plateaux de la balance s’appuie
solidement sur le sol et lorsque l’autre est tout au bout, en l’air! » (p. 56).
La superficie, la puissance matérielle, démographique, financière, commerciale et militaire de l’Union serait
inégalée, et ferait trembler tous les autocrates du monde, à commencer par Hitler, Mussolini et Hirohito. Le pacte
triangulaire si menaçant deviendrait inoffensif, et à terme, se rangera dans le giron de l’Union, comme toutes les
nations du monde (pp. 140 à 152).

Vers un gouvernement mondial.


Dans l’esprit mondialiste de Streit, l’Union transatlantique n’est qu’une étape de transition vers l’établissement
d’un État fédéral mondial, dirigé par un gouvernement unique. Elle ne constitue qu’un « embryon » qui ne
connaîtrait « aucune limitation, quelle qu’elle soit, à sa force d’expansion, que sa constitution indique
explicitement qu’il est créé pour se développer pacifiquement et devenir un gouvernement universel » (p. 160).
Le célèbre écrivain Herbert Georges Wells avait écrit dans son Esquisse de l’histoire universelle : « Notre véritable
État, cet État qui est déjà en voie de formation, cet État auquel tout homme devrait consacrer le meilleur de ses
efforts politiques, doit être dès maintenant l’État fédéral mondial qu’exigent les besoins de l’humanité... Notre
vraie nationalité est le genre humain » (p. 234).
« Dès maintenant... » En effet la constitution du gouvernement mondial est le problème numéro un pour
Streit [7]. De toutes manières, il est inévitable, étant exigé par la « machine », c’est-à-dire le développement
technique qui accélère le processus de mondialisation (p. 67 et suivantes) ; mais aussi par la marche de l’histoire
dont l'objectif est l'unification de l'humanité en une seule république universelle (p. 72) [8] ; ou par le simple bon
sens (p. 78), le mondialisme constituant un horizon indépassable après l’émergence du fédéralisme à l’échelle
régionale : l'ensemble doit être organisé en « fédération des fédérations » (p. 246)[9].

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 39
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Pour finir ce bref tour d’horizon, estimant que la souveraineté nationale a ruiné l’étalon or, Streit propose
l’établissement d’une monnaie mondiale qui seule serait source de stabilité et de sécurité, en s’inspirant d’une
proposition émanant de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) [10].

Pour mettre en oeuvre cet ambitieux projet, l’Amérique montre la voie. Au XVIIIè siècle, les treize colonies de
l'empire britannique avaient créé l’Union américaine pour sortir de l’impasse de la ligue d’amitié. Au XXè siècle,
les États du monde démocratique doivent sortir de l’impasse de la S.d.N en appliquant le principe fédéral [11]. La
déclaration d’indépendance est devenue « déclaration de dépendance ». Mais en réalité, Union Now ne reflète
rien d’autre qu’une volonté cynique d’américaniser le monde. Le projet de constitution de l’Union, par exemple,
est directement calqué sur la constitution américaine [12], et Streit propose les mêmes institutions pour l'Union
que celles des États-Unis d’Amérique (p. 315 à 325, Appendice I, projet de constitution). De surcroît, le principe «
un homme une voie » en vigueur dans la fédération favoriserait de loin les Américains, bien plus nombreux que
les autres peuples de l’Union.

En définitive, Clarence Streit prône la mise en forme d’un Nouvel Ordre Mondial dominé par l’Amérique : il s’agit
d’une pensée typiquement impériale. Par ailleurs, il affirme sans ambages vouloir égaler les exploits de Rome,
considérant les peuples non-démocratiques comme des peuples inférieurs et barbares qu’il faudrait civiliser. Au
début du XXIè siècle, cette pensée semble avoir fait des émules.

Le succès [13].

Union Now rencontre un grand succès en Amérique comme en Europe [14]. Quelques mois après la parution du
livre aux États-Unis, un mouvement dont le but est de propager le projet « transatlantiste » émerge : Federal
Union Inc (à l’origine Inter-democracy Federal Unionists). Streit décide alors de quitter le New York Times pour
donner une série de conférences dans toute l’Amérique. Dans le même temps, il participe à la revue publiée
par Federal Union Inc : Freedom & Union, « la revue de la République mondiale qui n’existe pas
encore » [15]. De nombreux journaux sont acquis à cette cause [16] : notre fédéraliste fait même la une du Time
Magazine en 1950 [17], l'année de sa nomination pour le prix Nobel de la paix. Pour couronner le tout, il participe
à plusieurs émissions de radio, en particulier le très populaire America's Town Meeting of the Air.
En 1940, lors d’un meeting organisé au Madison Square Garden, notre rhodes scholar rencontrent présidents et
premiers ministres. C’est alors que Franklin Delano Roosevelt l’invite à la Maison Blanche pour discuter de l’idée
fédérale. En toute logique, plusieurs organisations se réclamant de Union Now, en liaison avec le gouvernement
Roosevelt, ont déterminé l’entrée en guerre des États-Unis. Parmi ces organisations, on trouve : Federal Union
Inc ; Fight for Freedom, à l’époque dirigé par Pichens Miller du Council on Foreign Relations (CFR) ; Foreign
Policy Association et Century Club. Ces organisations avaient toutes le soutien de l’ambassadeur britannique aux
États-Unis : Lord Lothian, parrain de Clarence Streit et chef de file du groupe Milner.

Union Now après 1945.

Après la guerre, le projet d’union euro-atlantique connaît une vigueur nouvelle. Tout un réseau se met en place de
part et d'autres de l'océan [18]. Au sommet de l’État, Streit a le soutien de William Lockhart Clayton, sous-
secrétaire d'État aux affaires économiques dans le gouvernement Truman. Ce dernier a joué un rôle clé dans
l'établissement du plan Marshall et dans la promotion de l'unité de l'Europe à la fin des années 1940. En 1949,
Streit, Clayton, Owen Roberts (membre de la court suprême des Etats-Unis), Robert Porter Patterson (ancien
secrétaire à la guerre), et Elmo Roper (de la société Roper Polls) fondent, via Federal Union Inc, un nouvel institut
: l'Atlantic Union Committee (AUC). Cet organisme a pour but la création d'une alliance atlantique fondée sur des
principes fédéralistes. D'éminentes personnalités en sont membres, parmi lesquels : Theodore Achilles, George
Marshall, Robert Schumann, Lester Pearson, Nelson Rockefeller, Paul Henri-Spaak ou encore Richard Nixon. On
mesure l’influence de l’AUC lorsqu’on sait qu’il est à l’origine de la création de l'Organisation du Traité de
l'Atlantique Nord (Otan). Comme l’a dit l’ambassadeur Achilles : « If it hadn't been for Union Now, I don't think
there would have been a NATO Treaty » [19]. L’équipe Streit a aussi un joué un rôle non-négligeable dans le plan
Marshall et dans la fondation de la communauté européenne [20].

Par l'entremise de l'AUC, l’Otan s’est dôté d’un organe parlementaire au cours des années 1950 : une assemblée
parlementaire se réunit depuis lors deux fois par an. L’équipe Streit a, par la suite, organisé l’Atlantic Congress de
Londres. Celle-ci a rassemblé pas moins de 600 leaders de l’alliance atlantique. En 1962, à l'initiative de l'AUC et
de Federal Union Inc, la convention atlantique des nations de l'Otan a tracé un plan en vue de bâtir une
authentique communauté transatlantique : la déclaration de Paris [21]. Quelques mois plus tard, le président
Kennedy, dans son discours de la fête nationale (4 juillet 1962), a fait un appel à une « déclaration
d’interdépendance » entre l’Europe et l’Amérique, prélude à « l’union finale de tous les hommes libres » [22].

En 1961, Streit actualise le projet Union Now en publiant un nouvel ouvrage : Freedom’s Frontier : Atlantic Union
Now. La nouveauté du livre réside dans la nouvelle donne géopolitique liée à la guerre froide. Il ne s’agit plus de
souder les pays du monde libre contre les autocraties d’avant guerre, mais contre le bloc communiste. Il faut donc
fonder l’Union non plus sur les « quinze démocraties fondatrices » de 1939, mais sur les quinze pays membres de

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 40
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

l’Otan : l’Union américaine, le Canada, la Grande Bretagne, la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark, la
Norvège, l’Islande, le Luxembourg, la République Fédérale d’Allemagne, la Grèce, l’Italie, le Portugal et la
Turquie [23]. L’Otan, largement l’œuvre de l’AUC, doit servir de socle à l’union euro-atlantique en gestation. La
finalité est la même : l’État mondial [24].

Federal Union Inc lance un nouvel organisme en 1978 : le Committee for a Community of Democracies.
Aujourd’hui rebaptisé Council for a Community of Democracies [25], il développe toutes une série de projets pour
unir les démocraties sous la coupe d’un seul gouvernement mondial. Ces projets ont par la suite été chapeautés
par Madeleine Albright qui deviendra secrétaire d’État durant le second mandat du rhodes scolar Bill Clinton.
Sept ans plus tard, Federal Union Inc adopte un nouveau nom, Association to Unite the Democracies (AUD), et
dès la fin des années 1980, plaide pour une extension de la Communauté Économique Européenne (CEE) et de
l’Otan après la chute du communisme (ce fut même la première organisation a prévoir ces évènements).
Depuis 2004, l'AUD a un successeur : le Streit Council for a Union of Democracies. La même année, un dernier
institut fédéraliste a vu le jour : l’Ashburn Institute [26].

Conclusion : vers un grand marché transatlantique.

Les élites voient loin. Union Now a été écrit dans les années 1930, mais c’est seulement en 1990, quatre ans après
la mort de Clarence Streit le 6 juillet 1986, que le processus d’intégration transatlantique a été officiellement lancé.
Nous nous sommes attachés à décrire méthodiquement ce processus dans nos chroniques transatlantiques [27].
Rappelons brièvement ces différentes étapes. Ont été successivement adoptés par les États Unis et la CEE devenu
Union Européenne (UE) :
- le 22 novembre 1990 : la déclaration transatlantique;
- en 1995 : le Plan d'Action Commun et le Nouvel Agenda Transatlantique;
- le 18 mai 1998 : le Partenariat Économique Transatlantique;
- le 4 décembre 2003 : la stratégie pour renforcer le partenariat transatlantique;
- en 2005 : l'initiative économique UE-États-Unis;
- en 2007 : l'Accord Cadre pour la promotion de l'intégration transatlantique et son Conseil Économique
Transatlantique.
Le parlement européen, nous l'avons vu dans nos différentes chroniques, a soutenu ardemment ce projet qui doit
aboutir en 2015 selon les textes officiels.

Le 22 octobre 2010, lors d’un séminaire organisé par l'Institut national de la Défense à Lisbonne, Joao Marques
de Almeida, conseiller de José Manuel Barroso, a proposé que l’Union Européenne devienne membre à part
entière de l’Otan [28]. Voilà qui est logique puisque le traité de Lisbonne, entré en vigueur en décembre 2009,
confère à l’UE la personnalité juridique, c’est-à-dire la possibilité pour l’Union d’être un acteur sur la scène
internationale au détriment des États. Les jalons sont ainsi posés pour créer un super-État fédéral européen [29].
Le reste du programme est dans Freedom’s Frontier et Union Now : l’UE doit s’agréger au bloc nord-américain
pour servir d’assise à l’État universel en gestation [30]. Les bouleversements financiers, économiques, sociaux et
moraux vont permettre la bascule vers le Nouvel Ordre Mondial. Mais la tour de Babel tiendra-t-elle ?

Notes :

[1] Extrait de l'émission Arrêt sur images du 5 juin 2010 :


http://www.dailymotion.com/video/xegwr9_attali-l-enchanteur-le-nouvel-ordre_news

[2] Clarence K. Streit, Union ou chaos? Proposition américaine en vue de réaliser une fédération des grandes
démocraties, Paris, Librairie de Médicis, 1939, 392 pages. À l’origine, le livre a été publié à New York aux Éditions
Harper & Brothers (1939) sous le titre Union now : A Proposal for a Federal Union of the Democracies of the
North Atlantic. Nous baserons notre étude sur l’édition française, traduite par C. Valmy, M. Gourévitch et M. Th.
Guénin et préfacé par Firmin Roz de l'Institut de France.
Pour ne pas alourdir notre propos en notes, nous renseignerons les pages auxquelles nous nous référons dans
l’article.

[3] En ce qui concerne les éléments biographiques de Clarence Streit, nous nous référons à la page 9 (préface de
Firmin Roz), ainsi qu’aux pages 368 à 371 (où Streit raconte son parcours, comment il en est venu à préconiser
l'Union).

[4] Les bourses d’études Cecil Rhodes ont été créé en 1904 dans l'intention de recruter les élites en vue de réaliser
le rêve de Cecil Rhodes (1852-1902) : l’union des États-Unis et de l’empire britannique, base pour l’État mondial.
Voir Carroll Quigley, The Anglo-American Establishment, GSG § Associates, 1981, 354 pages.

[5] Nous pouvons notamment lire dans l’ouvrage magistral du Professeur Carroll Quigley, de l'université de
Georgetown, Tragedy & Hope : A History of the World in Our Time : « They [Alfred Milner et son équipe]prepared
the way for this "Union" through the Rhodes scholarship organization [...]. One of the effusion of this group was
the project called Union Now, propagated in the United State in 1938-1945 by Clarence Streit on behalf of Lord

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 41
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Lothian and the Rhodes-Trust » in Carroll Quigley, Tragedy & Hope : A History of the World in Our Time, The
Macmillan Company, New York, 1966, p. 582. Voir aussi les pages 950 et suivantes.
Clarence Streit deviendra par la suite membre de la Round Table, du Council on Foreign Relations (CFR) et du
bureau international de la Fabian Society selon Yann Moncomble in L'irrésistible expansion du mondialisme,
Faits et Documents, 1981, p. 44.

[6] Pour Streit, spécialiste de la S.d.N, l’institution de Genève devait être à l’origine un gouvernement mondial.
Ainsi nous pouvons lire : « Pour trancher cette question, étudions tout d’abord l’histoire. Une chose frappe dès
l’abord. Le seul problème important auquel on n’ait jamais donné l’attention qu’il réclamait de façon pressante est
celui du gouvernement du monde. Il est peut-être venu bien près de sa solution en 1919, au moment de
l’établissement du projet de pacte; mais, même à ce moment-là, où le danger couvait encore, le président Wilson
était partout critiqué violemment - et aux États-Unis non moins qu’ailleurs - parce qu’il différait ce que le monde
considérait comme particulièrement pressant - à savoir la liquidation de la guerre - afin d’assurer l’édification de
cette première tentative de gouvernement mondial qu’était la S.d.N » in Clarence K. Streit, Union ou chaos?
Proposition américaine en vue de réaliser une fédération des grandes démocraties, Paris, Librairie de Médicis,
1939, page 72. Plus loin : « Il est clair que le but réel des démocraties, en fondant la Société des Nations était
d’organiser le gouvernement mondial au profit de l’individu. » in op. cit., pp. 171 et 172.
Il est à noté que lorsque Streit participait à la conférence de la paix, il avait accès à tous les documents,
notamment ceux du colonel Edward Mandell House, principal promoteur de la S.d.N et auteur d'un livre
prophétique, Philip Dru : Administrator in op. cit., p. 374.

[7] Le second chapitre du livre est intitulé « Le problème prioritaire : le gouvernement mondial ».

[8] C’est aussi la thèse développé par le fabien Herbert Georges Wells dans son Esquisse de l’histoire
universelle (1920) ; ou encore celle de l'éminent membre du groupe Milner Lionel George Curtis dans The
Commonwealth of God (1938).

[9] « Ces exemples suffisent pour indiquer les riches réserves d’expérience constitutionnelle qui [...] se trouve à la
disposition des rédacteurs de constitutions fédérales. Ils montrent aussi la longue tradition, la discipline et
l’entraînement au gouvernement autonome sur lesquels nos démocraties peuvent compter pour les aider à se
fédérer. Il ne nous reste qu’à organiser la Fédération des fédérations [Union of unionsdans le texte original, ndr] »
in Clarence K. Streit, Union ou chaos? Proposition américaine en vue de réaliser une fédération des grandes
démocraties, Paris, Librairie de Médicis, 1939, p. 246.
Une expression similaire, « fédération de fédérations » avait fait son apparition 14 ans plus tôt, dans un rapport à
la S.d.N rédigé par le comte Richard de Coudenhove-Kalergi (juillet 1925). Ce dernier, fondateur du mouvement
paneuropéen, y prônait l’émergence de « continents politiques » unifiés qui s’inscriraient dans le cadre d’une
organisation mondiale - la fameuse « fédération de fédérations ». Voir : Anne-Marie Saint Gille, La « Paneurope
»
: un débat d'idées dans l'entre-deux-guerres, Presses de l’université de Paris Sorbonne, 2003, pp. 130 et 131.
En fin spécialiste de la S.d.N, Clarence Streit a sûrement eu vent de ce document. Par surcroît, dans son fameux
discours de mai 1950 à Aix-la-Chapelle, Richard de Coudenhove-Kalergi évoquait un projet d’ « union atlantique
» similaire à Union Now : une « fédération à trois », constitué d’une « Europe unie » de « l'Islande à la Turquie
comme de la Finlande au Portugal » et coiffé d’une « constitution fédérale » ; de l’empire britannique ; et des
États-Unis d’Amérique. Voir : Pierre Hillard, La décomposition des nations européennes : de l'union euro-
atlantique à l'État mondial,
Éditions François-Xavier de Guibert, Paris, 2005, pp. 75 à 79, et l'annexe 11.

[10] « Le problème monétaire, si angoissant actuellement même dans l’avenir immédiat, serait parmi les moins
difficiles de l’Union; il s’agirait simplement d’établir une monnaie commune et d’accumuler derrière cette
monnaie les réserves existantes des démocraties adhérantes et de tous les nouveaux membres qu’accueillerait
l’Union. Il serait sage, semble t-il, de ne pas prendre la livre, le dollar ou le franc comme monnaie de l’Union, mais
d’éviter tout élément national en donnant à la monnaie de l’Union une nouvelle dénomination et une nouvelle
valeur. La Banque des Règlement Internationaux avait proposé, il y a quelques années, que l’unité de monnaie
mondial soit le gramme d’or, appellé grammor. L’Union pourrait adopter cette idée. » in Clarence K. Streit, Union
ou chaos? Proposition américaine en vue de réaliser une fédération des grandes démocraties, Paris, Librairie de
Médicis, 1939, p. 330.
Aujourd'hui, un projet de la même eau est en train de resurgir : celui du Bancor. Dans le Daily Telegraph du 10
octobre 2010, Ambrose Evans-Pritchard nous dit dans un article intitulé « Currency wars are necessary if all else
fails
»
: « I heard French finance minister Christine Lagarde say in person at a meeting in Italy that France would use its
G20 presidency to push for an alternative to the dollar. She specifically cited the Bancor ». En fait, Christine
Lagarde n'a fait que s'inspirer d'un rapport du Fond Monétaire International (FMI) datant du 13 avril 2010
: « Reserve Accumulation and International Monetary Stability
»
. Signé Reza Moghadem, directeur du département de la stratégie, des politiques et de l'évaluation du FMI, ce
rapport recommande l'instauration d'une monnaie planétaire appelé Bancor et émise par une banque centrale

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 42
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

mondiale (p. 26 et suivantes du rapport). L'information a été relayée par FT Alphaville, branche duFinancial
Times, dans l'article « IFM blueprint for a global currency - yes really
»
(4 août 2010).
À l'origine, l'idée du Bancor est de John Maynard Keynes. Ce dernier avait proposé lors des négociations menant
aux accords de Bretton Woods (juillet 1944) la création d'une nouvelle unité de réserve internationale émise par
un institut supranationale.

[11] « L’exemple de l’Amérique :


La situation des démocraties américaine, de la League of Friendship était, s’il le peut, plus mauvaise encore que
notre situation actuelle. Comme l’a dit John Fiske, "en 1786, en pleine crise de l’économie et de la confiance, les
échanges étaient presque paralysés et le charlatanisme politique avec ses remèdes simplistes et de mauvais aloi
régnait en maître". Des conflits commerciaux firent craindre une guerre entre New-York, le Connecticut et le New-
Jersey. Des contestations territoriales entraînèrent des effusions de sang et une menace de conflit armé entre
New-York, le New Hampshire et Vermont, ainsi qu’entre le Connecticut et la Pennsylvanie. La guerre avec
l’Espagne faillit partager la League of Friendship en deux camps. LaLeague ne disposait d’aucun moyen de
coercition vis-à-vis de ses membres. Les menaces de retrait étaient fréquentes. Il arrivait souvent que le Congrès
n’atteignît pas le quorum, que le Trésor fût vide, et qu’on ne trouvât plus à emprunter. Les États émettaient des
monnaies sans valeurs, la misère était à son comble et les tribunaux furent envahis par une populace armée
[...]. Washington avait déjà écrit à Jay en 1786 : "Je suis mal à l’aise et inquiet, plus que je ne l’étais pendant la
guerre." Tout semblait justifier les mots du philosophe libéral contemporain, Josiah Tucker, Doyen de Gloucester
: "Pour ce qui est de la grandeur de l’Amérique, et de l’idée qu’elle deviendra un empire dirigé par un chef unique,
républicain ou monarchique, c’est une des notions les plus vaine et les plus utopique qui ait été conçue, fût-ce par
des auteurs de romans. Les antipathies mutuelles des Américains, l’opposition de leurs intérêts, les différences
que présentent leurs gouvernements, leurs coutumes, leurs manières d’être, montrent qu’ils ne peuvent trouver ni
terrain d’entente ni intérêt commun. Ils ne pourront jamais être unis et former un empire homogène sous aucune
sorte de gouvernement; ils demeureront jusqu’à la fin des temps un peuple désuni, formé de citoyens
soupçonneux et défiant les uns des autres, ils seront divisés et subdivisés en petites collectivités ou principautés,
selon les frontières naturelles, par les vastes golfes marins, les rivières importantes, les lacs et les chaines de
montagnes" » in op.cit, pp. 60 et 61.

[12] « Notre projet est entièrement extrait de la Constitution américaine [...] » in op.cit., p. 315.

[13] En ce qui concerne l'action de Streit après la parution de Union Now et après la guerre, nous nous
appuierons sur les informations données par le site officiel d'un institut créé par Streit et ses disciples : leStreit
Council for a Union of democracies (anciennement Atlantic Union Committee).

b Le lundi 17 mars 1941, un article du Time Magazine faisant la promotion du deuxième livre de Streit (Union Now
with Britain, prônant une union anglo-américaine pour remporter la guerre, et poser les premiers jalons en faveur
de l'union transatlantique une fois la paix venue) et intitulé
« War and peace : The Case for Union

» révèle quelques informations intéressantes :


« Last week Federal Union had 60 U. S. chapters, 60 more being organized, was cooperating with similar
organizations abroad. The British organization had 250 chapters, 10,000 members. U. S. Federal Unionists were
winding up a $250,000 fund-raising drive, had 3,000 college-student and faculty members, were in the midst of a
campaign to form Federal Union groups in labor unions. Outside such organized groups, Federal Union had
"adherents" whose number nobody could estimate — people who had not contributed money but who read its
literature, spread its faith. A Gallup poll last week estimated that 8,000,000 U. S. citizens, thinking of the post-
war world, believe in an international federation of some such kind as Federal Union advocates. In its busy
national and regional offices Federal Union ists were confident that they were at last solidly organized and
growing fast [...]
Clarence Streit's first book was rejected by publishers, rewritten four times. He was printing a private edition of
300 copies when commercial publishers grabbed it. Total worldwide sale now: 50,000 copies. »
Christophe Le Dréau, professeur à Sciences Po et spécialiste de l'européisme britannique d'avant guerre certifie
que
« la traduction française du livre de Streit a rencontré un succès immédiat en France (près de 1000 exemplaires
vendus en deux semaines. Cf :
Federal Union News du 4 novembre 1939, n°7
)
» in
Christophe Le Dréau, « Un européisme britannique conquérant : les tentatives d'implantation de la New
Commonwealth Society et de Federal Union sur le continent (1938-1940) », Les cahiers Irice 1/2008 (n°1), p. 33-
48.
Le site du Streit Council indique que le livre s'est vendu à plus de 300.000 exemplaires :
« The book first appeared in a private edition of 300 copies in 1938. The Czech crisis and Munich quickly won it
the attention of publishers, and editions by major publishing houses appeared in 1939. It spread around the world
with many editions in several languages, selling over 300,000 copies » in

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 43
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

http://streitcouncil.org/index.php?page=background-to-the-writing-of-union-now

[15] Le Time Magazine avait assuré la promotion de Freedom & Union dans un article paru le lundi 23 septembre
1946 : « Streit & Straight ».

[16] « As soon as Streit's book was published, it was hailed by Lord Lothian in an interview with the press. Shortly
afterwards, Lothian gave it a favorable review in the Christian Science Monitor of 6 May 1939. The book was
distributed to educational institutions in various places by the Carnegie Foundation and was greeted in the June
1939 issue of The Round Table as "the only way." This article said: "There is, indeed, no other cure..." » in Carroll
Quigley, The Anglo-American Establishment, GSG § Associates, 1981, p. 236.

[17] Clarence Streit fait la une du Time Magazine du 27 mars 1950. Voir l'article suivant : « Elijah from Missoula
», Time Magazine, 27 mars 1950.

[18] Le réseau en question : http://streitcouncil.org/index.php?page=photo-gallery

[19] Site officiel de Association to Unite the democracies.

[20] « Today the major federalist movements -- European, Atlantic and World -- can be traced in their lineage
and found to be descendants of the movements born on the wave of the publication of Union Now. From the
standpoint of international organizations, the European Union, NATO, and the other European and Atlantic
institutions would not have developed in their present forms if it had not been for the impulse provided by these
movements » in http://streitcouncil.org/index.php?page=federal-union-inc

[21] La déclaration de Paris (janvier 1962). Voir notre article sur le sujet :
http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/12/la-declaration-de-paris-janvier-1962-la.html

[22] Discours prononcé par le président Kennedy à l’Independance Hall à Philadelphie, in Union de l’Europe
occidentale, Assemblée-Commission des Affaires générales : l’année politique en Europe, rétrospective 1962, mars
1963, pp. 52 et 53.
Avant ce discours, voyant les intrigues des dirigeants nationaux, Kennedy avait écrit
«
qu'est-il advenu de Union Now
»
(
«
Earlier, after watching the machinations of national leaders, he had written, "What ever became of Union Now?"
»
:
http://streitcouncil.org/index.php?page=federal-union-inc)

[23] Freedom’s Frontier : Atlantic Union Now, Harper &Brothers, New York, 1961, p. 33 et suivantes.

[24] « If I were revising or re-writing Union Now, what changes would I make? None in its poem [...], none in its
philosophy, and some in its proposal - even though none even there that I consider to be major changes
» in op.cit., p. 29.

[25] Site officiel du Council for a Community of Democracies.

[26] Site officiel de l'Ashburn Institute.

[27] Nos chroniques transatlantiques.

[28] « Un conseiller de Barroso propose que l'UE rejoigne l'OTAN (Xinhua). »

[29] En transférant les politiques budgétaires et fiscales du niveau national au niveau fédéral, l'État fédéral
européen se met progressivement en place. C'est ce que nous dit un article paru dans The Times sous le titre
«
Softly, softly a federal Europe draws nearer
»
et rapporté par Presseurop le 3 novembre dernier : «L'Europe fédérale ? Elle vient de naître ».

[30] « L'architecture du bloc euro-atlantique », par Pierre Hillard. Voir : Pierre Hillard, La marche irrésistible du
nouvel ordre mondial, Éditions François-Xavier de Guibert, Paris, 2007, pp. 79 à 93.

BOUNOUA Samy.

Documents joints :

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 44
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

- Union Now : A Proposal for a Federal Union of the Democracies of the North Atlantic, 1939, par Clarence K.
Streit (PDF-937.7 ko)

- Freedoms Frontier -- Atlantic Union Now: The Vast Opportunity the Two American Revolutions Offer Sovereign
Citizens Today, 1961, par Clarence K. Streit.

- The Anglo-American Etablishment, par Carroll Quigley (PDF-1.4 Mo)

Autres publications de Clarence K. Streit : http://streitcouncil.org/index.php?page=publications-by-clarence-


streit

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 45
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Vu sur Wikileaks ...


C'est la mode, c'est le buzz, choisissez le mot que vous voulez, mais Wikileaks a réellement été une petite bombe
lâchée (intentionnellement ?) sur l'establishment. Le monde entier se déchire pour savoir si Assange a réellement
fait l'amour à une Suédoise sans préservatif.

Sur le net, Wikileaks (du moins, la deuxième salve de Wikileaks) laisse perplexe. On se pose énormément de
questions quant à l'authenticité du mouvement clandestin qui vise à diffuser des archives et fichiers "secret
defense". Je continue pour ma part à penser que c'est effectivement un mouvement citoyen transparent, peut-être
manipulé au niveau des notes qui filtrent, mais surement pas un falsificateur qui nous enverraient de fausses
notes.

Quand certains pensent que Wikileaks arrange le système et notamment l'Occident en général, je préfère penser
au contraire que sur les 1 500 câbles sortis (sur 251 000 à peu près en tout, qu'on aura le plaisir de découvrir ...),
les médias qui ont accès à ces notes sélectionnent.

En effet, on peut tout à fait faire dire à Wikileaks ce que l'on sait déjà quant à l'Iran et la région du golfe. Ou alors,
on peut lui faire parler du marché transatlantique, et pourquoi pas des personnalités politiques Françaises.

Etant donné que la "blogosphère" est tout à fait divisée sur ce point, je prend sur moi de relater ici quelques bribes
de ce que j'ai pu trouvé grâce au site http://cablesearch.org/ (qui permet de trouver les câbles grâce à des mots
clés) et de ne pas engager notre bloggeur associé et bien aimé Samy.

Moscovici et Hollande rencontrent l'ambassadeur US

Dans un document "confidentiel" datant du 21 Juin 2006 (à 8:08), l'ambassadeur Américain (il s'agit de M. Craig
Roberts Stapleton (1)) en France décrit sa rencontre avec le PS. Le titre de la note est celui-ci : "Les leaders
socialistes à propos de la relation Franco-Américaine dans une France dirrigée par le PS : Ni Blair ni
Chirac" (2).

Dans la partie "Europe", on y apprend que Moscovici a déclaré qu' "une administration PS serait bien plus pro-
Europe que le Président Chirac et le Premier Ministre de Villepin" [qui ont poussé au cul pour le TCE ...], et lui et
Hollande sont d'accord pour abandonner la souveraineté militaire de la France : "[Ils] voient un besoin d'utiliser
l'Europe pour consolider les industries de la défense et réduire les coûts en réalisant des économies d'échelles.
Hollande nota sardoniquement que la France était incapable de vendre ses chasseurs ou ses tanks à quelqu'un".
Moscovici prône aussi un parlement National plus fort quand il s'agit d'affaires européennes dénonçant le fait que
"la présidence concentre trop de pouvoir".
Hollande est "d'accord avec l'agenda mis en place par Chirac et Merkel pour remettre l'Europe sur pieds en
2007-2008". Les deux leaders sont d'accord pour dire que "Chirac n'a plus la crédibilité pour proposer quoique
ce soit pour faire avancer le projet européen [...] et refusent tout deux l'idée que la constitution rejetée puisse être
sujette à un second référendum ou, pire selon eux, passé par voie parlementaire".
Et alors là c'est assez sympa, une belle leçon de démocratie de la part de M. Moscovici : "[Il] a suggéré qu'il
pourrait être possible d'utiliser l'adhésion de la Croatie pour introduire quelques réformes institutionnelles qui
pourraient être approuvée par les parlements des états membres". Chez certains, on appelle ça une "quenelle".

Merkel et son amour du Conseil Economique Transatlantique (CET)

Ce document "secret" daté du 29 Janvier 2008, écrit à l'ambassade Américaine à Berlin et envoyé notamment au
siège de la CIA à Washington, est une note destinée à expliquer la situation en Allemagne (3). On y trouve donc
énormément d'informations, mais la partie qui nous intéresse s'intitule "Economie : Engagement pour le CET".

On y apprend que "Merkel a une haute idée du Conseil Economique Transatlantique (CET) entre UE et USA - une
pièce centrale de sa présidence de l'Union Européenne en 2007 - dont le but est de réduire les barrières
réglementaires au commerce et à l'investissement transatlantique. [... Elle] craint que la Commission
Européenne et les futures présidences de l'UE (incluant la France) puisse perdre l'enthousiasme pour le projet.
Les officiels Allemands sont aussi inquiets que la nouvelle Administration Américaine pourrait faire dérailler ce
qu'ils considèrent comme un nouvel instrument de l'économie transatlantique très efficace [highly
successful]; Nous devrions appuyer sur notre engagement continu pour le CET, et encourager les Allemands à
garder un rôle leader sur ce sujet."

Intéressant non ?

La visite du député Froman à Bruxelles

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 46
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Michael Froman (4) est un député influent aux Etats-Unis, et ce document (5) relate sa visite à Bruxelles, où il a
pu rencontrer le très très haute société technocrate, incluant Barroso (Président de la Commission), Hedegaard
(Climat), Barnier (Marché intérieur), De Gucht (Commerce), et bien entendu, le président du Conseil, Herman
Von Rompuy. Ils y discutent notamment du CET.

Froman appuie auprès de tous ses interlocuteurs "l'intérêt de son Administration à ce que le CET donne de vrais
résultats. Nous sommes ouverts à toutes les idées, a-t-il dit; Nous pouvons réformer, restructurer ou même
éliminer le CET, selon ce que nous identifions comme le meilleur moyen pour arriver à des [secure] avancées
concrètes [...] De Gucht voit le CET comme très important, en particulier dans le contexte de l'expansion de
l'économie Chinoise et le déficit commercial significatif des USA et de l'UE [... Il] a aussi noté que les taxes à
l'importation sont tombées, et que les barrières non tarifaires seront donc le prochain challenge".

Un autre officiel, un certain VanHeukelen explique que "jusqu'à aujourd'hui, le CET n'a pas été vu comme
extrêmement efficace, mais il est important de faire mieux" et De Gucht de reconnaître que "il y a des problèmes
politiques au sujet de certaines barrières non tarifaires [tu m'étonnes ...]. Il est important que la prochaine
rencontre du CET produise des résultats concrets [...] Pour cela, a-t-il ajouté, nous devons préparer avec
attention, en dehors de la lumière [out of the spotlights]".

Enfin les "sujets possibles du CET pourraient inclure Doha, le climat, problèmes relatifs à la Chine/Tiers monde
et la régulation financière".

Intéressant : A la fin de ce paragraphe transatlantique, on rapporte que Froman fut "d'accord avec le fait [...] que
l'important est d'assurer que le prochain meeting produise des résultats significatifs pour justifier la présence de
hauts fonctionnaires et répondre aux parties prenantes [stakeholders]". Les stakeholders, ou les parties
prenantes, en Novlang, ce sont concrètement les lobbys et les groupes de pressions (voir Chronique
Transatlantique #9 (6) sur les Institutions transatlantiques).

Notes :
(1) Wikipédia de Craig Stapleton : http://fr.wikipedia.org/wiki/Craig_Roberts_Stapleton
(2) Câble 06PARIS4247, "Les leaders socialistes à propos de la relation Franco-Américaine dans une France
dirigée par le PS : Ni Blair ni Chirac" : http://213.251.145.96/cable/2006/06/06PARIS4247.html
(3) Câble 08BERLIN122, "Welcome to Berlin" : http://213.251.145.96/cable/2008/01/08BERLIN122.html
(4) Wikipédia de Michael Froman : http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Froman
(5) Câble 10BRUSSELS183, "Deputy NSA Michael Froman visit to Brussels, 27/01/2010"
: http://213.251.145.96/cable/2010/02/10BRUSSELS183.html
(6) La Théorie du Tout, "Chroniques Transatlantiques #9, les institutions transatlantiques" : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/09/billet-chroniques-transatlantiques-9.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 47
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Une petite mise au point ...


A l'instar de notre collègue bloggeur et militant Johan Livernette, aujourd'hui, en ce dimanche ennuyeux, il me
semble opportun de faire une petite mise au point. En effet, ces derniers jours, une polémique invraisemblable a
éclaté à propos d'un vote du FN au parlement Européen le 8 mai 2008. Etant en partie responsable de cette
polémique, j'aurai voulu faire aujourd'hui une mise au point (qui n'engage pas le blog mais simplement l'auteur).

Le 26 août 2010, je publiais la 4ème chronique transatlantique (1), qui portait sur une résolution adoptée le 8 mai
2008. En effet, le travail entrepris depuis maintenant plus de 6 mois par ce blog sur le fédéralisme
transatlantique, tant au niveau institutionnel qu'au niveau idéologique (voir le merveilleux article de Samy sur
Clarence Streit (2)), nous a amener à éplucher un certain nombre de résolutions du parlement Européen (à défaut
d'étudier, mais il est possible que cela vienne, le point de vue américain). Cette résolution portant sur le Conseil
Economique Transatlantique (CET ou TEC pour Transatlantic Economic Council) explique les vues et les objectifs
du parlement Européen quant au partenariat transatlantique et à l'intégration des marchés européens et
américains.
En commentaire de ce billet, j'avais à l'époque posté deux liens, menant sur le site http://www.votewatch.eu
(application web qui permet de suivre le vote des députés au parlement pour un document donné). Dans ces
statistiques et enregistrements, apparu quelque chose d'incongru, de gênant : Le vote positif des députés FN, dont
Marine Le Pen, Bruno Gollnish, Carl Lang et d'autres. A l'époque nous en avions simplement ri, mais n'en avions
pas fait mention.

Le 4 décembre 2010, Edgar, un collègue cher à nos yeux et dont les analyses sont souvent en accord avec les notre,
reprend le billet du 26 août 2010 et le résume à ses lecteurs (3). Il a tout de même repris l'information selon
laquelle le clan national a appuyé cette résolution. Plusieurs questions furent posées en commentaire tant
l'information était surréaliste. Il a donc fallu reprendre le travail, et rechercher des sources plus officielles que
VoteWatch.eu, travail que j'ai entrepris et dont j'ai retranscrit le résultat en commentaire de l'article.

J'ai donc en effet retrouvé le PV de session (4) officiel, sur le site du Parlement Européen, dans lequel était repris
l'ensemble des votes des députés. On y retrouve, en bas, des documents intéressant et contenant de multiples
informations quant aux votes effectués lors de cette session. Celui qui nous intéresse se nomme "Votes par appel
nominal" (http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML+PV+20080508+RES-
RCV+DOC+PDF+V0//FR&language=FR). A la page 15, on arrive au vote des députés, et on constate que deux
votes ont eu lieu (les deux liens que j'avais donné en commentaire du billet le 26 août 2010). Le premier, nommé
"am 1" a été approuvé par le FN, le deuxième nommé "am 3" de même à la différence que Mme. Le Pen s'est
abstenu.

Je concluais donc dès le 5 décembre sur le blog d'Edgar :


"En effet, il convient de rester mesuré au sujet de Marine Le Pen. Les deux votes concernant la résolution qui
nous intéressent sont décrits en page 15 et 16, aux points 6 et 7 du document. Et on peut constater que si M.
Gollnich a voté aussi positivement lors du deuxième vote, Marine Le Pen n'a, elle, pas voté.
En espérant que vous pardonnerez cette "légèreté" au niveau de cette information, que je me vois donc dans
l'obligation de nuancer. Marine Le Pen n'a pas INTÉGRALEMENT voté cette résolution."
N'étant plus sur de rien concernant cette résolution, je décidais aussi de questionner d'une part Mme Le Pen elle-
même (en lui envoyant dès le 5 décembre un message parle biais de ses boîtes mails du PE, et du FN), et d'autres
parts un ami qui aurait pu m'éclairer sur ce vote mitigé aux appellations "am 1" et "am 3". En effet, si l'on connait
les votes sur les amendements, on ne connait pas le vote final de la résolution.

Le 15 décembre, c'est un autre collègue et bloggeur qui reprend l'information sur le site Infoguerilla.fr (5) sous le
titre "Le FN vote ... Mondialiste". Curieusement, il reprend l'information d'un autre
site, ToutSaufSarkozy.com (6) qui donne quelques renseignements sommaires sur le marché transatlantique (ce
qui en soit, est déjà une petite victoire), et donne le lien de VoteWatch concernant le premier amendement voté
(l'objet du scandale ...).

Autrement dit, certains avaient lu l'article d'Edgar, sans prendre gare à la discussion qui eut lieu en commentaire
et donc aux nuances que nous avions finalement mis en avant, et avaient partagé l'information, avec un regard
quelque peu biaisé. Le jour même, discutant avec Lazy French Bastard, qui est le rédacteur de l'article
d'Infoguerilla.fr, j'insiste néanmoins pour qu'on n'oublie pas les nuances précisées sur le blog d'Edgar, et il fait la
mise à jour sur son article :
"Quelques petites précisions de notre ami Liior [...]. Il a questionné MLP par mail à ce sujet, sans obtenir de
réponses. Néanmoins, selon lui cette info doit être nuancée par le fait que «Jamais Marine Le Pen n’a voté une
autre résolution en faveur du marché transatlantique. Ce fut la seule fois, et encore, il semble qu’elle ait juste
voté pour un amendement, et qu’elle se soit abstenu pour la résolution »."

N'ayant reçu de réponse ni de Marine Le Pen (ou son équipe) ni de mon ami concernant cette question de droit, il
a fallu s'y replonger. Et voici que je tombe sur un article sur le site I Like Your Style qui vient corroborer la
prudence qu'il faut avoir à l'égard de cette information (7). L'auteur explique :

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 48
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

"Seuls 2 amendements au texte initial sur 5 ont été soumis à un vote nominal. Une fois le texte initial amendé et
vu qu’il avait été présenté par une large majorité du parlement, il est probable qu’il n’était pas utile de recourir à
un vote final nominal, mais plutôt à un vote à main levée plus rapide. La résolution a été finalement adoptée,
mais il est impossible de savoir qui a voté contre le texte global. (On peut toutefois s’en faire une idée assez
précise en comparant les différents votes nominaux sur le sujet concerné au cours des mandatures)"
On n'a donc qu'une vue partielle de ce qui s'est produit ce jour là. L'auteur prend soin de montrer le cours des
évènements, les différents votes, et types de votes.

Nous pouvons aussi suivre le conseil qui nous est donné, et essayer de voir quelle est la tendance des votes FN
lorsque l'on parle du partenariat transatlantique (on peut donc se référer à ma citation de moi-même sur le
site Infoguerilla.fr) : La tendance qui se dégage clairement du bloc national (et c'est tout de même logique) est la
dissidence face au partenariat transatlantique pour certains, et l'indifférence pour d'autres (qui se manifestent par
leurs abstentions).

On peut de plus accéder aux détails des amendements votés ce jour là (mis en exergue par l'article) et constater
que les modifications apportées par le premier amendement (l'objet du scandale, encore) sont tout simplement de
bon sens, à la décharge des partisans du FN.

Certains semblent aujourd'hui penser que notre but aura été de "déstabiliser le FN", de faire de
"basse manœuvres politiciennes", en oubliant que notre blog n'a pas cette vocation, mais tient simplement à
mettre en lumière certaines choses que l'on pourrait penser être proches de la vérité. Et on ne pourra pas nous
accuser d'avoir menti (que cela soit sciemment ou inconsciemment), sur quelque point que ce soit, et à n'importe
quel moment de toute cette étude.

On m'a déjà donné quatre fois ce lien (http://eluspcfsassenage.over-blog.com/article-32229995.html) qui mène


vers un blog communiste qui, comme nous, est déçu de l'avancement du marché transatlantique. Il donne donc le
vote final par appel nominal de la résolution votée le 26 mars 2009 (dont nous avons fait un résumé détaillé lors
de notre Chronique transatlantique #11 (8)), dans lequel on peut lire que le FN a voté contre.

Je n'ai toujours pas compris pourquoi on me faisait parvenir ce lien, je repose la question au cas où. Je pense que
les partisans du FN qui mettent en avant ce texte pensent que cela annule le texte voté un an auparavant. Si c'est le
cas, il faudra qu'ils oublient cette idée, car elle est fausse. Le pire étant que j'ai l'impression qu'ils essaient de me
faire "découvrir un scoop". Or j'ai été le premier à préciser qu'il est très inhabituel que le FN vote positivement sur
ce genre de textes. Encore une fois, on ne peut pas être soupçonnés de mauvaise foi.

Nous continuerons donc à partager de l'information sourcée, circonstanciée et vérifiée, car tel est la vocation de ce
blog (qui, si il se trompe peut-être sur ses conclusions, qui peuvent et qui doivent être discutées, ne se trompe pas
sur ses prémices) même si cela doit faire de la peine à certains, rendre fou de joie certains autres, sans se soucier
des sensibilités politiques.

Ainsi je peux dire fièrement à tous que si nous trouvons une autre perle sur Mme Le Pen ou son comparse M.
Gollnish, nous aurons autant d'hésitation à la sortir que s'il s'agissait de Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, de
Ségolène Royal ou de toute autre personnalité politique : Aucune :).

Notes :
(1) La Théorie du Tout, Chroniques Transatlantiques #4 (Résolution du 8 mai 2008 sur le CET), par
Liior:http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/08/billet-chroniques-transatlantiques-4.html
(2) La Théorie du Tout, Clarence Kirshmann Streit (1896-1986), père du fédéralisme transatlantique, par Samy
: http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/11/clarence-kirshmann-streit-1896-1986.html
(3) La Lettre Volée, Le grand marché transatlantique, par Edgar : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/11/clarence-kirshmann-streit-1896-1986.html
(4) Site du Parlement Européen, PV de session pour le 8 mai 2008
: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?language=FR&type=PV&reference=20080508&secondRef=T
OC
(5) Infoguerilla.fr, Le FN vote ... Mondialiste !, par Lazy French Bastard : http://infoguerilla.fr/?p=7180
(6) ToutSaufSarkozy.fr, Marine Le Pen et Golnisch voudraient faire croire aux veaux "patriotes" qu'ils luttent
contre la mondialisation. En réalité, ils l'accélèrent: dans leur sinécure dorée du Parlement européen, ils ont voté
pour le "grand marché transatlantique" prévu pour
2015: http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkAkFkElpVZDvDMqmT.shtml
(7) I Like Your Style, Les lapins crétins à l'assaut du parlement, par Hibiki Yoshikuni
: http://ilikeyourstyle.net/2010/12/16/les-lapins-cretins-a-lassaut-du-parlement-europeen/
(8) La Théorie du Tout, Chronique Transatlantique #11 (Résolution du 26 mars 2009 sur le renforcement de la
relation transatlantique), par Liior : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/11/billet-chroniques-
transatlantiques-11.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 49
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Les USA et l'UE vont travailler à des réglementations


communes (AFP)
Comment créer un lien entre les notes de Wikileaks, et l'actualité dans le monde ?

Il y a une semaine seulement, je m'élevais contre les "anti-Wikileaks" en expliquant que si les médias dominants
avaient fait leurs choix quant aux contenus qu'ils allaient servir au bon peuple, on pouvait néanmoins chercher
d'autres thèmes, comme par exemple, le Marché Transatlantique. Je relatais donc dans ce billet (1) l'entretien
entre le député américain Froman et les dignitaires Européens, dont M. De Gücht, commissaire au commerce,
voici ce qu'il se disait en somme :

Michael Froman (4) est un député influent aux Etats-Unis, et ce document (5) relate sa visite à Bruxelles, où il a
pu rencontrer le très très haute société technocrate, incluant Barroso (Président de la Commission), Hedegaard
(Climat), Barnier (Marché intérieur), De Gucht (Commerce), et bien entendu, le président du Conseil, Herman
Von Rompuy. Ils y discutent notamment du CET.

Froman appuie auprès de tous ses interlocuteurs "l'intérêt de son Administration à ce que le CET donne de vrais
résultats. Nous sommes ouverts à toutes les idées, a-t-il dit; Nous pouvons réformer, restructurer ou même
éliminer le CET, selon ce que nous identifions comme le meilleur moyen pour arriver à des [secure] avancées
concrètes [...] De Gucht voit le CET comme très important, en particulier dans le contexte de l'expansion de
l'économie Chinoise et le déficit commercial significatif des USA et de l'UE [... Il] a aussi noté que les taxes à
l'importation sont tombées, et que les barrières non tarifaires seront donc le prochain challenge".

Un autre officiel, un certain VanHeukelen explique que "jusqu'à aujourd'hui, le CET n'a pas été vu comme
extrêmement efficace, mais il est important de faire mieux" et De Gucht de reconnaître que "il y a des problèmes
politiques au sujet de certaines barrières non tarifaires [tu m'étonnes ...]. Il est important que la prochaine
rencontre du CET produise des résultats concrets [...] Pour cela, a-t-il ajouté, nous devons préparer avec
attention, en dehors de la lumière [out of the spotlights]".

Enfin les "sujets possibles du CET pourraient inclure Doha, le climat, problèmes relatifs à la Chine/Tiers monde
et la régulation financière".

Intéressant : A la fin de ce paragraphe transatlantique, on rapporte que Froman fut "d'accord avec le fait [...]
que l'important est d'assurer que le prochain meeting produise des résultats significatifs pour justifier la
présence de hauts fonctionnaires et répondre aux parties prenantes [stakeholders]". Les stakeholders, ou les
parties prenantes, en Novlang, ce sont concrètement les lobbys et les groupes de pressions (voir Chronique
Transatlantique #9 (6) sur les Institutions transatlantiques).
Et bien devinez quoi, grâce au mur de la page de l'UPR, véritable mine d'informations, j'ai pu trouver cet article de
l'AFP (3) :

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont promis vendredi de "réduire les barrières réglementaires" entre eux,
s'engageant à travailler à la définition de réglementations communes.

"Plus j'agis dans le domaine du commerce et plus je suis convaincu que le fait de se débarrasser des barrières
non douanières recèle beaucoup de valeur ajoutée", a déclaré le commissaire européen au Commerce, Karel De
Gucht, à l'issue d'une réunion à Washington du Conseil économique transatlantique (TEC).

Les "barrières non douanières" sont l'ensemble des mesures autres que les droits de douane encadrant le
commerce international, et notamment les réglementations techniques.

Les Etats-Unis et l'UE ont accepté de collaborer en vue de définir des standards si possible communs pour les
nouvelles technologies, réseaux électriques "intelligents", voitures électriques, etc.

Le TEC a été mis en place en 2007 en vue de stimuler la "convergence économique" entre les deux rives de
l'Atlantique. M. De Gucht le co-préside avec Michael Froman, responsable de l'économie internationale au
Conseil de sécurité nationale (NSC) des Etats-Unis.

La réunion a débouché sur un accord sur "un ensemble de principes réglementaires", selon un communiqué.

Concrètement, des efforts doivent être engagés sur l'efficacité énergétique, la santé, l'étiquetage des produits
alimentaires, les véhicules électriques et les infrastructures qui leur sont associées.

Le TEC a également été l'occasion du lancement d'un site internet commun contre la contrefaçon.

"Ce site-portail vise à aider les entreprises européennes et américaines à exploiter au mieux les ressources en
matière de droit de la propriété intellectuelle, de même que les outils développés des deux côtés de l'Atlantique",
selon le communiqué.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 50
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Ce fut donc l'occasion de faire le lien entre l'actualité, et ce qu'a dévoilé Wikileaks, ce que je trouve magnifique en
termes de symboles, dans le sens où lors de l'entretien qui eu lieu à Bruxelles, on a vu ce que pensaient réellement
les protagonistes, et on voit aujourd'hui ce qui filtre dans la presse via l'AFP.

Cadeau : sur la même page de l'UPR, un sympathisant a présenté ce lien, c'est une vidéo d'archive de
EuropeEnImage (prises par FR24 je crois) : http://www.europeenimages.net//action-afficherArchives-categorie--
film-982.html

Notes :
(1) La Théorie du Tout, Vu sur Wikileaks, par Liior : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/12/billet-vu-sur-
wikileaks.html
(2) Page FaceBook de l'UPR : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
(3) Le Monde.fr, Commerce: les USA et l'UE veulent travailler à des réglementations communes, AFP
: http://www.lemonde.fr/depeches/2010/12/17/commerce-les-usa-et-l-ue-veulent-travailler-a-des-
reglementations-communes_3214_236_44079391.html

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 51
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

La déclaration de Paris (janvier 1962) : La première


déclaration transatlantique.
Il y a maintenant 20 ans que le processus d'union atlantique a été officiellement lancé. Le 22 novembre 1990,
avec l'adoption de la Déclaration transatlantique par le congrès des États-Unis et le parlement européen, l’Ancien
et le Nouveau Monde se sont engagés dans l’édification d'une union politique, économique et militaire. Quelques
mois après la disparition du Pacte de Varsovie, le Secrétaire d'État du président George H. Bush, James Baker,
avait déclaré : « Notre objectif est une communauté transatlantique allant de Vancouver à Vladivostok » (juin
1991, Berlin) [1].
En janvier 1962, quelques mois avant la « déclaration d’interdépendance » entre l’Europe et l’Amérique du
président Kennedy (4 juillet 1962, Philadelphie) [2], un document avait précédé la déclaration transatlantique : la
déclaration de Paris, premier pas en vue d’établir une fédération transatlantique entre démocraties, et in fine une
fédération mondiale.

Cette déclaration est le fruit de la convention atlantique des nations de l’Organisation du traité de l’Atlantique
Nord (Otan). Les 90 citoyens délégués réunis à Paris entre le 8 et le 20 janvier 1962 avaient fixé l’objectif suivant :
ériger une véritable Communauté Atlantique ( « a true Atlantic Community ») en une décennie, seule façon de
garantir la survie et le progrès des hommes libres.

Préambule.

Le préambule de la Déclaration rappelle que le monde occidentale partage un héritage collectif : celui d’une«
grande civilisation » dont les origines remontent aux « premières réalisations du Proche-Orient, à la beauté de
la Grèce classique, à la sage juridiction romaine, à la force spirituelle de nos religions traditionnelles et à
l’humanisme de la Renaissance. » L’Occident est par ailleurs un monde progressiste, qui s’appuie sur la science
moderne et la maîtrise de la nature. Son histoire fut certes marquée par des guerres et des conflits de toutes
sortes, des principes communs transcendent néanmoins sa division perpétuelle : la primauté du droit ; le respect
des droits individuels ; la justice sociale ; le devoir de générosité. Les nations occidentales constituent ainsi, selon
les mots de la Déclaration, « une solide communauté morale et culturelle ».

Recommandations.

La Communauté Atlantique doit s’unir face à la menace communiste au nom de la liberté et de la démocratie.
Cette union doit se faire dans les domaines politique, militaire, économique, morale et culturelle. Pour mener à
bien cet ambitieux projet, la Convention Atlantique énonce toute une série de recommandations :

« Définir les principes sur lesquelles la civilisation occidentale repose, et en assurer le respect.

Créer un Haut Conseil permanent au plus haut niveau politique, chose indispensable à la Communauté
Atlantique, afin de prendre des décisions concertées pour toute la Communauté [...].

Développer la conférence parlementaire de l’Otan dans le cadre d’une assemblée consultative pour qu'elle puisse
réviser les travaux de toutes les institutions atlantistes, et leur faire des recommandations.

Instituer une Haute Cour de Justice de l’Atlantique pour résoudre les problèmes qui peuvent intervenir dans les
traités.

Harmoniser les stratégies politiques, militaires et économiques liées aux questions s’appliquant à l’ensemble de
la Communauté.

Le Conseil de l'Atlantique Nord doit contribuer au développement d'une politique concertée de l'Otan, en
respectant la condition d’extrême urgence en ce qui concerne l’utilisation de l’arme nucléaire.

Le Conseil de l’Atlantique Nord fait bon accueil au développement, au progrès, et à l’expansion éventuelle de la
Communauté Économique Européenne (CEE) ainsi qu’aux déclarations du président Kennedy. Ce dernier prône
en effet l'établissement d’un partenariat commercial entre la CEE et les États-Unis, prélude à la constitution
d’une Communauté Économique Atlantique ouverte à toutes les nations du monde libre.

Les nations occidentales, reconnaissant le droit de tous les individus à la liberté, à l’indépendance et à la
recherche du bonheur, doivent coopérer plus largement avec les pays en développement dans leurs programmes
économiques. Cette coopération s’exprimerait par des programmes économiques multilatéraux, une
accélération des investissements, et des mesures visant à doubler le volume et la valeur de leurs exportations, ce
qui impliquent des réductions tarifaires spéciales pour leurs exportations.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 52
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

La Communauté Atlantique doit prendre des mesures afin d’aider à l’amélioration de leurs économies et de
rééquilibrer le potentiel économique de chacun.

Les nations occidentales, témoin de la disparition de l’indépendance nationale et des droits de l’homme en
Europe centrale et Orientale, réaffirme leur conviction selon laquelle le problème de ces nations sous tutelle
devra être résolu en accord avec les principes de liberté individuelle et d’auto-détermination nationale.

Créer un Conseil de l’Atlantique pour les jeunes, l’éducation et la culture dans le but de mettre sur pieds des
projets d’échange de jeunes gens, d’étudiants ou d’enseignants - et ainsi promouvoir une collaboration culturelle
et scientifique de part et d’autre de l’Atlantique [3].

Les membres de l’Otan s’engage à instaurer rapidement une Commission Spéciale Gouvernementale dans
l'intention de créer d'ici deux ans une véritable Communauté Atlantique pour faire face aux défis politique,
militaire et économique du temps. »

Les questions d’ordre moral et culturel.

La convention atlantique des nations de l’Otan définit ensuite les principes moraux et spirituels de la
Communauté Atlantique :

« Les buts des institutions politiques et économiques sont la protection et la promotion des droits, des libertés et
des devoirs, qui permettent à chaque être humain de remplir sa vocation spirituelle.

La liberté est inséparable de la responsabilité, ce qui implique une reconnaissance de la loi morale à laquelle les
hommes, en tant qu’individus ou en tant que collectivité, doivent se conformer.

La liberté est inséparable des devoirs de chacun vis-à-vis de son prochain, ce qui implique l’obligation d’assurer
à tous les hommes, peu à peu, le bien-être physique et morale.

La liberté est inséparable de la tolérance, c’est-à-dire le droit de discuter librement de tous les sujets, tant que les
principes de la civilisation ne sont pas outrepassés.

Il ne peut y avoir de liberté sans diversité, résultante naturelle des différences entre les peuples dans tous les
domaines. Mais cette diversité ne doit pas entraîner la désunion. À l’inverse, conservant leurs caractéristiques
communes, elle deviendrait une force conduisant les peuples de la civilisation Occidentale à l’union.

La liberté est inséparable de la vérité objective. Il faut donc redonner aux mots le sens exact qu’ils ont dans le
Monde Libre.

Les pays membres sont invités à :

Défendre et promouvoir les valeurs et les principes civilisationnels en utilisant l’éducation, les publications
diverses, l’enseignement, la radio, le cinéma et la télévision.

Respecter dans leur conduite à l’égard des autres nations l’éthique et les valeurs de la civilisation Occidentale et
ainsi servir d'exemple, la discorde et la désunion intervenant lorsqu’elles sont bafouées.

Défendre ces valeurs et ces principes contre la subversion intellectuelle et morale à l’intérieur de la
Communauté.

Essayer de créer une atmosphère propice à la compréhension mutuelle entre les Membres de la Communauté
Atlantique, favorisant au maximum la richesse émanant de leur diversité;

Démontrer aux autres peuples que le seul respect de ces valeurs et de ces principes peut engendrer une
civilisation technique dans le but d’améliorer le bien-être physique et moral de l’humanité.

Reconstruction de l’Acropole : décider que l’Acropole deviendra le symbole de notre culture et l’autel de notre
Alliance, et appeler les gouvernements à réfléchir à la mise en œuvre d'une telle mesure. »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le « monde libre » n’a rien à envier au monde socialiste en terme d’idéologie.
Il est a noté, par ailleurs, que cette déclaration a été faite à l’initiative de Federal Union Inc et de l’Atlantic Union
Committee, organisations atlanto-mondialistes menées par Clarence Streit, l’auteur de Union Now [4].
Si la Communauté Atlantique n’a pas été mise en place dans le délai prévu, force est de constater qu’à la veille de
2011, les transatlantistes sont sur le point de gagner la partie. Avec la création d’institutions comme le Conseil
Économique Trantatlantique, le Conseil Politique Transatlantique ou encore l’assemblée transatlantique [5], la
très avant-gardiste déclaration de Paris est en passe de se concrétiser. Seulement, la Némésis finit toujours par
punir l'Hybris.

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 53
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Notes :

[1] DE BRESSON H. (1991). « Monsieur James Baker prône la création d’une communauté euro-atlantique "de
Vancouver à Vladivostock" », Le Monde, 20 juin, p. 8.

[2] Discours prononcé par le président Kennedy à l’Independance Hall à Philadelphie, in Union de l’Europe
occidentale, Assemblée-Commission des Affaires générales : l’année politique en Europe, rétrospective 1962, mars
1963, pages 52 et 53.

[3] Cette recommandation rappelle le projet ATLANTIS, programme européen lancé en 1995 qui permet d’aller
étudier aux Etats-Unis, en bénéficiant d’une bourse. Voir :
- Le site du Département de l'Éducation des États-Unis :
http://www2.ed.gov/programs/fipseec/index.html;
- Le site de l'agence exécutive "Éducation, audiovisuel et culture" :
http://eacea.ec.europa.eu/extcoop/usa/2009/call_us_eu_2009.htm;
- Le site de la commission européenne :
http://ec.europa.eu/education/eu-usa/doc1156_en.htm.

[4] « A daring try was made in 1962 when, on the initiative of the leaders of the Atlantic Union Committee and
Federal Union, ninety leading citizens of NATO nations met in Paris in the Atlantic Convention. The outcome of
the convention was the Declaration of Paris. They made recommendations including greater integration of NATO
defense forces, establishment of an Atlantic High Court of Justice, further development of the Atlantic Assembly,
and establishment of a governmental commission to draw up a charter for a true Atlantic Community. Several of
the less daring recommendations were implemented but action toward federation did not develop
» in http://streitcouncil.org/index.php?page=federal-union-inc
Voir notre article consacré à Clarence Streit : http://theorie-du-tout.blogspot.com/2010/11/clarence-kirshmann-
streit-1896-1986.html

[5] Nous détaillons cela dans le volet institutionnel de nos chroniques transatlantiques : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/search/label/Chroniques%20Transatlantiques%20:%20Institutions

BOUNOUA Samy.

Document joint :

La déclaration de Paris (en anglais) :


http://streitcouncil.org/uploads/PDF/Declaration%20of%20Paris%201962-
%20reprinted%20in%20F&U%20Feb%201962.pdf

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 54
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Deux Déclarations pour l'Unité Atlantique (1954 et 1962).


Après avoir étudié la déclaration de Paris [1], sorte de proto-déclaration transatlantique, intéressons nous
maintenant aux deux Déclarations de l’Unité Atlantique de 1954 et de 1962. Ces deux documents visaient à
renforcer l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (Otan) dans le contexte de la guerre froide. Si l’existence
d’une opposition, en l’occurrence socialiste, étaient une aubaine pour les atlantistes, paradoxalement, c’est après
la chute du bloc de l’est et la dissolution du Pacte de Varsovie que les liens euro-atlantiques se sont intensifiés. Ces
textes doivent néanmoins être connus pour éclairer les relations euro-américaines de notre époque.

La Déclaration de l’Unité Atlantique de 1954.

Dans son numéro d’octobre 1954, la revue de Federal Union Inc., Freedom & Union, rapporte le contenu de la
Déclaration de l’Unité Atlantique (« Declaration on Atlantic Unity ») :

« DANS LE BUT D'ALERTER leurs compatriotes et leurs gouvernements sur la nécessité de renforcer l’Otan,
plus de 150 citoyens distingués, venus de huit nations du Pacte Atlantique, ont adopté une "Déclaration de
l’Unité Atlantique". Rendue publique à la veille de la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord de la mi-octobre, la
Déclaration fait remarquer que l’Otan est encore "une simple alliance militaire" alors qu’elle devait être une
alliance plus complète selon ses principes originels. La déclaration exhorte donc les leaders de l’Otan à :
1. Développer l’Otan dans l'objectif d’harmoniser les stratégies politiques, commerciales et militaires des
nations membres;
2. Établir un important programme commun de placement afin de baisser les barrières tarifaires, de
libérer les courants monétaires et d’éliminer les restrictions au commerce, l’objectif étant d’instituer
"une base économique viable pour la Communauté Atlantique et leurs alliés";
3. Par l’intermédiaire de l’assemblée législative de chaque pays membre, mettre sur pieds un comité
parlementaire de l’Otan à des fins éducatives;
4. Créer une Assemblée consultative de l’Atlantique représentée par les législateurs des nations membres.
Celle-ci se réunirait régulièrement pour débattre des questions d’intérêt commun;
5. Établir un Comité Économique consultatif composé d’employeurs et d’employés pour informer les
institutions de l’Otan des effets de leurs politiques sur le niveau de vie des pays de l’alliance.

La déclaration se termine par une demande aux "citoyens de faire ces recommandations à nos gouvernements
respectifs pour que cette expérience positive mais des plus difficiles (l’Otan) réussissent. " ».

Freedom & Union conclu en donnant une liste partielle des signataires de la déclaration. Ces derniers sont des
universitaires, des chefs d’entreprises, des hommes politiques, des diplomates, des financiers, des hommes de loi,
etc. D'éminentes personnalités ont signé la Déclaration de l’Unité Atlantique, parmi lesquelles :
-Côté américain : Vannemar Bush, président de l’Institution Canergie de Washington ; William L. Clayton, ancien
sous-secrétaire d’États aux affaires économiques et cofondateur de l’Atlantic Union Committee(AUC) ; le général
William Donovan, ancien président de l’Office of Strategic Services (OSS), dirigeant de l’American Committee on
United Europe (ACUE), le général William H. Draper Jr, ancien représentant permanant des États-Unis au
Conseil de l'Atlantique Nord ; Henri Ford II, président de Ford Motor Company ; le général George Marshall,
ancien secrétaire d’État ; John J. McCloy, président de la Chase National Bank ; Philip D. Reed, président de
General Electric Company ; Owen J. Roberts, ancien membre de la Cour suprême des États-Unis et cofondateur
de l’AUC ; Elmo Roper, cofondateur de l’AUC ; Clarence K. Streit, auteur de Union Now et cofondateur de l’AUC ;
Harry S. Truman, ancien président des États-Unis.
-Côté britannique : John Bailis, président du World Council of Churches ; Franck Byers, ancien président du parti
libéral ; Lionel Curtis, auteur de Commonwealth of God et « fellow » de l’All souls College de l'université d’Oxford
; Lord Malcom Douglas Hamilton, vice-président de Federal Union Ltd ; Julian S. Huxley, biologiste et écrivain,
directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l'Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) ;
Bertrand Russell, mathématicien et philosophe.
-Côté français : Maurice Allais, professeur d’économie à l'École Nationale Supérieure des Mines de Paris ; Michel
Debré, sénateur ; Giscard d'Estaing, président de la section française de la chambre internationale du commerce ;
Edouard Herriot, président d’honneur de l’Assemblée Nationale, ancien premier ministre ; Firmin Roz, écrivain,
membre de l’Institute de France.

D’autres personnalités canadiennes, belges, norvégiennes, danoises et allemandes ont signé ce document.
Beaucoup d'entre eux récidiveront six ans plus tard, avec la seconde Déclaration de l’Unité Atlantique.

La Déclaration de l’Unité Atlantique de 1962.

Paraphée par 242 leaders de l’Otan le 12 novembre 1962 à Paris, la nouvelle Déclaration de l’Unité Atlantique
s’inscrit dans un contexte international plus que tendu. En effet, quelques jours auparavant, la crise des missiles
de Cuba a plongé le monde dans la peur d’une troisième guerre mondiale de type nucléaire. La catastrophe a
néanmoins été évitée grâce à un Kennedy habile et ferme, et un Khrouchtchev conciliant et raisonnable. Cette
crise a eu pour conséquence de persuader les atlantistes de renforcer l’Otan et les liens transatlantiques. Ainsi, la

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 55
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

seconde Déclaration de l’Unité Atlantique dresse une liste de sept étapes en vue de créer une union solide à partir
de l’Otan.

Les 242 signataires viennent de 14 pays de l’alliance atlantique. Parmi eux, 42 ont exercé des fonctions au sein de
leurs gouvernements ; 11 sont d’anciens premiers ministres ; 84 sont membres de leur parlement national,
incluant six présidents et speakers. Les autres signataires sont des éditeurs importants, des journalistes, des chefs
d’entreprises, des dirigeants syndicaux, des présidents d’universités et des professeurs. Les signataires de la
première Déclaration ont par ailleurs joué un rôle prégnant dans la création de la conférence parlementaire de
l’Otan en 1955, de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) en 1960-61 de
l’Atlantic Institute for International Affairs et de l’Atlantic Exploratory Convention en janvier 1962.

Voici le texte de la Seconde Déclaration de l'Unité Atlantique :

« NOUS, LES CITOYENS SOUSSIGNÉS de Belgique, du Canada, du Danemark, de France, d’Allemagne, de


Grèce, d’Islande, d’Italie, du Luxembourg, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Turquie, de la Grande Bretagne et
des États-Unis, adressons cette APPEL À L’UNITÉ ATLANTIQUE à nos compatriotes et à nos gouvernements.

Nous croyons :
Que la souveraineté individuelle et la liberté dans le cadre de la loi sont les plus précieux legs de l’humanité.
Que le bastion de la liberté humaine est la Communauté Atlantique.
Que ce bastion est confronté à de sérieuses menaces.
Que c’est seulement par notre unité que nous pourrons préserver les libertés dont nous jouissons, et que notre
exemple sera suivi par toute l’humanité. Le Communisme International croit à l’unité par la force ; son objectif
est une tyrannie monolithique ; il est déterminé à nous détruire. La menace qu’il fait peser sur la liberté n’est pas
seulement militaire, mais aussi politique, idéologique, et économique. Ce n’est pas un problème seulement limité
à l’Europe ou à l’Occident, mais un problème mondial. Nous devons être unis pour que nos politiques soient
utiles sur tous les fronts et dans tous les secteurs.

Pour ces raisons, nous nous engageons mutuellement à nous soutenir les uns les autres, tels des amis fidèles qui
partagent un même héritage spirituel et culturel [...]. Nous consacrons nos efforts au développement de notre
alliance au sein d’une authentique Communauté Atlantique afin d’assurer la pérennité de ces concepts. Nous
appelons nos gouvernements à entreprendre sans délais la mise en oeuvre de ces mesures pour établir une
authentique Communauté Atlantique, dont les cinq premières ont été unanimement recommandées par la
Convention Atlantique des nations de l’Otan à Paris, en janvier 1962.
1. Établir une commission gouvernementale sur l’Unité Atlantique qui rédigera une Charte pour une
Communauté Atlantique convenablement organisée en vue de faire face aux défis de notre époque.
2. Créer un Haut Conseil permanent qui devra intervenir dans les cas définis par un vote à la majorité
pondérée concernant les questions d’intérêt commun.
3. Développer la conférence parlementaire de l’Otan dans le cadre d’une assemblée consultative pour
qu'elle puisse réviser les travaux de toutes les institutions atlantistes, et leur faire des
recommandations.
4. Instituer un partenariat commercial entre la Communauté Économique Européenne et l’Amérique du
Nord, socle pour Communauté Économique Atlantique, mais ouverte à toutes les autres nations du
monde libre.
5. Établir une Haute Cour de Justice de l’Atlantique pour résoudre les problèmes qui peuvent intervenir
dans les traités.
6. Promouvoir des mesures pour assurer une défense plus efficace, incluant le développent d’un
commandement Atlantique unifié ; une stratégie commune à l’intérieur comme à l’extérieur de la
région Atlantique ; une plus grande standardisation ainsi qu’une production plus rationnelle des armes
et des équipements ; des contributions à la défense équitablement réparties entre nos pays respectifs.
7. Soutenir et étoffer l’Atlantic Institute pour en faire un centre intellectuel et spirituel de la Communauté
Atlantique.

Ce n'est que par cet effort d’union et d’intégration que nous pouvons fournir, à l’échelle requise, une aide
économique, ainsi que des marchés pour les pays en développement.

Inspiré par les réalisations que nos nations ont accompli par le passé, nous pouvons suivre un destin glorieux en
joignant nos forces présentes. »

Les signataires sont nombreux. Citons tout de même les noms les plus prestigieux : les Américains William L.
Clayton, William H. Draper, Henry Ford II, Henry Kissinger, Robert P.Patterson, Elmo Roper, Clarence K. Streit ;
le britannique Sir Julian Huxley ; le prince Bernhard des Pays-Bas ; les Français Maurice Allais, Raymond Aron,
Valéry Giscard d'Estaing, Edmond Michelet, Guy Mollet, Paul Reynaud, Jules Romain, Jacques Rueff, Maurice
Schuman ; les Canadiens Lester Pearson et Paul Martin ; le belge Paul Van zeeland. (Vous trouverez tous les noms
dans le second document joint).

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 56
CHRONIQUES TRANSATLANTIQUES DE 2010, LA THEORIE DU TOUT
PAR SAMY B. ET LIOR C.

Conclusion

Comme nous l’avons rappelé plus haut, si la guerre froide et l’existence d’un camp socialiste ont permit aux
atlantistes de créer l’Otan, et d’esquisser les premiers traits d’une union intercontinentale, c’est seulement après
l’effondrement de l’empire soviétique que l’Europe et l’Amérique ont épousé pleinement les principes du
fédéralisme atlantique. Les deux Déclarations que nous venons d’étudier ont en quelques sortes préparé le terrain.
Aujourd’hui, face à la menace du « terrorisme international » et l'émergence de nouvelles puissances telles que la
Chine, l’Inde ou la Russie, l’Occident - mené par les États-Unis - travaille à l’élaboration d’une union euro-
américaine complète, sans qu'aucun citoyen n'en soit informé par les médias et la presse officiels. À l'instar de
l'Accord Multilatéral sur l'investissement (AMI), il nous faut absolument adopter la « stratégie de Dracula »,
consistant à mettre au jour l’existence et le contenu des textes relatifs à ce projet dans la mesure où placé en pleine
lumière, le vampire perd son pouvoir et meurt [2].

Notes :

[1] Voir notre article sur la Déclaration de Paris de janvier 1962 : http://theorie-du-
tout.blogspot.com/2010/12/la-declaration-de-paris-janvier-1962-la.html

[2] DE BRIE C. (1998), Comment l’AMI fut mis en pièces, Le Monde Diplomatique, mars, p. 21.

BOUNOUA Samy.

Documents joints :

- Declaration of Atlantic Unity, Freedom & Union, Octobre 1954 :


http://streitcouncil.org/uploads/PDF/Declaration%20of%20Atlantic%20Unity%201954-
%20reprinted%20in%20F&U%201954.pdf

- 242 NATO Leaders Sign Declaration of Atlantic Unity,


Freedom & Union, Janvier 1963 :
ttp://streitcouncil.org/uploads/PDF/242%20NATO%20Leaders%20Sign%201963-%20F&U.doc.pdf

Blog : http://theorie-du-tout.blogspot.com 57