Vous êtes sur la page 1sur 4

REFERAT LA LIMBA FRANCEZA

ELEV:
VASILICA PETRE MIHAI
CLASA A-XII-A G
La Francophonie

Apparue en 1880 sous la plume du géographe Onésime Reclus pour décrire la


communauté linguistique et culturelle que la France constituait avec ses colonies, la
francophonie s'est aujourd'hui affranchie de cette connotation coloniale pour désigner
deux réalités différentes mais complémentaires.
Dans son acception la plus large, elle englobe l'ensemble des actions de
promotion du français et des valeurs qu'il véhicule sans considération des pays dans
lesquels elles s'inscrivent. Au sens institutionnel - on l'écrit alors avec un f majuscule -
elle qualifie l'organisation internationale qui regroupe les 56 États et gouvernements qui
ont choisi d'adhérer à sa Charte.

• QU’EST-CE QUE LA FRANCOPHONIE , EXACTEMENT ?


La francophonie est un phenomene politique ,social,geographique et culturel qui
se manifeste par le contrast des elements humains :sensibilite ,la raison intuitive , la
raison destructive et la volonte .
Aujourd’hui , dans cet organisation sont quelque quarante – deux Etats,
rassemblant environ 400 millions des hommes qu’ont decide de creer un nouveaux cote
universel.

• Une capacité d'attraction fondée sur le rayonnement du français

La langue française continue en effet d'occuper dans le monde une place


importante, malgré ses faiblesses dans certains secteurs, tels que les sciences dures, le
droit commercial ou les relations internationales, et malgré le pessimisme que nourrissent
certains propos nostalgiques. Le français est, avec l'anglais, la seule langue parlée sur les
cinq continents, elle demeure langue de travail des organisations internationales, en
Europe comme en Afrique par exemple où elle occupe une place privilégiée à
l'Organisation de l'unité africaine (OUA).

Le français est la langue maternelle de près de 80 millions de locuteurs, ce qui


place cette langue au 11e rang dans le monde (sur plus de 2 000 langues comptabilisées)
et au 9e rang avec 180 millions, si l'on prend en compte le français langue seconde. Enfin,
on évalue à plus de 250 millions le nombre de personnes "capables d'utiliser
occasionnellement le français". Au-delà de ces données chiffrées, des enquêtes menées
dans de nombreux pays montrent que le français garde l'image positive d'une langue utile,
indispensable dans certains secteurs professionnels, mais aussi d'une langue
indissolublement liée à des valeurs, à une culture, à des projets de société de portée
universelle. La langue française a le privilège d'être mondialement reconnue comme une
grande langue de civilisation. C'est ce statut du français qui fonde sa diffusion dans le
monde, sa présence dans les systèmes éducatifs et son enseignement. On évalue à 82,
5 millions le nombre d'élèves et d'étudiants qui apprennent le français ou étudient en
français à l'étranger, et à 900 000 le nombre d'enseignants concernés.
Je me peut considerer francophone parce que je parle et etude a l’ecole la langue
francais et ,biensur ,je deviens francophile (do- renavant , je suis une personne qui
approuve admire et aime toutes choses proviens de la France ) et j’espere que dans cet
reunion ,mais sera meme langue , par exemple , comme j’explique ci-dessus, les Francais
sont un peuple d’une importance de premier ordre et sa langue realise beaucoup de(s)
fonctions : le francais est enseigne comme langue nationale (France ,Belgique ,Canada-
Quebec ,Siusse ) ,language officielle (enseignement et autres domains ) , langue de
communication internationale et langue de culture .

• EN SUITE ,VOILA ICI D’AUTRES INFORMATIONS IMPORTANTS


AU SUJET DE LA FRANCOPHONIE :

• Une communauté de destin ouverte et tolérante

La Francophonie institutionnelle est récente. Son acte fondateur est la création, le


20 mars 1970 à Niamey, de l'Agence de coopération culturelle et technique, devenue
depuis Agence de la Francophonie. Elle a été voulue et conçue comme une communauté
linguistique et culturelle par les pays du Sud eux-mêmes, à la suite des indépendances. Et
sans intervention directe de la France : le général de Gaulle était réservé vis-à-vis de la
constitution d'une organisation structurée de la francophonie. C'est seulement après qu'il
eut quitté le pouvoir que celle-ci a vu le jour. L'Agence de la Francophonie, dont on a
célébré les trente ans en 2000, a été portée sur les fonts baptismaux par cinq hommes
d'État emblématiques, le Tunisien Habib Bourguiba, le Cambodgien Norodom Sihanouk,
le Nigérien Hamani Diori, le Libanais Charles Hélou et le Sénégalais Léopold Sédar
Senghor. Leur préoccupation était de conserver vivaces les liens qu'une histoire et des
références communes avaient créés autour d'une langue. Ce projet a rapidement débordé
les contours de l'ancien empire français. De nouveaux pays sont venus rejoindre les
membres fondateurs.

Organisation à vocation universelle, la Francophonie est par nature une


communauté ouverte sur le monde ainsi que sur les peuples et les cultures qui la
composent. Pour l'essentiel, la Francophonie entend réunir autour des valeurs de
fraternité, de tolérance et d'universalité des pays très divers par leur histoire, leur culture
et leur niveau de développement mais qui veulent tous affirmer leur identité dans le
mouvement de mondialisation actuel. La Francophonie ne saurait donc se confondre avec
l'ensemble des actions qui visent à promouvoir le rôle du français dans le monde. Elle
n'est pas figée. Ses critères d'appartenance ne sont pas, contrairement au Commonwealth
par exemple, conditionnés par une histoire coloniale commune. Ils n'imposent pas non
plus que le français soit langue officielle dans les États qui en sont membres.

• Un dispositif multilatéral rénové

Le dispositif institutionnel de la Francophonie compte des instances politiques et


des opérateurs. Les instances politiques sont animées par les conférences des chefs d'État
et de gouvernement de la Francophonie (les sommets) qui se réunissent tous les deux ans
dans un pays différent et fixent les grandes orientations du mouvement pour les deux
années à venir. Dernier sommet en date : celui de Beyrouth, du 18 au 20 octobre 2002.
La Conférence des ministres chargés de la Francophonie (CMF) se réunit
régulièrement pour arrêter la programmation des opérateurs et débattre des grandes
orientations de la Francophonie multilatérale. Le Conseil permanent de la
Francophonie (CPF), constitué des représentants personnels des chefs d'État et de
gouvernement membres de l'organisation, est convoqué à intervalles plus fréquents, dès
que son ordre du jour le justifie. Chargé du suivi régulier de la Francophonie, le CPF
prépare le travail des autres instances politiques de la Francophonie. À côté des instances
politiques et placés sous leur autorité, les opérateurs directs de la Francophonie sont
chargés de la programmation sectorielle de l'organisation. Ils sont au nombre de cinq :
l'Agence intergouvernementale de la Francophonie, l'Agence universitaire de la
Francophonie, l'Association internationale des maires et responsables de métropoles
francophones, l'Université Senghor d'Alexandrie et la chaîne de télévision TV5. Seule
l'Agence intergouvernementale a une vocation généraliste. Elle est compétente dans tous
les domaines à l'exclusion de ceux qui ressortissent à la compétence spécialisée d'un autre
opérateur direct.
Pour l’avenir , la Francophonie acceptera d’autres Etats a points communs , mais
avec accents differents en economie histoire et au beaute de condition humaine qui
contient et caracterise relations stables entre individus , entre groupes , entre nations ….