Vous êtes sur la page 1sur 1

Les aides aux élèves en difficulté et les RASED.

 Une situation qui exige une réponse volontaire et déterminée

 L’échec scolaire, un défi pour l’éducation nationale.


La France est l’un des moins bons élèves de l’OCDE et de l’Union Européenne. Pourtant nous sommes l’un
des pays où le nombre d’heures de cours est le plus élevé et où les enfants commencent leur scolarité le
plus tôt.
Aujourd’hui, 15% des élèves qui quittent l’école primaire ont de graves lacunes en lecture, écriture et en
mathématiques.

 L’échec scolaire, un « gâchis » pour la société française .


Ces statistiques révèlent les difficultés de la société française à répondre aux nouveaux défis de la mobilité
sociale. « Ce que l'école faisait autrefois, permettre à des élèves issus de familles modestes de s'élever
socialement grâce à l'enseignement secondaire et supérieur, l'école ne le fait plus » déclarait Nicolas
Sarkozy en 2006.
Ces jeunes qui échouent, c’est un véritable « gâchis » pour notre société.

 La réforme des RASED

 Le fonctionnement actuel des RASED .


Les RASED (Réseau d’Aides Spécialisées aux Elèves En Difficulté) ont pour mission de fournir des aides
spécialisées à des élèves en difficulté dans les écoles primaires. Ils sont composés d’enseignants spécialisés.
Actuellement ces maîtres ne sont pas attachés à un établissement particulier : Ils sont disséminés sur tout le
territoire.
Cette aide s’exerçant sur le temps scolaire, les élèves en difficulté quittent leur classe d’origine et ne suivent
donc plus les enseignements qui s’y déroulent.

 Ce que le Gouvernement propose .

Pour améliorer la prise en charge des élèves en difficulté, le Gouvernement fait les propositions suivantes :

• 3000 maîtres spécialisés (sur 11 000) seront « sédentarisés » à la rentrée 2009. Ils remplaceront de
fait les 3000 départs à la retraite.
• Concrètement, ces maîtres spécialisés dans l’aide aux élèves en difficulté seront affectés à une
classe ordinaire qui a besoin d’un enseignement soutenu.
• Ils pourront par ailleurs apporter leur expertise aux autres enseignants de l’équipe pédagogique
dans la mise en place des dispositifs de soutien aux élèves
• Ils seront reconnus comme étant des « maîtres spécialisés », avec un régime indemnitaire propre.

 Les outils pour lutter contre l’échec scolaire


Par ailleurs, le Gouvernement a d’ores et déjà mis en œuvre des mesures de soutien particulières aux élèves
en difficulté :

• 2 heures de soutien hebdomadaires aux élèves en difficulté prévues hors du temps scolaire pour les
élèves en difficulté.
• Les stages de remise à nouveau en CM1 et CM2 : Ces stages pendant les vacances scolaires par
petits groupes, sont un succès : 83 000 élèves ont participé à ces stages pendant les vacances de
Printemps en 2008.
• Avec un nouveau système d’évaluation des élèves de CE1 et de CE2, prévu en français et en
mathématiques. Cette évaluation permettra de repérer les élèves en « grande difficulté » pour mieux
les aider par la suite.
Rédaction Quentin Loiseleur.
Contact : etudes@jeunespopulaires.com