Vous êtes sur la page 1sur 69

Protocoles de communications séries

Cours pour LASCMI 2


préparé par : Mounira TARHOUNI
Maitre Assistante à L’ISIMG
Ingénieur Génie Electrique
Docteur en électronique
Ligne de transmission

 Une ligne de transmission est un ensemble de conducteurs


acheminant un signal électrique d’un émetteur vers
un récepteur.
 Les lignes de transmission les plus courantes sont les câbles
coaxiaux, les liaisons filaires (fil à fil), les paires
torsadées, la fibre optique.
Signal électrique
 Un signal électrique est une grandeur électrique dont la
variation dans le temps transporte une information,
d’une source à une destination.
 La grandeur électrique que l’on considère pour la
transmission et le traitement du signal peut être directement :
 la différence de potentiel (une tension) ou
 l’intensité d’un courant électrique ou bien
 une modulation de l’amplitude, de la fréquence ou de
la phase d’une variation périodique de ces grandeurs,
qu’on appelle porteuse.
Classes de signaux électriques
 On distingue généralement les signaux électriques par la
nature de l’information qu’ils transmettent :
 un signal analogique transmet des valeurs à variation
continue
 un signal logique transmet une information qui ne peut avoir
que deux valeurs (vrai ou faux)
 un signal numérique transmet une information qui peut
prendre plusieurs états définis à l’avance (par exemple, -1, 0,
+1)
Analogique vs Numérique

 L’information n’est pas transcrite de la même façon dans les


circuits analogiques et numériques.
 Les systèmes numériques utilisent la quantification et un
codage de l’information tandis que les systèmes analogiques
travaillent sur des valeurs à variation continue.
Transmission série ou parallèle

 Un signal électrique numérique peut se transmettre :


en parallèle sur plusieurs conducteurs en série, les bits à la
suite l’un de l’autre sur un seul conducteur ou une seule
paire de conducteurs
Canal de communication

 En télécommunications, un canal de communication peut


être :
 simplex : l’information est transportée dans un seul sens
(unidirectionnel)
 duplex : l’information est transportée dans les deux sens
(bidirectionnel)
 Selon que l’information peut être transportée simultanément
dans les deux sens ou non, on parle respectivement de canal
full-duplex ou half-duplex.
Protocoles de communication séries
 UART
 SPI
 I2C
 Bus CAN
 …
Bus UART
Communication UART-UART

Communication point à point


Trame de donnée
Vitesses standardisées
Protocole de communication UART
Codage de l’information
Brochage
Bus SPI
Serial Peripheral Interface
Introduction
Introduction
Interface matériel

SCLK — Serial Clock, Horloge (généré par le maître)


MOSI — Master Output, Slave Input (généré par le maître)
MISO — Master Input, Slave Output (généré par l'esclave)
SS — Slave Select, Actif à l'état bas (généré par le maître)
Il existe d'autres noms qui sont souvent utilisés :
SCK, SCL — Horloge (généré par le maître)
SDI, DI, SI — Serial Data IN, MISO
SDO, SDA, DO, SO — Serial Data OUT, MOSI
nCS, CS, nSS, STE, CSN— SS
Fonctionnement
 Une transmission SPI typique est une communication
simultanée entre un maître et un esclave :
 Le maître génère l'horloge et sélectionne l'esclave avec qui il
veut communiquer par l'utilisation du signal SS
 L'esclave répond aux requêtes du maître
 À chaque coup d'horloge le maître et l'esclave s'échangent un
bit.
 Après huit coups d'horloges le maître a transmis un octet à
l'esclave et vice versa.
 La vitesse de l'horloge est réglée selon des caractéristiques
propres aux périphériques.
Fonctionnement
Fonctionnement
Avantages et inconvénients
Avantages
 Communication Full duplex
 Débit plus important qu'un bus I2C
 Flexibilité du nombre de bits à transmettre ainsi que du
protocole en lui-même
 Simplicité de l'interface matérielle
 Aucun arbitre nécessaire car aucune collision possible
 Les esclaves utilisent l'horloge du maître et n'ont donc pas
besoin d'oscillateur propre
Inconvénients
 Monopolise plus de broches d'un boîtier que l'I2C ou
une UART qui en utilisent seulement deux.
 Aucun adressage possible, il faut une ligne de sélection par esclave
en mode non chaîné.
 Le protocole n'a pas d'acquittement. Le maître peut parler dans le
vide sans le savoir.
 La plupart des implémentations ne tolèrent la présence que d'un
seul maître SPI sur le bus. Néanmoins, on trouve des circuits
intégrés supportant le mode « multi-master », permettant de
partager le bus SPI entre plusieurs maîtres. Les implémentations
pratiques de ce genre restent rares.
 Ne s'utilise que sur de courtes distances contrairement aux
liaisons RS-232, RS-485 ou bus CAN.
Bus I2C
Inter Integrated Circuit
Introduction
Caractéristiques de bus I2C

……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………….
Principe du bus I2C
Trame de donnée

…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
Trame de donnée

………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………….
Transmission d’un octet
Cas de multi maitres
Cas de multi maitres
Exemple
Bus CAN
Controller Area Network
Plan
 Domaines d’applications du CAN

 Protocole CAN: la couche physique

 Protocole CAN: Trame de donnée

 Protocole CAN: Détection des Erreurs


Domaines d’applications
Domaines d’applications
Domaines d’applications

Scanner

fauteuil du médecin-dentiste

IRM: imagerie par résonance magnétique


Domaines d’applications
 Application dans les véhicules

 Deux réseaux CAN


1. Injection électronique, boite à vitesse automatique, système de
freinage ABS (système de freinage anti-blocage)
2. Chauffage, climatisation, vitre et rétroviseurs électrique, sièges
ajustables, …
Modèle OSI
Modèle OSI
Couche liaison & format de trame
Protocole CAN « trame de données »
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

……………………………………………………
……………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Protocole CAN « trame de données »

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Arbitrage et Gestion des priorités

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Arbitrage et Gestion des priorités

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Arbitrage et Gestion des priorités
Arbitrage et Gestion des priorités

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
Arbitrage et Gestion des priorités
Arbitrage et Gestion des priorités
Détection des Erreurs, le CRC
Détection des Erreurs, le CRC
Détection des Erreurs, le CRC
Détection des Erreurs, le CRC
Détection des Erreurs, le CRC
Détection des Erreurs, le CRC
Détection des Erreurs, le CRC
 https://www.youtube.com/watch?v=N0YtIzGIW4k